Version classiqueVersion mobile

Archéologie et histoire de l’Église d’Afrique. Uppenna II

 | 
Dominique Raynal

Les investigations de 1971 et des années ultérieures

Chapitre III. Les monuments des martyrs, le chœur oriental

Les murs d'axe nord-sud

Texte intégral

1Notre documentation se compose essentiellement des documents d’archives 1905-1906, c'est-à-dire des quelques clichés et croquis pris à l'époque et qui offrent un réel intérêt. Malheureusement, ils ne sont ni aussi précis ni aussi nombreux, du moins ceux qui sont parvenus jusqu'à nous, qu'on le souhaiterait.

2Les P.V. d'une double Mission archéologique demeurent, malgré les conditions de la fouille et les imprécisions du rapport, la source d'information écrite la plus significative. On se reportera donc au texte reproduit en Annexe de Uppenna I. Nous y adjoindrons l'observation des vestiges remis au jour lors de la campagne de 1971 et ultérieurement.

3En synthèse de ce chapitre, je propose les deux reconstitutions – emplacement et coupe – des localisations respectives des monuments des martyrs et du chœur oriental – fig. 182-183.

1. ANALYSE DES DOCUMENTS DES ANNÉES 1900

LA GRANDE MOSAÏQUE DES MARTYRS

4Robin avait mis au jour la grande mosaïque des martyrs (Upp. I, fig-5).

Description
Le tableau, délimité par un filet simple, est centré sur l'association de la représentation d'une croix gemmée et l'énoncé en deux temps d'une liste de martyrs. Le haut de la croix pénètre le cadre de la partie supérieure de l'inscription ; le bas est entouré de la dernière ligne ; les bras horizontaux surmontent la deuxième partie du texte. Deux agneaux s'avancent sur les montants de la croix, séparés du bras vertical par une tige de fleurs à pétale triple, qui a pris naissance sur la croix-arbre de vie. Deux grandes tiges dont la base se trouve à hauteur des extrémités des bras de la croix complètent cette représentation et accentuent la force du lien entre les agneaux et la croix, tout en rapprochant les deux parties de l'inscription.
La croix latine est presque une croix grecque. Elle est incrustée de gemmes en formes d'oves-fuseaux-et de carrés ; chacun de ces motifs, au nombre de neuf, est séparé de son complémentaire par deux perles – exceptionnellement une. Un chapelet de perles est serti le long des contours des bras de la croix.
Bordure séparée du tableau central par trois rangs de tesselles blanches, à contour à un filet, côté extérieur, et à filet double, côté intérieur, avec ruban ondé et fleurs de lotus tête-bêche, au nombre de quarante-quatre. Les fleurons, dans les angles, sont en voie d'éclosion. Deux fleurs, dans le bandeau du haut, et une fleur, dans celui du bas, ont dû être comprimées.
La limite de la mosaïque – bordure externe – semble avoir été constituée d'un filet simple séparé de la bordure proprement dite par trois rangs de mosaïque blanche sur trois côtés et quatre rangs en haut (côté est).
L'analyse de l'épitaphe est réservée au chapitre XIII.
Dimensions
Dimensions totales : ~ 2,48 m x 2,71 à 2,73 m (peut-être plus s'il y avait une frange supplémentaire de mosaïque blanche) ; tableau avec fleurs de lotus : 2,33 à 2,35 m x 2,59 à 2,60 m, largeur de la bordure – 0,25 m ; tableau proprement dit, intégrant le filet simple : 1,71 m x 2 m. Croix : 1,51 m x 1,405 m ; largeur des bras : 0,155 m à 0,16 m ; extrémités pattées : 0,26 m (bas), 0,225 m (haut), 0,18 m et 0,185 m (gauche et droite – avec filet extérieur blanc : 0,195 m et 0,205 m) ; gemmes : carrés (le plus grand : 0,075 m x 0,06 m, – avec contour blanc : 0,11 m x 0,95 m), oves (le plus grand : 0,11 m x 0,05 m – avec filet blanc : 0,155 m x 0,075 m). Lettres : 1.1 = 8 cm, 1.2 =9 cm, 1.3 =11 cm, 1.4 =10 cm, 1.5 =9,5 cm, 1.6 =9,5 cm, 1.7 =10 cm, 1.8 = 9,5 cm, 1.9 =9,5 cm. À noter que les lettres des deux premières lignes sont plus réduites. Taille des agneaux : de l'oreille à la patte : 0,46 m (gauche), 0,45 m (droite), du poitrail à la queue : 0,41 m et 0,38 m. Tiges des fleurs : 0,44 m et 0,60m.
Couleurs
Filets simples de bordures, fond de bordure centrale et contour des fleurs de lotus, lettres : vert sombre et différences de nuances allant du marron, gris ardoise, au noir.

(Uppenna I, fig. 5)

Filet double de bordure centrale, côté intérieur : vert sombre (et nuances)/vert.
Coeur des fleurs de lotus. Celles qui s'ouvrent vers l'extérieur : vert/ocre jaune/blanc ; celles qui regardent l'intérieur : brun rouge/rose/blanc.
Croix. Filet intérieur : brun rouge (= brique) ; ligne de perles : blanc et vert, alternativement – au bas de la croix : vert et ocre jaune. Intérieur de la croix : brun rouge (= brique). Carrés et oves : extérieur blanc ; intérieur vert, puis ocre jaune ou rose, – dans la disposition : bras horizontaux, de gauche à droite : 1,2,5 (= motif central), 8 = ocre jaune, 3,4,6,7,9 = rose ; verticalement, de haut en bas : 1 à 8 = ocre jaune, 9 et 10 =rose.
Tableau des agneaux. Fond : vert (vert clair, moyen – mêmes tonalités que les verts de l'intérieur des gemmes ou des fleurs de lotus) ; définition des agneaux : pattes : ocre jaune ; museau : brun rouge et ocre jaune ; paupières : vert sombre, en haut, brun rouge en bas ; oeil : vert sombre.
Au total, tableau d'une grande lisibilité, avec le traitement des cadres et lettres en vert sombre (et nuances), la partie centrale ordonnée autour de l'opposition des couleurs brun rouge(= brique) de la croix, vert de différentes nuances dans les compartiments des agneaux.

5Cette mosaïque était couverte de "mortier de ciment". Dans la lettre à Gauckler, datée du 27 novembre 1904, il écrivait qu'il dut commander de l'acide chlorhydrique pour lire une partie de l'inscription (Upp. I, fig.4)

6Sur les quatre côtés, ce pavement était entouré d'un muret qui fut surélevé après coup. Monceaux supposait que ce mur "soutenait sans doute un ciborium" (Enquête 334, p. 330). La hauteur de ce mur n'a pas été, à l'époque, précisée.

7Deux photos de 1905 subsistent, montrant la face antérieure, côté ouest, de cet édicule rectangulaire, avant qu'elle ne soit à moitié démolie. Il s'agit du cliché de la fig. 108 et de la fig. 129 avec la mosaïque de l'évêque Baleriolus insérée dans le pavement du chœur oriental et, au deuxième plan, la face antérieure de cet édicule. Quatre éléments de cette photo attirent notre attention : la mosaïque géométrique dressée contre la face extérieure de l'édicule, le contrefort surajouté, à droite, des moellons en surplomb au-dessus de la mosaïque géométrique, indices à tout le moins d'une transformation et sans doute d'une surélévation de la face antérieure de l'édicule, enfin, les taches noirâtres (de terre ?) sur le mortier, à gauche de la mosaïque. Ces taches nous permettent de faire le lien avec celles de la fig. 108, puisqu'on les retrouve identiques, et donc de confirmer que ce qui apparaît en plus clair sur cette photo 108 était bien le pavement du chœur oriental.

8La fig. 130 (traitement de la planche XXIV des NAM 1907 – cf. Upp. I, fig. 101) est une photo prise immédiatement avant le début des investigations de la première Mission. On déplore une première mutilation, celle de la mosaïque géométrique verticale. Par la brèche, on visualise la plate-forme de la grande mosaïque des martyrs, en place. La dénivellation entre cette mosaïque surélevée et le pavement du chœur oriental ne peut être estimée qu'au vu de cette photographie. Elle paraît se situer autour de 40 cm. Cette plate-forme est évidemment plus basse que le sol des bases de colonnes de la fig. 108, et donc de celle, à l’extrême droite, de la fig. 130.

Fig. 129. Vue prise d’axe ouest-est, montrant au premier plan la mosaïque de l’évêque Baleriolus, insérée dans le pavement du chœur oriental, et dans la partie supérieure du cliché la face ouest de l’édicule contenant la deuxième mosaïque des martyrs. Fonds Prélature.

Fig. 130. Photo reproduite, Upp. I, fig.101, extraite du Rapport sur des inscriptions latines de Gauckler, NAM, t. XV, pl. XXIV. Seule photo connue représentant la deuxième inscription des martyrs disposée sur la plate-forme à l’intérieur de l’édicule. Cette plate-forme a été établie une quarantaine de centimètres au-dessus du sol du pavement du chœur oriental. À l’extérieur, à droite du cliché, on observe une partie de la base de colonne, la cinquième de la colonnade sud de l’église byzantine (se reporter pour comparaison à la fig. 108). Cette base de colonne confirme la considérable surélévation du sol de l’église byzantine par rapport au sol du pavement du chœur oriental et l’antécédence de la deuxième mosaïque des martyrs. La surélévation du sol byzantin est de 70 cm (fig. 6-7).

9Cela confirme absolument que cette mosaïque des martyrs est antérieure au sol de la "grande église", byzantine.

10On observera également que les faces intérieures de l’édicule étaient recouvertes d’un mortier blanc piqueté.

11L’étude du contenu de l’inscription, sa signification ecclésiologique, sera développée au chapitre XIII.

LE CHŒUR ORIENTAL, PAVEMENT ET SÉPULTURES

LE PAVEMENT DU CHŒUR ORIENTAL

12Devant ce compartiment rectangulaire, se trouvait donc le pavement du chœur oriental dans lequel étaient insérées les mosaïques de l’évêque Baleriolus, de Faustina, de Spendeu.

  • 1 Fragment de 13 à 16 cm de côté, trouvé dans les remblais à l’ouest des absides, donc relativement l (...)

13Trois anciennes vues du pavement permettent sa reconstitution presque complète (fig. 131-133). Le musée d’Enfidha conserve la mosaïque de Baleriolus (fig. 136) et le rectangle de l’angle nord-ouest avec les épitaphes de Faustina et Spendeu (fig. 135). Le reste du pavement a disparu, mais le cliché MB 493 (fig. 137) reproduit la rangée des motifs au sud de l’épitaphe de l’évêque (se repérer avec la fig. 131). J’ajoute à la série des clichés un petit fragment de la bordure découvert en 1971 dans les déblais (fig. 134)1.

14P. Gauckler avait décrit ainsi ce pavement :

  • 2 Les dimensions 3,40 m x 3,15 m, données par Gauckler, sont celles de la largeur (nord-sud) et de la (...)

"Riche tableau décoratif rectangulaire (3,40 m x 3,15 m) bordé de fers à cheval, alternant avec des fleurons de lotus ; dans toute l'étendue du champ, carreaux alternant avec des croix grecques et des octogones qu’encadrent, en les séparant, des losanges géminés. Dans les médaillons carrés, divers ornements géométriques ; dans les croix, des torsades ; dans les octogones, des couronnes, des guirlandes, des paniers de fleurs et des fruits. Des mosaïques tombales ont été encastrées à diverses reprises dans ce pavement, qui a été retrouvé en excellent état de conservation." Inv. Mos., p. 90)2.

  • 3 L'emploi du mot "horizontal" est déterminé par la disposition des corbeilles tressées.
  • 4 Il est intéressant de déterminer comment les mosaïstes ont œuvré et d'en déduire leurs choix et con (...)

15La planche 138 propose une reconstitution du pavement à partir des clichés dont nous disposons. La grande incertitude concerne le côté sud. On peut tenir pour acquis que le tableau intégrait, sur ce côté, les bras horizontaux3 de deux croix (visibles pour l'une sur la fig. 131). C'était très certainement sa limite4. L'interrogation concerne la présence ou non d'une bordure. Aucun cliché ne pousse suffisamment l'investigation, côté sud, pour apporter une réponse dans un sens ou dans l'autre. Il est naturel de penser que ce pavement disposait d'une bordure sur son côté sud. C'est cette représentation, qualifiée de forte probabilité, que donne la planche 139. La planche 140 propose une reconstitution du pavement dans son état antérieur à l'insertion des épitaphes des trois défunts.

16Dans l'angle sud-ouest du pavement, tout à fait en haut de la fig. 131, on discerne l'extrémité d'un bloc. Il s'agit d'un des blocs de la large assise du soubassement de la base de colonne byzantine. Ces blocs ont cassé l'angle du pavement du chœur oriental. En effet, ils s'enfonçaient plus profondément (ce qu'on déduit déjà à l'observation du cliché) puisque d'autres blocs de la même assise ont mutilé les mosaïques C.7-C.8 situées au sol 1, à une vingtaine de centimètres sous le pavement du chœur oriental (cf. fig. 78).

Fig. 131-132. Anciens clichés représentant le pavement du chœur oriental, fig. 131 – MB 333 –, vue prise d’axe est-ouest ; fig. 132 – MB 335 – vue prise d’axe sud-est-nord-ouest. Les deux plaques de verre sont datées de février 1905. Dans le coin supérieur gauche de la fig. 131, des blocs de soubassement de la quatrième base de colonne sud de l’église byzantine ont mutilé le pavement du chœur oriental. Des blocs de soubassement de la même base de colonne ont également mutilé les mosaïques C.7, C.8 disposées sur le premier sol (fig. 78).

Fig. 133. Ancien cliché représentant le pavement du chœur oriental. Axe de prise de vue ouest-est. Fonds Prélature.

Fig. 134. Fragment de la bordure du pavement du chœur oriental trouvé en 1971 dans les remblais à l’ouest des absides (dimensions : 13 cm x 16 cm).

Fig. 135. Partie nord-ouest du pavement du chœur oriental intégrant les épitaphes de Faustina et de Spendeu, conservée au musée d’Enfidha.

Fig. 136. Mosaïque tombale de l’évêque Baleriolus au musée d’Enfidha.

Fig. 137. Partie du tapis du chœur oriental, située au sud (cf. fig. 131), découpée, montée sur châssis, photographiée en 1906-1907-MB 493 – et disparue aujourd’hui.

Fig. 138. Reconstitution du pavement du chœur oriental, sans l’éventuelle bordure sud, comportant les mosaïques de Baleriolus, Faustina, Spendeu.

Fig. 139. Reconstitution du pavement du chœur oriental, avec l’éventuelle bordure sud, comportant les mosaïques de Baleriolus, Faustina, Spendeu.

Fig. 140. Reconstitution du pavement du chœur oriental. État antérieur à l’insertion des mosaïques des défunts.

  • 5 La découverte récente du cliché de la fig. 133, dans les archives de la Prélature, permet de représ (...)

17La qualité de l’insertion de la mosaïque de Baleriolus ne peut se comparer à celle des épitaphes de Faustina et Spendeu. Il a fallu casser le pavement du chœur oriental pour enterrer l’évêque. Les fig. 131 à 133 montrent l’étendue des dommages faits au tapis préexistant5. Il sera d’un grand intérêt de procéder à une comparaison avec les modalités de l’insertion de la mosaïque supérieure de Quadratianus, semblable à celle de Baleriolus, dans le pavement géométrique, à l’est des fonts baptismaux (pièce XVI) (fig. 221 et 224) et avec celle, toute differente, de la mosaïque de l’évêque Honorius, dans le pavement du "cerf et de la biche" (fig. 30 – Upp. I–, et ici, fig. 200, 203).

18Il faut être plus attentif pour déduire que les épitaphes de Faustina et Spendeu furent, elles aussi, intégrées après la confection du pavement du chœur oriental. Ces deux défunts avaient été enterrés avant et non après la réalisation du chœur oriental. Mais la comparaison du panneau conservé au musée d’Enfidha (fig. 135) et des autres clichés – d’abord le fragment de la fig. 137 – prouve qu’il n’y avait pas, dans la composition initiale, la mention du nom de la défunte et de l’enfant.

  • 6 La comparaison entre les fig. 135 et 137 permet de se faire une idée précise de la manière dont le (...)

19L’épitaphe de Faustina couvre, en effet, entièrement le carré de l’angle nord-ouest mais il a fallu supprimer les torsades. Pour intégrer le texte de Spendeu, on a utilisé la moitié de l’octogone et de la couronne au centre de cet octogone. On a condensé l’inscription afin de ne pas empiéter sur le carré suivant ni sur la croix. En observant de près, on s'aperçoit que l'environnement immédiat de ces épitaphes fut modifié, ce qui prouve bien qu'il y a eu insertion et non composition originelle. Ainsi les croix comportent, toutes, trois boucles dans chaque branche mais la croix du fragment du musée d'Enfidha, à droite de l’inscription de Spendeu, n'en comporte que deux. La compression latérale de la croix a imposé une compression verticale approximativement identique puisque c'est une croix grecque. Pour cette raison, on trouve au-dessus de la branche supérieure cet ajout peu esthétique dans lequel a été dessiné un losange6.

Fragment de pavement du chœur oriental, transformé pour intégrer les épitaphes de Faustina et Spendeu, retouché dans les années 1900 et conservé au musée d'Enfidha : fig. 135.
Description. Composition fondée sur la complémentarité des carrés, des octogones, des croix grecques, reliés par des losanges. Bordure : filet simple extérieur puis bandeau faisant alterner des arceaux et des fleurs de lotus à la base denticulée irrégulièrement.
Dimensions. Cadre du fragment conservé : 1,505 m (côté ouest) x 1,31 m (côté nord). Arceaux – face ouest – : 0,20 à 0,22 m d'ouverture, et 0,15 m de hauteur ; – face nord – 0,165 à 0,19 m d’ouverture, et 0,14 m de hauteur. Fleurs de lotus : base : 0,07 à 0,08 m à l'ouest – 0,055 à 0,07 m au nord – ; sommet : 0,20 à 0,22 m (ouest), 0,16 m (nord).
Cadre conservé du décor central : 1,35 m (ouest) x 1,08 m (nord). Carré dans lequel a été disposée l'épitaphe de Faustina, – dimension prise à partir du filet simple (extérieurement) – : 0,685 m (nord-sud) x 0,635 à 0,65 m (est-ouest). Octogone : hauteur 0,46 m, largeur 0,40 m, côtés latéraux 0,21 m, horizontaux 0,20 m, obliques 0,15 à 0,19 m. Corbeille tressée dans l'octogone : base 0,155 m, hauteur 0,385 m, diamètre supérieur 0,36 m ; demi-couronne entre les épitaphes de Faustina et Spendeu : diamètre 0,395 m et 0,235 m (ext-int), hauteur 0,205 m et 0,125 m avec demi-carré dentelé sur pointe. Croix grecque – mais transformée et incomplète – horizontalement et verticalement 0,445 m et 0,48 m ; bras horizontal gauche (vers l'ouest) 0,22 m de large. Losanges : diagonales : 0,28 m et 0,10 m ; côtés : 0,15 m.
Couleurs. Filets, traits et contours : noir. Bordure : arceaux – intérieur – : vert puis vert et ocre jaune en mélange ; fleurs de lotus – intérieur – brun rouge avec des incrustations de vert et ocre jaune/noir. Croix : fond noir ; contours des bras, filets : ocre jaune ; boucles : noir, brun rouge, ocre jaune quelque fois du vert. Couronne : noir/brun rouge/vert olive/ocre jaune/beige clair/ocre jaune/vert olive/brun rouge/noir.
Corbeille tressée : ocre jaune, brun rouge et vert olive. Losanges : noir/vert olive/ocre jaune/noir/beige clair et noir ; et : noir/vert (2)/noir.

  • 7 Le regrettable tas de terre, sur les fig. 131 et 132, interdit de prouver que le carré sur pointe s (...)

20Les transformations qui affectèrent ce fragment de chœur oriental, avec les deux épitaphes, se poursuivirent au début du XXe siècle ! Le losange au-dessus de la corbeille à fleurs est une production de 1906 (fig. 135). En effet, sur la photo prise en février 1905 (fig. 132), c'est tout naturellement la fin de la boucle au bas de la branche verticale de la croix qui apparaît7.

  • 8 La mosaïque de Baleriolus disposait, sur le site, d'une bordure extérieure dentelée (fig. 131-133). (...)
  • 9 Voici les deux formulations : celle des P.V. et celle de Gauckler dans l'Inventaire. P.V. (p. 20) : (...)
  • 10 "Je vous signalerai seulement une grande mosaïque de 4,50 m/3,50 m se trouvant devant le tombeau de (...)
  • 11 Des deux dimensions données par les P.V., c'est la dimension est-ouest (3,15 m) supérieure de 15 cm (...)

21Je parviens à l’estimation suivante des dimensions du pavement du chœur : 3,02 m (± 5 cm) pour l’alignement est-ouest, et 3,82 m (± 10 cm) pour l’axe nord-sud. Cette estimation est fondée sur les dimensions de la mosaïque de Baleriolus et du panneau avec les épitaphes de Faustina et Spendeu au musée d’Enfidha8. L’importance de la marge d’erreur que l’on s'accorde tient à l'impossibilité dans laquelle nous sommes de mesurer les différents éléments constitutifs, particulièrement les carrés, peut-être légèrement dilatés dans le sens nord-sud. Les P.V. d'une double Mission, repris en cela par Gauckler, donnent pour le tableau 3,15 m x 3,40 m9. Robin, dans sa lettre du 22 janvier 1905, 3,50 m x 4,50 m10. Ces chiffres sont moins contradictoires qu'il ne paraît, même s'il faut reconnaître qu'ils posent problème11.

  • 12 S. Gozlan, La maison du triomphe de Neptune à Acholla (Botria-Tunisie), I, Les mosaïques, INAA-EFR,(...)

22La présence de la composition croix, octogones, losanges, carrés (fig. 140) à Uppenna offre un intérêt certain. Cette trame a commencé à apparaître au tournant des premier et deuxième siècles. Madame Suzanne Gozlan a recensé, en Afrique du Nord, des pavements de cette typologie, celui d'Uppenna étant le septième et le plus récent12.

  • 13 M. Fendri, "Évolution chronologique et stylistique d'un ensemble de mosaïques dans une station ther (...)

23Le pavement du chœur oriental offre également des ressemblances avec la célèbre mosaïque des Quatre saisons aux thermes romains de Djebel Oust, étudiée par M. Fendri, sur laquelle les octogones ont été remplacés par des hexagones13.

  • 14 A. Carandini, A. Ricci, M. de Vos, Filosofiana. La Villa di Piazza Armerina. Immagine di un aristoc (...)
  • 15 R. Bianchi Bandinelli, Rome, la fin de l'art antique, Coll. L'Univers des formes, Paris, 1978, p. 2 (...)
  • 16 J.-P. Caillet, L'évergétisme monumental chrétien en Italie et à ses marges d'après l’épigraphie des (...)
  • 17 U. Fasola, "Lavori nelle Catacombe", Rivista di Archeologia cristiana, LIV, 1-2, 1978 p. 16 à 19 (f (...)

24Au-delà de la Méditerranée, on retrouve les magnifiques compositions de Piazza Armerina14 où travaillèrent les ateliers africains15, et dAquilée16, toutes deux datables de la deuxième décennie du IVe siècle, mais aussi à Rome, dans l'hypogée de la "Villa Cellere"17.

25La production d'Uppenna, que nous datons de l'époque vandale, affirme à la fois une survivance et l'expression d'une nostalgie antiquisante. Rappelons que d'après l'interprétation traditionnelle, ce pavement est considéré comme de l'état byzantin, ce qui éloignerait encore un peu plus des racines du modèle originel. Nous observerons qu'à Uppenna, les mosaïques funéraires de l'époque vandale se veulent dans la continuité d'une évolution de composition par rapport aux œuvres du IVe-début Ve siècle.

UN PREMIER CHŒUR ORIENTAL ? LES SÉPULTURES SOUS LE PAVEMENT DU CHOEUR ORIENTAL

26La Commission ecclésiastique d'Archéologie chrétienne fit enlever, le 15 juin 1905, la mosaïque de l'évêque Baleriolus, fouiller la tombe. Trois semaines plus tard, le 5 juillet, le reste du pavement du chœur oriental fut ôté.

  • 18 "Pendant les travaux de déblaiement, on reconnaît plusieurs portions d'une mosaïque antérieure à ce (...)

27Les P.V. d'une double Mission apportent une première indication importante avec la présence de restes de mosaïque blanche appartenant au premier sol, vestiges d'un possible premier chœur oriental18.

28Les sépultures dégagées, outre la tombe de Baleriolus (P.V., p. 12), sont la tombe du jeune adulte, enduite en ciment (p. 20), les sépultures de Faustina et Spendeu (p. 21), l'excavation avec dépôt d'ossements sous la sépulture de Baleriolus (p. 22), un dépôt d'ossements dans une tombe à tuiles contrebutées, côté sud (p. 22). On retiendra aussi la présence d'ossements d'enfants en très bas âge (p. 21), confortant notre hypothèse d'un emplacement privilégié pour les sépultures d'enfants dans ce secteur (cf. mosaïques et tombes des audientes, de Bernacla, l'âge de […]dio[...], etc.). Il y eut également, sur le pourtour, les découvertes des mosaïques de Bictoria (p. 23) et de la partie inférieure d'une inscription disparue depuis (p. 21), – les pages des P.V. sont reproduites, Upp. I, p. 270-283.

29Aux croquis de localisation des sépultures et à la photo prise par le chanoine Raoul (Upp. I, fig. 48) contenus dans les P.V – cf. Annexe de Upp. I – que l'on retrouvera dans ce chapitre, fig. 1421-2, 1491-2, 1501, je joins deux dessins conservés à la Prélature. Le premier (fig. 141) est très schématique. Le second – fig.1422 –, œuvre du chanoine Pavard, est la réplique de celui qui fut donné à l'imprimeur pour la confection définitive du croquis (fig.1421). Les formes évolueront cependant dans la version définitive pour respecter les proportions indiquées par le chanoine Pavard.

30La documentation des années 1900, dont nous disposons pour ce secteur, est certes un peu plus étoffée que pour d'autres parties de la basilique. Son traitement s'avère pourtant fort délicat en raison de la conjonction de trois éléments mis en évidence dans les pages qui suivent :

  • le manque de précision et quelquefois de clarté du texte des P.V. ;

  • les déficiences des croquis du chanoine Pavard ;

  • une non superposition du pavement du chœur oriental et du périmètre des fouilles sous-jacentes.

La tombe de l'évêque Baleriolus et la tombe à fosse sous-jacente

31Tombe au premier plan de la fig. 1492. Les dalles de couverture étaient à 30 cm sous la mosaïque (P.V., p.12). Cette sépulture de 1,62 m de long sur 0,46 m de profondeur avait été disposée au-dessus d'une excavation pratiquée dans le sol naturel, remplie d'ossements appartenant à des morts de différents âges (P.V., p. 22).

32La seule indication supplémentaire, par rapport au texte publié, que donne pour l'ensemble de ce secteur l'avant-projet du P.V. de la troisième Mission porte sur le bas de la tombe de l'évêque : "Après avoir fait placer de côté et d’autre les pierres plates qui formaient en élévation le sarcophage, nous trouvons trois tuiles qui faisaient le fond de la tombe. Elles reposent sur un mince lit de béton". C'est une situation en apparence similaire à celle déjà rencontrée au chapitre précédent (concession de la famille d'Aelia Victoria, sondage colonnade sud contre le pilier). En apparence, car la sépulture de Baleriolus est bien plus tardive que celles de la concession. Le manque d'indications interdit de dater avec certitude le moment de la pose du lit de mortier, – dont il y a tout lieu de penser qu'il avait été étendu également sur des tuiles disposées sur l'épaulement de la fosse –, soit l'époque du creusement de la fosse, soit celle de la superposition de la tombe de l'évêque.

33La deuxième hypothèse qui entraîne nécessairement l'affirmation d'une restauration de la sépulture sous-jacente paraît plausible. Mais la structure composite du tombeau de Baleriolus – on s'attendrait plutôt à trouver un sarcophage monolithe ou, à tout le moins, une structure plus homogène – donne un argument à la première hypothèse.

34Je pencherai pour l'explication suivante : au moment de la réalisation de la sépulture de l'évêque, on coula le lit de mortier. L'épaulement de la tombe sous-jacente fut donc retouché. Les trois tuiles que l'on a découvertes au-dessus du mortier et dont la nécessité fonctionnelle était peut-être toute relative – il n'y en a pas au plancher de la tombe à tuiles contrebutées, sous la mosaïque d'Elius Victorinianus – faisaient initialement partie de la couverture de la tombe précédente. Elles ont donc été réemployées. J'y vois l'intention d'un rapprochement encore plus grand entre l'évêque Baleriolus et les restes de défunts inhumés plus de deux cents ans auparavant.

35On peut aussi avancer l'hypothèse que la tombe de Baleriolus a occupé la place d'une sépulture plus ancienne disposée au-dessus de la tombe à fosse.

36Il est évident qu'on se trouve ici en présence d'une inhumation ad sanctos, en raison de la proximité des monuments des martyrs. Mais nous ignorons ce que représentait le contenu de cette première sépulture pour les chrétiens qui enterrèrent, au-dessus, la dépouille de leur évêque. Il ne nous est, en effet, pas possible de prouver qu'ils croyaient que les restes de martyrs s'y trouvaient. Quoi qu'il en soit, la rigoureuse superposition des deux tombes, si distantes dans le temps, exprime une communion spirituelle. Telle est bien, à mon sens, la raison de la forme si composite de la tombe de l'évêque Baleriolus, forme que l'on retrouve certes ailleurs dans l'église (cf. ch. IV, pièce XXI, fig.257, 260), mais qui étonne beaucoup ici, en raison de l'importance de cette personnalité dans l'histoire de l'Église d'Uppenna et de l'emplacement de sa sépulture.

Tombes de Faustina et Spendeu

37On observe une inversion entre les emplacements des épitaphes sur le pavement (du sud au nord : Baleriolus, Spendeu, Faustina) et des tombes sur le plan des P.V. (Baleriolus, Faustina, Spendeu). Sur le croquis de la fig. 1422 toutefois, le chanoine Pavard n'avait pas initialement attribué à chaque défunt une sépulture spécifique.

  • 19 "L'ouvrier met à nu des tuiles inclinées, couvrant une tombe, et à côté, une auge rectangulaire for (...)

38Les tombes de Faustina et de Spendeu ont des longueurs de sépultures d'adultes. Cela pose question pour Spendeu, enfant de cinq ans. Il est licite de s'interroger sur une éventuelle double occupation adulte-enfant (cf. les observations pour la tombe de Bemacla). Malheureusement le texte des P.V., qui omet de donner les dimensions de deux sépultures, ne fournit aucun élément d'appréciation19.

39Il est regrettable que le cliché du chanoine Raoul – fig. 1492 – ne permette pas de voir ces deux sépultures. Même si le croquis devait être considéré comme fautif dans l'appréciation de la distance entre "la tombe de Faustina" et celle de Baleriolus, eu égard au faible écart sur la mosaïque entre le bord nord de l'épitaphe de l'évêque et l'inscription de Spendeu, il n'en demeure pas moins que le périmètre des fouilles au nord du tombeau de Baleriolus excédait la largeur du pavement du chœur sur le côté nord. Une des raisons en incombe à la différence de largeur entre la tombe de Spendeu et son épitaphe.

"Tombe du jeune adulte"

  • 20 Les P. V. donnent pour "le revêtement de ciment" de la sépulture une longueur de 1,45 m, mais cette (...)

40Nous avons noté dans le chapitre précédent que les extrémités actuelles – fig. 73 – de la protection en maçonnerie de la "tombe du jeune adulte enduite en ciment" étaient à 3,66 m et 5,21 m du mur nord de l'église20.

41D'après les P.V. "le revêtement de ciment" qui couvrait la sépulture mesurait 1,45 m ; les deux estimations semblent donc concorder. Mais après avoir donné ces mesures, les P.V. ajoutent que la poursuite des investigations a permis de fixer la longueur intérieure de la tombe à 1,90 m (P.V., p. 20).

42La comparaison entre le croquis des P.V. – fig.1421-2 – et le cliché du chanoine Raoul – fig. 1492 – prouve l'inexactitude du croquis. La tombe du jeune adulte et la sépulture de Baleriolus étaient plus rapprochées que ne l'indique le dessin. Le texte des P.V. paraît plus proche de la réalité en fixant la distance à 0,25 m (P.V., p. 20).

L'ENVIRONNEMENT DU CHŒUR ORIENTAL

"Paroi", "mur", dalles, base de colonne et mosaïque de Bictoria

  • 21 "...la démolition du mur antérieur du compartiment..." (p. 21). Il ne s'agit pas de l'édicule proté (...)

43Le texte des P.V. emploie les termes de "mur" ou de "paroi" entourant le pavement du chœur oriental21. Sur le croquis (fig. 1422), mais pas dans la version définitive, le mot mur est écrit sur les quatre côtés du rectangle.

Fig. 141. Croquis concernant le sous-sol du chœur oriental. Investigations de la deuxième Mission archéologique. Dessin conservé à la Prélature.

44Il est nécessaire de donner une explication à ces formulations. Dans le texte, les mots "mur", "paroi" apparaissent dans la description des opérations après l'enlèvement du pavement du chœur oriental et de "la couche de béton qui supportait la mosaïque". On déduira donc que ce mur ou cette paroi constitue l'armature en maçonnerie entourant la plate-forme du chœur oriental.

45Nous décelons l'existence d'un tel rebord, côté nord, sur les fig. 108 et 132. Sur la première photo, il prolonge le côté nord de l'édicule et il surplombe une petite tranchée, face externe, qui a permis de mettre au jour la mosaïque de Bictoria, d'après les termes du deuxième P.V. En haut de la fig. 132, on aperçoit cette tranchée et immédiatement devant, une rangée de petites pierres ou de "petites briques" dressées.

46Voici en quels termes le P.V. fait état dans un même paragraphe de la découverte de la mosaïque de Bictoria, et évoque la "paroi", une "rangée de petites briques", un alignement de dalles, une base de colonne.

47"Parallèlement aux tombes de Faustina et de Spendeu, le long de la paroi qui limite à gauche le compartiment, une rangée de petites briques carrées, contiguës, placées debout, indique encore une sépulture. Elle est presque entièrement recouverte par des dalles de 0 m 50 et épaisses de 0 m 15, qui bordent de ce côté le compartiment, et aboutit à une base de colonne de pierre de 0 m 52 de diamètre. On enlève les dalles et l'on peut voir une tombe en mosaïque ornée en tête du monogramme constantinien..." ; suit le texte de l'épitaphe de Bictoria (P.V., p. 22-23).

48Ce paragraphe manque de limpidité du fait d'une défaillante construction grammaticale. Au surplus, le croquis des P.V. (fig. 1421-2) omet de représenter l'emplacement des dalles.

49L'interprétation de ces lignes et de ce que l'on voit (mal) sur les fig. 108 et 132 et sur le dessin des P.V. fait se succéder du sud au nord la plate-forme du chœur oriental, la rangée de "petites briques" et la base de colonne, la "paroi", la mosaïque de Bictoria recouverte de dalles.

50Ce texte donne d'abord une indication majeure sur la différence de niveau entre le sol de la mosaïque de Bictoria et celui du chœur oriental, à savoir une quinzaine de centimètres, puisque les dalles qui la recouvrent et qui bordent le compartiment du chœur oriental sont épaisses de quinze centimètres. Cette mosaïque du niveau du premier sol (fig. 143), dont une partie du substrat est bien visible sur le site – cf. fig. 66-, appartient à la série la plus importante d'Uppenna, celle des pavements de structure tripartite avec le chrisme constantinien (Dativa C.12, Fortunata C.17, etc.).

51La mosaïque de Bictoria est à la cote-17 cm, ce qui confirme que le pavement du chœur oriental était donc du même niveau que le sol 3 (= 0 cm) que nous avions pris comme base de référence.

52La confusion commise habituellement avec le sol byzantin, celui des bases de colonnes de la fig. 108, porte donc bien sur une différence de 70 cm.

Fig.1421. Croquis présenté dans les P.V. d’une double Mission, p. 25 (se reporter à Upp. I, p. 280).

Fig.1422. Croquis du chanoine Pavard, en vue de la publication des Procès-Verbaux. Ce dessin fut donné à l’imprimeur (un double a été conservé à la Prélature) avec les indications supplémentaires suivantes : En bas à gauche, en liaison avec la base de colonne : « Le rond du coin doit être régulier tout en pénétrant l’indication du mur ». Échelle des représentations : « mur » du chœur oriental : nord-sud, extérieur : 24, estouest, extérieur : 21. Tombe du jeune adulte :10-5½ ; tombe de Baleriolus :9-5½ ; tombe de Faustina : 10-3 ; tombe de Spendeu :9½-4½ ; tombe de Bictoria :9½ (pas de largeur) ; dépôt d’ossements au sud de la tombe de Baleriolus :63/4 ; distance entre le côté ouest de ce dépôt et l’angle sud-ouest du cadre du chœur oriental, intérieur :31/4 L’imprimeur a modifié, en fonction de ces données, le croquis du chanoine Pavard (sur le croquis, la longueur de la tombe de Baleriolus est légèrement supérieure à celle de la tombe du jeune adulte, ce qui n’est plus le cas dans la version définitive ; les largeurs des tombes de Faustina et Spendeu ont évolué. Mais la tombe de Baleriolus est demeurée beaucoup plus large que celle du jeune adulte).

Fig. 143. La mosaïque de Bictoria, musée d’Enfidha.

53Une deuxième déduction a trait à l'absence de lien entre les dalles et la base de colonne. Les dalles ne constituent donc pas le stylobate de la colonnade nord à laquelle cette base appartient puisque presque toute la largeur de la "paroi", c'est-à-dire le rebord de la plate-forme, les sépare.

54Les interrogations concernent le lien éventuel mosaïque de Bictoria-"petites briques", et surtout les enseignements à tirer de la localisation de la base de colonne.

  • Le dessin des P.V. accrédite l'idée que la mosaïque de Bictoria s'étendait jusqu'à la rangée "de petites briques". Cette affirmation me paraît discutable. L'objection ne provient pas d'un recouvrement partiel de cette mosaïque par la paroi (il est envisageable en effet que le bas d'une maçonnerie du sol 3 prenne appui sur le sol 1), elle tient à la largeur de la mosaïque de Bictoria. Certes, des tuiles posées de chant pourraient délimiter une concession et définir un espace bien supérieur à celui qui est habituel, entre 0,75 et 0,90 m. Ici, il n'y a pas de commune mesure entre la forme de tuiles posées de chant observées contre les bords des mosaïques d'une typologie semblable à celle de Bictoria et les fragments de brique irréguliers et bien plus épais – fig. 132 –, au surplus dépassant du sol 3.

  • L'emplacement de la base de colonne. Un chercheur qui ne tiendrait pas compte du niveau du sol du pavement du chœur oriental, soixante-dix centimètres sous celui des bases de colonne de la "grande basilique byzantine", pourrait avancer que l'emplacement de cette base de colonne exclut l'attribution du pavement du chœur oriental – donc celui de la deuxième mosaïque des martyrs – au premier état de l'église (sols 1,3) puisqu'elle se situe de peu à l'intérieur du chœur oriental.

55La réponse à cette objection tient à la non-superposition du pavement du chœur oriental et du périmètre des fouilles qui ont débordé côté nord, la largeur des tombes de Faustina et surtout de Spendeu excédant celle de leur épitaphe. Cela signifie que le tapis du chœur oriental ne s'étendait pas jusqu'à la paroi. La fig. 132 montre qu'il s'en faut d'une cinquantaine de centimètres (comparer la dimension des arceaux de la bordure – h. – 14/15 cm – et l'espace compris entre le filet extérieur et l'alignement des "briques"). C'est largement suffisant pour disposer une base de colonne de ~ 0,55 m de diamètre, compte tenu du fait qu'elle débordait au nord de l'alignement (fig. 1421-2).

56Cette base de colonne s'intègre au premier alignement des colonnes, dès le sol 1. Était-elle encore en fonction à l'époque du sol 3 ? Nous ne disposons pas d'éléments pour répondre, à part celui que fournit la dénivellation.

57La problématique la plus intéressante ne concerne pas cette base de la quatrième travée mais celle, plus à l'est, de la sixième travée, dont l'emplacement présumé se confond avec celui du mur nord de l'édicule des martyrs. À l'époque du sol 1, donc de l'absidiole, il n'y a évidemment pas de problème d'emplacement sauf celui de l'existence même de bases de colonne à l'est de l'ouverture de l'absidiole et qui concerne une autre interrogation. Mais à l'époque de l'édicule ?

58Sans trop anticiper sur les développements ultérieurs et de synthèse, deux hypothèses sont envisageables. La première est celle d'un déplacement latéral (colonne ou pilier contre le mur nord de l'édicule). Si toute la colonnade nord fut touchée par un réaménagement ou une restauration d'ensemble, si même seulement les trois dernières travées furent concernées, nous avons une explication de l'emplacement, précédemment évoqué, des dalles qui seraient les témoins du stylobate du sol 3. La deuxième hypothèse fait état d'un déplacement évoqué vers l'est, dans une même continuité d'alignement. La colonne ou pilier se serait adossé(e) contre le mur du fond (cf. observations in situ fig. 1642).

Les autres mosaïques du premier sol

59La mosaïque dont il n'a été retranscrit que la fin b in pace (P.V., p. 21) est inconnue. Les deux caractéristiques données de cette inscription, la formule b in pace c'est-à-dire la mention du verbe "vivre" sans l'indication du nombre d'années, et, de manière moins décisive, les "lettres noires sur fond blanc", apparentent cette œuvre au pavement d’Aureliu[s] Kandidu[s] décrit au chapitre précédent (fig. 84-85).

60La bordure ouest du pavement du chœur oriental aurait pu se superposer à l'extrémité de la mosaïque de Qui[ri]ac[a/us] – fig. 83. L'incertitude joue sur une vingtaine de centimètres et tient autant à notre méconnaissance de la longueur exacte de cette mosaïque qu'à notre hésitation à propos de la largeur de la mosaïque blanche à l'extérieur du pavement du chœur. En tout état de cause, il est très probable que le pavement n'est pas responsable de la disparition de l'extrémité de la mosaïque, puisqu'il manque aussi la partie centrale.

L'ABSIDIOLE DE LA PREMIÈRE INSCRIPTION MARTYRIALE

LA DÉCOUVERTE DE L'ABSIDIOLE

61L'extraction de la grande mosaïque des martyrs a mis au jour un certain nombre d'éléments décrits p. 9 à 10 des P.V. et représentés, pour les plus importants, sur le croquis de la page 13, rappelé ici fig. 1471. L'ultime dessin avant l'impression, conservé à la Prélature, offre l'intérêt de comporter l'indication des distances entre les différents éléments représentés (fig. 1472). On joindra à ces documents le relevé très succinct de Sadoux ou Drappier, conservé aux archives de l'INP, (fig. 146) et la photo de l'inscription après son extraction du site (fig. 145).

  • 22 Il aurait été important de savoir si ces cubes de mosaïques avaient été vus dans la partie de l'édi (...)

62On résumera les observations des P.V. de la manière suivante : il y avait, sous la grande mosaïque, deux couches de terre. En haut, sur 30 cm d'épaisseur, de la terre rapportée, au-dessous de la terre noirâtre. Deux récipients, un coffret dont le couvercle avait été enlevé avec la mosaïque, et une amphore à large panse, fermée avec du plâtre, trouvée dans l'angle sud-ouest, furent considérés comme pouvant être des reliquaires (sur cet aspect, cf. Upp. I, ch. IV : "La commission ecclésiastique à la recherche des reliques"). Dans le quart sud-ouest de l’édicule, on découvrit la partie gauche du mur d’absidiole, épais de 40 cm. Dans la couche noirâtre, à l’extérieur de l’absidiole, huit sépultures "de différentes formes et disposées en divers sens" furent trouvées. Sur le croquis, quatre sont représentées, dont deux d’enfants. Enfin, une indication qui aurait pu être fort utile, mais malheureusement trop vague, concerne la présence dans la couche supérieure, celle qui est constituée de terre rapportée, "de débris de peintures murales, de fragments de poterie, de briques et de mosaïques à inscriptions. On y recueille des lettres en cubes noirs sur fond blanc"22.

Fig. 144. Photo – reproduite Upp. I, fig. 102, – prise le 16 juin 1905 ; extraite du Rapport sur des Inscriptions latines, de Gauckler, NAM, t. XV, pl. XXIV. Le Père Delattre et le chanoine Raoul contemplent le fragment conservé de la première inscription des martyrs. Le musée du Bardo conserve une photo semblable, seule la disposition des personnes présentes change – MB 319.

Fig. 145. La première mosaïque des martyrs (= fig. 32, Upp. I, p. 166).

Fig. 146. Extrait du dessin de Sadoux ou Drappier, archives de l’INP (cf. Upp. I, fig. 16, p. 117).

Fig. 1471. Croquis présenté dans les P.V. d’une double Mission, p. 13 (se reporter à Upp. I, p. 274).

Fig.1472. Croquis, avec mesures, localisant l’absidiole des martyrs et la partie conservée de la première inscription par rapport à l’édicule rectangulaire entourant la deuxième inscription, en vue de la publication des Procès-Verbaux.

63Les phrases essentielles concernant les emplacements respectifs de l’absidiole et de l’édicule rectangulaire et l’endroit précis où fut trouvé le fragment d’inscription du premier texte des martyrs sont les suivantes :

"Dans la couche de remplissage on découvre la partie gauche d’un mur d’absidiole, épais de 0 m 40, dont l’axe semble correspondre au mur de droite de l'édicule qu’il croise vers le milieu, pour se continuer en dehors. Cette absidiole s'ouvrait vers la grande nef de la Basilique.
"Ce mur de droite, postérieur en date à l'absidiole, recouvre une portion de mosaïque blanche à inscription en lettres noires, sur laquelle nous aurons à revenir". (P.V., p. 10, travaux du 15 juin).
"Le mur construit sur cette mosaïque est démoli, et on ne tarde pas à reconnaître que le texte nomme les mêmes martyrs que la grande inscription levée le jour précédent" (P.V., p. 15 – suit la transcription du fragment conservé au musée d'Enfidha).
Le croquis des P.V., y compris dans sa forme manuscrite (fig. 1472), concrétise cette description.

  • 23 On remarque que la largeur intérieure de l'édicule rectangulaire est de 2,80 m. Ce chiffre correspo (...)

64Nous observons pourtant une erreur importante dans ce plan et, de façon moindre, dans le texte. Les lettres sont beaucoup trop espacées (à comparer avec les clichés du fragment conservé, Upp. I, fig. 32 – ici fig. 145 – et Upp. I, fig. 33). Ce croquis, pourtant plus précis que celui qui localisait le chœur oriental par rapport à l'absidiole, n'était pas rigoureux23. La représentation du côté conservé de l'inscription est doublement fautive : elle ne conserve qu'un filet de bordure de la mosaïque, les lettres étaient donc plus comprimées ; la largeur de la mosaïque blanche à l'extérieur de ce cadre était plus importante (cf. fig. 145). Une grande partie du texte se trouvait donc, comme les deux dernières phrases du texte le stipulent, sous le mur sud de l'édicule.

65Le texte des P.V., quoique moins inexact que le croquis, est tout de même fautif dans la formulation : "L'axe [de l'absidiole] semble correspondre au mur de droite de l'édicule qu'il croise vers le milieu pour se continuer en dehors." Il aurait été moins faux d'écrire "l'axe de l'absidiole semble correspondre au côté intérieur du mur de droite de l'édicule". La formulation de la phrase citée ne concorde pas avec l'estimation pour le cadre de la première inscription, un mètre à l'intérieur de l'édicule, cinquante-cinq centimètres sous le mur sud de l'édicule et à l'extérieur.

66L'erreur d'optique des personnes présentes est cependant explicable, car l'absidiole a été découverte à partir des fouilles de l'édicule alors que le mur de droite (sud) de l'édicule était toujours en place et que la partie droite (sud) de l'absidiole était recouverte.

LA RECONSTITUTION DE LA FORME DE L'ABSIDIOLE

67L'observation du cliché de la fig. 144 où l'on voit les membres de la Commission ecclésiastique contempler le fragment conservé de la première inscription martyriale offre plusieurs centres d'intérêt.

  • La gravité des dommages causés au socle de la mensa fournit une explication supplémentaire de l'imprécision des termes des P.V.

  • La relation entre le mur sud de l'édicule et l'inscription martyriale. On comparera les photos des fig. 144 et 110 prises à une année de distance (1905-1906). L'existence de la fig. 110 aide à "lire" la fig. 144. Puisque le mur est de l'édicule et la partie du mur sud contre le côté est étaient encore en place en 1906, les deux côtés de l'angle – en bas à gauche du cliché de la fig. 144 – sont les faces internes et non externes des murs de l'édicule, cela confirme bien que le mur sud de l'édicule passait sur une partie du fragment d'absidiole conservé.

  • Le mur de l'absidiole avait été arasé très près du sol de l'inscription.

  • Le bas de la mosaïque n'allait pas jusqu'à la face ouest (face externe dans la perspective de prise de vue du cliché) du mur nord-sud, mais s'arrêtait à la face interne (la pose du pied droit du chanoine Raoul et le marteau donnent une indication d'échelle).

  • La surélévation de la mosaïque était d'une quarantaine de centimètres par rapport au sol 1, ce qui est plus important que l'estimation de Gauckler, il est vrai absent le jour de la découverte. "Une marche par rapport au sol du premier état". Notre appréciation découle en partie de l'observation de l'attitude du chanoine Raoul, vu de face. Son pied gauche est nécessairement posé sur le sol 3 (sur la partie sud du pavement du chœur oriental : à côté on discerne la tranchée de la tombe de Baleriolus). Son pied droit est posé sur la face antérieure du monument absidial, mais il est surélevé d'une dizaine de centimètres par rapport à la mosaïque, le déblaiement n'ayant pas été complet. La cote de la mosaïque d'absidiole sera estimée à – + 25 cm soit une quinzaine de centimètres au maximum, peut-être même une dizaine, sous le pavement de la deuxième inscription des martyrs (cote – + 40 cm).

68Cette différence de quinze centimètres paraît s'accorder à celle des deux sols 1 et 3 correspondant aux états de ces mosaïques.

69À partir du fragment conservé au musée d'Enfidha, de 0,55 m de large, la reconstitution de la mosaïque de l'absidiole donne une largeur de 1,50 m entre les extrémités du filet externe de la bordure. Ce chiffre ne peut se fonder que sur l'hypothèse d'une même largeur pour chaque lettre et d'un égal espacement entre elles (cf. reconstitution fig. 148). Étant donné que la fig. 145 donne une marge de 25 cm de mosaïque blanche à l'extérieur du cadre de l'inscription, la largeur de la mosaïque proprement dite aurait été, à quelques centimètres près, de 2 m. Le dessin de Drappier – fig. 146 – porte l'indication de 2,10 m qui est tout à fait compatible avec les données précitées. La profondeur de la mosaïque y compris la mosaïque blanche sera estimée à – 1,40 m.

Première mosaïque des martyrs
Fig. 145, état de découverte ; Upp. I, fig. 33, état actuel.
Mosaïque présentée au musée d'Enfidha, à l'intérieur d'un cadre de 1,11 m x 0,595 m (dimensions intérieures). Dimensions de la partie délimitée par la bordure : 1 m x 0,55 m (dim. ext.) – largeur avec le cadre à filet denticulé : 0,485 m. La fig. 145 indique un développement de mosaïque blanche à l’extérieur du cadre de – 0,25 m, et de – 0,08 m (5 rangs conservés) en bas. La restauration de M. Fino a très légèrement abaissé les traits de la bordure dans la partie supérieure (cf. ch. XIII, à propos de la reconstitution du texte). La reconstitution des dimensions initiales donne pour le cadre figuré – avec les traits de bordure – 1,07 m de hauteur sur 1,50 m de largeur, et pour l'ensemble de la table en mosaïque ≈ 1,40 m x 2,00m.
Description. Bordure constituée de trois enveloppes latéralement (0,20 m) et de deux en ouverture. Filet double (0,02 m) puis filet simple à denticules doubles (2x3 tesselles soit 0,04 m x 0,025 m) distant de trois rangs de tesselles blanches de la bordure externe. Sur les côtés, arceau large de quatre rangs (ép. 0,06 m). La hauteur des lettres est de 6,5 cm pour les quatre premières lignes, puis 7 et 5,5 cm. Réfection des lettres sur les deux premières lignes ; il semblerait que les barres des N de la deuxième ligne aient été initialement correctement disposées.
Couleurs. Filets de bordure et lettres : noir ; denticules : noir/brun rouge/ rose.
Observation. L'identité des lettres très endommagées qui ont été redessinées ne fait aucun doute par suite de la comparaison avec le texte de la grande inscription des martyrs.

  • 24 Ces pierres de taille sont visibles à deux endroits : sur la face antérieure, la cassure s'est fait (...)

70Il faut "solliciter" la photo de la fig. 144 pour tenter de préciser les modalités d'insertion de cette mosaïque dans le cadre de l'absidiole. La mensa semble bordée d'un double rebord – du côté de l'ouverture, un seul-, le premier faiblement dénivelé, le second plus important. L'armature paraît constituée de blocs taillés, peut-être plus larges sur la face antérieure qu'au pourtour de l'hémicycle24.

Fig. 148. Proposition de reconstitution du texte de la première inscription des martyrs. Discussion, ch. XIII.

  • 25 Le dessinateur a tenu à distinguer les indications : 2,10 m (côté est de l’édicule ou de l'aligneme (...)

71Enfin, à partir du dessin de la fig. 146, nous avancerons que les extrémités du mur de la conque absidiale, à la verticale de la face ouest de l'ancien alignement nord-sud – cf. description ultérieure – étaient distantes seulement de 2 m et non 2,10 m, ce qui signifie que cette armature était légèrement en fer à cheval25.

L'INVOCATION DE LA CONTREMARCHE DE L'ABSIDIOLE L'APPORT DU CLICHÉ DU CHANOINE RAOUL

72La dernière ligne de l'inscription de la contremarche [] tatis suae beatissimis marturibus, que l'on voit en place sur le cliché du chanoine Raoul, dans les P.V. (fig. 1492, 1501), est conservée au musée d'Enfidha (fig. 1503).

73La largeur du cadre de l'invocation est de 1,33 m soit légèrement moins que celui de l'inscription de l'absidiole (1,50 m). Le trait supérieur du cadre a été disposé dans les années 1900, et la partie supérieure des premières lettres, qui avaient eu à souffrir des conditions précipitées d'extraction, complétée – fig. 1502.

Dimension totale du pavement au musée d'Enfidha, avec la marge de mosaïque blanche : 0,13 m x 1,40 m. La valeur de l'indication de la hauteur est évidemment à relativiser (tout comme celle de la hauteur externe du cadre : 0,09 m). Hauteur des lettres ≈ 5 cm. Largeur du cadre : 1,33 m ; de lettre à lettre : 1,032 m (1,05 m jusqu'au point).
Couleurs de la bordure : vert, brun rouge et rose à dominante brun rouge dans la partie de gauche et sur les bords latéraux, à dominante verte dans la moitié de droite. Une certaine prédominance du vert, probablement encore plus manifeste dans l'état initial, apparaît toutefois au total.

74La largeur de la mosaïque sur le cliché du chanoine Raoul, avec une marge significative de mosaïque blanche à l'extérieur du cadre, côté droit, apparaît de l'ordre de 1,60 m.

75Était-ce la dimension totale du parement mosaïqué ? Telle qu'elle se présente sur le cliché, cette inscription est affligée d'une compression vers la gauche avec la marge initiale de mosaïque blanche quasi inexistante.

  • 26 Il est assez difficile de déterminer si ces deux inscriptions se trouvaient dans le même axe puisqu (...)

76Le milieu de cette mosaïque coïncidait-il avec l'axe médian de l'absidiole ? La réponse est affirmative à la condition que, sur le côté gauche, la marge de mosaïque blanche à l'extérieur du cadre ait été de même largeur qu'à droite26. L'observation de la photo(1492-1501) ne permet pas de déterminer si ce bord de la mosaïque avait été cassé ou était simplement caché.

  • 27 P. Monceaux : "Au début, l'on doit sans doute restituer : (ae)tatis suae, ou (civi)tatis suae", Enq (...)

77La reconstitution du mot dont il ne subsiste que les deux syllabes, est [ae]tatis ou [civi]tatis pour Monceaux, [pie]tatis pour Mme Yvette Duval, [volun]tatis pour le Père Erhard Schneider. Ces deux derniers auteurs partagent l'idée que le texte de l'invocation continuait celui de la mosaïque d'absidiole, mais divergent sur la solution proposée. Pour Mme Yvette Duval, il est fait mention de la qualité du dédicant, pour le E. Schneider, du chant du Gloria27.

78Monceaux assurait que cette invocation était postérieure à la première inscription absidiale : "Elle appartient à une époque intermédiaire, probablement au Ve siècle ; car le mur, dont elle tapissait la paroi, était postérieur au dallage primitif du IVe siècle, et antérieur au dallage byzantin" (Enquête 335).

  • 28 "Le dallage byzantin" est pour Monceaux le sol du chœur oriental marqué sur la photo par la limite (...)

79Son argumentation sur "l'état intermédiaire" se fondait probablement sur l'observation de la photo prise par le chanoine Raoul, qu'il avait en sa possession puisqu'elle avait été insérée dans les P.V. Il interprétait ainsi la pose d'une mosaïque pariétale sur un mur paraissant postérieur à la mise en place du premier sol28.

80L'apport de la photo du chanoine Raoul – fig. 1491-2 – est décisif.

81On voit, au premier plan, la tombe de l'évêque Baleriolus dont les P.V. précisaient, rappelons-le, que la mosaïque funéraire – donc celle du chœur oriental dans laquelle elle était insérée – se trouvait trente centimètres au-dessus des dalles de couverture du tombeau. On observe l'extrémité inférieure de la contremarche de l'absidiole et, juste au-dessus, en dessous du crépi, la dernière ligne de l'invocation qui a subsisté. On a malheureusement la certitude qu'au moment de la prise du cliché, sous le crépi, le reste de l'inscription était en place !

82De cette photo, nous tirons les enseignements suivants : le pavement du chœur oriental, à + 30 cm du tombeau, était au-dessous du niveau de la première inscription martyriale. Très probablement le sol du pavement du chœur oriental affleurait à la limite inférieure du crépi. On a sans doute recouvert de crépi la partie de l'inscription au-dessus de ce niveau.

83Mais l'a-t-on fait uniquement parce que le niveau du sol avait changé et que la dernière ligne était devenue illisible ou parce que l'édicule de la grande mosaïque des martyrs allait être construit ? Pour le déterminer, il faudrait savoir si le haussement du sol de la nef et la pose de la mosaïque du chœur oriental furent synchronisés. Dans le chapitre VII, je répondrai plutôt par l'affirmative.

84On voit, sous l'invocation de la contremarche, le sol correspondant au premier état de l'église, très certainement le niveau 1 des mosaïques que nous avons dégagées. Sous ce sol, aucun autre niveau n'est visible (cf. la tranchée à droite du tombeau de l'évêque).

85Une dénivellation de 15-20 cm séparait donc approximativement les deux niveaux concernés de la nef, visibles sur la photo, d'après ce qu'on peut juger du cliché (sous l'invocation – limite inférieure du crépi). Par niveau nous entendons le sol 1, celui des mosaïques tombales, et le sol 3 qui avait été pris comme repère (le sol 2 friable, irrégulier, ne peut correspondre à celui d'une plate-forme du chœur oriental). Cette estimation de 15-20 cm corrobore la précision donnée par les P.V. d'une double Mission archéologique : quinze centimètres environ entre le sol de Bictoria (niveau 1) et celui du chœur oriental (c'est-à-dire la hauteur des dalles au-dessus d'une partie de la mosaïque de Bictoria).

86La comparaison des photos fig. 129-130 et fig. 149 nous permet de discerner comment le pavement géométrique fut apposé devant la partie supérieure de l'invocation de la contremarche et comment l'édicule rectangulaire a été érigé contre l'absidiole des martyrs.

  • 29 La hauteur conservée de la maçonnerie qui supporte l'invocation de la contremarche est indiquée par (...)

87Pour ce faire, il importe de rappeler le moment où ces clichés furent pris. Cliché 130, ce fut avant le début des investigations du 15 juin, la grande inscription des martyrs étant en place. Cliché1491-2, ce fut le 5 juillet après les travaux du jour, puisque le sous-sol du pavement du chœur oriental a été exploré – cf. P.V. Cela signifiait qu'au moment où le chanoine Raoul prit cette photo, non seulement la grande mosaïque mais aussi la mosaïque d'absidiole avaient été enlevées29.

88Sur les photos 130 etl491-2, observons le mur de l'édicule qui domine le chœur oriental. À gauche, dans le coin nord-ouest, c'est identique. Il n'y a donc pas eu besoin de casser davantage pour ôter le pavement martyrial. À droite, par contre, c'est une partie de la mosaïque géométrique – fig. 130 – puis l'invocation de la contremarche de l'absidiole – fig.1491-2. On a l'impression que ces deux pavements verticaux occupent le même emplacement. Ce n'est pas tout à fait vrai, la partie visible de l'invocation est située plus bas et imperceptiblement en arrière.

89Devant l'absidiole, il n'y a pas eu besoin de monter une maçonnerie épaisse de 0,40 m pour l'édicule rectangulaire. La face ouest de l'édicule s'est ici plaquée, jusqu'à la hauteur de la mosaïque des martyrs, au mur qui portait l'invocation de la contremarche.

Fig. 1491 et 1492. Double tirage du cliché pris par le chanoine Raoul et publié dans les P.V d’une double Mission (se reporter à Upp. I, fig. 48).

Fig.1501. La fin de l’invocation de la « contremarche d’absidiole ». Agrandissement du cliché du chanoine Raoul (fig. 1492).

Fig. 1502. La fin de l’invocation après son extraction de la basilique d’Uppenna et avant sa mise en place dans l’église d’Enfidaville. Noter l’état de la partie supérieure des lettres (représentation dans le livre du Père Delattre, Le Culte de la Sainte Vierge en Afrique, p. 105).

Fig. 1503. La fin de l’invocation conservée au musée d’Enfidha. Le trait supérieur horizontal n’est pas d’origine.

LE MOMENT DE LA DESTRUCTION DE LA MOSAÏQUE D'ABSIDIOLE

90Comment ne pas se poser cette question ? Il y a évidement trois hypothèses envisageables : destruction soit avant la réalisation de la grande mosaïque des martyrs, soit au moment de la pose de celle-ci, soit lors des investigations de la première Mission archéologique, le 15 juin 1905.

91La première hypothèse apparaît invraisemblable en raison des modalités de superposition de l'inscription ultérieure. Il y eut certes suffisamment de temps de crises et de persécutions entre les dates respectives de réalisation des deux mosaïques des martyrs pour expliquer la mutilation du premier texte. Le parti pris adopté lors de l'élévation du deuxième monument, dans ce cas de figure, serait cependant tout à fait incompréhensible. La volonté de préserver ce qui serait resté de la première œuvre aurait conduit à le recouvrir totalement par l'édicule rectangulaire. La solution adoptée ici multipliait les inconvénients en faisant chevaucher une partie de l'inscription par le mur sud du monument et en laissant à l'extérieur l'extrémité de l'absidiole, ce qui obligeait à des surélévations jusqu'aux murs latéraux. Rappelons, enfin, la présence de cubes de mosaïque appartenant à la première inscription, à l'intérieur du périmètre de l'édicule, présence mieux explicable par une dégradation ultérieure.

92La deuxième hypothèse reviendrait à faire de la pose de la grande mosaïque la responsable de la mutilation de l'absidiole, malgré l'attachement à l'œuvre antérieure. On aurait réussi à disposer le mur sud au-dessus de l'inscription, en la laissant intacte, ce qui allait à l'encontre de la stabilité du monument rectangulaire en raison de la faible profondeur de la protection latérale sud, et on n'aurait pu disposer la grande mosaïque sans casser l'œuvre sous-jacente ? Même si un faux mouvement est toujours possible, surtout si la plate-forme de l'absidiole était très mince – aucune indication ne nous est parvenue à ce sujet – un tel enchaînement apparaît peu plausible. Dans mon article paru dans Africa VII-VIII (p. 215), j'avais néanmoins conclu dans ce sens, hésitant surtout, à vrai dire, à franchir le pas de la troisième hypothèse.

93Ce pas me paraît devoir pourtant être franchi. Tout indique, en effet, que c'est dans la matinée du 15 juin 1905 que la plus grande partie de la mosaïque d'absidiole fut détruite, au moment de l'enlèvement de la grande mosaïque, alors qu'on ignorait l'existence d'une mensa sous-jacente.

  • 30 A. Merlin au Père Delattre, le 17 juillet 1906, en réponse à la lettre dans laquelle le religieux a (...)

94Le contexte et la précipitation avec laquelle fut organisée cette double Mission ont été déjà évoqués au chapitre premier de Uppenna I. La lecture des P.V. des deux Missions précise l'emploi du temps d'une véritable course contre la montre, totalement déraisonnable, dont les conditions étaient aggravées par la faiblesse des moyens humains disponibles et la canicule30. Matinée du 15 juin : enlèvement de la grande mosaïque des martyrs et fouilles sous-jacentes avec découverte du mur de l'absidiole. Après-midi : enlèvement de la mosaïque d'Honorius et exploration de sa tombe près des fonts baptismaux, suivis d'opérations similaires pour l'épitaphe et la sépulture de Baleriolus. Le 16 juin au matin, dégagement du fragment de mosaïque d'absidiole, long déplacement à Enfidaville ; au retour, exploration du compartiment de l'absidiole. Le 5 juillet, enlèvement du pavement du chœur oriental – ou de ce qu'il en restait –, fouilles sous ce compartiment et tout autour, découverte de la fin de l'invocation sur la contremarche d'absidiole. Le 6 juillet, investigations très importantes – et tout aussi précipitées – à la basilique de Sidi Abich.

95La trame du déroulement de ces deux Missions donne à penser qu'initialement, il n'avait même été prévu que deux journées de fouilles. La première à Uppenna avec l'enlèvement des trois mosaïques majeures, celle des martyrs, d'Honorius, de Baleriolus, et les investigations sous-jacentes concernant la recherche d'éventuelles reliques et les tombes des deux évêques. La seconde, à Sidi Abich, où la programmation assez symétrique concernait les sépultures de l'évêque Paulus, de la "chrétienne" Honor, du prêtre Felicissimus.

96C'est du reste ce que semble indiquer la lettre du Père Delattre à Mgr Pavy ou Mgr Tournier, écrite le 11 juin, soit quatre jours avant le début des travaux. Il n'est fait mention que d'une journée pour Uppenna (cf. texte, Upp. I, Annexe, p. 255).

  • 31 À Sidi Abich, le 6 juillet 1905, on agit de même. Les investigations furent cependant bien plus sup (...)

97Pour tenir des délais si brefs, il fallait se résoudre à sacrifier le pavement du chœur oriental – on ne découperait que la mosaïque de l'évêque Baleriolus –, et agir de même vis-à-vis du pavement du cerf et de la biche, au moment de l'enlèvement de la mosaïque de l'évêque Honorius. C'était tout à fait en contradiction avec le désir d'orner la future église d'Enfidaville des plus belles mosaïques d'Uppenna. Il aurait fallu, pour y prétendre, enlever d'un seul tenant le pavement du chœur oriental et la mosaïque du cerf et de la biche, mais on n'avait pas le temps31.

98La révélation de l'existence de l'absidiole obligea la Commission à dédoubler le programme en décidant d'une deuxième venue, début juillet. Cette décision fut sans doute prise dans l'après-midi du 15 juin. Le changement de cap dans la rédaction de l'avant-projet du premier Procès-Verbal ne peut que s'interpréter ainsi. À la pause du déjeuner, le chanoine Pavard avait rédigé quelques lignes dans lesquelles il était prématurément fait mention de "fouilles terminées" et du "travail de maçonnerie... pour mettre les Saintes reliques à l'abri des déprédations possibles ou des intempéries atmosphériques", (cf. précisions à propos des P.V. d'une double Mission, Upp. I, Annexe, p. 265-268).

99La deuxième journée à Uppenna, le 16 juin, se déroula sur un rythme plus lent – nous y reviendrons – pas seulement explicable par la fatigue et la chaleur d'une journée de juin qui conduisit les ecclésiastiques à privilégier une halte au presbytère d'Enfidaville. Le troisième et dernier jour à Uppenna, le 5 juillet, on se résolut enfin à enlever le pavement du chœur oriental, ce qu'il aurait fallu faire dans d'autres conditions et dès le début.

100Cette incroyable rapidité, particulièrement le premier jour où l'on avait prévu d'en terminer dans la matinée avec le monument des martyrs, suffit-elle à nous faire déduire que la mosaïque d'absidiole fut détruite par inadvertance le 15 juin ?

101Un faisceau d'indices nous y conduit, y compris ceux qui sont donnés par le texte des P.V., beaucoup moins limpide que ce qu'une lecture rapide laisserait penser :

  • le faible écart entre les niveaux des plates-formes des deux inscriptions ; dans ma reconstitution, je le situe à 10-15 cm (- + 25/+ 40 cm). Or, on se rappelle que le couvercle du reliquaire avait été enlevé avec la grande mosaïque des martyrs (P.V., p. 10) ;

  • la présence des lettres en cubes noirs sur fond blanc (P.V., p. 10) ;

  • la certitude des personnalités ecclésiastiques que l'amphore trouvée dans le coin sud-ouest de l'édicule était de l'époque de la mosaïque d'absidiole, ce qui conduisit à cette interrogation passionnelle sur la nature du contenu de cette amphore. Or, si la mosaïque d'absidiole ne l'avait pas recouverte, il n'y aurait eu aucune raison d'envisager cette datation. Mieux, le rédacteur des P.V. écrit dans son compte rendu de la journée du 16 juin : "l'amphore trouvée la veille sous cette dernière mosaïque" (il s'agit de la mosaïque d'absidiole) – cf. P.V., p. 15 ;

  • l'aveu de la découverte de l'existence de cette mosaïque dès le 15 juin – donc avant l'enlèvement du mur sud de l'édicule – : "Le lendemain 16 juin, la Commission ecclésiastique retourne à la basilique pour faire dégager la portion de mosaïque reconnue la veille à l'angle droit de l'édicule" (p. 15) ;

  • l'observation du cliché pris le 16 juin, où il apparaît que toute la moitié nord de la conque absidiale, y compris les fondations, a été enlevée, désintégrée même, (fig. 144 à droite du cliché) contrairement à la description et au croquis des P.V. ;

  • la différence de temps, et donc de soin, mis entre l'enlèvement de la grande mosaïque, le 15 juin, et l'extraction du fragment de l'inscription d'absidiole, le lendemain : "L'opération devant durer plusieurs heures, la Commission ecclésiastique remet à l'après-midi la continuation des travaux" (p. 15).

  • 32 La hauteur du crépi conservé au moment de cette prise de vue prouve que l'engagement des fers pour (...)

102C'est assurément le cliché du chanoine Raoul, pris trois semaines plus tard, le 5 juillet 1905 (fig.1492-1501), qui procure la plus forte présomption d'un accident de parcours le 15 juin. Car les malheurs recommencèrent avec la destruction de la partie de la dédicace de la contremarche cachée par le crépi, – et même du haut des lettres visibles en début de ligne, fig. 1502 – là aussi sans doute, par manque de temps ou d'attention32.

103Le bilan de cette double Mission est donc catastrophique. D'abord, la destruction volontaire de la mosaïque géométrique, contre le mur ouest de l'édicule (fig. 130), la brisure des trois quarts de la primitive inscription, le découpage et la disparition d'une grande partie du pavement du chœur oriental, l'ignorance du contenu des lignes supérieures de l'invocation de la contremarche d'absidiole.

104Les conditions de disparition de la mosaïque d'absidiole n'ont pu qu'être connues des personnes présentes. L'aveu n'en a pourtant pas été fait. Ce n'était certes pas aux ecclésiastiques de le révéler, la direction des opérations revenant officiellement au Service des Antiquités qui n'a pas produit de compte rendu de mission, ce que Gauckler déplorait. Un tel accident a sans doute conduit dans l'immédiat à faire preuve dès le lendemain – mais pas trois semaines plus tard – de plus d'attention pour dégager un fragment dont ce qui subsistait des lignes permettait de se consoler un peu vite de la disparition de l'ensemble de la composition, si on voulait bien admettre, sans pousser plus loin l'analyse, que le texte initial se retrouvait copie conforme dans la version ultérieure...

LES CONTRADICTIONS DE L'INTERPRÉTATION BYZANTINE

105Trois affirmations ou convictions semblaient pouvoir résumer ce qui a été observé et déduit en 1905 :

  • le pavement du chœur oriental est du premier état ou d'un des premiers états ;

  • le pavement du chœur oriental et la grande mosaïque des martyrs sont contemporains ;

  • la grande mosaïque des martyrs est de l'époque de la reconstruction byzantine.

106Or si la deuxième proposition est indiscutable et indiscutée – cf. notamment la fig. 130 – il apparaît que la première et troisième affirmation s'excluent nécessairement. Ou la première est fausse ou la troisième l'est.

107Ces deux affirmations ne sont pas de même nature, la première résulte de faits observables, la troisième de la puissance d'une idée. Le dérapage vers l'interprétation byzantine témoigne donc d'un choix implicite : l'idée prime le fait. Cela n'a été possible qu'au prix de distorsions considérables par rapport à la réalité observable des niveaux.

108Or au début, en même temps, coexistent ces deux "vérités" : celle de l'insertion du pavement du chœur oriental dans la "première basilique" d'Uppenna et celle de la facture "byzantine" de la grande mosaïque des martyrs.

109Tous les intervenants ont en effet bien mis en évidence cette appartenance du pavement du chœur oriental au premier état ou à un des premiers états de la basilique.

110C'est Robin qui précise à propos des mosaïques de l'évêque Baleriolus, de Faustina, de Spendeu, insérées dans le pavement du chœur oriental : "Mosaïques encastrées dans une mosaïque ornementale faisant partie de la grande nef de la première basilique" (BAC 1905, p. 374, n.l).

111Ce sont les Procès-Verbaux d'une double Mission qui spécifient que la sépulture de Baleriolus "est située dans la grande nef de la basilique primitive" (p. 12) et que "le grand carré de mosaïque" (c'est-à-dire le pavement du chœur oriental) "précède l'absidiole des martyrs" (p. 16). C'est en partie en raison de cette conviction que le "croquis d’ensemble des travaux" du 5 juillet 1905 localisa le chœur oriental par rapport à l'absidiole des martyrs.

  • 33 La première rédaction de Gauckler sur l'évolution en deux temps de la basilique d'Uppenna se trouve (...)

112C'est Gauckler qui dans son Inventaire des Mosaïques – sa dernière publication sur Uppenna, à part la brève note parue en 1913-, fait précéder la description du tableau du pavement du chœur oriental de l'expression "chœur devant l'absidiole" (p. 90) et localise ainsi les mosaïques de l'évêque Baleriolus, de Spendeu, de Faustina "devant l'absidiole des martyrs, encastrée dans le tableau décoratif qui la précède" (Inv. Mos. 277), "dans la grande nef devant l'absidiole des martyrs" (Inv. Mos. 278 et 279, p. 96-97)33.

113Ce sentiment de proximité et de continuité ne pouvait qu'être amplifié par l'observation contradictoire de bases de colonnes bien plus élevées (cf. fig. 108). Une dénivellation de 17 cm apparaît encore plus mineure à côté d'une autre de 70 cm, surtout si cette dernière atteste également, par l'emplacement des bases de colonne, d'un alignement différent et donc d'une rupture architecturale.

  • 34 Caractéristiques de cette mosaïque évoquées par Gauckler (BAC 1904, p. CXCVIII-IX, etc.) pour une a (...)
  • 35 Sur cette discussion qui concerne l'évolution du plan de la basilique et donc la position par rappo (...)

114Il ne vint pourtant, alors, à personne l'idée – ou la force – de remettre en question l'attribution de cette œuvre majeure à la renaissance byzantine qui paraissait s'imposer grâce à trois types de considérations. Les premières concernaient les "caractéristiques" de la grande mosaïque34, les deuxièmes, le déplacement latéral vers le nord de ce deuxième monument par rapport à l'absidiole, qui semblerait être en liaison avec le décalage de l'abside byzantine c et de l'axe de l'église de la deuxième époque, byzantine, du plan de Gauckler, par rapport à celui de l'abside b35.

115Enfin et fondamentalement – troisième considération – il ne pouvait être contesté comme principe de base que cette mosaïque était byzantine. Elle était de période relativement tardive. Si elle n'était pas byzantine, elle devait donc nécessairement être datée de la période vandale. Qui aurait pris le risque de fixer à l'époque vandale, synonyme de destructions, une œuvre majeure qui ne pouvait de toute évidence qu'être un témoin de la renaissance byzantine, et surtout du triomphe de la vraie Croix et de la vraie Foi ? (cf. l'allocution de l'Archevêque de Carthage, Upp. I, ch. IV, p. 194).

116Paul Gauckler, à la décharge duquel il convient cependant de rappeler encore une fois qu'il n'avait pas été présent sur le chantier au moment des fouilles précipitées de juin-juillet 1905, et qu'il rassembla ses notes en vue de la publication dans des conditions personnelles très défavorables, faisant au surplus le va-et-vient entre le France et l'Italie (cf. Upp. I, ch. I), fut le premier à découvrir que les deux affirmations – le pavement du chœur oriental appartient à un des premiers états caractérisé par l’abside b alors la plus ancienne connue, et la deuxième mosaïque des martyrs est de la reconstruction byzantine – étaient contradictoires.

117Il aurait certes pu tenter de sortir de ce dilemme en énonçant que les Byzantins avaient occupé et utilisé la basilique avant de la reconstruire. Il disposait pour ce faire d'une réalité, l'emplacement de la mosaïque de l'évêque catholique Honorius devant la première cuve baptismale alors connue, mosaïque dont on était en droit d'avancer qu'elle datait des tout débuts de l'époque byzantine.

118Cette proposition d'explication aurait certes très vite trouvé ses limites, comme nous l'observerons. Elle aurait eu cependant deux intérêts.

119Le premier était d'engager une réflexion sur un point très novateur qui me paraît essentiel pour l'observation des changements intervenus dans un bâtiment ecclésial, consécutivement à des conflits entre communautés chrétiennes, celui des mutations significatives dans un même état de l'édifice.

120Le second intérêt était d'éviter que la substitution d'une logique à une autre logique se fasse au prix d'une construction intellectuelle marquée par la redéfinition des niveaux et repères.

  • 36 Cette affirmation est en opposition avec le texte des P.V., notamment avec la mention de la découve (...)
  • 37 Cette affirmation est en opposition avec les photos de l'époque, notamment avec deux d'entre elles (...)

121Il crut, en effet, trouver la solution en faisant passer sur son plan (Upp. I, fig. 3) le pavement du chœur oriental du premier état au deuxième état "byzantin", c'est-à-dire en liaison avec l'église de l'abside c. Ce faisant, dans son article récapitulatif des Nouvelles Archives des Missions, il fut condamné à tomber dans l'invraisemblance en affirmant que la grande mosaïque des martyrs était quatre-vingts centimètres au-dessus de la première inscription. Une telle affirmation est en opposition avec le texte des P.V. dans ce qu'il avait de plus précis et d'incontestable36 et avec le témoignage de photos de l'époque37.

122Cet archéologue assurait, il est vrai, qu'on avait "exhaussé notablement le sol de la basilique", ce qui était évident mais pour une période ultérieure (sol 4, à 70 cm au-dessus du sol 3 = 0 cm). Une telle erreur n'était évidemment possible que si on oubliait que le pavement du chœur oriental était seulement à une quinzaine de centimètres au-dessus du premier sol chrétien (épaisseur des dalles au-dessus de la mosaïque de Bictoria).

123Comme la première inscription martyriale était, croyait-on, surélevée "d'une marche au-dessus du niveau de la nef primitive", la première inscription martyriale se retrouvait, d'après les déductions de Gauckler, bien au-dessous du nouveau niveau de la nef, celui du pavement du chœur. D'où la nécessité, assurait-il, de disposer beaucoup plus haut, quatre-vingts centimètres au-dessus, la nouvelle mosaïque des martyrs.

124Dans l'hypothèse de Gauckler donc, le pavement du chœur oriental se situait au niveau des bases de colonne de l'état byzantin. La fig. 108 offre un démenti tel qu'il est douteux qu'il ait eu en sa possession ce cliché lorsqu'il procéda à cette construction intellectuelle.

2. NOUVELLES DONNÉES ET INTERROGATIONS

LE MUR DE PART ET D'AUTRE DE LA FACE ANTÉRIEURE DES MONUMENTS DES MARTYRS (fig. 151-161)

125Il s'agit du mur du fond de la première église dans le plan de Gauckler (Upp. I, fig. 3). Ce mur, d'après ce plan, avait deux ouvertures latérales qui servaient de porte d'entrée au lieu de culte. Le plan de Gauckler pouvait aussi s'interpréter par l'existence d'un monument martyrial isolé composé de l'absidiole et de deux bras latéraux de 2,20 m environ. Ce monument serait devenu ensuite partie intégrante de l'église en voie de formation.

CÔTÉ NORD

126Vue d'ensemble, fig. 152 ; extrémité nord, fig. 153-154 ; partie centrale, fig. 155-156.

127Derrière la concession C.4-C.5. (fig. 152,155) il y a les restes d'un mur ancien constitué de pierres plates, régulières. Ce mur se prolonge sous les fondations du mur du bas-côté nord (fig. 154). La partie supérieure de ce mur avoisine le niveau du sol 1 mais il remonte à l'angle jusqu'à une hauteur de 60 cm. La survivance de ce mur, en se dirigeant vers la partie centrale, est observable jusqu'au droit de la mosaïque disparue de Bictoria. Un deuxième état s'est superposé à ce mur en débordant légèrement. La photo fig. 153 montre la différence de constitution. Ce deuxième état, à la différence de celui sur lequel il a pris base, s'adosse à l'ancien mur du bas-côté nord (fig.154).

CÔTÉ SUD

128Fig. 157-161.

129Du bas-côté sud à la mosaïque des audientes.

130On discerne quatre états successifs. Il y a d'abord dans le coin, sur 1,40 m, les fondations et trois rangées régulières d'un mur ancien qui continuait sous le mur du bas-côté sud (fig. 158-159). Situation symétrique de ce que nous avons observé côté nord, mais la maçonnerie n'est pas identique. La hauteur conservée de ce mur est de 35 cm au-dessus des fondations : cela correspond aux trois rangées de pierre. L'argile utilisée comme liant ne se retrouve pas dans les états ultérieurs. Le talon des fondations est à 45 cm sous l'horizontale du sol 1 de l'église (niveau des mosaïques).

131Devant la mosaïque de [Re]stituta C.3 : le mur a été refait sur une longueur de 1,46 m (cf. fig. 159, toute la partie droite de la photo et, %. 160, la partie à gauche du contrefort qui est dans l'axe de l'appendice entre la mosaïque des audientes et celle de [Re]stituta et dans l'axe de la colonnade sud correspondant aux extrémités des absides a / b). La maçonnerie de cette partie refaite est constituée de blocs inégaux, mal appareillés, avec un liant insuffisant. Le talon des nouvelles fondations est environ 9 cm au-dessus de celui du premier mur (fig. 159).

Fig. 151. Vue prise d’axe nord-sud, suivant l’alignement du mur nord-sud disposé de part et d’autre des extrémités de l’absidiole des martyrs et de la face ouest de l’édicule de la deuxième inscription des martyrs. Au premier plan, l’emplacement de la concession C.4-C.5 et de la mosaïque de Bictoria (fig. 66). En haut, les mosaïque des audientes C.l et de [,..]dio[...] C.2, le sarcophage monolithe avec le fût de colonne, la mosaïque de [Re]stituta C.3 et le mur latéral sud de l’église commun à toutes les époques (fig. 57).

Fig. 152 à 155. Face est de ce mur nord-sud, au nord des inscriptions martyriales.

Fig. 152. Vue d’ensemble : au premier plan, la trace du mur en oblique correspond à la face nord de l’édicule de la deuxième inscription des martyrs.

Fig. 153 et 154. Angle nord-est.

Fig. 155. Partie située à l’arrière de la concession familiale C.4-C.5 et de la sépulture de Bictoria (à l’extrême gauche).

Fig. 156. Face est du mur nord-sud, côté nord. La trace de mur au premier plan correspond à la face nord de l’édicule de la deuxième inscription des martyrs (fig. 152).

Fig. 157-158. Face est du mur nord-sud, côté sud. Le contrefort que l’on observe au centre de la fig. 157 est dans le prolongement de l’appendice entre les mosaïques des audientes et de [Re]stituta de l’autre côté du mur (fig. 57-58), ainsi que de la colonnade sud de l’église du premier état.

Fig. 159 à 161. Face est du mur nord-sud, côté sud. Vues se déplaçant de l’angle sud-est (fig. 159, à gauche) à la limite de la conservation du mur près de l’ancien emplacement du côté sud de l’absidiole des martyrs (fig. 161, à droite). Le contrefort – fig. 160 et 161 – est celui de la fig. 157.

  • 38 Le talon de fondation à l'arrière du mur devant le pavement de [Re]stituta est 35 cm sous ce paveme (...)

132Ensuite en progressant vers le centre, devant le pavement des audientes, le mur, également refait, apparaît plus soigné, en appareillage plus petit. Ses fondations sont plus hautes encore de 8 cm (cf. fig. 160-161) à droite du contrefort38.

133Un quatrième état se surimpose aux trois précédents à la hauteur approximative du sol irrégulier des mosaïques. Il déborde à l'arrière (fig. 158-159) et s'adosse au mur du bas-côté sud de la nef. Il se caractérise par un mortier consistant. C'est une situation identique à ce que nous avons observé côté nord.

CHRONOLOGIE RELATIVE

134La chronologie relative, très imparfaite, qui intègre ce qui fut observé des sépultures au chapitre précédent, apparaît la suivante :

Côté nord

1351° Mur ancien. 2° Mur est-ouest du bas-côté nord / concession C.4-C.5 : emprise et mosaïque de la concession (noter l'alignement des sépultures les plus anciennes, par rapport à l'axe du mur du bas-côté nord). 3° Partie supérieure du mur nord-sud qui s'adosse au bas-côté nord.

Côté sud

136L'incertitude provient de la grande difficulté à décider quelle partie refaite, celle devant la mosaïque de [Re]stituta ou celle devant le pavement des audientes, est antérieure à l'autre.

137Si c'est le mur de [Re]stituta, on a dans l'ordre : 1° Le mur ancien. 2 °-Sans qu'il y ait classement possible entre ces deux éléments-, la réfection du mur devant [Re]stituta, les tombes primitives des deux audientes contre l'alignement du mur ancien. 3° Le temps de la violence, incendies et destructions. 4° La mosaïque de [Rejstituta. 5° La réalisation du premier ensemble martyrial avec le mur se prolongeant jusqu'à la partie en équerre, la pose de la mosaïque des audientes au-dessus de leurs sépultures reconstituées.

138À l'appui de cette présentation, la différence de typologie des deux mosaïques, sans et avec le symbole chrétien, et les fondations du mur devant le pavement de [Re]stituta plus basses que celles du mur devant celui des audientes (la différence de hauteur de 12 cm entre les pavements des audientes et celui de [Rejstituta pouvant s'expliquer par un nivellement plus bas, au centre de la plate-forme du premier chœur oriental).

139Si le mur devant le pavement des audientes est plus ancien que celui de [Re]stituta, on retrouve plus ou moins l'hypothèse de l'exèdre de l'absidiole à l'origine du bâtiment église : le mur préexistant avait beaucoup souffert et quasiment disparu. La réalisation de l'exèdre de l'absidiole des martyrs prolongée des bras latéraux sur 2,20 m était celle d'un monument commémoratif isolé. De part et d'autre du monument, il y eut prolongement jusqu'aux murs des bas-côtés pour constituer le mur du fond du premier bâtiment église.

140Mais cette hypothèse du prolongement implique donc que le mur nord-sud, de part et d'autre des monuments des martyrs, ait été le mur du fond de la première église. Pour nous en tenir ici simplement à l'observation de la qualité des fondations devant le pavement de [Re]stituta, avaient-elles la consistance pour remplir ce rôle de base de mur de fond de la basilique ?

141La surimposition au sud et au nord d'un état postérieur aux deux murs des bas-côtés sud et nord peut certes conforter l'hypothèse de la présence, en ce lieu, du mur du fond de la première église. Elle peut davantage trouver son explication par la réalité suivante : lorsque le deuxième monument aux martyrs fut édifié, il ne fut pas totalement disposé au-dessus de l'absidiole. Il devint donc nécessaire de surélever le sol au fond de 1'église afin de cacher la partie de l'absidiole demeurée à l'extérieur, que l'on voulait néanmoins conserver. Deux murets donc furent disposés de part et d'autre de la face antérieure de l'édicule rectangulaire jusqu'aux murs latéraux. Ceci sous-entend évidement que le mur du fond de l'église doit être trouvé au-delà !

L'EMPLACEMENT DES INSCRIPTIONS MARTYRIALES

142Cf. croquis d'emplacement des vestiges dégagés en 1971 : fig. 162 ; photos : fig. 163-168.

143Il est superflu d'insister sur la difficulté des recherches dans ce secteur et donc sur la nécessaire prudence des déductions, en raison de l'étendue des dommages consécutifs aux fouilles des années 1900 visant la recherche des reliques.

144Plusieurs vagues d'investigations déferlèrent. Une seule fit l'objet de compte rendu, la première, retranscrite dans les P.V. d'une double Mission – cf. les éloquents clichés : fig. 144, 149. La photo – fig. 110 – prise en 1906 atteste de la deuxième vague avec les monticules de déblais fraîchement déposés au nord et au sud de l'édicule. Le monticule sud recouvre un secteur directement au contact des monuments des martyrs, intégrant, d'après le croquis des P.V., la moitié sud de l'hémicycle absidial. C'est cependant à cet emplacement que nous avons retrouvé les quelques vestiges de niveau. Cette photo montrait qu'en 1906, les murs nord, est, la moitié du côté sud – angle sud-est-, et l'extrémité de la face ouest – angle nord-ouest – de l'édicule rectangulaire de la grande inscription martyriale étaient en place. En 1971, ils avaient disparu. Durant les longues années d'abandon, les investigations clandestines se concentrèrent donc aussi dans ce secteur. Les grands blocs au sommet du mur situé à l'est (à l'extrémité de droite du cliché) disparurent aussi.

Fig. 162. Secteur des monuments des martyrs et du chœur oriental. Plan de localisation des vestiges conservés, visibles en 1971.

145Les vestiges dégagés en 1971 sont respectivement :

  • 39 Le bord intérieur du côté nord se situe à peu près en face de l'actuelle extrémité sud du blocage " (...)

146En (1) sur le plan – fig. 162 – et photos – fig. 163-1641-, agrégat de moellons et mortier de fondations de l'extrémité nord de l'absidiole, mélangé à de la terre (60 cm de large, 50 cm de profondeur). L'hypothèse d'un déversement latéral externe n'est cependant, a priori, pas à exclure39.

147En (2) sur le plan, petit massif en maçonnerie, effondré, à mettre en relation avec les fouilles du début du XXe siècle (fig. 163-1641). Nous avons trouvé quelques cubes blancs et noirs de la première inscription. En (3), maçonnerie se prolongeant sous la partie supérieure du gros mur, à l'est. On distingue, fig. 1642 :

148En (3a), le sommet à + 25 cm. Trois hypothèses : Soit celle d'une marche, à l'arrière de l'édicule, de façon à permettre l'accès au compartiment martyrial, si le niveau du sol de l'état contemporain de la grande mosaïque des martyrs était de – 0 cm, comme à l'ouest. Soit un contrefort au niveau du sol, prenant appui sur le gros mur, si le niveau du sol à l'est de la grande mosaïque se trouvait à + 23/+ 25 cm comme c'était le cas au sud de la grande inscription (cf. vestige 4). L'observation du niveau en (4) réduit considérablement la portée de la première hypothèse. Soit enfin, toujours dans la perspective d'un sol à + 25 cm, l'assise de la base de colonne ou du pilier décalé(e) vers l'est au moment de l'érection de l'édicule, et s'adossant au mur du fond de la basilique.

149La partie aplanie de (3b), la plus avancée, – extrémité actuelle à 1,35 m à l'ouest du gros mur – est à la cote – 3 cm. Dans la reconstitution que je propose pour l'édicule rectangulaire, le mur est qui protège ce côté de la grande mosaïque des martyrs enjambe la partie aplanie de (3b).

150En (3c) prolongeant (3a), on suit le bas de la fondation du mur nord de l'édicule. La localisation de ce qui subsiste de la sépulture du jeune adulte, et surtout celle de Bictoria, confirment l'identification (cf. fig. 152, le mur en oblique du premier plan).

151En (4), (fig. 1641 et fig. 1651-2), fondation du mur et mur sud de l'édicule rectangulaire dans l'angle sud-est. L'épaulement, au sud, indique un niveau extérieur à + 23 cm. Vestige du mur dans la partie centrale, sur une longueur de 0,87 m et une largeur maximale conservée de 0,35 m. La consistance des fondations est incomparablement supérieure à celle du mur de l'édicule, côté nord.

152En (5), double blocage latéral en mortier de bas de tombe à tuiles contrebutées (fig. 1681-2).

Fig. 163 à 1641-2. Emplacement des monuments des martyrs.

Fig. 163 à 1641-2. Emplacement des monuments des martyrs.

Fig. 163. Prise de vue d’axe nord-sud.

Fig. 1641. Prise d’axe de vue ouest-est (se reporter au plan, fig. 162).

Fig. 1642. Vue d’axe ouest-est, prise de l’emplacement de l’édicule de la deuxième mosaïque des martyrs. À gauche, alignement de la face nord de l’édicule. Au premier plan, maçonnerie – cf. (3a) et (3b) sur le plan de la fig. 162. Au fond, mur du fond de l’église de l’époque de l’abside b arasé au moment de la transformation byzantine (également fig. 167).

Fig. 1651-fig. 1652. Fondations et élévation du mur sud de l’édicule de la grande mosaïque des martyrs.

Fig. 1651-fig. 1652. Fondations et élévation du mur sud de l’édicule de la grande mosaïque des martyrs.

Fig. 1651. Fondations et mur, au premier plan à droite ; à gauche, maçonnerie (3a), (3b) – fig. 162 ; à l’arrière plan, mur du fond.

Fig. 1652. À gauche, mur de l’édicule ; à droite, au premier plan, mortier de soubassement de tombes et de séparation de tombes ; à droite au deuxième plan, avancée de mur portant une base de colonne à l’époque de l’édification de la grande église byzantine.

153En (6), emplacement présumé de bases de colonne de l'édifice byzantin à + 69 cm.

154En (7), mortier de bas de tombe et de séparation de tombes (fig. 1652, et croquis fig. 180).

155En (8), jarre à anses, cassée, découverte dans les remblais (absence de sol supérieur).

156En (9), succession des sols à + 46 cm/+ 23 cm/ – 17 cm – cf. page 223 : "Indices de niveau de part et d'autre des monuments des martyrs" – et sépulture fig. 166. On se reportera, pour la moitié est, à la représentation de la fig. 180.

157En (10), contrefort (cf. fig. 160-161 et la description qui a été faite de ce secteur).

158En (11), fragment de mur, très en oblique, dont le faîte ne dépasse pas le niveau + 70 cm, correspondant peut-être à un compartimentage funéraire (cf. ch. VII), dont la définition précise de la fonction nécessitera des investigations supplémentaires.

159En (12), emplacement présumé de la mosaïque de Pascasius (rectangle no 11 du calque de Robin).

160On reconstitue avec les repères (3) et (4) la largeur extérieure de l'édicule rectangulaire (nord-sud) : 3,80 m. Cette donnée correspond au chiffre porté sur le croquis de la fig. 146 mais pas aux indications du croquis préparatoire aux P.V. (fig. 1472) où la largeur intérieure était mesurée seulement 2,80 m et où l'épaisseur des murs de l'édicule paraissait même inférieure à 0,40 m à en juger par la différence d'aspect avec le mur de l'absidiole portant cette indication. Le chiffre de 3,80 signifie que les faces internes de l'édicule étaient à 14 cm des bords actuels de la mosaïque (largeur 2,72 m).

  • 40 2,60 m correspond à la distance entre la face interne du côté est du mur de l’édicule et le bord es (...)

161Il n'est pas possible d'apprécier sur le terrain la profondeur de l'édicule rectangulaire. L'indication 2,60 m du croquis des P.V. – fig. 1472 – est discutable40. L'indication portée sur le croquis – fig. 146 – d'une distance de 0,65 m entre la face externe, côté est, et le mur épais, à l'arrière, donne une largeur intérieure de 2,80 m à comparer aux 2,48 m de la mosaïque. Cette surlargeur relative se justifie par les contraintes nées de l'existence de l'absidiole, la nécessité d'avancer la face ouest de l'édicule (cf. la superposition de la mosaïque décorative, fig. 129, et de l'invocation de la contremarche, fig. 1492). L'espace entre le mur ouest de l'édicule au nord de l'absidiole et le début de la plate-forme de la deuxième inscription a facilité, en 1905, les opérations de soulèvement de la grande mosaïque, des fers ayant probablement pu être engagés du côté ouest : l'on put ainsi conserver provisoirement les murs latéraux de l'édicule.

INDICES DE NIVEAU DE PART ET D'AUTRE DES MONUMENTS DES MARTYRS

162Les deux côtés ont servi de déversoir latéral lors des travaux de dégagement de 1905 et 1906 dans le secteur des inscriptions martyriales (fig. 110). Néanmoins on peut observer, côté nord, dans l'angle nord-ouest, un sol de mortier consistant dont il reste une surface de 1,32 m x 1,06 m. Il est 25 cm sous le faîte du gros mur, donc à la cote ~ 45 cm. Côté sud, trois niveaux à + 46 cm, + 23 cm et – 17 cm, ce dernier correspondant au sol 1 de l'espace chrétien. Entre le niveau intermédiaire et le niveau le plus bas, dépôt important de cendres et de tessons de céramique. Les deux sols supérieurs à + 23 cm et + 46 cm s'appuient à l'extrémité sud du tronc central du gros mur.

163Dans ce secteur, on discerne le soubassement en mortier, avec départ de tuiles en oblique, de plusieurs tombes.

Sépulture

164Une sépulture offre un intérêt certain (fig. 166, plan et coupe fig. 180). Elle était en forme de caisson, les tuiles de couvercle à l'horizontale reposant sur deux tuiles, moitié avant, moitié arrière, plus ou moins verticales. Le lit de la tombe était dans la terre vierge. La longueur de cette sépulture est de 1,55 m. La partie avant, vers l'ouest, a presque complètement disparu. Côté droit (sud), on a l'alignement de quatre tuiles, côté gauche (nord) des deux du fond vers le gros mur. Le bas de la tombe se situe à 1,33 m sous le niveau qui la protège, qui est le niveau à + 46 cm.

  • 41 La représentation de la fig. 180 date des investigations de 1990, la différence avec le périmètre d (...)

165La stratigraphie montre entre ce niveau et le couvercle de la tombe une hauteur de près d'un mètre avec l'échelonnement suivant de haut en bas : sous le niveau, à + 46 cm, mortier soigné, agrégat consistant de graviers et petits tessons de briques, épaisseur 13 cm : c'est l'assise du sol à + 46 cm41. En dessous, gros mortier avec des pierres et des fragments de grosses tuiles mal liés (terre importante), le tout en forme de voûte. Dans la demi-sphère, entre le couvercle et ce mortier, haute de 50 cm – qui évoque la forme d'une cupule tombale-, remplissage de débris légers suffisamment peu denses pour ne pas avoir cassé l'armature de la tombe.

166Cette tombe existait lors du niveau précédent à + 23 cm et peut-être même dès le premier sol, en raison de sa profondeur et de son emplacement dans la terre vierge. Cette tombe fut remaniée, la présentation qui en a survécu date de l'état du dernier sol. Il est possible qu'il y ait eu deux étages superposés, conformément à ce qui a été observé dans la nef.

167L'intérêt de cette tombe réside pour nous dans le souci de préserver hors du sol, à + 46 cm, un témoin plus ancien, la partie supérieure étant une recomposition.

Fig. 166. Sépulture dégagée au sud de l’emplacement des monuments des martyrs. Vue prise d’axe nord-ouest -sud-est (coupe, fig. 180).

Fig. 1671-fig. 1672. Mur du fond de la basilique correspondant à l’abside b, et fondations du mur de l’église byzantine, deuxième état.

Fig. 1671-fig. 1672. Mur du fond de la basilique correspondant à l’abside b, et fondations du mur de l’église byzantine, deuxième état.

Fig. 1671. Vue prise d’axe sud-nord. Au premier plan, l’échancrure dans le prolongement du collatéral sud. (enclos des martyrs et quadratum, partie gauche de la photo).

Fig. 1672. Vue prise d’axe nord-sud. (enclos des martyrs et quadratum, à droite de la photo).

Fig. 1681-3. Mur à l’est des monuments des martyrs, sondage contre la partie centrale, face ouest. Vues prises de l’emplacement de l’édicule rectangulaire.

LE MUR À L'EST DES MONUMENTS DES MARTYRS

168Ce mur épais barre la perspective du site de la basilique d'Uppenna (fig.1671-2). Il a été considéré comme le mur du fond de l'église byzantine. La largeur de sa maçonnerie – il s'agit, pour cette époque, des fondations – est de 1,24 m dans sa partie centrale, de 0,90 m à 0,94 m dans l'axe des nefs latérales de la basilique byzantine (0,90 m au nord, 0,94 m au sud). Sur le côté sud, on observe une brèche large – à mi-hauteur – de 0,87 m, distante de 2,25 m du mur du bas-côté sud. Le faîte actuel se situe à la cote + 70 cm, c'est-à-dire la hauteur du sol 4. Contre la face ouest, deux avancées de 0,50 m sur une largeur de 0,92 m au sud, 1,04 m au nord, sont dans le prolongement des colonnades sud et nord de la basilique byzantine et paraissent indiquer l'emplacement de bases de colonne disposées en partie sur le mur lui-même.

169Les vestiges observés par les intervenants des années 1900 étaient plus importants. Les clichés 110, 130,1491 permettent de visualiser un montage en gros appareil – cf. fig. 110 au premier plan à droite – et même l'emplacement d'une porte – fig.1491. La largeur de la construction aurait été de 1,10 m d'après le croquis de la fig. 16 (Upp. I).

170Des investigations complémentaires, avec des moyens plus importants, seront nécessaires pour préciser la genèse d'une maçonnerie au passé certainement complexe. Voici les informations recueillies de deux sondages, le premier dans la partie centrale, côté ouest (area martyriale), le second à l'arrière (est) de la partie sud de ce mur.

SONDAGE CONTRE LA PARTIE CENTRALE, FACE OUEST

171Vue du sondage effectué dans la partie centrale, fig.1681-3. La hauteur, du bas des fondations à l'arête sommitale actuelle (= + 70 cm), est de 1,72 m.

172Les fondations se composent de deux parties. De la terre vierge à -60 cm, aspect bombé, enduit de chaux gréseuse. Au-dessus, l'appareillage est plus rectiligne.

173À la cote ± 0 cm, il y a un changement de faciès correspondant à l'affleurement du mur au sol de l'époque de la construction ou de la reconstruction (s'il existait antérieurement un mur sur le même alignement !). La partie supérieure est moins bien façonnée, pierres et galets souvent disposés en oblique. Le liant a souffert de l'érosion éolienne.

174La maçonnerie (3a) et (3b) (cf. fig.1641-2), dont nous avons discuté de l'identité marche-contrefort, est en relation avec l'édicule rectangulaire de la deuxième inscription martyriale. La partie inférieure a été encastrée dans le mur, au-dessus de la base bombée des fondations. Par contre, la partie supérieure du mur au-dessus de la ligne de rupture enveloppe cette maçonnerie et lui est postérieure, peut-être de peu.

SONDAGE CÔTÉ SUD, FACE EXTERNE DU MUR EST

175On se reportera aux photos fig. 169-177, à la coupe fig. 179.

  • 42 Sondage supervisé par M. N. Ben Lazreg de l'INP, que je remercie de son aide précieuse. Les tessons (...)

176En 1989 et 1990, un sondage a été effectué dans le bas-côté sud à l'arrière du large mur dans l'angle sud-est42. Pour trois raisons. C'était le seul endroit où on pouvait descendre du niveau byzantin caractérisé par la mosaïque géométrique qui a été laissée en place (fig. 112-113) jusqu'au sol vierge, soit une profondeur de 1,78 m. On devait pouvoir mieux appréhender l'histoire de ce mur épais, ici dans son appendice sud, et comparer avec les observations effectuées dans l'area martyriale. Enfin la nature des éventuels sols rencontrés est intéressante pour la compréhension de ce que fut aux différentes époques l'extension de l'église.

Le gros mur

177• Le sol vierge et le bas des fondations sont à – 1,78 m du faîte actuel (cote à – 1,08 m d'après le repère pris puisque le niveau byzantin de la mosaïque est à + 70 cm). Le massif des fondations change de faciès à 1,21 m du faîte (cote : – 51 cm).

178• Il y a un changement de constitution dans la maçonnerie à 78 cm sous le faîte (cote : – 8cm). En liaison avec un sol un centimètre au-dessous. Sur les photos fig. 170-171, on observe un fragment de chapiteau incrusté à hauteur de ce changement.

179Les constatations sont donc les mêmes que pour la partie centrale.

Les sols et les sépultures

180• De la mosaïque à – 79 cm : cf. fig. 171 ; détail, fig. 169-170 ; coupe, fig. 179.

181De haut en bas : lit de mortier de chaux de la mosaïque épais de 2 cm/1 à 1,8 cm de terre/0,2 cm de lit de mortier de chaux qui repose sur 5 cm de terre meuble et 2 à 6 cm de terre compacte (sur laquelle est posée la truelle en direction du nord, fig. 169). Ensuite, fragments de mortier réutilisés comme remblais : épaisseur de 14 à 18 cm.

182On parvient à un premier sol à - 33/- 36 cm de la mosaïque, composé de mortier de chaux et de terre. Sol très fragile, irrégulier mais sans doute d'occupation ; à l'extérieur de l'église, car il est couvert de cendres et de tessons (c'est le bas de la photo 169). Ce sol est épais de 2 à 3 cm. Au-dessous, sur 6 cm, cailloux et petits fragments de tessons.

183Un deuxième sol de mortier granulé de chaux se trouve à environ 43 cm de la mosaïque. Il a 5 cm de haut (c'est lui qui constitue la bande blanchâtre au centre de la photo 170 et que l'on observe sur la photo 171 à gauche du mètre, puis à droite, moins distinctement à la hauteur du repère 30 cm). Il repose sur des remblais épais de 8 cm contenant de la terre, du charbon. Ensuite, une couche intermédiaire de compactage de sable gréseux de 1 cm. Sous cette couche intermédiaire, terre avec présence de céramique commune brûlée (à l'est, on commence à trouver de l'argile mélangée, 14 cm sous la couche intermédiaire). Le sol de mortier cendreux, à – 79 cm de la mosaïque constitue le troisième sol rencontré. Il est à 37 cm sous le deuxième. Il comporte des fragments de céramique brûlée. Il constitue le bas des photos 170 et 171.

184• De – 79 cm à la terre vierge : les sépultures.

185Cf. fig. 172-176.

186Sous ce sol, il n'y a plus de niveau perceptible, on est donc à la hauteur des fondations. On rencontre de la terre meuble riche en charbon et des tessons de sigillée ainsi que des fragments de plats de cuisine calcinés. L'important est dans la présence de sépultures.

187D’abord une amphore d'engobe beige dont il ne subsiste que la partie inférieure, vers l'ouest, à 62 cm du gros mur (fig. 172-173). Elle est posée à-126 cm du niveau supérieur, le sommet à - 87 cm. Sa longueur conservée est de 54 cm, le diamètre intérieur de 37 cm. Sépulture pleine de terre infiltrée. On a trouvé des ossements d'enfants, côtes et bras.

188Un squelette dont il ne subsiste que des membres inférieurs, le bassin et trois vertèbres dorsales (soit 1,10 m de long). Profondeur à - 130 cm (fig. 172-174). Ce squelette a été tranché lors du creusement vertical de la fosse des fondations du mur (fig. 174). Il y a là un élément de chronologie relative essentiel pour la datation de ce mur dont on doit exclure qu'il appartenait à un ensemble préexistant (temple, etc.).

189De part et d'autre du squelette, deux sépultures constituées d'amphores (fig. 173, 175-176).

190La première est disposée sous la tombe supérieure d'engobe beige, séparée d'elle par une couche de terre de 5 à 10 cm. Le bas est à - 184 cm, le haut à-133 cm. Cette tombe est composée de deux parties. Vers l'ouest, c'est-à-dire vers le mur, il s'agit d'une amphore à engobe rouge de 1,07 m, de l'extrémité à la partie médiane cassée. Le diamètre intérieur est de 48 cm. Le bout est à 26 cm des fondations du mur. La partie est, couverte de débris d'amphore à engobe verdâtre, était constituée par la superposition de deux extrémités d'amphore, le fond, semblable à celui du côté ouest, fiché dans cm col. À l'intérieur, restes d'un défunt (fig. 176). À la différence de sépultures composites dans des amphores de la nef – cf. ch. II – il n'y a que les restes d'une personne. Le déplacement de la dépouille est seul susceptible d'expliquer qu'un des tibias pointe ainsi.

191La sépulture parallèle a 1,91 m de long. Elle a été incomplètement dégagée. Elle est de structure composite. À l'ouest, amphore de type "africana grande B". Longueur conservée : 1 m, dimension du col : 17 cm extérieurement, 12,5 cm intérieurement, circonférence 56 cm. Le col est à 58 cm des fondations du mur. L'anse, à 25 cm du col, est longue de 15 cm, large de 5,6 cm et striée. Le diamètre intérieur de cette amphore est de 46 cm. La partie est, verdâtre, longue de 91 cm, est complètement remplie de terre d'infiltration. Emplacement partie supérieure - 127 cm de la mosaïque, partie inférieure - 175 cm. Restes d'un enfant : crâne avec une dentition de 28 dents, et hauteur – du bassin aux cervicales – 35 cm.

Fig. 169 à 177. Sondage dans la nef latérale sud de l’église byzantine, depuis le sol de la mosaïque géométrique (fig.112-113), contre la face externe du mur du fond de l’église de l’état b. Se reporter à la coupe – fig. 179. (fig. 169-172, vues prise d’axe nord-sud).

Fig. 173-177. Même sondage, suite.

Fig. 173-177. Même sondage, suite.

Fig. 173-174. Vues prise d’axe est-ouest.

Fig. 175. Axe sud-nord.

Fig. 176. Axe nord-sud.

Fig. 177. Tuile de 0,48 m x 0,36 m ; observation fig. 175.

192Entre les deux sépultures en amphores, sous les membres inférieurs du squelette, ossements divers et partie de crâne d'enfant.

193En limite du sondage (au nord-ouest), une tuile en oblique (fig. 175-177), de 0,48 m x 0,36 m, épaisse de 2,5 cm, à rebord et décorée de quatre stries en X. Ce témoin de tombe est antérieur à l'amphore voisine, son blocage, dont il restait un fragment, étant plus bas. La position des trois amphores et du squelette donne à penser que leur déposition fut simultanée. Autant il paraît probable que les trois amphores contenaient des restes rapatriés, autant il est plausible que le squelette soit celui d'un défunt mis en terre directement ici. Son inhumation aurait fourni l'occasion de l'insertion des trois amphores et d'autres ossements. Le sol de ces sépultures est le sol situé à 79 cm sous la mosaïque.

SYNTHÈSE PROVISOIRE CONCERNANT CE MUR

194• Ce mur n'appartient pas à un bâtiment préchrétien.

195• Sa base est antérieure à l'époque de réalisation de la plate-forme de la deuxième mosaïque des martyrs. Il constitue le mur du fond de l'église de l'abside b.

196• Il fut restauré, au moins dans sa partie centrale, lors de l'édification de l'édicule rectangulaire des martyrs.

197• Il a été arasé au moment de la construction de la basilique byzantine, les nefs ayant été élargies mais aussi allongées. Nous avons retrouvé l'emplacement du mur du fond de la nouvelle église (cf. ch. II) et observé qu'une mosaïque géométrique courait le long du mur sud lors du premier état byzantin. Ultérieurement, en phase de contraction de la basilique byzantine, l'élévation à cet endroit du mur de façade de l'église utilisa pour fondations la partie qui avait été enterrée sous le sol 4. Cette utilisation rappelle ce qui fut fait pour l'abside c, mais c'était sur une construction plus ancienne et probablement dès l'époque de l'édification de la basilique byzantine. La largeur du mur fut de 1,10 m (fig. 146) pour une "fondation" de 1,24 m.

198• L'emplacement des portes reste problématique. Pour celles de l'époque byzantine, on utilisera les indications du plan de la fig. 16 (Upp. I) et la perspective de la photo prise par le chanoine Raoul – fig. 1491. Cela concerne le côté nord ; l'ouverture de 1,50 m communique directement avec la nef centrale, mais un passage de 2 m est également indiqué pour l'accès à la nef latérale nord. Du côté sud, un seuil est possible à l'emplacement de la cassure du mur, sa largeur exacte ne peut être estimée. En ce qui concerne l'époque antérieure – niveau du sol à – 0 cm-, les indications dont nous disposons sont trop lacunaires. Il importerait d'affiner l'observation de l'évolution des parties de mur épaisses de 0,90 m côté nord et 0,94 m côté sud. Contre la cassure du mur à l'arrière (est), on observe un sol consistant à + 3 cm.

Récapitulation sur les niveaux des sols

Récapitulation sur les niveaux des sols

UNE TROISIÈME INSCRIPTION MARTYRIALE ?

  • 43 Rappelons que la hauteur maximale des murs n'a pas été mesurée. La fig. 129 est très instructive : (...)

199Le faîte de l'édicule rectangulaire qui entourait la deuxième mosaïque des martyrs dépassait le sol byzantin. Ainsi se trouvent posées les modalités de la conservation et de la probable surélévation de ce monument43.

200Est-ce en liaison avec l'emplacement originel de la plaque de marbre mentionnant – parmi d'autres reliques – celles de saint Julien ?

  • 44 "M. Mangiavacchi a remis à M. de La Blanchère l'estampage d'un fragment d'une tombe chrétienne trou (...)

201Cette inscription a disparu et nous ne connaissons ni son texte complet puisqu'elle était brisée, ni même la dimension du fragment dont l'estampage avait été communiqué à Cagnat (fig. 178). Mais nous avons deux certitudes : l'inscription avait été trouvée à Henchir Chigarnia donc à Uppenna, bien avant les fouilles des années 1900 puisque R.Cagnat l'a recensée en 188944 et sa composition, avec l'inscription autour de la Croix, offre une parenté recherchée avec la grande mosaïque des martyrs.

202Nous reviendrons sur la signification ecclésiologique de cette inscription (ch. XV). Dès maintenant il est tentant d'émettre l'hypothèse qu'elle a pris place à l'époque byzantine dans le monument rectangulaire des martyrs et qu'elle a donc recouvert la grande inscription.

SONDAGE COTE SUD FACE EXTERNE DU MUR EST

SONDAGE COTE SUD FACE EXTERNE DU MUR EST

Fig. 179. Sondage face externe du mur est – p. 228-234 et fig. 169-177.

Emplacements de sépultures au Sud des monuments des martyrs.

Emplacements de sépultures au Sud des monuments des martyrs.

Fig. 180. Emplacements de sépultures au sud des monuments des martyrs description, p. 223, fig.166.

N. Duval : Plan des monuments martyrologiques superposés et coupe.

N. Duval : Plan des monuments martyrologiques superposés et coupe.

Fig. 181. N. Duval, Les églises africaines à deux absides, II, op.cit. Notice XIII, Uppenna, p. 87-106 ; plan, p. 98 ; fig. 49-50 : « Uppenna, plan des monuments martyrologiques superposés et coupe. Reconstitution d’après Delattre et les documents Sadoux ».

3. ABSIDIOLE, ÉDICULE DE LA GRANDE MOSAÏQUE DES MARTYRS ET PAVEMENT DU CHOEUR ORIENTAL

EN GUISE DE SYNTHÈSE

203L'absidiole des martyrs était située sur l'alignement d'un mur ancien d'axe nord-sud, éventuellement à l'emplacement d'un seuil. Sa profondeur était de 1,75 m ± 0,10 et son ouverture de 2,10 m, peut-être rétrécie à 2 m à son extrémité. Les dimensions de la mosaïque étaient de 1,35 m environ sur 2 m ; la partie figurée, inscription et cadre, de 1 m sur 1,50 m. Les murs avaient, d'après les indications du début du XXe siècle, 0,40 m d'épaisseur. Il est possible qu'un double rebord ait ceint la table de la mosaïque et que l'encadrement ait été constitué de blocs taillés.

204Cette absidiole, à peu près dans l'axe de l'abside a et donc ultérieurement de l'abside b, constitue jusqu'à la deuxième moitié de l'époque vandale (cf. cb. VII) le monument aux martyrs de la basilique d'Uppenna. L'hypothèse d'un monument absidial initial isolé avec deux bras latéraux la prolongeant jusqu'au futur alignement des colonnades nord et sud de la première église apparaît une hypothèse envisageable et séduisante. L'observation de la partie arrière du mm-nord-sud, au sud de l'absidiole, près de la mosaïque des audientes, est susceptible de conforter cette proposition. Un premier chœur oriental était couvert d'un pavement de mosaïque blanche dans lequel étaient disposées des mosaïques funéraires, pour certaines peut-être antérieures au revêtement du chœur. La surélévation de la mosaïque d'absidiole se situait autour d'une quarantaine de centimètres (≈ +25 cm/ ≈ - 15 à - 20 cm).

205L'invocation de la contremarche pourrait être postérieure au texte de la première inscription des martyrs.

206Le deuxième monument martyrial, élevé alors que l'abside b était toujours en fonction, est un édicule rectangulaire de 3 m de largeur intérieure sur 2,80 m, les murs avaient une épaisseur de 0,40 m ou légèrement moins. À l'intérieur du cadre, une mosaïque de 2,72 m de large sur 2,48 m était disposée sur une plate-forme plus élevée de 10-15 cm que la première mosaïque. Elle dominait d'une quarantaine de centimètres le sol du chœur oriental, sol 3 : ≈ + 40 cm/ ≈ 0 cm. L'axe du second monument était décalé vers le nord de ≈ 1,35 m par rapport à celui de l'absidiole. D'après notre reconstitution, l'arête sud de la grande mosaïque des martyrs se superposait à l'axe de l'absidiole. Les deux murs nord et sud de l'édicule avaient été édifiés à égale distance de l'extrémité nord externe du mur d'absidiole.

207Le mur sud de l'édicule a donc enjambé l'absidiole et sa base fut élevée, dans sa partie ouest, directement sur la première mosaïque, sur une longueur de 1,35 m environ. La stabilité était cependant assurée par la massivité des fondations à l'extérieur de l'absidiole – moitié est du mur sud de l'édicule. La partie de l'absidiole située à l'extérieur de ce mur fut conservée intacte, mais nous ignorons dans quel environnement. La déduction la plus logique consisterait dans un relèvement suffisant du sol de l'église entre la face antérieure de l'absidiole et de l'édicule et le mur du fond. Cette déduction est confirmée par l'observation du niveau du rebord extérieur du mur sud de l'édicule, à + 23 cm. Le manque de précision de données fondamentales, surtout celles qui concernent les cotes exactes des deux mosaïques des martyrs, rendent toutefois très complexes et aléatoires certaines déductions. Ainsi, un sol à + 23/25 cm, extérieur au monument de la deuxième mosaïque, procure une explication beaucoup plus simple si le plan de la mosaïque d'absidiole est seulement à la cote + 10 cm, dans la mesure où le mur de la conque de l'absidiole fut arasé à une hauteur légèrement supérieure à celle du niveau de la mosaïque d'absidiole.

208La face antérieure de l'édicule rectangulaire se divise en deux. Au nord de l'extrémité de l'absidiole, c'est le muret de 0,40 m d'épaisseur environ, mais devant l'absidiole un parement beaucoup plus mince (-10 à 15 cm) a été apposé avec une mosaïque géométrique. Les deux plans verticaux et parallèles du mur ouest de l'édicule et de la contremarche d'absidiole étaient donc séparés de cette épaisseur.

209Le pavement du chœur oriental, contemporain de l'édicule rectangulaire, était constitué d'un tableau dont nous avons estimé les dimensions à 3,80 m ± 0,10 (nord-sud) sur 3,02 m ± 0,05 (est-ouest). La plate-forme du chœur oriental excédait les dimensions de la mosaïque. Cette plate-forme intégrait l'emprise de la colonnade nord de la première église. La différence avec la limite nord du chœur oriental du premier sol tenait à ce gain. La mosaïque du chœur oriental contemporain de la deuxième inscription des martyrs n'empiétait pas sur cet alignement et il est très vraisemblable que son extrémité se confondait avec celle de la mosaïque blanche du premier chœur.

210En ce qui concerne l'emplacement du mur nord de l'édicule dont l'élévation a nécessité le déplacement d'une base de colonne au moins, nous avons observé que l'alignement des dalles au-dessus de la mosaïque de Bictoria (stylobate ?) et la plate-forme à + 25 cm entre le mur du fond et le côté est de l'édicule pouvaient fournir des arguments soit pour un déplacement latéral soit pour un espacement avec la colonne précédente en conservant le même alignement.

211À l'époque byzantine, l'édicule, dont les murs furent probablement surélevés, demeure un centre de culte martyrial grâce à l'apport de reliques de saints dont les noms n'avaient pas été mentionnés sur les inscriptions précédentes (Julien). Il est situé dans la nouvelle nef centrale mais dorénavant décalé vers le sud, alors que dans la disposition précédente, il était, dans la nef centrale, décalé vers le nord.

212Fig. 182. L’explicitation de la représentation de la fig.182 est contenue dans les différents éléments du chapitre III et sa synthèse.

213On précisera toutefois :

214À propos de l’emplacement des bases de colonne. Alignement sud : l’interrogation concerne pour le sol 1 la présence ou non de la base la plus à l’est, suivant que l’on dispose le mur du fond de la première église à l’est de l’absidiole ou dans le prolongement de la face antérieure de ce monument (cf. ch. VI et plans d’évolution de la basilique). Alignement nord : l’interrogation touche les modalités de déplacement d’une ou plusieurs bases de colonne du sol 3 en liaison avec l’érection de l’édicule des martyrs. Déplacement latéral (indice, les dalles-stylobate ?)) ou contre le mur de l’église (indice, soubassement en maçonnerie ?). Le déplacement peut concerner une colonne (dans la deuxième hypothèse de préférence) ou tout l’alignement (entre en jeu l’état général de l’édifice).

215La largeur accordée à la tombe de Bictoria est fondée sur l’estimation minimale de la distance des tuiles latérales posées de chant qui limitaient l’emprise au sol de la tombe. Cette estimation tient compte de la double marge de mosaïque blanche conservée dans le panneau au musée d’Enfidha.

216Les flèches à l’intérieur des cadres des mosaïques indiquent le sens de la lecture de l’épitaphe.

Monuments des Martyrs et Chœur oriental

Monuments des Martyrs et Chœur oriental

Fig. 182

217Fig. 183

218a) Coupe. Les différents éléments d’appréciation ont été exposés dans ce chapitre et en synthèse. Les points essentiels concernent la dissociation du sol du pavement du chœur oriental, sol 3, et celui de la basilique byzantine, sol 4 (≈ 0/ ≈ + 70 cm), la faible différence de niveau entre les plates-formes des première et deuxième mosaïques des martyrs (≈ + 25 cm/ ≈ + 40 cm), l’appréciation des hauteurs respectives des premier et troisième sols (≈ - 17 à - 20 cm/ ≈ 0), la disposition du sol du pavement du chœur oriental, sol 3, plus bas que celle de la table de la première inscription des martyrs (≈ 0 cm / ≈ + 25 cm).

219L’interrogation majeure concerne l’hypothèse du passage du sol 1 au sol 3 antérieurement à l’élévation du deuxième monument des martyrs. Cela paraît peu probable (cf. ch. VI-VII).

220b) Chronologie relative.

221L’état la concerne la situation avant l’édification de l’absidiole des martyrs ; le niveau la à l’emplacement de la future absidiole et du futur édicule des martyrs était peut-être confondu avec celui d’une rue (cote ?).

222L’état Ib définit l’état des lieux après la réalisation de l’absidiole des martyrs. L’incertitude a trait au niveau du sol à l’extérieur de l’absidiole, côtés sud et est (- 17 cm ou ≈ 0 cm). La deuxième hypothèse implique une dénivellation avec le quadratum (sol 1).

223L’état IIa est très hypothétique (passage du sol 1 au sol 3 antérieurement à la réalisation de l’édicule du deuxième monument des martyrs).

224L’état IIb caractérise le complexe chœur oriental-deuxième monument des martyrs. La hauteur du sol au sud et à l’est de ce monument est à ≈ + 23 / + 25 cm. Il y a dénivellation avec le sol 3 du quadratum.

225Le sol à + 46 cm, au sud et à l’est de l’édicule des martyrs en IIb ?, IIc ?, IId ? IIb signifierait un passage rapide de + 23 cm à + 46 cm, en liaison avec l’apport d’ossements de défunts tout autour de l’édicule. Cela peut coïncider donc avec IIc, moment de réalisation des épitaphes de Baleriolus, Faustina, Spendeu. Il serait plus difficile de comprendre IId (phase de rupture contredite par l’observation des vestiges de la tombe au sud du monument des martyrs - fig. 180 - qui prouve une continuité d’attitude pour les sols à + 23 et + 46 cm). Mais le sol à + 46 cm peut avoir été d’utilisation en deux phases d’occupation successives, chacune considérée comme transitoire. Si la plaque mentionnant les reliques de Julien a été disposée directement sur la mosaïque des martyrs, la hauteur de ≈ + 46 cm à l’intérieur de l’édicule pourrait convenir.

226À l’époque du sol 4, la troisième plate-forme martyriale est à + 70 cm (ou a été portée à + 70 cm, en cas de présence antérieure de la plaque de Julien dès le moment de la célébration de la mémoire de l’évêque Honorius) ou même plus haut.

DÉPLACEMENT VERS LE NORD ET PROCLAMATION D'UNE CONTINUITÉ

227Nous avions indiqué que le décalage vers le nord du deuxième monument des martyrs par rapport au premier fut considéré comme une confirmation de plus de l'attribution à l'époque byzantine, c'est-à-dire à l'état de l'église défini par la deuxième abside du plan de Gauckler-Sadoux – abside c –, décalée elle aussi vers le nord par rapport à la précédente.

228Sans avoir besoin de se référer aux observations des différences de niveau et en demeurant dans le fil de cette argumentation on observera alors : si l'on croit qu'il y a un lien entre les deux déplacements vers le nord du monument martyrial et de l'axe de l'église byzantine, on doit aussi constater qu'ils ne sont pas de même amplitude. La deuxième inscription n'est pas plus dans l'axe byzantin qu'elle n'est dans celui de l'état précédent, contrairement à ce qu'affirmait Gauckler. Dans l'hypothèse byzantine, on devrait donc se demander pourquoi on s'était arrêté à mi-chemin.

229À cette question, il n'y a, à l'évidence, pas de réponse fiable. Œuvre d'un compromis entre la fidélité à l'emplacement primitif du souvenir des martyrs et la volonté de déplacer l'axe du culte martyrologique afin qu'il se confonde avec celui de la nouvelle basilique ? Quelle solution hybride ! La meilleure manière de respecter le centre du culte primitif n'était pas de s'éloigner le moins possible mais au contraire de le faire davantage afin d'éviter tous les problèmes liés au chevauchement du deuxième monument sur une partie de l'absidiole...

230Cette mise au point ne peut toutefois, bien au contraire, nous dispenser de poser la question : pourquoi dans un état de l'église qui n'avait pas changé d'axe a-t-on opéré ce glissement vers le nord ?

231À cette question, force est d'admettre que nous ne possédons que des éléments de réponse.

232Nous comprenons certes que la décision de déplacement vers le nord ayant été prise, le résultat ne pouvait être différent de celui qui aboutit à ce chevauchement d'une partie de la plate-forme de la grande mosaïque sur une partie de l'absidiole, en raison de l'emplacement de la colonnade nord dont le glissement latéral éventuel ne pouvait être que très limité.

233Trois considérations de nature différente méritent d'être évoquées parmi les raisons du déplacement vers le nord.

  • La première est de nature technique. Il fallait recouvrir l'absidiole par le pavement rectangulaire sans casser la première mosaïque et en surélevant le moins possible la deuxième plate-forme au-dessus de la première. La superposition rigoureuse, dans ces conditions, aurait-elle été gage de stabilité ? La stabilité de la plate-forme est ici assurée par la partie arrière (est) – sur ce point il n'y aurait pas eu de différence – mais aussi par tout le côté nord qui permet de relier une partie des faces est et ouest. La limite de cet argument tient à ce qu'il peut concourir à le choix d'un déplacement, mais pas uniquement d'un déplacement vers le nord, car un mouvement vers le sud aurait pu tout aussi bien être envisagé, les axes de l’absidiole et de la première église se confondant pratiquement.

  • La deuxième considération s'efforce de concilier l'héritage du passé et ce que l’on veut affirmer de nouveau. L’héritage signifie le respect des états antérieurs. Dans cette perspective, on a déjà avancé que la limite nord du pavement du chœur oriental se superposait probablement à celle de la mosaïque du premier chœur. Ce que l'on veut affirmer de nouveau est la cohérence d'une proclamation martyriale et baptismale (cf. ch. IV, VII et la partie consacrée à l'ecclésiologie). Le glissement vers le sud rapproche de l'univers baptismal au moment où la mosaïque du cerf et de la biche est disposée devant la cuve baptismale et se déroule jusque sur l'ancien mur du collatéral sud, arasé à ce moment d'après notre hypothèse (cf. ch. IV). La distance entre les deux grands pavements du chœur oriental et du cerf et de la biche n'excède pas quatre mètres.

  • La troisième considération a trait à l'aménagement du sous-sol du chœur oriental et aux sépultures. Un déplacement vers le nord peut également y trouver sa justification.

234Parmi les sépultures, quatre au moins eurent une influence particulière sur l'évolution de ce secteur, le dépôt d'ossements sous la tombe de Baleriolus, la sépulture de cet évêque, les tombes de Faustina et de Spendeu.

235La tombe de Baleriolus présente le double caractère d'être rigoureusement superposée à la fosse du dépôt d'ossements et d'être postérieure au pavement du chœur oriental. Ceci implique que l'existence du dépôt d'ossements était connue au moment où fut disposé le pavement du chœur oriental, dernière limite pour une investigation du sous-sol, et que la place de la future sépulture d'un personnage important de la communauté d'Uppenna avait été, dès ce moment, réservée. La mosaïque de l'évêque Baleriolus (1,95 m x 0,88 m) est tout autant que le pavement du chœur signe d'unité et de continuité entre les deux inscriptions martyriales, puisque ses deux côtés prolongent, au nord, à quelques centimètres près, le cadre représenté en mosaïque de l'inscription de l'absidiole ainsi que celui de l'invocation de la contremarche, et, au sud, le mur sud de l'édicule, face interne.

236En liaison avec le souvenir de Baleriolus, celui de Faustina et de Spendeu, les trois noms étant présents sur la mosaïque du chœur oriental. Rappelons combien la situation de ces deux derniers défunts est également spécifique : les deux tombes sont antérieures à la pose du pavement du chœur, la mention de leur existence est postérieure à l'état originel de cette mosaïque du chœur. Dans ces conditions, on déduira que la plate-forme du chœur oriental devait non seulement recouvrir la (future) tombe de Baleriolus mais aussi les deux sépultures de Faustina et Spendeu, même si initialement leur souvenir n'était pas inscrit. Cela impliquait une emprise vers le nord, c'est-à-dire à l'endroit où l'on avait pu dégager un espace suffisant pour les deux sépultures parallèles.

Notes

1 Fragment de 13 à 16 cm de côté, trouvé dans les remblais à l’ouest des absides, donc relativement loin de l’emplacement initial.
Couleurs. La bordure (en bas) : trois filets : blanc/noir/blanc. Le fer à cheval, base crénelée : noir/puis vert pâle (ou vert olive)/plus haut, vert jaune. Le fleuron de lotus, base crénelée : un filet noir/puis rose (ép. 1 et 2 cm)/blanc ; cœur : brun rouge ; pétales : noir.
Ce sont les mêmes couleurs que sur la bordure du rectangle du chœur ouest, conservé au musée d'Enfidha ; ceci nous permet d'avancer que ce fragment en provient. On ne peut néanmoins exclure la possibilité qu’il ait appartenu à la bordure ouest (sud, est ? pas nord) du pavement du cerf et de la biche, devant les fonts baptismaux, contemporain de la mosaïque du chœur oriental. Mais comme aucun fragment n'a été conservé permettant de visualiser les couleurs, et éventuellement de pousser plus loin l'analyse à partir d’une comparaison de dimension, on s’en tiendra à la première affirmation.

2 Les dimensions 3,40 m x 3,15 m, données par Gauckler, sont celles de la largeur (nord-sud) et de la hauteur (est-ouest).

3 L'emploi du mot "horizontal" est déterminé par la disposition des corbeilles tressées.

4 Il est intéressant de déterminer comment les mosaïstes ont œuvré et d'en déduire leurs choix et contraintes.
Ils ont avancé du sud vers le nord comme le prouvent les représentations des corbeilles tressées et du pampre aux cinq "piments". La trame est donc mise en place à partir d'une ligne est-ouest définissant la limite sud. L'emplacement de cette droite est premier et il y a tout lieu de penser qu'il a été choisi par référence à un repère dans l'aire des monuments aux martyrs (cf. ci-après). La limite nord du tapis du chœur oriental a de bonnes chances d'être également en liaison avec un autre repère des monuments aux martyrs (cf. ci-après). Toutefois, il est a priori possible que cette limite nord soit en-deçà ou au-delà de ce repère, de quelques centimètres, car la confection du pavement obéit à des contraintes, principalement celle d'arrêter la trame à un point d’arrivée correspondant dans le canevas d'ensemble à celui du départ. C'est ici le cas.
L'amorce de la composition a pris pour élément pivot les bras horizontaux des deux croix. Ce choix se retrouve ailleurs (cf. le pavement 57 135 de l'Inventaire des mosaïques, Sousse, Tunis, 1960, de L. Foucher, pl. XVIII c). Tout autre choix aurait considérablement accru les difficultés. Les repères sont simples (coefficient 5 pour la largeur de la croix, 4 pour celle de l'octogone, 3 pour l’octogone inachevé du coin est). La seule mesure détonnante se situe au bord ouest mais elle est nécessitée par la réalisation du carré suivant. C'est en outre par rapport aux bras de la croix que sont disposés les losanges indispensables aux octogones et carrés du deuxième rang.
La largeur du pavement (sens est-ouest) est déterminée par l'amplitude que l'on avait décidé de donner au chœur. Sont de nature à intervenir ici des aspects liturgiques, la disposition de rangées de colonnes, peut-être l’existence de sépultures (cf. ci-après).
Il est certain que la limite est (droite nord-sud), devant les monuments des martyrs, a été choisie en premier. Les repères, ici aussi, étaient mis en place aisément (coefficient 5 pour le carré – sur ce total, un quart pour chaque bordure et la moitié pour le motif central –, 4 pour l'octogone, 3 pour l'octogone incomplet du départ). Si le choix avait été fait de représenter sur ce bord le carré dans son intégralité, les calculs auraient été plus délicats et l'esthétique moins heureuse avec des bouts de losange et fragments de bras de croix, ce qui sera la rançon des conditions de finition sur le côté ouest.

5 La découverte récente du cliché de la fig. 133, dans les archives de la Prélature, permet de représenter le contour de la cassure, ce qui n'avait pu être fait dans la reconstitution donnée dans mon article d'Africa VII-VIII, p. 250. Indiquons dès maintenant que cela ne modifie pas les conclusions de cette étude.

6 La comparaison entre les fig. 135 et 137 permet de se faire une idée précise de la manière dont le binôme octogone-croix a été transformé. À l'origine, entre les deux, on a successivement : les cubes blancs à l'intérieur de l'octogone, une rangée de cubes de mosaïque noirs (ce pavement ayant disparu, nous raisonnons d'après la photo en noir et blanc que nous avons), correspondant à la bordure intérieure de l'octogone, puis une rangée de cubes blancs, ensuite une rangée de cubes noirs qui constituent à la fois la bordure extérieure de l'octogone et celle de la croix, après, une rangée de cubes blancs, enfin le bras de la croix, en noir. Cela donne :
(octogone B)/ N/ B/ N/ B/ (N. croix). Sur la mosaïque de Faustina et Spendeu, nous avons : (octogone B)/ N/ B/ N/ B puis marron clair/noir/marron clair/(N. croix), c'est-à-dire que le bras de la croix est amputé de trois rangées de cubes de mosaïques. L'explication est simple : l'épitaphe de Spendeu ayant débordé (surtout la deuxième ligne), il a fallu refaire une autre bordure extérieure de la croix, d'ailleurs inesthétique. Cette restriction a limité à deux le nombre de boucles ; elle imposa la reconstitution du bras droit de la croix, sur le même modèle. Si les bras verticaux sont eux aussi amputés pour la même raison (croix grecque), ils sont aussi beaucoup moins larges, et les torsades, surtout celles du bas, sont inesthétiques parce que trop comprimées. Cet amincissement des bras verticaux de la croix est dû en partie à la rangée de cubes de mosaïque marron clair qui, à partir de la gauche, a été prolongée tout autour de la croix, mais il est possible qu'il soit aussi conditionné par l'octogone du dessus qui contient le panier à fleurs et qui semble moins large que d’autres.

7 Le regrettable tas de terre, sur les fig. 131 et 132, interdit de prouver que le carré sur pointe sous la corbeille à fleurs ne date pas, lui aussi, des annés 1900. On maintiendra l'affirmation que ce carré est contemporain de l'insertion des épitaphes de Faustina et Spendeu. La gamme chromatique est différente de celui du haut, avec les tesselles marron clair identiques à celles autour du bras de la croix en dessous. Une supposition : parce que ce carré était représenté, M. Fino en a repris l'idée, au début du XXe siècle, pour le losange du haut.

8 La mosaïque de Baleriolus disposait, sur le site, d'une bordure extérieure dentelée (fig. 131-133). Actuellement, les denticules ont disparu (fig. 136) – dimensions actuelles : 1,935 m x 0,875 m. Le panneau avec les épitaphes de Faustina et Spendeu a été retouché lors de l'incrustation des épitaphes. Mais le seul élément utilisable dont les dimensions paraissent d'origine est le trait extérieur du carré qui définissait un rectangle ! (0,64 m – est-ouest – /0,68 m – nord-sud).

9 Voici les deux formulations : celle des P.V. et celle de Gauckler dans l'Inventaire. P.V. (p. 20) : "Le grand carré de mosaïque (3,40 m de longueur sur 3,15 m de largeur) qui précède l'absidiole des martyrs".
Gauckler (Inv. Mos.) : "Riche tableau décoratif rectangulaire (3,40 m x 3,15 m) bordé de fers à cheval, alternant avec des fleurons de lotus etc." La première présentation semble intégrer la bordure alors que la composition de la phrase de Gauckler, dont on rappellera qu'il n'était pas sur les lieux le 16 juin 1905, semblerait accréditer le contraire.

10 "Je vous signalerai seulement une grande mosaïque de 4,50 m/3,50 m se trouvant devant le tombeau des martyrs. Elle est intacte et représente des vases avec citrons, grenades, poivrons, etc. et contient trois inscriptions dont une d'évêque."

11 Des deux dimensions données par les P.V., c'est la dimension est-ouest (3,15 m) supérieure de 15 cm voire au maximum de 20 cm, qui pose le plus problème. La différence dans le sens nord-sud (3,40 m contre 3,82 m) est moins problématique, la bordure sud, sans doute totalement détruite, n'étant pas prise en compte, ni peut-être la largeur du bras horizontal de la croix.
Les dimensions données par Robin sont les plus éloignées de notre estimation et on ne peut contester a priori des mesures qu'il a prises lui-même et qu'il a transmises sans tarder, même si les chiffres 3,50 m/4,50 m ne paraissent pas avoir une précision de l'ordre du centimètre.
La solution réside dans le fait que ce pavement était entouré de mosaïque blanche, et que Robin donne les dimensions de l'ensemble. Il mesure ainsi la plate-forme du chœur. Nous observons cette mosaïque blanche sur les anciennes photos, côté est, entre le bas de l'épitaphe de Baleriolus ou la bordure et l'édicule rectangulaire – fig. 132 – et le côté ouest - fig. 133. On peut donc supposer qu'au nord et au sud, c'est-à-dire dans le sens de la plus grande dimension, l'encadrement de mosaïque blanche représentait une sur largeur conséquente. Nous proposerons une estimation voisine de 0,50 m pour le côté nord — à partir de la fig. 132. À l'est, opérant la liaison avec l'édicule martyrial, la largeur semble être de 0,30 à 0,35 m, à en juger d’après la fig. 132 - en bas, à droite du cliché. À l'ouest, où sa raison d'être était probablement moins contraignante, sa largeur pouvait être de l'ordre de 15-20 cm (fig. 133). Néanmoins, on relativisera la portée de notre explication des dimensions données par Robin en rappelant que ce dernier qualifiait la mosaïque du chœur oriental "d'intacte", ce qui n'était pas le cas, et en considérant qu'il lui aurait été, en tout état de cause, difficile d'apprécier la largeur de la bande de mosaïque blanche côté sud.

12 S. Gozlan, La maison du triomphe de Neptune à Acholla (Botria-Tunisie), I, Les mosaïques, INAA-EFR, 160, 1992 (cf. p. 15-22 et pl. VI-VII).
Les six pavements sont ceux de la grande salle II d'Acholla, datée des années 160-170, de la salle 9 de la maison du Paon à El Jem "donné comme d'époque sévérienne", de Sousse "daté du début du IIIe siècle (?)", d'Hippone "dans un contexte du IIIe siècle", un second tapis d'Acholla dans le caldarium des thermes "de Trajan [datant] de la restauration des parties chaudes de l'édifice (IV-Ve siècle ?)", un pavement provenant des thermes d'Aïn Touta, conservé au musée d'Alger (p. 21).

13 M. Fendri, "Évolution chronologique et stylistique d'un ensemble de mosaïques dans une station thermale à Djebel Oust (Tunisie)". La mosaïque gréco-romaine, Colloques internationaux du CNRS, Paris, 1963, p. 157-174.
M. Fendri date du milieu du IVe siècle cette mosaïque, avec deux appréciations intéressantes. À Djebel Oust "...à ce stade commence le style compartimenté que nous ne quitterons plus. Le décor est désormais enfermé dans une composition rigide faite de carrés, losanges et figures dérivées. Les éléments de géométrie pure occuperont une place croissante à l'intérieur des figures" (p. 164). Le remplacement des octogones par des hexagones : "Une erreur de composition flagrante, indice certain de décadence,... source des irrégularités que l'on peut observer dans les lignes géométriques" (p. 165).
La comparaison entre les croix du pavement de Djebel Oust et celles d'Uppenna a été prise comme exemple "dell'invarianza del significante versus la mutazione del significato" dans l'étude de S. Casartelli Novelli, "Documento — Monument » - Testo artistico : orizzonte epistemologico della scultura altomedievale tra 'Corpus' e 'Corpora", Arte Medievale, IIe série, année V no2, 1991, p. 1-48, ici p. 8-9.

14 A. Carandini, A. Ricci, M. de Vos, Filosofiana. La Villa di Piazza Armerina. Immagine di un aristocratico romano al tempo di Constantino, Païenne, 1982, et cf. ph. p. 160. Sur ce pavement, les croix tressées ont deux boucles comme celle qui a été refaite, bien plus tard, sur le pavement contenant les épitaphes de Faustina et Spendeu.

15 R. Bianchi Bandinelli, Rome, la fin de l'art antique, Coll. L'Univers des formes, Paris, 1978, p. 237, et le rapprochement avec les mosaïques de Djebel Oust (fig. 221, p. 240).

16 J.-P. Caillet, L'évergétisme monumental chrétien en Italie et à ses marges d'après l’épigraphie des pavements de mosaïque (IV-VIIe siècles), EFR, 1993 :
Même composition octogone, croix, carré dans la salle sud, travée II collatéral nord du groupe épiscopal (complexe "théodorien") fig. 105 à 107 et p. 135. "La totalité des mosaïques, soit plus de 1500 m2, a dû être posée d'un seul jet entre 313 (Paix de l'Église) et 319 environ (fin de l'épiscopat de Théodore)".

17 U. Fasola, "Lavori nelle Catacombe", Rivista di Archeologia cristiana, LIV, 1-2, 1978 p. 16 à 19 (fig. 4 et 5). On remarquera la même tresse d'encadrement du carré central (fig. 5) qu'autour des carrés d'Uppenna. Pour l'auteur, le lieu était une de ces catacombes de droit privé qui se développèrent au IVe siècle, en même temps que les grands cimetières communautaires (p. 17).

18 "Pendant les travaux de déblaiement, on reconnaît plusieurs portions d'une mosaïque antérieure à celle que l'on vient d'enlever. Elle est composée uniformément de cubes blancs. Elle paraît de même époque que la portion de mosaïque primitive découverte à la précédente séance et mentionnant les martyrs, celle qui recouvrait le sol de l'absidiole" (P.V., p. 20).

19 "L'ouvrier met à nu des tuiles inclinées, couvrant une tombe, et à côté, une auge rectangulaire formée de grandes briques, longue de 1 m 90 sur 0 m 45 de largeur intérieure. Ces deux sépultures correspondent aux épitaphes de la mosaïque désignant les tombes de Faustina, morte à l'âge de 53 ans, et de Spendeu, mort à l'âge de 5 ans" (P.V., p. 21).
Le croquis des P.V. mais aussi la première esquisse donnent des longueurs comparables pour les deux sépultures. Les indications de longueur marquées pour l’imprimeur étaient de 9 pour la tombe de Baleriolus, 9 1/2 pour celle de Spendeu, 10 pour celle de Faustina, qui était toutefois moins large (respectivement 5 1/2, 4 1/2 et 3).

20 Les P. V. donnent pour "le revêtement de ciment" de la sépulture une longueur de 1,45 m, mais cette indication est antérieure au dégagement complet de la tombe, comme le prouve la suite de la lecture du texte. "On travaille à le dégager [le revêtement]... Exploré de nouveau l'après-midi...". En définitive, le tombeau mesure intérieurement 1,90 m. Pour nous, le repère essentiel est évidemment celui de l'extrémité sud découverte en premier.

21 "...la démolition du mur antérieur du compartiment..." (p. 21). Il ne s'agit pas de l'édicule protégeant la grande mosaïque des martyrs, puisque l'indication en est donnée à propos de la découverte de la fin d’épitaphe b in pace située à l'opposé. "Parallèlement aux tombes de Faustina et Spendeu, le long de la paroi qui limite à gauche le compartiment..." (p. 22).

22 Il aurait été important de savoir si ces cubes de mosaïques avaient été vus dans la partie de l'édicule, à l'intérieur du mur d’absidiole, ou à l'extérieur. Dans la première hypothèse, il s'agirait, avec une forte probabilité, des tesselles de la première inscription martyriale.
La description des découvertes (p. 10) ne permet pas de trancher. Ces "débris" sont mentionnés immédiatement après la mise au jour du coffret. On serait donc en droit de déduire qu'ils ont été trouvés à l'extérieur de l'absidiole. Mais immédiatement après, le texte fait part de la découverte de l'amphore à large panse fermée avec du plâtre, située à l'intérieur de l'hémicycle de l'absidiole. Ce n'est qu'ensuite que cette absidiole est mentionnée.

23 On remarque que la largeur intérieure de l'édicule rectangulaire est de 2,80 m. Ce chiffre correspond à l'addition de 1,14 m + 0,32 m (le coffret) + 1,34 m. Or la somme 1,14 m + 0,32 m soit 1,46 m occupe une longueur inférieure à 1,34 m sur le croquis.

24 Ces pierres de taille sont visibles à deux endroits : sur la face antérieure, la cassure s'est faite à la jonction de deux blocs ; au premier plan, la pierre de taille reposait sur le côté externe des fondations (en prolongement, vers l'observateur, on observe la partie sud-est de l'édicule de la grande mosaïque des martyrs).

25 Le dessinateur a tenu à distinguer les indications : 2,10 m (côté est de l’édicule ou de l'alignement nord-sud et largeur maximale de la mosaïque), 2 m côté ouest (les deux points semblant localiser les extrémités de la face intérieure du mur d'absidiole).

26 Il est assez difficile de déterminer si ces deux inscriptions se trouvaient dans le même axe puisqu'il ne saurait exister de photos les représentant ensemble (l'invocation de la contremarche a été découverte après l'extraction du fragment d'épitaphe martyriale).
La comparaison entre la photo du chanoine Raoul – fig. 1492 et 1501 - et le plan des P.V. – fig. 1421-2 – est de nature à nous induire en erreur. Sur le cliché, on observe que le début du cadre de l'inscription de la contremarche se situe à peu près dans l'alignement du côté sud de la tombe du jeune adulte. Sur le plan, le mur de l'absidiole semble à peu près dans cet alignement. Si, à partir de cette double disposition, on place l'invocation de la contremarche face à l'absidiole, en respectant les proportions des dimensions, on déduira que le texte de l'invocation était décentré par rapport à celui de l'absidiole, déporté vers la gauche (le nord) et que la marge initiale de mosaïque blanche n'existait probablement pas, ou alors qu'elle avait débordé à l'extérieur du cadre de l'absidiole.
Cependant, nous avons observé que le plan des P.V. était erroné, notamment dans la représentation de la distance entre l'extrémité de la tombe du jeune adulte et le bord latéral nord de la sépulture de Baleriolus.
Nous devons donc nous en tenir exclusivement à l'observation des clichés. La seule comparaison pertinente est celle des photos fig. 130 et fig. 1492-1501. Sur la photo du chanoine Raoul, le centre du cadre de l'inscription se situe à la lettre M de marturibus. Le texte des P.V. d'ailleurs l'atteste à juste titre (p. 22, n.l). On est à peu près dans le prolongement de la ligne du bord intérieur gauche, nord, de la tombe de Baleriolus, légèrement à l'intérieur de cette ligne. Sur la photo 130, nous observons que le côté intérieur du mur sud de l'édicule rectangulaire est approximativement dans l'alignement du bord sud de la mosaïque de Baleriolus. En admettant la superposition de la mosaïque et de la tombe de l'évêque, authentifiée par l'emplacement de la cassure faite dans le pavement du chœur oriental au moment de l'inhumation, et en considérant l’emplacement du mur sud de l'édicule sur la plate-forme de l'absidiole, nous déduisons que le centre du diamètre de l'absidiole et le milieu de la dédicace (lettre M) sont dans le même axe.
L'erreur du plan des P. V. tient à ce que son auteur, le chanoine Pavard, a dessiné le diamètre de l'absidiole d'après la largeur du texte de l'invocation, croyant qu’ils étaient identiques. Or la mosaïque de la contremarche était plus réduite (invocation : cadre 1,34 m ; mosaïque d'absidiole : cadre de l'inscription au minimum 1,50 m / largeur totale de la mosaïque de l'invocation, y compris la marge nord que le plan ne prend pas en compte – 1,80 m – c'est-à-dire 1,34 m + 2 fois approximativement 0,23 m - ; largeur de la mosaïque de l'absidiole : 2 m.

27 P. Monceaux : "Au début, l'on doit sans doute restituer : (ae)tatis suae, ou (civi)tatis suae", Enquête 335, p. 335 ; le Bulletin des publications hagiographiques, Analecta Bollandiana, 1906, p. 351, reproduit : aetatis suae. Y. Duval : "L'inscription constituerait la fin de celle de l'abside : les listes de martyrs, comme les diverses autres formes d'ex-voto sont ainsi souvent signées par leur dédicant. Ici le nom est perdu, mais le possessif...suae renvoie forcément à ce dédicant nommé dans la lacune", Loco Sanctorum Africae, I, EFR, 1982, p. 63.
E. Schneider se réfère implicitement à la mention du Gloria à la fin du texte de la grande mosaïque d'Uppenna mais pas sur l'absidiole. Il prolonge donc le texte de la première mosaïque par le chant du Gloria sur la contremarche et émet une hypothèse concernant "la manière dont le Gloria a pu être chanté à Uppenna" : (Gloria in escelsis Deo et in tera pacs ominibus bonae volun)tatis suae beatissimis marturibus, article "Le baptistère d'El-Gaalla", IBLA, Revue de l'Institut des Belles Lettres Arabes, Tunis, 58e année, no 175, 1995-1, p. 85 à 106, particulièrement p. 90-91.

28 "Le dallage byzantin" est pour Monceaux le sol du chœur oriental marqué sur la photo par la limite inférieure du crépi !

29 La hauteur conservée de la maçonnerie qui supporte l'invocation de la contremarche est indiquée par l'emplacement du vêtement dont la partie inférieure est cachée par cette maçonnerie. Si cette maçonnerie n'a pas été démolie lors de l'enlèvement de la mosaïque de l'absidiole, c'est parce que l'intervention fut réalisée à partir de l'ancien emplacement de la grande mosaïque des martyrs (du nord vers le sud) et aussi en raison de la largeur de cette maçonnerie, l'épaisseur du mur nord-sud que nous avions observée sur le cliché de la fig. 144, sur lequel ne courait pas la fin de l'inscription de l'absidiole.

30 A. Merlin au Père Delattre, le 17 juillet 1906, en réponse à la lettre dans laquelle le religieux avait rendu compte de la troisième Mission à Uppenna : "Ce que vous me dites de la chaleur que vous avez eue ne me surprend qu'à moitié car M. Sadoux, l'an dernier, en avait déjà beaucoup souffert".

31 À Sidi Abich, le 6 juillet 1905, on agit de même. Les investigations furent cependant bien plus superficielles (rien de comparable à la découverte du dépôt d'ossements, sous la tombe de Baleriolus). M. Fino réussira à recomposer, dans l'église d'Enfidaville, le pavement qui entourait la mosaïque de Paulus.

32 La hauteur du crépi conservé au moment de cette prise de vue prouve que l'engagement des fers pour soulever la grande mosaïque s'était fait assez haut, près de la mosaïque, et en oblique, de haut en bas, ce qui explique non seulement la brisure de la mosaïque d'absidiole mais aussi la dislocation des moellons de fondations de la conque absidiale (fig. 144).

33 La première rédaction de Gauckler sur l'évolution en deux temps de la basilique d'Uppenna se trouve dans le manuscrit du "Rapport sur les travaux de la Mission archéologique française de Tunisie en 1904-1905" (cf. Upp. I, p. 243). Ce texte fait, certes, partie d'un rapport adressé à la Direction des Missions justifiant l'utilisation de subventions et n'a peut-être pas la rigueur d'une publication scientifique. Néanmoins, il est très précis dans la distinction des éléments appartenant à l'un ou l'autre des états et la dalle tumulaire de l'évêque Baleriolus est clairement identifiée comme antérieure à l'exhaussement "du niveau primitif de la nef "sous la domination byzantine".

34 Caractéristiques de cette mosaïque évoquées par Gauckler (BAC 1904, p. CXCVIII-IX, etc.) pour une attribution à l'époque byzantine : l'élégance de la mosaïque, la forme des lettres et "la barbarie de l'orthographe" (Hec sunt nomina...Gloria in escelsis Deo et in fera pacs ominibus). Arguments évidemment contradictoires même si la déficience de l'orthographe était invoquée pour une datation dite de basse époque. Plus intéressante est la référence à la mention finale du Gloria et à la représentation de la Croix gemmée, imitation de la Croix gemmée de Jérusalem (pour la discussion de ce double aspect, je renvoie, id, au chapitre VII).

35 Sur cette discussion qui concerne l'évolution du plan de la basilique et donc la position par rapport aux colonnades, je renvoie au très long développement de mon article d'Africa VII-VIII, p. 206-220, mais aussi à la synthèse de ce chapitre et à la reconstitution proposée (fig. 182-183).

36 Cette affirmation est en opposition avec le texte des P.V., notamment avec la mention de la découverte de l’amphore à large panse, fermée avec du plâtre, dans la couche de remplissage de 30 cm d'épaisseur sous la grande mosaïque des martyrs. Le fait que l'on considère cette amphore comme pouvant contenir les reliques de la première mensa martyriale signifiait que le sol de la première inscription martyriale était dessus et donc dans l'espace des trente centimètres.

37 Cette affirmation est en opposition avec les photos de l'époque, notamment avec deux d'entre elles que Gauckler avait en sa possession : la fig. 130 publiée dans les NAM (pl. XXIV) et la photo du chanoine Raoul, insérée dans les P.V. (fig. 149). Sur la première photo, on voit la grande mosaïque des martyrs en place. Sur la seconde, on ne distingue certes pas la plate-forme de la mensa absidiale mais on la situe approximativement (partie supérieure du crépi qui recouvre en partie l'invocation de la contremarche). Sur ces deux photos il y a un repère commun, l'extrémité de gauche de la face ouest de l'édicule rectangulaire. Il atteste de la faible dénivellation des deux inscriptions martyriales.

38 Le talon de fondation à l'arrière du mur devant le pavement de [Re]stituta est 35 cm sous ce pavement. Le talon des fondations en face de la mosaïque des audientes est 15 cm sous cette mosaïque, mais la mosaïque de [Re]stituta est 12 cm plus haut que celle des audientes.

39 Le bord intérieur du côté nord se situe à peu près en face de l'actuelle extrémité sud du blocage "de la tombe du jeune adulte" (fig. 164). Mais un rapprochement avec le cliché du chanoine Raoul (fig. 1491-2) pourrait être de nature à nous induire en erreur car l'extrémité du blocage de cette tombe, alors longue de 1,90 m, était plus au sud à l'époque de la photo prise en 1905 (se reporter à la discussion concernant la position de l'extrémité nord de l'absidiole sur le plan des P.V., fig. 1421-2, et du début de la ligne de l'invocation de la contremarche).

40 2,60 m correspond à la distance entre la face interne du côté est du mur de l’édicule et le bord est des fondations de l'ancien mur d'axe nord-sud, sur lequel avaient pris appui la partie antérieure de l'absidiole et, pour une part, le côté ouest de l'édicule.

41 La représentation de la fig. 180 date des investigations de 1990, la différence avec le périmètre des sols à + 46 cm et + 23 cm (fig. 162-1641) observable en 1971 s'explique par un effritement latéral de ces derniers.

42 Sondage supervisé par M. N. Ben Lazreg de l'INP, que je remercie de son aide précieuse. Les tessons de céramique et fragments d'amphore sont dans les réserves de l'INP.

43 Rappelons que la hauteur maximale des murs n'a pas été mesurée. La fig. 129 est très instructive : à droite de la mosaïque décorative verticale, il y a un contrefort qui ne peut être que de l'état byzantin, donc enterré à cette époque. Au-dessus de cette mosaïque, l'avancée si disgracieuse d'une maçonnerie, résultat de surélévation, était aussi cachée. On ne peut croire qu’elle existait à l'état antérieur et gâchait de la sorte l'esthétique de l'ensemble pavement du chœur oriental-deuxième mosaïque des martyrs.

44 "M. Mangiavacchi a remis à M. de La Blanchère l'estampage d'un fragment d'une tombe chrétienne trouvée à Henchir-Chigarnia (Uppenna)...", R. Cagnat "Inscriptions nouvelles d'Afrique", BAC 1889, p. 361. P.V. d'une double Mission, p. 9, n.9 avec représentation (cf. Upp. I, Annexe p. 272). Se reporter aussi à la lettre du Père Delattre au chanoine Pavard, du 16 février 1906, cf. Upp. I, Annexe p. 256-257) ; Monceaux, Enquête 237, p. 185-186. Merlin, ILT 214 ; CIL 23040 ; ILCV 2104 adn. Y. Duval, Loca Sanctorum Africae, I, op.cit., notice 30, p. 67-68.

Table des illustrations

Légende (Uppenna I, fig. 5)
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/20216/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Légende Fig. 129. Vue prise d’axe ouest-est, montrant au premier plan la mosaïque de l’évêque Baleriolus, insérée dans le pavement du chœur oriental, et dans la partie supérieure du cliché la face ouest de l’édicule contenant la deuxième mosaïque des martyrs. Fonds Prélature.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/20216/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Légende Fig. 130. Photo reproduite, Upp. I, fig. 101, extraite du Rapport sur des inscriptions latines de Gauckler, NAM, t. XV, pl. XXIV. Seule photo connue représentant la deuxième inscription des martyrs disposée sur la plate-forme à l’intérieur de l’édicule. Cette plate-forme a été établie une quarantaine de centimètres au-dessus du sol du pavement du chœur oriental. À l’extérieur, à droite du cliché, on observe une partie de la base de colonne, la cinquième de la colonnade sud de l’église byzantine (se reporter pour comparaison à la fig. 108). Cette base de colonne confirme la considérable surélévation du sol de l’église byzantine par rapport au sol du pavement du chœur oriental et l’antécédence de la deuxième mosaïque des martyrs. La surélévation du sol byzantin est de 70 cm (fig. 6-7).
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/20216/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 748k
Légende Fig. 131-132. Anciens clichés représentant le pavement du chœur oriental, fig. 131 – MB 333 –, vue prise d’axe est-ouest ; fig. 132 – MB 335 – vue prise d’axe sud-est-nord-ouest. Les deux plaques de verre sont datées de février 1905. Dans le coin supérieur gauche de la fig. 131, des blocs de soubassement de la quatrième base de colonne sud de l’église byzantine ont mutilé le pavement du chœur oriental. Des blocs de soubassement de la même base de colonne ont également mutilé les mosaïques C.7, C.8 disposées sur le premier sol (fig. 78).
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/20216/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 944k
Légende Fig. 133. Ancien cliché représentant le pavement du chœur oriental. Axe de prise de vue ouest-est. Fonds Prélature.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/20216/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 688k
Légende Fig. 134. Fragment de la bordure du pavement du chœur oriental trouvé en 1971 dans les remblais à l’ouest des absides (dimensions : 13 cm x 16 cm).
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/20216/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Légende Fig. 135. Partie nord-ouest du pavement du chœur oriental intégrant les épitaphes de Faustina et de Spendeu, conservée au musée d’Enfidha.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/20216/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 656k
Légende Fig. 136. Mosaïque tombale de l’évêque Baleriolus au musée d’Enfidha.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/20216/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Légende Fig. 137. Partie du tapis du chœur oriental, située au sud (cf. fig. 131), découpée, montée sur châssis, photographiée en 1906-1907-MB 493 – et disparue aujourd’hui.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/20216/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Légende Fig. 138. Reconstitution du pavement du chœur oriental, sans l’éventuelle bordure sud, comportant les mosaïques de Baleriolus, Faustina, Spendeu.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/20216/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 1008k
Légende Fig. 139. Reconstitution du pavement du chœur oriental, avec l’éventuelle bordure sud, comportant les mosaïques de Baleriolus, Faustina, Spendeu.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/20216/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 1016k
Légende Fig. 140. Reconstitution du pavement du chœur oriental. État antérieur à l’insertion des mosaïques des défunts.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/20216/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 1000k
Légende Fig. 141. Croquis concernant le sous-sol du chœur oriental. Investigations de la deuxième Mission archéologique. Dessin conservé à la Prélature.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/20216/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende Fig. 1421. Croquis présenté dans les P.V. d’une double Mission, p. 25 (se reporter à Upp. I, p. 280).
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/20216/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Fig. 1422. Croquis du chanoine Pavard, en vue de la publication des Procès-Verbaux. Ce dessin fut donné à l’imprimeur (un double a été conservé à la Prélature) avec les indications supplémentaires suivantes : En bas à gauche, en liaison avec la base de colonne : « Le rond du coin doit être régulier tout en pénétrant l’indication du mur ». Échelle des représentations : « mur » du chœur oriental : nord-sud, extérieur : 24, estouest, extérieur : 21. Tombe du jeune adulte :10-5½ ; tombe de Baleriolus :9-5½ ; tombe de Faustina : 10-3 ; tombe de Spendeu :9½-4½ ; tombe de Bictoria :9½ (pas de largeur) ; dépôt d’ossements au sud de la tombe de Baleriolus :63/4 ; distance entre le côté ouest de ce dépôt et l’angle sud-ouest du cadre du chœur oriental, intérieur :31/4 L’imprimeur a modifié, en fonction de ces données, le croquis du chanoine Pavard (sur le croquis, la longueur de la tombe de Baleriolus est légèrement supérieure à celle de la tombe du jeune adulte, ce qui n’est plus le cas dans la version définitive ; les largeurs des tombes de Faustina et Spendeu ont évolué. Mais la tombe de Baleriolus est demeurée beaucoup plus large que celle du jeune adulte).
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/20216/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Légende Fig. 143. La mosaïque de Bictoria, musée d’Enfidha.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/20216/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Fig. 144. Photo – reproduite Upp. I, fig. 102, – prise le 16 juin 1905 ; extraite du Rapport sur des Inscriptions latines, de Gauckler, NAM, t. XV, pl. XXIV. Le Père Delattre et le chanoine Raoul contemplent le fragment conservé de la première inscription des martyrs. Le musée du Bardo conserve une photo semblable, seule la disposition des personnes présentes change – MB 319.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/20216/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 828k
Légende Fig. 145. La première mosaïque des martyrs (= fig. 32, Upp. I, p. 166).
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/20216/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 384k
Légende Fig. 146. Extrait du dessin de Sadoux ou Drappier, archives de l’INP (cf. Upp. I, fig. 16, p. 117).
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/20216/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 528k
Légende Fig. 1471. Croquis présenté dans les P.V. d’une double Mission, p. 13 (se reporter à Upp. I, p. 274).
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/20216/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Fig. 1472. Croquis, avec mesures, localisant l’absidiole des martyrs et la partie conservée de la première inscription par rapport à l’édicule rectangulaire entourant la deuxième inscription, en vue de la publication des Procès-Verbaux.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/20216/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Légende Fig. 148. Proposition de reconstitution du texte de la première inscription des martyrs. Discussion, ch. XIII.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/20216/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 428k
Légende Fig. 1491 et 1492. Double tirage du cliché pris par le chanoine Raoul et publié dans les P.V d’une double Mission (se reporter à Upp. I, fig. 48).
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/20216/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 916k
Légende Fig. 1501. La fin de l’invocation de la « contremarche d’absidiole ». Agrandissement du cliché du chanoine Raoul (fig. 1492).
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/20216/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Légende Fig. 1502. La fin de l’invocation après son extraction de la basilique d’Uppenna et avant sa mise en place dans l’église d’Enfidaville. Noter l’état de la partie supérieure des lettres (représentation dans le livre du Père Delattre, Le Culte de la Sainte Vierge en Afrique, p. 105).
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/20216/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende Fig. 1503. La fin de l’invocation conservée au musée d’Enfidha. Le trait supérieur horizontal n’est pas d’origine.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/20216/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Fig. 151. Vue prise d’axe nord-sud, suivant l’alignement du mur nord-sud disposé de part et d’autre des extrémités de l’absidiole des martyrs et de la face ouest de l’édicule de la deuxième inscription des martyrs. Au premier plan, l’emplacement de la concession C.4-C.5 et de la mosaïque de Bictoria (fig. 66). En haut, les mosaïque des audientes C.l et de [,..]dio[...] C.2, le sarcophage monolithe avec le fût de colonne, la mosaïque de [Re]stituta C.3 et le mur latéral sud de l’église commun à toutes les époques (fig. 57).
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/20216/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende Fig. 152 à 155. Face est de ce mur nord-sud, au nord des inscriptions martyriales.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/20216/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Légende Fig. 152. Vue d’ensemble : au premier plan, la trace du mur en oblique correspond à la face nord de l’édicule de la deuxième inscription des martyrs.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/20216/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Légende Fig. 153 et 154. Angle nord-est.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/20216/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Fig. 155. Partie située à l’arrière de la concession familiale C.4-C.5 et de la sépulture de Bictoria (à l’extrême gauche).
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/20216/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Légende Fig. 156. Face est du mur nord-sud, côté nord. La trace de mur au premier plan correspond à la face nord de l’édicule de la deuxième inscription des martyrs (fig. 152).
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/20216/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Légende Fig. 157-158. Face est du mur nord-sud, côté sud. Le contrefort que l’on observe au centre de la fig. 157 est dans le prolongement de l’appendice entre les mosaïques des audientes et de [Re]stituta de l’autre côté du mur (fig. 57-58), ainsi que de la colonnade sud de l’église du premier état.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/20216/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 508k
Légende Fig. 159 à 161. Face est du mur nord-sud, côté sud. Vues se déplaçant de l’angle sud-est (fig. 159, à gauche) à la limite de la conservation du mur près de l’ancien emplacement du côté sud de l’absidiole des martyrs (fig. 161, à droite). Le contrefort – fig. 160 et 161 – est celui de la fig. 157.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/20216/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 868k
Légende Fig. 162. Secteur des monuments des martyrs et du chœur oriental. Plan de localisation des vestiges conservés, visibles en 1971.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/20216/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre Fig. 163 à 1641-2. Emplacement des monuments des martyrs.
Légende Fig. 163. Prise de vue d’axe nord-sud.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/20216/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Légende Fig. 1641. Prise d’axe de vue ouest-est (se reporter au plan, fig. 162).
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/20216/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Légende Fig. 1642. Vue d’axe ouest-est, prise de l’emplacement de l’édicule de la deuxième mosaïque des martyrs. À gauche, alignement de la face nord de l’édicule. Au premier plan, maçonnerie – cf. (3a) et (3b) sur le plan de la fig. 162. Au fond, mur du fond de l’église de l’époque de l’abside b arasé au moment de la transformation byzantine (également fig. 167).
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/20216/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 416k
Titre Fig. 1651-fig. 1652. Fondations et élévation du mur sud de l’édicule de la grande mosaïque des martyrs.
Légende Fig. 1651. Fondations et mur, au premier plan à droite ; à gauche, maçonnerie (3a), (3b) – fig. 162 ; à l’arrière plan, mur du fond.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/20216/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 532k
Légende Fig. 1652. À gauche, mur de l’édicule ; à droite, au premier plan, mortier de soubassement de tombes et de séparation de tombes ; à droite au deuxième plan, avancée de mur portant une base de colonne à l’époque de l’édification de la grande église byzantine.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/20216/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 524k
Légende Fig. 166. Sépulture dégagée au sud de l’emplacement des monuments des martyrs. Vue prise d’axe nord-ouest -sud-est (coupe, fig. 180).
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/20216/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Titre Fig. 1671-fig. 1672. Mur du fond de la basilique correspondant à l’abside b, et fondations du mur de l’église byzantine, deuxième état.
Légende Fig. 1671. Vue prise d’axe sud-nord. Au premier plan, l’échancrure dans le prolongement du collatéral sud. (enclos des martyrs et quadratum, partie gauche de la photo).
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/20216/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 496k
Légende Fig. 1672. Vue prise d’axe nord-sud. (enclos des martyrs et quadratum, à droite de la photo).
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/20216/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 468k
Légende Fig. 1681-3. Mur à l’est des monuments des martyrs, sondage contre la partie centrale, face ouest. Vues prises de l’emplacement de l’édicule rectangulaire.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/20216/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 744k
Légende Fig. 169 à 177. Sondage dans la nef latérale sud de l’église byzantine, depuis le sol de la mosaïque géométrique (fig.112-113), contre la face externe du mur du fond de l’église de l’état b. Se reporter à la coupe – fig. 179. (fig. 169-172, vues prise d’axe nord-sud).
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/20216/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 872k
Titre Fig. 173-177. Même sondage, suite.
Légende Fig. 173-174. Vues prise d’axe est-ouest.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/20216/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 424k
Légende Fig. 175. Axe sud-nord.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/20216/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende Fig. 176. Axe nord-sud.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/20216/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Légende Fig. 177. Tuile de 0,48 m x 0,36 m ; observation fig. 175.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/20216/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre Récapitulation sur les niveaux des sols
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/20216/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Fig. 178
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/20216/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre SONDAGE COTE SUD FACE EXTERNE DU MUR EST
Légende Fig. 179. Sondage face externe du mur est – p. 228-234 et fig. 169-177.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/20216/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 432k
Titre Emplacements de sépultures au Sud des monuments des martyrs.
Légende Fig. 180. Emplacements de sépultures au sud des monuments des martyrs description, p. 223, fig.166.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/20216/img-53.jpg
Fichier image/jpeg, 540k
Titre N. Duval : Plan des monuments martyrologiques superposés et coupe.
Légende Fig. 181. N. Duval, Les églises africaines à deux absides, II, op.cit. Notice XIII, Uppenna, p. 87-106 ; plan, p. 98 ; fig. 49-50 : « Uppenna, plan des monuments martyrologiques superposés et coupe. Reconstitution d’après Delattre et les documents Sadoux ».
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/20216/img-54.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Titre Monuments des Martyrs et Chœur oriental
Légende Fig. 182
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/20216/img-55.jpg
Fichier image/jpeg, 668k
Légende Fig. 1831
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/20216/img-56.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Légende Fig. 1832
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/20216/img-57.jpg
Fichier image/jpeg, 255k

© Presses universitaires du Midi, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search