Version classiqueVersion mobile

Le cinéma « stalinien »

 | 
Natacha Laurent

Lectures de films

Chtchors (1939) d’Alexandre Dovjenko

Catherine Depretto

Texte intégral

« Autrefois, lorsqu'elle était encore une petite fille, elle se représentait son futur mari comme une sorte de Chtchors. Il serait le meilleur accordéoniste du village, il écrirait des vers inspirés comme Tarass Chevtchenko. »
Vassili Grossman, Tout passe, 1955-1963.

  • 1 Cet article a été achevé avant la sortie du livre de George O. Liber, Alexander Dovzhenko : A life (...)

1Soixante ans après sa sortie, Chtchors1 reste un beau film qui saisit par la puissance des images, en particulier celle des scènes de bataille, le corps à corps entre soldats allemands et paysans ukrainiens dans la séquence d'ouverture, l'avancée des troupes de Chtchors sur la Desna gelée lors de la prise de Tchernigov. Une fois passé ce choc esthétique, il est aisé de relever la naïveté de certaines scènes, la peinture édulcorée du comportement des Rouges et l'idéalisation de leur chef, l'apologie du parti de Lénine, seul capable d'organiser la victoire. Et pourtant, le film n'est-il que cela ? En dépit d'une représentation qui, pour des raisons à la fois idéologiques et artistiques, tourne le dos à l'option documentaire, n'y a-t-il pas malgré tout dans cette œuvre une certaine vérité de la guerre civile en Ukraine ?

  • 2 Alexandre Dovjenko, Œuvres en 4 volumes, 1, Moscou, Iskusstvo, 1966, p. 340. Sauf indication contr (...)

2Chtchors est le film de commande par excellence puisque l'idée en a été suggérée publiquement à Dovjenko par Staline : le 27 février 1935, lors de la remise au cinéaste par Kalinine de l'ordre de Lénine, Staline, désignant Dovjenko, aurait déclaré : « Il nous doit un “Tchapaev” ukrainien2. »

  • 3 Le premier article qui tire Chtchors de l'oubli, en lui attribuant un rôle exagéré dans la guerre (...)

3Héros de la guerre civile sur le front est, Tchapaev venait d'être définitivement immortalisé en 1934 par le film des Vassiliev qui remportait en URSS un véritable triomphe et devait s'imposer comme modèle du réalisme socialiste au cinéma. Inspiré de la nouvelle du même nom (1923) de l'écrivain communiste Fourmanov, le film montre, à travers l'opposition entre le génial chef de partisans, Tchapaev, intrépide mais inculte, et son commissaire politique, raisonné, cultivé, le rôle indispensable du parti dans l'organisation de la victoire. L'injonction était doublement claire, thématique et esthétique, et sa réalisation ne devait pas a priori poser de problèmes. En guise de « “Tchapaev” ukrainien », Staline avait même avancé le nom de Chtchors, un personnage mineur de la guerre civile eh Ukraine qui commençait à être transformé en figure légendaire3.

  • 4 A. Dovjenko, Œuvres, 1, p. 53.
  • 5 En russe Glavnoe Upravlenie Kinematografii (GUK), dirigé par Boris Choumiatski, et chargé du contr (...)
  • 6 T.M. Gorjaeva (dir.), Istorija sovetskoj politiceskoj cenzury / Histoire de la censure politique s (...)
  • 7 Premier secrétaire du Comité central du parti communiste d'Ukraine de 1928 à 1938, exécuté en 1939
  • 8 Sur tous ces démêlés, cf. l'entretien du 13 janvier 1938 entre S.S. Doukelski et Dovjenko : D. Kan (...)
  • 9 Dovjenko supprima, entre autres, la scène où Chtchors retrouvait à Kiev son ancien instructeur de (...)
  • 10 On peut retrouver aujourd'hui cette scène dans une variante de 1938 du scénario, RGALI, f. 2081, 1 (...)
  • 11 Les deux principaux épisodes supprimés sont la découverte par le vieux Prokopenko du massacre de 4 (...)
  • 12 Cf. A. Manevic, « Ščors i pepelišče », Rodina, 1999,11, p. 81. La version de Chtchors, projetée au (...)

4Pourtant, ce film que Dovjenko espérait réaliser vite car il avait d'autres projets dont le tournage d'un Taras s Boulba, l'occupa presque cinq ans et lui causa les pires tourments. Il dut réaliser plusieurs versions du scénario (la première lui prit onze mois) et le tournage dura 20 mois4. Dès le départ, il avait pourtant été entouré de deux conseillers militaires, anciens acteurs des événements et avait très soigneusement étudié les matériaux sur le régiment de Chtchors, mis à sa disposition. Son scénario fut bloqué une première fois, fin 1936, par la Direction Générale du Cinéma5 qui émit des conclusions négatives. Dovjenko écrivit personnellement à Staline (lettre du 26 novembre 1936) qui formula ses propres critiques6. À l'initiative de Stanislas Kossior7, le scénario fut également soumis au verdict du Politburo du parti communiste d'Ukraine (19 avril 1937) qui fit, à son tour, une série de propositions8. Dovjenko avait cependant entamé le tournage, ce qui lui valut de sévères remontrances. Le réalisateur continua à retoucher son scénario, en fonction des remarques qui lui avaient été faites9. Il fut surtout obligé de revoir la fin du film : on y voyait Doubovoï prendre la tête de la division de Chtchors après sa mort et mener au combat les élèves officiers qui repoussaient l'ennemi et vengeaient leur commandant. Or Doubovoï, un proche de Jakir, avait été arrêté et accusé d'avoir tué Chtchors10. Entre le scénario définitif (1938) et le film sorti le 1er mai 1939, il y a encore des différences ; plusieurs scènes ont été supprimées, sans qu'il soit vraiment possible de dire s'il s'agit d'injonctions de la censure ou de contraintes techniques (film trop long)11. En tout cas, les démêlés de Dovjenko ne s'étaient pas achevés avec la fin du tournage : Sergueï Doukelski (nommé en remplacement de Boris Choumiatski, arrêté et exécuté en 1938) voulait constamment lui imposer de nouvelles retouches. Finalement le film n'aurait pu sortir que parce que Staline aurait donné son accord12.

  • 13 Sur les étapes de cette politique, cf. Vl. Mixajlov, « Stalinskaja model'upravlenija kinematografo (...)

5Ces difficultés à réaliser un film de commande n'ont rien d'étonnant : la « commande » ne dispensait pas, bien au contraire, de franchir les différentes étapes de la censure et les obstacles auxquels s'est heurté Dovjenko n'ont rien d'exceptionnel dans le contexte du cinéma soviétique de la seconde moitié des années trente, objet d'un contrôle encore renforcé13.

6En fait, tourner dans la seconde moitié des années trente un film sur la guerre civile, qui plus est en Ukraine relevait du tour de force. Ce n'est pas que la révolution et la guerre civile n'aient été une des thématiques de choix du cinéma et de la littérature soviétiques, et la liste est longue des œuvres qui ont traité ces sujets. En 1937, on avait fêté les vingt ans de la révolution, ce qui avait été l'occasion de produire encore de nouvelles œuvres sur les années de la révolution et de la guerre civile. Cependant, le sujet était extrêmement sensible politiquement et pour plusieurs raisons.

  • 14 A. Mar'jamov, Dovjenko, Moscou, 1968, p. 281, et Vance Kepley Jr, In the Service of the State. The (...)
  • 15 Qui virent, entre autres, la liquidation des bolcheviks historiques liés aux affaires ukrainiennes (...)

7L'histoire de la guerre civile était en pleine réécriture. Tous ses grands chefs militaires, à l'exception de Boudionny et de Vorochilov, étaient en train d'être éliminés. En juin 1937, se déroula le procès à huis clos des généraux de l'Armée rouge, Toukhatchevski, Jakir, Eïdeman, Ouborevitch... Leur arrestation entraîna également celle de nombreux militaires de rang inférieur, dont, dans le cas qui nous intéresse, celle de Doubovoï14. Plus largement, l'accusation de « trotskisme », qui constituait le cœur des procès de Moscou en 1936-193815 rendait particulièrement délicate toute évocation de la guerre civile. Parmi les « traîtrises » trotskistes figurait en bonne place l'action diplomatique et militaire de Trotski pendant les années 1918-1921 : il était tenu pour responsable des conditions désastreuses de Brest-Litovsk, de l'occupation de l'Ukraine par les Austro-allemands, violemment critiqué comme chef de l'Armée rouge, coupable de tous ses échecs militaires.

  • 16 A. Dovjenko, scénario, Œuvres, 1, p. 190-191 ; découpage technique du film (brochure), Moscou, 196 (...)
  • 17 Scénario, op. cit., p. 239-241 ; découpage..., op. cit., p. 66-70.
  • 18 Scénario, op. cit., p. 207-209.
  • 19 Ibidem, p. 248-250 ; découpage, op. cit., p. 77-79.

8Dans sa version actuelle, le film comporte trois épisodes qui ont trait directement à cet arrière-plan politique et font de Chtchors un combattant contre le trotskisme. Le premier épisode est situé au début du film : Chtchors refuse le départ de son régiment pour le front est, comme lui en intime l'ordre un envoyé de Trotski, « l'inspecteur de l'état-major de l'armée », Wurm (en allemand, le ver de terre)16. Le second intervient pendant la difficile campagne de l'été 1919 : une commission de contrôle, envoyée par Trotski, veut retirer le commandement à Bojenko, sous prétexte qu'il n'a pas de formation militaire. À la tête de ces émissaires, se trouve un ancien officier de l'hetman, Borkovski, qu'on a vu au début du film diriger la répression contre les paysans ukrainiens, sous les ordres des Allemands17. Cet épisode dénonce le recrutement par Trotski des militaires de carrière, appartenant à l'ancienne armée impériale, les voenspetsy. Lors des combats pour Tsaritsyne en 1918, Staline, prenant le parti de Boudionny et Vorochilov, s'était opposé à cette politique. Chtchors fait de même. Ce thème était initialement développé par un autre épisode, placé juste après : Chtchors apprenait que le régiment de Nejine, récemment renforcé par des voenspetsy, venait de se révolter contre les bolcheviks. Un peu auparavant, devant les troupes de Petlioura faites prisonnières à Semipolki, il avait déjà énoncé sa théorie à propos des voenspetsy. Pas question de leur faire confiance, on peut les envoyer à l'arrière pour qu'ils forment les soldats, mais il ne faut, en aucun cas, leur confier de poste de commandement au front18. Cette dénonciation de l'enrôlement des experts militaires tend à suggérer, en outre, la collusion entre trotskistes et Allemands (le tristement célèbre « hitléro-trotskisme » des staliniens) puisque, dans l'épisode avec Bojenko, le voenspets récemment recruté a collaboré avec les troupes allemandes. Cette dénonciation cautionne aussi indirectement l'élimination des chefs de l'Armée rouge en train de s'accomplir : en 1937, ils sont à tort ou à raison perçus par la population comme des voenspetsy. Tous ces éléments sont encore soulignés dans la dernière scène du film. Chtchors désobéit une nouvelle fois à un ordre de Trotski : il refuse de lancer au combat ses « commandants rouges », ses élèves officiers ouvriers et paysans qui, pour lui, sont l'authentique relève de ces militaires de carrière, à l'origine sociale et au passé politique douteux, dont Trotski a infesté l'état-major. On note qu'avec la suppression de la mort de Chtchors, le film, dans sa version actuelle, s'achève sur cette scène19.

  • 20 Lettre de Dovjenko à Staline in T.M. Gorjaeva (dir.), Istorija sovetskoj..., op. cit., p. 484 et Œ (...)

9Ces éléments ne sont pas le fait du hasard : dans la « commande » figurait l'injonction de dénoncer les contre-révolutionnaires trotskistes20. A l'occasion, le film s'en prend aussi aux autres adversaires « de gauche » des bolcheviks, éliminés depuis longtemps : les socialistes-révolutionnaires qui complotent et veulent arrêter Chtchors (deuxième partie), les traîtres-mencheviks (troisième partie).

  • 21 En particulier entre Piatakov et le groupe du Donbass. À ce sujet, cf. Andrea Graziosi, Bol'ševiki (...)

10De toute façon, l'élimination des chefs de l'Armée rouge comme celle des bolcheviks historiques n'étaient que deux aspects d'un même problème puisque la plupart des vieux bolcheviks avaient eu des responsabilités militaires et s'étaient souvent affrontés pendant la guerre civile en plus d'une occasion. L'Ukraine faisait précisément partie de ces sujets largement débattus ; les affaires ukrainiennes n'étaient pas, pour les bolcheviks, une page particulièrement glorieuse de leur histoire. Au moment de la révolution, leur implantation en Ukraine était quasiment inexistante, sauf au Donbass ; la reconquête de l'Ukraine fut extrêmement difficile et marquée, entre autres, par la terrible retraite de Tété 1919. Plus généralement, l'Ukraine fut, en 1918, l'objet de tensions importantes au sein du parti bolchevique de Russie sur la conduite à adopter vis-à-vis des soulèvements paysans ukrainiens21. Comme on voit, il n'était pas aisé de trouver en 1936-1937 un sujet sur la guerre civile en Ukraine qui ne comportât des risques.

  • 22 Qui figurait dans une des variantes du scénario : RGALI, 2081,1, 58, p. 6.
  • 23 Le moment qui à Kiev va de la chute du régime de l'Hetman Skoropadsky à l'entrée des troupes de Pe (...)
  • 24 Bien qu'on trouve sur Chtchors un nombre impressionnant de livres, il n'existe pas à ce jour d'ouv (...)
  • 25 T.T. Derevjanko, « Nikolaj Ščors – legenda i real'nost' » / « Nicolas Chtchors : légende et réalit (...)

11Le choix de Chtchors permettait d'en éviter certains. Qui était-il ? Né en 1895, dans un village de la région de Tchernigov (Snovsk, aujourd'hui Chtchors) et fils de cheminot, il a fait des études d'infirmier et combattu pendant la Première Guerre mondiale, terminant même une école de sous-officiers. Après la révolution, il contribue à l'organisation de détachements de partisans ukrainiens (le régiment Bogoun) dans la zone neutre qui sépare la Russie bolchevique de l'Ukraine, occupée par les Austro-allemands. Ensuite, il participe, avec le régiment Tarachtchansk de Bojenko, constitué de la même façon, à l'offensive qui, depuis Ounetcha en Russie, contribue à la reconquête par les Rouges de l'Ukraine centrale, d'abord contre le régime autoritaire de l'hetman Skoropadsky22, soutenu par les Allemands, puis, après sa débandade en novembre 1918, contre la république nationaliste ukrainienne de Petlioura. Son régiment fait partie des troupes qui reprennent Kiev aux forces de Petlioura en février 191923. Il poursuit l'offensive à l'Ouest vers Berditchev, Jitomir mais les Rouges commencent à subir de terribles revers (offensive des Blancs, menée par le général Dragomirov) et Chtchors est tué à l'été 1919, près de Korosten, en protégeant l'évacuation de Kiev. Ces éléments sont repris aux versions officielles de la biographie de Chtchors et demanderaient sans doute à être réexaminés24. Dans une lettre adressée à Ioulia Solntseva en 1965 et publiée pour la première fois en 1990, d'anciens vétérans de la guerre civile dénoncent les falsifications dont est entachée la biographie officielle de Chtchors, qui, selon eux, ne mérite absolument pas son aura de héros25.

  • 26 A. Dovjenko, Œuvres, 4, p. 433.

12Il est sûr en tout cas que, comme Tchapaev, Chtchors est une figure de second ordre dont la légende commence précisément à se constituer à partir de 1935. Même si son raid sur Kiev est important, le sort de la guerre civile en Ukraine n'a pas été scellé par ses troupes. En termes de gloire militaire et de passé révolutionnaire, Bojenko est même une figure plus prestigieuse. Étant donné son âge et sa mort prématurée, il n'a pu être mêlé à aucune « opposition », ni lié à aucun bolchevik historique. Il est fils d'ouvrier et a réussi à faire des études dans la Russie tsariste (infirmier). Il peut donc incarner le bolchevik-léniniste idéal, alliant le commandant militaire de valeur et le responsable politique instruit. C'est la différence principale avec le scénario de Tchapaev : Chtchors est en même temps Tchapaev et Fourmanov, le commissaire politique26.

13En choisissant une figure de second ordre, disparue depuis longtemps, Dovjenko ne se mettait pas seulement à l'abri d'une élimination possible et soudaine de son modèle. Il contribuait aussi à donner une représentation de la guerre civile et de l'histoire de l'URSS dont étaient effacés tous les grands noms historiques. Le Tchapaev des Vassiliev allait déjà dans ce sens. En 1937, les deux réalisateurs tournent Les Journées de Volotchaevka, un film sur la guerre civile en Extrême-Orient qui n'évoque pas les commandants de premier plan que furent Ouborevitch ou Postychev. C'est ainsi que se met en place un schéma historique simple où Lénine et Staline ne sont entourés que de figures mineures. Dans le film (mis à part Trotski, l'ennemi), le seul nom historique de premier plan auquel Chtchors en appelle constamment est Lénine.

  • 27 On peut considérer qu'il s'agit d'un léger anachronisme car l’offensive polonaise contre la Russie (...)
  • 28 A. Dovjenko, Œuvres, 2, Moscou, 1967, p. 404,405, 408, 423, 455. Sans doute en raison de ces accen (...)

14Le choix de Chtchors permettait aussi d'introduire un autre thème politique d'actualité, le thème défensif (oboronnaia tema), la mise en garde contre les envahisseurs étrangers, ici l'Allemagne nazie et la Pologne. Les premiers faits d'armes de Chtchors ont consisté, en effet, à organiser, au printemps 1918, la lutte contre les Allemands et le régime de l'hetman Skoropadsky (ce qui est repris au début du film). Plus loin, on le voit défaire une division polonaise27. Cette dimension relie Chtchors aux films précédents de Dovjenko, Ivan et surtout Aerograd ainsi qu'au film d'Eisenstein, Alexandre Nevski. De ce point de vue, les dernières images sont particulièrement significatives comme démonstration de la force militaire soviétique : la division des futurs « commandants rouges » défile dans l'uniforme de 1938. Avec le recul, les images du début apparaissent, de leur côté, comme terriblement prophétiques : on en retrouve des équivalents dans Bataille pour notre Ukraine soviétique (plans de tournesols). Lors de l'attaque nazie de juin 1941, Dovjenko lance un appel à la lutte dans lequel il exhorte ses compatriotes à reprendre le flambeau des « Boulba, Bogoun, Chtchors, Bojenko28. »

  • 29 Au départ, il était prévu de tourner deux versions du film, une en ukrainien, une en russe. Dans s (...)
  • 30 Il est aussi possible que le nom de Bogoun, pris par le régiment, ne renvoie pas au compagnon d'ar (...)

15D'autre part, les paysans ukrainiens rejoignent Chtchors dans la zone neutre et le début de l'offensive part d'Ounetcha en Russie (au sud de Briansk). Chtchors ne s'exprime qu'en russe, même s'il parle ukrainien à l'occasion29 : il apparaît comme un Ukrainien russifié ; avant de prendre la tête des partisans ukrainiens, il a été formé en Russie bolchevique et a combattu sur le front est. Le message est clair : le seul allié possible de l'Ukraine dans sa guerre de libération pour retrouver son indépendance nationale, c'est la Russie bolchevique. En outre, comme Chtchors incarne, par rapport à Bojenko, l'instruction, l'ordre, la discipline, la langue dont il se sert apparaît automatiquement comme langue de culture par rapport à l'ukrainien. Il n'est pas non plus sans importance que la région d'Ukraine, libérée par Chtchors, soit précisément celle qui est rattachée à la Russie depuis l'accord passé avec l'hetman Bogdan Khmelnitski au xviie siècle et que le régiment de Chtchors ait pris le nom d'un des fidèles lieutenants de Khmelnitski, Bogoun, mort en combattant contre les Polonais30. Le film de Dovjenko est donc fortement touché par le contexte politique de la seconde moitié des années trente et porte la marque des injonctions idéologiques officielles. Il n'échappe pas au sort de tous les films à sujet historique, tournés à l'époque, qui pratiquent un « détournement » de l'histoire au profit de l'actualité et il contribue à façonner la vision stalinienne de la guerre civile et de l'histoire de l'URSS.

  • 31 A. Dovjenko, « Autobiographie », Œuvres, 1, p. 42.

16Mais en choisissant Chtchors, Dovjenko obéissait aussi à des raisons personnelles : les événements décrits se déroulaient dans sa région natale. Sa biographie était proche de celle de Chtchors : même âge, même itinéraire, deux enfants d'origine modeste qui avaient réussi à faire des études sous l'Empire. Et, dernier élément, Dovjenko avait servi dans la division de Chtchors, certes après sa mort, comme instituteur des fameux « commandants rouges »31. Aussi avait-il vécu lui-même tout ce qui se déroulait dans le film. Plus généralement, si l'histoire de Chtchors permettait d'intégrer facilement certains impératifs idéologiques staliniens, elle contenait aussi, comme dans la plupart des films de Dovjenko, un substrat personnel, autobiographique. À la date du 30 mars 1947, le cinéaste écrit dans son journal :

  • 32 Œuvres, 3, 1968, p. 564.

17« Qui sont mes héros ? Mon père, ma mère, mon grand-père et moi. Je suis Vassil, Chtchors, Bojenko, Mitchourine32. »

  • 33 Dans le scénario de 1938, Bojenko demandait à être enterré près du monument à Pouchkine de Jitomir
  • 34 Cet épisode s'inspire d'un fait réel ; lettre originale publiée à plusieurs reprises, en particuli (...)

18Chtchors a assez peu l'allure d'un commandant rouge d'origine ouvrière (ce qu'il est censé être) : il ressemble plutôt à un intellectuel. Dans sa chambre, on voit à deux reprises un portrait de Pouchkine (façon discrète de rappeler le jubilé de 193733). Il écrit, il est préoccupé avant tout d'éducation, il se soucie plus d'action politique que militaire : fraternisation avec les Allemands, proclamation pour les troupes, école de commandants rouges... On rappelle bien sa formation médicale (épisode de l'auscultation d'un ancien officier de l'hetman, Bogdankevitch, après la prise de Kiev). Il fait preuve d'une grande finesse psychologique, en particulier lors du désespoir de Bojenko et, après l'enfer de Berditchev, malgré sa fatigue extrême, il pense à dicter une lettre à sa femme34.

  • 35 Relation faite par Chtchors à l'état-major, Document 487, in Grazdanskaja vojna na Ukraine / La Gu (...)

19L'implication personnelle de Dovjenko dans les événements représentés allait surtout entraîner un traitement spécifique du matériau historique, traitement qui ne se limite pas à l'élimination incontestable de nombreux éléments négatifs. En apparence, le film est soigneusement documenté et reconstitue fidèlement l'offensive des régiments de Chtchors et de Bojenko. On suit assez exactement leur progression : gare d'Ounetcha, offensive sur Tchernigov, Kiev, Vinnitsa, Berditchev, Novograd-Volynsk et début de leur retraite. Certains épisodes précis, comme la fraternisation avec les Allemands, correspondent à des faits réels35. L'exactitude chronologique, géographique, militaire semble respectée ; toute la complexité de la situation ukrainienne est montrée : multiplicité des forces politiques en présence, Allemands, régime autoritaire de l'hetman, directoire nationaliste de Petlioura et ses troupes (sinnejoupanniki), Blancs, Polonais...

  • 36 Scénario, p. 198. A. Dovjenko, Œuvres, 1, p. 308 ; 4, p. 434 : « j'ai conçu le sujet de Chtchors c (...)
  • 37 Dovjenko raconte, par exemple, comment il s'est aperçu qu'un même événement était raconté différem (...)
  • 38 Cf. Graždanskaja vojna... / La Guerre..., 1, op. cit., p. 610.
  • 39 À l'origine, la scène était composée différemment et mettait en avant la valeur inestimable de Boj (...)
  • 40 Bojenko se rattache à la série des « grands-pères » (les did), si importants dans l'œuvre cinémato (...)
  • 41 E. Gerasimov et M. Erlix, N.A. Score..., op. cit., p. 91.

20Mais Dovjenko ne s'est pas contenté de porter ce raid à l'écran ; il a cherché à le traduire en une image poétique centrale qui donne au film son unité, malgré le découpage en tableaux. Cette idée, c'est celle du mouvement, d'où l'importance des scènes de bataille, jamais statiques, toujours représentées comme des charges, des attaques extrêmement rapides (« Il faut prendre Tchernigov vite et dans la joie36 »). Surtout, ce mouvement est synonyme de vie, d'où les nombreux défilés accompagnés de musique, d'où cet épisode hautement symbolique qui mêle la prise de Tchernigov à une noce de village : les combattants de Chtchors se livrent à une danse endiablée et la mariée part avec l'un d'eux, en sachant à peine son nom... Sur ce fond général, sorte d'épure des événements historiques et ligne directrice du film, Dovjenko a cherché à individualiser ses personnages et pour ce faire n'a pas hésité à inventer et à déformer37. L'aide de camp de Bojenko, Savka Troian, est une figure entièrement imaginaire (ce qui n'a pas empêché plusieurs Troian d'écrire à Dovjenko pour lui demander s'il avait des nouvelles de leur Savka disparu...) Jamais l'aide de camp de Bojenko n'a fait son entrée à cheval dans l'ancien palais de l'hetman ! L'épisode du sabre, remis par Chtchors à Bojenko pour le faire réagir face à la douleur, est la transformation d'un épisode réel : Bojenko et Chtchors avaient été décorés l'un et l'autre pour la prise de Kiev38. Dovjenko a aussi introduit des notes très personnelles, comme la noce au milieu des combats, les rêves des combattants après Berditchev qui constituent sans doute la clé du film... Le personnage de Bojenko est tout particulièrement travaillé, il n'est pas un double comique de Chtchors. Ses « défauts » (alcool, coups de cravache, absence de formation militaire) le rendent plutôt sympathique ; même Chtchors se refuse à le mettre totalement en défaut : lors de l'épisode de la lecture des cartes, il finit par admettre que Bojenko a sa méthode de combat et peut parfaitement gagner sans savoir lire une carte39. Les relations entre Chtchors et Bojenko sont plutôt celles d'un fils et d'un père ou grand-père (sur le modèle des rapports entre Tarass Boulba et son fils) que celles d'un commissaire politique et d'un chef de partisans ou d'un communiste responsable et d'un combattant trop impulsif40. Finalement, Bojenko tendrait peut-être à s'imposer comme la figure centrale du film : c'est lui qui remporte le plus de victoires, qui est chargé de pressurer la bourgeoisie de Kiev et sa mort constitue le sommet du film. Dovjenko a aussi introduit des notes humoristiques constantes, en particulier, l'épisode avec la fanfare des troupes de Petlioura à Tchernigov qu'on croit décimée, qui se relève et joue « l'Internationale »41, le meeting de Chtchors, limité à une phrase, toutes les scènes entre Bojenko et Savka Troian...

  • 42 R.P. Sobolev, Aleksandr Dovženko, Moscou, 1980, p. 160.
  • 43 Sur Dovjenko, on lira l'article de François Albera, Positif, 473/474, juillet-août 2000, p. 129-13 (...)

21Si on comptabilise ces éléments, on s'aperçoit que la part de l'invention poétique est importante. Les pauses lyriques, les notes humoristiques, les scènes de genre tendent à reléguer au second plan le discours politique officiel, et la figure de Chtchors elle-même cesse d'apparaître comme le sujet central du film. La Direction du cinéma et Staline avaient bien relevé le manque d'épaisseur du personnage et la préférence manifeste du réalisateur pour Bojenko. Victor Chklovski, avec son sens critique aigu, l'avait peut-être aussi senti quand pour parler du film, il se retranchait derrière une allusion à Tchapaev : « Les Vassiliev sont très malins, disait-il, quand dans la fameuse scène de leur film qui pourrait s'intituler : où doit se trouver le commandant ?, ils font répondre à leur héros : au milieu42.» Chtchors est « au milieu » : il n'écrase pas totalement le film qui ne reprend pas les schémas habituels des œuvres de la période, aussi bien littéraires que cinématographiques. Il ne s'agit ni d'une « prise de conscience », ni d'un parcours formateur. On ne retrouve pas non plus le triangle bien connu : un jeune, un responsable du parti qui joue le rôle d'éducateur, un traître43.

  • 44 V. Sklovskij, « Ščors », Znamja, 1939, 5-6, p. 232.
  • 45 Je rappelle que ces difficultés tiennent parfois aux coupures qui ont été pratiquées.
  • 46 A. Dovjenko, Œuvres, 1, p. 309, 310. Il convient d'intégrer à ces éléments la musique du film, par (...)
  • 47 Dans les premières variantes du scénario, ce caractère cyclique apparaissait encore davantage puis (...)

22Le vrai sujet du film, c'est l'histoire de l'Ukraine et le mode narratif est celui du grand temps historique de l'épopée, du mythe (tradition des doumy populaires, des Haidamaks de Chevtchenko). Cinématographiquement, cette orientation est rendue par un élargissement spectaculaire de l'écran, en particulier dans les scènes de combats44. D'autre part, si l'on peut suivre la progression des troupes de Chtchors, il n'en demeure pas moins vrai que cette opération n'est pas immédiate45. On se trouve face à une suite de tableaux, évocation de moments forts, supposés connus par tradition et pouvant être facilement identifiés. Ainsi, l'épisode précis que représentent la révolution et la guerre civile en Ukraine, est-il intégré au grand temps historique, voire légendaire, ukrainien qui mêle des personnages réels comme Khmelnitski, Bogoun, et des figures de légende comme Boulba. De ce point de vue, prennent une valeur particulière la scène dans le château repris aux Polonais, avec le profil de Chtchors, se détachant sur la toile qui représente Bogoun ou, plus tard, les funérailles de Bojenko, porté en terre comme le veut la tradition. Plus généralement, aucun des éléments qui constituent la réalité naturelle, géographique (champs de céréales, tournesols, rivières et brumes), politique, sociale (cosaques, juifs de Berditchev...) de l'Ukraine n'est oublié, et surtout pas le paysan ukrainien, sans doute le vrai héros du film, avec son folklore, ses chansons, ses danses, son humour, ses habitudes46... Il est très intéressant de noter que Dovjenko a fortement accentué l'allure paysanne et cosaque de Bojenko par rapport au modèle réel, un artisan de Kiev (serrurier) certes d'origine paysanne, mais qui, sur les photos dont on dispose, a plutôt l'allure d'un ouvrier (vareuse et petit bouc). Le temps ainsi n'est pas le temps historique abstrait, mais le rythme des saisons, du printemps 1918 à l'été 191947. Ce qui est montré dans le film a eu lieu uniquement en Ukraine, et même plus précisément en Ukraine centrale, et n'a pu avoir eu lieu nulle part ailleurs.

  • 48 Scénario, Œuvres, tome 1, p. 194.
  • 49 Sorte d’espadrilles tressées en tille ; symbole par excellence du paysan.
  • 50 A. Manevič, « Ščors i pepelisce », op. cit., p. 80.

23Le choix du spécifiquement ukrainien et de la tradition nationale comme stratégie d'intégration des impératifs idéologiques fait qu'émergent sur la révolution et la guerre civile en Ukraine des éléments historiquement exacts qui tendent à reléguer au second plan ce qui relevait de la conjoncture politique comme les attaques anti-trotskistes, qui aujourd'hui ne sont plus guère perçues comme telles. Parmi ces éléments, on note en priorité la spécificité de la situation en Ukraine où de nombreuses forces sont en présence et où les affrontements n'opposent pas prioritairement les Rouges et les Blancs, mais les paysans ukrainiens aux Allemands, au régime autoritaire de l'hetman, au gouvernement nationaliste de Petlioura, aux Polonais... De cette façon, la guerre civile en Ukraine apparaît avant tout comme une guerre d'indépendance nationale et comme une guerre de partisans. Dovjenko a choisi de fixer ce moment particulier qu'a constitué l'année 1918-1919, avant la formation de l'Armée rouge régulière (le mot n'est jamais prononcé, sauf au futur par Chtchors). Les troupes qui combattent sont le « premier régiment ukrainien de révoltés48 », armée de partisans, qui ont des rapports très familiaux avec leurs chefs. Enfin, derrière tous ces éléments perce l'essentiel : le rôle décisif des paysans qui sont, par leur nombre, la force de loin la plus importante en Ukraine et apparaissent comme les principaux acteurs de l'histoire (ils se soulèvent spontanément et constituent ensuite la force principale de l'armée et de la révolution) alors que l'histoire officielle insistait sur le rôle déterminant du prolétariat dans les événements révolutionnaires. Bien sûr, Chtchors est là pour les encadrer, les former, mais son rôle d'éducateur reste finalement discret : ses troupes de partisans ne changent pas, ils restent tels qu'ils étaient lorsqu'ils l'ont rejoint (différence avec Tchapaev, par exemple, qui commence à s'habiller mieux, suite aux remarques de son commissaire politique). La mission éducatrice de Chtchors semble concerner surtout le futur, et son école de commandants rouges. Il n'est d'ailleurs pas seul ; il est entouré d'autres chefs, dont Bojenko, tous d'origine paysanne, et leurs rapports sont très fraternels, assez peu hiérarchisés. Enfin, aucun ouvrier n'est représenté dans le film, ce qui correspond certes à la réalité d'une région essentiellement agricole, mais il était possible de faire intervenir des cheminots ou des ouvriers de Kiev. Si l'on en croit Dovjenko, il aurait été accusé de « propagande socialiste-révolutionnaire » et, d'après Manevitch, la Direction du Cinéma s'inquiétait fortement d'un plan où l'on voyait Bojenko en laptis49 et en demanda la suppression50. Finalement, la désobéissance de Chtchors, conforme à ce qui pouvait se passer à l'époque, cesse d'être interprétée, dans ce contexte, comme une preuve d'anti-trotskisme, et montre tout simplement son indépendance d'esprit, lui qui pourtant incarne le parti.

  • 51 Pas seulement imputables aux Blancs, aux Polonais ou aux troupes de Petlioura. Cf. SA. Pavljucenko (...)
  • 52 Général Denikine, Očerki russkoj smuty / Essais sur le temps des troubles, Berlin, T. 5, 1926, p.  (...)
  • 53 Le contraste est frappant avec les images terribles du début d'Arsenal.

24Il n'est certes pas question de nier que le film de Dovjenko, outre son sous-texte politique, mis en évidence précédemment, propose une vision idéalisée de la guerre civile menée par les Rouges en Ukraine (« vite et dans la joie »). Seuls les Allemands et les troupes de l'hetman (et à un moindre degré les troupes nationalistes de Petlioura) se rendent coupables de violence physique à l'égard de la population civile. À chaque fois que les troupes de Chtchors investissent une ville, on les voit libérer de nombreux prisonniers. Des éléments négatifs mais pourtant essentiels restent ainsi en dehors du champ, comme la terreur rouge, les pogromes51. Les épisodes supprimés dans le scénario sont souvent des épisodes violents et négatifs : la révolte du régiment de Nejine, l'exécution d'un prêtre ou celle de partisans pour vol, la mort de Chtchors. D'autre part, les paysans n'étaient pas uniquement derrière les Rouges : une masse importante d'entre eux suivait aussi Petlioura et, à l'été 1919, les Rouges furent totalement lâchés par les paysans à cause de leur politique agraire. Comme le rapporte Denikine, le slogan le plus populaire en Ukraine à ce moment précis était : « Mort aux nobles, aux youpins et aux communistes !52 ». Les difficultés des Rouges à s'implanter en Ukraine sont donc fortement oblitérées et l'échec de l'été 1919 est transformé en résistance héroïque. Ainsi est donnée de cette période cruelle et dure une vision lumineuse (« l'image cristalline de Chtchors»), dont sont gardés les contours glorieux, canonisés par la tradition poétique et la légende. La campagne ukrainienne semble à peine touchée par la guerre qui la ravage ; l'abondance règne sur les tables (mariage, banquet en l'honneur de Chtchors...) ; les visages ne semblent pas marqués par les souffrances et les privations53.

  • 54 Quelques références : F. Albera, (dir.), « Dossier Dovjenko », Positif, juillet-août 2000, p. 128- (...)

25Pourtant, en mettant au premier plan ces figures de paysans ukrainiens, qui malgré des éléments de folklorisation, sont montrés avec toute leur rudesse et leur détermination, Dovjenko a réussi à suggérer la violence des tensions qui agitaient l'Ukraine à l'époque, la cruauté des affrontements et des combats, et surtout le rôle déterminant des paysans. Et sur ce point, son film, marqué indéniablement du sceau de la propagande stalinienne, donne peut-être de la situation politique ukrainienne une image qui n'est pas totalement falsifiée54.

Notes

1 Cet article a été achevé avant la sortie du livre de George O. Liber, Alexander Dovzhenko : A life in Soviet Film (Londres, British Film Institute, 2002) et ne peut donc malheureusement pas le prendre en compte.

2 Alexandre Dovjenko, Œuvres en 4 volumes, 1, Moscou, Iskusstvo, 1966, p. 340. Sauf indication contraire, nous renverrons partout à cette édition en mentionnant simplement le numéro du volume et la page. Je tiens à remercier Valeri Bossenko, Alla Iarkho, Valérie Pozner et Nonna Tarkhova, pour leur aide dans la préparation de cet article.

3 Le premier article qui tire Chtchors de l'oubli, en lui attribuant un rôle exagéré dans la guerre civile en Ukraine, paraît dans la Pravda le 23 février 1935, soit quelques jours avant la phrase de Staline. Tout au long du mois de mars, les articles sur Chtchors se multiplient dans la Pravda, les Izvestija, Kraznaja zvezda... Plusieurs brochures sont éditées, des séances commémoratives sont organisées... C'est aussi en 1935 que son village natal prend son nom et qu'est composée la célèbre chanson « Šel otrjad po beregu... » (paroles de M. Golodnyj, musique de M. Blanter), connue ensuite de tous les écoliers soviétiques.

4 A. Dovjenko, Œuvres, 1, p. 53.

5 En russe Glavnoe Upravlenie Kinematografii (GUK), dirigé par Boris Choumiatski, et chargé du contrôle de tous les secteurs de l’industrie cinématographique de l'URSS.

6 T.M. Gorjaeva (dir.), Istorija sovetskoj politiceskoj cenzury / Histoire de la censure politique soviétique, Moscou, 1997, p. 484-486.

7 Premier secrétaire du Comité central du parti communiste d'Ukraine de 1928 à 1938, exécuté en 1939.

8 Sur tous ces démêlés, cf. l'entretien du 13 janvier 1938 entre S.S. Doukelski et Dovjenko : D. Kantor, « Ja poterpel bol'soj uron v žizni... » / « J’ai subi un grave préjudice dans ma vie... », Iskusstvo kino, 1990, 9, p. 120-124, ainsi que le dossier 941 du fonds Dovjenko (2081, 1) au RGALI (Archives nationales de Russie des arts et de la littérature, Moscou).

9 Dovjenko supprima, entre autres, la scène où Chtchors retrouvait à Kiev son ancien instructeur de l'école d’infirmiers, puis, pendant « l'enfer de Berditchev », l’épisode du baiser à Nastia.

10 On peut retrouver aujourd'hui cette scène dans une variante de 1938 du scénario, RGALI, f. 2081, 1, 59, p. 143-145. À ce sujet, voir aussi la note de D.M. Petrovski, f. 2081, 1, 941, p. 9-16. En fait, Dovjenko supprima purement et simplement la fin et le film s'achève de façon inattendue par le défilé des élèves officiers.

11 Les deux principaux épisodes supprimés sont la découverte par le vieux Prokopenko du massacre de 42 personnes de son village sur dénonciation du prêtre qu'il exécute et le soulèvement du régiment de Nejine.

12 Cf. A. Manevic, « Ščors i pepelišče », Rodina, 1999,11, p. 81. La version de Chtchors, projetée aujourd'hui sur les écrans, est une version de 1964 (12 parties, 3224 m), légèrement raccourcie par rapport à celle de 1939 (14 parties, 3895,5 m). Il existe encore au Gosfilmofond une version en 11 parties. Les coupures pratiquées en 1964 obéissent à des raisons purement techniques, mais rendent parfois plus difficile la compréhension du film.

13 Sur les étapes de cette politique, cf. Vl. Mixajlov, « Stalinskaja model'upravlenija kinematografom » / « Le modèle stalinien de direction du cinéma », in Kino : politika i ljudi, Moscou, 1995, p. 9-25 et L. Maksimenkov, Sumbur vmesto muzyki. Stalinskaja kul'turnaja revoljucija 1936-1938 / Fatras au lieu de musique. La révolution culturelle stalinienne, Moscou, 1997.

14 A. Mar'jamov, Dovjenko, Moscou, 1968, p. 281, et Vance Kepley Jr, In the Service of the State. The Cinema of Alexander Dovzhenko, The University of Wisconsin Press, 1986, p. 124.

15 Qui virent, entre autres, la liquidation des bolcheviks historiques liés aux affaires ukrainiennes, Piatakov, Rakovski..., sans compter que le parti communiste d'Ukraine était lui-même démantelé à l'époque. Sur les procès de Moscou, cf. P. Broué, Les Procès de Moscou, René Juillard, 1964, et N. Werth, Les Procès de Moscou, Bruxelles, Éditions Complexe, 1987.

16 A. Dovjenko, scénario, Œuvres, 1, p. 190-191 ; découpage technique du film (brochure), Moscou, 1964, p. 13-15.

17 Scénario, op. cit., p. 239-241 ; découpage..., op. cit., p. 66-70.

18 Scénario, op. cit., p. 207-209.

19 Ibidem, p. 248-250 ; découpage, op. cit., p. 77-79.

20 Lettre de Dovjenko à Staline in T.M. Gorjaeva (dir.), Istorija sovetskoj..., op. cit., p. 484 et Œuvres, 1, op. cit., p. 309. Pour que les choses soient encore plus claires, Choumiatski avait suggéré à Dovjenko d'évoquer le plan d'attaque de Staline de 1918, ce qu'il refusa pour anachronisme (postérieur à la mort de Chtchors) : A. Dovjenko, « j'ai subi... », op. cit., p. 124.

21 En particulier entre Piatakov et le groupe du Donbass. À ce sujet, cf. Andrea Graziosi, Bol'ševiki i krest'jane na Ukraine 1918-1919 / Bolcheviks et paysans en Ukraine 1918-1919, Moscou, 1997 ; parmi les ouvrages récents, citons encore S.A. Pavljučenkov, Voennyj kommunizm v Rossii.Vlast'i massy / Le communisme de guerre en Russie. Le pouvoir et les masses, Moscou, 1997, qui éclaire le problème des rapports entre paysans et bolcheviks pendant la guerre civile, particulièrement en Ukraine.

22 Qui figurait dans une des variantes du scénario : RGALI, 2081,1, 58, p. 6.

23 Le moment qui à Kiev va de la chute du régime de l'Hetman Skoropadsky à l'entrée des troupes de Petlioura et à leur retraite devant les bolcheviks est au centre du roman de Mikhaïl Boulgakov, La garde blanche (écrit en 1922-1923). Sur la situation particulièrement complexe de l'Ukraine pendant la guerre civile, on pourra consulter pour un premier aperçu A. Rappeler, Petite histoire de l'Ukraine, Paris, Institut d’études slaves, 1997.

24 Bien qu'on trouve sur Chtchors un nombre impressionnant de livres, il n'existe pas à ce jour d'ouvrage véritablement scientifique sur sa carrière et son rôle militaire. Les circonstances de sa mort n'ont pas fini, non plus, de susciter des interrogations ; son corps a été enterré très loin d'Ukraine, à Samara, et des voix se font entendre pour affirmer qu'il n'aurait pas été tué par l'ennemi. À ce sujet, cf. N. Zen'kovic, « Eksgumacija mifa » / « L'exhumation d'un mythe », Stolica, 1991,37, p. 44-48 ; Ju. Safonov, « Tajna gibeli Ščorsa » / « Le mystère de la mort de Chtchors », Voin, no 10, 1995, p. 76-80.

25 T.T. Derevjanko, « Nikolaj Ščors – legenda i real'nost' » / « Nicolas Chtchors : légende et réalité », Iskusstvo kino, 1990, 9, p. 109-117. Cf. également le commentaire de ce document par E. Margolit, ibid., p. 117-120. Il n'est pas sûr en particulier que Chtchors ait été vraiment membre du parti bolchevique, ni qu'il ait vraiment contribué à la formation des premiers détachements d’Ukrainiens révoltés (avant le régiment Bogoun).

26 A. Dovjenko, Œuvres, 4, p. 433.

27 On peut considérer qu'il s'agit d'un léger anachronisme car l’offensive polonaise contre la Russie bolchevique date de 1920 ; cependant, les troupes de Petlioura lors de leur retraite en 1919 avaient reçu l'appui de détachements polonais.

28 A. Dovjenko, Œuvres, 2, Moscou, 1967, p. 404,405, 408, 423, 455. Sans doute en raison de ces accents anti-germaniques, le film sera retiré des écrans après la signature du pacte germano-soviétique jusqu'à l'invasion allemande de 1941 (du 3-12-1939 au 23-6-1941) : Gosfilmofond, dossier du film.

29 Au départ, il était prévu de tourner deux versions du film, une en ukrainien, une en russe. Dans sa version actuelle, le film joue des deux langues et est majoritairement en ukrainien. Le russe est réservé à Chtchors et aux discussions avec les envoyés de Trotski. Sur cette question, cf. A. Dovjenko « J'ai subi... », op. cit., p. 121.

30 Il est aussi possible que le nom de Bogoun, pris par le régiment, ne renvoie pas au compagnon d'armes de Bogdan Khmelnitski, mais à un autre combattant de la guerre civile, cf. É. Margotit, art. cit., p. 118. L'idée de l'épisode qui se déroule dans le château, repris par Chtchors aux Polonais, est relativement tardive, cf. lettre de Dovjenko à Vichnievski du 22 avril 1937, Œuvres (en ukrainien), Kiev, 1966, T. 5, p. 338. Au départ, Dovjenko avait pensé demander à Vichnievski d'écrire le scénario, puis il y avait renoncé, ce qui avait provoqué entre eux un certain froid.

31 A. Dovjenko, « Autobiographie », Œuvres, 1, p. 42.

32 Œuvres, 3, 1968, p. 564.

33 Dans le scénario de 1938, Bojenko demandait à être enterré près du monument à Pouchkine de Jitomir.

34 Cet épisode s'inspire d'un fait réel ; lettre originale publiée à plusieurs reprises, en particulier dans E. Gerasimov, M. Erlix, N.A. Ščors. Boevoj put', Moscou, 1937, p. 125-126.

35 Relation faite par Chtchors à l'état-major, Document 487, in Grazdanskaja vojna na Ukraine / La Guerre civile en Ukraine, 1, Kiev, 1967, p. 426.

36 Scénario, p. 198. A. Dovjenko, Œuvres, 1, p. 308 ; 4, p. 434 : « j'ai conçu le sujet de Chtchors comme une marche et l'action du film comme un mouvement permanent. » À un autre endroit, le réalisateur parle de Chtchors comme d'« un film-projectile ».

37 Dovjenko raconte, par exemple, comment il s'est aperçu qu'un même événement était raconté différemment par plusieurs témoins et qu'il était donc illusoire de penser obtenir de cette façon l'exactitude historique (Œuvres, 4, p. 430). D'autre part, il réclamait constamment des « détails » aux anciens partisans.

38 Cf. Graždanskaja vojna... / La Guerre..., 1, op. cit., p. 610.

39 À l'origine, la scène était composée différemment et mettait en avant la valeur inestimable de Bojenko comme chef militaire, malgré son absence d'instruction.

40 Bojenko se rattache à la série des « grands-pères » (les did), si importants dans l'œuvre cinématographique de Dovjenko. À ce sujet, cf. les analyses d'E. Margolit, Iskusstvo kino, 1989, 4, p. 122-124.

41 E. Gerasimov et M. Erlix, N.A. Score..., op. cit., p. 91.

42 R.P. Sobolev, Aleksandr Dovženko, Moscou, 1980, p. 160.

43 Sur Dovjenko, on lira l'article de François Albera, Positif, 473/474, juillet-août 2000, p. 129-133, auquel nous renvoyons également pour un complément bibliographique. Le numéro contient aussi le témoignage de O. Iosseliani ainsi que la traduction par V. Pozner d'un texte de Dovjenko et d'un article de Chklovski.

44 V. Sklovskij, « Ščors », Znamja, 1939, 5-6, p. 232.

45 Je rappelle que ces difficultés tiennent parfois aux coupures qui ont été pratiquées.

46 A. Dovjenko, Œuvres, 1, p. 309, 310. Il convient d'intégrer à ces éléments la musique du film, particulièrement soignée et respectueuse des mélodies populaires ukrainiennes, ainsi que le souhaitait le réalisateur lui-même, très exigeant sur ce point. Cf. Dmitrij Kabalevskij, « Deux rencontres » in Dovženko v vospominanijax sovremennikov / Dovjenko dans les souvenirs de ses contemporains, Moscou, 1982, p. 90-102. Notons d'ailleurs que le recours au folklore faisait aussi partie des injonctions officielles.

47 Dans les premières variantes du scénario, ce caractère cyclique apparaissait encore davantage puisque la dernière scène montrait les élèves officiers avançant dans un champ.

48 Scénario, Œuvres, tome 1, p. 194.

49 Sorte d’espadrilles tressées en tille ; symbole par excellence du paysan.

50 A. Manevič, « Ščors i pepelisce », op. cit., p. 80.

51 Pas seulement imputables aux Blancs, aux Polonais ou aux troupes de Petlioura. Cf. SA. Pavljucenkov, Voennyj kommunizm..., op. cit., p. 260.

52 Général Denikine, Očerki russkoj smuty / Essais sur le temps des troubles, Berlin, T. 5, 1926, p. 132.

53 Le contraste est frappant avec les images terribles du début d'Arsenal.

54 Quelques références : F. Albera, (dir.), « Dossier Dovjenko », Positif, juillet-août 2000, p. 128-143 ; B. Amengal, Dovjenko, Paris, Cinéma d'aujourd'hui, Seghers, 1970 ; M. Oms, A. Dovjenko, Lyon, Premier plan, 1968 (bibliographie) ; L. et J. Schnitzer, Dovjenko, Paris, Éd. universitaires, 1966 ; Vance Kepley Jr., In the Service of the State. The Cinema of Alexander Dovzhenko, The University of Wisconsin Press, 1986 ; A. Dovženko, Sobranie sočinenij v 4 t. (Œuvres en 4 v.), Moscou, Iskusstvo, 1966-1969 ; T.T. Derevjanko (dir.), « Nikolaj Ščors-legenda i real'nost' » (« Nicolas Chtchors : légende et réalité »), Iskusstvo kino, 1990, 9, p. 109-117 ; D. Kantor, « Ja poterpel bol'šoj uron v žizni... » (« J'ai subi un grave préjudice... »), Beseda A. Dovženko s S.S. Dukel'skim, ibid. p. 120-124 ; E. Margolit, « Kto pod krasnym znamenem ? » (« Qui avance sous le drapeau rouge ? »), ibid., p. 117-120 ; George O. Liber, Alexander Dovzhenko : A life in Soviet Film, Londres, British Film Institute, 2002 ; R. Sobolev, A. Dovženko, Moscou, Iskusstvo, 1980.

Auteur

Ancienne élève de l'École normale supérieure, agrégée de russe, professeur à l'Université Paris Sorbonne, Catherine Depretto est spécialiste de l'histoire culturelle de la période soviétique. Auteur d'un doctorat d'État (1992) sur Iouri Tynianov (1912-1943), elle a contribué au volume sur l'Âge d'argent de l'Histoire de la littérature russe sous la direction de E. Etkind, G. Nivat, I. Serman, V. Strada (A. Fayard, 1987). Elle est l'auteur d'une édition commentée en français de textes théoriques et critiques de Tynianov, Formalisme et histoire littéraire (L'Âge d'Homme, 1991) et l'éditeur du volume l’Héritage de Bakhtine (Presses universitaires de Bordeaux, 1997). Enfin elle a dirigé plusieurs numéros thématiques de la Revue des études slaves (Tynianov 1983, Eichenbaum 1985, Maïakovski 1996, Les Frères de Sérapion 1999, La Littérature soviétique aujourd'hui, 2001).

© Presses universitaires du Midi, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search