Version classiqueVersion mobile

Archéologie et histoire de l’Église d’Afrique. Uppenna II

 | 
Dominique Raynal

Les grandes phases de l'évolution de la basilique. Mosaïques funéraires et mémoire des martyrs

Chapitre VIII. Corpus des mosaïques funéraires

Texte intégral

1Trois groupes de mosaïques funéraires constituent maintenant le fonds d’Uppenna :

  • les mosaïques découvertes au début du XXe siècle et conservées au musée d’Enfidha. C’est la série A.
  • les mosaïques découvertes au début du XXe siècle et disparues depuis. C’est la série B.
  • les mosaïques retrouvées sur le site ou découvertes lors des travaux de 1971. C’est la série C.

2Les pavements découverts en 1904-1906 ont été répertoriés par :

3Louis Robin, « Note sur la basilique byzantine d’Uppenna », BAC 1905, p. 368-377 (abréviation ici R.).

4Paul Gauckler, Rapport sur des Inscriptions latines découvertes en Tunisie de 1900 à 1905, Nouvelles Archives des Missions, XV, 1907, ch. VIII : Basiliques d’Uppenna et de Sidi Abich, p. 405-423 (abréviations ici G.NAM).

5P. Gauckler, Inventaire des Mosaïques de la Gaule et de l’Afrique, II, 1910, p. 89-103 (abréviation G.Inv.). Le Supplément à l’Inventaire, œuvre de Merlin, sera répertorié Inv. Supplt. Lorsque la mosaïque se trouve citée dans l’Inventaire et le Supplément, sa référence portera la double mention G.Inv. et Supplt.

6Alfred Merlin, Inscriptions latines de Tunisie, p. 42-45 (abréviation ILT).

7Le Corpus Inscriptionum Latinarum (abréviation CIL) ; cette référence majeure sera donnée chaque fois en tête de liste.

8Ernst Diehl, Inscriptiones Latinae Christianae Veteres (abréviation ILCV).

9Margaret Alexander, Early Christian tomb mosaics of North Africa, vol. 1 et 2, University Microfilms Inc, Ann Arbor, Michigan (recension des mosaïques d’Uppenna : vol. 2, no 94 à 153, p. 47-94) (abréviation Al.).

10Nous indiquerons deux localisations pour la plupart des mosaïques du groupe A et B, d’abord celle de l’Inventaire de Gauckler, ensuite celle que nous nous sommes efforcés de restituer dans la première partie du chapitre III de Uppenna I, précédée ici du mot « restitution ».

11La liste à laquelle je parviens totalise quatre-vingt-douze mosaïques funéraires (42 pavements de la série A, 22 de la série B, 28 de la série C), dont quatre-vingt-sept avec photos.

12Je n’ai pas intégré la mosaïque de P V Dion – cf. fig. 391 et explication, p. 539-540.

13Les inscriptions des deux audientes C.1 n’ont pas été dissociées. Il aurait été tout aussi justifié de le faire. À l’inverse, les épitaphes de Crescentia A.10 et Secunda A.35 davantage individualisées, bien que reliées par le trait inférieur, ont chacune une numérotation, ce qui est conforme aux doubles indications du calque, de Robin, et de Gauckler.

14L’épitaphe disparue de Feli[…] Serv[…] précédait dans la chapelle VIII une composition rassemblant les compartiments supérieur et inférieur d’une mosaïque tombale, composition dont le panneau se trouve au musée d’Enfidha. L’ensemble aurait pu être comptabilisé pour un. L’existence de mosaïques sans épitaphe m’a incité à privilégier un dédoublement.

15La brièveté des notices de ce chapitre se justifie par la priorité donnée à l’illustration et par le contenu de l’étude chronologique et comparative des chapitres IX, X, XI et de l’Annexe de ce volume. On s’est efforcé de préciser ce qui ne l’avait pas été dans ces répertoires précédents, les dimensions et les coloris des différents éléments de chaque mosaïque, mais aussi d’attirer l’attention sur des « détails » à potientalité symbolique.

16Les références aux illustrations – photo, dessin, croquis – seront données sur chaque fiche.

17Les différents plans proposant l’emplacement des mosaïques sont les suivants :

  • Fig. 57, dépliant, fin de tome Uppenna I : reconstitution proposée de l’emplacement des mosaïques découvertes au début du XXe siècle.
  • Fig. 4 et plan général (Pl. I) : emplacement des mosaïques découvertes ou redécouvertes en 1971 (série C).
  • Plans évolutifs de la basilique : PL IIa, IIb, IIc, IId.
  • PL III : les mosaïques : classement chronologique.

18Un certain nombre d’épitaphes de la basilique d’Uppenna donnent le nom du gentilice du défunt. Cette particularité intéressante à souligner m’a conduit à proposer une double classification : gentilices, noms uniques et surnoms (cognomina).

1. LES MOSAÏQUES DÉCOUVERTES EN 1904-1906 ET CONSERVÉES AU MUSÉE D’ENFIDHA

SÉRIE A

19Les mosaïques sont contenues dans des panneaux. Les dimensions fournies ne sont pas celles des panneaux. Une telle mesure n’aurait guère de justification puisque la plupart des pavements funéraires étaient entourés d’une mosaïque blanche dont le mosaïste, M. Fino, a conservé, lors de la confection de ces panneaux, une largeur chaque fois différente. Les dimensions données sont exclusivement celles de la partie figurative des pavements et donc, dans l’ensemble, inférieures à celles des panneaux. Les mosaïques ont souvent une structure tripartite : en haut, le « compartiment supérieur » contenant la couronne et la croix, au milieu, le champ épigraphique, en bas « le compartiment inférieur » plus ou moins important. Les dimensions indiquées pour les compartiments supérieur et inférieur ou pour le champ épigraphique sont des dimensions intérieures et n’intègrent pas les largeurs des bordures. La dimension extérieure est aisément restituable. Pour les couronnes, on indique les deux diamètres (ext.-int.).

20Toutes les dimensions sont données en mètre(s) à l’exception de la hauteur des lettres, en centimètres.

21La définition de la couleur des mosaïques ne peut être très précise lorsqu’il s’agit, comme c’est le cas le plus souvent, de tons intermédiaires aux imprégnations plus ou moins soutenues : ocre jaune, brun rouge (brique). Plus on progresse vers les gammes foncées, plus il est difficile de qualifier le ton dominant. Cela concerne la famille noir, vert sombre à noir, gris ardoise foncé voire marron foncé. L’absence d’un répertoire de couleurs unique et incontesté pour les tesselles de pavements auquel on puisse se référer est certainement dommageable. En outre, les couleurs des mosaïques de la série A et la série C ne sont pas reçues de la même manière, même lorsqu’il s’agit de cubes identiques. L’écart tient moins à la différence importante de luminosité de l’environnement – salle du musée pour la série A, site pour la série C – qu’au fait que les pavements du groupe A furent vernis au début du XXe siècle.

22La succession des couleurs (bordures, couronnes etc.) est précisée de l’extérieur vers l’intérieur. Les chiffres entre parenthèses indiquent le nombre de rangées d’une même tonalité. La couleur de l’α et de l’ω est habituellement, sauf indication contraire, celle de la croix. On n’a pas mentionné la couleur des fleurs, toujours la même : tige verte, bouton rose et rouge.

MOSAÏQUES TOMBALES AL MLSÉE D’ENFIDHA. Série A

Nom avec gentilice

cilonia grata

A.1

Fig. 282

fabia restituta

A.2

Fig. 283

iulius honorius

A.3

Fig. 284

« vadius » donatianus

A.4

Fig. 285-286

Nom unique

aprikis (pour aprilis)

A.5

Fig. 287-288

babelo

A.6

Fig. 289

baleriolus (pour valeriolus)

A.7

Fig. 290

bernaclus (pour vernaclus)

A.8

Fig. 291

bictoria (pour victoria)

A.9

Fig. 292

crescentia et secunda

A.10 et A.35

Fig. 293

crescentius, bruttanicus (pour britannicus)

A.11

Fig. 294

donatianus

A.12

Fig. 295

emeritus

A.13

Fig. 296

faonius

A.14

Fig. 297-298

fastidilus (pour fastiditus ?)

A.15

Fig. 299-300

faustina, spendeu (pour spes in deo)

A.16 et A.37

Fig. 301

felicianus

A.17

Fig. 302

felicitas

A.18

Fig. 303

felix

A.19

Fig. 304

filocalus (pour philocalus)

A.20

Fig. 305

fortunatus

A.21

Fig. 306

gaudentia

A.22

Fig. 307

honorius

A.23

Fig. 308

icosu

A.24

Fig. 309

irene

A.25

Fig. 310

lucilianus

A.26

Fig. 311

maxima

A.27

Fig. 312

pascasius

A.28

Fig. 313

quadratianus (mosaïque la plus ancienne)

A.29

Fig. 314

quadratianus (mosaïque la plus récente)

A.30

Fig. 315

quintus

A.31

Fig. 316

reparatus

A.32

Fig. 317

restutus (pour restitutus)

A.33

Fig. 318

rusticilla

A.34

Fig. 319

secunda (cf. crescentia A.10)

A.35

Fig. 293

secundianus et restuta (pour restituta)

A.36

Fig. 320

spendeu (cf. faustina A.16)

A.37

Fig. 301

vernacla

A.38

Fig. 321-322

Mosaïques sans épitaphe

A.39

Fig. 323

A.40

Fig. 324

A.41

Fig. 325

A.42

Fig. 326

A.1. CILONIA GRATA

Fig. 282
Fig. 421 couronne-chrisme
Upp. I : dessins fig. 39, 436

23CIL 23049 ; R. 38 ; G.NAM 228 ; G.Inv. 298 ; ILCV 2645 ; Al. 127.

24Emplacement. G.Inv. 298 : « dans la grande chapelle latérale de droite, accolée à la mosaïque de Babelo, dans l’angle sud-est ».

25Restitution. Chapelle abside nord (VIII), près du seuil de l’abside (IX) (rectangle du calque, no 40).

26Description. Mosaïque de structure tripartite, à bordure de filet simple, couronne à six filets entourée à large distance de quatre fleurons triangulaires. Champ épigraphique prenant appui sur un bandeau de cinq fleurettes à croix (carrés sur pointe sertis dans des carrés, divisés en quatre triangles par les diagonales). Compartiment inférieur très largement occupé par un losange entouré de quatre boutons de rose, dont deux indiquent la direction d’un cercle et d’un petit losange à trois points en relief.

Image

Fig. 282
Dimensions.1,60 x 0,74. Largeur de la bordure : 0,01. Compartiment supérieur : 0,515 x 0,71 ; diamètre de la couronne : 0,47-0,31. Champ épigraphique : 0,52 (0,37 sans le motif décoratif du bas) x 0,71 ; hauteur des lettres : 7,5 à 9. Compartiment inférieur : 0,515 x 0,71 ; losange : côtés : 0,52, diagonales : 0,49-0,68. Couleurs. Bordure : vert sombre à noir. Couronne : brun rouge/vert sombre à noir/vert clair/ocre jaune/blanc/vert sombre à noir. Fleurons autour de la couronne, (en alternance) : vert sombre à noir/vert/ocre jaune, et, vert sombre à noir/brun rouge/vert sombre à noir. Croix : ocre jaune. Lettres : vert sombre à noir (lignes 1,3) ; brun rouge (lignes 2,4). Motifs des fleurettes à croix, (en alternance) : vert sombre/brun rouge/rose, et, vert sombre/vert clair/ocre jaune. Compartiment inférieur : noir et vert sombre/blanc(3)/noir et vert sombre/vert/ocre jaune/vert/noir et vert sombre/brun rouge(2)/noir et vert sombre/blanc(2) ; cube central : vert sombre. Le cercle et le petit losange, à côté des fleurs : brun rouge et rose.

Cilonia
Grata in p(ace)
bix(i).t annis LX
menses Image d(ies) XX

27Observations

28• Mosaïque parmi les plus larges de sa catégorie (groupe II), privilégiant la couleur, la rigueur et l’abstraction des formes géométriques.

29• L’α est situé à l’extérieur des quadrants du chrisme.

30• Ligne 3. On peut penser que le mosaïste a omis le I de bixit et que, par la suite, il n’a pu insérer qu’un cube à l’emplacement de cette voyelle. C’est l’hypothèse la plus simple. On peut aussi, grâce à un rapprochement avec l’épitaphe de Iulius Honorius A.3, suggérer une dilatation de la structure de la phrase in p(ace) bix(it) (e)t (bixit) annis LX, dissociant l’évocation de la paix et l’indication de la durée de la vie. Le point signifie alors l’abréviation bix(it) et le T représente la conjonction ET.

31• Cette mosaïque est un jalon intéressant dans la série des pavements d’Uppenna. Le motif du bas, que Gauckler (Inv. 298) qualifiait de simple losange, offre ici – du moins on peut le suggérer – la représentation de la cuve baptismale carrée en usage au moment de la pose de cette mosaïque. On la retrouve sur la mosaïque sans épitaphe A.41 – fig. 325.

A.2. FABIA RESTITUTA

Fig. 283
Fig. 417 couronne-chrisme

32CIL 23049 c ; Inv.Supplt 306 c ; ILCV 2645 adn. ; AL 136.

33Emplacement. Non précisé.

34Restitution proposée : rectangle no 12 du calque de Robin, contre le bord est du premier chœur occidental.

35Description. Mosaïque tripartite à bordure à filet double, confectionnée avec économie de moyens et netteté d’écriture.

Image

Fig. 283
Dimensions.1,61 x 0,54. Largeur de la bordure : 0,025. Compartiment supérieur : 0,49 x 0,49 ; diamètre de la couronne : 0,39-0,26. Champ épigraphique : 0,52 x 0,495 ; hauteur des lettres : 7. Compartiment inférieur : 0,52 x 0,495 ; cadre des fleurs : 0,42 x 0,38.
Couleurs. Bordure : vert/noir avec quelques cubes vert sombre. Couronne : brun rouge/rose/blanc/vert/noir (quelques cubes vert sombre). Croix : brun rouge. Lettres : noir (quelques cubes vert sombre). Cadre des fleurs : noir.

Fabia Res
tituta in
pace vics
it annis
XXXIIII me
nses V

36Observation

37 Mosaïque découverte parmi les dernières à Uppenna, protégée jusqu’en 1906, dans notre hypothèse de localisation, par le maintien sur place d’une partie du sol du chœur occidental du niveau supérieur.

A.3. IULIUS HONORIUS

Fig. 284
Fig. 429 couronne-croix
Upp. I : dessins fig. 435 et p. 289
Upp. I : dessin du tombeau et localisation fig. 53-54

38CIL 23045 a ; R. 29 ; G.NAM 225 ; G.Inv. 289 ; ILT 222 ; ILCV 389 B ; Al. 116.

39Emplacement. G.Inv. 289 : « dans le bas-côté de droite, accolée à la mosaïque de Lucilianus ».

40Restitution. Cf. description du P.V. de la troisième Mission, et plan fig. 54 (Upp. I). Se positionne dans le rectangle no 31 du calque. Les mosaïques de Lucilianus et de Restutus lui sont perpendiculaires. Sur le dessin de Robin, elle est indiquée orientée vers l’ouest. Le P.V. de la troisième Mission précise que la sépulture de Iulius Honorius « a été établie sur une épaisseur de 0,23 m, à travers une mosaïque plus ancienne ».

41Description. Mosaïque tripartite à bordure constituée de cinq rangées, effilée avec une grande différence entre les développements accordés en hauteur à chacun des trois compartiments. La faible largeur impose neuf lignes d’épitaphe soulignées de réglures.

Image

Fig. 284
Dimensions.1,65 x 0,55(en haut) - 0,53 (en bas). Largeur de la bordure : 0,07. Compartiment supérieur : 0,41 x 0,41 ; diamètre de la couronne : 0,41-0,23. Champ épigraphique : 0,83 x 0,41(en haut) - 0,38 (en bas) ; hauteur des lettres : 7,5 à 8,5. Compartiment inférieur : 0,26 x 0,38.
Couleurs. Bordure : rose/blanc(2)/vert/vert sombre à noir. Couronne : brun rouge(2) /blanc(2)/vert/vert et vert sombre alternés/vert sombre à noir. Croix : brun rouge (bras horizontaux : vert sombre). Lettres : vert sombre à noir. Lignes : rouge.

Iulius
Hono
rius
f·l(a)·m(en)·
p(er)·p(etuus)·in
pace
bixit Image
annis
LXII

42Observations

43 Développement spécifique sur la mosaïque très connue et encore plus citée du flamme perpétuel Iulius Honorius (ci-dessous, ch. XII).

44• On remarque sur le pavement :

  • dans la partie supérieure, la croix monogrammatique que l’on retrouve également sur deux mosaïques du groupe II, celle de Quintus A.31 et le double carreau disparu B.13. Sur ces deux mosaïques, la croix monogrammatique voisinait avec le chrisme constantinien. À l’intérieur de la couronne, deux incrustations de quatre tesselles1.
  • sur l’épitaphe :
  • 2 Abréviation habituelle notamment dans le texte des Tablettes Albertini, Paris, 1952, Ch. Perrat, p (...)

45ligne 4 : l’abréviation F·L·M· pour FL(A)M(EN) avec un point d’abréviation superflu après le F2.

  • 3 A. Chastagnol, « Le formulaire de l’épigraphie latine officielle dans l’Antiquité tardive », La te (...)

46ligne 5 : l’abréviation P·P· pour P(ER)P(ETUUS) se rencontre à partir du règne de Julien pour se généraliser au Ve siècle3.

47ligne 7 : la présence du E après BIXIT ne doit pas être comprise comme une extension fautive de ce verbe. Le E est légèrement séparé et plus petit que les lettres de ce mot. Si E = ET, ne peut-on y déceler une expression séparant l’indication de la paix et celle de la durée de la vie in pace bixit et (bixit) annis LXII ? Sur cet aspect, voir la double possibilité de lecture de l’épitaphe de Cilonia Grata A.1. On peut être également tenté de justifier la présence de ce E (= ET ?) par la mention de la dignité de flamine perpétuel (cf. ci-dessous, ch. XII).

48• Le compartiment inférieur représente trois tiges de fleurs sans feuilles et cinq « pétales »-« étoiles », deux sombres, trois plus clairs, dont la présence répondait nécessairement à une volonté (ces cinq taches ont une surface équivalente à celle concédée aux traditionnels fleurons autour de la couronne ou aux « étoiles » au-dessus du bras de la croix).

A.4. « VADIUS » DONATIANUS

Fig. 285, vue prise avant restauration (également
Upp. I, fig. 20,) – MB 476 –
Fig. 286 état actuel
Upp. I : dessin p. 295

49CIL 23053 q ; Inv.Supplt 306 h ; ILCV 4003 C adn. (indication : provenance des catacombes de Sousse !) ; A1. 141.

50Emplacement. Sans indication.

51Description. Mosaïque découverte incomplète. Œuvre atypique dans la production d’Uppenna. Une large bordure d’ondes entourait une épitaphe de défunt, qui ne comportait pas l’indication du jour de la mort.

Image

Dimensions. (actuelles) 1,20 x 0,71. Largeur de la bordure : 0,17. Champ épigraphique : 0,88 x 0,39 ; hauteur des lettres : 7 à 8.
Couleurs. Bordure : ruban sinusoïde blanc délimitant vers l’extérieur un espace : rose/brun rouge /vert/vert sombre à noir, et, vers l’intérieur, : ocre jaune/vert/vert sombre.
Lettres, lignes 1,3,5,7 : noir ; lignes 2,4,6 : brun rouge.

Vue prise avant restauration

Etat actuel

Va[.]ịus
Doṇati
[a]nus
ṿixsit
anṇịṣ
XImage[…]
dị[…]XLImage[.]I

Vadius
Donati
anus
vixsit
annis
XXXS et ( !)
dies XLImageII

52Observations

53• Toute la partie supérieure a été refaite (au-dessus de la première ligne). Il est donc impossible de prouver qu’il y avait une couronne et un chrisme ou une croix monogrammatique, mais la rangée de mosaïque blanche au-dessus de la réglure initiale paraît de nature à l’accréditer.

54• Ligne 1. Il semblerait préférable de restituer VARIUS. Merlin, dans le Supplément à l’Inventaire, 306 h, donne VA[R]IUS. La seule objection se situe dans le texte de l’appendice du P.V. de la troisième Mission annonçant la découverte de cette mosaïque, le 11 juillet 1906, et comportant VADIUS.

A.5. APRIKIS (pour aprilis)

Fig. 287 vue prise sur le site – MB 331 –
Fig. 288 mosaïque au musée d’Enfidha
Fig. 414 couronne-chrisme
Upp. I : dessins fig. 40-41, 434

55CIL 23047 ; R. 23 ; G.NAM 220 ; G.Inv. 283 ; ILT 224 ; ILCV 2648 A adn. ; Al. 94.

Image

Dimensions. 1,35 (h.c.) x 0,56. Largeur de la bordure 0,07. Compartiment supérieur : 0,45 x 0,42 ; diamètre de la couronne : 0,40-0,21. Champ épigraphique : 0,48 x 0,41 (limité à la fin de la dernière ligne : 0,31) ; hauteur des lettres : 7,5, 6, 6, 6. Compartiment inférieur : 0,30 x 0,41.
Couleurs. Bordure : brun rouge/rose/blanc(2)/noir. Couronne : brun rouge/rose/blanc/ocre jaune/blanc(2)/noir. Croix : ocre jaune. Motifs triangulaires autour de la couronne, alternative ment : noir/rose/brun rouge/noir, et, noir/vert pâle/ ocre jaune/noir. Lettres : vert sombre à noir.
(Ce brun rouge est pâle).

Aprikis
in pace
vixit an
nis XVI

56Emplacement. G.Inv. 283 : « dans le chœur, devant l’abside du chevet ».

57Restitution. Sur le seuil de la chapelle II – rectangle du calque no 25. (Cf. fig. 33-35 et développement : chapitre I).

58Description. Mosaïque à structure tripartite et bordure à cinq filets, trouvée intacte en 1905, et entièrement refaite en 1906 dans sa partie inférieure.

59Observations

  • Permutation de l’α et de l’ω.
  • La lecture APRIKIS invite à comprendre APRILIS. L’observation de la fig. 287 prouve cependant que l’orthographe APRIKIS était d’origine.
  • La restauration a concerné les deux tiges au bouton de rose, sous l’épitaphe, qui étaient rigides, et le motif du bas constitué, à la place de l’actuel rectangle, d’une fleur composée de quatre pétales étalés de forme triangulaire. En bas, la bordure avait la même largeur que sur les autres côtés.

A.6. BABELO

Fig. 289
Fig. 433 couronne-croix
Upp. I : dessins fig. 39, 436

60CIL 23047 a ; R. 37 ; G.NAM 208 ; G.Inv. 297 ; ILCV 2648 A adn. ; Al. 126.

61Emplacement. G.Inv. 297 : « dans la grande chapelle latérale de droite ».

62Restitution. Contre le mur est de la pièce VIII - « narthex de chapelle à abside nord » (rectangle du calque no 39). On se reportera aux développements des chapitres III (Upp. I) et ci-dessus IV.

Image

Fig. 289
Dimensions.1,59 x 0,60. Largeur de la bordure : 0,025 (et 0,16 avec les demi-cercles) ; diamètre de la couronne : 0,51-0,45. Champ épigraphique : 0,75 x 0,35 ; hauteur des lettres : 11 à 15,5.
Couleurs. Bordure : noir. Demi-cercles « arcades » : noir, intérieur rouge (à gauche, demi-cercle extérieur : rouge et noir). Couronne :
noir, intérieur : brun rouge. Croix, α et ω : noir. Lettres : noir.

Babe
lo in
pace
vixit
ann(i)s Image

63Description et observations

Le pourtour de la mosaïque est constitué de dix-huit demi-cercles (3 en bas, 4 en haut, 5 à droite, 6 à gauche) pouvant symboliser un espace entouré d’arcades. Ceux du haut sont séparés du champ de la couronne par un trait blanc. Plus simplement on peut y voir une représentation de la forme de la tombe sous-jacente si celle-ci s’apparentait au type des tombes rectangulaires avec bords en moellons. La croix est en forme de monogramme, l’espace au-dessus des bras horizontaux est divisé en quart de cercles concentriques. Les lettres de « forme presque cursive » (G.NAM 208) et surdimensionnées, souffrent d’une composition trop tassée vers la droite. Continuité d’écriture entre le A de la troisième ligne et le premier I de la quatrième. Lignes 4 et 5 : Gauckler lit ANN LVI, Robin ANNIS sans chiffre (sur le manuscrit de Langres, il indique faussement une cassure après la cinquième ligne). Le CIL donne ANIS/L. Il me semble préférable d’y voir ANN(I)S/Image.

64• La graphie donne l’impression que la commande avait été passée à un lapicide oeuvrant à contre-emploi dans l’art de la mosaïque.

65• La mosaïque disparue de Quodvult[deus] B.7 (fig. 339) présentait une évidente parenté avec celle de Babelo.

A.7. BALERIOLUS (pour valeriolus)

Fig. 290 ; également fig. 136, 279
Fig. 444 couronne-croix

66CIL 23043 ; R. 16 ; G.Inv. 277 et Supplt ; ILT 219 ; ILCV 1110 B ; Al. 100.

67Emplacement. Dans le pavement du chœur oriental, devant la grande inscription des martyrs. Se reporter au chapitre III et aux fig. 129-133 et 138-139.

68Description. Mosaïque tripartite à bordure constituée de sept filets comportant initialement des denticules extérieurs. Croix monogrammatique entourée de trois étoiles dans une couronne tressée rayonnante, fleurons de lotus aux angles du compartiment supérieur. Les sept lignes de l’épitaphe sont renforcées par des réglures. Le compartiment inférieur est limité à un bandeau décoré de trois carrés sur pointe et six demi-carrés.

Image

Fig. 290
Dimensions.1,95 x 0,88. Largeur de la bordure : 0,11. Compartiment supérieur : 0,64 x 0,66 ; diamètre de la couronne : 0,53-0,35 à 0,37. Champ épigraphique : 0,86 x 0,66 ; hauteur des lettres : 10,5 à 11. Compartiment inférieur : 0,12 x 0,66.
Couleurs. Bordure : noir/brun rouge/blanc(2)/brun rouge/noir/vert. Couronne : noir (denticules noirs)/brun rouge/ocre jaune/vert/blanc/vert/brun rouge/noir. Croix : brun rouge. Fleurons autour de la couronne : noir/brun rouge et vert. Lettres : noir. Lignes : brun rouge. Motif géométrique du bas : noir/vert/blanc.

Balerio
lus episco
pus vixit
annis LXXXII
depositus
die ImageII kal(endas)
Octobres

69Observation

70 Comparer cette mosaïque avec la mosaïque supérieure de Quadratianus A.30, pièce XVI (fig. 279-280, indications p. 392 n. 3).

A.8. BERNACLUS (pour vernaclus)

Fig. 291
Fig. 415 couronne-chrisme
Upp. I : dessin fig. 435 et p. 214

71CIL 23053 s ; R. 31 ; G.NAM 222 ; G.Inv. 291 ; ILCV 1398 A adn. ; Al. 118.

72Emplacement. G.Inv. 291 : « dans le bas-côté de droite, longeant le second entrecolonnement du portique ».

73Restitution. Nef latérale nord (rectangle du calque no 33).

74Description. Mosaïque de structure tripartite avec bordure à filet simple, contenue dans une plage de mosaïque blanche, décorée d’une tige à fleurs à deux boutons. Compartiment inférieur composé d’écailles imbriquées.

Image

Fig. 291
Dimensions.1,63 x 0,55 (hauteur du panneau actuel avec la tige de rose : 1,90). Largeur de la bordure : 0,01. Compartiment supérieur : 0,52 x 0,525 ; diamètre de la couronne : 0,48-0,32. Champ épigraphique : 0,55 (0,46 sans la frise du bas) x 0,53 ; hauteur des lettres : 7,5 à 9. Compartiment inférieur : 0,53 x 0,53 ; champ des écailles : 0,44 x 0,44.
Couleurs. Bordure : vert sombre à noir. Couronne : vert sombre à noir/brun rouge/rose/blanc/ocre jaune/vert/vert sombre à noir. Croix : ocre jaune. Lettres, lignes 1,3,5 : brun rouge ; lignes 2,4 : vert sombre à noir. Écailles imbriquées, en alternance (de l’intérieur vers l’extérieur) : vert sombre à noir/brun rouge/rose/blanc, et, vert sombre à noir/vert/ocre jaune/blanc - couleurs que l’on retrouve dans le motif décoratif de ligne brisée sous la dernière ligne de l’épitaphe.

Bernaclus
fidelis
in pace
vixit
annis LXXX

75Observations

76• Permutation de l’α et de l’ω ». Gauckler (Inv. 291) lit LXXV.

77• On prendra note de la représentation de la tige aux deux boutons à l’extérieur du cadre de la mosaïque tumulaire.

A.9. BICTORIA (pour victoria)

Fig. 292 (autre représentation fig. 143)
Fig. 416 couronne-chrisme

78CIL 23053 t ; G.NAM 237 ; G.Inv. 306 ; ILCV 1398 A adn. ; Al. 122.

79Emplacement. Sous les dalles qui entouraient, sur son côté nord, la mosaïque du chœur oriental (contemporaine de la grande inscription des martyrs). Appartient donc au sol 1 de l’église.

80Description de la découverte : P. V. d’une double Mission, p. 22-23 ; croquis fig. 1421-2. Emplacement visible sur le site (fig. 66,151).

81Description. Mosaïque tripartite à filet double denticulé ayant la particularité, dans la production d’Uppenna, de centrer la composition du compartiment inférieur sur la représentation d’un canthare avec trois tiges et cinq boutons.

Image

Fig. 292
Dimensions.1,57 x 0,59. Largeur de la bordure : 0,05. Compartiment supérieur : 0,48 x 0,49 ; diamètre de la couronne : 0,38-0,23. Champ épigraphique : 0,47 x 0,48 ; hauteur des lettres : 8 à 9. Compartiment inférieur : 0,49 x 0,49.
Couleurs. Bordure : vert/vert sombre. Couronne : rose/brun rouge/blanc/ocre jaune/vert/vert sombre. Croix : ocre jaune. Lettres : brun rouge. Vase : col, extérieur : noir ; intérieur (de gauche à droite) : brun rouge/rose/noir/ocre jaune/vert ; panse : extérieur et godrons : vert sombre ; intérieur de la panse : brun rouge/rose/brun rouge/vert/ocre jaune/vert - le tout répété deux fois.

Bictoria
fidelis
in pace
vicxit an
nis XImage (ou XL ou XI)

82Observation

83 À noter l’incertitude concernant l’âge de la défunte. Gauckler restitue XL, le CIL suggère XX, M. Alexander XI.

A.10. CRESCENTIA et A.35. SECUNDA

Fig. 293
Fig. 422 couronne-chrisme
Upp. I : dessins fig. 39, 436 et p. 214

84Emplacement. Crescentia. G.Inv. 295 : « dans le bas-côté de droite, encastrée dans le seuil de la porte du baptistère ». Secunda. G.Inv. 296 : « Dans la grande chapelle latérale de droite, devant la porte s’ouvrant sur l’aile gauche ». Mme Alexander a déduit de cette distance entre les deux épitaphes dans l’Inventaire de Gauckler que le double filet qui les relie avait été composé au début du XXe siècle (op.cit. t. II, p. 71, n.1). Rappelons toutefois le dessin de Robin, dans sa lettre du 6 février 1905 à Gauckler, avec la mention « 2 tombeaux accolés » (cf. Upp. I, fig. 39).

85Restitution. Les deux épitaphes sont contiguës dans la chapelle à abside nord, près de l’angle sud-est du narthex (rectangles du calque no 37 et 38).

86Description. Filet double délimitant un massif de mosaïque blanche à l’intérieur duquel ont été disposées les mosaïques à deux compartiments des jeunes Crescentia et Secunda. Les bordures de ces mosaïques sont constituées, sur trois côtés, de deux filets (un, pour les côtés qui se font face) et se rejoignent en bas.

Image

Fig. 293
Dimensions de l’ensemble. Hauteur supérieure à 1,13 m ; largeur : 1,13 m.
Couleurs de la bordure : brun rouge/rose.

A.10. CRESCENTIA

87CIL 23049 a ; R. 35 ; G.NAM 207 ; G.Inv. 295 ; ILT 226 ; ILCV 2648 Aa ; A1.124.

88Dimensions. 0,88 x 0,41 à 0,45. Largeur de la bordure : à gauche, 0,025 ; à droite, 0,0125. Compartiment supérieur : 0,43 x 0,40 à 0,42 ; diamètre de la couronne : 0,395-0,22. Champ épigraphique : 0,39 x 0,39 ; hauteur des lettres : 8,8,5,8,5, 7 à 10.

89Couleurs. Bordure : vert pâle/vert sombre (à droite vert sombre). Couronne : brun rouge/rose/ocre jaune/blanc(2)/vert/vert sombre et noir. Croix : brun rouge. Lettres : vert foncé et noir.

Crescen
tia in pace
vixit ann
is q(u)Imaget(u)or

90Observations

91• Ligne 2. Les deux premières lettres sont écrites IT et non TI. Une lecture Crescenita s’imposerait donc si on en restait à l’apparence. À chacune des lignes 3 et 4, I et T sont écrits de façon identique, mais la graphie est restée différente d’une ligne à l’autre.

92• Ligne 4. Déformation de QUATTUOR - QATTOR (suppression des U) - QNTOR (le N étant le produit de la ligature du A et du T).

A.35. SECUNDA (ou SELUNDA)

93CIL 23049 a ; R. 36 ; G.NAM 206 ; G.Inv. 296 ; ILCV 2648 Ab ; Al. 125.

94Dimensions. 0,99 x 0,47. Largeur de la bordure : 0,025 (à gauche, 0,0125). Compartiment supérieur : 0,53 x 0,43 ; diamètre de la couronne : 0,39-0,21. Champ épigraphique : 0,40 x 0,44 ; hauteur des lettres : 8,5, 8,5, 8,5,11.

95Couleurs. Couleurs identiques à celles de la mosaïque de Crescentia, à l’exception de la croix, ici : ocre jaune.

Secunda ou Selunda
in pace
vixit an
nis dece(m)

96Observation

97 On lit SECUNDA si on admet que la barre supérieure du C de Secunda se confond avec la ligne du champ épigraphique. On doit constater cependant que la partie inférieure de ce C est différente de celles de cette consonne, lignes 2 et 4. Gauckler (NAM 206) : « Tombeau de Selunda. On pourrait peut-être lire Secunda ». Gauckler (Inv. 296) : « Secunda ». (Cf. aussi la lettre de Robin du 9 février 1905, Upp. I, p. 214).

A.11. CRESCENTIUS et BRUTTANICUS (pour britannicus)

Fig. 294
Fig. 383 détail d’épitaphe
Fig. 410 couronne-chrisme
Upp. I : dessins fig. 17, 51 et p. 287

98CIL 23044 a ; Inv Supplt 306 a ; ILT 220 ; ILCV 1229 ; Al. 134.

99Emplacement. Se reporter au texte du P.V. de la 3e Mission (Upp. I, p. 286-287). Cette mosaïque se situait dans le chœur occidental de l’église, premier niveau. Deux plans indiquent sa position par rapport aux pavements voisins : le plan fig. 17 (Upp. I) – origine INP – où sont accolées les mosaïques de Maxima, Optantius, Crescentius et le plan fig. 51 (Upp. I) – origine Prélature – qui la localise par rapport au pavement d’Emeritus, à la « tombe ouverte devant l’archevêque », à « l’abside de la deuxième basilique » (aucune référence n’est faite à un éventuel niveau). Le calque de Robin, fig. 24 (Upp. I), trace au crayon l’emplacement des trois mosaïques de Maxima (on lit le nom), Optantius, Crescentius et Bruttanicus, à gauche de la case no 23. La fig. 100 réunit ces différentes indications.

100Description. Mosaïque tripartite, à bordure à trois filets, réunissant les épitaphes d’un diacre et de son fils. Le compartiment supérieur ne représente (volontairement ?) que trois fleurons autour de la couronne. Compartiment inférieur constitué de dix fuseaux déterminant deux cercles à fleurettes et un demi-cercle.

Image

Fig. 294
Dimensions. 1,81 (à l’origine 1,84) x 0,60. Largeur de la bordure : 0,035. Compartiment supérieur : 0,48 x 0,53 ; diamètre de la couronne : 0,45-0,27. Champ épigraphique : 0,59 x 0,52 ; hauteur des lettres : 7, 5,5, 6, 6, 6, 6, 6,5, 6. Compartiment inférieur : 0,66 x 0,52 ; diamètre des cercles : 0,29.
Couleurs. Bordure : ocre jaune/vert/vert sombre à noir. Couronne : vert sombre à noir/brun rouge/rose/blanc/ocre jaune/vert/vert sombre à noir. Croix : rouge. Lettres : rouge. Fleurons autour de la couronne : vert/ocre jaune.
Cercles composés de quatre fuseaux :
cercle supérieur – fuseaux en haut à gauche et en bas à droite : vert/ocre jaune/vert/ocre jaune.
cercle supérieur – les deux autres fuseaux- : vert/rouge/rose(3).
cercle inférieur – fuseaux en haut à gauche et en bas à droite : vert sombre/vert/ocre jaune(3).
cercle inférieur – les deux autres fuseaux – : vert sombre/rouge (2)/rose.
demi-cercle de droite – fuseau du haut – : vert sombre/rouge(2)/rose.
demi-cercle de droite – fuseau du bas – : vert sombre/vert/ocre jaune (3).
Fleurons cruciformes à l’intérieur des cercles : vert sombre/rouge/rose/ocre jaune.

Crescentius
ziaconus
in pace vixit
annis LXV
et Bruttanicus
filius eius in
pace vixit an
nis XXImageII

101Observations

102• Ligne 2 : Z = D ; ligne 6 : forme défaillante du E ; ligne 8 : dissociation, pour l’âge, des lettres des dizaines de celles des unités.

103• Ligne 5 : la graphie Bruttanicus.

104• Forte probabilité d’une réalisation par le mosaïste qui a composé le pavement de Bernaclus A.8 (fig. 291).

A.12. DONATIANUS

Fig. 295
Fig. 419 couronne-chrisme
Upp. I : dessin p. 295

105CIL 23049 b ; Inv.Supplt 306 b ; ILCV 2648 A adn. ; Al. 135.

106Emplacement. Appendice du P.V. de la troisième Mission : « sous le sarcophage en pierre d’Ain Gard, ouvert le 18 mai 1905 en présence de Mgr l’Archevêque de Carthage » (cf. Upp. I, p. 295). On se reportera au développement : « Un ou deux chœurs occidentaux superposés ? », ch. II, p. 110-117.

107Description. Mosaïque tripartite à bordure de filet double. La couronne est à filet denticulé. Les deux tiges de fleurs sont disposées dans le sens de la largeur.

Image

Fig. 295
Dimensions. 1,76 (h.c.) x 0,72. Largeur de la bordure : 0,03. Compartiment supérieur : 0,65 x 0,66 ; diamètre de la couronne : 0,60-0,33. Champ épigraphique : 0,62 x 0,66 ; hauteur des lettres : 10. Compartiment inférieur : 0,46 x 0,66.
Couleurs. Bordure : vert/noir ; séparation : noir. Couronne : brun rouge et rose/blanc/blanc et ocre jaune (denticules)/blanc, ocre jaune et vert alternés/vert/vert et noir alternés(3)/noir. Croix : brun rouge et rose. Fleurons (alternativement) : noir/vert/ocre jaune, et, vert/rose/brun rouge.
Lettres : brun rouge et rose.

Donatianus
in pace
bicxi(t)
annis
LX

108Observations

109• Il manque la boucle du P dans PACE. La même anomalie se retrouve sur la mosaïque la plus récente de Quadratianus A.30, mais qui est postérieure. À noter l’orthographe du verbe.

110• La disposition des tiges de fleurs se retrouve sur le pavement de Ciionisia C.25, et à l’extérieur de celui de Bernaclus A.8.

A.13. EMERITUS

Fig. 296 état actuel ; fig. 25 (Upp. I) = ci-dessus, fig. 100 vue prise en 1905 sur le site
Fig. 446 couronne-croix ; fig. 435 (oiseaux)
Upp. I : dessins fig. 38-39, 434 et fig. 51 (emplacement)

111CIL 23044 ; R. 22 ; G.Inv. 282 ; ILCV 1184 C ; Al. 98.

112Emplacement. Cf. P.V. de la troisième Mission – Upp. I, p. 286-287 – relatant l’enlèvement de cette mosaïque et de celle de Crescentius et Bruttanicus, et plan fig. 51 (Upp. I) ; disposée dans la partie nord du chœur occidental du deuxième état. Rectangle no 24 du calque. Orientée vers l’ouest dans le dessin de Robin.

113Description. Mosaïque tripartite, incomplète, à bordure de filet ondé et fleurs de lotus ; couronne tressée, denticulée, rayonnante avec croix monogrammatique, surmontant le compartiment des deux oiseaux affrontés de part et d’autre d’une tige arbustive de fleurs ; épitaphe disposée longitudinalement dans le troisième compartiment, complétée de six croisettes.

Image

Fig. 296
Dimensions. 1,82 (h.c) x 0,85. Largeur de la bordure : 0,21 (onde : 0,14). Compartiment supérieur : 0,43 x 0,45 ; diamètre de la couronne : 0,41-0,21. Compartiment des deux oiseaux : 0,35 x 0,45. Champ épigraphique : 0,71 x 0,42 ; hauteur des lettres : 7 à 8.
Couleurs. Bordure : vert sombre. Fleurons de lotus, tournés vers l’extérieur ocre jaune/vert/vert sombre et noir (sur cette mosaïque le vert sombre tend vers le marron) ; ceux tournés vers l’intérieur : ocre jaune/rose et brun rouge/vert sombre à noir. Couronne : vert sombre/vert/brun rouge/ocre jaune/blanc/ocre jaune/brun rouge/vert/vert sombre. Croix : vert sombre ; denticules : vert sombre. Oiseaux : vert sombre/vert/ocre jaune ; tige : vert. Lettres : vert sombre. Lignes : vert ; petits fleurons sous la dernière ligne : rose et vert sombre.

Emeritus
presviter
in pace vixi(t)
annis LXIIII
six fleurons en forme de croix (croisettes)

114Observations

115• La photographie (fig. 100), prise sur le site, ne permet pas de déterminer si la bordure supérieure de la mosaïque était cassée, simplement non dégagée lors de la prise de vue ou inexistante originellement – cf. l’observation de la mosaïque à gauche (se reporter ch. II, p. 115, n. 22).

116• Mosaïque portant des traces de feu.

117• Ligne 2 : V = B ; ligne 3 : omission du T (par manque de place).

118• L’absence de l’indication du jour de la mort – ou de la « déposition » – pose question sur une mosaïque de cette typologie.

A.14. FAONIUS

Fig. 297 ancienne photo (photothèque musée du Bardo)
Fig. 298 épitaphe (musée d’Enfidha)
Upp. I : dessins fig. 39, 434

119CIL 23049 d ; R. 20 ; G.NAM 215 ; G.Inv. 280 ; ILCV 2284 adn. ; Al. 120.

  • 4 On se reportera, à propos de l’emplacement de la mosaïque de Faonius, aux considérations développé (...)

120Emplacement. G.Inv. 280 : « dans le bas-côté de droite, longeant le quatrième entrecolonnement de la colonnade qui sépare celui-ci de la nef centrale »4.

121Restitution. Nef latérale nord à un mètre environ de l’angle nord-ouest du pavement du chœur oriental (localisation sans référence à un niveau). Rectangle du calque no 21. Dessin de Robin : orientée vers l’ouest.

122Description. Épitaphe inscrite dans un carré, insérée dans un massif de mosaïque blanche rehaussé de cubes de différentes couleurs. Périmètre initial inconnu.

Image

Dimensions. Dimensions du cadre actuel : 1,36 (initialement supérieur à 1,50) x 0,57 ; carré approximatif de 0,50 de côté ; hauteur des lettres : 7, 8, 7,5, 7,5, 6.
Couleurs. Bordure : vert (du vert pâle au noir). Lettres : vert sombre à noir (quelques cubes de vert pâle). Hors du carré, tesselles : vert clair, noir, ocre jaune, brun rouge.

Faonius
in pace re
qu(i)escat
vixit ani
is LXXXVX

123Observations

124• L’invocation du repos éternel n’est pas accompagnée par la mention du jour du décès.

125• Ligne 3. Omission du I dans le verbe et redoublement de cette voyelle, à la place du N dans ANNIS (lignes 4 et 5).

126• Ligne 5. L’âge du défunt LXXXVX se lira LXXXXV, l’interversion des chiffres V et X se retrouve aussi sur la mosaïque inférieure de Quadratianus A.29 alors que l’épitaphe supérieure de ce défunt A.30 restitue la graphie correcte.

127• On notera l’âge extrêmement avancé de Faonius.

128• Robin, dans le dessin qui accompagne sa lettre à Gauckler du 6 février 1905 – cf. fig. 39 (Upp. I) –, représente au-dessus de l’épitaphe une croix monogrammatique qu’il ne reproduit plus dans son manuscrit.

A.15. FASTIDILUS (pour fastiditus ?)

Fig. 299
Fig. 300 vue prise sur place (cf. Upp. I, fig. 27)
Upp. I : dessins fig. 40-41, 431

129CIL 23049 e ; R. 2 ; G.NAM 212 ; G.Inv. 263 ; ILCV 3134 B ; Al. 106.

130Emplacement. G.Inv. 263 : « au fond du bas-côté de gauche, dans le prolongement de la tombe de Felicianus, le long de la colonnade ».

131Restitution. Nef latérale sud. Rectangle no 3 du calque.

132Description. Mosaïque de structure tripartite, à bordure épaisse d’au moins dix rangées, développant maladroitement le motif de la ligne à redans ; chrisme dans une couronne tressée ; épitaphe annonçant mais ne précisant pas le jour du décès ; motif inférieur limité à deux pétales et une seule diagonale.

Image

Fig. 299
Dimensions. Hauteur et largeur actuelles : 1,56 x 0,55. Largeur de la bordure : actuellement, 0,11. Compartiment supérieur : 0,51 x 0,37 ; diamètre de la couronne : 0,40 (diamètre pris de haut en bas) - 0,21 à 0,23. Champ épigraphique : 0,62 x 0,32 ; hauteur des lettres : 6,5. Compartiment inférieur : 0,24 x 0,35.
Couleurs. Bordure très irrégulière. On distingue, de l’intérieur vers l’extérieur, l’utilisation du vert sombre/blanc/ocre jaune/vert/blanc/brun rouge/rose. Autour du champ épigraphique, filets : vert sombre à noir/vert/brun rouge ; autour du compartiment inférieur : vert sombre à noir/vert. Couronne : vert sombre à noir/brun rouge/rose/blanc/ocre jaune/vert/vert sombre. Croix : ocre jaune. Triangles cantonnés aux coins du compartiment supérieur, alternativement : vert sombre à noir/brun rouge/rose, et, vert sombre à noir/vert/ocre jaune. Lettres : brun rouge. Pétales du bas : – à gauche – vert sombre/brun rouge /rose, – à droite – vert sombre à noir/vert/ocre jaune.

Fasti
dilus
in pace
vixit
annis
XXII
et requ(i)
evit

133Observations

134• Robin et Gauckler lisent Fastidilus, le CIL Fastiditus, Drappier (ou Sadoux) hésite dans le dessin de la fig. 41 (Upp. I).

135• Gauckler indique le chiffre de 72 ans. M. Alexander, 24 ans (XXII/II à la place de XXII/et).

136• La fig. 41 (Upp. I) représente un double compartiment inférieur.

137Une mosaïque recomposée et, si oui, jusqu’à quel point ?

138Cette mosaïque de Fastidilus intrigue car ses caractéristiques la situent en marge de la typologie des mosaïques d’Uppenna. Elle appartient au groupe II par la forme du chrisme, l’indication de l’âge du défunt sans la mention du jour de la mort ou de la déposition. Elle s’en éloigne par une bordure à ligne de redans, inconnue ici, par la couronne tressée, le verbe requievit en final de texte, une absence de linéarité et même de limpidité dans la finition (cf. le traitement de la bordure). On en vient donc à considérer qu’elle se situe en marge ou qu’elle traduit un état intermédiaire (II vers III).

Image

Fig. 300

139M. Alexander a eu le mérite de soulever l’hypothèse d’une réfection du pavement au début du XXe siècle à propos du texte de l’épitaphe et du compartiment inférieur (op.cit., t. II, p. 57, n. 2 et 3). La découverte de la photo de la bibliothèque de la Prélature (fig. 300) et les dessins des années 1900 permettent d’affirmer ceci :

  • le texte de l’épitaphe est identique à celui de la photo prise sur le site.
  • le compartiment inférieur a été réduit et probablement recomposé. Si le dessin de Robin (Upp. I, fig. 40) apparaît peu crédible avec la représentation de trois cercles recopiant les quatre (imaginés) de la mosaïque précédente, le tracé par Drappier (ou Sadoux) (Upp. I, fig. 41) reprend la forme de la diagonale en laissant comprendre qu’il y en avait deux et prouve que ce pavement se prolongeait au-delà de sa limite actuelle. La comparaison des deux clichés, 299 et 300, ne confirme pas la texture de la bordure. Même en tenant compte d’un vernis excessif sur la mosaïque du musée d’Enfidha, d’un lit de mortier sur la représentation du plus ancien cliché à travers lequel on distingue cependant des tesselles, et de l’existence probable d’un denticule sombre à hauteur de l’avant dernière ligne – face extrême droite –, on peut s’étonner que la tonalité de cette bordure n’ait pas davantage imprégné la plaque du cliché.

140L’observation du cadre du champ épigraphique manifeste quelques imperceptibles changements. Sur la photo prise à la basilique, les rangées de tesselles sont plus régulières, plus horizontales et complètes. Sur le pavement du musée, quelques lettres paraissent avoir été refaites à l’identique (comparer les fins des deuxièmes lignes, la barre oblique du premier N d’ANNIS, le E de la dernière ligne), il n’y a pas le denticule au milieu de la bordure du bas, côté intérieur.

141On en conclura donc que, probablement par suite d’une extraction défectueuse, le mosaïste M. Fino dut s’employer sur cette œuvre pour la rendre présentable. Si la conformité du texte est avérée, les autres parties de la mosaïque, y compris le compartiment supérieur avec la couronne et le chrisme pour lequel nous n’avons d’autres données d’origine que les dessins des fig. 40-41, 431 (Upp. I), nécessitent de la prudence dans le commentaire.

A.16 et A.37. FAUSTINA et SPENDEU

Fig. 301 (= fig. 135), fig. 138-139
Upp. I : dessins fig. 434 et p. 280

142Emplacement. Ces deux épitaphes étaient insérées dans le pavement du chœur oriental, devant l’inscription martyriale du deuxième état - reconstitution fig. 138-139.

A.16. FAUSTINA

143CIL 23049 f ; R. 18 ; G.NAM 236 ; G.Inv. 279 ; ILT 227 ; ILCV 1398 A adn. ; Al. 102

144Dimensions. 0,595 x 0,63. Largeur de la bordure : 0,055. Champ épigraphique : 0,49 x 0,53 ; hauteur des lettres : 9, 8,5, 9, 9, 8.

145Couleurs. Bordure : noir/marron et blanc/noir/vert pâle. Lettres : noir. Lignes : vert pâle. Croix à la fin de l’épitaphe : noir et marron.

Faustina
fidelis
in pace
vixit an
nis LIII

un fleuron en forme de croix

A.37. SPENDEU

146CIL 23053 p ; R. 17 ; G.NAM 235 ; G.Inv. 278 ; ILT 239 ; ILCV 1398 A ; Al. 101.

Image

Fig. 301
Dimensions. 0,25 x 0,58 ; hauteur des lettres : 6, 5, 5, 5.
Couleurs. Lettres : noir. Lignes : vert pâle. Croix après Spendeu : noir, et sous l’épitaphe : marron.

Spendeu (fleuron en forme de croix)
fidelis in pace
vixit annis V
(cinq fleurons en forme de croix)

147Observation

148• La forme des fleurons en forme de croix est la même que sur la mosaïque d’Emeritus A.13.

A.17. FELICIANUS

Fig. 302
Upp. I : dessins fig. 431 et p. 294-295

149CIL 23049 h ; R. 1 ; G.NAM 213 ; G.Inv. 262 et Supplt ; A1. 105.

150Emplacement. G.Inv. 262 : « dans le bas-côté de gauche, vers le chevet et le long de la colonnade de la nef centrale ».

151Restitution. En bordure sud du chœur occidental du premier état (rectangle du calque no 2).

152Description. Mosaïque de structure tripartite se limitant à deux compartiments par suite de la réduction du compartiment inférieur ; bordure composée de quatre rangs de tesselles.

Image

Fig. 302
Dimensions. 1,50 (h.c.) x 0,50. Largeur de la bordure : 0,055. Compartiment supérieur : 0,45 x 0,39 ; diamètre de la couronne : 0,385-0,21 à 0,22. Compartiment inférieur : 0,96 x 0,39 (champ épigraphique limité à la dernière ligne : 0,58) ; hauteur des lettres : 6 à 7,5. Rectangle du bas : 0,19 x 0,28.
Couleurs. Bordure : brun rouge/rose/gris vert/vert sombre à noir. Couronne : brun rouge/rose/blanc/ocre jaune/vert/vert sombre à noir. Croix : ocre jaune. Triangles autour de la couronne, alternativement : vert sombre à noir/rose/brun rouge, et, vert sombre à noir/vert/ocre jaune/vert sombre à noir. Lettres : vert (du gris vert au vert sombre à noir). Motif du bas, fleurettes à croix : brun rouge/ocre jaune/vert/vert sombre à noir.

Felici
anus
in pace
vixit
annis
L die
bus XIII

153Observation

154 L’appendice du P.V. de la troisième Mission indique que la fin de l’épitaphe dégagée « grâce aux soins minutieux de Mr. Emmanuelli » comportait « diebus XXIII ».

A.18. FELICITAS

Fig. 303
Fig. 21 (Upp. I) vue prise dans la basilique
Fig. 440 couronne-croix, fig. 436 (oiseau)
Upp. I : dessins fig. 38-39, 431

155CIL 23049 i ; R. 7 ; G.Inv. 268 ; ILT 229 ; ILCV 1399 ; Al. 147.

156Emplacement. G.Inv. 268 : « au milieu du bas-côté de gauche, accolée à la tombe de Filocalus ». Sur la photo 21 (Upp. I), on distingue ces deux pavements, et également, recouverte à moitié par la mosaïque de Felicitas, à une vingtaine de centimètres au-dessous, la mosaïque de Quintus A.31. Restitution. Gauckler avait rectifié l’emplacement comme il convenait. Sur le calque, cette mosaïque correspond au rectangle no 8.

157Description. Mosaïque à structure tripartite et à épitaphe longitudinale, dont la bordure est constituée par l’alignement de vingt-huit cercles tangents avec carrés curvilignes inscrits. Croix monogrammatique, dans une fine couronne tressée ; épitaphe développée sur quatre lignes avec indication du jour de la mort ; tableau de l’oiseau se désaltérant au bouton de fleur.

158Dimensions. 0,65 (à gauche)-0,70 (à droite) x 1,82. Largeur de la bordure : 0,17. Compartiment supérieur : 0,32 x 0,32 ; diamètre de la couronne : 0,25-0,20. Champ épigraphique : 0,34 x 0,87 ; hauteur des lettres : 7 à 9. Compartiment inférieur : 0,34 x 0,36.
Couleurs. Bordure : sur fond vert, cercles et carrés curvilignes noirs. Couronne : vert/brun rouge/vert ; α et ω : vert ; à l’extérieur de la couronne : ocre jaune. Lettres : noir. Lignes : ocre jaune. Oiseaux : – extérieur – noir, – intérieur – vert et blanc ; pattes et bec : rouge vif, ainsi que les trois boutons de fleurs.

Felicitas fidelis
in pace vixit an
nis VII requie
vit prid(ie) id(us) A(u)g(usta)s

159Observation

160• L’importance accordée à la bordure ne se mesure pas seulement à la superficie qui lui a été accordée – plus de la moitié au total. On retrouvera la signification du chiffre vingt-huit, « chiffre parfait » chez saint Augustin (ch. XI, p. 657).

Image

Fig. 303

A.19. FELIX

Fig. 304
Fig. 412 couronne-chrisme
Upp. I : dessins fig. 38-39, 432

161CIL 23049 k ; R. 11 ; NAM 231 ; G.Inv. 272 ; ILCV 1398 ; Al. 111.

162Emplacement. G.Inv. 272 : « En avant du bas-côté de gauche, près de la porte d’entrée ». Dessin de Robin : orientée vers l’ouest.

163Restitution. Nef centrale, rectangle du calque no 13.

164Description. Mosaïque limitée à deux compartiments, avec interversion de ceux-ci.

165Dimensions. 1,05 (h.c) x 0,53. Largeur de la bordure : 0,025. Champ épigraphique : 0,49 x 0,47 ; hauteur des lettres : 5,5 à 7,5. Compartiment inférieur : 0,48 x 0,48 ; diamètre de la couronne : 0,44-0,29.
Couleurs. Bordure : (en haut) vert sombre à noir/brun rouge, (en bas) vert sombre à noir(2) ; ligne médiane (de haut en bas) : brun rouge/vert sombre à noir/vert sombre. Lettres : noir (quelques cubes vert sombre). Couronne : noir/vert sombre/brun rouge/rose/blanc/noir. Croix : brun rouge.

Image

Fig. 304

Felix
in pace
fidelis
vixit
annis
octo

A.20. FILOCALUS (pour philocalus)

Fig. 305
Fig. 21 (Upp. I) vue prise dans la basilique
Fig. 442 couronne-croix
Upp. I : dessins fig. 39, 431

166CIL 23053 f ; R. 6 ; G.NAM 232 ; G.Inv. 267 ; ILCV 2835 A adn. ; Al. 146.

167Emplacement. G.Inv. 267 : « au milieu du bas-côté de gauche, le long du mur extérieur ».

168Restitution. Nef latérale sud, rectangle du calque no 7 ; fig. 21 (Upp. I) : Filocalus, Felicitas, Quintus.

169Description. Mosaïque à structure tripartite et épitaphe longitudinale, dont la bordure représente un ruban ondé à filet transversal à denticules blancs sur chaque face, délimitant des fleurs de lotus et s’enroulant aux quatre coins autour d’un cylindre dont la section dessine une forme de croix. Deux croix monogrammatiques dans la couronne tressée et en tête d’épitaphe. Compartiment de droite représentant des piments et des grenades ou citrons.

170Dimensions. 2,31 x 0,79. Largeur de la bordure : 0,20. Compartiment supérieur : 0,37 x 0,36 ; diamètre de la couronne : 0,32-0,22. Champ épigraphique : 0,88 x 0,36 ; hauteur des lettres : 9 à 7,5. Compartiment inférieur : 0,54 x 0,38.
Couleurs. Bordure : dans un bandeau ocre jaune, se déroule, avec un liseré noir, un ruban ondé et torsadé dont les deux faces utilisent respectivement le vert/ocre jaune/blanc, et, le vert/brun rouge/rose/blanc. Il est délimité de fleurons de lotus tournés vers l’extérieur : brun rouge et rose/vert et vert sombre/blanc ; et vers l’intérieur : blanc/vert et vert sombre (cas de onze fleurons mais on en voit aussi un : blanc/brun rouge et rose/blanc ; et un autre : rose et brun rouge/vert/blanc). Aux angles, traits de cercles noirs, diamètres en forme de croix, ocre jaune ; l’intérieur des cercles de droite est vert et ocre jaune. Couronne : vert/rose et rouge/ocre jaune/blanc/noir. Croix et α : ocre jaune ; ω : rouge vif. Croix devant Filocalus : ocre jaune. Lettres : noir. Lignes : vert.

Image

Fig. 305

Ᵽ Filocalus
vixit in pace
annis L re
cessit VI k(alendas) Feb(ruarias)

171Observations

172• L’importance accordée à la bordure est du même ordre que sur la mosaïque de Felicitas A. 18, contiguë.

173• La représentation d’une croix monogrammatique avant le nom.

174• L’ensemble de la mosaïque, et plus particulièrement le compartiment aux motifs végétaux, a été défraîchi au moment de l’extraction du pavement.

175• Un rapprochement est à effectuer entre le compartiment végétal à droite de l’épitaphe et un tableau du pavement du chœur oriental (comparer avec les fig. 131-133 et 138-140).

A.21. FORTUNATUS

Fig. 306
Fig. 438 couronne-croix
Upp. I : dessin fig. 432

176CIL 23050 ; R. 9 ; G.NAM 202 ; G.Inv. 270 ; ILCV 2835 A adn. ; AI. 148.

177Emplacement. G.Inv. 270 : « au milieu du bas-côté de gauche, dans le quatrième entrecolonnement de la colonnade à partir de l’abside de chevet ». Restitution. Nef latérale sud (rectangle no 10 du calque).

178Description. Mosaïque de dimensions importantes, structure tripartite, bordure constituée d’arceaux délimitant des fleurs de lotus (16), croix monogrammatique à large bras, épitaphe mise en valeur par le fond blanc, compartiment inférieur avec nœud de Salomon dans un hexagone.

Image

  • 5 La circonférence extérieure de la couronne est en effet comprimée dans le compartiment supérieur t (...)

Fig. 306
Dimensions. 1,96 (h.c.) x 0,85. Largeur de la bordure : 0,15. Compartiment supérieur : 0,59 x 0,59 ; diamètre de la couronne : 0,60-0,405. Champ épigraphique : 0,75 x 0,55 ; hauteur des lettres : 8,5 à 11. Compartiment inférieur : 0,38 x 0,565. Nœud de Salomon, largeur : 0,26.
Couleurs. Bordure : fleurons de lotus : vert et noir (quelques cubes rouges) ; arceaux vert/rouge/ocre jaune mélangés. À l’intérieur du compartiment supérieur : vert. Couronne : rouge/vert/rouge et vert mélangés sur quatre rangées (avec prédominance rouge)/blanc/rouge et ocre jaune/blanc/rouge et ocre jaune. Croix, α et ω : blanc ; intérieur : vert/ocre jaune et rouge. Écoinçons : blanc/noir/vert. Champ épigraphique : bordure : noir/rouge et ocre jaune. Lettres : noir. Lignes : rouge et ocre jaune. Nœud de Salomon : vert/rouge et ocre jaune.

FortuImage
tus vixit
in pace Image
nis LIII re
cessit IIII
kale(ndas) IImageia(s)

179Observations

180• Noter les ligatures des voyelles A et U avec N (1re, 3e, 6e lignes).

181• Cette mosaïque fut la première découverte sur le site. « Je fis alors un deuxième sondage au droit du baptistère et à 16 mètres au sud ; je découvris à 2 mètres environ de profondeur, et après avoir percé la mosaïque grossière qui recouvrait tout le sol de l’édifice, une épitaphe sur mosaïque [celle de Fortunatus] », Robin, BAC 1905, p. 368.

A.22. GAUDENTIA

Fig. 307
Fig. 409 couronne-chrisme
Upp. I : dessin fig. 436

182CIL 23051 ; R. 32 ; G.NAM 216 ; G.Inv. 292 ; Al. 119.

183Emplacement. G.Inv. 292 : « dans le bas-côté de droite, à hauteur du troisième entrecolonnement du portique ». Dessin de Robin : orientée vers l’est.

184Restitution. Nef latérale nord, dans l’alignement de la mosaïque de Bictoria, légèrement décalée vers le nord. Rectangle du calque no 34.

185Description. Mosaïque de structure tripartite à laquelle fait défaut le trait de séparation entre l’épitaphe et le compartiment inférieur. Bordure à cinq filets.

Image

Fig. 307
Dimensions. 1,58 x 0,54 (en haut), 0,58 (en bas). Largeur de la bordure : 0,07. Compartiment supérieur : 0,415 x 0,40 ; diamètre de la couronne : 0,40 à 0,415-0,24 à 0,25. Compartiment inférieur : 1,01 x 0,40 à 0,44. Champ épigraphique (jusqu’à la dernière ligne), hauteur : 0,46 ; hauteur des lettres : 8.
Couleurs. Bordure : brun rouge/rose/blanc/vert/vert sombre à noir. Couronne : brun rouge/rose/ocre jaune/blanc/vert/vert sombre à noir. Croix : ocre jaune. Lettres : cubes noirs et vert sombre alternés.

Gauden
tia in pa
ce vicsi
t annis
viginti

186Observations

187• Noter la déformation du G en C dans le nom et dans la mention de l’âge. La lecture GAUDENTIA, VIGINTI, ici, présuppose une simple déformation d’écriture.

188• Commune référence au chiffre quatre, dans les deux compartiments : boutons de rose en haut, tiges de fleurs en bas.

A.23. HONORIUS

Fig. 308
Autres photos : fig. 31 (Upp. I), 458 ; fig. 460 couronne-croix
Emplacement fig. 30 (Upp. I), 200 – anciens clichés –
Upp. I : dessins fig. 437, emplacement fig. 50

189CIL 23042 ; R. 43 ; G.Inv. 303 et Supplt ; ILT 218 ; ILCV 1110 A ; Al. 152.

190Emplacement. Complexe baptismal (pièce XI), devant la cuve baptismale carrée, dans le pavement du cerf et de la biche, mais postérieurement. No 44 du calque.

Image

Fig. 308
Dimensions. 1,96 x 0,92 (en haut), 0,88 (en bas). Largeur de la bordure : 0,15 à 0,17. Compartiment supérieur : 0,57 x 0,58. Champ épigraphique : 1,34 x 0,58 à 0,57 ; hauteur des lettres : 10 à 11.
Couleurs. Bordure : filets verts et noirs ; à l’intérieur, alternance de carrés sur pointe blancs et noirs et de rectangles verts et blancs, les premiers inscrits dans des rectangles verts et noirs, les seconds dans des rectangles ocre jaune. Croix : ocre jaune ; intérieur : damier vert, noir et blanc (cube rouge au centre) ; α et ω) : noir. Couronne ouverte traitée en pointillé, (noir, blanc, vert et ocre jaune), constellée de cinq croix (trois ocre jaune, et deux noires). Étoiles : vert/ocre jaune/noir/blanc. Lettres : noir. Lignes (de haut en bas) : ocre jaune/cubes alternativement ocre jaune et verts/vert.

Honor
ius epi
scopus
vixit a
nnis XC
deposi
tus sub
die ImageII idus
Augustas

191Description. Mosaïque très particulière au sein de l’ensemble des pavements d’Uppenna. Le compartiment supérieur s’ordonne autour d’une croix monogrammatique toute en damier, entourée d’une couronne ouverte d’où prennent forme cinq fleurons en forme de croix traités également en damier, et deux grandes étoiles. Aux deux angles supérieurs, fleurons triangulaires. L’épitaphe se développe sur neuf lignes soulignées de réglures épaisses de trois rangées.

192La bordure, limitée à deux filets sur les petits côtés, déroule latéralement un bandeau faisant alterner rectangles à fond sombre et plus clairs dans lesquels ont pris place respectivement des carrés bicolores sur pointe et des rectangles clairs (huit et neuf sur chacun des côtés). La partie centrale de la bordure superpose deux rectangles clairs.

193Observations

194• Ligne 9. C = G.

195• Étude iconographique du compartiment supérieur, ci-dessous, chapitre XII.

A.24. ICOSU

Fig. 309
Upp. I : dessins fig. 40-41, 431

196CIL 23051 a ; R. 3 ; G.Inv. 264 ; ILT 230 ; ILCV 2514 a adn. (faussement indiquée à Carthage) ; AL 104.

197Emplacement. G.Inv. 264 : « au fond du bas-côté de gauche, barrant transversalement l’entrée de la sacristie ».

198Restitution. Contre le mur latéral sud (rectangle no 4 du calque).

199Description. Mosaïque incomplète. Le cadre extérieur, d’inspiration végétale, représente nervures et limbes. L’épitaphe, sur deux lignes, est contenue dans un cartouche à queue d’aronde, bordé, en haut et en bas, d’un bandeau décoré de rectangles à deux et trois couleurs.

200Dimensions. 0,75 (h.c.) x 1,15. Largeur de la bordure : 0,14 (avec le bandeau au-dessus et au-dessous des lettres : 0,23). Intérieur du cartouche : 0,30 x 0,63 (actuellement) ; hauteur des lettres : 10 à 11.

201Couleurs. Bordure : liseré noir, nervures des feuilles( ?) vertes, tout autour : ocre jaune, rose et rouge. Rectangles (au-dessus de l’épitaphe) : ocre jaune/noir ; vert/ocre jaune/noir (cinq conservés) ; (en-dessous de l’épitaphe) : ocre jaune/noir ; vert/ocre jaune/noir ; ocre jaune/noir ; noir/ocre jaune/vert (trois rectangles). Cadre du cartouche et lettres : noir.

Icosu
in pacẹ

202Observations

203• Sur la partie gauche, on distingue des traces de feu.

204• Robin écrit que cette mosaïque qui lui paraissait la plus ancienne se trouvait « au niveau le plus bas des fouilles » (manuscrit et article du BAC). Sur le manuscrit, ce niveau est celui de seize mosaïques avec in pace vixit annis ou annos. Dans l’article, le pavement d’Icosu est descendu de dix centimètres (cf. Upp. I, p. 223).

Image

Fig 309

A.25. IRENE

Fig. 310
Upp. I : dessin p. 284,
emplacement fig. 50

205CIL 23051 b ; Inv. Supplt 306 d ; Al. 137.

206Emplacement. Sous le pavement du cerf et de la biche, parallèle à la mosaïque de Secundianus et Restuta, cassée par le mur de séparation des pièces X et XI, orientée vers le sud. – cf. P.V. de la troisième Mission, Upp. I, fig. 50.

207Description. Épitaphe de deux lignes séparées par un filet, entourée de couronnes déroulées.

208Dimensions. 0,58 x 1,15 (l.c.). Largeur de la guirlande tressée : 0,085. Champ épigraphique : 0,41 x 0,94 (actuellement) ; hauteur des lettres : 8 à 9,5.

209Couleurs. Guirlandes tressées longilignes : noir/rouge/ocre jaune/vert pâle/blanc/vert pâle/ocre jaune/rouge/noir. Guirlande en arc : le déroulement de la tresse alterne les tons clairs (ocre jaune/vert pâle/blanc/vert pâle/ocre jaune) et les couleurs plus foncées (noir/rouge/rouge/noir) dans la proportion : 1 pour les ocre jaune, 2 pour les vert pâle, 1 pour les noirs, 2 pour les rouges. Lettres et ligne : noir.

Irene P[…]
in pa[ce]

210Observations

211• Le P qui suit Irene est insuffisant pour qu’on puisse y lire le début de PUELLA suivant l’hypothèse émise, avec prudence, par Merlin et le CIL à partir de la proposition du Père Delattre dans sa lettre à Merlin du 13 juillet 1906, « Irene puella ? » – cf. Upp. I, p. 259. PIA semblerait préférable au regard de la largeur présumée du fragment manquant (mais la première ligne a une écriture plus dense…).

212• La composition de cette œuvre associe originalité certaine et soin dans l’ordonnance des tesselles de la bordure. Celle-ci est constituée de couronnes déroulées. En haut et en bas, couronnes longilignes, de longueur apparemment variable, rétrécissant au point d’attache. Sur le côté gauche, une couronne ouverte en arc dont il subsiste un galon.

Image

Fig. 310

A.26. LUCILIANUS

Fig. 311
Fig. 411 couronne-chrisme
Upp. I : dessins fig. 435, p. 214, 290 ; emplacement et tombeau fig. 54-55

213CIL 23053 ; R. 28 ; G.Inv. 288 ; ILT 231 ; ILCV 2682 adn. ; A1. 115.

214Emplacement. G.Inv. 288 : « dans le bas-côté de droite, à la hauteur de la seconde colonne du portique, et transversalement ».

215Restitution. Nef latérale nord, perpendiculaire au pavement de Iulius Honorius (rectangle no 30 du calque).

216Description. Mosaïque à structure tripartite, à couronne épaisse avec filet ajouré ; compartiment inférieur très réduit.

Image

Fig. 311
Dimensions. 1,75 x 0,67. Largeur de la bordure : 0,07. Compartiment supérieur : 0,51 x 0,52 ; diamètre de la couronne : 0,51-0,26. Champ épigraphique : 0,69 x 0,51 ; hauteur des lettres : 8 à 9. Compartiment inférieur : 0,36 x 0,51 ; cadre des fleurs : 0,28 x 0,43.
Couleurs. Bordure : vert sombre à noir/blanc(3)/vert et vert sombre (2) (quelques cubes noirs). Couronne : vert et vert sombre/brun rouge(2)/rose(2)/blanc(2) (quelques cubes ocre jaune)/vert/vert et blanc alternés/vert. Croix : brun rouge. Lettres : vert et vert sombre. Lignes : brun rouge et quelques cubes roses.

Lucilia
nus vi
xit in pa
ce annis
quinqu
aginta
duo

217Observation

218• À noter la présence d’un « pétale » en forme de cœur, à la sixième ligne.

A.27. MAXIMA

Fig. 312
Fig. 408 couronne-chrisme
Upp. I : fig.17 emplacement – ici, fig. 100

219CIL 23053 b ; Inv.Supplt 306 e ; ILCV 1398 adn. ; Al. 138.

220Emplacement. Dans la nef centrale, ensemble constitué des mosaïques de Crescentius, Optantius et Maxima, s’intégrant dans le chœur occidental du premier niveau de l’église (fig.100). Le calque représente les contours de cette mosaïque avec son nom.

221Description. Mosaïque incomplète de structure tripartite, avec bordure à filet double.

Image

Fig. 312
Dimensions. 0,92 (h.c.) x 0,56. Largeur de la bordure : 0,03. Compartiment supérieur : 0,555 x 0,51 ; diamètre de la couronne : 0,48-0,29. Champ épigraphique : 0,34 x 0,51 ; hauteur des lettres : 10.
Couleurs. Bordure : vert pâle/noir (quelques cubes vert sombre). Couronne : brun rouge/rose/vert pâle/blanc/ocre jaune/vert pâle/noir. Croix : brun rouge. Lettres : brun rouge.

Maxima
in pace fi
delis vixi
[t…]

222Observations

223• Le trait que l’on devine, à la dernière ligne, devra être mis à l’actif de M. Fino.

224• La mutilation de la mosaïque provient de la mise en place des soubassements de la base de colonne sud de la première travée de la basilique byzantine.

A.28. PASCASIUS

Fig. 313
Fig. 439 couronne-croix
Upp. I : dessin fig. 432

225CIL 23053 d ; R. 10 ; G.NAM 230 ; G.Inv. 271 ; ILT 232 ; ILCV 2835 A ; Al. 110.

226Emplacement G.Inv. 271 : « au milieu du bas-côté de gauche ».

227Restitution. À trois mètres environ au sud de la grande mosaïque des martyrs (rectangle no 11 du calque).

228Description. Mosaïque large, mutilée, à ruban ondé à filet transversal à denticules blancs sur chaque face délimitant des fleurs de lotus, s’enroulant aux angles autour d’un cylindre dont la section dessine une forme de croix (bordure identique à celle de la mosaïque de Filocalus A.20) ; croix monogrammatique légèrement inclinée, couronne effilée. L’épitaphe est disposée en largeur.

Image

Fig. 313
Dimensions. 1,40 (h.c.) x 0,96. Largeur de la bordure : 0,195. Compartiment supérieur : 0,56 à 0,58 x 0,60 ; diamètre de la couronne : 0,42-0,31 à 0,33. Champ épigraphique : 0,56 x 0,61 ; hauteur des lettres : 9.
Couleurs. Bordure : liseré noir, ruban ondé vert et blanc sur un côté, sur l’autre côté vert/marron/blanc. Fleurons de lotus : vert/marron/blanc, filet noir. Disque, au coin : diamètre et circonférence : noir ; intérieur : vert et blanc. Croix : brun rouge (entouré de vert) ; α et ω : brun rouge. Triangles autour de la couronne : deux côtés : noir/brun rouge/vert/noir ; hypothénuse : noir/blanc/noir ; intérieur blanc pour l’un, vert pour les trois autres.

Pasca
sius in
pace an
nis XXXII
recessif
ṾỊỊỊ ḳ(a)l(endas) Ḍ(ecembres)

229Observations

230• À souligner l’importance de son emplacement. Il s’agit d’une « inhumation privilégiée ».

231• Omission du verbe vivre.

232• La mention du mois D, lue par Gauckler, semble la plus probable. Robin n’indique rien. Merlin (ILT) hésite entre D et O. M. Alexander n’exclut pas que le mois ait été indiqué à la ligne suivante, KLD pouvant abrévier k(a)l(en)d(as).

233• Comme sur la mosaïque de Filocalus, on discerne une maîtrise plus grande dans le traitement du décor que dans la définition des motifs spécifiquement chrétiens.

A.29. QUADRATIANUS (mosaïque la plus ancienne du défunt)

Fig. 314 (autre photo fig. 222)
Fig. 437 couronne-croix
Upp. I : dessin p. 295

234CIL 23053 h ; Inv. Supplt 305 a ; ILT 235 ; ILCV 2835 A adn ; Al. 133.

235Emplacement. Chapelle XVI, à l’est du complexe baptismal. Se reporter à l’appendice du P.V. de la troisième Mission, (Upp. I, p. 295), et au développement du chapitre IV, p. 294-295.

236Description. Mosaïque tripartite avec une large couronne de feuilles de laurier, entourant la croix monogrammatique ; sur l’épitaphe, le jour de la mort est précédé de recessit ; le compartiment inférieur reprend le motif de cercles sécants définissant des fuseaux alternativement clairs et sombres.

Image

Fig. 314
Dimensions. 1,89 x 0,64. Largeur de la bordure : 0,025. Compartiment supérieur : 0,56 x 0,57 ; diamètre de la couronne : 0,55-0,29. Champ épigraphique : 0,77 x 0,57 à 0,58 ; hauteur des lettres : 8,5 à 10. Compartiment inférieur : 0,52 x 0,58.
Couleurs. Bordure : noir/blanc. Couronne : vert/noir ; intérieur et tiges : vert ; bourgeons : blanc et ocre jaune. Croix : noir, intérieur ocre jaune ; α, ω et boucle de la croix : vert. Bordure du champ épigraphique : noir et vert. Lettres : noir. Lignes : vert. Intérieur du compartiment inférieur : ocre jaune. Cercles sécants verts, à fleurettes à croix, noires, déterminant des fuseaux noirs et blancs.

Quadra
tianus
in pace
vixit an
nis LX re
cessit V
X k(a)l(endas) Oct(o)b(res)

237Observation

238• Lignes 6 et 7. Interversion X et V.

A.30. QUADRATIANUS (mosaïque la plus récente)

Fig. 315 (autres photos fig. 223, 280)
Fig. 445 couronne-croix
Upp. I : dessins fig. 40-41, 437

239R. 45 ; G.NAM 211 ; G.Inv. 305 et Supplt ; ILT 235 ; A1. 153.

240Emplacement. G.Inv. 305 : « dans le baptistère, derrière les fonts baptismaux ». Restitution. Au-dessus de la précédente mosaïque, encastrée dans le pavement géométrique de la chapelle XVI. No 46 du calque.

241Description. Mosaïque intégrée dans un pavement géométrique. Compartiment supérieur individualisé avec couronne tressée rayonnante entourant une croix grecque pattée (croix potencée) avec partie centrale définie par un carré dentelé sur pointe, larges fleurs de lotus aux extrémités. Épitaphe différente de celle de la mosaïque précédente du même défunt, par l’utilisation du mot depositus. Bandeau tenant lieu de compartiment inférieur, avec deux carrés sur pointe et sept demi-carrés.

Image

Fig. 315
Dimensions. 2,06 (2,74 l’ensemble du pavement refait incluant le nœud de Salomon) x 0,71. Largeur de la bordure : 0,09. Compartiment supérieur, extérieurement : 0,74 x 0,65 ; intérieurement : 0,68 x 0,60 ; diamètre de la couronne : 0,49-0,32. Champ épigraphique : 1,04 x 0,60 ; hauteur des lettres : 11,5. Motif du bas : 0,18 x 0,60.
Couleurs. Bordure (y compris la partie commune au pavement géométrique) : noir/brun rouge/blanc(2)/brun rouge/noir. Couronne : noir/brun rouge et rose/vert/blanc/vert/brun rouge et rose/noir (denticules verts). Croix (représentée sous forme géométrique) : noir/vert/brun rouge/vert/blanc/noir. Fleurons autour de la croix : noir/blanc/vert/brun rouge et rose/noir/vert. Lettres : lignes 1,4,7 : noir ; lignes 2,5,8 : brun rouge ; lignes 3, 6 : vert. Motif du bas : noir/brun rouge et rose/vert/blanc/vert.

Quadra tianus
in pace (i=p)
vixit an
nis LX de
positus
die XV kal(endas)
Octobres

242Observations

243• Ligne 3. Le I à la place du P de PACE, forme déjà observée sur la mosaïque de Donatianus A.12.

244• Le changement de formulaire avec la mosaïque inférieure.

245• La comparaison avec la mosaïque de l’évêque Baleriolus A.7 (ch. VII, p. 390-392).

A.31. QUINTUS

Fig. 316
Fig. 21 (Upp. I) vue prise dans la basilique
Fig. 420 couronne-chrisme ; fig. 430 compartiment inférieur
Upp. I : dessin fig. 40-41, 431

246CIL 23045 ; R. 8 ; G.Inv. 269 ; ILT 221 ; ILCV 1286 ; Al. 109.

247Emplacement. G.Inv. 269 : « au milieu du bas côté de gauche, à un niveau inférieur à celui de la mosaïque précédente [Felicitas] et à demi recouverte par elle ».

248Restitution. Nef latérale sud. Rectangle no 9 du calque – cf. Upp. I, fig. 21 – Filocalus, Felicitas, Quintus.

249Description. Mosaïque de structure tripartite, à bordure de filet double. Très large couronne dans le compartiment supérieur, denticulée intérieurement, entourant le chrisme ; épitaphe du lecteur développée sur sept lignes ; compartiment inférieur représentant deux oiseaux convergeant vers le vase où prend naissance la vigne mystique (croix monogrammatique).

Image

Fig. 316
Dimensions. 1,57 (h.c.) x 0,53 (en haut), 0,57 (en bas). Largeur de la bordure : 0,025. Compartiment supérieur : 0,52 x 0,485 ; diamètre de la couronne : 0,49-0,24. Champ épigraphique : 0,67 x 0,49 (en haut), 0,51 (en bas) ; hauteur des lettres : 8 à 9. Compartiment inférieur : 0,33 x 0,51.
Couleurs. Bordure : vert/noir. Couronne : brun rouge/rose(2)/vert/blanc(2)/blanc et denticules verts/vert/noir. Croix : brun rouge. Lettres : noir. Réglures : brun rouge. Croix monogrammatique au bas de l’épitaphe : brun rouge. Vase : rose. Oiseaux : brun rouge.

Quint
us lec
tor vix
it anno
s XXII e
t mense
unu dies XImageI

250Observations

251• La double représentation, chrisme et croix monogrammatique, sur un même pavement.

252• La forme de l’accusatif pour ANNOS et DIES.

A.32. REPARATUS

Fig. 317
Fig. 447 couronne-croix
Upp. I : dessins fig. 37, 432 et p. 209

253CIL 23053 k ; R. 14 ; G.NAM 214 ; G.Inv. 275 ; ILT 236 ; ILCV 1398 C ; Al. 150.

254Emplacement. G.Inv. 275 : « à gauche de l’absidiole des martyrs, attenant à la dernière colonne du bas-côté de gauche, dans la nef centrale ».

255Restitution. Dans la nef centrale, accolé au chœur occidental, sol 3, ou intégré, suivant l’extension du périmètre du chœur (cf. ch. II, p. 115). Rectangle no 16 du calque.

256Description. Mosaïque de belle maîtrise technique avec une composition originale centrée sur la plus grande croix monogrammatique, la plus grande couronne (tressée, rayonnante) des mosaïques d’Uppenna ; fleurs de lotus non stéréotypées ; épitaphe limitée à trois lignes, de façon à faire disposer au compartiment supérieur le maximum de place.

Image

Fig. 317
Dimensions. 1,21 x 0,96 à 1,01 (de haut en bas). Largeur de la bordure : 0,03. Compartiment supérieur : 0,79 x 0,93-0,90 ; diamètre de la couronne : 0,70-0,44. Champ épigraphique : 0,32 x 0,93-0,91 ; hauteur des lettres : 10.
Couleurs. Bordure : vert sombre/rose et brun rouge alternativement (avec vert en bas). Couronne : vert sombre/vert/brun rouge/ocre jaune/rose/blanc/rose/ocre jaune/brun rouge/vert/vert sombre. Croix, α et ω : vert sombre/brun rouge. Fleurons (en alternance) : ocre jaune/vert/vert sombre, et, rose/brun rouge/vert sombre. Cadre de l’inscription : en haut, vert sombre/vert ; sur les autres côtés : vert sombre/brun rouge et rose/vert. Lettres : brun rouge. Ligne : vert.

  • 6 Ou ann(is) V
  • 7 Ou r(ecessit).
  • 8 Ou XVII si on comptabilise le trait qui chevauche la réglure supérieure.

Reparatus fide
lis in pace v(ixit). annu (unu)6
menses III r(equievit)7. XImagek(a)Kendas)
M(a)r(tias)8

257Observations

258• La forme générale proche du carré.

259• La netteté de la surimposition des motifs sur le fond blanc.

A.33. RESTUTUS (pour restitutus)

Fig. 318
Fig. 54 (Upp. I) emplacement
Fig. 424 couronne-chrisme
Upp. I : dessins fig. 39, 435 et p. 291

260CIL 23053 1 ; R. 27 ; G.NAM 226 ; G.Inv. 287 ; ILCV 2648 A adn. ; AI. 114.

261Emplacement. G.Inv. 287 : « dans le bas-côté de droite, longeant le premier entrecolonnement du portique ».

262Restitution. Nef latérale nord, cf. la localisation de Iulius Honorius, de Lucilianus et de Restutus dans le P.V. de la troisième Mission et le plan fig. 54 (Upp. I). Rectangle no 29 du calque.

263Description. Mosaïque tripartite, à bordure à cinq filets avec arceaux (32) – lignes de redans arrondis ; compartiment inférieur décoré d’un cercle à fuseaux.

Image

Fig. 318
Dimensions. 1,65 x 0,67 (en haut)-0,62 (en bas). Largeur de la bordure : 0,10. Compartiment supérieur : 0,47 x 0,47 (en haut)-0,45 (en bas) ; diamètre de la couronne : 0,39-0,23. Champ épigraphique : 0,58 x 0,45 (en haut)-0,42 (en bas) ; hauteur des lettres : 10. Compartiment inférieur : 0,395 x 0,42. Diamètre du cercle : 0,34 ; diamètre des fuseaux : 0,22.
Couleurs. Bordure : rose/brun rouge/blanc/vert/vert sombre (et quelques cubes noirs mélangés). Couronne : rose(2)/brun rouge/blanc/vert/vert sombre. Croix : rose. Lettres : vert sombre. Fuseaux (alternativement) : vert sombre/rose(2)/brun rouge, et, vert à vert sombre et noir.

264Restu
tus in p
ace vix
it anni
S LX (palmette)

A.34. RUSTICILLA

Fig. 319
Fig. 413 couronne-chrisme
Upp. I : dessins fig.431 et p. 288

265CIL 23053 m ; R. 5 ; G.NAM 233 ; G.Inv. 266 ; ILT 237 ; ILCV 1398 A adn. ; Al. 108.

266Emplacement. G.Inv. 266 : « au fond du bas-côté de gauche, le long du mur extérieur et dans le prolongement de la tombe de Zarzio ».

267Restitution. Nef latérale sud. Rectangle no 6 du calque. Le P.V. de la troisième Mission précise « au chevet de l’inscription de Quintus lector, lecture de la mosaïque tombale de Rusticilia » – cf. Upp. I, p. 288.

268Description. Mosaïque de structure tripartite, incomplète, mais il est impossible de définir si elle se limitait à deux compartiments ; bordure et couronne respectivement à deux et sept filets.

Image

Fig. 319
Dimensions. 1,05 (h.c.) x 0,51. Largeur de la bordure : 0,025. Compartiment supérieur : 0,47 x 0,47 ; diamètre de la couronne : 0,44-0,25. Champ épigraphique : 0,55 x 0,46 ; hauteur des lettres : 9 à 10.
Couleurs. Bordure : vert clair/vert sombre à noir. Couronne : brun rouge/rose/ocre jaune/vert olive/blanc/vert clair/vert foncé. Croix : vert clair. Lettres : vert clair.
Dominante des tons de la mosaïque : le vert avec trois nuances de cette couleur.

Rusticill
a fidelis in
pace vix
it ann
is nobe

269Observations

270• Ligne 1. La lecture de RUSTICILLA et non RUSTICILIA s’impose, contrairement à Robin (BAC), au CIL, et à la représentation du P.V. de la troisième Mission (cf. Upp. I, p. 288). Robin (manuscrit) propose RUSTICUS !

271• Ligne 5. NOBE = NOVEM.

A.35. SECUNDA cf. CRESCENTIA A.10. A.36. SECUNDIANUS et RESTUTA (pour restituta)

Fig. 320
Fig. 3931 chrisme
Upp. I : dessin p. 284, fig. 50 emplacement

272CIL 23053 o ; Inv.Supplt 306 f ; ILT 238 ; ILCV 3264 (qui l’attribue faussement à Sidi Abich) ; Al. 139.

273Emplacement. Mosaïque parallèle et au même niveau que celle d’Irene, sous le pavement du cerf et de la biche, cassée par le mur de séparation des pièces X et XI, orientée vers le nord (cf. Upp. I, P.V. de la troisième Mission et plan fig. 50).

274Description. Large cadre rectangulaire développant le motif de la guirlande de laurier à trois feuilles ; inscription de trois lignes, associant finesse et élévation des lettres, apparition en final du symbole du Christ.

275Dimensions. 0,75 x 1,16 (l.c.). Largeur de la bordure : 0,15. Champ épigraphique : 0,45 x 1,02 (l.c.) ; hauteur des lettres : 16 à 13.

276Couleurs. Bordure – guirlandes de lauriers, feuilles – : vert sombre, intérieur vert clair et blanc (parfois rose foncé et blanc) ; entre les feuilles, fond rose. Lettres : vert sombre. Ligne : rose foncé. Chrisme : rose et rose plus foncé.

Secundianus
[e]t Restuta compa
[r] eius in pace Image

277Observations

278• Mosaïque de grande élégance de trait, confinant au pointillisme.

279• La rareté de l’association de deux époux sur une épitaphe et de la précision COMPAR.

280• Cette mosaïque conserve des traces de feu.

Image

Fig. 320

A.37. SPENDEU cf. FAUSTINA A.16. A.38. VERNACLA

Fig. 321, fig. 322 (= dessin de Robin,
Upp. I, 435)

281CIL 23053 r ; R. 25 ; G.NAM 223 ; G.Inv. 285 et Supplt ; ILCV 2682 adn. ; Al. 112.

282Emplacement. G.Inv. 285 : « au fond du bas-côté de droite, formant le seuil de la sacristie qui encadre de ce côté l’abside centrale ».

283Restitution. Nef latérale nord. Rectangle no 27 du calque.

284Description. Mosaïque de structure tripartite, relativement étroite, avec cinq tiges de fleurs dans le compartiment inférieur.

Image

Fig. 321
Dimensions. 1,59 x 0,50 (en haut)-0,55 (reconstitué) (en bas). Largeur de la bordure : 0,065. Compartiment supérieur : 0,395 x 0,395 ; diamètre de la couronne : 0,395-0,23. Champ épigraphique : 0,44 x 0,40 ; hauteur des lettres : 7 à 8. Compartiment inférieur : 0,61 x 0,42 (en haut)-0,44(en bas).
Couleurs. Bordure : rose/blanc/vert/vert sombre à noir. Couronne : brun rouge/rose/ocre jaune/blanc/vert/vert sombre à noir. Croix : ocre jaune. Lettres : vert sombre à noir.

Verna
cla vixi
t in pace
annis
XIIII

Image

Fig. 322

285Observations

286• Rien, à part les quatre premières lignes de l’épitaphe, ne rapproche les deux représentations de la mosaïque de Vernacla. Le modèle reproduit sur la photo s’intègre dans la typologie des mosaïques d’Uppenna, y compris pour la représentation des tiges de fleurs à l’esthétique sévère (comparer avec la mosaïque de Gaudentia A.22, fig. 307). Il est donc difficile de croire à une reconstitution d’ensemble.

287• L’âge de la défunte varie donc de treize ans chez Gauckler (G.Inv.) à quatorze ans sur la photo et pour Merlin, à quarante-sept ans chez Robin (BAC), à quarante-huit ans chez Gauckler (NAM) – or, G.NAM est antérieur à G.Inv. –, à cinquante-trois ans dans la lecture que Robin propose de sa représentation sur le manuscrit Vernacla vixit in pace annis 53 - cf. texte Upp. I, fig. 435 –, à quatre-vingt-dix-sept ans, enfin, d’après la forme de son dessin, ce qui ferait de Vernacla la doyenne d’Uppenna, de fort peu, il est vrai, mais pas du Maghreb antique où l’on vivait vieux aux dires des épitaphes !

A.39. MOSAÏQUE SANS ÉPITAPHE

Fig. 323
Fig. 412 couronne-chrisme ; fig. 431 « jardin fermé »
Upp. I : dessin fig. 436

288Références. Al. 144. Se reporter à la mosaïque de Feli[…] Serv[…] B.9.

289Emplacement. Chapelle à abside nord (VIII), côté ouest. Rectangle no 36 du calque - cf. fig. 26 (Upp. I) et développement au chapitre IV, p. 256.

290Description. Tableau constitué présentement de la superposition des traditionnels compartiments supérieur et inférieur d’une mosaïque de structure tripartite ; cadres bien individualisés par des bordures à un et trois filets et une séparation de trois rangées de tesselles. La large couronne est constituée de huit filets et intérieurement divisée en huit quartiers. Le chiffre huit se retrouve avec les doubles fleurettes, aux quatre coins. Le compartiment inférieur développe avec aisance le répertoire des deux tiges de fleurs, chacune portant ici cinq boutons. Six pétales volètent.

Image

Fig. 323
Dimensions. Mosaïque composée de deux parties séparées par 4 cm. Compartiment supérieur : 0,59 x 0,65. Largeur de la bordure : 0,0125 ; diamètre de la couronne : 0,45-0,26. Compartiment inférieur : 0,66 x 0,71 (extérieurement), 0,59 x 0,64 (intérieurement). Largeur de la bordure : 0,04.
Couleurs. Compartiment supérieur. Bordure : vert sombre à noir. Couronne composée de huit filets concentriques : (1) cercle : vert sombre à noir ; (2) huit arcs de cercle : (alternativement) brun rouge, et, vert ; (3) huit arcs alternativement : brun rouge/noir, et, vert/ocre jaune ; (4) huit arcs alternativement : ocre jaune, et, blanc (il manque un arc ocre jaune) ; (5) huit arcs alternativement : rose ou rose et blanc, et, blanc ; (6) huit arcs alternativement : rose et ocre jaune, et, blanc (il manque des cubes ocre jaune) ; (7) huit arcs alternativement : blanc, et, ocre jaune ; (8) cercle : vert. Croix : ocre jaune. Fleurons autour de la couronne : noir/brun rouge/rose, et, noir/vert et ocre jaune. Compartiment inférieur. Bordure : ocre/vert/vert sombre à noir.

291Observations

292• La photo MB 325 datée de février 1905 – fig. 26 (Upp. I), 344 - prouve que cette mosaïque était disposée au pied de l’inscription disparue de Feli[…] Serv[…] B.9. Le cliché MB 472 restitue cette dernière épitaphe (fig. 343). Nous ne pouvons assurer que ces deux pavements – l’inscription disparue et la mosaïque sans épitaphe – recouvraient une même tombe. Malgré :

  • la séparation assez semblable des trois compartiments (quatre rangées de cubes blancs entre l’épitaphe et le cadre de la couronne avec le chrisme, trois entre ce cadre et la composition florale) sur la mosaïque C.7.
  • le nombre peu élevé de mosaïques sans épitaphe (on peut en recenser pourtant quatre en dehors de celle-ci, dont au moins deux dans cette même chapelle).
  • le précédent de la mosaïque de Felix A.19, où l’épitaphe précède le chrisme.

A.40. MOSAÏQUE SANS ÉPITAPHE

Fig. 324
Fig. 426 couronne-chrisme
Upp. I : dessin 436 et p. 293

293G.NAM 229 ; G.Inv. 299 ; Al. 128.

294Emplacement. G.Inv. 299 : « dans la grande chapelle latérale de droite, devant la porte de l’aile droite ».

295Restitution. Dans cette chapelle à abside nord, très proche de l’emplacement de la mosaïque de […]ta dulc[…], case 41 du croquis de Robin, qui est du même niveau mais postérieure – cf. développement, ch. IV, p. 290.

296Description. Mosaïque de structure tripartite, sans épitaphe, à bordure de filet simple puis triple. Couronne à huit rangs ; compartiment inférieur à champ d’écailles. Les deux représentations à la place de l’épitaphe – couronnes longilignes et tiges à fleurs – peuvent être comprises comme une allégorie du défunt.

Image

Fig. 324
Dimensions. 1,57 x 0,54 (en haut)-0,52 (en bas). Largeur de la bordure : 0,0125. Compartiment supérieur : 0,50 x 0,50 à 0,51 ; diamètre de la couronne : 0,46-0,24. Emplacement de ce qui aurait dû être le champ épigraphique : 0,50 x 0,50. Compartiment inférieur : 0,45 x 0,45 ; largeur de la bordure : 0,04. Tableau des écailles imbriquées : 0,37 x 0,35.
Couleurs. Bordure : vert sombre et marron à noir ; en plus, en bas, deux rangées de vert et ocre jaune alternativement, (sur le côté droit, quelques cubes vert sombre à noir et roses). Couronne : rose/brun rouge/vert et marron/vert sombre, marron à noir/blanc/ocre jaune, rose et rouge/vert et marron/vert sombre, marron sombre à noir. Croix : brun rouge. Pointillé double à l’emplacement du champ épigraphique : (en haut) : ocre jaune/vert/vert sombre/blanc/vert sombre à noir/vert/ocre jaune ; (en bas) : rose/brun rouge/blanc/brun rouge/rose. Écailles imbriquées : (alternativement) vert sombre à marron ou noir/brun rouge/rose, et, vert sombre/marron à noir/vert/ocre jaune.

297Observations

298• Gauckler individualise cette mosaïque sans épitaphe (NAM et Inv. Mos.) par la précision : « chrisme constantinien accosté de l’α et de l’ω placés à l’envers ».

299• Cette mosaïque possède une des plus riches palettes.

300• Elle porte des traces de feu.

A.41. MOSAÏQUE SANS ÉPITAPHE

Fig. 325
Fig. 423 couronne-chrisme

301Aucune référence, mais provient sûrement d’Uppenna – notamment en raison de sa parenté avec la mosaïque de Cilonia Grata A.l – fig. 282.

302Description. Mosaïque de structure tripartite, à bordure à filet double, sans épitaphe, très nette, sur laquelle la part des symboles est importante : la palme du milieu est une allégorie du défunt, le losange du bas se réfère à la cuve baptismale b, comme sur la mosaïque de Cilonia Grata A.l – fig. 282.

Image

Fig. 325
Dimensions. 1,66 x 0,51. Largeur de la bordure : 0,025. Compartiment supérieur : 0,52 x 0,45 ; diamètre de la couronne : 0,46-0,29. Emplacement de ce qui aurait dû être le champ épigraphique : 0,52 x 0,45 ; palme : 0,41 x 0,26. Compartiment inférieur : 0,52 x 0,45 ; losange : diagonales : 0,52 et 0,31.
Couleurs. Bordure : noir/vert. Couronne : noir/brun rouge/blanc/ocre jaune/vert/noir. Croix : ocre jaune. Fleurons autour de la couronne : noir/vert/ocre jaune, et, noir/brun rouge. Motif du milieu : noir/brun rouge/noir/blanc/ocre jaune/vert/noir/blanc/noir/vert/ocre jaune/blanc/noir/brun rouge/noir. Motif du bas : noir/blanc(2)/ocre jaune/vert/noir/brun rouge/blanc/brun rouge/noir. Séparation des compartiments : noir.

303Observation

304 La forme de la palme intégrant, au centre, la représentation d’une couronne ouverte.

A.42. MOSAÏQUE SANS ÉPITAPHE

Fig. 326

305Emplacement. Inconnu.

306Représentation en relief (+ 5 cm) de la couronne.

307Description. Mosaïque sans épitaphe, composée de deux compartiments, avec couronne à chrisme en relief.

308Dimensions. 1,07 (h.c.) x 0,89 ; diamètre de la couronne : 0,60-0,30. Champ des écailles : 0,60 x 0,60. Couleurs. Partie inférieure du chrisme : vert clair tendant vers le jaune. Écailles : (alternativement) vert sombre à noir/brun rouge/rose, et, vert sombre à noir/vert/ocre jaune. Filet : vert sombre à noir.

309Observations

310Intéressante mosaïque, malheureusement trop incomplète pour qu’on détermine avec certitude si cette couronne en relief évoque les cérémonies de ces repas funéraires. La présence du chrisme, au centre de la cavité, laisse supposer que si c’était le cas, il s’agirait plutôt d’un « repas symbolique », de « libations spirituelles » que de « nourriture matérielle ».

311• À la différence des deux précédentes mosaïques, l’emplacement de l’épitaphe absente n’a pas été réservé.

312• Écailles : cf. Bernaclus A.8.

Image

Fig. 326

2. LES MOSAÏQUES DÉCOUVERTES AU DÉBUT DU XXe SIÈCLE, CONSIDÉRÉES COMME DISPARUES

SÉRIE B

Mosaïques pour lesquelles nous disposons de photo(s)

Lecture du nom certaine

florentina

B.1

Fig. 327-328

iulia

B.2

Fig. 329, 330 (reconstitution)

maioricus

B.3

Fig. 331, 332 (reconstitution)

optantius

B.4

Fig. 333, 334 (reconstitution)

quadratianus

B.5

Fig. 335, 336 (reconstitution)

saturninus

B.6

Fig. 337, 338 (reconstitution)

Nom du défunt, reconstituable

quodvult[deus]

B.7

Fig. 339

Lecture du nom incertaine

Nom avec gentilice

« arictecius ou aripectus zarzio

B.8

Fig. 340 (MB),

Fig. 341 (Fonds Prélature)

Nom avec gentilice, possible

Fig. 342 (reconstitution)

feli[…] serv[…]

B.9

Fig. 343, 344 (avec A.39)

Nom unique

q[uadrat]i[lla]

(avec datation d’un règne vandale)

B.10

Fig. 345, 346 (reconstitution)

Mosaïque avec une partie d’épitaphe

[…deposit]us est x kalendas

martias requiebit

B.11

Fig. 347

[…]ta dulc[is…] r prids

B.12

Fig. 348

Mosaïque sans épitaphe

B.13

Fig. 349-350

Croix de Petrus

B.14

Fig. 351

Photo d’une partie du décor de la mosaïque, prise sur le site

B.15

Fig. 352

B.16

Fig. 352

Fragment non identifiable

B.17

Fig. 353

Mosaïques pour lesquelles nous ne disposons pas présentement de photos

« coita »

B.18

Fig. 354 (Pavard)

Fig. 355 (M. L. Robin)

B.19

Fig. 356

B.20

Mosaïque sous celle de Iulius Honorius

B.21

B.22

B.1. FLORENTINA

Fig. 327 (cliché MB 463 – Upp. I, fig. 18) et reconstitution fig. 328
Upp. I : autres dessins fig. 39, 432

313CIL 23049 1 ; R. 15 ; G.Inv. 276 ; Al. 151.

314Emplacement. G.Inv. 276 : « à gauche de l’absidiole des martyrs, dans la nef centrale, en avant de la tombe de Reparatus ».

315Restitution. Nef centrale, rectangle no 18 du calque. Dessin de Robin : orientée vers l’ouest.

316Description. Épitaphe insérée dans un massif de mosaïque blanche et noire (à en juger par une photo en noir et blanc…) et délimitée par une bordure à trois filets (noir/blanc/noir) incomplète intérieurement, à gauche et en bas du cliché. La forme de la couronne ne parvient pas à dessiner les contours d’un cercle. Les dimensions des lettres étaient supérieures à la norme habituelle d’Uppenna (comparaisons Upp. I, fig. 18).

Image

Fig. 327

Image

Fig. 328

Floṛẹn
tina

317Observations

318• Il est malheureusement très difficile de répondre aux questions suivantes :

  • La représentation de la couronne et de l’épitaphe est-elle postérieure à celle du massif de mosaïque blanche et noire ?
  • Existe-t-il une iconographie, une « écriture » à l’extérieur de la couronne ?
  • Ce qui a voulu être spécifié dans la couronne se limite-t-il au nom « Florentina » ? Cette interrogation se subdivise en deux. N’y a-t-il pas, comprimée contre la deuxième ligne, l’acclamation in pace ? Une convergence de formes avec celles des A et E pourrait inciter à l’avancer. L’indice est néanmoins insuffisant. Le fil blanc torsadé au-dessus des trois dernières lettres de la première ligne et semblant réapparaître en bas, à gauche de la deuxième ligne, est-il « significatif » ? Le constat que ces questions puissent être posées a incité à proposer un agrandissement du cliché.

319• Écriture : noter la tangence du L et du O, et la forme du O.

Image

Fig. 327 b

B.2. IULIA

Fig. 329 (cliché MB 463) et reconstitution fig. 330
Upp. I : dessins fig. 41, 435

320CIL 23052 ; R. 24 ; G.NAM 219 ; G.Inv. 284 ; ILCV 2538 ; A1. 95.

321Emplacement. G.Inv. 284 : « dans le chœur, devant l’abside du chevet, à droite de la mosaïque d’Aprikis ».

322Restitution. Nef latérale nord. Rectangle no 26 du calque. Le soubassement de la mosaïque est visible sur le site (fig. 33, 56).

323Description. Épitaphe discrète émergeant d’un massif de mosaïque blanche. Le cadre de l’inscription n’est pas circulaire et semble se prolonger vers le bas.

Image

Fig. 329

Image

Fig. 330

Ịulịạ sa
n(c)tissim
a pụẹlla
in Image a
Imagee

324Observations

325• La différence d’échelle entre la dimension réduite de l’épitaphe et le périmètre du soubassement de la mosaïque s’explique par l’importance du développement du pavement sous l’épitaphe (se reporter au dessin de Robin, Upp. I, fig. 435).

326• L’interrogation traditionnelle à propos de puella concerne l’éventuel statut de religieuse de Iulia. Deux éléments divergents ( ?) sont à prendre ici en considération, d’une part le qualificatif sanctissima, d’autre part l’ancienneté apparente de l’œuvre, d’après la typologie de l’épitaphe, si du moins cette mosaïque était au niveau 1.

327• On retiendra la forme défaillante du N de l’avant-dernière ligne. On l’observe également sur la première inscription des martyrs mais sur cette œuvre il y a doute légitime concernant l’authenticité de la graphie.

B.3. MAIORICUS

Fig. 331 (cliché MB 463)
et reconstitution fig. 332
Upp. I : dessins fig. 40-41, 435

328CIL 23053 a ; R. 26 ; G.NAM 218 ; G.Inv. 286 et Supplt ; ILCV 2648 Aa adn. ; Al. 113.

329Emplacement. G.Inv. 286 : « au fond du bas-côté de droite, devant la porte de la grande chapelle latérale à l’abside ».

330Restitution. Nef latérale nord – parallèle aux tombes de Restutus et Lucilianus. Rectangle no 28 du calque.

331Description. Fragment d’épitaphe correspondant à la table d’inscription d’une mosaïque de structure tripartite avec bordure à filet double, dont les compartiments sont dissociés. La couronne supérieure était attestée ou imaginée sur le dessin de Drappier-Sadoux – Upp. I, fig. 41.

Image

Fig. 331

Ṃaioricus
ịṇ ImageImageẹ vi
Imageit ạṇṇis
qụ[inq]ue
d[…]

332Observations

333 Ligne 5. Gauckler (NAM) et le P.V. de la troisième Mission – cf. Upp. I, p. 292 – lisent D[IEB]II ; Merlin (Supplément à l’Inventaire) D[IEB.]XIII.

334L’éloignement de l’éventuel compartiment supérieur excède ce qui est observé sur la mosaïque C.7. Par ailleurs, en haut de la photo, sur le côté droit, on discerne l’amorce d’une courbe mais non l’angle d’une bordure. L’hypothèse de l’épitaphe surmontant l’ensemble des compartiments supérieur et inférieur est admissible et renvoie à la situation de l’épitaphe de Feli[…] Serv[…] B.9/A.39, et paraît même de nature à conforter la proposition de l’unicité de cet ensemble de la chapelle VIII-IX.

Image

Fig. 332

B.4. OPTANTIUS

Fig. 333 (cliché MB 476) et reconstitution fig. 334
Upp. I : dessin et emplacement fig. 17

335CIL 23053 c ;Inv.Supplt 306 g ; ILCV 2665 ; Al. 140.

336Emplacement. Non indiqué par Gauckler.

337Restitution. Au centre du premier sol du chœur occidental, entre les mosaïques de Maxentia et de Crescentius et Bruttanicus (cf. dessin, Upp. I, fig. 17), et l’« emplacement de la mosaïque de Crescentius » (fig. 51 – Upp. I – et ch. II, fig. 100).

338Description. Mosaïque de tonalité claire, dont le fond faisait peut-être partie de la plate-forme en mosaïque blanche du premier chœur occidental. La structuration semble avoir été celle d’une division hésitante en trois compartiments définis par deux traits séparés d’un rang de mosaïque blanche, la bordure extérieure ayant été peut-être réduite à un filet. La couronne, de forme plus ovale que circulaire, débordait du rectangle supérieur. L’inscription contenue en grande partie dans la couronne se prolongeait vers le bas, décalée vers la gauche. Il est impossible de déterminer si le cadre inférieur a été divisé en deux registres ou si le filet vertical à trois rangs appartient à un motif.

Image

Fig. 333

Image

Fig. 334

dans la couronne

[.] ẹ [..]
ṃ[..]ọ[.]ịe
Opṭantius
in pace
vixit

sous la couronne

annis
ḶXImageII

339Lecture traditionnelle des deux premières lignes :Bene memorie.

340Observations

341• Mosaïque très mutilée, les cubes ayant disparu par plaques, probablement lors du montage de la mosaïque sur châssis.

342• La justesse de la lecture bene memorie ne peut être soumise à appréciation pour la première ligne. À la seconde ligne, l’espace disponible pour les deuxième et troisième lettres étant limité, la ligature EM est probable dans l’hypothèse assez plausible memorie.

B.5. QUADRATIANUS

Fig. 335 (Fonds Prélature) et reconstitution fig. 336 ; également fig. 280, fig. 441 couronne-croix
Upp. I : dessins fig. 39, 435

343CIL 23053 g ; R. 30 ; G.NAM 224 ; G.Inv. 290 ; ILT 234 ; ILCV 1398 B ; Al. 117.

344Emplacement. G.Inv. 290 : « dans le bas-côté de droite, à hauteur du second entrecolonnement des portiques et transversalement ».

345Restitution. Nef latérale nord. Rectangle no 32 du calque.

346Description. Mosaïque à deux compartiments, à ruban ou à filet transversal à denticules blancs sur chaque face, délimitant des fleurs de lotus (cf. mosaïques de Filocalus et Pascasius). La croix monogrammatique à large bras s’élève sur un piédestal à deux marches.

Image

Fig. 335

Image

Fig. 336

Quadrat
ianus fide
lis in pace b
ixit anno
s II mense
s Image r(equievit) ou r(ecessit) ImageII k(alendas) M(artias) ou M(aias)

347Observations

348• L’observation, tout à fait en bas du cliché, de l’extrémité de la fleur de lotus et du liseré du ruban ondé prouve qu’il n’y avait pas de troisième compartiment, ce qui est explicable par la dimension de la tombe d’un enfant de trente mois.

349• Noter la dimension inhabituelle des tesselles, particulièrement dans la couronne et en bordure.

350• L’interrogation concerne la disposition de la base de colonne. Nous avons déduit qu’elle avait été déplacée (ch. VII, p. 400).

B.6. SATURNINUS

Fig. 337 (cliché MB 482) et reconstitution fig. 338
Fig. 443 couronne-croix

351CIL 23053 n ; R. 44 ; G.NAM 210 ; G.Inv. 304 ; ILCV 2684 ; A1. 132.

352Emplacement. G.Inv. 304 : « dans le baptistère, entre le bas-côté de droite de la basilique et la cuve des fonts baptismaux ».

353Restitution. Complexe baptismal, au nord des cuves baptismales, pièce XII. No 45 du calque (à noter qu’il n’y a pas de rectangle). Il est donc probable que cette mosaïque a été enlevée dans la partie actuellement manquante du pavement géométrique.

354Description. Mosaïque d’un jeune défunt de sept ans, à deux ou trois compartiments. Large bordure initiale à redans, conservée dans sa partie supérieure, faisant place à hauteur de l’épitaphe à une bordure de cinq filets (côté gauche). Couronne en fer à cheval, tressée. Croix monogrammatique de la largeur d’un rang de tesselles, aux bras latéraux allongés et au montant inférieur peu développé, élevée sur un large piédestal de trois marches. L’épitaphe, composée de lettres relativement hautes, se développe sur sept lignes avec réglures ; les premières lignes s’infléchissent vers la droite (défaut de parallélisme avec le bras latéral de la croix).

Image

Fig. 337

Ṣatuṛ ninụs
viImageịt in
pace ạ n
nos Image [I] ḍe
positus XV
k(a)l(endas) Iụ liaṣ

Image

Fig. 338

355Observation

356 L’aspect de cette mosaïque permet d’envisager l’hypothèse d’une transformation radicale. C’est la seule mosaïque d’Uppenna dont la couronne soit incomplète. Les lignes sous l’a et l’ω étaient-elles tracées dès l’origine ? La bordure change du tout au tout en descendant, ceinturant un corps d’épitaphe dilaté. S’il y a eu réfection, le texte est-il différent de l’intitulé initial ?

B.7. QUODVULT[DEUS]

Fig. 339 (cliché MB 463)
Fig. 434 couronne-croix
Upp. I : dessin fig. 434 et p. 292

357CIL 23053 i ; R. 21 ; G.Inv. 281 ; Al. 97.

358Emplacement. G.Inv. 281 : « dans la nef centrale, à la hauteur du quatrième entrecolonnement ».

359Restitution. Nef centrale. Il est possible que la partie inférieure du pavement ait été brisée par la mise en place des dalles entourant le pavement du chœur oriental. Rectangle no 22 du calque.

360Description. Fragment de mosaïque, couronne et croix monogrammatique à deux filets, bordure et abords de la couronne ornés d’arceaux très irréguliers.

Image

Fig. 339

Quoḍ
vulṭ [deus]
[…]

361Observations

362• Au moment de la prise de vue, il ne subsistait que les deux premières lignes de l’épitaphe : le P.V. de la troisième Mission et le dessin de Robin attestent QUOD / VULT / DEUS.

363• Mosaïque offrant une ressemblance avec celle de Babelo A.6 – fig. 289 – tant en ce qui concerne la bordure, la forme de la croix (ici, l’intérieur de la couronne est uni) que la disposition des lettres (décalage vers la droite). Il n’est toutefois pas possible de prouver qu’une même main ait été à l’œuvre. Ces deux mosaïques sont les productions d’une époque « difficile ».

B.8. « ARICTECIUS ou ARIPECTUS » « ZARZIO ou DARDIO »

Fig. 340 (cliché MB 462)
Fig. 341 vue de l’épitaphe dans la basilique (Fonds Prélature)
Fig. 342 reconstitution
Upp. I : dessins fig. 40-41, 431

364CIL 23046 ; R. 4 ; G.NAM 234 ; G.Inv. 265 ; ILT 223 ; ILCV 2386 ; A1. 107.

365Emplacement. G.Inv. 265 : « au fond du bas-côté de gauche, le long du mur extérieur ».

366Restitution. Nef latérale sud, contre le mur extérieur. Rectangle no 5 du calque.

Image

Fig. 340

367Description. Mosaïque à deux compartiments avec bordure et cadre d’épitaphe constitués d’un ruban décoré alternativement de rectangles sombres et clairs, ces derniers portant un X en pointillé simple. Le chrisme et la couronne, de petite dimension, étaient entourés de boutons de rose dessinés avec soin. L’importance de l’épitaphe d’un défunt au nom énigmatique, disposée sur six lignes avec réglures, tient à l’invocation finale, unique dans la production d’Uppenna (cf. ci-dessous p. 703-708).

368Deux clichés sont à notre disposition. La plus ancienne photo, prise sur le site, conservée à la Prélature, ne concerne que l’épitaphe (fig. 341). Le cliché de la photothèque du musée du Bardo a été tiré alors que le pavement avait été remonté sur un châssis (fig. 340).

369L’état général de l’œuvre était le suivant : l’épitaphe était parfaitement conservée dans la basilique mais recouverte d’un mortier gris. Les hésitations concernant la lecture du nom en découlent. La mosaïque sur châssis est très abîmée. On distingue nettement les parties en clair, ayant perdu les tesselles, des plaques grises où le mortier n’avait pas été martelé.

370Cette mosaïque est apparentée à la production du groupe II (cf. ch. X). Elle possède en commun avec ces mosaïques la couronne constituée de filets concentriques, le chrisme avec l’α et l’ω, les quatre fleurons tout autour. On remarque le diamètre réduit de la couronne. La formule d’épitaphe in pace vixit annis est bien celle des œuvres du groupe II.

371Les différences concernent le cadre de la mosaïque constitué de rectangles alternés. L’absence d’un compartiment inférieur, alors qu’il ne s’agit pas d’une sépulture d’enfant, constitue la dernière différence. Cette mosaïque paraît être de longueur plutôt réduite pour une tombe d’adulte, mais la forme du rectangle no 5 sur le calque de Robin incite à penser que sa largeur était plus importante que celle de la majorité des mosaïques du groupe II, ce qui est fort compréhensible en raison de la différence de consistance des bordures.

Image

Fig. 341

372Le nom du défunt a été lu ARICTECIUS (Robin, Carton, P.V. de la troisième Mission), ARIPECTUS – avec un II grec - (Gauckler, CIL, M. Alexander), ARIPECIUS (Monceaux BAC 1905, p. CLXXXVIII), ARCHITECTUS (Merlin – dubitatif – et Diehl). ZARZIO est davantage reçu, mais le P.V. de la troisième Mission, c’est-à-dire en l’occurrence le Père Delattre, estime qu’il faut lire DARDIO en raison de la forme des deux Z « barrés par le milieu et qui représentent la lettre D » (cf. Upp. I, p. 292). (Sans aller jusqu’à Carthage, comme le fait l’auteur de la remarque, où ZIACONUS = DIACONUS, on trouve, à Uppenna même, CRESCENTIUS ZIACONUS A.11 - fig. 294).

373L’observation des deux photos 340 et 341 donne en parallèle les lectures suivantes :

1.1

[…]

[…]ẹImageṭus (ou […]ẹImageịus)

1.2

[.]ạṛẓị[.]

[..]ṛẓịọ

1.3

in pace vịxịṭ

[in plạImageẹ ṿ[ixit]

1.4

[a]ṇ ṇis LXX

ạṇṇịs […]

1.5

ImageImageui d[i]g

Image[q]ụị [d]ịg

1.6

ni sunt [.]ic

ṇị ṣụṇṭ ṣịImage

1.7

accịpiạnt

[…]Imageịaṇṭ

374Observations

375• Ligne 1. On discerne avant le E deux traits parallèles très proches. La légère inflexion vers la droite du bas du premier conduirait à privilégier CT au détriment de II. À la dernière syllabe le T semblerait devoir être préféré au I, en raison de la barre horizontale supérieure. Malheureusement, les deux propositions sont contradictoires (Aripectus ou Arictecius).

376• Ligne 2. On ne peut aller au-delà de [.]ARZIO avec donc les possibilités ZARZIO, DARDIO (Z = D), PARDIO.

377Ligne 5. CUI pour QUI.

378• Ligne 6. Merlin (ILT) avait tout naturellement suggéré HIC à la place de SIC. Sur la photo du musée du Bardo, la première lettre a disparu, mais le cliché de la prélature authentifie SIC.

379Nous devons donc tenir pour acquise la structure suivante :

380[…]ectus ou [ecius] / [.]arzio / in pace vixit / annis LXX / hic qui dig / ni sunt sic / accipiant

Image

Fig. 342

B.9. ÉPITAPHE DE FELI[…] SERV[…]

Fig. 343, 344 (= fig. 26, Upp. I)
Upp. I : dessin fig. 436

381CIL 23049 g ; R. 34 ; G.NAM 227 ; G.Inv. 294 ; ILT 228 ; ILCV 1456 adn. ; Al. 123.

382Emplacement. G.Inv 294 (très fautif) : « Dans le bas-côté de droite, à hauteur du cinquième entrecolonnement du portique ». « Mosaïque très mutilée, à droite, par le mur entourant le chœur devant l’absidiole des martyrs ».

383Restitution. Chapelle à abside nord (VIII), côté ouest. Rectangle no 36 du calque. Cf. chapitre IV et mosaïque A.39.

384Description. Épitaphe de cinq lignes avec réglures, contenue dans la bordure à filet double, mutilée, séparée par quatre rangs de mosaïque blanche du panneau de la mosaïque sans épitaphe A.39 (fig. 344). Hypothèse plausible d’un ensemble unique de tombe de défunt.

Image

Fig. 343

Feli[…]
Servi… in]
pace [v(ixit) ann] ou [vixit ann]
is L […men]
ses N[ovem]

Image

Fig. 344

385Observations

386• Lignes 1 et 2. La reconstitution de Gauckler FELI(CIANUS) SERV(US IN) PACE – G.Inv. 294 – voire même SERVUS DEI, évoquée par Merlin, est hypothétique, la possibilité de duo nomma n’est pas à exclure.

387• Ligne 1. La forme du F initial, lue V par Robin.

388• Ligne 3. Un nombre de lettres équivalent par lignes, comparativement aux lignes 4 et 5, plaiderait pour [V(IXIT) ANN] de préférence à [VIXIT ANN].

B.10. « Q[UADRAT]I[LLA] »

Fig. 345 (cliché MB 489)
Fig. 346 reconstitution
Upp. I : fig. 18 (MB 463) arrière-plan

389CIL 23053 u ; Inv.Supplt 306 i ; ILT 240 ; ILCV 2683 adn ; Al. 142.

390Autres références : Courtois, Les Vandales et l’Afrique (Appendice II, inscription 104, p. 379).

391Description. Mosaïque limitée peut-être au compartiment d’une large épitaphe de huit lignes légèrement montantes, entourée d’une bordure constituée de sept rangs de tesselles (2 sombres, 3 blancs, 2 sombres).

392Mosaïque d’un grand intérêt pour la chronologie de la basilique d’Uppenna, en raison de sa datation du règne d’un roi vandale. Malheureusement l’endroit où a été découvert ce pavement n’a pas été spécifié – cf. la proposition, rectangle no 17 du plan de Robin (Upp. I, p. 152) et chapitre VII, p. 408-409).

Image

Fig. 345

Image

Fig. 346

393La reconstitution du texte a été proposée par Merlin (Supplt Inv. et ILT) :

Q[u]adr[ati]l[l…vi]xi[t in pace] ann[is…], deposi[t..] ex( ?) V[…]
Decem[bres, a]nn.V Hiiricis ( ?)

394L’état du cliché MB 489 limite la proposition de restitution :

1.1 Image (ou Image) […] Ị

C ou Q […]i

1.2 […] Image I Ṭ

[… vi]xit

1.3 […] ẠN

[in pace] an(nis)

ou an

1.4 Ṿ (ou Ṇ) […] Ḍ E P O

v[…m(enses)…] depo

nis[…]depo

1.5 Ṣ […] E ImageV

s[ita di]e XV

1.6 Ṃ (ou ẠN) […] D E C

an[te kal(endas) Dec

1.7 E Image […] Ṇ N V (ou U)

em[bres a]nn(u)V

ou annu

1.8 Ḥ Ị (ou ỊṾ) […] Ị Ṛ I C I S

Hiiricis

IV (H)[ild]iricis

395Observations

396 Ligne 1. La suite ADR n’est pas lisible.

397• Lignes 2-3. La formule était bien vixit in pace annis…. et non in pace vixit annis.

398 Ligne 4. Première lettre V ou N inversé. Si c’est V, présence possible d’une barre d’année supplémentaire, en oblique.

399• Ligne 5. Deposita ou depositus (mais ancienne lecture du début du XXe siècle proposée pour le nom du défunt « Quadratilla »).

400• Ligne 6. La présence d’un M apparaît incompréhensible ; une ligature AN donnerait la solution.

401• Lignes 7-8. On a daté généralement cette mosaïque du règne d’(Hild)iric. Il était possible d’envisager l’hypothèse (Hun)iric, mais uniquement en cas d’occupation par les Ariens. Deux lectures d’années (IV ou V) sont possibles pour la datation :

402soit, ligne 7, ann(u) V, ligne 8, H, en légère oblique (mais sans la barre transversale ?), suivie du I penchant vers la droite. Il n’y a pas de problème pour intégrer largement les deux lettres manquantes (LD).

403soit, ligne 7, annu, qui évite l’abréviation. Les deux premiers signes de la ligne 8 sont alors ceux de IV. Seul inconvénient de cette proposition : une place limitée pour les premières lettres du nom du roi (et l’omission nécessaire du H).

404• La graphie des lettres était d’une belle lisibilité.

405• L’indication relative de la largeur de l’épitaphe est donnée par la fig. 18 – Upp. I – (MB 463), grâce à la superposition des épitaphes de Florentina, Iulia, Maioricus, Quodvult[deus].

406• Il est à remarquer, enfin, que cette datation n’a pas été supprimée après la conquête byzantine.

B.11

Fig. 347 (cliché MB 472), reproduction fig. 214
Upp. I : dessin fig. 437

407CIL 23053 x ; R. 42 ; G.NAM 205 ; G.Inv. 302 ; ILT 242 ; A1. 131.

408Emplacement. G.Inv. 302 : « dans l’aile droite de la grande chapelle latérale ».

409Restitution. Rectangle no 43 du calque ; angle sud-est de la pièce X.

410Description. Fragment d’une épitaphe qui avait été intégrée dans le pavement géométrique de cette pièce (peltes à pompon imbriqués et bordure de triangles isocèles alignés). Cinq lignes conservées, netteté d’écriture, et réglures en tesselles plus claires que le fond de l’inscription.

Image

Fig. 347

[…]
[deposit]
us est X
kalenda
ṣ Mart
ias (palmette)
requiebit

411Observations

412 Merlin (ILT 242) a relevé au-dessus de la première ligne, conservée ici, ce qu’il croit être un DE de DEPOSITUS). Gauckler restituait à tort l’épitaphe ainsi :

413men] ses IX/[k]alenda[s]/mart/[i]as (palmette) [re]quiebit

414• La photo superpose la fin de l’épitaphe et une partie du pavement géométrique élaboré au moyen de l’assemblage de peltes. La représentation de ces peltes ne constitue pas le décor d’un compartiment inférieur, comme on pourrait le supposer par assimilation avec la structure tripartite de bien des mosaïques. En effet, si tel était le cas, leur taille aurait été plus réduite de façon à ce que les différentes rangées commencent à gauche par le milieu d’une pelte, puis en-dessous, par le début d’une pelte et ainsi de suite, conformément à ce qui a été observé pour la fin de chaque rangée à droite. Or, ce n’est pas le cas, il suffit pour s’en rendre compte de prolonger le trait de bordure de l’épitaphe.

415• Rien ne permet d’avancer que l’épitaphe soit postérieure au motif du pavement géométrique.

B.12

Fig. 348 (cliché MB 472)
Upp. I : dessins fig. 38, 437 et p. 293

416CIL 23053 y ; R. 40 ; G.NAM 209 ; G.Inv. 300 ; Al. 129.

417Emplacement. G.Inv. 300 : « dans la grande chapelle latérale de droite, au milieu du chœur, devant l’abside ».

418Restitution. Chapelle à abside nord. Rectangle no 41 du calque.

419Description. Fragment d’inscription développée longitudinalement sur deux lignes, bordure à redans. Ensemble soigné.

Image

Fig. 348

[…]ta dulc[is ou issima…]
[…]r(equievit ou ecessit) pr(idie) id(es) Septembres] ou id(e)s […]

420Observation

421 Les trois dessins attestent P à la place de T, ligne 1, ce qui est erroné. La représentation pour le P.V. de la troisième Mission (Upp. I, p. 293) indique la présence d’un chrisme à gauche du début de l’inscription. Il s’agit d’une autre mosaïque. Son origine tient dans un rapprochement avec la mosaïque A.40 (cf. discussion, ch. IV, p. 290).

B.13

Fig. 349 (cliché MB 472)
Upp. I : dessin de Robin fig. 437, ici, fig. 350

422Emplacement proposé. Chapelle VIII (cf. ch. IV, p. 290-291, n. 24).

423Description. Carreau double mettant en regard un chrisme et une croix monogrammatique inscrits chacun dans une couronne à six filets. Aux quatre coins, fleurons symbolisés par un carré de quatre tesselles. Bordure à deux filets et ligne de séparation d’un rang de mosaïque.

424Observations

425• Mosaïque uniquement connue par la plaque de verre MB 472 (qui représente aussi les fragments des pavements B.9, B.11, B.12) et par le dessin de Robin dans le manuscrit de Langres. La plaque, datée « Uppenna 1907 », est malheureusement presque blanche à l’endroit de la figuration de la mosaïque B.13.

426• Les deux couronnes paraissent identiques (de l’extérieur vers l’intérieur, filets : sombre/blanc(2)/sombre/un peu moins sombre/sombre). Il est possible que le filet « un peu moins sombre » fasse alterner des cubes d’intensité différente.

427• L’utilisation simultanée d’un chrisme et d’un monogramme est à retenir (cf. ch. X). La différence des formes des deux α (pour l’ω, la comparaison est plus malaisée) est de nature à nous conforter dans la prudence concernant les critères d’évolution chronologique fondés sur la forme des lettres.

Image

Fig. 349

Image

Fig. 350

B.14. PETRUS et […]TIUS

Fig. 351 croix dorée (cliché MB 2275)
Upp. I : dessins fig. 37, 437 et p. 293

428CIL 23053 e ; R. 41 ; G.NAM 221 ; G.Inv. 301 ; ILT 233 ; ILCV 3138 adn., qui l’indique par erreur à Sidi Abich ; A1. 130.

429Emplacement. G.Inv. 301 : « dans la grande chapelle de droite, dans l’angle sud-est du chœur, devant l’abside ».

430Restitution. Rectangle no 42 du calque, cf. chapitre IV. Robin assure qu’elle est orientée vers le nord « pour lire l’inscription, on regarde le nord » (lettre du 16 décembre 1904).

431Description. Dissocions trois éléments : la croix, l’épitaphe de Petrus, l’épitaphe du second défunt.

Image

Fig. 351

432La croix. La croix qui précédait l’inscription était très originale. Robin la décrit ainsi : « Croix formée de cubes de mosaïque en verre ayant des reflets d’or ». Gauckler développe ainsi : « Au-dessus de l’épitaphe, une croix latine † très simple en cubes dorés, d’un type que je n’ai rencontré nulle part ailleurs en Afrique, où les dés de ce genre sont toujours extrêmement rares, et caractéristiques de l’époque byzantine. Ici la lame d’or, appliquée sur un cube de verre translucide brun foncé, est recouverte d’un glacis vitrifié qui la maintient et la protège. Dans les mosaïques analogues de Medeina et de Carthage, la dorure est appliquée à nu, extérieurement, dans le premier cas sur un cube de verre translucide, presque incolore, dans le second cas sur un cube de verre opaque brun foncé, comme ici ». (NAM, p. 409).

  • 9 On observe avec intérêt que dans le rapport des NAM, à la page 409, l’ordre de présentation des re (...)

433Cette description correspond à celle de la croix de Petrus. Or Gauckler, par erreur, attribue cette croix à la mosaïque de […]dio[…] C.2. qui n’est pas byzantine, et dont la couronne en partie conservée sur le site ne pouvait contenir cette croix9.

434L’attribution de la croix dorée à la mosaïque de Petrus, par Robin, est d’autant plus fiable que nous apprenons, par l’Appendice du P.V. de la troisième Mission, que c’est Robin lui-même qui enleva cette croix dorée, par précaution : « Il s’agit de la croix en cubes dorés recueillie par M. Robin » (cf. Upp. I, p. 295).

435Une précision s’impose cependant : l’attribution de la croix latine à la mosaïque de Petrus signifie simplement que cette croix était en tête de l’épitaphe de Petrus et de […]tius. Mais nous ne pouvons prouver que le médaillon de mosaïque blanche entourant la croix ne faisait qu’un avec l’épitaphe de Petrus et de […]tius, en l’absence d’un cliché de l’époque associant la croix et l’épitaphe !

436Cette croix du musée du Bardo, archivée A 365, est présentée ainsi dans le deuxième supplément du Catalogue du musée Alaoui, établi par A. Merlin et R. Lantier en 1922 : « Fragment de tombe. Croix latine en cubes dorés, à glacis vitrifié, recouvrant la lame métallique appliquée sur les smalts. Époque byzantine ».

  • 10 M. Ben Younes, Conservateur du musée du Bardo, a bien voulu me donner ces indications.

437Dimensions. Ensemble du pavement. Hauteur 0,21 (à gauche), 0,24 (à droite) ; largeur : 0,18 (en bas), 0,20 (en haut) ; croix : 0,12 (verticalement), 0,08 (horizontalement) ; épaisseur des bras : 0,02 ; ligne au bas du fragment conservé : 0,13. La croix est effectivement couverte d’une feuille d’or10.

438L’épitaphe de Petrus. Robin avait d’abord lu, avec beaucoup d’hésitation :

PETRVS KYIDIK
CE VIIII KLMRT
VIX NSV

439(lettre du 16 décembre 1904, fig. 37 –Upp. I– , manuscrit, et BAC 1905, p. 377).

440C’était évidemment incompréhensible. P. Gauckler et l’avant-projet de rédaction du P.V. de la troisième Mission (Upp. I, p. 293) convergent pour restituer :

petrvs

Imagein pa

ce viiii

kl mrt

vix

nlv (Gauckler lit an lv)

441On restituera donc ainsi l’épitaphe de Petrus, qui se limitait aux trois premières lignes :

  • 11 On s’étonnera un peu de la lecture de Gauckler dans la mesure où le rédacteur du P.V. de la troisi (...)

Petrus r(e)q(uievit) in pa
ce VIIII k(a)Kendas) M(a)rt(ias)
vix(it) an(nis) LV11

442La deuxième épitaphe commence à la quatrième ligne. Robin avait lu en fin de ligne NIBVS. Gauckler et l’avant-projet du P.V. de la troisième Mission restituent NTIUS. Gauckler ajoute ensuite IAS ; sur l’avant-projet, on lit : « La suite du texte dans les notes du Père Delattre ».

443La restitution de la formule de cette épitaphe est l’aboutissement d’un cheminement Merlin-CIL-Diehl-Merlin (ILT).

[…]tius ou […]ntius
v[ixit]t a[nnis…]
r(e)q(uievit) [i]n pa[ce…] k(a)l(endas)
Ian[ua]rias

444On constate donc une interversion avec la formule de l’épitaphe de Petrus :

requievit in pace (die…) vixit annis…
vixit annis… requievit in pace (die…)

B.15

Fig. 352 (détail de la fig. 25 Upp. I –,
fig. 100, Fonds Prélature)

445Emplacement. Mosaïque appartenant au chœur occidental, niveau 3, au sud du pavement d’Emeritus A.13. Elle s’identifie à la « tombe ouverte devant l’Archevêque de Carthage, le 11 mai 1905 ». (Se reporter ch. II : « Un ou deux chœurs occidentaux superposés », p. 110 et suivantes).

446Description. Absence de bordure, une fleur de lotus à l’angle nord-est ; large couronne denticulée avec filet extérieur.

Image

Fig. 352

B.16

Fig. 352 (mêmes références que pour B.15)

447Emplacement. Mosaïque appartenant au chœur occidental, niveau 3, presque perpendiculaire au pavement d’Emeritus A.13, et à l’est de B.15.

448Description. Bordure de filet ondé et fleurs de lotus sur le côté sud (même motif que sur la tombe d’Emeritus). Le côté nord, près du pavement d’Emeritus, ne disposait pas de cette bordure (filet simple).

B.17.

Fig. 353 MB 489 – et au deuxième plan de la fig. 18 MB 463, Upp. I –

449Description. Pavement d’Uppenna, remonté sur châssis, illisible.

Image

Fig. 353

450Observation

451 On proposera un rapprochement avec le « décor » autour du médaillon de Florentina B.1 – fig. 327.

B.18. « A » ou « COITA »

Fig. 354 (= Upp. I, fig. 56, P.V. de la troisième Mission)
Fig. 355 (= Upp. I, fig. 436, manuscrit de Robin)

452CIL 23053 v ; R. 33 ; G.NAM 217 ; G.Inv. 293 ; ILT 241 ; ILCV 2835 A adn ; Al. 121.

453Emplacement. G.Inv. : « dans le bas-côté de droite, à hauteur de la quatrième colonne du portique ».

454Restitution. P.V. de la troisième Mission : « située dans la grande nef, contre l’édicule de l’évêque Honorius ». Rectangle no 35 du calque.

Image

Fig. 354

Image

Fig. 355

455Observations

456• Lignes 1 et 2. Seul Gauckler a lu COI/TA (G.NAM 217), les autres simplement la voyelle finale A. En se fondant sur son témoignage, à la fiabilité incertaine, on aurait donc :

[Coi] ou

[…]

[t]a in plus probablement

[.]a in

pace

vixit

ann

is LXXV

is LXXV

reces

sit XV

k(a)Kendas) Ma

rtia(s)

457• Le P.V. de la troisième Mission précise que la forme de cette « jolie tombe cubique, aux angles arrondis…rappelait celle des sarcophages de Tabarka. Toute en mosaïque, la couleur dominante était l’azur ». Il ajoutait : « Nous avons eu le regret de constater la perte irréparable… le tout est malheureusement effondré » (Upp. I, p. 293). Son implantation au début de l’époque byzantine, sur le sol 3, alors que l’on s’apprêtait à porter le niveau à + 70 cm (sol 4), a été avancée chapitre VII, p. 402.

B.19

  • 12 La représentation donnée ici ne provient pas d’une photocopie de la page de l’avant-projet mais d’ (...)

Fig. 356, dessin à partir de l’avant-projet du P.V. de la troisième Mission – non intégré dans la version définitive – (Upp. I, fig. 52)12

458Emplacement. P.V. de la troisième Mission : « en tête de la tombe de Rusticilia » (se reporter au rectangle no 6 du calque qui localise la mosaïque de Rusticilia).

459Description (même source). « Fragment d’inscription en mosaïque, dont il ne reste que la dernière ligne tronquée, IN PACE. Celle-ci est accostée d’une fleur à droite et à gauche. Le tout est inscrit dans un double encadrement dont l’extérieur est en forme de torsade et l’intérieur composé d’un motif grec » (cf. Upp. I, p. 288).

Image

Fig. 356

B.20. « B(IXIT) IN PACE »

460Emplacement. P.V. d’une double Mission, p. 21 (Upp. I, p. 277) : « En continuant les fouilles, la démolition du mur antérieur du compartiment amène la découverte d’une portion de mosaïque en lettres noires sur fond blanc, situé à l’angle droit. C’est une épitaphe dont nous ne lisons que la fin : B. IN PACE c’est-à-dire Bixit in pace ». Par « compartiment » on comprendra le chœur oriental.

B.21

461Cette mosaïque aurait été cassée par la tombe de Iulius Honorius, d’après les termes du P.V. de la troisième Mission :

462« En explorant la tombe du Flamen Maximus perpetuus, on ne tarde pas à constater que cette sépulture a été établie sur une épaisseur de 0 m 23, à travers une mosaïque plus ancienne » (P.V. de la troisième Mission, cf. Upp. I, p. 289, et discussion ci-dessous p. 699.

B.22

463« Une mosaïque brisée au milieu. Sujet ornemental assez fin : au milieu dans un médaillon, une bécasse piquant le bec dans la terre » (lettre de Robin à Gauckler, 16 décembre 1904 - cf. Upp. I, p. 205).

3. MOSAÏQUES RETROUVÉES SUR UE SITE OU DÉCOUVERTES EN 1971

SÉRIE C

464Dix-neuf mosaïques ou fragments ont été découverts dans le quadratum, pour deux d’entre elles c’est une redécouverte, entre les absides et l’emplacement des inscriptions martyriales ; un ensemble homogène de cinq pavements l’a été à l’arrière des inscriptions martyriales (C.20 à C.24). Au nord, la mosaïque de Ciionisia C.25 se trouve dans la chapelle à abside VIII-IX, et deux fragments ont été mis au jour dans la chapelle XII, derrière la cuve baptismale (C.26, C.27). Enfin, côté sud, l’épitaphe de Maxentia C.28 se situait sur le seuil des pièces XXVI et XXVII.

465Toutes les mosaïques, dans la nef, appartiennent au premier niveau de l’église.

466On se reportera au compte rendu des fouilles pour une analyse plus précise de l’environnement de ces mosaïques, l’observation éventuelle des sépultures sous-jacentes.

467Nomenclature

468L’ordre de classification C.1 à C.28 tient à l’emplacement des mosaïques – toutes ayant été laissées en place sur le site – et à la volonté de mentionner en premier les deux pavements redécouverts.

469Une classification d’après le nom des défunts et l’état de conservation de la mosaïque serait susceptible de donner :

Épitaphe avec gentilice

aelia victoria

C.13

Fig. 369

aureliu[s] kandidu[s]

C.11

Fig. 366-367

elius victorinianus (pour aelius)

C.15

Fig. 371

Épitaphe avec cognomen complet ou reconstituable

bernacla (pour vernacla)

C.6

Fig. 362

bonifatia

C.11

Fig. 357

ciionisia (pour dionysia)

C.25

Fig. 381-382

dativa

C.12

Fig. 368

fortunata

C.17

Fig. 373

ispesina (pour spesina)

C.24

Fig. 380

maxentia

C.28

Fig. 389-390

[re]stituta

C.3

Fig. 359

Épitaphe, avec hésitation portant sur l’intitulé exact du nom

qui[ri]ac[a] ou qui[ri]ac[us]

C.9

Fig. 365

[lu]crina ou [ma]crina

C.18

Fig. 374

Reconstitution du cognomen très limitée

début de nom

are[…]

C.4

Fig. 360-361

maru[…]

C.20

Fig. 376

milieu de nom

[…]dio[…]

C.2

Fig. 358

[…]a[… ]

C.7

Fig. 363

[…]ata[…]

C.8

Fig. 364

[…]redi[…]

C.26

Fig. 387

fin de nom

[…]a

C.21

Fig. 377

[…]a

C.22

Fig. 378

[…]do

C.23

Fig. 379

[…]us

C.12

Fig. 357

Fragment d’épitaphe (nom totalement inconnu)

C.27

Fig. 388

Mosaïque complète sans épitaphe

C.19

Fig. 375

Fragment de bordure ou de cadre

C.5

Fig. 361

C.10

Fig. 365

C.14

Fig. 370

C.16

Fig. 372

C.1. MOSAÏQUE DES DEUX AUDIENTES

Fig. 357. Autres photos : fig. 60, 277
Fig. 59 détail de l’épitaphe […]us
Fig. 275, 3933 chrisme de Bonifatia ; fig. 3932 chrisme de […]us
Dessins fig. 38, 432 (Upp. I)
Développement ch. II, p. 62-66

470Pavement découvert au début du XXe siècle, laissé en place.

471CIL 23048 ; R. 12 ; G.NAM 203 ; G.Inv. 273 ; ILT 225 ; ILCV 1509 a et b ; A1. 96.

472Emplacement. Extrémité sud-est de la plate-forme du premier chœur oriental, disposée devant l’absidiole des martyrs. Orientation vers l’est. Des traces de feu sont visibles.

473Dimensions. 0,56 x 1,15 (l.c.).

474Description. Inscriptions juxtaposées, contenues dans deux cadres rectangulaires à filet simple séparés par un rang de mosaïque blanche. Les deux traits du bas se rejoignent.

Image

Fig. 357

BONIFATIA

475Dimensions. Cadre rectangulaire : 0,48 x 0,66 ; hauteur des lettres : 7 à 9.

476Couleurs. Cadre et lettres : vert (différentes nuances) et noir.

Bonifatia audi
ens in p(ace). Image
xit annu
unu et m(ensibus). IIII

477Observation

478• Il manque un cube vert, en bas dans l’angle gauche, pour fermer le rectangle.

…]us

479Dimensions. Cadre rectangulaire : 0,48 x 0,44 (l.c.) ; hauteur des lettres : 6 à 8.

480Couleurs. Cadre et lettres : vert et noir, quelques tesselles rouges. Les lettres X, AN, DUO et N ainsi que le chrisme sont composés de pâte de verre émeraude et turquoise.

481Actuellement, on peut lire :

[…]ụs audien
[…]ṿix.an
l…]duo
[…]n (ou IV) Image

482Observations

483 Ligne 2. Nous ne pouvons choisir entre les deux premières formules, ni même éliminer totalement la troisième :

[s in p(ace)] vix(it) an
[s in p(ace) Image] vix(it) an
[s] vix(it) an

  • 13 La troisième formule donnerait six lettres, comme sur la troisième ligne, mais supprimerait in pac (...)

484L’incertitude tient à la différence de densité des lettres par lignes13.

La mention du Image en fin de texte, qui constitue la grande différence avec la structure de la phrase de l’épitaphe de Bonifatia, permet d’émettre l’hypothèse que le Image n’était pas en deuxième ligne.

  • 14 L’observation attentive du pavement au moment de sa redécouverte (cf. agrandissement fig. 277) mon (...)

• Ligne 4. L’hésitation entre [I]N Image et [MENSES]IV Image ne semble pas devoir être de mise. Robin et Gauckler affirment avoir lu IN (ainsi que le S final d’ANNIS à la troisième ligne)14.

485• La reconstitution du texte de la mosaïque de […]us donne donc :

1. 1

[…]ụs audien

1.2 (formule médiane)

[s in p(ace)] ṿix(it) an

ou 1.2

[s in p(ace)Image] ṿix(it) an

ou 1. 2

[s]ṿix(it) an

1. 3

[ni]s duo

L 4

[m(ensibus)…] inImage

C.2. […]DIO[…]

Fig. 358. Autre photo : fig. 63
Dessin fig. 432 (Upp. I)
Développement ch. II, p. 67
Pavement découvert mutilé, au début du XXe siècle ; laissé en place.

486CIL 23053 w ; R. 13 ; G.NAM 204 ; G.Inv. 274 ; ILCV 1398 ; Al. 149.

487Emplacement. Proche de celui des audientes ; orienté vers l’ouest.

488Description. Mosaïque d’un enfant de trois ans, de structure tripartite limitée ici à deux compartiments. Bordure à filet double. Couronne tressée (tesselles disposées en pointillé) ; épitaphe sur cinq lignes et carré approximatif de la hauteur de la dernière ligne.

Image

Fig. 358
Dimensions conservées. 0,84 x 0,51, avec la bordure blanche. Champ épigraphique : 0,51 x 0,35 (l.c.) ; diamètre extérieur restitué de la couronne : 0,45 ; hauteur des lettres : 8.
Couleurs. Bordure : vert/noir. Lettres : ocre jaune, quelques cubes roses. Couronne : rose/ocre jaune/rouge/blanc/noir/…

[…]dio
[…i]n pace
[fide] ḷis vix
[it an]nos
[t]res

489Observations

490• Nous avons indiqué que Gauckler attribuait faussement à ce pavement la croix dorée de la mosaïque de Petrus B.14 – fig. 351.

491• L’équilibrage approximatif du nombre de lettres par ligne conduit à situer la syllabe DIO en position médiane du nom. Cette même considération nous fait suggérer la présence d’un motif à caractère symbolique ou décoratif ou de remplissage ( !) en début de cinquième ligne, comme cela a été fait à droite, la lettre T ne pouvant occuper toute la largeur de la partie manquante.

C.3. [RE]STITUTA

Fig. 359. Même photo fig. 64
Développement ch. II, p. 70-71

492Emplacement. À un mètre au sud du pavement des audientes, disposée devant le même mur ancien nord-sud. Orientée vers l’est.

493Description. Inscription sur deux lignes, délimitée par des tuiles posées de chant. En position médiane, couronne ouverte longiligne.

494Dimensions. 0,44 x 0,71 (l.c.) ; hauteur des lettres : 6,5 (première ligne), 8 (deuxième ligne). Largeur de la bande centrale tressée (couronne ouverte) : 0,09.

495Couleurs. Lettres : vert sombre à noir. Tresse : rouge/jaune/vert/vert sombre et noir/blanc/vert sombre et noir/vert/jaune/rouge.

[Re]stituta
[in] pace

496Observation

497 Comparaison avec la mosaïque d’Irene A.25 – fig. 310. On observera les extrémités de la couronne de [Re]stituta (à droite) et celles des couronnes longilignes de la mosaïque d’Irene, en haut et en bas, côté gauche.

Image

Fig. 359

C.4 et C.5

Fig. 360-361. Autres photos : fig. 65-68 Développement ch. II, p. 71-78

498Emplacement. À l’angle nord-est de la partie centrale, au nord de la plateforme du premier chœur oriental.

499Description. Épitaphes parallèles et décalées, orientées vers le nord, insérées dans un double cadre ; extérieurement un bandeau large de 7 à 8 rangs de tesselles, à décor de rectangles à trois couleurs ; intérieurement un cartouche à queue d’aronde à un filet. Les deux bandeaux se superposent dans la zone de plus grande proximité des épitaphes. L’ensemble était inséré dans une plage de mosaïque blanche qui recouvrait une concession familiale d’au moins 2,50 m x 1,75 m.

MOSAÏQUE C.4. fig. 360 (en haut)

500Dimensions. Cadre (dimensions extérieures) 0,70 x 0,91 (dimension conservée). Largeur de la bordure : 0,105. Cartouche en queue d’aronde : 0,29 x 0,32 (l.c.) ; hauteur des lettres : 9,5 à 10.

501Couleurs. Filets de la bordure, cartouche et lettres : noir ; motifs à l’intérieur de la bordure : rectangles : vert/jaune et quelques tesselles roses/vert.

Arẹ[…]
in pạ[ce]

Image

Fig. 360

MOSAÏQUE C.5. fig. 360 (en bas) et 361

502Mosaïque de structure semblable à C.4, complètement détruite au milieu.

503Dimensions. Cadre extérieur : 0,85 x 1,08. Largeur du cartouche : 0,52 ; de la bordure : 0,10. Couleurs. Mêmes couleurs que C.4, sauf pour la bordure où les couleurs d’un motif rectangulaire sont : vert/rose/vert.

504Observation

505 Comparaison avec la mosaïque d’Icosu A.24 – fig. 309 – (cartouche à queue d’aronde et bordure à motifs rectangulaires).

Image

Fig. 361

C.6. BERNACLA (pour vernacla)

Fig. 362. Autre photo fig. 74
Fig. 401 couronne-chrisme
Développement ch. II, p. 82-83

506Emplacement. Nef latérale sud. Orientée vers l’ouest.

507Description. Mosaïque de fond blanc, non compartimentée, délimitée par une bordure dont nous ne parvenons pas à définir la représentation – fig. 74. Décor d’une extrême austérité : couronne, chrisme, épitaphe.

Image

Fig. 362
Dimensions. 1,31 x 0,46 (l.c.). Largeur de la bordure conservée : 0,06 ; diamètre de la couronne : 0,31-0,25 ; hauteur des lettres : 6 à 6,5.
Couleurs. Bordure : jaune/rose et rouge/vert sombre (tendant vers le gris). Couronne : jaune/vert sombre/rouge et rose. Chrisme et lettres : vert sombre (tendant vers le gris).

Bernacla in p
ace vixit be (= bi)
Imagenium

508Observations

509• Il n’y a pas d’α ni d’ω entre les quadrants du chrisme.

510• La formule BIANNIUM et la graphie de la deuxième lettre (E ? I ?).

511• Le manque de maîtrise dans la représentation de la couronne et du chrisme (parties supérieures).

512• Une densité de tesselles très supérieure à la moyenne des mosaïques d’Uppenna ≃ 110 au dm2, contre 60 ± 5 habituellement.

C.7

Fig. 363. Autre photo fig. 78
Fig. 82 couronne et chrisme (reproduite p. 633)
Développement ch. II, p. 83-86

513Emplacement. Nef centrale. Orientée vers l’ouest.

514Ensemble très endommagé par la pose de blocs réemployés utilisés comme fondations de la quatrième base de la colonne sud de l’état byzantin.

515Description. Œuvre particulièrement soignée. Le compartiment supérieur s’ordonne à l’intérieur d’une bordure à quatre filets, séparée latéralement des tuiles posées de chant par la largeur de six rangs de mosaïque blanche. La couronne tressée, légèrement dilatée sur la droite, est entourée de fleurons de belle qualité. Chrisme et to nets. Le champ épigraphique dispose d’une bordure de six filets séparés du compartiment supérieur par deux rangs de mosaïque blanche. Lignes marquées de réglures. Le compartiment inférieur, également large de six rangs, prolonge par le filet externe le champ épigraphique. Représentation d’un cercle à trois filets avec fleurette à croix. La prééminence du compartiment supérieur était affirmée par une surlargeur de quatre rangées.

516Mosaïque composée de trois compartiments rectangulaires séparés. L’ensemble du pavement – 2,26 m x 0,79 m – est délimité par des tuiles posées de chant.

Image

Fig. 363
Compartiment supérieur.
Dimensions. 0,62 x 0,64 (dimensions intérieures : 0,51 x 0,53). Largeur de la bordure : 0,055 ; diamètre de la couronne : 0,43-0,17.
Couleurs. Bordure : vert/vert sombre à noir/brun rouge/rose. Couronne : vert sombre à noir/brun rouge/rose/blanc/ocre jaune/vert/vert sombre à noir/blanc/vert sombre à noir/vert/ocre jaune/blanc/rose/brun rouge/vert sombre à noir. Chrisme : ocre jaune.
Compartiment du champ épigraphique.
Dimensions. Hauteur : 0,65. Largeur de la bordure : 0,075.
Couleurs. Bordure : vert sombre à noir/vert/ocre jaune/blanc(2)/vert sombre à noir. Lettre A : vert sombre à noir. Ligne : rouge. Compartiment inférieur.
Dimensions. 0,64 x 0,51 (0,35 intérieur). Largeur de la bordure : 0,075 ; diamètre du cercle : 0,32-0,245.
Couleurs. Bordure : vert sombre à noir/blanc(3)/ocre jaune/vert. Couronne : vert sombre à noir/vert/ocre jaune. À l’intérieur, fleurette à croix, en alternance : rose/brun rouge/vert sombre à noir, et, ocre jaune/vert/vert sombre à noir.

[…]
a […
[…]

C.8

Fig. 364. Même photo fig. 80
Fig. 250 détail des rectangles de la bordure
Développement ch. II, p. 83-86

517Emplacement. Orientation vers le nord. Se situe au nord de la mosaïque C.7. Ce pavement a également été cassé par les blocs de réemploi ayant servi de soubassement à la base de colonne byzantine.

518Description. Mosaïque dont l’unique ligne d’épitaphe était entourée d’une double bordure constituée de lignes de chevrons tête-bêche et de rectangles.

519Dimensions. Actuellement 0,80 x 1,10 dans sa largeur. Rectangles de 0,25 x 0,20 ; chevrons 0,09 x 0,20. Lettres : 11.

520Couleurs. Traits des bordures : vert sombre à noir ; motif au centre des rectangles : carré de 9 tesselles : une vert sombre à noir au centre, quatre rouges disposées en croix, quatre ocre jaune aux angles. Dans les coins, quatre tesselles : ocre jaune, vert sombre, rouge. Chevrons : vert sombre à noir/blanc/ocre jaune/blanc (ext-int). Lettres : rouge.

521Au centre de la composition, je privilégie la lecture :

[…]ata i[n pace…]

522Observations

523• Lecture d’épitaphe. Cette lecture se fonde sur la présence certaine d’un A, l’écriture probable d’un I à droite du A (le C est exclu). Les deux lettres précédant le A semblent un A plutôt qu’un N, puis une lettre à trait vertical (d’où la proposition du T). Si on hésite à discerner dans la barre verticale à droite du A la forme d’un I, pour privilégier un trait semblable à ceux des bordures extérieures, on ne tiendra pour acquis comme témoin de l’écriture du mot qu’un A. Chaque lettre serait alors séparée de la suivante par une barre. Cette reconstitution accréditerait par manque de place une structure d’épitaphe limitée au nom seul. La première lettre ne saurait être un A.

524• La comparaison avec la mosaïque de Maxentia C.28 a été établie au chapitre V, p. 329-332.

Image

Fig. 364

C.9. C.10

Fig. 365. Autre photo fig. 83 Développement ch. II, p. 87-90

525Emplacement. Nef centrale.

C.9

526Mosaïque de Qui[ri]ac[a/us]. Orientation vers le nord. Pavement délimité par des tuiles posées de chant (distance à l’ouest, 7 à 8 rangs, au nord, 5 à 6).

527Description. Bordure constituée de torsades à deux brins de sept fils ; épitaphe dilatée sur deux lignes.

528Dimensions. 0,72 x 1,63 (l.c.). Cadre : 0,56 x 1,52. Largeur de la bordure : 0,20 sur le petit côté, 0,16 sur le grand. Champ épigraphique : 0,24 x 1,23 (l.c.) ; hauteur des lettres : 8,5 à 9.

529Couleurs. Bordure : noir (quelques cubes vert sombre). Torsades à deux brins : vert sombre à noir/blanc/vert/rose/ocre jaune/blanc/vert sombre à noir. Lettres : noir (quelques cubes verts).

Qui[ri]aImage [a ou us]
in [p]acạ[e]

530Observations

• Ligne 2. La lettre après le C ne saurait être E, mais un A en raison de la barre oblique initiale observable. L’existence de ce A qui allonge le mot, réduit encore la probabilité de l’éventuelle existence d’un Image en fin de ligne, sur le modèle de la mosaïque de Secundianus et Restuta A.36. La deuxième ligne serait en effet plus longue que la première, même dans l’hypothèse du nom de défunt Quiriacus, et l’écart entre les deux premières lettres IN de cette ligne deviendrait inexplicable.

531• Taille des tesselles assez large (densité = 50 au dm2).

C.10

532Fragment d’une mosaïque accolée, côté sud, au pavement C.9.

Image

Fig. 365
Dimensions. 0,65 x 0,50 (mais l’essentiel est constitué de mosaïque blanche à l’extérieur du motif). Bordure conservée sur 0,23 x 0,205.
Couleurs. Bordure : vert sombre à noir/ocre jaune / blanc / vert / vert sombre à noir.

C.11. AURELIU[S] KANDID[US]

Fig. 366-367. Autres photos : fig. 84 (emplacement des deux mosaïques d’Aureliuls] Kandid[us] et de Dativa), fig. 85
Fig. 394-400 détails des symboles représentés sur le pavement d’Aureliuls] Kandid[us]
Développement ch. II, p. 90-91

533Emplacement. Nef latérale sud, contre le mur du bas-côté, à hauteur de la chapelle à abside sud XXV. Orientée vers l’ouest.

534Description. Mosaïque en mauvais état de conservation. Il manque la partie de droite, le fond. Quant à la partie supérieure, elle avait été écornée avant la mise en place de la mosaïque de Dativa C.12. L’épitaphe se situe dans la partie supérieure, sans cadre. En-dessous, symboles de facture rudimentaire : deux poissons, grenades, grappe de raisin, pampres de vigne.

Image

Fig. 366
Dimensions conservées : 1,95 (très variable) x 0,85 ; hauteur des lettres : 10 à 11 (dernières lettres : 8,5 à 9). Poisson : 0,24 x 0,11 ; grappe de raisin : 0,115 x 0,06 ; fruits : 0,18 à 0,20.
Couleur. Lettres et symboles : vert sombre à noir.

Aureliu[s]
Kandid[us]
bixsit in place] ou moins probablement in p[(ace) Image]

535Observations

536• Noter l’absence de support du pavement, les tesselles étant directement disposées sur la terre battue.

537• Une très grande diversité dans les dimensions des cubes de mosaïque blanche.

Image

Fig. 367

C.12. DATIVA

Fig. 368. Autre photo fig. 84
Développement ch. II, p. 91-92

538Emplacement. En tête de la mosaïque d’Aureliu[s] Kandid[us] et postérieure. Orientée vers l’ouest.

539Description. Mosaïque de structure tripartite à bordure à filet double. Compartiment supérieur avec couronne à sept filets et chrisme, traités avec netteté. Epitaphe développée sur cinq lignes. Compartiment inférieur ordonné autour du motif du cercle constitué de quatre fuseaux avec, aux angles, quatre doubles fleurons.

Image

Fig. 368
Dimensions. 1,84 x 0,60. Largeur de la bordure : 0,025. Compartiment supérieur : 0,55 x 0,55 ; diamètre de la couronne : 0,52-0,33. Champ épigraphique : 0,55 x 0,55 ; hauteur des lettres : 9 à 10. Compartiment inférieur : 0,65 x 0,55 ; cercle de 0,37 m de diamètre constitué de quatre fuseaux.
Couleurs. Bordure : noir/vert. Couronne : noir / brun rouge/rose/blanc/ocre jaune/vert/noir. Chrisme : brun rouge. Lettres : noir (lignes 1,3) rouge (lignes 2,4,5). Fuseaux : (en alternance) noir/brun rouge/rose/blanc/noir, et, noir / vert/ocre jaune/blanc/noir. Fleurons aux quatre coins : noir/vert/ocre jaune, et, noir/brun rouge/rose.

Dativa
in pace
vixit
annis
XLIIIII

540Observation

541 L’écriture du chiffre V.

C.13. C.14. C.15. FAMILLE D’AELIA VICTORIA et D’ELIUS VICTORINIANUS

542Concession familiale comportant les pavements d’Aelia Victoria et d’Elius Victorinianus, cette dernière mosaïque remplaçant la mosaïque C.14 dont il ne subsiste que la bordure nord.

543Développement ch. II, p. 93-105.

544Emplacement. Dans la nef centrale. Orientée vers l’ouest.

C.13. AELIA VICTORIA

545Fig. 369. Autres photos : fig. 86, 88, 91

Image

Fig. 369
Dimensions conservées : 1,13 x 1,93.
Description et Couleurs. Mosaïque cassée dans l’angle sud-est par l’insertion d’une tombe à un niveau supérieur, jusqu’à la bordure du cadre intérieur, sur une largeur de 0,44 m.
Le cadre extérieur de la mosaïque est constitué d’une bordure à deux filets, noir et vert, dédoublée en hauteur, intérieurement, à 0,16 m côté sud et 0,12 m au nord. Dimension de ce cadre : 0,80 x 1,47 et 1,12.
Le cadre intérieur de dimensions externes : 0,65 m et 0,98 m, est composé de trois filets (ocre jaune/noir/rose), renforcés sur les côtés nord et est d’un double liseré blanc et ocre jaune. La couronne (0,55-0,34), d’une rigoureuse géométrie, est composée de huit filets concentriques : ocre jaune/vert/rose/blanc/rose/ocre jaune/vert/rose. En haut et en bas, cette couronne est prolongée par des tesselles de même couleur que le filet extérieur de la couronne, c’est-à-dire ocre jaune, évoquant la forme d’une enseigne militaire. Les lettres, hautes de 7 à 8 cm, sont noires.

Aelia
Victo
ria

546Observations

547• L’interrogation concernant la signification du halo ocre jaune au-dessus et au-dessous de la couronne.

548• La graphie du V.

C.14

549Fig. 370. Autre photo fig. 89

Image

Fig. 370
Dimensions. Bordure torsadée, côté nord : 0,72 x 0,175.
Couleurs. Motifs en forme de torsade-nœuds parallèles : brun rouge ; intérieur : noir et blanc. Entre les motifs : ocre jaune et vert. Dans les coins du cadre : ocre jaune. Limite du tableau, filet : noir.

C.15. ELIUS (pour AELIUS) VICTORINIANUS

550Fig. 371. Autres photos fig. 87, 90, 2781-2

551Fig. 276, 3934-5 chrismes

552Mosaïque cassée sur le côté sud par la mise en place d’une sépulture d’enfant dont il reste sur le site l’auge-sarcophage (fig. 91).

553Description. Épitaphe développée sur deux lignes suivies d’une ligne à cinq chrismes. Large cadre rectangulaire, dans le sens de la largeur série de deux petits triangles se faisant face ; en hauteur, représentation de triangles emboîtés (nervures de feuilles ?), arceau à chaque angle.

Image

Fig. 371
Dimensions. 0,93 x 1,64. Cadre : 0,79 x 1,58. Largeur de la bordure : (en haut et en bas) 0,195 ; (à droite) 0,185. Champ épigraphique : 0,39 x 1,29 ; hauteur des lettres : 8 à 9 (ligne 1), 11 à 13 (ligne 2) ; chrismes : 0,09 à 0,11.
Couleurs. Bordure, lettres, chrismes : vert sombre. Motifs des bordures : petits triangles (côtés est et ouest) : alternativement ocre jaune/vert/rouge ; grands triangles emboîtés (côté nord) – ou nervures de feuilles( ?) : vert sombre/blanc/rouge/vert sombre/blanc/ocre jaune/vert sombre etc. (ext-int) ; arceaux : rouge/vert sombre/blanc/ocre jaune/rouge/vert sombre.

Eliụṣ Victorinianus
in Image[a](ce) – ou in p(ace) [Image] – vix(it) an(nis) ImageI et m(ensibus) II (ou V)
chrisme répété cinq fois

554Observations

555 La bordure sud a été presque totalement cassée.

556• La grande incertitude concerne la deuxième ligne avec deux lectures possibles :

in p[a](ce) vix(it) ou in Image(ace) [P] vix(it)

557• Le motif de la bordure, côté nord – triangles emboîtés ou nervures de feuilles – rappelle celui de la bordure d’Icosu A.24 (nervures de feuilles). Les couleurs correspondent – lignes : vert sombre ; autour : ocre jaune et rouge (et rose chez Icosu).

C.16

Fig. 372. Autres photos fig. 95 (emplacement), 96
Développement ch. II, p. 105

558Emplacement. Nef centrale, à l’ouest de la concession de la famille d’Aelia Victoria, orientée vers l’ouest. Mosaïque presque totalement détruite à l’exception de l’extrémité supérieure.

559Description. Cadre du compartiment supérieur à filet double, dentelé intérieurement. Le trait horizontal déborde les deux filets latéraux. Lettres apocalyptiques dans les angles, à l’extérieur de l’emplacement présumé de la couronne. Probabilité de représentations florales ou végétales contre la bordure gauche sous l’α et à droite sous l’ω.

560Observations

561• Densité importante des tesselles, ≃ 85 au dm2.

562• Lettres apocalyptiques à l’extérieur de la couronne, cas unique à Uppenna.

Image

Fig. 372
Dimensions. 1,77 x 0,725 (mosaïque blanche conservée à l’extérieur, en haut et en bas sur 0,27, intervalles des dents : 17 cm) ; α et ω, de grande dimension (to : 0,07 de hauteur, 0,12 de large). Couleur de l’ensemble : vert sombre à noir.

C.17. FORTUNATA

Fig. 373. Autres photos fig. 56 (emplacement), 97
Fig. 425 couronne-chrisme
Développement ch. II, p. 105-107

563Emplacement. Nef latérale nord. Orientée vers l’ouest.

564Description. Mosaïque de structure tripartite dans une large plage de mosaïque blanche. Bordure à filet double. Dans le compartiment supérieur, couronne à sept filets entourée de quatre fleurons. La croix hésite entre la forme du chrisme et celle de la croix monogrammatique par suite de la présence d’un quadrant oblique et d’un quadrant horizontal. Épitaphe à cinq lignes complétée par un motif décoratif représentant soit une répétition de la mention d’âge avec de grands X en pointillé, le dernier étant incomplet, soit deux carrés sur pointe avec fleurons en forme de croix précédés de deux triangles en pointillé. Le compartiment inférieur propose deux belles tiges avec quatre boutons et quatre feuilles.

Image

Fig. 373
Dimensions. 1,40 x 0,55 (ensemble conservé avec le pavement blanc : 1,90 x 1,08). Compartiment supérieur : 0,46 x 0,50. Largeur de la bordure : 0,025 ; diamètre de la couronne : 0,48-0,27. Champ épigraphique : 0,45 x 0,50 ; hauteur des lettres : 7 (ligne 1), 6 (les suivantes). Compartiment inférieur : 0,40 x 0,50. Couleurs. Bordure : vert/noir = ardoise foncée. Couronne : noir/vert/ocre jaune/blanc/rose/brun rouge/noir.
Monogramme : ocre jaune. Lettres : noir (lignes 1,3,5), brun rouge (lignes 2,4). Cadre supérieur et inférieur du champ épigraphique (de haut en bas) : noir/vert. Motif des carrés sur pointe : brun rouge/noir/vert/ocre jaune/blanc (à l’extérieur, tesselles brun rouge).

Fortuna
ta in pace
vixit
annis
XXX

565Observation

566• L’α et l’ω sont à l’extérieur des quadrants.

C.18. [LU]CRINA ou [MA]CRINA

Fig. 374. Autre photo fig. 98
Développement ch. II, p. 108-109

567Emplacement. De part et d’autre de l’axe de la colonnade nord de la première église ; perpendiculaire au pavement de Fortunata. Orientée vers le nord.

568Description. Mosaïque très mutilée, de structure tripartite avec bordure à filet simple, distante, côté nord, de six à sept rangs de tesselles des tuiles posées de chant qui la bordent. Couronne à sept filets, chrisme et lettres apocalyptiques inversées ; épitaphe de quatre lignes. Compartiment inférieur avec motif d’écailles imbriquées.

Image

Fig. 374
Dimensions. 1,75 (h.c.) x 0,55 env. Largeur de la bordure : 0,01. Compartiment supérieur : 0,64 x 0,53 ; diamètre de la couronne : 0,52-0,34. Champ épigraphique : 0,53 x 0,53 ; hauteur des lettres : 9,5. Compartiment inférieur : 0,42 x 0,53.
Couleurs. Bordure : noir (et vert foncé, ardoise sombre). Couronne : ocre jaune/vert et vert sombre/brun rouge/blanc/brun rouge/vert et vert sombre/noir. Chrisme : vert sombre à noir. α et ω : ocre jaune. Motif triangulaire : noir/vert/ocre jaune/brun rouge. Lettres : brun rouge. Écailles imbriquées : noir/vert/ocre jaune ; blanc/brun rouge (extérieur).

[Lu ou Ma]Imagerina
[fide]ḷis in
[pace vi]xit
[annis] ImageL ouImageV

569Observations

570• Mosaïque de même typologie que celle de Fortunata C.17, sur le même sol, mais ici, il y a l’apposition FIDELIS.

571• Préférence pour l’identification MACRINA, en raison du taux de fréquence très supérieur dans les inscriptions en Afrique.

C.19

Fig. 375. Autre photo fig. 99
Développement ch. II, p. 109

572Emplacement. Nef latérale sud. Orientée vers l’ouest.

573Description. Mosaïque à deux compartiments, sans épitaphe, avec bordure à six filets. Couronne à cinq rangs de tesselles, chrisme et lettres apocalyptiques inversées. Compartiment inférieur décoré de trois tiges verticales de fleurs rigides.

Image

Fig. 375
Dimensions. 0,83 x 0,45 Largeur de la bordure : 0,08. Compartiment supérieur : 0,32 x 0,29 ; diamètre de la couronne : 0,29-0,15. Compartiment inférieur : 0,34 x 0,30.
Couleurs. Bordure : brun rouge/rose/blanc/ocre jaune/vert/vert sombre à noir. Couronne : brun rouge/rose/ocre jaune/vert/vert sombre à noir. Chrisme : ocre jaune.

574Observation

575• C’est la seule des cinq mosaïques sans épitaphe dont nous soyons assurés qu’elle se trouvait dans le quadratum populi. De ses dimensions, on déduira qu’elle recouvre une sépulture d’enfant.

C.20 À C.24

Développement ch. II, p. 117-124

576Emplacement et description. Ensemble homogène d’épitaphes orientées vers le nord, situées à l’est des inscriptions martyriales. Les tombes C.20, C.21, C.22, C.23 furent mutilées par les fondations du mur du fond de l’époque byzantine. Chaque pavement est délimité par des tuiles posées de chant (sauf peut-être entre C.21 et C.22).

577Les mosaïques ont pour décor commun deux filets doubles denticulés intérieurement et extérieurement, disposés approximativement à mi-distance de l’épitaphe et des rangées de tuiles posées de chant au nord et au sud. L’épitaphe tient en une ligne sauf dans le cas de la mosaïque d’Ispesina C.24, où elle se développe sur deux lignes séparées par un filet triple. Les lettres des mosaïques C.20 et C.21 sont prises entre deux traits constituant un bandeau.

  • 15 Les deux épitaphes de C.20 et C.21 sont très proches et presque dans le même alignement (fig. 102 (...)

578Le nom du défunt est suivi de l’invocation in pace, sauf probablement sur la mosaïque de Maru[…] C2015.

C.20. MARU[…]

579Fig. 376

580Dimensions. 0,86 (entre les tuiles) x 0,495 (partie conservée). De la rangée supérieure des tuiles au bord externe du trait dentelé : 0,195. Largeur du bandeau central : 0,11 ; hauteur des lettres : 8. Couleurs. Filets denticulés : ocre jaune. Bandeau central : vert et vert sombre, quelques cubes ocre jaune et rouges. Lettres : vert sombre.

Maru[llus ?]

581Observations

582• Traces de feu.

583• On proposera la restitution MARULLUS (cf. ch. II, p. 121, n. 29).

584• On rappellera que cette mosaïque a été malencontreusement inversée en 1971, lors de sa remise en place, ce qui explique que l’épitaphe se lit présentement en tournant le dos au nord.

Image

Fig. 376

Image

Fig. 377

Image

Fig. 378

Image

Fig. 379

Image

Fig. 380

C.21

585Fig. 377

586Dimensions conservées : 0,70 x 0,50. Distance des filets denticulés : 0,50 (ext.), 0,44 (int.) ; largeur du bandeau central : 0,11 ; hauteur des lettres : 8.

587Couleurs. Filets : ocre jaune ; bandeau : vert et vert sombre. Lettres : vert sombre.

[…]a iImage [pace]

C.22

588Fig. 378 Dimensions. 0,60 x 0,71 (l.c.). Distance des filets denticulés : 0,39 (ext.), 0,33 (int.) ; hauteur des lettres : 8.

589Couleurs. Filets : ocre jaune. Lettres : vert sombre.

[…]a in Image[ac]e

C.23. […]DO

590Fig. 379

591Dimensions. 0,40 (entre les tuiles) x 0,66 (l.c.). Distance des filets denticulés : 0,30 (ext.), 0,25 (int.) ; hauteur des lettres : 7.

592Couleurs. Filets : vert à vert sombre, quelques cubes rouges. Lettres : D vert sombre/ O et I rouges/ N ocre jaune/ P vert sombre / A ocre jaune / C vert/ E vert sombre.

[…]do in pace

593Observations

594• Traces de feu.

595• Gestion défectueuse de l’emplacement des lettres.

596• Les filets denticulés sont de couleur verte. Sur les autres pavements, ils sont ocre jaune.

C.24. ISPESINA (pour SPESINA)

597Fig. 380

598Dimensions conservées. 0,62 x 1,92. Distance des filets denticulés : 0,43 (ext.), 0,38 (int.) ; hauteur des lettres : 6 à 8.

599Couleurs. Filets : ocre jaune. Ligne centrale : vert à vert sombre. Lettres : vert sombre.

Ispesina
in pace

600Observations.

601• Surélévation par rapport à la mosaïque précédente distante de 0,60 m : 16 cm.

602• Traces de feu.

C.25. CIIONISIA (pour dionysia)

Fig. 381 (même photo fig. 189), 382
Développement ch. IV, p. 252-253

603Emplacement. Dans l’angle nord-est de la pièce VIII. Orientée vers l’ouest.

604Description. Mosaïque de structure tripartite à bordure de filet double. Compartiment supérieur très mutilé, le chrisme a disparu et il ne subsiste que quelques tesselles de cinq filets de couronne et un fleuron triangulaire dans l’angle nord-est. Épitaphe développée sur cinq lignes. Compartiment inférieur avec deux tiges de fleurs disposées transversalement.

Image

Fig. 381
Dimensions. 1,22 (h.c.) x 0,55. Largeur de la bordure : 0,025. Champ épigraphique : 0,54 x 0,51 ; hauteur des lettres : 9 à 10. Compartiment inférieur : 0,35 x 0,51.
Couleurs. Bordure : vert/noir (= ardoise foncée et vert sombre). Filets de la couronne qui subsistent : rose/brun rouge/noir/blanc/ocre jaune/…. Lettres : brun rouge.

Ciionisia
fidelis in
pace vic
xit annis
XXImageII

605Observations

606• La nécessité de limiter la hauteur de la mosaïque, en raison de l’ouverture sur l’abside IX, a imposé de coucher les deux tiges du compartiment inférieur. Une telle disposition se retrouve cependant sur la mosaïque de Donatianus A.12 (fig. 295) et à l’extérieur du cadre de celle de Bernaclus A.8 (fig. 291).

607• La grande interrogation concerne le nom écrit de la défunte. Il ne fait pas de doute que cela aurait dû être Dionisia, et que cela ne l’est pas (voir la graphie du D à la deuxième ligne).

  • 16 N. Duval, avec la collaboration de F. Prévot, Recherches archéologiques à Haïdra, I, Les inscripti (...)
  • 17 L. Ennabli, Les inscriptions funéraires chrétiennes de Carthage, II, La basilique de Mcidfa, INAA- (...)

608Faut-il y voir un Z en raison du transfert [DY] →ZI ou Z, bien connu dans l’épigraphie16, qui concerne notamment ce nom de personne (Zonisia pour Dionysia à Carthage-Mcidfa17. À Uppenna même, Crescentius - A.11 fig. 294, agrandissement fig. 383 - est ZIACONUS (ici ZI=DI).

609Ma conviction est qu’on se trouve à mi-chemin de l’évolution de D →Z, à l’état intermédiaire CI.

  • 18 Tablettes Albertini, Paris, 1952 (étude de Ch. Perrat, « L’écriture et la langue », p. 28, avec co (...)

610La représentation de la lettre de la mosaïque C.25 correspond tout à fait à une ligature CI. Il suffit d’observer sur la même épitaphe la forme très concave du C (fin de la troisième ligne) et le pied des I. Cette ligature se retrouve plus d’une dizaine de fois dans les Tablettes Albertini18.

  • 19 L. Ennabli, Les inscriptions funéraires chrétiennes de la basilique dite de Sainte-Monique à Carth (...)
  • 20 La réserve exprimée résulte de l’état très détérioré de ce fragment de calcaire et de la difficult (...)

611Néanmoins, le terme de cette mutation est bien la future écriture d’un Z. Le rapprochement avec le Z de la mosaïque de Crescentius (fig. 383) et celui de l’inscription 73 de la basilique dite de Sainte-Monique à Carthage19 (ici fig. 385), peut-être avec celui de Zionisia de la basilique de Micdfa20, s’impose. La différence entre ces graphies et celle de la première lettre du nom de notre défunte tient à la présence, sur les premières, de la barre transversale du Z qui atteste de la justesse de la lecture Z. Mais toutes ces écritures ont en commun la présence d’une boucle au-dessus de la barre supérieure. Cette boucle est évidemment initialement celle du C. Elle est très développée sur la forme qui n’a pas encore fait apparaître la barre horizontale médiane. Elle est en voie d’extinction là où la graphie Z est indiscutable, mais elle reste encore bien visible.

612En conclusion, cette analyse comparative me paraît de nature à nous autoriser à affirmer la pertinence d’un cheminement D →CI →Z (ou de façon plus développée [dyo]/ ciio/ zio/ zo) et à qualifier différemment les lettres : CI (encore) ou Z (déjà) suivant la position d’arrêt que la graphie de chaque lettre marque le long de cet itinéraire !

613Il va de soi que l’état ultérieur de la forme du Z de la mosaïque de Crescentius par rapport à celle des CI de Ciionisia ne suffit pas à prouver une antériorité de la mosaïque de la défunte. Les deux appartiennent à un même groupe et il se pourrait bien qu’une même main les ait réalisées (sur ce point cf. ch. X).

614L’espace entre CI et le reste du nom de la défunte est certes à considérer avec attention. Il n’excède pourtant pas la distance maximale observée entre l’initiale et le reste du nom sur des mosaïques de ce groupe (cf. l’épitaphe de Donatianus A.12 – fig. 295 – au compartiment inférieur identique à celui de Ciionisia).

Image

Fig. 382. Épitaphe de Ciionisia. Observer la ligature initiale CI, la forme des C et des I.

Fig. 383-385. Comparaison des formes de Z.

Image

Fig. 383. Les deux premières lignes de l’épitaphe de Crescentius ziaconus (=diaconus) A.11 - fig.294.

Image

Fig. 384. Épitaphe de « Zonisia ou as » pour « Dionysia-as » sur un fragment de calcaire gris, à Carthage, basilique de Mcidfa. Photo extraite du livre de L. Ennabli, Les inscriptions funéraires chrétiennes de Carthage, II, La basilique de Mcidfa, INAA-EFR, 1982, notice no 162 p. 139, reproduction p. 140.

Image

Fig. 385. Fragment de plaque de marbre de Carthage. L. Ennabli, Les inscriptions funéraires chrétiennes de la basilique dite de Sainte-Monique à Carthage, INAA-EFR, 1975, notice no 73 p. 204-205, reproduction de la totalité du fragment conservé p. 204.

Image

Fig. 386. Colonne de gauche du tableau d’écriture de la période dite Vandale établie par L. Ennabli, Les inscriptions funéraires chrétiennes de la basilique dite de Sainte-Monique, p. 40 la forme du Z, avec le no 73, renvoi à l’inscription de la figure 385.

C.26. […]REDI[…]

Fig. 387. Autre photo fig. 210
Développement ch. IV, p. 280

615Emplacement. Mosaïque située dans la chapelle XII, au nord de la cuve carrée b du baptistère, insérée dans la mosaïque géométrique ; dégagée en partie, sous la cuve c d’époque byzantine. Orientée vers l’ouest.

616Description. Mosaïque soignée, épitaphe de sept lignes au moins, bordure avec arceaux (lignes de redans arrondis).

617Dimensions conservées : 0,74 x 0,55. Largeur de la bordure : 0,15-0,16. Champ épigraphique : 0,58 x 0,39. Hauteur des lettres : 6,5.
Couleurs. Bordure : trait extérieur : noir (= gris ardoise foncé, vert sombre)/brun rouge. Intérieur : noir/brun rouge/rose(2)/vert olive/blanc ; au centre : noir. Lettres : rose (lignes 1,2,6,7), brun rouge (lignes 3,4,5) ; le N final est brun rouge.

[…] ?
[…]redi
[…]in pa
[ce] vixit a
[n]Imageis LXXXImageI
[r]equie
vit ImageI
[k]ạl(endas) Ian(uarias)

Image

Fig. 387

C.27

Fig. 388. Autre photo fig. 211
Développement ch. IV, p. 280

618Emplacement. Insérée dans le pavement géométrique de la chapelle XII, débordant sur la bordure nord. Orientée vers l’ouest.

619Description. Épitaphe d’une mosaïque peu soignée, bordée à gauche, semble-t-il, par des filets ondulés, réglures. La dernière ligne, avec l’indication du jour de la déposition, paraît surajoutée.

Image

Fig. 388
Dimensions conservées : 0,50 x 0,80. Lettres : 10.
Couleurs. Traits et lettres : noir (=gris ardoise foncé).

[…]
ṿ[ixit an]
[nis… me]n
sẹs ỊX
d(e)p(o)s(itu)s s(ub) d(ie) k(a)l(endas) A(prilis) ou A(ugustas)

620Observations

621• Dernière ligne : L en forme de lambda inversé.

622• Les traits de la bordure, côté gauche de l’épitaphe, pourraient être rapprochés de ceux de la mosaïque disparue de Saturninus B.6 - fig. 337 – côté gauche de l’épitaphe également, mosaïque qui se trouvait sur le sol de la même pièce.

C.28. MAXENTIA

Fig. 389-390. Autre photo fig. 248
Développement ch. V, p. 328-329

623Emplacement. Mosaïque située sur le seuil, entre les pièces XXVI et XXVII (chapelles sud de la basilique). Orientée vers le sud.

624Description. Mosaïque dont la structure de composition est fondée sur les représentations du cercle, du carré, de la croix. Épitaphe en position centrale dans une couronne à trois filets inscrite dans un carré à filet simple. Les deux lignes sont entourées de réglures à filet double et séparées par un trait simple. Double bordure constituée de 2 x 3 carrés superposés, à filet simple, soit en tout douze carrés. Seize croix, constituées de cinq tesselles, disposées chacune au centre des carrés et aux angles du carré central.

Image

Fig. 389
Dimensions. 0,50 x 1,20. Couronne de diamètre 0,49-0,42, inscrite dans un carré de 0,51. Bordure constituée de carrés de 0,18, décorés d’une croix. À l’intérieur de la couronne :

Maxentia
iṇ ImageaImagee

625Couleurs.Couronne : ocre jaune/vert/rouge et rose. Réglures à l’intérieur de la couronne : - en haut – ocre jaune/rouge et rose ; – au milieu – vert ; – en bas - rouge et rose/ocre jaune. Lettres en pâte de verre. Première ligne : vert clair et sombre pour M, X, N, I ; bleu profond pour les A, rose pour le E et T. Deuxième ligne : IN : vert et rose ; on distingue le bleu de P/A, le rose de C (nuances allant du bleu gris clair au presque mauve), le vert de E. Carrés : tesselles vert sombre, ocre jaune, roses. Croix : cubes rouges.

Image

Fig. 390

626Observations

627• Se reporter à la comparaison avec les mosaïques […]us C.1 et C.8, effectuée ch. V, p. 329-332

628• Densité importante de tesselles (≃ 90 au dm2).

Mosaïque de P V DION (hors classification)

Fig. 391

629ILT 243 ; Al. 143.

Image

Fig. 391

  • 21 « Les ruines d’Uppenna ont livré il y a trois ans un monument funéraire que le gérant des biens de (...)

630Mosaïque découverte en 1928-1929, présentée par Charles Saumagne dans une note adressée au CTHS (BAC 1932-1933, p. 40-42). L’auteur avait appris du gérant du Domaine de l’Enfida, donc M. Coeytaux, que la mosaïque avait été trouvée dans « les ruines d’Uppenna »21.

  • 22 Pour la période antérieure à l’arrivée des Vandales, sur le maintien de la prospérité africaine : (...)
  • 23 Ch. Saumagne privilégiait l’époque vandale : « Il n’est pas impossible que Dion ait accompli sous (...)

631Cette mosaïque intéresse l’histoire économique de l’Empire romain tardif22 ou de l’époque vandale23, puisque le défunt a comme titre de gloire « d’avoir planté quatre mille arbres ». C’était donc, en l’occurrence, un lointain précurseur de la Société de colonisation agraire de l’Enfida !

  • 24 Autres références : L. Poinssot et R. Lantier, « L’archéologie chrétienne en Tunisie (1920-1932) » (...)

632L’intérêt du texte ne supplée malheureusement pas à nos incertitudes concernant les circonstances et le lieu exact de la découverte. Notre seule source d’informations tient à une conversation qu’a eue Charles Saumagne. Il cite certes Uppenna, sans indiquer que ce fut dans la basilique24.

633Il est cependant bon de préciser qu’une poursuite des fouilles, vingt-deux à vingt-trois ans après celles entreprises par la Direction des Antiquités ne saurait être une surprise pour nous. Il s’agit évidemment de fouilles non officielles qui n’étaient pas parvenues aux oreilles de la Direction des Antiquités. Par ailleurs, rien n’interdit de penser que la mosaïque ait été découverte bien plus tôt ou se soit trouvée « dans le jardin de la Direction » depuis longtemps.

634Description. Mosaïque à deux ou trois compartiments. Le cadre supérieur est constitué d’un filet triple. Il contient uniquement une couronne tressée avec chrisme accosté de l’a et de l’a). L’épitaphe dans le deuxième compartiment se déroule sur huit lignes avec réglures, elle est délimitée par une bordure à filet simple. Rien ne peut être avancé sur un éventuel compartiment inférieur :

P V Dion
in pace
bixsit
annos
octoginta
et instituit
arbores
[q]uat(t)uor milia

635Dimensions. 1,26 x 0,505. Compartiment supérieur : 0,565 x 0,445 ; couronne : 0,44-0,28. Champ épigraphique : 0,60 x 0,50 ; hauteur des lettres : 6. Densité importante de tesselles : 110 au dm2 . Couleurs. Bordure (en haut) : vert sombre à noir avec du marron/brun rouge/rose ; bordure (en bas) : vert sombre à noir avec du marron. Couronne : ocre jaune/vert/vert sombre à noir/blanc et rose/brun rouge/vert sombre à noir/blanc et rose/vert sombre à noir/brun rouge/rose. Chrisme : ocre jaune. Lettres : vert sombre à noir avec du marron ; réglures : brun rouge.

636Observations

637 La seule question qui se pose ici à nous : cette mosaïque est-elle de la basilique d’Uppenna ?

  • 25 Cette même prudence définit la formulation la plus récente de N. Duval, concernant la mosaïque de (...)

638Notre réponse se doit d’être extrêmement prudente25. Au premier regard, une parenté évidente, un cousinage. Très vite, toutefois, le doute l’emporte. Cette mosaïque se situerait dans l’environnement des mosaïques du groupe II, c’est-à-dire du groupe majoritaire défini par la structure tripartite, le chrisme dans la couronne, la phrase d’épitaphe limitée à la mention de l’âge du défunt (cf. ch. X).

639Tous les éléments, pris séparément, existent dans la production d’Uppenna : la couronne tressée, les lettres apocalyptiques inversées, les bordures avec un nombre de filets différent suivant les compartiments ; et par-dessus tout, l’austérité de la représentation.

640Mais ce n’est pas le style si reconnaissable des productions du groupe II ! On ne retrouve pas la rigueur du tracé, toujours présente même lorsqu’il y a maladresse, la rectitude des traits, le soin habituel des lettres (il n’est pas possible d’observer sur un même pavement des A aussi dissemblables que ceux des 2e et 4e lignes). Nous avons observé une densité de tesselles très supérieure à la norme d’Uppenna. Cette différence et le manque de qualité dans la taille des cubes changent les techniques de façonnement de la mosaïque. Ainsi, l’intérieur de la couronne n’est pas ordonné à partir de filets concentriques ou parallèles aux quadrants, et les extrémités des lettres sont effilées. Alors, œuvre de transition ? À Uppenna, il y a certes des mosaïques dites de transition et même des mosaïques réalisées dans des temps de grande pénurie technique (cf. celles de Babelo A.6 – fig. 289 – et de Quodvult[deus] B.7 – fig. 339), mais la rupture est alors nette avec le modèle des œuvres du groupe II.

641Une seule mosaïque, celle de Fastidilus A.15 – fig. 309 – suggère des rapprochements avec le pavement de P V Dion dans la forme des lettres aux pointes effilées – plus régulières cependant chez Fastidilus –, dans la volonté de représenter une couronne tressée au lieu d’une couronne à filets concentriques, et surtout dans le dessin du chrisme. Ces deux monogrammes constantiniens – de la même couleur – sont proches parents, une même main les a peut-être façonnés (observer la boucle du P).

642Le rapprochement avec une mosaïque qui est elle-même source d’interrogation n’est pas à même de favoriser des conclusions tranchées. Cette mosaïque constitue une énigme et dans l’état actuel de nos connaissances, s’il n’est pas exclu qu’elle ait pu être réalisée pour la basilique d’Uppenna, il apparaît tout aussi plausible que la main qui l’a façonnée avait cherché à s’inspirer des mosaïques d’Uppenna.

Notes

1 N. Duval suggère l’évocation d’étoiles, « Les survivances du culte impérial dans l’Afrique du Nord à l’époque vandale », Mélanges d’Histoire ancienne offerts à William Seston, 1974, p. 103.

2 Abréviation habituelle notamment dans le texte des Tablettes Albertini, Paris, 1952, Ch. Perrat, p 47-48, n. 6.

3 A. Chastagnol, « Le formulaire de l’épigraphie latine officielle dans l’Antiquité tardive », La terza età dell’Epigrafia, AIEGL, 1986, p. 14.

4 On se reportera, à propos de l’emplacement de la mosaïque de Faonius, aux considérations développées dans le chapitre VII, p. 409, note 26.

5 La circonférence extérieure de la couronne est en effet comprimée dans le compartiment supérieur trop étroit.

6 Ou ann(is) V

7 Ou r(ecessit).

8 Ou XVII si on comptabilise le trait qui chevauche la réglure supérieure.

9 On observe avec intérêt que dans le rapport des NAM, à la page 409, l’ordre de présentation des rectificatifs à la lecture de Robin est : 203 tombe des audientes, 204 […]dio[…], 205 le pavement B.11. La mosaïque en 204 est présentée ainsi : « tombe mutilée = Robin no 13 ». Cela renvoie en effet à la mosaïque […]dio[…]. Les deux paragraphes qui suivent décrivent la croix. Or, le texte de la mosaïque suivante, en 205, commence ainsi : « Au-dessous de la mosaïque de Petrus, et placée en sens contraire… ». On se demande donc s’il n’y a pas eu en 204 confusion des fiches se rapportant à […]dio[…] – premier paragraphe –, puis à Petrus – deuxième et troisième paragraphes !
Dans l’Inventaire des Mosaïques, Gauckler dédouble la croix latine, l’attribuant équitablement à la mosaïque de […]dio[…l et à celle de Petrus : « Croix latine simple, en cubes dorés, à glacis vitrifié recouvrant la lame métallique appliquée sur les smalts. Époque byzantine » (Inv. 274, pour […]dio[…]). « Croix latine, en cubes de smalts, peut-être dorés » (Inv. 301, pour Petrus).

10 M. Ben Younes, Conservateur du musée du Bardo, a bien voulu me donner ces indications.

11 On s’étonnera un peu de la lecture de Gauckler dans la mesure où le rédacteur du P.V. de la troisième Mission, au mois de juillet 1906, alors que Gauckler n’est plus en Tunisie depuis un an, précise : « La Commission a fait marteler toute l’inscription en partie couverte de ciment pour la rétablir en entier ». On a donc le choix entre deux explications : soit Gauckler ou Sadoux rectifièrent d’eux-mêmes, sur place, la lecture de Robin, au début 1905, et n’eurent pas besoin de marteler l’inscription (Dans la lettre du 16 décembre 1904, Robin s’en remettait par avance à l’opinion de M. Sadoux : « L’inscription est assez difficile à lire. Il faudrait la poncer. Pour cela, j’attends la visite de M. Sadoux. J’ai déchiffré à peu près ceci… »), soit Gauckler eut indirectement connaissance des observations des membres de la troisième Mission, ou put observer le nouveau faciès de l’épitaphe par une photo prise en 1906.

12 La représentation donnée ici ne provient pas d’une photocopie de la page de l’avant-projet mais d’une simple prise par transparence (cf. précisions portant sur la retranscription du P.V. de la troisième Mission).

13 La troisième formule donnerait six lettres, comme sur la troisième ligne, mais supprimerait in pace sur l’ensemble de la phrase. La deuxième formule, dix signes, ce qui est probablement moins que sur la première ligne où les lettres sont, il est vrai, plus resserrées.

14 L’observation attentive du pavement au moment de sa redécouverte (cf. agrandissement fig. 277) montre la présence d’une tesselle sombre, en place, accolée, à droite, au bas de la barre de la lettre qui précède le N. Cette barre a certes disparu mais sa trace est nette puisque tous les cubes blancs, à sa droite, sont restés, ayant fait corps entre eux. Cette tesselle noire constitue l’extrémité droite du pied de la barre du I, les jambes du M ne disposant pas de cet appendice (voir mosaïque de Bonifatia). Enfin, de façon plus globale, il apparaît que la forme du N avant Image est identique à celles des deuxièmes N des lignes 2 et 3 de l’épitaphe de Bonifatia.

15 Les deux épitaphes de C.20 et C.21 sont très proches et presque dans le même alignement (fig. 102 – vue prise au moment de la découverte). 0,90 m sépare le U de Maru[…] et le A de la dernière lettre de la défunte C.21. C’est trop peu pour la fin du nom de Maru[…], l’invocation in pace, l’espace de séparation des deux mosaïques et la quasi-totalité du nom de la défunte C.21. Un rigoureux alignement aurait convenu à l’hypothèse d’une seule mosaïque (C.20-C.21) avec épitaphe soit à gentilice, soit de deux défunts.

16 N. Duval, avec la collaboration de F. Prévot, Recherches archéologiques à Haïdra, I, Les inscriptions chrétiennes, INAA-EFR, 1975, p. 498. L. Ennabli, Les inscriptions funéraires chrétiennes de Carthage, III, Carthage intra et extra muros, INAA-EFR, 1991, p. 17.

17 L. Ennabli, Les inscriptions funéraires chrétiennes de Carthage, II, La basilique de Mcidfa, INAA-EFR, 1982, notice 162 p. 139, et ill. p. 140.

18 Tablettes Albertini, Paris, 1952 (étude de Ch. Perrat, « L’écriture et la langue », p. 28, avec comparaison).

19 L. Ennabli, Les inscriptions funéraires chrétiennes de la basilique dite de Sainte-Monique à Carthage, INAA-EFR, 1975, notice 73 et photo p. 204-205 ; représentation graphique, p. 40, « Écriture de la période dite vandale ».

20 La réserve exprimée résulte de l’état très détérioré de ce fragment de calcaire et de la difficulté de se prononcer sur l’origine de l’entaille en oblique au-dessus de la barre du Z (L. Ennabli, II, La basilique de Micdfa, op.cit., ill. p. 140, – ici fig. 384).

21 « Les ruines d’Uppenna ont livré il y a trois ans un monument funéraire que le gérant des biens de la Société franco-africaine de l’Enfida a fait transporter dans le jardin de la Direction et qu’il m’a autorisé à voir ».

22 Pour la période antérieure à l’arrivée des Vandales, sur le maintien de la prospérité africaine : Cl. Lepelley, « Déclin ou stabilité de l’agriculture africaine au Bas-Empire ? À propos d’une loi de l’empereur Honorius », Antiquités Africaines, t. 1, 1967, p. 135-144.

23 Ch. Saumagne privilégiait l’époque vandale : « Il n’est pas impossible que Dion ait accompli sous la domination vandale le bel effort que commémore son épitaphe » (BAC 1932, p. 41-42). Pour l’identification des arbres, on proposera les oliviers et les figuiers, d’après la recension des plantations qu’a faite Chr. Courtois dans les Tablettes Albertini, p. 201 sq., ou tout simplement les oliviers (B.H. Warmington, The North African Provinces from Diocletian to the Vandal Conquest, Cambridge, 1954, p. 57).

24 Autres références : L. Poinssot et R. Lantier, « L’archéologie chrétienne en Tunisie (1920-1932) », Atti del III Congresso internazionale di Archeologia cristiana, Ravenne, 1932, p. 409, avec seulement un renvoi à l’article du BAC ; Merlin, ILT, op.cit., no 243, p. 45, seule mention « Jardin de la Société franco-africaine de l’Enfida ».

25 Cette même prudence définit la formulation la plus récente de N. Duval, concernant la mosaïque de P V Dion, dans laquelle l’auteur prend nettement ses distances avec l’habituelle localisation à Uppenna : « Le musée d’Enfida abrite aussi la fameuse ‘mosaïque funéraire’ d’un personnage qui se vante d’avoir planté 4 000 arbres, trouvée dans le domaine, à un endroit mal déterminé, où il y avait probablement une autre église », dans « Vingt ans de Recherches archéologiques sur l’Antiquité tardive en Afrique du Nord, 1975-1993 », Revue des Études anciennes, t. 95,1993, no 3-4, p. 607).

© Presses universitaires du Midi, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search