Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les anges dans nos campagnes

 | 
Louis Peyrusse

Le catholicisme au xixe siècle : une religion qui rythme...

Texte intégral

La vie

1Le baptême est le premier sacrement donné au chrétien ; il marque l’entrée du nouveau-né dans l’Église. On aurait pu croire que les idées antireligieuses de la Révolution auraient affecté cette pratique, il n’en est rien. Au XIXe siècle, la proportion des non-baptisés reste faible. Si la première communion devient systématique à partir de la deuxième moitié du siècle grâce à un enseignement religieux plus efficace, il faut noter cependant que les enfants fréquentent moins l’église après cette cérémonie. Malgré quelques rares unions civiles, les fiançailles avec bénédiction des parents et les mariages religieux sont des pratiques majoritairement respectées. L’homme pourtant se plie à ce rite beaucoup plus par conformisme que par un réel engagement envers Dieu. Dans les campagnes comme dans les villes, c’est le glas qui retentit bien souvent pour annoncer un deuil ; la mort n’est pas cachée comme aujourd’hui, chacun dans la maison participe à la veillée funèbre.

L’année

2Calendrier des saisons et calendrier liturgique se répondent. La célébration la plus importante est sans doute la Toussaint, non parce qu’elle fête les saints mais plutôt parce qu’elle est confondue avec la commémoration des défunts. Le culte des morts, pratique très ancienne, va s’intensifier au XIXe siècle. Noël est vécue différemment selon les régions et reste la fête la plus marquée, la messe de minuit étant très respectée. De janvier à mars, entre l’Epiphanie et le Carême, la pratique de la bénédiction des cierges à l’église est très populaire. Pour les ruraux, ces chandelles bénies protègent des intempéries et, la dernière heure venue, aident l’âme à s’envoler. Comme l’on peut s’en douter, Pâques marque un moment essentiel de la pratique religieuse. Néanmoins, les populations rurales accordent beaucoup plus de sens au dimanche des Rameaux parce qu’il symbolise la renaissance de la nature.

La semaine

3Même si le repos du dimanche n’est pas toujours respecté, la messe paraît fréquentée par une majorité de la population. Symbole de la pratique religieuse, elle est avant tout un lieu de rassemblement pour la communauté. Les femmes sont beaucoup plus assidues aux offices que les hommes. Ce constat se renforce dans la pratique de la confession et dans l’assistance hebdomadaire aux vêpres où la présence masculine devient presque insignifiante.

La journée

4Pour un pratiquant, la journée est ponctuée par l’angélus. Chacun a à l’esprit le tableau de Millet : le recueillement d’un couple cessant son travail dans le champ lorsque sonne l’angélus du soir. De la même façon, les repas ne peuvent commencer avant que le bénédicité ne soit prononcé. Ces pratiques collectives sont relayées par des prières individuelles, comme celle prononcée avant de se coucher ; elles établissent une relation beaucoup plus familière avec Dieu.

Apprendre et connaître sa religion

5Dans les familles, l’apprentissage spirituel est le privilège des femmes, jugées plus réceptives parce qu’elles ont toujours été les gardiennes de la foi. L’éducation religieuse des enfants est avant tout transmise oralement par les mères et les grands-mères. Elles entretiennent cette instruction au cours des veillées collectives où sont dispensés des lectures de Vies de la Vierge et des saints. Après 1840, la diffusion massive des livres de piété, des manuels de dévotion et des images pieuses avec prière au verso, connaît un grand succès populaire. L’enseignement est délivré à l’église par les leçons de catéchisme, la lecture d’abrégés de la doctrine chrétienne, et les sermons. Comme les images pieuses, les peintures et les vitraux dans les églises véhiculent des représentations que chacun est en mesure de comprendre à partir du moment où il a reçu une éducation religieuse au sein de sa famille.

Prier... et manifester sa foi

6Blessée par les ravages de la Révolution, l’Église impose une religion plus sévère et transmet l’image d’un Dieu inaccessible et redoutable, entouré d’une cours céleste tout aussi lointaine. C’est donc tout naturellement que les fidèles se tournent vers des saints locaux, guérisseurs ou protecteurs agraires, dont ils se sentent plus proches et familiers. Aux alentours de 1840, avec la doctrine ultramontaine, l’Église promeut l’image d’un Dieu et de saints plus humains et bienveillants. Les fidèles peuvent alors se tourner vers une relation intense et personnelle avec l’au-delà en priant plus particulièrement le Christ et la Vierge. L’approche de Dieu passe aussi par des gestes concrets comme les pèlerinages et les processions. Ces cérémonies, issues de la tradition médiévale, connaissent un renouveau et une vitalité sans précédent. Elles sont le théâtre de témoignages exubérants et ostentatoires de la foi populaire ; reliquaires, statues de saints, bannières, encensoirs, ornements sacerdotaux luxueux, participent à l’expression d’une religion vécue en commun. Cependant, les participants à ces célébrations sont parfois plus attirés par le rassemblement populaire que par la véritable manifestation de leur foi.

© Presses universitaires du Midi, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.