Version classiqueVersion mobile

Archéologie et histoire de l’Église d’Afrique. Uppenna I

 | 
Dominique Raynal

Chapitre IV. À propos d’Uppenna

Rencontres, passions et vision de l’histoire

Texte intégral

1. PAUL GAUCKLER ET LE PÈRE DELATTRE UNE CŒXISTENCE CONFLICTUELLE

1En 1904-1905, ni le Père Delattre, ni Gauckler ne savent qu’ils sont au terme d’une cohabitation institutionnelle conflictuelle. Fin 1903-début 1904, au même moment – ce qui est très étonnant –, chacun des deux se voit ou se croit confronté à l’épreuve de la persécution. Ils sont persuadés qu’on veut leur faire quitter ce qui leur tient le plus à cœur : pour l’un, les fouilles de Carthage et la direction du musée Saint-Louis (ou Lavigerie), pour l’autre, la Direction des Antiquités.

2La lecture des lettres échangées et conservées entre Paul Gauckler et le Père Delattre témoigne de leur urbanité et au minimum d’une apparence de considération. Le premier assure le religieux de « son respectueux et très cordial dévouement », le second de « l’expression de ses sentiments de très respectueux attachement », cela pendant douze ans.

  • 1 Voici deux instantanés de ces relations en 1896 et 1899 :
  • 2 Lettre adressée le 17 mai 1904, donc quelques mois à peine avant le début des fouilles à Uppenna : (...)

3Les lettres de Gauckler expriment cependant assez bien ces difficultés relationnelles. Il est soucieux de manifester son autorité sur le domaine de Carthage1, quelquefois, sous le coup de la colère, et conformément à son tempérament, de manière cassante2. Bien des missives font état de rendez-vous manqués comme celles du 14 et du 21 février 1905 déjà citées (cf. p. 57 – textes p. 240-241, 254), ou de problèmes pour coordonner des actions où ils doivent se retrouver côte à côte, comme lors de l’Exposition Universelle de Marseille en 1900.

  • 3 Extrait de la lettre de Héron de Villefosse au Père Delattre, le 16 octobre 1904 :
    « ... En quittant (...)
  • 4 Extrait de la lettre du 5 décembre 1902 : « J’ai été très sensible à l’aimable pensée que vous avez (...)
  • 5 Extrait de la lettre du 3 janvier 1903 : « Mon Révérend Père. Vous trouverez dans le liber de promi (...)

4Il me paraît néanmoins ressortir comme impression marquante de l’analyse de ce courrier que Gauckler éprouve un complexe face au Père Delattre – ce qui était sans doute le cas de bien des personnes qui approchaient le religieux. Bien qu’il soit convaincu de sa propre supériorité dans la conduite scientifique des fouilles3, il est en recherche de reconnaissance à un niveau qui dépasse le cadre institutionnel. Son vœu paraît être de se hisser à une cogestion intellectuelle sur Carthage avec le Père Delattre, mais avec un Père Delattre fonctionnalisé dans le Service des Antiquités ! En réponse à l’envoi par ce dernier de photos d’objets découverts, il exprime une admiration qui ne paraît pas feinte et montre, par des développements techniques, tout l’apport qui pourrait être le sien4. Ses intrusions dans les domaines de l’épigraphie et de l’archéologie chrétiennes de plus en plus nombreuses durant la deuxième période de sa direction des Antiquités s’expliquent partiellement par cette recherche de reconnaissance. L’aide qu’il peut ponctuellement apporter au Père Delattre dans ce domaine constitue certainement pour lui un motif de fierté, surtout si elle concerne des découvertes de Carthage5 !

  • 6 Extrait de la lettre adressée le 22 décembre 1894 à X. Charmes, directeur de la comptabilité au min (...)
  • 7 Le 5 janvier 1904, dans une lettre adressée au Secrétaire général du Gouvernement tunisien, M. Roy, (...)

5Les lettres et rapports de Gauckler au ministère de l’Instruction Publique montrent toutefois l’étendue des reproches adressés aux autorités ecclésiastiques dans la dilapidation du patrimoine archéologique de Carthage, par suite de ventes spéculatives de terrains qui leur avaient été concédés6. La priorité qu’il donne aux fouilles de Carthage tend à éviter, autant que faire se peut, l’irréparable, mais il manque des indispensables moyens financiers d’intervention7.

  • 8 Lettre adressée au Directeur de l’Enseignement supérieur au ministère de l’Instruction Publique, le (...)

6Depuis le début de son activité en Tunisie et jusqu’à son départ, Gauckler a également lutté pour empêcher que la congrégation des Pères Blancs ne soit considérée comme propriétaire du musée Saint-Louis de Carthage. « Beaucoup de gens se figurent en outre qu’il suffirait d’arriver de me dégoûter de ma tâche au point de me décider à quitter Tunis pour que la Congrégation des Pères Blancs arrive à faire reconnaître par l’Etat l’accaparement du musée Saint-Louis qu’elle a si habilement préparé depuis tant d’années et contre lequel j’ai été, le seul à Tunis, à protester »8. Cette obsession se heurte évidemment à l’obsession inverse du Père Delattre et rend totalement illusoire une compréhension entre ces deux personnes.

7Pour autant, on peut exclure que Gauckler ait été partie prenante d’une tentative de déstabilisation ou de spoliation du Père Delattre sur fond de croisade anticongrégationniste ou antireligieuse. Cet univers n’est pas le sien, même s’il ne lui a sans doute pas déplu que certaines de ses analyses aient pu être récupérées dans des articles polémiques. Il n’y a pas lieu de suspecter la sincérité de son intérêt pour le passé chrétien de l’Afrique ni d’omettre de prendre en considération son attitude bienveillante face aux demandes des abbés Emmanuelli et Leynaud.

  • 9 Sa première intervention en tant que membre du Conseil presbytéral fut pour appuyer la demande de r (...)

8En ce qui concerne les convictions religieuses connues de Gauckler, on relèvera qu’il fut membre du Conseil presbytéral de l’Église réformée française de Tunis durant quatre ans, du 18 décembre 1897 au 22 novembre 1901, ces deux dates correspondant à des moments de renouvellement du Conseil9.

  • 10 Brouillon de la réponse du Père Delattre à la lettre de Cagnat du 22 mai 1898 (Archives des Mission (...)
  • 11 Le point de départ de l’organisation archéologique de la Tunisie se situe entre 1882 et 1885-86. En (...)
  • 12 Très explicite est ce paragraphe de la lettre de Cagnat à Delattre, le 22 mai 1898 :
    « Nous sommes e (...)
  • 13 Conférence de Gauckler, donnée en 1898, sur l’« Utilité du Service des Antiquités et Arts », citati (...)

9Les motivations de Gauckler peuvent être mises au compte d’une boulimie dévorante : « Comme l’appétit vient en mangeant, M. G. est devenu d’une voracité vraiment insatiable »10. Elles s’expliquent certainement aussi par la diversité des limitations à l’exercice des prérogatives de la Direction des Antiquités qui avaient été mises en place avant son arrivée ou au moment de sa prise de fonction. Le combat pour intégrer – ou réintégrer – dans les prérogatives de la Direction des Antiquités le musée Saint-Louis mais aussi le musée Alaoui au Bardo11, pour faire admettre un droit d’intervention à Carthage12 associé à un devoir de sauvetage, ne manquait pas de cohérence et de panache dans un univers colonial où le laxisme régnait en maître13. Il n’en demeure pas moins que ce combat fut jalonné de trop de maladresses et peut-être de fautes.

10Le Père Delattre, au prix d’un labeur considérable et d’une volonté indomptable, s’est consacré avec passion à la préservation et au développement des œuvres du cardinal Lavigerie : « Le musée Saint-Louis fait partie des œuvres créées à Carthage par notre illustre Fondateur et les PB. » Tout était dit dans cette simple phrase.

11Il vit toutes ces années de recherche et d’apostolat avec un sentiment oppressant de précarité sur l’avenir immédiat d’une œuvre dont il se donne pour mission d’être le mainteneur, ne cherchant pas à dissocier, contrairement à certains de ses supérieurs, l’esprit de la lettre. De cette conviction et de cette longue imprégnation découlent deux attitudes :

    • 14 Extrait de la note rédigée au soir de la retraite du 16 septembre 1906. Et encore, cette note tranc (...)

    la première est faite d’abandon et de confiance entre les mains de la divine Providence : « Et s’il plaît à la divine Providence que nous passions par l’épreuve, je Lui demande de conserver le calme et la générosité dans le sacrifice. J’ai l’espoir que la Très Sainte Vierge dont nous portons ostensiblement le Rosaire sur la poitrine préservera les fils et les œuvres du Cardinal Lavigerie en retour du culte et de la confiance filiale que notre Vénéré Fondateur lui avait voués »14.

    • 15 Cf. la lettre du 22 mai 1898, p. 174 n. 12. Toujours dans cette lettre : « Le mieux pour le moment (...)
    • 16 Gauckler, « M. G. » puis « M. X », revient très souvent dans le courrier de Héron de Villefosse. Ic (...)

    la seconde, une grande crispation qui lui fait accorder une importance quelquefois démesurée à des événements non décisifs, et à toutes les actions de Gauckler. Cette méfiance est amplifiée par les lettres de correspondants, Cagnat15 et surtout De Villefosse16, qui, sous couvert de réconfort, l’insécurisent encore plus.

12Les trois grands moments de vive inquiétude pour le Père Delattre se situent en 1893-94, en 1898, et de 1903 à 1905-06.

  • 17 L’auteur procède à un constat sévère de la réalité existante : la cession des terrains au cardinal (...)

131893-94. La Dépêche tunisienne fait paraître les 21 juin, 28 juillet, 1er août 1893, trois articles intitulés « Les ruines de Carthage », « Les fouilles de Carthage », « Fouilles et Musée », qui auraient pu s’intituler « Il faut sauver Carthage ». Ce plaidoyer en faveur d’une grande intervention de l’État français à la mesure du passé de la ville de Carthage concordait à l’évidence avec les vues de Gauckler17. Sa mise en chantier aurait inévitablement marginalisé et peut-être contraint au départ le Père Delattre. Six mois après, comme nous l’avons déjà mentionné (cf. p. 55), Gauckler utilise massivement et infructueusement la procédure d’enquête publique aux fins de classement au titre de monuments historiques des principales ruines et zones sensibles de Carthage.

  • 18 Extrait de la lettre du Père Delattre au Supérieur des Pères Blancs, Mgr Livinhac, le 5 janvier 189 (...)
  • 19 « ...Mgr l’Archevêque me disait ces jours derniers que ce serait découronner saint Louis que de lui (...)
  • 20 « ...N’acceptez à aucun prix le transfèrement de votre musée ; il est et il doit rester sur l’acrop (...)
  • 21 Il s’agit de l’utilisation faite de trois affirmations du compte rendu de la marche du Service des (...)
  • 22 Le témoignage donné ici par R. Cagnat est d’autant plus crédible que ce dernier, par ailleurs bien (...)
  • 23 Il est très suggestif de faire le lien entre cette correspondance et le double de la note adressée (...)

141898. Au début de l’année, le Résident général René Millet propose le transfert des collections du musée Saint-Louis dans un ancien palais du bey, le Lazaret18. Le Père Delattre s’oppose de toutes ses forces à une telle suggestion. Il réussira à fléchir ses supérieurs hiérarchiques qui paraissaient enclins à prendre en considération les avantages incontestables de la formule pour le présent et l’avenir mais qui n’osèrent pas heurter la farouche détermination du Religieux. Celui-ci fit état du soutien de l’Archevêque de Carthage19, de membres de l’Institut (A. Héron de Villefosse)20 ; les avis du Préfet de la Propagande et du cardinal Rampolla furent sollicités. L’argument de la malveillance de Gauckler fut abondamment utilisé, de manière excessive21 et peut-être totalement infondée22. En fait cette proposition s’inscrivait dans un plan d’ensemble de restructuration du service des Antiquités qui prenait aussi en compte la réintégration de musée du Bardo23. Elle correspondait certes aux souhaits de Gauckler. Mais rien n’interdit de penser que les autorités de tutelle n’aient pas estimé que cette réorganisation fournirait également l’opportunité de proposer à Gauckler une autre affectation hors de la Tunisie !

  • 24 On retiendra la première et la dernière phrases menaçantes : « Les Dioclétiens qui composent le gou (...)
  • 25 Cet article est publié entre la parution des deux décrets beylicaux du 7 août 1903 et du 2 décembre (...)

151903-1905-06. Le 28 octobre 1903, le journal Le Siècle publie un article de Gaston Thomson – « Tentative de captation » – concernant la congrégation des Pères Blancs et, donc, le musée Saint-Louis. L’argumentation se situait à un niveau fort médiocre24. Le Père Delattre y voit la conjonction d’une longue entreprise de dépossession, perpétrée par Gauckler, et de la persécution anticongrégationniste. La « grande épreuve » arrivait25. Dans une lettre du 25 décembre 1903, A. Héron de Villefosse confortait cette conviction (cf. p. 175 n. 16).

  • 26 Explication : à l’intérieur de l’enveloppe budgétaire, 2 000 francs étaient inscrits habituellement (...)

16Mais très curieusement, presque au même moment, P. Gauckler est affecté par la publication du budget de l’État tunisien pour 1904, le 30 décembre 1903. Le paragraphe 8 du Ch. iii (Administration générale, Service des Antiquités et Arts, matériel) inscrit une dotation de 17 090 francs contre 24 090 francs l’année précédente, ce qui fait, compte tenu des frais fixes, une diminution de moitié. C’était condamner à la fermeture le musée du Bardo, ce que Gauckler menace de faire immédiatement. Cette disposition budgétaire déclenche une effervescence et divers échanges de correspondances, qui culminent le 23 février 1904, avec la lettre signée de Delcassé, le ministre des Affaires Étrangères, à son collègue de l’Instruction Publique, dans laquelle sont jointes les explications du Résident général, Stéphen Pichon. Ce dernier, devant l’émoi manifesté, a compensé cette suppression par une dotation exceptionnelle équivalente, non sans avoir fait remarquer au ministre des Affaires Étrangères – lettre du 12 février 1904 – que le ministère de l’Instruction Publique n’avait pas à intervenir26.

  • 27 Dépêche télégraphique du ministère de l’Instruction Publique : 11 février et 24 juin 1904 (ANF F17/ (...)
  • 28 Dans sa lettre au Directeur du ministère de l’Instruction Publique, il ne craint pas de décrire par (...)

17L’heure du « châtiment » des « malfaiteurs » pronostiqué par Héron de Villefosse dans sa lettre du 25 décembre 1903 – cf. p. 175, n. 16 – avait-elle déjà sonné, ou ce dernier était-il déjà au courant, voire partie prenante, d’une tentative de contre-attaque visant « à me dégoûter de ma tâche au point de me décider à quitter Tunis » ? Toujours est-il que, durant Tannée 1904, la succession des dépêches télégraphiques ou lettres du ministère de l’Instruction Publique – et même du secrétaire perpétuel de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres – félicitant Gauckler, apparaissent comme des bouées de sauvetage lancées à un Directeur des Antiquités en grande difficulté27. Ce dernier, au surplus, dans ses explications sur l’infortune qui lui était arrivée, n’avait pas manqué de se mettre davantage à dos au moins une partie de l’administration territoriale française en Tunisie28.

18C’est donc dans ce climat que la découverte des mosaïques de la basilique d’Uppenna fournit l’occasion de l’ultime ou d’une des ultimes correspondances entre Gauckler et le Père Delattre.

19En quoi la situation personnelle alors incertaine de ces deux personnalités et leur difficulté relationnelle ont-elles conditionné leur attitude et leur apport à Uppenna ?

20En ce qui concerne Gauckler, il faut distinguer deux temps. Sans doute une crispation supplémentaire dans le conflit avec la Société archéologique de Sousse et le Dr Carton. Et ultérieurement, lorsque ses problèmes auront pris une tout autre ampleur, la difficulté à poursuivre les investigations puis à mener à bien l’œuvre de synthèse.

21Pour le Père Delattre, la conséquence, si conséquence il y eut, se situe à un niveau tout à fait différent. S’interpénètrent ici archéologie chrétienne et ecclésiologie.

  • 29 La succession de ces deux paragraphes dans la note rédigée le 16 septembre 1906 est significative : (...)

22La découverte d’une basilique de martyrs est porteuse, pour un croyant, d’émotion particulière. A fortiori pour un Religieux comme le Père Delattre, si imprégné du climat de persécution, une telle découverte était-elle chargée de sens, de communion, de fusion du passé et du présent29.

  • 30 « Mon doux et aimable Jésus... Quelle reconnaissance ne vous dois-je pas pour la présente année ? C (...)
  • 31 « Pour obtenir que la Société échappe à la persécution, je voudrais voir notre bien-aimé Supérieur (...)

23La lecture des notes rédigées au soir des retraites annuelles de septembre introduit à un univers bien différent de celui de comptes rendus archéologiques et scientifiques ! En retour de l’engagement solennel pris auprès de la Vierge Marie en 190430 et du souhait, dès 1903, que soient rétablis « parmi les missionnaires », la dévotion particulière et le culte extérieur aux Saints d’Afrique31, la divine Providence multiplie les signes de sollicitude grâce aux découvertes, toujours plus nombreuses, concernant le culte de la Vierge et des saints Martyrs.

  • 32 « Merci, mon Dieu, d’avoir continué à bénir mes recherches dans le sol de Carthage et d’avoir vu le (...)
  • 33 Il s’agit de la très célèbre et incomplète inscription, disposée au musée de Carthage, des saints S (...)

24La relation existentielle entre la prise de connaissance des témoignages d’un passé glorieux de l’Église persécutée et le temps présent est signifiée par la symbolique des jours de découverte correspondant à des fêtes de la Vierge, des saints d’Afrique ou à des anniversaires de la vie du cardinal Lavigerie dont l’œuvre paraît présentement à ce point menacée32. Il arrive même que la découverte d’une inscription insigne comme celle se rapportant aux martyres de Carthage – saintes Félicité et Perpétue – se fasse en plusieurs jours, l’œuvre ayant été retrouvée mutilée, ce qui démultiplie la symbolique33 !

25Un tel environnement mental et spirituel est-il de nature à interférer avec une interprétation ecclésiologique des documents exhumés ? Nous revenons ici à la question posée dans le chapitre précédent : « Et si la grande mosaïque était donatiste ? » et aux éléments qui servent de socle à une déduction que Monceaux et le Père Delattre, surtout le Père Delattre, qui à la différence de Monceaux s’était rendu à Uppenna, étaient à même de rassembler.

26Nous ignorons toujours ce qu’a pu être l’ultime conviction du Père Delattre. La grande réserve de ce religieux à propos de la basilique, l’extrême réticence dont il fit preuve dans l’épopée de la recherche des reliques (cf. dossier ultérieur dans ce chapitre) peuvent certes être comprises comme des marques de prudence concernant une découverte dont la catholicité était à même de prêter à discussion, et cela, le Père Delattre le savait parfaitement. Mais d’autres explications peuvent être avancées : la quasi-impossibilité pour lui de s’aventurer scientifiquement et rédactionnellement hors de Carthage, et un élémentaire bon sens dans le dossier des reliques.

27Le fait que le Père Delattre dans son Pieux Itinéraire à travers la Tunisie, de Tunis à Sousse ait privilégié la memoria de saint Julien et de ses compagnons et ait si peu mis en exergue les deux mosaïques des martyrs doit cependant être mis, au minimum, au crédit d’une interrogation.

28En contrepoint, dans l’extrait de la note d’après retraite du 16 septembre 1905, intégré dans l’Annexe avec sa correspondance parce qu’il est fait mention d’Uppenna, on retiendra son Deo gratias « pour ma double mission à la basilique des martyrs d’Upenna ».

  • 34 La prise en compte de la réalité d’un nombre de martyrs plus grand sur le texte de la grande mosaïq (...)
  • 35 Un exemple significatif : l’attribution éventuelle à la communauté donatiste de l’inscription Si De (...)

29Il me paraît, en définitive, probable que même si les arguments qui plaidaient pour une signature donatiste de la grande mosaïque des martyrs pouvaient être pris intellectuellement en considération par le Père Delattre, ce dernier ne pouvait y adhérer, pour tout dire, y croire. Lorsque Monceaux doute de la catholicité de mosaïques, parmi lesquelles celle d’Uppenna – en ne posant pas d’ailleurs la question comme il conviendrait34 –, lorsque, surtout, il invite le Père Delattre à découvrir des inscriptions donatistes à Carthage (cf. p. 158), il lui suggère une quête au-dessus de ses forces, et Monceaux probablement le savait bien ! Ce dépassement n’était pas d’ordre intellectuel mais existentiel35.

2. LA COLLABORATION GAUKLER – MONCEAUX

30Le temps des fouilles de la basilique d’Uppenna fut aussi celui d’une collaboration entre Paul Gauckler et Paul Monceaux.

31Les comptes rendus des séances de la Commission d’Afrique du Nord du cths et de la Société nationale des Antiquaires – bac et bsnaf, les lettres de P. Monceaux conservées à l’inp témoignent de ces échanges sur lesquels nous n’avons, en l’absence des réponses de P. Gauckler, qu’une appréciation incomplète.

32Le tableau de la page suivante donne les correspondances de dates entre ce courrier et ces séances.

33À l’époque du début des fouilles, P. Gauckler était membre de la Commission de publication des documents archéologiques de l’Afrique du Nord, du Comité des travaux historiques et scientifiques, associé correspondant national de la Société Nationale des Antiquaires.

34P. Monceaux, membre résident de cette Société des Antiquaires, deviendra fin janvier 1905 membre de la Commission de publication de l’Afrique du Nord. Dans sa lettre du 26 janvier, il en exprime à P. Gauckler sa reconnaissance. P. Monceaux ne pouvait en effet prétendre à Paris faire partie de cette Commission que s’il était en situation d’informer ses nouveaux pairs des découvertes faites en Afrique du Nord, informations qu’il ne pouvait, en grande partie, tenir que de P. Gauckler. De son côté, P. Gauckler devait trouver avantage à ce parrainage qui faisait de Paul Monceaux son obligé et qui lui permettait de densifier les relais dont il était utile de disposer dans la capitale, et qu’il utilisera sans doute ultérieurement dans un contexte différent.

35Une telle collaboration pouvait-elle être exempte d’arrière-pensée ?

36Chacun, à ce moment, est à un tournant de sa carrière. P. Gauckler dispose des données scientifiques de près de dix ans de direction des fouilles en Tunisie. Nombre de mosaïques et d’inscriptions attendent d’être publiées.

37Il oriente ses investigations personnelles, nous l’avons noté, vers les bâtiments chrétiens : « Les découvertes de Tabarka paraissent fort intéressantes et vous aurez la matière d’un joli mémoire » (Lettre de P. Monceaux du 21 janvier 1905). « Votre basilique d’Uppenna est décidément une mine inépuisable ; et vous aurez là les éléments d’une belle monographie » (29 janvier). « En attendant l’étude complète que vous nous donnerez un jour sur cette basilique » (6 avril).

38Donc une recherche qui rejoint tout à fait les centres d’intérêt de P. Monceaux, qui achève, en février 1905, le tome III de son Histoire littéraire, recueille les inscriptions métriques chrétiennes ou concernant des martyrs, et s’apprête à aborder le dossier du donatisme. La compétence de P. Monceaux est une des raisons supplémentaires qu’a P. Gauckler d’en faire son obligé ! Il y a là une indispensable garantie scientifique.

39La confrontation des lettres et Procès-Verbaux montre comment cette collaboration a fonctionné.

40P. Gauckler communique par lettres aux séances de la Commission d’Afrique du Nord, P. Monceaux s’exprime devant celles de la Société Nationale des Antiquaires « de la part de Gauckler ». Il y a donc des doublons : 13 décembre et 28 décembre 1904, au sujet de la grande mosaïque des martyrs (bac puis bsnaf ; 11 janvier et 17 janvier 1905, pour celle de l’évêque Honorius (bsnaf puis bac).

41Nous avons apprécié dans le chapitre précédent comment P. Monceaux affinait l’interprétation de P. Gauckler.

42Le hasard des programmations a fait devancer la communication de P. Gauckler, prévue le 17 janvier, par celle de P. Monceaux le 11. Nous doutons que cela ait convenu à P. Gauckler. Nous savons que ce n’était pas le cas pour les « confrères de l’Institut et du Comité [qui] ont paru trouver que ces communications successives faisaient double emploi avec celles du Comité et en défloraient un peu la nouveauté » (lettre du 29 janvier).

43P. Monceaux arrête donc les interventions spécifiques à Uppenna pour le bsnaf. Celle du 26 avril 1905 concerne plus largement le sens de nomen ou nomina martyrum, et celle du 10 juillet 1907, l’origine de la formule reliquiae appliquée à des martyrs.

44P. Monceaux nommé à la Commission de publication du cths est dans l’attente de pouvoir s’exprimer au Comité à la place de Gauckler : « J’aurai le plaisir d’enregistrer régulièrement vos découvertes » (lettre du 26 janvier).

45Mais P. Gauckler qui répond immédiatement à toute demande d’information de P. Monceaux sur des inscriptions chrétiennes, qui promet la cravate de Commandeur du Nichan Iftikhar (cf. lettre du 25 février), n’apparaît pas très généreux pour Uppenna !

46Le 14 février, P. Gauckler indique lui-même dans sa lettre au Comité qu’une vingtaine de mosaïques supplémentaires ont été découvertes et cite celles de l’évêque Baleriolus, du prêtre Emeritus, du flamine Iulius Honorius. Il avait demandé auparavant à P. Monceaux s’il connaissait l’évêque Baleriolus (cf. lettre de Monceaux du 29 janvier).

47Le 21 mars, toutefois, des inscriptions funéraires non précisées « sont envoyées à l’examen de M. Monceaux ».

48P. Monceaux était en droit de se demander quel était son rôle exact. Il tente de précipiter le mouvement dans sa lettre du 6 avril, la plus importante (cf. texte et fig. 35).

49Il annonce en effet qu’il est chargé d’un rapport sur les inscriptions d’Uppenna pour la séance de mai du Comité « en attendant l’étude complète que vous donnerez un jour ». Il propose à P. Gauckler une coproduction, Gauckler écrivant « une note que je reproduirais sous votre nom en tête de mon rapport ». Comme il se doute que P. Gauckler ne pourra ou ne voudra rédiger cette note, il lui en demande tous les éléments constitutifs, « les renseignements indispensables : circonstances des fouilles, plan de la basilique, date approximative de l’édifice, caractères, inscriptions sommaires et place des mosaïques », bref une publication exhaustive !

50Dans le paragraphe qui suit, il assure qu’il annule sa requête si P. Gauckler doit publier prochainement son étude. Simple formule de politesse ou marque de déférence, car P. Monceaux a la conviction que P. Gauckler ne publiera pas, « tiraillé en tous sens par tant d’occupations, de fouilles et de travaux divers ». Comment ne pas déduire que P. Monceaux était au courant de la fragilisation de la position de P. Gauckler et souhaitait communiquer d’urgence, en collaboration ou de préférence seul, le maximum d’indications sur Uppenna, car autrement « la basilique d’Uppenna pourrait attendre longtemps son tour ».

Fig. 35. Lettre de Monceaux à Gauckler, le 6 avril 1905. Archives INP. Lettre composée de quatre demi-pages. Un trait en marge indique ici le changement de feuille. L’ensemble du texte, avec le post-scriptum qui ne concerne pas Uppenna est transcrit p. 250-251.

51Quinze jours après, ce rapport est présenté au Congrès d’Alger. Il a été écrit par Robin ! P. Gauckler ne pouvait à l’évidence refuser cette publication à Robin, la Société Archéologique de Sousse étant disposée à le publier. Cette communication ne pouvait déplaire à P. Gauckler, la présentation des faits et l’historique du début des fouilles valorisant le Directeur des Antiquités. L’existence de ce rapport pouvait au surplus donner une excuse plausible à P. Gauckler si celui-ci estimait qu’il n’était pas en mesure d’accéder aux demandes de Monceaux.

52La séance du 30 mai devait être celle de la communication de P. Monceaux. Communication en effet il y eut – c’est la première fois que P. Monceaux intervient sur Uppenna devant la Commission d’Afrique du Nord – mais communication dont le contenu est vide ; P. Monceaux fut réduit à présenter six mosaïques tumulaires qualifiées « d’encore inédites » bien que déjà présentées dans le rapport de L. Robin.

53Le 20 juin, P. Gauckler participe à la séance de la Commission d’Afrique du Nord. Nous avons déjà évoqué le contenu très succinct de son intervention sur la première inscription martyriale, mise au jour quelques jours auparavant, lors de la première Mission.

54Une page était tournée...

3. LA COMMISSION ECCLÉSIASTIQUE ET LA RECHERCHE DES RELIQUES

55La découverte des reliques des martyrs était ardemment espérée, elle constituait un des buts essentiels, sans doute le premier, de la double Mission des 15 et 16 juin et du 5 juillet 1905 (cf. ch. I).

56Sous la grande mosaïque on trouva « un coffret de pierre ouvert et renfermant un écheveau de fil d’or très tenu, qu’on suppose être les débris d’une étoffe précieuse, et une très petite quantité de poussière grisâtre, restes probablement d’un document y déposé » (p.v. p. 9-10). En réalité, le coffret de pierre n’était pas ouvert depuis longtemps car son couvercle avait été enlevé avec la mosaïque.

57Ensuite dans l’angle sud-ouest de l’édicule rectangulaire qui entourait la grande mosaïque, on mit au jour « une amphore à large panse fermée avec du plâtre, et placée debout » (p.v. p. 10). Cette amphore était située, à la fois, sous la grande mosaïque des martyrs et à l’intérieur du cadre de l’absidiole qui contenait la première inscription.

58Les membres de la Commission ecclésiastique déduisirent donc que cette amphore était de l’époque de la première inscription, et le coffret, de celle de la deuxième mosaïque. Il n’y a pas lieu ici de se demander si cette chronologie relative d’une amphore par rapport à une mosaïque qui avait disparu au-dessus d’elle pouvait être sujette à question (cf. Upp. ii, ch. iii).

59Les deux Procès-Verbaux sont signés des trois membres de la Commission ecclésiastique, le chanoine Raoul, le Père Delattre, le chanoine Pavard : le 16 juin pour le premier, le 6 juillet pour le second.

60Ces signatures données si vite à Uppenna même et à Enfidaville sanctionnaient la description de ce qui venait d’être observé. L’analyse ultérieure du contenu des deux récipients, que l’on intégrerait, était seule à même de décider s’il y avait ou non reliques.

  • 36 Le Père Delattre confiait, le 5 janvier 1906, à l’abbé Leynaud : « Je crois que le double rapport d (...)

61Ce n’est qu’en février 1906, avec du retard36, que le texte définitif des p.v., incluant l’analyse et l’interprétation de l’analyse fut définitivement au point, après qu’une différence d’appréciation eut opposé le chanoine Raoul au Père Delattre et au chanoine Pavard.

62Ce texte conclut qu’on n’est pas en mesure d’affirmer qu’on a trouvé des reliques :

63« Ces restes des Martyrs nous les avons peut-être touchés. Les documents qui devaient être renfermés d’une part dans l’amphore et de l’autre dans le coffret, nous l’auraient sans doute appris, s’ils avaient résisté à l’action destructrice du temps. En l’absence de preuves, il est prudent de s’abstenir de toute induction hasardée » (p. 31).

64Voici en effet le résultat de l’analyse faite à l’Institut Pasteur, tel qu’il a été publié dans les P.V. (en note p. 16) :

65« Résultat de l’examen des matières contenues dans l’amphore et dans le coffret de pierre – Cette matière est formée de sable à grains irréguliers contenant des parties brunes, formées de poussière agglomérée, assez friables. Ces parties brunes chauffées, charbonnent et donnent lieu à un dégagement très net et assez intense de vapeurs ammoniacales : cette réaction est l’indice d’une matière organique azotée. La quantité d’acide phosphorique est aussi très notable, 2,52 ‰. La terre arable de ces régions n’en contient guère que 2 ou 3 fois moins et les sables 20 à 30 fois moins. Ce fait vient donc corroborer l’appréciation précédente. Toutes les substances organiques azotées renferment des doses importantes de phosphates, composés qui deviennent facilement insolubles et ne sont pas sujets à décomposition comme les combinaisons azotées.

66Dans l’amphore, nous avons constaté au microscope la présence, dans la matière brune, de parties cylindriques brunes, transparentes, d’un diamètre de 0,003 à 0,0065 mm et d’une longueur variant de 2 à 4 diamètres. Mais aucune autre trace d’organisation ne fut observée. Dans ces conditions, il est bien difficile d’identifier ces débris et de leur attribuer une origine particulière. Il y a cependant plus de probabilité pour que ce soient les restes du tissu constituant le parchemin, que du tissu musculaire. De plus, l’absence de débris d’ossements est absolument constatée.

67Quant à l’écheveau de fil d’or, il est formé d’un fil plat en or fin de 0,18 mm de largeur qui a dû être enroulé sur un fil central de chanvre ou de lin. Ce fil d’or ne présentait aucune marque de tissage. » Or le chanoine Raoul, qui était le chef hiérarchique de la Commission ecclésiastique mais non son autorité scientifique, demeurait passionnément persuadé qu’on était en présence de reliques des martyrs sous forme de « sable ensanglanté ».

68Deux notes de sa main sont conservées à la Prélature.

69La première en réaction aux notes de Mgr Toulotte – dont j’ignore le contenu – est énoncée ainsi : « Observation : En lisant les notes de Mgr Toulotte, je me suis demandé si nous pouvons nous contenter d’une telle opinion si respectable soit-elle ! Elle ne me paraît pas justifier le texte de l’inscription, lequel non content d’indiquer la date du dépôt des reliques prend la peine d’indiquer aussi la date du martyre : passi.

  • 37 On notera que le chanoine Raoul englobe ainsi Pierre, Paul et le prêtre Saturninus.

70Mon opinion personnelle reste toujours la même. Tous ces martyrs sont des habitants d’Upenna37, la plupart et plus probablement tous ont subi le martyre à la même époque et principalement à la date indiquée. L’urne placée sous la première mosaïque devait à mon avis contenir du sable ensanglanté ramassé sur le lieu du martyre de ceux que mentionne la mosaïque. Elle n’a pu avoir d’autre raison d’être.

71Pour moi encore, cette urne n’a pas été vidée de son contenu au moment de la construction de la deuxième mosaïque parce que s’il avait été vidé, alors son contenu se serait trouvé sûrement dans l’augette en pierre et la gargoulette ou urne n’aurait pas été rebouchée avec du plâtre.

72Si l’analyse chimique permet de conclure à la possibilité de l’existence de sang humain dans l’urne – des viscères –, ou beaucoup plus probablement de parchemin dans l’augette, tout s’explique si l’on admet l’hypothèse qui prétendrait que les enfants d’Uppenna ont été martyrisés ailleurs à Carthage et que Baleriolus auteur de la nouvelle basilique a fait un procès-verbal de constatation au moment de refaire la mosaïque des martyrs et l’aurait fait rédiger sur parchemin. »

73Une note plus élaborée, comprenant deux parties, constituait le brouillon d’une lettre, adressée peut-être même à l’Archevêque puisque se terminant par « Hommages très respectueux ». Elle était ainsi rédigée :

74« L’examen du texte de l’inscription des martyrs d’Upenna [illisible : contribue à ?] m’affermir dans l’idée que nous avons trouvé là-bas les seules reliques qui y ont été déposées au début, du sable ensanglanté.

75Pour moi il s’agit de citoyens d’Uppenna morts pour la Foi ailleurs dont les seuls restes précieusement transportés, quand on l’a pu à Upenna, auront été d’abord enterrés directement dans le sol du cimetière, près du mur de la basilique.

76Ces restes contenus dans une gargoulette avec un parchemin seront restés là, sans mosaïque, ni rien qui les signalât à l’attention des persécuteurs, pendant passablement d’années.

77Cela n’avait pas grand inconvénient pour les fidèles qui savaient à quoi s’en tenir mais qui cependant ont dû arriver assez vite à en parler comme si les corps mêmes des martyrs avaient été déposés là.

78Le texte de l’inscription (fait peut-être soixante ans après), par le mot « depositi » qu’il emploie, me semble consacrer tout simplement, en voulant la respecter, cette croyance alors peut-être générale et qu’on pouvait laisser subsister sans inconvénient. »

79La deuxième partie de cette note concernait l’analyse chimique :

80« J’ai reçu hier Mr. Marcille que j’ai trouvé moins affirmatif.

81Il ne peut affirmer avec certitude qu’il y ait eu du sang dans l’amphore, cette opinion cependant est soutenable et aucune indication contraire n’a été donnée par l’analyse.

82C’est fâcheux que nous n’ayons pas quelque chose de plus clair permettant un rapport à Rome qui eût pu autoriser à rendre un culte à ces reliques.

83Il ne me paraît pas admissible que ce soit là du sable ordinaire quelconque, mais il faudrait pouvoir mieux prouver sa provenance et à démontrer péremptoirement que les vapeurs ammoniacales dégagées ne peuvent avoir d’autre origine que du sang ou des viscères et quelque chose enfin provenant d’un organisme.

84Le Père Delattre m’a parlé confidentiellement d’une autre analyse qui serait faite par l’Institut Pasteur. J’aurais voulu être mieux rétabli pour causer avec le chimiste qui doit faire cette nouvelle analyse, convaincu qu’en le mettant sur la voie, cela peut lui rendre la tâche à la fois plus simple et plus intéressante. »

85De son côté, le Père Delattre communique très fréquemment, par petites notes, avec le chanoine Pavard au moment où celui-ci a la difficile tâche de présenter un texte définitif qui agrée à ses deux collègues de la Commission (cf. Annexe). On lit dans la note du 22 janvier 1906 qu’il a vu, la veille, M. Marcille « pour lui donner lecture de sa note. Il a demandé de faire la correction que j’ai indiquée au crayon. Ce matin, on me remet un mot de lui, que je m’empresse de vous envoyer. Il vous sera facile de faire la double correction qu’il demande encore. » Décidément M. Marcille était très sollicité...

86Le 3 février 1906, le Père Delattre s’impatiente : « Quand M. l’abbé Raoul nous réunira-t-il pour en finir avec le texte de nos Procès-Verbaux ? »

  • 38 « ... J’ai été très fatigué tous ces temps et n’ai pu sérieusement pour cette raison travailler la (...)

87Or, le chanoine Raoul, après avoir enfin son « plan suffisamment arrêté », donne rendez-vous au Père Delattre pour le 13 février38.

  • 39 Dans le Procès-Verbal, on a supprimé les références aux notes de Mgr. Toulotte qui indisposaient le (...)

88Le 14 février 1906, le Père Delattre s’excuse d’avoir manqué, la veille, la réunion de concertation avec le chanoine Raoul, réunion qui a été reportée deux jours plus tard. Il ajoute ceci de significatif : « Puissions-nous en finir une bonne fois avec nos rapports. Il faudra je crois ou supprimer complètement les notes de Mgr. Toulotte ou les faire précéder de quelques lignes résumant l’idée de l’abbé Raoul. Si nous nous égarons dans les hypothèses, nous n’en sortirons pas. Je vous dis ces choses afin que vous sachiez ma manière de voir et que vous puissiez y réfléchir, pour terminer demain cette rédaction. » L’allusion aux notes du chanoine Raoul est claire, que le Père Delattre les aient lues ou plus probablement que le chanoine Raoul lui en ait développé au cours d’une conversation la substance. Le Père Delattre porte un jugement très circonspect39.

89Le 16 février, lendemain de la réunion à trois, le Père Delattre souhaite faire mentionner, parmi les saints d’Uppenna, le Julien dont l’estampage de l’inscription brisée et disparue, reproduite en 1889 par R. Cagnat, prouvait la présence de reliques. Nous avons déjà suggéré une des raisons possibles de l’importance de la mention des reliques de saint Julien aux yeux du Père Delattre : il convenait d’être extrêmement prudent sur la question des reliques des martyrs d’Uppenna, à la fois pour des raisons d’analyse scientifique mais aussi parce qu’il serait aventureux d’encourager l’établissement d’un culte (cf. l’allusion au « Lourdes africain » de la lettre de A. Cœytaux, p. 57) fondé sur des documents dont la « catholicité » pouvait se révéler sujette à caution.

  • 40 « Si j’avais sous la main les épreuves, je mettrais ces quelques additions directement à la place.  (...)
  • 41 « Pour la conclusion finale, je ne me souviens plus si j’ai écrit les seize martyrs. Il vaut mieux (...)

90Cette même lettre du Père Delattre livre trois indications intéressantes. Pour les Procès-Verbaux, on en est au stade des épreuves40. Le Père Delattre est l’auteur de la conclusion. Il a engagé son autorité scientifique dans l’affirmation « En l’absence de preuves, il est prudent de s’abstenir de toute induction hasardée »41. Enfin, et c’est le plus étonnant, l’expertise sur les reliques n’est pas achevée. Après l’analyse de M. Marcille, il y a celle du Dr Nicolle de l’Institut Pasteur, à laquelle le chanoine Raoul faisait allusion dans le texte cité, alors qu’il regrettait de n’être pas « mieux rétabli pour causer avec le chimiste qui doit faire cette nouvelle analyse ». Le Père Delattre écrit donc, le 16 février 1906 : « Le Docteur Nicolle a trouvé des fibres végétales provenant assurément d’un tissu aussi bien dans le contenu du coffret que dans celui de l’amphore. Mais il a trouvé dans le contenu de l’amphore une matière qui n’existe pas dans celui du coffret. Il se réserve de l’analyser. »

91Un dernier document montrera que c’est in extremis que le Père Delattre put imposer son point de vue concernant la nécessaire prudence dans la question des reliques.

92La bibliothèque de la Prélature conserve une note intitulée « Examen des matières contenues dans une amphore ». Cette note est anonyme, son écriture ne correspond pas à celle d’un des trois ecclésiastiques. On peut être fondé à croire qu’elle a été rédigée par M. Marcille dont nous avons appris qu’il rencontra successivement le chanoine Raoul, le Père Delattre, et qu’il demanda à modifier son texte.

93Cette note manuscrite constitue l’avant-projet du « résultat de l’analyse » publié dans les p.v. – p. 16 – que nous avons reproduit.

94Entre les deux textes, il y a cependant deux différences :

  • 42 L’analyse « du sable à grains irréguliers » ne porte-t-elle que sur le contenu de l’amphore ? On se (...)

95La première concerne le titre. Dans la note manuscrite « Examen des matières contenues dans une amphore », sur le Procès-Verbal : « Résultat de l’examen des matières contenues dans l’amphore et dans le coffret de pierre »42.

96La deuxième différence, majeure, concerne le deuxième paragraphe. Voici côte à côte les différences à partir de la troisième ligne du deuxième paragraphe. Tout commentaire serait superflu.

Note manuscrite

Texte définitif du P.V.

...et d’une longueur variant de 2 à 4 diamètres, ayant l’apparence de cellules musculaires, cependant aucune autre trace d’organisation ne fut observée.
Il semblerait donc que cette amphore a contenu des matières organiques et l’hypothèse que l’on pourrait émettre serait qu’elle a reçu une partie des viscères : poumon et cœur par exemple.

et d’une longueur variant de 2 à 4 diamètres. Mais aucune autre trace d’organisation ne fut observée. Dans ces conditions, il est bien difficile d’identifier ces débris et de leur attribuer une origine particulière. Il y a cependant plus de probabilité pour que ce soient les restes du tissu constituant le parchemin que du tissu musculaire. De plus, l’absence de débris d’ossements est absolument constatée.

  • 43 La note anonyme et non datée mais due certainement à la plume du chanoine Pavard concernant la reco (...)

97La note adressée, le 27 mars 1906, par le Père Delattre au chanoine Pavard, intitulée « Analyse de la substance brune mêlée à la poussière grisâtre que renfermait l’amphore » (fig. 36), concerne le supplément d’analyse promis par le Dr Charles Nicolle. Elle confirme les intuitions du Père Delattre, et sans doute sécurise intellectuellement l’auteur du p.v., le chanoine Pavard43. « L’analyse chimique des fragments de substance brune n’a donné qu’une seule indication utile : la présence de chrome, sans doute a rapport avec la présence d’une matière colorante (encre ?). »

  • 44 La Tunisie française, le 2 avril 1906.

98Cette note destinée à être conservée dans les archives concernant cette Mission a été rédigée après la parution des p.v.. Nous pouvons l’affirmer, car le 19 mars 1906, A. Héron de Villefosse accusait réception au Père Delattre, et, le 26 mars 1906, le Dr Carton, président de l’Institut de Carthage, faisait part, lors d’une réunion extraordinaire du Comité, de l’envoi par l’Archevêque de Carthage de ces Procès-Verbaux44.

99Enfin, le 10 avril 1906, le Père Delattre conforte le chanoine Pavard par l’appréciation de P. Monceaux après la lecture des Procès-Verbaux : « C’est un modèle de critique précise et prudente... Sur la question des reliques, je suis absolument de votre avis ; pour le moment il est prudent de s’abstenir de toute induction hasardée’ ».

  • 45 Le chanoine Raoul sera néanmoins mandaté le 27 janvier 1907 par l’Archevêque de Carthage pour invit (...)

100Il n’est pas douteux que le chanoine Raoul ait mal vécu le fait de n’avoir pu faire partager sa conviction. Nous avons déjà évoqué son absence de la troisième Mission en juillet 1906. En décembre 1906, l’abbé Emmanuelli demande à la Commission de venir rapidement à la nouvelle église d’Enfidaville dont le gros œuvre était terminé, « afin de décider quelles sont les mosaïques qui doivent être mises par terre et celles qui doivent être encadrées, car pour les unes on doit employer le ciment et pour les autres le plâtre ». Le chanoine Raoul transmet cette lettre à l’Archevêque. Il lui indique qu’il ne tiendrait pas à aller faire un voyage inutile à l’Enfida et « à faire promener la Commission archéologique et un représentant du Service des Antiquités aux frais de la caisse diocésaine. Mais encore une fois, c’est ici mon avis purement personnel et je n’ai aucune raison d’y tenir plus qu’à tout autre décision que l’on pourrait prendre sur le même sujet ». L’emplacement des mosaïques pourrait être décidé, depuis Tunis, à partir de clichés que l’on ferait prendre à l’abbé Emmanuelli45.

101La fin de sa lettre à l’Archevêque concernant Uppenna montre l’étendue de son amertume :

102« J’ai cru dans le temps qu’on aurait pu faire un splendide album en couleurs, de ces mêmes mosaïques et trouver là le moyen d’être agréable par ex. au Cardinal Rampolla, si non au Saint Père lui-même, en lui donnant un échantillon des richesses archéologiques chrétiennes du diocèse de Carthage. Je n’ai pas constaté que cette manière de voir dise quelque chose au R.P. Delattre ni à Mr. le chanoine Pavard, et je ne voudrais pas que Votre Grandeur pût penser que j’y attache une bien extraordinaire importance. Il me suffira de lui en faire part ici, avec l’intention bien arrêtée de n’y pas revenir, à moins de savoir que cela lui serait particulièrement agréable. »

103Le dernier mot au sujet de la recherche des reliques sera prononcé, comme il se doit, par l’Archevêque de Carthage le 1er mai 1907. C’était au double sens du terme un vœu pieux :

104« Elle a certes droit à ma reconnaissance la Commission ecclésiastique, venue à trois reprises, sur le chantier des fouilles, par une température torride, pour son noble travail. Serait-elle au bout de ses fatigues et de ses recherches ? Je ne le pense pas : elle peut sur de nouveaux indices, dans la basilique d’Uppenna, plus complètement dégagée, saisir l’arcane, le secret, que la caissette de l’inscription des Martyrs n’a pas su garder.

  • 46 Allocution de Mgr l’Archevêque de Carthage, p. 16-17.

105Elle peut trouver le trésor caché, le trésor impatiemment désiré. »46

4. UNE VISION DE L’HISTOIRE L’ALLOCUTION DE L’ARCHEVÊQUE DE CARTHAGE LE 1er MAI 1907

106Le 1er mai 1907, Mgr. Combes, Archevêque de Carthage, prononce une homélie à Enfidaville, à l’occasion de la bénédiction de l’église. Le texte de cette allocution a été publié en 1907 et fut largement diffusé comme en témoignent les nombreuses lettres de remerciements de personnes à qui l’opuscule avait été envoyé, lettres conservées à la bibliothèque de la Prélature.

  • 47 Il est probable que le texte de cette homélie, tout au moins dans sa partie technique, a été largem (...)

107L’étude de ce texte est très instructive47. Le plus haut dignitaire de l’Église d’Afrique, en ce début du xxe siècle, après avoir évoqué les fouilles d’Uppenna, de Sidi Abich, et la construction de l’église d’Enfidaville, puis procédé aux hommages et remerciements attendus, se fait l’interprète des « pensées, des convictions » des mosaïques d’Uppenna et de Sidi Abich. L’évocation des persécutions, le sens de l’Histoire et « l’étrange destinée de l’Afrique » interfèrent pour donner forme à une fresque aux contours très anguleux.

108C’est un document très révélateur d’un certain état d’esprit, au début du siècle, qui fut malheureusement aussi celui du chef de l’Eglise de Tunisie. Nous nous devions de l’évoquer ici, au moins pour deux raisons. Cette vision part d’une reconstitution de l’histoire de la basilique d’Uppenna et nous pouvons assez facilement apprécier pourquoi cette interprétation, plutôt qu’une autre, apparaissait comme nécessaire en 1907. La deuxième raison découle immédiatement de la précédente : l’autorité de l’Archevêque de Carthage, T « exemplarité » de l’histoire d’Uppenna et de Sidi Abich rendaient cette interprétation « incontestable ».

109Pour Mgr Combes, de l’époque d’Uppenna à celle du début du xxe siècle, il y a une continuité symbolisée par l’existence de deux Croix qui n’en font qu’une. La grande Croix de la mosaïque des martyrs et la Croix épiscopale qui est la sienne en 1907 :

110« ... la grande Croix gemmée dont chaque perle représente une goutte du sang divin ; entre ses bras et sur ses flancs, se pressent les noms de ceux qui ont suivi le Crucifié jusqu’au sommet du Calvaire et, pour lui, se sont laissé immoler » (p. 21).

111« Douze siècles ont passé sur ces lieux désolés, sur ces champs de mort ; et voilà que, portée entre nos mains, la Croix est replantée dans ce sol bouleversé par la herse des révolutions ; et ses racines, pour s’étendre, se développer, rencontrent partout une terre imprégnée des sueurs, des larmes et du sang de ses premiers disciples. Douze siècles ont passé et nous sommes revenus pour reprendre la chaîne brisée de la tradition et souder ses derniers chaînons aux anneaux du dix-neuvième siècle » (p. 26).

112Pour l’Archevêque de Carthage, les martyrs d’Uppenna furent les victimes de la persécution des Vandales ariens. Bien qu’il ne l’affirme pas directement, toute la structure de son argumentation renvoie à cette conviction : « Quelle époque ! Genseric trône à Carthage : avec la férocité du Vandale, il porte au cœur la haine de l’Arien... Il fond sur Rome comme le vautour sur sa proie... Il s’approprie l’Afrique entière comme un bien tombé en déshérence ; il se fait saluer roi de la terre et de la mer... Le voilà s’applaudissant d’avoir à jamais consolidé la monarchie vandale et ‘l’orthodoxie’ arienne » (p. 22-23). Quant à son fils Huniric « tyran théologien, il sera persécuteur plus raffiné. Il fera souffrir des maux infinis à ceux qui persistent, contre ses ordonnances, à reconnaître le Christ-Dieu. Aussi bien la persécution vandale fut-elle plus cruelle et plus sanglante que les persécutions païennes » (p. 23-24).

113Des martyrs d’Uppenna, l’Archevêque de Carthage dit :

114« C’étaient, il est permis de le penser, des habitants, des cultivateurs du pays, capturés par les ennemis de l’Eglise, ils eurent à choisir entre l’apostasie et la mort ; ils sauvèrent leur âme, en sacrifiant la vie du temps, et ils allèrent prendre place dans la céleste phalange de ‘ceux qui ont lavé et blanchi leurs robes dans le sang de l’Agneau’ » (p. 10).

115Donc, pas d’affirmation directe qu’ils aient été victimes de la persécution vandale, mais pour les auditeurs, le doute n’était pas possible, d’autant moins qu’immédiatement après l’évocation de ces martyrs, il en vient à la mémoire de l’évêque Honorius qui « eut la consolation d’assister dans un âge avancé, à la défaite des persécuteurs et à la victoire de la cause catholique » (p. 10), puis à celle de l’évêque Paulus, Primat de Maurétanie, enterré à Sidi Abich « que l’exil, durant la persécution vandale, avait chassé de son diocèse » (p. 10-11).

116Il est intéressant de constater que l’Archevêque de Carthage utilise à propos des martyrs d’Uppenna des termes très voisins de ceux de Paul Gauckler lors de sa communication de décembre 1904 (BAC 1904, p. CC) :

117« Ce devaient être de petites gens, des cultivateurs d’Upenna restés fidèles à leur pasteur dans une des nombreuses tourmentes qui bouleversèrent l’Afrique à tant de reprises, et qui souffrirent avec lui le dernier supplice. »

118Gauckler, il est vrai, ajoutait : « A quelle époque ? C’est ce qu’il est difficile de préciser. Je serais cependant porté à croire qu’il s’agit ici de victimes non de la persécution des empereurs païens, mais de celle plus récente des Vandales ariens, peut-être sous le règne d’Huneric... »

119Or, ce qui pouvait être présenté comme une hypothèse vraisemblable en décembre 1904 n’était plus possible en mai 1907. La découverte, au cours de la première Mission, de la première inscription martyriale comportant les noms des martyrs de la grande inscription rendait caduque l’attribution du massacre de ces chrétiens à des Vandales. L’inscription, considérée comme du ive siècle, renvoyait inévitablement aux persécutions païennes.

120Nous ne pouvons croire que l’Archevêque de Carthage qui avait ordonné cette Mission ecclésiastique d’archéologie l’ignorait ! Cela explique sans doute une certaine précaution de langage de sa part, il n’affirme pas que les martyrs d’Uppenna ont été exécutés par les Vandales. Mais il se garde aussi de parler de la première mosaïque des martyrs et son évocation de l’univers de la persécution reste toujours celui de la période vandale.

121Son interprétation est conditionnée par une vision de l’Histoire synthétisée par cette phrase : « Etrange destinée de l’Afrique : elle connut toutes les extrémités des choses humaines, une gloire prodigieuse et des malheurs inouïs » (p. 25). Rome, les Vandales, les Byzantins, la conquête musulmane, la Tunisie française et chrétienne, telle est la succession on ne peut plus manichéenne des phases de « gloire prodigieuse » et de « malheurs inouïs ».

122La Tunisie romaine se caractérisait par les éléments suivants énoncés dans Tordre :

  • un si grand nombre d’évêchés, la seule terre de Byzacène en a possédé cent soixante » (p. 12) ;

  • une population si dense comme le témoigne la rencontre de ruines sur le périmètre des cités disparues » (p. 15) ;

  • une contrée qui fut un jardin, un verger, comme l’attestent les nombreux vestiges de barrages, d’aqueducs, de canalisations des eaux » (p. 15) ;

  • la terre des Épis, comme l’appelait un Ancien, les rivages, aux greniers des Caelli, d’où les galères romaines emportaient leurs chargements de blé pour la subsistance du Peuple-Roi » (p. 16).

  • 48 « Nous sommes revenus chercher et réunir les pierres des basiliques où retentirent les voix d’Augus (...)

123C’était une « civilisation romaine et chrétienne » (p. 26), ce qui conduit l’Archevêque de Carthage à minorer, nous l’avons noté, l’importance des persécutions des empereurs païens. Est-ce pour cela qu’il ne mentionne pas parmi les anneaux de la « chaîne brisée de la Tradition » celui qui était son lointain prédécesseur au siège épiscopal de Carthage, le plus illustre martyr d’Afrique, saint Cyprien48 ?

124L’actualité de la Tunisie romaine et chrétienne tient aussi, en ce premier mai 1907, au « Domaine », c’est-à-dire à la Société franco-africaine de l’Enfida qui a reçu également la mission de reprendre la chaîne brisée de la Tradition.

125« Dans cette contrée où la population fut si dense, comme le témoigne la rencontre des ruines sur le périmètre des cités disparues, que croissent et se multiplient les familles ; qu’apparaissent de tous côtés des fermes, des hameaux, des villages, des clochers ! » (p. 15).

126« Qu’à ce travail, à ce labeur de renaissante prospérité, les bras soient vaillants et les cœurs heureux » (p. 16).

127« De ce vaste Domaine, les Administrateurs l’affirment aujourd’hui : ils n’entendent pas seulement faire œuvre de spéculation, mais œuvre de moralisation ; ils n’entendent pas seulement cultiver et entretenir les champs, mais cultiver et entretenir les âmes.

128« Pour cette œuvre, surtout, ils peuvent nous inscrire au nombre de leurs plus dévoués, de leurs plus fidèles collaborateurs » (p. 16).

  • 49 Reprendre la chaîne brisée de la Tradition, c’était la justification du Protectorat considéré comme (...)

129La mission confiée au Domaine de retrouver l’état de la prospérité antique jusque dans ses fondements « spirituels » – à la recherche du Paradis perdu ! – prouve combien l’horizon de référence de la « civilisation romaine et chrétienne » apparaissait nécessaire à la légitimation d’une ambition qui relevait à tout le moins de l’utopie dans la Tunisie de 1907, celle de la colonisation française et de la civilisation chrétienne. Énonçant cela, l’Archevêque de Carthage reprenait à son compte une conception très répandue qui, dans sa version laïcisée, servait de socle à la justification du Protectorat49. En homme d’Église, il y ajoutait la dimension chrétienne, donnant davantage de consistance et de spécificité à l’œuvre entreprise, confrontée à l’altérité musulmane, ce qui explique l’attachement aux racines chrétiennes dans les milieux de la colonisation, quelles que soient les convictions de chacun (cf. les articles de L’Avenir du Centre).

130De la terrible période vandale dont nous avons déjà souligné l’importance dans cette allocution « cent ans d’une nouvelle captivité de Babylone » (p. 25), Mgr Combes privilégie les deux règnes de Geiseric et d’Huniric et à travers eux, deux formes de barbarie, celle du conquérant qui tue et détruit, celle du « tyran théologien, persécuteur plus raffiné ».

131L’époque de l’empire byzantin est celle d’un magnifique printemps après un long hiver :

132« Les églises rouvrent leurs nefs aux flots des persécutés ; les évêques proscrits, dispersés, reviennent et s’assemblent en concile ; les basiliques se réparent et se multiplient ; les monastères se repeuplent et redeviennent le parterre des plus belles vertus ; les mosaïstes achèvent à loisir leur travail long et minutieux que le florentin Ghirlandaio devait nommer la peinture pour l’éternité. Tout reverdit, tout refleurit, tout prospère » (p. 25).

133Personne dans l’assemblée ne pouvait douter, en écoutant l’Archevêque de Carthage, que la basilique d’Uppenna avait été détruite ou avait subi à tout le moins de très graves dommages sous les Vandales, et que l’époque byzantine fût celle de son apogée ainsi qu’un siècle de paix et de bonheur pour la communauté chrétienne de cette cité.

134Son évocation du quatrième temps de cette Histoire, l’époque musulmane, tient en trois ou quatre phrases, mais quelles phrases !

135« Le Musulman se précipite sur ces opulentes régions. Sous le sabot de son coursier, il laisse l’empreinte indélébile de son passage : la stérilité, la barbarie, la misère. Son cimeterre réduit ces immenses contrées et son règne est la fin de la civilisation romaine et chrétienne ; la fin de toute culture matérielle, intellectuelle, morale ; la fin d’un monde ! Douze siècles ont passé sur ces lieux désolés, sur ces champs de mort ; et voilà que, portée entre nos mains, la Croix est replantée dans ce sol bouleversé par la herse des révolutions ; et ses racines, pour s’étendre, se développer, rencontrent partout une terre imprégnée des sueurs, des larmes et du sang de ses premiers disciples » (p. 25-26).

  • 50 Dans son livre sur le Cardinal Lavigerie, le Père François Renault analyse à plusieurs reprises les (...)
  • 51 « Dans la foule, ou le long des rues tout en fête, des Musulmans, les uns richement drapés dans leu (...)

136Ce que nous ressentons le plus, à la lecture de ces lignes, au-delà du sentiment de tristesse qu’elles aient pu être écrites, est la dimension de l’« absence »50. Il n’y a aucune prise en compte de l’existence d’un peuple. Pas un mot à l’adresse de la population musulmane d’Enfidaville, de loin la plus nombreuse, qui n’était certes pas dans l’église, mais était présente tout autour ainsi qu’en témoignent deux paragraphes du compte rendu de la journée rédigé par le chanoine Pavard, dans lesquels ce dernier évoque le voisinage des « Musulmans » et des « Européens » et tente, peut-être pour réparer l’omission de l’Archevêque, de s’adresser aux « fils d’Ismaël »51. Absence sans doute conditionnée par une vision des successions des périodes de l’histoire de l’Afrique du Nord reposant sur l’antinomie de l’oasis et du jardin, d’une part, – Rome, les Byzantins, le Protectorat – et du désert, de l’autre, – les Vandales, les Arabes.

  • 52 « Le Gouvernement tunisien et le Service des Antiquités ont bien voulu nous en faire la cession gra (...)

137De cette absence, nous trouvons une confirmation dans le fait que, dans sa longue liste de remerciements, l’Archevêque de Carthage nomme une seule fois le Gouvernement tunisien, mais dans des termes tels que c’est en réalité, de l’État français qu’il parle52 !

138Et le temps présent ? Ambivalence de cette époque suivant que l’on porte ses regards sur la Tunisie ou sur la France ! Sur la Tunisie française et chrétienne, nous avons noté ce qui correspondait à la conviction et aux vœux de l’Archevêque de Carthage dans ce retour à une Antiquité romaine et byzantine mythifiée.

139Mais il y a aussi la France. L’expression de l’Archevêque est suffisamment claire et elliptique à la fois pour concilier la nécessité de bien se faire comprendre de chacun et la bienséance qui doit présider à une cérémonie officielle où les différentes autorités sont présentes.

  • 53 Observons l’utilisation du singulier pour le mot domination dans la phrase : « L’exil ne nous a pas (...)

140L’opposition du mal et du bien n’est pas seulement une opposition de phases historiques – les Vandales et les Byzantins –, elle porte la marque du temps présent. La si grande insistance sur le siècle des Vandales n’est pas uniquement justifiée par les incontestables persécutions dont furent accablés les Catholiques d’alors. Le temps des Vandales dépasse de loin le siècle où ils dominèrent l’Afrique du Nord. Ce fut également celui de la domination arabe53, c’est maintenant l’état de la France, en ce début du vingtième siècle. La séparation de l’Église et de l’État a été qualifiée de « mur de séparation », nous l’avons noté (cf. n. 52). L’Archevêque de Carthage est explicite lorsqu’il affirme solennellement au début de son homélie :

141« Maintenant, comme au jour des Vandales, n’auriez-vous pas à lutter, à souffrir pour les droits de Dieu et les libertés de la conscience » (p. 6).

142Il y a tout lieu de croire qu’Huniric « le tyran théologien persécuteur raffiné » qui « fera souffrir des’maux infinis’à ceux qui persistent, contre ses ordonnances, à reconnaître le Christ-Dieu » empruntait chez un certain nombre de personnes présentes, qui n’en avaient sans doute jamais entendu parler auparavant, les traits d’Émile Combes, chef du Gouvernement de 1902 à 1905, voire de ses successeurs, tant le rapprochement des deux périodes apparaissait limpide.

  • 54 1881-1906. Jubilé épiscopal de Mgr l’Archevêque de Carthage, primat d’Afrique, Tunis, éd. Borrel, 1 (...)
  • 55 Chanoine Raoul : « Ad multos annos. Voilà ce que nous souhaitons, avec toutes les autres bénédictio (...)
  • 56 Situation en Tunisie. Commentaire du rédacteur de l’opuscule sur le Jubilé épiscopal (signé L.M.) : (...)

143Sept mois avant le jour de la consécration de l’église d’Enfidaville, s’étaient déroulées, le 9 octobre 1906, les cérémonies du Jubilé épiscopal de Mgr Combes. La brochure éditée à cette occasion54 permet de mesurer, au-delà de ce que nous nous attendrions à lire, dans quel univers ressenti de persécution baignait l’Archevêché de Carthage qui communie « dans la tristesse, le recueillement, la prière » avec l’Église de France. Mgr Combes refusera à cette occasion toute manifestation de joie, ne prendra même pas la parole mais écoutera les vœux que lui adressera, au nom de la Communauté catholique, le chanoine Raoul persuadé que l’Archevêque de Carthage « n’hésiterait pas à verser la dernière goutte de son sang »55. Ainsi cette vision de l’Histoire d’Afrique faite de succession de phases de « gloire prodigieuse » et de « malheurs inouïs » se transpose-t-elle en ce début du siècle en opposition de situation de part et d’autre de la Méditerranée, avec, sans doute, une égale exagération dans la perception des deux réalités56.

  • 57 À propos de sang et à partir de la mosaïque des martyrs, l’abbé Emmanuelli formulait, le 30 décembr (...)
  • 58 Très significatif ce paragraphe d’une lettre de remerciements, adressée de France, à l’Archevêque, (...)

144Cet environnement ressenti de la persécution dépasse le mois d’octobre 1906. Il couvre tout l’espace de temps allant du début des fouilles d’Uppenna57 à la consécration de l’église d’Enfidaville58.

  • 59 En France, la mise en application des Inventaires avant leur dévolution aux Associations cultuelles (...)
  • 60 La tonalité de la note spirituelle qui conclut la retraite du Père Delattre, le 16 septembre 1906, (...)

145Une telle longévité dans la perception d’un climat de persécution au regard de l’évolution de la situation en France est étonnante59 et contraste même avec le regard d’optimisme dont fait preuve alors le Père Delattre qui avait tant craint que la persécution ne gagne la colline de Byrsa60.

146La Croix gemmée de la grande mosaïque des martyrs et la Croix épiscopale de 1907 « portée entre nos mains » sont une seule et même Croix ; la description de la Croix gemmée ne renvoie pas à la Croix glorieuse de la Jérusalem céleste mais accentue encore l’univers proclamé de la persécution : « chaque perle représente une goutte du sang divin ».

147Enfin, seule une étude plus approfondie, à partir d’autres documents qui nous éloigneraient donc d’Uppenna, permettrait de déterminer si l’insistance mise par l’Archevêque sur l’Arianisme n’implique pas, en 1907, une allusion à la crise du modernisme à l’intérieur de l’Église (la condamnation du Pape interviendra le 4 juillet 1907). Les termes « Vandales » et « Ariens », associés comme à l’époque de Geiseric et Huniric reproduisant les deux visages de la France de 1907, persécutrice de la Vraie Foi, « négation et apostasie », celle de la République anticléricale, celle des Chrétiens qui la minent de l’intérieur !...

Notes

1 Voici deux instantanés de ces relations en 1896 et 1899 :

  1. En 1896, Gauckler fouille lui-même à Carthage-Malga. Le Père Delattre lui fait part de son intention de continuer le chantier si Gauckler accepte de lui rétrocéder le bail qu’il avait passé avec le propriétaire. Gauckler accède à cette demande mais en précisant qu’il s’agit « d’un service tout personnel ». Gauckler au Directeur du secrétariat du ministère de l’Instruction Publique (ANF F17/17236) : « En présence d’une telle démarche, je me suis fait un devoir de céder aux instances du R.P. Delattre, et de m’effacer devant lui. En agissant ainsi, j’ai été heureux de lui rendre un service tout personnel qui ne saurait en aucun cas, ainsi que j’ai pris soin de le lui faire remarquer, être considéré comme la reconnaissance par l’Etat d’une sorte de monopole des fouilles de Carthage qui, s’il existe de fait actuellement, ne pourrait être admis en droit, ni dans le présent, ni dans l’avenir ».

  2. Lettre adressée le 22 janvier 1899 annonçant le début des investigations à Carthage-Dermech, et probablement reçue comme un coup de poignard par le Père Delattre : « J’ai l’honneur de vous faire connaître que Messieurs Ben Attar, propriétaires à Carthage, qui s’étaient toujours refusés jusqu’ici à autoriser des recherches archéologiques dans leur terrain de Dermech, viennent de décider à me le louer pour y pratiquer des fouilles au bénéfice des collections de l’Etat. Je tiens à ce que vous soyez le premier informé de cette nouvelle, car il me semble que des travaux entrepris dans le voisinage de la nécropole punique de Douimès que vous avez explorée avec tant de méthode et de bonheur ne sauraient se passer de votre bienveillant appui : je m’estimerai très heureux s’il m’est donné d’apporter mon humble pierre à l’édifice de l’histoire de Carthage qui s’élève grâce à vous et de pouvoir vous être de quelque utilité dans vos études concernant les nécropoles puniques. Je m’empresserai de vous communiquer nos découvertes au fur et à mesure qu’elles se produiront et de soumettre à votre examen tous les objets que nous pourrons recueillir, et aussi, si vous voulez bien me le permettre de recourir à vos précieux conseils, et à votre expérience depuis si longtemps éprouvée » (Archives des Missionnaires d’Afrique, ainsi que les lettres des quatre notes suivantes).

2 Lettre adressée le 17 mai 1904, donc quelques mois à peine avant le début des fouilles à Uppenna : « J’ai l’honneur de vous faire connaître que depuis deux ans déjà, je suis en instances auprès de l’administration des habous pour louer le terrain des Ouled l’Agha, avoisinant Bordj-Djedid, dont j’ai besoin pour continuer la tranchée ouverte parallèlement au rivage à travers les nécropoles puniques. Après de longs pourparlers, je venais d’aboutir, grâce à la bienveillante intervention de S.A. le Bey, et j’allais verser le prix de location habituel, quand M. Martinoli est venu offrir une somme deux fois et demie supérieure, en laissant entendre qu’il agissait en votre nom.
Je suis persuadé d’avance, mon Révérend Père, que vous êtes absolument étranger à une démarche qui, étant donné les précédents et certains incidents récents, prend le caractère d’un acte d’hostilité ouverte à l’égard du Service des Antiquités de Tunisie.
Cependant, pour prévenir toute possibilité de malentendus entre nous, et sur le conseil même de Monsieur Roy, Secrétaire général du Gouvernement tunisien avec lequel je viens de m’entretenir de la question, je crois devoir vous informer que le Gouvernement du Protectorat entend se réserver, dès maintenant et à l’avenir, la faculté exclusive des recherches archéologiques dans le terrain en question, quel qu’en soit d’ailleurs le locataire.
Je vous serais infiniment reconnaissant, mon Révérend Père, de vouloir bien m’accuser réception de cette lettre, et je vous prie d’agréer l’expression de mes sentiments respectueux et cordialement dévoués ».
Le 18 mai 1904, le Père Delattre répond qu’il est absolument étranger à la location du terrain en question.

3 Extrait de la lettre de Héron de Villefosse au Père Delattre, le 16 octobre 1904 :
« ... En quittant Paris, M. G. a pris le chemin de l’Italie. Dans sa communication sur le plan de Carthage, il a fait votre éloge, en ajoutant toutefois que vos fouilles dans les tombeaux puniques faisaient disparaître des points de repères qui auraient été utiles pour les relevés topographiques. Je ne sais pas ce qu’il médite, mais en public il affecte de parler de vous comme de son meilleur ami. C’est peut-être un symptôme effrayant. »

4 Extrait de la lettre du 5 décembre 1902 : « J’ai été très sensible à l’aimable pensée que vous avez eue de m’envoyer les photographies de deux admirables chefs-d’œuvre que vous venez de découvrir. J’enviais à M. Drappier le plaisir qu’il allait avoir de les contempler au musée Lavigerie... Votre découverte fait époque dans l’histoire archéologique de Carthage et grâce à vos reproductions, je puis au moins me faire une idée de la valeur des originaux, bien que la photographie soit impuissante à rendre la polychromie qui ajoute, paraît-il, tant de charme à la sculpture de ces sarcophages... » (Gauckler adresse alors la photo d’une terre cuite, inédite, qu’il a trouvée il y a deux ans et dont la draperie se compare au costume de la prêtresse).

5 Extrait de la lettre du 3 janvier 1903 : « Mon Révérend Père. Vous trouverez dans le liber de promissionibus et praedictionibus Dei IV 6,9-10 (Patrologie latine LI col. 842) quelques renseignements sur le monastère de religieuses qui était placé sous le vocable de saint Etienne et qui s’élevait sur une colline à Carthage... »

6 Extrait de la lettre adressée le 22 décembre 1894 à X. Charmes, directeur de la comptabilité au ministère de l’Instruction Publique, après que Mgr Tournier, administrateur des biens du diocèse, eut violemment réagi, dans une lettre adressée au Premier Ministre de la Régence, à l’ouverture de l’enquête publique concernant la sauvegarde de dix-neuf périmètres à Carthage (cf. ch. I, p. 55) :
« M. l’Administrateur des biens du diocèse de Carthage considère les domaines confiés à sa gestion comme des terrains de pure spéculation : achetés jadis à bas prix, ils ont acquis dans ces dernières années une plus value énorme que Mgr Tournier s’efforce actuellement de réaliser, en les revendant au détail, au plus offrant. Cette opération financière est en voie d’exécution, et a déjà donné des résultats sur la gravité desquels je me permets, Monsieur le Directeur, d’attirer votre attention et celle de la Commission de l’Afrique du Nord.
C’est la région la plus importante de Carthage, celle qui présente le plus d’intérêt au point de vue archéologique, historique et patriotique, c’est l’antique acropole de Byrsa qui a été la première mise à l’encan ! Les terrains qui entourent la chapelle de Saint-Louis, sur les premières déclivités de la colline, sont morcelés en petits lots, vendus à des spéculateurs pour y construire des villas de plaisance : on transforme en station estivale les abords du couvent et de la cathédrale ! Deux prétentieuses bicoques s’élèvent déjà au sud-est du plateau, sur l’emplacement des remparts de l’antique acropole ; d’autres maisons vont être bâties un peu plus loin, à la limite même des terrains récemment fouillés avec succès par le P. Delattre : elles rendront désormais impossible toute recherche scientifique dans une région dont l’intérêt est capital et qui n’a encore été explorée que d’une manière très imparfaite. Les restes des murailles anciennes servent de fondations aux constructions nouvelles ; la pierre à bâtir est à portée de la main : on l’emprunte clandestinement aux ruines les plus voisines, vouées à une destruction systématique et totale, si leur classement comme Monuments historiques n’était prononcé à bref délai » (ANF F/17 13059).

7 Le 5 janvier 1904, dans une lettre adressée au Secrétaire général du Gouvernement tunisien, M. Roy, Gauckler écrit : « ...Enfin, j’ai eu l’honneur de vous faire connaître qu’un riche étranger, de mes amis, m’a proposé de mettre à ma disposition une somme de 5 000 francs pour fouiller les ruines du théâtre de Carthage à la condition que le gouvernement tunisien facilite cette tâche en expropriant ce monument historique : celui-ci appartient à l’heure actuelle au Diocèse de Carthage qui se dispose à le vendre par lots pour bâtir des villas. La valeur des terrains de Carthage augmente de jour en jour et dans quelques années, il deviendra impossible d’acquérir ce que l’on pourrait encore aujourd’hui se procurer à bon compte au moyen d’une expropriation que prévoit d’ailleurs la loi du 7 mars 1886 (art. 8 et suiv.) » (ANF F 17/17236).

8 Lettre adressée au Directeur de l’Enseignement supérieur au ministère de l’Instruction Publique, le 6 janvier 1904 (ANF F 17/17236).

9 Sa première intervention en tant que membre du Conseil presbytéral fut pour appuyer la demande de reconnaissance du protestantisme français en Tunisie par le Gouvernement tunisien et l’octroi d’une subvention : « M. Gauckler insiste pour qu’une suite aussi prompte que possible soit donnée à cette initiative et fait ressortir que si elle n’était pas couronnée de succès, il y aurait dans ce refus un signe fâcheux qui marquerait l’intention du Gouvernement d’établir en Tunisie, par des faveurs accordées exclusivement à un culte, une sorte de religion d’Etat » (information communiquée par M. Pierre Soumille).

10 Brouillon de la réponse du Père Delattre à la lettre de Cagnat du 22 mai 1898 (Archives des Missionnaires d’Afrique).

11 Le point de départ de l’organisation archéologique de la Tunisie se situe entre 1882 et 1885-86. En 1882, à Tunis, un double décret beylical, pris à l’instigation de P. Cambon, relatif à la conservation des monuments antiques et au principe de la création du musée archéologique ; à Paris, la constitution, par le ministère de l’Instruction Publique, de la Commission de publication des documents archéologiques de Tunisie. En 1895, loi beylicale réglementant les fouilles archéologiques, définissant la législation de conservation des monuments historiques et réglementant le commerce et l’exportation des antiquités (se reporter notamment à G.-Ch. Picard, conférence donnée sur « La recherche archéologique en Tunisie, des origines à l’Indépendance », au dîner-conférence du jeudi 11 octobre 1984 à l’Université de Québec-Trois Rivières, Cahiers des Études anciennes t. XVI, et à A. Daoulatli, « La protection des monuments et sites sous le Protectorat et après l’Indépendance », Bulletin des Travaux de l’INP, fasc.6, p. 123-133, Tunis, 1990-91).
En 1891, le service des Antiquités devient exclusivement beylical, mais par suite d’un différend entre le Résident Général Massicault et René de La Blanchère, la subvention versée par le ministère de l’Instruction Publique est supprimée, le musée du Bardo est soustrait à l’administration du Protectorat. R. de La Blanchère regagne la France avec le titre d’inspecteur général des bibliothèques et archives, et chargé de l’Inspection des Bibliothèques, archives et musées en Algérie et Tunisie, ce que confirme l’échange de lettres du 27 février et du 29 mars 1892, entre le ministère de l’Instruction Publique et la Résidence générale stipulant que « le musée du Bardo entre dans le droit commun, sa situation sera vis-à-vis du ministère la même que celle des établissements semblables existant dans nos provinces africaines », ce qui est contraire au statut du Protectorat. P. Gauckler arrive donc sur ces entrefaites pour remplacer R. de La Blanchère, alors que la Direction des Antiquités est devenue une simple Inspection, avec de grandes ambitions et des moyens de fonctionnement insignifiants (La responsabilité du musée du Bardo sera officiellement récupérée par Gauckler en 1896, après la mort de R. de La Blanchère).

12 Très explicite est ce paragraphe de la lettre de Cagnat à Delattre, le 22 mai 1898 :
« Nous sommes extrêmement contrariés ici de la rivalité qui existe entre la Direction des Antiquités et vous. Notre maxime a toujours été de vous laisser maître du terrain de Carthage parce qu’il était le vôtre avant qu’aucun de nous ne mît le pied en Tunisie, parce que vous l’avez conquis par vos travaux, parce que nous estimons que le pays est assez grand pour qu’il soit inutile de se gêner les uns les autres. En conséquence, nul de nous n’approuvera des tentatives quelconques dictées par un esprit différent. D’autre part, personne ne croit que vous êtes en faute à l’égard du Service des Antiquités. A cet égard, vous pouvez vous rassurer » (Archives des Missionnaires d’Afrique).

13 Conférence de Gauckler, donnée en 1898, sur l’« Utilité du Service des Antiquités et Arts », citation ici p. 46 n. 34.

14 Extrait de la note rédigée au soir de la retraite du 16 septembre 1906. Et encore, cette note tranche avec les précédentes par son optimisme !

15 Cf. la lettre du 22 mai 1898, p. 174 n. 12. Toujours dans cette lettre : « Le mieux pour le moment est de patienter et de pardonner à un malade. Ne vous mettez pas dans votre tort en envenimant les choses. Faites tranquillement votre affaire "et laissez faire aux Dieux". Les Dieux c’est nous qui avons besoin que vous ne nous abandonniez pas ».

16 Gauckler, « M. G. » puis « M. X », revient très souvent dans le courrier de Héron de Villefosse. Ici, outre la lettre du 16 octobre 1904 – cf. p. 172 n. 3-, on s’intéressera à la lettre adressée le 25 décembre 1903, au moment où le Père Delattre croit à l’imminence de la persécution et y voit la conséquence des agissements de Gauckler : « Votre lettre m’a profondément attristé. Tout est à redouter de la part de celui dont vous me parlez. C’est un fourbe et un sectaire : il ne peut venir que du mal de son côté. Comme vous, je crains quelque machination ténébreuse, préparée de longue main et prête à éclater. Je pense bien aussi que vous pourriez trouver un appui auprès de l’Académie, mais sous quelle forme le solliciter tant que rien de positif n’est venu entraver vos travaux ? Il me semble que vous devriez écrire confidentiellement à M. le Secrétaire Perpétuel et au marquis de Vogüé, sur les dévouements desquels vous pouvez absolument compter ; vous pourriez leur exprimer discrètement vos craintes, en montrer le bien-fondé, craintes au sujet des fouilles, craintes au sujet du Musée, et leur demander un conseil, ou les prier de s’entendre entre eux sur la marche qu’il y aurait à suivre pour parer les coups.
Ces deux confrères, étant indépendants par leur âge et par leur situation, n’étant pas fonctionnaires, sont beaucoup plus libres que Babelon et moi, par exemple, pour saisir l’Académie de faits dans lesquels le gouvernement a la main. L’homme dont vous parlez a dû préparer tout cela cet été au Ministère. Je me méfie de lui de plus en plus. Conservez précieusement les lettres de de La Blanchère : celui-là pouvait avoir un caractère difficile, mais c’était un honnête garçon. Dans tous les cas, je crois que s’il survenait un fait nouveau, vous devriez en avertir le Secrétaire Perpétuel immédiatement, pour constater l’impossibilité où vous pouvez vous trouver de continuer des fouilles entreprises sous le patronage de l’Académie. N’envoyez rien au Ministère tant qu’on ne vous demandera rien. Pour vos marques céramiques grecques et romaines, le bulletin d’archéologie du Comité me paraît tout désigné pour les recevoir et les publier. Avez-vous quel qu’objection à cette publication ? Il est bon de ne pas vous faire oublier à la Commission d’Afrique du Nord où vous avez des amis.
Courage encore ! L’orage va peut-être éclater mais l’orage passe et nous devons espérer et souhaiter des jours meilleurs. D’ailleurs il y a une justice qui arrive tôt ou tard ; les malfaiteurs reçoivent le châtiment qu’ils méritent ! Malgré les nuages qui s’amoncèlent à l’horizon, je vous souhaite bonne chance pour 1904 et je vous envoie mes meilleurs vœux ».

17 L’auteur procède à un constat sévère de la réalité existante : la cession des terrains au cardinal Lavigerie, en 1881, dans le but « de fonder une ville exclusivement européenne et toute française », – ce qui ne se fera heureusement pas par suite de la décision de creuser le port de Tunis-, la construction choquante de la cathédrale et des bâtiments religieux sur la colline de Byrsa, puis la vente de terrains aux fins de spéculation immobilière qualifiée de « deuxième invasion des Vandales », la médiocrité des fouilles entreprises et des incertitudes sur la destinée du musée archéologique.
Partant du fait, qu’avait souligné S. Reinach, que « parmi les grandes cités de l’antiquité, Carthage est la seule dont l’emplacement soit encore relativement libre de villages et de constructions modernes », l’auteur plaide pour une grande ambition à la dimension de la France : « Elle ne saurait faire moins pour la patrie d’Annibal ». Cela suppose de revenir sur la donation faite au cardinal Lavigerie, sans consistance juridique, de préempter les terrains sur un périmètre approchant la superficie de l’ancienne Carthage, et en attendant d’y interdire toute nouvelle construction : « Quand elle aura racheté ce sol dans les entrailles duquel dorment les cités détruites, où reposent, côte à côte, la ville punique renversée par Scipion, la ville romaine prise par Genseric, la ville vandale enlevée par Belisaire, la ville byzantine emportée par l’émir Hassan, la ville arabe rasée en 1270 par El Mostancer, après le départ des Croisés, il s’agira de faire sortir toutes ces mortes de leurs sépulcres, en les débarrassant de la terre qui les étreint comme un suaire et pèse sur elles comme un tombeau. Pour mener à bien une telle œuvre, il faut plus que les ressources matérielles et intellectuelles des particuliers ; il faut les ressources, toujours abondantes, en hommes et en argent, dont les gouvernements disposent. » Enfin, il importe d’y bâtir un « musée national ». « C’est au Gouvernement de la République de poursuivre résolument cette œuvre de recherches si intéressantes à tout point de vue ; c’est à lui de centraliser, dans un seul musée national, tout ce qui, jusqu’à ce jour, a été retiré de quelques puits creusés et des quelques tranchées ouvertes. »

18 Extrait de la lettre du Père Delattre au Supérieur des Pères Blancs, Mgr Livinhac, le 5 janvier 1898 : « Désirant prochainement convertir en musée l’ancien palais du Bey (Le Lazaret) qui était devenu depuis plusieurs années la résidence d’été du Général et des principaux officiers de la garnison, M. le Résident voudrait que nous consentions à y transférer nos collections qui resteraient sous ma direction avec un collaborateur qui serait nommé et payé par le Gouvernement Tunisien. Il m’a dit que c’était une collaboration qu’il m’offrait afin d’assurer la permanence de l’œuvre qui a été créée par le Cardinal Lavigerie. Il a fait valoir pour raisons les mêmes raisons que nous invoquons pour abandonner le poste et j’ai été frappé de cette tactique. Il y a là assurément un piège auquel nous ne devons pas nous laisser prendre.
J’ai répondu au Résident que le musée était une œuvre du Cardinal Lavigerie à laquelle nous devions tenir. Il m’a dit alors que le collège de Tunis et l’hôpital Saint-Louis avaient aussi été des œuvres du Cardinal, ce qui n’avait pas empêché le Gouvernement de les prendre à sa charge pour en assurer la permanence. Il a invoqué encore d’autres raisons telles que l’exiguïté du local à Saint-Louis, le dérangement que doit causer à une maison religieuse la visite de tant de touristes, que tous deux, lui et moi, n’étions pas à l’abri de la mort, etc. » (Archives des Missionnaires d’Afrique). Le dossier sur la question du transfert du musée en 1898 a par ailleurs été synthétisé par une frappe à la machine, peut-être par Mgr Labbe, avant le transfert à Rome du Fonds Delattre).

19 « ...Mgr l’Archevêque me disait ces jours derniers que ce serait découronner saint Louis que de lui enlever son musée... » (lettre du Père Delattre à Mgr Livinhac, le 10 juin 1898).

20 « ...N’acceptez à aucun prix le transfèrement de votre musée ; il est et il doit rester sur l’acropole de Carthage entre vos mains, là où le Cardinal l’a établi... » (A. Héron de Villefosse, le 4 février 1898).

21 Il s’agit de l’utilisation faite de trois affirmations du compte rendu de la marche du Service des Antiquités de la Tunisie pour 1897, p. 7-9 (Tunis 1898), répertoriées dans la lettre de Héron de Villefosse au Père Delattre, du 4 mai 1898, et dans celle de ce dernier à Mgr Livinhac, le 11 mai 1898.

22 Le témoignage donné ici par R. Cagnat est d’autant plus crédible que ce dernier, par ailleurs bien informé, est peu suspect de sympathie excessive pour Gauckler : « Je sais qu’il y a eu, cet hiver, une tentative faite pour faire descendre votre Musée de Byrsa. Je crois pouvoir vous affirmer que M. G. n’a été pour rien dans la proposition qui vous a été faite, laquelle est née dans l’esprit du Résident ; en tout cas, il a été le premier à m’en aviser et à me prier de m’opposer à la chose, si j’étais consulté. Que cette démarche lui soit comptée par vous et vous rassure » (lettre au Père Delattre du 22 mai 1898, Archives des Missionnaires d’Afrique).

23 Il est très suggestif de faire le lien entre cette correspondance et le double de la note adressée par René Millet au ministère de l’Instruction Publique (ANF F 17/13059) à propos du musée du Bardo, dans laquelle la proposition d’organigramme suivante est faite : Résident général, puis chef du Service archéologique et trois sections -Inspection des Antiquités et Arts (inspecteur, inspecteur adjoint, chaouch) –, – Musée du Bardo (conservateur, gardien, gardien adjoint) –, – Musée Saint-Louis de Carthage (conservateur-sous réserve des avantages et de l’autonomie personnelle concédés à titre gracieux au R.P. Delattre).

24 On retiendra la première et la dernière phrases menaçantes : « Les Dioclétiens qui composent le gouvernement actuel proposent, on le sait, d’autoriser vingt-et-un des établissements appartenant à la Congrégation des Missionnaires d’Afrique, dits Pères Blancs... Il faut que ces apôtres de pauvreté et d’abnégation en prennent leur parti ; il ne leur sera pas permis de porter une main rapace sur ce qui est le bien de l’Etat français et de la Tunisie. » Après un détour par la vente de jambons désossés, de tête roulée et de fromage d’Italie au domaine des Pères Blancs de Thibar, l’auteur se lance dans un vibrant éloge du Père Delattre et de « son exploration méthodique », entreprend une description lyrique des joyaux du musée, avant de comparer subitement, dans la ligne droite qui précède la dernière phrase déjà énoncée, les Pères Blancs aux pirates d’André Doria, aux spoliateurs arabes et anglais.
À juste titre, les correspondants ecclésiastiques du Père Delattre à Alger et à la Procure de Paris relativisent l’impact de la prose de G. Thomson. Par contre la situation en France même apparaît d’une autre gravité : « Ici tout paraît bien sombre, bien embrouillé. On ne sait où on va. Que Dieu prenne pitié de notre pauvre pays ! Je fais ici ce que je peux, j’espère toujours que le Sénat nous autorisera et qu’ensuite on ne nous présentera pas à la Chambre car nous y serions promptement exécutés » (lettre du Père Voillard, Paris, le 7 novembre 1903, Archives des Missionnaires d’Afrique).

25 Cet article est publié entre la parution des deux décrets beylicaux du 7 août 1903 et du 2 décembre 1903, relatifs à l’interdiction en Tunisie des congrégations non autorisées en France, et aux modalités d’exercice des congrégations déjà présentes en Tunisie et autorisées en France. Sur la situation des congrégations, on peut se reporter à la contribution de P. Soumille, « Les activités et les œuvres des congrégations religieuses catholiques en Tunisie à l’époque du Protectorat français (fin XIXe-milieu XXe siècle) » publiée dans les Actes du Colloque international (Toulouse, janvier 1997), La Tunisie mosaïque, Toulouse, P.U.M., 2000, p. 319-346.

26 Explication : à l’intérieur de l’enveloppe budgétaire, 2 000 francs étaient inscrits habituellement pour le musée du Bardo et 7 000 francs pour les publications des Monuments historiques de la Tunisie. Devant le refus constant d’augmenter la dotation officielle pour le Bardo, – les dépenses réelles, connues des autorités de tutelle, se situaient à 8 000 francs par an – Gauckler dut décider, en 1898, de suspendre la publication des Monuments historiques de la Tunisie. Il affectait donc depuis six ans cet argent au musée du Bardo, sans parvenir à convaincre la Résidence de modifier les termes de l’imputation budgétaire. Prenant acte de la non-parution des publications, les 7 000 francs sont retirés du budget 1904. (De son côté, le budget « Personnel » s’élevait à 21 600 francs). Ensemble du dossier aux Archives Nationales de Trance F 17/17236.

27 Dépêche télégraphique du ministère de l’Instruction Publique : 11 février et 24 juin 1904 (ANF F17/17236) ; lettre du Directeur de l’Enseignement supérieur Bayet au Secrétaire général de l’Académie des Inscriptions, le 6 janvier 1905 (Archives de l’AIBL, E 426) ; lettre du Secrétaire général de l’Académie des Inscriptions au ministère de l’Instruction Publique, le 7 juillet 1904 (ANF F17/17236).

28 Dans sa lettre au Directeur du ministère de l’Instruction Publique, il ne craint pas de décrire par le menu la médiocrité et les petites combines de cette administration. Lettre du 6 janvier 1904 (ANF F17/17236).

29 La succession de ces deux paragraphes dans la note rédigée le 16 septembre 1906 est significative : « Comment ne pas vous remercier, ô bon Jésus, de la découverte de l’area chrétienne, que j’explore depuis trois mois, de ce lieu de réunion des fidèles de Carthage aux temps des persécutions.
Le produit des fouilles a continué d’enrichir nos collections. Puisse le Musée Lavigerie échapper aux manœuvres tendant à nous en enlever la propriété ! Si, malgré ces prétentions injustes émises au nom du Gouvernement tunisien qui n’a jamais donné un centime pour les fouilles, nous conservons la propriété de nos collections, je renouvelle la promesse de placer un ex-voto à l’autel de la Sainte Vierge dans la Primatiale. »

30 « Mon doux et aimable Jésus... Quelle reconnaissance ne vous dois-je pas pour la présente année ? C’est l’année jubilaire de la proclamation du dogme de l’immaculée Conception. C’est l’année sainte, l’année bénie de Marie. Vous m’avez inspiré de composer durant le mois de mai et les mois suivants un travail sur le culte de la Sainte Vierge à Carthage et en Afrique à travers les siècles... » (note du 16 septembre 1904). On lira en Annexe de ce tome, dans la correspondance du Père Delattre, un extrait important de la note du 16 septembre 1905 – dans laquelle il est fait mention d’Uppenna et qui porte témoignage du vœu concernant la Vierge Marie.

31 « Pour obtenir que la Société échappe à la persécution, je voudrais voir notre bien-aimé Supérieur général faire à Dieu la promesse de rétablir parmi les missionnaires, la dévotion particulière et le culte extérieur aux Saints d’Afrique dans la mesure possible tels que les avait tant à cœur notre regretté Fondateur » (note du 14 septembre 1903).

32 « Merci, mon Dieu, d’avoir continué à bénir mes recherches dans le sol de Carthage et d’avoir vu le 22 mars, jour de la fête de saint Deogratias et jour anniversaire de la consécration épiscopale du Cardinal Lavigerie, d’avoir vu ce jour marqué par une très intéressante découverte » (note du 16 septembre 1904).
« J’aime votre très sainte Mère d’un amour ardent, tendre, filial, et durant le mois d’octobre 1905, vous m’avez procuré la joie de recueillir plusieurs monuments de son culte à Carthage. Le 26 du mois suivant, anniversaire privilégié de la mort du Cardinal Lavigerie, vous avez exaucé mon désir et mon attente ; puis cette joie, vous l’avez renouvelée pour moi, en l’honneur de l’immaculée Conception, les 7 et 15 décembre, ce qui m’a permis d’écrire à la gloire de Marie, un article que j’ai pu intituler : Un trimestre de découvertes mariales à Carthage. Le 23 janvier, fête des Epousailles de la sainte Vierge, amenait encore une trouvaille et le 22 mars, jour anniversaire du sacre du Cardinal Lavigerie était aussi marqué par une découverte particulière » (note du 16 septembre 1906).

33 Il s’agit de la très célèbre et incomplète inscription, disposée au musée de Carthage, des saints Saturas, Saturninus, Rebocatus, Secundulus, Felicitas, Perpetua, dont la reconstitution du texte a été tentée à partir de la juxtaposition de trente-quatre fragments de marbre blanc (cf. notamment Delattre, CRAI1907, p. 176,194 et L’épigraphie funéraire chrétienne à Carthage, Tunis, 1926, p. 51-54. Y. Duval, Loca Sanctorum Africae, I, EFR, 1982 notice 6 p. 13-16. L. Ennabli, Les Inscriptions funéraires chrétiennes de Carthage, II, La basilique de Mcidfa p. 35,39, INAA-EFR, 1982).
On lira ici le récit inédit des circonstances de la découverte qu’en fait le Père Delattre le 26 mai 1907 à un ecclésiastique (Archives des Missionnaires d’Afrique) 
« Bien cher confrère, Puisque vous vous intéressez à la découverte de la pierre tombale des saintes Perpétue et Felicité, je vous en envoie la photographie. C’est durant le mois de mars, c’est-à-dire le mois de la fête des glorieuses saintes, que j’ai eu la joie de voir sortir de terre fragment par fragment cette précieuse inscription. Le 7 et le dimanche 11, nous les avions honorées au lieu de leur martyre, dans l’amphithéâtre et quelques jours après parmi les centaines de débris qui étaient sortis de nos fouilles près de Saint-Cyprien, de Bou-Khris, nous remarquions un morceau de dalle de marbre blanc portant une seule lettre entière et des amorces d’autres lettres. Ce qui nous frappait surtout c’était la façon particulière dont les caractères étaient gravés. Hauts de 0 m 10, ils étaient particulièrement soignés et toutes les arêtes, aussi bien au fond des lettres que sur les bords, étaient adoucies. Ce sont des caractères sans arêtes.
Le 20, dès le matin, un morceau de cette plaque nous donnait les trois lettres MAR qui pouvant entrer dans un nom propre ou dans le mot Mars n’éveillèrent pas autrement mon attention. Je n’osais m’arrêter à la pensée que ces lettres appartenaient au mot MARTYRES. Le 22, en la fête de ND des Sept Douleurs, fête aussi de saint Deogratias, évêque de Carthage, anniversaire du sacre du cardinal Lavigerie, d’autres fragments réunis à ceux de la veille, nous donnaient trois noms : Saturas. Rebocatus. Felicitas. Je n’osais encore crier victoire. Mais le lendemain samedi, deux autres noms, ceux de Saturninus et Perpetua se reconnaissaient d’une façon certaine. Enfin, le 25 mars, un fragment exhumé l’année dernière et retrouvé par le fr. Rogatien nous donnait les quatre premières lettres de Secundulus également honoré avec sainte Perpétue et sainte Félicité, quoiqu’il fût mort en prison avant le jour de leur triomphe dans l’amphithéâtre.
Dans notre inscription, les hommes sont nommés avant les femmes et Secundulus n’ayant pas souffert dans l’amphithéâtre occupe le dernier rang. Ensuite viennent les deux glorieuses saintes. Leurs noms sont gravés dans l’ordre où ils se lisent au Canon de la messe : Félicité et Perpétue. Au bas de l’inscription se lit le nom de Majulus désignant sans doute le personnage qui a fait graver l’inscription. Celle-ci se lit ainsi :
+ Hic SVNT MARTY res
+ SATVRVS SATV minus
+ REBOCATVS SECV ndulus
+ FELICIT PER pe T PAS Non mart
+ MAIVLVS...
À la dernière ligne, le nom de Majulus paraît formé de caractères moins grands qu’aux autres lignes. Je croirais volontiers que c’est le nom d’un des personnages ou du personnage qui fit graver l’inscription. Cependant les martyrologes font mention de plusieurs saints africains du nom de Majulus. L’un d’eux fut martyrisé à Hadrumète neuf ans après la mort glorieuse de sainte Perpétue et de sainte Félicité à Carthage. »

34 La prise en compte de la réalité d’un nombre de martyrs plus grand sur le texte de la grande mosaïque que dans la primitive inscription pose le problème en termes plus complexes que ceux énoncés par Monceaux : « Je soupçonne un certain nombre de ces soi-disant saints d’être des martyrs donatistes » (cf. p. 158). Rien n’autorise à penser que la première inscription où ne figuraient que les noms des martyrs locaux ait eu un contenu donatiste. Le paradoxe tient à ce que si la reconstitution du premier texte avait été faite, le Père Delattre eût pu exprimer un Deo gratias encore plus explicite car il n’est intervenu que pour la découverte de la première mosaïque des martyrs (et pour la mise au jour de l’invocation de la contremarche dont la mutilation rendait impossible directement une attribution à telle ou telle communauté).

35 Un exemple significatif : l’attribution éventuelle à la communauté donatiste de l’inscription Si Deus pro nobis quis contra nos sur le disque polylobé de cipolin à Dermech-Douïmès (cf. en dernier, pour la recension bibliographique, L. Ennabli, Les Inscriptions funéraires chrétiennes de Carthage, III, Carthage intra et extra muros, INAAEFR, 1991, no 294 p. 194-196). Pour Monceaux, la plupart des inscriptions qui reproduisent ce verset de l’Épître aux Romains doivent être « l’œuvre des Donatistes, pour qui la devise de saint Paul était une sorte de défi aux Catholiques persécuteurs » (Hist. Litt., t. IV, p. 448-449).
Ce disque constitue-t-il donc un (ou le) témoignage de « l’épigraphie des schismatiques » à Carthage (cf. p. 158). Il est remarquable que le Père Delattre clôt son livre sur Le culte de la Sainte Vierge en Afrique par la reproduction de ce disque (p. 229) et cette invocation qu’il prolonge en direction de Marie (p. 232) « Si Marie est pour nous, qui sera contre nous », en guise d’ultime témoignage de communion entre la Foi et l’Espérance de chrétiens de l’époque des persécutions et celles de la communauté chrétienne du temps présent.

36 Le Père Delattre confiait, le 5 janvier 1906, à l’abbé Leynaud : « Je crois que le double rapport de la Mission ecclésiatique d’archéologie chrétienne à Upenna ne tardera pas à paraître. » (Archives des Missionnaires d’Afrique).

37 On notera que le chanoine Raoul englobe ainsi Pierre, Paul et le prêtre Saturninus.

38 « ... J’ai été très fatigué tous ces temps et n’ai pu sérieusement pour cette raison travailler la question dont je me proposais de vous entretenir à notre prochaine réunion chez moi... ».

39 Dans le Procès-Verbal, on a supprimé les références aux notes de Mgr. Toulotte qui indisposaient le chanoine Raoul, à l’exception d’une phrase concernant les reliques des Apôtres Pierre et Paul (cf. pv. p. 8 n.l) et on n’a pas évoqué « l’idée » du chanoine Raoul.

40 « Si j’avais sous la main les épreuves, je mettrais ces quelques additions directement à la place. »

41 « Pour la conclusion finale, je ne me souviens plus si j’ai écrit les seize martyrs. Il vaut mieux effacer le nombre et parler seulement de martyrs. P. Monceaux est aussi d’avis que Petrus et Paulus sont les noms des Apôtres. Dans ce cas il convient d’être prudent. Qu’en pensez-vous ? »

42 L’analyse « du sable à grains irréguliers » ne porte-t-elle que sur le contenu de l’amphore ? On serait tenté de répondre oui en prenant pour référence le titre de la note manuscrite, et en tenant pour impossible que l’on ait pu mélanger les contenus. L’ajout sur le titre des P.V. de « et dans le coffret de pierre » ferait alors référence au troisième paragraphe et à l’écheveau du fil d’or.

43 La note anonyme et non datée mais due certainement à la plume du chanoine Pavard concernant la reconstitution du texte de la première mosaïque des martyrs (cf. p. 164-165, n. 25 et fig. 34) contient cet ajout, écrit peut-être postérieurement : « L’analyse vient d’être faite. Elle n’a révélé que la présence de chrome (qui laisse supposer de l’encre employée à un document écrit sur parchemin). Mon hypothèse de la possibilité des reliques tombe donc d’elle-même. »

44 La Tunisie française, le 2 avril 1906.

45 Le chanoine Raoul sera néanmoins mandaté le 27 janvier 1907 par l’Archevêque de Carthage pour inviter le Directeur des Antiquités à se joindre à la visite de l’église d’Enfidaville des membres de la Commission diocésaine d’archéologie conduits... par Mgr Tournier (cf. p. 77-78).

46 Allocution de Mgr l’Archevêque de Carthage, p. 16-17.

47 Il est probable que le texte de cette homélie, tout au moins dans sa partie technique, a été largement ébauché par Mgr Pavy qui a rassemblé les données historiques concernant les mosaïques (déduction d’après les notes de la main de Mgr Pavy conservées à la Prélature, qui constituent des embryons de développements de paragraphes).

48 « Nous sommes revenus chercher et réunir les pierres des basiliques où retentirent les voix d’Augustin et de Fulgence et en rebâtir la Cité de Dieu » (p. 26).

49 Reprendre la chaîne brisée de la Tradition, c’était la justification du Protectorat considéré comme un retour à Rome ! P. Gauckler ne se privait pas de développer ce thème qui confortait l’importance de l’archéologie et la reconnaissance du statut de service public qu’il entendait conférer au Service qu’il dirigeait. Ainsi, dans une conférence donnée en 1898 sur l’archéologie en Tunisie, déclare-t-il d’entrée : « L’on a dit souvent, Messieurs, et avec raison que la Tunisie est un pays à la fois neuf et très vieux, dont l’histoire se poursuit en se recommençant. En effet, l’œuvre que tente actuellement le Protectorat n’est qu’une renaissance. Rien ne ressemble plus aux débuts de l’occupation française dans la Régence que ceux de la conquête romaine dans la province d’Afrique. » (ANF F17/17236).
On approfondira la signification des rapports colonisation romaine-colonisation française grâce aux études complémentaires de M. Benabou et de J. Fremeaux :
M. Benabou, L’impérialisme et l’Afrique du Nord, le modèle romain. Sciences de l’homme et conquête coloniale. Constitution et usage des Sciences humaines en Afrique (XIXe-XXe siècles), Paris, éd. Nordman et Raisin, 1980, p. 15-22. J. Fremeaux, Souvenirs de Rome et présence française au Maghreb, essai d’investigation. Connaissance du Maghreb, Sciences sociales et colonisation, Paris CNRS, coll. Recherches sur les sociétés méditerranéennes, 1984, p. 29-46.
Pour Jean Ganiage, l’assimilation Rome-Protectorat était perçue comme liée à l’état de paix, notion qui revient ici en négatif : les Vandales-le monde musulman, c’est l’empire de la destruction. « Le petit peuple des fellahs sur qui pesait encore le souvenir des exactions et des violences de l’ancien régime beylical ne pouvait qu’apprécier la paix française, réplique de la pax romana, à quelque quinze siècles de distance. » (J. Ganiage, Histoire contemporaine du Maghreb de 1830 à nos jours, Paris, 1994, p. 305.)

50 Dans son livre sur le Cardinal Lavigerie, le Père François Renault analyse à plusieurs reprises les composantes de tout un environnement dans l’Église de la fin du xixe siècle, marqué à la fois par la conviction qu’il n’y a de véritable civilisation que chrétienne et par une vision de l’Islam particulièrement pessimiste qui traduisait en réalité l’ignorance même, pas spécifique au milieu chrétien, de l’existence de la civilisation musulmane (p. 143, 241 etc.). Mais le cardinal Lavigerie, qui jusque dans son célèbre toast d’Alger de novembre 1890 sur le Ralliement en appelle « aux principes qui seuls peuvent faire vivre les nations chrétiennes et civilisées », manifestait pourtant une vision de l’Histoire moins manichéenne que celle de son successeur. Dans son mandement de carême de 1883 à Carthage, portant sur l’histoire de l’Église d’Afrique, il assurait que la ruine des communautés chrétiennes, à la suite de l’invasion arabe, provenait davantage de rivalités internes que des persécutions subies, et il citait abondamment les correspondances des papes avec les princes musulmans montrant leur respect mutuel pour les adorateurs d’un même Dieu. F. Renault, Le Cardinal Lavigerie 1825-1892. L’Église, l’Afrique et la France, op. cit., ici p. 444-445.

51 « Dans la foule, ou le long des rues tout en fête, des Musulmans, les uns richement drapés dans leurs vives couleurs, les autres dans la modeste tunique de la campagne, d’autres encore en sordides haillons...Tous frappés d’étonnement contemplent, dans leur curiosité naïve, le va-et-vient des groupes, le déploiement du cortège, l’animation inusitée d’une vie intense. Et ce mélange de costumes divers pique, à travers la foule des Européens, une note d’un effet saisissant, et imprime par son contraste un cachet original à l’assemblée. C’est local ; c’est vivant ; c’est la caractéristique particulière aux manifestations publiques dans notre France d’Afrique. Ô vous, fils d’Ismaël, qu’en ce moment la curiosité seule attire, que l’étonnement fige dans votre immobile fatalisme ; oh ! portez bientôt, avec la rapidité qui vous distingue, portez au loin l’écho des merveilles que vous contemplez. Puissiez-vous en pénétrer tout le mystère ; puissiez-vous, courbant vos fronts avec les chrétiens inclinés devant leur Dieu qui est aussi le vôtre, revenir à la foi de vos ancêtres ! » (Chanoine Pavard, Une fête incomparable dans le diocèse de Carthage, p. 6-7).
Le chanoine Pavard indique qu’au cours de cette mémorable journée, il y eut même une fête arabe, sans nous préciser cependant si c’était un spectacle offert à la seule curiosité des Européens : « Je ne parlerai pas du banquet...Je ne dirai pas davantage la fête arabe qui suivit ; tous en connaissent le thème : musique cadencée, courses à toute allure, crépitations des mousquets » (p. 13).

52 « Le Gouvernement tunisien et le Service des Antiquités ont bien voulu nous en faire la cession gracieuse [il s’agit des mosaïques] ; et c’est un devoir, devoir bien doux, de le reconnaître. Cette générosité me donne l’assurance que sur ce terrain, il ne s’élèvera pas de mur de séparation et que, les découvertes se multipliant, nous verrons se resserrer les liens qui unissent l’art et la foi » (p. 12).
Il s’agit du Gouvernement français : « Sur ce terrain, il ne s’élèvera pas de mur de séparation » est une allusion on ne peut plus explicite à la loi de « séparation de l’Église et de l’État » (quinze jours auparavant, le 15 avril 1907, le Pape Pie X avait condamné la séparation de l’Église et de l’État en France).

53 Observons l’utilisation du singulier pour le mot domination dans la phrase : « L’exil ne nous a pas ravi toutes nos richesses, et après la domination des Vandales et des Arabes, nous sommes autorisés à redire avec plus de certitude : Numquid non et Africa sanctorum martyrum corporibus plena est (p. 17).

54 1881-1906. Jubilé épiscopal de Mgr l’Archevêque de Carthage, primat d’Afrique, Tunis, éd. Borrel, 1906.

55 Chanoine Raoul : « Ad multos annos. Voilà ce que nous souhaitons, avec toutes les autres bénédictions d’En Haut, afin qu’il vous soit donné de goûter la douce joie de voir l’Eglise catholique que vous aimez comme une mère et pour laquelle vous n’hésiteriez pas à verser jusqu’à la dernière goutte de votre sang, de voir, dis-je, l’Eglise jouir de cette paix que symbolise autour de nous l’olivier qui verdit nos plaines et nos coteaux. » (Jubilé, op. cit., p. 15-16).

56 Situation en Tunisie. Commentaire du rédacteur de l’opuscule sur le Jubilé épiscopal (signé L.M.) : « C’est qu’en effet la Tunisie chrétienne fait honneur à son Archevêque ; le grain de sénevé reçu dans cette terre, autrefois si féconde, est devenu un arbre vigoureux qui abrite dans ses rameaux de nombreuses églises nouvelles ; partout dans cette immensité qui va jusqu’au désert, des prêtres séculiers et réguliers travaillent au champ du père de famille ! Quel contraste depuis vingt-cinq ans ! La diffusion de l’Evangile est ici une réalité. »
Situation en France, perçue de Tunisie. On lit dans des lettres écrites à l’occasion du Jubilé, conservées dans le Fonds Mgr Combes : Adresse de la Conférence de saint Vincent de Paul de Sousse :"En ces temps de tristesse lourde à nos âmes, où les ennemis de la foi catholique voudraient asservir nos prêtres en les prenant par la faim et en les dépouillant... »/ Le curé du Kef : « ...à cause du deuil dans lequel se trouve en ce moment plongée l’Eglise de France... néanmoins Mgr, malgré les tristesses de l’heure présente, je croirais manquer à un devoir filial, si je ne venais pas vous exprimer mes souhaits de bonne fête »/ Les vieillards de l’Asile des Petites Sœurs des Pauvres : « Vos Vieillards, Mgr, se permettent de vous adresser leurs bien humbles félicitations en l’honneur de ce Jubilé qui, dans les temps si troublés que nous traversons, apportera force et espérance à votre cœur »/ La Supérieure de N.D. de Sion : « Puisse Dieu vous accorder Monseigneur ses grâces et ses bénédictions en proportions des difficultés toujours grandissantes de votre Ministère pastoral car elles ne manquent pas, il faut bien l’avouer, sur cette terre qui semble maudite. »

57 À propos de sang et à partir de la mosaïque des martyrs, l’abbé Emmanuelli formulait, le 30 décembre 1904, assez maladroitement, les vœux suivants à l’Archevêque de Carthage : « Puissent, Monseigneur, les Saints Martyrs dont on vient de découvrir le tombeau [l’abbé Emmanuelli entendait par là, la mosaïque avec les martyrs autour de la Croix gemmée] nous obtenir de Dieu qu’après la tourmente actuelle vienne le calme, après les chagrins qui ont saigné et saignent encore votre cœur de Père, jouir de la paix et du bonheur, au milieu du troupeau qui a été confié à votre houlette. »

58 Très significatif ce paragraphe d’une lettre de remerciements, adressée de France, à l’Archevêque, après réception du texte de son allocution du 1er mai 1907 :
« Vous êtes de ceux, Monseigneur, qui avec les Pavy et les Lavigerie, auront contribué à faire revivre sur la terre africaine, après douze siècles, la foi des Cyprien et des Augustin, des Honorius et des Baleriolus.
Puisse la persécution inouïe qui sévit, sur la France, à cette heure, ne pas compromettre dans la colonie d’Outre-mer la résurrection du lointain passé due à vos apostoliques efforts. »
(Mgr Pavy dont il est question dans cette lettre n’est pas le collaborateur de Mgr Combes, mais le prédécesseur du cardinal Lavigerie à l’évêché d’Alger)

59 En France, la mise en application des Inventaires avant leur dévolution aux Associations cultuelles, en application de la loi de Séparation, avait provoqué de graves incidents au début 1906. En octobre 1906 cependant, la tension avait baissé. Dès le 16 mars 1906, Clemenceau avait invité les préfets à suspendre les Inventaires s’ils devaient rendre nécessaire l’utilisation de la force.

60 La tonalité de la note spirituelle qui conclut la retraite du Père Delattre, le 16 septembre 1906, trois semaines avant les cérémonies du Jubilé épiscopal de Mgr Combes, manifeste un tout autre optimisme qu’en 1905, qui n’est pas seulement imputable au remplacement de Gauckler par Merlin.
« Voici une nouvelle année écoulée, année bénie, année de paix, malgré les craintes qui en ont marqué le début, malgré les appréhensions de l’avenir. Quelles actions de grâce, ne dois-je pas vous adresser, ô Jésus ! Depuis la précédente retraite, à côté de grâces spirituelles nombreuses, vous n’avez cessé de bénir mes travaux et de me ménager les plus pieuses surprises... Et s’il plaît à la divine Providence que nous passions par l’épreuve, je Lui demande de conserver le calme et la générosité dans le sacrifice. J’ai l’espoir que la Très Sainte Vierge dont nous portons ostensiblement le Rosaire sur la poitrine, préservera les fils et les œuvres du Cardinal Lavigerie en retour du culte et de la confiance filiale que notre Vénéré Fondateur lui avait voués. » (Fonds Delattre, Archives des Missionnaires d’Afrique)

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/19941/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Légende Fig. 35. Lettre de Monceaux à Gauckler, le 6 avril 1905. Archives INP. Lettre composée de quatre demi-pages. Un trait en marge indique ici le changement de feuille. L’ensemble du texte, avec le post-scriptum qui ne concerne pas Uppenna est transcrit p. 250-251.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/19941/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Légende Fig. 36
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/19941/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 150k

© Presses universitaires du Midi, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search