Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les anges dans nos campagnes

 | 
Louis Peyrusse

Jésus

Ecce Homo

Joseph-Ferdinand Boissard de Boisdenier

Texte intégral

Joseph-Ferdinand Boissard de Boisdenier (1813 - 1866)
1842
Martel - Église Saint-Maur
Dépôt de l’Etat en 1843
H 160 - L 119

1Au premier regard, le spectateur est saisi par cette vision d’un Christ d’où émane une intense souffrance physique et psychique. Les muscles du corps semblent noués et les poignets sont étroitement liés de telle sorte qu’il ne puisse faire un geste. Du sang goutte sur son front. Son expression implorante est soulignée par le traitement de la couleur et de la lumière. Un éclairage placé latéralement inonde le corps du Christ et souligne son dénuement. La blancheur du torse enveloppé d’un manteau rouge contraste violemment avec l’obscurité ambiante. Ces effets dramatiques et théâtraux inscrivent l’œuvre dans le courant romantique. L’artiste reprend ainsi les Christs de douleur, images de piété qui se sont multipliées chaque fois que l’on a voulu insister sur les souffrances de la Passion. Aucune indication de lieu n’est donnée ; un fond noir est employé afin de resserrer le regard sur le Christ et ses persécuteurs, dont deux haranguent une foule invisible.

2Le peintre a représenté le moment où Jésus est livré aux Juifs, par le juge romain Pilate qui n’a trouvé aucun motif de condamnation. Dans son Evangile, Jean indique : “Jésus sortit donc dehors, portant la couronne d’épines et le manteau de pourpre ; et Pilate leur dit : - Voici l’homme.” Ces deux attributs sont figurés ici, et le titre du tableau reprend la phrase de Pilate. Est-ce ce dernier qui est présent derrière Jésus ? Sa position en retrait est rendue par des coloris atténués.

3Le parapet, dans la partie inférieure, est habituellement utilisé pour séparer l’espace des personnages de celui dévolu au spectateur. Ici pourtant, le procédé abolit la distance : le manteau rouge tombe de l’autre côté de la maçonnerie, le personnage au turban s’appuie sur sa main pour se pencher au-dessus du mur et le soldat avance son bras droit. Le cadrage rapproché accentue encore cette proximité et le traitement en contreplongée place le spectateur en contrebas de la scène : le dessus du parapet est à peine visible et les membres des personnages (bras, poignets, mains) sont vus d’en-dessous. Nous voilà à la place de la foule des Juifs excités à condamner Jésus.

4Cette utilisation des couleurs et des effets de clair-obscur accentuant des poses théâtrales se retrouve dans les autres peintures religieuses de Boissard de Boisdenier, élève de Gros et proche de Delacroix.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/20477/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M

© Presses universitaires du Midi, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.