Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les anges dans nos campagnes

 | 
Louis Peyrusse

Jésus

Le Christ au jardin des Oliviers

Théodore Chassériau

Texte intégral

Théodore Chassériau (1819-1856), élève d’Ingres
1844
Salon de 1844, n°327
Souillac - Église Sainte-Marie
Dépôt de l'Etat en 1848 bien que le cartel indique : “Donné par le peintre au baron Auguste Dufour originaire de Souillac, député du Lot qui en fit don à cette église.”
H 425 - L 340

1La lune brille sur le jardin de Gethsémani et Jésus, après avoir prié longtemps, découvre ses disciples endormis.

2Entouré de ses apôtres préférés, Pierre, Jacques et Jean, il s’est rendu à la nuit en ce lieu, peu après la Cène. L’idée de sa Passion future plonge le Christ dans le doute et l’effroi. Le récit de trois des évangélistes (Matthieu, Marc et Luc) s’accorde à montrer Jésus en proie à une angoisse mortelle, pendant une longue veille où Luc fait intervenir un ange qui le réconforte. Jésus a demandé à ses apôtres de le soutenir, mais au cours de son épreuve il doit réveiller par trois fois ses compagnons vaincus par le sommeil.

3Théodore Chassériau n’a pas choisi de laisser transparaître l’angoisse ou les tentations de Jésus pendant la nuit, comme dans le tableau de Delacroix en 1826. Le peintre nous présente un Christ apaisé, s’apprêtant à réveiller ses apôtres une dernière fois pour leur annoncer qu’il va être livré aux “mains des pécheurs”. A l'arrière-plan à gauche, on aperçoit la troupe d’hommes guidée par Judas, qui vient l’arrêter. Jésus revient vers ses disciples, les mains ouvertes, prêt à accepter son destin. Son visage reste malgré tout marqué par la souffrance : il est proche de la Descente de Croix de 1842 (Saint-Etienne). La douceur de son attitude, pleine de compassion, est accentuée par les tonalités bleu-vert qui dominent la scène. Derrière lui, le chemin qui monte semble préfigurer son ascension. A ses pieds, Pierre, Jacques, et Jean, au visage imberbe, semblent encore profondément endormis.

4Théodore Chassériau utilise une gestuelle réduite et une grande simplicité de moyens. La pose de Jésus, dressé comme une statue (reprise d'une mosaïque byzantine), et la composition pyramidale imposent l’image d’un Christ vainqueur. Par deux fois Chassériau a traité le thème du Christ au jardin des Oliviers. La version de 1840 à Saint-Jean d’Angély, exposant un Christ en proie au doute, se rapprochait du tableau de Delacroix. Ce Christ, que l'on a rapproché de l'artiste romantique dans sa solitude, fait place à Souillac à un Christ lavé du doute, plein d’indulgence pour les faiblesses humaines. L’artiste présente une synthèse originale entre la rigueur d’Ingres et l’expression de Delacroix. Son apport dans la peinture religieuse du XIXe siècle reste dans cette intériorité, cette gravité si particulière qui émane de ses personnages.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/20457/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M

© Presses universitaires du Midi, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site