Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les anges dans nos campagnes

 | 
Louis Peyrusse

Jésus

Jésus-Christ guérissant un jeune homme possédé du démon

Henri-Joseph de Forestier

Texte intégral

Henri-Joseph de Forestier (1787 ? - 1872)
1817 (date indiquée sur le tableau, peu crédible)
Salon de 1827 no 397, Exposition universelle de 1855
Cahors, musée Henri-Martin - Dépôt de l’Etat en 1885
H 308 - L 215

1Le Christ impose ses mains sur un jeune homme entouré par ses parents : la mère appelle à l’aide, le père protège. A l’arrière-plan, deux visages de témoins dans la pénombre, des éléments d’architecture antique derrière un mur et quelques branchages.

2Le tableau présenté au Salon de 1827, point d’apogée du combat romantique, est surprenant par sa fidélité au schéma néo-classique de l’école de David (des personnages au premier plan à la gestuelle très forte et aux puissants drapés) et l’extrême violence d’un sujet tiré vers l’horreur. Il démontre que sous tes schémas davidiens, ont pu s’exprimer des tendances très opposées.

3La composition est d’une extrême solidité : deux triangles emboîtés sur un seul plan qui mettent en valeur le corps du possédé et le Christ. Le possédé, entre les bras de ses parents, exprime par de grands gestes et par un cri l’intensité de sa souffrance. Son vêtement a glissé, le corps rappelle les modèles classiques de la douteur des fils de Laocoon. A l’opposé de cette violence exacerbée, le Christ de profil, dont le corps est caché par des drapés très raides, est thaumaturge par l’imposition de mains - démesurées - et par l’intériorité du visage aux yeux baissés, à l’expression concentrée.

4On retrouve dans ce tableau toutes les caractéristiques de la “peinture-sculpture” de l’école davidienne : contours puissants qui enferment les personnages, draperies traitées comme des motifs autonomes (ainsi le manteau du possédé), forts modelés, coloris pauvre, contrastes lumineux efficaces, style sévère et lisibilité parfaite du sujet.

5Ce qui rend le tableau moins archaïque en plein triomphe romantique, c’est la véhémence de l’expression des sentiments et des gestes. Les miracles ne font pas des images sages : ils sont au sens premier bouleversants. L’opposition des pouvoirs du Christ et du diable se mesure entre calme tendu et violence expressionniste sous des yeux attentifs ou déjà méditatifs.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/20447/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M

© Presses universitaires du Midi, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site