Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les anges dans nos campagnes

 | 
Louis Peyrusse

Marie, Joseph

La Mort de saint Joseph

Louis Cazottes

Texte intégral

Louis Cazottes (1846 - 1934)
1889
Lalbenque - Église Saint-Quirin
Huile sur toile marouflée sur le mur avec un cadre peint en trompe-l’œil
H 284 - L 197

1Allongé sur un châlit, Joseph expire dans les bras de son fils. Le lys, attribut traditionnel de Joseph, gît par terre au premier plan, annonçant son décès prochain. La Vierge penchée sur son époux lui tient la main, tandis qu’une nuée d’anges descend recueillir l’âme du défunt.

2Le peintre Cazottes traite ici la mort d’une façon réaliste. En plaçant cette scène dans un espace nu, il fait saillir avec plus de force encore l’image de la mort : Joseph apparaît dans sa vieillesse, barbe et cheveux blancs, le visage creusé de rides, le corps amaigri. Choix étrange, l’environnement de ce groupe est traité sur le registre merveilleux : la nuée d’anges, évanescente, diaphane dans les Cieux, semble se matérialiser près du mourant. La transition entre les mondes terrestre et céleste s’accomplit en douceur, ce que souligne aussi le passage de l’ombre à la lumière.

3La Sainte Famille apparaît très unie dans le deuil qui la frappe, mais en même temps, les visages des protagonistes expriment des sentiments contrastés : à celui d’une Vierge attentive, voire souffrante, répond celui plus serein du Christ. Dirigeant son regard vers nous, ce dernier semble interpeller le spectateur plutôt que de partager la douleur de sa mère. Confiant, il sait que la mort n’est pas un aboutissement mais une étape, un passage vers la Vie Eternelle. La mort de Joseph est donc pleine de promesses, cette représentation doit avoir pour but de rappeler au fidèle le salut que le Christ s’apprête à lui offrir.

4Mais paradoxalement, il semblerait que les choix picturaux de l’artiste lui aient échappé. En figurant une famille unie, attentive au mourant, il la représente presque fermée, tournant le dos aux envoyés de Dieu. La scène apparaît alors très (trop) humaine par le naturalisme des attitudes, et cette famille apparemment inattentive aux thèmes du salut.

5Dans le Lot, d’autres artistes ont représenté ta mort de saint Joseph, mais les partis-pris de composition diffèrent de celui de la toile de Lalbenque. A Saint-Chels notamment, Jésus apparaît déjà à Joseph comme l’incarnation du Dieu Sauveur. Son geste de la main montre certes la voie à suivre pour accéder au Royaume des Cieux, mais surtout paraît être une invitation à se lever, donc à dépasser la mort terrestre pour entrer dans la vie éternelle. Le message ne saurait être plus clair : “Croyez et vous serez sauvés”.

La Mort de saint Joseph
Saint-Chels - Église Saint-Chels

Table des illustrations

Légende La Mort de saint JosephSaint-Chels - Église Saint-Chels
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/20602/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/20602/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 2,3M

© Presses universitaires du Midi, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.