Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Archéologie et histoire de l’Église d’Afrique. Uppenna II

 | 
Dominique Raynal

Les grandes phases de l'évolution de la basilique. Mosaïques funéraires et mémoire des martyrs

Chapitre VII. Périodes vandale et byzantine

Texte intégral

1Deux observations liminaires justifient le caractère un peu particulier de ce chapitre :

  • le très faible apport des découvertes récentes pour des niveaux situés au-dessus du sol 1, et donc la nécessité de se reporter aux documents des années 1900 (cf. l’étude des secteurs des chapitres précédents).
  • l’importance de la mosaïque du deuxième monument des martyrs, d’abord pour elle-même comme expression de l’Église des martyrs, mais aussi en tant qu’élément central d’un ensemble martyrial et baptismal. Fidèle au plan initial, je n’intégrerai pas ici, ou le moins possible, les éléments de compréhension de nature ecclésiologique. Ce chapitre se limitera donc aux concordances et aux ruptures décelables dans l’évolution de la basilique.

1. LA BASILIQUE DE L’ÉTAT DE LA DEUXIÈME MOSAÏQUE DES MARTYRS ET L’UNITÉ DE DÉCOR

– Pl. IIc –

2Quatre éléments nouveaux caractérisent le changement :

  1. le nivellement au sol 3 (= 0 cm dans la nef).
  2. les extensions spatiales de la basilique : chapelles autour de l’abside b, particulièrement celle du sud, la chapelle I, et dans les secteurs latéraux sud et nord.
  3. les grands pavements. Rappelons que nous sont conservés les souvenirs de celui de l’abside, le pavement du chœur oriental, ceux de trois pièces du complexe baptismal (pièces XI, XII, XVI) et de façon plus limitée, grâce à la photo d’une mosaïque funéraire disparue, celui de la pièce X.
  4. le deuxième monument des martyrs, avec l’inscription martyriale.

31 et 2. Le nivellement du sol de l’espace central a évidemment occulté le visage des mosaïques du sol 1, permis le déroulement du tapis du chœur oriental. D’autres mosaïques tombales seront disposées sur ce nouveau sol. On tiendra pour acquis préalable, simplement, que les mosaïques funéraires disposées sur le sol 3 portaient en plus de l’indication de l’âge du défunt celui du jour de la mort ou de la « déposition » (cf. corpus). Le problème de leur relation avec le sol 1 est posé puisqu’il n’y a pas, entre les deux, la hauteur d’une sépulture.

4La principale incertitude concerne les modalités du nivellement du sol. La vision de la mise en place d’un nouveau sol uniforme concernant tout le quadratum, comme on coulerait de nos jours une dalle, serait assurément hasardeuse.

5Les seuls éléments de connaissance directe par les photos des années 1900 concernent l’existence des plates-formes des chœurs occidental et oriental avec une possible surélévation de celle du chœur occidental (cf. ch. II et III).

  • 1 Dans le « narthex » de la chapelle, « hexagones en nid d’abeille ; dans les ailes latérales, conqu (...)

6Les aménagements et extensions des chapelles latérales nord et sud seront résumés ainsi : au nord, il y a l’utilisation de la pièce VIII-IX à un même niveau que précédemment (sol de mortier de tuileaux). La question demeure de savoir s’il y eut pose d’un grand pavement, donc couverture des mosaïques funéraires antérieures autrement que par un lit de mortier. Gauckler, dont le témoignage sur ces localisations est sujet à caution, en répertorie même deux1. Les fouilles de 1971 n’ont découvert aucune trace, y compris dans les deux espaces non décrits antérieurement (tombes de la conque absidiale, emplacement de la mosaïque de Ciionisia). Sur l’évolution du secteur baptismal, voir ce qui suit, points 3 et 4. Côté sud, la chapelle à abside XXV apparaît en continuité avec l’espace central. Un passage a permis, à un certain moment, l’accès direct de la pièce XXVI-XXVII à la nef latérale sud. L’intégration du quadrilatère des pièces XXI à XXIV est probablement contemporaine de la mise en place du sol 3 de l’espace central. Nous la situons en même temps que la réalisation de la chapelle I dans son sol actuel. À propos d’une double voire triple comunication entre l’extérieur du lieu du culte, la chapelle I, la nef latérale sud, via l’espace XXI, on se reportera aux chapitres I et V. L’absence d’une communication directe entre ce bas-côté et la chapelle I est une hypothèse crédible, non une certitude, car le mur crépi derrière la mosaïque de Fastidilus, (cf. Upp. I, fig. 27), a pu être édifié dans un état terminal de l’utilisation de ce sol 3.

73 et 4. Tous les grands pavements et la deuxième mosaïque des martyrs étaient visibles en même temps. La proximité entre le pavement du chœur oriental et celui du cerf et de la biche était accentuée, dans l’hypothèse que nous avons privilégiée, par l’ouverture de la totalité de la pièce XI sur le quadratum, le déroulement de la mosaïque du cerf et de la biche jusqu’en limite de nef latérale nord, et aussi par l’absence de dénivellation entre les deux pavements.

8Nous avons observé que le pavement du cerf et de la biche, pièce XI, la mosaïque du chœur oriental et la deuxième inscription des martyrs avaient été réalisés au même moment : unité stylistique voulue dans les bordures, – « festons séparant des fleurons de lotus alternativement droits et renversés [autour de] l’inscription », « fers à cheval alternant avec des fleurons de lotus » pour le pavement du chœur oriental, et présence des deux autour du pavement du cerf et de la biche (cf. reconstitutions).

9Cette unité était soulignée par des symétries réciproques : le pavement du chœur oriental devant le compartiment presque carré de la deuxième inscription martyriale, et la mosaïque du cerf et de la biche devant la cuve carrée du baptistère. Symétrie entre le cerf et la biche d’un côté et les deux agneaux disposés de manière semblable sur l’inscription martyriale. Référence implicite, montagne du Paradis devant la cuve baptismale, Croix gemmée érigée sur le Golgotha-colline de Sion de l’Apocalypse du monument martyrial.

10Ce lien souligné entre le baptême et le martyre et l’idée que le martyre est un second baptême – baptême de l’eau et du sang – est parfaitement orthodoxe. Elle est un des grands thèmes de la littérature chrétienne à l’époque des persécutions. Il est certain que s’il n’y avait pas le contenu du texte de la grande mosaïque – et ultérieurement les caractéristiques de la pose de la mosaïque de l’évêque Honorius-, nous ne pourrions, à partir de cette seule symétrie, déterminer la signature donatiste de l’ensemble de la composition puisque les catholiques adhéraient à cette interprétation.

11Les autres grands pavements réalisés à l’époque de l’utilisation de l’abside b, ceux de l’abside, des pièces X, XII, XVI, furent-ils mis en place en même temps que ces trois œuvres majeures ?

12Le pavement de l’abside. Rien n’interdit de penser que cette mosaïque soit antérieure, en raison de l’époque de construction de l’abside.

13Le pavement de la pièce XII fait partie du complexe baptismal. La date relativement tardive du pavement du cerf et de la biche incite à envisager qu’il y eut une décoration d’ensemble antérieure, en liaison avec la cuve b. Le niveau comparatif des pièces XII (- 2 cm) et XI (pavement du cerf et de la biche : + 7 cm) plaide en ce sens. Malheureusement le P.V. de la troisième Mission et la lettre du Père Delattre à Merlin, le 13 juillet 1906, ne mentionnent sous la mosaïque de la pièce XI que les pavements d’Irene et Secundianus d’une époque antérieure à la mise en place de la cuve b. Dans le cas, néanmoins très probable, où il y aurait eu un pavement sous la mosaïque du cerf et de la biche, l’hypothèse la plus plausible voudrait que ce fût celui de la pièce XII.

14Le pavement de la pièce X est également plus ancien que la mosaïque du cerf et de la biche. Il y a lieu de croire qu’il appartenait à un état contemporain de celui du pavement de la pièce XII.

15Le pavement géométrique de la pièce XVI appartient, lui aussi, indiscutablement, à un état contemporain de l’utilisation de la cuve b (fig. 220). Une indication de datation relative est fournie par la découverte, en sous-sol, de la première mosaïque de Quadratianus qui occupe déjà une place relativement tardive dans la production des mosaïques d’Uppenna (cf. corpus). La surélévation de 30 cm par rapport au sol de la pièce XII incite à penser que le pavement de la pièce XVI est postérieur à celui de la pièce XII. Mais était-il pour autant plus récent que la mosaïque du cerf et de la biche ? On en revient à la datation respective des tapis des pièces XI et XII. L’éventualité d’une large ouverture entre les pièces XII et XVI (à la place de la maçonnerie entre les piliers de la fig. 220), signifiant une intégration de la pièce XVI dans le complexe baptismal, plaiderait pour une réalisation très proche voire contemporaine de celle de la mosaïque du cerf et de la biche. L’hypothèse de la forme d’un tau, malgré la dénivellation, constitué à partir des pièces XI-XII (intégrant la partie ouest, au nord de la pièce X), XVI, a déjà été avancée.

161 et 4. Le pavement du chœur oriental et le deuxième monument des martyrs sont-ils immédiatement postérieurs au nivellement du sol 3 ? Les arguments pour croire à un haussement du sol bien antérieur tiennent à la nécessité de niveler et d’ordonner le sol de l’espace central (cf. la discussion sur la surcharge et le manque de fonctionnalité du sol 1).

17Cela signifierait évidemment que durant un certain temps, à l’époque du sol 3, l’absidiole des martyrs constituait toujours le monument des martyrs. (On observera avec intérêt, sur la fig. 144, le faciès de fondation du mur de l’absidiole, côté extérieur).

18Cela signifierait aussi que durant ce laps de temps éventuel, il y eut dans le quadratum un sol bétonné voire de mortier de tuileaux. Mais cela ne pouvait aller jusqu’à la pose de grands revêtements dont l’existence serait nécessairement venue à notre connaissance.

19La prudence s’impose toutefois concernant l’hypothèse de ce sol en raison des considérations suivantes :

  • L’occultation des mosaïques du groupe II s’est faite directement sur le sol 1 (cf. ch. VI).
  • Les vestiges d’un sol de mortier de tuileaux sont visibles dans le collatéral sud, pas dans la nef centrale. Or, il est très probable que les nefs latérales ne connurent pas ultérieurement de revêtement uniforme en mosaïque.
  • La séquence chronologique est relativement étroite. Le premier sol chrétien fut utilisé au moins jusqu’au moment de l’arrivée des Vandales (datation généralement acceptée des mosaïques du groupe II – cf. ch. X) ; je suggère comme époque de réalisation, pour la deuxième mosaïque des martyrs, le règne de Thrasamund (se reporter à la fin du présent chapitre).

2. L’INSERTION DES MOSAÏQUES FUNÉRAIRES DANS LES PAVEMENTS. CONTINUITÉ OU RUPTURE ?

  • 2 F. Baratte a noté, à juste titre, que « les restaurations antiques de mosaïques n’ont guère suscit (...)

20Un des apports éventuels de la basilique d’Uppenna à l’archéologie des églises d’Afrique se situe dans la perception de la manière dont des mosaïques funéraires ont été insérées dans de grands pavements, et dans l’invitation qui nous est faite2 à dégager, si possible, la signification ou les significations – le pluriel est de mise ici – de cette intégration.

21Cette démarche est certes délicate car on se trouve confronté à des impressions visuelles qui peuvent paraître contradictoires. Il s’agit néanmoins d’une des rares voies à notre disposition susceptibles de nous aider à approcher de ce que fut dans ces basiliques le mouvement de la vie.

22Nous avons, dans cette basilique, connaissance de l’existence de dix mosaïques funéraires placées dans des compositions (peut-être onze) :

23pavement du chœur oriental : mosaïque de l’évêque Baleriolus, épitaphes de Faustina, de Spendeu.

24mosaïque de la pièce X : épitaphe de Petrus (et d’un autre défunt) et inscription [deposit]us est X kalendas, requiebit (B.11).

25pavement du cerf et de la biche – pièce XI – : mosaïque de l’évêque Honorius.

26pavement de la pièce XII : mosaïques C.26, C.27, mosaïque de Saturninus ?

27pavement de la pièce XVI : deuxième épitaphe de Quadratianus et pavement d’un autre défunt.

28La manière dont ces mosaïques ont été insérées aide à distinguer trois cas.

29• La précision que nous avons analysée, au chapitre IV, dans le cas de la deuxième inscription de Quadratianus mais aussi pour la mosaïque C.26 de la pièce XII. On peut d’une certaine manière y adjoindre les épitaphes de Faustina et de Spendeu en raison de la « retenue » que l’on a voulu manifester en les limitant au cadre carré et à la surface d’un demi-octogone.

30Cette rigueur est pourtant davantage celle d’une intention, celle de la netteté d’un projet que celle de la réussite de la réalisation. Dans le cas de la mosaïque C.26, on est un peu étonné de voir que la trame du pavement géométrique de la pièce XII n’ait pas été reconstituée côté est (fig. 210). Sur le pavement de la pièce XVI, la couronne du deuxième défunt est trop large pour permettre une intégration harmonieuse dans la texture géométrique. Or, il y a lieu de croire que ce défunt avait été inhumé avant la réalisation du pavement géométrique, ce qui avait été le cas de Quadratianus (dont une première mosaïque à son nom a été dégagée dessous). Cela aurait dû donner davantage de latitude pour déterminer au mieux le périmètre de la mosaïque de ce défunt.

31• A l’inverse, il y a la pose de la mosaïque de l’évêque Honorius devant les fonts baptismaux. Cet évêque avait été proscrit par le roi vandale Huniric en 484 en raison de sa fidélité à l’Église catholique à propos du baptême (cf. ci-dessous, ecclésiologie).

32L’emplacement de la tombe et de la mosaïque de l’évêque Honorius a une double valeur qui s’impose à nous immédiatement :

33On a voulu enterrer l’évêque Honorius près des fonts baptismaux et cela se comprenait en référence à son combat et à la persécution dont il avait été la victime. On enterrait ici celui qui avait souffert pour le vrai baptême.

34La mutilation du tableau du cerf et de la biche se désaltérant aux fleuves de la montagne du Paradis est celle d’une scène de forte signification religieuse. Cela portait atteinte aussi à l’unité d’inspiration et de réalisation baptismale et martyriale des compositions de la deuxième mosaïque des martyrs, du pavement du chœur oriental et de ce tableau du cerf et de la biche.

35Les modalités d’insertion de la mosaïque de cet évêque ne requièrent pas de notre part une appréciation sur le manque de qualité technique de la réalisation. Elles sont un acte d’affirmation religieuse et de « politique religieuse ».

36• Et la mosaïque de l’évêque Baleriolus ?

37On se reportera aux anciennes photos du pavement du chœur oriental (fig. 131-133) et particulièrement à celle découverte récemment dans les archives de la Prélature de Tunis (fig. 133), qui permet de bien suivre le tracé de la cassure et de la réfection occasionnée par la tombe de l’évêque Baleriolus (cf. reconstitution fig. 138-140).

38À considérer la façon dont elle a été insérée dans le tapis du chœur oriental, on aurait presque envie d’affirmer que Ton se trouve à mi-chemin du soin constaté dans le cas de Quadratianus et du désastre dans celui de l’évêque Honorius !

39Il importe de trancher entre l’hypothèse de la continuité et l’hypothèse de la rupture.

40Avec certitude, c’est l’hypothèse de la continuité qui l’emporte.

41Un premier élément s’impose à notre attention : c’est la main d’un même mosaïste qui a composé les mosaïques de Baleriolus et de Quadratianus.

42Nous avions déjà rencontré une telle situation pour deux œuvres bien antérieures, celles des audientes et d’Elius Victorinianus, et indiqué que le cas s’était probablement reproduit plusieurs fois à Uppenna comme dans bien des églises abritant des pavements funéraires. Sur les pavements de Baleriolus et de Quadratianus, cette parenté de deux œuvres, dans le sens de la réalisation par une même personne, se double d’une autre parenté, proclamée, à savoir une similitude telle que Tune des deux mosaïques fut nécessairement la référence de l’autre. Par sa position et la qualité du défunt, la mosaïque de l’évêque fut le modèle de la deuxième mosaïque de Quadratianus.

Fig. 278-280. Traits de ressemblance entre la mosaïque de Baleriolus (fig. 279) et la deuxième mosaïque de Quadratianus (fig. 280) (photos prises au musée d’Enfidha).

  • 3 Éléments dégageant à la fois la similitude et la commune paternité de ces deux mosaïques :
    La compo (...)

43Cette double observation est importante d’abord pour la réponse à la question posée ici, continuité ou rupture, mais aussi dans la perspective de l’établissement de la datation relative des mosaïques funéraires d’Uppenna. (On comparera les fig. 279 et 280 et on se reportera à l’explicitation dans la note trois3 ci-dessous).

44L’hypothèse de la continuité est également la seule susceptible d’expliquer la superposition rigoureuse de la tombe de l’évêque sur l’ancien dépôt d’ossements, ce qui impliquait une connaissance très précise du sous-sol. Si cela n’avait pas été le cas, on aurait mutilé bien davantage le pavement du chœur oriental ! La dernière limite pour une investigation du sous-sol se situe juste avant le moment où le pavement du chœur oriental fut disposé. Il fallait aussi qu’à l’époque de l’organisation du sous-sol de la plate-forme du chœur, la décision ait été prise d’y laisser vacante la place sans nul doute la plus convoitée. Cela signifiait qu’elle était déjà réservée pour l’évêque Baleriolus.

45La parenté entre les mosaïques de Baleriolus et de Quadratianus étant établie, il convient toutefois de s’attacher à expliquer les différences incontestables de qualité d’insertion entre les mosaïques de ces deux défunts.

46Une raison tient à la complexité de la trame du pavement du chœur oriental. Comment intégrer un rectangle, celui du pavement, dans un dessin fait d’alternances de carrés, d’octogones et de croix ? (Dans le cas du pavement de Quadratianus, la « découpe » était faite en trois bandes). Il est impossible de ne pas laisser d’espaces vides. Côté gauche (sud), on a calé la mosaïque de Baleriolus contre les bords extérieurs des carrés, mais les extrémités des bras de la croix apparaissent. En haut (ouest), on a pris, semble-t-il, pour repère l’extrémité supérieure des bras de la croix. Mais il convient de reconnaître au regard de la fig. 133 que la cicatrice de la cassure remonte assez loin (importance de la mosaïque blanche). Côté droit (nord), on traça le bord de la mosaïque contre le cadre inférieur des carrés, ce qui laissait apparente l’extrémité de droite de deux octogones. Enfin, en bas (est), le bord de la mosaïque s’aligne sur la bordure du pavement du chœur.

47La différence de qualité entre l’insertion du pavement de Quadratianus et même celle des épitaphes de Faustina et Spendeu et ce que nous observons dans le cas de l’évêque Baleriolus s’explique aussi par la raison majeure que dans le cas de Quadratianus, de Faustina, de Spendeu, les défunts avaient été enterrés avant la confection des grands pavements, alors qu’il a fallu casser la composition du chœur oriental pour déposer en terre le corps de Baleriolus ! (sur ce point, il y a similitude avec la mosaïque d’Honorius).

48Nous pouvons affirmer cela pour Quadratianus puisqu’il s’agit de la deuxième mosaïque de ce défunt. Cela ne fait pas non plus de doute pour Faustina et Spendeu puisque les P.V. d’une double Mission évoquent leur sépulture en ces termes : « Une tombe et à côté, une auge rectangulaire formée de grandes briques, longue de 1,90 m sur 0,45 m » (cf. aussi le plan de ces P.V.). Ces deux sépultures ne pouvaient avoir été introduites par les minuscules trous qui pouvaient être éventuellement creusés à l’emplacement des deux épitaphes et de la dizaine ou la vingtaine de centimètres tout autour dont l’origine est la « reprise » qu’il a fallu effectuer autour des épitaphes.

49Je me demande si une troisième raison ne serait pas susceptible de concourir, pour une part, à l’explication de la différence d’insertion entre la mosaïque de Baleriolus et celles de Quadratianus, de Faustina, de Spendeu. Je la soumets au conditionnel car elle fait appel à une interrogation qui, à ma connaissance, n’a pas donné lieu à recherche spécifique, celle du facteur temps, c’est-à-dire de l’espace entre l’inhumation du défunt et la réalisation de sa mosaïque.

50Étant donné que la mosaïque funéraire constitue la partie supérieure de la sépulture au niveau du sol, cela n’impliquait-il pas une intervention très rapide du (des) mosaïste(s) dès l’inhumation ? Cette nécessaire rapidité serait peut-être à même de nous faire comprendre les raisons de certaines fautes d’orthographe dans les épitaphes, la fréquence de traits de ressemblance entre mosaïques, même lorsque le « modèle » n’était pas particulièrement une réussite, et, pour ce qui nous concerne ici, de donner une explication à la médiocrité du raccord entre le cadre de la mosaïque du défunt et la partie restée intacte du pavement. L’ancien motif, dans une gamme chromatique différente de celle de la nouvelle mosaïque, n’a pas été reconstitué jusqu’aux bords de celle-ci.

51Les limites de cette explication tiennent évidemment à l’observation de réussites esthétiques incontestables qui n’ont pas été entravées par un temps limité. L’explication tient peut-être à ce qu’une réalisation en atelier paraît de nature à surmonter, si la qualification professionnelle et le talent sont au rendez-vous, la plupart des difficultés techniques d’une commande pressée pour laquelle on sait par avance qu’on acceptera les probables ou possibles erreurs d’écriture et les maladresses d’équilibrage de composition de lignes. On se trouve, à l’inverse, démuni pour le travail de reprise d’une œuvre sur place, qui additionne les difficultés. N’avait-on pas suffisamment de temps ? N’était-ce pas considéré à l’époque comme essentiel ? Avec le temps nécessaire, la tâche a été menée à bien sur la deuxième mosaïque de Quadratianus et les épitaphes de Faustina et de Spendeu…

52La typologie des mosaïques confirme la différence entre les mosaïques en continuité et les mosaïques en rupture de pavement. Les secondes sont évidemment postérieures, même si cela ne prouve pas, dans le cas d’occupations successives d’un même état d’une église par deux communautés, que les défunts dont elles donnent le nom soient décédés ultérieurement. (La description des P.V. n’est pas à même de nous indiquer si Honorius fut inhumé dans les heures qui suivirent sa mort ou si ses ossements furent apportés plus tard).

  • 4 « Le type III comprend essentiellement les deux épitaphes d’évêques, toutes deux datées du VIe siè (...)

53Ainsi, les deux mosaïques des évêques Baleriolus et Honorius sont très différentes l’une de l’autre. Cette affirmation marque toutefois un constat de divergence sur un point important avec l’appréciation portée par N. Duval4.

  • 5 Le point commun entre les deux mosaïques est l’emploi de depositus sur l’épitaphe, qui n’est pas, (...)

54La mosaïque de Baleriolus s’inscrit dans la continuité de l’évolution quasi linéaire de la typologie des mosaïques d’Uppenna. Il y a prolongement de la structure des mosaïques du groupe II avec une évolution simple dans chacun des éléments constitutifs. Les traits de la mosaïque d’Honorius officialisent, eux, une rupture avec la tradition locale5.

55Nous nous efforcerons, dans la partie consacrée à l’ecclésiologie, de prolonger cette réflexion sur la thématique de la continuité et de la rupture au moyen des deux constatations suivantes.

  • Continuité et rupture s’expriment sur un même sol. La rupture est porteuse à la fois de réfutation et d’affirmation, cela dans une phase transitoire et d’attente du moment où une création autonome devient possible (c’est la deuxième église).
  • À l’intérieur du cadre de la continuité, un effet de balancier est observable entre la priorité traditionnelle donnée au souvenir des défunts dans le décor de l’église et l’expression d’une affirmation plus ecclésiale fondée sur l’unité de la double célébration martyriale et baptismale. Avec les deux questions en corollaire : pourquoi a-t-on occulté le souvenir de défunts (première épitaphe de Quadratianus, noms de Faustina et Spendeu non indiqués initialement sur le pavement du chœur) ; pourquoi, par la suite, est-on revenu à une attitude plus nuancée ? Ce mouvement de balancier se fait indiscutablement à l’intérieur d’une unité proclamée, attestée par la superposition de deux mosaïques d’un même défunt (Quadratianus 1 et 2) et les marques de respect dans l’apposition des mosaïques de Quadratianus 2, de Faustina, de Spendeu et même celle de Baleriolus avec ses contraintes d’intégration spécifiques.

3. L’ÉTAT DE LA BASILIQUE CONTEMPORAIN DE LA MOSAÏQUE D’HONORIUS

– Également Pl. IIc –

56L’abside b et la cuve baptismale b sont encore utilisées.

57La disposition de la mosaïque d’Honorius nous a sensibilisés à cette notion de rupture annonciatrice d’une nouvelle réalisation d’ensemble. Ce temps éphémère durant lequel on se superpose à une logique antérieure et où on prépare une transformation radicale a-t-il laissé d’autres traces dans la basilique ? Nous disposons de peu d’indices.

58• Les mosaïques disposées sur le sol 3 furent-elles, comme certaines de leurs devancières du sol 1, recouvertes de mortier ? L’observation d’anciennes photos prouve que ce ne fut pas le cas pour les grands pavements du chœur oriental, la composition du cerf et de la biche, le pavement XII, la mosaïque de la pièce de Quadratianus, ni, d’après un ancien cliché, pour la mosaïque d’Emeritus située dans le chœur oriental (fig. 100). Les deux seules mosaïques contemporaines de cet état que nous ayons découvertes – C.26 et C.27 – présentent certes des problèmes de lisibilité mais pas de cette nature. Reste la grande mosaïque des martyrs. Nous savons que Robin avait dû commander de l’acide chlorhydrique pour déchiffrer une petite partie du texte recouverte de « mortier de ciment » (Upp. I, fig. 4). Sans doute n’est-ce pas suffisant pour parler véritablement d’occultation. L’éventualité de l’introduction de la plaque de marbre portant mention des reliques de Julien dans l’édicule des martyrs, dès cette époque, n’est pas à exclure.

59• La fermeture de communications avec des chapelles ? Nous avons indiqué les indices qui plaideraient en faveur de cette hypothèse : entre la nef sud et la chapelle I (mur derrière la mosaïque de Fastidilus), entre cette nef et la pièce XXVI-XXVII (prendre en considération également le manque de soin de l’œuvre accomplie). S’agissait-il de conforter suffisamment les murs nord-sud et est-ouest préalablement à la transformation d’ensemble ? Les indices d’un cloisonnement des pièces du complexe baptismal, peut-être dès cet état b terminal, ont été notés au chapitre IV : élévation du mur entre les pièces X et XI dans la partie sud et entre les pièces XII et XVI, redisposition d’une cloison entre la pièce X et le quadratum.

60Au cœur de cette interrogation sur l’importance des modifications dans un état terminal, il y a une inconnue concernant le laps de temps – quelques mois, quelques années, quelques dizaines d’années – entre la prise de possession de la basilique par une nouvelle communauté – si cette interprétation est pertinente – et le moment où elle fut à même de construire sa propre église.

61Le peu qui soit constatable, à part ce geste si fort concernant le souvenir d’Honorius, plaide pour un laps de temps court.

4. LA NOUVELLE BASILIQUE

– Plan évolutif Pl. IId –

62C’est paradoxalement pour cet état de la basilique que nous avons le moins de connaissances. Les trois sources sont ce qui est observable aujourd’hui sur le site, les affirmations du début du XXe siècle, l’interprétation plus ou moins assurée de ce que l’on discerne sur les vieux clichés.

63Ce que nous déduisons se résume ainsi :

64Une extension initiale de la nef centrale et des nefs latérales en longueur et en largeur, avec gain côté nord (les dimensions sont de 24,85 m sur 16,70 m environ), et dans un second temps une contraction de la longueur (20,80 m) puisque l’on revient au mur du fond de l’époque antérieure, arasé, qui sert de fondation.

  • 6 Cette ouverture n’est pas exactement au centre du mur du fond de la fig. 16 : elle est décalée ver (...)

65Le mur du fond de la basilique du premier état aurait eu, d’après le croquis de la fig. 16 (Upp. I) – reproduit ici –, trois portes d’entrée, deux latérales de 1,75 m de large (on voit, à gauche et en haut du croquis, celle du nord) et une, centrale, plus étroite, de 1,20 m encadrée par deux colonnes, mais il y a doute sur le point de savoir si elle était exactement au milieu6.

66Le croquis de la fig. 15 (Upp. I) – reproduit ici – confirme ce que nous savons de la partie est du mur latéral nord grâce aux fondations visibles jusqu’au milieu de la pièce XV. Il prolonge ce mur jusqu’à la cloison des pièces XI et XV, avec une ouverture de 1,05 m à l’emplacement de la pièce XV (c’est le deuxième mur horizontal en partant du bas sur le croquis 15). Les deux avancées de mur au nord du pavement du cerf et de la biche, pièce XI, constituaient-elles l’assise inférieure de ce mur byzantin ? L’ouverture entre les deux avancées servirait alors de seuil d’accès non à la cuve b, mais à la pièce du baptistère c, au niveau supérieur. Le croquis de Robin (Upp. I, fig. 24) confirmé par la fig. 109, représente ce mur dans la pièce X, adossé au double mur de séparation VIII-X. Sur ce croquis, une ouverture était également ménagée mais côté est. Enfin l’absence de toute indication à l’emplacement de la chapelle VIII-IX ajoute à l’incertitude concernant l’utilisation du lieu durant la période byzantine.

67La raison de cette incertitude tient aussi à notre hésitation concernant l’élévation du niveau des pièces du secteur nord, à + 70 cm comme dans la nef, ou à ≃ 1,20 m comme semblent l’attester des tesselles de mosaïque sur le pourtour de la cuve c. Si on privilégie la hauteur + 70 cm, et donc une cuve en croix grecque, surélevée de 0,50 m par rapport au sol de la pièce baptismale, les murs situés au nord du mur latéral de la nef ont subsisté à l’époque byzantine, mais la profondeur des pièces était évidemment considérablement réduite en raison du décalage vers le nord de l’axe de la nouvelle basilique.

Relevés conservés aux archives de l’INP.

Relevés conservés aux archives de l’INP.

(Fig. 15). Côté nord, développement à l’est des cuves baptismales. En haut, à droite, la localisation du pavement géométrique avec l’épitaphe de Quadratianus (cf. Upp. I, p. 116, et, ici, ch. IV, p. 302).

(Fig 16). Perspective tracée depuis la nef en direction de l’est. Au-delà des monuments des martyrs, murs de la basilique byzantine (cf. Upp. I, p. 117).

68Dans le secteur des absides, il reste l’armature des fondations de l’abside c, les chapelles III et V avec les interrogations que nous avons rencontrées sur l’existence d’un trapèze allant des chapelles III à la pièce VI, dont les dimensions extérieures seraient de 21,2 m, 21 m, 8,5 m et 7,5 m.

69Les deux informations majeures concernent la superposition de l’abside c sur la construction préchrétienne et la connaissance de la composition qui revêtait le sol d’au moins une partie de la basilique grâce au fragment conservé, chapelle III et sur le mur d’abside b.

70Le mur du collatéral sud reste en place. À en juger par les fig. 6-8, ce mur de la basilique était demeuré en assez bon état pour être utilisé à l’époque byzantine : il n’y avait donc pas eu destruction totale. L’ouverture sur la pièce XXVI-XXVII fut colmatée, probablement avant même le relèvement du sol.

71Dans les chapelles sud, tous les murs se trouvent, sauf dans la partie est, sous la toise du sol byzantin de la nef, mais évidemment cela prouve d’autant moins qu’il y aurait eu abandon des lieux que la définition des niveaux fut ici tout à fait différente de celle de la nef. Les inhumations ont continué dans le périmètre XXI-XXIV, se subdivisant davantage, et le niveau contemporain est ici le niveau 3 (on a noté l’utilisation des blocs de réemploi caractéristiques de cette époque). Les dépendances du côté est (de XXXI à XXXV) sont, dans leur état présent, de cette époque. La direction du mur extérieur prolongeant celui des pièces XXV-XXVII laisse penser que dans un premier état byzantin, à tout le moins, il y eut un ensemble en forme de trapèze là aussi et donc utilisation du périmètre XXV à XXVII. Cette utilisation semble confirmée par l’ancien cliché de la fig. 237 sur lequel le mur – en bas à droite – paraît être l’indice d’une transformation de la chapelle à abside sud en compartiment funéraire par cloisonnement interne (comme dans le périmètre à l’ouest ?).

72Sur notre reconstitution, nous devons faire figurer l’édicule du deuxième monument des martyrs, évidemment sans sa mosaïque. La plateforme de la grande mosaïque des martyrs d’une cote voisine à + 40 cm se trouvait donc à environ 30 cm sous le niveau du sol de l’église byzantine (+ 70 cm). Mais les murs de l’édicule, dont nous avons la preuve qu’ils furent retouchés après la pose de cette mosaïque, étaient suffisamment hauts pour marquer l’emplacement. Ce haussement signifie qu’un culte des martyrs, différent, s’est malgré tout perpétué. Ceci donne une grande consistance à l’hypothèse de la présence de la plaque de marbre mentionnant – entre autres – le dépôt de reliques de saint Julien. Mais dans l’hypothèse où cette plaque fut disposée ici, nous ne sommes pas en mesure de déterminer si elle avait été apposée avant ou après l’édification de la basilique byzantine : si c’était avant, ce serait à l’époque de la pose de la mosaïque d’Honorius (cf. précédemment).

73Que pouvons-nous affirmer au sujet des mosaïques funéraires, s’il y en eut, de la partie centrale ?

74Si on s’en tient aux écrits des années 1900, il n’y a rien à trouver :

  • 7 Très révélatrices d’une perception et d’une action sont les expressions suivantes : « Le pavement (...)

75« [Le sol] était partout orné d’un même motif géométrique très simple : cercles se coupant quatre par quatre, de manière à dessiner des quadrilatères étoilés alternant avec des quatre-feuilles » (Gauckler, Inventaire des mosaïques, p. 89) et « la mosaïque grossière qui recouvrait tout le sol de l’édifice » (Robin, BAC 1905, p. 368)7. De plus, Robin (BAC, p. 370) indique qu’aucun tombeau de cette période n’était recouvert de mosaïques tombales.

  • 8 La petitesse du cadre du rectangle 32 concorde avec le format d’une sépulture d’un enfant de deux (...)

76Y avait-il des mosaïques funéraires ? Au terme de notre enquête sur l’emplacement de chacune, nous sommes incités à conclure, comme Robin et Gauckler, négativement. En effet, si on laisse provisoirement de côté le cas spécifique de la « tombe cubique », seules deux mosaïques donneraient matière à interrogation. La première est celle de Saturninus dans la pièce XII – cf. ch. IV, et fig. 347-348. Nous n’avons pas de données sur les conditions de sa découverte. L’insertion dans le pavement de cette pièce est pourtant de très loin la plus probable. Le deuxième cas est celui de la mosaïque de Quadratianus, il s’agit ici d’un enfant de deux ans, homonyme du défunt de la pièce XVI. Cette mosaïque a disparu. Le musée du Bardo n’a pas conservé de photo, mais nous disposons d’un cliché dans les archives de la Prélature associant cette mosaïque et une base de colonne de l’église byzantine (fig. 281). Tout à la joie de « tenir » enfin une mosaïque du sol 4, nous devons cependant rapidement déchanter car l’emplacement de cette mosaïque, à partir du croquis de Robin (case 32), se situe en un lieu où il n’y avait pas de base de colonne byzantine ! Cette base de colonne avait donc été déplacée au moment des fouilles et laissée sur le sol inférieur8.

77Rappelons néanmoins encore une fois que l’absence de mosaïques funéraires sur le sol 4 ne saurait signifier que les chrétiens de l’époque de la reconquête byzantine s’abstinrent de procéder à de telles créations. On doit donc s’efforcer de les identifier sur le sol 3, placées, à l’instar de la mosaïque de l’évêque Honorius, en position de « rupture ».

78Il faut tenir pour acquis qu’il y eut des sépultures : la preuve en est donnée par l’emplacement du sarcophage contre le mur du fond de l’église, côté nord (en XVII sur le plan) – fig. 115. L’affirmation de Robin selon laquelle aucun tombeau de cette période n’était recouvert de mosaïques tombales signifie aussi qu’il y avait des tombeaux de cette période !…

79La pose d’un revêtement uniforme sur le sol de la nouvelle basilique signifie, sauf exceptions ponctuelles, la fin de la pratique des inhumations dans la partie centrale de l’église. C’est donc avant cette pose, c’est-à-dire au moment où le niveau du sol allait être relevé de 70 cm, que furent disposées les sépultures.

80Il s’agit certainement de réinhumations, la nouvelle communauté qui a pris le contrôle de l’édifice rapatriant des dépouilles en un lieu où il avait été admis que la mémoire des martyrs serait, avec des modalités très différentes, toujours vénérée.

  • 9 Cette pratique est, il est vrai, antérieure à la reconquête byzantine, comme nos observations ont (...)

81La pratique de telles réinhumations est à même d’expliquer la présence d’ossements de plusieurs défunts dans un même sarcophage9. Rappelons la découverte du sarcophage aux trois défunts dans la pièce XXIV.

  • 10 La description que donne Robin des sarcophages « de basse époque…formés de pierres de taille posée (...)

82Il est probable qu’il y eut dans l’histoire de la basilique d’Uppenna deux grandes périodes d’affluence de sépultures initialement disposées ailleurs, périodes distantes de deux siècles. Nous ne sommes pas à même de déterminer si complémentairement à l’utilisation des sarcophages on eut recours aussi, dans le quadratum, comme au cours de la première période, à des amphores accolées et à des tombes à tuiles contrebutées, ou si cette utilisation vérifiée dans le secteur sud (XXI à XXV) fut légèrement décalée dans le temps. Selon Robin, ces tombeaux en tuiles « semblent avoir été employés depuis la première époque jusqu’à la dernière » (BAC, p. 370). Toutefois, l’essentiel était maintenant assuré par des sarcophages. La récupération de dalles permettait de satisfaire une grande demande10.

83La mise à disposition du périmètre du quadratum sur une hauteur de 0,70 m, aux fins de transfert de sépultures, a nécessité un partage de la surface disponible dont nous ignorons certes les modalités mais dont il subsiste des indices.

84Le premier qui ne pose guère de problème est le muret se superposant à la concession de la famille d’Aelia Victoria (C.13 à C.15).

85Plus incertaine est la définition de la fonction des deux troncs de colonne trouvés sans leur base et du fragment de pilier de la colonnade sud de la première église, dont les faîtes se situaient sous l’horizontale du nouveau sol. J’ai suggéré que ces éléments servaient de bornes en vue du compartimentage pour la répartition des aires disponibles.

86En concordance avec ce qui vient d’être avancé, analysons la situation de l’ancienne « tombe cubique » recouverte de mosaïque, celle de la défunte « Coita » d’après Gauckler. Nous ne disposons malheuresement pas de photo de cette tombe à caisson, unique à Uppenna. Aucun doute sur son emplacement : elle prend place dans la case 35 du croquis de Robin. Cette affirmation ne repose pas seulement sur le résultat d’ensemble de la recherche de localisation des pavements effectuée au chapitre III de Uppenna I mais aussi et d’abord sur le témoignage du rédacteur du P.V. de la troisième Mission :

87« Nous avons eu le regret de constater la perte irréparable d’une jolie tombe cubique à angles arrondis, située dans la grande nef, contre l’édicule de l’évêque Honorius. La forme, et elle était la seule de ce genre, rappelait celle des sarcophages de Tabarka. Toute en mosaïque, la couleur dominante était l’azur. L’inscription tronquée conservée heureusement par M. Robin, n. 33, p. 11, portait […]a in pace vixit annis LXXV recessit XV kl martia. Le tout est malheureusement effondré » (cf. Upp. I, texte reproduit du P.V., p. 293 et fig. 56).

  • 11 L’observation, en 1906, d’une mosaïque plus haute que le sol le plus élevé de la basilique détruit (...)

88Cette tombe se situait-elle sur le sol 3 ou sur le sol 4 ? La réponse est évidemment le sol 311.

89Au moment où le sol de la basilique va être porté à la cote + 70 cm, cette tombe cubique recouverte de mosaïque participe, elle aussi, au rassemblement des sarcophages et tombes de diverses formes.

90Nous en tirons deux interrogations.

91La première concerne cette épitaphe de défunt. Elle n’était pas destinée à être lue par les fidèles dans l’église. On est certes au moment où la mosaïque de l’évêque Honorius va être recouverte et où un grand pavement uni va s’étendre au-dessus de toutes les sépultures. Il ne saurait y avoir donc d’exception. Mais pourquoi avoir inscrit ce nom ?

92La deuxième a trait à l’emplacement de ces tombes en caisson recouvertes de mosaïque dans les églises d’Afrique. L’exemple d’Uppenna, si notre déduction est fiable, nous incite à nous interroger, cas par cas, sur leur positionnement par rapport au sol du bâtiment contemporain de leur état.

93En définitive, notre connaissance de la basilique byzantine d’Uppenna (et non de la période byzantine !) se situe en creux en comparaison de celle de moments antérieurs de la basilique. Eu égard à l’état du site en 1904-1905, la découverte de clichés de cette période, particulièrement ceux que Robin dut prendre, serait de nature à nous faire progresser. De futures investigations dans le secteur est des chapelles sud seront très instructives.

94Les trois questions majeures que me paraît poser l’état de la basilique de cette période sont celles de la possibilité d’existence d’une abside orientale, celle de la nature du parvis à l’est – faut-il évoquer un atrium ? – enfin celle des conditions de superposition des infrastructures sur le bâtiment préchrétien.

  • 12 N. Duval, Les églises africaines à deux absides, II, BEFAR, Paris, 1973, particulièrement : « Orig (...)
  • 13 N. Duval, Les églises africaines à deux absides, ibid., p. 366, 378.

95• Une possible abside orientale ? L’hypothèse prendrait appui sur le renversement, à l’époque byzantine, de la tendance à la forte proportion des églises occidentées en Proconsulaire et Byzacène12. À Uppenna, l’existence d’une telle construction n’a pas été suggérée par les intervervenants, et l’on sait aussi que les cas d’inversion indiscutable sont peu nombreux13. Dans l’état actuel de nos connaissances, aucun indice ne vient attester d’une telle réalisation. Toutefois, on ajoutera que l’éventuelle contre-abside aurait pu se situer à deux endroits, soit dès l’époque de l’insertion de la mosaïque d’Honorius et contre le mur du fond de la première basilique, c’est-à-dire assez près de l’édicule des martyrs, soit au moment de la réalisation de la deuxième basilique, plus à l’est, mais dans tous les cas dans deux secteurs très altérés.

96• Le parvis à l’est pose une interrogation qui concerne le même secteur que précédemment. Ici la question dépasse le temps de la période byzantine avec ce mouvement d’extension-rétraction déjà observé : la première église n’intègre pas à Test le périmètre de l’area (C.20 à C.24) ; la grande église progresse vers Test, mais dans un deuxième temps revient à l’emplacement du mur de la première église. Ce mouvement trouve certainement son explication dans l’origine de ce secteur géographique, différente de celle de la partie centrale (cf. chapitre précédent).

97À toutes les périodes, se pose, ici, la question de la définition du lieu chrétien à Test de la façade de la basilique. D’une certaine manière, les conditions de maintenance en l’état des mosaïques C.20 à C.24 à l’époque de la première église rejoignent l’interrogation sur la définition de cet espace durant la deuxième époque de la basilique byzantine lorsqu’il y eut repli. On avancera ceci : pour la première église et la conservation des mosaïques C.20 à C.24, on peut parler de parvis funéraire, et le sondage effectué à l’est de la partie sud du mur du fond de la première église (et. ch. III) n’a pas montré de sol en dur entre 0 et + 70 cm.

98Par contre, à l’époque de la contraction de la basilique byzantine, on peut parler au minimum de cour – le pavement géométrique reste en l’état. L’évocation d’un atrium, peu commun dans les basiliques d’Afrique, pourrait se légitimer, à titre de proposition, par l’indication des quatre bases de colonne sur le plan de Gauckler, dont on peut cependant se demander si elles ne proviennent pas ici d’une invention esthétique.

99• Enfin, les conditions de superposition des infrastructures byzantines sur le bâtiment préchrétien sont étonnantes à Uppenna. Des investigations plus approfondies concernant l’armature de l’abside c sont à même de fournir des indications substantielles, et c’est sur ce point que le progrès attendu de nos connaissances peut se concrétiser.

5. LE CHOIX D’UNE CHRONOLOGIE

100Quel archéologue ne souhaiterait disposer, pour l’établissement de la chronologie des grandes phases d’évolution d’une basilique, de deux indices aussi importants qu’une datation de tombe, grâce à l’année du règne d’un roi vandale, et la mosaïque funéraire d’un évêque catholique connu pour avoir été déporté en 484 au moment de la persécution d’Huniric, et décédé… « à quatre-vingt-dix ans » il est vrai. Ceci sur un site dont tous les niveaux étaient intégralement conservés.

101Situation idéale mais situation en 1904-1905 !

102Les investigations de 1971 n’ont pas permis de se doter d’un éventuel nouvel indice de chronologie absolue lié à la stratigraphie. La première raison tient au bouleversement antérieur total des secteurs stratégiques, enclos des martyrs, chœur, baptistère ; la seconde raison, à la volonté de conserver en l’état les secteurs « préservés » pour une analyse avec des moyens plus importants (chapelle à abside nord IX, secteur sud-est).

103La détermination essentielle pour les périodes vandale-byzantine est celle de la deuxième mosaïque des martyrs.

104Cette mosaïque est considérée, depuis le jour de sa découverte, comme byzantine. Sa datation à l’époque vandale ne peut, à mon sens, faire de doute.

105La preuve tient au principe de la double antériorité.

LA DOUBLE ANTÉRIORITÉ

106Cette double antériorité se déduit des photos des années 1900 et de la position de la mosaïque de l’évêque Honorius.

107La première antériorité est celle de l’ensemble pavement du chœur oriental-édicule de la deuxième mosaïque des martyrs, par rapport à la deuxième église. Les photos, particulièrement la fig. 108, prouvent que l’alignement des bases de colonne de la construction byzantine était postérieur et correspondait à un sol considérablement plus élevé (≃ + 70 cm) – cf. ch. II-III.

  • 14 Les propositions de N. Duval tiennent compte de cette incertitude concernant le moment du passage (...)

108Cette première antériorité suffirait à déterminer l’époque vandale pour la deuxième mosaïque des martyrs si nous étions assurés de l’édification de la « grande église » dès les premiers temps de la reconquête byzantine. Mais de cela, la preuve ne peut être apportée14. Notons toutefois que même si nous ne disposions pas de la deuxième antériorité, on serait en droit d’avancer que l’hypothèse de la réalisation en deux temps, pour une même période – qui serait alors la période byzantine – de deux aménagements majeurs, l’édicule des martyrs, chœur oriental et grands pavements, puis la nouvelle basilique, le second aménagement contrevenant au premier, serait, déjà, de nature à soulever bien des objections.

109La deuxième antériorité réside dans la nature de la relation entre la mosaïque d’Honorius et l’ensemble mosaïque du cerf et de la biche, pavement du chœur oriental, deuxième mosaïque des martyrs. L’insertion de la mosaïque de cet évêque a mutilé le pavement du cerf et de la biche mais pas seulement, puisqu’elle a porté atteinte à une unité de décoration soulignée par les bordures et définie par des structures de compositions en relation entre elles (scènes du cerf et de la biche s’abreuvant aux fleuves de la montagne du paradis, agneaux convergeant vers la croix…) dont le point de référence et de convergence est la deuxième mosaïque des martyrs.

110Or, la mosaïque d’Honorius disposée devant la cuve carrée de la « première basilique » est antérieure à la reconstruction byzantine.

111La double antécédence est donc celle de la succession dans le temps : deuxième mosaïque des martyrs, pavement du chœur oriental, mosaïque du cerf et de la biche en 1, mosaïque d’Honorius en 2, édification de la nouvelle basilique byzantine en 3.

  • 15 Hypothèse avancée par N. Duval : « Et si l’évêque Honorius enterré dans le baptistère du premier é (...)

112Il est très important de pouvoir situer la date de réalisation de la mosaïque d’Honorius, mais au risque d’étonner, pas dans le cadre de notre recherche présente tant les deux propositions extrêmes, tenant compte de l’âge du défunt15, très près de 484 ou au début de la reconquête byzantine, se rejoignent pour situer, dans les deux cas, à l’époque vandale la deuxième mosaïque des martyrs. C’est évident pour la chronologie haute, que nous ne retenons pas ; c’est également vrai pour une attribution au tout début de l’époque byzantine. Et il n’est pas possible de proposer une inhumation ou une célébration d’Honorius des dizaines d’années après la reconquête. Si on voulait honorer la mémoire d’un évêque catholique, confesseur de la Foi, ce qui est fort compréhensible au moment du triomphe de l’Église catholique, on ne pouvait guère attendre des dizaines d’années, ou alors il aurait fallu procéder avec une ampleur plus grande dans la nouvelle église. La commémoration de cet évêque a été effectuée avec une grande modestie de moyens, probablement dès que les circonstances la rendirent possible et souhaitable.

UN PARALLÈLE UPPENNA-JDIDI ?

113Les récentes fouilles franco-tunisiennes, avec la collaboration de l’École française de Rome, à Jdidi anciennement Asadi, près d’Hammamet, ont permis de préciser les traits de l’évolution d’une basilique qui présente des points de convergence très étroits avec celle d’Uppenna.

  • 16 Dans le cadre de mon travail sur Uppenna, j’ai pu intégrer la substance de cinq comptes rendus fou (...)
  • 17 Ceci, bien entendu, avec les enseignements des publications attendues concernant des basiliques do (...)

114Une étude comparée de ces deux églises, lorsque l’ensemble de la publication sera achevé16, devrait être du plus haut intérêt pour préciser les composantes des interfaces vandale-byzantine et des traits de l’évolution stylistique et iconographique, au moins dans cette région de la Tunisie côtière, sans doute bien au-delà17.

  • 18 MEFRA, t. 105, 1993, 1, p. 490.
  • 19 MEFRA, t. 104, 1992, 1, p. 530, et t. 106, 1994, 1, p. 485.

115Les investigations de Mme Ben Abed, M. Bonifay, M. Fixot, ont permis de déterminer les conditions de succession de deux basiliques, le sol du deuxième monument plus étendu se situant 0,70 m au-dessus de celui de la première basilique, ce que nous retrouvons à Uppenna18. Le grand point de rapprochement se situe dans la découverte d’une mosaïque avec une croix gemmée sous les bras de laquelle deux oiseaux ont convergé. « Cette croix est très comparable à celle d’Uppenna »19. Elle est insérée à Test du tapis qui couvre l’ensemble de la nef centrale antérieurement au haussement du sol et à l’extension des dimensions de la basilique. Elle appartient donc à la première basilique, dans une deuxième séquence probablement assez complexe.

116L’indication des niveaux est ici fondamentale et concorde tout à fait avec ce que nous avons établi à Uppenna.

117Le rapprochement est encore plus stimulant lorsqu’on s’efforce de préciser la chronologie. Alors qu’à Uppenna, nous avons bénéficié de l’existence de la mosaïque de l’évêque Honorius et des enseignements donnés par les conditions de son insertion dans le pavement antérieur, à Jdidi, l’approche est stratigraphique et peut intégrer les apports de la céramologie et de la numismatique.

  • 20 Voici le passage essentiel qu’il convient de citer :
    « Une difficulté actuelle de la réflexion à le (...)
  • 21 MEFRA, t. 106, 1994, 1, p. 485-486.
  • 22 MEFRA, t. 107, 1995, 1, p. 543.

118Bien que les auteurs expriment la très grande prudence dont il convient de faire preuve au sujet des enseignements livrés par une stratigraphie « dans un monument dans lequel le caractère résiduel du matériel est plus probable que dans un sol occupé de manière plus commune »20, ce qui est déduit des observations à Jdidi correspondrait à une datation à l’époque vandale de l’état de la première basilique avec la croix gemmée : « Ces acquis autorisent à reporter avec vraisemblance au commencement de l’époque byzantine la reconstruction de l’église. La proposition d’attribution à l’époque vandale de l’ensemble du pavement de la première basilique, avec ses différents états, est un résultat qui aurait paru moins convaincant s’il n’avait été fondé que sur des critères stylistiques »21 et « aucun élément ne permettant dans l’état actuel des connaissances de dépasser le milieu du VIe siècle, il serait tentant de faire de cette reconstruction une conséquence assez rapide de la Reconquête byzantine, faite en dépit d’une réfection du pavement de mosaïque qui était de peu antérieure »22.

L’APPORT ÉVENTUEL DE LA MOSAÏQUE DE « Q[UADRAT]I[LLA] » DATÉE DU RÈGNE D’HILDIRIC

119Le seul document épigraphique daté avec la précision d’une année nous procure, en raison de l’absence d’intérêt de ceux qui l’ont découvert, plus de motifs d’interrogation que d’informations incontestables.

120Nous pouvons affirmer :

  • que cette mosaïque était d’Uppenna (cliché rassemblant des mosaïques toutes du lieu, MB 463 – Upp. I, fig. 18 –, montage dans un cadre provisoire semblable à ceux façonnés pour le transport des pavements du site ; Inventaire de Merlin).
  • que cette mosaïque appartenait au sol 3, étant trop tardive pour le sol 123.
  • que cette épitaphe était intégrée dans un massif de mosaïque blanche. La volonté de faire corps avec le fond est confirmée par la discrétion de la bordure, l’ordonnance des lettres, l’absence de motifs intérieurs.
  • 24 La difficulté tient à ce que nous ignorons si cette mosaïque avait été découverte au moment de la (...)

121L’insertion dans le rectangle 17 du calque de Robin (cf. Upp. I, ch. III) demeure une simple hypothèse. La tentation de placer dans la case sans mosaïque la mosaïque sans case ne vaut pas preuve24.

122L’élément primordial de localisation est toutefois ce pavement de mosaïque blanche préexistant. Où se situait-il dans l’état du sol 3 de la basilique ? On le retrouve dans le chœur occidental mais les mosaïques et leur bordure sont différentes de celle de « Q[uadrat]i[lla] ». La forte individualisation des mosaïques des collatéraux (Filocalus, Felicitas, Pascasius, celle de l’enfant Quadratianus) laisse supposer que ces mosaïques n’étaient pas insérées dans un tel massif, du moins il est évident que leur aspect ne vise pas à les faire s’y intégrer – cf. ch. XI. Il est donc naturel de déduire, ce qui conforterait l’hypothèse de l’emplacement dans la case du croquis de Robin, que la nef centrale – et peut-être ses abords – a été recouverte d’un pavement blanc, en prolongement d’un chœur occidental peut-être surélevé.

  • 25 MEFRA, t. 105, 1993, 1, p. 488.
  • 26 Les ressemblances entre la mosaïque du règne d’Hildiric et l’épitaphe de Faonius dans leur relatio (...)

123Deux déductions seront tirées d’une telle représentation au demeurant sans grande originalité (à Jdidi, le sol des collatéraux n’est pas recouvert de mosaïque)25. La première concerne la mosaïque de Faonius26. La seconde, essentielle dans ce développement, précise les contours de la chronologie des grandes phases d’évolution du décor, à l’époque vandale, que l’on peut proposer.

124Il est certain que l’acte fondateur de la décoration est la réalisation et la mise en place de la deuxième mosaïque des martyrs. En référence à elle, il y eut le pavement du chœur oriental et (ou puis), très probablement, la mosaïque blanche reliant dans la nef les périmètres des deux chœurs.

125Mais lorsque nous évoquons le pavement du chœur oriental, il s’agit du tapis dans sa version géométrique, sans l’incrustation des mosaïques de Baleriolus, de Faustina et Spendeu (cf. ch. IV). Ce n’est qu’ensuite qu’il y eut l’enterrement de l’évêque Baleriolus et sa mosaïque commémorative. Pour les mosaïques du chœur occidental, à propos duquel nous avons bien moins d’éléments d’appréciation, il en fut probablement de même. La plate-forme du sol 3 était initialement uniforme, puis vinrent les mosaïques.

126La décoration d’ensemble avait occulté des mosaïques funéraires.

  • 27 La mosaïque d’Emeritus offre certains éléments de comparaison avec celle de Baleriolus (ch. XI), m (...)

127La célébration de la mémoire de l’évêque Baleriolus, dont on peut penser qu’il fut l’auteur de cet aménagement d’ensemble (ch. XIV), permit ensuite un certain retour du balancier avec la possibilité restituée de célébrer le souvenir de défunts enterrés dans le périmètre du chœur oriental (Faustina, Spendeu), dans la chapelle XVI (le nom de Quadratianus réapparaît), probablement dans l’espace du chœur occidental et dans la totalité de la nef centrale. Un certain nombre de ces défunts, comme Faustina et Spendeu et peut-être Emeritus27, avaient même été enterrés, tel Quadratianus, avant la grande décoration. L’épitaphe du (ou de la) défunt(e) enterré(e) sous le règne d’Hildiric appartient à cet environnement chronologique.

128Une dernière difficulté nous attend cependant si nous désirons tenter d’utiliser le plus loin possible l’atout représenté par l’existence de cette mosaïque dont nous avons convenu, dès le départ, qu’elle serait surtout source d’interrogations ! Puisque nous ignorons si le (ou la) défunt(e) a été enterré(e) avant (comme Quadratianus) ou après (comme Baleriolus) la décoration d’ensemble de la basilique, c’est-à-dire avant ou après la deuxième mosaïque des martyrs, les deux possibilités ne conduisent-elles pas à des datations très divergentes pour la mosaïque des martyrs ?

129Ce qui ne pose pas problème est évidemment une datation de la mort correspondant à l’année où l’inscription a été réalisée ; la mosaïque des martyrs est alors antérieure à 527. Mais dans le cas contraire, c’est-à-dire dans l’hypothèse où ce (cette) fidèle aurait été enterré(e) avant, où comme dans le cas de Quadratianus une première inscription, ici disparue, aurait donné déjà le jour de la mort, faudrait-il exclure qu’il ait pu y avoir déjà, sur la première mosaïque, la référence au règne vandale ? La deuxième mosaïque des martyrs ne pourrait-elle, puisque nécessairement postérieure dans cette hypothèse à l’indication de l’année de la mort, être du début de l’époque byzantine ? La réponse négative n’a pas besoin de faire appel une nouvelle fois à la démonstration de la double antécédence. Il suffit de prendre en compte que l’inscription elle-même, celle qui fut photographiée, serait évidemment postérieure à la deuxième mosaïque des martyrs, comme le sont la mosaïque de Baleriolus et la deuxième mosaïque de Quadratianus, et qu’il est inimaginable qu’on ait pu, à l’époque byzantine, faire référence à une datation vandale, fût-elle celle d’Hildiric !

PROPOSITION DE CHRONOLOGIE

130Au total, les éléments dont nous disposons, en l’absence même du traitement des données de la mosaïque funéraire disparue, prouvent que la deuxième mosaïque des martyrs est d’époque vandale.

  • 28 Tableau de durées des règnes de rois vandales dans Chr. Courtois, Les Vandales et l’Afrique, Paris (...)

131La longueur du règne de Thrasamund, que les différentes sources établissent entre vingt-six ans et huit mois et vingt-sept ans et quatre mois28, donne de la consistance à une proposition de datation de la deuxième mosaïque des martyrs sous son règne. Les onze à douze ans de pouvoir de Gunthamund, son prédécesseur, et les sept à huit ans de celui d’Hildiric, son successeur, paraissent plus difficiles à proposer, pas seulement en terme de calcul de probabilité.

132Il serait, en effet, imprudent de faire remonter trop haut la mosaïque des martyrs à la fois pour des raisons stylistiques et iconographiques.

  • 29 Sur l’hypothèse que Faustina, décédée à l’âge de cinquante-trois ans et enterrée avant la réalisat (...)

133Quant au règne d’Hildiric, qui ne poserait aucun problème en ce qui concerne l’iconographie de la croix gemmée (cf. le développement suivant), il me paraît mieux convenir à la période immédiatement postérieure à celle de la réalisation des grands pavements et de l’inscription martyriale, qui est celle de l’émergence ou de la réémergence du souvenir des défunts. L’existence d’une mosaïque funéraire datée de son règne, mosaïque dont on peut au moins être à peu près sûr qu’elle fut postérieure à la deuxième inscription des martyrs, constitue un argument important. Nous ne savons certes pas quel fut l’intervalle de temps entre le moment où Baleriolus consacra la deuxième mosaïque des martyrs et celui où il quitta ce monde. Son épitaphe nous apprend qu’il mourut, officiellement du moins, à quatre-vingt-deux ans, et cet âge avancé est loin d’exclure l’hypothèse d’un épiscopat relativement long29.

134La proposition de chronologie retenue s’établit donc ainsi :

  • deuxième mosaïque des martyrs et grands pavements : règne de Thrasamund (496-523), moins probablement celui d’Hildiric (523-530).
  • mosaïque de Baleriolus, de Quadratianus – la plus récente –, d’Emeritus (cf. ch. XI) et bien sûr de « Q[uadrat]i[lla] » : règne d’Hildiric. Possibilité cependant que l’inhumation de Baleriolus fut de la fin du règne de Thrasamund.
  • mosaïque d’Honorius, dès la reconquête byzantine (cf. ch. XV).
  • construction de la deuxième basilique, dans les premières décennies de l’Afrique byzantine.

CROIX GEMMÉE D’UPPENNA ET DATATION VANDALE

135Les éléments iconographiques, croix gemmée, grandes compositions des pavements associés à la deuxième mosaïque des martyrs, ne contreviennent pas à une datation à l’époque vandale, mais confirment une grande perméabilité aux influences extérieures et la volonté de se ressourcer aux héritages d’un empire romain prolongé ou réimaginé. Autant de paramètres assez caractéristiques des évolutions du monde méditerranéen à la fin du Ve siècle/premières décades du VIe siècle, et qui contribuèrent à hâter la fin de la domination vandale.

  • 30 Sur Sainte-Pudentienne, cf. R. Krautheimer, S. Corbett, W. Frankl, Corpus basilicarum Christianaru (...)
  • 31 P. Verzone, L’art du haut moyen-âge en Occident, Paris, 1975, p. 29-30 et 35-36.
  • 32 A. Grabar, « Un reliquaire provenant de Thrace » Cahiers archéologiques, t. XIV, 1964, p. 59-65 (à (...)
  • 33 Un exemple très significatif est celui du fragment de sarcophage provenant de la démolition de l’é (...)

136La croix gemmée latine n’est pas nécessairement de l’époque de Justinien ou d’après, même si elle connut alors une grande popularité. La mosaïque avec la croix gemmée de l’église de Sainte-Pudentienne date du tournant des IVe-Ve siècles. L’église fut aménagée sous le pontificat du pape Sirice (384-399), et la mosaïque achevée sous Innocent Ier (401-417)30. L’œuvre d’Uppenna n’est pas sans parenté avec elle – cf. le pourtour avec l’incrustation des perles – même si les proportions des bras de la croix sont différentes. La mosaïque du baptistère d’Albenga, avec la croix gemmée et les deux agneaux, s’inscrit dans une datation postérieure à 415 et antérieure au milieu du siècle31. Les croix dorées, latines, pattées, sur les mosaïques du mausolée de Galla Placidia à Ravenne (voûte surbaissée de la tour, Bon Pasteur, Saint-Laurent) sont du Ve siècle. Des reliquaires portant représentation de la croix gemmée peuvent être estimés du début du Ve siècle, voire légèrement plus tôt32, et le cinquième siècle convient à des représentations de croix pattées sur des faces de sarcophage33.

  • 34 Culte attesté par Cyrille de Jérusalem dès 348-350. A. Frolow, La relique de la vraie Croix, Paris (...)
  • 35 A. Frolow, s’appuyant sur les données de la numismatique, déduit que c’est la croix de Théodose II (...)

137L’extension de cette iconographie va évidemment de pair avec le culte des reliques de la vraie croix, lié à la légende de l’Invention de la croix par Hélène, la mère de Constantin34. Le désir de faire enchâsser dans une croix en or ornée de pierres précieuses des parcelles de la vraie croix fut un puissant diffuseur du thème iconographique et permettait de retrouver le souvenir légendaire de la Croix de Constantin érigée sur le Golgotha, et (ou !) celle de Théodose II vers 42035.

  • 36 Premier témoignage recensé à l’échelle de la chrétienté par A. Frolow. À noter cependant que le te (...)
  • 37 Ici, la basilique est consacrée à une relique de la croix, P. Monceaux, Enquête 319 ; A. Frolow, o (...)
  • 38 P. Monceaux, Enquête 297 ; A. Frolow, op.cit., p. 173 ; Y. Duval, op.cit., notice 135, p. 284-287.
  • 39 Y. Duval, Loca Sanctorum Africae, II, EFR, 1982, p. 616.

138La diffusion du culte de la vraie Croix fut particulièrement rapide en Afrique, comme en témoignent les inscriptions de Kherbet Oum el Ahdam (359)36, de Rusguniae-Bordj el Bahri, antérieure à 37337, de Kherbet el-Mael-Abiod (474)38. Cette précocité se double d’une absence de mention pour la période byzantine. Y. Duval note : « Les reliques liées au Christ paraissent donc appartenir à une haute époque ; on n’en connaît aucune dans les dépôts byzantins en Afrique. Pour autant que le silence de nos sources reflète bien la réalité, il est difficile d’expliquer cette totale disparition de reliques christiques après 474, puisque les pèlerinages en Terre sainte n’ont fait que se multiplier »39.

  • 40 Notamment C. Rizzardi, « Frammento inedito di pluteo della pieve di Monte Sorbo », dans Felix Rave (...)
  • 41 Comme en Afrique, les canevas comparables à ceux de la mosaïque du cerf et de la biche et du chœur (...)
  • 42 Thrasamund était beau-frère de Theodoric, ayant épousé en deuxièmes noces, autour de 500, Amalafri (...)
  • 43 « De surcroît, il entretint des relations exceptionnellement amicales avec l’empereur Anastase », (...)
  • 44 Procope, ibid., L. I, IX,5.
  • 45 1° Théodose II, qui avait fait ériger la croix gemmée de Jérusalem de 420, était, du côté maternel (...)

139Le rapprochement iconographique dépasse évidemment Rome et concerne la Ravenne de l’époque de la monarchie des Goths d’Italie, et même Constantinople, les relations culturelles entre ces deux grands centres étant intenses bien avant Tannée 540, année de l’intégration du premier dans l’orbite byzantine40. Je situe d’autant plus l’univers des grandes compositions d’Uppenna41 dans cette dynamique d’échanges et de rapprochement que le pouvoir politique vandale en était personnellement, familialement et diplomatiquement partie prenante avec Thrasamund, en raison de ses liens avec Théodoric son beau-frère42 et de ses relations avec l’empereur de Byzance, Anastase43, puis avec Hildiric, très lié à Justinien encore prince44, dont l’histoire familiale, celle de sa mère, nous ramène à Jérusalem et aux Lieux Saints45.

140La datation à l’époque vandale de la grande inscription des martyrs, des grandes compositions de la basilique d’Uppenna et des mosaïques funéraires qui se situent dans leur « environnement » (sur ce point cf. ch. XI) constitue un élément parmi tant d’autres de nature archéologique de la réévaluation de la capacité de résistance et aussi de création des chrétiens d’Afrique durant ce siècle.

  • 46 Des inscriptions datées et des inscriptions présumées d’époque vandale ou se rapportant aux Vandal (...)
  • 47 Recensions de F. Bejaoui : Inscription d’Henchir El Gousset, datée de la 26e année de Thrasamund ( (...)
  • 48 Ainsi, le nom du dédicant sur le pilier II de Thibiuca, qui surmonte une des trois grandes croix l (...)
  • 49 La constatation en a été formulée par S. Lancel, « Victor de Vita et la Carthage vandale », L’Afri (...)
  • 50 Sur la pauvreté architecturale et les lacunes de l’entretien : F. Rakob, Cedac Carthage, Bulletin (...)

141Cette prise en compte est certes ancienne puisqu’elle fut amorcée par les découvertes d’inscriptions datées de règnes vandales46, inscriptions dont les effectifs s’accroissent47, et par les interrogations de l’onomastique48. Une chronologie plus fine des évolutions de séries de mosaïques tombales contribue à donner incomparablement plus de consistance à l’apport de cette période (cf. ch. XI). Les découvertes sur des sites comme celui de Carthage49 confirment son importance, voire, dans le domaine de l’architecture qui ne paraît pas avoir été pourtant particulièrement inventive, sa capacité à construire au moins une nouvelle église50.

142Cette présentation mérite cependant d’être modulée par deux considérations.

  • 51 L. Maurin, « Thuburbo Majus et la paix vandale », Les Cahiers de Tunisie, no 57-60,1967, p. 225-25 (...)

143La première concerne les situations de repli et de déclin de cités à l’époque vandale dont certaines étaient peu éloignées d’Uppenna. Le cas de Thuburbo Majus est explicite51.

144La deuxième considération concerne Uppenna. Nous ne savons rien de l’évolution de l’agglomération elle-même. Par ailleurs, si notre interprétation des phases d’évolution de la basilique est correcte, nous déduisons que l’église utilisée à l’époque vandale avait été édifiée antérieurement (comparaison des plans d’évolution IIb et IIc). La nouveauté se situe essentiellement dans les aménagements intérieurs et la décoration. Cela va, certes, de pair avec une certaine aisance économique, toutefois dans une telle œuvre de transformation, l’influence, action et autorité, de l’évêque a été nécessairement tout aussi déterminante (cf. ci-dessous).

145Les données de la basilique d’Uppenna, concernant le décor, suggèrent d’associer à la recherche de datation des inscriptions funéraires les observations porteuses d’enseignement sur les grands ensembles de la basilique et qui définissent une unité de l’iconographie et de l’affirmation ecclésiale.

  • 52 A. Merlin, BAC 1912, p. CCLXXVII. L. Maurin, « Thuburbo Majus et la paix vandale », op.cit., p. 23 (...)

146Nous ne nous prononcerons pas dans le cadre de cette recherche sur la date de réalisation de compositions comme celles des basiliques de La Skhira et d’El Mouassat, et cette prudence est confortée par la disponibilité des formes des croix gemmées en amont et en aval de la domination justinienne. Cette même prudence sera appliquée à la datation de la croix latine de la mosaïque tombale du temple-église de Thuburbo Majus, bordée du motif des fleurs de lotus tête-bêche comme à Uppenna52. Le baptistère dit de Kelibia me paraît, par contre, pouvoir être attribué à un moment contemporain de celui des œuvres majeures d’Uppenna (cf. ch. XV), ce qui n’est pas en contradiction avec l’estimation qui peut être proposée pour les mosaïques funéraires.

147Enfin, on avancera sans craindre d’anticiper sur les conclusions ultérieures que ces datations à l’époque vandale rendent plus complexe la détermination ecclésiologique. Tant qu’on est dans le « byzantin », l’identification apparaît relativement simple et la catholicité de la communauté du lieu à priori affirmée.

Notes

1 Dans le « narthex » de la chapelle, « hexagones en nid d’abeille ; dans les ailes latérales, conques et peltes imbriquées », Inv. Mos., p. 90.

2 F. Baratte a noté, à juste titre, que « les restaurations antiques de mosaïques n’ont guère suscité d’intérêt jusqu’ici ». Cet auteur illustre sa remarque sur le fait que « les maîtres d’œuvre ne reculaient pas devant la destruction volontaire d’un motif intact pour y insérer autre chose », en prenant l’exemple des conditions d’insertion de la mosaïque de l’évêque Honorius : F. Baratte, « Remarques sur les restaurations antiques dans la mosaïque », Bulletin de l’A.I.E.M.A, no 8,1980, p. 81-83. N. Duval insiste sur l’importance de l’examen des raccords pour une étude de chronologie relative en présence d’« une insertion brutale d’un panneau funéraire de type individualisé dans un pavement préexistant » (« Observations sur l’origine, la technique et l’histoire de la mosaïque funéraire chrétienne en Afrique » dans La mosaïque gréco-romaine, IIe colloque international, Vienne, 1971, éd. CNRS, p. 72).

3 Éléments dégageant à la fois la similitude et la commune paternité de ces deux mosaïques :
La composition d’ensemble. Dans la partie supérieure, la couronne denticulée qui entoure la croix est semblable, aux quatre coins les fleurons de lotus schématisés sont les mêmes. La seule différence notable, et dont l’importance ne doit pas être surestimée mais néanmoins prise en considération, réside dans la croix présentée sous un aspect quasi géométrique et abstrait dans la mosaïque de Quadratianus. Les deux épitaphes sont évidemment proches en ce qui concerne les formules : Quadratianus in pace vixit annis LX depositus die XV kal octobres, Baleriolus episcopus vixit annis LXXXII depositus die Image kal octobres. Enfin, la partie inférieure des deux mosaïques tombales est comparable, avec le même motif géométrique.
Lorsqu’on considère les couleurs des deux mosaïques, leur parenté s’affirme encore davantage. Ces deux mosaïques sont les seules d’Uppenna composées à partir de l’association des trois couleurs noir, rouge et vert sur fond blanc. Ces trois couleurs se succèdent dans le même ordre, à la fois sur la bordure et dans la couronne de chacun des deux pavements. Mosaïque de Quadratianus : bordure : noir/rouge/blanc(2)/rouge/noir ; couronne : noir/rouge/vert/blanc/vert/rouge/noir. Mosaïque de Baleriolus : bordure : noir/rouge/blanc(2)/rouge/noir/vert ; couronne : noir/rouge/ocre jaune/vert/blanc/vert/rouge/noir. Dans la bordure de Baleriolus, il y a un filet vert supplémentaire, et dans la couronne de ce même pavement une bande ocre jaune. Cette différence, minime, a une raison : les deux mosaïques n’ont pas la même largeur. Celle de Baleriolus est moins étroite (les deux diamètres de la couronne pour Baleriolus : 0,53 à 0,54 m – 0,35 m ; pour Quadratianus : 0,49 à 0,50 m – 0,32 m ; largeurs intérieures du champ épigraphique : 0,68 m et 0,60 m). La raison est simple : ces deux mosaïques ont été insérées dans des pavements, et dans le cas de Quadratianus, la structure géométrique de ce pavement imposait au mosaïste une largeur étudiée au centimètre près (cf. la ligne de séparation qui passe rigoureusement au milieu de la rangée des losanges effilés à deux pointes). Toutefois, si on affine l’analyse, on peut apprécier combien le mosaïste, qui a eu la responsabilité de la confection des deux œuvres, a organisé sa composition pour que subsiste, malgré cela, la même gamme de couleurs dans l’espace du champ épigraphique. Nous avons écrit que les trois couleurs de base étaient le noir, le rouge et le vert et que dans la mosaïque de Baleriolus, il y avait à l’intérieur de la bordure un filet vert. Voici les deux formules, inévitablement différentes puisqu’on ne pouvait placer le vert de la même manière dans la mosaïque de Quadratianus, qui ont permis l’association de ces trois couleurs. Quadratianus : lettres 1re et 4e lignes : noir ; 2e et 5e lignes : rouge ; 3e et 6e lignes : vert. Baleriolus : lettres : noir ; lignes : rouge ; filet intérieur de la bordure : vert.
La commune origine de ces deux mosaïques est apportée par la forme de chacune des lettres et la définition de l’espace les reliant. On pourra prendre en considération notamment la graphie des octobres de la dernière ligne, particulièrement la suite OBR.

4 « Le type III comprend essentiellement les deux épitaphes d’évêques, toutes deux datées du VIe siècle par Gauckler et effectivement apparentées. Mais celle d’Honorius (no 43) a été insérée dans un pavement du niveau inférieur tandis que celle de Baleriolus (no 16) est postérieure à un sol du deuxième état : on semble posséder ici la transition entre les deux niveaux principaux », N. Duval, « Les mosaïques funéraires de l’Enfida et la chronologie des mosaïques funéraires de Tunisie », Rivista di Archeologia cristiana, L, no 1-4, 1974, p. 170 ; id., La mosaïque funéraire dans l’art paléochrétien, Ravenne, 1976, p. 115.
Le désaccord porte également sur « le sol du deuxième état ». Il s’agit du deuxième état de Gauckler, celui de « la grande église » de l’époque de la reconstruction byzantine (le sol 4 de notre observation, à + 70 cm). Cette différence majeure d’appréciation a été déjà répertoriée – cf. ch. IV.
En ce qui concerne la chronologie relative des mosaïques de Baleriolus et d’Honorius, celle d’Honorius paraît antérieure à celle de Baleriolus dans la proposition de N. Duval, celle de Baleriolus est antérieure à celle d’Honorius dans ma proposition.

5 Le point commun entre les deux mosaïques est l’emploi de depositus sur l’épitaphe, qui n’est pas, à lui seul, suffisant pour établir une parenté entre des mosaïques des Ve-VIe siècles. Le fait que ce mot se retrouve sur les deux tombes d’évêques d’Uppenna n’est cependant pas sans signification (cf. ch. XI).
La mosaïque de Baleriolus, qui offre des traits communs avec les mosaïques de Quadratianus, mais aussi d’Emeritus, Reparatus, s’inscrit dans une relation de filiation avec des mosaïques du groupe II (cf. ci-dessous, ch. VIII, l’étude des mosaïques). Ainsi, la bordure à filets est habituelle autour des mosaïques du groupe II, certaines bordures sont à partie centrale blanche (Iulius Honorius, Lucilianus). La structure tripartite est très significative, même avec un compartiment inférieur en voie de réduction. La couronne rayonnante tressée est déjà sur les mosaïques de […]dio[…] C.2, et C.7. La croix monogrammatique s’annonce chez Fortunata C.17, se trouve chez Iulius Honorius, avec en plus deux étoiles – ici trois –, et en bas du pavement de Quintus. Les lignes avec réglures à filet simple existent notamment chez Iulius Honorius, Lucilianus, Maioricus. Le motif du bas est amorcé en fin de cinquième ligne chez Fortunata. La palette de couleurs noir (lettres), brun rouge (réglures) pour l’épitaphe se trouve déjà chez Quintus.
La mosaïque d’Honorius a une structure très originale, dont les points d’accroche visuelle sont la bordure – rectangles-carrés sur pointe alignés-, la couronne ouverte (se reporter ch. XII) et la croix. Il est intéressant d’observer également le choix de la palette de coloris sur cette mosaïque, ocre jaune/vert/noir, unique à Uppenna sous cette forme d’association, avec une exclusion quasi totale du rouge (une tesselle rouge au centre de la croix !).

6 Cette ouverture n’est pas exactement au centre du mur du fond de la fig. 16 : elle est décalée vers le sud ; le milieu de cette ouverture semble par contre dans le prolongement de l’axe médian de l’édicule (on pourrait l’expliquer par le fait que cet édicule a servi également à cette époque – surélévation des murs et troisième inscription possible ou probable). Mais les indications données par les chiffres déplacent assez significativement le milieu de cette ouverture vers le nord (le milieu de la base de colonne nord serait à peu près aligné sur l’arête extérieure du mur nord de l’édicule : pour cela comparer les distances sur les deux murs parallèles).

7 Très révélatrices d’une perception et d’une action sont les expressions suivantes : « Le pavement de la dernière époque, qu’il a fallu détruire pour explorer le sous-sol qu’il dissimulait » (Gauckler, Inv. Mos., p. 89).
« Je rencontrai…une première mosaïque grossière représentant des cercles entrelacés ; cette mosaïque ayant été traversée » et « après avoir percé la mosaïque grossière qui recouvrait tout le sol de l’édifice » (Robin, BAC 1905, p. 368).

8 La petitesse du cadre du rectangle 32 concorde avec le format d’une sépulture d’un enfant de deux ans (sur la photo, fig. 281, l’échelle est donnée par la représentation de la moitié de la base de colonne). Autre confirmation qu’il ne s’agit pas d’un sol byzantin, l’horizontalité relative du terrain au moment de la prise de photo. Or les fouilles ont été menées à partir du niveau supérieur par tranchées.

9 Cette pratique est, il est vrai, antérieure à la reconquête byzantine, comme nos observations ont pu le vérifier. Nous n’avons pas d’information sur le niveau de la tombe « à droite de l’abside », qui renfermait « huit crânes avec autant de squelettes », aux dires du P.V. de la troisième Mission et de Robin (BAC, p. 370).

10 La description que donne Robin des sarcophages « de basse époque…formés de pierres de taille posées verticalement et reposant sur les anciennes mosaïques. Le couvercle est en plusieurs fragments » (BAC, p. 370) correspond tout à fait à celui que nous avons découvert (pièce XVII).

11 L’observation, en 1906, d’une mosaïque plus haute que le sol le plus élevé de la basilique détruit depuis de longs mois, est inconcevable. La photo MB 475 (fig. 109), datée de février 1905, représente peut-être cette tombe sous les traits d’un caisson qui paraît éventré latéralement à deux endroits, accolée au mur est-ouest, et donc postérieure (de peu). Ce mur, sous sa forme photographiée ici, date probablement de la transformation des lieux à l’époque de l’état terminal d’utilisation de l’abside et de la cuve b, époque de la mosaïque d’Honorius. Il va être arasé à la cote + 70 cm pour servir partiellement d’assise à un stylobate de la colonnade nord de la nouvelle basilique.

12 N. Duval, Les églises africaines à deux absides, II, BEFAR, Paris, 1973, particulièrement : « Origine et rôle des contre-absides africaines », p. 353-373, et conclusion, p. 377-379.

13 N. Duval, Les églises africaines à deux absides, ibid., p. 366, 378.

14 Les propositions de N. Duval tiennent compte de cette incertitude concernant le moment du passage de la première à la deuxième église : « Le premier état aurait duré au moins jusqu’à la fin du Ve siècle ou le début du VIe » (Les églises africaines à deux absides, II, op.cit., p. 95 – cf. note suivante). « L’église peut-être détruite à une date indéterminée (plutôt au VIe siècle qu’à l’époque vandale) a été reconstruite à l’époque byzantine sur un plan plus vaste en gardant la même orientation » (« Réflexions sur l’architecture à plan rayonnant et ses rapports avec le culte des martyrs à propos de Manastirine (Salone), de Kelibia et d’Uppenna (Tunisie) », Disputationes Salonitanae, Split, 1975, p. 86). Dans le même sens : « Si notre datation est correcte, il est probable d’autre part que la seconde église n’a été construite qu’assez tard dans le VIe siècle (après la mort d’Honorius en tout cas) et non tout de suite après la reconquête » (La mosaïque funéraire dans l’art paléochrétien, op.cit., p. 116).

15 Hypothèse avancée par N. Duval : « Et si l’évêque Honorius enterré dans le baptistère du premier état est bien celui qui est connu par la Notitia de 484 (je daterais assez volontiers l’épitaphe de cette époque), ce premier état aurait duré au moins jusqu’à la fin du Ve siècle ou le début du VIe », Les églises africaines à deux absides, II, op.cit., p. 95.

16 Dans le cadre de mon travail sur Uppenna, j’ai pu intégrer la substance de cinq comptes rendus fournis par les responsables de ces investigations, Mme Ben Abed, MM. Bonifay et Fixot, parus dans les Mélanges de l’École française de Rome (MEFRA, t. 104, 1992, 1, p. 526-532 ; t. 105, 1993,1, p. 486-492 ; t. 106, 1994, 1, p. 484-486 ; t. 107, 1995, 1, p. 540-545 ; t. 108, 1996, 1, p. 495-499).

17 Ceci, bien entendu, avec les enseignements des publications attendues concernant des basiliques dont les mosaïques offrent des points de convergence avec celle d’Uppenna. Celle de Hergla évidemment – cf. les références données à la thèse de T. Ghalia. Celle de Henchir Sokrine avec, près de la cuve baptismale, une grande croix gemmée et deux agneaux (avec ici, des volatiles et des poissons) : F. Bejaoui, « Découvertes d’archéologie chrétienne en Tunisie », Actes du XIe Congrès international d’Archéologie chrétienne, EFR, 1989, p. 1937-1948 (fig. 10) ; « À propos des mosaïques funéraires d’Henchir Sokrine (environ de Lepti Minus en Byzacène) », L’Africa romana IX, 1991, p. 329-336 et 18 planches (pl. I et III,2) ; « Les grandes découvertes de l’Antiquité tardive » dans La Tunisie carrefour du monde antique, Les Dossiers de l’Archéologie, no 200,1995, p. 32-33. N’oublions pas non plus les mosaïques de la basilique d’Oued Ramel, malheureusement disparues (cf. ch. XV).

18 MEFRA, t. 105, 1993, 1, p. 490.

19 MEFRA, t. 104, 1992, 1, p. 530, et t. 106, 1994, 1, p. 485.

20 Voici le passage essentiel qu’il convient de citer :
« Une difficulté actuelle de la réflexion à leur sujet [ceci dans le texte concerne les mosaïques] vient certainement de la datation relativement haute que l’on proposerait volontiers. Les chercheurs déplorent de manière fréquente l’absence de critères stratigraphiques dans les recherches monumentales ; s’ils existent à Jdidi, le problème est de savoir s’ils sont valides. L’étude stratigraphique donne une séquence très dense et très cohérente qui fixe la construction de l’édifice au milieu du Ve siècle, la réfection de son tapis au plus tard vers la fin du premier tiers du VIe siècle, puis la reconstruction au milieu du même siècle. Des données chronologiques identiques ne seraient pas contestées pour un habitat, mais elles peuvent l’être pour un tel monument dans lequel le caractère ‘résiduel’ du matériel est plus probable que dans un sol occupé de manière plus commune. Il faut évidemment toujours avoir à l’esprit que de tels repères chronologiques ne fournissent qu’un terminus post quem et savoir conclure prudemment en conséquence », (MEFRA, t. 107, 1995, 1, p. 545).

21 MEFRA, t. 106, 1994, 1, p. 485-486.

22 MEFRA, t. 107, 1995, 1, p. 543.

23 Il serait néanmoins présomptueux d’avancer que toutes les mosaïques avec l’indication du jour de la mort étaient du sol 3 – l’exception possible étant celle de Fortunatus peut-être encore du sol 1, mais la mosaïque de ce défunt située dans le collatéral sud appartient à une typologie différente (la mosaïque du règne d’Hildiric porte en outre depositus. Sur ce point, se reporter à l’analyse du chapitre XI).

24 La difficulté tient à ce que nous ignorons si cette mosaïque avait été découverte au moment de la réalisation du calque de Robin. L’autre mosaïque sans case, celle de « Vadius » Donatianus, ne convient pas pour cet emplacement puisque nous savons qu’elle fut découverte par la suite (cf. Upp. I, P.V. de la troisième Mission p. 294).

25 MEFRA, t. 105, 1993, 1, p. 488.

26 Les ressemblances entre la mosaïque du règne d’Hildiric et l’épitaphe de Faonius dans leur relation avec un fond blanc sous-jacent constituent un argument pour une localisation de la deuxième mosaïque sur le sol 3. (Épitaphe stricte, à filet simple pour Faonius, à double filet double pour « Q[uadrat]i[lla] ». Sur le texte de la mosaïque de Faonius, il n’y a certes pas la mention du jour du décès ou de la déposition après in pace requiescat. Cette mention n’est pas davantage sur la mosaïque d’Emeritus, ni évidemment sur celle de Faustina et Spendeu – cf. ci-dessous l’étude d’ecclésiologie). L’emplacement de la mosaïque de Faonius signifierait néanmoins que le tapis de mosaïque blanche débordait l’alignement des colonnes – cf. case 21 du croquis de Robin – …mais ceci peut concorder avec l’élargissement de la nef centrale côté nord dans l’hypothèse du déplacement latéral de colonnes (cf. ch. IV et la signification à donner à la localisation des dalles au-dessus de la mosaïque de Bictoria – stylobate – ?).

27 La mosaïque d’Emeritus offre certains éléments de comparaison avec celle de Baleriolus (ch. XI), mais la structure d’épitaphe témoigne d’un déphasage par rapport aux formules des mosaïques de son époque, qui comportent la mention du jour de la mort ou de la déposition, alors que la sienne se situe, comme nous l’avons noté, en amont.

28 Tableau de durées des règnes de rois vandales dans Chr. Courtois, Les Vandales et l’Afrique, Paris, 1955, Appendice IV, p. 409. Dates proposées pour la mort du souverain ou celle de la fin de règne : Geiseric † 24/1/477 ; Huniric † 22/12/484 ; Gunthamund † 3/10/496 ; Thrasamund † 7/6/523 ; Hildiric 15/6/530 ; Gelimer 15/9/533.

29 Sur l’hypothèse que Faustina, décédée à l’âge de cinquante-trois ans et enterrée avant la réalisation de l’ensemble chœur oriental-deuxième mosaïque des martyrs, fut l’épouse de Baleriolus, D. Raynal, « La basilique d’Uppenna : de la période vandale à l’époque byzantine. Interprétation des résultats des fouilles de 1904-1906 », Africa VII-VIII, 1982 (p. 268-271).

30 Sur Sainte-Pudentienne, cf. R. Krautheimer, S. Corbett, W. Frankl, Corpus basilicarum Christianarum Romae, vol. III, Rome, 1971, p. 280-305 (chronologie p. 302-303) ; G. Matthiae, Mosaici medioevali delle Chiese di Roma, Rome, 1967, ch. II : Sainte-Pudentienne, p. 55-76 (p. 68-69).

31 P. Verzone, L’art du haut moyen-âge en Occident, Paris, 1975, p. 29-30 et 35-36.

32 A. Grabar, « Un reliquaire provenant de Thrace » Cahiers archéologiques, t. XIV, 1964, p. 59-65 (à propos des reliquaires de Yablkovo et Çirga…Sur l’iconographie de Constantin et d’Hélène autour de la croix, antérieure ou parallèle à celle de Pierre et Paul, et plus tard celle des deux agneaux affrontés).

33 Un exemple très significatif est celui du fragment de sarcophage provenant de la démolition de l’église Saint-Jérôme à Ravenne (cf. ici n. 41) (R. Bartoccini, « Frammenti di sarcofago cristiano dalla demolizione di S. Girolamo in Ravenna », Felix Ravenna, 1930, p. 1-8 ; G. de Francovich, « Studi sulla scultura ravennate », Felix Ravenna, 1959, p. 67 ; G. Bovini, « I principali monumenti paleocristiani del museo arcivescovile di Ravenna », XI Corso di Cultura sull’ Arte ravennate e bizantina, 1964, p. 52-53, fig. p. 55, 57 (pour le premier, tout début du VIe siècle, pour les deux derniers auteurs, de peu antérieur au milieu du Ve siècle). Également, la croix du sarcophage de Faustiniana (cité de Concordia) attribuée à « l’art local du Ve siècle », P.-L. Zovatto, Mosaici paleocristiani delle Venezie, Udine, sd, p. 54, fig. 49.

34 Culte attesté par Cyrille de Jérusalem dès 348-350. A. Frolow, La relique de la vraie Croix, Paris, 1961, p. 155 et 171 ; Ch. Pietri, Roma Christiana, I, BEFAR, 1976, p. 17, n.1. À noter, parallèlement aux constructions à Jérusalem (cf. les voyages d’Ethérie après 390 et de Mélanie avant 402), l’édification à Rome de l’église Sainte-Croix-de-Jérusalem, sous le règne de Constantin, dans un domaine impérial (R. Krautheimer, Corpus basilicarum Christianarum Romae, vol. I, fasc. III, p. 165-194 ; Ch. Pietri, Roma Christiana, op.cit. p. 14-17).

35 A. Frolow, s’appuyant sur les données de la numismatique, déduit que c’est la croix de Théodose II qui est à l’origine de la diffusion du modèle, « Numismatique byzantine et Archéologie des Lieux Saints. Au sujet d’une monnaie de l’impératrice Eudocie (Ve siècle) », Mémorial Louis Petit, Paris-Bucarest, 1948, p. 78-94.

36 Premier témoignage recensé à l’échelle de la chrétienté par A. Frolow. À noter cependant que le texte énonce non la Croix de Jérusalem mais « la terre de la Promesse où est né le Christ », P. Monceaux, Enquête 317 ; A. Frolow, La relique de la vraie Croix, op.cit., p. 158-159 ; Y. Duval, Loca Sanctorum Africae, I, EFR, 1982, notice 157, p. 331-337.

37 Ici, la basilique est consacrée à une relique de la croix, P. Monceaux, Enquête 319 ; A. Frolow, op.cit., p. 159 ; Y. Duval, op.cit., notice 167, p. 351-353. Y. Duval propose pour la datation vers le milieu du IVe siècle (p. 353).

38 P. Monceaux, Enquête 297 ; A. Frolow, op.cit., p. 173 ; Y. Duval, op.cit., notice 135, p. 284-287.

39 Y. Duval, Loca Sanctorum Africae, II, EFR, 1982, p. 616.

40 Notamment C. Rizzardi, « Frammento inedito di pluteo della pieve di Monte Sorbo », dans Felix Ravenna, 1979,1, p. 39-56 (p. 50-51) ; F.W. Deichmann, « Costantinopoli e Ravenna : un confronta », dans XXIX Corso di Cultura sull’Arte ravennate e bizantina, 1982, p. 143-158 (p. 156) ; R. Farioli, « Ravenna, Costantinopoli : considerazioni sulla scultura del VI secolo », XXX Corso di Cultura sull’Arte ravennate e bizantina, Ravenne, 1983, p. 205-253 (p. 205).

41 Comme en Afrique, les canevas comparables à ceux de la mosaïque du cerf et de la biche et du chœur oriental à l’époque de l’Antiquité tardive expriment une continuité avec des modèles bien antérieurs. On trouve l’association des structures de ces pavements à Rimini dans les fouilles du Marché Couvert, dans une séquence chronologique attribuée largement au Ve-VIe siècle (M.-G. Maioli, « L’edilizia privata tardoantica in Romagna : Appunti sulla pavimentazione musiva », XXXIV Corso di Cultura sull’Arte ravennate e bizantina, 1987, p. 209-230 (p. 220-225, et fig.4 p. 224). On notera ici la commande pour une destination civile et la réutilisation volontaire de matériaux d’époque romaine (p. 225). Le motif des coussins entrelacés avec limitation du jour au centre du petit cercle est bien représenté à Ravenne, à la basilique des Apôtres, à l’église du Saint-Sauveur (fin Ve-début VIe siècle), à la « Casa Traversari » (étude du motif dans P. Porta, « Un frammento musivo pavimentale conservato a Ravenna a ’Casa Traversari’ », dans Felix Ravenna, 1975, p. 129-139, respectivement fig. 3, 4, 1 ; également R. Farioli, Pavimenti musivi di Ravenna paleocristiana, Ravenne, 1975, p. 90-93). La croix gemmée d’Uppenna paraît à la rencontre des deux traditions de représentation sur les mosaïques – cf. les gemmes – et dans la sculpture où le cadre extérieur présente une forme carrée-rectangulaire approchant de celle de la mosaïque d’Uppenna – ce qui n’est évidemment pas le cas des mosaïques d’abside.
Sur les mosaïques, les références antérieures (Sainte-Pudentienne) et postérieures (Saint-Apollinaire in Classe, consacrée en 549) s’imposent – cf. l’étude de A. Lipinsky, « La ‘crux gemmata’ e il culto della Santa Croce nei monumenti superstiti e nelle raffigurazioni monumentali », VII Corso di cultura, 1960, p. 139-189, et surtout, pour les modelés des croix pattées aux bras terminés par une « goutte » ou une « olive » ou une « petite boule », très diffusés à partir de Saint-Vital ou Saint-Apollinaire in Classe, et déjà à Sainte-Pudentienne, mais pas à Uppenna ! G. Bovini, « Una singolare forma di croce attestata a Ravenna nei secoli VI e VII », XXII Corso di cultura, 1975, p. 119-143.
Dans la sculpture, les dalles de chancel de l’église Saint-Vital – commencée en 532, consacrée en 547 – et de Saint-Apollinaire le Neuf offrent des rapprochements (cf. A. Grabar, L’âge d’or de Justinien, Paris, 1966, fig.315-317, p. 273-275), la première surtout avec l’association de la croix pattée, la présence de coussins entrelacés et une bordure évoquant les fleurs de lotus d’Uppenna (sur celles de Saint-Apollinaire le Neuf, cf. C. Rizzardi, « Frammento inedito di pluteo della pieve di Monte Sorbo », op.cit.).
Le rapprochement le plus significatif me paraît, toutefois, être avec le fragment du sarcophage provenant de la démolition de l’église Saint-Jérôme à Ravenne – se reporter à la note 33. Je décèle trois motifs de rapprochements : 1° la forme de la croix, grecque à Ravenne, s’en approchant à Uppenna ; 2° et 3° la localisation des agneaux avec les deux éléments suivants : 2° sur les bras horizontaux de la croix à Uppenna, en prolongement de ces bras pour six d’entre eux à Ravenne ; 3° sur le sarcophage ravennate, les douze agneaux – c’est-à-dire les douze Apôtres – à la fois au-dessus et au-dessous des bras de la croix, ce qui correspond à la convergence des noms des martyrs en deux groupes dissociés par les bras de la croix sur la mosaïque d’Uppenna. Rappel de datation de la sculpture : peu avant le milieu du Ve siècle (G. Bovini et G. de Francovich), et commencement du VIe siècle pour R. Bartoccini.

42 Thrasamund était beau-frère de Theodoric, ayant épousé en deuxièmes noces, autour de 500, Amalafrida, la sœur – ou demi-sœur – de Théodoric – cf. Procope, La Guerre contre les Vandales, L. I, VIII,11-12 : « À la mort de sa femme, qui n’avait enfanté ni garçon ni fille, Trasamound, qui voulait donner à sa royauté le maximum de solidité, dépêcha des émissaires auprès du roi des Goths, Theuderic, pour lui demander en mariage sa sœur Amalafrida, dont le mari venait justement de mourir. Theuderic lui envoya alors sa sœur, et avec elle, à titre de garde personnelle, mille Goths de noble origine, qu’escortaient, comme serviteurs, environ cinq mille guerriers » (trad. D. Roques, Paris, 1990, p. 57). Sur Thrasamund, Amalafrida, cf. Chr. Courtois, Les Vandales et l’Afrique, op.cit., p. 266-267 et Appendice III, no 36-38, p. 401.

43 « De surcroît, il entretint des relations exceptionnellement amicales avec l’empereur Anastase », Procope op.cit., L. I, VIII,14 (p. 57).

44 Procope, ibid., L. I, IX,5.

45 1° Théodose II, qui avait fait ériger la croix gemmée de Jérusalem de 420, était, du côté maternel, l’arrière-grand-père d’Hildiric. 2° La mère d’Hildiric, Eudocie, avait fui son mari Huniric en 472, gagné Constantinople et terminé sa vie à Jérusalem où elle se fit enterrer auprès de sa grand-mère Eudocie, l’épouse de Théodose II, après avoir légué ses biens, avant de mourir, à l’église de TAnastasis. Quant à Eudocie, la femme de Théodose II, on retiendra l’importance de la série de solidi de 443-444 portant au revers une Victoire soutenant une grande croix latine gemmée (cf. A. Frolow, « Numismatique byzantine et Archéologie des Lieux Saints », Mémorial Louis Petit, op.cit., avec fig. en encart, p. 78-79).
Par contre, sous Hildiric, les relations avec la monarchie ostrogothe se sont considérablement détériorées ! « Les Vandales cessèrent d’être les alliés et les amis de Theuderic et des Goths d’Italie pour en devenir les ennemis. Les Vandales, en effet, avaient mis en prison Amalafrida et massacré tous les Goths qui l’accompagnaient parce qu’ils leur reprochaient de comploter contre les Vandales et Ilderic » (Procope op. cit L. I, IX,3-4, p. 60).

46 Des inscriptions datées et des inscriptions présumées d’époque vandale ou se rapportant aux Vandales, Chr. Courtois, Les Vandales et l’Afrique, op.cit., Appendice II, p. 367-388 ; N. Duval, « Recherches sur la datation des inscriptions d’Afrique en dehors de la Maurétanie », Atti del III Congresso di Epigrafia greca e latina, 1957, Rome 1959, p. 245-262 (p. 249-250).

47 Recensions de F. Bejaoui : Inscription d’Henchir El Gousset, datée de la 26e année de Thrasamund (521), Bulletin des travaux de l’INAA, fasc. 1,1988, p. 17-18, fig.5, p. 27 et Africa XIII, 1995, p. 101-107. Caisse à reliques de la petite église de Bir El Hfay datée de la 7e année de Gunthamund (491), L’Africa romana VIII, 1990, p. 299-304, fig.32.

48 Ainsi, le nom du dédicant sur le pilier II de Thibiuca, qui surmonte une des trois grandes croix latines pattées qui étaient représentées sur deux des trois piliers retrouvés (cf. J. Cintas et G.-L. Feuille, « Église et baptistère de Thibiuca », Karthago III, 1951-2, p. 195-205 (pl. II, fig.3, p. 199). « Le nom du dédicant est Hégerit ; il paraît d’origine vandale » (p. 205 et n. 30).

49 La constatation en a été formulée par S. Lancel, « Victor de Vita et la Carthage vandale », L’Africa romana VI, 1988, p. 649-661 et notamment p. 650, où l’auteur, après avoir remarqué que l’Afrique vandale avait été assez peu présente dans la bibliographie après le livre de Chr. Courtois « jusqu’à la fin des années 70 » poursuit : « Parallèlement aux travaux sur Victor de Vita de l’école italienne, cette bibliographie sur l’Afrique vandale s’étoffe de façon spectaculaire, depuis quelques années, grâce aux acquis de la campagne internationale de Carthage : on sait que, dans les niveaux romains, ces fouilles ont surtout porté sur les aspects les plus tardifs des Ve et VIe siècles. »
Également pour Carthage, état de la question : F.-M. Clover, « Carthage and the Vandals, Excavations at Carthage 1978, conducted by the University of Michigan », vol. VII, Ann Arbor, 1982, p. 1-22. Tableau des basiliques de Carthage avec identification littéraire ou archéologique : W.H.C. Frend, « The early Christian church in Carthage, Excavations at Carthage 1976 », vol. III, p. 36-40, University of Michigan, Ann Arbor, 1977. Recension des publications sur Carthage, N. Duval, Revue des Études anciennes : t. 92 no 3-4, 1990, p. 380-385 ; t. 95 no 3-4,1993, p. 594-603.

50 Sur la pauvreté architecturale et les lacunes de l’entretien : F. Rakob, Cedac Carthage, Bulletin 2, 1979, p. 28 ; N. Duval, Revue des Études anciennes, t. 92, p. 359. Sur la construction d’église (en l’occurrence celle de Saint-Agilée), L. Ennabli et S.-T. Stevens, Bir el Knissia at Carthage : a rediscovered cemetery church. Report no 1 (INP – University of Michigan, Ann Arbor, 1993, p. 14).

51 L. Maurin, « Thuburbo Majus et la paix vandale », Les Cahiers de Tunisie, no 57-60,1967, p. 225-254.

52 A. Merlin, BAC 1912, p. CCLXXVII. L. Maurin, « Thuburbo Majus et la paix vandale », op.cit., p. 237. N. Duval, BAC 1971, p. 283. A. Ben Abed-Ben Khader, M. Ennaifer, M. Spiro, M. Alexander, Corpus des Mosaïques de Tunisie, vol. II, fasc.2, Tunis, 1985, no 186B, description p. 59, ill. pl. XXV et LIII. – « Date : Ve/VIe s. d’après le style » (p. 59).

Table des illustrations

Légende Fig. 278-280. Traits de ressemblance entre la mosaïque de Baleriolus (fig. 279) et la deuxième mosaïque de Quadratianus (fig. 280) (photos prises au musée d’Enfidha).
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/20236/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 413k
Titre Relevés conservés aux archives de l’INP.
Légende (Fig. 15). Côté nord, développement à l’est des cuves baptismales. En haut, à droite, la localisation du pavement géométrique avec l’épitaphe de Quadratianus (cf. Upp. I, p. 116, et, ici, ch. IV, p. 302).
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/20236/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Légende (Fig 16). Perspective tracée depuis la nef en direction de l’est. Au-delà des monuments des martyrs, murs de la basilique byzantine (cf. Upp. I, p. 117).
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/20236/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 206k
Légende Fig. 281
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/20236/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 103k

© Presses universitaires du Midi, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.