Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Militantisme et histoire

 | 
Marie-Danielle Demélas

Troisième partie. Les artisans de l'histoire

Culture de métier et symboliques ouvrières

Les mineurs et la fête de sainte barbe

Noëlle Gérôme

Texte intégral

Fêtes patronales, fêtes corporatives, culture populaire

  • 1 N. Gérôme, « Das Sankt-Eligius-Fest in den Schmieden der Renault-Betriebe von Billancourt. Industr (...)
  • 2 Groupe de Recherches Historiques de la centrale de Cheviré, Une centrale et ses hommes. Histoire d (...)

1Au cours des années quatre-vingt, j’ai rencontré les célébrations de la Saint-Éloi dans les ateliers de forge de l’usine Renault de Billancourt1, et celles de sainte Barbe dans les centrales nucléaires d’edf. À la même époque, le Groupe d’histoire de la centrale de Cheviré animé par Alain Croix décrivait les rituels et la fonction sociale de la fête de saint Éloi dans une autre centrale, thermique celle-ci, d’edf2.

2La surprise alors était grande de découvrir ces événements discrets qui ne trouvaient d’écho, à l’époque, ni dans la presse locale, ni dans les publications syndicales, ni dans la presse d’entreprise. Dans des conjonctures sociales inattendues et dans des sites emblématiques de la vitalité syndicale de la cgt, il était étonnant de constater la présence ininterrompue de fêtes corporatistes, cette dernière qualification portant toujours les connotations péjoratives qui l’ont marquée, de l’Ancien Régime au gouvernement de Vichy.

3Pourtant, nos observations et les entretiens rapportés par le Groupe d’histoire de la centrale de Cheviré relèvent la variété des positions des instances syndicales à l’égard de ces célébrations – de la volonté d’être à l’initiative aux usines Renault de Billancourt, à différents degrés de distanciation à edf –, ces attitudes tranchant avec l’adhésion de la majorité du personnel dans les ateliers et les services.

4Il existerait donc dans les branches professionnelles concernées, une culture de métier, transcatégorielle, présente dans les savoirs techniques comme dans l’organisation symbolique du temps et des relations sociales. Le jour de la fête du patron de la corporation, où les hiérarchies sont apparemment abolies, où les règlements sont transgressés d’un commun accord le temps de la fête, atteste la valeur de la présence et de la parole de chacun, et ce jour-là manifeste aussi l’existence d’un espace commun de rencontre et d’échanges dont témoigne l’organisation de banquets à l’intérieur des ateliers.

5Laïques, car se déroulant hors de toute manifestation religieuse à l’exception de la seule mention du saint patron comme référence calendaire et sociale de la fête, en l’absence de toute effigie, égalitaires pour un jour, sans allocation de prime et sans autre libéralité de la part des directions des entreprises que la tolérance de l’arrêt de la production à l’heure du déjeuner et l’autorisation de tenir banquet dans les ateliers, les fêtes des années quatre-vingt appartiennent aussi à ce que les ethnologues appellent « les fêtes de transfert de souveraineté ». Elles mettent à l’épreuve et illustrent l’excellence et la cohésion du groupe professionnel dont elles entretiennent la mémoire et l’image sociale.

6Le constat ne pouvait s’arrêter là. La comparaison avec les fêtes patronales d’autres métiers s’imposait, comme s’imposait aussi la recherche des références historiques de ces fêtes, de leur filiation, des variations et des transformations du déroulement des cérémonies, de leur fonction sociale, de la chronologie de leur extension et de leur décadence, enfin l’analyse des significations sous-jacentes, des transferts de sens d’un support symbolique à un autre, des agrégations et des glissements symboliques toujours à l’œuvre dans la construction de la culture populaire.

7C’est à ce moment de mes travaux que la rencontre de Rolande Trempé au Comité de rédaction du Mouvement social, par l’importance que celle-ci accordait dans ses recherches d’histoire aux formes de la sociabilité des mineurs, m’a incitée et en quelque sorte autorisée, à comparer mes observations au phénomène massif de la célébration de la Sainte-Barbe dans les houillères.

8Il ne s’agit pas ici de répéter ou de compiler les nombreuses études consacrées à la célébration de la Sainte-Barbe dans les mines. Autour de l’histoire et des métamorphoses du rituel, des transformations de la fonction sociale de ce moment fort de la culture du monde de la mine, nous voudrions plutôt tenter de discerner les voies selon lesquelles se construit, se transforme et se défait cette œuvre symbolique qui coexiste toujours avec le travail productif ou avec le souvenir de celui-ci. Invention, transmission, ré-interprétations, il existe là des ensembles de représentations, de valeurs, de connaissances, qui constituent la culture du métier.

  • 3 Comte de Lapparent, Sainte Barbe, Paris, Henri Laurens Éditeur, 1926 ; P. Sébillot, Les Travaux pu (...)
  • 4 M. Angel, « Histoire de la dévotion populaire pour sainte Barbe », dans Mines et carrières, indust (...)

9Des travaux récents renouvellent les apports fondateurs publiés à la fin du xixe siècle par le comte de Lapparent et par Paul Sébillot3. Citons pour les plus importants d’entre eux le rapport de recherche rédigé pour la Mission du Patrimoine Ethnologique par David Charasse et Jean-Luc Deshayes, Crise des rites et rites de la crise, l’autre rapport rédigé pour la drac Lorraine par Madame Chip Buchheit sur Le Culte de la Sainte-Barbe dans la bassin houiller Sarro-Lorrain, le volume no 3 de la collection « les Mémoires de Gaillette » du Centre historique minier de Lewarde consacré en 1997 par Françoise Baligand et Catherine Carpentier-Bogaert à Sainte Barbe. Légende et tradition ; enfin, paru en 1998, le volume de l’Institut d’histoire sociale Minière de la cgt qui rassemble un collectif d’auteurs sous la direction de Rolande Trempé sous le titre Fête, tradition et lutte des mineurs : la Sainte-Barbe. Nous renverrons encore plus généralement au pénétrant article de Nicole Belmont, « Mythologie des métiers. À propos de “Légendes et curiosités des métiers” de Paul Sébillot », dans Ethnologie Française, XIV, 1984,1, et au numéro spécial de la même revue, XIV, 1984, 2, traitant de « la Production symbolique ouvrière ». Il convient de mentionner l’étude en cours de Marie-Christine Bailly-Maître sur la dévotion professionnelle des mineurs. Enfin, il faut ici dédier une pensée à Michel Angel, disparu la veille même de sa communication sur « Sainte Barbe, sainte populaire, patronne des mineurs », au colloque Les mines en Europe du Moyen Âge au xxe siècle, le 29 janvier 2000, communication issue d’une première publication en 19964.

La Sainte-Barbe des mineurs, entre transfert de souveraineté et intégration d’entreprise

10Les descriptions des fêtes de la Sainte-Barbe dans les mines à la fin du xixe siècle rapportées par Paul Sébillot pour la Bretagne et le centre de la France rendent compte d’un cérémoniel semblable à celui des fêtes patronales des confréries de métier sous l’Ancien Régime : cadeau symbolique des compagnons au maître (généralement un bouquet de fleurs), cadeau en retour de celui-ci (journée chômée, gratification, levée du contrôle sur les lieux de travail), procession dans la ville selon l’ordre hiérarchique, présentation de pains ou de gâteaux à bénir avant leur partage, messe, puis banquet et réjouissances.

  • 5 L. Mazars, « La Sainte-Barbe en Aveyron », dans Fête, traditions et luttes des mineurs. La Sainte- (...)

11Lucien Mazars cite encore, au début de ce siècle, l’aubade des mineurs de l’Aveyron à leur directeur avant la grand-messe5. Une carte postale diffusée par le musée de la Mine de Ronchamp transmise par Rolande Trempé, reproduit un dessin aquarellé de 1973 sous une signature illisible, qui caricature vigoureusement un défilé de la Sainte-Barbe de l’époque à la manière dont les humoristes du xixe siècle ont dessiné des défilés parodiques pour représenter un état de la société (nous pensons au retour triomphal de la Famille Fenouillard à Saint-Rémy-sur-Deule sous « le talentueux crayon de Christophe »).

12On peut deviner là les multiples connotations des images grotesques : les « gardiens », « la musique des houillères… bannière en tête », les « porteurs de pain béni » (deux mineurs casqués en habit de travail), la « statue de sainte Barbe » portée sur les épaules de quatre autres mineurs casqués, les « trieuses porte-cordon » de l’étendard de sainte Barbe à rayures verticales vertes et rouges, et les trieuses « porte-cierges », les « drapeaux » – un par puits – tricolores, blasonnés du pic et de la pointerolle, auxquels s’ajoute un drapeau au sigle de la République française, et « ces messieurs de la rga, les administrateurs, le directeur, les ingénieurs, le médecin, les chefs de service, le personnel des employés », nantis des insignes de leurs fonctions : décorations, règle à calcul, trousse de secours d’urgence, « dossier secret » – les personnages correspondent tous à des portraits-charge ; et enfin « toute la population » dont la foule se perd dans la perspective du dessin. Le cortège est représenté devant l’église, dans la rue principale. Au loin, le paysage est marqué, à droite, de deux chevalements de mine et, à gauche, on distingue N.-D. de Ronchamp, la chapelle construite par Le Corbusier en 1953.

13Nous nous sommes attardés sur cette longue description parce que l’œuvre, sur le mode de la dérision, témoigne de la permanence de la rhétorique des fêtes corporatistes, démonstrations publiques de l’ordre social dans lequel s’insèrent les groupes de métiers, spectacle des hiérarchies qui gouvernent ceux-ci.

  • 6 P. Brebion, « La Sainte-Barbe en Maine-et-Loire et dans l’uranium de Vendée », dans Fête, traditio (...)
  • 7 J. Tiwy, « Sainte-Barbe dans la Loire. À la Roche-Molière », dans Fête, traditions et luttes des m (...)
  • 8 Maître de la sainte Barbe, musée royal des Beaux-Arts de Bruxelles.
  • 9 Y. Verdier, Façons de dire, façons de faire, Paris, Gallimard, 1979.
  • 10 D. Bienmiller, « Dole et les dévotions populaires au lendemain du Concile de Trente », dans La Nou (...)
  • 11 P. Sébillot, op cit., p. 507.

14Le conformisme de l’ordonnancement de cette fête atteste pourtant des évolutions techniques et sociales des houillères. Le drapeau de la République française apparaît aux côtés de la bannière de sainte Barbe et des drapeaux des différentes fosses qui, eux-mêmes, ont adoptés les trois couleurs. Les femmes « trieuses » apparaissent aussi parmi les métiers de la mine. À elles sont confiés les cordons de la bannière de la Sainte Barbe et le port des cierges qui, renouvelés d’une année à l’autre, assurent dans l’église la permanence du culte de la sainte et dont les restes de l’année précédente possèdent des vertus préservatrices. Paul Brébion, à propos de la Saint-Lezin, patron des ardoisiers de Trélazé, mentionne pour l’année 1880 le rituel de la participation des cierges à la procession, mais alors la fonction incombait à des hommes6. Ailleurs, dans la Loire, à la Roche-Molière, Jean Tiwy rapporte, avant le défilé, le rituel de la toilette de la statue effectuée au fond par les « clapeuses7 ». On peut remarquer à ce propos les enchaînements symboliques révélés par ce nettoyage d’une effigie féminine, présente dans un univers masculin, mais confié aux femmes dans un lieu (le fond) dont elles sont d’habitude exclues. Sans doute faut-il lire là la persistance de l’efficacité symbolique du récit hagiographique initial où le corps martyrisé de la vierge est exhibé au public par ces bourreaux mais voilé par un ange préservant la pudeur de la sainte avant que son père la décapite8. On peut aussi percevoir dans ce rôle de la gestion de la nudité et de l’habillement des corps saints dévolus aux femmes, en référence peut-être à la mise au tombeau du Christ tout autant que le prolongement des attributions des femmes dans la vie quotidienne9, une analogie avec le culte marial et celui de l’Enfant Jésus Miraculeux de Prague où la confection d’une garde robe somptueuse et l’habillage de l’effigie sainte par les religieuses et les dévotes faisaient partie des rites10. Ici s’exerce un autre syncrétisme, d’un rituel à l’autre, où se manifestent et s’accordent la nature de l’implication des femmes dans le cérémoniel religieux et les représentations de la présence des femmes dans l’industrie minière alors que, jusqu’au milieu du xixe siècle, leur seule rencontre sur le chemin du travail était de funeste présage11. Sur un mode paradoxal, les représentations des femmes dans le défilé de la Sainte Barbe à Ronchamp continuent d’affirmer le pouvoir magico-religieux conféré par « le sceau de la virginité », apanage de la sainte. Mais dans la dérision de l’expression adoptée par l’artiste, les trieuses et la seule employée qui figure à l’extrême-droite de l’œuvre, affichent leur féminité de façon exubérante, à la limite ici de l’obscénité : talons hauts, minijupes, dont l’une en arrière-plan dévoile le sexe, profonds décolletés, robes moulantes révélant le galbe des seins et du ventre. Ce sont des images naïvement machistes où les attributs de la sexualité, de la fécondité, de la maternité, se confondent dans une image caricaturale et archaïque du féminin.

  • 12 F. Baligand, C. Carpentier-Bogaert, Sainte Barbe. Légende et Traditions, Coll. « Les mémoires de G (...)

15La fête religieuse où se déploie la hiérarchie des « corps constitués », dont le nombre et le rôle évoluent avec l’histoire de la société, se prolonge toujours par une fête profane dont l’organisation à la fin du xixe siècle et au début du xxe siècle respecte le plus souvent la hiérarchie professionnelle, photographies et menus de banquets en témoignent12. Mais plus encore que dans ces deux phases institutionnelles de la fête à des fins de régulation sociale, l’autre efficacité sociale et symbolique de la célébration de la Sainte-Barbe réside dans la liberté d’expression ouverte par ce que les anthropologues appellent « la licence de fête ». Mythe, magie, religion, idéologies, représentations du corps social et professionnel s’y manifestent hors de toutes autres normes que leurs propres conformismes dans un jeu corporel, social et émotionnel.

  • 13 R. Cornu cité par R. Trempé, « À propos des différentes manières dont sainte Barbe a été fêtée », (...)
  • 14 A. Blondeau, « Les cartes postales Sainte-Barbe », dans Fête, traditions et luttes des mineurs. La (...)
  • 15 J. Tiwy, « Sainte-Barbe dans la Loire. À la Roche-Molière », art. cité. Ainsi que L. Mazars, « La (...)

16Au fond, les pratiques divinatoires et prophylactiques peuvent s’adresser sans scandale aux génies de la mine et à sainte Barbe13, la consommation d’alcool et de nourriture se dérouler sur le lieu même du travail, là où l’alcool est interdit ; il y est loisible d’y inviter les supérieurs, signe de bonne entente, de courtoisie ou provocation. Au jour, au moins pour la période pour laquelle nous disposons d’observations, on voit se construire des rituels qui, avec des variations selon les régions, expriment l’unité des groupes dont le travail du mineur est le pivot : unité du groupe de travail dans le temps affirmée par les hommages aux anciens mais aussi aux disparus, unité des groupes amicaux qui suscite l’envoi de cartes postales de souhaits de bonne Sainte-Barbe aux mineurs14 ; unité de la famille élargie caractérisée, notamment dans les mines du Sud de la France, en Aveyron ou dans la Loire15, par l’invitation à banqueter de la parentèle paysanne qui apporte son écot ; unité de la famille conjugale quand, ce jour-là, épouse et enfants prodiguent attention et cadeaux au père, et, gage d’amour paternel et pratique propitiatoire encore, on habille de neuf les enfants qui partagent le repas de fête, reçoivent des cadeaux, profitent de la fête foraine…

17La prime de Sainte-Barbe distribuée par les Compagnies Houillères est alors insuffisante à couvrir les frais de la fête, d’autant que le jour et le lendemain de la Sainte-Barbe, s’ils sont chômés, ne sont pas payés. Les dépenses sont assurées par le salaire d’une période de « longue coupe » dans les semaines précédant le 4 décembre appelée « quinzaine de la Sainte-Barbe ». Alors, en dépit des acquis syndicaux visant à limiter la durée de la journée de travail et améliorer la sécurité à l’intérieur de la mine, il est possible, avec l’accord de la direction des houillères, d’augmenter le temps du travail au fond, qui passe de 8 heures à 12 heures ou même 14 heures, permettant ainsi de presque doubler le salaire, mais au risque d’accidents graves.

18On devrait, en croisant les sources d’informations, s’interroger davantage sur la symbolique de cette économie de la quinzaine de la Sainte-Barbe qui, semble-t-il, ne s’interprète pas seulement en termes de dépenses pléthoriques, surexploitation de la main-d’œuvre et charité paternaliste. Il conviendrait d’interroger plus précisément à ce sujet les comportements et les représentations des cadres et des directions des houillères pour tenter de percevoir ce qu’il en est de la rationalité de l’entrepreneur, du calcul du risque des accidents corporels et matériels, de l’encadrement et du contrôle de la coutume populaire, et de l’obligation de la restitution d’une partie au moins du profit. Marcel Mauss, à propos du paternalisme, écrivait à ce sujet dans l’Essai sur le don :

  • 16 M. Mauss, « Essai sur le Don », dans M. Mauss, Sociologie et anthropologie, Paris, puf 1950, p. 16 (...)

« La libéralité est obligatoire parce que la Némésis venge les pauvres et les dieux de l’excès de bonheur et de richesses de certains hommes qui doivent s’en défaire16. »

  • 17 Anonyme, « Une Quinzaine de la Sainte-Barbe », dans Fête, traditions et luttes des mineurs. La Sai (...)
  • 18 R. Trempé, « La grève des longues coupes : novembre 1913 », dans Fête, traditions et luttes des mi (...)

19Du côté des mineurs, les observateurs et les historiens, les témoignages aussi dont on peut disposer17, au-delà de l’intérêt économique d’ailleurs relatif de l’opération, mettent l’accent sur la mise à l’épreuve des compétences techniques et des capacités physiques, le défi du risque, une compétition avec le danger qui tiendrait de l’ordalie. Rolande Trempé signale dans ces circonstances la fréquence des représentations mythiques qui donnent à cette période sa signification de « passage » magique : « La quinzaine de la Sainte-Barbe était souvent marquée par des tragédies. La tension qui régnait tout au long de la quinzaine, le drame qui parfois l’endeuillait, réveillaient les superstitions anciennes. Leur réminiscence faisait de la Sainte-Barbe un rite expiatoire et donnait un sens sacrificiel à la fête18. »

  • 19 C. Cherrier, « La laïcisation de la Fête de sainte Barbe », dans Fête, traditions et luttes des mi (...)
  • 20 D. Charasse, « Chez les mineurs de fer de Lorraine. Les métamorphoses de la Sainte-Barbe », art. c (...)

20Cette intrication d’intérêts objectifs, de jeu social des solidarités et des règles, des angoisses et des libertés, donne une indication de la complexité du phénomène « fête de sainte Barbe », dont les rituels évolueront avec la transformation technique et sociale des houillères. Leur histoire montre qu’en dépit de la contestation sévère de tel ou tel moment de la fête (pratique des longues coupes banalisée par l’existence de la quinzaine de la Sainte-Barbe) et la réitération de l’emprise des compagnies lors des cérémonies religieuses19, la force symbolique de la Sainte-Barbe est, pour les mineurs, si profonde et si complexe dans ses enracinements qu’elle ne peut être ignorée par aucun projet idéologique ou politique, chacun énonçant pour ce moment un ensemble de significations qui s’appuient sur une dynamique sociale si vivace que la fête de sainte Barbe survit à la fermeture des exploitations houillères, et se maintient tant qu’il y aura des mineurs20

Les enjeux sociaux de la Sainte-Barbe

  • 21 M. Angel, « Histoire de la dévotion populaire pour sainte Barbe », art. cité. C. Buchheit, « Saint (...)

21Les récents travaux déjà cités sur l’histoire du culte de sainte Barbe dans les mines mentionnent tous la généralité de la sollicitation d’une protection divine par les mineurs. Tous remarquent aussi que la dévotion à sainte Barbe s’étend à d’autres saints protecteurs : saint Léonard, saint Nicolas, saint Daniel, saint Jean, saint Christophe, saint Éloi, saint Anne et saint Lezin dans les mines d’ardoise d’Anjou21.

22L’étude minutieuse de Chip Buchheit concernant la Moselle et le bassin de Saarbrück, met l’accent sur la laïcisation progressive de la fête par séparation de la célébration religieuse imposée par les compagnies houillères d’avec les festivités et rituels pratiqués par une population de mineurs de plus en plus massivement prolétarisés.

  • 22 C. Buchheit, « Sainte-Barbe. Tradition vivante ou moment du passé ? », art. cité.
  • 23 P. Sébillot, op. cit., p 586.

23La liaison entre la force de l’emprise religieuse fortement marquée de catholicisme même dans les pays protestants22, coexiste dans l’organisation et l’évolution des rituels avec la libération des comportements qui résulte des « transferts de souveraineté » présents dans toutes les fêtes corporatives. Une chanson de Sainte-Barbe de Blanzy, datant de 1840 et souvent reproduite, utilise le pouvoir accordé ce jour-là de dénigrer ou d’apprécier les chefs. Elle comprend dans ses couplets un vers à option où le directeur peut être « un brave et bon enfant » qui a « plaisir à compter l’argent » de « ces mineurs charmants », à moins que ne l’on proclame en chantant qu’il se trouve dans de tout autres dispositions23. La deuxième révolution industrielle aidant, ère du métal et de la vapeur, dévoreuse de fer et de charbon, sainte Barbe sera associée à saint Éloi dans la sanctification des activités industrielles. Un exemple éclatant est celui du vitrail de l’église Saint-Laurent (autre patron des métallurgistes) du Creusot représentant Eugène Schneider en saint Éloi et son épouse en sainte Barbe.

  • 24 Id., p. 524.
  • 25 J-W. Deremetz, « À Montceau-les-Mines. De la Sainte-Barbe blanche à la Sainte-Barbe rouge (fin xix(...)
  • 26 Le Creusot, Académie François Bourdon, ss 0199.

24Le relâchement de l’obligation d’assistance aux offices religieux pour l’obtention de la prime de Sainte-Barbe, est aussi l’indice d’une déchristianisation de la fête signalée par Paul Sébillot dès 1889 dans les mines du Nord de la France où « la messe de la sainte Barbe, autrefois très suivie passe presque inaperçue24 ». L’étude de Jean-William Deremetz, à partir des archives de police relatives aux établissements de Montceau-les-Mines évalue quantitativement cette désaffection25. Pour ajouter une contribution à la notion qu’introduit le titre à son article, « De la Sainte-Barbe blanche à la sainte Barbe rouge », nous voudrions verser deux exemples au dossier. L’un rend compte dans un moment paroxystique de l’histoire des établissements du Creusot après les grèves de 1899-1900, de l’instrumentalisation antagoniste de la célébration corporatiste de la Sainte-Barbe. En 1900, la direction se félicite de l’insuccès de la fête ouvrière organisée par l’Association Ouvrière de métallurgie et parties similaires du Creusot dans un restaurant alors que « la série de banquets tenus comme chaque année par service à l’occasion de la Sainte-Cécile, de la Saint-Éloi et de la Sainte-Barbe permit de réunir sans incidents un grand nombre d’ouvriers d’opinions opposées26 ». En 1896, quatre ans plus tôt, le « journal socialiste révolutionnaire », La Carmagnole, publiait en première page une chanson, La République des Houilleurs, paroles de César Paepe, musique de Schopen et Faignet, dont le premier couplet annonce « religioso » :

  • 27 Université Paris I, Centre d’histoire des mouvements sociaux et du syndicalisme, archives du fonds (...)

Sainte Barbe était la patronne / que le houilleur dans le danger / Implorait comme une madone / Pour l’aider à le protéger, et « energico » : Mais repoussant le prêtre infâme / Son culte, ses saints, ses dieux / Aujourd’hui pour une autre femme / Il brûle d’un autre amour pieux, puis « lento expressivo » : ô Sainte République / Unique espoir des travailleurs / Entends notre supplique / Viens nous donner des jours meilleurs / Ô République des houilleurs !27

  • 28 C. Buchheit, « Du culte de la Vierge martyre à la célébration syndicale », dans Fête, traditions e (...)

25Avec le temps et la consolidation du mouvement ouvrier viendront les Sainte-Barbe profanes, les Sainte-Barbe révolutionnaires, les Sainte-Barbe de lutte. Les formes expressives se sont transformées, les référents idéologiques se sont déplacés, la fonction sociale et symbolique de la fête de la Sainte-Barbe, spécialement si on la compare aux autres fêtes corporatives, a conservé une exceptionnelle importance pour le personnel des anciennes exploitations minières, les rituels se sont nécessairement réorganisés mais l’attachement à la célébration demeure étonnamment fort, toutes sensibilités idéologiques confondues28.

Tentative d’élucidation d’un efficacité symbolique

26Une première interrogation porte sur la constellation des significations portées par les références à sainte Barbe. À examiner, en France, les lieux de sa dévotion, on s’aperçoit que pour une même période, le xixe siècle par exemple, ceux-ci ne se limitent pas aux régions d’exploitation minière. Sainte Barbe, dont le premier sanctuaire sur le territoire national est mentionné dans le premier tiers du viie siècle au pays d’Auge, est également révérée en Bretagne où elle est la patronne de Roscoff, de nombreux objets d’art populaire attestent de la vitalité de son culte, tout comme le succès du « pardon » qui lui est consacré.

27Dans les périodes antérieures à la deuxième révolution industrielle, sainte Barbe partage son patronage des mines avec saint Nicolas, saint Christophe et sainte Catherine. Cette conjonction ne relève ni du pur hasard, ni de traits de l’histoire locale. Saint Nicolas et saint Léonard sont des saints protecteurs des morts violentes, tout spécialement secourables aux navigateurs au péril de la mer. Saint Christophe – comme son nom et sa légende l’indiquent – est invoqué lors des parcours périlleux quand le voyageur est en danger de mort loin des secours de l’Église. Sainte Catherine, comme sainte Barbe, appartient au groupe des Quatre Vierges Majeures et figure avec sainte Marguerite et sainte Dorothée parmi les Quatorze Intercesseurs. Tous préservent de la mort foudroyante, interviennent en faveur du pécheur lors des trépas sans confession. Sainte Barbe est à ce titre sainte Eucharistique ainsi qu’on la représente fréquemment, et les nombreuses Confréries de la Bonne Mort se sont mises sous sa protection. Enfin, les nombreux attributs de la sainte qui découlent du récit de son martyre, de la « tierce fenêtre » en hommage à la Trinité qu’elle fit percer à la tour où elle fut enfermée, à la grotte où elle avait trouvé refuge, à la foudre qui châtia son père au moment où celui-ci la décapitait, définissent par analogie les nombreux patronages de corporations et de métiers, les nombreux recours où son invocation peut être efficace. Elle préserve de la foudre, des explosions, de la mort subite. Elle est donc la patronne des artilleurs, des arquebusiers, des poudriers et des salpétriers, quadruplement celle des mineurs, à cause des dangers des éboulements, de l’utilisation de la poudre, des explosions de grisou et de cette relation de la sainte (qui trouva refuge dans une grotte) aux entrailles de la terre, aujourd’hui devenue patronne des techniciens des centrales nucléaires avec d’autres professions moins exposées.

28C’est cette accumulation de références à la mort violente, la constance de ces enchaînements, qui nous paraît caractériser l’efficacité symbolique du recours à sainte Barbe, ouvrant ainsi une perspective à l’ethnologie des représentations de la mort au travail, jusqu’ici peu étudiée.

  • 29 P. Sébillot, op. cit., p 522.
  • 30 R. Trempé, « Sainte-Barbe à Carmaux avant la guerre de 14 », dans Fête, traditions et luttes des m (...)
  • 31 D. Charasse, « Chez les mineurs de fer de Lorraine. Les métamorphoses de la Sainte-Barbe », art. c (...)

29Dans les mines de la fin du xixe siècle, Paul Sébillot remarque l’utilisation protectrice des médailles de sainte Barbe attachées aux vêtements29. Les nombreuses descriptions de la fête de la sainte Barbe, décrivant la cérémonie religieuse, précisent à plusieurs reprises qu’il s’agit non pas de la célébration d’une messe, mais de deux messes, la première étant une messe des Morts (à Carmaux, dans les mines d’uranium de la Vendée, à Auboué30. Les défilés des professions de la mine avec la statue de sainte Barbe et/ou les bannières syndicales, le drapeau national et le drapeau rouge, font halte aux monuments aux morts de la mine, aux monuments aux morts de la guerre puis des deux guerres, avant que ne s’installe, comme l’observe et le décrit superbement David Charasse pour la Lorraine, le rite du « recueillement lors de la Sainte-Barbe sur le tombe du dernier tué de la mine31 ».

30On peut interpréter la pratique et les effets de la quinzaine de la Sainte-Barbe comme des éléments de ces conjurations de la mort. L’épuisement physique de cette période poussé à son paroxysme, les risques d’accident encourus, cette sorte de défi lancé à la mort et à la pauvreté dans lequel le mineur met en jeu sa force et sa vie, correspond, nous l’avons signalé, à une sorte de rite propitiatoire annuel où les risques surmontés constituent une sorte d’assurance-vie magique pour le temps de l’année à venir. La mort maîtrisée, condition également de la liberté et de l’opulence éphémère de la fête.

  • 32 E. Desbois, Y. Jeanteau, B. Mattei, La Foi des charbonniers, les mineurs dans les mines de charbon (...)
  • 33 G. Sentis, « Les syndicats des mineurs cgt du Nord et du Pas-de-Calais et la fête de Sainte-Barbe  (...)

31Même si, avec le temps, avec l’extension de la législation sociale, les représentations des vertus emblématiques des mineurs ont subi une transformation qui fait que la célébration de leur excellence n’est plus soumise à l’exploitation de leur force de travail avec les dangers qui en découlent32, si la Sainte-Barbe est depuis 1946 chômée et payée dans les Charbonnages de France33, la hantise de l’accident demeure, et aussi celle de la mort différée entraînée par les maladies du travail, la silicose… La fermeture des mines, le vieillissement de la population des mineurs, multiplient les occasions de deuil et conservent aux festivités de la Sainte-Barbe leur vertu conjuratrice de la mort.

32Le respect de la date de la célébration de la fête, quelles que soient les modifications de son rituel, pourrait, plus que l’indice d’une survivance ou d’une transformation radicale, être l’expression de la continuité symbolique des représentations essentielles à l’intégrité du groupe. C’est ainsi qu’on pourrait interpréter sans doute les raisons, affectives et symboliques, de la présence, découverte par Rolande Trempé, de la statue d’une sainte Barbe peinte en rouge élevée dans un cimetière de Moselle, à Hombourg-haut.

  • 34 N. Gérôme, Le Deuil en hommage, Paris, Éditions Créaphis, 1995 ; De Gnôme et Rhône à la snecma , l (...)

33Les constatations de la continuité de la célébration de la fête de la Sainte-Barbe dans les mines de l’aire européenne, les modifications de ses rituels, l’acceptation par tout le personnel des mines de la formulation catholique de cette célébration quelles que soient ses références religieuses et idéologiques, de la perpétuation de la fête après la fin de l’exploitation des mines « tant que vivront les mineurs », contribuent à alimenter la réflexion sur ce que pourrait être une anthropologie des cultures de métier, et plus spécialement d’une culture de la mort ouvrière, lorsque le groupe soudé par ses conditions de travail se voit démembré. Ailleurs, pour d’autres métiers, dans d’autres circonstances, on a pu remarquer l’importance et le nombre de l’implantation des monuments aux morts dans l’espace industriel et, pendant le dernier conflit mondial, l’organisation de cérémonies commémoratives à l’endroit même des postes de travail de ceux qui avaient été fusillés34.

34Poursuivant les travaux de collecte de Paul Sébillot à la fin du siècle dernier, il faudrait encore s’interroger sur l’existence de pratiques analogues dans les exploitations minières d’aujourd’hui, hors de l’Europe.

35Et c’est bien pour cela que sainte Barbe n’est pas morte.

Notes

1 N. Gérôme, « Das Sankt-Eligius-Fest in den Schmieden der Renault-Betriebe von Billancourt. Industrielle Kultur und Klassenkämpfe », in F. Boll (Hrsg.), Arbeiterkulturen zwishen Alltag und Politik, Vienne Europaverlag, 1986, p. 143-154.

2 Groupe de Recherches Historiques de la centrale de Cheviré, Une centrale et ses hommes. Histoire de Cheviré 1953/1986, Saint Sébastien, acl Éditions, 1987.

3 Comte de Lapparent, Sainte Barbe, Paris, Henri Laurens Éditeur, 1926 ; P. Sébillot, Les Travaux publics et les mines dans les traditions et les superstitions de tous les pays, Paris, [J. Rotschild Éditeur 1894], rééd. Neuilly, Guy Durier Éditeur, 1979.

4 M. Angel, « Histoire de la dévotion populaire pour sainte Barbe », dans Mines et carrières, industrie minérale, vol. 78, décembre 1996.

5 L. Mazars, « La Sainte-Barbe en Aveyron », dans Fête, traditions et luttes des mineurs. La Sainte-Barbe, Montreuil, Institut d’Histoire Sociale Minière, vo Éditions, 1998, p. 106-107.

6 P. Brebion, « La Sainte-Barbe en Maine-et-Loire et dans l’uranium de Vendée », dans Fête, traditions et luttes des mineurs. La Sainte-Barbe, op. cit., p. 90-98.

7 J. Tiwy, « Sainte-Barbe dans la Loire. À la Roche-Molière », dans Fête, traditions et luttes des mineurs. La Sainte-Barbe, op. cit., p. 99-102.

8 Maître de la sainte Barbe, musée royal des Beaux-Arts de Bruxelles.

9 Y. Verdier, Façons de dire, façons de faire, Paris, Gallimard, 1979.

10 D. Bienmiller, « Dole et les dévotions populaires au lendemain du Concile de Trente », dans La Nouvelle Revue Franc-Comtoise, mai 1979. Ainsi que Religion et Traditions Populaires, Commissariat F. Lautman, catalogue d’exposition mnatp, Paris, rmn Éditions, 1979. Paul Sébillot mentionne encore la présence au fond de statues habillées de la Vierge noire ou de sainte Catherine (P. Sébillot, op. cit., p. 516 et 518).

11 P. Sébillot, op cit., p. 507.

12 F. Baligand, C. Carpentier-Bogaert, Sainte Barbe. Légende et Traditions, Coll. « Les mémoires de Gaillette », no 3, Lewarde, Centre historique Minier, 1997, p. 128-129.

13 R. Cornu cité par R. Trempé, « À propos des différentes manières dont sainte Barbe a été fêtée », dans Fête, traditions et luttes des mineurs. La Sainte-Barbe, op cit., p. 7, P. Sébillot, op. cit., p. 522-523.

14 A. Blondeau, « Les cartes postales Sainte-Barbe », dans Fête, traditions et luttes des mineurs. La Sainte-Barbe, op. cit., p. 68-71.

15 J. Tiwy, « Sainte-Barbe dans la Loire. À la Roche-Molière », art. cité. Ainsi que L. Mazars, « La Sainte-Barbe en Aveyron », art. cité.

16 M. Mauss, « Essai sur le Don », dans M. Mauss, Sociologie et anthropologie, Paris, puf 1950, p. 169.

17 Anonyme, « Une Quinzaine de la Sainte-Barbe », dans Fête, traditions et luttes des mineurs. La Sainte-Barbe, op. cit., p. 125-128 ; F. Baligand, C. Carpentier-Bogaert, Sainte Barbe. Légende et traditions, op. cit., p. 121-122 ; D. Charasse, « Chez les mineurs de fer de Lorraine. Les métamorphoses de la Sainte-Barbe », dans Fête, traditions et luttes des mineurs. La Sainte-Barbe, op. cit., p. 72-85.

18 R. Trempé, « La grève des longues coupes : novembre 1913 », dans Fête, traditions et luttes des mineurs. La Sainte-Barbe, op. cit., p. 138.

19 C. Cherrier, « La laïcisation de la Fête de sainte Barbe », dans Fête, traditions et luttes des mineurs. La Sainte-Barbe, op. cit., p. 103-105.

20 D. Charasse, « Chez les mineurs de fer de Lorraine. Les métamorphoses de la Sainte-Barbe », art. cité.

21 M. Angel, « Histoire de la dévotion populaire pour sainte Barbe », art. cité. C. Buchheit, « Sainte-Barbe. Tradition vivante ou moment du passé ? », dans Fête, traditions et luttes des mineurs. La Sainte-Barbe, op. cit., p. 10-23.

22 C. Buchheit, « Sainte-Barbe. Tradition vivante ou moment du passé ? », art. cité.

23 P. Sébillot, op. cit., p 586.

24 Id., p. 524.

25 J-W. Deremetz, « À Montceau-les-Mines. De la Sainte-Barbe blanche à la Sainte-Barbe rouge (fin xixe-début xxe siècles) », dans Fête, traditions et luttes des mineurs. La Sainte-Barbe, op. cit., p. 56-66.

26 Le Creusot, Académie François Bourdon, ss 0199.

27 Université Paris I, Centre d’histoire des mouvements sociaux et du syndicalisme, archives du fonds Jean Maîtron, carton no 13.

28 C. Buchheit, « Du culte de la Vierge martyre à la célébration syndicale », dans Fête, traditions et luttes des mineurs. La Sainte-Barbe, op. cit., p. 51-55 ; D. Charasse, « Chez les mineurs de fer de Lorraine. Les métamorphoses de la Sainte-Barbe », art. cité.

29 P. Sébillot, op. cit., p 522.

30 R. Trempé, « Sainte-Barbe à Carmaux avant la guerre de 14 », dans Fête, traditions et luttes des mineurs. La Sainte-Barbe, op. cit., p. 110-111 ; P. Brebion, « La Sainte-Barbe en Maine-et-Loire et dans l’uranium de Vendée », art. cité.

31 D. Charasse, « Chez les mineurs de fer de Lorraine. Les métamorphoses de la Sainte-Barbe », art. cité, p. 81.

32 E. Desbois, Y. Jeanteau, B. Mattei, La Foi des charbonniers, les mineurs dans les mines de charbon, Paris, Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme, 1986.

33 G. Sentis, « Les syndicats des mineurs cgt du Nord et du Pas-de-Calais et la fête de Sainte-Barbe », dans Fête, traditions et luttes des mineurs. La Sainte-Barbe, op. cit., p. 24-33.

34 N. Gérôme, Le Deuil en hommage, Paris, Éditions Créaphis, 1995 ; De Gnôme et Rhône à la snecma , la traversée de la guerre, Pantin, Le Temps des Cerises Éditeur, 1999.

© Presses universitaires du Midi, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540