Version classiqueVersion mobile

Archéologie et histoire de l’Église d’Afrique. Uppenna I

 | 
Dominique Raynal

Chapitre I. L’historique des fouilles de 1904-1906

De la basilique d’Uppenna à l’église D’Enfidaville 1907

Texte intégral

1. LES PRINCIPAUX INTERVENANTS

PERSONNALITÉS CIVILES DIRECTION DES ANTIQUITÉS ET ARTS DE LA RÉGENCE

1PAUL GAUCKLER (1865-1911). D'abord chargé de mission en Algérie en 1890, nommé Inspecteur chef du Service des Antiquités et des Arts de Tunisie en 1892, en devient le Directeur en 1896. Il définit ainsi sa situation : « fonctionnaire beylical en tant que Directeur du Service des Antiquités et Arts de Tunisie, mais rattaché en même temps par un lien personnel au Ministère français de l'Instruction Publique, en tant que chef de la mission archéologique française ». Membre de la Commission de publication des documents archéologiques de l'Afrique du Nord du Comité des Travaux historiques et scientifiques en 1894, correspondant de l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres en 1899, associé correspondant national de la Société Nationale des Antiquaires de France. Est rappelé de Tunisie en 1905, alors qu'il est âgé seulement de quarante ans, doit donner sa démission le 10 octobre 1905, remplacé le premier novembre 1905 par A. Merlin. Décède le 5 décembre 1911 à Rome.

2ALFRED MERLIN (1876-1965). En 1905, chargé de la recension des inscriptions latines découvertes en Afrique du Nord. Prend la direction du Service des Antiquités et Beaux-Arts le premier novembre 1905.

3EUGÈNE SADOUX (-1906). Inspecteur du Service des Antiquités et Arts, a le titre de Directeur-adjoint. Dirige l'atelier de mosaïques du Bardo ; décède le 13 novembre 1906.

4FÉLIX-LOUIS DRAPPIER (-1935). Secrétaire de la Direction des Antiquités et Arts.

5BERTRAND PRADERE (1860-1949). Conservateur du Musée Alaoui.

6M. FINO. Chef de chantier. A dégagé les mosaïques sur le site puis les a remontées dans des panneaux ou disposées sur le sol de l'église d'Enfidaville. A procédé à quelques restaurations, aidé de son fils.

7LOUIS ROBIN (né en 1870). Conducteur des Ponts et Chaussées depuis 1902. Responsable de la subdivision d'Enfidaville, arrondissement de Sousse. Son supérieur hiérarchique est M. Gresse. L. Robin est chargé de mission par la Direction des Antiquités et Arts pour la conduite des fouilles de la basilique d'Uppenna le 5 novembre 1904. À ce titre, nous pouvons l'intégrer provisoirement dans l'organigramme de la Direction des Antiquités.

PERSONNALITÉS CIVILES EXTÉRIEURES

8PAUL MONCEAUX (1859-1942). En 1905, professeur au lycée Henri IV à Paris. Membre résidant de la Société nationale des Antiquaires de France depuis le 13 juin 1900, devient en janvier 1905, avec l'appui de Gauckler, membre de la Commission de publication des documents archéologiques de l'Afrique du Nord au CTHS.

9DOCTEUR LOUIS CARTON (1861-1924). Au moment des événements est médecin chef de l'hôpital militaire de La Goulette, demeure néanmoins président de la Société Archéologique de Sousse.

10ALFRED CŒYTAUX (1856-1936). Régisseur général (ou « administrateur général des biens » ou « directeur de l'exploitation ») du Domaine de la Société franco-africaine de l'Enfida.

11VICOMTE H. DE CHAIGNON. Auteur de la recension de la visite de l'Archevêque de Carthage aux ruines de la basilique d'Uppenna le 11 mai 1905.

PERSONNALITÉS ECCLÉSIASTIQUES

12Sa Grandeur Mgr BARTHELEMY-CLEMENT COMBES (1839-1922), Archevêque de Carthage, primat d'Afrique depuis 1893.

13Mgr LOUIS PAVY. Vicaire Général de Carthage, apparaît comme le coordinateur de l'autorité diocésaine.

14Le chanoine JEAN-MARIE RAOUL (1859-1938), vicaire général, administrateur de la cathédrale de Tunis, représentant l'autorité diocésaine aux deux premières Missions archéologiques aux ruines de la basilique d'Uppenna, absent à la troisième.

15Le R.P. LOUIS-ALFRED DELATTRE (1850-1932). Père Blanc installé à Carthage depuis 1875. Archiprêtre de la Primatiale de Carthage, membre correspondant de l'Institut de France, fait partie des Commissions ecclésiastiques pour les Missions archéologiques à la basilique d'Uppenna.

16Le chanoine MARIE-NOËL PAVARD, aumônier du Lycée Carnot à Tunis, également membre correspondant de la Société diocésaine d'Archéologie d'Alger. Secrétaire de la Commission ecclésiastique, rédacteur des Procès-Verbaux.

17L'abbé ANTOINE EMMANUELLI, d'abord vicaire à Djerba en 1887, curé d'Enfidaville depuis janvier 1889. Décédera en 1929.

18L'abbé AUGUSTIN LEYNAUD (1865-1953), curé de La Goulette en 1891, curé de Sousse en 1901, s'est consacré à l'exploration des Catacombes de Sousse. Il devient Évêque d'Alger en 1917 et le demeurera jusqu'à sa mort en 1953.

2. D’UPPENNA À ENFIDAVILLE

19Cette évocation s'efforcera d'apporter un éclairage sur l'environnement de la recherche archéologique, ici d'archéologie chrétienne dans la Tunisie des premières années du vingtième siècle. Elle s'attachera à nous faire prendre la mesure des ombres et des lumières des premières fouilles, leur raison d'être, leurs conséquences.

PREMIÈRES APPROCHES

  • 1 R. Cagnat, « Rapport sur une mission en Tunisie » (1881-1882), Archives des Missions, 3e série, to (...)

20Le site d'Uppenna avait été répertorié très tôt, dès 1881, par R. Cagnat qui avait dessiné la cuve polylobée du baptistère byzantin, la qualifiant de piscine1. Cette année avait été celle de la « Campagne de Tunisie » et de la mise en place du Protectorat, mais aussi celle de l'acquisition très mouvementée, par la Société Marseillaise de Crédit, du domaine de l'Enfida qui appartenait à Khereddine et sur lequel se trouvait la basilique d'Uppenna.

  • 2 R. Cagnat, « Inscriptions nouvelles d'Afrique », BAC 1889, p. 361-2.

21En 1889, R. Cagnat rendit public « l'estampage d'un fragment de tombe chrétienne trouvé à Henchir Chigarnia et remis à M. de La Blanchère »2. Il s'agit d'un fragment d'inscription mentionnant, parmi les reliques, celles de saint Julien. Le lien n'était pas directement établi avec la basilique d'Uppenna puisqu'on ne savait pas encore qu'il y avait une basilique. Il est aujourd'hui très tentant d'affirmer que cette inscription en provenait bien.

  • 3 Le mémoire, de 1883, du lieutenant de Belenet sur l'Enfida et la vallée de l'oued Marouf est conse (...)

22Un premier décret de classement concernant « le fort byzantin flanqué de quatre bastions » qui domine le site fut pris le 25 mars 18993.

  • 4 CRAI, séance du 20 septembre 1901, p. 604.
  • 5 Gauckler, BAC 1904, p. CXCVII, et journal Le Courrier Tunisien 1er mars 1905 : « Notes sur les fou (...)

23Paul Gauckler identifia en 1901 « la piscine » découverte en 1881 comme étant une cuve baptismale4. Mais une très rapide investigation sur le site, puis le déblaiement du baptistère par son adjoint M. Sadoux et l'établissement du plan des vestiges encore apparents, ne le déterminèrent toutefois pas à engager des crédits pour ouvrir un chantier. Les moyens financiers étaient très limités et un grand nombre d'interventions à effectuer dans toute la Tunisie étaient jugées prioritaires. Paul Gauckler dans sa communication du 13 décembre 1904 à la Commission des Travaux historiques et scientifiques emploie l'expression « faute de ressources nécessaires qui nous faisaient alors totalement défaut »5.

  • 6 Une note manuscrite de Gauckler sur les travaux archéologiques du Service des Missions scientifiqu (...)

24Il est juste de garder présent à l'esprit cet état de grande pénurie dans l'appréciation que nous portons sur la conduite des fouilles de l'époque qui firent connaître pourtant, en un laps de temps très limité, un si grand nombre de monuments et qui dégagèrent tant de mosaïques6.

25Les fouilles d'Uppenna furent donc effectuées avec « des moyens de misère » et furent supervisées par une Direction des Antiquités débordée par les appels et sollicitations venus de toute la Tunisie et par les mesures conservatoires qu'il fallait prendre d'urgence.

  • 7 Les Archives Nationales de Tunisie – Section d'État, Série E Travaux publics, carton 330, Directio (...)

26La personne qui va être à l'origine des fouilles sera Louis Robin, conducteur des Ponts et Chaussées chargé de la subdivision d'Enfidaville7.

  • 8 Lettre de Robin à Gauckler en date du 6 février 1905.
  • 9 Bulletin de la Société Archéologique de Sousse, 1903, p. 19, 22, 164-165.
  • 10 Le Dr Carton indique que Robin lui a offert, en juin 1904, des tubes de terre cuite trouvés dans l (...)

27Ce fonctionnaire, formé en outre à la discipline du dessin (cf. ci-dessous p. 109), était désireux de prendre « le dimanche une distraction intelligente »8. Il avait intégré, en 1903, la Société Archéologique de Sousse naissante, procédé, à titre individuel, à des fouilles « dans la nécropole mégalithique de Dar el Ouar », offert au musée municipal de Sousse « plusieurs poteries berbères » provenant de cette nécropole, et rédigé une note intitulée « Fouilles de la nécropole romaine de Dar el Ouar » pour le bulletin de la Société Archéologique9. Il s'était également intéressé aux thermes de Sidi-Abdallah10. Dès 1903 ou en 1904, il demande au Dr Carton, président de la Société Archéologique de Sousse, où il pourrait faire de nouvelles recherches. Ce dernier, de son côté, avait tout intérêt à sensibiliser à l'archéologie une personne dont la fonction était « d'ouvrir des routes », susceptible d'être la première informée de bien des découvertes. Il est donc possible que le Dr Carton ait été lui aussi demandeur.

28Quelque temps plus tard, à la suite d'une ou de plusieurs promenades archéologiques, le Dr Carton et Robin déterminent l'endroit où fouiller sur le site de la basilique d'Uppenna, endroit tout proche de celui où Sadoux avait procédé aux premières investigations.

29Le Dr Carton avance sans doute de quoi faire face aux frais du premier sondage et lui promet, pour l'avenir, une aide financière très limitée de la Société Archéologique de Sousse.

  • 11 • Version du Dr Carton : Bulletin de la SAS, 1905, p. 13 ; 1906, p. 62 et suivantes, article intit (...)

30Tel est le début le plus plausible de l'histoire lorsqu'on s'efforce de concilier les témoignages divergents du Dr Carton et de Robin une fois qu'eut éclaté la grave polémique entre la Direction des Antiquités et la Société Archéologique de Sousse11.

  • 12 Gauckler fixe la date au 1er novembre : il prend connaissance le 4 novembre du rapport de Robin, c (...)
  • 13 Robin, BAC 1905, p. 368. Dans sa communication du 13 décembre 1904, donc encore très proche de cet (...)

31C'est fin octobre 1904, le 1er novembre, ou début novembre12 que Robin « profitant d'un jour de loisir » effectue le sondage. Le résultat tint du miracle puisqu'il découvre près du baptistère, « après avoir percé la mosaïque grossière », l'épitaphe de Fortunatus et qu'il met au jour la mosaïque de l'abside « après avoir cassé une mosaïque grossière »13.

DÉCOUVERTES DE ROBIN CHARGÉ DE MISSION PAR LA DIRECTION DES ANTIQUITÉS

32Robin, tout ému de ces découvertes, en rend compte à son chef hiérarchique qui en fait part immédiatement à Gauckler. Moins d'une semaine plus tard, P. Gauckler, qui tenait à affirmer l'autorité de la Direction des Antiquités et son propre mérite dans l'identification initiale du site, charge Robin de la conduite du chantier ouvert sous la responsabilité exclusive de la Direction des Antiquités et Arts de Tunisie. Ce chantier étant devenu réellement prioritaire, il parvint à dégager un minimum de subsides.

33Robin s'est mis avec ardeur et dévouement à une activité toute nouvelle pour lui, rendant compte très souvent à Gauckler de l'avancée du chantier par lettres et peut-être au moyen de rapports de synthèse. L'INP conserve dans ses archives vingt-deux lettres, reproduites ici dans l'Annexe de ce premier tome. Vingt-et-une furent adressées à Gauckler, la période va du 27 novembre 1904 au 27 mars 1905. Une fut écrite le 25 mai 1905 à Drappier qui assurait l'intérim de la Direction des Antiquités après le départ de Tunisie de Gauckler.

34Toutes les lettres de l'époque ne sont pas répertoriées mais il ne semble pas qu'il en manque beaucoup. On est fondé à émettre cette appréciation en raison des liens d'une lettre avec la précédente, et de l'emploi du temps de Robin tel qu'on peut le reconstituer.

35Les lettres qui nous font défaut ont été écrites probablement au cours des deux premiers mois des fouilles, puis au début du printemps 1905. Le 6 février 1905, Robin évoque incidemment le croquis de la mosaïque de l'évêque Honorius, qu'il avait adressé, sans doute, en décembre 1904 : cette lettre n'est pas répertoriée. Pour la fin de la période, il serait étonnant que la lettre du 23 mars fût la dernière de Robin. Le contenu de son texte incite à penser le contraire.

36Il devait y avoir aussi les rapports de synthèse et les plans que Robin promettait de mettre au point lorsqu'il aurait un peu plus de temps libre, et que Gauckler attendait impatiemment.

37Ces rapports, s'ils existent, ne nous sont pas parvenus. On peut cependant compter dans leur nombre la communication que Robin fit lire le 20 avril 1905 à la réunion annuelle des délégués des Sociétés Savantes – « Le Congrès d'Alger » – lors d'une séance présidée par Gauckler. Ce rapport a été publié dans le BAC 1905, p. 368-377. Dans la lettre du 27 mars, il s'engageait à fournir pour le 10 avril, dix jours donc avant le Congrès, son rapport avec plan et croquis. Les archives de l'INP conservent le calque du plan de la basilique d'Uppenna dû certainement à la plume de Robin, réalisé pour cette occasion. Il s'agit d'un document primordial (fig. 24, fig. 57, dépliant, fin de tome).

PLAN DE LA BASILIQUE CHRÉTIENNE D’UPPENNA
Fig. 3. Plan « Gauckler-Sadoux » publié pour la première fois dans le Rapport sur des inscriptions latines découvertes en Tunisie de 1900 à 1905, extrait des Nouvelles Archives des Missions scientifiques (NAM) t. xv, Paris, 1907, pl. xvii, encart p. 404-405.

  • 14 NAM, t. XV, p. 407. Cet étirement dans le temps a pour but de prouver le contrôle rigoureux sur le (...)

38La grande époque des investigations sur le site de la basilique court sur un espace-temps de trois mois et demi, de mi-novembre 1904 à fin février 1905, et non de huit comme l'affirmera Gauckler plus tard14. La dernière lettre qui comporte des indications concrètes sur les fouilles est datée du 28 février 1905. Et le 14 février 1905 déjà, dans le texte de l'invitation adressée aux membres de la Société Archéologique de Sousse par les responsables de cette association, pour la visite du chantier, il était précisé que M. Robin avait mis au jour « plus de quarante mosaïques de toute beauté ».

  • 15 La seule mention dans les lettres de Robin d'une venue de Gauckler est fournie le 5 janvier 1905. (...)

39Les lettres de Robin nous renseignent sur les problèmes qu'il rencontre : difficulté de concilier le temps qu'il faudrait consacrer à la direction du chantier avec une activité professionnelle, regret d'être un peu trop laissé à lui-même : il souhaite, à diverses reprises, que Gauckler vienne donner ses directives15, ce dernier délègue son second M. Sadoux.

  • 16 Dans ANF F17/17236, l'état des dépenses exécutées par la Mission archéologique française en Tunisi (...)
  • 17 « Je tiendrai à ajouter, une fois de plus, que si dans ces circonstances je n'ai pas votre haut ap (...)

40Il fait part de ses inquiétudes concernant le paiement des ouvriers, les subsides de la Direction des Antiquités parvenant avec du retard16. Enfin, Robin doit affronter, à partir de février 1905, une véritable tempête médiatique, liée au conflit avec la Société Archéologique de Sousse. Le déroulement des fouilles, la responsabilité même de Robin intéressent au plus haut point les journaux locaux comme L'Avenir du Centre, mais aussi la presse tunisoise. Robin en vient à craindre pour sa situation professionnelle17. À partir du 6 février, il se dit de plus en plus préoccupé.

  • 18 Ce qui tend à montrer qu'il n'avait pas été très loin dans l'investigation lors du premier sondage

41Les découvertes se succèdent à un rythme accéléré. En s'en tenant aux lettres de Robin à Gauckler : en novembre 1904, c'est la grande mosaïque des martyrs qui « lance » véritablement Uppenna (cf. fig. 4 et 5). Dans sa communication à la séance de la Commission d'Afrique du Nord, Gauckler tient à souligner ce qui lui revient de cette découverte : « Je priai [M. Robin] de pratiquer tout d'abord un sondage sur l'emplacement présumé de l'autel et je viens d'apprendre que ce premier travail a donné d'excellents résultats » (séance du 13 décembre 1904). Le 16 décembre, Robin décrit le pavement de l'abside18, et il a fait dégager « à peu près tous les murs extérieurs et intérieurs à 1 m ou 1,50 m de profondeur et fait de très nombreux sondages ». Suffisamment pour affirmer que le monument initial était un temple. Le 5 janvier, c'est la découverte de la cuve carrée du baptistère antérieur au baptistère byzantin. Le 22 janvier, c'est le pavement du chœur oriental. Le 6 février, il décrit de nombreuses mosaïques tombales. Le 9 février, il donne des avant-projets sommaires d'aménagement et de conservation des mosaïques d'Uppenna ! Dans la deuxième moitié de février, il se passionne pour la conduite d'amenée d'eau aux baptistères, qu'il fait suivre sur plus d'un kilomètre et demi – ce qui l'amène à embau cher du personnel supplémentaire (fig. 61-62). Le 28 février, il fait référence au pavement géométrique de la pièce XVI de notre plan – pavement de Quadratianus – à l'est du baptistère.

Fig. 4. Dessin de Robin conservé dans les archives de l’inp, représentant la grande mosaïque des martyrs : lettre à Gauckler du 27 novembre 1904 annonçant cette découverte. Le texte est reproduit en Annexe du présent tome, dans la correspondance Robin-Gauckler, p. 205.

Fig. 5. La grande mosaïque des martyrs : cliché du début du xxe siècle (MB 469 et 488).

  • 19 « Le Père Delattre est très fier lorsqu'il atteint le sol vierge après avoir détruit toutes les co (...)

42À défaut d'éventuelles notations contenues dans les rapports hypothétiques, nous ne disposons malheureusement pas avec ces lettres d'indications suffisamment précises. C'est d'ailleurs la règle commune à bien des fouilles de l'époque19.

43Les affirmations se révèlent quelquefois contradictoires. Ainsi dans la lettre du 22 janvier 1905, il fait connaître qu'il a trouvé dans la basilique d'Uppenna certaines parties recouvertes d'un enduit au mortier de tuileaux, représentant une surface assez importante : « À la suite d'un nivellement rapide j'ai été amené à constater que cette aire se trouvait à un niveau supérieur de 0,20 m environ à celui des mosaïques découvertes. » Observation très intéressante sur laquelle nous reviendrons. Quelques lignes plus loin, il écrit pourtant : « Il y a actuellement cinq ou six niveaux différents de mosaïques... » Nous n'avons aucune précision sur la répartition des mosaïques par niveaux et l'espacement de ces sols.

44Le décret de classement du périmètre entourant « la basilique byzantine des martyrs et le baptistère » fut pris le1er mars 1905. Robin avait demandé à Gauckler, le 7 février 1905, de « faire prendre par le Premier Ministre un arrêté de classement pour les ruines d'Uppenna ».

  • 20 Dans sa lettre du 17 février, Robin indique que Gauckler lui avait répondu, le 8 février, en répon (...)

45On fera aisément, ultérieurement, la liaison entre cette demande de classement du 7 février et l'article véhément du 5 février de L'Avenir du Centre que nous reproduisons en Annexe. De la même manière, il est licite de considérer que l'article-polémique du Courrier tunisien en date du 27 février a précipité la signature d'un décret qui plaçait définitivement cette basilique sous le contrôle de l'État tunisien, c'est-à-dire de l'Administration française20.

46Les découvertes de Robin sont donc portées à la connaissance de Gauckler grâce aux lettres, et grâce aux visites de Sadoux et de Drappier. Gauckler les répercute immédiatement à Paris, aux séances mensuelles de la Commission d'Afrique du Nord du Comité des Travaux historiques et scientifiques et à celles de la Société nationale des Antiquaires de France voire de l'Académie des Inscriptions. Il convient de faire vite. Uppenna devient d'un coup très connu et très suivi en cet hiver 1904-1905 dans les milieux intellectuels concernés. La collaboration, à Paris, de Paul Monceaux, intéressé au plus haut point par ces découvertes, au moment où il achève le tome III de son Histoire littéraire de l'Afrique chrétienne et où il travaille à la recension des inscriptions chrétiennes, s'avère efficace pour cette diffusion rapide des découvertes. Nous essaierons d'éclairer un peu, au moyen des lettres adressées par P. Monceaux à P. Gauckler, les tenants et les aboutissants de cette association de quelques mois entre l'historien et l'archéologue (ch. IV, p. 182-186 et Annexe, p. 247-251).

UPPENNA ET LA HIÉRARCHIE DES INTERVENTIONS DE LA DIRECTION DES ANTIQUITÉS

47Il est important de déterminer la place qu'ont prise les fouilles d'Uppenna, en cet hiver 1904-1905, dans la hiérarchie des interventions de la Direction des Antiquités.

48Trois manuscrits inédits de Gauckler conservés aux Archives Nationales de France (F 17/2969A) constituent une documentation essentielle sur l'activité du Service des Antiquités, la dernière année où Gauckler la dirigea (cf. ch. II : « Documents d'archives ») et permettent de répondre à cette question. Le premier a été rédigé vers mai-juin 1904 (l'abréviation sera ici « Note »), le second, le 18 janvier 1905 (abréviation « Justificatif »), le troisième au cours de l'été 1905 (abréviation « Rapport »).

49L'impression qui prévaut est celle d'une multiplication des interventions et d'un foisonnement de découvertes.

50Sans doute était-il de bonne politique, dans un rapport dont l'objet était de justifier le bon emploi des deux subventions annuelles de dix mille francs, d'affirmer que « ... Les fouilles prennent chaque année plus de développement. Elles s'opèrent actuellement sur toute l'étendue du sol de la Régence, depuis Tabarka sur la côte septentrionale, à quelques kilomètres de la frontière algérienne, jusqu'à Bou-Grara et à la région désertique qui, dans l'extrême-Sud, sépare la Tunisie de la Tripolitaine » (Rapport, p. 1). « La campagne de fouilles la plus féconde est précisément celle qui s'achève en ce moment » (Note, p. 3). « Les résultats obtenus dans les premiers mois de 1905 dépassent encore en importance ceux de Tannée 1904, déjà exceptionnellement féconde » (Rapport, p. 1).

  • 21 Au musée du Bardo, « en 1904-1905 ont été inaugurées, au rez-de-chaussée, la salle des antiquités (...)

51La recension des découvertes faites qui emplissent en un temps record les musées du Bardo21, de Sousse, et le tout nouveau musée de Sfax, sans compter les envois au musée du Louvre et les différents dons, est époustouflante. Elle paraît même presque incompréhensible lorsqu'on prend en compte les ennuis de santé de Gauckler, sur lesquels nous reviendrons. Les récoltes de l'année 1904-1905 furent quantitativement les plus importantes de l'histoire de l'archéologie tunisienne.

52Comment Gauckler organisait-il avec si peu de moyens ces investigations sur l'ensemble du territoire tunisien ? La réponse à cette question situe la place d'Uppenna dans la hiérarchie des interventions de la Direction des Antiquités.

53Gauckler dissocie deux types de chantiers : « les chantiers les plus importants sont dirigés par les fonctionnaires du Service des Antiquités et Arts en personne ; les autres par des collaborateurs bénévoles, fonctionnaires d'autres administrations ou officiers, sous le contrôle direct et constant du Directeur des Antiquités. » (Note, p. 3).

  • 22 À Carthage, « nous avons décidément renoncé aux sondages sporadiques et à la recherche du bibelot (...)
  • 23 À Dougga « C'est plutôt une œuvre de conservation que de découvertes nouvelles que nous avons entr (...)
  • 24 « Dans le Sud tunisien, l'exploration méthodique du Limes tripolitanus se poursuit avec le concour (...)

54Les trois grands chantiers de 1900 à 1904 sont ceux de Carthage22, de Dougga23, du Limes tripolitanus24.

55Dans le deuxième type de chantiers, apparaît Uppenna. Voici en quels termes, pour la première fois, dans le Justificatif (p. 5) :

56« À côté de nos trois grands chantiers, dont l'activité ne s'est jamais ralentie depuis quatre ans, nous avons profité de toutes les occasions qui s'offraient à nous pour pratiquer à peu de frais des recherches intéressantes et productives, en utilisant les bonnes volontés qui s'offraient à nous et les concours de tous genres que nous avons sollicités des municipalités, de l'autorité militaire, des fonctionnaires civils et des colons.

  • 25 Gauckler omet de faire la dissociation entre les églises de Sidi Abich et d'Uppenna.

57Les fouilles de Thina, d'Uppenna, de Bulla Regia, de Thabraca, d'El Djem n'ont été rendues possibles que grâce aux nombreuses collaborations que nous nous sommes ainsi assurées ; celles-ci nous ont permis d'exécuter à peu de frais un travail considérable, et de découvrir des œuvres d'art et des inscriptions de premier ordre, tout en dotant la Tunisie d'une série de nouveaux monuments romains destinés à devenir un but d'excursion et une attraction pour les touristes qui apportent et laissent leur or en ce pays : les thermes publics de Thina, la basilique de l'évêque Paulus, primat de Maurétanie25 et celle de l'évêque Honorius à Uppenna, la maison romaine à un étage de Bulla Regia, le monastère de Thabraca. »

58Le Rapport de 1904-1905 fixe la hiérarchie des interventions au moment où P. Gauckler est éloigné de la Direction. Uppenna a accédé à la quatrième position.

59Il est précédé en « 1° du chantier de Carthage dirigé par M. Gauckler assisté de M. Drappier », en « 2° du chantier de Dougga dirigé par M. Gauckler et conduit sur place par MM. Sadoux et Poinssot », en « 3° du chantier de Tabarka dirigé par M. le Capitaine Benet ».

  • 26 Le mausolée de Jemajeur, la grande basilique de Segermes, une collection d'ex-voto d'un sanctuaire (...)

60Uppenna précède respectivement en 5° l'exploration du Limes tripolitanus par les officiers du Service des Affaires indigènes, en 6° les fouilles de Sousse, en 7° les fouilles de Dar Zmela près de Kneissia, en 8° les fouilles d'El Djem, en 9° l'exploration des thermes de Thenae près de Sfax, en 10° l'achèvement du déblaiement et de la mise en état de la maison romaine à étage de Bulla Regia, en 11° les restes du sanctuaire à Saturne de Djebel Djelloud près de Tunis, en 12° des fouilles diverses (qui concernent onze sites !)26.

61Le texte intégral de la partie du Rapport manuscrit concernant les basiliques d'Uppenna et de Sidi Abich « Chantiers d'Uppenna et de Sidi Abich dirigés par MM. Robin et Cœytaux » se trouve en Annexe de ce tome (p. 243) et fig. 451-452 (p. 245-246).

  • 27 À Carthage, dégagement « sur le sol d'un oratoire... dans un couvent ou une demeure épiscopale, de (...)
  • 28 À Tabarka, les fouilles de la basilique menées par le Capitaine Benet inciteront Gauckler à une pr (...)
  • 29 Dont la découverte fera l'objet d'une annonce au ministère de l'Instruction Publique, le 3 mars 19 (...)

62Une autre donnée doit être prise en compte dans l'évaluation de la place d'Uppenna dans la hiérarchie des interventions de la Direction des Antiquités : il s'agit d'une basilique chrétienne. Or, il est intéressant de constater que cette période de l'activité de Gauckler en Tunisie, la dernière, est marquée par un grand intérêt pour les investigations dans le domaine de l'archéologie chrétienne dont on trouve la manifestation, en plus d'Uppenna et de Sidi Abich, dans le Rapport des travaux de 1904-1905, sur les sites de Carthage27, de Tabarka28, aux catacombes d'Hadrumète, à la basilique de Segermes, aux nécropoles païenne et chrétienne d'Hadjeb el Aioun, aux ateliers de poteries chrétiennes d'Henchir es Srira29.

63Par comparaison, on observe que dans le premier justificatif des crédits, rédigé par A. Merlin et correspondant aux fouilles de l'année 1906, aucune intervention concernant l'archéologie chrétienne n'est mentionnée (anff 17/17236).

64Cette orientation de Gauckler en 1904-1905 détermine évidemment la nature de ses échanges avec P. Monceaux et le Père Delattre.

ROBIN POURSUIT SES INVESTIGATIONS AVEC DES DIFFICULTÉS CROISSANTES SUR FOND DE CONFLIT GAUCKLER-CARTON

65Robin fut incontestablement la cheville ouvrière des fouilles. Dans l'appréciation du bilan de son intervention, nous sommes cependant tenus de constater combien son action fut conditionnée, en plus de son dévouement et de son inexpérience initiale, par trois éléments : un manque de disponibilité, ses propres centres d'intérêt et, enfin, le conflit entre Gauckler et le Dr Carton ou, si on préfère, entre la Direction des Antiquités et la Société Archéologique de Sousse.

66Un manque de disponibilité. Son action est celle d'un bénévole qui n'a pas été déchargé de ses activités professionnelles. On peut certes penser que les liens entre la Délégation générale aux Travaux publics et la Direction des Antiquités étaient de nature à justifier un certain assouplissement de son emploi du temps. Ses supérieurs étaient au courant, dès le premier jour, de son activité. Ils le demeurèrent. Il est significatif que bien des lettres qu'il adressait à Gauckler portaient le tampon de la subdivision d'Enfidaville et de l'arrondissement de Sousse. D'éventuels aménagements dans l'emploi du temps ne pouvaient cependant aller jusqu'à un allègement, en raison de l'ampleur et de l'urgence des infrastructures à réaliser alors dans la voirie tunisienne.

67Tenons compte aussi du fait qu'on n'avait pas alors les facilités de déplacement que nous avons de nos jours : on allait à Uppenna « en charrette ». Il n'était donc pas question de passer tous les jours, en coup de vent, sur le site.

  • 30 Le 14 décembre 1904 : « J'ai été atteint il y a quelques jours d'un accès de fièvre paludéenne... (...)

68Les lettres témoignent de ce manque de disponibilité aggravé quelquefois par des problèmes de santé30.

69Pendant son absence, les travaux continuent sans supervision. Ainsi, le 16 décembre 1904, rendant compte de sa reprise d'activité après les problèmes de santé qu'il venait de connaître, il écrit : « Je me suis rendu ce matin aux fouilles qui pendant ma maladie avaient été dirigées suivant mes indications. Il a été fait des découvertes assez intéressantes. Cette note n'étant point un rapport, je ne vous en signalerai qu'une partie... » Suivent cinq éléments constitutifs de « cette partie » dont le premier n'est autre que la mosaïque d'abside « dont le milieu manque sur un mètre trente environ » et dont le cinquième est décrit ainsi : « de nombreuses autres mosaïques avec inscriptions ou ornementales dont je n'ai pu prendre encore le croquis, car il faudrait les poncer. En levant le plan dimanche, je repérerai ces différentes mosaïques ».

70Le 5 janvier, il précise : « J'ai fait une visite rapide aux fouilles ce matin à midi ; il a été découvert à côté de l'ancien baptistère qui est surélevé, et lui attenant, une construction analogue » (il décrit et dessine la cuve carrée du « premier baptistère »).

71La deuxième limite tient à ce que nous pourrions appeler ses centres d'intérêt ou l'utilisation de ses compétences. Le 19 février, nous apprenons qu'il a découvert une conduite d'eau qu'il a fait suivre sur un kilomètre et demi. Il a pris la liberté d'y affecter quatre hommes pour dégager les regards. Passionné par cette adduction d'eau, il augmente l'équipe de journaliers (lettre du 23 février), en décrit avec technicité les éléments constitutifs, demande à Gauckler un livre traitant des conduites d'eau romaines ! (fig. 61-62).

72Ce fonctionnaire de Ponts et Chaussées est maintenant dans son élément ; le service hydraulique dépendait en effet des Travaux Publics. Très probablement se sent-il alors bien plus à son aise avec des adductions d'eau qu'au milieu d'inscriptions chrétiennes.

  • 31 En effet, l'« Enquête sur les installations hydrauliques romaines en Tunisie » avait été imposée p (...)
  • 32 L'Avenir du Centre, 4 juin 1905 : « Une excursion à Upenna ».
  • 33 Dans le manuscrit du Rapport sur les travaux de la Mission archéologique française de Tunisie en 1 (...)

73Mais les crédits des fouilles sont limités et un tel changement d'orientation ne devait pas être du goût de Gauckler qui attendait toujours le rapport de synthèse ! Gauckler ne pouvait cependant contrarier cette inclination de Robin pour les installations hydrauliques de l'Afrique romaine31. Robin eut, de fait, le dernier mot puisque la Direction Générale des Travaux Publics lui ouvrit un crédit pour l'étude de l'aqueduc souterrain (lettre de Robin à Drappier, du 25 mai). On escomptait même que cet aqueduc procurerait au village d'Enfidaville « une eau abondante et d'excellente qualité »32. Gauckler avait lui-même convenu de l'importance de la découverte33.

Fig. 61-2. Lettre de Robin à Gauckler, en date du 23 février 1905. Le texte est reproduit en Annexe, ci-dessous, p. 217-218.

74Le conflit entre le Dr Carton et Paul Gauckler fut un très lourd handicap pour Robin et la suite des investigations sur le site, peut-être pour Gauckler lui-même, sans qu'on puisse avancer que le Dr Carton en ait tiré un quelconque avantage intellectuel.

75La forte personnalité et l'activité du Dr Carton, médecin militaire, s'accommodait mal de la tutelle de la Direction des Antiquités et, pour tout dire, de toute tutelle. Les successeurs de Gauckler, particulièrement Louis Poinssot, se heurtèrent, d'ailleurs, jusqu'à la mort du Dr Carton en décembre 1924, à cette personnalité incontournable bénéficiant au surplus d'un vaste réseau d'influences.

76Uppenna va servir de terrain idéal à l'affrontement Gauckler-Carton. À qui revenait le mérite de l'invention du site ? Qui avait initié Robin ? La découverte de la grande mosaïque des martyrs, celle de tant de mosaïques funéraires rendirent très vite le site d'Uppenna célèbre et avivèrent donc les passions. À ces deux premières questions s'ajoutaient les deux suivantes qui concernaient l'avenir immédiat : que devait devenir le site ? qui publierait l'étude de synthèse ?

  • 34 Le meilleur témoignage de la conception que se faisait Gauckler est contenu dans le texte d'une lo (...)
  • 35 Le Dr Carton, pronostiquant que les relevés et plans de la basilique d'Uppenna ne seraient probabl (...)
  • 36 Dr Carton, ibid., p. 63.

77Cette opposition entre deux hommes recouvrait en effet un conflit de compétence entre une Direction des Antiquités très centralisatrice34, légaliste, que Gauckler avait considérablement dynamisée mais qui était de ce fait débordée de travail et qui publiait peu, ce qu'on lui reprochait35, et la toute jeune Société Archéologique de Sousse, dont les statuts avaient été signés le 13 avril 1902, à laquelle adhéraient les personnes les plus influentes de la région, qui avait aux dires de son président « le devoir de faire connaître toutes les découvertes et les fouilles importantes faites dans sa région qu'elles l'aient été ou non sous ses auspices »36.

  • 37 Les points d'appui de ces interventions sont les officiers du Camp des Tirailleurs – qu'une dépêch (...)

78Il ne fait guère de doute que le Dr Carton entendait faire disposer la Société Archéologique de Sousse d'une large autonomie sur tout ce qui touchait à l'archéologie dans le Sahel. Il est juste aussi de considérer que, jusqu'à ces dernières années, la Direction des Antiquités était peu active dans le Sahel. La montée en puissance de ses investigations dans la région avec trois points d'ancrage, Sousse37 et, symétriquement, au nord Uppenna et Sidi Abich, au sud El Djem, est concomitante des premières activités de la Société Archéologique de Sousse. Les intervenants, au nom de la Direction des Antiquités, sont tous membres de la SAS.

79Gauckler, statutairement un des présidents d'honneur de cette Société, avait sans doute pensé, au départ, que la Société se révélerait une auxiliaire très utile, mais à la condition qu'elle ne disposât pas d'autonomie. C'est pourquoi la question « Qui est intervenu en premier à Uppenna ? » n'a pour Gauckler pas de pertinence puisque la SAS ne saurait avoir d'existence en dehors de la sphère de la Direction des Antiquités.

  • 38 En témoigne cette lettre de Héron de Villefosse au Père Delattre, datée du 16 octobre 1904, conser (...)
  • 39 Extraits de la correspondance de Héron de Villefosse, un des plus farouches adversaires de Gauckle (...)

80L'opposition Gauckler-Carton, antérieure aux fouilles de la basilique d'Uppenna38, dépassait le cadre d'un conflit de volontés et d'ambitions. Elle exprimait une incompatibilité entre les affirmations d'un pouvoir central officiellement d'obédience beylicale, ce qui n'était pas nécessairement un élément de puissance, et l'expression d'un régionalisme ou provincialisme de caractère européen, reposant sur le bénévolat. Toutefois, depuis fin 1904, le Dr Carton ne réside plus dans le Sahel, mais a gagné Carthage et sa banlieue, la célèbre villa Stella à Khereddine, par suite de son affectation comme médecin major à l'Hôpital militaire de La Goulette. Le président des « Sites et monuments du Touring Club de France » est surtout président de T« Institut de Carthage » qui assure la publication de la Revue Tunisienne. Il continue néanmoins à diriger la Société Archéologique de Sousse et bénéficie dans la capitale du Sahel de la bienveillance de la rédaction de l'hebdomadaire L'Avenir du Centre qui a succédé, en janvier 1905, à L'Avenir de Sousse. Il est donc incontournable, et parce qu'encore plus proche, à tous les sens du terme, des milieux dirigeants européens, redoutable et redouté. Celui que même ses meilleurs soutiens qualifiaient d'« agitateur » ou de « terrible président de la Société Archéologique de Sousse » pouvait se révéler extrêmement dangereux39.

  • 40 Expression employée par Robin dans sa lettre à Gauckler en date du 17 février 1905 : « Je ne pouva (...)

81Robin se trouvait donc entre l'enclume et le marteau. Pendant trois mois, jusqu'au début février 1905, sa position que nous qualifierions de « cohabitationniste » ménagea les apparences d'un calme trompeur où chacun pouvait nourrir l'espoir de l'emporter sur l'autre. Robin bénéficiait en effet d'une délégation de pouvoir de la Direction des Antiquités, mais il était lié aux « notabilités de Sousse »40 par au moins trois fils, le contact initial avec le Dr Carton, sa propre appartenance à la Société Archéologique de Sousse, sa subordination à l'ingénieur des Ponts et Chaussées en charge de l'arrondissement qui était vice-président de cette Société.

82Ce calme trompeur fut brisé par l'article de L’Avenir du Centre en date du 5 février 1905, article signé très improprement « Candide » dont l'inspirateur ne pouvait être autre que le Dr Carton. C'est un article révélateur, à plus d'un titre, du climat de cette époque ; il est donc reproduit en Annexe (p. 262-264).

  • 41 « Le Centre aujourd'hui endormi en un sommeil léthargique administrativement entretenu reste la co (...)
  • 42 Il faut s'opposer à « la prétention émise de vouloir dans l'intérêt de l'Art déflorer ainsi un des (...)

83Le motif officiel de la rupture est l'intention prêtée à la Direction des Antiquités de « faire procéder le plus tôt possible à l'enlèvement de [la mosaïque des martyrs] pour la transporter au Musée du Bardo », avec ce cri du cœur de « Candide » : « Quels Vandales, ces savants ! » L'auteur conduit sa démonstration à partir de deux thèmes croisés : l'exaltation du Centre Tunisien41, l'exaltation du passé chrétien de l'Afrique et de la mémoire des martyrs42.

84Chacun de ces deux Thèmes pouvait être très mobilisateur.

  • 43 Jean Ganiage a bien mis en évidence l'agitation endémique d'une colonie française peu nombreuse, r (...)

85Le premier alors que le milieu européen était en pleine campagne électorale en vue des élections générales du 19 mars 1905 pour la composition nouvelle de la Conférence consultative, élue pour la première fois au suffrage universel43.

  • 44 Rappelons trois événements contemporains de la période des fouilles d'Uppenna :

86Le deuxième thème développé visait aussi à trouver des oreilles attentives chez les autorités ecclésiastiques, à flatter le sentiment chrétien de la population européenne à une époque où la situation était très ambiguë. D'un côté, en France, on s'achemine, après la tourmente des années passées et du ministère Combes, vers la séparation de l'Église et de l'État, et les journaux de Tunisie en 1905 accordent beaucoup d'attention à cette évolution44. Mais de l'autre côté de la Méditerranée, en Tunisie, l'exaltation du passé romain et chrétien, enfermant dans une grande parenthèse des siècles toute la conquête arabe, est considérée comme une des justifications idéologiques de la présence française. Le respect de la mémoire des martyrs, la recherche des racines « sacralisent » l'œuvre actuellement entreprise ici.

  • 45 On croirait presque entendre, à plus de vingt ans de distance, l'écho du dialogue de Gambetta et d (...)

87Il serait faux de croire qu'en Tunisie, seuls les milieux cléricaux communiaient à cette idée. L'idéalisation du passé romain et chrétien du pays – les deux étant liés avec une grande souplesse dialectique et historique – constituait un dénominateur commun à bien des Européens, quel que soit par ailleurs leur positionnement sur l'échiquier politique français de l'époque ou leurs propres convictions personnelles45. Ainsi, L'Avenir du Centre qui accueille l'article de « Candide » et qui ouvrira par la suite sans compter ses colonnes aux attaques contre Gauckler est un journal dont le seul positionnement proclamé est d'être « l'organe des intérêts agricoles, commerciaux, industriels, miniers de la région ».

  • 46 « C'est en juin dernier que M. le Dr Carton passant à l'Enfida avec son régiment pour se rendre à (...)

88La fin de l'article de « Candide » dans L'Avenir du Centre donnait réellement le signal des hostilités à propos d'Uppenna en conférant au Dr Carton la paternité de la découverte, avec la caution de l'armée46, en faisant de la Société Archéologique de Sousse la dispensatrice des premiers subsides, et surtout en tentant d'attirer Robin du bon côté de la barricade : « M. Robin doit publier le résultat de ces fouilles si intéressantes dans un des prochains numéros du Bulletin de la SAS, à qui revient l'initiative des travaux ayant amené cette belle découverte. » Cela ne manquait pas d'habileté car Robin, en faisant ce bon choix, pouvait écrire sous son nom alors qu'autrement il était condamné à fournir le rapport détaillé que Gauckler attendait pour le publier...

  • 47 « La première excursion de l'année 1905 aura lieu le dimanche 26 février aux ruines de la basiliqu (...)

89La deuxième salve de cette guerre entre la Direction des Antiquités et la Société Archéologique de Sousse fut tirée neuf jours plus tard avec l'envoi aux membres de la SAS, par le bureau de cette association, d'une invitation à visiter les ruines d'Uppenna. La lettre était datée du 14 février et donnait rendez-vous le 26. Le texte de cette invitation montre bien la poursuite de la manœuvre de captation de Robin présenté comme « membre correspondant de la SAS chargé des fouilles »47, qui se trouve dans une position de plus en plus inconfortable.

  • 48 Les archives de l'INP contiennent les réponses :
  • 49 Dans L'Avenir du Centre du 2 avril 1905, à propos d'une recension du Bulletin de la Société archéo (...)

90P. Gauckler fait interdire la visite, écrit tout azimut pour isoler le Dr Carton, désolidariser de lui les autres membres de la Société Archéologique de Sousse et tente même de désintégrer cette association par des démissions provoquées48, croyant peut-être affaiblir l'adversaire là où il était devenu moins présent49.

  • 50 Article intitulé « Mesquinerie administrative » dans lequel l'auteur fait précéder le rappel des m (...)
  • 51 Le Courrier Tunisien, journal républicain radical dont c'était le 27 février le premier numéro et (...)
  • 52 Menaces précises avec le vote d'un blâme pour la Direction des Antiquités qui serait transmis à M. (...)

91La riposte vient par des articles véhéments de L'Avenir du Centre, le 26 février50, et du Courrier Tunisien, le 2751, qui ajoutent peu dans l'argumentation si ce n'est des menaces à la fois précises et voilées à l'encontre de P. Gauckler52 et qui marquent le début d'un état de guérilla quasi-hebdomadaire dans les colonnes de L'Avenir du Centre sous forme de petites chroniques. La diffusion des attaques dans la presse de la capitale tunisienne contribuait à un affaiblissement de la position de Gauckler, ce qui était le but recherché par les différentes personnes qui œuvraient à son départ.

  • 53 La démission de Robin ne sera pas enregistrée, son nom figurant toujours dans la liste des membres (...)

92Ces attaques contraignirent Robin à démissionner de la SAS bien tardivement, le 20 mars, après la parution d'un article dans L'Avenir du Centre du 19 mars, intitulé « Simple réponse » dans lequel Gauckler était qualifié de « pacha ombrageux et omnipotent »53. Le lendemain, il annonce dans l'avant-dernière lettre – conservée – adressée à Gauckler, qu'il part pour vingt jours à 30 km d'Enfidaville travailler à la réalisation de la route de Zaghouan...

LES AUTORITÉS ECCLÉSIASTIQUES S’INTÉRESSENT À UPPENNA

93Les fouilles d'une basilique chrétienne et la découverte de la grande mosaïque des martyrs ne pouvaient qu'intéresser au plus haut point les autorités ecclésiastiques. Tout le déroulement du chantier va en être infléchi rapidement.

94Au début de décembre 1904, l'abbé Emmanuelli, curé d'Enfidaville, sensibilise son évêque (fig. 7). Il a obtenu de Robin l'assurance que les ossements des martyrs pourraient être déposés dans l'église paroissiale. Ce dernier avait-il mandat pour faire une telle promesse ? L'abbé Emmanuelli souhaite obtenir des mosaïques. Le 15 décembre 1904, Gauckler promet à cet abbé quelques mosaïques mais pas la mosaïque des martyrs « qui constitue un document capital pour l'histoire de l'Afrique chrétienne ». « Je ferai en sorte, ajoute le Directeur des Antiquités, de concilier, à la fois, les intérêts de la Science et les sentiments très respectables et très légitimes des habitants d'Enfidaville » (fig. 8).

Fig.7. L’abbé Emmanuelli annonce la découverte de la grande mosaique des martyrs. Lettre à l’Archêque de Carthage, le 2 décembre 1904. (Fonds Prélature).

  • 54 L'absence du Père Delattre de Tunisie en décembre 1904, moment où il effectue un pèlerinage à Rome (...)

95Le véritable interlocuteur de Gauckler, parmi les personnalités ecclésiastiques, ne pouvait être que le Père Delattre pour des raisons à la fois évidentes et complexes54.

96Les relations du Père Delattre et de Gauckler remontent alors à plus de douze ans, c'est-à-dire à l'année 1892 où Gauckler, âgé de vingt-sept ans, est nommé Inspecteur du Service des Antiquités. Au risque de trop simplifier, on peut énoncer ainsi ce que représente le Père Delattre : il symbolise la Carthage du cardinal Lavigerie, sa personnalité et son autorité scientifique sont incontestées, il est la référence en archéologie chrétienne. Pour beaucoup de personnes en Tunisie, dont certaines ne voyaient même pas la nécessité d'un service officiel des Antiquités, il incarne l'Archéologie.

  • 55 Le Cardinal Lavigerie adresse le 15 février 1881 une « Lettre à Monsieur le Secrétaire perpétuel d (...)
  • 56 Se reporter à la n. 6, p. 29, troisième paragraphe.
  • 57 Chaque année, le 31 décembre, P. Gauckler signe l'arrêté ministériel confirmant au Père Delattre l (...)
  • 58 Note de R. Cagnat, non datée ANF F 17/2854-1 – « La position seule de M. Gauckler qui est notre re (...)

97Les Pères Blancs et donc le Père Delattre avaient un monopole à Carthage55 et disposaient du musée Saint-Louis – dont ils se considéraient comme les propriétaires – enrichi par le produit des fouilles du Père Delattre. Ce dernier jouissait de moyens d'investigation, prodigués notamment par l'Institut de France, bien supérieurs à ceux du Service des Antiquités56, et la situation de Gauckler, pourtant institutionnellement détenteur de la puissance publique57, pouvait paraître au début à ce point modeste qu'on jugea nécessaire de justifier par cette modestie sa cooptation comme membre non résidant du Comité des travaux historiques et scientifiques en décembre 189458.

  • 59 Correspondance de P. Gauckler à X. Charmes, directeur de la Comptabilité au ministère de l'Instruc (...)
  • 60 P. Gauckler communique au Père Delattre, le 4 janvier 1894, le projet d'arrêté de classement des p (...)

98Gauckler voulut imposer l'autorité de son service à Carthage. En 1894, il fait prendre un arrêté ordonnant une enquête en vue du classement de dix-neuf secteurs de Carthage au titre de monuments historiques, de façon à neutraliser la spéculation et préserver l'avenir. La réaction de l'Archevêché de Carthage, le premier visé, fut brutale mais Gauckler indiqua que la liste qu'il avait proposée avait été établie en accord avec le Père Delattre59, ce qui constituait très certainement une affirmation excessive60.

Fig. 8. P. Gauckler répond à l'abbé Emmanuelli le 15 décembre 1904. L'écriture n'est pas celle de Gauckler : il dictait une grande partie de son courrier. La signature est bien la sienne (Fonds Prélature).

99Carthage devient très vite le premier chantier en importance de la Direction des Antiquités. Petit à petit, les fouilles de Gauckler concernent aussi la Carthage chrétienne : basilique chrétienne de Dermech, couvent de Saint-Étienne notamment.

100En 1905, au moment des fouilles de la basilique d'Uppenna, le Père Delattre et P. Gauckler arrivent au terme d'une cohabitation institutionnelle éprouvante pour l'un et l'autre. Les lettres et notes de Gauckler conservées aux Archives Nationales de France, la correspondance Delattre dans les archives des Missionnaires d'Afrique à Rome, livrent des informations étonnantes sur le face à face de ces deux personnalités qui avaient alors entre leurs mains le destin de l'archéologie en Tunisie.

101Je renvoie, sur ce point, au développement du ch. IV : « À propos d'Uppenna, rencontres, passions et vision de l'histoire. Paul Gauckler et le Père Delattre. Une cœxistence conflictuelle » (p. 171-181).

102La difficulté des relations Delattre-Gauckler interfère avec le dossier d'Uppenna par trois aspects :

  • Le chantier de cette basilique a vu, pour la première fois en Tunisie et au surplus en dehors de Carthage, la substitution des autorités ecclésiastiques à une maîtrise d'œuvre de la Direction des Antiquités. La déficience des relations Delattre-Gauckler a certainement accentué la gêne du Père Delattre pour intervenir en dehors de son terrain de prédilection, Carthage. Nous déduisons à la lecture de sa correspondance que les fouilles d'Uppenna furent source de préoccupation pour ce religieux qui les a suivies d'assez près et qui apparaît, malgré sa participation aux Missions de 1905 et 1906, comme le grand témoin presque silencieux. Nous verrons cependant, les causes se cumulant, que cette réserve s'expliquait aussi par un manque de cohésion entre les personnalités ecclésiastiques en charge du dossier (cf. ch. IV : « La Commission ecclésiastique et la recherche des reliques », p. 187-193).
  • Le Père Delattre vit les premières années du vingtième siècle, et tout particulièrement les mois correspondant aux investigations à Uppenna, dans l'attente de l'épreuve de la persécution. Cette angoisse est liée à l'évolution de la situation en France, au statut qui sera réservé aux Congrégations, mais aussi aux « agissements » de Gauckler qui souhaite depuis de nombreuses années que le musée Saint-Louis (ou Lavigerie) soit intégré au Service des Antiquités. Dans un tel environnement, toute découverte archéologique concernant le passé chrétien est considérée par le Père Delattre comme un signe de la Providence. Archéologie chrétienne et ecclésiologie sont ici inséparables.
  • Le troisième aspect tient à l'intérêt de Gauckler pour l'archéologie chrétienne. Nous avons déjà apprécié combien cette période de l'activité de Gauckler avait été riche en investigations du passé chrétien de la Tunisie. Il serait trop simpliste de n'y voir que l'expression d'une rivalité avec le Père Delattre et l'affirmation que rien de ce qui est archéologique ne saurait lui être étranger.

103Situation paradoxale de la période débouchant sur la séparation de l'Église et de l'État dans la mesure où la recherche historique et archéologique en France fut rarement autant sensibilisée que durant ces années à l'histoire et à l'archéologie chrétiennes. Cette attirance dépasse la personne de Gauckler. Il suffit pour s'en convaincre de lire le sommaire des publications scientifiques bac, bsnaf, crai , etc. Cet intérêt explique les subventions de l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres que continuent de recevoir le Père Delattre, par exemple pour la basilique de Mcidfa de 1906 à 1909, l'abbé Leynaud pour les Catacombes de Sousse et bien d'autres. Intérêt dont le témoignage le plus éloquent est sans doute la nature de l'édifice intellectuel que bâtit durant ces années Paul Monceaux et son retentissement.

104Toute publication éventuelle de la part de Gauckler sur les basiliques chrétiennes, donc sur Uppenna, sous-tendait un accord intellectuel ou au minimum un échange de civilités entre lui, le Père Delattre et Paul Monceaux. La crédibilité des affirmations ecclésiologiques de Gauckler gagnerait à la constitution d'un triangle Paul Gauckler/le Père Delattre/Paul Monceaux dont Gauckler serait certes le premier bénéficiaire, mais dont il ne pourrait être le seul à tirer profit. Le Père Delattre est ainsi tenu au courant, son avis est sollicité. Paul Monceaux, de son côté, reçoit des informations quasi hebdomadaires en ce début d'année 1905 sur les découvertes (cf. ch. IV, p. 182-186).

105Les conditions d'une synergie Delattre-Gauckler n'étaient évidemment pas idéales.

106De la correspondance du Père Delattre à propos d'Uppenna, reproduite en Annexe de ce tome, nous disposons seulement de deux lettres à Gauckler, en date du 2 janvier et du 16 février 1905 (p. 254). Ces deux lettres constituent d'ailleurs des réponses. Dans la première, publiée en fac-similé au chapitre III, p. 161 (fig. 29), il remercie de l'offre que lui a faite Gauckler d'assister à la levée de la grande mosaïque des martyrs et à l'ouverture des tombes, et ajoute que l'Archevêque de Carthage avait déjà songé à le désigner pour le représenter !

107Les deux lettres conservées de Gauckler au Père Delattre, datées du 14 et du 21 février 1905 (p. 240-241), encadrent la deuxième lettre du Père Delattre adressée le 16 février. Ces trois courriers illustrent de manière caricaturale l'état des relations du Directeur des Antiquités et du Père Blanc. Alors que le Père Delattre devait visiter en compagnie de Gauckler la basilique d'Uppenna, ce dernier, victime d'un refroidissement, délègue son second Sadoux qui, au dernier moment, fait faux bond croyant être rappelé d'urgence à Tunis par un télégramme bien réel de Gauckler !

108En février 1905, les découvertes s'étant multipliées, « le clergé était disposé à faire les frais d'une chapelle sur l'emplacement du tombeau des martyrs ». Nous le lisons dans une des deux lettres de Robin à Gauckler du 6 février écrites le lendemain de la parution de l'article de L'Avenir du Centre. Robin semble d'abord indiquer que c'est Gauckler qui vient de lui apprendre les intentions du clergé. La suite du texte montre qu'il n'en est rien. Robin a des idées, multiplie les propositions, se propose d'établir des devis pour l'édification d'une chapelle sur le tombeau des martyrs, la construction du logement du gardien, la clôture des fouilles, la protection des mosaïques par des châssis vitrés. Son idée rejoint en réalité une proposition vigoureusement plaidée par le journal de Sousse. « Il semble que ces mosaïques, placées dans un musée ou une église, ne présenteraient pas tout l'intérêt qu'elles ont sur place », ose-t-il plaider à Gauckler.

109Une telle perspective n'était pas pour déplaire aux autorités de la Société franco-africaine. Le régisseur du domaine, M. Cœytaux, avait écrit en effet à Gauckler dès le 24 janvier :

110« Il paraît que le clergé tiendrait à ce que les mosaïques, surtout celle des martyrs, restent en place, je crois qu'ils ont raison et je suppose que de votre côté, vous n'y ferez pas opposition, surtout s'ils s'engagent à y faire une construction ad hoc pour en garantir la conservation. Voyez-vous que Chigarnia devint un jour un lieu de pèlerinages, un Lourdes africain, ce serait épatant pour notre contrée, financièrement parlant. »

  • 61 En ce qui concerne Gauckler, se reporter au ch. IV : « Paul Gauckler et le Père Delattre. Une cœxi (...)

111L'évocation en ces termes d'un « Lourdes africain » ne manquait certainement pas de sel, surtout ici dans le cadre d'une correspondance entre deux personnes qui avaient en commun d'être membres de l'Église réformée française de Tunis61.

  • 62 Information obtenue auprès de M. Édouard de Cazalet, ancien président de la Société Marseillaise d (...)

112La Société du domaine de l'Enfida était déjà prête à s'engager pour les frais de protection à hauteur d'une somme de 2 à 3 000 francs, contribution dont Robin estimait qu'elle pourrait être multipliée par deux (lettre du 9 février). Le principe de cette subvention ne posait certainement pas problème, l'Archevêché de Carthage étant le plus gros actionnaire en Tunisie de la Société franco-africaine de l'Enfida !62

  • 63 La date du 18 mai 1905 est donnée par les Procès-Verbaux d'une double Mission archéologique (p. 7) (...)

113Trois mois plus tard, le 11 mai 190563, l'Archevêque de Carthage, Mgr Combes, visite les vestiges de la basilique d'Uppenna.

  • 64 « Ce sera une journée mémorable celle où on pourra enlever la mosaïque et mettre au jour les corps (...)

114La position officielle de l'Église semble devoir se résumer ainsi : option minimale d'une présence sur place avec un petit oratoire au-dessus de l'emplacement des martyrs, impossibilité d'une conservation intégrale de l'ensemble de la basilique et priorité donnée à la découverte, le plus tôt possible, des reliques des martyrs. Nous le déduisons de la lecture du récit de cette visite par le vicomte de Chaignon64 et des quelques lignes du préambule des P.V. d'une double Mission archéologique, p. 7 (ici p. 271), qui rappellent en ces termes la visite de l'Archevêque de Carthage :

115« Sa Grandeur fut émerveillée et émue par l'étonnant spectacle de ces mosaïques parfaitement conservées, pour la plupart dans un état de fraîcheur remarquable ; mais sa piété la retint surtout auprès de la mosaïque des seize Martyrs. Sa première pensée fut la nécessité de faire ouvrir le monument en vue de constater ce qu'il cachait aux yeux et s'il contenait réellement les Reliques des Saints mentionnés. C'est dans ce but que Sa Grandeur Monseigneur l'Archevêque de Carthage institua la Commission ecclésiastique d'archéologie chrétienne chargée de pénétrer le secret de la Mosaïque sainte. »

116Nous comprenons aisément que la découverte des reliques, afin de pouvoir rendre un culte à ces martyrs, intéresse d'abord l'Archevêque de Carthage. Devoir pressant du souvenir, réhabilitation du passé chrétien, mais aussi légitimation de la renaissance de l'Afrique chrétienne. Certains escomptaient une reconnaissance par Rome et l'autorisation d'un culte.

117Cela signifiait néanmoins pour Uppenna qu'il n'y aurait pas conservation sur place des mosaïques ni sauvegarde du monument. La phrase admirablement balancée montre bien qu'il y a d'un côté le sentiment de l'émerveillement et de l'émotion devant ce que l'on voit – une quarantaine de mosaïques funéraires et les grands pavements – et de l'autre, la pensée – la première – de la nécessité de faire ouvrir le monument. Les deux ne sont pas sur un pied d'égalité !

118Il est possible que lors de sa visite, l'Archevêque de Carthage n'ait pas saisi que cette recherche des reliques des martyrs allait sacrifier définitivement le site tel qu'on le voyait. C'était pourtant inévitable car au pied de la mosaïque des martyrs, il y avait le tapis du chœur oriental dans lequel était insérée la mosaïque de l'évêque Baleriolus, et devant la cuve baptismale carrée se trouvait le pavement dans lequel était disposée la mosaïque de l'évêque Honorius. La mosaïque des martyrs ne serait pas seule enlevée mais aussi celles des deux évêques afin d'explorer leur tombe. Les reliques seraient cherchées non seulement sous l'emplacement de la mosaïque des martyrs mais aussi dans le périmètre du pavement du chœur oriental. Ce fut très exactement l'objectif des deux missions confiées à la Commission d'Archéologie chrétienne les 15 et 16 juin et le 5 juillet 1905.

119Comment ne pas regretter que cette conservation sur place n'ait pu être alors possible ? Mais comment ne pas considérer, aussi, que la méthode employée pour le dégagement trop rapide des pavements, de la mi-novembre 1904 à la fin février 1905, rendait totalement illusoire la perspective d'une présentation in situ ? Il suffit pour s'en convaincre de regarder les photos de l'époque (fig. 1, 2, 22, 48).

120Et la Direction des Antiquités ? L'ordre de « pénétrer le secret de la mosaïque sainte » n'est-il pas une atteinte aux prérogatives de cette administration, à l'autorité de Gauckler si sourcilleux de ses droits et devoirs en ce qui concerne la basilique d'Uppenna ?

121On peut certes répondre que cette décision correspondait aux vues de Gauckler telles qu'il les avait exprimées à l'abbé Emmanuelli le 15 décembre 1904, et au Père Delattre (cf. réponse du P. Delattre du 2 janvier 1905).

122S'en tenir à cette considération ne saurait suffire. On ne peut douter que Gauckler aurait tenu à présider en personne cette importante opération.

123Or il n'y sera pas et son absence ne sera même pas excusée dans les P.V. d'une double Mission archéologique.

MISE À L’ÉCART ET DÉMISSION DE GAUCKLER DE LA DIRECTION DES ANTIQUITÉS CONSÉQUENCES DE SON DÉPART POUR LES FOUILLES D’UPPENNA ET SUR L’ÉTAT DES PUBLICATIONS DÉROULEMENT DES DEUX MISSIONS ARCHÉOLOGIQUES DE JUIN-JUILLET 1905

  • 65 Sur la mise à l'écart de Gauckler et les conséquences tragiques qui en découlèrent pour lui, nous (...)

124La réalité est toute simple. La Direction des Antiquités est subitement décapitée avec la mise à l'écart de Paul Gauckler, en attendant la nomination d'Alfred Merlin le premier novembre 1905. Uppenna fera partie des tout derniers dossiers que Gauckler aura suivis en Afrique du Nord, en tant que Directeur des Antiquités65.

  • 66 Archives Nationales de Tunisie. Section d'État. Série E. Direction des Antiquités et Beaux-Arts, d (...)

125Les Archives Nationales de Tunisie officialisent le moment précis où Paul Gauckler fut contraint d'adresser sa démission au Résident Général ; c'était le 10 octobre 1905. « À la suite d'incidents dont j'ai entretenu verbalement le Département, M. Paul Gauckler, Directeur des Antiquités et des Beaux-Arts à Tunis vient de m'adresser sa démission que j'ai cru devoir accepter »66. Mais La Dépêche tunisienne avait annoncé, dès le 6 octobre, la future nomination de Merlin.

  • 67 Dans la note précédente, on lit que A. Merlin savait dès la fin du mois de septembre qu'il allait (...)

126Entre le moment de la mise en retrait ou à l'écart de Gauckler, celui où il quitte donc la Tunisie et celui de la démission officielle, il y eut un laps de temps de quelques mois correspondant en gros à la période estivale en Tunisie67.

127Étant donné les conséquences nécessairement très négatives du départ de Gauckler pour la poursuite et le bon déroulement des fouilles d'Uppenna, au moment précis où les choix décisifs se devaient d'être faits, nous devons essayer de déterminer avec le plus d'exactitude quand Gauckler cessa réellement de diriger le Service des Antiquités et de s'occuper directement d'Uppenna.

  • 68 P. Monceaux à Gauckler, le 16 janvier 1905 : « Tâchons de guérir nos grippes respectives ». Le 26 (...)

128Les lettres conservées à l'inp et adressées à Gauckler, entre janvier et mai 1905, ont toutes pour point commun que leurs auteurs s'inquiètent de la santé du destinataire ! Une recension de ces documents en note68 n'est pas inutile dans le cadre de notre enquête.

  • 69 Les ennuis de santé de Paul Gauckler étaient connus en 1892, au moment de sa nomination en Tunisie (...)
  • 70 P. Monceaux se permet une discrète allusion à l'absence de supervision du chantier par Gauckler da (...)
  • 71 G.-Ch. Picard lui rend hommage en ces termes : « Il fut sans doute l'un des meilleurs archéologues (...)

129Les ennuis de santé incontestables et qui allèrent en s'aggravant69 sont certainement de nature à expliquer pour une part, en tenant également compte de la multiplicité des interventions qu'il devait faire sur bien d'autres sites, qu'il fut très peu présent à Uppenna, bien trop peu pour une direction des fouilles efficace70 et cela contrairement à ses habitudes71.

130L'explication vaut pour la période janvier-février 1905. Mais à partir d'avril 1905, et sans mettre en cause la persistance de tels ennuis, il apparaît que se superpose une autre cause d'affaiblissement, la déstabilisation de la situation professionnelle du directeur des Antiquités.

  • 72 Lettres du Dr Carton au Père Delattre, datées des 17,19 et 30 avril 1905.
  • 73 Le jour où A. Héron de Villefosse visite Carthage avec ses amis, le Père Delattre et le Dr Carton (...)

131La fin du mois d'avril et le début du mois de mai sont marqués par l'arrivée de personnalités scientifiques ayant fait un crochet par la Tunisie à l'issue du Congrès des Sociétés Savantes d'Alger, notamment MM. Héron de Villefosse, président du Congrès, et de Saint-Arroman, directeur du Service des Missions scientifiques, personnalités qui sont tenues au courant des oppositions que suscite Gauckler, par l'activité débordante du Dr Carton, attestée dans la Correspondance Delattre72, et par la virulente attaque du redoutable directeur de La Tunisie française, Victor de Carnières, le 3 mai73.

  • 74 Le dernier témoignage de l'activité de Gauckler à Tunis, qu'il m'ait été donné de retrouver, est u (...)
  • 75 Avant d'être nommé Inspecteur, chef du Service des Antiquités et Arts dans la Régence, en avril 18 (...)

132Le mois de mai 1905 fut certainement décisif74. La maladie est encore évoquée pour justifier l'absence de Gauckler lors de la visite de l'Archevêque de Carthage, le 11 mai. Mais deux jours plus tard, une lettre du Secrétaire Général du Gouvernement tunisien informe le directeur des Antiquités que M. Merlin, agrégé de l'Université, avait été chargé de la recension des inscriptions latines découvertes en Afrique du Nord. On pourrait déduire que cette mission préparait la prochaine nomination de Merlin à la tête de la Direction des Antiquités suivant un procédé déjà utilisé pour ses prédécesseurs, de La Blanchère et Gauckler lui-même75. Toutefois, Merlin travaillait sur les inscriptions de Tunisie au moins depuis octobre 1904, date du début de sa correspondance – conservée – avec le Père Delattre.

  • 76 « Sousse, le 14 mai. Monsieur le Directeur, A la demande officielle que j'ai l'honneur de vous adr (...)
  • 77 La Direction de l'Enseignement supérieur ordonne, le 3 mai 1905, le versement à Gauckler des deux (...)

133La lettre écrite par l'abbé Leynaud le 14 mai, la dernière en date des lettres adressées à Gauckler et conservées dans les Archives de l'INP, est bien instructive. Elle est reproduite in extenso en note76. Gauckler y apparaît comme étant au courant de la visite de Mgr Combes, peut-être même son instigateur puisqu'il a adressé un télégramme au curé de Sousse pour le convier à y prendre part. Il est donc encore en fonction et apte à prendre des décisions puisque l'abbé Leynaud lui fait parvenir une demande de subventions et lui suggère de rendre public par voie de presse son montant. Mais nous comprenons aussi que la position de Gauckler est celle d'un fonctionnaire déstabilisé : « Vous avez été si bon pour moi que j'aime à vous considérer comme un véritable ami, et que je vous garde, croyez-le bien, avec une vive gratitude, mon entier dévouement ». Nous sommes en droit de conclure que le futur évêque d'Alger savait que ce serait sa dernière lettre à Gauckler-directeur des Antiquités, ce qui justifie la tonalité de l'ensemble de la missive, et que ce dernier consentirait bien volontiers à lui rendre un dernier service, peut-être au moment où il arrêterait l'état de la comptabilité de son Service77.

134Le même jour, le 14 mai, L'Avenir du Centre monte – ou descend – d'un nouveau degré dans l'agression par un entrefilet « Vandalisme », sur lequel nous reviendrons (texte en Annexe de ce tome, p. 264). L'intention est prêtée à Gauckler de transférer au musée du Bardo les mosaïques d'Uppenna pour « de simples motifs de fatuité ou de névrose archéologique ». Le journal suggère que Gauckler souhaiterait « dans la restauration, faire suivre de son nom la liste des bienheureux qui du haut de leur céleste demeure, demeureront passablement ahuris de cette addition... avant la lettre ». Il est clair, à la lecture de cette prose, « qu'on peut tirer à vue » contre le Directeur du Service des Antiquités.

135À la fin du mois de mai, les termes de fragilisation ou de déstabilisation seraient apparus à l'évidence dépassés pour définir la situation de Gauckler. Les membres de la Société Archéologique de Sousse se proposent de visiter le 28 mai les ruines d'Uppenna, preuve que l'interdit de Gauckler est considéré comme levé, ce qui paraît inquiéter Robin qui demande à Drappier quelle conduite tenir.

136Cette lettre, la dernière de Robin, en date du 25 mai 1905, est particulièrement instructive. D'abord parce que le destinataire en est Drappier et non Gauckler. La manière dont Robin cite Gauckler, dans un courrier adressé et appelé à être conservé à la Direction des Antiquités, confirme à la fois que celui-ci est toujours officiellement Directeur, qu'il n'est plus en Tunisie et que l'auteur de la lettre semble assuré qu'il n'y reviendra plus ès qualités !

137On apprend que les personnes qui travaillent à Uppenna dépendent directement de Robin. Celui-ci n'y intervient plus en tant que chargé de mission pour la Direction des Antiquités, mais comme un fonctionnaire d'autorité. Les ouvriers, affectés à une recherche archéologique de nature hydraulique, sont payés par son ministère de tutelle. Ce qui lui permet de lancer avec un feint détachement : « Ces fouilles vous appartiennent, puisque le terrain a été exproprié par vous et qu'elles ont été faites avec les fonds de votre Service. » Le chantier proprement dit de la basilique est donc arrêté. Depuis quand, nous l'ignorons.

  • 78 La somme de 150 fr, que réclame Robin et qui est équivalente à celle qu'il demandait à Gauckler po (...)

138Le post-scriptum de cette lettre nous informe que la Direction des Antiquités se désengage totalement du site à la date du 25 mai, car elle cesse d'assurer la maintenance du gardiennage78.

139Le compte rendu, dans L’Avenir du Centre du 4 juin 1905, de la visite des membres de la sas à Uppenna s'apparente au récit d'une cérémonie de la victoire pour le Dr Carton : « Dimanche dernier, un groupe nombreux de la SAS venait au-devant du Docteur Carton, son distingué président, pour se joindre à lui en vue de visiter les ruines de la basilique d'Upenna, découvertes, on le sait, grâce aux conseils du président de la sas. »

140P. Gauckler, au moment des Missions archéologiques des 15-16 juin et 5 juillet, est à Paris. Il assiste, certes, dès juin aux séances de la Commission d'Afrique du Nord du Comité des Travaux historiques et scientifiques et de la Société Nationale des Antiquaires dont il est respectivement membre et associé correspondant national.

141On observe qu'il n'a plus grand chose à communiquer.

142Avant de participer à la première Mission archéologique, le Père Delattre a reçu une lettre de Héron de Villefosse, datée du 10 juin, dans laquelle il est fait mention de Gauckler en ces termes : « Je ne sais rien au sujet de M.X. Il est ici et paraît calme ; il dit être venu en France par ordre du médecin et pour sa santé : il dirige toujours son service de loin. Ici, on ne sait rien du tout. L'écho de ce qui se raconte à Tunis est venu jusqu'à moi, mais je n'en ai rien dit à personne. Je crois que le mieux est de se taire tant que l'affaire n'est pas publique. Soyez prudent à ce sujet ; par le temps qui court, toutes les résurrections sont possibles. »

143Le 11 juillet, soit six jours après la deuxième Mission, A. Héron de Villefosse écrit à nouveau au Père Delattre : « Je voudrais bien que vos deux visites à Uppenna aient un résultat intéressant. Le Directeur des Antiquités paraît s'être désintéressé de cette découverte car il n'a pas donné le texte complet de toutes ces mosaïques ; il y a là un véritable recueil de textes, les uns plus anciens, les autres plus récents. Je pense que vous les avez relevés soigneusement. Il vous a donc laissé le soin de terminer la fouille ou au moins de rechercher les reliques ? »

  • 79 « Mon cher Drappier, j'espère pouvoir m'embarquer bientôt pour la France et soit à la fin soit au (...)

144Parmi les lettres conservées dans les dossiers d'une Direction des Antiquités qui s'est assoupie jusqu'au premier novembre 1905, la lettre du commandant Ordioni à Drappier, en date du 16 juillet, constitue l'allusion la plus explicite au fait que Gauckler eut plus que des ennuis de santé79.

  • 80 Première version : « Monsieur le Directeur, vous aviez adressé l'année dernière un rapport sur l'é (...)

145Enfin, le dernier témoignage, qui n'est pas le moins émouvant, est cette minute du ministère de l'Instruction Publique datée du 17 juillet 1905, dont il y a lieu de penser qu'elle fut écrite par A. Bayet, demandant à Gauckler « Directeur du Service des Antiquités et Arts de la Régence, à Paris » le rapport sur l'état des recherches archéologiques pour l'année 1904-1905 (ANF F 17/17236). La reproduction – p. 242, en Annexe de ce tome – de ce document montre comment deux formulations se sont superposées80 (fig. 44). C'est en réponse à cette requête que Gauckler, éloigné de ses archives, composa les vingt-neuf demi-pages de son rapport en forme de bilan d'une œuvre exceptionnelle.

146Ce départ de Gauckler constitua un terrible handicap pour la poursuite des fouilles et pour le dossier d'Uppenna dans son ensemble.

147Je vais m'efforcer de mettre en évidence cette réalité en tentant de répondre à deux questions :

  • P. Gauckler ramena-t-il en France un dossier détaillé sur la basilique d'Uppenna en vue d'une publication ultérieure sur les basiliques chrétiennes ?
  • En juin-juillet 1905, lors des deux Missions archéologiques qui constituèrent le moment le plus important des fouilles de la basilique, qui dirigeait ? Gauckler, de Paris, encore officiellement directeur des Antiquités, fut-il seulement tenu au courant ?

148En ce qui concerne la réponse à la première question, on ne pourrait répondre avec certitude qu'en compulsant les archives personnelles de Gauckler, ce à quoi je n'ai pu parvenir, à l'exception des manuscrits et lettres conservés aux Archives Nationales de France (et. ch. II : « Dossiers d'Archives »).

149Cependant, à la lecture du Rapport des Nouvelles Archives des Missions et de son Inventaire des mosaïques, il ressort qu'il s'y trouve peu d'éléments susceptibles de prouver que leur auteur avait une connaissance très précise de cette basilique et des éléments d'information encore inédits. La contradiction majeure de son interprétation à laquelle nous ferons une première allusion au ch. III (p. 131-133) n'a été possible qu'au prix d'une méconnaissance personnelle du chantier, ce que nous avons déjà constaté, mais aussi de celle de certains clichés, comme celui de la fig. 22 provenant de la photothèque du musée du Bardo et donc pris soit par Drappier soit par Sadoux.

150Deux documents retrouvés dans les archives de l'INP attestent que Gauckler avait sans doute emporté peu de documents en 1905 puisqu'il les demande par la suite !

  • D'abord une feuille non signée répertorie ce qui lui fut adressé en décembre 1906. Il y a le double du calque de Robin et un assez grand nombre de photographies dont la plupart reproduisaient probablement des mosaïques funéraires et le texte de leur épitaphe dans la perspective de son Inventaire des mosaïques et non des vues générales ou sectorielles de la basilique. C'est du moins ce que nous sommes incités à déduire, avec beaucoup de prudence, de l'utilisation des documents photographiques par Gauckler dans ses écrits81
  • Ensuite, une lettre du 16 mars 1907 on ne peut plus officielle adressée au nom du Ministre de l'Instruction Publique, des Beaux-Arts et des Cultes et signée du Directeur de l'Enseignement supérieur, M. Bayet, qui intimait l'ordre à Merlin de communiquer les photos nécessaires à la reproduction de quatorze planches pour la publication du rapport de Gauckler sur les inscriptions inédites découvertes en Tunisie de 1900 à 1905, dans les Nouvelles Archives des Missions82.

151Pour ce qui a trait à la deuxième question, nous sommes en mesure d'affirmer que les deux Missions du 15 juin et du 5 juillet officialisent la transmission de fait de l'autorité de la Direction des Antiquités à l'Archevêché de Carthage, transmission précédée de la visite de l'Archevêque de Carthage, un mois plus tôt, et de la fin du gardiennage du site le 25 mai.

  • 83 NAM, p. 406. Observation de notre part : il se réfère probablement à l'invitation de principe lanc (...)
  • 84 NAM, p. 407. On peut estimer qu'il fait allusion aux conversations de l'hiver 1904-1905, au cours (...)
  • 85 Voici le texte de la lettre adressée par Mgr Pavy, vicaire général, le 11 juin 1905, quatre jours (...)

152Certes, Gauckler dans son Rapport des Nouvelles Archives des Missions affirme qu'il a invité la Commission archéologique ecclésiastique à assister à l'enlèvement de la mosaïque des martyrs83, qu'il a « pris l'initiative... d'établir avec l'Archevêché de Carthage les bases d'une entente, laquelle a heureusement abouti à la construction d'une église abritant les reliques des martyrs, les restes des évêques et les mosaïques diverses enlevées et remontées par les soins de l'atelier du Bardo »84. Il précise bien que c'est son adjoint, M. Sadoux, qui a fait les trouvailles lors des deux Missions et que ce dernier lui a adressé des rapports (nam , p. 406). Nous pouvons attester que les apparences allaient bien dans le sens d'une autorité de M. Sadoux85.

  • 86 P. Gauckler, NAM, t. XV, p. 408 et note 1 :
    « Cependant le P. Delattre, en rendant compte des décou (...)
  • 87 « M. G... reproche, dans son article, au Père Delattre de n'avoir pas, dans un rapport qu'il a fai (...)

153Mais dans ce même rapport, Gauckler observe avec amertume que, dans les P.V. d'une double Mission, le Père Delattre a totalement occulté la responsabilité de la Direction des Antiquités et fait de lui un simple intermédiaire entre Robin et l'Archevêché86, ce que releva avec délectation le Dr Carton87.

  • 88 NAM, p. 406. La seule mention de la première Mission est faite par Gauckler ( !) lors de la séance (...)

154P. Gauckler constate que la Direction des Antiquités n'a rien publié surles découvertes des deux Missions et qu'elle a laissé le monopole de la communication scientifique aux autorités ecclésiastiques88.

155M. Sadoux était le technicien de l'opération. P. Gauckler lui-même le présente en ces journées de juin et juillet 1905 comme « dirigeant l'atelier de mosaïque du Bardo ». La responsabilité intellectuelle était dévolue de facto au Père Delattre qui ne se sentit pas en situation de l'exercer.

156Le groupe qui assista à l'enlèvement des mosaïques et à l'exploration des tombes et du compartiment martyrial se composait de sept ecclésiastiques dont le chanoine Raoul, vicaire général, le Père Delattre, le chanoine Pavard, l'abbé Leynaud, l'abbé Emmanuelli, de MM. Sadoux et Pradère, de L. Robin et de son supérieur hiérarchique A. Gresse, de la direction du Domaine de l'Enfida et de deux personnalités locales. La proportion des différentes catégories de participants est bien significative.

157Ce passage informel du témoin, à Uppenna, entre la Direction des Antiquités et l'Archevêché de Carthage ne résulte pourtant pas d'une volonté hégémonique initiale des autorités ecclésiastiques. Il découle de l'arrêt des travaux dû aux circonstances. Ce site va être à l'abandon, c'est du moins le plus probable en ce mois de juin 1905. Or, toutes les mosaïques sont encore en place. Que faire ? La solution d'un transfert est vite trouvée puisque la décision vient d'être prise d'édifier à Enfidaville une église, comme nous allons le voir. Il importait donc d'achever l'exploration aux endroits les plus stratégiques qui tenaient tant à cœur aux hommes d'Église. C'est en ce sens que le départ de Gauckler et la fin de l'intervention du Service des Antiquités ont précipité les opérations des deux Missions archéologiques.

LA DÉCISION DE CONSTRUIRE L’ÉGLISE D’ENFIDAVILLE, PRISE PAR L’ARCHEVÊCHÉ DE CARTHAGE ET LA SOCIÉTÉ FRANCO-AFRICAINE DE L’ENFIDA, SCELLE LE DESTIN DES MOSAÏQUES ET PRÉCIPITE D’ULTIMES INVESTIGATIONS À UPPENNA

158La décision de construire l'église d'Enfidaville a évidemment changé du tout au tout les données concernant les modalités de conservation et de présentation des mosaïques. C'est donc à ce titre que j'y intègre les précisions suivantes.

159Cette décision fut officialisée entre les deux Missions du 15 juin et du 5 juillet 1905.

160Les Archives de l'INP conservent quatre lettres de la Direction de la Société franco-africaine adressées en 1905, de Marseille, au directeur des Antiquités et Arts, les 27 juin, 27 juillet, 2 septembre et 21 septembre. Il y eut réponse de la Direction des Antiquités.

  • 89 Gauckler adresse à Pradère une carte postée d'Interlaken en date du 3 septembre 1905. Il indique q (...)
  • 90 Lorsque Merlin reprendra le dossier, en mai 1906, il proposera à la Société franco-africaine, par (...)

161J'ignore qui fut l'interlocuteur. Était-ce encore Gauckler « qui dirigeait toujours son service de loin », d'après la lettre de Héron de Villefosse du 10 juin ? Gauckler est, au cours de l'été, à Paris puis en Suisse89. Fut-ce Drappier ou Sadoux qui n'étaient pas en mesure très probablement d'engager une signature90 ?

162Ces lettres, également publiées en Annexe – p. 301-303 –, apprennent que l'Archevêché de Carthage et la Société franco-africaine se sont mis d'accord – à peu près – sur les modalités de la construction de la nouvelle église à Enfidaville.

163Dans la première lettre du 27 juin, la Direction de la Société franco-africaine rappelle la découverte des mosaïques de l'église de Sidi Abich, affirme que l'Archevêque de Carthage a donné son accord pour l'édification « d'une église affectée au culte catholique sur le territoire du village d'Enfidaville », propose d'orner cette nouvelle église des pavements d'Uppenna et de Sidi Abich. Elle demande le concours de l'Administration pour le déplacement, la translation, la reconstitution des anciens vestiges du passé.

164La deuxième lettre, en date du 27 juillet 1905, prend acte de l'accord de la Direction des Antiquités et de la promesse du concours de l'atelier des mosaïstes. Elle accepte que la propriété des pavements reste réservée à l'État tunisien. Elle indique que l'Archevêché et la Société franco-africaine contribueront chacun pour moitié à la dépense de la construction. Elle s'engage à ce que les plans de la future église soient soumis à la Direction des Antiquités tout en regrettant de ne pouvoir confier pour des raisons financières l'élaboration des plans à « un architecte aussi éminent » que celui qui avait été proposé par l'Administration.

165La lettre du 2 septembre demande un devis approximatif du coût des dépenses entraînées par l'enlèvement, le transport, la reconstitution des mosaïques (fig. 9 pour la première page).

166La lettre du 21 septembre 1905 estime que la construction de l'église d'Enfidaville coûtera 40 000 francs, et continue à croire, en l'absence de la réponse de l'Archevêché au sujet de sa participation, que celui-ci participera pour moitié. La Société franco-africaine demande que la Direction des Antiquités prenne à sa charge toutes les dépenses occasionnées par l'enlèvement et la reconstitution des mosaïques puisqu'elles doivent rester sous son contrôle.

167C'était encore trop demander, même si le 11 octobre 1905, alors que le nom du futur directeur des Antiquités était déjà connu, la Tunisie française fait prématurément état d'un accord tripartite, – Archevêché/Société franco-africaine/Direction des Antiquités – pour l'intégration des mosaïques dans la nouvelle église.

168La situation sera débloquée au printemps 1906, après une visite du Père Delattre au Directeur des Antiquités au cours du mois d'avril, après deux lettres de Merlin à Cœytaux, administrateur du domaine, les 15 mai et 5 juin, après un échange officiel de courrier entre le 11 et 13 juin – soit quatre lettres ! une de la Société franco-africaine à Merlin, deux de Merlin au Père Delattre et la réponse de ce dernier. Toutes ces lettres, conservées à Tunis ou Rome, sont reproduites en Annexe (p. 258, 299-300, 303).

  • 91 Un « questionnaire pour un devis à fournir à M. Coeytaux » rempli par M. Drappier qui demande à M. (...)

169L'accord pour l'enlèvement des mosaïques du site et leur présentation dans la nouvelle église d'Enfidaville en construction est conclu sur la base d'une mise à disposition du mosaïste, M. Fino, et éventuellement de son fils, toutes les dépenses étant à la charge de la Société franco-africaine91.

Fig. 9. Première feuille de la lettre de la Société franco-africaine à la Direction des Antiquités et Arts, le 2 septembre 1905 (texte p. 302).

170La longueur des délais nécessaires à une prise de décision – près d'un an entre la première et la cinquième lettre de la Direction de la société franco-africaine – est en grande partie imputable aux événements qui ont affecté la marche de la Direction des Antiquités. Il y avait aussi une difficulté de nature financière et juridique. La Direction des Antiquités n'avait pas la possibilité légale de contribuer à la décoration d'un lieu de culte. En 1905-1906, dans l'Administration de tutelle, bien des responsables auraient sans nul doute jugé que la place des mosaïques, s'il devait y avoir imputation budgétaire, se trouvait au musée du Bardo !

  • 92 Le 5 octobre 1906, l'abbé Emmanuelli s'excuse auprès de son archevêque de ne pouvoir venir à Tunis (...)

171Durant ces longs mois d'incertitude, les mosaïques d'Uppenna étaient demeurées sur un site probablement insuffisamment gardé et qui pouvait se dégrader rapidement en raison des intempéries92.

172Nous ne savons pas précisément quand fut prise la décision de l'édification de l'église d'Enfidaville. La date du 27 juin 1905 est celle d'une annonce officielle de la Direction des Antiquités. Il serait erroné de penser que lorsque l'abbé Emmanuelli demande à Gauckler des mosaïques pour l'église paroissiale en décembre 1904, la décision de construire l'église avait été déjà prise. Il s'agit alors des murs de la petite chapelle paroissiale d'Enfidaville que le chanoine Pavard décrit dans son évocation de la journée du 1er mai 1907 comme « une ancienne et modeste chapelle qui mesure seulement six mètres sur sept » (p. 11 note 2).

173Étant donné la proximité des dates entre le 15 juin, date de la première Mission, et le 27 juin 1905, date de la lettre de la Société franco-africaine, nous concluons que le principe de la construction d'un nouveau lieu de culte était déjà acquis le 15 juin. La lettre est écrite de Marseille par l'administrateur délégué. Son contenu, qui engage la Société, implique en effet une délibération au sein de la direction et même du conseil d'administration. L'ensemble de la procédure nécessitait un certain délai.

174Cet engagement, nécessairement antérieur à la date du 15 juin, éclaire d'un jour nouveau l'objet de la Mission archéologique. Cette Mission avait été précédée de la constitution de la Commission ecclésiastique Raoul-Delattre-Pavard en vertu d'une ordonnance de l'Archevêque de Carthage en date du 8 juin (P.V. d'une double Mission, p. 1).

175Tout porte à croire, en remontant encore un peu plus haut, que la venue de l'Archevêque de Carthage, le 11 mai, à Uppenna et à Sidi Abich, fut l'occasion de faire le point. La violente attaque de L'Avenir du Centre du 14 mai contre Gauckler, récusant toute idée de transfert des mosaïques au Bardo, constitue une source d'information utile (texte en Annexe). L'auteur écrivait en effet que « la célèbre mosaïque des Martyrs chrétiens sera mieux à sa place en servant de parvis à la future église de l'Enfida ». On notera ainsi que la décision de cette édification était déjà prise, que l'enjeu portait maintenant sur la future localisation des mosaïques.

176La contribution décisive de la Société franco-africaine à la construction de l'église d'Enfidaville s'explique-t-elle d'abord par ce qu'on pourrait appeler l'élévation spirituelle des administrateurs de ce vaste domaine ? « Ils n'entendent pas seulement cultiver et entretenir les champs, mais cultiver et entretenir les âmes » (allocution de l'archevêque de Carthage le 1er mai 1907, p. 16).

  • 93 « Enfidaville village de création française, situé sur la ligne du chemin de fer de Tunis à Sousse (...)
  • 94 On citera le passage suivant de l'allocution de l'Archevêque de Carthage dans lequel il prononce l (...)

177Cette contribution est à rattacher au caractère très particulier de la cité d'Enfidaville dont les descriptions de l'époque lui confèrent deux caractères intimement liés : elle est « française » et tout y tire son origine de la présence de la Société franco-africaine93. C'est le « Domaine » qui donne à chacun sa place, y compris au curé de la paroisse, l'abbé Emmanuelli94 !

178Le journal La Tunisie française du 5 mai 1907 résumera en ces termes ce que fut pour le Directeur de la Société franco-africaine le sens à donner à l'inauguration de l'église, le 1er mai de cette année :

179« Au champagne, M. Féraud, directeur de la Société franco-africaine, lève son verre avec joie et bonheur, heureux de se trouver devant une assemblée française, réunie ce jour-là, sans distinction de rang pour fêter et commencer en même temps qu'une grande page de notre histoire chrétienne, la prise de possession bien affirmée sur ce vaste et fertile domaine de l'Enfida. »

180Alors que cette église était en construction ou en voie d'achèvement, une troisième Mission se rendit du 5 au 9 juillet 1906 à Uppenna et à Sidi Abich. Toute découverte nouvelle serait en effet la bienvenue, d'abord pour être présentée sur les murs du nouveau lieu de culte, il était encore temps, mais aussi et surtout parce que le moment approchait où les sites seraient laissés à eux-mêmes. Il s'agissait bien d'une visite d'adieu, même si on se refusait à l'avouer.

181L'occasion était donnée par le début des opérations de maintenance et de levée des mosaïques, effectuées par le mosaïste de la Direction des Antiquités.

182L'assemblée était composée du Père Delattre, du chanoine Pavard, de l'abbé Emmanuelli, de M. Cœytaux ainsi que, pour la première séance, de M. Pradère.

183Beaucoup d'absences donc.

184Du côté ecclésiastique, celle du chanoine Raoul, officiellement « en congé », ce qui est tout à fait crédible au mois de juillet pour une intervention décidée tardivement, mais qui laisse néanmoins dubitatif.

185On constate l'absence à peu près complète de membres de la Direction des Antiquités. M. Merlin est en congé. M. Sadoux n'est pas sur place. On ignore si son absence répond à un manque de disponibilité pour une opération considérée comme mineure ou si elle s'explique par la maladie : Sadoux décédera le 13 novembre 1906 et sa disparition constituera évidemment un handicap supplémentaire pour la publication des résultats des fouilles. L'absence de Robin est également à souligner.

  • 95 Le Père Delattre n'aurait sans doute pas été jusqu'à employer le terme de Mission archéologique po (...)
  • 96 On lit en date du 7 juillet que pendant qu'on sonde une nouvelle fois le sous-sol du chœur orienta (...)

186Le terme de Mission archéologique peut donc paraître ambitieux pour qualifier une équipée où les absences sont si remarquables95. Que dire alors du lendemain 6 juillet ? Le Père Delattre et le chanoine Pavard, fatigués, sont absents dès le matin. Quant à Pradère, il avait été spécifié d'entrée qu'« il assistait à la première séance ». Sont à l'œuvre l'abbé Emmanuelli et M. Cœytaux qui vient prêter main-forte96.

187Les buts de cette Mission étaient « d'explorer à nouveau les abords des tombes d'Honorius et Baleriolus », « de surveiller l'enlèvement des mosaïques tombales gracieusement mises par la Direction du service des Antiquités à la disposition de l'Administration diocésaine et de la Société franco-africaine ».

188Il n'est plus question de reliques, les analyses effectuées sur le contenu d'un coffret et d'une amphore s'étant révélées négatives (cf. ch. IV).

189Le Procès-Verbal de la troisième Mission fut suivi d'un appendice en date du 9 décembre 1906. Il s'agit d'un bref résumé de lettres – que je n'ai pas retrouvées – adressées par l'abbé Emmanuelli qui poursuivit ses investigations dans la deuxième moitié du mois de juillet 1906. Cette prolongation dut se dérouler ainsi : pendant que le chef de chantier-mosaïste Fino procédait à diverses opérations de conservation des mosaïques tombales, en attendant l'enlèvement du plus grand nombre à l'automne, l'abbé Emmanuelli vérifiait par des sondages ponctuels qu'une œuvre particulièrement intéressante n'avait pas échappé aux investigations (ce qui éclaire le sens de la phrase de la lettre du Père Delattre à Merlin, le 13 juillet 1906 : « On trouvera assurément d'autres mosaïques, au fur et à mesure que le brave Fino avancera son travail », phrase que Merlin reprend dans sa réponse au Père Delattre du 17 juillet).

190La persévérance de l'abbé Emmanuelli fut récompensée par la présentation dans l'église d'Enfidaville de deux mosaïques dont il peut être tenu pour l'inventeur (avec le « brave Fino »), celle de Vadius (ou Varius) Donatianus et l'épitaphe inférieure du défunt Quadratianus.

191La bibliothèque de la Prélature conserve le manuscrit du Procès-Verbal et son Appendice dont on trouvera le texte en Annexe, ci-dessous, p. 284-297.

192Pour quelle raison ce document ne fut-il pas publié alors, ce qui ajoute encore à la difficulté d'approche d'un dossier dont nous pouvons convenir, au terme de cette présentation, qu'il accumula dès le départ les handicaps ?

193Est-ce la modestie des découvertes faites, comme le laisserait supposer la lettre du Père Delattre à Merlin ? Sans doute pour une part. Est-ce parce que la définition volontairement limitée des objectifs de cette Mission rendait une publication peu souhaitable et aurait mis dans l'embarras la Direction des Antiquités et son jeune et nouveau directeur, étant donné la destination des œuvres ? Sans doute également.

194Les dissensions entre les membres de la Commission ecclésiastique, essentiellement le chanoine Raoul et le Père Delattre, consécutives à l'interprétation des résultats des deux premières Missions, ont laissé des traces assez profondes et sont aussi de nature à expliquer une absence de publication. (cf. ch. IV : « La Commission ecclésiastique et la recherche des reliques », p. 187-193).

  • 97 Très peu de temps après les journées de juillet 1906 à Uppenna, le chanoine Pavard est à Alger et (...)

195Le chanoine Pavard, secrétaire de la Commission et rédacteur des Procès-Verbaux, se retrouve alors bien seul au moment où il doit compter avec un état de santé très déficient et où ses forces lui manquent97.

196Lorsque les investigations cessèrent fin juillet 1906, l'abbé Emmanuelli était tout à fait convaincu que le chantier méritait d'être repris ultérieurement puisque l'Appendice se termine ainsi :

197« Dans sa lettre du premier août, M. l'abbé Emmanuelli, parlant des travaux ultérieurs à exécuter à la basilique d'Uppenna, émet l'opinion qu'il faudra un travail monstre pour tout dégager et pouvoir fouiller ensuite. »

198L'église d'Enfidaville construite, les mosaïques conservées, hélas pas toutes, et remontées ou sur le point de l'être dans des panneaux, il ne restait plus qu'à décider du choix de leur nouvel emplacement.

199Cette ultime étape d'une histoire si riche en tensions, oppositions et passions, depuis la découverte de la première mosaïque d'Uppenna, aurait dû n'être qu'une formalité. Mais l'incompréhension qui règne à présent entre les membres de la Commission ecclésiastique d'archéologie empêche toute prise de décision. Le 2 décembre 1906, l'abbé Emmanuelli apostrophe le Père Delattre : « Mon Révérend Père, quand viendrez-vous ? Votre présence est nécessaire pour indiquer le placement des mosaïques » (fig. 46). Le 8 décembre, il presse la Commission ecclésiastique de se déplacer. Le chanoine Raoul transmet la lettre à l'Archevêque, ne voit pas la nécessité d'un tel déplacement et se plaint amèrement de ses collègues (cf. ch. IV : « La Commission ecclésiastique et la recherche des reliques », p. 187-193).

  • 98 Lettre du chanoine Raoul à Merlin (27 janvier 1907) : « Monsieur le Directeur. Monseigneur l'Arche (...)
  • 99 Indication fournie dans la lettre du Père Delattre au chanoine Leynaud (29 janvier 1907).

200Il faudra que l'Archevêque de Carthage réunisse les personnes concernées, le dimanche 27 janvier 1907, pour que, dès le lendemain, Mgr Tournier, promu chef d'équipe, le chanoine Raoul, le Père Delattre soient à pied-d'œuvre à Enfidaville aux côtés de l'architecte et de Merlin. L'Archevêque avait, à l'issue de la réunion, demandé au chanoine Raoul de prévenir le Directeur des Antiquités, voire de l'inviter, ce qui pouvait apparaître un peu cavalier et qui ne peut s'interpréter que comme l'aveu d'un oubli antérieur si la décision de se rendre à Enfidaville avait été prise il y a quelques jours, ou comme la résultante d'une décision prise au dernier moment dans l'urgence98. Toujours est-il que Merlin fut du voyage99.

201Le 25 mars 1907, le chanoine Raoul demande au Père Delattre de faire parvenir à TEnfida « les feuilles de plomb avec inscriptions qui doivent être déposées sous les mosaïques, celles-ci étant prêtes à être placées ».

202Enfin, une lettre de Fino, le mosaïste, à Merlin, en date du 9 avril 1907, soit trois semaines avant la consécration de la nouvelle église d'Enfidaville, apprend que les inscriptions disposées sur les murs sont toutes en place ainsi que celles des martyrs et des évêques Honorius et Baleriolus. Il espère placer avant la fin du mois le grand pavement de la vigne (mosaïque de Sidi Abich). Il termine cependant par une mauvaise nouvelle : « La grande mosaïque de Sidi Abich, celle où se trouvent les médaillons a été brisée par les Arabes qui ont passé le conseil de révision au moment où nous n'étions pas. À notre retour nous avons constaté que tout est perdu. »

203De la basilique d'Uppenna, un seul grand pavement fut préservé – celui de la pièce de Quadratianus – et inséré dans la partie droite du transept de l'église d'Enfidaville. Du tapis du chœur oriental il ne subsiste qu'un fragment entourant les épitaphes de Faustina et de Spendeu. À l'emplacement de l'autel, fut disposée la grande mosaïque des martyrs flanquée des pavements des évêques Baleriolus et Honorius. Aux murs, le fragment de la première inscription martyriale et les mosaïques tombales retrouvées intactes ou n'ayant pas nécessité, sauf exception, de grands soins. Par contre, celles qui étaient en trop mauvais état ne furent pas exposées et disparurent.

204Les mosaïques d'Uppenna et de Sidi Abich permirent ultérieurement de reconvertir en musée cette « basilique dédiée à saint Augustin en mémoire des saints martyrs ».

205Un musée à la notoriété relativement discrète. Un musée très attachant pour qui prend le temps de contempler ces œuvres de méditation et de silence. Des œuvres bien plus complexes et plus profondes que ce qu'en percevra et retiendra un regard trop pressé.

206Lorsque les mosaïques furent mises au jour durant l'automne et l'hiver 1904-1905, le vœu majoritaire des intervenants était qu'elles soient conservées sur place, « entre elles ». Personne parmi eux n'imaginait, alors, les tours et les détours de la poursuite des investigations, ni a fortiori ce que serait la mutation de la Tunisie durant le xxe siècle. La présence de ce musée, au cœur de la cité d'Enfidha, rend hommage à leur détermination comme à celle des différents responsables qui ultérieurement œuvrèrent pour assurer sa pérennité.

Notes

1 R. Cagnat, « Rapport sur une mission en Tunisie » (1881-1882), Archives des Missions, 3e série, tome XI, 1885, p. 19-21. L'identification du site avec la colonie d'Uppenna résulte de la mise au jour d'un cippe, avec inscription dédicatoire du règne de Constantin ; lors de la Mission de 1881 de R. Cagnat, « le régisseur de l'Enfida lui a indiqué une inscription cachée sous terre et qui se trouvait dans THenchir Chigarnia » (d'après lettre de Cagnat, CRAI1882, p. 12, puis Archives des Missions 1885, p. 19, texte dans le CIL 11157, reproduit p. 5 des P. V. d'une double Mission archéologique, ici en Annexe p. 270).
L'existence d'un évêché de Byzacène portant ce nom est attestée non dans les Actes de la Conférence de Carthage de 411, mais plus tardivement dans la Notitia provinciarum et civitatum Africae de 484. L'évêque Honorius Oppennensis occupe la quatre-vingt deuxième position des dignitaires de Byzacène (p. 126 de la recension de Petschenig dans le volume VII du Corpus Scriptorum Ecclesiasticorum Latinorum) ; à noter que dans le Cod. Halleri de 1596 le nom est Opemiensis. Diverses références notamment dans Morcelli, Africa Christiana, 1816, I, 251 ; Gams, Series episcoporum Ecclesiae catholicae, 1873, p. 467 ; Tissot, Exploration scientifique de la Tunisie, t. II, 1888, p. 160 ; Mgr Toulotte, Géographie de l'Afrique chrétienne, t. II, Byzacène et Tripolitaine, 1894, p. 226-227 ; etc.
La découverte de la tombe de cet évêque Honorius près des fonts baptismaux fut un des événements majeurs des fouilles de 1904-1905.
La localisation du site d'Uppenna a été portée sur l'Atlas Archéologique de la Tunisie, de Babelon, Cagnat, Reinach, en 1893, feuille XLIII no 148.

2 R. Cagnat, « Inscriptions nouvelles d'Afrique », BAC 1889, p. 361-2.

3 Le mémoire, de 1883, du lieutenant de Belenet sur l'Enfida et la vallée de l'oued Marouf est conservé aux Archives Nationales de France, cote 17 /2919(1). Il décrit le « château byzantin » qui domine le site d'Uppenna dans les termes suivants qui donnent la mesure de l'étendue des dommages ultérieurs malgré le décret de classement. Le château byzantin « est fort bien conservé ; on y voit encore de grandes chambres complètement intactes dans lesquelles trente hommes peuvent tenir comme j'ai pu m'en rendre compte moi-même en y séjournant quelques heures sans avoir aucun éboulement à craindre ; ce château est carré formé de quatre tours reliées entre elles, puis, d'une enceinte extérieure avec une magnifique porte d'entrée » (p. 20 de ce manuscrit qui compte un plan de la région de l'Enfida avec l'emplacement des différentes ruines, plan « revu le 1er juillet 1883 »). La synthèse de ce mémoire a été imprimée dans le BAC 1886, « Notes sur l'Enfida et la vallée de l'oued Marouf ».

4 CRAI, séance du 20 septembre 1901, p. 604.

5 Gauckler, BAC 1904, p. CXCVII, et journal Le Courrier Tunisien 1er mars 1905 : « Notes sur les fouilles d'Uppenna ».

6 Une note manuscrite de Gauckler sur les travaux archéologiques du Service des Missions scientifiques en Tunisie pendant l'année 1904 (ANF F 17 /2969A) donne les précieuses indications suivantes sur l'évolution des disponibilités financières :
« La Direction des Antiquités et Arts de Tunisie a été créée en 1885 par le Service des Missions scientifiques. Ce fut d'abord une administration française, ressortissant directement au ministère de l'Instruction Publique, qui pourvoyait à ses besoins au moyen d'une subvention annuelle de quarante à cinquante mille francs.
En 1891, sur la demande du Gouvernement tunisien, le Service des Antiquités et Arts devint une administration exclusivement beylicale à laquelle le Ministère de l'Instruction Publique supprima tout subside, tandis que le Protectorat n'augmentait que dans une très faible mesure la modeste contribution annuelle qu'il avait apportée jusque-là aux dépenses archéologiques. En 1892, le total des crédits affectés à l'entretien et à la conservation des monuments historiques de la Régence, aux musées, aux fouilles, aux publications scientifiques ne dépassa pas 2400 francs. Il s'éleva lentement les années suivantes, sans cesser d'être absolument insuffisant. Dans ces conditions, le Directeur du Service des Antiquités se trouvait réduit à l'impuissance tandis qu'à Carthage, l'Institut de France prodiguait au R.P. Delattre tout l'argent qui lui était nécessaire pour ses fouilles, et qu'en Algérie l'on dépassait annuellement plus d'une centaine de mille francs pour le même objet.
Cette situation anormale dura huit ans. Elle ne prit fin qu'en 1899, sur les pressantes instances de plusieurs membres du Parlement, notamment de M. Georges Cochery, ancien ministre des Finances, et vice-président de la Chambre des Députés, qui avaient pu constater sur place les effets désastreux d'un pareil état de choses. A ce moment, M. Liard, qui venait de succéder à M. Xavier Charmes à la tête du Service des Missions scientifiques, mit une somme annuelle de dix mille francs à la disposition de M. P. Gauckler, fonctionnaire beylical en tant que Directeur du Service des Antiquités et Arts de Tunisie, mais rattaché en même temps par un lien personnel au Ministère français de l'Instruction Publique en tant que chef de la Mission archéologique française.
Le succès des premières recherches entreprises avec ces crédits dépassa toute attente et valut l'année suivante à la Mission les plus hautes récompenses de l'Exposition universelle de 1900. Les fouilles prirent en deux ans une telle extension qu'il fallut bientôt doubler la subvention primitive. A partir de l'année 1901, une nouvelle somme annuelle de 10 000 francs fut consacrée à la mise en état des monuments de l'antique Thugga, les plus intéressants et les mieux conservés de l'Afrique romaine. Il fut stipulé en même temps que lorsque le Directeur des Antiquités et Arts aurait besoin d'auxiliaires pour le seconder dans ses recherches, il ferait appel de préférence aux élèves de l'Ecole d'Archéologie française de Rome. »
Dans le manuscrit justificatif de l'emploi des deux subventions de dix mille francs allouées en 1904, daté du 18 janvier 1905, Gauckler écrivait que « la régularité et la fixité des crédits que vous voulez bien nous allouer ainsi chaque année nous ont permis de sortir définitivement de l'ère des tâtonnements dans nos fouilles, et d'entreprendre sur plusieurs points une œuvre de longue haleine dont les premiers résultats suffisent à démontrer l'utilité » (ANF F 17 /2969A).
Le budget de 1904 ayant officialisé une baisse très significative des crédits affectés à la sous-section « matériel » qui incluait les recherches archéologiques, l'entretien des monuments historiques classés, le musée du Bardo, les publications historiques (cf. p. 178), la très vive réaction de Gauckler a donné lieu à des échanges de correspondances entre les ministres de l'Instruction Publique, soutenant activement Gauckler, et des Affaires étrangères. Dans les explications du Résident Général S. Pichon au ministre des Affaires étrangères P. Delcassé, on lit cependant que « indépendamment de ses crédits ordinaires de matériels, la Direction des Antiquités a bénéficié pendant ces cinq dernières années de plus de 36 000 francs de crédits supplémentaires prélevés sur l'ensemble des ressources du Protectorat (lettre du 12 février 1904). Ensemble de cette correspondance : ANF F 17 /17236.

7 Les Archives Nationales de Tunisie – Section d'État, Série E Travaux publics, carton 330, Direction du Personnel, dossier 5, recrutement des Conducteurs – contiennent, en date du 14 septembre 1902, le décret de nomination de Louis Robin en qualité de Conducteur des Ponts et Chaussées. Il était arrivé en Tunisie fin 1899 ou début 1900 comme Commis des Ponts et Chaussées.

8 Lettre de Robin à Gauckler en date du 6 février 1905.

9 Bulletin de la Société Archéologique de Sousse, 1903, p. 19, 22, 164-165.

10 Le Dr Carton indique que Robin lui a offert, en juin 1904, des tubes de terre cuite trouvés dans les thermes de Sidi-Abdallah (Bulletin de la SAS, 1905, p. 13).

11 • Version du Dr Carton : Bulletin de la SAS, 1905, p. 13 ; 1906, p. 62 et suivantes, article intitulé « Les basiliques chrétiennes d'Upenna » ; 1908, p. 105 n.1. Revue Tunisienne, t. XIII, 1906, p. 261 ; t. XIV, 1907, p. 314 ; t. XV, 1908, p. 197 et surtout t. XVI, 1909, p. 256 n. 2.
• Version de Robin : lettres à Gauckler « confidentielles » du 6 février et du 12 mars 1905, qu'on trouvera en Annexe de ce premier tome ; Communication au Congrès d'Alger des Sociétés Savantes le 20 avril 1905 : BAC 1905, p. 368.
Les explications du Dr Carton et de Robin, en effet, ne coïncident pas. Celles du Dr Carton, avantageuses pour lui et la SAS, ne varient pas alors que celles de Robin manquent de netteté.
La version du Dr Carton est la suivante : « Trois années plus tard, M. Robin qui habitait l’Enfida, m'ayant demandé où il pouvait faire des recherches, je lui conseillai de pratiquer quelques tranchées autour de la piscine. J'étais alors de passage avec le 4e Tirailleurs à Enfidaville. Il me fit prendre au camp en charrette et je le conduisis moi-même à l'endroit indiqué lui montrant les points à attaquer. En même temps, je lui avançais une petite somme au nom de la SAS ». (Carton, « Les Basiliques chrétiennes d'Upenna », p. 62). La date « trois ans après » n'est pas précisée, mais elle renvoie aux premiers sondages non fructueux de la Direction des Antiquités.
Dans le Bulletin de la SAS de 1908, p. 105 n.l, le flair archéologique du Dr Carton est également mis en évidence : « C'est en passant à l'Enfida que j'ai eu l'occasion d'indiquer à M. Robin le point comme intéressant à fouiller. Il est venu me chercher au camp en voiture, l'après-midi d'un séjour que nous faisions à TEnfida et je l'ai conduit directement à cette piscine lui conseillant de fouiller vers le sud-ouest, c'est-à-dire du côté où ont été faites les plus belles découvertes. M. Gauckler ayant écrit le contraire, je suis prêt à fournir la preuve, écrite par M. Robin, lui-même, de ce que j'avance ».
On peut fixer la visite à juin 1904 par une autre mention du Dr Carton : « M. Robin au mois de juin 1904, lors de la visite au cours de laquelle je lui ai indiqué les fouilles à faire dans la basilique d'Henchir Chigarnia » (Bulletin de la SAS 1905, p. 13) et grâce à l'article de L'Avenir du Centre du 5 février 1905 : « C'est en juin dernier que le dévoué président de la SAS, M. le Dr Carton passant à TEnfida avec son régiment pour se rendre à La Goulette et s'appuyant sur une fouille faite auparavant par M. Sadoux indiqua comme méritant d'être exploré le point fouillé depuis par M. Robin. Il ajoutait que la SAS lui ferait volontiers les avances nécessaires non pour une fouille ou un dégagement mais pour de premières recherches ».
Robin, dans ses lettres à Gauckler, a été conduit au fur et à mesure que la polémique s'amplifiait avec la SAS et le Dr Carton à préciser sa version des faits. La lettre du 12 mars 1905 considérée comme l'état ultime des confidences laisse songeur. Il dit en effet, pour la première fois, qu'il a une lettre du Dr Carton en date du 11 juin 1903 lui proposant une promenade archéologique. Robin, en réponse à cette invitation, a lui-même choisi Uppenna. La surprise ne provient pas du changement des rôles des personnages : le Dr Carton est demandeur et Robin choisit Uppenna, mais de Tannée : juin 1903 et non juin 1904. Cela est d'autant plus curieux que Robin avait d'abord écrit 1904 et rectifié 1903 ! Robin écrit ensuite qu'il a une deuxième lettre du Dr Carton en date du 6 novembre 1903 « écrite à la suite de la visite » et lui proposant un petit crédit et quelques hommes si les premiers sondages autour du baptistère donnaient des résultats. Enfin, il rappelle qu'il a fait effectuer en octobre 1904 le sondage unique et qu'il en fait transmettre à Gauckler dès le lendemain les résultats.
Force est de constater qu'il y a une différence d'un an. Pourquoi le Dr Carton aurait-il eu intérêt à reculer d'un an une visite alors qu'au contraire, en la plaçant en 1903, il montrait encore plus l'ancienneté de l'intérêt de la SAS pour ce site ?
Si nous en venons à penser que Robin, dans une situation délicate en mars 1905, a recomposé confidentiellement pour Gauckler une chronologie plus présentable en remontant de 1904 à 1903, on déduira que la deuxième lettre du Dr Carton à Robin avec la promesse des fonds datait en réalité du 6 novembre 1904, c'est-à-dire après le premier sondage de Robin !
Cette lettre pouvait être gênante pour Robin qui l'aurait reçue alors qu'il venait d'être contacté par Gauckler (dans les NAM, Gauckler affirme qu'il a rencontré Robin le 5 novembre). Cette lettre pouvait être aussi gênante pour le Dr Carton qui n'en fera d'ailleurs pas état car elle manifestait que ce dernier avait voulu in extremis contrôler la fouille et éloigner la Direction des Antiquités avec la promesse de subsides, Gauckler ayant eu l'intelligence et la rapidité de confier à Robin, la veille, la conduite du chantier sous l'égide de son administration. Précisons enfin que rien ne prouve que Robin ait accepté cette aide, même s'il a bénéficié d'une avance sur le premier sondage, alors qu'il n'était pas encore en relation avec la Direction des Antiquités. En mars 1905, il exigera du trésorier de la SAS un examen de comptabilité pour se disculper d'une telle accusation (lettre à Gauckler du 12 mars 1905). C'est d'ailleurs ce que semble admettre dans sa dernière mise au point sur l'affaire, le Dr Carton en 1909 : « M. Robin étant fonctionnaire dut rendre compte de sa découverte, et, administrativement, il fut contraint de renoncer à fouiller pour la Société Archéologique dont il dut refuser les avances qu'il avait acceptées d'abord, et à le faire pour l'Administration » (Revue tunisienne, t. XVI, 1909, p. 256 n.2).

12 Gauckler fixe la date au 1er novembre : il prend connaissance le 4 novembre du rapport de Robin, ce grâce à l'ingénieur adjoint des Ponts et Chaussées chargé de l'arrondissement de Sousse, M. Gresse ; il rencontre Robin à Enfidaville le 5 novembre (Nouvelles Archives des Missions, t. XV, 1907, p. 407). Robin est, curieusement, moins précis : « octobre 1904 » (lettre à Gauckler du 12 mars 1905), « au mois de novembre 1904 » (BAC, p. 368), et dans le manuscrit conservé aux Archives de Langres, c'est « un dimanche » sans plus de précisions.

13 Robin, BAC 1905, p. 368. Dans sa communication du 13 décembre 1904, donc encore très proche de cet événement, P. Gauckler donna les précisions suivantes qui laissent rêveur. « Dans le même sondage, M. Robin découvrit deux grands chapiteaux corinthiens, l'un de marbre blanc, l'autre de pierre calcaire du pays mesurant 1 m de hauteur et 0,80 m de côté ; puis dans d'autres recherches pratiquées aux abords immédiats du baptistère, il trouva aussi deux couches superposées de mosaïque, l'une très grossière à simples ornements géométriques, l'autre plus ancienne et beaucoup plus soignée présentant un bouquet de fleurs dans un encadrement formé d'entrelacs ; entre les deux pavements, des colonnettes et des chapiteaux de marbre blanc, provenant probablement d’un cancel ou d'une balustrade entourant le chœur, et divers autres fragments d'architecture très soignés », BAC 1904, p. CXCVIII.

14 NAM, t. XV, p. 407. Cet étirement dans le temps a pour but de prouver le contrôle rigoureux sur le chantier exercé par Gauckler et la Direction des Antiquités, jusqu'au moment où il dut cesser ses fonctions.

15 La seule mention dans les lettres de Robin d'une venue de Gauckler est fournie le 5 janvier 1905. Il lui confirme qu'il viendra l'attendre à la gare « vendredi soir ou en cas de non arrivée samedi matin ».

16 Dans ANF F17/17236, l'état des dépenses exécutées par la Mission archéologique française en Tunisie, arrêté le 31 décembre 1904, adressé par Gauckler à la Direction des Missions scientifiques donne, pour la campagne 1904, cinq cent cinquante francs :
« V. Fouilles d'Uppenna : journées d'ouvriers, dépenses diverses forfait
un reçu (première avance) 350
un reçu (deuxième avance) 200
et pour l'année 1905, arrêté à Paris le 1er janvier 1906, quatre-cent-soixante-six francs soixante : « Fouilles d'Uppenna

13. solde des dépenses du chantier des fouilles

416,60

14. gratification pour travaux supplémentaires au gardien chef du Bardo chargé de classer les trouvailles

50


Le chiffre pour les deux derniers mois de l'année 1904 est plausible. Le montant donné pour 1905 est bien inférieur à la réalité, puisque les lettres de Robin précisent que la paye des ouvriers par quinzaine s'échelonnait de cent cinquante francs (lettres du 9 février-27 mars) à cent soixante francs (12 mars) et à deux cents francs (23 février). La différence est à rechercher soit dans la part du budget du Service des Antiquités octroyé par le Gouvernement de la Régence, soit dans des contributions extérieures que Gauckler recherchait (ici la Société franco-africaine ?).

17 « Je tiendrai à ajouter, une fois de plus, que si dans ces circonstances je n'ai pas votre haut appui, je risque fort de recevoir les coups » (Lettre de Robin à Gauckler, 12 mars 1905).

18 Ce qui tend à montrer qu'il n'avait pas été très loin dans l'investigation lors du premier sondage.

19 « Le Père Delattre est très fier lorsqu'il atteint le sol vierge après avoir détruit toutes les couches sans laisser aucune note, enlevant tout espoir à son lecteur actuel de déterminer à quel niveau et à quel emplacement ont été trouvées les dalles funéraires. Mais il a le grand mérite de les publier toutes. », L. Ennabli, « L'Épigraphie chrétienne en Afrique proconsulaire (Tunisie actuelle) », Actes du Colloque international du centenaire de l’Année épigraphique, Paris, 1988, p. 38.

20 Dans sa lettre du 17 février, Robin indique que Gauckler lui avait répondu, le 8 février, en réponse à sa lettre du 7, que les fouilles « étaient placées sous enquête de classement depuis deux mois environ ». L'influence des propriétaires du lieu, la Société franco-africaine, la passion générée par ce chantier, le nombre de personnes intéressées à divers titres par les découvertes, laissent supposer que la signature du décret ne fut pas, dans un premier temps tout au moins, considérée comme d'une urgence manifeste par les services du Premier Ministère.
Sur cette polémique entre la Direction des Antiquités et la Société Archéologique de Sousse, par presse interposée, on se reportera au développement, dans ce chapitre, p. 47 et suivantes.

21 Au musée du Bardo, « en 1904-1905 ont été inaugurées, au rez-de-chaussée, la salle des antiquités préromaines, mégalithiques, libyques et puniques, puis une grande galerie qui est réservée à l'épigraphie latine et que prolongera une seconde galerie plus sombre consacrée à l'histoire de la tombe et à la reconstitution des types de sépultures africaines caractéristiques des diverses époques depuis le dolmen primitif jusqu'au caisson funéraire en mosaïque des derniers temps de la domination byzantine. L'on a ouvert au premier étage une grande salle affectée à la riche collection des mosaïques d'El Djem, au médaillier et aux verreries ; l'on aménage d'autre part une autre pièce où seront exposés les stucs sculptés et peints de Gigthi, et les fresques retirées en 1904 des maisons romaines de Carthage » (Rapport, p. 25-26). Antérieurement à ces extensions de 1904-1905, Gauckler écrivant au Secrétaire Général du Gouvernement beylical, le 5 janvier 1904, pour dénoncer la brutale réduction du budget 1904 énonçait : « La multiplication du nombre des salles qui ont passé de 3 à 21, la nécessité de mettre en état et d'exposer les acquisitions nouvelles qui en peu d'années ont décuplé la valeur intrinsèque de nos collections », (ANF F17 /17236).

22 À Carthage, « nous avons décidément renoncé aux sondages sporadiques et à la recherche du bibelot de vitrine, nous nous sommes proposé de reconstituer méthodiquement et d'une façon complète sinon le plan total de la cité antique – ce que les nombreuses constructions du cardinal Lavigerie ont rendu impossible – du moins celui d'un quartier choisi parmi les plus importants, celui des thermes d'Antonin. Ces fouilles localisées dans un même endroit dont nous explorons scrupuleusement toutes les stratifications historiques nous ont permis de doubler en cinq ans le nombre de monuments publics actuellement connus de la Carthage romaine » (Justificatif, p. 2).
Et pour la campagne 1904-1905 : « A Carthage, la dernière campagne de fouilles a fait faire un progrès décisif à notre connaissance de la ville antique. De patientes et minutieuses recherches topographiques, inspirées par un passage du traité latin de la Descriptio orbis, dont on n'avait pas su jusqu'ici comprendre la portée, ont permis à M. Gauckler de reconstituer a priori sur le papier puis de retrouver sur le terrain tout le réseau des rues de la colonie romaine Colonia Junonia Karthago que les arpenteurs romains tracèrent dès Tan 122 avant notre ère sur l'emplacement de la métropole punique détruite peu d'années auparavant par Scipion » (sur Carthage, cf. Rapport, p. 2 à 10).
Dans sa recension des travaux et recherches archéologiques à Carthage dans Carthage retrouvée, Tunis, 1995, A. Ennabli écrit à propos de Gauckler : « Il apparaît comme le grand savant qui a véritablement introduit Carthage dans le domaine de la recherche scientifique » (p. 142).

23 À Dougga « C'est plutôt une œuvre de conservation que de découvertes nouvelles que nous avons entreprise depuis trois ans. Il s'agissait d'assurer le salut et de mettre en valeur quelques-uns des plus beaux monuments que nous ait légués l'antiquité classique » (Justificatif, p. 3).
Et pour la campagne 1904-1905, sont successivement cités la consolidation définitive du temple du Capitole, le dégagement des abords du sanctuaire et des murs de la forteresse byzantine, le déblaiement du Forum, le temple de la Fortune Auguste et celui consacré à Mercure, et dans un second chantier, la mise en état du temple de Caelestis (Rapport, p. 10 à 13).

24 « Dans le Sud tunisien, l'exploration méthodique du Limes tripolitanus se poursuit avec le concours du Service des Affaires indigènes. C'est une œuvre scientifique analogue à celle de la Commission du Limes Germanus pour laquelle l'Allemagne dépense chaque année une centaine de mille francs » (Note, p. 5).

25 Gauckler omet de faire la dissociation entre les églises de Sidi Abich et d'Uppenna.

26 Le mausolée de Jemajeur, la grande basilique de Segermes, une collection d'ex-voto d'un sanctuaire punique à Zaghouan, les nécropoles païenne et chrétienne de Hadjeb el Aioun, la nécropole païenne de Sbeitla, un groupe d'établissements de potiers à Henchir es Srira, une dédicace impériale près de Thala, des inscriptions honorifiques à Henchir Alouin, un grand sarcophage représentant un port monumental à Menzel Temine, deux portraits d'homme et de femme du mausolée voisin de Clypea, des sculptures antiques à Utique.

27 À Carthage, dégagement « sur le sol d'un oratoire... dans un couvent ou une demeure épiscopale, de la mosaïque avec les quatre évangélistes soutenant une couronne qui encadre une croix latine accostée de colombes et des agneaux symboliques » (Rapport, p. 5), mosaïque aujourd'hui exposée au musée de Carthage, et dont la représentation invite à une intéressante comparaison avec la grande mosaïque des martyrs d'Uppenna.

28 À Tabarka, les fouilles de la basilique menées par le Capitaine Benet inciteront Gauckler à une présentation d'ensemble dans les Monuments Piot, t. XIII, 1906, p. 175-227, étude réimprimée dans Les Cahiers de Tunisie, t. XX, no 77-78,1972, p. 153-193.

29 Dont la découverte fera l'objet d'une annonce au ministère de l'Instruction Publique, le 3 mars 1905 (ANF F 17/2854-1).

30 Le 14 décembre 1904 : « J'ai été atteint il y a quelques jours d'un accès de fièvre paludéenne... Je viens seulement de me lever ce matin pour la première fois ». Le 6 février : « J'ai été obligé de m'absenter ces jours-ci pour la construction de la route d'Enfidaville à Zaghouan, ce qui fait que je ne vous ai pas envoyé de note plus tôt ». Le 15 février : « Je ne vous ai pas envoyé les renseignements que je vous avais promis... car j'ai deux routes en construction et j'ai été obligé de m'absenter pendant tous les premiers jours de la semaine ». Le 23 février, il mentionne « des travaux assez importants qui ont nécessité [son] absence d'Enfidaville pendant les premiers jours de la semaine ». Le 12 mars : « ... ayant été fortement indisposé pendant une dizaine de jours ». Le 21 mars enfin, il annonce qu'il part en études pour vingt jours sur la route de Zaghouan.
On est fondé à se demander si le conflit dans lequel Robin se trouva impliqué n'eut pas pour conséquence d'inciter Robin ou ses supérieurs à donner la priorité encore davantage aux obligations professionnelles, tant il est net, dans les lettres à partir du 6 février, que les contraintes liées à l'emploi du temps apparaissent lourdes...

31 En effet, l'« Enquête sur les installations hydrauliques romaines en Tunisie » avait été imposée par le Résident Général, dès 1895, à Paul Gauckler qui n'était pas encore Directeur en titre du Service des Antiquités. Dans sa lettre adressée le 31 décembre 1896, à René Millet, Résident Général, et publiée en tête du fascicule 1, Gauckler faisait respectueusement observer qu'il s'agirait en Tunisie « d'une œuvre de longue haleine, qui ne peut présenter d'intérêt que si elle est complète », ce qui pouvait laisser pressentir un certain manque d'enthousiasme pour une tâche aussi vaste. En réalité, P. Gauckler avait failli être démis de ses fonctions pour avoir tenté de se dérober à une telle obligation, comme en témoigne la lettre que Gauckler avait adressée à X. Charmes, Directeur du Secrétariat et de la comptabilité au ministère de l'Instruction Publique, le 9 février 1897 (ANF F17/13059) : « Monsieur le Directeur,
J'ai eu l'honneur de vous adresser à la date du 2 février dernier, le premier fascicule de l'Enquête sur les travaux hydrauliques à laquelle M. René Millet m'avait dès le mois de janvier 1895 donné l'ordre de procéder.
J'avais déjà eu l'honneur de vous faire connaître dans les audiences que vous avez bien voulu m'accorder en septembre 1895, en juillet et août 1896, dans quelles conditions ce travail dont je n'ai en aucune façon pris l'initiative, m'a été imposé. J'ai obéi aux ordres qui m'étaient donnés, mais j'ai retardé la publication des documents que je réunissais jusqu'au jour où il ne m'a plus été possible de temporiser davantage. Placé, au mois de décembre dernier, dans l'obligation de me soumettre ou de me démettre, et ayant besoin de ma place pour vivre, je me suis incliné ! Permettez-moi d'espérer, Monsieur le Directeur, que vous ne m'en saurez pas mauvais gré et puisque vous m'avez recommandé de vous tenir personnellement au courant des difficultés que je puis rencontrer dans l'accomplissement de ma carrière, c'est à votre haute bienveillance que je prends la liberté d'avoir recours aujourd'hui en vous exposant confidentiellement les graves embarras d'une situation que je n'ai pas contribué à créer, et dont je me trouverai toujours en définitive la victime. »
S'il ne nous est pas donné d'expliciter les raisons de l'opposition de P. Gauckler, il est en revanche très facile de comprendre l'intérêt de l'administration coloniale pour un tel travail, et le rôle dévolu aux archéologues, que ce soit en Tunisie ou en Algérie. En effet, une lettre du 10 février 1897, c'est-à-dire le lendemain de cette missive, du Secrétaire général du Gouvernement général de l'Algérie au ministère de l'Instruction Publique, lettre conservée dans le même dossier F17/13059, précisait :
« J'avais prescrit à MM. les Généraux commandant les divisions et à MM. les Préfets de la Colonie de faire rechercher par MM. les Maires, Administrateurs et Chefs de bureaux arabes placés sous leur autorité, les différents travaux hydrauliques exécutés en Algérie à l'époque de la domination romaine. L'exécution de ces recherches présente en effet un réel intérêt, non seulement au point de vue scientifique mais encore et surtout au point de vue des indications expérimentales qu'elles permettront de réunir pour la mise en valeur de la colonie. »
Gauckler publiera huit fascicules successifs (tome I : cinq fascicules 1897-1901 ; tome II : trois fascicules 1902-1904). Ce troisième fascicule sera adressé par Gauckler, le 2 mai 1905, au Directeur des Missions scientifiques. Il s'agit très probablement d'un des derniers actes officiels de Gauckler en tant que Directeur du Service des Antiquités. Au surplus, le premier fascicule publié par Gauckler en 1897 concernait la Byzacène orientale, c'està-dire la province qui englobait le secteur de l'Enfida ! Après son départ, un quatrième fascicule parut en 1912 (deuxième partie, fascicule IV).
On peut donc se douter de ce que Gauckler dut ressentir en février 1905, lorsque Robin lui fit part de la nouvelle orientation qu'il donnait au chantier d'Uppenna, mais aussi son impossibilité d'y faire obstacle, suite à une décision conjointe des ministres de l'Instruction Publique et de l'Agriculture, concernant « les provinces de l'Afrique du Nord actuellement ouvertes à la colonisation française ».

32 L'Avenir du Centre, 4 juin 1905 : « Une excursion à Upenna ».

33 Dans le manuscrit du Rapport sur les travaux de la Mission archéologique française de Tunisie en 1904-1905 (cf. ch. II : « Dossiers d'Archives ») rédigé alors que Gauckler était confronté aux plus grandes incertitudes sur son avenir, on lit le paragraphe suivant à même de stimuler l'intérêt des autorités (cf. p. 243 et fig. 452).
« En outre de la découverte d'une basilique chrétienne, les fouilles d'Uppenna ont eu un autre résultat plus pratique et d'une extrême importance pour l'avenir de cette région de l'Enfida si fertile à l'époque romaine, et presque désertique aujourd'hui par suite du manque d'eau.
L'on a retrouvé à trois mètres sous terre, une canalisation romaine de grandes dimensions qui devait avoir un débit aussi considérable que celui de l'aqueduc de Zaghouan à Carthage et dont l'état de conservation est tel qu'elle pourra recommencer à fonctionner aussitôt le déblaiement achevé, et la nappe d'eau initiale retrouvée. » (Rapport, p. 18-19.)

34 Le meilleur témoignage de la conception que se faisait Gauckler est contenu dans le texte d'une longue conférence qu'il a donnée en 1898 sur l'« Utilité du Service des Antiquités et Arts » dans lequel il affirme que « la connaissance précise et raisonnée des antiquités tunisiennes est la seule base solide où puisse s'appuyer toute entreprise intéressant l'avenir politique et économique de ce pays ».
Après avoir décrit le sort lamentable des vestiges du passé en Algérie, dans les dernières décennies du xixe siècle, malgré l'octroi de crédits importants, il poursuit : « Ce qui a fait défaut à l'Algérie, c'est une organisation archéologique officielle, un service d'état fortement centralisé, sérieusement armé pour la protection des antiquités, et responsable de leur conservation.
« C'est une direction d'ensemble animée d'un esprit véritablement scientifique, assez ferme et assez désintéressée tout à la fois pour s'élever au-dessus des considérations de personnes et d'intérêts privés pour prévenir, éviter les conflits entre les services et les querelles entre les individus, pour défendre le bien de l'état tout en respectant la propriété des particuliers, pour faire à chacun sa part dans la tâche commune, et imposer à tous cet esprit de suite et surtout cet esprit de subordination sans lesquelles ne peut s'accomplir aucune œuvre de quelque importance, aucune œuvre collective de quelque importance... » (ANF F17/17236).

35 Le Dr Carton, pronostiquant que les relevés et plans de la basilique d'Uppenna ne seraient probablement pas publiés avant longtemps, ajoutait en note : « Comme cela s'est produit pour tous les monuments de ce genre, étudiés et déblayés depuis dix ans, dont aucun n'a encore été porté à la connaissance des savants d'une manière complète » (Dr Carton, « Les basiliques chrétiennes d'Upenna », op. cit., p. 63 note 1). Les dix ans dont il est question visent évidemment P. Gauckler. L'attaque du Dr Carton porte sur le point le plus sensible : la réduction des crédits de sept mille francs dans le budget de 1904 traduisait la suppression des crédits, du même montant, prévus pour les publications historiques de la Tunisie, attendu que depuis 1898, le Service des Antiquités avait interrompu la publication des monographies sur les monuments romains et arabes de la Régence (explication p. 178 n. 26).

36 Dr Carton, ibid., p. 63.

37 Les points d'appui de ces interventions sont les officiers du Camp des Tirailleurs – qu'une dépêche du Ministre de la Guerre, datée du 7 février 1903, avait autorisés à faire partie de la Société –, pris en tenaille dans cette lutte d'influence (découverte à ce moment de la mosaïque du Neptune monté sur un trige attelé de chevaux marins, par le Commandant Giorgi, par ailleurs vice-président de la SAS) et l'abbé Leynaud aux Catacombes de Sousse. Le conflit de compétence entre l'abbé Leynaud et le Dr Carton est en gestation dès 1904 et éclatera en 1908. Gauckler fait obtenir à l'abbé Leynaud des subventions d'un montant supérieur à celles que le Dr Carton recueille de son côté !
La lettre du 9 février 1905 de A. Héron de Villefosse précise dans quelles conditions l'abbé Leynaud a reçu une subvention de cinq cents francs de l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres « sachant que l'abbé Leynaud était en règle avec vous et avec le Service que vous dirigez ». Il répond ainsi à une lettre de Gauckler, datée du 5 février 1905 – jour de la parution de l'article de L'Avenir de Centre (cf. ci-après) – qui mettait très certainement en cause le Dr Carton. « Aucun Président ne m'a télégraphié pour mettre des conditions à cette subvention. »

38 En témoigne cette lettre de Héron de Villefosse au Père Delattre, datée du 16 octobre 1904, conservée dans la correspondance Delattre : « Le docteur Carton a traversé Paris pour rejoindre son poste et a eu l'obligeance de venir me voir. Il est toujours très occupé de la Société Archéologique de Sousse qui est sa fille : je crois qu'il a eu de ce côté beaucoup de difficultés avec la direction des Antiquités. »

39 Extraits de la correspondance de Héron de Villefosse, un des plus farouches adversaires de Gauckler, au Père Delattre, concernant le Dr Carton, dans laquelle il est fait état des relations de ce dernier avec Gauckler et avec le chanoine Leynaud, ami du Père Delattre, qui procède aux fouilles des catacombes de Sousse :
« Le docteur Carton est devenu votre voisin : nous avons essayé de lui faire accorder le titre de correspondant de l'Académie, mais il y a de telles compétitions que cela devient très difficile. Il a eu quelques voix. S'il peut rester calme et ne pas s'agiter, nous réussirons un jour ou l'autre » (31 décembre 1904).
« Je ne sais ce que devient le docteur Carton. Je crois qu'il est votre voisin. Il m'a écrit une lettre bien agitée, très découragée, remplie d'amères récriminations. Il m'est impossible de prendre parti dans les querelles tunisiennes et je lui ai répondu en lui souhaitant plus de calme et de sang-froid. J'avais cru bien faire en demandant cinq cents francs à l'Académie pour les fouilles de Sousse (l'abbé Leynaud) ; il paraît que j'aurai dû les demander pour la Société Archéologique de Sousse. Il y a là des dessous que je ne comprends pas et dans lesquels je ne veux pas entrer. Gardez pour vous ce que je vous écris et ne lui en parlez pas. C'est le meilleur des hommes, mais il est d'une nervosité exceptionnelle » (16 mars 1905).
« Je vous remercie des nouvelles que vous m'avez données de ce bon Abbé Leynaud. Je me doute bien de tous les ennuis qu'il doit avoir avec le brave agité que nous connaissons. Il n'y a pas qu'en Tunisie qu'il fatigue et décourage ses amis » (5 mai 1906).
« Deux mots pour vous dire que l'Abbé Leynaud m'a écrit et m'a envoyé un rapport assez maigre sur ses découvertes. Je le lirai tel quel à l'Académie. Le pauvre homme n'ose pas parler de ces découvertes parce qu'il redoute le terrible Président de la Société Archéologique de Sousse qui veut tout réserver pour son bulletin ! L'Académie a pourtant fourni des fonds. Enfin, nous ferons ce que nous pourrons pour obtenir une nouvelle subvention » (30 juin 1906).

40 Expression employée par Robin dans sa lettre à Gauckler en date du 17 février 1905 : « Je ne pouvais, comme Conducteur des Ponts et Chaussées, que me mettre à la disposition des notabilités de Sousse venant visiter les ruines. »

41 « Le Centre aujourd'hui endormi en un sommeil léthargique administrativement entretenu reste la contrée la plus riche, la plus peuplée de ces vestiges qui témoignent de l'antique prospérité du sol, de son activité et racontent l'histoire d'un glorieux passé »... En découle donc le refus d'un dessaisissement « pour les cadres froids de salles tristes et solitaires du musée tunisien » (À noter ici l'allusion implicite à la localisation du musée Alaoui, et donc la conjonction recherchée de deux oppositions, celle des habitants du Sahel, celle de certains milieux français qui estimaient alors qu'il fallait casser le cadre légaliste du Protectorat au profit d'une Tunisie réellement française).

42 Il faut s'opposer à « la prétention émise de vouloir dans l'intérêt de l'Art déflorer ainsi un des plus beaux monuments des premiers âges du Catholicisme... Nombreux seraient ceux qui coopéreraient de grand cœur à une réédification partielle de la basilique byzantine, créant ainsi, en cette terre de Byzacène un lieu de pèlerinage où les vivants du vingtième siècle viendraient rendre visite aux disparus de ce cinquième siècle qui, avec Genseric, Zenon et Huneric, vit l'invasion vandale et l'épanouissement sanguinaire du schisme arien ».

43 Jean Ganiage a bien mis en évidence l'agitation endémique d'une colonie française peu nombreuse, relayée par la presse locale, agitation qui s'exprima avec la confluence de deux revendications, celle d'un régime politique se rapprochant de celui de l'Algérie, celle de la mise en place d'institutions représentatives de la population française (J. Ganiage, Histoire contemporaine du Maghreb de 1S30 à nos jours, Paris, 1994). En 1891, le Résident Général Massicault décidait pour la première fois de réunir les délégués des Chambres françaises d'Agriculture et de Commerce. En 1896, un troisième Collège est créé regroupant les professions libérales et les autres français. En janvier 1905, Stephen Pichon décide que les trente-six membres de la Conférence consultative seront élus au suffrage universel (cf. J. Ganiage, ibid., p. 304-305). La composition nouvelle de la Conférence consultative visait également officiellement à mieux équilibrer la représentation des différentes régions, donc le Centre. Mais, dans le Sahel, à en juger par les articles de L'Avenir du Centre, on allait plus loin et on considérait que l'enjeu du scrutin était de parvenir à imposer à l'autorité de tutelle la reconnaissance des intérêts légitimes de cette région. À noter que M. Coeytaux, le régisseur du domaine de l'Enfida, sera élu très facilement dans le premier Collège.

44 Rappelons trois événements contemporains de la période des fouilles d'Uppenna :

  • Le 3 janvier 1905, c'est l'entrée en vigueur de la loi du 7 juillet 1904 qui interdisait l'enseignement aux congrégations religieuses.
  • Le 18 janvier 1905, E. Combes remet sa démission de chef de gouvernement.
  • Le 29 mars 1905, la Chambre des députés aborde la discussion du projet de loi concernant la séparation de l'Église et de l'État, qui sera ratifié par le Parlement le 3 juillet 1905.

45 On croirait presque entendre, à plus de vingt ans de distance, l'écho du dialogue de Gambetta et du Cardinal Lavigerie, au moment où le premier recevait le second pour le féliciter de son accession au Cardinalat : « – Comment, Monsieur le Président, arrivez-vous à concilier vos généreuses paroles de tout à l'heure avec la phrase désormais historique, hélas, lancée par vous à Romans : Le cléricalisme, voilà l'ennemi ? – Bah, Monsieur le Cardinal, ce sont des mots... des mots qui ne doivent pas franchir la frontière. » (F. Renault, Le cardinal Lavigerie 1825-1892. L'Église, l'Afrique et la France, Paris, 1992, p. 452-453.)

46 « C'est en juin dernier que M. le Dr Carton passant à l'Enfida avec son régiment pour se rendre à La Goulette... etc. »

47 « La première excursion de l'année 1905 aura lieu le dimanche 26 février aux ruines de la basilique byzantine d'Uppenna à cinq kilomètres d'Enfidaville où M. Robin membre correspondant de la SAS chargé des fouilles a mis à jour plus de quarante mosaïques de toute beauté. » (cf. en Annexe – p. 215 – dans la Correspondance de Robin).

48 Les archives de l'INP contiennent les réponses :

  • du Directeur du Musée de Sousse, M. Gouvet, le 17 février qui prudemment conseille à Gauckler de ne pas démissionner : « A mon humble avis, vous leur ferez trop plaisir en donnant votre démission. »
  • de l'Ingénieur des Ponts-et-Chaussées de Sousse, Adolphe Gresse, supérieur hiérarchique donc de Robin, le 24 février, qui démissionne de la vice-présidence de la SAS, mais déplore, après avoir donné ce gage, « que ce malentendu nous ait privés du plaisir de passer une journée au grand air » et précise que « [son] service très chargé ne [lui] laisse aucun loisir pour [s']occuper des intérêts de la SAS », ce qui peut nous inciter à déduire que le même service est trop chargé pour que Robin puisse dorénavant consacrer du temps à Uppenna (cf. l'observation que nous avons faite sur son activité professionnelle)... Il y a tout lieu de penser néanmoins que M. Gresse n'a pas démissionné ou est très vite revenu sur sa décision, car nous lisons dans L'Avenir du Centre du 11 mars 1906 que le bureau de la SAS fut reconduit pour l'année 1906 sans changement avec le Dr Carton comme président, Adolphe Gresse restant un de ses deux vice-présidents. Il est vrai aussi que, comme nous l'observerons, la démission de Gauckler et celle, ultérieure, de Robin, ne furent pas considérées, a posteriori, comme effectives !
  • Réponse aussi du capitaine Ordioni, commandant de la 2e compagnie du 4e régiment des Tirailleurs algériens, le 22 mars, qui, lui, avait démissionné il y a un an déjà !

49 Dans L'Avenir du Centre du 2 avril 1905, à propos d'une recension du Bulletin de la Société archéologique de Sousse, on peut lire cette phrase significative d'un certain vide ressenti depuis le départ du Dr Carton : « C'est dans ces pages que l’on retrouve le talent d'observation si fin, si prédominant chez Monsieur le Docteur Carton que les exigences militaires ont enlevé trop tôt à notre région ».

50 Article intitulé « Mesquinerie administrative » dans lequel l'auteur fait précéder le rappel des mérites du Dr Carton et de la SAS (octroi des premiers subsides et désignation de l'endroit où fouiller) de la complainte concernant le Centre : « Est-ce que, par hasard, il serait de bon ton, dans les hautes sphères administratives d'être de parti pris désagréable au Centre et de considérer cette région comme un fief éminemment seigneurial ? » L'attaque personnelle contre Gauckler vise ensuite ce que nous pourrions qualifier un délit d'ingérence personnel : « La seule déduction à tirer – et que tous ont tirée – est que M. Gauckler a intérêt à ce que nul autre que lui ou ses fidèles aient connaissance des découvertes faites, de façon à pouvoir agir à sa guise, sans contrôle, et conserver une primeur qui le mette en bonne posture auprès des Sociétés savantes » (allusion aux communications aux séances de la Commission d'Afrique du Nord du CTHS et de la Société des Antiquaires, cf. ch. III).

51 Le Courrier Tunisien, journal républicain radical dont c'était le 27 février le premier numéro et qui publiera le 1er mars (no 3) un rectificatif inspiré par la Direction des Antiquités, intitulé « Note sur les fouilles d'Uppenna » et signé A.D. c'est-à-dire de son directeur A. Destrées.

52 Menaces précises avec le vote d'un blâme pour la Direction des Antiquités qui serait transmis à M. Pichon, le Résident Général, ainsi qu'aux Sociétés savantes (Le Courrier Tunisien du TJ février).
Menaces voilées avec cette envolée qui conclut l'article du Courrier Tunisien du 27 février : « La Direction des Beaux-Arts serait donc dans son tort. Il reste à souhaiter qu'elle n'en supporte pas trop les conséquences. Car nos voisins sont poliment montés contre elle. Et quand les gens calmes se mettent à crier, les sourds euxmêmes peuvent se boucher les oreilles. »

53 La démission de Robin ne sera pas enregistrée, son nom figurant toujours dans la liste des membres de la Société, publiée chaque année en début de bulletin.

54 L'absence du Père Delattre de Tunisie en décembre 1904, moment où il effectue un pèlerinage à Rome à l'occasion des fêtes du cinquantenaire de la proclamation du dogme de l'immaculée Conception, est de nature à expliquer que l'abbé Emmanuelli n'ait pas hésité à contacter directement P. Gauckler.

55 Le Cardinal Lavigerie adresse le 15 février 1881 une « Lettre à Monsieur le Secrétaire perpétuel de l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres » intitulée : « Sur l'utilité d'une Mission archéologique permanente à Carthage », édit. A. Jourdan, Alger, avril 1881. « Son contenu est un véritable programme archéologique. Il obtient le privilège pour les Pères Blancs de fouiller le sol de Carthage alors que ce droit relève de la Direction des Antiquités » (A. Ennabli, Carthage retrouvée, op. cit., p. 140).

56 Se reporter à la n. 6, p. 29, troisième paragraphe.

57 Chaque année, le 31 décembre, P. Gauckler signe l'arrêté ministériel confirmant au Père Delattre l'autorisation de conduire des recherches archéologiques. Voici en quels termes, le 31 décembre 1904, pour Tannée 1905 : « Le R.P. Delattre correspondant de l'Institut, directeur du Musée Saint-Louis de Carthage est autorisé à exécuter les travaux ci-après spécifiés, dans les localités et aux conditions suivantes : Recherches archéologiques subventionnées par l'Institut de France sur toute l'étendue du domaine du diocèse à Carthage, ainsi que dans le terrain où se poursuivent actuellement les fouilles de la nécropole punique voisine de Sainte-Monique. Les antiquités découvertes au cours de ces recherches seront conservées et exposées au public dans le Musée Saint-Louis de Carthage. La présente autorisation est valable pour un an et renouvelable. Elle est délivrée, comme les précédentes, à titre purement personnel au R.P. Delattre. »

58 Note de R. Cagnat, non datée ANF F 17/2854-1 – « La position seule de M. Gauckler qui est notre représentant archéologique à Tunis le désigne comme correspondant du ministère. Il est même nécessaire de lui accorder le titre de membre non résidant du Comité, car plusieurs de ceux dont il est obligé de contrôler les actes, notamment le Père Delattre, ont eux-mêmes ce titre. » Gauckler a été nommé membre non résidant du Comité le 15 décembre 1894.

59 Correspondance de P. Gauckler à X. Charmes, directeur de la Comptabilité au ministère de l'Instruction Publique, le 22 décembre 1894 (ANF F 17/13059) : « Cette liste [de dix-neuf sites] a été arrêtée d'accord avec le P. Delattre que j'avais cru devoir consulter avant de la soumettre à la signature du Premier Ministre ». Cela n'avait pas empêché le gérant des biens du diocèse de Carthage, Mgr Tournier, que nous retrouverons à Uppenna, d'écrire au Premier Ministre de la Régence : « Vous me permettrez de vous faire remarquer, Monsieur le Ministre, que ces immeubles appartiennent soit en totalité, soit en partie au diocèse de Carthage, qui les a achetés et qui entend en jouir comme bon lui semblera. Je m'oppose donc formellement à ce qu'on lève ses droits de propriétaire par la création d'une servitude qui serait la conséquence d'un classement des dits immeubles comme monuments historiques ». Paris donnera raison sur le fond à Gauckler, tout en lui conseillant « d'apprécier, si parmi les monuments inscrits sur [sa] liste, il n'en existe pas dont la conservation ne serait pas absolument nécessaire » (réponse de X. Charmes le 12 janvier 1895). De fait, le décret beylical du 8 mai 1895 se limitera pour Carthage aux ruines du plateau Saint-Louis, à la basilique de Damous el Karita, à la nécropole de Bordj Djedid.

60 P. Gauckler communique au Père Delattre, le 4 janvier 1894, le projet d'arrêté de classement des principales ruines de Carthage. L'avis sollicité ne concerne évidemment pas le principe du classement mais « les modifications, additions ou suppressions à y apporter » (Archives des Missionnaires d'Afrique).

61 En ce qui concerne Gauckler, se reporter au ch. IV : « Paul Gauckler et le Père Delattre. Une cœxistence conflictuelle » – p. 171-181.
La famille Coeytaux dont le nom est indissociable de la Société franco-africaine de l'Enfida – elle-même en contact par la Société Marseillaise de Crédit avec les personnalités de la « Haute société protestante » – est étroitement liée aux destinées de la communauté protestante en Tunisie durant trois générations, celle d'Alfred Coeytaux arrivé en Tunisie en 1881, celle de son fils Achille, celle de son petit-fils Henri (Henri, notamment, sera le secrétaire du Conseil d'Église de 1937 à 1949 – et peut-être au-delà puisque le registre des délibérations de ce Conseil prend fin en 1949).
Ces indications concernant Gauckler et Coeytaux m'ont été communiquées par M. Pierre Soumille, à qui j'exprime ma reconnaissance, qui a dépouillé le registre des délibérations du Conseil de l'Église réformée de Tunis – Temple protestant, 36 rue d'Italie, actuellement rue Charles de Gaulle à Tunis.

62 Information obtenue auprès de M. Édouard de Cazalet, ancien président de la Société Marseillaise de Crédit et de la Société franco-africaine de l'Enfida.

63 La date du 18 mai 1905 est donnée par les Procès-Verbaux d'une double Mission archéologique (p. 7). Celle du 11 mai paraît néanmoins plus crédible. On la trouve en effet dans l'opuscule du vicomte H. de Chaignon qui relate cette visite (Une journée à Enfidaville, éd. Borrel, Tunis, 1906, p. 9) et dans le texte de l'allocution de l'archevêque de Carthage pour la bénédiction de l'église d'Enfidaville le 1er mai 1907 (p. 5, n. 1).

64 « Ce sera une journée mémorable celle où on pourra enlever la mosaïque et mettre au jour les corps des martyrs. Mais que deviendront tous ces précieux vestiges du passé ? Upenna se trouve classée à présent comme monument historique et se trouve dès lors placée sous la direction des Antiquités en Tunisie. Mgr Combes espère qu'on fera don de l'emplacement occupé par les seize martyrs ; au-dessus il se propose d'élever un monument, une petite chapelle qui pourrait devenir un lieu de pèlerinage.
Pour les autres tombes, il est difficile de prévoir ce que l'avenir leur réserve. On serait désireux de voir conserver sur place toutes ces richesses, mais il faudrait pour cela qu'elles soient soustraites aux indiscrétions des visiteurs, aux déprédations des Arabes des alentours, aux influences atmosphériques. Il faudrait donc renfermer la basilique entière dans une construction couverte, y établir un gardien, choses presque impossibles au milieu d'une pareille solitude, sans parler des frais que nécessiterait une telle entreprise. Il est probable que le directeur des Antiquités fera enlever et transporter les principales mosaïques dans les divers musées de Tunis ou du Bardo » (H. de Chaignon, op. cil., p. 12-13).

65 Sur la mise à l'écart de Gauckler et les conséquences tragiques qui en découlèrent pour lui, nous nous contenterons de reproduire les termes utilisés par G.-Ch. Picard pour les évoquer, lors d'une « Conférence sur la Recherche archéologique en Tunisie des origines à l'Indépendance », le 11 octobre 1984, à la nuance près que cet événement se produisit en 1905 :
« Ce grand savant avait des mœurs jugées alors intolérables, au moins dans les milieux universitaires. Elles lui valurent une atroce persécution qui le chassa en 1906 de Tunisie, avant de l'acculer quelques années plus tard à Rome, à un suicide tragique. » (Cahier des Études anciennes, t. XVI, p. 11-20, Université de Québec-Trois Rivières). On ne s'étonnera pas qu'il n'y ait rien eu de conservé à ce sujet dans les archives de la Direction des Antiquités et M. G.-Ch. Picard a bien voulu me confirmer qu'il n'avait rien trouvé dans les archives à l'époque où il dirigeait ce service.
Que Gauckler gênait et s'était fait des ennemis dans le milieu scientifique mais aussi colonial de l'époque, à la Résidence générale, où la fonction qu'il occupait demandait beaucoup d'appuis et un sens aigu de la diplomatie qui n'était pas sa principale qualité, est une réalité indiscutable. La rigueur de la mesure prise à son encontre a incité un certain nombre de personnalités scientifiques qui lui conservaient toute leur confiance à intervenir afin qu'il puisse au moins mener à bien ses publications et continuer des recherches en Italie, dans des conditions d'efficacité certes incomparablement plus limitées.
Ainsi son plus fidèle soutien, le Secrétaire perpétuel de l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, G. Perrot, commence et termine ainsi, le 24 décembre 1908, sa lettre de recommandation afin que Gauckler puisse bénéficier pour la seconde année consécutive de la qualité de « chargé de mission scientifique en Italie » : « Depuis que M. Gauckler a quitté le poste qu'il a occupé avec tant de distinction et de compétence en Tunisie pendant neuf ans, il a été forcé, par l'état de sa santé, de passer les hivers en Italie, à Rome, mais l'expérience qu'il avait acquise au cours de ce long séjour dans l'Afrique romaine n'a pas été perdue pour la science. Correspondant de l'Académie des Inscriptions, M. Gauckler Ta tenue au courant de toutes les découvertes qui se faisaient à Rome et dans les environs.../... Le titre de chargé de mission sera très utile à M. Gauckler pour lui permettre de lutter contre les jalousies et les mauvais vouloirs qui ont parfois entravé ses recherches » (ANF F17/2969A). Le premier arrêté accordant la qualité de chargé de mission en Italie a été signé le 27 novembre 1907 par le Directeur de l'Enseignement Supérieur, A. Bayet. L'indemnité forfaitaire de cinq cents francs sera portée les années suivantes à mille francs. Les recherches concernaient le temple syrien du Lucus Furrinae au Janicule.
Dans le dernier rapport manuscrit conservé, relatif à sa mission archéologique et daté à Paris du 9 novembre 1911, P. Gauckler s'excuse de n'avoir pu s'acquitter cette année-là de la mission scientifique dont il avait été chargé, pour des raisons de santé : « ...Cette maladie m'a forcé de garder le lit cinq mois de suite du 1er décembre 1910 au 7 mai 1911 d'abord à Florence où elle m'avait terrassé sans même me permettre d'atteindre le but de mon voyage, puis à Rome où je pus me faire transporter le 28 décembre 1910 ». Il terminait cette lettre en indiquant qu'il comptait se mettre en route pour l'Italie à la fin de la semaine (ANF F 17/2969 A). Il décédera à Rome le 5 décembre 1911.

66 Archives Nationales de Tunisie. Section d'État. Série E. Direction des Antiquités et Beaux-Arts, dossier de nomination d'Alfred Merlin. Le double de la lettre adressée par le Résident Général, M. Pichon, au Président du Conseil, Ministre des Affaires Étrangères, M. Rouvier, est en effet conservée. Cette lettre se poursuivait ainsi : « ...J'ai l'intention de confier les fonctions dont il s'agit à M. Merlin, agrégé de l'Université et ancien élève de l'École Normale supérieure qui recevrait un traitement annuel de 8 000 francs. Si vous approuvez cette proposition, je vous serais reconnaissant de demander à M. le Ministre de l'Instruction Publique et des Beaux-Arts de vouloir bien mettre M. Merlin à la disposition du Département des Affaires étrangères pour être détaché auprès du Gouvernement tunisien. »
Ce même dossier des Archives Nationales contient la lettre d'acceptation d'Alfred Merlin en date du 22 octobre 1905 et rédigée ainsi : « Monsieur le Ministre, J'ai l'honneur de vous informer que je me propose de me mettre en route pour Tunis dimanche prochain de manière à arriver par le bateau du 31 octobre. Je n'ai pas reçu encore la notification officielle de ma nomination, mais je pense qu'il n'y a aucun inconvénient à ce que je vienne prendre possession du Service dès maintenant comme vous me l'avez dit à la fin de septembre. Je vous demanderai en même temps si, avant mon départ, vous n'avez pas d'autres instructions à me donner. Veuillez agréer, Monsieur le Ministre, l'assurance de mon plus profond et plus respectueux dévouement. » Le 8 novembre 1905, A. Merlin informe le Directeur de l'Enseignement Supérieur et des Missions scientifiques qu'il a pris possession de son poste le 1er novembre 1905 et il ajoute : « Mon prédécesseur à la Direction des Antiquités tunisiennes, Monsieur Gauckler, m'a remis une somme de quinze cents francs, solde des vingt mille francs que vous avez bien voulu attribuer au Service des Antiquités sur le budget des Missions scientifiques pour 1905 » (ANF F 17/17236). Cette information, pas plus que l'adresse de la démission de Gauckler au Résident Général, ne signifie que Gauckler était revenu à Tunis. Le 30 octobre, c'est de Paris qu'il adresse au Directeur des Missions scientifiques les cinq notes du Capitaine Donau, chef du Cercle de Kebili, relatives à ses recherches archéologiques afin qu'elles soient présentées à la Commission de l'Afrique du Nord (ANF F17/2854[1]). On peut donc déduire que Gauckler et Merlin se sont rencontrés à Paris, avant que A. Merlin ne prenne le bateau pour Tunis. Néanmoins, un an et demi plus tard, le 16 février 1907, dans une lettre adressée de Rome, où il annonce l'envoi du rapport des NAM et sollicite l'adjonction de plans et photographies laissées à Tunis, Gauckler précise : « Je les ai laissés en dépôt dans les Archives de la Direction des Antiquités de Tunisie au moment où j'ai remis le Service à mon successeur et ami M. Merlin » (ANF F 17/17236). Le qualificatif d'ami donné à A. Merlin sera également relevé, et apprécié à sa juste valeur, même si on tient compte du fait que cette lettre serait lue par R. Cagnat qui a écrit au verso : « Transmettre ces deux feuilles à M. Merlin en le priant d'envoyer ce qu'il pourra retrouver des documents demandés » et que René Cagnat était le beaupère d'Alfred Merlin !
On appréciera également l'élégance des termes de la lettre de démission de Gauckler de la Société Archéologique de Sousse, adressée à son président, le Dr Carton, au moment de son départ :
« Paris, 2 novembre 1905. Monsieur le Président, J'ai l'honneur de vous adresser ma démission de membre de la SAS, ayant quitté la Tunisie sans espoir de retour. Je vous prie d'agréer, avec mes regrets, l'expression des vœux sincères que je forme pour le croissant succès et le développement progressif de l'œuvre que vous avez fondée et dont vous avez le droit d'être fier. Veuillez agréer, Monsieur le Président, l'assurance de ma plus haute considération » (Bulletin de la SAS, no 6, p. 276,1905).
En outre, dans l'Annuaire des membres de l'Institut de Carthage, arrêté au 1“janvier 1906, P. Gauckler, « ancien directeur des Antiquités et Arts de la Régence », demeure un des vice-présidents (Revue Tunisienne, no 55, janvier 1906).

67 Dans la note précédente, on lit que A. Merlin savait dès la fin du mois de septembre qu'il allait devenir Directeur des Antiquités. Et le 9 octobre, veille de la remise de démission de Gauckler, il répond aux félicitations du Père Delattre, dont la lettre avait sans doute fait écho à l'information donnée par La Dépêche tunisienne du 6 octobre : « Vous savez avec quel vif intérêt j'ai suivi jusqu'ici vos belles découvertes. Ce n'est certes pas maintenant que nous vivrons côte à côte sur la terre tunisienne que j'y applaudirai avec moins d'enthousiasme. Si quelque chose a pu m'encourager à accepter la situation que je vais occuper, c'est la certitude d'y être entouré de sympathie : je me suis permis de compter sur la vôtre, et c'est pourquoi votre lettre m'a fait le plus grand plaisir ».

68 P. Monceaux à Gauckler, le 16 janvier 1905 : « Tâchons de guérir nos grippes respectives ». Le 26 janvier : « J'espère que la grippe va enfin vous rendre votre liberté. Je vous donne le bon exemple car je suis à peu près guéri ». Le 29 janvier : « J'espère que vous êtes enfin délivré de votre grippe et que vous allez bientôt pouvoir vous remettre en campagne ». Le 25 février : « J'espère que le soleil de Carthage va enfin rétablir votre santé. Mais ne vous surmenez pas trop dans vos prochaines campagnes. Vous avez remporté tant de victoires archéologiques que vous avez le droit de vous accorder un peu de repos ».
Gauckler s'excuse, le 14 février 1905, de n'avoir pu rejoindre le Père Delattre à Uppenna, en ces termes : « Pendant que la Dépêche Tunisienne apprend à ses lecteurs que je me promène à Carthage, je suis cloué dans mon lit par une crise aiguë d'entérite causée par la recrudescence du froid, et je me vois forcé encore une fois de renoncer à mon voyage à Upenna... C'est pour moi un vrai crève-cœur de ne pouvoir faire cette tournée en votre compagnie. Mais vous savez, mon Révérend Père, combien je suis esclave de mon misérable corps qui ne me laisse jamais oublier que nous ne sommes que poudre et que nous retournerons à la poudre ».
P. Monceaux à Gauckler le 6 avril : « Je regrette de ne pouvoir vous rejoindre au Congrès d'Alger. Cette petite excursion va vous procurer un repos relatif. Je vous souhaite donc bon voyage et bonne santé ». En mai : lettre de Sadoux à Gauckler, le 8 mai, le remerciant des cinq cents francs qu'il lui a fait remettre : « J'espère que ce que vous avez n'est que le résultat de la grande fatigue que vous avez prise... Comme vous le savez seul un repos absolu... [illisible] ». L'absence de Gauckler à la visite de l'Archevêque de Carthage le 11 mai à Uppenna, est explicitée ainsi : « M. Gauckler directeur des Antiquités en Tunisie retenu par la maladie » (H. de Chaignon, op. cit., p. 9). Enfin la lettre de l'abbé Leynaud, curé de Sousse, le 14 mai 1905 : « Permettez-moi de vous dire avec quelle ferveur je demande à Dieu de rétablir complètement votre santé... »

69 Les ennuis de santé de Paul Gauckler étaient connus en 1892, au moment de sa nomination en Tunisie, et expliquent même qu'il choisit de s'installer en Afrique. Voici ce qu'écrivait Xavier Charmes, Directeur du Secrétariat et de la Comptabilité au Ministère de l'Instruction Publique, le 31 mai 1892, à son ministre de tutelle, Léon Bourgeois, qui signera l'arrêté de nomination trois jours plus tard : « Ce jeune savant est, en effet, au dire de M. Perrot le plus remarquable sujet qu'il ait vu à l'Ecole Normale depuis qu'il en est Directeur. Ses travaux spéciaux l'ont désigné tout particulièrement à l'attention des érudits. Il a des qualités d'éducation exceptionnelle et, si sa santé un peu ébranlée ne donnait quelques inquiétudes, il semblerait parfait à tous les points de vue. C'est précisément l'état de santé qui a dirigé M. Gauckler vers les études archéologiques, en lui faisant désirer de se rendre en Algérie. Attaché à notre Mission du Nord de l'Afrique, sa santé s'est rapidement améliorée. D'ailleurs le climat de Tunis lui sera favorable et les charges du Service des Antiquités ne comportant aucune fatigue grave, il n'y a certainement pas à se préoccuper de la façon dont M. Gauckler les remplira. » (ANF F17/13059).
Dix-neuf ans plus tard, dans son compte rendu de Mission de l'année 1911 à Rome, rédigé un mois avant son décès, Gauckler décrit ainsi la maladie qui l'a « forcé à garder le lit cinq mois de suite, du 1er décembre 1910 au 7 mai 1911... A peine avais-je franchi la frontière [entre la France et l'Italie] que je suis tombé malade en cours de route d'une crise aiguë d'entéro-colite, qui a mis mes jours en danger et qui a provoqué un empoisonnement du sang et, comme conséquence, une poussée d'érythème polymorphe noueux, particulièrement douloureuse et tenace. » (ANF F 17/2969 A).

70 P. Monceaux se permet une discrète allusion à l'absence de supervision du chantier par Gauckler dans sa lettre du 6 avril 1905 : « Si, par hasard, vous aviez reçu de nouvelles inscriptions d'Uppenna... »

71 G.-Ch. Picard lui rend hommage en ces termes : « Il fut sans doute l'un des meilleurs archéologues de son temps. On peut dire qu'il inaugura la fouille scientifique en Tunisie, rompant avec l'habitude trop répandue de ne recueillir que les beaux objets ; il fut le premier à être constamment présent sur ses chantiers, notant au fur et à mesure le travail des terrassiers » (Cahiers des Etudes anciennes, t. XVI, op. cit., p. 16).

72 Lettres du Dr Carton au Père Delattre, datées des 17,19 et 30 avril 1905.

73 Le jour où A. Héron de Villefosse visite Carthage avec ses amis, le Père Delattre et le Dr Carton (lettre de Carton à Delattre du 30 avril), l'éditorial de La Tunisie française est consacré à la « partialité et à l'injustice » de A. Héron de Villefosse dans son intervention de clôture au Congrès des Sociétés Savantes ! (des extraits de cette intervention avaient été reproduits dans La Tunisie française du 30 avril, puis dans La Dépêche tunisienne du 4 mai).
A. Héron de Villefosse avait exalté et associé, de façon fort diplomatique et habile, les mérites de Gauckler pour le Bardo, Dougga et Carthage, et du Père Delattre à propos des fouilles de Carthage et du musée Lavigerie. Le directeur de La Tunisie française lui reproche de taire les mérites du Dr Carton et de faire passer le Père Delattre au second plan. Il explique que c'est dû à la mégalomanie du directeur des Antiquités « qui se laisse attribuer les découvertes de tant d'hommes distingués qu'il sacrifie impitoyablement à sa vanité... habile dans l'art de la réclame et qui sait mettre en lumière ses découvertes et laisser dans l'ombre celles des autres ».

74 Le dernier témoignage de l'activité de Gauckler à Tunis, qu'il m'ait été donné de retrouver, est une lettre qu'il a signée, en date du 2 mai 1905, annonçant au directeur des Missions scientifiques l'envoi de cinquante exemplaires du 3e fascicule de la deuxième partie de l'Enquête sur les installations hydrauliques romaines en Tunisie (ANF F 17/13059).

75 Avant d'être nommé Inspecteur, chef du Service des Antiquités et Arts dans la Régence, en avril 1892, Gauckler avait d'abord été chargé, le 24 octobre 1890, « d'une mission dans le Nord de l'Afrique à l'effet de concourir à l'organisation des musées archéologiques de l'Algérie et à la publication des collections que ces établissements renferment ». Les termes d'un deuxième arrêté du ministère de l'Instruction Publique pris le 3 juin 1892, pour sa nomination en Tunisie, étaient les suivants : « ...chargé d'une mission en Tunisie à l'effet de concourir aux travaux archéologiques qui se poursuivent dans la Régence. Il est autorisé à accepter, pendant la durée de cette mission, les fonctions que le Gouvernement beylical jugerait utile de lui confier ».

76 « Sousse, le 14 mai. Monsieur le Directeur, A la demande officielle que j'ai l'honneur de vous adresser, je veux joindre ici deux mots plus intimes et vous dire combien je serai heureux, à plusieurs points de vue, que cette subvention soit la plus forte possible. Je crois qu'il sera bon aussi de la faire connaître au public par la presse. Je veux vous remercier aussi de votre télégramme et de l'invitation que vous m'avez faite d'aller visiter les ruines d'Uppenna avec Mgr l'Archevêque : ce pèlerinage a été des plus intéressants. Enfin, permettez-moi de vous dire avec quelle ferveur je demande à Dieu de rétablir complètement votre santé. Vous avez été si bon pour moi que j'aime à vous considérer comme un véritable ami et que je vous garde, croyez le bien, avec une vive gratitude, mon entier dévouement. Veuillez agréer, Cher Monsieur le Directeur, la très sincère assurance... » Était collée la carte de visite de l'abbé Leynaud avec ce supplément : « Avec la nouvelle expression de sa vive reconnaissance et de son très respectueux dévouement. »

77 La Direction de l'Enseignement supérieur ordonne, le 3 mai 1905, le versement à Gauckler des deux subventions annuelles de dix mille francs (ANF F17/17238). Sadoux accuse réception à Gauckler d'un versement de cinq cents francs le 8 mai 1905 (INP).

78 La somme de 150 fr, que réclame Robin et qui est équivalente à celle qu'il demandait à Gauckler pour la paye des ouvriers du site ne doit pas nous induire en erreur : les fouilles sont bien arrêtées. Le chiffre de 150 fr rencontré dans les lettres précédentes correspondait au versement de salaires par quinzaine, ce qui n'est pas le cas ici (date du 25 mai). Puisque la période est plus longue, le nombre d'hommes rémunérés est plus faible. Il s'agit de frais de gardiennage et de dépenses annexes à régulariser lors de la clôture des comptes (malheureusement un mot explicatif de cette lettre est demeuré illisible - cf. texte en Annexe, p. 222).

79 « Mon cher Drappier, j'espère pouvoir m'embarquer bientôt pour la France et soit à la fin soit au commencement de ma permission, j'irai à Paris. Comme je ne suis pas un homme à lâcher les amis, j'irai saluer M. Gauckler. Voulez-vous être assez aimable pour me dire à quelle date il sera absent de Paris. Espérons que tout s'arrangera et que rien ne paraîtra plus ; j'ai peine à croire ce que j'ai entendu au sujet de notre ami. Comme vous avez dit vous-même, je suis de la maison et vous avez raison de le dire. Voilà bientôt quinze ans que j'y suis attaché fidèlement. »

80 Première version : « Monsieur le Directeur, vous aviez adressé l'année dernière un rapport sur l'état des recherches archéologiques directement exécutées par le Service des Antiquités et Arts de la Régence, ou entreprises sous ses auspices. Je vous serai obligé de me faire parvenir sur l'exploration 1904-1905 une note semblable qui me permette de mettre à la disposition du rapporteur du budget de mon département d'utiles renseignements précis sur l'œuvre que vous poursuivez avec tant d'ardeur à travers toute la Tunisie. J'attacherai du prix à recevoir cette note dans le plus bref délai possible. »
Dans la deuxième version, le rédacteur a supprimé l'incise sur l'œuvre poursuivie avec tant d'ardeur, ainsi que la mention « Monsieur le Directeur », remplacé par « Mon cher ami » et un « cordialement » final. La page, à l'évidence, était tournée, et celui qui écrivait cette minute le déplorait.

81 Texte de cette note : « Uppenna. Envoi à Gauckler décembre 1906.

- les coupures de journaux.

- photographies

13x12 12 :
9x12 12 :
9x 9 36 :
18 x 24 5 :

Sadoux janvier 05:
Drappier février 05:
Sadoux juillet 05
Drappier

- calque du plan de Robin.
février 07 : 3 :18 x 24 : martyrs, Honorius, Baleriolus. »


Il serait néanmoins très important de pouvoir disposer de ces photos, car la date 1905 signifie que les mosaïques étaient encore sur le site (cf. ch. II). Les trente-six photos adressées par Sadoux en juillet 1905 ont sans doute été prises lors des deux Missions de juin-juillet. Cela fait beaucoup et il n'en subsiste pas de doubles à la photothèque du Bardo ni, à ma connaissance, à la bibliothèque de la Prélature..

82 Texte de cette lettre :
« La Commission de publication des documents archéologiques de l'Afrique du Nord m'a proposé dans sa dernière séance d'imprimer dans les NAM un rapport de M. Gauckler sur diverses inscriptions inédites découvertes en Tunisie de 1900 à 1905.
Elle a été en outre d'avis qu'il y aurait intérêt à l'accompagner de la reproduction de quatorze planches dont la liste vous est communiquée sous ce pli [liste non répertoriée dans les archives de l'INP].
Ces documents ayant été laissés en dépôt par votre prédécesseur dans les archives du service des Antiquités et des Arts, je vous serai obligé de les faire rechercher et de me les adresser aussitôt qu'il vous sera possible sous le timbre de la présente dépêche en même temps que vous voudrez bien me retourner les deux pièces ci-jointes. » La minute de cette lettre est conservée aux Archives Nationales Fl7/17236.
Ce rapport a failli paraître sous le nom de Merlin, ainsi que le prouve cette lettre de la Direction de l'Enseignement supérieur au responsable de l'impression, datée du 27 juin 1907 :
« Cher Monsieur,/Le spécimen du rapport sur les « Inscriptions latines découvertes en Tunisie de 1900 à 1905 » qui doit figurer au tome XV des Nouvelles Archives des Missions porte comme nom d'auteur, le nom de M. Merlin, au lieu de celui de M. Gauckler qui était à cette époque Directeur des Antiquités de Tunisie. Je viens de m'assurer que notre lettre d'envoi du 18 juin ne laissait aucun doute à ce sujet. Je vous prie donc de corriger cette erreur qui pourrait étonner M. Gauckler l'auteur du rapport. Je vous serai également reconnaissant de m'adresser d'urgence en double exemplaire une nouvelle épreuve ainsi rectifiée. » (ANF F 17/17236)

83 NAM, p. 406. Observation de notre part : il se réfère probablement à l'invitation de principe lancée dès le mois de janvier (cf. lettre du Père Delattre).

84 NAM, p. 407. On peut estimer qu'il fait allusion aux conversations de l'hiver 1904-1905, au cours desquelles on se posait la question du futur emplacement des mosaïques et du devenir du site. Le Père Delattre se rendit à Uppenna le 19 février au moment où le clergé s'interrogeait sur ce qu'il convenait de faire (cf. lettres de Robin). Il est par contre exclu que Gauckler ait pu être en mesure d'intervenir au moment où fut décidée la construction de l'église d'Enfidaville (cf. ci-dessous, p. 70 et sq.).

85 Voici le texte de la lettre adressée par Mgr Pavy, vicaire général, le 11 juin 1905, quatre jours avant la première Mission, à M. Sadoux :
« Monsieur l'Inspecteur, / Mgr l'Archevêque a reçu votre lettre du sept courant et vous remercie de l'avoir prévenu de l'ouverture des tombes des martyrs et des évêques. / Sa Grandeur me charge de vous informer qu'elle a nommé une Commission d'ecclésiastiques devant se rendre au jour fixé par vous à la basilique d'Uppenna. / La Commission est composée de M. Raoul, vicaire général, du R.P. Delattre, de M. le chanoine Pavard. / Veuillez agréer, Monsieur l'Inspecteur, l'expression de mes respectueux sentiments. »
Ceci est une lettre que l'on peut qualifier d'officielle !
Le même jour, 11 juin 1905, le Père Delattre écrivait au même Mgr. Pavy (à moins que ce ne fût à Mgr Tournier). La tonalité est différente :
« Monseigneur, / Après avoir vu hier Mgr l'Archevêque et m'être entretenu avec Sa Grandeur de ses intentions au sujet d'Upenna, j'ai rencontré M. Sadoux. Il nous conseille de nous rendre à Enfidaville mercredi dans l'après-midi de façon à pouvoir consacrer la journée de jeudi à l'ouverture et à l'examen des tombes. J'en ai informé aujourd'hui même M. Raoul et M. Pavard. / J'écris de suite à M. le Curé d'Enfidaville pour le prier de retenir des chambres à l'hôtel. Mgr l'Archevêque m'avait dit hier que nos dépenses seraient à la charge du diocèse. Tout semble s'annoncer pour le mieux. Puissions-nous contribuer à faire glorifier Dieu dans ses martyrs ! / Veuillez agréer, Monseigneur, l'hommage de mes sentiments de profond respect et de religieux attachement. »

86 P. Gauckler, NAM, t. XV, p. 408 et note 1 :
« Cependant le P. Delattre, en rendant compte des découvertes faites sur le chantier d'Uppenna, n'a mentionné en aucune façon, la part active qu'y prit, dès le début (1), la Direction des Antiquités. Lui signaler l'erreur involontaire qu'on lui a fait commettre, n'est-ce pas lui prouver le cas que je fais de ses écrits et la cordiale estime en laquelle je tiens sa haute probité scientifique ?
(1) L'auteur, après avoir exposé les résultats des fouilles de M. Robin, se contente d'ajouter :'Ces découvertes furent annoncées à M. P. Gauckler, le savant directeur des Antiquités et Beaux-Arts en Tunisie. Il se rendit compte par lui-même de l'importance et de l'intérêt de ces glorieux monuments du passé, et il en fit part à Sa Grandeur Mgr l'Archevêque de Carthage. »
En réalité, comme nous l'établirons assez facilement, c'est le chanoine Pavard et non le Père Delattre qui fut le rédacteur de ces P.V. (mais le Père Delattre lui donna son blanc-seing).
La modestie de l'énoncé du rôle de Gauckler, pourtant qualifié de « savant directeur des Antiquités et BeauxArts » ce qui confirme qu'il était encore officiellement directeur, dans un texte dont la minute fut rédigée et signée le 16 juin, doit être considérée comme l'expression d'une grande prudence. L'importance de l'action de Robin y est marquée sans qu'il soit fait référence ni à Gauckler ni, à l'inverse, au Dr Carton pour l'origine des fouilles. On notera aussi le qualificatif de « savant » accolé à la fonction de Gauckler, alors que cette épithète aurait pu être effacée lors de la relecture de l'épreuve définitive avant impression – en février 1906 – (on avait supprimé par contre « distingué » sur la minute rédigée à Enfidaville : « le savant et distingué directeur »). La qualité de l'appréciation portée sur Gauckler et ses collaborateurs par les membres de la Commission ecclésiastique en juin 1905 sera mise en lumière par le paragraphe supplémentaire qui avait été écrit par le chanoine Pavard en marge de cette minute, à la hauteur de la phrase relevée par Gauckler dans les NAM : « Il convient ici de remercier l'Administration des Antiquités et des Beaux Arts en Tunisie qui n'a jamais rien découvert de chrétien sans en faire part à l'administration diocésaine rendant ainsi un service signalé à la foi chrétienne et au culte des Saints. » Dans la deuxième version du projet du Procès-Verbal, ces lignes, assez maladroites, sauteront pour des raisons bien compréhensibles. Il n'est pas sans intérêt néanmoins d'observer qu'elles aient pu être rédigées à Enfidaville même, le 16 juin 1905 ! (cf. Annexe).
Il importe cependant de considérer que le même chanoine Pavard, deux ans plus tard, ignorera superbement Gauckler dans son opuscule de 1907 « Une fête incomparable dans le diocèse de Carthage, bénédiction de la nouvelle église d'Enfidaville » et n'hésitera pas à vanter les mérites du Dr Carton : « Les fouilles furent entreprises par M. Robin, conducteur des Ponts et Chaussées à Enfidaville, d'après les indications de M. le Dr Carton, le distingué archéologue, président de la Société archéologique de Sousse. »

87 « M. G... reproche, dans son article, au Père Delattre de n'avoir pas, dans un rapport qu'il a fait sur la basilique, parlé de la part prise aux fouilles, dès le début, par son Service. Pour qui connaît le caractère réservé du savant et courtois religieux, cet aveu est significatif et il n'est, après lui, besoin d'aucune autre preuve » (Revue Tunisienne, t. XVI, 1909, p. 256, n. 2).

88 NAM, p. 406. La seule mention de la première Mission est faite par Gauckler ( !) lors de la séance du 20 juin 1905 de la Commission d'Afrique du Nord du Comité des Travaux historiques et scientifiques. Son contenu ne plaide pas pour un grand échange d'informations entre MM. Sadoux ou Pradère, le Père Delattre et lui. En voici le texte : « A Henchir Fragha (Uppenna) en soulevant la mosaïque qui était présumée recouvrir les reliques, on en a découvert une seconde, plus ancienne, à un niveau inférieur, assez détériorée d'ailleurs ; audessous, on a recueilli un flacon de verre et une petite cassette contenant quelques fils d'or » (BAC 1905, p. CXCII).

89 Gauckler adresse à Pradère une carte postée d'Interlaken en date du 3 septembre 1905. Il indique qu'il va rentrer à Paris et demande des nouvelles et l'adresse actuelle de Sadoux.

90 Lorsque Merlin reprendra le dossier, en mai 1906, il proposera à la Société franco-africaine, par l'intermédiaire de Coeytaux, des « conventions [qui] ne sont que l'écho des conversations que vous avez eues l'an dernier avec M. Sadoux ».

91 Un « questionnaire pour un devis à fournir à M. Coeytaux » rempli par M. Drappier qui demande à M. Pradère de le corriger, évalue, le 24 juillet 1906, à 3 200 francs le montant des frais prévisionnels.
Texte de cette note :
« Questionnaire pour un devis à fournir à M. Coeytaux.
Prix des fournitures pour le staffage des mosaïques cadre non compris par mètre carré ?
sur plâtre ?
sur ciment armé ?
Fino assisté de son fils croit pouvoir staffer par jour 2 à 3 mosaïques tombales d'Uppenna. Est-ce exact ?
D'autre part, il pense en avoir pour trois mois à remonter le tout (100 à 120 m2 à remonter sur plâtre sauf 10 m2 environ sur ciment armé) y compris un peu de restauration ?
Le devis serait donc :

main-d'œuvre Fino père et fils, mettons 4 mois soit 120 jours à 12 fr par jour

1440 fr

main-d'œuvre auxiliaire 2 aides à 1,50

360

fourniture pour les mosaïques remontées sur plâtre

120 m2 à 10 fr ?
sur ciment 10 m2 à 20 fr

1200
200

3200 fr> »

92 Le 5 octobre 1906, l'abbé Emmanuelli s'excuse auprès de son archevêque de ne pouvoir venir à Tunis aux cérémonies marquant le jubilé épiscopal de Mgr Combes, en raison des inondations qui ont emporté la voie ferrée. Il ajoute : « A cause de cette inondation, nous avons failli perdre les mosaïques. Quelques-unes sont couvertes de boue. La mosaïque des martyrs est intacte. »

93 « Enfidaville village de création française, situé sur la ligne du chemin de fer de Tunis à Sousse. Il est le centre principal de l'important Domaine de l'Enfida (environ cent mille hectares) sur lequel existent les ruines de dixsept villes romaines, la plupart sièges d'évêchés » (Chanoine Pavard, Une fête incomparable dans le diocèse de Carthage, éd. Borrel, Tunis, 1907, p. 5).
« C'est à Enfidaville, au centre même, qu'est installé le siège de l'Administration du domaine qui présente un aspect tout européen. Lorsqu'on va en chemin de fer de Tunis à Sousse, on est heureusement surpris, après avoir traversé des paysages désolés et secs, où de loin en loin on n'aperçoit que des masures indigènes, de se trouver en face de massifs d'arbres desquels émergent des habitations européennes. A côté des pavillons du personnel de l'exploitation se sont construites beaucoup de maisons ouvrières et la population d'Enfidaville atteint aujourd'hui un millier d'habitants » (L'Avenir de Sousse, 18 décembre 1904, chronique : « Enfidaville et sa région »).

94 On citera le passage suivant de l'allocution de l'Archevêque de Carthage dans lequel il prononce le panégyrique de l'abbé Emmanuelli :
« De cet édifice, il est, avec la grâce de Dieu, comme le sage architecte. » [Par édifice l'Archevêque entend à la fois « la construction matérielle dont il a le droit d'être fier... et une œuvre plus haute, plus importante, une œuvre d'un autre ordre, l'édification surnaturelle des fidèles... »].
« A sa noble tâche, M. l'abbé Emmanuelli depuis dix-huit années se dépense entièrement. Apprécié des chefs de la Société directrice, aimé des ouvriers qui développent leurs tentes sur cette terre hospitalière et fertile, il concentre son ambition, son bonheur, dans les limites du Domaine, son royaume spirituel. Aussi, les colons savent-ils que l'église est la maison de la famille chrétienne, le foyer domestique de la vie surnaturelle ; et que dans cette maison et à ce foyer, ils sont assurés de trouver à toute heure, un ami, un conseiller, un père » (p. 19).
Les conditions d'installation d'un curé à l'Enfida avaient été fixées ainsi le 11 septembre 1884 d'après une lettre de l'Administrateur Chevalier-Rufigny au Cardinal Lavigerie (Archives de la Prélature) :
« Nous avons l'honneur de confirmer à Votre Eminence les engagements que notre Société accepte en vue de l'installation à l'Enfida d'un prêtre sachant assez le Français pour les besoins religieux de notre groupe de population française et connaissant en même temps le Maltais. Notre Société assurera au prêtre répondant à ces conditions un traitement annuel de dix-huit cent francs payables par mois ; elle mettra à sa disposition un logement non meublé ; elle fournira le local pour la célébration du culte, étant entendu que ce local pourra être dans toutes les conditions de simplicité que comporte l'exercice du culte catholique en pays de mission. Notre population catholique étant spécialement groupée sur deux points de l'Enfida, Dar-el-Bey et El Kley, distants l'un de l'autre de six à sept kilomètres, il sera nécessaire que le prêtre puisse célébrer la messe chaque dimanche ou jour de fête obligatoire sur l'un et l'autre de ces deux points. Notre Société lui fournira d'ailleurs un cheval ou une voiture pour le transporter d'un point à l'autre. Comme son Eminence a bien voulu nous autoriser à le faire, nous prenons la liberté de lui indiquer M. le Curé actuel de Djerba comme ayant la connaissance de la langue française et parlant non seulement le Maltais, qui est sa langue d'origine mais aussi l'Italien, ce qui est tout à fait conforme aux besoins religieux du petit groupe de populations italienne et surtout sicilienne, que la création de notre vignoble a attiré à l'Enfida. »
Autant qu'on puisse en juger, si les conditions de logement de l'abbé Emmanuelli seront très convenables, surtout à partir de 1916, date de l'achèvement du presbytère contigu à l'église, ses revenus seront loin de suivre la courbe de l'inflation. Le 13 septembre 1921, il demande à l'Archevêque de bien vouloir intervenir en sa faveur auprès de la Société franco-africaine car il ne perçoit que deux cent vingt-huit francs alors que tous ses confrères des petites paroisses ont trois cents francs par mois.

95 Le Père Delattre n'aurait sans doute pas été jusqu'à employer le terme de Mission archéologique pour qualifier les travaux du début juillet 1906. Il annonce en ces termes au chanoine Leynaud sa venue à Uppenna : « La semaine prochaine, je serai sans doute avec l'abbé Pavard à Upenna, pour la levée des mosaïques. Si je puis pousser jusqu'à Sousse, je le ferai avec joie » (lettre du 28 juin 1906). Le 13 juillet, il écrit à Merlin pour le féliciter de l'obtention du titre de Docteur ès Lettres. L'essentiel de sa lettre concerne néanmoins Uppenna : « Je suis allé cette quinzaine avec l'Abbé Pavard à Uppenna... » Il rend compte de ce qui fut fait à Uppenna, en ne retenant à l'évidence comme véritablement important que la découverte des deux mosaïques de « Secundianus et Restuta » et d'« Irene » qui seront disposées dans l'église d'Enfidaville aux côtés de pavements trouvés un an et demi plus tôt (cf. texte en Annexe). Merlin lui répond le 17 juillet 1906 : « Je vous remercie aussi de tous les détails que vous m'envoyez sur votre visite à Uppenna. » Il émet toutefois le vœu que « l'avenir nous ménage encore, à mesure que Fino va continuer à enlever les mosaïques, d'intéressantes découvertes », ce qui était concéder qu'il y avait aussi des sondages.

96 On lit en date du 7 juillet que pendant qu'on sonde une nouvelle fois le sous-sol du chœur oriental, M. Coeytaux fait explorer une absidiole située en-dehors et au sud de la basilique (il s'agit de la chapelle à abside sud, pièce XXV de notre plan - cf. Upp. II, PI. I).

97 Très peu de temps après les journées de juillet 1906 à Uppenna, le chanoine Pavard est à Alger et dans la verdure de l'arrière-pays pour une cure de repos (lettre du 21 août 1906, à Mgr Pavy). D'Alger, le 1er septembre 1906, il adresse l’avant-projet du Procès-Verbal de la troisième Mission en s'excusant de ce retard et l'accompagnant de ces termes : « Je suis confus d'envoyer une étude aussi incomplète et si peu digne du sujet. Mon peu de compétence est mon excuse. Aussi mon devoir m'impose-t-il d'en revendiquer pour moi seul la responsabilité et de dégager entièrement celle du savant Père Delattre. Lorsqu'après mon retour, nous travaillerons ensemble au même sujet, la compétence indiscutée du R.P. nous permettra d'offrir alors à Mgr l'Archevêque un travail qui donnera à Sa Grandeur toute satisfaction. »
De retour à Tunis, son état de santé ne s'améliore guère. Remerciant, le 7 avril 1907, A. Merlin qui lui a offert les trois photos des mosaïques des seize martyrs, de Baleriolus et d'Honorius (qu'il avait certainement déjà !) : « Depuis plusieurs mois, je suis atteint de fièvres. » Il rédigera néanmoins le compte rendu de la fête pour la bénédiction de la nouvelle église d'Enfidaville, le 1er mai 1907. Mais une lettre très émouvante écrite de Blida, le 17 avril 1908, à Mgr Combes contient ces précisions : « Ma santé n'est pas encore parfaite assurément, et j'en suis à douter de recouvrer jamais ma vigueur cérébrale et physique d'antan. Du moins ai-je reconquis à force de ménagements, pour ne pas dire d'oisiveté forcée, un terrain assez considérable sur l'ennemi qui me terrassait depuis deux ans. Vous dirai-je, Monseigneur, avec quelle satisfaction et quel bonheur j'ai repris, peu à peu la célébration de la Sainte Messe et les pratiques diverses de la vie sacerdotale. Mais je dois avouer que pour offrir à Dieu les prémices d'améliorations successives qu'il daignait m'accorder, je me suis vu contraint d'ajourner l'accomplissement de mes devoirs vis-à-vis des hommes... »

98 Lettre du chanoine Raoul à Merlin (27 janvier 1907) : « Monsieur le Directeur. Monseigneur l'Archevêque qui est venu à Tunis cet après-midi m'a chargé de vous faire savoir que Mgr Tournier, les membres de la Commission archéologique diocésaine et M. Peters, architecte de la nouvelle église d'Enfidaville, doivent se rendre demain, lundi, dans cette localité, pour voir l'emplacement qui pourrait être affecté aux intéressantes mosaïques d'Uppenna. Ce mot ne vous arrivera-t-il pas trop tard pour vous permettre de vous joindre à nous, conformément à votre désir. Personnellement, je le souhaite beaucoup et me plais à espérer que ce vœu pourra, malgré tout, se réaliser. »

99 Indication fournie dans la lettre du Père Delattre au chanoine Leynaud (29 janvier 1907).

Table des illustrations

Légende PLAN DE LA BASILIQUE CHRÉTIENNE D’UPPENNAFig. 3. Plan « Gauckler-Sadoux » publié pour la première fois dans le Rapport sur des inscriptions latines découvertes en Tunisie de 1900 à 1905, extrait des Nouvelles Archives des Missions scientifiques (NAM) t. xv, Paris, 1907, pl. xvii, encart p. 404-405.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/19926/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Légende Fig. 4. Dessin de Robin conservé dans les archives de l’inp, représentant la grande mosaïque des martyrs : lettre à Gauckler du 27 novembre 1904 annonçant cette découverte. Le texte est reproduit en Annexe du présent tome, dans la correspondance Robin-Gauckler, p. 205.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/19926/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 478k
Légende Fig. 5. La grande mosaïque des martyrs : cliché du début du xxe siècle (MB 469 et 488).
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/19926/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 481k
Légende Fig. 61-2. Lettre de Robin à Gauckler, en date du 23 février 1905. Le texte est reproduit en Annexe, ci-dessous, p. 217-218.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/19926/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 241k
Légende Fig. 62
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/19926/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 311k
Légende Fig.7. L’abbé Emmanuelli annonce la découverte de la grande mosaique des martyrs. Lettre à l’Archêque de Carthage, le 2 décembre 1904. (Fonds Prélature).
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/19926/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 141k
Légende Fig. 8. P. Gauckler répond à l'abbé Emmanuelli le 15 décembre 1904. L'écriture n'est pas celle de Gauckler : il dictait une grande partie de son courrier. La signature est bien la sienne (Fonds Prélature).
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/19926/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 94k
Légende Fig. 9. Première feuille de la lettre de la Société franco-africaine à la Direction des Antiquités et Arts, le 2 septembre 1905 (texte p. 302).
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/19926/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 209k

© Presses universitaires du Midi, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search