Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les anges dans nos campagnes

 | 
Louis Peyrusse

Jésus

Les Saintes Femmes

Félix Armand Marie Jobbé-Duval

Texte intégral

Félix Armand Marie Jobbé-Duval (1821-1889)
Salon de 1863, n°1337
Montfaucon - Église Saint-Barthélemy.
Dépôt de l’Etat en 1873.
H 160 - L 130

1Le tableau pourrait être une scène de genre : il faut lire le titre placé sur le cadre pour identifier les Saintes Femmes. Leur représentation est souvent associée à celle d’un tombeau vide, d’un ange ou de soldats endormis. Ici, Jobbé-Duval a traduit la scène uniquement au travers de deux personnages, par un rendu subtil des leurs attitudes et leurs sentiments.

2Les Saintes Femmes occupent une place singulière dans la Bible. Les évangélistes regroupent sous cette dénomination Jeanne, Marie Madeleine (ou Marie de Magdala), et Marie, mère de Jacques le Majeur, apôtre de Jésus. Elles sont présentes, l’une après l’autre, à différentes étapes de la vie du Christ mais l’épisode de leur visite à son tombeau reste le plus célèbre. En approchant du sépulcre, elles aperçoivent la pierre d’entrée roulée sur le côté. Un grand tremblement de terre survient, et un ange apparaît pour leur annoncer la résurrection du Christ. A ces mots, les gardes présents tressaillent d’effroi et tombent comme morts.

3S’inspirant de l’évangile de saint Matthieu, le tableau de Jobbé-Duval représente Marie de Magdala et Marie, mère de Jacques au moment de l’apparition. Seuls l’arrière-plan montagneux et le format cintré du tableau semblent suggérer l’entrée de la sépulture. Les visages se détachent du fond obscur dans la lumière venue de la droite, qui suggère la présence de l’ange. Blotties dans de larges drapés, les Saintes Femmes, surprises, joignent leurs mains dans un geste à la fois pieux et inquiet. Leur attitude et les couleurs de leurs vêtements sont chargées de sens. Marie de Magdala est reconnaissable à ses longs cheveux dénoués. Elle semble à la fois fascinée et horrifiée par ta vision du tombeau vide. Ancienne pécheresse, elle est habillée de rouge et de jaune, couleurs de la sensualité. L’autre Marie en revanche, épouse et mère, porte le bleu et le blanc célestes et se tourne toute entière vers l’ange.

4La composition, le cadrage resserré, et l’expression des visages font ressentir l’influence tardive du romantisme dans la peinture de Jobbé-Duval, grand décorateur. L’originalité du format et de la composition semble avoir été influencée par une œuvre d’Ary Scheffer intitulée Saintes Femmes au tombeau, peinte en 1847. Exposé au Salon en 1863 (l’année du Salon des refusés), le tableau de Jobbé-Duval fournit un des beaux exemples de la peinture parisienne présente dans les églises du Lot.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/20507/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M

© Presses universitaires du Midi, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.