Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les anges dans nos campagnes

 | 
Louis Peyrusse

Marie, Joseph

Sainte Anne instruisant la Vierge

Elise Moisson-Desroches

Texte intégral

1851
Cahors - Église Saint-Barthélémy
H 201 - L 167

1Debout auprès de sa mère Anne, la Vierge, âgée d’une dizaine d’années, semble absorbée par sa lecture de la Bible.

2Cet épisode de l’enfance de la Vierge est abordé comme une scène de la vie quotidienne : l’attitude et la proximité des personnages font entrer le spectateur dans l’intimité de ce moment familial. Soulignées par la lumière douce et dorée de fin de jour, la pose délicate des mains de Marie, la perfection des visages et les couleurs claires de leur carnation placent l’image dans un univers féminin et maternel.

3On retrouve ce sujet à plusieurs reprises dans le Lot, notamment à Blars, Castelnau-Montratier et Figeac ; à chaque fois, les peintres réalisent une scène tendre. Saisies dans leur quotidien, sainte Anne et la Vierge semblent, de ce fait, plus accessibles aux fidèles.

4La toile de Figeac traite, en effet, ce thème dans le même esprit que celui de Cahors. Dans un paysage naturel, la Vierge, debout, lit la Bible appuyée sur l’épaule de sa mère. Celle-ci, penchée sur la lecture de sa fille, l’encourage dans son apprentissage.

5Ces tableaux multipliés promeuvent le modèle de l’éducation chrétienne, en renvoyant à ses réalités du XIXe siècle : rôle essentiel des femmes, utilisation d’ouvrages de catéchisme abondamment diffusés. Paradoxalement, cette scène intime se déroule au cœur d’une architecture monumentale d’inspiration antique. Traité en grisaille, l’espace est utilisé comme un décor de théâtre : il bouche la perspective et resserre le regard sur les personnages.

6Les poses idéalisées évoquent la douceur des portraits bourgeois et le visage de Marie rappelle l’art du peintre Thomas Couture, maître d’Elise Moisson-Desroches. Les vêtements intemporels, conçus comme significatifs de la maternité et de la virginité, placent la Vierge et sa mère dans une sorte d’éternité. Or les tissus et leur texture sont traités avec réalisme : le drapé lourd néo-renaissant des vêtements de sainte Anne s’oppose à la finesse de la tunique blanche et légère de Marie. Les couleurs posées en aplats, sans empâtement, laissent ta surface de la toile lisse et soulignent les contours nets du dessin.

7Le peintre a joué sur les emprunts à différents univers picturaux, sur un éclectisme qui enrichit cette scène quotidienne de la gravité du sacré.

Sainte Anne instruisant la Vierge
Figeac - Église de Ceint d’Eau

La symbolique de la quenouille
La quenouille, posée aux pieds de sainte Anne occupée à écouter sa fille, évoque le péché originel commis par Eve. Chassée du paradis, Eve a été condamnée à l'enfantement dans la douleur et au travail dont la quenouille est l'image traditionnelle. La Vierge, seul être humain à avoir été conçu “sans péché”, d'un baiser échangé entre Anne et Joachim, est ainsi présentée au fidèle comme la “nouvelle Eve”, celle d'avant la Chute. Volontairement placé au premier plan, l'objet rappelle avec insistance la croyance en l'Immaculée Conception. Elle sera érigée en dogme par l'Église catholique trois ans après l'exécution de ce tableau, en 1854.

Table des illustrations

Légende Sainte Anne instruisant la ViergeFigeac - Église de Ceint d’Eau
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/20547/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 198k
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/20547/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M

© Presses universitaires du Midi, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site