Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Militantisme et histoire

 | 
Marie-Danielle Demélas

Deuxième partie. Militants et témoins

Pierre Monatte, journal de prison, Béthune, 1906

Colette Chambellan

Texte intégral

1Pour les militants du début du siècle, l’expérience de la prison n’est pas rare. Même de courte durée, même dans des conditions relativement bonnes, l’expérience de l’incarcération est toujours une épreuve, ainsi qu’une sorte de test pour le militant qui juge s’il peut accepter de sacrifier un temps de liberté pour ses idées et qui observe aussi les réactions de ses proches. C’est en 1905, à Béthune, que Pierre Monatte fit cette première expérience. C’est alors un jeune militant de 25 ans. Originaire de Haute-Loire, il a, après son baccalauréat, occupé quelques postes de maître d’internat dans des collèges du Nord et du Pas-de-Calais ; venu à Paris, il travaille à l’administration de Pages Libres, puis à l’imprimerie de la CGT, et adhère pleinement aux idées du syndicalisme révolutionnaire dont il défend les idées dans des articles des Temps Nouveaux et de Pages Libres. C’est pour ce talent de journaliste que Benoît Broutchoux, militant du jeune syndicat des mineurs, lui demande, en janvier 1905, de venir à Lens prendre en charge l’Action syndicale pendant son proche emprisonnement. Monatte assure ainsi durant quelques semaines la confection du journal. Broutchoux, emprisonné, doit passer au tribunal pour une autre affaire.

2Naturellement, Monatte assiste au procès. Quand le tribunal accorde trois mois de prison supplémentaires à Broutchoux, Monatte se lève en criant « À bas le tribunal ! ». Aussitôt arrêté, il passe au banc des accusés où il s’entend condamner à six mois de prison pour outrages à magistrat et rejoint une cellule à la prison de Béthune. Sur les conseils de son avocat, Ernest Lafont, qu’il avait rencontré au Mouvement socialiste, il se pourvoit en appel.

3À pieds, avec trois autres détenus, attachés par des menottes, une chaîne les reliant à deux gendarmes à cheval, il fait la quarantaine de kilomètres qui les séparent de Douai. L’arrivée à midi, heure de sortie de la mine, ne passe pas inaperçue et, le lendemain matin, à la sortie du poste de gendarmerie, les amis sont là pour voir partir le petit convoi sous la pluie.

4Ils sont là aussi, après trois jours cafardeux à la prison de Douai, à la séance de la Cour d’appel. Ernest Lafont présente bien l’affaire et les juges accordent le sursis, tout en maintenant la condamnation (ce qui vaut un casier judiciaire à Monatte et l’empêchera d’entrer à l’Imprimerie nationale en 1914). Monatte regagne Lens « gai et content ». Il écrira, beaucoup plus tard qu’il a été accueilli « comme si je venais de tirer des années de geôle. Jamais je n’aurais cru qu’un prisonnier pouvait faire battre à ce point le cœur de ses amis et des femmes ».

5C’est en mars 1906 que Pierre Monatte va retrouver les bassins miniers. Après la catastrophe de Courrières, une grande grève se déclenche. Monatte est envoyé par la cgt pour seconder Broutchoux et pour le remplacer après une nouvelle arrestation à la suite de l’attaque de la mairie de Lens, le 20 mars.

6L’extension du mouvement inquiète le tout nouveau ministre de l’Intérieur, Georges Clemenceau, qui pense qu’en raison de son passé, il peut tenter une action inhabituelle : il se rend à Lens, rencontre Basly, mais aussi les militants du jeune syndicat, et Monatte l’amène devant le comité de grève. À la réunion générale des grévistes, Clemenceau promet de ne pas envoyer de troupes. Mais la grève rebondit, avec ses violences ; après un autre voyage de Clemenceau à Lens, la cavalerie entre en action.

7Le 23 avril, une quarantaine de militants sont arrêtés, dont Monatte. Monatte n’apprend d’ailleurs que tardivement et sans détails, par son avocat, Ernest Lafont, les charges qui pèsent sur lui. Aux menées anarchistes, raisons de l’arrestation, s’ajoute la poursuite pour complot contre la sûreté de l’État. Monatte aurait touché des sommes importantes des bonapartistes pour fomenter ce complot et renverser la République. À la veille des élections, avant le 1er mai si redouté (on arrête aussi des dirigeants de la cgt), la manœuvre est évidente. Monatte est conscient du danger et écrit, le 30 avril, à son avocat Ernest Lafont : « Qu’est-ce que ça va devenir, grands dieux, si le gouvernement y va à grands coups ! 50 perquisitions chez les réactionnaires, chez les camarades. Jusqu’à ma piaule qu’ils ont dû vilainement chambarder. Malheur ! Enfin si les gens de justice n’ont pas d’autre besogne à faire, autant vaut qu’ils s’occupent au petit jeu du complot. Je ne croyais pas imaginable ce complot. Mais, en y réfléchissant, je ne le trouve pas si bête de leur part. Ils savent qu’il reste toujours quelque chose des calomnies ; peut-être pensent-ils qu’il aura suffit d’ouvrir une instruction contre un prétendu complot révolutionnaire et réactionnaire pour faire croire aux imbéciles que la propagande syndicaliste est aidée par la réaction. » Il ne saura que plus tard les raisons de cette arrestation.

8Pendant son incarcération, Monatte a tenu son journal et a conservé ce petit cahier d’écolier à couverture rouge. C’est un document rare, qui mérite d’être reproduit.

Prison de Béthune, cellule 143

Lundi 23 avril

9Couché à Fresnes, vu Delzant avant de partir. À Denain, vu Desmuls et Coupez, très colères contre le Réveil du jour. Parti de Denain au train de 10 h 05. Rencontré qui y arrivaient Delzant et Durre. Long arrêt à Lomain. Arrivé en gare de Lens à midi et demi. Arrivé sur le quai, l’agent de sûreté Béhal s’avance : « M. Monatte, au nom de la loi, je vous arrête. » Ils m’empoignent à deux agents, me mettent le cabriolet. Je réclame le mandat d’arrêt « On va vous le montrer. On vous conduit chez le commissaire. » On me sort de la gare par la sortie des marchandises. On me rentre. On me conduit au bureau des piqueurs, où on me fouille, me prenant journaux, lettres, carnet.

10On m’embarquait au train pour Béthune, encadré par cinq gendarmes. Discussion en wagon avec les gendarmes ; leur esprit est surexcité par les violences de la grève. L’un d’eux a reçu un caillou sur la figure. Pour gagner la prison nous prenons les chemins écartés. À la prison, on attend une bonne demi-heure. Qu’y a-t-il ? On me remmène. Cette fois, c’est au Parquet. Je vais savoir de quoi je suis accusé. Je rencontre en route la compagne de Benoît et quelques camarades. Je la charge d’avertir Me Flament. Je reste longtemps, plus de deux heures bien sûr, à la porte du Procureur. On ne m’appelle pas. On me remmène à la prison sans avoir été interrogé.

11Je rejoins la cellule. Je suis au no 143. J’étais au même étage l’an dernier, mais de l’autre côté. L’aspect est identique.

12Le gardien-chef m’a pris l’argent. 11 F 25.

13Je me couche de bonne heure. Je n’ai pas eu de draps. Il y a, paraît-il, beaucoup de prisonniers. Et il y a trop peu de literie.

14Mauvaise nuit. J’ai eu froid. À ce malaise physique, s’ajoute l’incertitude morale. Suis-je ici pour longtemps ou bien me relâchera-t-on prochainement ?

Mardi 24 avril
2
e jour

15Mauvaise nuit. Il fait froid. Il fait gris. Le moral est cependant bon. J’aurai du papier et des timbres tout à l’heure. Je pourrai écrire aux amis. J’aurai aussi des livres. Le gardien-chef m’a promis le catalogue de la bibliothèque.

16On m’apporte le papier à lettres. À qui écrire ? D’abord à Griffuelhes, pour lui conter la mésaventure. Écrire à Lens pour avoir du linge de rechange et quelques sous. Mes onze francs seront bientôt en allés. Écrire aussi à Lafont pour le mettre au courant et lui demander conseil.

17Demain, j’écrirai aux amis. Il ne faut pas tout faire le même jour. Gardons un peu de conversation pour les jours à venir.

18Allé fumer à 9 h. Grillé rapidement quelques cigarettes. Comment se passera la journée ? Verrai-je le juge d’instruction ?

19J’ai remis mes lettres au gardien. J’ai lu les deux livres qu’on m’a apportés : un récit de voyage à Londres embêtant comme un jour pluvieux, et des souvenirs de Sibérie plus attachants et qui m’ont fait oublier la prison pendant un moment.

20Descendez à l’instruction. Il est 4 h du soir. Enfin je vais savoir. L’inquiétude me prend à la gorge. J’ai froid et je suis oppressé. En bas, deux hommes, une pièce chauffée. Le juge d’instruction, grand, se tient debout, consulte des dossiers et des télégrammes officiels. Le greffier assis me demande noms, âge, profession. J’apprends que je suis poursuivi pour propagande anarchiste, pour avoir dit le 21 avril, à la réunion à la Maison du Peuple : « Suivez l’exemple de vos camarades de Denain ; eux ne reculent pas devant la troupe ; c’est au contraire la troupe qui fuit devant eux. »

21Le juge me demande ce que je suis venu faire dans le Pas-de-Calais. Je déclare ne vouloir répondre qu’en présence de mon avocat. L’interrogatoire d’identité prend fin. Ça y est !

22Je remonte, las et les nerfs tendus. Je n’ai qu’une chose à faire, me coucher. Avec le sommeil viendra la paix. Peut-être aurai-je plus chaud que la nuit dernière. Il est vrai que j’ai maintenant des draps.

Mercredi 25 avril
3
e jour

23Ça va mieux. J’ai bien dormi. J’ai eu chaud. Le soleil se montre. Peut-être fera-t-il moins froid que les jours précédents.

24Une dépêche de Lafont à la toute première heure, s’offrant à venir de suite. Je lui réécris afin de le mettre au courant de l’interrogatoire subi hier. J’écris à Buré, à Delesalle et à Eugénie Collignon. Buré et Delesalle se remueront-ils ? Le premier pourrait beaucoup auprès de Clemenceau. Mais le fera-t-il ?

25Descendu fumer de 10 h à 10 h 1/2. Vu Lussiez de Lens. Journée morne. Temps gris.

26On ne m’apporte pas de nouveaux livres ni le catalogue promis. Que faire ? Comment tuer le temps ? Penser au dehors ? Non, pas maintenant. D’ici quelques jours quand je serai mieux habitué à la maison et que j’en connaîtrai toutes les douceurs.

27Carte-lettre de Lafont. Lui au moins ne m’oublie pas. Monneret et Hella 8 mois ; mâtin ! comme il y va, le gouvernement. C’est 1893 qui recommence avec Clemenceau remplaçant Dupuy. Je peux me mettre une ceinture pour la liberté provisoire. Pourvu que le régime politique me soit accordé, on peut bien me coller six autres mois. Ça me fera du bien. Au bout d’un an, j’aurai eu, seul à seul avec moi-même, le temps de me former une pensée vigoureuse. J’aurai déraciné le doute qui empêche ma volonté de pousser. J’aurai arraché de mauvaises herbes que l’éducation bourgeoise a semées dans mon esprit. Il n’y aura plus de ces timidités et de ces incertitudes qui me gâtent la vie.

Jeudi 26 avril
4
e jour

28La journée s’est mieux passée. Mieux que la nuit où j’ai eu grand froid. En me réveillant au matin, je me sens les pieds glacés. Impossible de les réchauffer. Je n’y arrive qu’avec beaucoup de temps et de peine. Il faudra ce soir aviser à faire plus solidement mon lit. Que cette joie – dormir bien au chaud – ne me manque pas, au moins. Je peux me payer du sommeil ici de 8 h du soir à 6 h du matin. Eh bien, qu’il soit de bonne qualité !

29Pas de nouvelles ; pas de lettres.

30On m’apporte enfin le catalogue de la bibliothèque. Bibliothèque de faveur ! Ah ! Ah ! Il y a quelques livres de Balzac, de Daudet et d’Erckmann-Chatrian et quelques relations de voyages. J’en dresse une longue liste. Avec ça je peux refouler l’ennui pendant quelques jours, attendre même ma mise au régime politique. Je vais commencer par l’Histoire d’un paysan d’E. Ch. Voyons ce que ça vaut et si ça mérite sa réputation.

31Je demande tout l’ouvrage, il forme quatre volumes avec en plus Les Lettres de mon Moulin et De Paris au Volga de H. Lapauge.

32Je descends fumer. Il est 11 h. Rien de nouveau. Il paraît qu’il rapplique toujours du monde. Tout est rempli. Qu’est ce qu’on veut faire ?

33Je n’ai qu’un volume, le 1 de l’Histoire d’un paysan.

34Il est dévoré. Ça n’a pas fait deux plis. Lecture agréable, style précis et simple, d’une simplicité paysanne. C’est l’histoire d’un village avant 1789, la vie des paysans écrasés sous les impôts seigneuriaux et royaux de toutes sortes, avant l’introduction de la pomme de terre, la vie des paysans à la veille de la consultation du pays pour le vote aux États Généraux ; le récit des discussions et des votes des États Généraux par un délégué et sous forme de lettres.

35Je n’ai écrit nulle part aujourd’hui, attendant des lettres du dehors – Griffuelhes, Delesalle, Noël, Mme Collignon, Buré, pourraient bien trouver un moment pour me répondre. Et ceux qui ont appris mon arrestation par les journaux, pourquoi ne m’écrivent-ils ?

Vendredi 27 avril
5
e jour

36Assez bonne journée. Au matin, j’ai eu les autre volumes de l’Histoire d’un paysan. J’ai donc ainsi de quoi lire aujourd’hui et demain. Aujourd’hui j’ai lu le 2e volume en entier et commencé le 3e.

37J’ai vu Lafont, ainsi que je l’espérais. Toujours optimiste et réconfortant. Quelle solution à mon affaire, Aucune. Les paroles incriminées ne lui paraissent pas graves. Il verra Me Flament pour s’entendre pour l’instruction, étant dans l’impossibilité de venir pour chaque interrogatoire.

38Il m’a donné quelques bonnes nouvelles du dehors. Le mouvement du 1er mai s’annonce bien. Les journaux parlent d’un complot réactionnaire. Quelle idée ?

39Ma lettre à Noël n’est pas partie. Pourtant elle avait été remise mercredi. Mince d’arrêt chez le gardien-chef. Ne serait-ce pas parce que j’avisais du passage de Lafont ?

Samedi 28 avril
6
e jour

40Déjà 6 jours. C’était lundi qu’on m’arrêtait et je pourrai croire cependant qu’il y a une éternité que je suis en prison et que je n’ai jamais vécu d’autre vie. Je mange, je lis, je dors. Je pense peu. D’ici quelques jours, quand je serai solidement attaché au régime et que j’aimerai les barreaux de ma haute croisée, je forcerai ma pensée à se souvenir de la vie extérieure, j’appellerai devant mes yeux les visages des amis et des parents et je leur demanderai ce qu’ils pensent de moi, je leur dirai ce qu’ils doivent en penser. Je forcerai ma pensée à se ressouvenir de toute ma vie et je tâcherai d’utiliser mon temps de prison à récapituler mon passé et à fouiller mon horizon.

41Aujourd’hui j’ai lu. Je vais prendre le 4e volume de l’Histoire d’un paysan. Grâce à cette lecture, je n’ai pas eu le moindre ennui depuis 2 ou 3 jours. Espérons que d’autres lectures m’apporteront la même tranquillité.

42Reçu du linge de Lens.

Dimanche 29 avril
7
e jour

43Reçu au préau ce matin une lettre de Lafont. Il m’assistera durant tout le procès. J’aime mieux ça. D’ailleurs, demander à Flament de m’assister pour les interrogatoires et lui tirer le chapeau pour la défense devant le tribunal, ce n’était vraiment pas pratique ni possible. Cette solution est la seule raisonnable.

44Le procès s’élargit. Le Parquet d’ici doit vouloir un grand procès, un complot contre la sûreté de l’État où seraient mêlés réactionnaires et révolutionnaires, un grand complot à mener devant la Haute Cour, quelle aubaine pour lui. Mais comme il déchantera !

45Reçu cet après-midi deux lettres inattendues : une de mon camarade de collège Pigeon, enthousiaste et confuse, et une d’Angèle. Quelle joie ces deux lettres m’ont apportée !

46Elles sont arrivées l’une le 25, l’autre le 26. Elles me sont remises le 29. Diable, elles en mettent du temps. Le juge les avait sûrement oubliées sur son bureau ou bien il a pris le temps de faire une enquête sur chaque expéditeur.

Lundi 30 avril
8
e jour

47Le gardien-chef m’avise qu’un ordre est venu du ministère de l’Intérieur de me traiter en détenu politique. Détenu politique ! Embarras du pauvre homme qui ne sait comment faire. Je ne suis que prévenu. J’appartiens au ministère de la Justice. Il faut pour que je reçoive des visites et que j’aie les journaux, l’autorisation du Procureur de la République. Il doit le voir.

48En voilà une histoire !

Mardi 1er mai
9
e jour

49Le gardien-chef n’a rien demandé au Procureur ni au juge. Quand il est passé et que je lui ai demandé quelle mesure avait été prise, il n’a pas su encore quoi me répondre. Ça devient embêtant. Si la prévention dure et que je reste à ce régime, ça ne va pas être très gai. Tandis que si j’avais livres du dehors, journaux et visites…

50Il va falloir tâcher d’obtenir la liberté provisoire.

51L’an dernier j’étais à Mouy. Les années se suivent…

Mercredi 2 mai
10
e jour

52Le gardien-chef n’est pas venu me rendre réponse. Espère-t-il que demain j’aurai oublié ?

53C’est aujourd’hui le grand jour. Je ne saurai pas ce qu’aura été le mouvement. La cellule en est rendue plus triste.

54Écrit à Delzant, à Syffert, à Fernand.

Jeudi 3 mai
11
e jour

55Le gardien-chef est venu. Le régime politique ne s’applique pas aux prévenus.

56On est venu chercher du linge sale et apporté brosse à dents, peigne. On ne m’a pas vu.

Vendredi 4 mai
12
e jour

57Bonne journée. Vite passée grâce à mon indigestion de lecture.

58Toujours pas de visites et pas de lettre.

59J’ai écrit au Procureur afin d’avoir des livres du dehors et recevoir des visites.

60Reçu juste avant de me coucher, donc passé 8 h, 2 lettres, une de Tourette arrivée à Béthune le 30 avril et l’autre de Dehay arrivée le 2.

Samedi 5 mai
13
e jour

61Le gardien-chef me dit à sa visite, quand je lui fais part des demandes que j’ai adressées au Procureur, que les règlements s’opposent à l’entrée de livres du dehors. Des circulaires récentes l’ont encore rappelé. J’ai répondu à Tourette en ce qui concerne mes parents, pour le logement écrire de nouveau, quant au linge le retirer.

Dimanche 6 mai
14
e jour

62Jour des élections. Il y a quatre ans, j’allais aux nouvelles sur les boulevards. Reçu télégramme de Lafont me demandant si j’ai demandé un interrogatoire et quand.

63Quelle surprise ! À midi, en m’apportant beefsteack de la cantine, voilà qu’on me remet une gamelle reluisante, un dîner du dehors : soupe au fond, veau champignons en étage. Quelle bonne attention !

Lundi 7 mai
15
e jour

64Ça y est. Bien fini avec le manger de prison. 2e délicieuse gamelle.

65Lettre de Syffert et de Fernand

Mardi 8 mai
16
e jour

66Rien de neuf ! tout doux.

Mercredi 9 mai
17
e jour

67Temps d’orage, ciel gris. Il fait frais. Moral toujours bon. Insouciant, ne songeant pas à la prison.

68Reçu lettre du syndicat contenant mandat de 39 F 50. Pas remis reçu.

Jeudi 10 mai
18
e jour

69Je suis changé de cellule, transféré au no 130. C’est comme si je rentrais en prison. J’avais contracté l’habitude de la disposition du 143. Tout m’y était familier maintenant. Voilà que je vais être obligé de prendre d’autres habitudes. D’où ennui et sentiment plus précis de la vie de prison.

70Vu Lafont venu pour l’interrogatoire d’un détenu. Me raconte l’histoire du complot. Griffuelhes et Lévy sont remis en liberté.

71Revu Lafont avant son départ, examiné ensemble le dossier, sauf scellés. Interrogatoire mardi matin. Rien d’important. Des tas de perquisitions infructueuses. Rapport du commissaire ne concordant pas exactement avec ses dépêches.

72Reçu lettre Grandfils contenant 10 francs.

Vendredi 11 mai
19
e jour

73Rien de neuf. L’ennui du changement de cellule est moins pesant que je ne craignais.

74Le soleil se remontre un peu après 8 jours de pluie et d’orage.

Samedi 12 mai
20
e jour

75Rien

76Reçu lettre d’Eugènie Collignon contenant congé. Répond au concierge mais lettre ne partira que demain.

Dimanche 13 mai
21
e jour

77Allé à la messe. Rien de nouveau.

Lundi 14 mai
22
e jour

78Rien

79Mardi 15 mai
23
e jour

80Interrogatoire. Confrontation avec le commissaire qui maintient son rapport. Lafont demande la liberté provisoire. Lafont devait revenir le soir. Il n’est pas revenu.

81Mercredi 16 mai
24
e jour

82Rien de nouveau.

83Reçu carte postale de Tourette venant d’Allègre.

84Jeudi 17 mai
25
e jour

85Rien

86Vendredi 18 mai

87Samedi 19 mai

88Dimanche 20 mai
28
e jour

89Reçu tas de lettres. Fernand. Tourette. Liberté d’opinion. Noël, Syndicat.

90Nicolaï m’envoie 50 francs. Reste 47 F 80. Bonne souscription 39,50 + 50 + 47,80 = 130,30.

91De Marmande pour la Liberté d’opinion m’envoie aussi quelque chose. Je ne sais pas combien. La lettre ne porte pas le chiffre et le mandat est resté chez le chef.

92C’est ce matin qu’est sorti Broutchoux.

Lundi 21 mai
29
e jour

93Remis à la gamelle ! ! ! Grandeur et décadence.

94Lettre de Lafont. Rien de nouveau que des espérances.

95Répondu à Lafont et à Nicolaï

Mardi 22 mai
30
e jour

96On se réhabitue à la gamelle.

97Pas écrit de lettre, ni reçu, rien de nouveau

98Demain juste un mois que je serai ici.

Mercredi 23 mai
31
e jour

99Rien. Écrit à Noël, Fernand, Marmande

Jeudi 24 mai

Vendredi 25 mai

Samedi 26 mai

Dimanche 27 mai

Lundi 28 mai
36
e jour

1007 semaines que je suis ici. La huitième commence.

Mardi 29 mai
37
e jour

101Un billet de Lens et une carte de Tourette. Une lettre de Justin. Répondu à tous trois.

Mercredi 30 mai

Jeudi 31 mai
39
e jour

102Apporté du linge. Remis un billet.

103Cette accusation de complot s’est écroulée d’elle-même ; d’ailleurs, le 1er mai passé, la grève des mineurs terminée par un compromis, elle n’avait plus d’intérêt. Monatte pardonne mal à Clemenceau et, encore moins, aux anciens journaux dreyfusards qui ont publié des informations sans preuves et sans critiques. « Pas une voix ne s’est élevée pour cingler le visage de l’ancien directeur de L’Aurore. Entre copains on ne se fait pas de misères… La presse socialiste, la presse dreyfusarde d’autrefois, s’est montrée sans masque et nous pouvons carrément la parquer dans la catégorie à qui Zola donna le nom de presse immonde », écrit-il dans son récit du complot dans les Temps Nouveaux du 16 juin 1906.

Auteur

Bibliothécaire à la retraite du Musée social.

© Presses universitaires du Midi, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.