Version classiqueVersion mobile

Le cinéma « stalinien »

 | 
Natacha Laurent

Avant-propos

Pierre Cadars

Texte intégral

1Peut-on jouer avec le feu ? Cette question, la Cinémathèque de Toulouse se Tétait déjà posée lorsque, il y a tout juste trente ans, elles avait contribué à la publication d'une étude sur « le cinéma nazi ». L'intitulé d'un tel ouvrage, déjà, pouvait poser problème comme si, au voisinage de l'innommable, les mots perdaient de leur assurance. Fallait-il pour autant s'en tenir à quelques idées toutes faites, sous prétexte que les incertitudes du vocabulaire rendaient difficile toute exploration nouvelle ?

2En organisant, en mai 2000, un colloque sur « le cinéma stalinien » nous avons retrouvé les mêmes doutes, compensés aussitôt par la volonté d'aller de l'avant sur un terrain riche de chausse-trapes. La présence à nos côtés de l'Université de Toulouse-Le Mirail était le meilleur viatique, qui nous défendait à la fois des nostalgies confuses, des coups de cœur irréfléchis et des règlements de compte. Et puis, parallèlement à cette rencontre, plus de soixante films venaient illustrer, compléter et parfois contredire des débats où, comme on s'en doute, la pensée unique n'était vraiment pas de mise. On s'en rendra compte à la lecture de ces textes, où des chercheurs, français et étrangers, n'hésitent pas à confronter les avancées, souvent très parcellaires, de leurs travaux. Aux histoires officielles constituées tout d'un bloc et comme fermées sur elles-mêmes, ont fait suite ces approches, plus modestes en apparence mais qui ont le mérite d'avouer leurs lacunes et de proposer en même temps quelques repères. Les certitudes d'hier ne se retrouveront certainement pas de sitôt, quel qu'en soit le savant éclairage.

3Ce travail de reconstruction, pierre après pierre, que connaissent bien les historiens, constitue le quotidien de toute cinémathèque qui se respecte. Mieux, il en justifie l'existence. Amasser pour amasser, collectionner pour collectionner, n'ont en fait qu'un intérêt limité, si les « trésors » ainsi conservés ne s'exposent pas constamment à l'air libre de nos évaluations. C'est ainsi, et ainsi seulement, que reprend vie un matériau inerte fait de milliers de kilomètres de pellicule, où les laissés pour compte voisinent forcément avec les chefs d'œuvre, que l'on revisite sans fin. Or ce sont justement les oubliés du panthéon cinéphilique qui doivent retenir notre attention. Certains, trop prisonniers du goût de leur époque, n'ont pas résisté à l'épreuve du temps. D'autres, qui n'avaient rien à dire, ne pouvaient qu'appeler le silence. Mais, à côté d'eux, il y a aussi ceux que des politiques changeantes ont soudain couvert d'infamie. Pour ces derniers films, l'oubli consiste à rejeter dans un même élan « le bébé et l'eau du bain », tout en fermant les yeux.

4Il se trouve que depuis longtemps, plusieurs décennies en fait, la Cinémathèque de Toulouse entretient d'excellents rapports avec le Gosfilmofond de Moscou. Sur la lancée d'une collaboration entamée dès 1965 grâce à Raymond Borde et Victor Privato, plusieurs dizaines de copies de films ont pu être échangées, ce qui nous permet d'avoir aujourd'hui un fonds russe et soviétique de toute première importance. La présence de Natacha Laurent lui a donné une nouvelle raison d'être. Ce colloque était donc bien le prolongement d'une histoire bâtie sur le hasard des rencontres et, en même temps l'amorce d'une nouvelle histoire dont les ambitions dépassent désormais les hommes et les frontières. Une telle entreprise n'aurait pas été possible si elle s'était développée en vase clos. De même que pour notre rétrospective « stalinienne » des films étaient venus d'ailleurs, de Moscou principalement, afin de compléter ceux qui appartenaient déjà à nos collections, il était indispensable que les intervenants du colloque viennent, eux aussi, des horizons les plus variés. La diversité des regards n'est-elle pas un premier gage d'objectivité ?

5Voici donc un état des lieux qui ne se veut ni complet ni définitif. Il répond à quelques questions ; il en pose bien d'autres. Avons nous joué avec le feu, comme certains pouvaient le craindre, en revenant sur une période dont ne sont effacées à ce jour ni les contradictions ni les blessures ? Restent aussi des films, des archives et quelques témoins sur un terrain encore brûlant. Et si ce feu redoublait notre soif de connaissance...

Auteur

Délégué général de la Cinémathèque de Toulouse

© Presses universitaires du Midi, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search