Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les anges dans nos campagnes

 | 
Louis Peyrusse

Le Lot religieux au xixe siècle

Texte intégral

1La pratique religieuse dans le Lot est très forte au XIXe siècle. On rattache souvent celui-ci au Massif Central, de tradition très fidèle. Cependant, des disparités existent selon les “pays”.

2Le Causse est très croyant : 75 à 90 % des gens “font leurs Pâques”, la fidélité aux sacrements est importante et les vocations religieuses très nombreuses.

3Le Ségala est tout aussi unanime et religieux. Il s’agit d’un “pays” enclavé géographiquement, plus replié sur lui-même, et donc moins sensible aux évolutions de toute nature.

4En Bas Quercy, la population est tout aussi fidèle à l’Église puisque le taux des pascalisants (fidèles communiant à Pâques) atteint 80 %.

5En Bouriane, la situation diffère sensiblement : vers Gourdon, cette proportion passe à 50 %. Près du Vigan et Duravel, la pratique devient minoritaire avec 20 à 45 % de pascalisants seulement. Plus on s’oriente vers l’ouest du département, plus la pratique devient minoritaire. Ce détachement s’accompagne cependant d’une fidélité aux grandes fêtes religieuses. Le “pays” est en effet plus ouvert aux nouvelles idéologies : l’axe ferroviaire Toulouse-Brive le traverse.

6On constate le même phénomène dans la vallée du Lot, qui, en contact avec les idées nouvelles et le socialisme véhiculés par un nombre important d’ouvriers, connaît une pratique moindre (inférieure à 50 % de pascalisants). En effet, plus la population est agglomérée et ouvrière, plus les gens sont détachés des pratiques religieuses, comme à Cahors, Figeac, Souillac, Saint-Céré....

7La foi semble cependant vivante et profonde dans le Lot, malgré quelques foyers d’anticléricalisme. Le département compte 225 000 catholiques : 4 hommes sur 5 et 9 femmes sur 10 vont à la messe. La communion pascale est unanimement respectée. La profondeur du sentiment religieux peut aussi se mesurer par d’autres critères : le délai de baptême des nouveaux-nés dépasse rarement trois jours ; le nombre des vocations religieuses est élevé, particulièrement dans certaines contrées comme le Ségala.

8Les écoles libres sont extrêmement nombreuses ; dans les régions les plus pauvres et malgré les difficultés, elles sont maintenues et soutenues financièrement par la population elle-même.

9Cette ardeur religieuse est également incarnée par l’implantation et le développement d’un réseau très vigoureux : missions, œuvres nouvelles, comités d’œuvres catholiques et congrégations foisonnent dans le diocèse. Idem pour les confréries, très puissantes, puisqu’on en compte jusqu’à dix par paroisse.

10Enfin, n’oublions pas la profusion des pèlerinages, cultes mariaux et locaux. Le pèlerinage de Rocamadour en est le plus bel exemple. Il attire 50 000 pèlerins par an. D’autres cultes importants sont rendus par la population en de nombreux endroits : Notre-Dame de l’Ile à Luzech, Notre-Dame de Velles à Vers, Notre-Dame de Verdale à Latouille-Lentillac, culte de saint Perboyre à Montgesty, de sainte Spérie à Saint-Céré, adoration des reliques de sainte Philomène à Montdoumerc....

11L’isolement et la dispersion de la population contribue fortement au maintien de la pratique religieuse. En effet, la sociabilité s’exprime au sein d’un grand nombre de fêtes locales, de foires, et de la vie paroissiale. Le rassemblement dominical, qui permet de se retrouver, est aussi très prisé.

12De même, la pratique est fortement entretenue par la vigueur des missions, qui se donnent comme but de raffermir la foi. En 1849 Mgr Bardou crée l'œuvre des missionnaires diocésains, qui connaît un rapide succès. Dans les campagnes du diocèse, les missions ont lieu environ tous les dix ans ; elles durent deux à trois semaines, à raison de deux prédications par jour, et ont un grand impact sur les hommes.

13Les prêtres entretiennent de manière active les cultes collectifs : nombre d’entre eux ont créé ou redonné vie à de nouveaux lieux de dévotion comme le culte de Notre-Dame des Neiges et les pèlerinages du mont Saint-Joseph et de Notre-Dame-du-Roc-Traoucat.

14La population exalte sa religiosité à travers le culte des morts, des saints et le culte marial, largement favorisé par Mgr Bardou. La dévotion aux reliques, le recours aux lieux miraculeux comme les sources, sont également très courants. Cette religion vécue est très puissante en Quercy, comme dans toutes les régions où les traditions sont fortes et les mentalités évoluent lentement.

LUZECH (Lot). - Statue « le Notre-Dame de L’Ile. Retraite annuelle du 8 au 15 septembre.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/20412/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 524k
Légende LUZECH (Lot). - Statue « le Notre-Dame de L’Ile. Retraite annuelle du 8 au 15 septembre.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/20412/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 262k

© Presses universitaires du Midi, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site