Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Militantisme et histoire

 | 
Marie-Danielle Demélas

Troisième partie. Les artisans de l'histoire

Une œuvre encore d’actualité : le cas atypique de la Commune de Paris (1871)

Claude Willard

Texte intégral

1L’histoire repère quelques rares événements fondateurs, des clivages, des ruptures qui perdurent. Dans le sillage de la Révolution française, la Commune constitue l’un de ces moments qui marquent profondément toute l’histoire ultérieure. Sur de tels moments, militantisme et histoire confluent naturellement. La sympathie – au sens étymologique du terme –, et toute l’œuvre de Rolande Trempé en fait foi, constitue la meilleure approche pour déchiffrer les événements. Mais à la stricte condition de garder rigoureusement intactes la distanciation et la vigilance nécessaires, éléments indispensables d’une prise de conscience, par l’historien, de son inéluctable subjectivité.

2Première nécessité : connaître, comprendre les acteurs de l’histoire, bien les re-situer dans leur contexte historique. À Paris, très agrandi en 1860, résident, lors du recensement de 1866, 1 799 990 habitants, dont 57 % vivent du travail industriel, surtout dans les métiers dits « traditionnels » (vêtement, articles de Paris, meubles, livre, métaux précieux…) ; le salariat est fort dispersé : quatre salariés en moyenne par entreprise. Donc une classe ouvrière encore très proche de l’artisanat sans-culotte, malgré l’industrialisation du Second Empire, qui affecte surtout la métallurgie (l’usine Cail, dans le XVe arrondissement, emploie près de 1 800 ouvriers) et le bâtiment (grands travaux d’Haussmann).

3Après le traumatisme de juin 1848, le mouvement ouvrier renaît à la fin du Second Empire : sections de l’ait, grèves, rejet du plébiscite… Un mouvement chargé d’histoire, fils de la Révolution française et imprégné de socialisme prémarxiste. Les Communards sont des hommes de leur temps, avec leurs structures mentales, affrontant les problèmes de leur époque. Une Commune bien ancrée dans le temps et l’espace.

4Lorsque, sous le baril de poudre (réaction patriotique, réflexe républicain), Thiers allume la mèche, le 18 mars 1871, ces hommes vont se retrouver autour du mot unificateur et enivrant de Commune, mais sans donner à ce terme le même sens. Les proudhoniens y discernent les jalons d’une fédération de 36 000 communes de France ; les blanquistes et les néo-jacobins rêvent d’une résurrection de la Commune de l’an II. Encore qu’il faille se méfier de l’étiquetage (proudhonisme, néo-proudhonisme, fouriérisme, blanquisme, marxisme, néo-jacobinisme…), car les contradictions passent souvent à travers les Communards pris isolément. Il n’est que de voir l’attitude des Communards lors de la création du Comité de salut public. Ou leur cheminement si diversifié après la Semaine sanglante.

***

5L’œuvre de la Commune demeure d’une grande actualité parce que, viscéralement démocratique, elle sut, dans les termes de son époque, poser et essayer de résoudre les problèmes de société qui demeurent formulés avec force dans notre univers inégalitaire, inhumain et où le ventre de la « bête immonde » engendre toujours racisme, xénophobie, fanatisme. Certes, jamais l’histoire ne se répète, et à temps nouveaux, solutions nouvelles.

***

6Élément constitutif et explicatif de l’extrême originalité de la Commune : une démocratie directe. Le Comité central de la Garde nationale, installé à l’Hôtel-de-Ville dans la soirée du 18 mars, précise aux électeurs, dans son appel du 22 mars, sa conception de la démocratie :

« Les membres de l’assemblée municipale, sans cesse contrôlés, surveillés, discutés par l’opinion, sont révocables, comptables et responsables. »

7Et, deux jours plus tard :

« Quand nous pourrons avoir les yeux partout où se traitent nos affaires, partout où se préparent nos destinées, alors, mais alors seulement, on ne pourra plus étrangler la République. »

8Les élus de la Commune, révocables, corsetés par un mandat impératif, demeurent sous la férule d’un véritable « ministère des masses » : chambres syndicales, clubs, sections de l’ait, comités de femmes, presse, maintiennent une forte pression, que justifie ainsi le club Nicolas-des Champs : « Peuple, gouverne-toi toi-même par tes réunions publiques, par ta presse ; pèse sur ceux qui te représentent ; ils n’iront jamais trop loin dans la voie révolutionnaire. » Lorsque les ouvriers boulangers, obtenant la suppression du travail de nuit, se rendent à l’Hôtel de Ville remercier la Commune, ils sont vertement tancés par le journal Le Prolétaire : « Le peuple n’a pas à remercier ses mandataires d’avoir fait leur devoir… Car les délégués du peuple accomplissent un devoir et ne rendent pas de services. »

9Donc une démocratie au sens étymologique du terme, le gouvernement du peuple par le peuple (et pour le peuple), la démocratie la plus authentique qui ait jamais existé à travers l’histoire, une démocratie directe reposant sur une citoyenneté super-active, à l’échelle, il est vrai, d’une ville, et durant une soixantaine de jours.

10Cette véritable souveraineté populaire s’inscrit dans la filiation de la constitution de 1793, qui proclamait « le droit à l’insurrection » comme « le plus sacré des droits et le plus imprescriptible des devoirs ».

11Avec cette irruption des masses dans la politique s’ébauche la démocratie à l’entreprise. De nombreux ateliers coopératifs surgissent, notamment chez les ouvrières en confection, qui inspirent le décret du 16 avril 1871, prévoyant la remise en marche par les ouvriers associés des ateliers désertés par leurs patrons, les « francs-fileurs ». Mais, pour l’application, le temps manque. Encore que le 3 mai est institué à l’atelier de réparation d’armes du Louvre un règlement préfigurant l’autogestion : au conseil de direction siège un ouvrier par atelier, élu pour quinze jours et révocable.

12Donc mythique cette représentation, attribuée à Karl Marx, d’une Commune, première dictature du prolétariat. En fait, Marx écrivait tout autre chose dans la Guerre civile en France : « Son véritable secret, le voici : c’était essentiellement un gouvernement de la classe ouvrière, le résultat de la lutte de la classe des producteurs contre le classe des appropriateurs, la forme enfin trouvée qui permettait de réaliser l’émancipation économique du travail. » C’est Engels qui, dans sa préface à la réédition de 1891, s’exclame : « Eh bien, Messieurs, voulez-vous savoir de quoi cette dictature a l’air ? Regardez la Commune de Paris. C’était la dictature du prolétariat. » Mirage qui persista un siècle durant.

13Vite, d’ailleurs, éclate la contradiction entre les impératifs de la lutte à mort contre les Versaillais (impliquant cohérence et organisation) et les exigences de la démocratie directe. Que ce soit la très coûteuse absence de stratégie et l’indiscipline des troupes fédérées, ou la création, âprement discutée, du Comité de salut public.

***

14Constituant vital de cette démocratie directe, les femmes. Elles occupent le devant de la scène depuis le 18 mars (Louise Michel, à Montmartre, appartient aux deux comités de vigilance, celui des hommes et celui des femmes, qui firent fraterniser la troupe). Jules Vallès, dans Le Vengeur du 12 avril 1871, décrit avec enthousiasme :

« J’ai vu trois révolutions et, pour la première fois, j’ai vu les femmes s’en mêler avec résolution, les femmes et les enfants. Il semble que cette révolution est précisément la leur et qu’en la défendant, ils défendent leur propre avenir. »

15Le 11 avril 1871 est créé le premier mouvement féminin de masse, l’union des femmes pour la défense de Paris et les soins aux blessés, qu’animent Élisabeth Dmitrieff, aristocrate russe de 20 ans, et Nathalie le Mel, une bretonne de 45 ans, ouvrière relieuse.

16Après des siècles de phallocratie, balayant son dernier avatar en date, le proudhonisme (adepte de la femme au foyer), dont plusieurs de ses membres se réclament pourtant, la Commune ouvre une brèche vers la libération des femmes. Les projets d’instruction pour les filles visent à affranchir les femmes des superstitions et de l’emprise de l’Église, considérée comme l’âme de la contre-révolution (surtout après le concile de Vatican I). Les femmes obtiennent à travail égal, salaire égal, et créent de nombreux ateliers autogérés. Dans quelques quartiers, des élus appartenant à l’Association internationale des travailleurs associent des femmes à la gestion municipale. En cette ère où règne, étouffant, l’ordre moral, la Commune officialise l’union libre, conférant à la famille constituée hors mariage (concubins, enfants naturels) sa première reconnaissance légale. La Commune, enfin, bannit la prostitution comme une forme de « l’exploitation commerciale de créatures humaines par d’autres créatures humaines ».

17Durant la Semaine sanglante, les femmes combattent sur les barricades, à l’image de Jeanne-Marie que glorifie Arthur Rimbaud, et de « la vaillante citoyenne Louise, l’ambulancière de la rue Fontaine-au-Roi » à qui J.-B. Clément dédie Le Temps des cerises.

18Ce rôle de pionnier des Communards suscite la haine des Versaillais. « Alors - écrit Lissagaray –, fut inventée cette légende des pétroleuses qui, propagée par la presse, coûta la vie à des centaines de malheureuses. Le bruit court que des furies jettent du pétrole enflammé dans les caves. Toute femme mal vêtue ou qui porte une boîte de lait, une fiole, une bouteille vide, peut être dite pétroleuse. Traînée, en lambeaux, contre le mur le plus proche, on l’y tue à coups de revolver. » Et Alexandre Dumas fils, auteur de la Dame aux camélias, ose écrire : « Nous ne dirons rien de leurs femelles, par respect pour toutes les femmes à qui elles ressemblent quand elles sont mortes. »

19Emblématique, le renversement de la colonne Vendôme, « un monument de barbarie, un symbole de force brute et de fausse gloire, une affirmation du militarisme […], un attentat perpétuel à l’un des trois grands principes de la République française, la fraternité ». Aussi symbolique, la guillotine brûlée, le 6 avril 1871, devant la statue de Voltaire, aux cris de « À bas la peine de mort ! ».

20La Commune incarne (sans vraiment la connaître) la devise que Marx avait inscrite au bas du Manifeste communiste de 1848 : « Prolétaires de tous les pays, unissez-vous ! »

21Nombreux sont les étrangers qui participent à la Commune : les travailleurs immigrés, nombreux, surtout francophones (Belges, Suisses, Luxembourgeois), les garibaldiens et les révolutionnaires qui cherchaient asile dans le pays incarnant les Droits de l’Homme. Fait unique dans l’histoire mondiale, plusieurs étrangers occupent une place dirigeante. Un juif hongrois, ouvrier bijoutier, Léo Frankel, siège au Conseil général de la Commune. La commission des élections, le 30 mars 1871, valide ainsi son élection : « Considérant que le drapeau de la Commune est celui de la République universelle ; considérant que toute cité a le droit de donner le titre de citoyen aux étrangers qui la servent […], la commission est d’avis que les étrangers peuvent être admis, et vous propose l’admission du citoyen Frankel. » Léo Frankel est promu ministre du travail et inspire toute l’œuvre sociale de la Commune. Des généraux polonais, Dombrowski et Wroblewski, assument des commandements militaires. Élisabeth Dmitrieff dirige l’Union des femmes.

22En retour, la Commune est entourée, durant son existence et après sa défaite, de la solidarité agissante du Mouvement ouvrier international.

***

23Bien que bornée par le temps et harcelée par les impératifs militaires, l’œuvre de la Commune est d’une richesse foisonnante.

24Elle entend réaliser l’aspiration du mouvement ouvrier du xixe siècle : « L’émancipation des travailleurs par les travailleurs eux-mêmes. » Fidèle à la Constitution de 1793, qui assignait à la société politique d’établir « le bonheur commun », la Commune se veut « la Sociale ». Répondant aux aspirations populaires, elle abolit le travail de nuit, interdit les amendes et retenues sur les salaires, combat le chômage, interdit l’expulsion des locataires (par ailleurs exonérés des termes encore dus), exerce un droit de réquisition sur les logements vacants.

25L’armée est remplacée par la Garde nationale, c’est-à-dire le peuple en armes, élisant ses officiers et sous-officiers.

26La Commune établit la gratuité de la justice, la liberté de la défense, supprime le serment politique des fonctionnaires et magistrats, eux aussi élus et révocables.

27Les Églises séparées de l’État, la Commune instaure l’école laïque, gratuite et obligatoire, crée un enseignement professionnel, notamment pour les filles, et entame une réforme de l’enseignement. Pour en débattre démocratiquement, se réunissent dans plusieurs écoles instituteurs, parents d’élèves et membres de la Société pour l’Éducation nouvelle, soucieuse de renouveler l’enseignement.

28La Commune est aussi pionnière de l’éducation populaire. Elle instaure des cours publics, que Louise Michel évoque avec enthousiasme : « Partout, les cours étaient ouverts, répondant à l’ardeur de la jeunesse. On y voulait tout à la fois, arts, sciences, littérature, découverte ; la vie flamboyait. On avait hâte de s’échapper du vieux monde. » La Commune rouvre bibliothèques, musées, théâtres. Les concerts donnés aux Tuileries sont fort prisés. Dans cet épanouissement de la culture populaire, un rôle important est dévolu à la Fédération des artistes (avec Courbet, Dalou, Daumier, Manet, Pottier…), qui place en tête de son programme « la libre expression de l’art, dégagé de toute tutelle gouvernementale et de tout privilège ». Et Louise Michel de s’écrier : « Allons, l’art pour tous, la science pour tous, le pain pour tous ; l’ignorance n’a-t-elle pas fait assez de mal, et le privilège du savoir n’est-il pas plus terrible que celui de Tor ! Les arts font partie des revendications humaines, il les faut à tous ; et alors seulement le troupeau humain sera la race humaine. »

29Tout, certes, n’est point réalisé. Mais que d’anticipations !

***

30La Commune : crépuscule ou aurore ? Ce débat, qui a déchaîné des passions, est le type même du faux dilemme. La Commune est une révolution charnière, héritière du passé, notamment de la Révolution française, mais porteuse d’avenir. Dernière révolution romantique jaillie du pavé parisien, et première révolution moderne. Donc à la fois crépuscule et aurore.

31La répression est féroce, à la mesure de la peur et de la haine des classes dirigeantes. Et, pourtant, comme le chante Eugène Pottier :

« Tout ça n’empêch’pas, Nicolas,
Qu’la Commune n’est pas morte. »

32Victor Hugo exprime la même pensée :

« Le cadavre est à terre, mais l’idée est debout. »

33Dans le court terme, le spectre de la Commune hante les « réalistes » (tel le Versaillais en chef, Adolphe Thiers) et, par là, contribue à faire échouer les tentatives de restauration monarchique. Comme le prévoyait Jules Vallès : « Avec nos fusils d’insurgés, nous avons calé la République. » Sans parler des futures réalisations de la IIIe République, en premier lieu la laïcité de l’école, longtemps propre à la France.

34Mais, surtout, comme la Révolution française, la Commune constitue un événement fondateur. La Commune a fortement marqué de son empreinte le mouvement ouvrier français, explique nombre de ses spécificités au xixe et au xxe siècles. Elle inspire aussi les révolutions du monde entier, depuis la Commune de Carthagène en 1872.

35L’œuvre et l’idéologie foisonnante de la Commune, riches en nuances, en contradictions et en virtualités, expliquent pourquoi son héritage est revendiqué à la fois par l’anarchisme, le syndicalisme révolutionnaire, le communisme, le socialisme, la franc-maçonnerie, les organisations féministes, antiracistes… Chacun, chacune a évidemment sa lecture, son interprétation, souvent sa mythification. Reste que demeurent vivants et féconds les idéaux de liberté, d’égalité, de fraternité et de justice sociale pour lesquels se sacrifièrent les Communards.

© Presses universitaires du Midi, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.