Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Les anges dans nos campagnes

 | 
Louis Peyrusse

Jésus

L’incrédulité de saint Thomas

Louis Lamothe

Full text

Louis Lamothe (1822-1869), élève d’Ingres et de Flandrin
1855
Exposition universelle de 1855
Cahors - Église du Sacré-Cœur
H 256 - L 201

1Pâle et hiératique, une main levée en signe d’appel, Jésus regarde Thomas agenouillé et lui dit : “Approche ta main et mets-là dans mon côté, et ne sois pas incrédule, mais croyant” (Jean xx, 24-26). En s’exécutant, l’apôtre lève les derniers doutes du miracle de la Résurrection. Son geste solennel répond à la curiosité d’un autre disciple, situé sur la même oblique que lui et qui regarde par-dessus l’épaule de Jésus. Les autres apôtres adoptent des expressions variées face à la scène qui se déroule devant eux. Jean, le plus jeune, debout à la gauche de Jésus, paraît en adoration. Les bras repliés dans un geste de prière, il lève vers le Christ des yeux emplis de révérence. Pierre reconnaissable à sa barbe grisonnante, placé à la droite de Jésus, porte sur la scène un regard beaucoup plus sévère. Tous sont étonnés, attentifs aux mouvements de Thomas et du Christ, prêts à profiter de l’audace du plus incrédule d’entre eux pour se convaincre de la Résurrection.

2Louis Lamothe, dans l’opposition des couleurs vives et sombres du premier et de l’arrière-plan, et dans l’attention accordée aux drapés et à l’expression des personnages, s’inscrit parfaitement dans la lignée de ses maîtres, Ingres et Flandrin. Il reprend même certains de leurs schémas, en particulier celui du tableau d’Ingres (1820, musée de Montauban), Jésus remettant les clefs du Paradis à saint Pierre. Les personnages sont inversés mais la composition et le traitement pictural sont assez semblables. Quant aux apôtres, Lamothe s’est inspiré pour certains d’entre eux de Jésus-Christ et les petits enfants peint en 1837 par Flandrin. Le tableau, d’une grande qualité, témoigne de la force du courant ingriste en 1855.

3Les références aux grands maîtres, la qualité du travail de Louis Lamothe lui ont permis d’être préféré, pour le retable du chœur de l’église de Cahors, à une copie de L’Assomption de la Vierge de Prud’hon originellement prévue. Le thème peut également avoir influencé le choix car il répond bien à l’esprit de reconquête de l’Église catholique : il affirme le pouvoir d’un Christ vainqueur de la mort, à ramener à lui les incrédules, à lever les doutes, et rassure ceux qui les éprouvent : les apôtres eux-mêmes...

List of illustrations

URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/20517/img-1.jpg
File image/jpeg, 1,7M

Author

© Presses universitaires du Midi, 2002

Terms of use: http://www.openedition.org/6540

This digital publication is the result of automatic optical character recognition.