Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Militantisme et histoire

 | 
Marie-Danielle Demélas

Troisième partie. Les artisans de l'histoire

Militantisme mutualiste et syndical : les trois âges

Michel Dreyfus

Texte intégral

1L’histoire ouvrière a été reconnue comme discipline scientifique au début des années soixante, en particulier grâce à la soutenance de grandes thèses dont celle de Rolande Trempé sur Les Mineurs de Carmaux constitue un modèle. Au même moment, naît la revue Le Mouvement social, bible des historiens du social et, autour de Jean Maitron, commence la « folle entreprise » du Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français (dbmof) qui, 50 volumes et plus de 100 000 biographies plus tard, se poursuit aujourd’hui. Dans ces années constitutives, il était naturel que les historiens s’interrogent sur la notion de militant. Je voudrais m’inscrire ici dans ce débat, en tenant à affirmer tout ce que notre génération, venue à l’histoire ouvrière et sociale dans les années soixante-dix, doit à celle qui nous a précédés. Mais le respect, la sympathie et la filiation intellectuelle ne doivent pas être un obstacle à l’approfondissement d’une réflexion qui se pose aujourd’hui en des termes nécessairement différents, et ceci pour trois raisons.

  • 1 Stalinisme et nazisme. Histoire et mémoire comparées, sous la dir. de Henry Rousso, Bruxelles, Ed. (...)

2Tout d’abord, les temps ont changé : le mouvement ouvrier auquel on prédisait alors un avenir radieux a connu depuis des temps difficiles, marqués par la récession économique de 1973 à 1997 ( ?), la crise du syndicalisme, et l’effondrement des régimes se réclamant du socialisme réel ; pour largement discrédités qu’ils fussent, ces régimes étaient encore vaguement associés à l’espoir d’une transformation radicale de la société, même s’ils ne pouvaient plus y prétendre. Durant des décennies de stalinisme, la répression de masse, l’absence de toute vie démocratique en avait gravement disqualifié l’idée. Dans un premier temps, la disparition de ces régimes a conforté l’idéologie libérale avant que puissent s’engager de façon plus sereine les débats nécessaires sur la question du totalitarisme, sur la comparaison entre stalinisme et nazisme1. Ce contexte intellectuel ne peut pas ne pas influer sur l’historiographie du mouvement ouvrier. L’historien n’est pas enfermé dans sa tour d’ivoire, il ne peut prétendre à une quelconque objectivité scientifique ; il essaie de faire son travail tout en étant conscient que les questions dont il traite sont un reflet, plus ou moins déformé, de celles plus générales que se pose la société dans laquelle il vit. C’est pourquoi les difficultés affrontées par le mouvement ouvrier – certains parlent même de son irrésistible déclin voire de sa disparition prochaine – influent sur la problématique actuelle de l’histoire ouvrière dans un climat intellectuel fort différent de celui des années 1960.

  • 2 Henri Hatzfeld, Du paupérisme à la Sécurité sociale 1850-1940, Paris, A. Colin, 1971, réédition au (...)

3Par ailleurs, l’histoire sociale n’est plus envisagée comme elle l’était il y a trente ans. À ses débuts, l’histoire du mouvement ouvrier a été marquée par une vision épique, héroïque, voire tragique. On a d’abord étudié ce qui était le plus spectaculaire, le plus haut en couleurs – grèves, ruptures fortes, moments de crise – bref les grandes heures de la geste ouvrière : la Commune, les grands moments des internationales ouvrières, la Révolution russe et ses conséquences internationales, les grèves de 1920, le Front populaire et la Résistance. Dans la France des débuts de la Ve République où le poids du parti communiste était bien plus puissant qu’aujourd’hui, il semblait que, durant les années 1940-1944, le mouvement ouvrier, politique et syndical, ait été d’un seul bloc dans les rangs de la Résistance. À l’inverse, l’histoire du réformisme, dans ses multiples composantes, semblait sans intérêt ; tout ce qui relevait d’un registre différent – l’histoire des femmes, des immigrés, du travail dans l’entreprise ou de la protection sociale – était ignoré pour l’essentiel. Rarement abordées, ces questions étaient envisagées de façon simpliste : pour ne prendre qu’un exemple, la Sécurité sociale était considérée comme une « conquête » de la Libération, ce qui est discutable. Si le livre pionnier de Henri Hatzfeld sur les origines de la Sécurité sociale parut en 19712, il fallut attendre près d’une décennie pour que ce domaine soit véritablement investi par les historiens ; l’histoire de l’immigration prit son essor à peu près au même moment, celle des entreprises au milieu des années quatre-vingt. D’une histoire ouvrière fortement connotée idéologiquement, on est peu à peu passé à une histoire sociale plus large qui cherche à traiter de l’histoire du travail et des travailleurs dans tous ses aspects.

4Enfin, le fait que l’histoire sociale aborde aujourd’hui sa quatrième décennie explique que travaux et recherches se soient multipliés et continuent de le faire : aussi, nos connaissances ont beaucoup progressé dans l’espace et dans le temps. L’espace : on vient de voir comment les historiens du social se sont emparés de terrains d’étude de plus en plus larges. Le temps : au fil des ans, ont été abordées des questions de plus en plus contemporaines, sur le plan chronologique. Au début des années soixante-dix, rarissimes étaient encore dans les revues scientifiques les articles traitant de l’entre-deux-guerres alors qu’aujourd’hui on n’hésite plus à travailler sur des événements aussi récents que les grèves de novembre-décembre 1995. Aussi, nous disposons de connaissances beaucoup plus larges que nos devanciers.

  • 3 « Le militant ouvrier français de la fin de la seconde moitié du xixe siècle », Colloque organisé (...)
  • 4 Où fut organisé en février 1993 par Michel Dreyfus, Claude Pennetier et Nathalie Viet-Depaule le c (...)
  • 5 Michel Dreyfus, « Les mutualistes dans le Dictionnaire », dans La Part des militants..., op. cit.,(...)
  • 6 Jean Maitron, « La personnalité du militant ouvrier français dans la seconde moitié du xixe siècle (...)

5Dans ce contexte, comment aborder aujourd’hui la notion de militant ? Ma participation depuis un quart de siècle, aux côtés de Jean Maitron et de Claude Pennetier, à la réalisation du dbmof, expérience riche s’il en fut, m’autorise, du moins je l’espère, à m’inscrire dans le débat ouvert au début des années soixante par Le Mouvement social3. Ce débat se poursuivit en 1993 à l’occasion de la fin de la parution de la 4e série du dbmof4. Je me propose donc d’approfondir la réflexion que j’avais engagée alors5 en m’interrogeant sur la notion de militant dans les mouvements mutualiste et syndical à travers trois périodes chronologiques : jusqu’en 1914, des débuts de la Première Guerre à la fin de la Seconde, enfin depuis la Libération. Militer : étymologiquement, ce mot signifie faire la guerre. Le militant est donc « celui qui fait la guerre sociale », qui « s’est fixé pour tâche de résoudre dans le sens de la justice sociale et de la liberté les problèmes posés par la révolution industrielle du xixe siècle et en particulier celui, essentiel, de la contradiction entre une production devenue collective et une appropriation demeurée individuelle6 ». Si cette définition répond au discours des syndicalistes jusqu’en 1914, elle doit être enrichie des transformations que connaît ensuite le militantisme syndical. Tout en se transformant, la notion de militantisme conserve toute sa validité.

6En revanche, est-il légitime de parler de militantisme mutualiste ? La Mutualité, le mouvement social français le plus ancien et le plus important, a connu une histoire fort différente de celle du mouvement syndical, des débuts de la IIIe République à ceux de la Ve. Les tâches de gestion et de prise en charge y furent toujours essentielles. Elles ont engendré des pratiques autres dont certaines peuvent également être considérées comme une forme de militantisme. Jusqu’à la Seconde Guerre, la majorité des responsables mutualistes apparaissent surtout comme des notables et des représentants des classes moyennes, n’ayant rien à voir avec le milieu ouvrier. Faut-il pour autant leur dénier la qualification de militant ? Par leur engagement, ils cherchent à transformer la société dans une optique réformiste alors que beaucoup de syndicalistes se réclament d’un discours et, parfois, de pratiques révolutionnaires. Les différences semblent profondes ; toutefois n’existe-t-il pas aussi certains points de convergence ? Dans quelle mesure l’action gestionnaire, de prise en charge des mutualistes ne relève-t-elle pas aussi du militantisme ?

Les temps héroïques

7Jusqu’à la guerre de 1914, les syndicalistes sont violemment hostiles à l’État et au patronat ; ils sont également pleins d’illusions. En 1914, le prolétariat industriel est à l’aube de sa grande expansion. Depuis un siècle, la France a connu un développement économique lent. Ce n’est qu’à partir des années 1880, avec le développement de la seconde révolution industrielle, que commence véritablement à se constituer un prolétariat, aux côtés d’un artisanat qualifié et largement répandu : il faudra attendre 1930 pour que la population urbaine et industrielle l’emporte sur la population rurale. Dans la France de la Belle Époque, la « classe ouvrière » est donc minoritaire et les syndicalistes plus encore. Le monde du travail est également très fortement marqué par la répression : la loi Le Chapelier (1791) lui interdisant toute forme d’association a pesé jusqu’en 1884. De plus, le mouvement ouvrier est traumatisé par le souvenir de la répression exercée par l’État : par trois fois en effet (1832, 1848 et 1871), ce dernier a répondu aux besoins du monde du travail par la répression. Ce point, fondamental, explique la forte hostilité que la majorité des militants de la cgt éprouvent à l’égard de l’État jusqu’à la Première Guerre. Minoritaires, ne comptant que sur leurs propres forces, ces militants se méfient de tout parti politique, y compris la sfio.

8Toutefois, on ne peut plus s’en tenir à cette seule vision des choses. Une partie du monde du travail est aussi organisée au sein des sociétés de secours mutuels (ssm) dont le développement, sur le plan chronologique, est parallèle à celui de l’organisation syndicale. Ce développement est beaucoup plus rapide puisqu’en 1895, lors de la fondation de la cgt, sur près de 2 millions de mutualistes existant en France, 600 000 à 700 000 sont des ouvriers d’industrie, disposant d’un métier qualifié. En 1902, la cgt regroupe environ 120 000 adhérents, en 1914, 350 000 ; les mutualistes sont alors presque dix fois plus nombreux que les syndicalistes. Certes, ils recrutent largement au sein des classes moyennes, de plus les fonctions d’un syndicat et d’une ssm ne sont pas du même ordre. Toutefois, une partie non négligeable du monde du travail est organisée au sein du mouvement mutualiste, puissant et progressant rapidement. Dans sa majorité, son idéologie, proche du solidarisme du Parti républicain-radical socialiste, repose sur la croyance en l’existence d’un intérêt général. Enfin, il existe en France une division beaucoup plus forte que dans les autres pays européens entre ceux qui revendiquent – les syndicalistes – et ceux qui prennent en charge – les mutualistes.

9Pourtant, au-delà de ces différences idéologiques et fonctionnelles, militants mutualistes et syndicalistes sont moins éloignés qu’il ne le semble sur trois points : leur rejet de l’État, leur croyance en un avenir radieux dont ils pensent être les porteurs et enfin un certain nombre de pratiques sociales dans leur vie quotidienne. Le rejet de l’État est un point cardinal du syndicalisme-révolutionnaire jusqu’à la veille de la Première Guerre mondiale, même s’il commence alors à perdre de sa force. L’hostilité est d’ailleurs réciproque, comme on le voit dans les tentatives gouvernementales menées de 1906 à 1910, pour abattre la cgt. Mais l’État n’est plus seulement répressif. Dans leur majorité, les syndicalistes sont incapables de comprendre qu’il s’implique de plus en plus dans la mise en place de la législation du travail et de la protection sociale. Sur ce terrain, il avait été absent dans la plus grande partie du xixe siècle : ici, la différence est considérable. De 1884 (reconnaissance de l’organisation syndicale) à 1910 (retraites ouvrières et paysannes), sont votées un ensemble de lois sociales sur la législation et les accidents du travail (1892, 1898), l’assistance aux vieillards, le repos hebdomadaire (1905 et 1906), etc. Le livret ouvrier est supprimé, l’Inspection du travail, l’Office du travail et le ministère du Travail sont créés de 1892 à 1906. Mais, seuls quelques syndicalistes, tels Auguste Keufer, le « patron » de la Fédération du livre, comprennent cette orientation et cherchent à y répondre ; la majorité d’entre eux y restent insensibles. En 1884, ils ont dénoncé la loi sur les syndicats ; avant et après 1910, ils font de même avec les Retraites ouvrières et paysannes (rop), première tentative d’introduction en France d’un système de protection sociale obligatoire pour une partie de la population – plus de 3 millions de personnes. Jusqu’à la Première Guerre, l’opposition à l’État prédomine dans les rangs syndicaux.

10À partir d’une idéologie différente, les mutualistes éprouvent une méfiance analogue. Certes, ils n’envisagent nullement le renversement de l’État : heureux que, par la loi de 1898, il ait reconnu pleine liberté à leurs œuvres ainsi que le droit de se structurer nationalement, ils entretiennent apparemment avec lui de bons rapports. Vient alors le temps des grandes manifestations mutualistes (1904, 1905, 1909, etc.), en présence des plus hautes autorités de l’État, où les mutualistes font preuve de leur capacité à mobiliser, de façon militante, des dizaines de milliers de personnes. Ces années sont heureuses pour les mutualistes, toutefois ils restent sur le qui-vive à l’égard de l’État, notamment devant les Retraites ouvrières et paysannes : très réticents devant toute forme de protection sociale obligatoire, ils voient dans cette législation un risque pour leurs œuvres. Aussi, à partir de 1910, ne s’investissent-ils que fort peu dans les rop. Jusqu’en 1914, mutualistes gestionnaires et syndicalistes contestataires refusent donc de coopérer avec l’État.

11Avec un langage différent, ils expriment également, non sans naïveté, leur croyance en un progrès appelé à se répandre sans cesse dont ils seront les principaux garants. Cet optimisme est alors partagé par la majorité des courants se réclamant du mouvement ouvrier. Plus souvent formulé sous des fleurs de rhétorique par les mutualistes que par les syndicalistes, cette vision des choses repose sur une confiance infinie dans la science qui permettra l’amélioration générale des conditions d’existence. Chez les syndicalistes, la représentation de l’avenir a, pour autant qu’on la connaisse, un caractère passéiste correspondant davantage à la vision d’un monde du travail qualifié et traditionnel qu’aux gros bataillons industriels, alors en voie de constitution. Même chose chez les mutualistes qui associent leur triomphe à celui de la République : ils sont incapables de comprendre que la progression de la protection sociale passera ultérieurement par le développement de systèmes obligatoires mis en place ou garantis par l’État. Dans les deux cas, cette vision rétrograde de l’avenir sera démentie par les faits – et d’abord avec brutalité par la Première Guerre mondiale.

  • 7 Maxime Leroy, La Coutume ouvrière, Paris, Giard et Brière, 1913, 2 volumes, 934 p.

12Si mutualistes et syndicalistes tiennent alors des discours radicalement différents, en revanche, leurs pratiques quotidiennes sont assez proches. Elles reposent sur des formes de sociabilité communes au monde du travail, imprégnées du xixe siècle. Mal reconnu encore dans la société, le travailleur ne dispose guère d’un espace privé en raison de conditions d’existence trop précaires, au travail et hors du travail : les salaires trop bas, les mauvaises conditions de logement, la quasi-absence de protection sociale, etc., lui interdisent d’en avoir un. Dans ce contexte, les obligations collectives sont nombreuses. Décrites par Maxime Leroy en 19137, ces formes de sociabilité reposent sur le banquet et les fêtes, plus fréquentes chez les mutualistes que les syndicalistes, ainsi que sur un ensemble d’obligations communes. Elles peuvent se résumer par « l’obligation de dignité ». Maxime Leroy en a recensé 25 : obligation d’assister aux assemblées générales, de payer sa cotisation, de résider dans sa circonscription syndicale, ou celle relevant de ssm, et de signaler tout changement d’adresse. L’obligation syndicale de « confraternité d’atelier » évoque la nécessaire solidarité au sein d’une ssm. Enfin, l’obligation de dignité syndicale est sous-tendue par une morale commune aux mutualistes exigeant la discipline collective et l’aide mutuelle que se doivent les adhérents d’un même syndicat ou d’une même ssm : tout syndiqué, tout sociétaire qui, par son comportement, porte atteinte à l’honneur ou à l’intérêt de l’organisation en est exclu. D’autres obligations telles que l’assistance aux obsèques des anciens syndiqués et des sociétaires, le port des insignes ou la présentation du livret syndical, trouvent leur origine dans le compagnonnage. Toutes ces obligations entraînent une certaine parenté militante. Leur codification survient à la veille de bouleversements fondamentaux pour la société et le monde du travail.

L’ère des techniciens

13En mettant fin à un monde, la guerre ouvre une nouvelle phase de l’histoire du mouvement ouvrier. Avec la plus grande des brutalités, elle balaie les illusions en ce progrès indéfini auxquels tant de militants étaient si fermement attachés. L’expérience de la guerre brise la croyance fortement répandue en la révolution et l’avènement du socialisme à brève échéance. Beaucoup de militants resteront à jamais marqués par ces quatre ans ; on sait combien, à la fin des années trente, cette mémoire pèsera dans la constitution d’un pacifisme de gauche, de plus en plus coupé des réalités. La coupure est totale avec l’optimisme naïf d’avant 1914 : on bascule dans un univers tragique où les illusions n’ont plus cours. Il est vrai qu’assez vite, les syndicalistes unitaires trouveront dans leur soutien à la Révolution russe des raisons de croire et d’espérer dans un avenir meilleur, mais ici aussi selon des modalités autres qu’avant 1914.

14Sur les plans politique et syndical, le mouvement ouvrier fait l’apprentissage de la division ; dans le quart de siècle qui a précédé, la marche à l’unité semblait irrésistible. Mutualistes et syndicalistes connaissent alors des évolutions différentes : l’idéologie de la mutualité en faveur d’un intérêt général s’accommodant assez bien de l’Union sacrée, varie peu. Tout au contraire, le syndicalisme fait l’apprentissage du réformisme, qu’il avait tellement méprisé jusqu’alors. Mais surtout les militants des deux mouvements découvrent la puissance du rôle de l’État. Les beaux discours d’antan ne suffisent plus : dans le cadre d’une coopération devenue inévitable avec l’État, la rhétorique doit céder la place à la technique.

15Sous la conduite de Léon Jouhaux, le majorité de la cgt fait l’apprentissage de la « politique de présence », en décidant de siéger dans toutes les instances où les intérêts de la classe ouvrière peuvent être défendus. Inaugurée dès le début de la guerre, cette politique sera celle des confédérés durant tout l’entre-deux-guerres. Cette orientation, et le fait que la cgt confédérée soit principalement implantée chez les fonctionnaires, contribuent à modifier les pratiques militantes. Désormais, ils doivent se faire techniciens et connaître leurs dossiers pour siéger au Conseil économique du travail ainsi que dans d’autres instances. En privilégiant la négociation et la réforme, ce choix fait passer au second plan la mobilisation de masse ; ces méthodes sont bien différentes de l’action minoritaire et de la grève générale, exaltées auparavant par les syndicalistes-révolutionnaires. Les responsables syndicaux apprennent peu à peu à devenir des spécialistes du droit du travail et aussi, pour quelques-uns, des Assurances sociales, la seule réforme d’ampleur soutenue par la cgt qui aboutit alors. Il reste à mesurer l’impact de ces changements sur les militants de base. Quoiqu’il en soit, cette volonté patiente et obstinée de coopérer avec l’État, quoique peu couronnée de succès, contribue à faire apparaître un nouveau type de cadre syndical.

  • 8 Sur ces responsables ainsi que Léon Heller et Jack Senet évoqués supra, cf. Jean Bennet, Biographi (...)

16De nombreux responsables mutualistes vivent alors une expérience assez analogue, même si leur rapprochement avec l’État est bien plus poussé que celui des syndicalistes. L’expérience de la guerre a marqué les esprits : tout comme les confédérés, les mutualistes ne manifestent plus le même enthousiasme qu’avant-guerre. Tout au long des années vingt, en suivant avec attention les modalités de préparation des Assurances sociales et en influant pour qu’elles se fassent à leur profit, les mutualistes se préparent à coopérer avec l’État : si leurs anciennes préventions à son égard ne disparaissent pas, elles diminuent. Le changement de président de la Fédération nationale de la mutualité française (fnmf) symbolise cette évolution ; Léopold Mabilleau, son premier président de 1902 à 1921, avait fait merveille par ses qualités de remueur de foule qui avaient permis à la mutualité de progresser rapidement dans tout l’Hexagone. Après la guerre, ce ne sont plus de ces qualités dont ont besoin les mutualistes. Désormais, ce sont bien davantage des techniciens qui dirigent le mouvement : Georges Petit, son président de 1925 à 1933, en est le parfait prototype8. À partir de 1930, les Assurances sociales entrent en vigueur et la Mutualité s’investit largement dans leur gestion. Aussi se coule-t-elle dans un cadre institutionnel et administratif qui favorise sa bureaucratisation. La gestion des Assurances sociales renforce l’emprise des mutualistes les plus âgés, les plus conservateurs, qui se font avant tout gestionnaires. Dans ces conditions, la Mutualité perd l’allant et le dynamisme qu’elle avait manifesté auparavant.

17Durant les années vingt, cette « montée des techniciens » ne concerne guère les communistes et les syndicalistes unitaires : en défendant le modèle d’un monde nouveau, en préférant l’action revendicative à la négociation, ils se situent dans le cadre des pratiques syndicales antérieures à 1914. Mais ici aussi, la réalité est plus complexe. À partir de la décennie suivante, les techniciens de la révolution et du militantisme font également leur apparition dans l’univers communiste, selon des modalités spécifiques. Qu’il s’agisse des délégués du Komintern au sein du pc et de la cgtu ou des cadres formés dans les Écoles léninistes à Bobigny et à Moscou, là encore l’accent est, plus qu’auparavant, mis sur la progression des connaissances : le bon militant doit être un technicien du syndicalisme et/ou de la politique. De plus, la division du travail étant très poussée au sein de l’univers communiste, les tâches sont réparties selon des modalités de plus en plus précises. Ce processus a débuté, mais avec lenteur, durant la première décennie du pc qui a dû, pour exister, se différencier et s’opposer de la sfio. Mais à partir des années trente où une organisation d’un type nouveau est constituée, les choses changent : le poids des délégués de l’Internationale et des « cadres » se fait sentir de façon beaucoup plus rationnelle et technique.

18C’est également durant cette décennie qu’un nombre croissant d’élus municipaux communistes doivent, en tant que maire de leurs communes, s’initier à des dossiers nouveaux pour eux. L’évolution est particulièrement sensible en 1935 avec l’émergence de la « banlieue rouge ». L’année suivante, le Front populaire introduit des changements supplémentaires, quantitatifs et qualitatifs. Le communisme connaît alors une implantation de masse, en particulier dans le monde syndical. Dans le contexte grisant de 1936, un certain nombre de syndicalistes unitaires commencent à leur tour à faire l’apprentissage de la gestion du social dans le domaine des loisirs, de la culture et de la santé ; au-delà de leur action revendicative, ils doivent également mettre sur pied des « œuvres sociales », culturelles sportives et sanitaires, ce qui constitue un grand changement pour eux. Toutes ces expériences, pour brèves qu’elles soient – elles sont cassées net par la guerre moins de trois ans plus tard – ont une valeur pédagogique : à la Libération, elles donnent naissance à un troisième type de militant, le gestionnaire.

La montée des gestionnaires

19Au sortir de la guerre, il va sans dire que les militants ont été marqués par les luttes, la répression et la souffrance : cette expérience tragique les a atteints, mais moins fortement semble-t-il, que la Première Guerre. Toutefois, au sein de la cgt comme du pc, les années 1940-1944 sont à l’origine d’une forte mémoire militante. Cet état d’esprit a contribué à entretenir l’idée selon laquelle le mouvement syndical se serait opposé d’un bloc à Vichy ; on sait maintenant combien les choses ont été plus complexes. À l’inverse, ces quatre ans sont à peu près complètement occultés par les mutualistes ; si on sait que la fnmf a pris position pour la Charte en 1941 avant de s’en écarter discrètement à partir de 1943, on ne connaît que peu de choses sur la vie quotidienne des ssm, durant ces années sombres. Par ailleurs, mutualistes et syndicalistes entretiennent des rapports complètement différents avec leur histoire : alors que les syndicalistes la revendiquent avec fierté en lui donnant un sens héroïque, la plupart des mutualistes s’en désintéressent. Il faudra s’interroger un jour sur ses différences de perception.

20On ne doit pas oublier non plus que la période allant de 1936 à 1948 a certainement été la plus agitée et sans doute la plus tragique vécue par le monde du travail et ses organisations syndicales : des beaux jours de juin 1936 aux années noires de démoralisation et de luttes de la guerre puis des espoirs de la Libération à l’échec des grèves de 1947-1948, ces années scandées par des réunifications et des scissions syndicales furent tout sauf paisibles. Elle furent également très brutales : que l’on songe à la grève de novembre 1938, aux années de guerre puis aux grèves de 1947, sans doute les plus violentes de ces grandes vagues revendicatives qui, de 1906 à 1995, ont scandé l’histoire de notre pays. Les mutualistes ont vécu ces douze années de façon fort différente. Si la guerre a aussi été difficile pour eux, ils n’ont pas encouru les foudres de la répression et ont pu poursuivre leur action sans rupture majeure. En revanche, ils connaissent un événement traumatique à la Libération avec l’avènement de la Sécurité sociale. La majorité des mutualistes, ainsi que, pour des raisons diamétralement opposées, quelques syndicalistes, pensent alors que la mutualité a fait son temps et n’a plus qu’à s’effacer devant le système de protection sociale obligatoire généralisé qu’est la Sécurité sociale. Bien vite, ces illusions disparaissent et la mutualité parvient à trouver sa place dans le nouveau système.

21À partir d’histoires si différentes, est-il légitime de poursuivre cette comparaison entre les pratiques militantes des mutualistes et des syndicalistes ? Il semble que oui, car à partir de la Libération, ils se font des gestionnaires du social à travers des pratiques qui tendent à les rapprocher. À la suite des vicissitudes qu’il affronte jusqu’en 1948, le mouvement ouvrier connaît ensuite de profonds changements par rapport à l’entre-deux-guerres. Il reste toujours aussi divisé mais les organisations syndicales qui le structurent bénéficient d’une assise beaucoup plus large : durant les Trente Glorieuses, le taux de syndicalisation est le plus élevé qu’a jamais connu la société française ; c’est alors que le syndicalisme est le plus fort. Cette situation qui durera jusqu’à la fin des années soixante-dix s’explique par deux raisons : les grandes réformes de la Libération – nationalisations, comités d’entreprise, Sécurité sociale – ont donné aux organisations syndicales une plus grande place dans la vie sociale du pays. Par ailleurs, l’expansion économique des Trente Glorieuses favorise un taux de chômage peu élevé où les salaires progressent. S’il subsiste encore des poches de pauvreté, l’évolution générale se caractérise par une amélioration des conditions d’existence du monde du travail. Ce contexte permet au mouvement ouvrier d’exercer ses nouvelles responsabilités avec succès. Il est également très profitable aux mutualistes.

  • 9 En revanche, on ne sait comment elles ont été vécues au sein de fo et de la cftc.

22À partir de la fin des années quarante, les organisations syndicales s’investissent de plus en plus dans la gestion du social, à travers les comités d’entreprise et la Sécurité sociale. Il s’agit d’un changement majeur qui poursuit et amplifie ce qui s’était ébauché dans quelques syndicats sous le Front populaire mais n’avait guère eu le temps de s’enraciner. À travers de grands comités d’entreprise (Renault, edf, Air-France, etc.), les syndicalistes sont désormais à la tête « d’œuvres sociales », bientôt des « activités sociales », qui modifient leurs pratiques militantes. Ils s’adressent alors à des populations plus larges et doivent répondre à leurs besoins au travail mais également à l’extérieur de l’usine ou de l’entreprise. Ces transformations ne sont pas faciles pour les militants syndicaux ; on ne passe pas impunément d’une culture revendicative, contestataire, à des tâches gestionnaires qui se situent aux antipodes de la précédente. Durant cette première décennie, les difficultés éprouvées par la cgt pour procéder à cette mutation sont manifestes : il faut attendre le milieu des années cinquante pour que cette dernière maîtrise véritablement son intervention au sein des comités d’entreprise9. Peu à peu elle y arrive, ce qui favorise l’apparition d’un nouveau type de militant syndical, à la fois revendicatif et gestionnaire.

23Par ailleurs, un nombre croissant de cégétistes s’impliquent alors dans l’action mutualiste, orientation qui s’était ébauchée en 1936, avant de s’interrompre trois ans plus tard. Ces initiatives sont reprises et amplifiées, non sans hésitations, à partir de la Libération. En 1959, la cgt est à l’origine d’une seconde organisation mutualiste, la Fédération nationale des mutuelles ouvrières (fnmo), signe de son intérêt pour des formes d’action qu’elle avait méprisées, voire combattues durant la plus grande partie de son premier demi-siècle.

  • 10 Ce point reste à vérifier.

24De leur côté, les mutualistes se transforment aussi en se rapprochant de plus en plus du monde du travail : si la mutualité y avait acquis jusqu’alors une certaine assise, elle était surtout représentative des classes moyennes et des professions libérales. En gérant une grande partie des Assurances sociales à partir des années trente, la mutualité avait esquissé un premier rapprochement avec le monde du travail, comme le montre le nombre croissant de ssm d’entreprise créées durant cette décennie, puis durant la Seconde Guerre. Là encore, cette évolution se poursuit après la Libération : non sans réticence également, la Mutualité en vient à reconnaître formellement ce type d’intervention en 1964 en lui donnant les moyens de fonctionner. La montée des fonctionnaires au sein de la Mutualité est un autre signe de rénovation du mouvement : c’est à la Libération que se constituent les grandes mutuelles nationales de fonctionnaires (Mutuelle générale de l’Éducation nationale, mgen, Fédération nationale de la mutualité de fonctionnaires et agents de l’État, fnmfae). Elles sont pour la plupart créées par des syndicalistes : Marcel Rivière, le fondateur de la mgen, a milité au Syndicat national des instituteurs (sni) avant la Seconde Guerre mondiale, puis participé à la Résistance. Ici encore le changement du personnel dirigeant de la fnmf symbolise cette évolution. De 1931 à 1951, son président a été Léon Heller, marchand de tissus. Son successeur jusqu’en 1966 est Jack Senet, agent des ptt, l’un des fondateurs de la fnmfae, proche semble-t-il des confédérés durant l’entre-deux-guerres, puis de Force ouvrière à partir de 194810.

  • 11 Cf. sa biographie, dans dbmof..., op. cit., tome 40, 1991, p. 351-352.
  • 12 Dirigée par Claude Pennetier, cette enquête est actuellement menée dans le cadre du cnrs (upresa-8 (...)

25Il devient donc banal pour un militant syndical d’exercer des responsabilités mutualistes – ou inversement. On mesure tout le chemin parcouru depuis le début du siècle où mutualistes et syndicalistes vivaient dans deux mondes différents et hostiles. Durant l’entre-deux-guerres, un seul militant ouvrier, Jean Rougerie (1869-1931)11, socialiste et cégétiste a siégé au Comité exécutif de la fnmf. À partir de la Libération, ces deux mouvements ont progressivement mis fin à la longue division qui les avait séparés depuis un siècle. Fruit de leur longue histoire, cette division avait créé des types de militants fort différents. Toutefois, on connaît mal encore la figure du militant ouvrier – au sens large – après la Libération. Soyons sûr que l’enquête menée actuellement sur le militant ouvrier de 1940 à 1968 et qui servira de base à une « cinquième série » du Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français viendra combler cette lacune12.

Notes

1 Stalinisme et nazisme. Histoire et mémoire comparées, sous la dir. de Henry Rousso, Bruxelles, Ed. Complexe/ihtp, 1999, 384 p.

2 Henri Hatzfeld, Du paupérisme à la Sécurité sociale 1850-1940, Paris, A. Colin, 1971, réédition aux Presses universitaires de Nancy, 1989, 350 p.

3 « Le militant ouvrier français de la fin de la seconde moitié du xixe siècle », Colloque organisé par l’Institut français d’histoire sociale, Le Mouvement social, octobre 1960-mars 1961, nos 33-34.

4 Où fut organisé en février 1993 par Michel Dreyfus, Claude Pennetier et Nathalie Viet-Depaule le colloque « Les dictionnaires biographiques du mouvement ouvrier : lectures, exploitations, apports à l’historiographie ». La plupart des actes de ce colloque ont été publiés par ses organisateurs dans L’Internationale des dictionnaires, numéro spécial de Matériaux pour l’histoire de notre temps, no 34, janvier-juin 1994, ainsi que La Part des militants, Paris, Ed. de l’Atelier, 354 p.

5 Michel Dreyfus, « Les mutualistes dans le Dictionnaire », dans La Part des militants..., op. cit., p. 171-181.

6 Jean Maitron, « La personnalité du militant ouvrier français dans la seconde moitié du xixe siècle », Le Mouvement social..., op. cit.

7 Maxime Leroy, La Coutume ouvrière, Paris, Giard et Brière, 1913, 2 volumes, 934 p.

8 Sur ces responsables ainsi que Léon Heller et Jack Senet évoqués supra, cf. Jean Bennet, Biographies de personnalités mutualistes (xixe et xxe siècles), Paris, Mutualité française, 1987, 464 p.

9 En revanche, on ne sait comment elles ont été vécues au sein de fo et de la cftc.

10 Ce point reste à vérifier.

11 Cf. sa biographie, dans dbmof..., op. cit., tome 40, 1991, p. 351-352.

12 Dirigée par Claude Pennetier, cette enquête est actuellement menée dans le cadre du cnrs (upresa-8058), de l’université de Paris I (crhmss) ainsi qu’avec de nombreux chercheurs dans toute la France.

© Presses universitaires du Midi, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.