Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Militantisme et histoire

 | 
Marie-Danielle Demélas

Deuxième partie. Militants et témoins

Culture, loisir et travail : « L’encre et la sueur »

Jean-Michel Leterrier

À la mémoire d’Eugène Varlin et de Paul Lafargue

Texte intégral

1S’il fallait emprunter à l’art cinématographique pour évoquer les rapports entre la culture et le monde du travail, c’est bien plus Je t’aime, moi non plus que La vie est un long fleuve tranquille qu’il conviendrait, ici, de convoquer. En effet, pour des raisons que nous tenterons d’expliciter, les relations entre ces deux termes de l’équation furent bien plus souvent chaotiques et complexes que simples et linéaires.

2Aujourd’hui encore, c’est le plus souvent en termes d’autonomie, voire d’antagonisme, que sont abordés ces territoires pourtant interdépendants et complémentaires que sont le travail et la culture. Au demeurant, la conjonction « et » marque bien la différence : le travail ou la culture, comme le jour et la nuit, le bien ou le mal, le froid ou le chaud. Subordination donc, mais aussi attirance et répulsion mutuelles, comme si ce couple était condamné à cette division et à cette extériorité. Travail ou culture ? Il faudrait choisir.

3Les raisons de cette extériorité, et de ce conflit entre le travail et la culture sont sans doute à rechercher dans l’histoire particulière et dans les profondes singularités culturelles du syndicalisme français.

4En effet, paradoxalement, c’est sur le terrain de la culture, des activités sociales et de la solidarité que le mouvement ouvrier va s’organiser et se structurer syndicalement, contestant ainsi ce terrain au patronat qui en faisait sa chasse gardée depuis la révolution industrielle.

  • 1 Rolande Trempé et Jean-Michel Leterrier, Construire, éd. ccas, 1996.
  • 2 Id.
  • 3 Pierre Bouvier, Travail et expression ouvrière, doctorat ehess, p. 90.

5Contraint, pour des raisons liées aux développements technologiques, de maintenir sur place une main-d’œuvre ouvrière jusque-là connue pour sa mobilité née du compagnonnage, le grand patronat va devoir proposer dans la périphérie de l’usine un certain nombre de services et d’activités susceptibles de sédentariser cette nouvelle classe sociale. Dans l’ouvrage Construire1, Rolande Trempé a montré l’organisation tentaculaire de ce réseau d’œuvres sociales que le patronat appellera très vite « ses bonnes œuvres ». À partir de 1830 et durant tout le xixe siècle, note Rolande Trempé, « les grands patrons de l’industrie mirent en place tout un ensemble d’institutions de prévoyance et de secours. Ils édifièrent des cités pour loger le personnel, créèrent des sociétés de secours mutuels, des caisses de retraites… Ils ouvrirent aussi des écoles, des églises et des temples, des patronages, et subventionnèrent des sociétés de loisirs2. » Prenant l’exemple des mines de Blanzy, Rolande Trempé nous a montré l’efficace et redoutable maillage opéré par le paternalisme naissant dont la philanthropie n’est pas le moteur, loin s’en faut, comme le remarque Pierre Bouvier : « Cette stratégie souvent empreinte d’humanisme chrétien, se double de la volonté, face aux mouvements de 1831, 1848, où s’exprimèrent directement et en leur nom propre, compagnons et ouvriers, d’assurer un contrôle plus efficace contre les idées sociales3. »

  • 4 Michel Verret, Chevilles ouvrières, éd. de l’Atelier, 1995, p. 99.

6C’est un véritable réseau tentaculaire qui se tisse alors autour de l’entreprise, imbriquant de façon extrêmement ténue la ville et l’usine. Par un système d’organisations superposées et un quadrillage associatif aussi serré que contrôlé, le capital, comme le constate Michel Verret, « assure à ses salariés, en avantages hiérarchisés, voire ségrégatifs, mais garantis à tous tout au long de l’emploi, la location à bon marché du logement et du jardin, l’accès aux économats et aux coopératives, la protection familiale et médicale, la formation ménagère, professionnelle et civique, le droit d’usage des équipements sportifs et festifs, le bénéfice, enfin, de gratifications cérémonielles transfigurant le travail industriel, ailleurs si méprisé4 ».

7Ainsi donc, au-delà de l’entreprise et du travail salarié, le patronat étend sa domination économique et idéologique sur le temps de non-travail. C’est même par ce réseau d’œuvres sociales, et par le paternalisme qui préside à sa logique que le grand patronat distille son discours idéologique. Il me paraît important de constater que l’émergence et la constitution de la classe ouvrière est contemporaine, et donc indissolublement liée, à la captation et à la confiscation par le patronat de cette autre face du travail. C’est dans cet asservissement-là, et en partie contre lui, que s’est forgée l’identité ouvrière. Il faudra de longs et durs combats pour que cette sphère du hors travail échappe au régime paternaliste et à la tutelle patronale. Le syndicalisme de métier dans un premier temps, puis confédéré à partir de 1895, en revendiquant la gestion par les ouvriers et pour les ouvriers de cet autre temps soustrait au travail, permettra progressivement aux activités de loisir et de culture de s’affranchir de la coupe patronale. Paul Lafargue dans Le Droit à la paresse mettra en évidence le fait que la France bourgeoise a bien plus pour fondement la séparation sociale du loisir et du travail, que la division du travail. C’est sans doute ce que comprendront intuitivement les premiers syndicalistes qui vont s’employer à contester cette mainmise patronale sur la sphère du hors travail en créant et en gérant leurs propres structures de solidarité, de protection et d’éducation, à l’image d’Eugène Varlin, secrétaire du syndicat des relieurs parisiens, qui crée, en 1865, la caisse de solidarité des relieurs et ouvre un restaurant coopératif La Marmite, lieu de rencontres, de débats et de lectures. Pour Varlin, « ce qu’il faut combattre de toutes nos forces, c’est l’ignorance, la routine et les préjugés que nous rencontrons sur la route du progrès. Ce qu’il faut pour les combattre, c’est l’éducation des masses ».

8Varlin, comme beaucoup d’autres, sera fusillé durant le siège de la Commune de Paris, mais celle-ci, par-delà ses nombreux morts, aura allumé une flamme vivace.

  • 5 Rolande Trempé, Solidaires, les bourses du travail, Scandéditions, 1994.

9Flambeau tenace que reprendront à leur compte les bourses du travail qui marqueront incontestablement la véritable entrée en lice du mouvement ouvrier dans le domaine de l’éducation et de la culture. Nous devons à Rolande Trempé d’avoir valorisé et éclairé le riche apport pédagogique et culturel des bourses du travail5.

10Véritables foyers culturels, les bourses seront le terrain propice à d’innovantes et durables expériences de rapprochement des ouvriers et de la culture.

11Lorsqu’elles se fédèrent en 1892, toutes les bourses du travail sont dotées de bibliothèques, et beaucoup abritent en leur sein des ateliers de peinture et de sculpture, de dessins et de couture… C’est naturellement les bourses du travail qui accueilleront et assureront le succès des universités populaires.

12Georges Yvetot, qui succéda à Fernand Pelloutier au secrétariat de la fédération des bourses du travail en 1900, confirme le rôle pédagogique de celles-ci :

  • 6 Lucien Mercier, Les Universités populaires, éd. ouvrières, 1986.

« Dans ces institutions d’enseignement populaire et d’éducation mutuelle, on étend non seulement le champ des connaissances humaines que tout travailleur doit posséder pour affranchir son cerveau des préjugés et des superstitions, mais encore on l’emploie à développer les énergies et les individualités, à constituer des esprits libres, des caractères indépendants ; en un mot, on y apprend à savoir et à vouloir6. »

  • 7 Cité par Benigno Cáceres dans l’Histoire de l’éducation populaire, Paris, Le Seuil, 1964.

13De fait, l’ambition pédagogique est élevée – cours d’histoire, d’économie politique, de philosophie… Certes, la rencontre de la « science qui venait du papier et de celle qui s’inscrivait sur la peau humaine, l’encre et la sueur7 », pour reprendre la belle expression de Pierre Hamp, était quelquefois rude, mais la soif d’apprendre, malgré tout, l’emportait.

  • 8 Rolande Trempé, Solidaires, op. cit., p. 33.

14Pour Rolande Trempé, les universités populaires « mettent l’accent, par la diversité des activités qu’elles dirigent, sur la liaison entre culture, loisir et éducation8 ».

15Il est important de remarquer, me semble-t-il, que c’est la structure horizontale, c’est-à-dire celle liée à la fois à un territoire géographique circonscrit et à l’interprofessionnalité, qui sera le plus à même d’appréhender l’enjeu des questions culturelles. Ce constat vaut encore pour aujourd’hui.

  • 9 Voir Marius Bertou et Jean-Michel Leterrier, L’Aventure culturelle de la cgt , vo Éditions-Le temp (...)

16Lorsqu’elle se crée en 1895, la cgt est donc déjà l’héritière d’une riche tradition culturelle, et comme l’a justement remarqué Marius Bertou, si la cgt trouve dans sa corbeille de baptême de bien beaux cadeaux9, il lui appartiendra désormais de faire fructifier le précieux héritage.

17Mais l’aventure culturelle qu’engage alors la cgt sera elle aussi sinueuse, épousant les méandres du mouvement social et les reliefs d’un paysage culturel en permanente évolution.

18La cgt ne sera pas la seule à s’intéresser à la « question sociale », et l’encyclique Rerum Novarum publiée en 1891 par le pape Léon XIII, qui pose les fondement d’une doctrine sociale de l’Église dépassant l’activité des seules œuvres charitables, conduira à la création de la cftc en 1919.

19Au reste, cette question de la légitimité du syndicalisme à intervenir sur les aspects sociaux et culturels traversera toute l’histoire de celui-ci et sera l’objet de longs et parfois vifs débats.

20Pourtant riche d’un long passé en la matière, la cgt débattra encore longtemps de cette question de légitimité et c’est seulement lors du congrès de Bordeaux, en 1927, que sera tranchée, pour la cgtu, cette épineuse question dite des « bases multiples ». Certes, comme l’a remarqué Marius Bertou, la scission de 1920 a conduit à la mise en œuvre de deux politiques culturelles distinctes, mais les deux confédérations continuent à investir le champ culturel et pédagogique. Ainsi la cgt se dote d’un Centre confédéral d’éducation ouvrière (cceo) en 1931, alors que la cgtu soutient pour sa part, en 1932, les Universités ouvrières, fondées par le parti communiste et parrainées par Romain Rolland et Henri Barbusse.

21Fortifiée dans sa démarche par le congrès de Bordeaux sur les « bases multiples », la cgtu va investir avec plus d’ardeur encore le terrain des activités sociales et culturelles. En 1934, Marcel Paul, secrétaire du syndicat du gaz de Paris, propose à ses adhérents une clinique, un centre de soin, et une coopérative d’achat.

  • 10 Voir Pascal Ory, La Belle Illusion, Plon, 1994.

22La réunification de la cgt, la victoire du Front populaire, les grandes grèves et les occupations d’usines permettront un développement sans précédent des rapports entre les ouvriers et le monde artistique et culturel10.

23La victoire du Front populaire viendra doper l’élan initial, mais les syndicats agissent aussi. La fédération de la métallurgie reconvertit l’ancienne demeure des comtes de Choiseul, à Baillet, en parc de loisirs pour ses adhérents et, le 27 mai 1937, cent mille personnes se pressent lors de l’inauguration pour découvrir restaurants intérieurs et de plein air, terrain de camping, de sport, comptoir de vente, théâtre de verdure, étang poissonneux. L’élan est donné, et la fédération va acquérir successivement une ancienne fabrique d’instruments de musique pour la transformer en centre de formation professionnelle, puis une librairie-bibliothèque, et créer un service juridique, une caisse d’assurances sociales, une mutuelle. Au printemps de cette même année 1937, est créé à Persan Beaumont l’aéro-club central des métallurgistes, puis la polyclinique de la rue des Bleuets.

  • 11 Id., p. 251.

24L’Union des syndicats cgt de la Seine crée à l’automne 1937 une Académie populaire de peinture et de dessin dont l’originalité tient, selon Pascal Ory, « à la participation de peintres professionnels qui acceptèrent d’assumer bénévolement l’enseignement de cette cinquantaine d’élèves réguliers ; en l’espèce, Frans Mazereel et Henri Jannot11 ».

25Si l’entrée en guerre vient interrompre cette embellie, le rapprochement entre artistes et ouvriers ne s’en distend pas pour autant. Tout au contraire même, des « poètes de la Résistance » au programme du Conseil National de la Résistance, la solidarité née de l’occupation et forgée dans la Résistance, accouche de féconds et pérennes compagnonnages. C’est des maquis du Vercors que naîtra le mouvement Peuple et culture, et de l’école d’Uriage que sortira l’association Travail et culture. Celle-ci comptera parmi ses premiers adhérents André Bazin, François Truffaut et Jean Vilar. C’est en cette période d’ombres et de lumières que se constituera ce vaste et irremplaçable réseau d’éducation populaire qui marquera durablement l’après-guerre.

  • 12 Voir Colloque de Roubaix, Centre national des archives du monde du travail, 1995.

26C’est à la Libération, dans un contexte pour un temps favorable au mouvement ouvrier, que seront créés les comités d’entreprise. Ceux-ci constitueront une étape décisive dans la prise en compte par le mouvement syndical des questions culturelles12. Pour la première fois, des représentants du personnel se voient confier la gestion pleine et entière des activités sociales et culturelles. Les anciennes « œuvres sociales » sont rétrocédées aux comités d’entreprise qui doivent très rapidement faire face à d’importantes responsabilités.

27C’est notamment à eux qu’incombera de répondre, dès la Libération, aux besoins sociaux et à la soif de culture, nés dans l’euphorie du Front populaire mais vite annihilés par l’entrée en guerre. En effet, la France de 1936 ne disposait pas des structures sociales, pédagogiques, culturelles, sportives et de loisirs capables de répondre aux nouveaux besoins nés des importants progrès sociaux du Front populaire. La guerre et son cortège de destructions massives n’arrangeront pas la situation. Les tout nouveaux comités d’entreprise relèveront le défi.

28Dès leur installation, ils devront en quelques mois ériger des « villages de toile » afin d’assurer le départ des ouvriers, dans des conditions sanitaires décentes, créer des colonies de vacances, organiser des cantines, et s’occuper, à travers les bibliothèques, de la « bataille du livre » lancée, entre autres, par Louis Aragon et Elsa Triolet.

  • 13 Jean-Michel Leterrier, « Du sport à la dimension culturelle », Les Cahiers de l’ Iforep , 1996, p. (...)

29Rolande Trempé, qui fut alors en quelque sorte réquisitionnée pour accompagner les deux grands écrivains dans la région toulousaine, en garde de riches et vivaces souvenirs. Le ccos d’edf-gdf crée un réseau national de bibliothèques et dote ses 92 antennes de 250 000 ouvrages afin de « faire pénétrer partout, jusque dans les endroits les plus reculés, jusqu’aux agents les plus isolés, les œuvres classiques et contemporaines de la littérature française et étrangère. Le roman policier voisine avec le chef-d’œuvre racinien, mais la qualité reste incontestable13 ». En décembre 1950, les élus proposent qu’une « commission soit chargée d’établir un catalogue d’ouvrages pour permettre aux cmcas d’effectuer des choix de livres » ; parallèlement est élaboré un règlement des bibliothèques à l’intention des lecteurs. Celui-ci précise les responsabilités et le rôle capital du bibliothécaire, ainsi que l’autorité du président de la cas en la matière, le règlement insiste également sur les obligations des candidats lecteurs : « Se cultiver est un devoir envers soi-même. »

  • 14 Cité par Jean-Michel Leterrier, La Culture au travail, Scandéditions, 1993.

30Si les comités d’entreprises et les syndicats s’investissent beaucoup dans la bataille du livre, le théâtre retient également toute leur attention. Fruit d’une négociation entre le syndicat cgt des artistes et celui des directeurs de théâtres, le « billet syndical » avait pour ambition d’« apporter au théâtre un sang nouveau ». Pour le metteur en scène Charles Dullin qui en fut l’un des principaux artisans, cette initiative avait pour but « de permettre au public ouvrier d’assister dans des conditions exceptionnelles aux meilleurs spectacles qui se donnent à Paris. Grâce à cela, ils se trouveront conviés à des délassements choisis, plus élevés et plus riches d’enseignements humains14 ».

31Le Théâtre national populaire de Jean Vilar profitera également de cette expérience et les abonnements resteront très nombreux de longues années durant, comme au ce Nord-Aviation qui diffusera encore en 1965 150 000 places de spectacles dont 450 abonnements pour le seul tnp.

32De ce fécond compagnonnage s’écriront de bien belles pages.

33La soif de connaître et de savoir reste particulièrement vivace, et sous des formes en permanence renouvelées, dans la tradition des universités populaires ; des cours ou des conférences sont proposées dans l’enceinte de l’entreprise. Le programme des conférences du ce Hispano-Suiza pour l’année 1962 est de ce point de vue éloquent : « L’homme de l’an 2000 », par Jean Rostand, de l’Académie française ; « Physique nucléaire et radioactivité », par Hélène Langevin ; « Le rôle de la femme dans la société », par Simone de Beauvoir, prix Goncourt 1954 ; « Perspectives de l’homme », par Roger Garaudy ; « Le cinéma, notre métier », par Louis Daquin ; « Le tnp », par Jean Vilar. Cette programmation, digne du Collège de France, s’inscrit bien dans la longue tradition du syndicalisme français.

34Au cours de leur cinquante premières années, les comités d’entreprise ont largement participé à l’évolution du paysage social et culturel, ils en ont été, et le sont toujours, un acteur important.

35Ce trop rapide panorama permet néanmoins d’apprécier la continuité de l’investissement du syndicalisme sur les questions de l’éducation, des loisirs et de la culture. Pourtant, force est de constater que si le syndicalisme a investi le temps du non-travail, il l’a aussi abordé parallèlement au travail, comme un champ autonome et extérieur, et non en articulation, en complémentarité avec celui-ci.

36En effet, la culture et le travail sont encore généralement abordés comme deux sphères autonomes même si les stratégies de démocratisation culturelle menées par les ce et par les syndicats ont permis des passages de l’une vers l’autre.

  • 15 Le dispositif apst a donné naissance en 1999 au département d’ergologie de l’université d’Aix-en-P (...)

37Mais il faudra encore du temps pour que le travail soit reconnu comme une composante à part entière de la culture. Cette reconnaissance s’inaugure autour des années soixante-huit. Une fois de plus ébranlement social rime avec révolution culturelle. Jusque-là terra incognita, le travail devient un sujet d’étude digne d’intérêt. Des travaux sociologiques, des livres tels que L’Établi de Robert Linhart, lui sont consacrés, pourtant le travail reste encore une énigme, comme le souligne le philosophe Yves Schwartz, cofondateur du dispositif d’analyse pluridisciplinaire des situations de travail (apst) au sein de l’université de Provence15.

38Intégrer le travail dans la culture conduit à considérer que celles et ceux qui le pratiquent au quotidien ne sont pas en extériorité culturelle. Retournement riche de conséquences qui remplace le mot accès par celui de passages, de complémentarités entre des domaines culturels différents.

  • 16 Voir Jean-Michel Leterrier, Y a-t-il une vie après les 35 heures ?, éd. de l’Atelier, 1999.

39Aujourd’hui encore, cette articulation entre temps de travail et temps de loisirs est posée, et la réduction du temps de travail, le passage aux 35 heures, n’éludent pas cette entêtante question16.

40Car le travail hante et contamine le temps de non-travail qui n’est pas, loin s’en faut, un temps « libre » et, contrairement à certaines idées reçues, ces deux moments de l’activité humaine, loin d’être en totale autonomie sont plus que jamais en étroite interdépendance, et ce temps que l’on dit à tort « libre » reste grandement surdéterminé par l’expérience du travail.

41Ces deux sphères d’activités que sont le travail et le loisir ne doivent plus s’opposer, se repousser comme se repoussent les deux pôles d’un aimant. Il convient d’inventer et de mettre en chantier une conception renouvelée de l’une et de l’autre, qui soit en rupture avec les antagonismes, les indifférences ou les asservissements de l’une à l’autre.

42Ce n’est pas parce que le temps consacré à l’activité besogneuse diminue qu’il faudrait accepter n’importe quel type de travail car, travail et loisir étant complémentaires, il convient de qualifier simultanément le travail et le loisir.

43Cette double exigence qualitative confère au syndicalisme et aux comités d’entreprise d’importantes responsabilités. Lieu de croisement, d’intersection, et véritable « interface » entre le travail et les loisirs, ils ont grâce à cette riche singularité la possibilité d’œuvrer à l’articulation de ces deux moments de l’activité humaine, de les rendre, non plus antagoniques et conflictuels, mais complémentaires.

44Il faut, en effet, pour disposer d’un temps libre, disposer déjà d’un emploi, c’est-à-dire d’effectuer ces premières 35 heures-là. Mais il faut aussi que ces 35 heures soient culturellement qualifiantes, c’est-à-dire épanouissantes et pourvoyeuses de sens. Qualifier le travail et valoriser les loisirs constitue donc les deux faces d’une même exigence de l’homme, celle d’agir en son nom propre, sans délégation, sur le cours de son histoire, en s’ajoutant, continûment à travers l’exercice d’activités humaines riches et diversifiées, un peu plus d’humanité.

45Appréhender en même temps les deux termes de l’équation ne constituerait donc pas une rupture dans l’histoire du syndicalisme puisqu’il les a investis efficacement, quoique alternativement, mais représenterait, au contraire, une fructueuse et nécessaire évolution.

46Puissent les débats actuels sur la réduction du temps de travail, et sur l’utilisation de celui-ci, quitter la seule sphère du quantitatif pour aborder enfin les territoires du qualitatif. Car cette valeur est aujourd’hui autant nécessaire dans le temps de travail que dans celui qu’il convient de rendre réellement libre.

Notes

1 Rolande Trempé et Jean-Michel Leterrier, Construire, éd. ccas, 1996.

2 Id.

3 Pierre Bouvier, Travail et expression ouvrière, doctorat ehess, p. 90.

4 Michel Verret, Chevilles ouvrières, éd. de l’Atelier, 1995, p. 99.

5 Rolande Trempé, Solidaires, les bourses du travail, Scandéditions, 1994.

6 Lucien Mercier, Les Universités populaires, éd. ouvrières, 1986.

7 Cité par Benigno Cáceres dans l’Histoire de l’éducation populaire, Paris, Le Seuil, 1964.

8 Rolande Trempé, Solidaires, op. cit., p. 33.

9 Voir Marius Bertou et Jean-Michel Leterrier, L’Aventure culturelle de la cgt , vo Éditions-Le temps des cerises, 1996.

10 Voir Pascal Ory, La Belle Illusion, Plon, 1994.

11 Id., p. 251.

12 Voir Colloque de Roubaix, Centre national des archives du monde du travail, 1995.

13 Jean-Michel Leterrier, « Du sport à la dimension culturelle », Les Cahiers de l’ Iforep , 1996, p. 104.

14 Cité par Jean-Michel Leterrier, La Culture au travail, Scandéditions, 1993.

15 Le dispositif apst a donné naissance en 1999 au département d’ergologie de l’université d’Aix-en-Provence, il délivre deux diplômes d’université et un dess.

16 Voir Jean-Michel Leterrier, Y a-t-il une vie après les 35 heures ?, éd. de l’Atelier, 1999.

Auteur

Enseignant chercheur au département d’ergologie de l’université d’Aix-Marseille, ancien responsable du secteur politique culturelle de la cgt.

© Presses universitaires du Midi, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540