Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les anges dans nos campagnes

 | 
Louis Peyrusse

Jésus

Crucifixion avec Marie Madeleine

Henri Caminade

Texte intégral

1857
Cabrerets - Église Saint-Pierre
H 190 - L 136

1La Crucifixion, thème omniprésent dans les églises, du Lot ou d’ailleurs, avec ses figures imposées : le vêtement qui vole, le ciel nuageux et sombre - car la nuit recouvrit le Golgotha lors de l’agonie de Jésus-, Jérusalem en arrière-plan. Tout y est. Même le motif de la condamnation : Jésus (I) de Nazareth (N) roi (R) des Juifs (I).

2Tout, sauf deux personnages essentiels : Marie et Jean, la mère et le disciple préféré, les seuls à être restés jusqu’au bout sur le Golgotha avec Marie Madeleine. Or elle est ici seule au pied de la croix, au risque de choquer bon nombre de pieux catholiques. Autre inconvenance, la musculature de Jésus, sa coiffure typique du XIXe siècle, les visages qui pourraient être contemporains, la mine froncée de Marie Madeleine s’éloignent résolument de l’idéalisation recommandée par l’Église pour représenter la divinité et la sainteté. Même maladroit, ce réalisme frappe. Le but était certainement là : privilégier l’humanité des personnages pour convaincre les pratiquants tièdes. Marie Madeleine est un instrument important de cette démarche au XIXe siècle : prostituée repentie, elle est la figure de la brebis égarée qui se rachète par l’amour humble et le dévouement quotidien au Christ, donc un modèle pour les femmes en particulier.

3C’est bien de salut qu’il est question ici, puisque Jésus, se tournant sur sa croix, - autre étrangeté - désigne du doigt le ciel à l’intention de Marie Madeleine et du spectateur. Tout comme Marie Madeleine, le fidèle peut se repentir de ses fautes et le sacrifice de Jésus pour les hommes n’est alors pas vain.

4A bien y regarder, il y a encore une originalité dans ce tableau : Jérusalem se détache sur une bande rougeâtre mais pourquoi une pyramide derrière la tête de Marie Madeleine ? Ce curieux amalgame entre l’Orient et l’Egypte est fréquent au XIXe siècle : les peintres locaux n’ont qu’une faible connaissance de ces contrées et ils n’hésitent pas à s’inspirer d’images pieuses qui figurent un Orient caricatural parsemé de palmiers ou de pyramides.

5Au total, maladresses, naïvetés, mais aussi maîtrise du dessin - le corps du Christ-, rejet des représentations traditionnelles, mais soutien au culte de Marie Madeleine, font de ce tableau une œuvre à part dans la production locale, comme dans la longue série des Crucifixions.

Très tôt, la tradition a confondu en la personne de Marie Madeleine trois femmes différentes, placées par les Evangiles dans l’entourage ou sur le chemin de Jésus : la pécheresse anonyme qui, lors d’un repas chez Simon le Pharisien, verse du parfum sur les pieds de Jésus et les essuie avec ses cheveux ; Marie de Béthanie, sœur de Marthe et de Lazare qui reçoit Jésus dans sa maison et obtient de lui la résurrection de son frère ; enfin Marie de Magdala, ou “la Magdaléenne”, guérie par Jésus des sept démons qui l’habitaient, présente lors de sa crucifixion et de sa mise au tombeau.
Elle est la première à qui Jésus choisit d’apparaître ressuscité, jouant ainsi le grand rôle de “messagère de la Résurrection”.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/20487/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M

© Presses universitaires du Midi, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site