Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Archéologie et histoire de l’Église d’Afrique. Uppenna I

 | 
Dominique Raynal

Préface

Ammar Mahjoubi

Texte intégral

LES FOUILLES D’UPPENNA ET LES PREMIERS TEMPS DE L’ARCHÉOLOGIE AFRICAINE

1Avant de nous quitter, quelques mois après avoir soutenu une thèse remarquable, Dominique Raynal avait doté la basilique chrétienne d’Uppenna d’une étude approfondie, parmi les plus complètes sans doute des œuvres consacrées à un monument d’Afrique. Ce travail de plus d’un millier de pages, l’Université de Toulouse-le Mirail et ses Presses Universitaires le présentent aujourd’hui en deux volumes et un CD Rom joint au second de ces volumes. Le premier volume, correspondant à la première partie de la thèse, relate l’histoire des fouilles menées au début du xxe siècle, et en fournit la documentation dans l’ensemble des écrits de l’époque. La monographie de fouille contenue dans la deuxième partie fait l’objet du CD Rom. Le deuxième volume présente les conclusions de la recherche archéologique, l’étude des mosaïques funéraires et la synthèse historique.

2C’est une période bien curieuse de l’histoire contemporaine commune à nos deux pays que le lecteur découvre dans ce volume en suivant le déroulement des fouilles, dans une évocation saisissante de l’idéologie et des passions qui animaient les protagonistes et sous-tendaient les premiers temps de l’archéologie africaine. Sur le chantier du site d’Uppenna et dans le village colonial d’Enfidaville, comme à Sousse où siégeait la société archéologique régionale et à Tunis, au Service des Antiquités, l’atmosphère particulière de l’époque est scrupuleusement restituée. C’est un adjoint technique des Ponts et Chaussées, inexpérimenté et plus ou moins disponible, qui ouvre le chantier de Henchir Chigarnia, situé dans l’immense domaine de l’Enfida, sur lequel la Société Marseillaise de Crédit avait fait main basse. P. Gauckler, un directeur des Antiquités consciencieux et compétent, le supervise, mais de loin en loin car débordé par la multiplication des découvertes, la diversité des interventions de son service et des exigences des autorités du Protectorat. Sa tâche est compliquée par l’activisme archéologique, si je puis dire, du Dr Carton, un médecin militaire doté d’une forte personnalité, qu’une lutte toujours renouvelée oppose et opposera, sa vie durant, aux directeurs successifs des Antiquités. Un problème de compétence avec la société archéologique régionale accroît les difficultés de P. Gauckler et la situation ne tarde pas à s’aggraver avec l’intervention de l’Archevêché de Carthage. La coexistence entre la Direction des Antiquités, qui n’émarge qu’au modeste budget tunisien, et cette institution religieuse largement dotée et soucieuse avant tout de justifier l’occupation du pays, en s’efforçant de la fonder sur des bases de légitimité romaine et chrétienne, devient alors purement conflictuelle. Face à l’archevêque et au Père Delattre, derrière lesquels se profile la figure du tout-puissant cardinal Lavigerie, l’autorité administrative s’avère rapidement incapable de soustraire l’archéologie chrétienne d’une façon générale, le musée de Carthage et l’ensemble de la métropole antique, en particulier, à l’autorité ecclésiastique. Paradoxe d’une époque qui débouche, en France, sur la séparation de l’Église et de l’État, mais que domine au Maghreb une idéologie coloniale qui gomme les différences entre cléricaux et anticléricaux, entre catholiques et membres de l’Église réformée.

3Grâce à Dominique Raynal, on connaîtra mieux P. Gauckler ; autrement que par des allusions plus ou moins discrètes. Attachant personnage en vérité, qui s’en tient à ses objectifs scientifiques et à ses fonctions de directeur d’une administration tunisienne. Mais on ne s’oppose pas sans dommages, malgré des appuis scientifiques, aux menées des uns et des autres, aux intrigues ourdies même parmi les siens ; on n’encourt pas impunément l’ire des autorités et des personnalités marquantes du Protectorat, celle surtout de V. de Carnière, le champion redoutable de la « Prépondérance française » qui revendique hautement dans ses journaux, La Tunisie française puis Le colon français, la mise à l’encan des traités et du semblant de pouvoir qui restait encore à l’administration tunisienne, fût-elle représentée par un directeur français. Gauckler finit ainsi par être mis à l’écart, alors que depuis déjà quelque temps il était très peu présent à Uppenna et qu’il ignorait même certaines données importantes, révélées à l’issue des fouilles qui, en juin-juillet 1905, avaient officialisé la transmission de l’autorité sur le site de la Direction des Antiquités à l’Archevêché. Sans doute est-ce par cette reconstitution des événements que s’explique l’interprétation problématique des résultats de la fouille, dans la version laissée par P. Gauckler ; d’autant plus sujette à caution qu’il n’avait pu emporter, lorsqu’il fut obligé de démissionner, que très peu de documents.

4D. Raynal détaille encore les nombreuses péripéties qui, depuis l’hiver 1904-1905 jusqu’à la consécration de l’église du village colonial d’Enfidaville à la fin avril 1907, montrent encore plus nettement à quel point l’intérêt pour le passé chrétien interférait avec l’idéologie coloniale et les intérêts capitalistes réunis. L’homélie prononcée par l’archevêque de Carthage, à l’occasion de la bénédiction de l’église, les éclaires on ne peut mieux. Si on n’est guère surpris de constater qu’il reprend à son compte une justification de la colonisation très répandue à l’époque, il n’en est pas moins triste de s’apercevoir que l’utopie d’un retour du Maghreb aux héritiers présomptifs de Rome et au monde chrétien justifie l’ignorance totale, affichée par les personnalités religieuses autant que par les laïques, de l’histoire et de l’identité profonde d’un pays qui, depuis douze siècles, appartenait au monde arabe et participait à la civilisation musulmane. Ignorance telle que l’archevêque recourt au cliché dérisoire de l’antinomie de la paix, du jardin verdoyant et de la prospérité, apanages de Rome, de Byzance et évidemment du Protectorat français, et de la guerre, du désert et de la misère, accordés en partage aux Vandales et aux Arabes. Comment s’étonner, dès lors, que le centenaire de l’Algérie soit commémoré à Tunis, à l’occasion du congrès eucharistique, par un défilé des élèves des écoles chrétiennes, affublés de l’habit des Croisés ; et qu’une statue immense du cardinal Lavigerie brandissant la croix soit érigée par la suite à l’entrée de la médina, face à "la rue de l’église" qui débouche sur la façade principale de la Zitouna ! Comment s’étonner que la population du pays, désespérément absente et dépouillée de sa propre histoire, soit représentée seulement par les pauvres hères entrevus, la pioche à la main, sur les vieilles photographies du chantier d’Uppenna ?

5À Tissue des fouilles et des derniers sondages qui s’étaient poursuivis jusqu’en juillet 1906, l’édifice basilical d’Uppenna n’avait pas été vraiment publié, ni même décrit d’une façon détaillée. Il n’était connu, lorsque D. Raynal avait entrepris ses investigations, que par une documentation fragmentaire, éclatée et dispersée entre trois pays, constituée de notices et de rapports partiels publiés ou inédits, de croquis et d’un plan schématique et inexact. À cette information incomplète s’ajoutaient d’autres difficultés : les surcreusements avaient déblayé les couches supérieures qui couvraient les ruines, fait disparaître le dernier niveau de la basilique et bouleversé les vestiges, en particulier dans le secteur des monuments martyriaux où on s’était acharné à rechercher les reliques. Il avait donc fallu consacrer un temps considérable à la collecte de la documentation, publiée ou non, du début du xxe siècle : à la Bibliothèque Nationale et dans les archives de l’Institut National du Patrimoine comme dans celles de la Prélature, à Tunis, aux Archives Nationales et à l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres à Paris, dans les archives des missionnaires d’Afrique du Nord à Rome et dans celles de la Société Historique et Archéologique de Langres, où étaient conservés les papiers du conducteur des travaux, Robin... Correspondances, notes, procès-verbaux et comptes rendus, vieux clichés, plans, coupes et croquis, études plus ou moins partielles enfin, depuis celles du début du siècle jusqu’aux plus récentes, rien n’a échappé à la patiente ténacité de D. Raynal. La mise en œuvre et la confrontation de toutes les données de la documentation, conjuguées avec une observation attentive des niveaux et des sols et des vérifications par des sondages aux endroits appropriés lui ont permis de proposer une reconstitution satisfaisante des différents états de l’édifice.

6Il a pu ainsi décrire les transformations au niveau des absides occidentées et du quadratum, les différents états du baptistère et des chapelles au nord et au sud de la basilique ; et il a surtout eu le mérite, en montrant les états successifs des monuments martyriaux, de dénoncer les contradictions d’une interprétation jusqu’alors admise - celle de la nécessaire appartenance de la grande mosaïque des martyrs à l’époque de la « renaissance byzantine » - avec des faits observables et observés au moment des fouilles. Grâce à la preuve irréfutable fournie par une photographie de l’époque, démonstration est faite désormais que la grande mosaïque de l’édifice carré et le pavement du chœur oriental sont contemporains ; et qu’ils datent du premier état de la basilique et non du second, celui de la reconstruction byzantine.

7Malgré un handicap majeur, celui de "fouiller une fouille", les résultats sont des plus appréciables : un plan fiable alors qu’on ne disposait jusqu’ici que de celui de Gauckler, avec ses nombreuses inexactitudes et l’arbitraire de ses restitutions ; la mise au jour d’une cuve baptismale et d’une abside occidentale primitives, au-dessous de celles qu’on datait du premier état de la basilique ; la découverte de vingt-six pavements funéraires nouveaux, qui s’ajoutent à l’ensemble unique de mosaïques funéraires retrouvées sur les lieux, et la fouille de plusieurs sépultures mises en relation le plus souvent avec les épitaphes correspondantes, malgré les chevauchements des niveaux stratigraphiques... Tout en assignant un emplacement précis dans l’église, en classant et en répartissant entre les différents moments de la basilique les mosaïques funéraires exposées au musée de l’Enfida. L’éclairage mutuel des images et des inscriptions des martyrs aboutit surtout à la restitution d’une phase donatiste qu’une relecture des grands textes africains permettra, au terme de l’étude, d’y apporter confirmation et de l’affiner.

8Ce beau travail sur la basilique paléochrétienne d’Uppenna et son ensemble exceptionnel de mosaïques funéraires, au texte accompagné d’une illustration photographique abondante et de représentations graphiques d’une qualité remarquable, constitue un apport essentiel à l’histoire de l’archéologie française au Maghreb au début du xxe siècle, tout en apportant à l’étude archéologique, historique et doctrinale du christianisme africain une contribution du plus haut intérêt.

© Presses universitaires du Midi, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.