Version classiqueVersion mobile

À la redécouverte des Amériques

 | 
Michel Bertrand
, 
Laurent Vidal

Discours et regards de voyages

L’industrie mexicaine vue par les voyageurs européens du xixe siècle

Evelyne Sanchez Guillermo

Texte intégral

1Parmi les centres d’intérêt des voyageurs européens pour les territoires d’Amérique qui avaient été sous le contrôle de la couronne espagnole jusqu’au début du XIXe siècle, l’industrie est toujours apparue bien loin derrière les deux principaux thèmes développés dans leurs récits de voyages : les richesses naturelles et la redécouverte des civilisations préhispaniques. L’industrie n’a en effet presque jamais été traitée en soi et ne peut qu’être devinée par les lecteurs de ces textes parmi la liste de ses principales productions, d’ailleurs mêlées aux produits agricoles. Cette indifférence, affichée au moment même où la révolution industrielle transformait les sociétés européennes, peut surprendre de la part de voyageurs dont certains sont encore connus pour leur qualité d’observateur. Elle n’en est que plus révélatrice de l’état d’esprit avec lequel ces Européens débarquaient sur les terres américaines. Le fait que l’Ancien Monde était alors passé à une production mécanisée de masse devenue symbole de modernité et encore peu présente au Mexique a-t-il empêché ces voyageurs de reconsidérer les nouvelles nations américaines en des termes distincts du vocabulaire colonial ? Plus concrètement, les nouveaux besoins de l’économie européenne, en matières premières et en débouchés, sont-ils à l’origine d’une vision de l’économie mexicaine de type néocolonial ? Dans ce cas, l’indifférence des voyageurs n’aurait pas pour simple origine leur goût pour l’exotisme, visible dans leur intérêt maintes fois affirmé pour la faune et la flore du Nouveau Continent et pour les cités préhispaniques abandonnées à une nature indomptable. À ces considérations romantiques s’ajoutait le souci de justifier moralement et logiquement les tentatives de domination économique des différents pays européens sur les anciennes colonies espagnoles. Le profil des voyageurs qui se sont un peu plus intéressés à l’industrie mexicaine donne plus de poids à cette hypothèse. En effet, notre analyse s’appuie avant tout sur les publications faites par des diplomates, soit des personnes qui représentaient les intérêts de leurs pays d’origine, ce qui ne cessa d’orienter leurs discours dans un sens très favorable aux économies des différents pays européens.

2Il faut tout d’abord souligner que cette attitude des voyageurs du XIXe siècle était sensiblement distincte des interrogations qui ressortent des écrits du siècle précédent et même, un peu plus tard, des textes de Alexandre de Humboldt. En effet, plusieurs textes de voyageurs espagnols témoignent d’un intérêt certain pour les productions industrielles de Nouvelle Espagne. En 1763, le prêtre espagnol, Francisco de Ajofrín, décrivait les fabriques de Puebla en donnant non seulement une liste des productions locales, mais aussi en admirant leur qualité et l’habileté des travailleurs, au point d’appeler Puebla « la Barcelone de l’Amérique ». La pauvreté des poblanos employés dans les fabriques était pour le prêtre le moyen de souligner leur adresse. Il écrivait qu’elle provoquait :

  • 1 Le prêtre écrivait sur l’industrie poblana : « Les fabriques qui emploient les habitants de Puebla (...)

L’admiration des nouveaux venus depuis l’Europe : ils découvraient qu’un grossier et modeste petit bonhomme, privé de tout instrument intellectuel, pouvait réaliser des productions que les meilleurs maîtres européens étaient à peine capable de produire en y consacrant beaucoup de temps et de soins et en utilisant des instruments sophistiqués.1.

  • 2 Alexandre de Humboldt, Essai politique sur le royaume de la Nouvelle-Espagne, Dijon-Quetigny, Utz, (...)

3Les écrits de Humboldt montrent un intérêt aussi grand mais totalement dénué d’admiration envers les techniques employées et l’habileté des artisans. Son analyse de l’état de l’industrie mexicaine recèle les principaux éléments qui permettent d’expliquer l’attitude des voyageurs qui partaient visiter le Mexique après que celui-ci avait proclamé son indépendance. Il fit débuter le chapitre consacré à l’industrie, dans son Essai politique sur le Royaume de la Nouvelle Espagne, par une condamnation du système colonial moderne. L’auteur expliquait que, malgré les efforts des ministres éclairés espagnols, l’industrie espagnole était demeurée bien en deçà des avancées techniques comparée à celles connues alors dans le reste de l’Europe. Le Mexique, soumis au régime colonial qui le rendait étroitement dépendant de l’Espagne, n’avait donc pas eu de véritable chance de développer une industrie moderne. Cependant, il insistait sur le fait que la Nouvelle Espagne, en raison de son étendue, ne pouvait pas se plier complètement aux règles du pacte colonial comme devait le faire Cuba. Le Mexique était trop vaste et son marché pas assez unifié par un réseau de chemins routiers et fluviaux pour pouvoir importer la totalité des produits manufacturés dont sa population avait besoin. C’est pourquoi les industries qui existaient depuis l’époque préhispanique n’avaient pas disparu après la colonisation, l’Espagne ayant dû accepter de gérer sa colonie par un système moins prohibitif que celui avec lequel elle contrôlait l’économie des îles. Cependant, l’auteur poursuivait son analyse en soulignant que, si les manufactures n’étaient pas formellement interdites en Nouvelle Espagne, leur installation était en pratique continuellement gênée par les autorités coloniales. Humboldt en concluait alors que l’Espagne était responsable du retard dont souffrait l’industrie mexicaine2. De la même manière qu’il dénonçait le système colonial, il démontrait les effets pervers des importations de produits manufacturés qui concurrençaient les produits de l’industrie locale. Son analyse n’était donc pas imprégnée d’un libéralisme économique, présent dans tous les textes des voyageurs postérieurs, et qui prônait un libre-échange exercé sans entrave et au profit d’une industrie européenne à la recherche de nouveaux marchés. La Nouvelle Espagne continuait d’être sous le contrôle de l’Espagne et Humboldt n’utilisait pas le thème de l’industrie dans une intention néocoloniale ni ne songeait à l’envisager en fonction des besoins européens. Au contraire, il désirait le développement industriel d’un pays où il voyait un grand potentiel économique et non l’occasion de conserver un débouché dépendant des manufactures européennes.

  • 3 Notons que, dans les années 1860, la comtesse Paula Kolonitz, qui précédait l’empereur Maximilien e (...)

4Cette vision tenait certainement plus de la situation coloniale du Mexique que de la personnalité, certes exceptionnelle, du voyageur3. En effet, tant que l’Amérique espagnole n’était pas devenue indépendante, le thème qui dominait les écrits des Européens sur l’insertion de ces territoires dans une économie monde restait la critique d’un système colonial dont ils ne pouvaient pas tirer profit. Le fait d’insister, comme Humboldt, sur l’incapacité de l’Espagne à gérer ces territoires et la considération des effets nuisibles du pacte colonial sur les sociétés dominées laissaient déjà envisager le sens de l’évolution des discours que les indépendances allaient accélérer. Il est certain que le profil des auteurs des ouvrages consultés, essentiellement des diplomates, oriente notre analyse vers une explication économique et politique. Afin de mieux comprendre l’apparente indifférence des voyageurs pour l’industrie mexicaine et afin d’éviter tout risque d’anachronisme, il nous faut tout d’abord tenter de définir ce que signifiait le terme « industrie » pour l’homme du XIXe siècle. Pour cela, il faut commencer par considérer les théories économiques qui dominaient les débats en Europe et voir de quelle façon elles ont influencé la vision qu’avaient les diplomates européens du Mexique. Ces théories étaient suffisamment diffusées et acceptées pour que l’on puisse considérer les écrits des diplomates cités ici comme représentatifs d’un état d’esprit généralisé.

Définition de l’industrie, selon les voyageurs et les économistes européens du xixe siècle

  • 4 En 1843, 64 % des entreprises textiles se répartissaient entre l’État de México et celui de Puebla. (...)
  • 5 Il faut souligner le contre-exemple de G.F. von Tempsky qui refusa de passer par Puebla à cause de (...)
  • 6 Sur l’industrialisation du Mexique, voir Aurora Gomez-Galvarriato (coord.), La industria textil, op (...)
  • 7 George F. Ruxton, Adventures in Mexico and the Rocky Mountains, London, 1847, p. 57.

5Peu de voyageurs se sont intéressés à l’industrie dans le sens strict de l’industrie manufacturière. Celle-ci se limitait essentiellement, au XIXe siècle, au secteur textile qui souleva l’attention, tout d’abord, de la femme du premier ambassadeur d’Espagne au Mexique, Mme Calderon de la Barca d’origine écossaise et, plus tard, de Charles Lemprière. Les limites géographiques dans lesquelles cette industrie s’étendait ne peuvent expliquer l’indifférence générale pour les nouvelles fabriques : Puebla et surtout Mexico4, soit les deux villes les plus industrialisées du pays, faisaient partie des destinations de presque tous les voyageurs5. Une autre explication, plus sérieuse, serait le passage tardif du Mexique à une production mécanisée dans le cadre de fabriques modernes. Il est certain que le domestic system pratiqué dans les campagnes avait peu de chances d’être remarqué par les voyageurs. Cependant, la multiplication des fabriques dans les années 1840, après l’inauguration de la première de ce type en 1835 à Puebla, est un phénomène qui n’a que très rarement soulevé l’attention et est resté très peu cité y compris dans les livres des voyageurs publiés à la fin du XIXe siècle6. Dans les années 1840, George Ruxton, en passant par Querétaro, se contenta de remarquer qu’il « existait plusieurs manufactures textiles, qui emploient un nombre considérable d’indiens, mais qui ne sont pas dans un état très florissant7 ». Bien que son voyage le menât également à Puebla, il n’y remarqua rien qui pût indiquer qu’il se trouvait alors dans la ville pionnière de l’industrie moderne mexicaine.

  • 8 François Quesnay, Second dialogue entre Mr. H & Mr. N. Sur les véritables propriétés du commerce et (...)

6Les idées défendues par les physiocrates ne semblent pas non plus être à l’origine du désintérêt de la majorité des voyageurs qui suivirent Ruxton, même si leur attention était souvent portée sur les industries en tant que prolongement de l’agriculture locale. Ils décrivaient par exemple les trapiches et les ingenios où le sucre était extrait des cannes (voir en particulier les textes du britannique H.G. Ward) et suivaient de prêt les données chiffrées qui témoignaient de la croissance de la production. Cette approche vis-à-vis de l’industrie, à partir des productions agricoles locales, ne correspondait pas aux principales préoccupations des voyageurs. En effet, les idées physiocratiques n’étaient pas adaptées aux questions des relations que les pays du Nord de l’Europe allaient développer avec les anciennes colonies espagnoles. Ainsi, F. Quesnay critiquait l’industrie qu’il jugeait stérile. Cet auteur considérait que la seule industrie textile acceptable était celle de la laine car elle était favorable à l’une des branches de l’agriculture française. En revanche, l’industrie cotonnière impliquait l’importation de la matière première, provoquant la baisse des salaires pour compenser le coût de l’achat du coton en laine, ce qui enfin obligeait à baisser les prix des aliments et risquait de ruiner l’agriculture locale8. En revanche, le libéralisme né des Lumières répondait aux nouvelles interrogations posées par l’indépendance des anciennes colonies espagnoles devenues autant de marchés potentiels pour les industries européennes. Ce libéralisme définissait l’industrie de manière à justifier économiquement et moralement le développement d’une économie de type néocolonialiste au niveau mondial. Il est intéressant de remarquer comment ses arguments venaient nourrir les textes des voyageurs.

7À première vue, il semble que les diplomates européens voyaient surgir l’industrie manufacturière dans l’économie mexicaine sans parvenir à la considérer comme une production à part entière, comme un secteur de l’économie distinct de l’agriculture ni même du commerce. Le contraire aurait été extraordinaire si nous considérons qu’en Europe, où le processus d’industrialisation connaissait une accélération incomparable, les économistes les plus célèbres continuaient à définir l’industriel comme un entrepreneur dont le travail consistait à augmenter la valeur d’un produit, quel que fut le moyen utilisé pour cela.

  • 9 Saint-Simon donne une définition de l’industriel très semblable à celle que proposait J.B. Say, mal (...)
  • 10 Michel Chevalier, Cours d’économie politique fait au Collège de France, Année 1841-1842, Paris, Cap (...)

8Cette définition est celle qu’énonça Jean-Baptiste Say dans son Traité d’économie politique, et qui fut reprise par tous les économistes européens (Saint-Simon9, Michel Chevalier10...). Pour lui, le commerçant était aussi un industriel dans la mesure où, en achetant un produit en un lieu où son prix était bas et en le faisant apporter là où il était plus onéreux, il augmentait sa valeur. Il ne différenciait pas non plus l’agriculture de l’acte de transformation d’une matière au moyen de l’industrie. Prenant l’exemple du coton, il expliquait que la semence était la matière première de l’agriculteur qui la transformait en coton, le coton en laine était ensuite la matière première du fileur et le fil était celle du tisserand. Ainsi, l’agriculteur, le commerçant et l’industriel étaient tous pour J.B. Say des entrepreneurs industriels. Aussi, le fait que l’industriel fut au centre de la société dépeinte par Say n’est guère surprenant...

  • 11 Si de nombreuses différences existaient entre les théories formulées par Say, David Ricardo et les (...)

9Cette vaste définition a des racines idéologiques facilement identifiables et éclaire la façon dont les voyageurs européens considéraient l’industrie mexicaine. Partisan du « laissez faire », du libre échange international sans que les États interviennent au moyen de lois protectionnistes, Say défendait l’idée qu’il n’existait aucune raison valable de protéger une activité plus qu’une autre. Pour lui, comme pour ses collègues11, comme la valeur dépendait de l’utilité d’un produit donné, un État ne devait pas priver les consommateurs de la possibilité de l’acheter au meilleur prix que permis par un marché libre. De même, tout produit qui avait besoin du secours de lois protectionnistes était en réalité inutile puisque les consommateurs ne le réclamaient pas dans des conditions de libre échange. Tout soutien d’une production par l’État était donc un investissement non seulement inutile mais encore nuisible à la majorité incarnée par les consommateurs.

10Alvaro Florez Estrada, l’économiste espagnol, reprenait les mêmes arguments en écrivant :

  • 12 Alvaro Florez Estrada, Curso de economía política, Paris, 1831, t. 1, p. 175.

Tous les raisonnements qui prétendent comparer les avantages de l’économie agricole avec ceux de l’industrie et du commerce sont vains. Donner la préférence à l’un de ces secteurs économiques sur les deux autres l’est tout autant12

  • 13 David Hume fut le premier à prôner en 1752, dans ses Discours politiques, la division international (...)

11Afin de compléter cette justification, les économistes comme Say et Florez Estrada prétendaient appliquer le système de division du travail à l’échelle des nations13. De la même façon qu’était divisé le travail des ouvriers dans les manufactures tout en étant complémentaire, ils imaginèrent que chaque pays devait se spécialiser dans la production d’un seul type de biens qu’il pourrait échanger avec les pays qui produiraient d’autres biens à la fois utiles et complémentaires. Dans cette vision idéalisée de l’économie mondiale, aucune nation ne paraît dominer les autres puisque les produits finis n’étaient pas censés donner une puissance supérieure que la matière première considérée elle aussi comme produit de l’industrie agricole. Ainsi, grâce à une définition très large de l’industrie, il devenait possible de justifier moralement des relations économiques que nous définissons aujourd’hui comme une forme de néocolonialisme. C’est cette même définition et la même idéologie libérale que l’on retrouve dans les textes des voyageurs qui partirent au Mexique.

Les « industries exotiques » : une réponse aux besoins européens

12Tout indique donc que le contexte intellectuel et culturel dominant ne proposait pas aux voyageurs les instruments conceptuels et le vocabulaire nécessaire pour remarquer un phénomène qui était encore bien loin de se développer sur une échelle comparable à la situation que connaissaient les Européens. De fait, seuls deux types d’activités semblaient attirer l’attention des diplomates : celles qui intéressaient directement l’économie européenne et celles qui correspondaient à une recherche d’exotisme. Tout deux étaient présentés dans le cadre conceptuel d’un libéralisme favorable à l’Europe, comme si la division du travail entre les pays eût été une évidence et comme si le Mexique eût continué à être, économiquement seulement, une colonie. C’est pourquoi les textes publiés bien après l’Indépendance conservaient les échos d’un vocabulaire colonial qui était le mieux adapté à leur point de vue.

  • 14 Charles Lempriere, Notes in Mexico in 1861-62, London, 1862, p. 145-146.

13Ainsi, l’obsession pour les mines, plus que pour n’importe quelle autre production au Mexique, était telle que Charles Lemprière, lorsqu’il énumérait la liste des productions de l’État de Puebla dans les années 1861-1862, commença par un paragraphe sur les mines et s’en émerveillait comme s’il avait visité celles de Zacatecas un siècle plus tôt ! Ce n’est qu’à la fin de sa présentation qu’il se souvint qu’il « existe plusieurs manufactures de coton dans la ville, qui produisent un nombre considérable de vêtements de coton14. » Il faut pourtant souligner que ce fut là l’attitude d’un homme qui fut l’un des rares voyageurs à s’intéresser à l’industrie manufacturière !

  • 15 H. G. Ward, Mexico, London, 1829, vol. 1, p. 53.

14Le goût pour l’exotisme, mais aussi les besoins des marchés européens et le fait qu’ils ne séparaient pas les secteurs d’activité, amenaient les voyageurs à insister sur quelques productions agricoles spécifiques au Mexique. Ainsi, l’industrie les intéressait uniquement lorsqu’il s’agissait de transformer des produits tels que le sucre ou bien l’agave en pulque. Sur les produits qui promettaient les bénéfices les plus importants, l’ambassadeur d’Angleterre, H.G. Ward, allait bien au-delà d’une simple constatation. Il remarquait par exemple que la fuite des capitaux, conséquence de l’expulsion des Espagnols, avait provoqué la stagnation de la production sucrière mexicaine. Il émit alors l’idée que, à long terme, les Anglais pourraient investir dans ce secteur de la production, remplaçant ainsi par leurs capitaux le rôle joué auparavant par les Espagnols15. Ainsi, les voyageurs ne partaient-ils pas chercher au Mexique ce qu’ils avaient en Europe mais au contraire, lorsqu’il s’agissait d’intérêts économiques, ce qui était propre au Mexique et qui pouvait se révéler utile à l’Europe. C’est pourquoi la grande majorité d’entre eux ne voyaient pas les efforts réalisés par les Mexicains pour développer une activité manufacturière capable de concurrencer les productions de l’Ancien Monde.

L’industrie et la civilisation

  • 16 Les économistes considéraient que l’augmentation de la consommation était un signe certain du dével (...)
  • 17 Michel Chevalier, Cours d’économie politique fait au Collège de France. Année 1841-1842, Paris, 184 (...)

15Il manque cependant encore un élément dont le rôle servait à justifier la place que devait tenir le Mexique dans la division internationale du travail. En effet, au-delà des seuls intérêts économiques, cette incapacité à s’apercevoir d’un changement qui connaissait une forte accélération dans le second tiers du XIXe siècle était liée à l’idée qu’avaient de la civilisation les voyageurs européens de cette époque16. Personne mieux que Michel Chevalier n’énonçait aussi clairement son sentiment sur le degré d’évolution qu’il attribuait au Mexique et les critères sur lesquels il avait bâti son jugement. Le fait que Chevalier était le seul parmi les voyageurs qui eut une formation d’économiste (il fut l’un des professeurs d’économie politique du Collège de France) fait que l’on trouve dans son œuvre une synthèse des idées et préjugés que l’on rencontre, de manière plus diffuse, dans les textes d’autres voyageurs. Alors qu’il décrivait l’état des chemins au Mexique (sujet qui intéressait toujours de près les Européens puisqu’ils conditionnaient les importations et les exportations), l’auteur décida de décrire un épisode dont il fut le témoin au cours de l’un de ses voyages. Alors qu’il assistait aux travaux de réparation de la route qui menait de Veracruz à Mexico, il vit les ouvriers porter des pierres dans un panier tenu en équilibre sur leur tête au lieu d’utiliser une brouette. De cette observation, il conclut rapidement que « d’après les deux seuls faits que je viens de raconter, vous pouvez hardiment tirer la conséquence, que la nation où de pareilles choses se passent appartient à une civilisation arriérée : telle est en effet la condition actuelle du peuple qui habite cette belle contrée du Mexique, à qui semblaient cependant réservées les destinées les plus heureuses17 ». La technique utilisée dans le travail était donc un critère décisif qui permettait de reconnaître un peuple civilisé. Cependant, la technique n’était pas importante en soi, l’essentiel était qu’elle augmentait le rendement et par là même la production. Car le niveau de civilisation d’un pays correspondait en fait, selon les critères des économistes du XIXe siècle, à sa capacité de production et au degré qu’atteignait sa consommation.

  • 18 Comme le souligna J.P. Duviols, les voyageurs, depuis le XVIIIe siècle, condamnaient la paresse non (...)

16Un matérialisme habilement mêlé à un moralisme ressortait de ces écrits. Les discours sur l’industrie étaient imprégnés de considérations sur l’incapacité naturelle des Mexicains pour le travail et sur le retard d’une société qui semblait avoir refusé toute activité productive. Ainsi, l’insistance sur les richesses naturelles du pays servait plus à souligner la mauvaise volonté des Mexicains pour les mettre en valeur qu’elle n’était le reflet d’une admiration désintéressée pour la faune et la flore18. George Francis Lyon, envoyé par les compagnies minières anglaises, écrivait dans les années 1820 :

  • 19 George Francis Lyon, Residencia en México, 1826. Diario de una gira con estancia en la República de (...)

Il serait très difficile, même dans un pays universellement léthargique, de trouver un groupe de personnes plus indifférent, paresseux et endormis que ceux de Pánuco qui dans sa majeure partie est créole. Entourés d’une terre capable d’une excellente mise en culture, vivant près d’un fleuve où fourmillent les meilleurs poissons, ils possèdent à peine un légume et n’ont rarement d’autre aliment que des tortillas de maïs et à l’occasion quelques morceaux de viande. Leur sieste semble durer une demi-journée et même parler est un effort pour cette race paresseuse19.

17Loin d’accuser les autorités mexicaines ou l’instabilité des gouvernements, soumis aux aléas des guerres civiles, du retard du développement de l’industrie manufacturière mexicaine par rapport à l’Angleterre et à la France, les voyageurs préféraient dénoncer une supposée nature oisive des Mexicains, reprenant ainsi le discours des premiers Espagnols sur les indigènes. Ces textes rendent donc compte d’une forme de rationalisme qui était au service d’une idéologie afin de lui donner une logique interne. En effet, le fait de minimiser le processus d’industrialisation n’était pas anodin : il était tout d’abord ignoré puis, pour expliquer son absence, signe d’une « société arriérée », les voyageurs proposaient une explication raciste. Dans ce cas, rien n’empêchait de considérer le Mexique comme un simple marché potentiel pour l’industrie européenne. L’Ancien Monde réalisait ainsi une œuvre civilisatrice en envoyant ses produits outre-Atlantique puisque cela allait augmenter la consommation des Mexicains et leur production de matières premières qui allait servir de monnaie d’échange. La définition très vaste de l’industrie, celle donnée à la civilisation, la division internationale du travail et la critique du caractère mexicain se complétaient donc pour justifier le néocolonialisme économique européen.

Le pessimisme économique des voyageurs : l’industrie comme une « plante de serre »

  • 20 H. G. Ward, op cit, p. 320.

18Ce n’est donc pas la qualité d’observation des voyageurs qui est en cause mais bien les raisons qui altéraient cette capacité qui ressort de textes assez semblables sur la question de l’industrie. Le profil des auteurs des textes étudiés est sans doute à l’origine de cette uniformité où il est difficile de percevoir une autre évolution que celle provoquée par l’indépendance du Mexique. Ainsi, l’attitude commune était de considérer le Mexique comme un producteur des matières premières pour l’Europe et comme un marché pour les manufactures de l’Ancien Monde. Ward constatait avec satisfaction qu’il y avait au Mexique un fort potentiel pour la culture du coton, de même, il remarquait que la production du tabac devait être encouragée car elle était favorable aux fabriques de papier européennes. Son introduction aux chapitres qui concernaient l’industrie textile exprimait clairement sa préoccupation puisqu’il débutait ainsi : « Les intérêts commerciaux de la Grande Bretagne au Mexique sont le principal objet de cette section20. » Mais pour Ward, un pays qui ne possédait pas de manufactures modernes, c’est-à-dire mécanisées, en 1827 n’avait aucune chance de récupérer son retard économique relatif. Il projetait même, comme l’avait fait Humboldt quelques années plus tôt, que les importations européennes provoqueraient rapidement la disparition complète de l’industrie cotonnière mexicaine. Dans son pessimisme, il ne pouvait imaginer l’évolution de l’économie mexicaine que comme devenant dépendante des États-Unis, au cas où l’Europe ne serait pas capable de la conserver dans sa propre dépendance. Rares étaient les diplomates qui avaient pu prévoir cette évolution dès les années 1820. Six ans après l’indépendance, alors que l’Espagne refusait encore de reconnaître le Mexique comme une République indépendante et continuait à espérer le reconquérir, l’ambassadeur anglais s’était déjà aperçu des risques de concurrence entre les États-Unis et l’Europe sur le continent américain.

  • 21 Cinquante-sept fabriques textiles de coton existaient en 1862. José Maria Perez Hernandez, Estadíst (...)
  • 22 Guy Thomson, « Continuidad y cambio en la industria manufacturera mexicana, 1800-1870 », A. Gomez-G (...)

19Dans les années 1861-1862, Lemprière n’était pas loin d’exprimer des inquiétudes semblables. Malgré la multiplication des manufactures au Mexique à partir de 183521, il persistait à sous-estimer l’industrie nationale. Comme l’avait exprimé Ward, qui désespérait de voir les autorités mexicaines prendre des mesures en faveur de la production cotonnière si favorable aux fabriques... européennes, Lemprière proposait d’exporter des machines à égrainer la matière première au Mexique. Le coton en laine perdrait ainsi le tiers de son poids et le coût de transport s’en verrait considérablement réduit. Des manufactures proprement dites, il ne faisait qu’énoncer leur nombre en fonction des secteurs de production, utilisant pour cela les données publiées en 1857 par le ministère de l’Industrie. Son seul commentaire concernait les fabriques de laine, pour lui « aucune d’entre elles n’était dans une condition prospère et florissante ». Presque un demi-siècle après les écrits de Ward, l’industrie mexicaine, pourtant la plus développée de l’Amérique latine22, ne semblait toujours pas mériter l’attention du voyageur.

  • 23 « Un pays comme le Mexique, dans lequel d’importantes surfaces de terres labourables sont laissées (...)

20Dans les années 1850, le migrant allemand Carl Sartorius, arrivé au Mexique depuis 1824, sans critiquer l’état d’une industrie manufacturière qui ne l’intéressait pas – son ouvrage contenait cinq chapitres sur l’agriculture et un sur les mines –, ne comprenait pas l’intérêt que pouvaient avoir les Mexicains à la développer. Toute son analyse de l’économie du pays où il avait choisi de s’installer reposait sur le postulat d’une adaptation nécessaire de la production mexicaine en fonction des besoins de l’économie européenne. Comme Lemprière, il défendait ainsi l’idée que le Mexique devait consacrer tous ses efforts à développer ses productions agricoles et en particulier celles des produits qui serviraient de matières premières aux manufactures textiles européennes23.

  • 24 Mme Calderón de La Barca, op. cit., p. 251.

21Francés Calderón de la Barca sut en revanche remarquer dès 1841 les efforts réalisés afin de moderniser la production textile du Mexique. 11 faut cependant préciser le contexte qui l’amena à visiter la fabrique d’Estevan de Antuñano, « la Constancia Mexicana ». F. Calderón de la Barca était l’épouse du premier ambassadeur d’Espagne envoyé dans l’ancienne colonie, aussi avait-elle des obligations mondaines parmi lesquelles figurait de prendre connaissance de tout ce qui pouvait animer la haute société. Lorsqu’elle fut de passage à Puebla, sa rencontre avec l’entrepreneur Estevan de Antuñano faisait partie de ses tâches, au même titre que son dîner chez les Haro y Tamariz, l’une des plus puissantes familles de la ville. Ses écrits ne permettent pas de douter des motifs de sa visite : l’entrepreneur l’impressionna bien plus que l’entreprise comme le montre le luxe de détails avec lesquels elle relatait les difficultés qu’Antuñano surmonta afin de réunir les machines modernes dans sa fabrique « la Constancia Mexicana ». La comtesse mentionnait aussi le prêt accordé par le Banco de Avío qui permit à Antuñano de réunir le capital nécessaire à l’installation de sa fabrique mais elle critiquait aussitôt l’institution avec l’argument bien connu des libéraux selon lequel « l’industrie n’est pas comme une plante de serre qui peut pousser par des moyens artificiels24 ». Visiter la fabrique, faire l’éloge de son installation et accepter une possible industrialisation du pays – puisque l’Espagne n’avait de ce point de vue pas les mêmes prétentions que l’Angleterre – n’altérait pas ses convictions. Au contraire, elle persistait à penser que les autorités mexicaines ne devaient pas intervenir dans ce processus. Malgré son intérêt pour la fabrique, F. Calderón de la Barca la considérait avec un pessimisme comparable à celui des autres voyageurs. Du seul fait que la « Constancia » avait pu être créée avec le soutien financier d’une banque d’État était pour elle la preuve de sa condamnation puisque l’entreprise ne devait son existence qu’à des moyens « artificiels ». Antuñano n’apparaissait être, sous sa plume, que sous la forme d’un personnage original par son obstination et digne d’attention, mais son expérience avait peu de chance de se voir imitée. Au contraire, l’insistance de l’auteur sur la force de caractère de l’entrepreneur tendait plutôt à montrer que, dans des circonstances habituelles, la « Constancia Mexicana » n’aurait jamais vu le jour.

  • 25 Carl Christian Sartorius, op. cit., p. 85.

22Sartorius, une dizaine d’années plus tard, tenait un propos équivalent, non sans contradiction puisqu’il critiquait le protectionnisme douanier établi par les autorités mexicaines en argumentant qu’« ici, pour protéger quelques fabriques de toiles ordinaires de coton et de draps, par exemple, l’importation de fil et de percale est interdite, bien qu’à peine la moitié de la matière première dont ont besoin ces fabriques est produite dans le pays, le reste doit être importé des États-Unis25 ». Le fait que les manufactures européennes devaient importer la totalité de leurs matières premières ne lui était pourtant jamais apparu comme un obstacle à l’industrialisation. De plus, si le Mexique était capable, comme Sartorius l’imaginait et le souhaitait, d’augmenter sa production de coton, l’argument présenté ici était sans fondement. Ces contradictions, formulées par un migrant depuis longtemps installé au Mexique, montre à quel point les Européens étaient incapables d’imaginer un développement économique du Mexique fondé sur l’industrialisation et, plus encore, d’un développement qui se serait fait en marge des intérêts de l’Europe.

23L’industrie mexicaine, lorsqu’elle n’était pas ignorée, était donc considérée comme contre-nature, à la fois contre la nature oisive de la population mexicaine et contre la nature du pays dont les richesses naturelles le condamnaient à être une source inépuisable de matières premières pour l’Europe. La seule inquiétude des diplomates était de conserver l’influence économique sur cette région face à la puissance grandissante des États-Unis et ils se souciaient peu des prétentions de quelques industriels mexicains décidés à exporter jusqu’en Europe les tissus fabriqués sur le sol mexicain.

Bibliographie

Bibliographie

1. Récits de voyages

Calderon de La Barca. La vida en México durante une residencia de dos anos en ese país, México, Ed. Porrua, décima edición, 1994.

Humboldt, Alexandre de. Essai politique sur le royaume de Nouvelle Espagne, Dijon-Quetigny, Utz, 1997, t. 2.

Iturriaga de La Fuente, José. Anecdotario de voyageurs extranjeros en México. Siglos XVI-XX, México, FCE, 1993, 4 vol.

Kolonitz, Paula. Un viaje a Mexico en 1864, <1867>, México, Sep Setentas, 1976.

Lempriere, Charles. Notes in Mexico in 1861 and 1862, London, 1862.

Ruxton, George F. Adventures in Mexico and the Rocky Mountains, London, 1847.

Sartorius, Carl Christian. México hacia 1850, <1858>, México, CONACULTA, 1990.

Tempsky, G.F. von. Mitla. A narrative of incidents and personal adventures on a journey in Mexico, Guatemala and Salvador in the years 1853 to 1855, London, 1858.

Ward, H.G. Mexico, London, 1829, 2 vols.

2. Écrits d’économistes des XVIIIe-XIXe siècles

Chevalier, Michel. Cours d’économie politique fait au Collège de France. Année 1841-42, Paris, Capelle, libraire – éditeur, 1842.

Florez Erstrada, Alvaro. Curso de economía política, Paris, Imprenta de Gaultier-Laguionie, 1831, 2 vols.

Quesnay, François. Second dialogue entre Mr. H & Mr. N. Sur les véritables propriétés du commerce et de l’industrie <1766>, Catania, CUECM, Ed. fac similé, 1991.

Say, Jean-Baptiste. « Catéchisme d’économie politique », Cours d’économie politique, Paris, Flammarion, 1996, p°307-448.

Saint-Simon. Catéchisme politique des industriels, Paris, A.D. Naquet, libraire éditeur, 2e éd, 1832.

Smith, Adam. La richesse des nations, Paris, Flammarion, 1991, 2 vols.

3. Ouvrages récents

Breton, Yvon ; Lutfalla, Michel (dir.). L’Économie politique en France au XIXe siècle, Paris, Économica, 1991.

Duviols, Jean-Paul. L’Amérique espagnole vue et rêvée. Les livres de voyages de Christophe Colomb à Bougainville, Ed. Promodis, 1985.

Gide, Charles ; Rist, Charles. Histoire des doctrines économiques depuis les physiocrates à nos jours, Paris, 5e éd, 1929.

Gomez-Galvarriato, Aurora. « Fragilidad institucional y subdesarrollo : la industria textil mexicana en el siglo XIX », A. Gomez-Galvarriato (coord.), La industria textil mexicana, México, Instituto Mora, 1999, p. 142-182.

Guicharnaud-Tollis, Michèle. Regards sur Cuba au XIXe siècle. Témoignages européens, Paris, L’Harmattan, 1996.

Moreno Toscano, Alejandra ; Lombardo de Ruiz, Sonia. Fuentes para la historia de la ciudad de Mexico, 1810-1979, México, INAH, vol. 1 « Siglo XIX», 1984.

Perez Hernandez, José Maria. Estadísticas de la república mexicana, Tipografía del Gobierno, Guadalajara, 1862.

Torres, Mariano E. El origen de la industrialización de Puebla, México, El Colegio de Puebla, 1995.

Thomson, Guy. « Continuidad y cambio en la industria manufacturera mexicana, 1800-1870 », A. Gomez-Galvarriato (coord.), La industria textil mexicana, México, Institute Mora, 1999, p. 53-113.

Notes

1 Le prêtre écrivait sur l’industrie poblana : « Les fabriques qui emploient les habitants de Puebla – considérés avec raison comme les plus habiles et ingénieux de toute la Nouvelle Espagne – produisent des tissus de laine, de coton ou de soie les plus délicats qui soient, à l’image de ces magnifiques tissus peints à la manière chinoise. On y produit aussi une faïence spécialement belle et fine, des céramiques plus fines encore que celles de Talavera, du cristal et du verre, des lames et des armes à feu réputées dans tout le royaume pour leur trempe et leur superbe finition. ». Francisco de Ajofrin, Diario del viaje a la Nueva España, 1763, dans José Iturriaga de La Fuente, Anecdotario de voyageurs extranjeros en México. Siglos XVI-XX, México, FCE, 1993, t. 4.

2 Alexandre de Humboldt, Essai politique sur le royaume de la Nouvelle-Espagne, Dijon-Quetigny, Utz, 1997, t. 2, p. 647 sqq.

3 Notons que, dans les années 1860, la comtesse Paula Kolonitz, qui précédait l’empereur Maximilien et sa femme au Mexique, tenait des propos très semblables à ceux de Humboldt. À peine arrivée dans le nouvel empire, elle a considéré le Mexique comme un pays qui avait des capacités de développement comparables à celles des pays européens. Son point de vue était bien sûr celui qu’allait adapter l’empereur qui entendait diriger un pays indépendant et non un satellite de l’Europe. Elle écrivait ainsi sur la ville de Mexico : « Si les conditions étaient normales et si l’on jouissait de la paix, le commerce, la production industrielle, le bien-être tant moral que matériel augmenterait. Cette ville se transformerait alors en un ensemble aussi merveilleux que Paris ou Saint-Pétersbourg, avec tout leur faste. Ses charmes s’en trouveraient alors inévitablement mis en valeur. » Paula Kolonitz, Un viaje a México en 1864, México, Sep Setentas, 1990, p. 85.

4 En 1843, 64 % des entreprises textiles se répartissaient entre l’État de México et celui de Puebla. Par la suite, la dispersion régionale s’est accentuée et, si seulement huit États possédaient des fabriques en 1843, en 1879 presque tous en avaient une. Aurora Gômez-Galvarriato, « Fragilidad institucional y subdesarrollo : la industria textil mexicana en el siglo XIX », A. Gômez-Galvarriato (coord.), La industria textil en México, México, 1999, p. 168.

5 Il faut souligner le contre-exemple de G.F. von Tempsky qui refusa de passer par Puebla à cause de ses préjugés religieux : « De toutes les villes du Mexique, Puebla est la plus remarquable en raison de l’ignorance aveugle de ses habitants. Elle est à l’origine d’un fanatisme le plus violent qui soit, religieux autant que politique, qui curieusement s’affiche sans la moindre honte. ». G.F. von Tempsky, Mitla. A narrative of incidents and personal adventures on a journey in Mexico, Guatemala durind the years 1843 and 44, Philadelphia, London, 1846, p. 228.

6 Sur l’industrialisation du Mexique, voir Aurora Gomez-Galvarriato (coord.), La industria textil, op. cit. E. Torres Mariano, El origen de la industrialización de Puebla, México, El Colegio de Puebla, 1995.

7 George F. Ruxton, Adventures in Mexico and the Rocky Mountains, London, 1847, p. 57.

8 François Quesnay, Second dialogue entre Mr. H & Mr. N. Sur les véritables propriétés du commerce et de l’industrie, 1766, Catania, CUECM, 1991.

9 Saint-Simon donne une définition de l’industriel très semblable à celle que proposait J.B. Say, malgré les nombreuse différences entre les théories des deux hommes. Il écrivait : « Un industriel est un homme qui travaille à produire ou à mettre à la portée des différents membres de la société un ou plusieurs moyens matériels de satisfaire leurs besoins ou leurs goûts physiques. » De là, il concluait que l’agriculteur, l’industriel qui produisait des biens manufacturés et les commerçants étaient tous des industriels. Saint-Simon, Catéchisme politique des industriels, 1824, Paris, 2e éd 1832, p. 1.

10 Michel Chevalier, Cours d’économie politique fait au Collège de France, Année 1841-1842, Paris, Capelle libraire-éditeur, 1842, p. 3 : « L’industrie, c’est le travail matériel sous toutes ses formes. Elle est agricole, elle est manufacturière, elle est commerciale. »

11 Si de nombreuses différences existaient entre les théories formulées par Say, David Ricardo et les autres économistes de la même époque, rien ne distinguait en revanche leur approche des relations économiques internationales entre pays européens et anciennes colonies.

12 Alvaro Florez Estrada, Curso de economía política, Paris, 1831, t. 1, p. 175.

13 David Hume fut le premier à prôner en 1752, dans ses Discours politiques, la division internationale du travail comme moyen d’éviter la thésaurisation stérile de la monnaie.

14 Charles Lempriere, Notes in Mexico in 1861-62, London, 1862, p. 145-146.

15 H. G. Ward, Mexico, London, 1829, vol. 1, p. 53.

16 Les économistes considéraient que l’augmentation de la consommation était un signe certain du développement de la civilisation : « Une société qui connaîtrait tous ces progrès de la mécanisation verrait le sort de ses membres s’améliorer. Elle accèderait en effet à l’abondance de tout ce qui est indispensable à la satisfaction des besoins et des plaisirs des hommes. Elle bénéficierait alors des rapides progrès de la civilisation. » Alvaro Florez Estrada, Curso de economía política, Paris, 1831, p. 193.

17 Michel Chevalier, Cours d’économie politique fait au Collège de France. Année 1841-1842, Paris, 1842, p. 289-290.

18 Comme le souligna J.P. Duviols, les voyageurs, depuis le XVIIIe siècle, condamnaient la paresse non en termes moraux mais pour des raisons économiques, puisqu’elle était l’obstacle d’une mise en valeur des potentiels du pays et de son développement. Jean-Paul Duviols, L’Amérique espagnole vue et rêvée. Les livres de voyages de Christophe Colomb à Bougainville, Paris, 1985, p. 321.

19 George Francis Lyon, Residencia en México, 1826. Diario de una gira con estancia en la República de México, cité dans José Iturriaga de La Fuente, op. cit., t. 1.

20 H. G. Ward, op cit, p. 320.

21 Cinquante-sept fabriques textiles de coton existaient en 1862. José Maria Perez Hernandez, Estadísticas de la repíblica mexicana, Tipografía del Gobierno, Guadalajara, 1862.

22 Guy Thomson, « Continuidad y cambio en la industria manufacturera mexicana, 1800-1870 », A. Gomez-Galvarriato (coord), La industria textil en Mexico, México, 1999, p. 107.

23 « Un pays comme le Mexique, dans lequel d’importantes surfaces de terres labourables sont laissées en jachère est à même de se couvrir de toutes les productions végétales. Par ailleurs, il a la chance de compter de très importantes richesses minières. Le seul élément rare n’est autre que la main-d’œuvre. En somme, c’est un pays qui ne devrait pas rêver de manufactures mais plutôt songer au développement de l’agriculture et à celui de la production minière. Il concurrencerait alors avec succès les pays qui sont obligés d’acheter les produits manufacturés dont ils ont besoin. » Carl Christian Sartorius, Mexico hacia 1850, <1858>, México, 1990, p. 85.

24 Mme Calderón de La Barca, op. cit., p. 251.

25 Carl Christian Sartorius, op. cit., p. 85.

© Presses universitaires du Midi, 2002

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search