Version classiqueVersion mobile

Militantisme et histoire

 | 
Marie-Danielle Demélas

Deuxième partie. Militants et témoins

Un intellectuel engagé : Charles Rappoport

Marc Lagana

Texte intégral

  • 1 Charles Rappoport est né dans le shtetl de Doutsky (Lithuanie russe) en 1865, et il est décédé le (...)
  • 2 Pour une analyse de la pensée et de la pratique marxiste de Rappoport voir Harvey Goldberg, « La c (...)

1Pendant presque cinquante ans, Rappoport a écrit des milliers d’articles, des douzaines de brochures et de livres qui témoignent d’un engagement profond, d’un savoir étendu, et d’un internationalisme vécu1. Rappoport tenta, en tant que philosophe et intellectuel, de changer le monde. Ainsi, il mit son savoir et son expérience au service de la Révolution : du populisme au socialisme, puis au communisme. Il a appris de Lavrov et débattu avec Engels, assimilé le marxisme tout en rejetant le déterminisme, compris Jaurès et rallié Lénine, milité dans le mouvement social français tout en restant un internationaliste2. Son engagement en tant qu’intellectuel soulève des problèmes fondamentaux liés à la stratégie révolutionnaire – les rapports entre déterminisme et volontarisme, théorie et pratique, intellectuels et partis –, et pose des questions sur l’évolution propre de sa pensée ainsi que de son action politique. La vie de cet intellectuel engagé a été une véritable lutte contre les accommodements paralysants de la société et les compromissions du politique. Cet itinéraire, même inachevé, constitue un précieux document pour l’histoire du socialisme et du communisme.

2Charles Rappoport était un intellectuel internationaliste engagé par ses origines et par ses convictions. Dès le début de son exil politique, il fera partie intégrale de la diaspora : il fréquenta les socialistes russes, en commençant par l’entourage de Pierre Lavrov à Paris, puis de celui d’un G. Plékanov ou d’un Pierre Axelrod en Suisse. Cette diaspora internationale vivait d’engagement et d’exaltation, de rêves et d’espoir, en un mot elle se nourrissait de solidarité. Ceci étant dit, elle connaissait aussi toute la précarité que comprend l’exil.

3Ce lien avec les milieux internationalistes sera une constante dans l’itinéraire de Rappoport. Dans les années 1908-1911, Rappoport deviendra l’homme de Plekhanov à Paris. Il collabora avec Lénine, pendant le séjour de ce dernier à Paris, et enseigna l’histoire du mouvement social à l’école socialiste fondée par Lénine à Longjumeau. Cette école forma un certain nombre de jeunes militants russes en vue d’organiser la révolution en Russie. À Longjumeau, Rappoport côtoyait des bolcheviks d’envergure, dont Gregori Zinoviev, Lev Kamenev, D. B. Riazanov, et Lounatcharsky. Mais, vers la fin de 1911, quand Lénine décida que la collaboration avec les mencheviks n’était plus souhaitable, la mission de Rappoport prit fin subitement. Il se joindra à toute l’opposition de gauche russe pour dénoncer la scission du parti que Lénine provoque à Prague le 12 mars 1912. Rappoport renouera avec Lénine et les bolcheviks après la révolution d’Octobre et, surtout, avec la formation de la Troisième Internationale.

4Au-delà des socialistes russes, Rappoport entretenait des liens avec d’autres militants européens, tels que Karl Kautsky, Clara Zetkin ou Rosa Luxemburg. Ainsi, Rappoport avait des relations avec les réseaux du socialisme international. Sa collaboration avec les milieux socialistes européens, notamment à l’occasion des congrès internationaux mais aussi dans les revues socialistes de l’époque, ses origines russe et juive, sa grande culture, faisaient de Rappoport la figure la plus internationale du mouvement social français.

  • 3 Sur l’histoire des relations entre Charles Rappoport et Jean Jaurès voir Harvey Goldberg, « Jaurès (...)
  • 4 Ibid., p. 7.

5Rappoport s’installe définitivement à Paris en pleine affaire Dreyfus. Il trouvera chez Jean Jaurès et ses amis un accueil, une stimulation, et une reconnaissance dont il avait grand besoin. Pendant plusieurs années, il collabora à la Revue Socialiste, où il révéla toute sa culture, ainsi qu’un grand idéalisme révolutionnaire. Cet idéalisme-là le conduisit inévitablement au grand Jaurès, avec lequel il partagea, entre autres, une vision humaniste du socialisme3. Pour Rappoport, « Jaurès fut un prisme, qui réfracta tous les dilemmes et toutes les contradictions qui ont assailli les socialistes et les communistes occidentaux. Il ne put jamais nier la grandeur de l’homme4. »

6Cependant, l’opposition irréductible de Rappoport à toute participation socialiste dans un gouvernement bourgeois l’éloignera de la stratégie de Jaurès, puis du personnage. L’événement déclencheur de cette déchirure sera l’affaire Millerand. Dans une brochure intitulée Socialisme de gouvernement et socialisme révolutionnaire Rappoport critique farouchement l’ensemble de la stratégie réformiste, de l’évolution pacifiste et légale du socialisme. Cet « anti-Jaurès » ouvre la porte à l’engagement de Rappoport dans les rangs des guesdistes et confirme sa collaboration avec le marxisme international. À partir de 1902, il écrit régulièrement pour le journal du Parti socialiste de France, Le Petit sou, puis l’hebdomadaire guesdiste Le Socialisme. Il collabora aussi au Berner Tagwacht, en Suisse, et à la revue de Karl Kautsky, la Neue Zeit.

  • 5 Charles Rappoport, Le Socialiste, 19-26 juillet 1903. Le marxisme orthodoxe de Rappoport ressort t (...)
  • 6 Charles Rappoport, La Philosophie de l’histoire comme science de l’évolution, Paris, 1903, p. XIII (...)

7Rappoport reconnaîtra dans le guesdisme le marxisme orthodoxe de la Deuxième Internationale. Il était, en effet, parmi les plus dévoués à l’idéologie et à la stratégie du marxisme international sous l’influence déterminante du Parti social-démocrate allemand, modèle exemplaire d’un parti prolétarien de masse, et de l’autorité intellectuelle de Karl Kautsky5. Le marxisme de Rappoport était une véritable stratégie pour la révolution, conjuguant la théorie et la pratique. Son dicton le plus noble était de « dire ce qui est, tel est le devoir professionnel du socialiste révolutionnaire6 ».

  • 7 Harvey Goldberg, Charles Rappoport ou la crise du marxisme en France, op. cit., p. 137.

8Son engagement dans les rangs des guesdistes amènera Rappoport à défendre un marxisme rigide, dogmatique et sectaire. Cette adaptation de Rappoport au Parti socialiste de France nous révèle beaucoup sur la relation entre un intellectuel et un parti. Rappoport se considérait comme un intellectuel révolutionnaire engagé. Mais il était un « philosophe militant dont l’existence précaire oscillait entre l’indépendance totale – situation critique – et l’obédience stricte au parti. Rôle impliquant des sacrifices et une mesure peu commune de frustrations intellectuelles, d’insécurité économique, voire de méprises sur le plan politique. Pour Rappoport, cela signifiait passer sa vie à faire du journalisme au détriment d’importants travaux théoriques... Mais l’expérience lui avait enseigné que l’ombre n’était pas faite pour le révolutionnaire et le coût de l’exil ou de l’isolement risquait d’excéder le prix de la soumission. Dans un mouvement, un parti ou une faction marxiste, il pouvait justifier son existence, avoir accès aux masses, les éduquer ; mais il ne pouvait pas, sauf imperceptiblement, dévier de la “ligne du parti”7. »

9D’une manière générale, l’itinéraire de Rappoport illustre bien la force et les faiblesses de l’engagement d’un intellectuel dans un parti politique, et les implications de l’adhésion à son orientation, à sa ligne politique, et à sa stratégie. Tel était le sens de son engagement au nom de la révolution avant 1914, pour la révolution en 1917, et ce sera aussi le cas dans le mouvement communiste après-guerre.

10Cependant, quand Rappoport constatera que le sectarisme et l’opportunisme avaient eu pour effet de paralyser l’action politique des guesdistes, il aura la conviction qu’ils n’étaient pas vraiment des révolutionnaires. Puis, quand Rappoport engagea une lutte acharnée pour la paix, il se retrouva en opposition aux guesdistes. En effet, à partir de 1912, Rappoport se plongea, un peu comme un franc-tireur, dans le combat pour la paix. Dans ces années, il publia le journal Contre la guerre, avec l’aide financière de son ami Christian Rakovsky (le futur ambassadeur soviétique à Paris), dans lequel il analysa les menaces de guerre et proposa différentes stratégies contre la guerre, notamment la grève générale internationale. À la différence des guesdistes, qui considéraient la guerre inévitable sous le capitalisme, Rappoport était convaincu que la révolution serait la première victime d’une guerre. Ainsi il se rapprocha de Jaurès, au niveau national, et des révolutionnaires marxistes, au niveau international.

  • 8 Harvey Goldberg, Jaurès et Rappoport, op. cit., p. 15.

11Rappoport appuya les efforts de Jaurès pour former une grande coalition démocratique pour la paix, incluant les radicaux hostiles à la guerre. Il était aussi d’accord avec Jaurès sur la question de la grève générale à l’échelle internationale contre la guerre ; cette stratégie avait pour principal objectif de forcer les gouvernements à négocier la paix et à reconnaître l’arbitrage international. Dans cet engagement pour la paix, et contre le couple Poincaré-Barthou au pouvoir, Rappoport avait « redécouvert le révolutionnaire en Jaurès : celui qui pouvait appeler à toute forme d’action, à toute espèce de tactique pour empêcher la guerre et pouvait, en ce sens, promouvoir la révolution. Rappoport redécouvrait l’idéaliste révolutionnaire – avec cette incroyable volonté d’action sur tous les fronts et dans toutes les campagnes entreprises... Le Jaurès qui avait voté, au Congrès international de Stuttgart en 1907 pour la motion de Lénine, Luxembourg et Martov appelant à “la grève ouvrière contre la guerre”8. »

  • 9 Sur les derniers jours précédant l’assassinat de Jaurès et le déclenchement de la guerre voir Marc (...)

12Ainsi ils menaient le même combat, et au congrès spécial de la sfio, en plein milieu de ce mois fatidique de juillet 1914, Rappoport sera inconditionnellement derrière la tentative de Jaurès pour sauver la paix par une mobilisation de masse et un appel à l’arbitrage international9. Cette lutte contre la guerre auprès du grand Jaurès scellera la rupture de Rappoport avec le guesdisme et soulignera un retour soutenu à l’idéalisme révolutionnaire.

  • 10 Harvey Goldberg, Jaurès et Rappoport, op. cit., p. 16.

13Devant la catastrophe, Rappoport hésitera puis, dès décembre 1914, il contribuera par des articles à Golos, le journal des révolutionnaires russes à Paris, et, surtout, il publiera la biographie de Jaurès en mai 1915. Ce « fut un acte de courage de réimprimer, verbatim, les discours de Jaurès contre la guerre et défier ainsi les socialistes majoritaires ; également de laisser entendre [...] que Jaurès se serait opposé à la guerre ; et enfin d’utiliser l’idéalisme de Jaurès pour en appeler aux pacifistes de partout. Plus audacieux encore et plus important était le fait de souligner que tout socialisme authentique devait se pénétrer de cet esprit jaurésien (c’est-à-dire de son courage indomptable et non point de son réformisme – de l’idéal en action tel que le définissait Marx et non point de l’idéalisme abstrait), selon les termes mêmes de Rappoport : “Le socialisme sera empreint de cet idéalisme révolutionnaire de Jaurès ou il ne sera pas !”10. »

14En pleine guerre, Rappoport accueillera avec enthousiasme et optimisme la révolution en Russie. Comme journaliste au Journal du Peuple, le quotidien d’Henri Fabre, et au journal de Paul Meunier, La Vérité, Rappoport écrit sur le processus révolutionnaire, il défend le nouveau gouvernement révolutionnaire et il travaille infatigablement en sa faveur. La révolution était devenue une réalité : elle constituait une nouvelle voie et une source d’espoir et d’inspiration extraordinaires pour l’humanité. Pour Rappoport, c’était le devoir de tous les socialistes révolutionnaires de défendre la révolution bolchevique, assaillie par les forces contre-révolutionnaires en Russie et par les réactionnaires du monde entier.

  • 11 Marc Lagana éd., Les Mémoires de Charles Rappoport, op. cit., p. 356-357.

15Dans le contexte d’une Europe en crise, la révolution bolchevique devenait la seule issue possible pour les masses européennes après la guerre, le seul exemple concret à suivre. Des années plus tard, Rappoport écrivit que « pour la première fois dans l’histoire, une révolution à caractère socialiste vient de triompher, dans une lutte violente contre le mouvement capitaliste tout entier, contre M. Clemenceau avec son système de “fils (de fer) barbelés” qui devait isoler la révolution russe dans le monde, contre M. Lloyd George traitant les bolcheviks de “cannibales”. Et moi qui, toute ma vie, avais travaillé pour les mêmes idées qui venaient de triompher sur un sixième du globe, je serais resté en dehors de ce mouvement gigantesque, avec lequel la classe ouvrière du monde entier avait à se solidariser ? Non ! Impossible. Les obus, la terreur, la dictature, tout cela paraissait secondaire, provisoire ! L’essentiel, c’était la socialisation de tous les moyens de production, la conquête du pouvoir par la classe ouvrière, l’existence, sur un sixième du globe, du premier État prolétarien !11. »

16Cette conviction révolutionnaire amènera Rappoport à lutter avec son acharnement habituel pour l’adhésion de la sfio à la Troisième Internationale. Ainsi il participera activement au comité pour la Troisième Internationale, à la campagne électorale de l’automne 1919, et au congrès de la sfio à Strasbourg, en février 1920. Au congrès de Tours, fin décembre 1920, Rappoport appelle à rompre définitivement avec le socialisme réformiste et à rallier la Troisième Internationale.

17Après le congrès de Tours, il fut l’un des fondateurs du Parti communiste français et siégea au premier Comité Directeur du nouveau parti. À ce titre, il participa aux travaux de l’exécutif de l’Internationale communiste pendant son premier séjour en urss en 1922.

18Rappoport poursuivit son travail intellectuel au service du nouveau parti communiste. Toujours aussi convaincu du rôle fondamental que jouait l’éducation auprès des masses et de la nécessité de former des militants pour la cause révolutionnaire, il s’engagea dans l’enseignement. C’est ainsi qu’au début de 1919, il créa une École marxiste-communiste, qu’il dirigea ; puis, pendant les années de jeunesse du parti communiste, Rappoport enseignera l’histoire dans les écoles du parti. Malgré beaucoup d’efforts, Rappoport sera déçu car il n’arrivera pas à propager une culture marxiste à l’intérieur du mouvement communiste ni auprès des militants.

19En tant qu’intellectuel engagé dans le mouvement communiste, Rappoport a contribué énormément par sa plume. Naturellement, il poursuivra son travail de journaliste politique à L’Humanité ; mais il sera aussi directeur de L’Humanité de Strasbourg, quotidien du parti en langue allemande, de 1923 à 1925. Même si, à partir du milieu des années vingt, ses talents de journaliste ne seront que très rarement retenus par le parti, Rappoport restera correspondant des Izvestia, jusqu’à sa rupture avec le parti communiste en 1938.

  • 12 Charles Rappoport, La Révolution mondiale, Édition de la Revue communiste, 1921, voir notamment p. (...)
  • 13 Ibid., p. 63.

20Au début des années vingt, Rappoport trouva suffisamment de fonds pour lancer La Revue communiste, dans laquelle il milita pour l’affiliation à la Troisième Internationale, mais aussi pour éclairer la gauche française sur le communisme et l’évolution de la révolution mondiale. Ainsi La Revue communiste introduira les écrits des dirigeants bolcheviques et les positions de la Troisième Internationale auprès de la gauche. Dans cette période, Rappoport publia une importante brochure intitulée La Révolution mondiale qui traitait des questions suivantes : la guerre et la révolution, le capitalisme et le socialisme, le réformisme et la révolution, la Deuxième Internationale et L’Internationale communiste, le nationalisme et l’internationalisme, l’État et la lutte de classe, le socialisme et le syndicalisme, les masses et les dirigeants, les syndicats et les partis. D’une manière générale, il voulait démontrer clairement à la gauche européenne, et au nouveau Parti communiste français en particulier, les leçons politiques de la révolution bolchevique et de la Troisième Internationale12. Il était particulièrement convaincu que la révolution dépendait largement de la qualité et des capacités d’une minorité active, mais aussi que sa consolidation devait nécessairement reposer sur la majorité pour réussir dans la durée13.

  • 14 Charles Rappoport, Le Précis du communisme, Paris, Librairie de l’Humanité, édition 1924, p. 9 ; e (...)

21Pendant les premières années, pleines d’innovations et de vitalité dans la vie du parti communiste, Rappoport voulait rendre accessible le marxisme aux militants et aux masses. Il publia en 1921 Le Précis du communisme, qui a connu un succès avec quatre rééditions et de nombreuses traductions. Cette brochure présentait sommairement un marxisme orthodoxe ainsi qu’une vision idéaliste du communisme, devenu désirable et possible grâce à la révolution bolchevique ; sous la plume de Rappoport, cette révolution prenait l’apparence d’une certitude historique14.

22À partir de la bolchevisation du Parti communiste français, qu’il a vigoureusement critiquée au nom d’une éthique intellectuelle rigoureuse, Rappoport a été progressivement écarté du travail intellectuel, notamment dans l’enseignement et le journalisme. Marginal et de plus en plus isolé dans le parti, Rappoport participera à la fondation de la Revue marxiste en 1929, où il collaborera avec de jeunes et brillants intellectuels, comme H. Lefebvre, P. Nizan, Norbert Guterman. Cette revue critique et intellectuellement ambitieuse, publiant, entre autres, des textes de Marx, disparaîtra en 1930 dans des conditions rocambolesques par manque de support financier.

***

23Rappoport a voulu faire avancer l’utopie socialiste et influencer le débat sur le socialisme. Il a partagé son immense culture et son savoir avec tous ceux qu’il a connus. Puis il utilisa son savoir et ses grandes capacités intellectuelles en tant que militant (dans toutes les campagnes et réunions auxquelles il a participé), en tant qu’écrivain (notamment dans le journalisme politique), et en tant qu’enseignant (aussi bien dans les écoles que dans des groupes restreints). Sa quête intellectuelle était incessante : il fréquentait les librairies – et elles étaient nombreuses – ou s’appliquait à la recherche dans les bibliothèques, notamment à la Bibliothèque Nationale. Ainsi, il poursuivit sa passion d’apprendre, son besoin de convaincre, son ambition de promouvoir le développement de la conscience, aussi bien individuelle que collective, de manière implacable. Ce genre d’engagement, cette capacité de travail, ce niveau de conviction a été sa raison d’être ; c’était une façon de vivre aussi exigeante qu’exaltante et gratifiante.

24Durant toute sa vie de militant, Rappoport était intellectuellement et moralement convaincu que le socialisme triompherait et éventuellement libérerait l’humanité. Un aspect constant de son militantisme était cette autre grande conviction que pour être politiquement efficace, et donc faire avancer la cause du socialisme, il fallait appartenir à une organisation. Ce qui explique, au moins partiellement, son rapport avec les partis de gauche, c’est-à-dire, notamment sa complaisance évidente envers la discipline de parti et son inébranlable solidarité avec les partis dont il a été membre. En effet, il avait une idée assez claire de la place et du rôle d’un intellectuel dans le Parti socialiste de France, dans la sfio d’avant-guerre, et au Parti communiste. Quant il se soumettait à l’autorité d’un parti, c’était parce qu’il estimait que l’organisation avait un rôle historique à jouer, et, surtout, qu’il pouvait mieux servir la cause socialiste en poursuivant son travail intellectuel à l’intérieur. Il avait quelques modèles d’engagement intellectuel au service du socialisme (un Jaurès, un Kautsky, une Luxemburg). Ceci étant dit, en tant qu’intellectuel et philosophe, Rappoport était souvent au service d’un parti. Il est évident que sa place et son rôle comme intellectuel dans le parti communiste a obligé Rappoport à défendre un système qui, en dernière analyse, allait à l’encontre de ses propres idéaux.

25Dans son travail de journaliste et de propagandiste, c’est-à-dire pendant cinquante ans de militantisme, Rappoport voulait former des socialistes capables de faire la révolution : des militants capable de mener des actions à tous les niveaux, dans toutes les circonstances, et, surtout, possédant une méthode d’analyse et une vision solide et claire du monde. Pour cela, il fallait une formation intellectuelle solide, qui permettait de comprendre le passé, d’apprendre de l’histoire, et ceci aussi bien au niveau théorique que pratique. D’où ses grandes déceptions : sa critique irrévocable de la faillite lamentable de la Deuxième Internationale face à la guerre ; sa condamnation tout aussi fondamentale de Staline et du système stalinien.

26Tant que Rappoport resta dans le mouvement communiste, un engagement qui a survécu au-delà de ses convictions, il ne pouvait pas publier ce qu’il avait découvert ou compris : que le marxisme n’était pas une idéologie ; que le dogme entravait l’action ; que la bureaucratie était conservatrice et même contre-révolutionnaire ; que la vérité et la liberté étaient les deux plus grandes forces révolutionnaires à la portée des individus. Ainsi, pendant des années il s’accrocha avec persévérance à des images de ce qui aurait pu être, tout en tolérant les abominations du présent. Est-ce la répugnance à abandonner la cause de sa vie ? Est-ce la peur de l’isolement ? Au moment des grandes purges, où il voit la disparition de ceux qui avaient fait la révolution, Rappoport entama une rupture aussi dramatique qu’irrévocable avec le parti communiste. Cette décision, prise en 1938, détruira le sens de son engagement, l’espoir en la révolution. Rappoport dénonça sans réserve Staline et le stalinisme, appelant ainsi à une autre longue lutte pour le socialisme. Mais un Rappoport vieillissant et moralement brisé ne pouvait pas relever un tel défi.

27Et pourtant, le sens de son engagement intellectuel se trouve précisément dans sa lutte constante et acharnée pour une société réellement humaine et démocratique, reflétant la dimension humaniste du marxisme et du socialisme. Sa conviction dans le potentiel pour l’émancipation humaine et le progrès social était une constance sous sa plume et dans sa parole. C’est cette conviction qui le conduisit à Jaurès, et qui, d’une manière générale, déterminera son engagement intellectuel. Sommes-nous toujours aussi convaincus aujourd’hui, au même titre que Rappoport hier, que « sans liberté, il n’y a pas de socialisme ; sans socialisme, il n’y a pas de liberté » ?

Notes

1 Charles Rappoport est né dans le shtetl de Doutsky (Lithuanie russe) en 1865, et il est décédé le 17 novembre 1941 à Cahors (France). Harvey Goldberg et Marc Lagana sont les auteurs d’une biographie, en anglais, intitulée Charles Rappoport : The Life and Times of an International Socialist (1865-1941).

2 Pour une analyse de la pensée et de la pratique marxiste de Rappoport voir Harvey Goldberg, « La crise du marxisme en France », L’Homme et la société, nos 24-25, avril-septembre 1972, p. 127-150.

3 Sur l’histoire des relations entre Charles Rappoport et Jean Jaurès voir Harvey Goldberg, « Jaurès et Rappoport », Le Mouvement social, no 73, octobre-décembre 1970, p. 3-20.

4 Ibid., p. 7.

5 Charles Rappoport, Le Socialiste, 19-26 juillet 1903. Le marxisme orthodoxe de Rappoport ressort très clairement dans les trois volumes importants de l’Encyclopédie socialiste de Compère-Morel auxquels il collabora de 1912 à 1914 : vol. 1 : Un peu d’histoire ; vol. 4 : La Révolution sociale ; vol. 10 : Pourquoi nous sommes socialistes ?

6 Charles Rappoport, La Philosophie de l’histoire comme science de l’évolution, Paris, 1903, p. XIII-XIV.

7 Harvey Goldberg, Charles Rappoport ou la crise du marxisme en France, op. cit., p. 137.

8 Harvey Goldberg, Jaurès et Rappoport, op. cit., p. 15.

9 Sur les derniers jours précédant l’assassinat de Jaurès et le déclenchement de la guerre voir Marc Lagana éd., Une Vie révolutionnaire, 1883-1940. Les Mémoires de Charles Rappoport, Texte établi et annoté par Harvey Goldberg et Georges Haupt, édition achevée et présentée par Marc Lagana, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1991, p. 290-304. Pour une bibliographie des écrits de Rappoport voir p. 491-492.

10 Harvey Goldberg, Jaurès et Rappoport, op. cit., p. 16.

11 Marc Lagana éd., Les Mémoires de Charles Rappoport, op. cit., p. 356-357.

12 Charles Rappoport, La Révolution mondiale, Édition de la Revue communiste, 1921, voir notamment p. 11 et 32.

13 Ibid., p. 63.

14 Charles Rappoport, Le Précis du communisme, Paris, Librairie de l’Humanité, édition 1924, p. 9 ; et édition 1935, p. 13.

Auteur

Professeur et Président de l’université du Québec à Montréal.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search