Version classiqueVersion mobile

Archéologie et histoire de l’Église d’Afrique. Uppenna I

 | 
Dominique Raynal

Chapitre III. Les grandes données des affirmations de l’époque

Leur nécessaire examen

Texte intégral

1. L’INTERPRÉTATION PAR GAUCKLER DE L’ÉVOLETION DE LA BASILIQUE D’UPPENNA

1L’idée que l’on se faisait de l’évolution de la basilique d’Uppenna a été fixée par Gauckler dans l’article des Nouvelles Archives des Missions dont voici les trois paragraphes essentiels, et par la représentation de son plan (fig. 3 et fig. 57, dépliant fin du tome).

2« L’église d’Uppenna fut bâtie après la paix de l’Eglise, à une époque qu’il est difficile de préciser, mais qui est certainement antérieure à l’invasion vandale, pour honorer la mémoire de martyrs locaux victimes des persécutions païennes, et pour abriter leurs reliques. Elle se composait d’abord d’une construction rectangulaire à trois nefs, large de 12 mètres et longue de 23 mètres, exactement orientée. Au fond de la grande nef s’ouvrait une abside demi-circulaire de 5 mètres de diamètre, surélevée de 0,75 m ; en face, du côté de l’entrée, juste dans l’axe central, une absidiole, moitié moins grande, correspondait exactement au chœur, vers lequel elle était tournée ; sur le sol, également surélevé d’une marche et revêtu de mosaïque en marbre blanc, était tracée dans un demi-cercle une inscription de sept lignes, dont nous n’avons retrouvé que la moitié de droite, celle de gauche ayant été réduite en miettes par les remaniements subséquents (l’on a recueilli dans les décombres quelques-uns de ces débris, notamment les lettres suivantes : rn, ss, i, o)... [suit la description de la première inscription martyriale].

3L’inscription ne se terminait pas au bord de l’abside ; elle se continuait sur la face verticale de la marche d’accès, dont elle n’occupait que la partie centrale, dans un cartouche rectangulaire. Elle a naturellement beaucoup souffert à cet endroit, les cubes s’y trouvant plus exposés qu’ailleurs à être arrachés de leur alvéole de ciment. Il y a une solution de continuité de deux lignes au moins entre la partie horizontale et la partie verticale de l’inscription. Mais la dernière ligne subsiste intacte, en lettres de 0 m 05, qui ne remplissent pas tout le cadre et s’arrêtent aux trois quarts de son étendue. La bordure du cartouche est faite de cubes de diverses couleurs. Les lettres sont en marbre noir sur fond blanc.

4... L’église primitive d’Uppenna semble avoir été détruite par les Vandales ; en tout cas, elle eut à subir, au cours du ve siècle de notre ère, de très graves dommages dont les traces subsistent, et qui nécessitèrent à l’époque byzantine une restauration complète de l’édifice. On en profita pour l’agrandir, en l’élargissant de 7 mètres vers le nord. Tandis que la face latérale et le bas-côté de gauche restaient en place, on recula le bas-côté de droite et toutes ses annexes, notamment le baptistère qui lui était extérieurement accolé ; l’on élargit la grande nef, les nefs latérales, l’abside du chevet, qui mesura désormais neuf mètres de diamètre. L’axe central de l’édifice fut ainsi reporté de quelques mètres à droite. L’absidiole des martyrs occupait donc désormais une position excentrique et dissymétrique par rapport à l’ensemble. Comme il avait fallu en même temps exhausser notablement le sol de la basilique, elle se trouvait en outre débordée par le niveau environnant, au lieu de le dominer. Pour remédier à ces divers inconvénients, l’on prit le parti de la déplacer légèrement. Un nouveau compartiment surélevé mais carré cette fois et double de largeur, fut établi, à la même distance et avec la même orientation, juste en face de la nouvelle abside, à 0,80 m au-dessus du niveau de l’ancienne exèdre, qu’il chevauche en partie, et dont on défonça le sol pour l’établir ; la moitié du fer à cheval restée en dehors et à gauche de la nouvelle construction, simplement recouverte d’une couche de mosaïque ornementale qui l’a cachée et préservée jusqu’à nos jours. Quant aux ossements de martyrs que l’une ou l’autre des deux mosaïques à inscription aurait pu recouvrir, un examen minutieux du terrain sous-jacent a prouvé que jamais ils n’ont été déposés dans le sous-sol, au moins à cet endroit. » (nam , p. 417-419).

5La notice de son ouvrage posthume les Basiliques chrétiennes de Tunisie est encore plus brève. Elle n’évoque pas les destructions des Vandales ni même la grande mosaïque des martyrs ! mais situe l’origine de la basilique dans l’occupation d’un temple païen.

6« La basilique d’Henchir Chigarnia (l’ancienne Uppenna) a été construite en partie sur les substructions d’un temple païen. Le sanctuaire primitif, exactement orienté, long de 23 mètres sur 12 mètres de large comportait : trois nefs, séparées par deux colonnades ; une abside de chevet, surélevée et engagée entre deux sacristies ; une absidiole faisant face à la première, et, elle aussi, surélevée d’une marche, à l’autre extrémité de la nef centrale, et précédée d’un second chœur ; une chapelle à abside dégagée, chœur, narthex et bas-côtés, flanquant la basilique au nord perpendiculairement à celle-ci ; puis du même côté, et faisant suite à la grande chapelle, de l’ouest à l’est, un baptistère, à cuve carrée, où l’on descendait par trois degrés, et une autre chapelle, précédée d’un vestibule. Tout cet ensemble architectural était pavé de riches mosaïques de marbre et de smalts, de dessins très variés.

7Deux siècles plus tard, la basilique fut élargie vers le nord, de telle façon que la nef centrale engloba tout l’ancien bas-côté de droite. L’on remplaça celui-ci par une nouvelle galerie, reportée plus loin, et débordant sur les chapelles latérales et sur le baptistère, dont il fallut reculer la cuve, en substituant à l’ancienne piscine carrée un nouveau bassin en forme de rosace étoilée à huit branches. En même temps, le sol du sanctuaire, surélevé, fut recouvert d’une nouvelle couche de mosaïque, à motifs géométriques, de style et d’exécution moins soignés que le premier pavement. Enfin, de nouveaux agrandissements et remaniements, exécutés à une époque plus basse encore, dotèrent la basilique de nouvelles chapelles annexes, bordant le bas-côté placé à gauche et au sud de l’abside, tandis qu’on recouvrait d’un pavement uniforme, en gros cubes calcaires, toutes les mosaïques antérieures. » (Basiliques chrétiennes de Tunisie, p. 23-24).

8Résumons cette interprétation de Gauckler : un édifice aux dimensions relativement restreintes au ive siècle, qui reçut à l’époque byzantine une extension considérable et devint alors un imposant lieu de culte. Deux inscriptions martyriales superposées, correspondant aux deux états successifs de l’église, attestaient de la permanence d’une vénération que les fidèles de la colonie portaient aux martyrs. L’absidiole des martyrs appartient donc au ive siècle, la grande mosaïque des martyrs est qualifiée sans hésitation de byzantine.

9Lorsque nous nous reportons au plan Gauckler-Sadoux, nous constatons que la légende indique trois périodes, mais on se rend compte que peu d’éléments différencient en réalité les états 2 et 3, sauf dans la partie sud – la partie gauche du plan – où les extensions présumées de la troisième période ont surtout l’intérêt de régulariser arbitrairement le plan dans le secteur le moins fouillé de l’édifice. L’église a donc eu, semble-t-il, deux états principaux.

10La critique de cette interprétation conditionne évidemment notre appréciation de l’évolution de la basilique. Elle a été au centre de mon étude parue dans Africa vii-viii, étude déjà citée. Il conviendra, dans Uppenna II, au ch. III qui concerne les monuments des martyrs et le chœur oriental, de l’approfondir.

11Il nous suffira présentement d’observer le cliché fig. 22 : à l’arrière du groupe des quatre personnes, à leur droite (à gauche sur la photo), on remarquera la tache claire du pavement du chœur oriental qui était disposé devant la deuxième inscription des martyrs, pavement du chœur oriental identifié ici par la face antérieure de l’édicule de cette grande mosaïque des martyrs. Derrière ces quatre personnes, l’alignement des bases de colonne de l’église du second état. La différence de niveau est incontestable !...

12Or, toute l’interprétation traditionnelle, depuis Gauckler, repose sur la conviction que le chœur oriental, la grande mosaïque des martyrs, ces bases de colonnes caractérisent un même état, celui de la reconstruction byzantine !

Fig. 22. Vue de la nef centrale et du collatéral sud prise de l’abside (direction ouest-est). Au-delà du groupe des quatre personnes, et à gauche, on distingue la tâche « blanche » du pavement du chœur oriental et la face ouest de l’édicule entourant la grande mosaïque des martyrs (cliché MB 322). L’intérêt de cette photo réside notamment dans la mise en évidence de la différence de niveaux importante entre le sol du chœur oriental et celui des bases de colonnes, à droite (pour le spectateur) du groupe des quatre personnes.

2. LES MOSAÏQUES « DÉPOSÉES DANS L’ÉGLISE D’ENFIDAVILLE » ET DISPARUES

13L’Inventaire des Mosaïques de Gauckler recense quatorze mosaïques qui ne se trouvent pas au musée d’Enfidha, et le Supplément à l’Inventaire, par Merlin, deux.

14Deux des pavements répertoriés par Gauckler ont été redécouverts sur le site, ceux des audientes et de [...]dio[...]. Pour les quatorze autres œuvres, la photothèque du musée du Bardo conserve les clichés de onze, la bibliothèque de la Prélature d’un douzième. Deux épitaphes, celles de « Coita » et de Petrus, ont disparu sans que nous disposions présentement de photos. La « croix dorée » de la mosaïque de Petrus avait été toutefois enlevée par Robin pour être conservée au musée du Bardo (cf. Upp. II : corpus des mosaïques).

15Je ne peux répondre malheureusement à la question : que sont devenues ces mosaïques ?

16Les indications de l’Inventaire et du Supplément ne sont guère de nature à favoriser notre recherche. Leur degré de précision est par contre révélateur de l’imprécision de la documentation du début du xxe siècle, où chaque affirmation soulève d’autres questions !

17Le tableau ci-joint présente ces mosaïques d’après l’indication portée dans le texte de l’Inventaire ou du Supplément qui les concerne : « déposée dans l’église d’Enfidaville », « disparue », « détruite », ou sans mention. Les numéros sont ceux du répertoire de l’Inventaire ou du Supplément.

18Douze mosaïques furent-elles déposées provisoirement dans l’église d’Enfidaville ? À défaut de pouvoir donner une réponse on observera ceci :

  • À l’exception des mosaïques de [...]dio[...] et de Petrus, les mosaïques dont le nom est suivi de l’indication « déposée dans l’église d’Enfidaville » ont bien été extraites du site et photographiées après leur translation, mais nous ne savons pas où. Leurs clichés sont conservés à la photothèque du musée du Bardo ; nous les reproduisons dans Uppenna II. On y ajoutera la mosaïque « ...men]ses ix Kalendas Martias » no 302 (sur la lecture cf. p. 149, n. 14). Rien n’est mentionné à son propos, nous sommes en droit de déduire que la phrase « déposée dans l’église d’Enfidaville » a été omise. Nous disposons en effet de sa photo, prise dans les mêmes conditions.
  • Les deux épitaphes de [...]dio[...] et de Petrus n’ont pas été déposées, même provisoirement, dans l’église d’Enfidaville. La première a été retrouvée sur le site, et tout semble indiquer qu’après l’extraction de la croix dorée, l’inscription de Petrus fut laissée sur place en raison de son mauvais état – cf. P.v. de la troisième Mission. Gauckler attribue à ces deux mosaïques la même croix dorée, ce qui est manifestement erroné dans le cas de la mosaïque de |...]dio[...]1. Peut-être est-ce la raison de la commune mauvaise localisation de ces deux pavements dans l’Inventaire. Sachant que la croix dorée avait été mise en sécurité au musée du Bardo, il en déduisit que le reste de la mosaïque avait été également enlevé.
  • Les mosaïques des audientes, de Quadratianus, de « Coita » n’ont pas été enlevées du site. C’est incontestable pour la première. Le P.V. de la troisième Mission atteste de la destruction de la mosaïque de « Coita2 » – cf. Annexe, fig. 56. Le cliché de Quadratianus, conservé à la Prélature mais non dans les Archives du musée du Bardo, a été pris à Uppenna. Cela explique donc la mention « disparue » ou « détruite ? » accolée à ces trois pavements...

19Les imprécisions des textes de Gauckler et de Merlin n’ont cependant pas la même cause.

20Celles de Gauckler s’expliquent davantage. Les mosaïques ont été enlevées du site bien après son départ. Il n’a pas été en mesure de vérifier si toutes avaient été transférées à l’église d’Enfidaville. Il avait néanmoins déduit que les mosaïques des audientes, de Quadratianus, de « Coita » n’étaient pas à Enfidaville.

21Merlin, à la différence de son prédécesseur, a tous les moyens de vérification ainsi que le recul nécessaire procuré par la date plus tardive de publication. Or, il ne rectifie pas les localisations fautives de Gauckler et il localise dans l’église deux mosaïques qui ne sont pas de nos jours dans ce musée. Les deux explications que l’on peut proposer sont très contrastées. Soit les deux mosaïques, ainsi que la plupart des pavements dont Gauckler avait assuré qu’ils étaient dans l’église d’Enfidaville, le furent effectivement durant de nombreuses années avant de disparaître ; cette explication ne tient pas pour la mosaïque de [...]dio[...] ni probablement celle de Petrus. Soit Merlin ne prit pas le temps de procéder aux vérifications et indiqua pour toutes les mosaïques sans exception « déposée dans l’église ».

3. L’EMPLACEMENT ORIGINEL DES MOSAÏQUES FUNÉRAIRES DÉCOUVERTES EN 1904-1906

22Mise au point initiale

23Ce travail de recherches a été fait et rédigé avant que je n’aie pris connaissance de l’existence et du contenu du manuscrit de Robin, conservé dans les Archives de la Société historique et archéologique de Langres, dont M. le Professeur Viard m’a adressé une photocopie le 2 août 1996.

24Ma recherche se fondait sur quatre documents connus antérieurement à cette découverte, à savoir l’article de Robin dans le bac 1905, le croquis de Robin, le plan Gauckler-Sadoux, la définition de l’emplacement des mosaïques par Gauckler dans l’Inventaire des mosaïques de la Gaule et de l’Afrique, t. II.

25Le caractère tardif de la prise de connaissance de ce manuscrit inédit ne m’a pas empêché de le présenter, voire d’intégrer des éléments de son contenu dans le développement des chapitres i et ii, et de proposer sa reproduction en Annexe de ce premier tome (p. 224 et suivantes).

26Je n’ai pas procédé de la même manière ici pour la raison suivante : la connaissance du contenu de ce manuscrit aurait été certes de nature à simplifier notre tâche, mais sa méconnaissance a nécessité des recherches au total fort utiles pour notre étude de la basilique. Je préfère donc proposer d’abord la solution n’intégrant pas le manuscrit de Langres et situer dans un deuxième temps l’apport de ce manuscrit. Les deux démarches, l’une par une route plus sinueuse, l’autre par une ligne bien plus droite, sont très complémentaires. Associées, elles nous confortent dans l’assurance de la justesse de la reconstitution de l’emplacement originel des mosaïques découvertes au début du xxe siècle.

EMPLACEMENT ORIGINEL DES MOSAÏQUES

27Peut-on situer avec précision l’emplacement des mosaïques funéraires mises au jour dans les années 1900 ? La réponse à cette question est de première importance. Ces mosaïques étant chacune témoin d’une époque de la basilique, nous avons besoin de connaître leur position d’origine pour mieux déceler l’enchaînement des phases d’évolution du sanctuaire.

28C’est pourquoi nous nous proposons de tenter de répondre à cette question dès maintenant, avant l’étude des différents secteurs et non dans le chapitre viii de Uppenna ii, consacré au corpus des mosaïques.

29Voici tous les éléments en notre possession aujourd’hui pour cette difficile enquête !

30La position des mosaïques se définit par les deux critères du niveau et de l’emplacement.

31• En ce qui concerne le niveau, aucune recherche n’a été faite alors. Les conditions de fouilles empêchaient d’ailleurs une analyse rigoureuse. Mais nous sommes néanmoins surpris d’en savoir aussi peu car toutes ces mosaïques sont restées sur le site, aux yeux de tout visiteur, pendant au moins un an et demi, de l’époque des fouilles de Robin à celle de leur enlèvement en vue de la présentation de la majorité d’entre elles dans la nouvelle église d’Enfidaville. À l’évidence, cet aspect de la question n’intéressait pas.

32La seule source demeure donc Robin dont nous avons déjà noté pourtant qu’il pouvait se contredire à quelques lignes d’intervalles (cf. lettre à Gauckler du 22 janvier 1905). Dans son article du bac 1905, il individualise quatre niveaux. Le plus bas, la mosaïque « Icosu in pace », dix centimètres au-dessus les « 16 mosaïques » avec le formulaire in pace vixit annis ou annos, puis les « 5 mosaïques » où le nom est suivi de fidelis in pace. Ensuite il distingue quelques pavements à la formulation originale, mais sans les situer à un niveau particulier. Enfin, il précise que toutes les mosaïques qui sont à un niveau supérieur indiquent soit le jour de la mort soit celui de la déposition.

33Il n’est pas très utile de discuter ici de la vision de Robin, nous serons à même d’être plus précis après l’étude de l’emplacement des vingt-huit pavements trouvés en 1971.

34• L’emplacement des mosaïques découvertes au début du xxe siècle retiendra par contre dès maintenant notre attention ; la découverte des nouveaux pavements ne pouvant apporter aucun élément d’information complémentaire sur la situation de celles qui ont été enlevées.

35Nous avons quatre documents de base sur cet emplacement.

  1. L’article de Robin qui numérote les mosaïques de 1 à 45. Il se contente de reproduire les épitaphes, ne donne pas l’indication de la position de chacune et ne fournit pas de plan. Nous reproduisons ici l’énumération de Robin (fig. 23).
  2. Le « calque » (fig. 24) dessiné peut-être avant ou légèrement après la rédaction de l’article de Robin. Il y a les emplacements de mosaïques et à l’intérieur de chacun un numéro, jusqu’à 48. Ce numéro renvoie-t-il à la classification de Robin ? (ou Robin a-t-il ordonné sa liste en fonction de ces numéros ? ce qui revient au même). Nous avons noté que ce calque témoignait d’un état de la basilique antérieur aux Missions de juin-juillet 1905.
  3. Le plan « Gauckler-Sadoux » publié dans les Nouvelles Archives des Missions avec également des numéros à l’emplacement des mosaïques jusqu’à 48 (fig. 3). Le calque a servi de modèle. L’emplacement des rectangles des mosaïques est le même à sept exceptions près, et sur 48 rectangles de part et d’autre, 36 comportent le même numéro3. Mais il s’agit d’un document établi postérieurement aux deux Missions, ce qui explique une très grande partie des corrections de numérotation. Dans l’article des Nouvelles Archives des Missions, il n’y a pas énumération complète des mosaïques, à la différence de l’article de Robin. Le lecteur ne sait donc pas à quoi correspondent les numéros sur le plan.
  4. L’Inventaire des Mosaïques de la Gaule et de l’Afrique, tome deuxième, de Gauckler. Il n’y a pas de plan. L’auteur renvoie aux numéros du plan reproduit dans les Nouvelles Archives des Missions. Chaque mosaïque est localisée et cela pour la première fois dans une publication. Prenons l’exemple d’un des trente-six pavements dont le numéro est le même pour un même emplacement sur le calque et le plan de « Gauckler-Sadoux » : la mosaïque d’Icosu. Il est spécifié dans l’Inventaire (p. 93) « au fond du bas-côté de gauche, barrant transversalement l’entrée de la sacristie. Mosaïque tombale (no 3) avec l’épitaphe Icosu in pace ». Cette localisation correspond à l’emplacement du rectangle 3 sur le plan des Nouvelles Archives des Missions, sur le calque et au chiffre qui précède cette mosaïque dans la numérotation de Robin.

36Ce qui semblerait indiquer que l’ordre de succession dans l’article de Robin, les chiffres du calque, puis les emplacements de Gauckler sur le plan et dans l’Inventaire sont les mêmes, les seules différences provenant de rectifications par Gauckler de localisations erronées. On pourrait donc être amené à considérer les emplacements de Gauckler comme exacts et aller jusqu’à proposer un plan de l’église où coexisteraient ces mosaïques avec celles que nous avons dégagées.

Fig. 23. Relevé par Robin des épitaphes de quarante-cinq mosaïques. Communication au Congrès d’Alger du 20 avril 1905 et article « Note sur la basilique byzantine d’Uppenna », BAC 1905, p. 368-377 ; ici, assemblage des pages 372-377.

37Or, nous pouvons prouver que ces emplacements sont dans l’ensemble erronés !

Afin de faciliter la mise en perspective du texte et des figures, on utilisera, parallèlement à la lecture des pages suivantes, le dépliant placé en fin de volume (fig. 57). Ce dépliant assemble la réduction du plan Gauckler-Sadoux (fig. 3) et l’incrustation des dessins de mosaïques, réalisés par M. Bion, dans les rectangles du calque de Robin. Cette insertion est conforme aux emplacements que je restitue à ces mosaïques dans le développement de ce chapitre.

38Nous allons d’abord mettre en évidence les incohérences des localisations de Gauckler, essayer ensuite d’en comprendre le pourquoi, discerner l’ordre de ce désordre en quelque sorte afin de proposer une autre redistribution des mosaïques découvertes dans les premières années du xxe siècle.

39Nous disposons pour juger de la véracité des emplacements de mosaïques des seules informations suivantes :

  • les rares précisions de Robin dans ses lettres ou l’article du bac . Ainsi l’emplacement de la mosaïque de Fortunatus, première mosaïque dégagée, « au droit du baptistère et à seize mètres au Sud » (bac, p. 368).
  • les P.V. des deux Missions et les photos prises à cette occasion pour le secteur du chœur oriental, le vestibule du baptistère avec la mosaïque de l’évêque Honorius (fig. 10, 30).
  • trois petits plans de situation prévus initialement pour le p.v. de la troisième Mission, le premier localisant les mosaïques d’Irene et de Secundianus (fig. 50), le deuxième les mosaïques de Crescentius et d’Emeritus (fig. 51), le troisième la position respective des tombes de Iulius Honorius, de Lucilianus, de Restutus (fig. 54). Les indications de ce p.v. sur l’environnement des tombes d’« Arictecius Zarzio » et de « Coita » et sur l’ensemble du pavement de Quadratianus à l’est du baptistère avec la photo conservée à la Prélature (Upp. II, fig. 220).
  • le relevé accolant les mosaïques de Maxima, Optantius, Crescentius (fig. 17). Sur le calque, les contours de ces trois mosaïques non numérotées ont été esquissés à gauche du pavement 23 (cf. fig. 24).
  • l’ancien cliché représentant côte à côte les pavements de Filocalus et de Felicitas, cette dernière mosaïque recouvrant à demi la mosaïque de Quintus (photo MB 329, ici fig. 21).

40Ce cliché que Gauckler a reproduit (nam pl. xxii, 1) l’a incité à « corriger » la numérotation du calque. Ainsi, dans l’article de Robin, les mosaïques de Filocalus, Felicitas, Quintus étaient précédées des numéros 6, 7, 8 alors que leur position réelle ne pouvait être que 7, 8, 9 sur le plan du calque. Gauckler a donc d’autorité transformé, sur ce plan, le 7 en 6, le 8 en 7, le 9 en 8 de façon à restituer « l’unité du groupe ». Il a autoritairement supprimé l’emplacement 6 du calque, ce qui était, par contre, beaucoup moins probant comme initiative car l’emplacement bien réel d’un pavement disparaissait !

41- l’ancienne photo de la mosaïque de Feli[...| Serv[...] en place (numérotation Robin 34 – cliché mb 325 reproduit ici fig. 26). Celle du prêtre Emeritus (fig. 25) et de Fastidilus (fig. 27), toutes deux du Fonds de la Prélature.

  • 4 Justification : l’ensemble Filocalus, Felicitas, Quintus (sur le calque 7, 8, 9). Les dimensions d (...)

42- l’observation des proportions des dimensions des pavements sur le calque et le plan que l’on peut comparer avec la taille des mosaïques conservées au musée d’Enfidha. Il n’était pas à exclure que les dimensions différentes des rectangles des mosaïques correspondent à peu près à la diversité des tailles des pavements. Cela se confirme en effet4.

Fig. 24. « Calque de Robin » antérieur à la découverte de l’absidiole de la première inscription des martyrs. Il localise des emplacements de mosaïques funéraires par des rectangles apparemment proportionnels à leurs dimensions. Document conservé aux archives de l’INP.
On se reportera au dépliant de la fig. 57, en fin de tome, proposant une identification des mosaïques indiquées ici par un numéro.

Fig. 25. Emplacement de la mosaïque d’Emeritus. Les extrémités de mosaïques situées à gauche de la photo correspondent à des œuvres totalement disparues. Cliché conservé à la Prélature de Tunis.

Fig. 26. Vue présentant, à gauche d’une base de colonne, l’épitaphe mutilée de Feli[...] Serv[...] surmontant un chrisme et un tableau floral. Emplacement dans la chapelle à abside nord – cliché MB 325 – (cf. également dessin fig. 14, p. 115). Sur la plaque de verre, la date de février 1905 avait été portée. Prise de vue : du sud vers le nord.

Fig. 27. Mosaïque de Fastidilus (Fastiditus) disposée contre un mur(et). Fonds Prélature.

43La redécouverte sur le site de deux mosaïques que l’on croyait disparues, celles des audientes et de [...]dio[...], confirme bien la fausseté des localisations proposées dans l’Inventaire des Mosaïques de Gauckler. Ces deux mosaïques occupent indiscutablement l’emplacement des rectangles 14 et 15 sur le calque et sur le plan Gauckler-Sadoux (cf. Upp. II). Or ces deux mosaïques sont énoncées en douzième et treizième positions par Robin dans son article et localisées par Gauckler dans son Inventaire en no 12 et 13. Si, de plus, nous cherchons la localisation des rectangles 12 et 13 sur le calque et le plan, nous constatons de grandes différences mais aussi des erreurs de part et d’autre !

44Ailleurs, à peu près partout où nous pouvons opérer une vérification grâce aux références que nous avons énumérées, il y a aussi erreur manifeste d’emplacement :

  • 5 Dans la position 27, la mosaïque de Restutus est perpendiculaire à celle de Lucilianus (28) et de (...)

45Ainsi la description de l’emplacement du pavement de Fortunatus renvoie au rectangle 10 du calque et non au 9 donné dans l’Inventaire par Gauckler. Ainsi les épitaphes de Crescentia et Secunda ne constituent qu’un seul pavement (cf. Upp. II : corpus des mosaïques, et la lettre de Robin à Gauckler du 6 février 1905 : « deux tombeaux accolés » – fig. 39), les indications 35 et 36 de Gauckler les séparent de plus de quinze mètres ! Ainsi la mosaïque du prêtre Emeritus n’est pas en bordure du pavement du chœur oriental no 22 (si tel avait été le cas, les membres de la Mission l’auraient signalée) mais se situe dans le chœur occidental, comme l’atteste le schéma prévu du troisième P.V. (fig. 51). Ainsi la disposition des trois mosaïques de Restutus, Lucilianus, Iulius Honorius n’est pas en 27, 28, 29 comme l’assure Gauckler dans son Inventaire mais en 29, 30, 31 comme l’indique le schéma du P.V. de la troisième Mission (fig. 54)5. Ainsi la mosaïque du défunt Quadratianus, insérée dans le pavement géométrique à l’est du baptistère, se trouve en 46 et non en 45. Ainsi la mosaïque, malheureusement cassée en 1907, de « Coita » recouvrant un caisson, n’est pas en 33 mais en 35 puisque le P.V. de la troisième Mission la situe « dans la grande nef contre l’édicule de l’évêque Honorius ».

46Puisque presque tout paraît faussement placé, on pourrait être trop vite enclin à déduire que Robin fit une numérotation de 1 à 45 qui n’avait aucun lien avec les numéros du calque, ce qui expliquerait les localisations erronées de l’Inventaire de Gauckler.

47Or il y a indiscutablement un ordre dans le désordre : le calque a suivi un cheminement « géographique » dans l’énumération : les mosaïques de la nef latérale sud, celles de la nef centrale, puis de la nef latérale nord, les chapelles nord et, pour terminer, deux pavements 47 et 48 pour lesquels nous n’avons pas de référence. Robin donne aussi un classement par proximité. Nous avons pu le constater pour la succession des mosaïques de Filocalus, Felicitas, Quintus (Robin 6, 7, 8), des audientes et de [...]dio[...] (Robin 12,13), Restutus, Lucilianus, Iulius Honorius (Robin 27, 28, 29).

48Nous approchons de la solution lorsque nous constatons dans les emplacements que nous pouvons authentifier que l’écart de numéro entre celui des rectangles du calque et celui qui aurait dû être mis dans ces rectangles est de 1 ou 2 :

491 au début (calque) 7, 8, 9 au lieu de 6, 7, 8 : Filocalus, Felicitas, Quintus
1 à la fin (calque) 46 au lieu de 45 pour Quadratianus
2 pour tout le corps central de la liste : 14,15 (calque) pour 12,13 (audientes, [...]dio[...]) ; 24 pour 22 (Emeritus) ; 29, 30, 31 pour 27, 28, 29 (Restutus, Lucilianus, Iulius Honorius) ; 35 pour 33 (« Coita »).

  • 6 Nous pouvons observer par la double représentation du calque et du plan de Gauckler que le calque (...)

50Cet écart de 2 nous permet de retrouver instantanément la position des pavements jumelés des enfants Crescentia et Secunda. Ajoutons 2 à la numérotation Robin 35,36 et nous les retrouvons associés en 37, 38 sur le calque. De la mosaïque de Feli[...] Serv[...] en 34 dans la numérotation de Robin, nous avons le cliché la situant contre une petite base de colonne (cf. fig. 26). Cela correspond tout à fait à la situation du cadre 36 dans la chapelle à abside nord, la base de colonne étant beaucoup trop petite pour une colonne de la nef6.

51Gauckler a fait subir certaines rectifications au calque mais, dans l’ensemble, les localisations sur le plan Gauckler-Sadoux sont moins fiables que celles du calque. Voici pourquoi :

52Sur le calque, les numéros sont faux avec chaque fois un écart de 1 ou 2, mais l’emplacement des mosaïques correspond à une réalité. Lorsque les dessinateurs ont représenté les rectangles 14 et 15, ils avaient sous les yeux les pavements des audientes et de |...]dio[...], et il n’y a pas d’erreur de localisation mais les numéros ne correspondent pas et on en conclut que les numéros ont dû être mis après.

  • 7 On remarquera que le rectangle 17 ne correspond pas à la taille très modeste de l’épitaphe de cet (...)

53Gauckler a observé des incohérences qu’il a voulu corriger. Dans le cas de Lilocalus, Lelicitas, Quintus, grâce à la photo, il rectifie de 7, 8, 9 à 6, 7, 8, nous l’avions observé. Puisque Robin a donné les no 16, 17, 18 aux mosaïques de l’évêque Baleriolus, de Spendeu, de Laustina insérées dans le pavement du chœur oriental et que le calque ne les avait pas individualisées, se limitant au pavement du chœur oriental (no 19), il les représente7. Mais il existait déjà des mosaïques 16, 17, 18 sur le calque. Gauckler efface la trace des pavements 17, 18 du calque, ainsi que le 6, supprimant de ce fait l’emplacement de trois pavements. On est très étonné d’observer ceci ! Comme il va vite et qu’il ne relit sans doute pas, il ne se rend pas compte qu’il laisse le 16 et l’on retrouve ainsi deux fois le 16, l’un correspondant au rectangle du calque, l’autre à la mention de la mosaïque tombale de l’évêque Baleriolus.

54En ce qui concerne les pavements des audientes et de [...]dio[...], c’est encore plus significatif. Il se rend compte que le pavement des audientes que Robin lui avait décrit ne peut être dans la position no 12 du calque. Il sait qu’il y a une proximité entre la mosaïque de [...]dio[...] et ce pavement, une base de colonne, et que les deux épitaphes sont perpendiculaires. Il les a vus sur le site. Or l’emplacement réel est pris sur le calque par les numéros 14, 15. Il ne décèle pas qu’il s’agit des mêmes tombes, il crée donc arbitrairement deux emplacements « 12,13 » semblables au 14 et 15 mais contre la colonne de la rangée supérieure. Et il oublie d’effacer le 12 de l’emplacement du calque, ce qui donne là aussi un doublon.

  • 8 On peut en effet penser qu’il n’avait pas pris en France le double de la correspondance de Robin. (...)

55Cette rapidité du travail de Gauckler qui a laissé deux no 12 et 16 explique sans doute qu’il n’ait pas vu des incohérences qu’il avait les moyens de déceler comme la séparation des épitaphes de Crescentia et Secunda ou la position de la mosaïque de Quadratianus en 46. Peut-être est-ce tout simplement parce qu’il n’avait que très peu de documents sur Uppenna8, ne disposant pas, à Paris, du double de la correspondance de Robin, et encore moins à Rome, lieu probable de l’achèvement de la rédaction des nam et de la confection du plan !

56Le tableau de localisation des mosaïques que nous proposons, page 149, comporte donc, à droite du nom du défunt et du numéro de la classification de Robin, l’emplacement qui aurait dû être celui de cette mosaïque dans le rectangle du calque.

57Il a été établi de la manière suivante : d’abord les situations des mosaïques dont nous sommes sûrs de l’emplacement. Le numéro du calque est suivi d’un astérisque. Il s’agit de Filocalus, Felicitas, Quintus, de Fortunatus, des audientes et de [...]dio[...], d’Emeritus, de Restutus, Lucilianus, Iulius Honorius, de « Coita », de Feli[...] Servi...], de Crescentia et Secunda, d’Honorius, de Quadratianus. Les raisons de ces identifications qui paraissent incontestables ont été énoncées.

58Nous observons un décalage initial de +1. Le premier rectangle du calque porte le nombre +2. Pourquoi cela ? Nous avançons une hypothèse : les numéros du calque renvoient à la fois aux mosaïques tombales et aux pavements, ce qui n’est pas le cas de la numérotation de Robin ni du plan de Gauckler, à l’exception de la deuxième mosaïque des martyrs que tous numérotent (mais Robin pouvait envisager qu’elle recouvrait les corps ou les reliques des martyrs). Ainsi sur le calque, le no 19 est celui du pavement du chœur oriental, le 44, non entouré, celui du pavement du cerf et de la biche dans lequel sera insérée la mosaïque d’Honorius, le 46 le pavement géométrique qui intégrera l’épitaphe de Quadratianus.

  • 9 « On découvre, aux pieds de l’épitaphe de Zarzio, le long du mur un sarcophage sans inscription. » (...)
  • 10 Dimensions : 0,51 m x 1,05 m.

59J’en déduis donc que le 1 sur le calque renvoyait à la mosaïque d’abside. Certes, le no 1 ne s’observe pas actuellement sur le calque mais celui-ci est détérioré à cet endroit. Gauckler a, d’autorité, supprimé la difficulté en créant un rectangle avec le numéro 1 ; ce n’est pas sa seule improvisation, nous l’avons vu. Les cinq premières mosaïques retrouvent aisément leur place avec ce décalage d’un. Deux confirmations : ce qu’indique le P.V. de la troisième Mission de l’emplacement de la tombe d’« Arictecius ou Aripectus Zarzio »9 et la faible dimension de la mosaïque de l’enfant Rusticilla âgée de neuf ans10, qui coïncide avec les proportions du dessin (rectangle no 6).

  • 11 Sur le calque, on discerne seulement l’extrémité de l’emplacement du rectangle 11, on se reportera (...)
  • 12 Dimensions de la mosaïque de Pascasius : 0,96 m x 1,40 m (remarquer la largeur importante), de la (...)
  • 13 La forme du rectangle 17 correspond soit à une mosaïque orientée vers le nord (ou le sud : mais no (...)

60Les pavements des audientes et de [...]dio[...] que nous classons en 14 et 15 ont un décalage de +2. Cela implique qu’aux deux numéros 10-11 de Robin correspondent trois rectangles du calque, puisqu’en 9 du calque le décalage est de +1, et donc qu’une mosaïque a été dégagée après. L’identification de Pascasius en 1111, de Felix en 13 s’impose au vu de la forme des rectangles12, la case no 12 correspond donc à une mosaïque non identifiée, de forme allongée et étroite qui appartient à une série de pavements assez homogènes. Pour les trois cases du calque 16, 17, 18, nous avons les deux noms de Reparatus et Florentina. Le pavement de Reparatus est en 16. Il s’agit de la mosaïque de la basilique de forme la plus proche du carré (1,01 m x 1,21 m). En ce qui concerne celle de Florentina, je privilégierai, avec moins d’assurance, la case 18 dans la mesure où elle fait partie des mosaïques que Robin indiquait orientées vers l’ouest, l’abside (lettre à Gauckler du 6 février 1905), et où sa largeur était inférieure à sa hauteur (signes au-dessous de l’inscription13 – cf. dessin de Robin – fig. 39).

61La correspondance des trois numéros 16, 17, 18 (Robin) et 19 (calque) s’explique par le fait que le premier a marqué les trois épitaphes du pavement du chœur oriental, et le calque la composition d’ensemble.

62Le rectangle 22, très petit, renvoie à la mosaïque retrouvée cassée de Quodvult[deus] (cf. fig. 18 où il manque au surplus la fin du nom antérieurement lue par tous les observateurs). Elle ne peut être située dans la case 23 qui est celle d’une mosaïque complète.

  • 14 Il y a deux possibilités de lecture pour le fragment d’inscription (Robin : 42) :
    soit...menJses IX (...)

Note 14 14:

63Il n’y a aucun problème d’identification pour la série qui va de 22 à 36 dans la classification Robin. L’écart de +2 est continu, les positions connues d’Emeritus, Restutus, Lucilianus, Iulius Honorius, « Coita », Feli[...] Serv[...], Crescentia, Secunda constituant autant de repères. Des assurances supplémentaires pour les autres mosaïques situées dans les intervalles sont fournies par la forme des rectangles de Vernacla (27), de l’enfant Quadratianus âgé de deux ans (32), Bernaclus (33), Gaudentia (34), par l’existence d’une base de colonne au pied de la mosaïque d’Aprikis sur un ancien cliché (fig. 19 en bas de la photo, la mosaïque était orientée vers l’abside) que l’on retrouve sur le calque et dans le plan de Gauckler. Un étonnement cependant, la taille de la mosaïque disparue de Iulia en 26 dont l’épitaphe est inscrite dans un cercle (fig. 18). Nous déduisons que la couverture de la tombe était constituée surtout de mosaïque blanche, qui n’a pas été photographiée, ceci caractérisant des pavements parmi les plus anciens, comme nous pourrons le constater avec les découvertes des nouvelles mosaïques.

64Le repère suivant, après celui de Secunda en 38 sur le calque, est la mosaïque de l’évêque Honorius en 44. L’écart avec la numérotation de Robin est passé entre temps de +2 à +1.

65Ce passage de 2 à 1 implique qu’il y a sept mosaïques dans la numérotation de Robin pour six emplacements. Trois explications sont possibles : la superposition de deux mosaïques, la grande proximité de deux fragments de mosaïques tantôt considérés comme appartenant à une même œuvre, tantôt dissociés, l’absence de représentation sur le calque de l’emplacement d’une mosaïque. La solution n’est pas simple et cela tient d’abord à l’état d’une documentation qui devient plus floue et contradictoire.

66L’importance de cette question pour la compréhension de l’évolution de la chapelle à abside nord et du complexe baptismal justifie un développement spécifique dans le chapitre consacré à ce secteur de la basilique (cf. Upp. II : ch. IV). J’ai cependant tenu à intégrer, dès maintenant, dans le tableau de la page 149, la solution proposée : le rapprochement, dans un même rectangle du calque (41), d’une « mosaïque sans épitaphe » (numéro de Robin 39) et du fragment [...]ta dulc[...] (Robin 40).

67Une observation très intéressante concerne les six mosaïques retrouvées à l’époque dans la chapelle à abside nord et répertoriées par les cadres 36 à 41. D’après notre déduction, il s’agit de Feli[...] Serv[...], de Crescentia, de Secunda, de Babelo, de Cilonia Grata, d’une mosaïque sans épitaphe et de [...]ta dulcf...]. Or six des sept mosaïques sont de même typologie, et, de plus, contemporaines de la mosaïque de Ciionisia (=Dionisia) que nous avons trouvée dans cette chapelle, et des chrismes gravés sur les tombes de l’abside de cette chapelle ! (cf. Upp. ii, ch. iv et corpus).

68De 44 (Honorius) à 46 (Quadratianus) de la numérotation du calque : le seul doute concernera l’emplacement de la mosaïque de Saturninus, disparue, que l’on situera donc à l’arrière d’une des cuves baptismales. Mais sur le calque, le 45 n’est pas entouré d’un rectangle, ce qui renvoie sans doute au pavement géométrique dans son ensemble que nous avons mis au jour et dont l’existence était donc déjà connue...

69Le tableau ci-dessous donne la liste des autres mosaïques d’Uppenna connues. La plupart de ces mosaïques ont été découvertes après la réalisation du calque et la rédaction de l’article de Robin, c’est-à-dire dans une période qui va des investigations des deux premières Missions (juinjuillet 1905), ce qui est la cas de la mosaïque de Bictoria et du pavement disparu « B[...] in pace », aux prolongations de la troisième Mission en juillet 1906.

Liste des autres mosaïques découvertes en 1905-1906 :

Nom de la mosaïque

Situation actuelle

Découverte postérieurement au calque ?

Emplacement indiqué

Source

BICTORIA

musée d’Enfidha

oui, juillet 1905

oui

P.V. 2° Mission

CRESCENTIUS et BRUTTANICUS

Esquisse tracée sur le calque, mais sans case

oui

croquis (fig. 17) et P.V. 3° Mission

DONATIANUS

oui, 13 juillet 1906

près de la case 23

appendice P.V. 3° Mission

FABIA RESTITUTA

 ?

non

IRENE

oui

oui

P.V. 3° Mission

MAXIMA

comme Crescentius

oui

croquis (fig. 17)

OPTANTIUS

comme Crescentius

oui

croquis (fig. 17)

QUADRATIANUS tombe inférieure du défunt en 46

oui 25 juillet 1906

oui

appendice P.V. 3° Mission

SECUNDIANUS et RESTUTA

oui

oui

P.V. 3° Mission

ʻʻVADIUS” DONATIANUS

oui 11 juillet 1906

non

appendice P.V. 3° Mission

Mosaïque sans épitaphe (A.41)

 ?

non

Mosaïque sans épitaphe (A.42)

 ?

non

"Q[UADRAT]I[LLA]”

disparue

 ?

non

photo 489 musée du Bardo

“[...] IN PACE”

disparue

oui

oui

P.V. 3° Mission

“B[...] IN PACE” (B.20)

disparue

oui, juillet 1905

oui, (à peu près)

P.V 2° Mission

Chrisme et monogramme adjacents et inversés

disparue

 ?

non

photo 472 musée du Bardo

Deux mosaïques dans le pavement du chœur occidental

disparues

non

oui, case 23

photo (fig. 25)

  • 15 Je renvoie au développement du ch. II de Upp. II : « Un ou deux chœurs occidentaux superposés. » E (...)

70Nous sommes à même de situer dix emplacements, et un onzième, celui de Donatianus, en termes de proximité. Un de ces emplacements correspond à un rectangle du calque. C’est le 23 pour la (les) mosaïque(s) qui couvrait(ent) le tombeau ouvert en présence de l’Archevêque de Carthage, le 11 mai 1904. Ici, notre source d’information est le cliché conservé à la Prélature, présenté fig. 25, sur lequel on voit à gauche de la mosaïque d’Emeritus une partie de deux mosaïques funéraires. Près de cette sépulture, se trouvait la mosaïque de Donatianus15.

71Sur les six mosaïques dont nous ne connaissons pas l’emplacement, une a été trouvée avec certitude après la réalisation du calque puisque le pavement de « Vadius » Donatianus (fig. 20) fut dégagé le 11 juillet 1906, mais nous ne savons où.

72Pouvons-nous placer certaines des cinq mosaïques restantes dans les cases libres 12, 17, 47, 48 ?

73Ce groupe de cinq mosaïques en recherche d’affectation est ainsi constitué :

74Deux, sans épitaphe, sont sur les murs du musée d’Enfidha. Leur style les intègre indiscutablement au groupe le plus typique des pavements d’Uppenna. Une autre mosaïque sans épitaphe superpose un chrisme et un monogramme (cliché MB 472) ; elle a disparu.

75Il y a la mosaïque de Fabia Restituta (cf. Upp. II, corpus) dont la forme (0,54 m x 1,61 m) rappelle le rectangle 12. Sa seule mention « déposée dans l’église d’Enfidaville » est dans le Supplément à l’Inventaire des mosaïques (306 c) qui cite le cil viii Add 23049 c. Il ne fait pas de doute que cette mosaïque provient bien d’Uppenna par ses caractéristiques.

76Il y a la mosaïque disparue de « Q[uadrat]i[lla] » dont nous possédons le cliché (Upp. ii, fig. 345-346). Cette mosaïque répertoriée ainsi dans le Supplément à l’Inventaire 306 i (et le cil viii Add 23053 u), d’un grand intérêt, mérite particulièrement d’être localisée avec précision puisqu’elle porte la date d’une année d’un roi vandale : [...]iricis, Hildiric plutôt qu’Huniric pour des raisons historiques. Nous pouvons raisonnablement intégrer cette mosaïque parmi les mosaïques d’Uppenna pour deux raisons : le Supplément à l’Inventaire l’atteste ; le cliché 489, conservé au musée du Bardo, se situe dans le groupe des photos des pavements d’Uppenna disparus.

77Nous proposerons l’hypothèse suivante : si on laisse de côté les emplacements 47 et 48 du calque, dont la réalité apparaît plus que douteuse, si nous supposons que le calque n’a pas mentionné les emplacements des mosaïques sans épitaphe, considérées à tort comme secondaires (ce qui concorde assez bien avec la solution proposée pour l’emplacement dans le calque no 41), on attribuera l’emplacement 12 à la mosaïque Fabia Restituta, et le 17 à l’épitaphe datée du règne d’un roi vandale (sur cette dernière localisation : Upp. ii, ch. vii).

  • 16 Je me refuse cependant à garantir l’origine « Uppenna » pour le pavement de P V DION, visible au m (...)

78Au terme de ce cheminement, quarante-neuf mosaïques tombales « ont retrouvé » leur emplacement d’origine16. Nous y ajouterons vingt-six mosaïques inédites (cf. Upp. II). L’emplacement de quatre supplémentaires disparues (rectangles du calque : 41, 42, 43, 45) et d’une sans épitaphe (A.40), sera qualifié de « très probable ». Celui, proposé pour les deux mosaïques dont il est fait mention aux paragraphes précédents, sera qualifié de très envisageable ! Il reste donc quatre mosaïques sans proposition d’affectation : la mosaïque de « Vadius » Donatianus et trois pavements funéraires sans épitaphe. Parmi ces derniers, un toutefois peut être localisé dans les chapelles nord de la basilique (viii ou x) en raison de sa position dans la série des dessins de Robin dans le manuscrit de Langres (cf. fig 437,2 et Upp. ii, ch. iv).

L’APPORT DU MANUSCRIT DE LANGRES

79(On se reportera au texte reproduit en Annexe (fig. 421-425 p. 224-228, à sa retranscription – p. 229-230 –, dans laquelle sont notées les différences avec l’édition du bac .)

80Nous avons déjà indiqué que le texte de la communication de Robin au Congrès d’Alger faisait référence à un plan, c’est-à-dire à son croquis. Toutes les mosaïques qu’il cite sont identifiées par un numéro qui est celui du rectangle de leur emplacement sur le croquis.

81L’article du bac n’a pas intégré ce plan, soit que ceci posât des problèmes d’insertion, soit que Gauckler, qui envisageait une publication sur Uppenna et qui était très sévère sur la qualité du croquis de Robin – « un brouillon » –, jugeât que cela n’était pas souhaitable. Les références ne pouvant être faites par rapport aux cases du plan, on prit donc le parti de numéroter, pour l’impression, les quarante-cinq mosaïques que Robin avait dessinées et qu’on représenta ici sous une forme simplifiée en se limitant essentiellement au texte de l’épitaphe (cf. fig. 23 à comparer avec les représentations du manuscrit fig. 431-7, p. 232-238). Les références des mosaïques furent donc effectuées dans le texte de l’article par rapport au numéro de ces mosaïques. Cela donnait pour chaque mosaïque une différence de 1, 2, voire très exceptionnellement de 3, entre ce que Robin avait écrit sur le manuscrit et ce qui était imprimé.

82Gauckler doit être tenu pour responsable de la confusion qui s’ensuivit. Il présenta un plan, « le plan Gauckler-Sadoux » très largement inspiré du croquis de Robin, avec, comme nous l’avons observé, le plus souvent les mêmes numéros dans les cases du rectangle. Mais pour l’identité de chaque mosaïque et donc pour son emplacement, il renvoya dans l’Inventaire des Mosaïques de la Gaule et de l’Afrique à la numérotation qui avait été imprimée dans l’article. Un exemple parmi quarante-cinq : alors que la mosaïque de Bernaclus était située à l’emplacement du rectangle 33, et que le manuscrit de Robin y renvoie à deux reprises, Gauckler, parce que cette mosaïque porte le numéro 31 dans la numérotation du bac , lui confère l’emplacement de la case 31 dans son plan, c’est-à-dire aussi sur le plan de Robin...

  • 17

83La lecture comparée du manuscrit et de l’article permet de mettre en parallèle les deux numéros pour chaque emplacement de mosaïque17. Étant donné que les numéros du manuscrit correspondent à ceux des rectangles du calque, on trouvera dans ces vingt-quatre équivalences une confirmation des déductions portées dans le tableau de la page 149.

84Il y a, c’est vrai, une exception. Le numéro 4 se retrouve deux fois pour la mosaïque d’Icosu. La raison en est simple. Le numéro du manuscrit que l’on devait effacer pour être corrigé en vue de l’impression de l’article du bac ne l’avait pas été par oubli. Ainsi dans le bac , il y a Icosu avec le no 4 alors qu’il est le no 3 de la liste de ce même article.

85Au nombre de ces confirmations, trois sont particulièrement intéressantes, car elles se situent à l’endroit où il s’opère un changement dans le chiffre 1,2,3 qui marque la différence entre l’emplacement d’une même mosaïque sur le calque et dans l’article. Nous observons les « sauts » (cf. note no 17) [ML11 Art. 10][ML13 Art.11] / [ML16 Art.14] [ML18 Art.15] / [ML22 Art.21] [ML24 Art.22]. Ceci justifie le choix fait pour les emplacements de Felix, de Florentina, de Quodvult[deus], respectivement en 13,18,22 sur le calque.

86Par contre, nous observons qu’il n’y a pas dans le manuscrit de références aux nos 12,17,23 du calque que nous n’avions pu mettre en relation avec une mosaïque dans la reconstitution de la page 149.

87Les raisons de la différence de numérotation entre le calque et le bac tiennent donc à la prise en considération, sur le calque, de pavements, ce qui joue en plus et en moins (en plus, la mosaïque d’abside en 1, en moins le pavement du chœur oriental qui totalise une unité contre trois dans l’article par suite de l’individualisation des mosaïques qui étaient insérées), mais aussi à l’absence de mention de trois mosaïques dans le manuscrit de Robin, c’est-à-dire dans le texte de sa communication.

88Le manuscrit, enfin, apporte une confirmation à l’hypothèse que nous avions émise d’une non-représentation de l’emplacement des mosaïques sans épitaphe sur le calque. Dans la série dessinée du manuscrit, on voit deux mosaïques sans épitaphe avant et après le fragment « padulc r/prids » (en numéro 40 dans le bac) alors qu’il n’y a pas d’emplacement disponible sur le calque (cf. Upp. ii, ch. iv).

4. DES INTUITIONS

ET SI LA GRANDE MOSAÏQUE ÉTAIT DONATISTE ?

89La découverte de la grande mosaïque des martyrs (fig. 4 et 5) sur laquelle un prêtre Saturninus, Saturninus presbiter, est mentionné après les noms des martyrs Pierre et Paul et avant une suite de treize martyrs, ne pouvait qu’inciter le Père Delattre, Paul Monceaux et même Paul Gauckler à se poser immédiatement cette question.

90Le prêtre Saturninus est en effet le chef des Confesseurs d’Abitina dans le texte le plus important de la littérature martyriale donatiste : les Acta Saturnini.

91Dans un laps de temps de vingt jours, il y a quatre témoignages de cette interrogation, à un moment où personne ne connaissait l’existence d’une inscription martyriale plus ancienne.

  • Le 13 décembre 1904, P. Gauckler fait communiquer à la Commission d’Afrique du Nord du cths la nouvelle de la découverte de cette mosaïque (bac 1904, p. cxcvii-cci).
  • Le 28 décembre 1904, P. Monceaux présente de la part de Gauckler cette inscription à la séance de la Société Nationale des Antiquaires (bsnaf 1904, p. 341-344).
  • Le 30 décembre 1904, P. Monceaux écrit à Gauckler.
  • Le 2 janvier 1905, le Père Delattre écrit à Gauckler.

92J’ai découvert récemment dans les archives de l’inp ces deux lettres de Monceaux et du Père Delattre, publiées ici (fig. 28 et 29 et cf. Annexe).

  • 18 Notons dès maintenant les raisons qu’il donne à une attribution à l’époque byzantine : « Tout le p (...)

93Pour Gauckler, les choses sont simples18 et la déduction expéditive. Il ne voit même pas que Pierre et Paul, en tête de la liste, sont les Apôtres :

94« Ces martyrs nous sont totalement inconnus ; leur nom ne figure dans aucun martyrologe à la date ici indiquée avec tant de précision pour leur passion. Le prêtre Saturninus ne peut en aucune façon être confondu avec le martyr d’Abitina. Les noms de ces fidèles trahissent pour la plupart une origine indigène : pour un Aemilius ou un Caecilius il y a quatre Saturninus, puis un Donatus, et surtout un Iader et une Gududa de physionomie purement africaine.

95Ce devaient être de petites gens, des cultivateurs d’Upenna restés fidèles à leur pasteur dans une des nombreuses tourmentes qui bouleversèrent l’Afrique, à tant de reprises, et qui souffrirent avec lui le dernier supplice. A quelle époque ? C’est ce qu’il est difficile de préciser. Je serais cependant porté à croire qu’il s’agit ici de victimes non de la persécution des empereurs païens, mais de celle plus récente des Vandales ariens, peut-être sous le règne d’Hunéric... »

96Paul Monceaux a une appréciation beaucoup plus fine et une présentation tout en subtilité et délicatesse. Dans sa communication à la Société des Antiquaires, il met en évidence la composition du texte en trois parties, d’abord la formule d’en tête « avec les Apôtres Pierre et Paul et le prêtre Saturninus », en deuxième « les noms des autres martyrs avec l’indication du jour de leur exécution ou de leur anniversaire, et la date de la déposition de leurs reliques », enfin le « Gloria in escelsis. »

  • 19 Dans le tome III de l’Histoire littéraire de l’Afrique chrétienne paru en 1905, et postérieur à ce (...)

97Il a l’élégance de ne pas souligner que Gauckler n’avait pas identifié Pierre et Paul ni que la date de la mort ne concernait que les treize martyrs dont les noms étaient inscrits sous les bras horizontaux de la Croix. Présentant ce document de la part de P. Gauckler, il paraît approuver ostensiblement la déduction du directeur des Antiquités sur l’exécution le même jour d’une troupe de Catholiques mis à mort par les Vandales ariens et la facture de la mosaïque caractéristique de la « domination byzantine »19.

  • 20 « Ces conclusions sont assez vraisemblables. Notons cependant que certains traits du document pour (...)

98Le début du paragraphe suivant commence ainsi : « Ces conclusions sont assez vraisemblables. » Seulement assez ? Il y a en effet une succession de mais dont les deux essentiels sont : la formule nomina martirum qui se trouve surtout au ive siècle, et l’homonymie de certains de ces martyrs avec des noms qui se retrouvent dans d’autres documents africains, « Saturninus presbiter, qui fait songer au Saturninus presbyter des Acta Saturnini ; Lucilla, dont le nom se lit au calendrier de Carthage et dont une homonyme joua un grand rôle dans les origines du donatisme »20.

99Certes, convient P. Monceaux dans cette phrase où on distinguera aisément deux parties : « Il ne semble pas que l’on doive identifier ces martyrs d’Uppenna avec leurs homonymes déjà connus ; car d’après le texte du document, tous les Saints qui y figurent ont dû être exécutés le même jour, à l’exception, peut-être, du prêtre Saturninus, nommé en tête avec les Apôtres. » Le début constitue une approbation pour Gauckler, la fin instille le doute sur le point essentiel.

100Deux jours plus tard, P. Monceaux écrit à Gauckler pour lui faire part de l’admiration des Antiquaires devant cette belle inscription. On se référera au texte de cette lettre.

101On trouve la même opposition, encore plus accentuée, entre une approbation forte de ce qu’a écrit Gauckler et quelques légères réserves, à peine un grain de sable, qui se révèlent toutefois à même, si on décidait de pousser jusqu’au bout la déduction, – ce que Monceaux ne fait pas, s’arrêtant au seuil –, d’inverser totalement la sentence !

102Force de la conviction : « Vous verrez par le Bulletin que je me suis à peu près rallié à votre explication. Dès que j’ai eu la certitude du passi die, j’ai dû me rendre à l’évidence : il s’agit sûrement de martyrs exécutés en même temps. Je crois donc désormais que le donatisme n’a rien à voir dans ce document. »

103« J’ai dû me rendre à l’évidence », « je crois donc désormais », Monceaux avait donc pensé d’entrée que l’inscription était donatiste ! Cela renforce encore plus la force de persuasion de Gauckler. On retrouve presque le célèbre « je vois, je sais, je crois, je suis désabusée » !

104Le grain de sable : « La seule difficulté est dans la formule du début, qui est employée surtout au ive siècle. »

105Puis d’un coup, les portes semblent s’ouvrir grand : « A ce propos, je vous soumets une nouvelle hypothèse : les deux premières lignes ne seraient-elles pas plus anciennes ? Le idem Saturninus n’indiquerait-il pas un remaniement, et l’addition de nouvelles reliques, précisément les reliques de ce groupe de martyrs exécutés le même jour ? En ce cas, Saturninus presbiter serait plus ancien, et la formule du début n’aurait plus rien de surprenant. » Monceaux met en évidence la signification du idem positionné ainsi. Il y a deux groupes de martyrs.

106Il s’arrête au seuil de la conclusion logique qu’il aurait pu formuler avec ces quelques phrases : Saturninus presbiter ne fait pas partie des martyrs exécutés le même jour. Il n’y a donc plus d’homonymie possible car seul un martyr très célèbre peut être élevé à la hauteur de Pierre et Paul, apôtres présentés ici comme martyrs, pour conduire avec eux le groupe des autres martyrs qui convergent sous les bras de la Croix. Il n’y avait qu’un Saturninus presbiter connu, celui d’Abitina. L’inscription est donc donatiste !

107Au seuil de cette déduction qu’il s’interdit de faire, P. Monceaux termine par cette amabilité pour Gauckler : « L’examen de la mosaïque vous permettra de trancher la question. » Monceaux, lui, ne tranchera jamais. En témoigne ce qu’il écrit dans le tome quatre, « Le Donatisme », paru en 1912 de son Histoire littéraire de l’Afrique chrétienne.

108« Voici un autre exemple de ces curieuses coïncidences. On a trouvé naguère à Uppenna, dans les ruines d’une basilique chrétienne, sur l’emplacement de l’autel, deux mosaïques superposées, où sont nommés seize martyrs : parmi eux, un prêtre Saturninus, trois autres Saturninus et une Lucilla. Or, parmi les confesseurs d’Abitina, figure un prêtre Saturninus et un autre Saturninus ; quant à la Lucilla des mosaïques, elle évoque le souvenir de cette célèbre Lucilla qui joua un rôle si considérable dans les origines du Donatisme. La mosaïque supérieure, qui est de facture byzantine, reproduit exactement l’inscription de la mosaïque inférieure, qui date du ive siècle. Ici encore, on peut se demander si le document ne provient pas d’une église du parti dissident.

109Quoi qu’il en soit de ces identifications, il ne semble pas téméraire d’attribuer aux Donatistes quelques-unes au moins des nombreuses inscriptions où figurent des homonymes de ces martyrs d’Abitina, qui ont été si populaires dans l’Église schismatique et dont l’héroïsme nous est connu seulement par une relation donatiste. » (p. 467-468)

110On fera trois brèves observations sur cette argumentation :

  • il n’a pas vu que les textes des deux inscriptions martyriales n’étaient pas identiques – cf. suite de ce chapitre ;
  • il se refuse toujours à conclure sur un témoignage aussi essentiel que celui de la grande mosaïque d’Uppenna : « Quoi qu’il en soit de ces identifications » ;
  • il valorise des indices éventuels d’appartenance donatiste dont il sait qu’ils n’en sont pas, en les plaçant au même niveau que l’indice déterminant : la Lucilla de la mosaïque ne saurait être celle qui joua un rôle considérable dans les origines du donatisme puisqu’elle fait partie, sur l’inscription, du groupe des treize martyrs dont la date de la mort est donnée. Si Monceaux avait précisé cela, reprenant tout simplement ce qu’il avait écrit en décembre 1904, il aurait été conduit à préciser que le prêtre Saturninus ne faisait, lui, pas partie de ce groupe. Il le pensait mais ne souhaitait pas être entraîné dans la déduction qui en découlerait. Paul Monceaux s’était fixé une ligne qu’il s’interdirait définitivement de franchir « quoi qu’il en soit de ces identifications ».

111Deux lettres adressées par Monceaux au Père Delattre en 1906, dont j’ai pris connaissance également récemment dans les Archives des Missionnaires d’Afrique, confirment l’insatisfaction de ce savant devant la rareté d’authentifications donatistes dans les inscriptions martyriales africaines et son intime conviction qu’un certain nombre de textes bien connus étaient en réalité donatistes. L’hypothèse Uppenna est formulée allusivement dans des termes qui annoncent le modelé des phrases des paragraphes du tome IV que nous venons de citer. Ces deux écrits de Monceaux peuvent être considérés comme une invitation discrète au Père Delattre à prendre en compte, dans ses recherches, cette dimension ecclésiologique.

  • 21 Dans cette lettre qui constitue un accusé de réception à l’envoi des P.V. d’une double Mission, Mo (...)

112« Le recueil des inscriptions des martyrs est terminé depuis quelques semaines, et je dois le présenter prochainement à l’Institut, en raison de son importance particulière. Mais j’y joindrai, en supplément, le document de Rouis, avec vos deux dernières inscriptions d’Uppenna21, et une autre inscription d’Algérie, encore inédite, où figure un saint Donatianus. En tout, environ 120 documents, dont beaucoup de grande importance. Ce sera une nouvelle contribution à l’histoire du martyrologe africain ; seulement, je soupçonne un certain nombre de ces soi-disant saints, d’être des martyrs donatistes » (lettre du 18 avril 1906).

113« Je prépare aussi un volume sur le Donatisme, qui contiendra, je crois, du nouveau ; j’ai même réussi à reconstituer plusieurs ouvrages donatistes. Pourtant l’épigraphie de ces schismatiques est assez maigre ; voilà le moment de nous découvrir quelques inscriptions donatistes. Il y en a eu sûrement à Carthage » (le 9 septembre 1906).

Fig. 28. Lettre de Monceaux à Gauckler, le 30 décembre 1904. Archives INP (texte également p. 248).

114Et le Père Delattre ?

115Le Père Delattre répond le 2 janvier 1905 aux voeux de bonne année de Gauckler et à l’autorisation qu’il lui a donnée de faire des fouilles (fig. 29 et Annexe). L’essentiel de la lettre concerne Uppenna, Gauckler lui ayant adressé la transcription du texte de la grande mosaïque.

116L’hypothèse de l’origine donatiste s’était aussi imposée d’entrée à la lecture du texte. Le passage significatif est :

117« Le vie siècle lui convient parfaitement et l’épitaphe de l’évêque Honorius semble bien confirmer ce sentiment. Elle paraît aussi devoir écarter l’origine donatiste du monument. »

118Il fait allusion à la mosaïque de l’évêque catholique Honorius, insérée dans le pavement du « cerf et de la biche » près des fonts baptismaux. Cet évêque avait été membre de l’épiscopat catholique persécuté en 484 par le roi vandale Huniric en raison de sa fidélité à l’orthodoxie catholique à propos du baptême.

119La relation établie entre cette mosaïque d’Honorius et la mosaïque des martyrs constitue effectivement un des éléments d’appréciation les plus importants, comme l’a bien compris le Père Delattre.

120À ceci près, qui change tout et transforme une preuve en contre-preuve, que la mosaïque de l’évêque catholique Honorius a cassé, mutilé la représentation ô combien symbolique du tableau du cerf et de la biche s’abreuvant aux fleuves du Paradis (fig. 30-31) et que ce tableau était une œuvre contemporaine de la grande mosaïque des martyrs, unie à elle par bien des correspondances stylistiques et ecclésiologiques (cf. Upp. II, ecclésiologie).

  • 22 On notera cependant que dans la lettre du 31 juillet 1905 à l’abbé de Catteville, le Père Delattre (...)

121Certes, le Père Delattre, le 2 janvier 1905, n’était pas à même d’effectuer un tel lien. Très peu de temps après, il l’aurait été : il fut sur le site le 19 février. On ne sait ce qu’il en déduisit éventuellement, le Père Delattre étant resté très discret sur Uppenna...22

  • 23 « Avant d’arriver à Enfidaville on aperçoit sur la droite les raines de l’antique Uppenna.
    Là furen (...)

122Dans le chapitre suivant, les développements intitulés « Paul Gauckler et le Père Delattre. Une coexistence conflictuelle » et « La Commission ecclésiastique et la recherche des reliques » nous donneront l’occasion de nous interroger sur l’extrême prudence de ce religieux. Dès maintenant, on ne négligera pas de souligner que lorsqu’il s’agira pour lui, ultérieurement, de présenter en une dizaine de lignes l’importance du site d’Uppenna, le Père Delattre choisira de privilégier la découverte du fragment d’inscription mentionnant parmi les reliques celle de saint Julien, fragment qui avait disparu et dont on ne disposait que de l’estampage rendu public par R. Cagnat en 1889, fragment qui avait été trouvé sans plus de précision à Henchir Chigarnia ! Très justement comme nous l’observerons dans le commentaire du corpus (Upp. II), il recentrait sur un témoignage d’une incontestable orthodoxie23.

Fig. 29. Lettre du Père Delattre à Gauckler, le 2 janvier 1905. Archives INP (texte également p. 254).

123En janvier 1905, successivement P. Monceaux et P. Gauckler présentent (pour Gauckler, c’est par lettre) la mosaïque d’Honorius aux séances du 11 janvier de la Société des Antiquaires et du 17 janvier de la commission d’Afrique du Nord. Tous deux identifient cet évêque avec l’évêque catholique victime de la proscription de 484. Tous deux mentionnent que sa mosaïque a cassé le pavement antérieur. Voici en quels termes :

124Monceaux : « Cette mosaïque tombale est insérée au centre d’un tableau plus ancien, qui mesure environ cinq mètres de côté, et qui représente en bas divers oiseaux, en haut la montagne sacrée, les quatre fleuves du Paradis, un cerf et une biche de grandeur réelle. Le motif principal a été détruit pour faire place à la dalle tumulaire en mosaïque » (bsnaf 1905, p. 106).

  • 24 À propos de cette description de Gauckler, on soulignera que son auteur entend par baptistère étoi (...)

125Gauckler : « La mosaïque tumulaire [celle d’Honorius], surmontée d’une belle croix latine, ansée et accostée de l’alpha et de l’oméga, le tout entouré de l’orarium, est de style purement byzantin, mais de la meilleure époque (Justinien). L’encadrement gemmé, en losanges alternant avec des rectangles est simple et bien compris. Il isole l’épitaphe du grand tableau pittoresque dans lequel elle a été insérée après coup. Ce dernier pavement, attenant au baptistère étoilé, était divisé en deux registres : en bas, dans de riches guirlandes entrelacées, des médaillons occupés par divers animaux ; en haut, le motif typique et traditionnel du cerf et de la biche buvant aux quatre fleuves. Il reste les croupes et arrière-trains des deux quadrupèdes, la base de la montagne sacrée et quelques-unes des plantes fleuries qui animaient le paysage. La première mosaïque, d’un excellent travail, me paraît antérieure à l’époque vandale ; la seconde, postérieure, mais de bien peu, à la chute du royaume arien et au triomphe de la foi orthodoxe » (bac 1905, p. cli)24.

126Ni Monceaux ni Gauckler ne formulent une question qui paraît à la fois élémentaire et fondamentale : puisque la mosaïque de l’évêque catholique Honorius mutile à ce point le tableau du cerf et de la biche, que sommes-nous incités à en déduire – sous réserves de confirmation – quant à l’identité de la communauté des Chrétiens qui firent réaliser ce pavement du cerf et de la biche ?

Fig. 30. Cliché du musée du Bardo (MB 334), daté de février 1905, montrant comment la mosaïque tombale de l’évêque Honorius, disposée devant la cuve baptismale à gradins, a mutilé le tableau du cerf et de la biche se désaltérant aux sources d’eau vive de la montagne du Paradis. Ce tableau constituait la partie supérieure d’une composition végétale, avec des oiseaux dans les entrelacs (autres vues : Upp. II : fig. 198, 200 ; détails du cliché présenté fig. 30 : fig. 1991-1992, et reconstitution fig. 203).

Fig. 31. Mosaïque de l’évêque Honorius au musée d’Enfidha.

ET S’IL Y AVAIT DAVANTAGE DE NOMS DE MARTYRS SUR LA GRANDE MOSAÏQUE QUE SUR LA PRIMITIVE INSCRIPTION ?

127La découverte de la première mosaïque des martyrs limitée à sa partie droite invite à reconstituer l’ensemble du texte (fig. 32-33). Que les noms conservés des martyrs se retrouvent sur la grande mosaïque ne saurait suffire à affirmer que les deux listes étaient identiques.

128La présentation rapprochée des deux mosaïques, dans l’église devenue musée d’Enfidaville, attire immédiatement l’attention sur la différence d’échelle des deux oeuvres, amplifiée certes par l’amputation de la plus petite. Nous observons qu’il n’y avait pas, sur la plus ancienne, la mention finale du Gloria, et nous nous interrogeons inévitablement sur le point de savoir s’il est techniquement possible de faire rentrer tout le corps de la grande inscription dans le cadre reconstitué de la primitive.

129Cette question a-t-elle été posée alors ?

130La réponse est oui.

131Joseph Wittig dans son compte rendu des p.v . d’une double Mission paru dans les Römische Quartalschrift de 1906, p. 92, a bien discerné que la partie manquante du texte de la première inscription ne pouvait contenir les noms des martyrs de la grande mosaïque. Il regrettait les déductions trop rapides des rédacteurs des Procès-Verbaux qui avaient conclu à la similitude des listes de noms.

132Une note conservée à la Prélature prouve toutefois qu’un des membres de la double Mission archéologique – à l’écriture, on peut avancer que ce fut le chanoine Pavard – avait déjà déduit que le cadre de la première inscription ne pouvait contenir tous les noms des martyrs.

133Malheureusement, à cette juste observation, il donne une mauvaise explication (cf. fig. 34, la reconstitution du chanoine Pavard).

134Alors que le texte de la grande mosaïque commence ainsi : Hec sunt nomina martirum Petrus Paulus Saturninus presbiter (puis sous les bras de la croix) idem Saturninus Bindemius etc., il déduit qu’il n’y a de la place en haut de la première inscription que pour Saturninus presbiter idem Saturninus Bindemius, le début Hec sunt nomina martirum Petrus Paulus ne pouvant rentrer.

135Il y avait évidemment la solution bien plus cohérente Hec sunt nomina martirum Saturninus Bindemius... qui avait tous les avantages de ne pas séparer Petrus Paulus Saturninus presbiter si étroitement associés en tête de la grande inscription et si manifestement dissociés des autres martyrs, de donner une explication convaincante aux deux observations de Monceaux, l’ancienneté du nomina martirum, la signification du idem.

136Cette reconstitution aurait permis d’établir qu’une liste initiale de treize martyrs, probablement du lieu, décédés le quatrième jour avant les nones d’août, fut transformée, sur la grande mosaïque, en représentation de l’Église des martyrs, les apôtres Pierre et Paul, le prêtre Saturninus précédant la marche des treize martyrs qui avaient convergé vers la Croix – Arbre de Vie et qui se tenaient sous ses bras !

  • 25 Donnons l’hypothèse d’une simple erreur. Le texte – au crayon – de cette note et son brouillon ont (...)

137Nous sommes en mesure de proposer une explication de l’erreur du chanoine Pavard – se reporter à la note25 –, erreur qu’aurait très certainement rectifiée P. Monceaux si celui-ci avait pris connaissance de la découverte de l’ecclésiastique !

138On se rappelle qu’à la seule vue de la représentation de la grande mosaïque des martyrs, P Monceaux avait avancé que le texte avait été composé en deux temps, et que les treize martyrs étaient venus s’ajouter à une plus ancienne célébration des Apôtres Pierre, Paul et peut-être du prêtre Saturninus (cf. lettre à Gauckler du 30 décembre 1904).

139Combien il est dommageable que lorsqu’il apprit l’existence de la première inscription, P. Monceaux n’ait pas vu une confirmation de son intuition initiale sur la composition en deux temps, dans le simple fait que la première mosaïque ne pouvait contenir tous les noms des martyrs. Il aurait été à même de fournir l’interprétation satisfaisante de la mention initiale des treize martyrs et de la surimposition ultérieure des deux apôtres et du chef des confesseurs d’Abitina.

Fig. 32. La première inscription des martyrs découverte le 16 juin 1905. Vue prise après son extraction et son montage provisoire dans un châssis. (MB 473)

Fig. 33. La première inscription des martyrs après restauration fin 1906 – début 1907. La restitution des lettres de la fin des deux premières lignes conservées s’est faite à partir du texte de la grande mosaïque des martyrs. La forme des deux N de la deuxième ligne semble sans fondement.

Fig. 34. Tentative de reconstitution du texte de la première inscription des martyrs, par le chanoine Pavard. Fonds Prélature.

Notes

1 Inventaire : mosaïque de [...]dio[...] – no 274 – « Au-dessus, une croix latine simple, en cubes dorés, à glacis vitrifié recouvrant la lame métallique appliquée sur les smalts » ; mosaïque de Petrus – no 301 – « au sommet une croix latine en cubes de smalts, peut-être dorés ».

2 Le P.V. ne confirme pas le nom de « Coita », inconnu d’ailleurs dans l’onomastique, le reste de l’épitaphe – sur la fig. 56 – est conforme à la transcription donnée par Gauckler.

3 Voici le tableau de correspondances entre les numéros du calque et ceux du plan de Gauckler pour un même emplacement.
Image
Dans ce tableau, une opposition apparente : le calque ne mentionne que le pavement du chœur oriental, pas les épitaphes de Baleriolus, de Faustina, de Spendeu qui y sont insérées, Gauckler numérote ces trois épitaphes, pas le pavement (cf. d’un côté 19* et de l’autre 17* 18*, 19*).

4 Justification : l’ensemble Filocalus, Felicitas, Quintus (sur le calque 7, 8, 9). Les dimensions des pavements de Filocalus et de Felicitas au musée d’Enfidha sont respectivement de 2,31 m x 0,79 m et de 1,82 m x 0,65 m à 0,70 m. Ce qui correspond aux proportions du dessin ! Par contre la mosaïque de Quintus n’a que 1,57 m x 0,57 m alors que sa hauteur, sur le calque, paraît excéder légèrement celle de Felicitas. Pourtant, malgré les apparences il n’y a pas contradiction car cette mosaïque appartient au type des mosaïques de structure tripartite dont la hauteur plus limitée que celle du groupe Filocalus-Felicitas est compensée par un espace tout autour de mosaïque blanche. En 1907, les mosaïstes ont découpé cette mosaïque au ras du tableau du bas, ce qui m’a conduit dans le descriptif du corpus (Upp. II) à préciser pour cette mosaïque « hauteur conservée ».

5 Dans la position 27, la mosaïque de Restutus est perpendiculaire à celle de Lucilianus (28) et de Iulius Honorius (29), alors que, d’après le troisième P.V., la mosaïque de Iulius Honorius est perpendiculaire aux deux mosaïques parallèles de Restutus et Lucilianus.

6 Nous pouvons observer par la double représentation du calque et du plan de Gauckler que le calque est plus précis !

7 On remarquera que le rectangle 17 ne correspond pas à la taille très modeste de l’épitaphe de cet enfant (cf. Upp. II, fig. 135).

8 On peut en effet penser qu’il n’avait pas pris en France le double de la correspondance de Robin. Dans une lettre de Robin en date du 6 février, les deux épitaphes de Crescentia et Secunda sont fidèlement dessinées avec l’indication : « 2 tombeaux accolés ».

9 « On découvre, aux pieds de l’épitaphe de Zarzio, le long du mur un sarcophage sans inscription. » Le sarcophage ne pouvait être que dans l’espace vide entre les rectangles 5 et 7.

10 Dimensions : 0,51 m x 1,05 m.

11 Sur le calque, on discerne seulement l’extrémité de l’emplacement du rectangle 11, on se reportera donc au plan Gauckler-Sadoux pour visualiser la forme de ce rectangle, sans qu’il puisse y avoir ambiguïté puisque sur le calque et ce plan, le chiffre du précédent – 10 – occupe le même rectangle.

12 Dimensions de la mosaïque de Pascasius : 0,96 m x 1,40 m (remarquer la largeur importante), de la mosaïque de Felix : 0,53 m x 1,05 m.

13 La forme du rectangle 17 correspond soit à une mosaïque orientée vers le nord (ou le sud : mais nous n’en connaissons aucune orientée vers le sud) soit à une mosaïque orientée vers l’ouest ou l’est, dont la largeur excéderait la hauteur.
Dans la première de ses deux lettres datées du 6 février 1905, Robin précise ainsi l’emplacement de la mosaïque de Florentina « au centre de la nef médiane de la basilique ». Cette affirmation n’est pas de nature à nous permettre de choisir entre les cases 17 et 18 du calque de Robin puisque toutes les deux satisfont à une telle définition ! Elle prouve cependant une fois de plus l’approximation des localisations dans l’Inventaire de Gauckler qui accorde à la sépulture de cette défunte la place occupée par [...]dio[...].

14 Il y a deux possibilités de lecture pour le fragment d’inscription (Robin : 42) :
soit...menJses IX kalendas Martias (palmette) requiebit
soit...depositus] est X / kalendas Martias (palmette) requiebit (Upp. II, fig. 214, 347)
La seconde lecture paraît préférable. Merlin propose cette reconstitution (ILT 242).

15 Je renvoie au développement du ch. II de Upp. II : « Un ou deux chœurs occidentaux superposés. » En réalité la mosaïque de Donatianus était très proche de ce tombeau, mais non dessous.

16 Je me refuse cependant à garantir l’origine « Uppenna » pour le pavement de P V DION, visible au musée d’Enfidha, que Charles Saumagne n’hésitait pas à intégrer dans la série d’Uppenna (bac 1932-33, p. 40-41) et que A. Merlin se contentait de localiser dans le « jardin de la Société franco-africaine de l’Enfida » ( ilt 243) – (cf. Upp. II, fig. 391 et ch. VIII : « P V DION, hors classification »).

17
Image

À la rubrique B de la typologie des mosaïques dans les deux écrits, on trouve dans le « ML » la suite 24, 25, 27, 28, 29, 30, 31, 34 soit huit mosaïques alors que dans « Art. » il y a globalement de 22 à 32 soit onze mosaïques. Dans le tableau de concordances, je ne pouvais donc intégrer que la première et la dernière mosaïque de chaque série. (Dans les trois mosaïques supplémentaires du bac, deux sont fautives – Iulia et Quadratianus – et le hasard faisant quelquefois bien les choses, une – Bernaclus – est exacte !)

18 Notons dès maintenant les raisons qu’il donne à une attribution à l’époque byzantine : « Tout le prouve, la forme caractéristique de certaines lettres, A pour D, λ pour L, K pour F, I pour T ; la barbarie de l’orthographe, la formule finale qui n’apparaît en Afrique qu’après la période vandale, et qui semble marquer le triomphe de l’orthodoxie romaine sur l’hérésie arienne, laquelle n’admettait pas le Cantique des Anges dans sa liturgie. »

19 Dans le tome III de l’Histoire littéraire de l’Afrique chrétienne paru en 1905, et postérieur à cette communication, Monceaux est cependant moins affirmatif : cette mosaïque des martyrs « paraît dater du ve ou du vie siècle » (p. 170, n. 4).

20 « Ces conclusions sont assez vraisemblables. Notons cependant que certains traits du document pourraient faire croire à une origine plus ancienne : l’emploi de la formule nomina martirum qui se trouve surtout dans les inscriptions du ive siècle, la simplicité de la rédaction, qui rappelle les documents datés antérieurs aux Vandales, et non les documents byzantins, où la déposition de reliques a généralement la forme d’une dédicace ; enfin, les noms même des martyrs où rien ne paraît trahir l’influence vandale ou byzantine.
Quelques-uns de ces noms se retrouvent dans d’autres documents africains : Saturninus presbiter, qui fait songer au Saturninus presbyter des Acta Saturnini ; Lucilla, dont le nom se lit au calendrier de Carthage et dont une homonyme joua un grand rôle dans les origines du donatisme ; Iader, dont le nom figure dans une inscription d’Henchir-el-Hamascha et dans la liste des confesseurs condamnés aux mines en 257 ; Cecilius et Emilius, dont on rencontre les noms dans le calendrier de Carthage. »

21 Dans cette lettre qui constitue un accusé de réception à l’envoi des P.V. d’une double Mission, Monceaux se réfère à la première inscription de l’absidiole et au texte de l’invocation de la contremarche.

22 On notera cependant que dans la lettre du 31 juillet 1905 à l’abbé de Catteville, le Père Delattre fait vivre au ve siècle Honorius (dont nous devons envisager qu’il a vécu aussi au début du vie siècle) et Baleriolus, dont la tombe est postérieure au pavement du chœur oriental.
« Nous ne découvrîmes pas de reliques certaines, mais une seconde mosaïque mentionnant les mêmes martyrs. Un rapport fut rédigé sur cette opération et sur l’ouverture de deux sépultures d’évêques ayant vécu au ve siècle. »
Une telle affirmation était au moins de nature à relativiser l’affirmation de l’attribution au vie siècle de la grande mosaïque des martyrs (lettre du 2 janvier 1905), en raison du lien pavement du chœur orientaldeuxième mosaïque des martyrs.

23 « Avant d’arriver à Enfidaville on aperçoit sur la droite les raines de l’antique Uppenna.
Là furent trouvées une memoria de saint Julien et de ses compagnons et une basilique renfermant de nombreuses tombes en mosaïque sur lesquelles sont nommés deux évêques, trois prêtres, un lecteur, un ermite et une religieuse.
Sur deux mosaïques superposées sont les noms de seize martyrs, Pierre, Paul, Saturninus, Vindemius, Donat, Gududa, Paula, Clara, Lucilla, Fortunata, Iader, Cecilius, Emilius.
De toutes ces mosaïques, les plus intéressantes ont été levées et transportées dans l’église d’Enfidaville qui a pour patron saint Augustin. Elles en font l’ornement d’un genre spécial. Les nombreux touristes qui passent en automobile devant cette église sur la route de Sousse ne devraient pas manquer l’occasion de s’y arrêter et de la visiter. » (Père Delattre, Pieux itinéraire à travers la Tunisie. De Tunis à Sousse, imprimerie Namura et Bonici, sans date.)

24 À propos de cette description de Gauckler, on soulignera que son auteur entend par baptistère étoilé le baptistère supérieur, byzantin ; il se trompe de niveau dans sa référence ; cette mosaïque était devant la cuve rectangulaire antérieure, bien plus basse. On observera aussi qu’il date le tableau de la période antérieure à l’époque vandale (l’époque vandale ne pouvait être une époque de création !).

25 Donnons l’hypothèse d’une simple erreur. Le texte – au crayon – de cette note et son brouillon ont été conservés. Le premier est plus élaboré, le second laisse apercevoir où il y a eu faute.
Voici le début du texte : « Après de nombreuses réflexions sur les deux mosaïques d’Uppenna, la grande et celle en forme d’ibside, on ne peut se soustraire à cette remarque que la petite n’a pas pu indépendamment du Gloria in excelsis, dont nous avons souligné l’absence, matériellement contenir tout le texte de la grande » [paragraphe commun au texte et au brouillon].
« La première ligne était détruite. Elle était trop courte, se trouvant au sommet du demi-cercle pour contenir HEC SVNT NOMINA MARTIRVM ni non plus PETRVS PAVLVS. En effet, la seconde ligne se terminant par ATVR qui est le commencement du nom du deuxième Saturninus sur quatre, celle-ci et la première pouvaient tout juste contenir SATVRNINVS PRESBITER IDEM SATVR comme le montre le texte ci-dessous composé à l’échelle [deuxième paragraphe du texte].
Le brouillon était rédigé ainsi : « Première ligne détruite : elle était très courte se trouvant au sommet de la demi-circonférence. Donc, comme nous avons trouvé dans la terre de remplissage à travers d’autres fragments de mosaïques de moindre importance un fragment portant RN cette première ligne contenait en tout ou en partie le premier Saturninus. Par conséquent abstraction doit être faite de Hec sunt nomma martirum Petrus Paulus. Nous avons donc le premier Saturninus et passons à la seconde ligne. »
Le fragment portant les lettres RN est attesté dans les P.V. d’une double Mission (p. 15 n. 1). L’auteur du brouillon, donc de la note, lui accorde une grande importance pour la restitution du texte primitif. Il oublie qu’il y avait un autre RN possible, celui de Saturninus entre Donatus et Gududa dans la partie manquante de la troisième ligne de l’inscription.

Table des illustrations

Légende Fig. 22. Vue de la nef centrale et du collatéral sud prise de l’abside (direction ouest-est). Au-delà du groupe des quatre personnes, et à gauche, on distingue la tâche « blanche » du pavement du chœur oriental et la face ouest de l’édicule entourant la grande mosaïque des martyrs (cliché MB 322). L’intérêt de cette photo réside notamment dans la mise en évidence de la différence de niveaux importante entre le sol du chœur oriental et celui des bases de colonnes, à droite (pour le spectateur) du groupe des quatre personnes.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/19936/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/19936/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 102k
Légende Fig. 23. Relevé par Robin des épitaphes de quarante-cinq mosaïques. Communication au Congrès d’Alger du 20 avril 1905 et article « Note sur la basilique byzantine d’Uppenna », BAC 1905, p. 368-377 ; ici, assemblage des pages 372-377.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/19936/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Légende Fig. 24. « Calque de Robin » antérieur à la découverte de l’absidiole de la première inscription des martyrs. Il localise des emplacements de mosaïques funéraires par des rectangles apparemment proportionnels à leurs dimensions. Document conservé aux archives de l’INP.On se reportera au dépliant de la fig. 57, en fin de tome, proposant une identification des mosaïques indiquées ici par un numéro.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/19936/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 679k
Légende Fig. 25. Emplacement de la mosaïque d’Emeritus. Les extrémités de mosaïques situées à gauche de la photo correspondent à des œuvres totalement disparues. Cliché conservé à la Prélature de Tunis.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/19936/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 101k
Légende Fig. 26. Vue présentant, à gauche d’une base de colonne, l’épitaphe mutilée de Feli[...] Serv[...] surmontant un chrisme et un tableau floral. Emplacement dans la chapelle à abside nord – cliché MB 325 – (cf. également dessin fig. 14, p. 115). Sur la plaque de verre, la date de février 1905 avait été portée. Prise de vue : du sud vers le nord.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/19936/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 166k
Légende Fig. 27. Mosaïque de Fastidilus (Fastiditus) disposée contre un mur(et). Fonds Prélature.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/19936/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 138k
Légende Note 14 14:
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/19936/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 343k
Légende Fig. 28. Lettre de Monceaux à Gauckler, le 30 décembre 1904. Archives INP (texte également p. 248).
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/19936/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Légende Fig. 29. Lettre du Père Delattre à Gauckler, le 2 janvier 1905. Archives INP (texte également p. 254).
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/19936/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 231k
Légende Fig. 30. Cliché du musée du Bardo (MB 334), daté de février 1905, montrant comment la mosaïque tombale de l’évêque Honorius, disposée devant la cuve baptismale à gradins, a mutilé le tableau du cerf et de la biche se désaltérant aux sources d’eau vive de la montagne du Paradis. Ce tableau constituait la partie supérieure d’une composition végétale, avec des oiseaux dans les entrelacs (autres vues : Upp. II : fig. 198, 200 ; détails du cliché présenté fig. 30 : fig. 1991-1992, et reconstitution fig. 203).
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/19936/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 271k
Légende Fig. 31. Mosaïque de l’évêque Honorius au musée d’Enfidha.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/19936/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 182k
Légende Fig. 32. La première inscription des martyrs découverte le 16 juin 1905. Vue prise après son extraction et son montage provisoire dans un châssis. (MB 473)
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/19936/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 178k
Légende Fig. 33. La première inscription des martyrs après restauration fin 1906 – début 1907. La restitution des lettres de la fin des deux premières lignes conservées s’est faite à partir du texte de la grande mosaïque des martyrs. La forme des deux N de la deuxième ligne semble sans fondement.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/19936/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 179k
Légende Fig. 34. Tentative de reconstitution du texte de la première inscription des martyrs, par le chanoine Pavard. Fonds Prélature.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/19936/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 122k

© Presses universitaires du Midi, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search