Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les anges dans nos campagnes

 | 
Louis Peyrusse

Jésus

Le Baiser de Judas

Pierre Madelmont

Texte intégral

Pierre Madelmont (1888-1982)
1920
Copie du tableau d’Ernest Hébert (1817-1908), 1853, musée du Louvre
Bretenoux, église Sainte-Catherine
H 250 - L 180

1Un baiser saisi dans l’éclat brusque d’une lanterne : les relations de Jésus et de Judas se révèlent dans toute leur complexité. Le Christ, seul dans la lumière, semble profondément atteint par son épreuve au jardin des Oliviers. Les craintes et les doutes qui l’ont assailli se lisent dans son attitude. Alors que son corps raidi paraît montrer les derniers signes de sa résistance, son visage exprime la sérénité et la résignation face à son arrestation et la Passion qu’il sait prochaines. Son regard de biais vers Judas prouve qu’il saisit parfaitement l’ambiguïté et l’enjeu du baiser. Le geste, associé à la tendresse de l’étreinte, témoigne de l’affection et du respect que peut avoir un disciple envers son maître. Pourtant cette marque d’amour, la dernière et peut-être la plus démonstrative de Judas, est aussi le signe de sa trahison. Quelques jours avant la Pâque, Judas, l’un des plus proches apôtres de Jésus, a promis de le livrer en échange de trente deniers au Sanhédrin, conseil et tribunal juif de Jérusalem. Cet accord, Judas l’a conclu moins pour l’argent qu’en raison de sa déception devant le miracle de la multiplication des pains. Comme de nombreux Juifs, il était persuadé d’avoir trouvé le roi qu’il attendait. Or Jésus a affirmé que son royaume n’était pas terrestre. La manière dont il désigne Jésus à la troupe démontre que ses motivations politiques n’ont pas eu raison de son attachement et qu’il a, dès ce moment, des remords.

2Toute la contradiction des sentiments, les déchirements des deux personnages s’exacerbe dans le contraste ombre-lumière, inspiré du mouvement caravagesque du XVIIe siècle. La lanterne, seule source lumineuse du tableau, fige cet instant ambigu d’amour et de trahison et accentue la monumentalité, la douceur du Christ ainsi que son immobilité face à la brutalité des attitudes et la dureté des visages juifs et romains. Ces accents caravagesques, très peu utilisés dans les années 1850, la disposition des personnages, donnent l’impression au spectateur de vivre, comme un membre de la troupe, l’instant suspendu avant le drame.

3Cet épisode, sous le pinceau d’Ernest Hébert, n’est plus seulement le début traditionnel de la Passion, il devient l’un des plus pathétiques de la vie du Christ. La copie de Pierre Madelmont transmet ce message et démontre la notoriété d’Hébert à la fin du XIXe et au début du XXe siècles.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/20467/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M

© Presses universitaires du Midi, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.