Version classiqueVersion mobile

Archéologie et histoire de l’Église d’Afrique. Uppenna I

 | 
Dominique Raynal

Chapitre II. Une documentation éclatée

Le plus souvent inédite et forcément incomplète

Texte intégral

1Le nombre d'intervenants, le manque de direction continue eurent pour conséquences un émiettement des publications et l'absence d'une œuvre de synthèse. La recherche documentée se révèle donc complexe.

2Nous aborderons successivement :

  • les publications ;
  • les correspondances et écrits inédits conservés à Tunis, aux Archives de l'Institut National du Patrimoine et de la Prélature, à Rome, aux Archives des Missionnaires d'Afrique (Fonds Delattre), et, en France, essentiellement aux Archives Nationales. Toute découverte ultérieure retrouvera aisément sa place dans l'un des deux grands tableaux chronologiques présentés ;
  • les plans et schémas de la basilique qui constituaient des avant-projets du plan de référence, indiscutable, qui a fait défaut ;
  • la recension des anciens clichés de 1904-1907, photos du site mais aussi des mosaïques qui avaient été transférées d'Uppenna à Enfidaville. Bien des clichés pris à l'époque manquent à l'évidence ;
  • la presse de Tunisie, pour ce qu'elle a rapporté des fouilles et surtout du climat passionnel dans lequel elles se sont effectuées.

3On justifiera la longueur du développement de ce chapitre par la volonté, explicitée dans l'avant-propos, de mettre à la disposition des chercheurs la totalité des sources d'information dont on a pu disposer.

4L'emplacement de ce chapitre est, j'en conviens, critiquable. Je n'ai pas cru devoir le disposer à la place du chapitre premier, préférant commencer par la dynamique de l'historique de la fouille qui concrétise d'entrée les enjeux. J'aurais souhaité l'intégrer après l'actuel chapitre IV. Cette disposition aurait permis de structurer deux grands développements à l'intérieur du Premier tome : d'abord une suite composée de « L'Historique des fouilles », « Les grandes données des affirmations de l'époque » et « Rencontres, passions et vision de l'Histoire » soit les chapitres i, iii, iv, puis une double Annexe présentant les différents documents, c'est-à-dire cet actuel chapitre II, et les textes qu'il faut lire dans leur intégralité.

5Je me suis néanmoins résolu à situer ce chapitre ici, en raison de l'importance des références documentaires auxquelles le développement des chapitres III et IV renvoie.

1. LES PUBLICATIONS

LES PUBLICATIONS DU DÉBUT DU XXe SIÈCLE

EN LIAISON AVEC LA DIRECTION DES ANTIQUITÉS

  • 1 Séances du 13 décembre 1904. BAC 1904, p. CXCVII-CCI ; du 17 janvier 1905, BAC 1905, p. CLI-CLII ; (...)

6Les communications de Gauckler et de Monceaux aux séances de la Commission d'Afrique du Nord du Comité des Travaux historiques et scientifiques, à la Société Nationale des Antiquaires de France, à l'Académie des Inscriptions dans le bac 1904 et 1905, le bsnaf 1904 et 1905, le crai 19051.

7La communication de Robin au Congrès des délégués des Sociétés savantes, le 20 avril 1905, publiée dans le bac 1905, p. 368-377 sous le titre « Note sur la basilique byzantine d'Uppenna ». C'est le seul texte publié par Robin.

8Les trois études de Paul Gauckler :

  • Basiliques d'Uppenna et Sidi Abich dans le Rapport sur des Inscriptions latines découvertes en Tunisie de 1900 à 1905, Nouvelles Archives des Missions Scientifiques, tome XV, 1907 p. 405-423.
  • Inventaire des Mosaïques de la Gaule et de l'Afrique, tome II intitulé Afrique proconsulaire (Tunisie), 1910, p. 89-103 (du no 259 au 306).
  • Le recueil de notes et de plans publié en 1913 après la mort de P. Gauckler sous le titre les Basiliques chrétiennes de Tunisie, p. 23-24.

9De Paul Gauckler, on intégrera aussi le manuscrit inédit du « Rapport sur les travaux de la Mission archéologique française de Tunisie en 1904-1905 » (cf. développement dans ce chapitre : « Documents d'Archives », p. 104, et texte en Annexe de ce tome, p. 243-246). Paul Gauckler publiait chaque année un « Compte rendu sur la marche du service » d'abord dans le Journal officiel tunisien puis en tiré à part : « Tunis Imprimerie rapide (Louis Nicolas et Cie) ». Les événements n'ont pas rendu possible cette publication pour Tannée 1905.

10D'Alfred Merlin :

  • Le Supplément à l'Inventaire des mosaïques de Gauckler, publié en 1915 (pour Uppenna, pages 29 à 32 : compléments no 259 à 305, rectifications, mosaïques non présentées dans l'Inventaire, no 305a et 306a à 306i).
  • Le recueil des Inscriptions latines de Tunisie publié en 1944, p. 42 à 45, no 214 à 243. Bien que tardif par rapport aux années de fouilles, ce recueil trouve sa place ici en raison de la responsabilité administrative de son auteur à l'époque de la fin des fouilles.
  • La mention de la croix en cubes dorés à glacis vitrifié « conservée au musée du Bardo » (A 365) dans le deuxième supplément du Catalogue du musée Alaoui, de A. Merlin et R. Lantier, 1922, p. 9.

Fig. 10 1 et fig. 10 2 . Deux photos insérées dans le Rapport sur des inscriptions latines de Gauckler – NAM, t. XV, pl. XXIV. Ces deux photos ont été prises au moment de la première Mission archéologique des 15 et 16 juin 1905. Ni l'original ni un double ne sont conservés au musée du Bardo ou à la bibliothèque de la Prélature. On observera que le site de la basilique avait été nettoyé, ce qui ne fut pas le cas pour d'autres prises de vue.
La photo du haut montre au premier plan la mosaïque du chœur oriental dans laquelle était insérée l'épitaphe de l'évêque Baleriolus. Au second plan, l'édicule entourant la grande mosaïque des martyrs. La mosaïque des martyrs est disposée sur une plate-forme surélevée par rapport au sol du chœur oriental. La photo a été prise avant l'enlèvement de la mosaïque des martyrs, donc tôt dans la matinée du 15 juin 1905 (cf. texte des P.V en Annexe de ce tome).
La photo du bas est du lendemain matin, après que, la veille, la mosaïque des martyrs eut été ôtée. La fosse au premier plan correspond à son emplacement. Les membres de la Commission contemplent le fragment de mosaïque de l'absidiole découvert après l'extraction de la grande inscription. Dans la matinée du 16 juin, cette mosaïque sera à son tour enlevée. La mosaïque du chœur oriental a été en partie découpée, la tombe de l'évêque Baleriolus ayant été fouillée la veille dans l'après-midi (cf. P.V). Le reste du pavement sera enlevé le 5 juillet. Les deux ecclésiastiques dont on distingue le visage sont le Père Delattre et le chanoine Raoul.

11La recension des mosaïques dans le cil viii 23040a à 23053y est dans l'ensemble précise. Elle se fonde sur les notices de 1905, le tome xv des nam , les p.v. d'une double Mission archéologique et surtout sur les photos adressées par A. Merlin (35 fois « misit Merlin imaginem photographicam », 4 fois « misit Merlin », 4 fois « contulit Merlin »). C'est pour cette raison que nous l'associons aux témoignages directs. – La nomenclature des mosaïques d'Uppenna dans les Inscriptiones Latinae Christianae Veteres de E. Diehl sera précisée cas par cas dans le corpus des mosaïques (Upp. ii).

12On ajoutera :

  • 2 Première référence, dans la liste géographique des inscriptions africaines où sont mentionnés des (...)
  • 3 Sur Uppenna, cf. p. 467. Également « L'épigraphie donatiste », Revue de philologie XXXIII, 1909, p (...)

13Les écrits de Paul Monceaux en raison du très grand intérêt qu'il a porté aux fouilles de cette basilique qu'il suivait de Paris grâce aux lettres de Gauckler. Quatre notices de l'Enquête sur l'épigraphie chrétienne d'Afrique, dans les Mémoires présentés par divers savants à l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, t. xii, 1re partie, 1907, concernent ce site : no 237 (p. 185-186) Inscription avec les reliques de Julien ; no 238 (p. 186-189) Grande mosaïque des martyrs ; no 334 (p. 328-334) Première inscription martyriale ; no 335 (p. 334-335) Texte de la contremarche de l’absidiole. On trouve également des références dans l’Histoire littéraire de l'Afrique chrétienne. En 1905 il termine la rédaction du tome iii2. Le tome iv, publié en 1912, est consacré au Donatisme3.

  • 4 « Les ruines d'Uppenna ont livré il y a trois ans un monument funéraire que le gérant des biens de (...)

14La communication de Charles Saumagne adressée au Comité des Travaux historiques par L. Poinssot, concernant la célèbre mosaïque de P V Dion. Ch. Saumagne assurait qu'elle provenait des ruines d'Uppenna4.

EN LIAISON AVEC L’ARCHEVÊCHÉ DE CARTHAGE

15Les Procès-Verbaux d'une double Mission archéologique aux ruines de la basilique d'Uppenna, près d'Enfidaville (Tunisie, 1905) signés par le chanoine Raoul, président, le Père Delattre, le chanoine Pavard, secrétaire, ont été publiés à Tunis en 1906 (éd. Borrel). Ils concernent les deux premières Missions du 15 juin 1905 et du 5 juillet 1905. Le Procès-Verbal de la troisième Mission des 5, 6, 7, 9 juillet 1906 n'a pas été publié.

16À propos de la visite de l'Archevêque de Carthage aux ruines de la basilique, le 11 mai 1905 : Vicomte H. de Chaignon, Une journée à Enfidaville, p. 8-16 (éd. Borrel, Tunis, 1906).

17Concernant la consécration de l'église d'Enfidaville le 1er mai 1907 :

  • Allocution de Monseigneur l'Archevêque de Carthage, primat d'Afrique, pour la bénédiction de l'église Saint-Augustin d'Enfidaville, éd. Borrel, Tunis, 1907 (27 pages).
  • Chanoine Pavard : Une fête incomparable dans le diocèse de Carthage. Bénédiction de la nouvelle église d'Enfidaville. éd. Borrel, Tunis, 1907 (16 pages).

18Les « Notices sur les mosaïques déposées dans l'église d'Enfidaville » de l'abbé Emmanuelli dans La Semaine paroissiale de Tunisie, no 51 et 52, les 14 et 21 février 1909, p. 1212-1214 et 1238-1239. La première concerne la grande mosaïque des martyrs et celle d'Honorius, la seconde les pavements de Baleriolus et de Quadratianus.

19Le Père Delattre a très peu écrit sur Uppenna (cf. ch. III et IV). On mentionnera cependant les quelques pages d'une notice Pieux itinéraire à travers la Tunisie. De Tunis à Sousse, éd. Namura et Bonici, 4 pages, sans date, et la photo insérée, p. 105, dans son livre sur le Culte de la Sainte Vierge en Afrique (cf. ci-après p. 122 n. 23).

20Père J. Mesnage, L'Afrique chrétienne, évêchés et ruines antiques d'après les manuscrits de Mgr Toulotte et les découvertes archéologiques les plus récentes, 1912. La page 47 concerne Uppenna. Malheureusement on n'y trouve pas la substance des notes de Mgr Toulotte, décédé en janvier 1907, dont la correspondance entre le Père Delattre et le chanoine Pavard atteste l'existence.

AUTRES SOURCES

  • 5 Bulletin de la Société archéologique de Sousse, 1904, p. 210 ; 1905, p. 13 ; 1906, p. 62-72 ; 1908 (...)

21Les notices du Docteur Carton dans le Bulletin de la Société Archéologique de Sousse et la Revue Tunisienne5. L'article du Bulletin de la SAS de 1906 a été tiré à part sous le titre « Les Basiliques chrétiennes d'Upenna ».

  • 6 D’après sa correspondance au Père Delattre, il a été à Uppenna et en Byzacène au début du mois de (...)

22Le livre de E.H. Freshfield : Cellae trichorae and other Christian antiquities in the Byzantine provinces of Sicily with Calabria and North Africa, including Sardinia, vol. I 1913, vol. II 1918, particulièrement p. 142 à 147, en raison d'une visite des ruines quelques années après les fouilles6.

  • 7 Autres très brèves recensions : Revue archéologique, 1905,I, p. 321-322 ; 1905, II, p. 189 et 477.(...)

23L'Année Epigraphique 1905 mentionne seulement trois mosaïques : la grande mosaïque des martyrs, p. 1, no 3 ; celle de l'évêque Baleriolus, p. 10, no 33 ; celle de l'évêque Honorius, p. 36, no 124. Il faudra attendre... 1974 pour qu'une quatrième mosaïque d'Uppenna soit citée : l'épitaphe supérieure de Quadratianus no 6997.

CONTENU DE CES RÉCITS

24La synthèse rapide présentée ici des documents qui concernent les fouilles de 1904-1906 laissera provisoirement à l'écart les communiqués du bac et du bsnaf qu'il vaut mieux observer en corrélation avec les lettres de Monceaux à Gauckler (cf. ch. IV p. 182-186).

25L'article de Robin.bac 1905.

26Historique du début des fouilles, interprétation rapide de l'évolution de l'église, correspondant à celle que Gauckler développera ; une classification très sommaire des types de tombeaux et de mosaïques, la transcription de quarante-cinq mosaïques. Cet article a été rédigé avant les explorations de la double Mission : des mosaïques des martyrs, il ne mentionne que la grande et ne dit mot du culte des martyrs.

27Nous reproduisons fig. 23, la transcription des quarante-cinq mosaïques donnée dans cet article. En Annexe de ce tome, on trouvera le texte exact de la communication faite au Congrès des Sociétés Savantes d'Alger, le 22 avril 1905, à partir d'un manuscrit conservé à Langres (cf. p. 223 et suivantes). Les différences avec ce qui a été publié dans l'article du bac seront spécifiées.

28Gauckler

29L'article des Nouvelles Archives des Missions : Gauckler revient sur l'historique des fouilles, rectifie des lectures de mosaïques faites par Robin, fait la synthèse des découvertes des deux Missions ecclésiastiques après la parution des Procès-Verbaux. Il propose une interprétation de l'évolution de la basilique en deux temps (cf. ch. III) et reproduit le plan « Gauckler-Sadoux ».

30En ce qui concerne les données de l'Inventaire des mosaïques, on se reportera d'une part au développement du ch. III : « L'emplacement originel des mosaïques funéraires découvertes en 1904-1906 » et à la partie consacrée au corpus des mosaïques (Upp. II).

31Les Missions archéologiques (se reporter au texte intégral en Annexe).

32Première Mission : 15 juin 1905, enlèvement de la deuxième mosaïque des martyrs, découverte de l'absidiole et exploration des tombes des évêques Honorius près de la cuve baptismale, Baleriolus dans le chœur oriental. 16 juin, mise au jour de la première mosaïque des martyrs, extraction.

33Deuxième Mission : 5 juillet 1905, exploration sous le pavement du chœur oriental, découverte de l'invocation de la contremarche d'absidiole.

34Troisième Mission : Le 5 juillet 1906 : sous-sol de la pièce du cerf et de la biche près du baptistère. 6 juillet, investigations aux abords de la tombe de Baleriolus, exploration des tombes d'Emeritus, de Crescentius et Bruttanicus dans la nef. 7 juillet, découverte d'un sarcophage et d'un fragment d'inscription, retour au secteur de Baleriolus. 9 juillet, exploration des tombes de Iulius Honorius, Lucilianus, Restutus. Correction de la lecture faite par Robin d'une dizaine de mosaïques.

35Appendice de la troisième Mission : Recherches de l'abbé Emmanuelli, du 11 au 25 juillet 1906, découverte de la mosaïque de « Vadius » Donatianus, de la première épitaphe de Quadratianus.

36Le Docteur Carton

37Beaucoup de justificatifs sur l'origine des fouilles et le mérite qui en revient au président de la Société Archéologique de Sousse. Dans son article « Les Basiliques chrétiennes d'Upenna » (Bull. de la sas 1906), il s'efforce de présenter une synthèse de l'évolution en deux temps principaux, mais insiste sur l'origine cimetériale de la basilique.

38Cet article de 1906 apparaît presque comme un hold-up intellectuel ! Il est publié très tôt. Sans doute pensait-il que Gauckler ne serait plus en mesure, après son départ, de publier quoi que ce soit sur Uppenna. Les informations fragmentaires en possession du Dr Carton ou une certaine prudence vis-à-vis de la nouvelle Direction des Antiquités ne lui permettaient cependant pas de proposer une œuvre de grande utilité.

LE LIEN ENTRE L’ÉVOLUTION DU CHANTIER ET LA DOCUMENTATION

39On explicitera ainsi :

40L'article de Robin dans le bac correspond à l'état des connaissances vers la fin de son intervention (mars-début avril 1905). Il n'y a pas mention des découvertes des deux Missions (première absidiole).

41L'article de Gauckler dans les Nouvelles Archives des Missions additionne deux sources de renseignements sans faire la synthèse. D'abord la confirmation ou la rectification des lectures de Robin (p. 408-415) et ensuite le résumé, rédigé à Paris ou Rome, du contenu des deux Missions de juin et juillet 1905 (p. 416-419). Double origine que l'on retrouve dans son plan qui intègre le monument de l'absidiole des martyrs et dans l'origine de certaines photos. Celles de la pl. xxiv, ici fig. 10, ont été prises lors des journées de la double Mission. L'état des connaissances de Gauckler était exactement le même lors de l'énumération de l'Inventaire des mosaïques. Nous dirons donc qu'il a manqué à Gauckler le recul ou le temps nécessaire pour définir une interprétation de l'évolution de la basilique d'Uppenna qui concilie tous les éléments dégagés par Robin et ceux que les deux et même trois Missions avaient mis au jour. Faute d'avoir pu assister aux journées des deux Missions et d'être retourné sur le site après, il n'a pu mener à bien cette tâche.

42Les Procès-Verbaux des deux Missions rédigés sur place, juin et juillet 1905, ne font pas allusion à l'article de Robin, probablement n'était-il pas paru. Ils constituent une unité autonome. La relecture de leur manuscrit avant publication se fera en février 1906 (cf. ch. iv).

43Le Procès-Verbal inédit de la troisième Mission connaît, lui, l'article de Robin dont il propose une rectification de certaines lectures.

44A. Merlin prend appui sur les écrits de Robin, de Gauckler et les découvertes faites lors de la troisième Mission et dans les semaines qui suivent. Il n'a, par contre, pas eu connaissance du manuscrit non publié des travaux de la troisième Mission, se borne à indiquer, pour chacune des mosaïques nouvelles découvertes, « déposée dans l'église d'Enfidaville » et ignore leur emplacement d'origine.

45Ainsi, trois textes, ceux de Gauckler, de Merlin et le P.V. de la troisième Mission, prennent appui sur l'article initial de Robin, chacun pouvant, sur des cas de lecture douteuse, proposer son interprétation. Ce sera le cas du nom Arictecius ou Aripectus/Zarzio ou Dardio (cf. Upp. ii, ch viii).

LES ÉTUDES PLUS RÉCENTES SUR LES DÉCOUVERTES DE 1904-1906

46L'ambition de cette recension n'est pas de réunir tous les écrits qui ont cité une ou des œuvres de la basilique d'Uppenna, encore moins de procéder maintenant à une analyse des différents apports et interprétations. Pour des références plus spécifiques et la discussion sur le fond, on se reportera aux différents chapitres thématiques.

  • 8 Limite chronologique de recension : parutions antérieures à 1997.

47L'objet de cette présentation est de mentionner dès maintenant les travaux de référence et les questions sur lesquelles ont porté les recherches des auteurs8.

ÉTUDES D’ENSEMBLE9

  • 9 Dictionnaires, encyclopédies : La synthèse d'H. Leclercq dans le Dictionnaire d'Archéologie Chréti (...)

48Noël Duval, Les Églises africaines à deux absides. Recherches archéologiques sur la liturgie chrétienne en Afrique du Nord. Tome II, Inventaire des monuments, interprétation (befar, 218bis, 1973) : notice xiii Uppenna p. 87-106 ; comparaisons et synthèse dans la Deuxième partie, p. 301-379.

49— « Réflexions sur l'architecture à plan rayonnant et ses rapports avec le culte des martyrs à propos de Manastirine (Salone), de Kelibia et d'Uppenna (Tunisie) », Disputationes Salonitanae, 1970, p. 83-90, Split, 1975.

50Dominique Raynal, « La basilique d'Uppenna : de la période vandale à l'époque byzantine. Interprétation des résultats des fouilles de 1904-1905 », Africa VII-VIII, 1982, p. 179-284.

51— « Une Église persécutée, l'Église donatiste. Approches historique et archéologique ». Communication présentée dans le cadre du vie Congrès international de l'Histoire et de la Civilisation du Maghreb, Tunis, décembre 1993, Les Cahiers de Tunisie, tome xlix, no 169-170, 1997, p. 61-87.

ORIGINE DE LA BASILIQUE : UN TEMPLE DE SATURNE ?

52Marcel Le Glay, Saturne africain. Monuments. Tome I, Afrique proconsulaire, Paris, 1961. Notice xxxiii, Henchir Chirgania, Uppenna et ses environs, p. 244-246.

LES INSCRIPTIONS DES MARTYRS

53Dominique Raynal, « Culte des martyrs et propagande donatiste à Uppenna », Les Cahiers de Tunisie, tome xxi, no 81-82,1973, p. 33-72.

54Yvette Duval, Loca Sanctorum Africae. Le culte des martyrs en Afrique du ive au viie siècle, Collection de l'École française de Rome 58, 1982. Tome I : Recueil des inscriptions, Uppenna, notices 27 à 30, p. 59-68 et étude d'ensemble du tome IL (Indications sur Uppenna également dans la leçon « Les saints vénérés dans l'Église byzantine d'Afrique », xxx Corso di cultura sull'arte ravennate e bizantina, 1983, p. 115-147).

LES MOSAÏQUES FUNÉRAIRES

55Margaret Alexander, Early Christian tomb mosaics of North Africa (vol. I Commentaire. 229 p., vol. II Catalogue, 333 p.). New York University Ph. D. 1958, fac-similé microfilm (Mic 61-2587) : University Microfilms Inc, Ann Arbor, Michigan. La description des mosaïques d'Uppenna au musée d'Enfidha et celle des pavements funéraires disparus, non reproduits, se trouvent au vol. II, p. 47 à 94 no 94 à 153. (Indications également dans : « Design and Meaning in the Early Christian Mosaics of Tunisia », Apollo, janvier 1983, p. 8-13).

56Noël Duval, « Les Mosaïques funéraires de TEnfida et la chronologie des mosaïques funéraires de Tunisie » (plan de leçon), xix Corso di cultura sull'arte ravennate e bizantina, 1972, p. 113-118.

57— « Les mosaïques funéraires de l'Enfida et la chronologie des mosaïques funéraires de Tunisie », Miscellanea in onore di Luciano de Bruyne e Antonio Ferma, III, Rivista di Archeologia cristiana, vol. L no 1-4 1974, p. 145-174 (synthèse sur l'évolution de la basilique p. 147-160, mosaïques p. 160-174).

58 La mosaïque funéraire dans l'Art paléochrétien, édit. A. Longo, Ravenne, 1976. L'appendice II s'intitule « Essai d'inventaire et de classement des mosaïques funéraires d'Uppenna » (p. 97-119).

LES RECENSIONS DES DÉFUNTS D’UPPENNA DANS LES NOMENCLATURES

59Jean-Louis Maier, L'épiscopat de l'Afrique romaine vandale et byzantine, Institut suisse de Rome, 1973 (Uppenna, p. 232 - Baleriolus, p. 265 - Honorius, p. 335).

60André Mandouze, Prosopographie chrétienne du Bas-Empire. I, Prosopographie de l'Afrique chrétienne (303-533), Paris, CNRS, 1982. Seuls huit défunts d'Uppenna sont mentionnés, avec renvois à l'article de N. Duval dans la Rivista di Archeologia cristiana de 1974.

61Zeineb Ben Abdallah et L. Ladjimi Sebai, Index onomastique des inscriptions latines de la Tunisie, Paris, CNRS, 1983. Travail de recherches à partir des ilt de Merlin en 1944. Ne sont donc recensées d'Uppenna que les œuvres à propos desquelles Merlin avait souhaité ajouter un complément bibliographique (ilt 214 à 243).

MOSAÏQUE DE IULIUS HONORIUS, FLAMINE PERPÉTUEL

62André Chastagnol et Noël Duval, Communication : « Les survivances du culte impérial dans l'Afrique vandale aux Ve et VIe siècles », bsnaf , 1972, p. 194-198. Texte développé dans les Mélanges d'histoire ancienne offerts à William Seston, Paris, 1974 : « Les Survivances du culte impérial dans l'Afrique du Nord à l'époque vandale », p. 87-118 (plus particulièrement p. 102-105).

63Maria Silvia Bassignano, Il flaminato nelle provincie romane dell'Africa, Università degli Studi di Padova, vol. XI, 1974 (sur Uppenna, p. 96).

64Claude Lepelley, Les cités de l'Afrique romaine au Bas-Empire. Paris, Études Augustiniennes, Tome I, 1979 : La permanence d'une civilisation municipale (sur Uppenna, particulièrement « La survivance du culte impérial », p. 362-369). Tome II, 1981 : Notices d'histoire municipale : Uppenna, p. 323-324 (à la fois pour « Julius Honorius » et « Dion »).

MOSAÏQUE DATÉE DU RÈGNE D’UN EMPEREUR VANDALE [HILD ?] IRIC

65Christian Courtois, Les Vandales et l'Afrique, Paris, 1955 (Appendice II, Uppenna : inscription 104, p. 379).

LES CUVES BAPTISMALES

66Armen Khatchatrian, Les baptistères paléochrétiens, Paris, Klincksieck, 1962. (Uppenna, p. 36, 39, 93).

67Jean-Pierre Caillet. Notice Baptisterium dans Augustinus-Lexikon, vol.1, p. 602-606, Bâle, 1986-1994.

68À propos de la cuve supérieure polylobée :

69Christian Courtois, « Sur un baptistère découvert dans la région de Kelibia », Karthago vi, 1955, p. 98-123 (concernant la cuve d'Uppenna, p. 109 et 113, avec le concours de L. Poinssot).

70Noël Duval, « Les baptistères d'Acholla (Tunisie) et l'origine des baptistères polylobés en Afrique du Nord », Antiquités Africaines, t. 15, 1980, p. 329-343 (particulièrement, p. 335, 337).

BASILIQUE D’UPPENNA ET MUSÉE D’ENFIDHA

71Taher Ghalia, Au pays d'Enfidha, Tunis, ANEP, 1994 (site d'Uppenna p. 14-15, le musée archéologique d'Enfidha, anciennement église d'Enfidaville, p. 19-25).

2. DOSSIERS D’ARCHIVES

72Les recherches se sont effectuées à Tunis : aux Archives de l'Institut National du Patrimoine, à la Prélature, et aux Archives Nationales de Tunisie ; à Paris, aux Archives Nationales de France (caran) et aux Archives de l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres ; à Rome, pour le Fonds Delattre, aux Archives des Missionnaires d'Afrique (Pères Blancs).

73Il m'a paru très difficile, voire impossible de regrouper dans une même liste tous ces documents inédits. J'ai donc décidé de dissocier les correspondances conservées à l'INP, à la Prélature et à Rome d'une part, des documents officiellement archivés d'autre part. L'établissement d'une double chronologie pour ces documents permettra de procéder aisément aux recoupements indispensables.

CORRESPONDANCES CONSERVÉES À TUNIS - INP ET PRÉLATURE - ET À ROME - MISSIONNAIRES D’AFRIQUE

74J'ai recensé, dans le tableau, tous les écrits dont j'ai pu prendre connaissance, sauf ceux qui furent publiés ou étaient destinés à être publiés – cf. le P.V. de la troisième Mission. Ils ont constitué la base de ma documentation pour le ch. I consacré à l'historique des fouilles, et pour les ch. iii et iv.

  • 10 Les documents sont répartis en neuf colonnes, à partir de deux pôles, institutionnels et rédacteur (...)

75Ce tableau établit des corrélations de dates entre les documents d'origine différente10.

76Il permet aussi de mesurer, au regard de ce qui est consultable, l'étendue des lacunes de la documentation. Nous disposons de sept lettres de Monceaux à Gauckler et aucune de Gauckler à Monceaux !

77Toute découverte ultérieure devrait ainsi s'intégrer plus aisément, grâce à ce tableau, à la place qui lui revient dans le parcours de l'évolution du chantier.

78Les documents suivis d'un astérisque sont reproduits intégralement en Annexe de ce tome (p. 203 et suivantes) – cela concerne les écrits qui constituent un ensemble : lettres de Robin à Gauckler et Drappier, correspondances de Gauckler, Merlin, Monceaux, du Père Delattre, lettres de la Société franco-africaine. Les références aux autres lettres sont indiquées dans la note qui suit la présentation de ce tableau.

  • 11 La figure 41 reproduit des dessins de mosaïques dus à la plume de Drappier.

79En fac-similé, ont été reproduites ici des lettres particulièrement significatives (mention : fig.) Lettres de l'abbé Emmanuelli à l'Archevêque de Carthage le 2 décembre 1904 (fig. 7), au Père Delattre (fig. 46), de P. Gauckler à l'abbé Emmanuelli le 15 décembre 1904 (fig. 8), du Père Delattre à Gauckler le 2 janvier 1905 (fig. 29), de Paul Monceaux à Gauckler le 30 décembre 1904 et le 6 avril 1905 (respectivement fig. 28, 35), du Père Delattre au chanoine Pavard le 27 mars 1906 (fig. 36), de Robin à Gauckler (fig. 4, fig. 61-62 et ensemble des schémas de Robin contenus dans ses lettres fig.37, 38, 39, 40)11.

CORRESPONDANCES À PROPOS D’UPPENNA ET DE L’ÉGLISE D’ENFIDAVILLE
(novembre 1904 – ma 1907)
Archives : Institut National du Patrimoine – Tunis ; Prélature – Tunis ; Missionnaires d’Afrique – Rome.

CORRESPONDANCES À PROPOS D’UPPENNA ET DE L’ÉGLISE D’ENFIDAVILLE(novembre 1904 – ma 1907)Archives : Institut National du Patrimoine – Tunis ; Prélature – Tunis ; Missionnaires d’Afrique – Rome.

80La note ci-jointe a pour objet de rendre plus explicite la lecture des pages du tableau précédent. Elle concerne tous les documents, à l'exception de ceux qui sont reproduits en Annexe (*). Elle indique l'élément essentiel de leur contenu. Elle donne la page où l'on retrouvera éventuellement leur texte intégral ou partiel, ou à défaut une référence.

81Colonne Courrier de la Direction des Antiquités : lettres Gauckler, Merlin ou notes internes. Note de Drappier à Pradère, 24 juillet 1906 : nouvelles du travail de Fino à Uppenna, questionnaire à remplir pour le devis des travaux nécessaires à la présentation des mosaïques dans la future église d'Enfidaville (p. 71 n. 91) / Envoi de documents à Gauckler sur Uppenna en décembre 1906 et février 1907 (p. 67 n. 81) / Lettre de Fino à Merlin sur la disposition des mosaïques dans l'église d'Enfidaville, 9 avril 1907 (p. 78).

82Colonne Robin. Robin à l'Archevêque, le 28 septembre 1905 (sollicitation d'une distinction honorifique pour ses découvertes d'Uppenna) / 27 novembre 1906 (envoi d'une photographie inédite des martyrs, se propose de constituer un album des mosaïques qu'il offrira à Mgr Combes).

83Colonne Lettres adressées à Gauckler à la Direction des Antiquités. A. Cœytaux, le 24 janvier 1905, à propos de Sidi Abich et de la conservation sur place des mosaïques d'Uppenna (p. 57,190) / A. Héron de Villefosse, le 9 février, au sujet d'une subvention accordée par l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres à l'abbé Leynaud – sur fond de dissension Carton-Gauckler – (p. 47 n. 37) / M. Gouvet, 17 février 1905, A. Gresse, le 24 février, le Commandant Ordioni, le 22 mars : en liaison avec le conflit opposant Gauckler au Dr Carton et la SAS (p. 50 n. 48) / E. Sadoux, le 8 mai 1905 : accusé de réception d'un mandat (p. 64 n. 77)/Le Secrétaire Général du Gouvernement tunisien, le 13 mai 1905 : Merlin chargé de la recension des inscriptions latines découvertes en Afrique du Nord (p. 63) / Abbé Leynaud, le 14 mai 1905 : demande de subvention pour les Catacombes de Sousse, et considérations personnelles (p. 61-62 n. 68, p. 63 n. 76, p. 64).

84Colonne Courrier reçu à la Direction des Antiquités, après le départ de Gauckler. Mgr Pavy à Sadoux, le 11 juin 1905 : nomination de la Commission ecclésiastique pour les Missions archéologiques à Uppenna (p. 68 n. 85) / Le Commandant Ordioni à Drappier, le 16 juillet 1905, concernant la situation de Gauckler (p. 65 n. 79) / Carte de Gauckler à Pradère, le 3 septembre 1905 : demande des nouvelles de Sadoux (p. 70 n. 89) / Le chanoine Raoul à Merlin, le 27 janvier 1907 : invitation pour choisir l'emplacement des mosaïques dans l'église d'Enfidaville (p. 78 n. 98, p. 193 n. 45) / Lettre du ministère de l'Instruction publique à Merlin, le 16 mars 1907, exigeant l'envoi de documents pour illustrer le rapport de Gauckler dans les NAM (p. 67 n. 82) / Le chanoine Pavard à Merlin, le 7 avril 1907 : remerciements après l'envoi de photos d'Uppenna (p. 77 n. 97, p. 119).

85Colonne Lettres reçues par le Père Delattre. A. Héron de Villefosse, le 16 mars 1905, récriminations du Dr Carton (p. 48 n. 39)/Abbé Emmanuelli, le 31 mars : se reporter aux lettres de l'abbé Emmanuelli / A. Héron de Villefosse, le 10 juin 1905, présence de Gauckler à Paris, rumeurs le concernant (p. 65) / A. Héron de Villefosse, le 11 juillet 1905, à propos des Missions archéologiques à Uppenna, désintérêt apparent de Gauckler (p. 65) / Le 9 octobre, A. Merlin évoque sa nomination comme Directeur des Antiquités / A. Héron de Villefosse, le 26 octobre 1905 : sur la nomination de Merlin / Chanoine Raoul, le 11 février 1906 : se reporter à « Autres documents internes à l'archevêché ou en provenance » / A. Héron de Villefosse, 19 mars 1906 : accuse réception des P.V. (p. 192) / Abbé Emmanuelli, le 2 décembre 1906 : se reporter à « Lettres de l'abbé Emmanuelli » / Chanoine Raoul, le 25 mars 1907 : se reporter à « Autres documents internes à l'archevêché ou en provenance ».

86Colonne Lettres de l'abbé Emmanuelli . À l'Archevêque, le 2 décembre 1904, il confirme la découverte de la grande mosaïque des martyrs et entreprend des démarches pour que l'Église dispose des restes des Martyrs, voire même de la mosaïque (p. 51, fig. 7, p. 173) / 21 décembre 1904 : découverte de la mosaïque d'Honorius et demande d'un ouvrage d'archéologie sur l'Afrique chrétienne / 30 décembre 1904 : accusé de réception du livre de Mgr Toulotte, considérations sur les persécutions actuelles dans l'Église (p. 200 n. 57) / 7 janvier 1905 : découverte de l'église de Sidi Abich / 27 janvier : mise au jour du pavement de l'évêque Baleriolus / Au Père Delattre, le 31 mars 1905, il adresse le texte des inscriptions de l'église de Sidi Abich et consacre ses jeudis après-midi à y faire des sondages / Au chanoine Pavard (probablement, sinon au chanoine Raoul), le 18 août 1905 : adresse deux copies d'inscriptions demandées (on ne sait lesquelles) / À l'Archevêque, le 25 juin 1906 : a été nommé membre de la Commission diocésaine d'archéologie chrétienne/Le 5 octobre 1906 : s'excuse de ne pas assister au jubilé épiscopal de Mgr Combes ; conséquence des inondations sur le site (p. 73 n. 92) / Au Père Delattre, le 2 décembre 1906, il le presse de venir pour décider de l'emplacement des mosaïques (p. 77, p. 261) / Au chanoine Raoul, le 8 décembre 1906 : souhaite que la Commission ecclésiastique se rende à Enfidaville pour déterminer l'emplacement des mosaïques (p. 77, p. 192) / Le 7 février 1907, propose les sujets pour les vitraux de l'église d'Enfidaville / À Mgr Pavy, les 1 et 2 mars 1907 : emplacements des mosaïques dans l'église d'Enfidaville / 9 mars 1907 : composition du pavement géométrique intégrant les deux épitaphes de Quadratianus / Note de trois pages de l'abbé Emmanuelli complétées par Mgr Pavy.

87Colonne Autres documents internes à l'Archevêché ou en provenance . Mgr Pavy au chanoine Pavard, le 7 juin 1905 : ce dernier fait partie de la Commission ecclésiastique / Notes du chanoine Raoul sur les reliques, non daté (p. 188-189), « Examen des matières contenues dans une amphore », non daté (p. 191) / Tentative de reconstitution de la première inscription des martyrs par le chanoine Pavard (p. 164-165 et n. 25, fig. 34) / Le chanoine Raoul au Père Delattre, le 11 février 1906 : réunion à propos d'Uppenna (p. 190 n. 38) / Le chanoine Pavard à Mgr Pavy, le 21 août 1906 : donne des nouvelles de sa santé (p. 77 n. 97) / Le 1er septembre 1906, il adresse le projet de P.V. de la troisième Mission (cf. p. 77 n. 97 et Annexe) / Mgr Pavy et l'Archevêque au chanoine Pavard, les 6 et 9 septembre 1906 : accusés de réception du projet de P.V. / Lettres de félicitations adressées à Mgr Combes à l'occasion de son jubilé épiscopal. Elles constituent un témoignage intéressant sur un état d'esprit dans l'Église à cette date (p. 200 n. 56) / Le chanoine Raoul à l'Archevêque, le 10 décembre 1906 : dissensions au sein de la Commission ecclésiastique à propos de la recherche des reliques (p. 77, p. 192-193) / Note de trois pages de l'abbé Emmanuelli, complétées par Mgr Pavy à propos d'Uppenna et Sidi Abich dans le cadre de la préparation du texte de l'homélie de Mgr Combes / Lettres du chanoine Raoul et du chanoine Pavard à Merlin, les 27 janvier et 7 avril 1907 cf. Colonne « Courrier reçu à la direction des Antiquités après le départ de Gauckler » / Le chanoine Raoul au Père Delattre, le 25 mars 1907, demande d'envoi de feuilles de plomb avec inscriptions à disposer sous les mosaïques dans l'église d'Enfidaville (p. 78) / Lettres de remerciements adressées à l'Archevêque après réception du texte de son allocution à l'église d'Enfidaville, mai 1907 (p. 200 n. 58).

DOCUMENTS DES ARCHIVES NATIONALES FRANÇAISES ET TUNISIENNES ET DES ARCHIVES DE L’ACADÉMIE DES INSCRIPTIONS ET BELLES-LETTRES

En France

88La série des Archives Nationales, F 17, Instruction Publique, compte des dossiers relatifs à l'exploration scientifique de l'Afrique du Nord : F 7/13055 à 13060 et 17235 à 17238.

89Dans F 17 /13059, des documents concernent le début de l'activité de Gauckler. L'enquête sur les installations hydrauliques romaines en Tunisie fait état des difficultés de Gauckler prié « de se soumettre ou de se démettre ». On trouve aussi la lettre d'envoi, le 2 mai 1905, du troisième fascicule de la deuxième partie de l'enquête.

90Le carton F 17 /17236 concerne « les Directeurs du Service des Antiquités et Arts de la Régence de Tunis », Gauckler-Merlin-Poinssot. Il comprend six sous-dossiers : « Gauckler 1896 », « Gauckler 1898-1903 », « Gauckler 1903-1905 », Merlin « années 1905-1912 », « Poinssot », et « Fouilles de Tunisie : Gauckler, Merlin, Poinssot, subventions 1899-1931 ».

91Dans les dossiers « Gauckler », on retiendra toute la correspondance relative à la réduction des crédits de la Direction des Antiquités dans le budget tunisien de 1904 (janvier-février 1904). Indice peut-être d'une hostilité à Gauckler au sein de la Direction française du Gouvernement de la Régence. Les énergiques protestations de Gauckler ont été efficacement relayées à Paris au Ministère de l'Instruction Publique qui assure Gauckler de toute sa confiance et le félicite de son action. On trouvera également l'état des dépenses exécutées pour la Mission archéologique française en 1904 et 1905. (Gauckler a adressé de Paris, le 10 juin 1906, l'état de l'année 1905, « accompagné de dix-sept pièces comptables » qui ne sont pas dans le dossier mais dont la mention indique que Gauckler avait conservé des archives.) Une minute du 17 juillet 1905 du ministère de l'Instruction Publique, adressée à Gauckler, à Paris, lui demande de faire parvenir un rapport d'activité sur l'année 1904-1905 (fig. 44, p. 242). Enfin, une note du 27 juin 1907 du ministère de l'Instruction Publique impose le nom de Gauckler en tête du tome xv des nam .

92Dans le dossier « Merlin », trois centres d'intérêt : les modalités de sa prise de fonction, Gauckler lui a remis (ou fait remettre ?) le solde des crédits (1 500 francs sur 20 000) ; le justificatif des crédits de l'année 1906 qui permet d'observer les différences d'affectation avec les budgets précédents ; la correspondance de 1907 au sujet de l'envoi des documents pour le tome xv des nam . Il est question du « plan de Robin ».

93Le carton F 17 /17238 concerne les fouilles de Carthage et de Dougga. Dans le dossier « Comptabilité de Dougga 1900-1936 », l'arrêté concernant le règlement des missions confiées à M. Gauckler en 1905 (10 000 + 10 000) « le plus promptement possible », le 3 mai 1905 (ce fut fait le 4 mai).

94Les séries F 17 /2836 à 2888 concernent les « Correspondants du Ministère, membres résidants et non résidants du Comité des travaux historiques – dossiers individuels et communications ». F 17 /2854 (1) contient un dossier Gauckler, essentiellement des lettres adressées après sa démission, mais aussi l'envoi, par Gauckler, de cinq notes du capitaine Donau sur le Sud Tunisien, pour la Commission de l'Afrique du Nord. Cette lettre est datée du 30 octobre 1905 à Paris.

95Les séries F 17 /2933 à 3014 concernent « les Missions scientifiques et littéraires – Dossiers individuels ».

96F 17 /2969(A) comporte des rapports de Gauckler sur ses missions en Tunisie et sur ses missions en Italie (1907-1911). Ces manuscrits, doubles de notes adressées ou en vue d'être adressées au Directeur de l'Enseignement supérieur et des Missions scientifiques, sont des justificatifs de crédits alloués par le Service des Missions scientifiques (à ne pas confondre avec l'état des dépenses : cf. F 17 /17236).

97Trois rapports nous intéressent :

  • Une « Note sur les travaux archéologiques du Service des Missions scientifiques en Tunisie pendant l'année 1904 » – sept pages. Il retrace brièvement l'historique des fouilles, l'évolution des engagements financiers depuis 1885, établit la liste des interventions et découvertes durant la première moitié de Tannée.
  • Une « Justification des crédits alloués en 1904 pour les fouilles archéologiques de Tunisie par le Service des Missions scientifiques » datée du 18 janvier 1905 - sept pages. Il y est pour la première fois brièvement fait référence à Uppenna.
  • Un « Rapport sur les travaux de la Mission archéologique française de Tunisie en 1904-1905 » – vingt-neuf demi-pages. La date n'est pas mentionnée mais il était indiqué que les « résultats obtenus dans les premiers mois de 1905 dépassent encore en importance ceux de Tannée 1904 ». Les travaux à Uppenna et Sidi Abich sont décrits p. 15 à 19 (ici, p. 243 et en fac-similé fig. 451-452 p. 245-246). La lecture de ce document s'apparente à celle d'un testament. Bien que Gauckler n'évoque pas son départ, l'importance et la tonalité du texte donnent à penser que Gauckler, déjà en France, demeurait dans l'incertitude sur son avenir. Les références aux fouilles d'Uppenna permettent d'avancer deux moments pour sa rédaction : entre mi-mai et mi-juin 1905 (date haute) et après début juillet 1905. D'un côté en effet, il ne fait pas allusion aux découvertes des Missions archéologiques, de l'autre il mentionne la décision conjointe de l'Archevêque de Carthage et de la Société franco-africaine de construire une église à Enfidaville. La demande du Ministère en date du 17 juillet 1905 (cf. F 17/17236) permet de trancher pour une rédaction au cours de Tété 1905.

98Ces rapports ne sont pas présentés sous leur forme définitive. Le format des pages (pour le rapport), les ratures, les mentions en marge « à laisser de côté », etc. le prouvent. Ils proviennent des archives personnelles de Gauckler et ont été intégrés après 1911, à la suite d'une intervention auprès de la famille. Dans le dossier F 17/2969 (A), une feuille dont la partie antérieure a été accidentellement déchirée comprend ces deux paragraphes : « Je n'ai rien relevé dans les dossiers Gauckler et Services des fouilles de la Régence en dehors de ceci de lettres ou de rapports où il y ait quelques choses de scientifique.

99Conformément au désir de M. Bayet, je vous prie de lire ceci, de voir s'il y a des choses qui ne peuvent être lues par tout le monde. Le dire à M. Bayet, et vous aviserez alors Mlle Gauckler. »

100Enfin, les cartons F 17 /2919 (1 et 2) regroupent les travaux d'officiers le plus souvent, et dans un très petit nombre de cas de personnalités civiles, sur l'exploration scientifique de l'Afrique du Nord. S'il n'y a pas de dossier Robin, on trouve dans le 2919 (1) le mémoire du lieutenant de Belenet sur l'Enfida – dix-huit pages – antérieur évidemment aux fouilles d'Uppenna. Il décrit le « château byzantin » dans un état de conservation alors exceptionnel.

101Archives de l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres. Cote des correspondances des années 1904 à 1907 : E 425 à 428. Concernant Gauckler, on retiendra une lettre de A. Bayet, le 6 janvier 1905, adressant la Note des travaux de 1904 à l'Académie « qui a souvent témoigné sa sollicitude bienveillante à M. Gauckler », et une demande d'ouvrage de la part de Gauckler, le 4 octobre 1905, rédigée à Paris (E 426). L'abbé Leynaud remercie, le 7 novembre 1905, l'Académie de l'octroi d'une subvention de cinq cents francs (cf. sa lettre à Gauckler du 14 mai) ; deux ans plus tard, la subvention ne sera que de trois cents francs (E 428).

102Les investigations auprès du Centre des Archives d'Outre-mer à Aix-enProvence et du Centre des Archives diplomatiques de Nantes n'ont pas donné lieu à découvertes d'éléments nouveaux.

En Tunisie

103Les Archives Nationales de Tunisie conservent, dans la série E, uniquement le dossier de nomination d'Alfred Merlin et donc la démission de Gauckler, ainsi que l'arrêté nommant Louis Robin à la Direction générale des Travaux Publics et une lettre de lui concernant sa situation professionnelle dont l'intérêt pour nous tient à ce qu'il l'avait signée Louis Robin de Langres (cf. p. 109).

104Le tableau suivant établit la chronologie et la référence des documents conservés aux Archives Nationales et à celles de l'Académie des Inscriptions.

Date

Cote

Intitulé

Intérêt pour Uppenna

1883

F 17/2919-1

Mémoire du lieutenant de Belenet sur les ruine-, romaines de l’Enfida et de la vallée de l'oued Mahrouf

Description du site d'Uppenna avant les fouilles

22 décembre 1894

F 17/13059

Lettre de Gauckler au ministère de l'instruction publique et
réponse

Classement des monuments historiques de Carthage : relations
avec le Père Delattre

avril-juillet 1895

F 17/13059

Création de commission d'enquête sur les travaux hydrauliques des Romains

Futures fouilles de Robin à Uppenna

21 janvier 1896

F 17/17236

Lettre de Gauckler au Ministère

Fouilles de Carthage. demande du Père Delattre de poursuivre
les recherches de Gauckler : relations avec le Père Delattre

2 et 9 février 1897

F 17/13059

Envoi par Gauckler du premier fascicule de 1 enquête sur les installations hydrauliques romaines et lettre de Gauckler indiquant
qu'il avait dû se soumettre ou se démettre

Futures fouilles de Robin à Uppenna

1898

F 17/ 17236

Conférence de Gauckler

La conception de Gauckler des prérogatives et du fonctionne-
ment du Service des Antiquités

janvier et février
1904

F 17/ 17236

Correspondances au sujet de la diminution du budget de la Direction des Antiquités

Financement des fouilles. Premières difficultés de Gauckler ?

24 juin 1904

F 17/17236

Dépêche télégraphique du ministère de l'instruction publique à Gauckler

Gauckler est soutenu à Pans

deuxième moitié de 1904

F I7 / 2969A

Note sur les travaux archéologiques du Service des Missions scientifiques en Tunisie pendant l'année 1904

I-a hiérarchie des investigations de la Direction des Antiquités
juste avant l’ouverture du chantier d'Uppenna

31 décembre 1904

F 17/17236

Etat des dépenses des fouilles exécutées par la Mission archéo-
logique française en Tunisie - campagne I9(M

Premiers subsides pour Uppenna

6 janvier 1905

AIBL/E426

Lettre du ministère de l'instruction publique à l'Académie des
Inscriptions

Communication de la note de Gauckler sur les travaux de 1904.
Gauckler toujours soutenu par le Ministère

18 janvier 1905

F I7/2969A

Lettre de Gauckler au Ministère pour la justification de l'utilisation des crédits alloues en 1904

Le chantier d'Uppenna est présenté pour la première fois

27 janvier 1905

F 17 /17236

Réponse du Ministère à Gauckler après l'envoi de la lettre justifiant l'utilisation des crédits

Gauckler félicité pour la qualité de ses découvertes

27 avril au 3 mai 1905

F 17/17238

Envoi à Gauckler des deux subventions annuelles de dix mille
francs chacune

Gauckler toujours en fonction à Tunis, mais l’envoi a été fait "le
plus promptement possible"

2 mai et 10 mai 1905

F 17/13059

Gauckler adresse 50 exemplaires du troisième fascicule de la
deuxième partie de ('Enquête sur les installations hydrauliques -
et accusé de réception

Gauckler toujours en fonction à Tunis

17 juillet 1905

F 17/ 17236

Lettre officielle puis personnelle du Directeur du Ministère de
l'instruction publique à Gauckler. adressée à Paris (fig. 44)

Demande d'urgence d'un rapport sur les travaux de la Mission
archéologique française en 1904-1905. Gauckler a toujours le
litre de Directeur, mais n'est plus en fonction

fin juillet(?) 1905

F 17 / 2969A

*Rapport sur les travaux de la Mission archéologique française
de Tunisie en 1904-1905 (fig. 451, 452)

L'état des investigations de la Direction des Antiquités au moment du départ de Gauckler. Les découvertes d’Uppenna et
de Sidi Abich présentées

4 octobre 1905

A1BL/E426

Gauckler demande à l'Académie un livre sur l'Espagne primitive

Gauckler. à Paris, fait étal d’un seul litre : “correspondant de
l'Institut"

10 octobre 1905
22 octobre 1905

ANT

- Le Résident Général au Président du Conseil en France
- Lettre de Merlin au Ministre de l'instruction publique ou au
Résident Général ?

- Démission officielle Je Gauckler. nomination de Merlin
- Prochaine prise de fonction de Merlin à la Direction des Anti-
quités

30 octobre 1905

F17 / 2854-1

Gauckler à Pans transmet cinq notes du Capitaine Donau à l‘Aca-
démie

Situation de Gauckler à Paris, la veille du jour où Merlin prend
ses fonctions à Tunis

7 novembre 1905

AIBL/E427

Remerciements de l'abbé Lcynaud pour l'octroi d’une subvention de l'institut de France

En liaison avec la demande de l'abbé Leynaud à Gauckler le 14
mai 1905 (cf. Archives INP) ?

8 novembre 1905

F 17/ 17236

Merlin au Ministère de l'instruction publique

Compte rendu de la prise de fonction. Une partie du reliquat des
crédits de 1905 ne sera pas utilisée à Uppenna

10 juin 1906

F 17/ 17236

Gauckler au Directeur du service des Missions scientifiques : bordereau justificatif des crédits de 1905

Les subsides de 1905 pour les fouilles d'Uppenna

2 février 1907

F 17/17236

Lettre de Merlin au Ministère justifiant l'utilisation des crédits
pour l'année 1906

Continuité et rupture avec la programmation de 1905

de février à avril 1907

F 17/ 17236

Correspondance entre Gauckler. le ministère de l'instruction
Publique. Merlin, au sujet de l’illustration du Rapport de
Gauckler dans les NAM

Il est question du calque de Robin et de l'avant-projet de plan
Sadoux pour Uppenna

27 juin 1907

F 17/17236

Lettre interne au Ministère

Le spécimen du Rapport des NAM porte faussement comme nom
d’auteur Merlin au lieu de celui de Gauckler

2 novembre 1907

F 17/2854-1

Gauckler au Directeur des Missions scientifiques : envoi des
épreuves corrigées de son Rapport des NAM

Date de publication du Rapport des NAM

23 juin 1908

F 17 / 2854-1

Gauckler au Directeur des Missions scientifiques : accusé de
réception de l’envoi de cinquante NAM

Légende : F17 = Archives Nationales de France, série F 17
ANT = Archives Nationales de Tunisie
AIBL = Archives de l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres
* ou fig. = Texte reproduit en Annexe de ce tome ou en fac-similé
On trouvera dans les pages suivantes les principales références à ces écrits qui sont rappelés, dans cette note, par leur date :
1883 ; p. 28 n. 3 / 22 décembre 1894 : p. 55 n. 59, p. 176-177 / avril-juillet 1895 : p. 45, n. 31 / 21 janvier 1896 : p. 171 n. 1 / 9 février 1897 : p. 45, n. 31 /
1898 : p. 46 n. 34 / janvier et février 1904 : p. 38-39 n. 21 , p. 178 / NOTE, deuxième moitié de 1904 : p. 29, n. 6, p. 38, 39 n. 24 / 31 décembre 1904 :
p. 34 n. 16 / JUSTIFICATIF, 18 janvier 1905 : p. 29 n. 6, p. 39-40 et n. 22-23 / 27 avril-3 mai 1905 : p. 64 n. 77 / 2 mai 1905 : p. 63 n. 74 / 17 juillet 1905 :
p. 66 n. 80, fig. 44 / RAPPORT p. 38-39 n. 21-22-23, p. 40-41 n. 26-27, p. 45 n. 33, p. 66 et fig. 451-452 / 10-22-30 octobre 1905 : p. 60-61, n. 66 / 8 novembre
1905 : p. 60-61, n. 66 / 10 juin 1906 : p. 34 n. 16 / 2 février 1907 : p. 41 / février à avril 1907 : p. 60-61, n. 66, p. 67 n. 82, p. 111 n. 13, p. 112 n. 14 / 27 juin
1907 : p. 67 n. 82 / 2 novembre 1907 : p. 81.

LE MANUSCRIT DE LA SOCIÉTÉ HISTORIQUE ET ARCHÉOLOGIQUE DE LANGRES

105Il pouvait être intéressant de connaître le lieu de naissance de Louis Robin, fonctionnaire français détaché auprès du Gouvernement tunisien de la Régence. Les recherches menées auprès de l'Administration et des Archives françaises ayant été infructueuses, c'est donc dans les dossiers de nomination des conducteurs des Ponts et Chaussées à la Direction générale des Travaux Publics du Gouvernement tunisien de la Régence, dossiers conservés aux Archives Nationales Tunisiennes, que j'ai appris que Louis Robin était originaire de Langres.

106À partir de ce moment, j'ai immédiatement bénéficié des indications et des investigations de M. Viard, professeur à l'Université de Nancy et Président de la Société historique et archéologique de Langres, à qui je dois les précisions suivantes et qui a bien voulu, en outre, me faire disposer de la photocopie du manuscrit de Robin, conservé aux Archives de cette Société.

107Louis Robin né en 1870, bachelier ès Sciences en 1888, excellait dans la pratique du dessin. Lors de la distribution solennelle des prix à l'École municipale de Dessin de Langres, le 27 juillet 1895, le nom de Louis Robin est mentionné dans la rubrique : « Dessin géométrique et industriel : hors concours, médaille d'argent : Louis Robin, de Langres ». Cette information est évidemment très positive en ce qui concerne le crédit que l'on peut accorder à ses représentations d'Uppenna, mosaïques et plan, mais aussi pour une part à sa conduite de fouille.

108Il ne peut y avoir d'homonymie avec un autre Louis Robin dans la mesure où une note de cette époque concernant Robin, insérée dans un recueil composé par le chanoine Arthur Bresson (Arthur Bresson : Bibliothèque langroise, tome 2, manuscrit 341,2, bibliothèque diocésaine de Langres), associe le lauréat de l'École municipale de Dessin et l'auteur de la Communication sur Uppenna au Congrès des Sociétés Savantes d'Alger.

109La bibliothèque de la Société historique et archéologique de Langres conserve donc un manuscrit de Robin adressé à un ecclésiastique dont il fut l'élève. La lettre d'envoi de Robin est du 30 septembre 1905, c'est-à-dire à un moment où les investigations de la Direction des Antiquités étaient officiellement terminées et où Merlin s'apprêtait à succéder à Gauckler.

110Ce manuscrit comporte le texte de la communication de Robin lue le 22 avril 1905 au Congrès des Sociétés savantes (reproduction en Annexe fig. 421 à 425 pour le texte et fig. 431 à 437 pour les dessins).

111Par rapport à l'édition donnée dans le BAC, il y a deux différences importantes :

  • Robin se réfère dans le manuscrit à un plan de la basilique qui était donc destiné à être présenté aux congressistes. La Société historique et archéologique de Langres ne dispose pas de ce plan, sans doute Robin ne l'avait-il pas joint à son envoi. Ce plan n'est autre que ce qu'on appelle « le calque » ou « le croquis » de Robin reproduit fig. 24. Nous le déduisons par le contenu des renvois à ce plan dans le texte de la communication (« Elle était limitée par des lignes AA' et BB' du plan... Bâtiment second entre AA' et HH', Grande nef entre EE' et FF'... »).
  • La deuxième différence concerne la présentation des quarante-cinq mosaïques. Dans le manuscrit, il y a figuration ; dans le BAC, essentiellement le texte imprimé de l'épitaphe, avec une numérotation de ces mosaïques de 1 à 45, ce qui n'était pas le cas du manuscrit.

112Nous analyserons au cours du ch. III l'apport du manuscrit dans la détermination de l'emplacement des mosaïques découvertes en début du xxe siècle.

LA CONSTITUTION DU DOSSIER DES MOSAÏQUES D’ENFIDAVILLE À LA PRÉLATURE

113Le 19 avril 1958, M. Abdul-Wahab, directeur de l'Institut National d'Archéologie et d'Arts de Tunis, écrit à Mgr Perrin, archevêque de Carthage, pour lui demander un « inventaire détaillé des mosaïques exposées dans l'église d'Enfidaville, accompagné si possible de leurs photographies et de tous les renseignements qui pourraient les concerner ».

114Mgr Perrin répond le 24 mai 1958 à M. Abdul-Wahab qu'il demande au curé d'Enfidaville de constituer l'inventaire sollicité tout en ajoutant : « L'église d'Enfidaville n'appartient pas au diocèse et elle est la propriété de la Société de l'Enfida. »

115Le curé d'Enfidaville, l'abbé Lepetit, adresse à son évêque, le 16 juin 1958, une notice de vingt-deux pages tapées à la machine où ont été collées des photos de mosaïques prises à l'église d'Enfidaville. Il s'agit d'une description succincte de chacune d'elles. Deux plans de l'église avec localisation des panneaux aux murs ou des pavements au sol accompagnent l'envoi.

116De son côté, Mgr Labbe, bibliothécaire de la Prélature, s'efforce de rassembler des documents d'époque, lettres, photos, et de faire la synthèse des écrits qui furent publiés alors ou étaient destinés à l'être (P.V. de la troisième Mission...). Il transmet, le 17 septembre 1958, à son évêque le résultat de ses recherches.

117Le 13 février 1959, M. Abdul-Wahab remercie Mgr Perrin « de l'important rapport concernant la collection des mosaïques de l'Enfidaville » et il assure que ce rapport enrichira les Archives de l'inaa.

118L'intérêt de ce travail résulte moins de l'apport des compilations d'articles des premières années du xxe siècle ou des renseignements sur les mosaïques exposées au musée, et qui sont donc accessibles à tout chercheur, que des lettres, photos rassemblées et toujours communiquées avec bienveillance aux diverses personnes qui ont demandé à en prendre connaissance.

119Je n'ai pu individualiser dans le Fonds des Archives de l'INP le contenu du dossier adressé par Mgr Perrin à M. Abdul-Wahab. Certains écrits en proviennent assurément.

3. LES PLANS ET LES SCHÉMAS DE LA BASILIQUE

120On se réfère évidemment d'abord au plan de la basilique d'Uppenna signé Gauckler-Sadoux, paru dans les Nouvelles Archives des Missions en 1907. C'est lui qui a fondé pour une grande part l'interprétation traditionnelle de la basilique d'Uppenna (fig. 3).

  • 12 Rappelons que Sadoux décède en novembre 1906 et qu'en décembre de la même année, Gauckler fait ven (...)

121Étant donné l'éloignement de Gauckler de la Tunisie dès la fin du printemps 1905, ce plan doit être considéré comme une reconstitution intellectuelle de Gauckler à partir des éléments en sa possession12.

  • 13 L'expression « calque du plan de Robin » est celle de la note interne de la Direction des Antiquit (...)

122Le « calque du plan de Robin » (fig. 24 et fig. 57), présenté en liaison avec la recherche sur l'emplacement originel des mosaïques funéraires découvertes au début du xxe siècle, constitue assurément le document de base le plus important utilisé pour la conception du plan « Gauckler-Sadoux »13. La forme de l'écriture, dans la légende, constitue une première preuve que ce plan est de la plume de Robin (comparer avec les fig. 4, 61-62, 37,38, etc.).

123Immédiatement on discerne l'attention portée à la localisation des mosaïques funéraires et des colonnes. L'emplacement des rectangles de ces mosaïques est identique sur le plan « Gauckler-Sadoux », mais le numéro change quelquefois (comparer immédiatement, à titre d'exemple, le groupe 7, 8, 9 qui devient 6, 7, 8). (Pour une analyse plus poussée se reporter au chapitre suivant : « L'emplacement originel des mosaïques funéraires découvertes en 1904-1906 »). Ce plan dans sa partie réalisée à la plume est antérieur à la découverte de la première mosaïque des martyrs qu'il ne mentionne pas, donc aux Missions de juin-juillet 1905. Le manuscrit conservé dans les Archives de la Société historique et archéologique de Langres donne la preuve que ce plan avait été présenté ou était destiné à être présenté (la prudence de la formulation tient au fait que Robin n'avait pas fait le déplacement) au Congrès des Sociétés Savantes d'Alger, le 22 avril 1905, pour illustrer la communication de Robin qui y fut lue.

124Des renseignements complémentaires ont été portés au crayon. Ils sont postérieurs. À cette déduction, deux raisons : la mention de l'emplacement dans le chœur occidental de trois mosaïques – dont celle de Maxima –, non recensées par Robin dans l'article du bac , et les dimensions données qui ne concordent pas avec l'échelle de la représentation graphique.

  • 14 Lorsque Gauckler demande, en février, des photos et plans pour l'illustration de son Rapport des N (...)

125Dans les archives de l'INP se trouve un plan grand format (60 x 50 cm) schématique, sans emplacement de mosaïques, que Ton peut considérer comme Tavant-projet du plan « Gauckler-Sadoux ». Il en annonce tout à fait la géométrie d'ensemble. Il est postérieur à juin-juillet 1905 puisqu'il intègre le premier monument martyrial et, par voie de conséquence, au calque qui fut utilisé. Il serait logique de déduire qu'il ait été réalisé par Sadoux ainsi que tendent à le confirmer deux lettres de Merlin et Gauckler de 190714. (fig. 11).

  • 15 On excusera le manque de qualité des photocopies réalisées, il y a bien des années, dans des condi (...)
  • 16 Se reporter au dessin de l'emplacement de Maxima sur le calque du plan de Robin.
  • 17 La graphie est différente de celle du « calque du plan de Robin ». Les mentions des distances lais (...)

126Ces mêmes archives gardent six croquis de secteurs de la basilique de bien faible qualité graphique15 Sont schématisés l'extrémité nord de l'abside (fig. 12), l'emplacement des deux cuves baptismales connues (fig. 13), le côté ouest du « narthex » de la chapelle à abside nord (fig.16) les chapelles situées à l'est de ces baptistères, notamment la pièce dite de Quadratianus (fig. 15), l'emplacement des deux monuments des martyrs et l'extrémité est de l'église (fig. 16), la juxtaposition des pavements de Maxima, Optantius, Crescentius et Bruttanicus dans le chœur occidental (fig. 17)17.

  • 18 On ajoute les no 516 et 517 qui sont des clichés de mosaïques au musée d'Enfidha, la reproduction (...)

127Il est très vraisemblable que ces six relevés ont été pris par Sadoux ou Drappier – ou Sadoux et Drappier18 – dans la perspective de la confection du plan qui ne put être réalisé.

Fig. 11. Réduction de l'avant-projet du plan Gauckler-Sadoux, conservé dans les archives de l’INP. Cette esquisse, probablement de la main de Sadoux, n'est pas antérieure aux Missions de juin-juillet 1905. L'absidiole des martyrs y figure en effet. Les indications de distance étaient portées sur ce document dans des conditions qui les rendaient peu explicites. L'orientation a été ajoutée.

Fig. 12. L'extrémité nord de l'abside. La tresse qui entourait le tableau de la mosaïque d'abside est schématisée.

Fig. 13. Emplacement des deux cuves baptismales connues à l'époque. Le carré hachuré représente la cuve supérieure ; la forme de la cuve inférieure, à gradins, est plus reconnaissable.

Fig. 14. Chapelle à abside nord qualifiée ici de « chapelle du Baptistère », partie antérieure, côté ouest. La base de colonne est photographiée fig. 26, p. 144. Les deux murs contigus en haut du dessin représentent le mur nord de la chapelle au nord de l'abside b et les fondations de la partie nord de l'abside c, disparues depuis.

Fig. 15. Développement à l'est des cuves baptismales. En haut, la localisation du pavement géométrique avec l'épitaphe de Quadratianus.

Fig. 16. Perspective tracée depuis la nef en direction de l'est : avec l'absidiole des martyrs, l'édicule de la grande mosaïque des martyrs ; au premier plan, le tombeau de l'évêque Baleriolus.

Fig. 17. Emplacement des mosaïques de Maxima, Optantius, du diacre Crescentius et de son fils Bruttanicus dans le chœur occidental.
Fig. 12 à 17. Relevés conservés aux archives de l'INP. L'orientation a été ajoutée.

128Les Procès-Verbaux d'une double Mission archéologique intègrent, p. 13 et 25, deux « croquis d'ensemble des travaux », le premier relatif aux investigations des 15 et 16 juin 1905, le second à celles du 5 juillet 1905.

129Le premier croquis situe l'absidiole des martyrs par rapport à l'édicule qui entourait la grande mosaïque des martyrs. Le second localise le chœur oriental et les tombes de Baleriolus, Faustina, Spendeu, Bictoria, celle d'un jeune adulte, avec comme référence l'emplacement de l'absidiole. Ces deux croquis ne comportent pas d'indication de dimensions, ce qui était le cas des dessins qui avaient précédé.

130On trouvera donc en Annexe les deux croquis tels qu'ils ont été publiés dans les Procès-Verbaux (p. 274, 280). Les esquisses moins précises, car on n'en était pas encore à l'étape de l'impression, qui ont précédé le croquis du sous-sol du chœur oriental sont présentées au ch. III de Upp. II (fig. 141, 1422). Le dessin présentant l'absidiole et l'édicule, avec certaines dimensions, qui constitue le double du document donné à l'imprimeur est reproduit fig. 1472.

131Le chanoine Pavard a rédigé le texte de la troisième Mission. Le texte définitif, non publié, ne comporte pas de dessin de situation, mis à part la représentation de certaines mosaïques tombales, dont celle de la mosaïque disparue d'une défunte (fig. 56) à qui Gauckler avait restitué très hypothétiquement le nom de « Coita ». Or dans un avant-projet, il y avait quelques dessins que le chanoine Pavard n'avait pas jugé nécessaire de proposer dans la version définitive.

132Quatre ont un intérêt particulier. Le premier situe les mosaïques d'Honorius, d'Irene, de Secundianus et Restuta, près de la cuve baptismale carrée (fig. 50). Le second indique les emplacements des tombes de Crescentius et Bruttanicus, d'Emeritus et la sépulture ouverte le 11 mai 1905, en présence de l'archevêque de Carthage (fig. 51). Le troisième représente la partie inférieure d'une mosaïque disparue, avec l'inscription in pace (fig. 52). Le quatrième établit la proximité des tombes d'Iulius Honorius, de Lucilianus et de Restutus (fig. 54). Dans le texte de la troisième Mission, on indiquera, cas par cas, la localisation initialement prévue pour ces dessins.

4. RECENSION DES ANCIENS CLICHÉS DE 1904-1907 ACTUELLEMENT DISPONIBLES

133Ces photos sont archivées soit à la photothèque du musée du Bardo, soit conservées à la Prélature de Tunis. À ma connaissance, il n'y en a pas dans le Fonds Delattre des Archives des Missionnaires d'Afrique. Au musée du Bardo il s'agit de plaques de verre, à la Prélature de tirages.

134Toutes les photos du musée du Bardo sont individuellement répertoriées. Celles d'Uppenna constituent deux séries : de 319 à 338 et de 462 à 49418.

135Il y a deux catégories de documents parmi les photos conservées de part et d'autre, les vues prises sur le site, les photos de mosaïques après leur enlèvement.

136Les photos prises sur le site se répartissent entre les vues générales ou d'un périmètre relativement étendu, entre celles qui donnent des représentations des trois grands secteurs de la basilique : monuments des martyrs et chœur oriental, complexe baptismal, absides, et les clichés consacrés aux mosaïques tombales photographiées sur leur lieu d'origine.

137La plupart de ces photos du musée du Bardo semblent avoir été prises en février 1905 (indication portée au haut de la plaque de verre ou sur la pochette). Quelques vues élargies datent de 1906 (cf. fig. 2, et Upp. II fig. 110).

138En mars 1907, les (ou des) mosaïques enlevées du site, en voie d'être disposées dans l'église d'Enfidaville, furent photographiées. Successivement Monceaux et le chanoine Pavard remercient A. Merlin de l'envoi de trois photos des Martyrs, de Baleriolus et d'Honorius (respectivement lettres du 29 mars et du 7 avril 1907). Monceaux indique qu'il n'avait pas encore de reproduction-photo de la mosaïque des martyrs (cf. Annexe). Ce sont ces trois photos que Ton retrouve dans l'article de Gauckler des nam pour la même année (pl. xxiii, xviii, xix).

139Les photos de mosaïques prises après leur enlèvement, datées pour la plupart de 1907, reproduisent essentiellement des mosaïques conservées au musée d'Enfidha, mais six plaques restituent les traits de pavements ou de fragments qui ont disparu parce qu'ils n'avaient pas été jugés dignes d'être insérés dans les panneaux qui allaient orner l'église d'Enfidaville : sur la photo 463, fig.18, six mosaïques disparues sont photographiées. À l'arrière, sur des châssis, la mosaïque d'une défunte décédée sous le règne d'un roi vandale, et à sa droite un panneau totalement illisible. Au premier plan, les épitaphes de Florentina, Iulia, Quodvult[deus]et Maioricus !

140Dans deux cas au moins, pavements d'Aprikis et de Vadius Donatianus, on discerne des transformations entre l'état originel des mosaïques (fig. 19, 20) et l'aspect qui est le leur au musée d'Enfidha (respectivement fig. 191 et 201). Pour Aprikis, ce sont les deux tiges de fleurs sous l'épitaphe et l'ensemble du compartiment inférieur. Pour Vadius Donatianus, la reconstitution abusive du ruban ondé au-dessus de la première ligne et la recomposition « Vadius » alors que Varius apparaît tout aussi plausible (elle est rectifiée ainsi dans le cil - 23053q) - d'où l'emploi conseillé de guillemets pour le nom du défunt.

141Une seule photo permet d'observer une différence de niveaux entre mosaïques : les pavements de Filocalus et Felicitas sont côte à côte, celui de Quintus est à moitié recouvert par la mosaïque de Felicitas (fig. 21).

142Je donne la référence des photos du musée du Bardo, à l'exception de celles qui reproduisent les mosaïques actuellement observables au musée d'Enfidha.

  • 19 Mosaïques prises sur le site (j’ai souligné celles qui offrent un intérêt certain) :
    Au musée du du (...)
  • 20 Musée du Bardo : « Aripectus Zarzio » (ph.462), Florentina (ph.463), Feli[...] Servi...] (ph.472), (...)

Vues élargies du site

322- 323 - 324 - 475

Monuments des martyrs

319- 338-473

Pavement du chœur oriental et épitaphe de l’évêque Baleriolus

333- 335 - 493

Pavement baptismal “mosaïque du cerf et de la biche” et épitaphe de l’évêque Honorius

328- 334

Mosaïque d’abside

327- 330 - 474

Mosaïques prises sur place19

325- 326 - 329 - 331 - 332-476

Mosaïques disparues20

462- 463 - 472 - 476 - 482 - 489

Tombes ouvertes

320- 321

  • 21 Dans le dossier de la Prélature, il y a une pochette peu fournie : « photos offertes par M. Robin (...)

143Les photos de la Prélature sont moins nombreuses. Je n'ai pas eu connaissance des photos de mosaïques qui devaient constituer l'album que Robin se proposait d'offrir à l'archevêque de Carthage. Il y a quelques doublons facilement explicables par les mêmes centres d'intérêt lors des prises de vue ou par des dons21.

Fig. 18. Cliché de 1907 superposant sur deux niveaux six mosaïques extraites du site, remontées sur châssis et disparues depuis. Au deuxième plan : (au niveau de l'inscription Uppenna) un rectangle illisible ; (en bas) fragment relatif à un(e) défunt(e) décédé(e) sous le règne d'un roi vandale ; au premier plan, épitaphes de Iulia san[c]tissima puella, de Quodvult[deus], de Maioricus, de Florentina (cf. Upp. II : corpus des mosaïques). Référence : MB 463.

144Certaines cependant offrent un intérêt évident car elles n'ont pas de correspondantes au musée du Bardo. Elles témoignent d'une plus grande attention portée aux monuments des Martyrs, au pavement du chœur oriental et aux investigations sous-jacentes au complexe baptismal, ce qui est très compréhensible ; deux prises de vue plus élargies des chapelles nord et sud sont particulièrement instructives (Upp. II, fig. 220, 237). Une mosaïque disparue de défunt, celle de l'enfant de deux ans, Quadratianus - à ne pas confondre avec les deux pavements superposés d'un homonyme - est connue seulement par une photo conservée à la Prélature (cf. Upp. II, fig. 281).

145Au moins une carte postale a été réalisée à partir d'un cliché d'une mosaïque d'Uppenna. En effet, le 2 décembre 1906, l'abbé Emmanuelli somme le Père Delattre de se rendre à Enfidaville, au dos d'une carte de la Société Lumière à Lyon, représentant la grande mosaïque des martyrs adossée à un mur (fig. 46). Le personnage placé à gauche suggère d'autant mieux l'importance des dimensions de l'œuvre qu'il est de taille modeste. Il s'agit probablement de M. Lino. Le cliché est semblable à celui du musée du Bardo, no 337.

  • 22 Outre les mosaïques de la grande inscription des martyrs et des deux évêques Baleriolus et Honoriu (...)
  • 23 R.P. Delattre, Le Culte de la Sainte Vierge en Afrique d'après les monuments archéologiques, Paris (...)
  • 24 E.H. Freshfield, Cellae trichorae, op. cit., vol. II, p. 143-144. Sur cette photo on peut observer (...)

146Dans les publications de l'époque, on recensera les illustrations du Rapport de Gauckler dans les Nouvelles Archives des Missions22, celle qui a été reproduite dans les P.V. des deux premières Missions (p. 22 bis - ici fig. 48), celles de la grande mosaïque des martyrs, verticale, et de l'inscription de la « contremarche » d'absidiole avant sa restauration, dans le livre du Père Delattre consacré au culte de Marie en Afrique23, et la partie gauche très abîmée du pavement de l'abside, dans le livre de E.-H. Preshfield24.

147J'ai préféré intégrer la plupart des anciennes photos dans les illustrations de Uppenna II, consacré à l'étude sectorielle et au corpus des mosaïques. L'origine des anciennes photos sera toujours mentionnée. Lorsqu'il s'agit de clichés de la photothèque du Bardo on lira la référence précédée de l'abréviation mb (musée du Bardo).

148Au total, notre documentation est beaucoup trop limitée pour les vues générales ou élargies de la basilique. Elle est inconsistante pour tout ce qui se situe en dehors du périmètre des trois pôles – monuments des martyrs et chœur oriental, complexe baptismal, abside – c'est-à-dire le chœur occidental, les bas-côtés, les chapelles nord et sud. Il n'y a qu'une seule photo montrant plusieurs mosaïques côte à côte.

149On peut déplorer que les prises de vue n'aient pas été effectuées avec plus de recul : il manque le plus souvent les bordures et même une partie des pavements du chœur oriental et de la mosaïque du cerf et de la biche. Ces pavements ne furent pas nettoyés pour les photos : on voit par exemple un tas de terre sur le pavement du chœur oriental (Upp. II, fig. 131). Il n'y a eu aucune recherche de l'appréciation des différences de niveaux.

150C'est pour cela que la recherche des clichés d'Uppenna ne doit pas être considérée comme terminée, car la plupart des mosaïques sont restées sur le site après leur découverte au moins un an et demi, et deux définitivement, celle des audientes et de [...]dio[...]. Un certain nombre de personnes ont été nécessairement incitées à prendre des clichés. Des photos ont même été prises sur le site après la translation de la majorité des mosaïques. Ainsi, E.H. Freshfield promet au Père Delattre de lui adresser « une série de photographies prises par moi des mosaïques dans l'église d'Uppenna. Elles seront prêtes pour vous d'ici peu » (lettre du 13 février 1911).

Fig. 19. Mosaïque d'Aprikis sur le site (MB 331). En médaillon, fig. 191, le pavement présenté au musée d'Enfidha. La moitié inférieure a été refaite au début du XXe siècle. La fig. 19 authentifie cependant la lecture Aprikis (et non Aprilis).

Fig. 20. Mosaïque de "Vadius" Donatianus (MB 476). La réfection (fig. 201) a imposé le ruban ondé immédiatement au-dessus de la première ligne de l'épitaphe, et reconstitué "Vadius". Se reporter, p. 294, à l'annonce de sa découverte (Appendice du P.V. de la troisième Mission).

Fig. 21. Les mosaïques accolées de Filocalus et de Felicitas. En dessous, à moitié couverte, celle de Quintus lector (cliché MB 329). C'est le seul cliché disponible montrant une dénivellation entre mosaïques funéraires. L'emplacement de ces trois pavements est donné par les rectangles 7, 8, 9 sur le "calque de Robin" (fig. 24).

5. LA PRESSE DE TUNISIE

PRESSE TUNISOISE

  • 25 La presse écrit, le plus souvent, Uppenna avec un seul p.

151la dépêche tunisienne , 2 décembre 1904. Article intitulé : « Les martyrs de l'Enfida », sous-titres : « Une basilique chrétienne – Les martyrs d'Upenna25 – Orthodoxes et Ariens – Reconstitution certaine – Très intéressante découverte. » L'auteur rend compte des fouilles de Robin, d'après les indications de Gauckler et décrit la mosaïque des martyrs datée de l'époque byzantine. « La mise en état de l'édifice » constituera pour la région un centre d'attraction. Le même jour, se référant à la parution de cet article, l'abbé Emmanuelli écrit à l'Archevêque de Carthage.

152La Dépêche tunisienne , 18 janvier 1905. Article « Les Antiquités tunisiennes », sous-titres : « Les basiliques d'Upenna et d'Enfidaville – Très intéressantes trouvailles – Les évêques Honorius et Paulus. » Présentation de la découverte de la mosaïque de l'évêque Honorius à Uppenna, et du dégagement de la basilique de Sidi Abich par M. Cœytaux. Cet article, comme le précédent, est attribuable à Gauckler.

153Le Courrier Tunisien , no 1, 27 février 1905. « Dans le Centre ». L'auteur anonyme évoque l'interdiction de visite faite à la SAS. C'est un texte très engagé contre la Direction des Antiquités.

154Le Courrier Tunisien, no 3, 1er mars 1905. « Notes sur les fouilles d'Uppenna », signé du directeur du journal, A. Destrées. Il constitue un rectificatif, à la demande de Gauckler, de l'article paru l'avant-veille.

155La Dépêche tunisienne , 30 mars 1905. Article : « Distinction méritée. » Sur recommandation de Gauckler, L. Robin est nommé membre du Congrès des Sociétés Savantes d'Alger en hommage à l'admirable conduite des fouilles d'Uppenna.

156La Tunisie française , 3 mai 1905. Bulletin de V. de Carnières, le directeur politique. Engagement du journal contre Gauckler et exaltation de l'œuvre du Père Delattre et du Dr Carton.

157La Tunisie française , 11 octobre 1905. « Echos » : « Une église à l'Enfida. » La Société franco-africaine et l'Archevêché viennent de décider de décorer la future église d'Enfidaville des mosaïques de « la basilique byzantine d'Upenna », « afin de ne pas encombrer les salles du musée du Bardo et pour éviter des frais de transport considérables ».

158La Tunisie française , 5 mai 1907. « Une fête grandiose à Enfidaville », compte rendu des cérémonies pour la consécration de l'église d'Enfidaville.

PRESSE DU SAHEL

159L'avenir de Sousse , no 745, 18 décembre 1904. Chronique « Enfidaville et sa région » extrait du « Livret-guide du Centre », mentionne Uppenna, mais ne comporte pas de révélations sur les nouvelles découvertes.

160L'avenir du Centre , no 6, le 5 février 1905. « Choses du Centre » article signé Candide (cf. texte en Annexe de ce tome).

161L’avenir Du Centre, no 9, 26 février 1905. « Mesquinerie administrative ». À propos de l'interdiction de visite à la SAS, attaque contre Gauckler, précédant celle du Courrier Tunisien.

162L’avenir du Centre , no 10, 5 mars 1905. « Simple parallèle ». Le Dr Carton vient d'obtenir une subvention pour « les fouilles qu'il dirigeait dans les catacombes d'Hadrumète », occasion d'exalter son action et de rappeler l'affaire d'Uppenna.

163L'Avenir du Centre , no 11, 12 mars 1905. Compte rendu de la réunion mensuelle de la SAS. Mécontentement des membres de n'avoir pu se rendre à Uppenna.

164L'Avenir du Centre , no 12,19 mars 1905. « Simple réponse » (au Courrier tunisien du 1er mars 1905). À la suite de cet article, Robin démissionne de la SAS.

165L'Avenir du Centre , no 14, 2 avril 1905. « Comment on écrit l'histoire » critique un communiqué plus qu'officieux dans un journal de la capitale « sur les fouilles d'Upenna » ne mentionnant pas même l'action du Dr Carton et de la SAS. Cela vise l'article de la Dépêche tunisienne du 30 mars 1905.

166L'Avenir du Centre , no 20, le 14 mai 1905. « Vandalisme ». Dénonciation de l'intention prêtée à Gauckler de transporter à Tunis les mosaïques d'Uppenna aux fins de restauration, puis définitivement au musée du Bardo. Reprise de l'argumentation de L'Avenir du Centre du 5 février 1905 (cf. texte en Annexe de ce tome).

167L'Avenir du Centre , no 23, le 4 juin 1905. « Une excursion à Upenna. » Compte rendu idyllique de la visite à Uppenna des membres de la SAS et triomphe du Dr Carton.

168L'Avenir du Centre , no 37, le 14 octobre 1905. « Une église à l’Enfida ». Reprise de l'information donnée dans La Tunisie française du 11 octobre 1905.

Notes

1 Séances du 13 décembre 1904. BAC 1904, p. CXCVII-CCI ; du 17 janvier 1905, BAC 1905, p. CLI-CLII ; du 14 février, BAC 1905, p. CLVI-CLVII ; du 21 mars, BAC 1905, p. CLXIX ; du 20 avril, Congrès d'Alger, p. LXII ; du 30 mai, BAC 1905, p. CLXXXVII-CXC.
Séances du 28 décembre 1904, BSNAF 1904, p. 341-344 ; du 11 janvier 1905, BSNAF 1905, p. 106-108. Séance du 6 janvier 1905, CRAI 1905, p. 5.

2 Première référence, dans la liste géographique des inscriptions africaines où sont mentionnés des martyrs ou reliques (p. 170-175) : après l'indication de la plaque des reliques de Julianus (p. 170), la note 4 faisant état de la superposition des inscriptions des martyrs « présentant les mêmes noms ».

3 Sur Uppenna, cf. p. 467. Également « L'épigraphie donatiste », Revue de philologie XXXIII, 1909, p. 112-162 (p. 143).

4 « Les ruines d'Uppenna ont livré il y a trois ans un monument funéraire que le gérant des biens de la Société Franco-Africaine de l'Enfida a fait transporter dans le jardin de la Direction et qu'il m'a autorisé à voir... » Ch. Saumagne, BAC 1932-1933, p. 40-42.

5 Bulletin de la Société archéologique de Sousse, 1904, p. 210 ; 1905, p. 13 ; 1906, p. 62-72 ; 1908, p. 105. Revue Tunisienne, t. XIII, 1906, p. 261 ; t. XIV, 1907, p. 314 ; t. XV, 1908, p. 197 ; t. XVI, 1909, p. 256 note 2. Le compte rendu de la séance de la SAS du 14 janvier 1905 fait état d’indications données sur les fouilles d'Uppenna par M. Gresse, vice-président de la SAS (et supérieur hiérarchique de Robin) Bulletin de la SAS 1905, p. 12.

6 D’après sa correspondance au Père Delattre, il a été à Uppenna et en Byzacène au début du mois de février 1911 (lettre du 13 février 1911).

7 Autres très brèves recensions : Revue archéologique, 1905,I, p. 321-322 ; 1905, II, p. 189 et 477. Nuovo Bollettino di Archeologia Cristiana XII, 1906, p. 175-178 (O. Marucchi). Jahrbuch des Deutschen Archaologischen Instituts : 1906, col.159 et 1908, col. 227-230 (A. Schulten). Römische Quartalschrift für christliche Altertumskunde und für Kirchengeschichte, t. XIX, 1905, p. 162 (à propos de la deuxième mosaïque des martyrs), p. 225 (à propos de la tombe de l'évêque Baleriolus) : J.-P. Kirsch ; t. XX, 1906, p. 93-94 (comparaison des deux inscriptions martyriales) : J. Wittig ; p. 101 (à propos de la tombe de l'évêque Honorius) : J.-P. Kirsch. Le Bulletin des publications hagiographiques des Analecta Bollandiana recense en même temps le tome III de l’Histoire littéraire de l'Afrique chrétienne de Monceaux et les P.V. d’une double Mission (note 158, 159, Anal. Boll. 1906, p. 349-351) avec une attention particulière sur le sens de nomina martyrum. C.M. Kaufmann, Handbuch des Altchristlichen Epigraphik, Freiburg im Breisgau, 1917, p. 83 et 218 : comparaison des deux inscriptions martyriales dans le cadre d'une classification des memoriae martyrum. G. Söderström, Epigraphica latina Africana de titulis sepulcralibus prosa oratione compositis provinciarum Byzacenae et Proconsularis quaestiones selectae, Upsala, 1924. Les références aux mosaïques d'Uppenna sont faites à partir du CIL. Il s'intéresse notamment à la différence de fréquence d'utilisation entre vixit annis et vixit annos (p. 19), au formulaire de l'épitaphe de Bruttanicus sur la mosaïque de Crescentius (Bruttanicus filius eius) et à celle de Iulia san(c)tissima puella (p. 83). Dans le Corpus publié pour les mille cinq cents ans de la mort de saint Augustin : la contribution de J. Sauer, « Der Kirchenbau Nordafrikas in den Tagen des hl. Augustinus », dans Aurelius Augustinus, M. Grabmann et J. Mausbach, dir., (édit. J.-P. Bachem, Cologne, 1930), p. 243-299, (avec une synthèse – p. 284-285 – sur la basilique d'Uppenna à partir des publications de Gauckler et Monceaux essentiellement, et des considérations sur l'architecture des églises africaines intégrant cette basilique – p. 286 à 299).

8 Limite chronologique de recension : parutions antérieures à 1997.

9 Dictionnaires, encyclopédies : La synthèse d'H. Leclercq dans le Dictionnaire d'Archéologie Chrétienne et de Liturgie, t. XV, col. 2869-2875, a été publiée en 1950, à partir des écrits du début du xxe siècle. Elle manque singulièrement de limpidité, en particulier lorsqu'il s'agit de « la succession des basiliques ». M. Le Glay a rédigé la page de présentation pour la Real-Encyclopädie der classischen Altertumwissenschaft, IX, A, 1, col. 929-930,1961. P. Testini, Archeologia cristiana, Bari, 1980 (Uppenna, notamment p. 631, 633, 705).

10 Les documents sont répartis en neuf colonnes, à partir de deux pôles, institutionnels et rédacteurs appartenant à la société civile, ecclésiastiques et archevêché. Un certain nombre de documents sont doublement archivés : colonnes départ et arrivée.
Le lieu de conservation des documents est évident pour les deux rubriques de courrier à la Direction des Antiquités (INP), pour les lettres reçues par le Père Delattre (Archives des Missionnaires d'Afrique). Le courrier de la Direction des Antiquités ou notes internes est archivé à 1TNP (lettres Gauckler à Robin, Drappier à Pradère, envois à Gauckler, Fino à Merlin), à la Prélature (Gauckler à l'abbé Emmanuelli), à Rome (Gauckler et Merlin au Père Delattre, et Merlin à Cœytaux, double de la lettre à titre justificatif pour la lettre au Père Delattre).
Les lettres de Robin à Gauckler, Drappier, Merlin, sont à l'INP, celles adressées à l'Archevêque, à la Prélature. Les lettres de Monceaux à Gauckler et à Merlin sont à 1TNP, celles adressées au Père Delattre, à Rome. Les lettres du Père Delattre à Gauckler et Merlin sont à l'INP, celles adressées au chanoine Pavard et à Mgr Pavy sont à la Prélature, à l'abbé de Catteville, au chanoine Leynaud (sous forme de reproduction) à Rome, ainsi que la note du 16 septembre 1905.
Les lettres de l'abbé Emmanuelli sont conservées à la Prélature, à l'exception de la carte adressée le 2 décembre 1906 au Père Delattre (Rome).
La plupart des « Autres documents internes à l'archevêché ou en provenance » sont à la Prélature à l'exception du courrier reçu par la Direction des Antiquités (chanoine Raoul et Pavard à Merlin) et des lettres du chanoine Raoul au Père Delattre (Rome).

11 La figure 41 reproduit des dessins de mosaïques dus à la plume de Drappier.

12 Rappelons que Sadoux décède en novembre 1906 et qu'en décembre de la même année, Gauckler fait venir « le calque du plan de Robin » (cf. chapitre précédent). On datera de la fin 1906 ou des premiers mois de 1907 le plan « Gauckler-Sadoux ».

13 L'expression « calque du plan de Robin » est celle de la note interne de la Direction des Antiquités, en décembre 1906. Merlin, dans sa lettre du 20 mars 1907, précise même « plan provisoire établi par M. Robin » ANF F 17/17236 - cf. p. 112 n. 14.

14 Lorsque Gauckler demande, en février, des photos et plans pour l'illustration de son Rapport des NAM, une correspondance triangulaire s'engage entre Rome (Gauckler), Paris (le Ministère, le Directeur des Missions et Cagnat), Tunis (Merlin).
Voici au sujet du calque et de l'avant-projet de plan ce qu'en écrivaient, à un mois d'intervalle, Merlin et Gauckler, et qui ne concorde pas à première vue.
Merlin au Directeur des Missions scientifiques, le 20 mars 1907 : « Pour le numéro 6, Uppenna, plan de la basilique des martyrs, je vous fais parvenir le plan provisoire établi par M. Robin, conducteur des Ponts et Chaussées à Enfidaville. M. Sadoux, inspecteur des Antiquités et Arts, décédé en novembre dernier, en avait commencé en juin 1905 une mise au net, actuellement inachevée et inutilisable. » (ANF F17/17236). Gauckler au Ministre, le 21 avril 1907 : « Pour le numéro 6, je suppose que le document qui vous a été adressé par Monsieur Merlin est bien la mise au net exécutée par Monsieur Sadoux du plan provisoire qu'avait dressé Monsieur Robin à la suite de ses découvertes dans la basilique byzantine d'Uppenna. Cette première mise au net est suffisamment précise et claire pour pouvoir sans inconvénient être reproduite telle quelle, puisque la mort a empêché Monsieur Sadoux de terminer le plan définitif. J'en ai d'ailleurs une photographie qui pourrait au besoin tenir lieu de l'original. Le plan de M. Robin n'était qu'un simple brouillon qui ne peut être utilisé sous sa première forme. » (ANF F 17/17236).
On déduira que : 1) les affirmations d'A. Merlin sont sans doute exactes. Il avait les éléments d'appréciation dans les dossiers de son Service. Il disposait du témoignage éventuel de personnes ayant bien suivi les fouilles : Drappier, Pradère voire Robin. La date de juin 1905 correspond à la première Mission de la Commission ecclésiastique, il est normal que figure sur Tavant-projet Sadoux Tabsidiole des martyrs, ce qui n'était pas le cas dans le calque. 2) Gauckler privilégie cet avant-projet qui marque une étape postérieure. Gauckler, en fait, dispose déjà de ces deux plans : le croquis de Robin, puisqu'il lui a été adressé de Tunis, en décembre 1906, et Tavant-projet puisqu'il indique qu'il dispose d'une photographie. Mais il ne les a peut-être pas emportés de Paris à Rome, ou alors la qualité des documents dont il dispose est insuffisante (une « photographie »). À partir de Tavant-projet, dont Merlin écrivait qu'il était actuellement inachevé et inutilisable, et du croquis de Robin, Gauckler, de Rome, va dessiner le plan Gauckler-Sadoux ! 3) Gauckler est particulièrement injuste envers Robin, d'abord en qualifiant son dessin de « simple brouillon », ensuite et surtout en refusant de reconnaître ses mérites dans l'élaboration du plan que Gauckler présentera et qui aurait dû s'intituler « plan Gauckler, Robin, Sadoux » ! 4) Il y a dix-sept mois entre l'interruption du travail de Sadoux (juin 1905) et le décès de cet Inspecteur du Service des Antiquités. Je ne suis pas en mesure de déterminer la raison du non-achèvement du plan : une longue maladie de Sadoux (dans son rapport d'activité sur 1906, Merlin ne le cite pas) ou un arrêt volontaire ou imposé de tout travail concernant Uppenna.

15 On excusera le manque de qualité des photocopies réalisées, il y a bien des années, dans des conditions techniques médiocres. Les lignes n'étaient pas sur la feuille qui portait l'original des dessins.

16 Se reporter au dessin de l'emplacement de Maxima sur le calque du plan de Robin.

17 La graphie est différente de celle du « calque du plan de Robin ». Les mentions des distances laissent pressentir cependant deux écritures (fig. 13 à 17).

18 On ajoute les no 516 et 517 qui sont des clichés de mosaïques au musée d'Enfidha, la reproduction 2275 de la croix supposée être celle de la mosaïque disparue de Petrus, croix conservée au musée du Bardo, et la comparaison entre la forme de la cuve baptismale byzantine d'Uppenna et celle de Henchir Hakaima (734) – Upp. II, fig. 233.

19 Mosaïques prises sur le site (j’ai souligné celles qui offrent un intérêt certain) :
Au musée du du Bardo : Aprikis (ph.331), Cilonia Grata (ph.326), Fortunatus, « Vadius » Donatianus (ph.476), Felicitas, Filocalus et Quintus (ph.329), l’épitaphe disparue de Feli[…] Serv[…] (ph.325).
À la Prélature : « Aripectus Zarzio » (rérérence à la lecture de Gauckler), Bernaclus, Emeritus, Fastidilus, Iulius Honorius, Lucilianus, Quadratianus, Reparatus.

20 Musée du Bardo : « Aripectus Zarzio » (ph.462), Florentina (ph.463), Feli[...] Servi...] (ph.472), Iulia (ph.463), Maioricus (ph.463), Optantius (ph.476), Croix – conservée au musée du Bardo – de l'épitaphe de Petrus (ph.2275), « Q[u]adr[ati]l[l...] » décédée sous le règne d'Hildiric (ph.489), Quodvult[deus] (ph.463), Saturninus (ph.482), « ...men]ses IX kalendas Martias » (lecture de Gauckler) (ph.472) – en réalité [...deposit]us est X kalendas Martias –, [...]ta dulc[...] (ph.472), mosaïque portant un double chrisme (ph.472), pavement illisible (ph.489).
A la Prélature : mosaïques d'« Aripectus Zarzio » et Quadratianus – cf. note précédente.

21 Dans le dossier de la Prélature, il y a une pochette peu fournie : « photos offertes par M. Robin ». Depuis le temps, ces photos ont pu changer de lieu de classement et je n'ai donc pas été jusqu'à différencier ces photos des autres.

22 Outre les mosaïques de la grande inscription des martyrs et des deux évêques Baleriolus et Honorius, on compte quatre reproductions de mosaïques prises sur place : Aprikis (et non Gaudentia comme indiqué), Cilonia Grata, Fortunatus et l'ensemble déjà mentionné Filocalus-Felicitas-Quintus ainsi que les représentations des pavements du chœur oriental et de la mosaïque du « cerf et de la biche » (planche XX) et les vues plus étendues de l'ensemble du chœur oriental-grande mosaïque des martyrs et du dégagement de l'absidiole des martyrs (pl. XXIV) (page reproduite ici fig. 10).

23 R.P. Delattre, Le Culte de la Sainte Vierge en Afrique d'après les monuments archéologiques, Paris-Lille, 1907, p. 104 et photo p. 105. Le lien effectué entre le thème de la recherche du Père Delattre et la basilique d'Uppenna est indirect. Il est fourni par la remise par l'abbé Emmanuelli, le 14 juin 1905, la veille de la première journée des investigations à Uppenna, d'un monogramme cruciforme, provenant de Sousse, comportant une invocation à Marie.
Ici encore, l'échelle des dimensions de la grande mosaïque est donnée par la même personne qui pose à gauche. Cependant l'intérêt de la photo tient à l'état du fragment de la mosaïque de la contremarche d'absidiole, encore plus mutilée que lors de sa découverte sur le site – et que dans sa présentation actuelle ! – (cf. Upp. II, fig. 1502). Ce fragment était également disposé devant la grande mosaïque lors de la prise de vue pour la carte postale, mais il ne « ressort » pas bien sur la photo.

24 E.H. Freshfield, Cellae trichorae, op. cit., vol. II, p. 143-144. Sur cette photo on peut observer une partie du pavement byzantin de la chapelle III que nous avons retrouvé.

25 La presse écrit, le plus souvent, Uppenna avec un seul p.

Table des illustrations

Légende Fig. 10 1 et fig. 10 2 . Deux photos insérées dans le Rapport sur des inscriptions latines de Gauckler – NAM, t. XV, pl. XXIV. Ces deux photos ont été prises au moment de la première Mission archéologique des 15 et 16 juin 1905. Ni l'original ni un double ne sont conservés au musée du Bardo ou à la bibliothèque de la Prélature. On observera que le site de la basilique avait été nettoyé, ce qui ne fut pas le cas pour d'autres prises de vue.La photo du haut montre au premier plan la mosaïque du chœur oriental dans laquelle était insérée l'épitaphe de l'évêque Baleriolus. Au second plan, l'édicule entourant la grande mosaïque des martyrs. La mosaïque des martyrs est disposée sur une plate-forme surélevée par rapport au sol du chœur oriental. La photo a été prise avant l'enlèvement de la mosaïque des martyrs, donc tôt dans la matinée du 15 juin 1905 (cf. texte des P.V en Annexe de ce tome).La photo du bas est du lendemain matin, après que, la veille, la mosaïque des martyrs eut été ôtée. La fosse au premier plan correspond à son emplacement. Les membres de la Commission contemplent le fragment de mosaïque de l'absidiole découvert après l'extraction de la grande inscription. Dans la matinée du 16 juin, cette mosaïque sera à son tour enlevée. La mosaïque du chœur oriental a été en partie découpée, la tombe de l'évêque Baleriolus ayant été fouillée la veille dans l'après-midi (cf. P.V). Le reste du pavement sera enlevé le 5 juillet. Les deux ecclésiastiques dont on distingue le visage sont le Père Delattre et le chanoine Raoul.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/19931/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 343k
Titre CORRESPONDANCES À PROPOS D’UPPENNA ET DE L’ÉGLISE D’ENFIDAVILLE(novembre 1904 – ma 1907)Archives : Institut National du Patrimoine – Tunis ; Prélature – Tunis ; Missionnaires d’Afrique – Rome.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/19931/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/19931/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 73k
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/19931/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/19931/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 137k
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/19931/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/19931/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 225k
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/19931/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 133k
Légende Fig. 11. Réduction de l'avant-projet du plan Gauckler-Sadoux, conservé dans les archives de l’INP. Cette esquisse, probablement de la main de Sadoux, n'est pas antérieure aux Missions de juin-juillet 1905. L'absidiole des martyrs y figure en effet. Les indications de distance étaient portées sur ce document dans des conditions qui les rendaient peu explicites. L'orientation a été ajoutée.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/19931/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Fig. 12. L'extrémité nord de l'abside. La tresse qui entourait le tableau de la mosaïque d'abside est schématisée.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/19931/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Légende Fig. 13. Emplacement des deux cuves baptismales connues à l'époque. Le carré hachuré représente la cuve supérieure ; la forme de la cuve inférieure, à gradins, est plus reconnaissable.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/19931/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 137k
Légende Fig. 14. Chapelle à abside nord qualifiée ici de « chapelle du Baptistère », partie antérieure, côté ouest. La base de colonne est photographiée fig. 26, p. 144. Les deux murs contigus en haut du dessin représentent le mur nord de la chapelle au nord de l'abside b et les fondations de la partie nord de l'abside c, disparues depuis.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/19931/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 157k
Légende Fig. 15. Développement à l'est des cuves baptismales. En haut, la localisation du pavement géométrique avec l'épitaphe de Quadratianus.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/19931/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 553k
Légende Fig. 16. Perspective tracée depuis la nef en direction de l'est : avec l'absidiole des martyrs, l'édicule de la grande mosaïque des martyrs ; au premier plan, le tombeau de l'évêque Baleriolus.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/19931/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 402k
Légende Fig. 17. Emplacement des mosaïques de Maxima, Optantius, du diacre Crescentius et de son fils Bruttanicus dans le chœur occidental.Fig. 12 à 17. Relevés conservés aux archives de l'INP. L'orientation a été ajoutée.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/19931/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 93k
Légende Fig. 18. Cliché de 1907 superposant sur deux niveaux six mosaïques extraites du site, remontées sur châssis et disparues depuis. Au deuxième plan : (au niveau de l'inscription Uppenna) un rectangle illisible ; (en bas) fragment relatif à un(e) défunt(e) décédé(e) sous le règne d'un roi vandale ; au premier plan, épitaphes de Iulia san[c]tissima puella, de Quodvult[deus], de Maioricus, de Florentina (cf. Upp. II : corpus des mosaïques). Référence : MB 463.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/19931/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 430k
Légende Fig. 19. Mosaïque d'Aprikis sur le site (MB 331). En médaillon, fig. 191, le pavement présenté au musée d'Enfidha. La moitié inférieure a été refaite au début du XXe siècle. La fig. 19 authentifie cependant la lecture Aprikis (et non Aprilis).
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/19931/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Fig. 19 1
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/19931/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Légende Fig. 20. Mosaïque de "Vadius" Donatianus (MB 476). La réfection (fig. 201) a imposé le ruban ondé immédiatement au-dessus de la première ligne de l'épitaphe, et reconstitué "Vadius". Se reporter, p. 294, à l'annonce de sa découverte (Appendice du P.V. de la troisième Mission).
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/19931/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
Légende Fig. 201
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/19931/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Fig. 21. Les mosaïques accolées de Filocalus et de Felicitas. En dessous, à moitié couverte, celle de Quintus lector (cliché MB 329). C'est le seul cliché disponible montrant une dénivellation entre mosaïques funéraires. L'emplacement de ces trois pavements est donné par les rectangles 7, 8, 9 sur le "calque de Robin" (fig. 24).
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/19931/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 273k

© Presses universitaires du Midi, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search