Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Militantisme et histoire

 | 
Marie-Danielle Demélas

Troisième partie. Les artisans de l'histoire

Les grands militants viticoles languedociens au xxe siècle

De la défense du vin à la mobilisation socio-culturelle

Rémy Pech

Texte intégral

  • 1 Cf. par exemple Charles Tilly, La France en révolte, Fayard, 1986, 622 p.
  • 2 Deux ouvrages de synthèse permettent de replacer les luttes viticoles dans leur contexte économiqu (...)

1Les luttes viticoles ont marqué l’histoire sociale de la France au xxe siècle1. Elles ont été caractérisées par leur puissance, par la violence avec laquelle elles ont été réprimées, par une importante signification politique qui les distingue d’autres manifestations paysannes. L’aspect multiforme et parfois même ambigu des revendications, qui associent fréquemment l’exigence de l’intervention corporative et régionale et l’appel désespéré à l’assistance de la loi a été maintes fois souligné2.

2À l’intention de Rolande, admirable militante, mais aussi chercheur de haute qualité dont l’action scientifique se déploie depuis tant d’années au milieu de nous, en suscitant émotion, admiration et émulation, je choisis aujourd’hui d’évoquer quelques militants de grand renom, non pas pour revenir sur des personnalités certes attachantes et emblématiques, mais pour essayer, à travers un siècle de luttes, d’identifier des permanences, des résurgences et des évolutions. Ces militants ont été aussi, et demeurent au regard de la mémoire collective ici très affirmée, des leaders. Mais dans le Midi viticole, la première condition pour devenir un leader a toujours été d’être reconnu comme un militant, l’accession à la qualité de responsable corporatif, voire de notable professionnel ou politique, ne venant qu’en conclusion de la carrière du militant et parfois en rupture avec cette carrière. D’autre part, chacun des personnages que je vais évoquer tire son pouvoir de représentation et d’action d’un militantisme préexistant, dont il capte à un moment donné la force mobilisatrice, pour ensuite la développer à un niveau supérieur, tout en lui imprimant la plupart du temps de profondes transformations.

1907 : albert et ferroul, la dyade charismatique

  • 3 Texte distribué avec une simple réimpression lors d’une manifestation viticole en mars 1976 à Carc (...)

3Les luttes viticoles en Languedoc et en Roussillon au xxe siècle, sont dominées par le mouvement de 1907. D’abord, par l’importance, jamais égalée depuis, de la mobilisation : si l’on réfère la participation du plus nombreux meeting, celui du 9 juin 1907 à Montpellier, à l’ensemble de la population des « quatre départements fédérés » (pour reprendre une expression des viticulteurs en lutte), on arrive au tiers du potentiel (500 000 sur environ 1 500 000). Mais un meeting intermédiaire comme celui de Carcassonne, avec 280 000 participants (Carcassonne : 30 000 habitants, département de l’Aude : 300 000) est encore plus significatif. Quant au point de départ, avec la marche des 87 d’Argeliers (la commune comptait 1 300 habitants en 1906), on peut également le retenir comme signifiant une très forte mobilisation. Ensuite, par le caractère spectaculaire, puis dramatique, des événements, tous concentrés sur les 19, 20 et 21 juin 1907 : fusillades de Narbonne, avec 6 morts, mutinerie du 17e régiment d’infanterie à Agde et Béziers, incendie de la préfecture de Perpignan. Enfin, par l’élaboration des lois qui ont encadré pour un siècle la production viticole, la vinification et la commercialisation des vins. Tout ceci symbolisé par la sacralisation de certains textes, le plus célèbre étant le Qui nous sommes du premier numéro du Tocsin3, de certains gestes, comme la démission des maires, et par la banalisation de certaines formules, inlassablement ressassées – en occitan comme en français – dans les foyers de vignerons :

C’est pire qu’en 1907.
Tornamai, lo darnièr crostet (– De nouveau, le dernier « croustet » – pancarte célèbre)
Il faudra faire comme en 1907.
– Tel ministre (ou chef de gouvernement) agit comme Clemenceau.

4Dans ces conditions, il ne faut pas s’étonner que les deux leaders aient d’abord été identifiés comme une espèce de couple indissociable, Ferroul étant présenté par la presse et par Albert lui-même comme le « fidèle lieutenant » du promoteur de la Révolte. La primauté théorique d’Albert privilégie évidemment celui des deux leaders qui incarne le mieux le vigneron. Ses discours, son physique même garantissent une parfaite identification. Le leader politique, déjà en fin de carrière, joue nécessairement le rôle d’un intercesseur. Son passé révolutionnaire, son désintéressement affiché lors de sa retraite parlementaire en 1902, son vécu de médecin des pauvres, affichent une indépendance et une intransigeance propres à lui assurer l’adhésion et la confiance du plus grand nombre au moment de la lutte. Pendant plusieurs semaines, Albert et Ferroul parurent côte à côte, et parlèrent tour à tour sur les estrades érigées au milieu des foules, le premier clamant la misère et l’espoir, le second proférant au nom du peuple les exigences et les menaces. Ensuite et pour longtemps, ils furent opposés l’un à l’autre en fonction des responsabilités attribuées à chacun soit dans l’échec de la Révolte, soit dans l’obtention des résultats du mouvement. Tous deux ont traversé le siècle comme des modèles, positifs et négatifs, dont tout leader et même tout militant ne peut éviter de s’inspirer, dans la mesure même où, comme eux, ils aspirent à incarner les revendications et les espoirs du peuple vigneron qui les porte en avant.

  • 4 A. Castéran, Mémoires de Marcelin Albert, Librairie Universelle, Paris, 1911, 214 p.
  • 5 Archives départementales de l’Aude, 2 M 158.

5Ferroul comme Albert, nés respectivement en 1853 et 1851, appartiennent à la génération de la IIIe République triomphante. Ferroul, né dans un village du Carbardès, est issu d’une famille bourgeoise en déclin, tandis qu’Albert, villageois du Minervois, appartient à une famille de paysans relativement aisés, mais il perd son père à l’âge de 5 ans. Ils ont tous deux suivi des études secondaires à Carcassonne à la fin de l’Empire, mais tandis qu’Albert, élève d’une pension religieuse, les interrompait avant le baccalauréat, Ferroul poursuivait jusqu’au doctorat des études de médecine auprès de la prestigieuse faculté de Montpellier. Albert protestera toujours de son républicanisme en évoquant ses positions locales à Argeliers, en particulier lors de la crise de 18774. Le préfet de l’Aude le classe, peut-être par erreur, parmi les conservateurs aux élections cantonales de Ginestas en 18855. Mais il réapparaît sur la scène politique locale en fondant un cercle d’études sociales dans le café qu’il venait d’ouvrir, en 1901. Ce cercle fonctionne comme support électoral d’Albert Sarraut pour sa première campagne législative (1902). Cette situation dans l’orbite d’un jeune et talentueux député radical explique peut-être ensuite la relative modération politique de Marcelin pendant la campagne de 1907, voire sa démarche politiquement suicidaire auprès de Clemenceau le 23 juin. Albert n’en avait pas moins « inventé » ou du moins mis en pratique, bien avant 1907, deux méthodes de pression sur les pouvoirs publics : en 1903, il n’hésite pas à haranguer les foules en se juchant sur les platanes de l’esplanade des Barques à Narbonne (ce qui lui vaut probablement le surnom de Cigal). Un peu plus tard, il persuade le maire d’Argelliers, le radical Garriguenc, de démissionner pour appuyer sa campagne contre la fraude, en 1905.

  • 6 Dans sa brochure M. Ferroul et ses responsabilités, datée du 15 avril 1910 et destinée aux électeu (...)
  • 7 La meilleure analyse de « l’idéologie de 1907 » a été produite par Laurence Mac Falls dans sa PhD (...)

6Ferroul avait, pour sa part, eu maille à partir avec les autorités gouvernementales depuis ses débuts militants à Narbonne au début des années 1880. Socialiste déclaré, Ferroul côtoie les radicaux jusqu’à obtenir leur investiture aux élections législatives de 1885 et à l’élection partielle de 1888 qui en fait un député de l’Aude. Réélu en 1889 avec les voix boulangistes, maire de Narbonne en 1891, il fait figure, aux côtés de Jules Guesde, de dirigeant du pof, n’hésitant pas à se porter à la tête des luttes ouvrières de ce temps (Premier Mai, grèves des mineurs à Carmaux) ce qui lui aliène sans doute une partie de l’électorat paysan et cause sa défaite en 1893. Revenu à la Chambre de 1899 à 1902, il appuie le Bloc des gauches, mais observe une attitude attentiste dans les débats de l’unité socialiste, pour finalement adhérer à la sfio en 1905, mais il n’est plus alors député et sa liberté d’expression au sein du parti est manifeste. Ainsi donc, au-delà des rivalités pour le leadership du mouvement apparues en 1907 et de la rupture définitive intervenue après la fameuse entrevue Clemenceau-Albert en 1907, les deux dirigeants du mouvement viticole présentent bien des points de ressemblance : appartenant à la mouvance de gauche, ils ne s’affilient que de manière épisodique ou distante à des organisations politiques, et pratiquent un populisme chaleureux, n’hésitant pas à se dresser contre les pouvoirs. Ferroul, nanti d’une culture politique plus vaste et des expériences plus fortes, peut apparaître en 1907, plus qu’Albert, un intercesseur possible entre la « base » et les pouvoirs établis6, mais son caractère impétueux et intransigeant en font aussi, comme son rival paysan, un tribun. De plus, son passé révolutionnaire, son affiliation à la sfio et ses liens avec les responsables syndicaux des ouvriers viticoles (en particulier Simon Castan, secrétaire du syndicat cgt de Narbonne et conseiller municipal de cette ville) pouvaient motiver de nombreux ouvriers, dont la participation aux meetings assura le succès du mouvement à partir du meeting de Narbonne le 5 mai 1907. La révolte de 1907, dont Albert et Ferroul ont été les inspirateurs principaux et les dirigeants effectifs lègue aux viticulteurs languedociens et catalans un double héritage qui ne sera pas perdu7 :

  • un corpus idéologique et politique : celui de l’unité des vignerons, unité transcendant tous les clivages sociaux et politiques, unité nécessaire pour obtenir de l’État les garanties indispensables à la survie du groupe : lutte contre les fraudes, supposée éliminer du marché du vin les flux parasites, limitation des pratiques œnologiques affectant le « vin naturel ». À ces exigences, inscrites dans les lois des 29 juin et 15 juillet 1907, d’abord boudées comme insuffisamment rigoureuses, ensuite revendiquées comme l’acquis intangible du mouvement vigneron, pourront ensuite s’amalgamer d’autres réclamations, tournant à la « défense viticole », et donc susceptibles de faire l’unanimité du groupe professionnel. De plus, et dès 1907, les porte-parole de « la viticulture du Midi » s’emploient à souligner la nécessaire solidarité des autres groupes sociaux (commerçants, artisans, employés…) présents aux côtés des viticulteurs, conférant ainsi une dimension régionale à leur combat ;
  • une structure souple et efficace : celle des comités de défense viticole, constitués sur une base communale, et ensuite fédérés par arrondissements et départements, le comité d’Argelliers exerçant, par le fait de son indiscutable antériorité, une primauté reconnue et affirmée, pendant toute la crise, par l’édition du journal le Tocsin et par la conduite des meetings et des défilés, tous emmenés par les 87 gueux qui avaient lancé le mouvement. Les comités, qui comportaient obligatoirement des représentants des « propriétaires », des ouvriers, et, dans les bourgs, du « négoce », présentent de ce fait une apparence corporative et ostensiblement apolitique. Mais l’exercice, fût-il temporaire, du pouvoir d’organiser la mobilisation, et la démission des municipalités à partir du 10 juin 1907, confère à ces organismes en marge de la légalité un pouvoir de fait d’autant plus inquiétant pour le gouvernement à partir du moment (discours de Ferroul à Perpignan le 15 juin) où la fédération de l’ensemble des comités, structurée sur une base départementale, est posée en unique interlocuteur des pouvoirs publics. Dès le 23 juin 1907, en dépit de l’emprisonnement de Ferroul et, bientôt, du discrédit d’Albert, le comité no 2 d’Argelliers esquisse, à travers la Confédération générale des vignerons, une institutionnalisation des comités de défense qui se réalise ensuite sous la présidence de Ferroul à partir du 22 septembre 19078. Fondés sur la prépondérance des propriétaires, les statuts de la cgv alimentent alors les objections des ouvriers qui demeurent majoritairement fidèles à la cgt. D’autre part, la nécessaire coopération entre les agents de la cgv et les services officiels de la répression des fraudes aboutit à une récupération « technique » de la Confédération, qui émousse peu à peu son mordant contestataire, particulièrement pendant la période prospère des années 1910-1914. La cgv n’en est pas moins demeurée le symbole de l’unité supérieure de la viticulture face à ses adversaires ou partenaires. La présence de Ferroul à sa tête jusqu’à sa mort en 19219 lui confère une allure militante, et chaque crise du marché provoque ensuite une réactivation du rôle contestataire originel de cette organisation.

un parlementaire viticole militant, édouard barthe

  • 10 J. Sagnes, « Viticulture et politique : Édouard Barthe, 1882-1949 », Hommage à Robert Laurent, Uni (...)

7Grâce aux études pénétrantes et nuancées publiées par Jean Sagnes10, je crois pouvoir me dispenser d’une analyse détaillée des actions de Barthe, qui ne pourrait que reprendre les écrits de mon collègue et ami. Il est tout de même nécessaire d’évoquer la figure un peu estompée par le temps de celui qui fut surnommé « le pape de la viticulture ». Observant comme un trait de clientélisme le fait, indéniablement significatif d’un prestige populaire, que l’on ait pu parler de « barthisme » comme de « ferroulisme », Sagnes relève : « Si Ferroul devait son influence à la puissance de son verbe et à sa fidélité à la cause viticole, celle de Barthe était due à son efficacité dans l’action. » Issu d’une famille modestes d’ouvriers agricoles devenus propriétaires, pharmacien, Barthe s’inscrit à la sfio où il demeure jusqu’en 1933 (il la quitte alors avec les néo-socialistes). Député de l’Hérault à partir de 1910, il se spécialise rapidement dans les questions viticoles, fondant son influence politique à la chambre sur trois leviers :

  • il est président de la commission des Boissons ;
  • il est questeur de la Chambre ;
  • il est président du groupe viticole de la Chambre, et à ce titre, en contact permanent avec les associations viticoles et en particulier la cgv.

8Dès 1922, Barthe réunit à Béziers les associations de producteurs d’alcool et réussit à répartir entre elles le marché des alcools de bouche et des alcools industriels. Il relaye ensuite sur le plan parlementaire l’opposition suscitée dans le Midi par l’extension effrénée du vignoble algérien, stigmatisé à la fois comme un vignoble d’entreprise (par opposition au vignoble paysan français et languedocien) et comme qualitativement dangereux puisque essentiellement pourvoyeur de vins de « coupage ». Le thème, cher aux militants de 1907, du « vin naturel » est, à ce moment-là, puissamment réactivé.

9Édouard Barthe fonde en 1930 la Ligue des petits et moyens viticulteurs dont il est président d’honneur et s’appuie sur cette organisation pour soutenir son action parlementaire.

  • 11 J. Sagnes, « Viticulture et politique dans la 1ère moitié du xxe siècle. Aux origines du statut de (...)
  • 12 Le Code du Vin, comportant les principaux textes législatifs et réglementaires relatifs au secteur (...)

10Barthe n’a jamais occupé le moindre poste ministériel, mais il a été l’artisan principal de toutes les mesures décidées entre 1930 et 1935, regroupées ensuite sous le nom de Statut viticole et restées en vigueur jusqu’à l’adoption en 1970 des premiers règlements européens, et au-delà pour nombre d’entre elles (cadastre viticole)11. Pour l’Album des vins de France, édité à l’occasion de la VIIe Fête nationale des vins de France organisée en juillet 1939 à Béziers, Barthe rédige quelques articles résumant son œuvre. Il résume en trois mots l’apport du Statut à la viticulture : « Assainissement, échelonnement, financement12. » Assainissement et échelonnement se réfèrent aux mesures tendant à limiter la production commercialisable (blocage des droits de plantation, cépages prohibés, taxes sur les forts rendements, organisation de la mise en marché, distillation obligatoire). Le financement évoque le développement des caisses de crédit agricole mutuel et des caves coopératives qui connurent en Languedoc au cours des années trente un très vif essor.

  • 13 Marius Cathala préside la cgvm dans les années 1920 et Élie Bernard demeure le secrétaire général (...)
  • 14 Le Jeune Paysan, no 2, juillet 1935, met en évidence Armand Audibert, ancien président du comité d (...)

11En la personne de Barthe, personnage unanimement respecté tant par les partenaires du secteur viti-vinicole que par les milieux parlementaires sans distinction politique, les vignerons du Midi ont disposé pendant vingt ans d’un représentant permanent auprès des pouvoirs dont il obtient et surveille en permanence l’intervention. La viticulture est devenue, sous son impulsion, mais sans qu’il décide lui-même quoi que ce soit (toutes ses réformes ont été votées par le Parlement ou décrétées par le gouvernement) un secteur véritablement cogéré par l’État et par les « professionnels ». Si les grands viticulteurs dominaient parmi eux, les « petits » n’ont jamais été négligés par Barthe, qui a constamment ménagé des exonérations et des abattements pour leur permettre d’échapper aux obligations assez contraignantes du Statut. Ainsi, ce pharmacien débonnaire, assez piètre orateur mais négociateur hors pair, s’est substitué pendant vingt ans à la dyade Albert-Ferroul, dont les compagnons, « ceux d’Argelliers », demeurent actifs jusque dans les années trente et cautionnent son action13. Sauf en 1935, où de grands meetings furent à nouveau organisés, souvent en présence des vétérans de 190714, il ne fut pas nécessaire de mobiliser les foules vigneronnes pour obtenir satisfaction : le souvenir de la grande Révolte et l’entregent de Barthe suffisaient. Votant les pleins pouvoirs à Pétain le 19 juillet 1940, Édouard Barthe figura un temps dans le Conseil national de Vichy. Mais son opposition au contrôle entier du secteur viti-vinicole par l’État provoquèrent le courroux de Laval qui le fit interner. Cela lui permit de refaire surface à la Libération et d’obtenir aisément, sous l’étiquette du rgr, un siège au Conseil de la République. Il avait pris ses fonctions de questeur au Luxembourg, recommençant à populariser les vins du Midi auprès de ses collègues sénateurs quand la mort le saisit en 1949.

manifestations, barrages et commandos, le retour des actions spectaculaires (1953-1982) : André, Emmanuel, Jeannot… et les autres

Une viticulture à nouveau menacée

  • 15 Nous mentionnons seulement la forte mobilisation de l’été 1953 (barrages routiers) qui devait entr (...)

12Les années 1950 à 198515 représentent pour la viticulture du Languedoc et du Roussillon une longue phase de transition où perdurent difficilement les protections obtenues de haute lutte au cours des décennies précédentes tandis que les conditions du marché sont bouleversées par trois événements majeurs :

13– L’indépendance de l’Algérie et l’amenuisement des apports de ce pays sur le marché français. Les accords d’Évian de 1962 ménagent un délai de 8 ans pendant lequel les vins algériens sont toujours admis en franchise et ce délai justifie le retard important de l’élaboration des règlements européens 816 et 817/70 qui organisent le marché viti-vinicole de la cee.

14– La construction de l’Europe communautaire suscite l’espoir de voir s’ouvrir d’importants marchés en Europe du Nord où la consommation du vin fait de constants progrès.

15Cet espoir fut illusoire, dans les premières années de l’application du Marché commun, mais en outre, la substitution de l’Italie à l’Algérie dans le rôle de pourvoyeur de vins de coupage à haut degré et à faible coût de production, fut bientôt compliquée par les demandes d’adhésion de l’Espagne et du Portugal, dont on pouvait redouter le potentiel vinicole. Ces demandes, formulées en 1977 et agréées en 1984, suscitent chez les viticulteurs du Midi inquiétude et hostilité. Quant à la « mondialisation », si elle profile à l’horizon de nouveaux marchés ou les revitalise (États-Unis, Japon et « dragons » asiatiques, ces derniers longtemps confinés dans la consommation des alcools), elle révèle aussi de redoutables concurrents potentiels, tels le Chili, l’Argentine, l’Afrique du Sud et l’Australie.

  • 16 Une analyse poussée de l’évolution de la consommation du vin en France figure dans le bilan édité (...)

16– Enfin et surtout, une mutation rapide, en France, des habitudes de consommation fait passer de 134 à 60 litres la consommation annuelle per capita de 1954 à 1990. Cette mutation quantitative s’accompagne d’une profonde mutation qualitative, la consommation des vins de qualité triplant dans le même temps, pour représenter la moitié de la consommation totale de vin16.

  • 17 Notion forgée par l’écrivain et linguiste occitan Robert Lafont, La Révolution régionaliste, Galli (...)
  • 18 Le mouvement occitaniste a fait l’objet d’une enquête approfondie, relevant de l’intervention soci (...)

17Ces trois éléments dessinent une équation sociale et politique à première vue insoluble : condamnée à terme, la viticulture de masse n’a de salut que dans une reconversion au financement problématique. Les pouvoirs politiques voient s’ajouter aux imputations traditionnelles (insuffisante protection de la qualité et de la loyauté des transactions, imparfaite gestion des crises) l’imputation majeure de l’abandon de souveraineté au bénéfice de la « technocratie de Bruxelles ». L’affaiblissement de la souveraineté nationale pourrait être interprété comme le prélude à l’ouverture de nouveaux espaces pour l’affirmation des identités régionales ? Il n’en est rien, et « la liquidation de la viticulture méridionale » est au contraire vécue comme un élément du « colonialisme intérieur17 », voire de l’« aliénation occitane », allant jusqu’au « génocide culturel », tant de fois dénoncé, surtout à partir de 196818.

  • 19 Cf. R. Pech, « La guerre du vin (1971-1985). Histoire d’une mutation », p. 23-37 dans Italie Année (...)

18Ces éléments sont instrumentalisés dans le contexte politique de l’affaiblissement progressif du gaullisme et de la difficile réalisation de l’Union de la gauche, ainsi que par la mouvance gauchiste et occitaniste, alliée potentielle et pourtant concurrente de celle-ci. Mais si les affrontements les plus durs, soldés par les deux morts symétriques de la « bataille de Montredon19 » marquent les premières années de la présidence de Valéry Giscard d’Estaing, le premier septennat de François Mitterrand n’est pas exempt de convulsions comme le mazoutage du pinardier Ampélos dans le port de Sète en août 1981, orchestré par Jean Huillet, ou la reprise des actions de commandos en 1984.

  • 20 Le reportage de Jean-Pierre Juge, Les Guerriers du vin, une saga occitane, Loubatières, 1999, four (...)
  • 21 De nombreux autres militants mériteraient évidemment d’être cités et étudiés. Je me permets de men (...)
  • 22 On trouvera une analyse attentive du syndicalisme viticole dans les travaux de Jean Philippe Marti (...)

19Peut-on à travers ce contexte dramatique esquisser le portrait du « militant viticole de la transition20 » ? Quelque peu arbitrairement, je retiens comme particulièrement représentatifs, par leur temps de présence à la tête du mouvement autant que par l’éclat de leurs actions respectives ou communes, cinq leaders des Comités d’action viticole : les Audois André Castéra, André Cases, Jean Vialade et les Héraultais Emmanuel Maffre-Baugé et Jean Huillet21. Je souhaite que la connaissance directe, et pour certains la fidèle amitié qui nous lie depuis longtemps, n’altèrent en rien les appréciations d’ordre historique que je m’autorise à porter sur leur action22.

Panache et limites du militantisme traditionnel

  • 23 Titre de l’hebdomadaire France-Dimanche, 3 décembre 1967.

20André Castéra est né à Montredon en 1925. Son destin rappelle d’une manière frappante celui de Marcellin Albert. Petit propriétaire exploitant lui-même ses sept hectares de Corbières, il se lance dans l’action au début des années soixante, participant à la création du Comité d’action viticole, lancé à Narbonne le 27 juin 1961 dans l’orbite de la vénérable cgvm. Ce comité organise des barrages routiers afin de sensibiliser les « estivants » et l’opinion publique à la situation difficile des viticulteurs en proie à la mévente de leurs vins. L’agitation continue par intermittence au cours des années suivantes où le marché reste déprimé, mais c’est au printemps, puis à l’automne 1967 que de fortes manifestations consacrent comme orateur de masse « l’homme de Montredon » ou « Castéra le terrible23 ». Obtenant une adhésion affective basée sur l’identification, Castéra représente une forte résurgence de l’idéologie de 1907. L’exigence véhémente de mesures protectrices, l’apolitisme proclamé, la mobilisation des vignerons autour de mots d’ordre simples, et jusqu’à son allure physique, tout en Castéra rappelle « le Cigal » d’Argelliers… Il trouve une oreille attentive chez le ministre de l’Agriculture Edgar Faure qui se rappelle opportunément de ses origines audoises et du passage de son grand-père instituteur à Montredon. Les mesures prises relèvent alors du soutien classique des marchés, assorti par E. Faure, quant aux importations constamment dénoncées par les viticulteurs, de la notion de complémentarité quantitative, qui se révélera vite incompatible avec la mise en œuvre du Marché commun. En effet, dès 1970, l’Italie jette sur le marché français des millions d’hectolitres dont la compétitivité est dopée par la dépréciation constante de la lire. La relation privilégiée entre Edgar Faure et André Castéra scelle le destin de celui-ci, candidat udr aux élections de 1968 remportées par le député socialiste sortant Francis Vals… grâce au vote des villages viticoles, Montredon y compris. De même que l’entrevue directe avec Clemenceau avait discrédité Marcellin Albert, sa mésalliance politique avec un pouvoir qu’il avait tant défié prive aussitôt Castéra du leadership que les grandes mobilisations de 1967 lui avaient conféré sans qu’il exerce jamais une fonction officielle dans les organismes représentatifs de la viticulture.

21L’épisode Castéra démontre bien l’impuissance du syndicalisme viticole traditionnel, qui, du fait de l’installation de la Ve République, était il est vrai privé de relais parlementaires efficaces auprès des instances gouvernementales. Mais il marque aussi les limites d’un militantisme trop exclusivement fondé sur la défense du vin en général et la crispation sur les protections d’une viticulture méridionale désormais confrontée à une mutation inéluctable.

Affrontements et mutations : les années 1970 et 1980

  • 24 Jean-Baptiste Bénet, né et décédé à Narbonne, 1923-1997.
  • 25 Témoignages du regretté J-B. Bénet, d’André Cases et de Jean Vialade.
  • 26 Danger défini par Jean Huillet comme le « complexe Marcellin Albert ».

22Les années soixante-dix se caractérisent par une répartition des tâches entre comités d’action et représentants officiels de la viticulture, parmi lesquels on peut citer l’avocat narbonnais Jean-Baptiste Bénet, qui préside la cgv de 1960 à 198124 Une illustration de ce partage des rôles est donnée par le lieu habituel des réunions de responsables viticoles en terre d’Aude. Il s’agit d’un restaurant de Capendu, où les militants des comités d’action se regroupaient dans la salle du rez-de-chaussée, tandis que les élus syndicaux et professionnels de la cgv, des coopératives et de la Chambre d’agriculture siégeaient à l’étage, de fréquentes navettes permettant de mettre au point la stratégie qui allait se déployer sur le terrain, avec des actions spectaculaires, pour appuyer les négociations conduites à Paris et à Bruxelles par les représentants officiels25. Ainsi l’autonomie formelle de chaque groupement était préservée, et les dangers de démarches individuelles26 complètement évités.

  • 27 André Cases, né à Leuc (Aude) en 1936 ; Jean Vialade, né à Montlaur (Aude) en 1926 ; Emmanuel Maff (...)
  • 28 L’engagement occitaniste est particulièrement marqué chez Jean Vialade et Jean Huillet, ce dernier (...)
  • 29 Période résumée sur le mode lyrique par E. Maffre-Baugé, Vendanges amères, Ramsay 1976, p. 226 : « (...)
  • 30 L’itinéraire de Marti, intime de Vialade et de Cases, est retracé dans C. Marti, Homme d’oc, Stock (...)
  • 31 Événement relaté par E. Maffre-Baugé, Vendanges amères, op. cit., p. 227-241. La référence catholi (...)
  • 32 Cf. note 1.
  • 33 F. Napo, 1907, La Révolte des vignerons, Privat, 1971 et rééd. 1981, 279 p., est essentiellement f (...)
  • 34 L’ouvrage édité par les comités d’action viticoles, La Révolte du Midi, Gallimard, La France sauva (...)

23D’autre part, et sous l’impulsion d’André Cases et Jean Vialade dans l’Aude, et d’Emmanuel Maffre-Baugé, puis Jean Huillet27 dans l’Hérault, était entrepris dès 1972 un rapprochement des comités d’action viticoles avec les autres « forces vives » de la région : syndicats enseignants et ouvriers, associations occitanistes, commerçants (cidunati). Cimenté par le slogan (qui devait devenir à partir de 1974 le sigle d’un mouvement politico-culturel, vvap) Volèm viure al pais28, ce rapprochement aboutit en 1975 et 1976 à des manifestations rassemblant plusieurs dizaines de milliers de Languedociens29. Si Cases est un homme discret, dont l’apparence presque timide masque une volonté farouche et une grande aptitude à la négociation, Vialade, Maffre-Baugé et Huillet sont des tribuns particulièrement doués, à même de prêcher la mobilisation générales sur les tribunes des meetings mais capables aussi de haranguer leurs troupes au feu de l’action. Ils revendiquent sans complexe leur qualité de paysan, mais ce sont aussi des intellectuels, qui ont parfaitement assimilé l’histoire régionale, et nourrissent leur engagement d’un sentiment d’identité occitane alors fortifié par l’épanouissement de la chanson militante d’un Claude Marti30. Les références à la Révolte de 1907 sont toujours présentes : l’occupation de la cathédrale de Montpellier le 17 mars 1975 qui marque la forte référence chrétienne du leader du moment, Maffre-Baugé31, les rappels incessants aux « grands ancêtres32 », et même la parution et le succès de deux ouvrages historiques sur les « événements33 ». Mais au-delà des symboles qui fortifient une identité collective menacée, fleurissent des analyses économiques précises, fondées sur des statistiques et des observations collant à la réalité du moment34.

  • 35 C’est ainsi qu’André Cases, alors âgé de 28 ans, organise à Verzeille (près de Limoux) le 21 novem (...)
  • 36 Filiation pérennisée depuis une quinzaine d’années dans le slogan, touristique désormais, Aude, Pa (...)
  • 37 Texte reproduit dans A. Alcouffe, R. Lafont et R Lagarde, Pour l’Occitanie, Privat, 1979, p. 204.
  • 38 Jeunesse agricole chrétienne et Centre national des jeunes agriculteurs.
  • 39 Voir G. Garrier et R. Pech, Genèse de la qualité des vins en France et en Italie, Bourgogne-Public (...)

24Cases, Vialade, Maffre-Baugé et Huillet sont comme Castéra des viticulteurs-exploitants, amoureux de leur terre et œuvrant pour la production de qualité. Petit propriétaire, Vialade préside la cave coopérative de son village, Ribaute. Mais il est surtout le régisseur du domaine de Pech-Lat, et à ce titre, comme ses deux camarades, il gère plusieurs dizaines d’hectares. Il mit au point des vins blancs secs d’un nouveau type à partir du cépage macabeu, habituellement traité en vins doux et fut l’un des tout premiers à procéder à l’embouteillage des vins qu’il élaborait dans son chai. Enfin, il innova encore en matière de commercialisation en allant lui-même, au prix de périples harassants, vendre ses vins sur les places et les marchés de Bretagne, d’Allemagne et de Belgique. Vialade et ses pairs ne sont en aucun cas des viticulteurs en déclin ou des marginaux, mais des entrepreneurs modernes qui connaissent les contraintes de la rentabilité et sont soucieux de l’accès au marché. L’exaspération qu’ils ressentent devant la crise permanente qui frappent leurs exploitations est à la mesure des efforts consentis pour adapter celles-ci aux nouvelles conditions de la compétition économique. Ils dénoncent en particulier les flux parasites, provenant de trafics ou de manipulations (vins italiens produits à partir de raisins de table et colorés ensuite). Le thème récurrent de la fraude est ainsi ravivé et porté à l’échelle internationale. Il motive des interventions directes, comme l’interception de convois de vins algériens ou italiens, le contrôle des cargaisons et, très souvent, leur destruction35. Le dialogue est difficile avec des pouvoirs publics qui affichent officiellement leur désaveu des trafics dénoncés par les viticulteurs sans prendre de mesures suffisamment énergiques pour les stopper. La fusillade de Montredon, le 4 mars 1976, marque le paroxysme de l’incompréhension entre les deux parties. Elle a toutefois pour conséquence de contraindre la Communauté européenne d’organiser un renforcement des mesures d’assainissement du marché (stockage et distillations préventives) et bientôt un engagement résolu dans la politique de qualité (arrachages subventionnés, financement de la reconversion en vignoble de qualité). Nous l’avons dit, la « guerre du vin », des années soixante à 1985, a, surtout à partir de 1968, épousé les couleurs de l’occitanisme militant, particulièrement fort dans l’Aude où les leaders se réclamaient à nouveau, comme Ferroul et Albert, de la geste cathare36. Même le parti communiste adopte un occitanisme bon teint en récupérant le manifeste Mon païs escorjat (mon pays écorché) rédigé par J. P. Chabrol, R. Lafont et E. Maffre-Baugé en 197837, dans un sens hostile à l’élargissement du Marché commun. Ancien militant de la jac et du cnja38, Maffre-Baugé est, dans la foulée, candidat et élu sur la liste communiste aux élections au Parlement européen de 1979. Tandis que s’interrompt son leadership sur l’Hérault viticole (Huillet prenant le relais), il ne lui est confié aucune responsabilité politique importante. André Cases, de son côté, préside avec brio la Chambre d’agriculture de l’Aude de 1989 à 1998, tandis que Jean Huillet devient président de la Fédération des caves coopératives de l’Hérault à partir de 1993. Seul parmi nos quatre leaders, Jean Vialade ne brigue aucune fonction de premier plan. Il joue désormais le rôle du sage, de celui qui détient à la fois la mémoire des luttes et l’exemple de l’effort modernisateur. Atténuant forcément leur verve revendicative dans les situations officielles qu’ils occupent alors, les grands leaders des années intenses n’hésitent plus à se placer délibérément dans une dynamique de conquête des marchés européens39. Dans cette nouvelle étape de leur parcours, ils n’ont pas le sentiment de trahir leurs engagements antérieurs, qui garantissent au contraire, aux yeux des viticulteurs qu’ils représentent, leur indépendance et leur capacité de résistance aux pressions des pouvoirs quels qu’ils soient.

25Voici donc des destins apparemment contrastés mais tous nourris, de bout en bout, de la passion de la vigne et du dévouement aux collectivités dont ils ont été l’emblème.

26Ainsi se marque l’unité profonde et la vitalité d’un Languedoc où les luttes du xxe siècle auront peut-être fondé la prospérité du xxie.

Notes

1 Cf. par exemple Charles Tilly, La France en révolte, Fayard, 1986, 622 p.

2 Deux ouvrages de synthèse permettent de replacer les luttes viticoles dans leur contexte économique : J. Sagnes (dir.), La Viticulture française aux xixe et xxe siècles, colloque de Béziers, 1992, Presses du Languedoc/Ville de Béziers 1993, 142 p. ; G. Gavignaud-Fontaine, Le Languedoc viticole, la Méditerranée et l’Europe au siècle dernier (xxe siècle), Université Paul-Valéry, Montpellier, 2000, 568 p.

3 Texte distribué avec une simple réimpression lors d’une manifestation viticole en mars 1976 à Carcassonne (souvenir personnel).

4 A. Castéran, Mémoires de Marcelin Albert, Librairie Universelle, Paris, 1911, 214 p.

5 Archives départementales de l’Aude, 2 M 158.

6 Dans sa brochure M. Ferroul et ses responsabilités, datée du 15 avril 1910 et destinée aux électeurs de la 2e circonscription de Narbonne (Archives municipales de Narbonne, L 631), Albert Sarraut caractérise ainsi Ferroul au début du mouvement de 1907 : « Un homme que l’on considère à ce moment comme un chef fidèle et loyal du parti républicain » (p. 14). Il s’agit évidemment de mettre en évidence les déviations ultérieures de Ferroul.

7 La meilleure analyse de « l’idéologie de 1907 » a été produite par Laurence Mac Falls dans sa PhD inédite In Vino Veritas : Professional Ideology and Politics in Viticultural Languedoc, 1907-1987,1990, Harvard University, 393 p. Résumé dans Bulletin du Centre d’histoire contemporaine du Languedoc-Méditerranéen-Roussillon, no 47, déc. 1990, p. 21-32.

8 Le Tocsin, no 10, 23 juin 1907. Déclaration du Nouveau Comité d’Argelliers : « Le Comité va s’attacher […] à constiuer sur des bases solides, légales et durables, la Confédération Générale des Vignerons du Midi (typographie reproduite du Tocsin) ».

9 La cgvm sera ensuite présidée par d’importants propriétaires-exploitants, dont Marius Cathala, ancien membre du comité d’Argelliers et donc militant lui aussi.

10 J. Sagnes, « Viticulture et politique : Édouard Barthe, 1882-1949 », Hommage à Robert Laurent, Université Paul Valéry, Montpellier, 1987, p. 217-246.

11 J. Sagnes, « Viticulture et politique dans la 1ère moitié du xxe siècle. Aux origines du statut de la viticulture », La viticulture française aux xixe et xxe siècles, op. cit., p. 49-82. L’article comporte de larges extraits de la législation viticole.

12 Le Code du Vin, comportant les principaux textes législatifs et réglementaires relatifs au secteur viti-vinicole a été publié au Journal Officiel du 24 décembre 1936. Il fit l’objet ensuite de maintes éditions et mises à jour. Album des Vins de France, Montpellier 1939, non paginé (500 p. environ).

13 Marius Cathala préside la cgvm dans les années 1920 et Élie Bernard demeure le secrétaire général de cet organisme jusqu’à sa mort en 1937. Notices biographiques in Cazals et Fabre, Les Audois, Carcassonne, 1990.

14 Le Jeune Paysan, no 2, juillet 1935, met en évidence Armand Audibert, ancien président du comité de Défense viticole de Béziers. Les meetings sont alors organisés par des militants dorgéristes, manifestement sans l’aval de Barthe, mais ils entrent évidemment dans le contexte des décrets-lois du 30 juillet 1935 qui complètent le Statut viticole et instituent l’inao (Institut national des appellations contrôlées).

15 Nous mentionnons seulement la forte mobilisation de l’été 1953 (barrages routiers) qui devait entraîner la fondation de l’Institut des vins de consommation courante et le renforcement du cadastre viticole.

16 Une analyse poussée de l’évolution de la consommation du vin en France figure dans le bilan édité par l’inra, L’Économie viticole française, inra, 1987, p. 73-83. Les chiffres les plus récents sont régulièrement publiés par Jean Dubos dans le Cahier de conjoncture, Institut européen de conjoncture viti-vinicole, Castanet-Tolosan.

17 Notion forgée par l’écrivain et linguiste occitan Robert Lafont, La Révolution régionaliste, Gallimard, 1967, 250 p. et Sur la France, Gallimard, janvier 1968, 261 p.

18 Le mouvement occitaniste a fait l’objet d’une enquête approfondie, relevant de l’intervention sociologique, par A. Touraine et F. Dubet, Le Pays contre l’État, Luttes occitanes, Le Seuil, 1981, 319 p.

19 Cf. R. Pech, « La guerre du vin (1971-1985). Histoire d’une mutation », p. 23-37 dans Italie Années 90. Les rapports France-Italie, Bulletin du Centre de Recherches Italiennes de Paris X-Nanterre, no 4, 1994, et la notice sur Émile Pouytès dans Cazals et Fabre, Les Audois, op. cit., p. 271. Le récit du journaliste B. Revel, Montredon, les vendanges du désespoir, Loubatières, 1996, 328 p., retrace l’épopée des comités d’Action viticole, déjà évoqués par le roman de J-P. Chabrol et C. Marti, Caminarèm, Laffont, 1977, 325 p.

20 Le reportage de Jean-Pierre Juge, Les Guerriers du vin, une saga occitane, Loubatières, 1999, fournit, non sans erreurs, beaucoup de détails biographiques.

21 De nombreux autres militants mériteraient évidemment d’être cités et étudiés. Je me permets de mentionner seulement quelques militants des comités d’action parmi les plus actifs, avec une chaleureuse pensée pour les disparus que j’ai pu connaître : Achille Gauch, Marcel Salvagnac, Louis Tessier, Marcel Francès et Yves Cassignac, Georges Fabre, Michel Romain, (porte-parole du Comité régional d’action viticole, le crav, en 1975-76), auxquels on pourrait ajouter les responsables coopératifs ou professionnels : Jean-Baptiste Bénet, Yves Barsalou (aux origines du dynamique groupement de producteurs Val d’Orbieu, aujourd’hui président du Crédit Agricole), Roger Guitard (créateur de la puissante union de coopératives audoises uccoar), Jacques Mestre, Sylvain Guizard, Georges Hérail, Louis Picard, Émilien Soulié, Antoine Verdale (ces trois derniers décédés). Il ne faut pas négliger le rôle discret mais fondamental des secrétaires généraux de la cgvm, Jacques Vayssière, Daniel Combes et Claude Cals, qui ont assuré pendant toute la période les relations entre les différents comités d’action viticoles et leurs militants.

22 On trouvera une analyse attentive du syndicalisme viticole dans les travaux de Jean Philippe Martin, Les Syndicats de viticulteurs en Languedoc (Aude et Hérault) de 1945 à la fin des années 1980, thèse 1994, Montpellier III, 417 p. « Viticulture en Languedoc : une tradition syndicale en mouvement », Pôle Sud, no 9, nov. 1998, p. 71-87. « La recomposition du syndicalisme viticole en Languedoc depuis 1976 », Cahiers d’économie méridionale, 1996, no 21, p. 65-86. « Le syndicalisme viticole en Languedoc sous la Ve République », Économie rurale, janvier-février 1999, no 237, p. 44-48.

23 Titre de l’hebdomadaire France-Dimanche, 3 décembre 1967.

24 Jean-Baptiste Bénet, né et décédé à Narbonne, 1923-1997.

25 Témoignages du regretté J-B. Bénet, d’André Cases et de Jean Vialade.

26 Danger défini par Jean Huillet comme le « complexe Marcellin Albert ».

27 André Cases, né à Leuc (Aude) en 1936 ; Jean Vialade, né à Montlaur (Aude) en 1926 ; Emmanuel Maffre-Baugé, né à Bélarga (Hérault) en 1923 ; Jean Huillet, né à Valros (Hérault) en 1942.

28 L’engagement occitaniste est particulièrement marqué chez Jean Vialade et Jean Huillet, ce dernier fondateur du mivoc (Mouvement d’intervention viticole et occitan).

29 Période résumée sur le mode lyrique par E. Maffre-Baugé, Vendanges amères, Ramsay 1976, p. 226 : « … Le cœur trop amer, la tête enflammée par ce génocide social et économique, le monde vigneron allait drainer le peuple occitan en 75 et 76. Comme le flot impétueux de nos fleuves nés au cœur de nos hautes terres de Lozère, venu de ces montagnes farouches, berceau profond des résistances aux diverses oppressions, notre paysannerie se met à rouler entre les gorges profondes de l’exaspération, sur les galets de sa révolte. »

30 L’itinéraire de Marti, intime de Vialade et de Cases, est retracé dans C. Marti, Homme d’oc, Stock, 1975,265 p., mais Claude Marti a évidemment mis beaucoup de lui-même dans Caminarèm, op. cit. Et le contenu de ses chansons, la plupart éditées chez Ventadorn, Béziers, à partir de 1968, est directement lié aux luttes occitanes et viticoles.

31 Événement relaté par E. Maffre-Baugé, Vendanges amères, op. cit., p. 227-241. La référence catholique est revendiquée par Maffre, élevé dans une famille pratiquante et ancien de l’école de Sorèze, ibid., p. 70 : « Le Christ n’a pas fait le ciel et la terre, et les océans, pour qu’ils servent à l’enrichissement de quelques-uns au détriment du plus grand nombre. Le Christ a fustigé les vendeurs du temple, les mauvais prêtres. » Beaucoup plus discrète, mais réelle chez Cases, Vialade et sans doute Castéra, leaders de l’Aude laïque et absente chez Huillet, cette référence est sans nul doute moins prégnante que la référence occitaniste dans les années 1960-1980.

32 Cf. note 1.

33 F. Napo, 1907, La Révolte des vignerons, Privat, 1971 et rééd. 1981, 279 p., est essentiellement fondé sur les dépouillements de presse et les interviews des derniers vétérans. G. Bechtel, 1907, la grande révolte du Midi, Laffont, 1976, 365 p. est fondé sur un dépouillement important des archives nationales et départementales. On pourra compléter ces deux ouvrages par J. Sagnes, M. et R. Pech, 1907 en Languedoc et en Roussillon, Espace-Sud, 1997, 283 p., qui présente une bibliographie à jour, une analyse historiographique, et une iconographie commentée.

34 L’ouvrage édité par les comités d’action viticoles, La Révolte du Midi, Gallimard, La France sauvage, 1976, 281 p., avec notamment les articles rédigés par Jacques Tallavignes, « Fraudes, trafics et mensonges », p. 81-155.

35 C’est ainsi qu’André Cases, alors âgé de 28 ans, organise à Verzeille (près de Limoux) le 21 novembre 1963 l’interception d’un train contenant 1 000 hl de vin algérien. Cf. chronologie des actions dans B. Revel, Montredon, op. cit., 329 p.

36 Filiation pérennisée depuis une quinzaine d’années dans le slogan, touristique désormais, Aude, Pays cathare.

37 Texte reproduit dans A. Alcouffe, R. Lafont et R Lagarde, Pour l’Occitanie, Privat, 1979, p. 204.

38 Jeunesse agricole chrétienne et Centre national des jeunes agriculteurs.

39 Voir G. Garrier et R. Pech, Genèse de la qualité des vins en France et en Italie, Bourgogne-Publications, 1994, 141 p., et R. Pech, « Les entreprises viticoles et l’intégration européenne », dans J.-L. Mayaud, Clio dans les vignes, Mélanges offerts à Gilbert Garrier, 558 p., Presses universitaires de Lyon, nov. 1998, p. 251-267.

© Presses universitaires du Midi, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540