Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Militantisme et histoire

 | 
Marie-Danielle Demélas

Deuxième partie. Militants et témoins

Les recherches sur le mouvement social

Le temps de la recherche et le temps du militantisme peuvent-ils être les mêmes ?

Catherine Lévy

Texte intégral

1Si l’engagement des intellectuels dans les combats politiques ne date pas d’aujourd’hui, ce même engagement dans le sillage des mouvements de luttes syndicales et sociales est plus récent et, surtout, a pris une forme différente avec le temps, la transformation du mouvement ouvrier et l’apparition de nouvelles formes de lutte et de résistance à partir de la fin des années quatre-vingt.

2Avec Mai 68, enseignants et chercheurs vivaient leur première grève collective aux côtés de la classe ouvrière, et les débats, tant sur la manière de travailler que sur la diffusion des résultats de leurs travaux, étaient particulièrement vifs. Dans les laboratoires occupés et la grande salle du cnrs, quai Anatole-France à Paris, les discussions étaient permanentes. Il fallait travailler autrement et surtout prendre en compte les besoins et les demandes – souvent implicites, il faut le reconnaître – de ceux « au service » desquels certains d’entre nous voulaient être. Faire « de la science au service de la classe ouvrière » n’était pas aisé à définir, si tant est qu’on puisse le faire ; il fallait donc, en partie, remettre en cause les modalités d’une recherche « scientifique », non seulement dans ses objectifs mais aussi dans sa pratique. Si, globalement, le Mai 68 des chercheurs n’avait pas porté ses fruits, car peu de choses changèrent dans les discours et pratiques scientifiques des années suivantes, il faut quand même noter qu’il y eut, en novembre 1973, une sorte de « première » avec le colloque sur l’emploi organisé par et avec les ouvriers de Lip – qui occupaient alors leur usine et continuaient à produire des montres avec le slogan : « On produit, on vend, on se paye. » Ce colloque rassembla, à Besançon, enseignants, chercheurs et militants syndicalistes et, à l’instar d’un débat académique, il se déroula avec des communications et des interventions ; seul le contenu changeait un peu par rapport aux rassemblements d’universitaires que l’on avait coutume de fréquenter. Un seul élément montrait vraiment que l’on n’était pas dans un colloque académique ; c’était la présence d’un Indien de Wounded Knee venu apporter le soutien des Indiens en lutte pour leurs terres aux États-Unis et dont l’allocution fit vibrer la salle.

3Il existait pourtant un travail commun, souvent mené dans l’ombre, comme le faisait, par exemple, l’équipe des Cahiers de mai regroupant des universitaires et des militants syndicaux qui travaillaient sur les conflits du travail. Il s’agissait là de l’amorce d’une collaboration qui allait s’amplifier par la suite, mais qui était encore marquée par le décalage entre les questionnements et les problématiques des militants face à des « intellectuels » qui étaient soucieux de ne pas trop dévier d’un discours scientifique et qui ne parvenaient donc pas vraiment à intégrer les soucis plus pratiques ou plus pédagogiques que pouvaient connaître les militants engagés dans des conflits ou des négociations et dont les réflexions devaient avoir un certain caractère d’urgence.

4Les années soixante-dix sont marquées par d’âpres luttes : que l’on se souvienne des nombreux conflits de la période qui touchaient non seulement les grandes entreprises du secteur public, nationalisé, et privé mais aussi des milieux jusque-là en marge de l’action syndicale comme les employés de commerce, du secteur des banques et des assurances, les immigrés. Les revendications avancées ne dénonçaient plus tant le niveau des salaires que la hiérarchie, les cadences, le contrôle, les accidents du travail.

5À partir de 1975-1976 apparaît ce que l’on nomme à l’époque, la crise, qui s’annonce par toute une série de phénomènes nouveaux que l’on appelle pudiquement « la modernisation » et qui se concrétise par la multiplication de la sous-traitance, la régie, l’intérim, et autres pratiques qui annonce la déréglementation plus générale qui va suivre.

6L’image de la classe ouvrière se modifie tout au long de ces années, elle n’est plus symbolisée par le « métallo » de Billancourt, mais elle apparaît diversifiée, multiple avec les femmes, les paysans, les immigrés, etc. En même temps, l’idéologie individualiste fait un retour en force et l’on voit se profiler dans la même période l’apologie du libéralisme en même temps que celle des droits de l’homme. Pour résister, il faut connaître « l’ennemi », ses enjeux, les moyens qu’il met en œuvre, et il faut donc en passer par la connaissance approfondie du terrain de la réalité du travail.

7Le séminaire d’Ulm sur le travail a voulu rompre avec les lieux classiques de débats en créant un espace en rupture avec l’institution, avec la méthode traditionnelle de la recherche, en mettant systématiquement en présence des militants et des praticiens (avocats, médecins du travail, inspecteurs du travail) face à des chercheurs (historiens, sociologues, économistes) qui travaillaient sur le même sujet. Il s’agissait de rendre compte de la réalité en multipliant les approches, en travaillant ensemble sur les hypothèses de recherche, en « décortiquant » les cycles du travail pour restituer, à l’image du film de Luc Moullet, Genèse d’un repas, l’origine des produits consommés, que ce soit les bananes cueillies par les ouvriers agricoles et les enfants d’Amérique centrale pour les compagnies étrangères ou le minerai de fer extrait par les mineurs de Mauritanie pour fabriquer l’acier des roulements à billes des locomotives du tgv à Dunkerque. Ces regards analytiques croisés devaient permettre aux militants – et pas seulement à eux – d’avoir la vision la plus totale possible de la chaîne d’un produit, des différentes forces de travail à l’œuvre et de ses différents mode d’exploitation. Tout autant que donner des éléments de réponse dans l’urgence des situations conflictuelles, il s’agissait d’apporter collectivement la connaissance nécessaire pour trouver ces réponses.

8Ainsi, après quelques mois de travail commun avec les sidérurgistes de Lorraine, nous avons pu organiser une enquête de terrain que quatre militants syndicalistes menèrent dans un site similaire aux États-Unis ; l’enjeu était de taille puisqu’il concernait la « reconversion » non pas tant de l’industrie sidérurgique elle-même que celle des ouvriers qui y travaillaient. Le gouvernement socialiste prônait ouvertement une « reconversion » à l’américaine, mais qu’est-ce que cela pouvait bien signifier dans la réalité quotidienne ? Des documents, des films, nous sont parvenus de Pittsburgh par le biais d’universitaires et de militants syndicalistes américains, et à partir de là, avec ce que certains d’entre nous connaissaient de la situation outre-Atlantique, nous avons pu élaborer en commun des thèmes de questionnement sur les conditions de vie faites aux « reconvertis ». Les résultats recueillis par les militants français étaient à la hauteur de nos espérances en matière de recherche, mais non en matière de réalité de la reconversion. Travailler ensemble sur le matériel récolté ne permettait certes pas de s’opposer aux projets gouvernementaux de « reconversion », tel le parc des Schtroumpfs sur la friche industrielle d’Hagondange (construit à grands frais, puis fermé pour cause de non-rentabilité), mais au moins de négocier un certain nombre de formations et le financement de contre-projets.

9Les fermetures d’usines et les licenciements amènent à réfléchir en terme de contre-propositions et d’alternatives. Les débats commençaient à porter sur la viabilité des solutions alternatives au capitalisme, la finalité des produits, l’invention de nouvelles productions destinées aux pays sous-développés. Mais l’urgence des situations, la rapidité de réactions imposée aux salariés, ainsi qu’aux militants, n’autorisent pas une démarche de recherche approfondie, type de démarche que Ton avait initiée et qui, dans certain cas, portait ses fruits. Pour proposer un plan alternatif de production pour une usine sidérurgique, il faut mobiliser des connaissances des techniques de fabrication, d’outillage, de chimie, de physique, etc. dont personne d’entre nous ne disposait. Construire des voitures pouvant rouler sans problème pendant cinq cent mille kilomètres était plus qu’une hypothèse de travail – des ingénieurs syndiqués savaient fort bien comment le faire ; mais comment inscrire cette revendication et toutes celles qui portaient en elles le refus du « jetable » et une autre idée de la consommation dans les réflexions des salariés ?

10L’arrivée d’un gouvernement de gauche au pouvoir modifie pendant quelque temps la représentation de la recherche ; en effet, le ministère organise des assises de la recherche, propose de vastes programmes de travail, mais, très vite, on réalise que s’il y a un déplacement, il concerne les personnes chargées de la mise en place de ces programmes et aucunement de leur contenu même. Et peut-être encore pis car, si dans les « années de droite », la recherche pouvait, dans l’institution même, glisser et faire accepter des projets en décalage avec l’idéologie dominante, on rentre alors dans une période que Ton pourrait caractériser par un « consensus mou », qui brouille les cartes en mettant en valeur une idée de l’entreprise parée de vertus « citoyennes », comme si elle n’était plus le lieu de l’exploitation, de la hiérarchie et du commandement, tandis que les programmes de recherche s’articulent sur cette nouvelle facette du libéralisme et ne sont là que pour argumenter scientifiquement du bienfondé des lois Auroux et de la flexibilité. C’est une période difficile, les syndicats sont, plus ou moins, par le biais de ministres, en relation étroite avec les commandes du pouvoir et peu enclins à engager des luttes violentes, persuadés que l’on peut régler les situations difficiles par une négociation bien menée. L’échec de cette stratégie est patent, le nombre de fermetures d’usines augmente sans cesse, accroissant par là même le nombre de chômeurs, mais la scène politique et sociale est étrangement vide.

11Il faut attendre quelques années avant que le mouvement de lutte sociale reprenne, sous une autre forme, relativement inattendue. Ce ne sont plus les syndicats qui en sont porteurs mais des associations regroupant leurs membres autour d’un seul objectif. C’est une focalisation nouvelle et qui prend au dépourvu. Le dal (Droit au logement), puis Act up (sur la santé), ac ! (Agir contre le chômage), apeis, mncp, sur les questions de l’emploi (chômeurs et précaires), etc., font apparaître de manière spécifique le champ des droits sociaux en le découpant sous la forme : logement, santé, emploi, revenu… Habitués à reconstruire le monde à partir du capital et du travail salarié, nous sommes pris de court par les premières demandes de participation à des débats. C’est avec l’occupation d’un immeuble de la rue du Dragon que nous faisons nos premières armes en essayant de mettre sur pied une université populaire (1994).

12Le travail de réflexion avec les membres des associations se posait d’une toute autre manière que ce que nous avions expérimenté pendant plusieurs années avec les syndicalistes. Les « damnés de la terre » avaient changé de peau, mais il fallait les reconnaître sous leur nouvel habillage. Les groupes qui se formaient, se défaisaient, se retissaient, avaient des préoccupations différentes parce qu’il existait des situations d’urgence à régler mais qui se rejoignaient sur un enjeu principal : comment sortir collectivement des marges de la société. Il nous fallait donc inventer un fonctionnement collectif nouveau qui prenne en compte les disponibilités et les demandes de chacun. Comment vivre quand on dispose d’un revenu mais pas de toit, et comment vivre quand on ne possède ni l’un ni l’autre ? Il nous est alors apparu impossible de réagir dans le temps des militants associatifs : c’est un temps de violence sociale, d’expulsion, de maladie, de faim, temps rapide, où tout saute en même temps au visage sans que l’on ait, pour soi, la durée de la réflexion qui permette d’élaborer une réponse. La réponse immédiate ne pouvait venir que des associations elles-mêmes, sous forme d’occupation, de coup de main, de dénonciation. Nos modes de réponses résidaient plutôt dans la parole et l’écriture. Il fallait y amener les membres de ces associations, les astreindre à des réunions d’ateliers régulières, et confronter les récits de situations marginales avec les analyses de chercheurs qui travaillaient sur ces thèmes. Mais il fallait aussi aboutir à une production commune où se mêlaient, autour de la problématique travail-emploi-revenu, des textes de chercheurs et de militants. Ce fut une année d’élaboration commune qui permit l’édition d’un petit livre collectif qui prit pour titre L’Herbier des Malesherbes (à la fin de l’occupation de la rue du Dragon, ses occupants non relogés occupèrent un immeuble du boulevard Malesherbes dans le 8e arrondissement).

13Des demandes collectives se formulaient ; ainsi le dal nous proposa de travailler en commun sur les projets et textes de loi, circulaires et décrets qui touchaient non seulement à la question du logement, mais aussi à l’ensemble des problèmes sociaux. Il s’agissait alors d’un travail de décryptage, de traductions – car les textes législatifs sont souvent difficilement lisibles –, et surtout d’enjeux : de quel projet étaient-ils porteurs, qu’est-ce qu’ils signifiaient pour les bénéficiaires du rmi, quelles en étaient les implications concrètes sur la « politique de la ville » et ses habitants ? Il fallait, pour notre groupe de travail « interdisciplinaire », se situer en permanence à plusieurs niveaux : une interprétation des textes en relation avec la connaissance du terrain, connaissance difficile à maîtriser car la collecte des données devait être rapide et la plus exhaustive possible. Si les difficultés recensées concernaient le logement, l’emploi, la santé, etc., et se mêlaient sans cesse, les causes en étaient bien évidemment le revenu, faible a priori par rapport à une norme sur laquelle il fallait également réfléchir pour définir ce qui était « convenable », « décent », « possible ». Il ne s’agissait pas seulement de décrire cette réalité diversifiée des marges, mais de fixer des cadres d’analyse qui permettraient aux associations de formuler des revendications articulées, en dehors d’un langage administratif et politique codé, qui inventait des notions nouvelles pour englober et nommer un ensemble disparate. Ces notions discriminantes comme « le seuil », « l’inemployabilité » – ces mots du pouvoir –, étaient elles-mêmes des enjeux et le dessein d’une politique sociale à laquelle il fallait opposer d’autres hypothèses.

14Avec le mouvement de grève de l’hiver 1995, l’ensemble issu de l’occupation de la rue du Dragon se modifie radicalement avec l’apport des syndicats. En effet, leur venue a été fondamentale en ce qu’elle a permis de réarticuler deux pans de la société qui, jusque-là, étaient en parallèle. Les syndicalistes arrivaient parce qu’ils étaient en butte à des difficultés dont ils savaient qu’ils ne pouvaient les surmonter seuls. Ils arrivaient avec leurs problèmes propres, leur vision du monde qui contenait la nécessité d’un travail commun avec ceux-là mêmes qui n’étaient plus salariés, plus ou mal logés. Le travail commun a repris un deuxième souffle ; les militants des fédérations syndicales avec leurs pratiques et leurs réflexions parvenaient à intégrer celles des marges dans un discours plus global sur la société capitaliste.

15Il est vrai que les syndicats, en France, ont été peu habitués à se pencher sur la vie quotidienne. Si l’on consulte les articles de la Vie ouvrière d’avant 1914 (afin de disposer d’une indication sur les préoccupations principales des syndicats dès l’origine), 4 articles sur 2 000 concernent le logement et 16 la vie chère, deux préoccupations qui représentaient alors des problèmes majeurs. Et dans les décennies suivantes, ce type d’article disparaît presque complètement. On pourra objecter que les grèves pour les augmentations de salaire furent nombreuses pendant tout le siècle, et que c’est le salaire qui in fine détermine la vie quotidienne. Cependant, entre les deux guerres, alors que le gouvernement commence à développer une politique de logement social (en accession à la propriété ou en location hbm), le silence syndical sur ce sujet est impressionnant. Les syndicats ne sortiront de l’usine que lors des mouvements de chômeurs des années trente, et ce n’est qu’après 1968, sans doute parce que le mouvement de Mai a aussi beaucoup influé sur la prise de parole, que l’on assiste à un retour sur les problèmes individuels, qu’il y avait une certaine impudeur à dévoiler dans les années antérieures. Les conditions de vie deviennent alors une préoccupation de nombreux militants. Les questions du logement affleurent dans les années soixante-dix non seulement avec les derniers bidonvilles qui ne sont pas encore démolis dans la banlieue nord de Paris, mais aussi avec les travailleurs immigrés, qui, dans les conflits salariaux, mêlent pour la première fois (à ma connaissance) les questions de logement et de conditions de travail. Pourtant, le logement est une arme patronale de premier choix ; depuis la fin du xixe siècle, il sert à fixer la main-d’œuvre autour de l’usine et à « moraliser » la classe ouvrière ; dans les années soixante-dix, à Fos-sur-Mer, par exemple, où l’usine sidérurgique fut construite pour briser le « bastion rouge » de l’Étang-de-Berre, les logements hlm qui devaient être affectés à la population ouvrière locale furent prioritairement distribués aux ouvriers lorrains méritants et considérés, à tort – l’avenir le prouvera –, comme une main-d’œuvre docile. Avec les mouvements de femmes, les militantes syndicales tentent de soumettre aux organisations leurs problèmes quotidiens et celui, plus difficile, de la contraception ; il leur faudra beaucoup de temps pour que ceux-ci soient pris en considération. Mais au fur et à mesure que le siècle s’avance, avec la crise de l’emploi et les fermetures d’unités de production, les luttes prennent d’autres formes, et on observe des « journées ville morte » où toute une population est en grève, les syndicats souvent regroupés en intersyndicales, mais avec eux, les commerçants, les cadres, les inactifs… C’est que, dans les secteurs industriels dits « lourds », les plus touchés par la crise économique, le logement fait souvent partie des « prestations patronales » (dans les mines, la sidérurgie, mais aussi le textile), et quand l’usine ferme on ne peut pas partir avec sa maison sur le dos ; l’endettement pour l’achat d’une maison que l’ouvrier ne peut pas revendre (sa propriété n’ayant qu’une valeur d’usage), devient souvent surendettement avec son cortège de mesures répressives. Si les organisations syndicales ne focalisent pas leur lutte sur ces questions de conditions de vie, ces dernières pénètrent peu à peu les préoccupations et les analyses que les syndicalistes font de la situation. Les domaines de la vie privée deviennent moins étanches aux organisations traditionnelles. Ce sont les femmes surtout qui ont joué un rôle important dans cette intrusion du domaine privé dans le syndicat. Comme au début du siècle quand elles se révoltaient contre la vie chère, ce sont elles qui assument au quotidien les conséquences des licenciements ; mais, à la différence d’autrefois, il devient difficile de les condamner au silence. Il faudra cependant attendre encore quelques années pour que les syndicalistes acceptent de discuter et de travailler avec des militants étrangers à leurs mouvements.

16C’est l’un des acquis majeurs des grèves de l’hiver de 1995 que d’avoir réintroduit dans les actions et réflexions du monde syndical les problèmes des non-salariés et, plus globalement, l’ensemble « conditions de vie » au sein des préoccupations des organisations syndicales. En élargissant leur champ de réflexion à des questions qui en étaient jusqu’à présent exclues, ils permettent aussi aux chercheurs de se réapproprier une autre problématique et une autre pratique : quand une fédération syndicale demande à certains d’entre eux d’intervenir sur la question du racisme parmi leurs militants, il s’agit d’élaborer un programme de recherche avec ceux qui travaillent et qui sont, dans leur travail, dans le poste qu’ils occupent, en contact direct avec des étrangers ; il faut alors s’interroger sur la pratique et les représentations des salariés, tout en les amenant à formuler des hypothèses par rapport à la recherche.

17De même, travailler sur la signification d’un mouvement de grève « à chaud » avec les salariés en grève, les questionner, les faire s’investir dans la recherche pour dégager avec eux les points d’ombre, les incompréhensions, tout cela implique, comme à chaque moment de ces recherches militantes, de connaître le terrain que souvent l’on ne maîtrise pas très bien, d’accumuler des données et de mener l’enquête « sur » et « avec », sur les grèves, avec les grévistes, ou encore sur le logement avec les mal (ou non) logés.

18C’est une attitude nouvelle dans laquelle l’ensemble composé des militants des associations, des syndicats et de ceux qui « dans le civil » sont chercheurs, universitaires, fonctionnaires des administrations de l’État, se transforme en un « travailleur intellectuel » collectif. Le temps n’est plus le même, ce n’est pas le temps long de la réflexion individuelle, de l’appropriation de connaissances dans un registre qui n’autorise le débat, le plus souvent, qu’au niveau des pairs, mais c’est, au contraire, un temps plus haché, scandé par l’appropriation collective et des débats qui se situent sur plusieurs registres à la fois. C’est aussi un temps plus long car le travail collectif nécessite des allers-retours incessants, autorise l’intrusion de nouveaux problèmes, et c’est aussi peut-être le temps de l’inachèvement.

19L’objet à étudier, à mesurer, à définir est le même pour tous ceux qui composent ce collectif ; mais, si l’objet est identique, les moyens mis en œuvre pour en combattre les effets ne le sont pas ; pour les uns, ce combat passe par l’expression écrite, par des textes, pour d’autres par des démarches auprès des élus, des institutions, pour d’autres encore, par des actions, etc. Cet objet, dont les effets produisent une régression globale des conditions de vie et des libertés sur toute la planète, est identifié comme les politiques économiques et sociales que mènent les différents États, le national, les États européens et plus largement l’ensemble des États.

Auteur

cnrs, unité de recherche Georges Friedmann.

© Presses universitaires du Midi, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.