Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les anges dans nos campagnes

 | 
Louis Peyrusse

La peinture religieuse du xixe siècle : les raisons d’un intérêt

Texte intégral

1Qui savait, avant les publications qui ont accompagné la grande rétrospective Chassériau, un autre romantisme au Grand Palais en 2002, qu’une église du Lot abritait une grande toile, le chef-d’œuvre religieux du peintre ? Peut-être qu’un jour Le Christ au jardin des Oliviers sera aussi célèbre et aussi commenté que l’Isaïe roman présenté à quelques mètres dans ta nef de Sainte-Marie-de-Souillac... S’intéresser à la peinture religieuse du XIXe siècle peut paraître à première vue, une curiosité un peu décalée, voire un brin perverse. Et pourtant ! En dehors des toiles signées par quelques grands noms reconnus des spécialistes, ici comme ailleurs, que de découvertes ! Et que de richesses dans l’arrière-plan spirituel, politique, artistique de ces tableaux : autant d’éléments révélateurs de la société qui a commandé ces images.

2Les étudiants du D.E.S.S. Patrimoine de Cahors (formation professionnelle bac + 5 de l’université de Toulouse-Le Mirail) qui vise à former les étudiants aux pratiques professionnelles dans les milieux du patrimoine, mènent chaque année un projet collectif qui valorise les richesses lotoises. Ils ont relevé le défi de l’incuriosité générale en recensant tes œuvres accrochées dans les églises et ont rédigé ce catalogue anthologique comme une introduction à la découverte d’un ensemble très divers : grandes toiles présentées aux Salons parisiens, copies d’œuvres célèbres, adaptations habiles de schémas connus, œuvres naïves aux limites de l’art “populaire”...

3Le XIXe siècle a été un grand siècle religieux : l’essentiel des églises paroissiales du Lot ont été construites, reconstruites ou aménagées entre 1830 et 1905. Le mobilier et le décor ont suivi cette campagne de construction. Les tableaux n’avaient guère jusqu’ici suscité l’attention. Il a donc fallu inventorier à partir des archives. Première surprise : il y a peu d’œuvres déposées par l’État car le Lot n’a pas connu au XIXe siècle de prélat, de député, de notable très influent à la direction des Beaux-Arts (laquelle distribuait en province des tableaux à sujet religieux acquis au Salon par l’Etat). En revanche, il semble que la commande locale ait été importante : les listes établies lors des inventaires de 1905 en témoignent. Nous avons ainsi recensé trois cent cinquante tableaux qui ont été examinés, photographiés, étudiés. Autant d’occasions de contacts et de collaborations avec le clergé, les responsables locaux, les professionnels du patrimoine que nous tenons à remercier chaleureusement pour leur accueil, leur aide, leurs conseils.

4L’exposition et le catalogue sont anthologiques : un peu plus du dixième de la moisson... Nous aurions pu être savants et travailler pour les savants. Nous avons choisi d’être pédagogues pour donner à voir et à comprendre ce patrimoine oublié. Le XIXe siècle est définitivement mort : il faut donc apprendre aux yeux du XXIe siècle ce que signifient ces images, de quelles valeurs, de quelles espérances elles sont porteuses. Nous n’avons pas hésité à proposer à côté des œuvres dignes des musées des Beaux-Arts, des œuvres locales révélatrices des dévotions populaires. Ces peintures nous présentent comme un chapitre de livre d’histoire, une “coupe” sur les mentalités religieuses, les enjeux sociaux et politiques du Quercy. Autant de raisons de s’interroger sur la valeur et la portée des images dans une société...

© Presses universitaires du Midi, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.