Une exploration dans la peinture religieuse du Lot

Bruno Foucart

1Ainsi la peinture religieuse du XIXe siècle - ces tableaux si libéralement envoyés dans les églises des départements par l’administration parisienne des Beaux-Arts, ces décors muraux si volontiers commandés et mis en place par le clergé local - est-elle encore capable, après plus de cent ans de purgatoire ou plutôt d’enfer, d’intéresser même... la jeunesse du XXIe siècle. Ce sont en effet les étudiants du D.E.S.S. Patrimoine de l’université de Toulouse-Le Mirail qui ont eux-mêmes décidé d’explorer, à sa recherche, les paroisses du Lot. Grâces leur soient rendues.

  • 1 M. Bruno Foucart nous permettra de préciser qu’il s’agit de sa thèse Le Renouveau de la peinture r (...)

2Ils avaient pour guide Louis Peyrusse, soit l’un des ces modernes archéologues qui nous ont appris à revoir, à travers l’exemple toulousain, le XIXe siècle : ils pouvaient se servir d’une carte aux trésors bien lacunaire, cette thèse1 de 1980 publiée en 1987 où l’on trouvait quelques grilles d’analyse. Le résultat ne déçoit pas ; les trois cent vingt-trois œuvres recensées, dont est présenté ici un choix significatif, comprennent au moins un chef-d’œuvre absolu et ce qu’il faut de toiles savantes ou plus souvent naïves d’artistes parisiens ou régionaux, pour offrir un échantillon qui a valeur générale.

3Surtout ces “Piétés”, comme l’on disait ironiquement des tableaux à sujet religieux, retrouvent ici, quelle que soit leur valeur intrinsèque, leur vrai sens : elles témoignent en effet pour la piété ; elles disent ce que fut la foi, les cultes préférés, les sensibilités des habitants du département du Lot au cours d’un siècle qui fut à la fois si religieux et si agnostique. La présentation par thèmes iconographiques, qui fait passer au second rang les individualités, est de ce point de vue salvatrice. Elle permet une leçon de catéchisme accélérée, bien utile dans une époque où l’on a tendance à oublier que les deux Testaments, l’Ancien et le Nouveau, sont des livres de chevet. Elle nous rappelle que la peinture religieuse est par nature au service de son sujet, que l’iconographie est bien le point de passage obligé pour l’expression personnelle et les affirmations stylistiques. Il faut respecter l’être même de cette peinture, ce qu’ont fait nos ethno-iconologues.

4Le chef-d’œuvre lotois est évidemment la grande toile de Chassériau qui dans l’église de Souillac dialogue à égalité avec la sculpture romane. Ce Christ au jardin des Oliviers, représenté dans le moment où il vient d’accepter la Passion et où il implore pour l’humanité endormie, a une puissance byzantine. On moquait volontiers à Paris ces grandes machines exposées dans les Salons qui n’avaient d’autre destin que l’acquisition par les pouvoirs publics et l’exil dans de mystérieuses églises de communes reculées. Mais quelle bonne et démocratique politique ! Ainsi le Lot aura équitablement reçu au moins un témoin des grandes options qui se sont partagées cette peinture au cours du siècle. Le Forestier de l’évêché-musée de Cahors montre que la leçon davidienne, la gestuelle des corps pouvaient se renouveler et se sanctifier. Orner Charlet et Jobbé-Duval représentent le parti du sentiment, de l’émotion dans la continuité tridentine, selon l’exemple d’Ary Scheffer et de Delaroche. Lamothe témoigne ici pour les disciples d’Ingres et de Flandrin. Boissard de Boisdenier et Hébert, fût-ce pour ce dernier à travers une copie, montrent l’approche plus réaliste des années 1850. L’inattendu Lupiac, ce fils naturel des Nabis et de Puvis de Chavannes, relève de la peinture claire et symboliste de la fin du siècle.

5Ces Parisiens, ce Toulousain, ces élèves des écoles des Beaux-Arts ont du métier (et même de l’inspiration) ; ils sont les bons élèves, les savants au milieu de la classe mixte qui réunit saintes femmes peintresses, spécialistes en copie, et adapteurs de gravures et cartons ; tous ces artisans peintres ont pour eux la simplicité, la naïveté, le pouvoir de donner les images où le peuple chrétien se reconnaît immédiatement. Le Lot nous garde le souvenir de ce Joseph Piazza, le favori peinturlureur des paroisses. Comment ne pas évoquer à son propos Le Roman d’un peintre de Ferdinand Fabre en 1878, quand Antonio Buccaferrata recueillait et entraînait dans sa troupe de peintres d’églises ambulants le jeune, futur célèbre et si peu clérical, Jean-Paul Laurens ?

6Le Lot du XIXe siècle a tous les sacrements : il a ses grands évêques tel Mgr Bardou, le restaurateur de Rocamadour, ses saints martyrs comme Jean-Gabriel Perboyre, ses peintres du terroir comme Cyprien Calmon. Il a vécu le quotidien et les grands moments de cette foi restaurée qui marqua un siècle dont les héros resteront à égalité Louis Pasteur et Bernadette Soubirous. Les explorateurs du D.E.S.S. Patrimoine ont rapporté quelques pièces dites muséales, d’autres qui relèveraient plutôt du document ; ils nous ont permis surtout de retrouver l’esprit de cette vie religieuse qui à travers les peintures sait encore nous parler et sûrement nous attendrir.

Notes

1 M. Bruno Foucart nous permettra de préciser qu’il s’agit de sa thèse Le Renouveau de la peinture religieuse en France 1800-1860, Paris, Arthéna, 1987.

Auteur

Bruno Foucart

Professeur d’Histoire de l’Art à l’Université de Paris-Sorbonne