Desktop versionMobile Version

Religions, pouvoir et violence

 | 
Patrick Cabanel
, 
Michel Bertrand

Du Concordat à la laïcité : quel modèle français de gestion du pluralisme religieux

Le modèle laïque français

Rémy Pech

Volltext

1Intervenir sur un tel sujet n’est pas chose facile. Ceci pour trois raisons. D’abord, la laïcité est plus une attitude, un état d’esprit qui a engendré des lois et des institutions destinées à limiter les empiétements du religieux sur la société civile, qu’un corpus doctrinaire qui pourrait inspirer culture, législations, pratiques sociales, comme il en est, me semble-t-il, des religions. Ensuite, la notion de modèle est rien moins que laïque : le laïque, confiant envers le libre arbitre de chaque citoyen, se méfie a priori des modèles. Soit il les récuse, soit il les réduit à des systèmes dont la logique ne saurait s’imposer à tous. Refusant aux religions le droit de modeler la société ou le cadre politique selon leurs règles propres, il ne peut sans paradoxe proposer un anti-modèle alternatif. Enfin, et peut-être surtout, l’image dominante de notre pays dans le monde est-elle vraiment celle d’un modèle laïque ? La France est parvenue aux peuples du monde, à travers les Français émigrés, sous la triple image du trafiquant, du militaire et du missionnaire (ce dernier chéri par tous les pouvoirs colonisateurs y compris les plus laïques, dont le gouvernement Combes au début du siècle dernier). L’administrateur laïque est une figure bien moins forte, même si elle n’est pas absente, à travers un Albert Sarraut puis, dans un sens plus émancipateur, un Félix Éboué.

  • 1 Titre de l’Atlas d’Onésime Reclus, Attinger Frères, Paris, 1914.

2Quant à l’image même de la France, est-ce celle de la France laïque qui prévaut ? Rien n’est moins sûr. C’est plutôt la France de la Révolution, celle qui a posé le problème de l’abolition des privilèges, et lancé l’idée que le changement est possible. C’est encore la France des Droits de l’Homme, dont découle la laïcité (mais celle-ci engendre peut-être davantage de devoirs qu’elle n’ouvre de droits). C’est surtout la France puissante, arrogante, celle qui est obsédée, même et surtout quand elle prend conscience de son affaiblissement, par la « grandeur ». On retrouve, affirmée à la face du monde, la notion de grandeur dès l’époque du colonialisme triomphant - « la plus grande France1 » –, puis dans l’entre-deux-guerres avec les expositions coloniales vantant la puissance de « l’Empire », enfin évidemment sous la plume et dans le verbe pathétique du Général de Gaulle. Elle n’est pas tellement laïque, à mon sens tout au moins, cette notion de « grandeur »…

  • 2 Sur les définitions de la laïcité et l’actualité de cette valeur, on peut se reporter aux ouvrages (...)

3Même si l’histoire des idées n’est pas le terrain de prédilection de l’historien de l’économique et du social que je suis de formation, elle ne m’est pas totalement étrangère surtout depuis que je travaille sur l’Europe et sur le mouvement sportif. J’ose donc me risquer à traiter des trois points suivants : les racines historiques de la laïcité française ; la laïcité de combat (celle du long xixe siècle) et ses réalisations, toujours existantes et parfois menacées et défendues ; enfin, les évolutions du xxe siècle vers une laïcité de débat2.

LES RACINES HISTORIQUES DE LA LAÏCITÉ FRANÇAISE

4Essayons de remonter brièvement le cours des temps. On insiste toujours sur la liaison et presque la fusion entre l’Église catholique et la monarchie française : Clovis, les Rois Très Chrétiens, la Gesta Dei per Francos, Saint Louis et Jeanne d’Arc, la France fille aînée de l’Église… En réalité, il n’y a jamais de théocratie à proprement parler, on observe un distinguo très net entre l’Église et le pouvoir civil au niveau de l’État. Plutôt que de m’aventurer sur Jean Bodin et les légistes du xvie siècle, je préfère en rester à l’observation la plus humble, celle du village, où se côtoient, se recoupent et s’interpénètrent sans jamais se confondre, sur un même territoire, balisé sur une très longue période : la seigneurie, la paroisse et la communauté des habitants. La micro-histoire montre bien que la dynamique des sociétés rurales repose en grande partie sur les conflits de pouvoir et les compromis entre ces trois pôles : il s’agissait déjà, peut-être, d’un combat laïque, évidemment tout à coup brusqué, et peut-être déséquilibré en 1789 par la destruction rapide de la seigneurie.

5À un niveau plus général, celui du Royaume, le cours de l’histoire aux xvie et xviie siècles singularise la France. Comme le reste de l’Europe, elle connaît la Renaissance, qui n’est peut-être pas incompatible avec l’Église (Pie II, pape humaniste, faisant tout de même figure d’exception), mais qui a souvent été contrariée par elle, et surtout la Réforme, source de guerres inexpiables dans toute l’Europe centrale et du Nord, et qui a débouché sur une partition politico-religieuse alignée sur le sacro-saint principe cujus regio, ejus religio. En France, avec des guerres au résultat incertain puis avec l’avènement de Henri IV, c’est pendant presque un siècle, de l’Édit de Nantes à l’Édit de Fontainebleau, un pluralisme religieux certes limité dans les droits comme dans la géographie, mais un pluralisme : on peut être sujet du roi sans être nécessairement un fidèle de l’Église officielle. Et, même abolie, cette tolérance, de Bayle à Voltaire, laisse des traces dans les esprits et demeure une référence.

  • 3 Article 10 de la Déclaration du 26 août 1789, qui stipule toutefois : « Nul ne peut être inquiété (...)

6La Révolution française : Jaurès faisait découler le principe de laïcité de la citoyenneté et de la souveraineté populaire. On n’aura garde d’oublier le caractère délibérément universel de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen, et à partir du moment où les hommes, tous les hommes étaient proclamés libres et égaux en droits, il n’était guère possible de les discriminer en fonction de leurs opinions « même religieuses3 ». De plus, la Révolution Française a réalisé un certain nombre d’expériences de laïcisation, certaines sans lendemain, comme le Culte de l’Être Suprême, d’autres apparaissant après coup comme anticipatrices, telle la Séparation de l’Église et de l’État qui dura de 1795 à 1801 et qui fut en réalité une période de lente récupération pour l’Église catholique alors traversée par le schisme entre réfractaires et constitutionnels.

7Trois éléments de la période révolutionnaire me semblent avoir marqué de façon durable. C’est tout d’abord la déchristianisation, terme sans doute mal choisi car en bien des cas, en Limousin par exemple, la christianisation était, au dire des spécialistes, un simple vernis mal appliqué sur des superstitions enracinées. Cette déchristianisation fut loin d’être générale, puisque même des contrées fidèles à la République sont restées pratiquantes comme le Lot ou la partie occidentale de l’Aveyron. Mais elle fut suffisamment importante pour qu’en réaction, et pour plusieurs décennies, surgisse un mouvement inscrit par les croix et les calvaires sur les places ou les croisées de chemin de nos villages : le mouvement des missions. Cette période engendre à son tour de nouveaux litiges qui se cristallisent sur ces signes de réappropriation de l’espace. La Révolution a ensuite généré une guerre civile que l’on ne peut pas décrire comme locale, car elle a englobé une bonne partie de l’Ouest français, et pas seulement la Vendée. De cette guerre a découlé une reviviscence de la foi persécutée, bien souvent conjuguée avec un refus violent du régime oppresseur, c’est-à-dire la République. Ces affrontements eurent un retentissement national : un quartier de Gruissan, dans l’Aude, s’appelle depuis la Vendée.

8On doit signaler enfin la Constitution civile du clergé, qui n’est en rien une laïcisation mais une soustraction de l’Église à l’autorité de Rome, sans doute aggravée par l’intransigeance du Pape, et l’institution d’une Église dépendante de l’État. Les curés sont aussi des fonctionnaires civils sinon civiques. Il y a confusion, mais la carte politique du xixe siècle est en gestation sous celle des « curés jureurs » et des « curés réfractaires ». Sous couvert de pacification religieuse, Bonaparte s’est situé en définitive dans une continuité avec la Constitution civile, tout en normalisant les rapports avec une papauté qu’il rêvait sans doute de domestiquer. Le Concordat de 1801 est un document complexe. Compromis nécessaire pour les uns, atteinte à la souveraineté pour d’autres, « discordat » pour Clemenceau, il a quand même ramené la paix religieuse, au prix de quelques concessions à Rome. Par ce traité-loi, l’État se dote d’une armature administrative supplémentaire (mes préfets, mes évêques, tries généraux, scandait Napoléon, paraît-il, en passant mentalement en revue ses relais de puissance politique). Investis spirituellement par Rome à travers leurs évêques, les curés sont des fonctionnaires supplémentaires, plus ou moins dociles en cas de conflit entre Paris et Rome, car soumis à une double obédience. Le complément apporté par les Articles organiques, étendus aux protestants puis aux juifs (décrets de 1808), représente tout de même un progrès dans le sens d’une laïcité, puisque les grandes religions sont traitées presque sur pied d’égalité. Quant à l’enseignement, Napoléon le place sous la coupe de l’État, au risque de le voir passer sous celle de l’Église catholique, si cette dernière retrouve un rôle officiel. Ce qui advient dès 1814 avec la Restauration : le catholicisme redevient la religion de l’État (articles 5, 6 et 7 de la Charte) ; bientôt, Mgr Frayssinous est nommé grand-maître de l’Université.

UNE LAÏCITÉ DE COMBAT

  • 4 Alain, Politique, PUF, Paris, 1951, 327 p.

9Ferdinand Buisson, dans son Dictionnaire de pédagogie (1881), qualifie laïcité de mot nouveau, quoique correctement formé, et d’un usage qui ne s’est pas encore généralisé. J’observe que l’usage général a tardé à venir, le mot étant souvent complété par le domaine auquel il s’applique : on conçoit très bien la laïcité de l’école, beaucoup moins celle de la République par exemple. N’est-il pas significatif que Politique, le recueil des articles d’Alain, un des papes de la laïcité, paru en 1951 mais rédigé pour l’essentiel de 1920 à 1930… ne renferme pas le mot ! - la notion étant bien entendu omniprésente4. Quant aux institutions (on sait que deux constitutions européennes sur quinze, l’irlandaise et la grecque, se placent sous l’invocation de la Très sainte trinité), on peut rappeler que la Constitution de 1848 est établie en présence de Dieu et au nom du Peuple français. Celle de 1875, « courte et obscure », ne dit évidemment rien sur le sujet. Celle de 1946 (la définitive ; celle, beaucoup plus à gauche, qui a été écartée, ne comportait pas le mot, curieusement), en son article premier (repris ensuite dans l’article 2 de 1958) stipule explicitement que « la France est une République indivisible, laïque, démocratique et sociale ».

  • 5 Agulhon (Maurice), « Cent ans d’école primaire, laïque, gratuite et obligatoire : un bilan critiqu (...)

10On date le combat laïque, très souvent, des débuts de la IIIe République, en remontant, peut-être pour faire plaisir aux militants laïques, jusqu’à 1866 et à la création par Jean Macé de la Ligue de l’Enseignement. Effet de mémoire, et/ou association voulue par ses défenseurs ou héritiers entre la République et sa plus belle réalisation, l’école publique laïque, gratuite et obligatoire. Mais avant Ferry il y eut Guizot, Salvandy, Fortoul, Rouland, Duruy surtout, et plus encore que ces ministres actifs et conscients, les maires des communes de France. C’est eux qui ont construit, en vertu de la loi Guizot de 1833, « la communale », avec ses imperfections, ses interdépendances parfois dynamisantes mais souvent conflictuelles entre l’instituteur et le maire, l’instituteur et le curé. Il faut rappeler, pour faire justice d’accusations de sectarisme ou d’exclusivisme trop souvent proférées, que la liberté d’enseigner n’a jamais été remise en cause ni par les régimes et gouvernements successifs, ni par les militants laïques. Maurice Agulhon relève que la « laïque » a introduit le pluralisme dans de nombreux villages, créant une émulation et non une uniformité5. L’implantation de la « laïque » prit un tour militant parce que la République était menacée, de 1871 à 1881, puis en 1887-89 avec Boulanger, enfin de 1896 à 1899 avec l’Affaire Dreyfus…

  • 6 Chanet (Jean-François), L’école républicaine et les petites patries, Aubier, Paris, 1996, 426 p.

11Instrument du progrès et de la raison, l’école de la République a été respectueuse des consciences, et même des particularismes régionaux ainsi que l’a démontré Jean-François Chanet6. Bien réévaluée après avoir été exagérément critiquée, l’école laïque reste le plus important héritage et le plus durable du xixe siècle, le plus imité aussi, et donc peut participer d’un modèle, sans parler des pionniers comme Freinet qui ont conçu et expérimenté à partir de l’école laïque des innovations pédagogiques de grande ampleur.

12Conséquence de l’Affaire Dreyfus, ultime réalisation du programme de Belleville rédigé par Gambetta dès 1869, mise à jour nécessaire et aujourd’hui acceptée par tous, la loi du 9 décembre 1905 occasionna pourtant bien des soubresauts (Inventaires, encyclique Vehementer Nos de Pie X, refus des associations cultuelles jusqu’en 1924…). Au-delà des polémiques, j’observe que les pouvoirs publics, communaux et nationaux, prennent en charge sans barguigner l’entretien du patrimoine bâti d’associations (qui sont de fait et non de droit jusqu’en 1924) auxquelles ce patrimoine est confié en permanence. On ne peut, en aucun cas, parler de spoliation ! Plus sérieux est le problème de l’Alsace-Lorraine, tranché par Clemenceau - et l’on sait combien ce grand politique était anticlérical ! - dans un sens très favorable aux Églises puisque le « statut particulier » signifie la pérennisation du Concordat et le maintien de l’enseignement religieux au sein de l’école publique. Seul Herriot envisagea en 1924 de s’attaquer à cette anomalie mais il y renonça bien vite.

UNE LAÏCITÉ DE DÉBAT

13Outre l’entorse importante à la laïcité, ou pour mieux dire la tache indélébile au miroir de la France laïque, que constitue le statut particulier d’Alsace et Moselle, la Première Guerre mondiale a entraîné la mise en place d’un contexte nouveau. Les luttes laïques ont été relativisées, sinon oubliées : l’union sacrée, la rentrée de nombreux religieux exilés en 1902 ou 1904, les tranchées, le climat généralisé de mort et d’angoisse ont imposé un retour en force de la religion. En 1919, plusieurs congrégations et non des moindres (chartreux, dominicains, franciscains et jésuites) ont été autorisées à se réinstaller, rendant le « combisme » caduc en moins d’une génération. L’ambassade française au Vatican a été rouverte avant même que Mussolini et Pie XI n’aient réglé, par les Accords du Latran en 1929, le sort matériel de la Papauté.

14La laïcité s’est trouvée par ailleurs confrontée à trois défis, qui sont allés grandissant des années 1920 aux années 1930. Tout d’abord, le surgissement du communisme a mis à l’ordre du jour chez de nombreux militants laïques le combat révolutionnaire, qui conserve l’idée de progrès et d’émancipation mais instaure rapidement un système totalitaire tout à fait contraire à la notion de laïcité. Rappelons aussi que la non-appartenance à la Franc-maçonnerie était la « vingt-deuxième condition » d’adhésion à la IIIe Internationale. Ce n’est pas par hasard que Albert Sarraut pastichant Gambetta après un demi-siècle de république laïque, s’écrie en 1928 : « Le communisme, voilà l’ennemi ! ». Au sein même des organisations laïques, où les siens n’ont cessé de militer, le communisme a introduit un trouble qui s’estompe à peine aujourd’hui, quinze ans après la chute du Mur de Berlin.

15D’autre part, l’irruption du fascisme et d’une kyrielle d’États autoritaires a posé aussi problème. Il s’agissait, on s’en rendit compte rapidement, de la négation des libertés, des Droits de l’Homme et du Citoyen, et d’atteintes continuelles à la notion même d’humanité. Le combat laïque dut donc s’actualiser, et les adversaires prioritaires devinrent les régimes et les mouvements fascistes. Ceux-ci ont d’ailleurs souvent été confondus avec les anciens adversaires des militants laïques : c’est cas de l’Espagne où le soutien massif, sauf en Euskadi, de l’Église à la subversion franquiste engendra en réplique un anticléricalisme radical et parfois meurtrier à son tour.

16Enfin, et de manière parfois contradictoire avec ce qui précède, la Première Guerre mondiale a introduit avec force, comme une priorité absolue, le combat pour la paix. Une cause supérieure à la laïcité s’est imposée, ou tout au moins a imposé de redéfinir le combat laïque comme un élément important, mais seulement un élément, du combat pour la paix : paix intérieure, avec la cohésion des sociétés mises à mal par les transformations des sociétés industrielles et la crise de 1929, paix internationale avec la perspective grandissante et bientôt inéluctable d’une nouvelle guerre mondiale.

  • 7 Blum (Léon), À l’échelle humaine, Paris, Gallimard, 1945, rééd. 1971, 182 p. L’appel à la particip (...)

17La Résistance a vu s’engager beaucoup de militants laïques, mais aussi une part importante de chrétiens. Les uns et les autres étaient également attachés à inscrire leur combat dans leurs valeurs. Un double phénomène s’est alors développé. D’une part, et c’est par exemple le rôle d’une démocratie chrétienne florissante, il y a acceptation des mesures de laïcisation de la société - de son côté, la papauté entérine cette acceptation, alors qu’elle avait stoppé en 1910 l’élan précurseur d’un Marc Sangnier. D’autre part, les « valeurs « chrétiennes sont magnifiées et mises en avant face au matérialisme et à l’athéisme. Léon Blum, qui songeait à bâtir un travaillisme à la française, très « œcuménique », dans son ouvrage-testament À l’échelle humaine, consacre de longs développements aux forces spirituelles et ne tarit pas d’éloges sur la papauté. Il est vrai que cette dernière était alors exempte de tout soupçon sur son attitude ambiguë face aux persécutions nazies7.

18Sous la ive République, condamnée aux gouvernements minoritaires de la Troisième force, et associant par conséquent, non sans conflits, la laïque SFIO et le démocrate-chrétien MRP, la laïcité est comme « gelée ». Elle subit même quelques atteintes en 1951 avec la loi Barangé, qui garantit le financement des écoles privées. C’est du reste autour de l’école que les conflits entre l’Église catholique et la centrale laïque (CNAL) vont se nouer jusqu’aux manifestations géantes, en sens opposé, de 1984 (Versailles) et Paris (1994). La première résultait d’une mobilisation des soutiens à l’école privée face à l’imminence d’une loi Savary d’intégration à un service public d’enseignement qui eût pourtant apporté des garanties jugées exagérées par les laïques les plus intransigeants. Mitterrand préféra renoncer, entraînant la démission d’Alain Savary et du Premier ministre Pierre Mauroy. En 1993, la remise en question de la loi Falloux de 1850, qui plafonne les aides municipales aux écoles privées, mobilisa le camp laïque quelques mois à peine après la cuisante défaite de la gauche aux législatives. Le gouvernement Balladur dut reculer à son tour. Les choses ensuite se sont apaisées, tandis que le développement et la pérennisation d’un islam de France renouvelait la donne… et redonnait à la laïcité une modernité insoupçonnée. Mais ce serait là, des premières affaires de « foulard » ou de « voile », en 1989, au vote de la loi du 15 mars 2004 sur le port des signes religieux en milieu scolaire, le sujet d’un autre chapitre, tant l’histoire la plus contemporaine est complexe à cet égard.

  • 8 Explicitation des sigles : FOL : Fédération des Œuvres Laïques, nom usuel de la structure départem (...)

19Je m’en tiendrai à évoquer, fût-ce à grands traits, les réalisations accomplies sous les auspices de la laïcité. Elles constituent la part la plus concrète, et peut-être la plus efficace de ce « modèle laïque « si difficile à cerner. La Ligue de l’Enseignement, organisation immense et diverse, avec plusieurs millions d’adhérents, représente une grande force ; elle encadre non seulement le secteur périscolaire (USEP, UFOLEP), mais à travers les clubs (tels les clubs Condorcet, fondés en 1989), les vacances, une partie de la « société civile », dans sa dimension toujours plus présente de loisirs culturels, sportifs et associatifs. Évaluer le rôle de ces multiples associations est bien difficile. Mais enfin la Ligue et les FOL8 ont pris leur part, pas toujours comprise ni reconnue, à l’apaisement des tensions xénophobes, à l’épanouissement des jeunes, au combat toujours renouvelé pour une société plus juste et plus fraternelle. À travers elles, le combat laïque n’apparaît point comme un prolongement ringard de conflits révolus : il reste et restera longtemps d’une ardente actualité, comme notre pays n’en finit plus de le redécouvrir au moment du centenaire de la loi de Séparation des Églises et de l’État.

Literaturverzeichnis

REPÈRES BIBLIOGRAPHIQUES

Basdevant-Gaudemet (Brigitte), Messner (Francis), dir., Les origines historiques du statut des confessions religieuses dans les pays de l’Union européenne, PUF, 1999.

Baubérot (Jean), Vers un nouveau pacte laïque ?, Seuil, 1990.

Baubérot (Jean), La morale laïque contre l’ordre moral, Seuil, 1997.

Baubérot (Jean), Histoire de la laïcité française, PUF, « Que sais-je ? », 2004 [2000].

Baubérot (Jean), dir., Religions et laïcité dans l’Europe des Douze, Syros, 1994 ;

Baubérot (Jean), Laïcité 1905-2005, entre passion et raison, Seuil, 2004.

Baubérot (Jean), Gauthier (Guy), Legrand (Louis), Ognier (Pierre), Histoire de la laïcité, Besançon, CRDP, 1994.

Baubérot (Jean), Mathieu (Séverine), Religion, modernité et culture au Royaume-Uni et en France 1800-1914, Points-Seuil, 2002.

Baudoin (Jean), Portier (Philippe), La Laïcité, une valeur d’aujourd’hui ? Contestations et renégociations du modèle français, Presses universitaires de Rennes, 2001.

Bédouelle (Guy), Costa (Jean-Paul), Les laïcités à la française, PUF, 1998.

Boyer (Alain), Le droit des religions en France, PUF, 1993.

Cabanel (Patrick), Les mots de la laïcité, Presses universitaires du Mirail, 2004.

Champion (Françoise), Cohen (Martine), dir., Sectes et démocratie, Seuil, 1999.

Davie (Grace), Hervieu-Léger (Danièle), dir., Identités religieuses en Europe, La Découverte, 1996.

Deloye (Yves), École et citoyenneté. L’individualisme républicain de Jules Ferry à Vichy : controverses, Presses de la Fondatio nationale des sciences politiques, 1994.

« Dieu et la politique. Le défi laïque », L’Histoire, juillet-août 2004, numéro spécial.

Durand (Jean-Dominique), dir., Quelle laïcité en Europe ?, Institut d’histoire du christianisme, Chrétiens et Sociétés, Documents et Mémoires no 2, 2003.

Gauchet (Marcel), Le désenchantement du monde. Une histoire politique de la religion, Gallimard, 1985.

Gauchet (Marcel), La religion dans la démocratie. Parcours de la laïcité, Gallimard, 1998.

Haarscher (Guy), La laïcité, PUF, « Que-sais-je ? », 2004 [1996].

Hervieu-Léger (Danièle), Willaime (Jean-Paul), Sociologies et religion. Approches classiques, PUF, 2001.

Hervieu-Léger (Danièle), Catholicisme, la fin d’un monde, Bayard, 2003. L’islam en France, Cités, hors série, PUF, 2004.

La Laïcité dévoilée. Quinze années de débat en quarante Rebonds, Libération, Éditions de l’aube, 2004.

Mayeur (Jean-Marie), La question laïque xixe-xxe siècle, Fayard, 1997.

Mayeur (Jean-Marie), La séparation des Églises et de l’État, Les Éditions Ouvrières, 1991 [1966].

Messner (Francis), Prélot (Pierre-Henri), Woehrling (Jean-Marie), dir., Traité de droit français des religions, Litec, Éditions du Juris-Classeur, 2003.

Pena-Ruiz (Henri), Qu’est-ce que la laïcité ?, Gallimard, Folio actuel, 2003.

Poulat (Émile), Liberté laïcité, La guerre des deux France et le principe de la modernité, Cerf/Cujas, 1987.

Poulat (Émile), Notre laïcité publique, Berg International, 2003. « Religions d’Europe », Vingtième siècle, revue d’histoire, 66, avril-juin 2000.

Rémond (René), L’anticléricalisme en France de 1815 à nos jours, Bruxelles, Complexe, 1985.

Rémond (René), Religion et société en Europe, Seuil, 1998, Points-Seuil, 2001.

Vincent (Gilbert), Willaime (Jean-Paul), dir., Religions et transformations de l’Europe, Presses universitaires de Strasbourg, 1993.

Wieviorka (Michel), dir., L’avenir de l’islam en France et en Europe, Balland 2003.

Willaime (Jean-Paul), Europe et religions. Les enjeux du xxie siècle, Fayard, 2004.

Anmerkungen

1 Titre de l’Atlas d’Onésime Reclus, Attinger Frères, Paris, 1914.

2 Sur les définitions de la laïcité et l’actualité de cette valeur, on peut se reporter aux ouvrages récents de Baubérot (Jean), cités en bibliographie, et à l’article d’Agulhon (Maurice), « Faut-il avoir peur de l’ordre moral ? », in Histoire vagabonde, Gallimard, Paris, 1996, t. 3, p. 254-267.

3 Article 10 de la Déclaration du 26 août 1789, qui stipule toutefois : « Nul ne peut être inquiété pour ses opinions, même religieuses, pourvu que leur manifestation ne trouble pas l’ordre public établi par la loi », ce libellé ouvrant évidemment la porte à des mesures restrictives en fonction de l’opportunité politique.

4 Alain, Politique, PUF, Paris, 1951, 327 p.

5 Agulhon (Maurice), « Cent ans d’école primaire, laïque, gratuite et obligatoire : un bilan critique », Les cahiers rationalistes, sept-oct. 1981, no 371, 32 p.

6 Chanet (Jean-François), L’école républicaine et les petites patries, Aubier, Paris, 1996, 426 p.

7 Blum (Léon), À l’échelle humaine, Paris, Gallimard, 1945, rééd. 1971, 182 p. L’appel à la participation de la papauté, « puissance purement spirituelle », à la sécurité collective du monde pacifié, figure p. 155-157.

8 Explicitation des sigles : FOL : Fédération des Œuvres Laïques, nom usuel de la structure départementale de la Ligue de l’Enseignement et de l’Éducation Permanente ; USEP : Union Sportive d’Éducation Populaire (structure associée à l’école) ; UFOLEP : Union Fédérale des Œuvres Laïques d’Éducation Populaire (prolongement de l’USEP dans la société civile) ; CNAL : Comité National d’Action Laïque (regroupement des confédérations syndicales et des associations de parents d’élèves).

Autor

Professeur des Universités (Chaire Jean Monnet) à l’université de Toulouse-Le Mirail, président de cette université, a publié avec Monique Pech et Jean Sagnes 1907 en Languedoc et en Roussillon (Espace Sud Edition, Montpellier, 1997). Il prépare pour le centenaire de 1907 une réédition de cet ouvrage avec les mêmes auteurs, ainsi que la publication des Cahiers des mutins du 17e d’infanterie. Il a participé au colloque de Nanterre/Paris sur les figures de la République, les Mariannes de Maurice Agulhon (à paraître). Il a publié avec J-Ch. Tulet, dans la revue Sud-Ouest européen (décembre 2002), « Mutations spatiales de la vigne en Midi-Pyrénées » et contribué à la Nouvelle histoire de Toulouse dirigée par M. Taillefer (Privat, 2002).

© Presses universitaires du Midi, 2004

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540

Diese digitale Publikation wurde durch automatische optische Zeichenerkennung erstellt.
Suche in OpenEdition Search

Sie werden weitergeleitet zur OpenEdition Search