Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les anges dans nos campagnes

 | 
Louis Peyrusse

Le diocèse de Cahors au xixe siècle

Texte intégral

1Sentimentaux et pédagogiques, les tableaux des églises lotoises reflètent la reconquête de la population par l’Église après les difficultés de la période révolutionnaire.

Le Concordat : renaissance de l’Église

2L’Église sort très affaiblie de la Révolution. Le clergé est peu nombreux, divisé entre prêtres jureurs et réfractaires. Les biens de l’Église ont été saisis. Les paroisses sont désorganisées, et les églises non entretenues menacent ruine. La population reste catholique, mais l’Église n’a plus de revenus et ne peut se reconstruire seule. Sa survie dépend d’une aide, assurée en 1801 par le Concordat conclu entre Napoléon Bonaparte et le pape Pie VII.

3Bonaparte voit dans la religion un instrument d’obéissance sociale et politique. Il décide donc de restaurer l’Église tout en la faisant dépendre étroitement du pouvoir. Avec le Concordat, l’Etat contrôle le choix du personnel religieux. En contrepartie, il subvient aux besoins du clergé en salariant les prêtres, et assure la liberté du culte remise en cause pendant la Révolution.

Reconquérir les fidèles

4Malgré cela la restauration religieuse est longue et difficile. Jusque dans les années 1840, les élites sociales et une partie du peuple sont marquées par les idées des Lumières et hostiles à la pratique religieuse. Les églises ne sont restaurées que tardivement : vers 1850, la moitié des églises lotoises est encore en mauvais état.

5Dans l’ensemble de la France, la plupart ne sont rénovées ou reconstruites que dans la seconde moitié du siècle. La reconquête catholique connaît à cette époque son plus grand succès, surtout entre 1850 et 1880.

6Une des raisons de ce succès est la modification des rapports entre les fidèles et la religion. Pour reconquérir la population, l’Église se veut plus chaleureuse. Elle favorise pour cela les pratiques spectaculaires et proches des fidèles.

7La mission paroissiale est un élément central de cette politique. Dans une paroisse, pendant plusieurs jours, la prédication exceptionnelle de religieux spécialisés attire la population. Des processions sont organisées. Lors de la dernière prédication, une croix de mission est érigée ; elle est parfois toujours en place. L’Église intègre plus étroitement au culte officiel des pratiques populaires comme le culte des saints et les pèlerinages. Les œuvres religieuses de laïcs sont encouragées. Le renforcement du culte de Marie, du Sacré-Cœur de Jésus, doit donner l’image d’une religion plus humaine.

8Dans le Lot, Rocamadour est un exemple spectaculaire de cette évolution. En 1844, Mgr Bardou, évêque de Cahors, rénove le sanctuaire. Il fait renaître la dévotion à Notre-Dame et le pèlerinage médiéval, tombé en désuétude, puis y installe une association de missionnaires diocésains. Bâtiments monumentaux, développement du pèlerinage, du culte marial et de la mission paroissiale, intérêt pour le christianisme médiéval... : le site offre un condensé étonnant de l’action de l’Église au XIXe siècle.

9Pour reconquérir la population, l’Église doit aussi être plus présente. Elle a donc besoin d’un clergé nombreux et bien formé. Pour cela, elle ouvre de nombreux séminaires. Dans le diocèse de Cahors, les évêques du début du XIXe siècle ouvrent un grand séminaire à Cahors en 1805 et un petit séminaire à Montfaucon en 1815. Plus généralement, le renouvellement du catholicisme entraîne sur l’ensemble de la France une augmentation du nombre de prêtres et de religieux réguliers, surtout dans les années 1850-1880.

10Le rôle du clergé ne se limite pas à la liturgie, aux sacrements et au catéchisme. L’enseignement (dans les écoles de frères et de sœurs), le soin aux malades et aux pauvres représentent une part importante de son activité. Parmi les congrégations les plus importantes dans le Lot, on peut citer les Filles de Jésus à Vaylats et les religieuses du Calvaire à Gramat. Dans la seconde moitié du siècle, la population est donc en contact quotidien avec le clergé.

Le parcours d’un prêtre quercynois du XIXe siècle

11Les prêtres sont généralement d’origine modeste et paysanne. Ils sont remarqués par leur curé pour leur piété et leur goût de l’étude. Celui-ci doit ensuite convaincre les parents d’envoyer l’enfant, vers dix ans, au petit puis au grand séminaire, car les études sont longues. Elles représentent cependant pour les futurs prêtres une ascension sociale. Leur instruction, rare en milieu rural, leur revenu régulier et leur vie en font des notables villageois.

12A l’issue du séminaire, après l’ordination et quelques années d’apprentissage comme vicaires, ils sont nommés dans une paroisse. Ils y restent de nombreuses années, parfois toute leur vie. Cela leur donne une grande influence, et leur permet de créer et d’animer les œuvres avec la population. Pendant la majeure partie du siècle, leur rôle est aussi administratif et politique : ils distribuent les bulletins de vote, lisent les décrets et lois, qu’ils commentent lors du sermon.

Du “discordat” à la Séparation

13Dès la décennie 1860 cependant, la reconquête catholique se heurte à un nouveau scepticisme. La plupart des intellectuels et beaucoup d’hommes politiques, dont les républicains, sont influencés par le positivisme. Seuls les faits et l’expérimentation doivent être pris en compte. La contradiction entre science et textes bibliques, l’intransigeance de l’Église envers les nouvelles théories scientifiques, renforcent cette opposition.

14L’alliance entre l’État et l’Église, qui avait permis la renaissance du catholicisme, est remise en cause par l’arrivée au pouvoir des républicains. Ils s’opposent depuis la Révolution à la Papauté qui refuse les principes de 1789 et veulent réduire les moyens d’influence de l’Église en laïcisant l’État.

15Au niveau national les deux camps s’affrontent durement. La tension culmine lors de la suppression de la religion dans l’enseignement public au début de la décennie 1880, puis entre 1902 et 1905. Le Lot, profondément rural et catholique, vote pourtant républicain contre l’avis du clergé à la fin du siècle.

16Plusieurs explications peuvent être avancées. Le clergé a moins d’influence depuis qu’il a perdu ses compétences officielles. Les sentiments de la population à son égard sont ambigus : respecté, il est aussi soupçonné de vouloir rétablir des structures d’Ancien Régime. Enfin, le clientélisme pousse à voter pour le parti du pouvoir, qui distribue places et autorisations de planter du tabac, précieuses après la crise du phylloxéra dans les années 1880. L’action des élus reflète les choix politiques et religieux de leurs électeurs. Appartenant à des partis anticléricaux, ils ménagent pourtant l’Église sur leur territoire, et contribuent largement à la reconstruction d’églises.

17Ces relations contradictoires cessent avec la séparation de 1905, qui ôte à l’Église nombre de ses moyens matériels. Par la suite, après la guerre de 1914-1918, la pratique religieuse décline rapidement dans le département, comme dans le reste du pays.

© Presses universitaires du Midi, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site