Desktop versionMobile Version

Religions, pouvoir et violence

 | 
Patrick Cabanel
, 
Michel Bertrand

Religions et pouvoirs

La religion civique au Moyen Âge

Michèle Fournie

Volltext

  • 1 A. Vauchez, La religion civique à l’époque médiévale et moderne (Chrétienté et Islam), (Actes du C (...)

1La religion civique est un concept difficile à définir, au cœur des connexions entre le politique et le religieux. Nous ne retiendrons pas ici toutes les formes d’interférences entre les pouvoirs laïcs et l’Église ; les rapports des papes avec les empereurs ou les rois de France, la naissance du gallicanisme, par exemple, sont exclus du champ d’étude afin de privilégier un angle d’approche plus particulier, plus local, plus proche aussi de la dévotion des fidèles. C’est à la conjonction des phénomènes religieux et des manifestations du pouvoir urbain, aux rapports entre les Églises locales et les municipalités, que nous nous attacherons. Cette perspective est d’ailleurs celle qui correspond le mieux à la définition fondamentale de la « religion civique » fournie par André Vauchez : « Ensemble des phénomènes religieux – cultuels, dévotionnels ou institutionnels – dans lesquels le pouvoir civil joue un rôle déterminant principalement à travers l’action des autorités locales et municipales1 ».

2Les manifestations de la religion civique abondent au Moyen Âge, particulièrement mais pas exclusivement, à partir des xiie et xiiie siècles, période d’une vigoureuse expansion urbaine. Elles sont à la fois précoces et nombreuses en Italie et ont donc été particulièrement étudiées. Aussi nous attacherons-nous surtout au Midi de la France qui constitue un terrain plus neuf de recherche dans ce domaine.

LES FONCTIONS « RELIGIEUSES » DES MUNICIPALITÉS

La gestion des organismes de dévotion par les municipalités

3On observe dans les villes méridionales des croisements de personnel constants entre les dirigeants des instances municipales et ceux des organismes de dévotion, qu’il s’agisse des fabriques paroissiales (ou « œuvres » dans le Midi), des confréries ou encore des bassins ou tables. L’essentiel des revenus de ces derniers provient des plats de quête, les « bassins « qui circulent dans l’église et qui, entre les quêtes, reposent sur des « tables » ou coffres. L’absence d’un groupe particulier de confrères liés à ces bassins et à ces tables leur confère un caractère collectif puisqu’ils concernent l’ensemble des habitants de la paroisse. Lorsque l’on compare les listes des administrateurs (bayles, jurés, régents, spondiers…), et les listes des membres de la municipalité (consuls, capitouls…), on retrouve fréquemment les mêmes noms. Chaque année, il y a parmi les membres du personnel des fabriques, confréries et bassins un des administrateurs qui est, a été ou sera consul. Dans certains cas, comme pour la fabrique de Saint-Michel de Carcassonne, deux des jurés sur les quatre siègent à la municipalité. La puissante confrérie des Corps-Saints de Saint-Sernin de Toulouse accueille systématiquement un capitoul de l’année parmi les 12 régents. Cette règle, imposée par les statuts de 1509, entérine une pratique ancienne. Perceptible dans la région toulousaine, cet usage se retrouve dans tout le Midi. L’administration des bassins et autres confréries est un élément du cursus honorum des notables municipaux dans le Rouergue étudié par Nicole Lemaître. Les villes d’Aix, d’Arles ou encore de Tarascon fonctionnent selon le même principe. La période moderne qui offre à l’historien des sources plus abondantes et plus détaillées permet de constater la persistance du phénomène et de l’appréhender de manière plus fine. C’est ainsi que Sylvie Mouysset a démonté pour les xvie et xviie siècles les mécanismes de l’ascension des Ruthénois aux charges municipales, en fonction d’une subtile hiérarchie : la gestion du bassin des saints Antoine et André ne permet pas l’accession à l’échevinat, alors que les bassins du Purgatoire et des Pauvres s’avèrent beaucoup plus « porteurs » dans ce domaine.

4Que la gestion des organismes pieux soit un élément de l’ascension sociale et de la conquête du pouvoir local se comprend aisément. Confréries, fabriques, tables et bassins offrent aux candidats l’occasion de se former à la pratique de l’administration et en particulier à la gestion financière. Les budgets des villes ont certes plus d’ampleur que ceux des confréries, mais ils fonctionnent selon les mêmes principes. Les registres de comptabilité sont tenus de la même manière, avec la division en « Recettes » et « Dépenses » et la subdivision en recettes et dépenses « ordinaires » et « extraordinaires ». Les redditions de comptes donnent lieu au même type de vérifications. La responsabilité des administrateurs est engagée dans les deux cas. Participer à la gestion de ces organismes est aussi le moyen de se constituer un réseau de relations utile le moment venu.

5Cependant, loin d’être seulement un tremplin pour accéder aux charges municipales, la gestion des organismes pieux reste une activité prisée des notables locaux même après leur élection. C’est patent dans la région toulousaine. Un Nicolas Bertrand, capitoul en 1498 et conseiller au Parlement, ne dédaigne pas la confrérie des Corps-Saints, dont il est bayle en 1511 ; nous pourrions multiplier les exemples. En fait, les notables urbains semblent mener deux carrières parallèles, gestion des affaires civiles et des affaires « religieuses ». Ici encore, ce sont les modernistes qui nous éclairent sur les motifs de ces stratégies. Sylvie Mouysset a montré, en prenant l’exemple de la ville de Rodez, que trois cercles d’exercice du pouvoir urbain s’emboîtaient : celui du Consulat, celui, plus large, du Conseil et enfin l’ensemble des bassins, fabriques et confréries. Ce troisième cercle constitue certes une pépinière et un vivier de personnel pour les deux autres, mais aussi un repli. Gérer le Bassin du Purgatoire ou telle autre confrérie est un moyen de rester aux affaires alors qu’on a momentanément disparu du devant de la scène politique. Cela permet éventuellement d’observer les règles de non-réélection immédiate aux fonctions consulaires ou à celles de conseiller, tout en restant au courant des affaires.

6Une autre conséquence découle de ces pratiques. Les administrateurs urbains réussissent à être présents dans tous ces organismes dévotionnels, que ce soit par le biais d’un consul, d’un conseiller ou même encore d’un agent nommé par le pouvoir municipal (le capitaine du guet à Toulouse par exemple). Certes, nous ne pouvons pas en faire la démonstration systématique pour la période médiévale ; nous ne possédons pas assez de listes d’administrateurs. Mais de nombreux indices permettent d’imaginer ce crypto-pouvoir urbain. Prenons l’exemple de Toulouse : les croisements de personnels sont constants entre la municipalité et la confrérie des Corps-Saints de Saint-Sernin ; on peut le démontrer dans ce cas puisque des listes à peu près complètes ont été conservées ; mais si nous considérons les quelques noms de bayles du bassin du Purgatoire de l’église Notre-Dame de la Daurade, connus exceptionnellement pour les années 1413, 1468 et 1470, on constate que les bayles ont tous été consuls.

7On pourrait donc en déduire une sorte d’extension tentaculaire du pouvoir des élites municipales et penser qu’elles contrôlent non seulement les organismes officiels de la ville mais aussi tous les organismes pieux, qui jouent donc à la fois le rôle de vivier et celui de repli ou de retraite momentanés.

Les domaines d’intervention des municipalités et les attributions religieuses des consuls

8D’ailleurs, lorsqu’ils ne sont pas eux-mêmes administrateurs, les consuls choisissent les régents de confréries, fabriques et bassins. Ils contrôlent de plus les redditions de comptes qui se font en leur présence. Enfin, les registres de comptabilité démontrent qu’ils interviennent dès que des affaires importantes agitent la vie de la confrérie ou de la fabrique.

9Le financement et l’entretien des bâtiments ecclésiastiques qui cristallisent la mémoire identitaire de la ville retiennent toute leur attention. Donnons-en quelques exemples : les jurés de l’église Saint-Michel de Carcassonne prélèvent chaque année une véritable taxe municipale par feu pour l’entretien de l’église. Les consuls de Cordes lèvent une taille en 1460 pour la reconstruction de l’église Saint-Michel. Ils réglementent les sonneries de cloches et le glas, appointent des chapelains et le sacristain, subventionnent le cierge pascal, fixent le casuel. D’ailleurs, les pièces de comptabilité qui concernent ces affaires sont conservées dans les archives de la ville et figurent actuellement dans les séries CC. Les consuls apparaissent donc comme les gardiens des biens matériels et même les employeurs d’une partie du personnel ecclésiastique.

10Le fait que ce soient les mêmes hommes qui s’occupent à la fois des affaires de la ville et de celles des églises et communautés pieuses constitue sans doute la base, le substrat, la condition nécessaire à l’existence de cette « religion civique », qui est l’objet de notre propos et qui se traduit par l’organisation de cultes porteurs des valeurs identitaires de la cité.

LES CULTES CIVIQUES

Le culte des saints et la propriété des reliques

11Le culte des saints occupe dans l’Occident chrétien une place essentielle. Divinités tutélaires de la cité, les saints exercent leur fonction protectrice dans le domaine matériel comme spirituel. Très souvent, les saints martyrs des premiers siècles du christianisme sont réputés avoir fondé les Églises locales. Ils deviennent ainsi peu à peu les patrons de la cité qui est le centre du diocèse et où leurs restes sont d’ailleurs conservés. C’est le cas de Saturnin à Toulouse, de Martial à Limoges ou encore de Victor à Marseille. Les statuts communaux de 1357 qualifient ce dernier de « patron de la Cité et de chacun de ses habitants ». La protection des saints est d’abord d’ordre militaire. On les représente sur les remparts de la ville : saint Saturnin avec son taureau emblématique orne les murailles de Toulouse sur Tune des miniatures des Annales de la ville (année 1440-1441) ; le sceau de Marseille confectionné en 1243 montre saint Victor terrassant le dragon dans la cité fortifiée. Mais cette assistance guerrière se double d’autres manifestations de protection. On a recours au saint patron dès qu’un danger public menace la ville : c’est ainsi que les municipalités de Marseille, de Tours, de Rodez, pour ne citer que ces dernières, font entourer d’une ceinture de cire les remparts du xve siècle pour protéger les habitants de la peste.

12Les reliques des saints constituent les véritables « trésors » des cités. À Saint-Sernin de Toulouse, à l’entrée de la crypte, une inscription du xvie siècle proclame : Hic sunt vigiles qui custodiunt civitatem, « ici sont les gardiens qui veillent sur la cité ». Le problème de la propriété de ces restes sacrés d’utilité publique se pose parfois de manière aiguë. En théorie, les reliques appartiennent aux institutions ecclésiastiques auxquelles elles ont été confiées. Cependant, les municipalités revendiquent une sorte de condominium qui connaît son plus ample développement en Italie. À Bologne, la municipalité finance les reliquaires dès le xiiie siècle. Au xive, les statuts municipaux déclarent « patrons » officiels les saints Petronio, Procolo et Dominique. Dès 1233 d’ailleurs, les magistrats avaient obtenu une des clés du reliquaire de saint Dominique. La France méridionale n’est pas étrangère à cette évolution en forme de conquête juridictionnelle sur les reliques. À Marseille, le conseil de ville obtient en 1390 une des trois clés du reliquaire de saint Louis de Toulouse. À Toulouse même, les capitouls détiennent trois des huit clés de chaque reliquaire et les bayles de la Confrérie des Corps-Saints, notables laïcs liés au milieu consulaire, en possèdent deux. Cette appropriation progressive des reliques par la municipalité atteint son apogée au début du xvie siècle. Les Capitouls déclarent alors en 1502 : « Les reliques et joyaux appartiennent à la ville et les Capitouls en tant que conservateurs de la res publiai y pourvoient ».

13Le besoin des saints patrons est tel qu’on n’hésite pas à en fabriquer en l’absence de vénérables martyrs des premiers temps du christianisme. L’Italie s’est faite la championne de ces saints locaux « supportés » par toute une ville. La localité de Cortone a fait agrandir, dès la mort de Marguerite de Cortone en 1297, l’église où se trouve son tombeau. Un cycle de peintures retrace les épisodes marquants de sa vie et ses miracles ; des ambassadeurs se rendent auprès du pape en 1325 en vue du procès de canonisation. Tous les saints ne jouissent pas de la même célébrité, et les villes italiennes en viennent ainsi à soutenir des candidats locaux en vue d’improbables canonisations ; à défaut, elles les accueillent dans le panthéon local.

Le culte des morts : les consuls, gardiens des âmes

14Plus discret et moins étudié dans cette perspective, le culte des morts ordinaires participe aussi de la religion civique. Objets de mémoire, les défunts bénéficient de fondations de messes, d’obits, de chapellenies en nombre croissant à la fin du Moyen Âge. Mais, au-delà de la piété individuelle, l’organisation de commémorations collectives prouve la prise en charge par les communautés d’habitants. Comme nous l’avons déjà noté, les consuls sont les « patrons » et les administrateurs des Bassins du Purgatoire dont l’unique fonction est la célébration des suffrages pour les âmes en peine. Quand le clergé s’avère défaillant, c’est la municipalité qui intervient ; ainsi à Lavaur, en 1439, les consuls s’aperçoivent que les prêtres du Purgatoire ne disent pas les deux messes quotidiennes pour les morts auxquelles ils étaient astreints. Les consuls ordonnent alors aux Franciscains de se substituer à eux pour que les « pauvres âmes ne soient pas lésées ». Ils prennent ainsi en charge le salut collectif de la communauté.

Le culte des anges

15Un autre variante des cultes civiques consiste à se tourner vers les anges pour en faire des protecteurs de la cité. Ce recours aux saints anges est particulièrement développé en Catalogne à la fin du xive siècle. Le franciscain Francesc Eiximenis, auteur d’un Livre des anges et conseiller des jurats de la ville de Valence, y est pour beaucoup. En 1395, à la suite d’une peste, la ville est vouée à l’Ange « custode » qu’on identifie avec saint Michel. De 1381 à 1418, on reconstruit le campanile baptisé le Michalete. Les manifestations civiques se multiplient : on crée une fête marquée par la procession des anges ; 18 personnages angéliques (deux pour chacune des neuf hiérarchies) parcourent le territoire urbain en portant l’étendard de la ville. Par ailleurs, une messe est célébrée chaque jour en l’honneur de saint Michel dans la chapelle de l’hôtel de ville. Les peintures de la salle du Conseil représentent l’archange et une statue est érigée aux portes mêmes de la ville.

16Il n’y a pas cependant d’exclusive entre toutes ces manifestations : culte des saints, des anges, des morts se juxtaposent parfois dans l’exaltation des valeurs de la cité. D’autres dévotions-supports peuvent capter la fonction civique.

La fête-Dieu : le corps de Dieu en fête

17La fête du Saint-Sacrement, instaurée en 1264, est officialisée dans le droit canon en 1317 et se divulgue dans la deuxième moitié du xive siècle. Dans de nombreuses villes elle se charge d’un sens civique grâce à un miracle local. C’est ainsi qu’à Valence, en Espagne, la fête-Dieu commémore un miracle eucharistique : un prêtre menacé par une armée de Sarrasins cache une hostie consacrée que l’on retrouve sous forme de chair sanguinolente. Les jurats de la ville prennent le culte en mains en 1372. Ils portent des tuniques aux couleurs de la cité, font frapper des cierges aux armes de la ville, réglementent l’ordre et le parcours de la procession, choisissent les thèmes des chars triomphaux et financent des jeux avec dragons et géants. En Espagne, la coloration générale de ces festivités est celle du triomphe de l’Eucharistie sur l’Islam. Mais ces fêtes sont connues en France aussi, à Angers par exemple.

LES CÉRÉMONIES CIVIQUES ET LEUR ORGANISATION

Les processions : le rituel vedette

18La composition du cortège laisse une place de choix au corps de ville. En 1365, dans la procession organisée pour accueillir le chef-reliquaire de saint Victor de Marseille, le dais est tenu par les hommes du Conseil de ville. La municipalité a d’ailleurs fait l’acquisition de cent brandons et organisé des jeux, en particulier des concours de tir à l’arc. La fête est protégée par une législation spéciale : on institue un jour chômé et le guet multiplie ses rondes six jours avant.

19L’itinéraire correspond à une circumambulation dans la ville ; c’est une véritable appropriation du territoire urbain avec des stations, phénomène que l’on retrouve aussi dans l’itinéraire de la confrérie des Corps-Saints de Toulouse. Ces processions « rondes » se distinguent donc des entrées royales ou épiscopales aux parcours nettement plus linéaires.

20Les symboles urbains se déploient : bannières et reliquaires frappés aux armes de la ville s’étalent avec fierté.

21Ce rituel répétitif est organisé par le corps de ville dans un but de rassemblement. L’harmonie sociale se donne à voir, à l’image de la société céleste voulue par Dieu.

Les manipulations des corps saints : Inventions et réinventions de reliques

22La municipalité préside enfin aux manipulations des restes sacrés. Ces cérémonies périodiques scandent l’histoire urbaine et réactivent la mémoire identitaire.

23Les « remuements » des ossements sont toujours liés à des évènements politiques et sociaux d’une grande importance. Le cas toulousain illustre une fois de plus ce phénomène. L’invention, ou plutôt la réinvention des corps des premiers évêques, Saturnin, puis Honorat, Sylve, Hilaire, Exupère, dans les années 1258-1265-1285 et la mise en valeur de leurs tombeaux ont accompagné le rattachement progressif du Languedoc au domaine royal et l’effacement de l’hérésie cathare. L’ostension solennelle du corps de saint Jacques-le-Majeur en 1385 à Saint-Sernin, la confection d’un reliquaire particulier pour la tête, séparée du reste du corps, les cérémonies solennelles et somptueuses qui ont entouré ces manipulations ont eu d’abord et essentiellement un but politique : sceller la réconciliation d’un Languedoc agité par des troubles sociaux avec son gouverneur honni, le duc de Berry. Si ce dernier contribue largement au financement du nouveau reliquaire, ce n’est pas uniquement par piété, bien que ces deux aspects ne s’excluent pas. L’invention des reliques de sainte Suzanne, à la fin du xve siècle, et leur élévation solennelle en compagnie de celles des saints Simon et Jude en 1511 servent aussi à la municipalité qui s’efforce de dénouer la crise interne de l’abbaye. La scène est d’ailleurs représentée cette année-là sur une miniature des Annales de la ville, dominée par la représentation des capitouls.

24On retrouve des pratiques voisines à Bologne avec les manipulations du corps de saint Dominique : la municipalité fait séparer la tête du corps en 1383. Ce type de pratique, qui permet une ostension particulière du chef dans un reliquaire spécial, se répand d’ailleurs à cette époque-là dans tout l’Occident, comme nous l’avons vu à Toulouse pour saint Jacques. Les magistrats urbains de Bologne, enfin, assistent à l’ostension et à la reconnaissance des reliques de saint Procolo en 1390.

25Il y a donc une intense activité autour des reliques : des manifestations régulières, ostensions, processions, sont organisées par les confréries sur un rythme mensuel ou annuel, cyclique de toutes manières. Mais l’histoire de la ville sur la longue durée est ponctuée par des cérémonies épisodiques qui scandent les moments forts de son histoire.

La mystique urbaine

26Enfin, il existe parfois une sorte de fusion entre le corps de ville et une confrérie privilégiée. Une « grande » confrérie urbaine se dégage des autres par son prestige, son recrutement, son caractère identitaire. À Poitiers, la Confrérie des Cent est réservée aux membres de la municipalité. À Toulouse, c’est la Confrérie des Corps-Saints qui est porteuse d’un sentiment identitaire. Le bureau administratif est composé de 12 superintendants, comme il y avait 12 apôtres et 12 capitouls (du moins pendant un certain temps, le chiffre ensuite a varié) ; les 12 boules de la croix du Languedoc renverraient d’ailleurs aux apôtres. 72 bayles assistaient les superintendants, rappelant les 72 disciples du Christ. Les bayles étaient d’ailleurs issus des 72 rues principales de la ville. Quant à Taire de recrutement des confrères, elle déborde largement le territoire de la paroisse Saint-Sernin, pour s’étendre à l’ensemble de la ville. La gestion des reliques s’opère, nous l’avons vu, sous le contrôle des consuls qui représentent le corps mystique de la cité. Une sorte de rapprochement s’établit ainsi entre les charges municipales et la mission apostolique. La procession civique a lieu le jour de Pentecôte sous le double patronage de l’Esprit Saint et des Corps-Saints. D’ailleurs, les capitouls des années 1447-1448 se font représenter dans les Annales d’une manière significative : agenouillés, ils reçoivent le Saint-Esprit qui descend sur eux en langues de feu dans l’apothéose d’une Pentecôte municipale.

27La religion civique atteint ici son apogée. L’appropriation des valeurs inhérentes à la vie religieuse par les municipalités se fait certes à des fins de légitimation et d’exaltation des pouvoirs urbains. Mais au-delà de ce but particulier et intéressé, c’est le salut collectif de la communauté qui est assumé par les autorités municipales, responsables des âmes. Une mystique du gouvernement urbain dans laquelle le culte divin a des aspects de service public s’est ainsi instaurée à la fin du Moyen Âge.

Literaturverzeichnis

BIBLIOGRAPHIE SOMMAIRE

Fournie (M.), « Fabriques, confréries et bassins dans le Sud-Ouest de la France : des œuvres municipales », La religion civique à l’époque médiévale et moderne (Chrétienté et Islam), Actes du Colloque de Paris X-Nanterre, 21-24 juin 1993, sous la direction de A. Vauchez, Rome, École française de Rome, 1995, p. 245-263.

Julien (P.), « De la table des Douze-Apôtres à la confrérie des Corps-Saints », Saint-Sernin de Toulouse, IXe centenaire, Toulouse, 1996, p. 197-229.

Lemaître (N.), « Finances des consulats et finances des paroisses dans la France du sud-ouest, xive-xve siècles », dans L’hostie et le denier. Les finances ecclésiastiques du haut Moyen-âge à l’époque moderne, Genève, Publications de la Faculté de Théologie, no 14, 1991, p. 101-117.

Lemaître (N.), Le Rouergue flamboyant. Le clergé et les fidèles du diocèse de Rodez, 1417-1563, Paris, Cerf, 1988.

Mouysset (S.), Le pouvoir dans la bonne ville. Les consuls de Rodez sous l’Ancien Régime, Toulouse, 2000.

La religion civique à l’époque médiévale et moderne (Chrétienté et Islam), op. cit.

Anmerkungen

1 A. Vauchez, La religion civique à l’époque médiévale et moderne (Chrétienté et Islam), (Actes du Colloque de Paris X-Nanterre, 21-24 juin 1993, sous la direction de A. Vauchez), Rome, 1995, p. 1.

Autor

Professeur d’histoire du Moyen Âge à l’Université de Toulouse-Le Mirail. Membre du laboratoire FRAMESPA, elle en dirige l’équipe 4, « Religion, culture, pouvoir ». Elle a notamment publié Le ciel peut-il attendre ? Le culte du Purgatoire dans le Midi de la France (vers 1320-vers 1520), Cerf, 1997, et dirigé « Saint-Sernin à la fin du Moyen Âge : des reliques et des hommes », numéro spécial des Annales du Midi, CXI, 1999, no 226, et Les Collégiales dans le Midi de la France au Moyen Âge, éd. du CVPM, Carcassonne, 2003. Elle s’intéresse actuellement à la dévotion aux différents saints suaires du Christ qui sont vénérés dans le Midi de la France au Moyen Âge, ainsi qu’au dossier d’inquisition d’une béguine narbonnaise du xiiie siècle.

© Presses universitaires du Midi, 2004

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540

Diese digitale Publikation wurde durch automatische optische Zeichenerkennung erstellt.
Suche in OpenEdition Search

Sie werden weitergeleitet zur OpenEdition Search