Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Militantisme et histoire

 | 
Marie-Danielle Demélas

Première partie. Hommage à Rolande Trempé

L’histoire des mines

Perspectives sociologiques et politiques

Olivier Kourchid

Texte intégral

1Ce texte comprend deux parties. La première émane des réflexions qui m’ont été inspirées par Rolande Trempé, à travers ses écrits, au cours de nombreuses rencontres, et surtout grâce aux informations autrement introuvables qu’elle a bien voulu me livrer avec beaucoup de générosité : il s’agit de dire comment, et peut-être pourquoi, Rolande Trempé et son ouvrage majeur, Les Mineurs de Carmaux, ont grandement participé à une intégration de points de vue entre l’histoire et la sociologie. La seconde partie, qui n’est pas étrangère à la première, appartient en propre à Rolande Trempé : il s’agit de réflexions qu’elle a bien voulu me livrer à propos du rapport multiple entre le monde de la mine et celui de la politique.

Histoire et sociologie

  • 1 O. Kourchid, F. Fortunet, R. Trempé, Innovation et exemplarité des relations au social : les mines, (...)

2Les perspectives développées par Rolande Trempé dans le domaine historique et politique sont bien connues et font l’objet, au-delà des textes réunis dans ce recueil, de la réputation qui est la sienne. Certes, cette œuvre scientifique et militante dépasse largement le monde de la mine, comme en témoignent sa bibliographie, et ses multiples intérêts actuels, mais c’est cependant à partir de sa grande thèse d’État sur les mineurs de Carmaux que s’est confirmée sa notoriété nationale et internationale. Au début des années quatre-vingt, Rolande Trempé a été Tune des chevilles ouvrières d’une atp (Action thématique programmée) devenue le Groupe de recherche cnrs « Travail et travailleurs aux xixe et xxe siècles », clairement identifié comme interdisciplinaire. Certes, les historiens y étaient majoritaires, en particulier au Bureau, avec Antoine Prost, Madeleine Rebérioux, Rolande Trempé, la géographie étant représentée par Françoise Cribier, et la sociologie par Michel Verret et l’auteur. C’est à partir de cette époque que je me suis plus spécifiquement investi dans les recherches minières, car j’étais originaire du bassin minier Nord-Pas-de-Calais, alors que l’Institut fédératif de recherche sur les sociétés industrielles (ifresi-cnrs) se construisait sous la houlette de Michel Simon, professeur de sociologie à Lille, et que le contenu de la récession minière des années quatre-vingt-dix était totalement empreint de la structuration historique de la mine et de sa région, entre autres à partir de la reconstitution des années 1920-1930, et des bouleversements de la période 1940-1945. Pour un sociologue définitivement marqué par le monde du travail et de la grande industrie, le passage par l’histoire sociale, politique et technique de la branche était obligatoire pour appréhender la période contemporaine. Par conséquent, si j’ai tenté ma chance en étudiant une société hégémonique des années vingt aux années cinquante (les Mines de Lens), l’œuvre de référence était et est toujours Les Mineurs de Carmaux. L’on y trouve une démarche plurielle intégrée qui ne figure que trop rarement dans les œuvres consacrées aux branches industrielles stratégiques. Bien plus, Rolande Trempé a bien voulu me conseiller de nombreuses fois sur les ressources disponibles, aux Archives nationales, au cedias-Musée social, ou sur d’autres fonds, comme celui du Centre historique minier de Lewarde (Nord), et aussi m’entraîner dans ses démarches pour repérer, mémoriser, et signaler certaines archives importantes : celles de Léon Delfosse, ancien secrétaire général de la Fédération nationale du sous-sol cgt, maire communiste de Libercourt jusqu’à son décès en 1985, ou celles de Henri Martel, classées par G. Sentis, et réunies à l’Espace Marx d’Hellemmes. Réciproquement, Rolande Trempé a toujours bien voulu participer concrètement – c’est-à-dire en présentant elle-même une communication originale, malgré un emploi du temps bien chargé – aux réunions ou colloques que j’ai organisés. Par exemple, France-États-Unis : les Crises de la production et du travail [Bouvier, Kourchid, Leroy Méridiens-Klincksieck, 1988], où elle a donné un exemple magistral de comparativisme croisé en présentant le rapport (datant des années quarante-six) d’un ingénieur français sur les mines américaines, comparé avec celui d’un ingénieur américain sur les mines françaises ; Le Monde de la mine, en 1989 à Oignies (Pas-de-Calais), sur la mémoire collective et le patrimoine industriel où elle a largement contribué à réunir des passionnés qui ne veulent pas voir mourir deux cent cinquante ans d’histoire sociale et industrielle ; ou encore Cent ans de conventions collectives à Arras en 1991, où elle a remis en perspective les conventions d’Arras, et donc la définition même de la notion de convention, en les comparant à la sentence arbitrale de Carmaux de 1892. C’est grâce au schéma de travail qu’elle a proposé qu’une historienne (elle-même), une historienne du droit (Françoise Fortunet) et un sociologue (l’auteur) se sont associés pour traiter de l’innovation sociale et politique dans le monde de la mine en France au xixe siècle1

  • 2 Elle en a donné une preuve de plus en m’aidant maintes fois à structurer le plan et le contenu de m (...)

3Il faut ajouter, et on en oublie, les innombrables occasions où elle a présenté, dans le Nord-Pas-de-Calais, comme ailleurs, une conférence ou une communication à des réunions savantes et/ou militantes. Mais surtout Rolande Trempé a toujours soutenu avec beaucoup de sincérité toute forme de coopération scientifique avec d’autres disciplines, y compris la sociologie2.

4Cette solidarité avec d’autres sciences sociales mérite d’être soulignée, à mon sens, pour plusieurs raisons, qui vont plus loin que la volonté de dépasser le cloisonnement disciplinaire académique particulièrement puissant en France.

Solidarité interdisciplinaire

5Tout d’abord, il existe une solidarité de fait entre les historiens et les sociologues de la revendication et du mouvement social : les uns et les autres s’intéressent à l’ensemble du monde productif, où l’industrie tient une place pratique et théorique privilégiée. L’industrie, cela veut dire la grande industrie, et donc l’industrie minière qui fut stratégique dans les pays où l’intensification capitaliste s’est réalisée à partir du charbon et des métaux, et qui est toujours stratégique dans le monde, puisqu’elle fournit annuellement, dans un contexte de croissance continue, près de la moitié de l’énergie fossile mondiale. C’est aussi cette industrie qui a constitué des regroupements sociaux, militants et politiques, formant sous divers drapeaux les archétypes revendiqués de l’ouvrier, du travailleur, de l’exploité, de la classe ouvrière, du militant, mais aussi de l’esclave, du travailleur forcé, ou du déporté. C’est à cette industrie également qu’appartiennent d’autres archétypes, comme ceux des grands corps administratifs, du paternalisme, des nationalisations, de la socialisation, de l’État-patron, mais aussi, dans certaines circonstances, du patronat sauvage associé ou non aux pires dictatures. Dans tous les cas, le fait d’être une industrie stratégique a placé les charbonnages au cœur des rapports entre société, industrie et État, donc au cœur des relations professionnelles ou révolutionnaires. Ces quelques thèmes évoquent bien le fait qu’il ne peut exister d’étude approfondie d’une industrie stratégique sans connaissance de toutes les disciplines qui s’y intéressent : le gisement commande, et avec lui les recherches et les techniques et d’exploitation et de valorisation, à travers certaines des disciplines de sciences « dures » ; ou les interrogations socioprofessionnelles, économiques et politiques à travers beaucoup des sciences sociales.

6Ensuite, et partant de là, on sait bien que Rolande Trempé s’est profondément investie dans l’étude et la compréhension de la mémoire militante et plus largement de la mémoire du travail. Elle a évidemment réalisé de nombreux entretiens, en enregistrements « audio » ou « vidéo », en a compris les apports et les limites ; elle en a aussi vécu les drames, comme lorsqu’elle a réalisé en direct un entretien avec un militant dont le passé refoulé a soudain rompu les digues de l’autocensure. Mais aussi Rolande Trempé a bien sûr saisi qu’il existait toujours un espace non rempli entre le déterminant et le déterminé, et qu’il convenait de le minimiser : si l’archive produit une trace multiple et périodisée, chaque écrit – ne serait-ce que par sa sélection comme trace survivante – est un témoignage au codage institutionnel très puissant. C’est vrai dans le domaine politique, cela l’est encore plus dans le domaine industriel, à la frontière de la science et de techniques particulières. Il s’agit donc là de témoignages sélectifs et sélectionnés par différents facteurs (y compris la chance ou le hasard) constituant une archéologie, à propos desquels peuvent être inférées des hypothèses de causalité plus ou moins solides. Le recours aux témoins, que connaissent évidemment les historiens, tend à lever une partie de cette ignorance, au biais près de l’auto-justification ou du faux savoir. Certes, on pourrait avancer que c’est un processus inverse de celui que connaissent les sociologues « hypercontemporains » ou « instantanéites », qui appréhendent la réalité sociale par la mise en évidence de causalités synchroniques. C’est aussi le processus que pratiquent les sociologues d’observation, dont l’ambition très méritoire est de rendre compte de la complexité d’une vie, d’un métier, d’une organisation, ou d’un dispositif technique pratiqué. Mais on peut admettre un point de vue complémentaire : toute sociologie qui veut exprimer le réel et le changement avec le minimum d’erreur doit être entrée par avance dans l’accumulation diachronique et donc dans la connaissance historique raisonnée, tout en ayant conscience que les modes opératoires ne vont jamais au bout de l’action. C’est de là que naissent les hypothèses fortes de causalité, ou celles permettant de discerner les grandes coupures significatives dans les périodisations, autant que les continuités indéniables de la série ; et c’est de là que naissent les modes de sélection des personnages-clés et des personnes ordinaires – ces fameux échantillons – qui, dans l’enquête, parleront au nom d’eux-mêmes et au nom des autres et répondront ainsi aux visages du passé. On comprend donc bien pourquoi la sociologie ou l’anthropologie du monde du travail minier ont présenté pour Rolande Trempé un attrait incontestable. Les raisons en sont nombreuses : en tant que spécialiste du monde de la mine – passée par l’enseignement en Ecole normale nationale d’apprentissage, mais aussi par les visites de chantiers souterrains –, elle en connaît évidemment tout le vocabulaire, les techniques, les modes opératoires, et les modes d’organisation sociale et politique ; en tant qu’historienne, elle en a suivi les évolutions, revendicatives ou entrepreneuriales, de la croissance à la récession, et peut ainsi tirer profit de l’observation d’une donnée contemporaine, d’une biographie, d’un chantier ou d’une description de chantier pour donner corps au changement sur la longue période du travail au front de taille ou au creusement, et de l’évolution conflictuelle de la société du fond au jour. Autrement dit, c’est cette accumulation qui permet d’organiser l’insertion comparative de l’événement dans la série.

7Enfin, outre la démarche historique si riche dans sa présentation, Rolande Trempé nous a donné une lecture sociale et sociologique de l’histoire. Aussi doit-on parcourir une fois de plus Les Mineurs de Carmaux pour justifier ce constat.

Les Mineurs de Carmaux

  • 3 Les Mineurs de Carmaux, 1848-1914, Paris, Éditions Ouvrières, 1971, tome I, p. 101.

8Un premier point fort est à signaler. Lorsque l’ouvrage démarre sur la notion d’entreprise et de constitution d’une nouvelle société, certains auraient pu attendre une vision réifiée – marchande ou planiste – de la notion d’entreprise. Dans un cas, il s’agit de la coalescence des éléments juridiques et économiques suivant une dérive managériale qui a entraîné dans son sillage nombre de spécialistes de sciences sociales ; dans l’autre, il s’agit de la consolidation des éléments productifs et techniques dans l’ensemble du « capital » de moins en moins représentatif d’une classe sociale, et de plus en plus symptôme de l’impérialisme, ou du monopole capitaliste d’État. Tout autre est l’éclairage donné par Les Mineurs de Carmaux, empreint de l’omniprésence de la question sociale et humaine. La proximité de l’auteur et des descendants des grandes familles industrielles – à la fois détenteurs d’archives particulières et d’explications orales, séduits par le travail accompli – y est sans doute pour beaucoup ; mais la volonté de faire « parler » l’archive en identifiant les acteurs principaux y est pour autant. Ainsi entendons-nous les figures principales de la décision conduisant à la forme stabilisée et charbonnière de la Société des mines de Carmaux : les concessionnaires et dirigeants successifs de la famille de Solages, dont Achille de Solages, président de la société des mines de Carmaux depuis 1834 (le marquis dont nous avons tant entendu parler !), le directeur Chassignet (de 1787 à 1819), les promoteurs du chemin de fer Albi-Carmaux (aristocrates et banquiers), l’alliance Morny-Solages, la désignation de Morny, Seraincourt et Donon au conseil de surveillance de la nouvelle société, les cooptations d’administrateurs, démontrant la nécessité de tenir compte des rapports Paris-régions, des relations inter-branches, du rapport houille-chemins-de-fer complémentaire en économie, mais pas forcément en finances. Apparaissent aussi les différentes couches sociales financières et industrielles provenant de la noblesse ancienne, de celle du Premier Empire, ou de la bourgeoisie du Second, décideurs surveillés en principe par l’administration, l’Ingénieur Général des Mines et ses subordonnés. À ce moment, c’est Rolande Trempé elle-même qui pose Tune des redoutables questions sociologiques ou psychologiques, issue de la réciprocité entre la vision du monde et la vision pratique : « La psychologie et le comportement des administrateurs sont-ils déterminés fondamentalement par l’évolution à long terme du profit, ou par son évolution cyclique3 ? »

  • 4 Id., p. 94.

9Un deuxième point fort concerne la production, ses investissements et ses techniques, où se déploient les innovations de l’époque, en matière d’explosifs, d’aérage, d’électrification, d’abattage, tous facteurs mettant en œuvre des transferts de techniques, et conduisant d’une part à l’inéluctable approfondissement des gisements, et de l’autre au rapport cyclique – et ici clairement périodisé – entre productivité humaine et productivité du matériel (« compenser ou freiner la hausse de la masse salariale et la montée du taux de salaires4 »). C’est le rapport à la durée, au temps, à la vision de l’avenir qui est ainsi évoqué.

  • 5 Id., p. 246.

10Un troisième point fort est issu des deux premiers : l’entrée en scène des mineurs, à travers leur niveau de vie, leur psychologie, leurs comportements, et leurs stratégies politiques. C’est l’occasion de dire que la densité de données disponibles dans une branche industrielle stratégique fortement administrée et contrôlée a rendu possible cette présence massive de la société ouvrière minière dans les rapports de production. Là aussi, y compris au cours d’un échange poli avec A. Touraine et une mise en perspective des généralisations dont il est coutumier, la démarche rencontre sans équivoque celle des sociologues de la production et du travail : recrutement, et constitution d’un groupe professionnel (au masculin et au féminin, du paysan-mineur au mineur-prolétaire), spécificité, qualification et hiérarchisation des métiers du fond (mineurs au rocher, piqueurs à l’abattage, boiseurs), constitution et transformation des équipes, rapports hiérarchiques, métiers du jour, évolution qualitative et quantitative des emplois, organisation du travail et des transports, tout cela est articulé dans les constituants du dispositif productif. Mais alors il faut introduire le rapport entre travail, salaires et niveau de vie, et donc entre la conflictualité et la productivité : « Le facteur humain reste essentiel ; c’est lui qui expliquerait la longue dépression qui, pendant vingt ans, caractérise la courbe de rendement5. » Car, débat sociologique central, c’est à la fois la discipline et l’autorité, les horaires et les rendements, facteurs multipliés par un autre, le refus de prolétarisation, qui « ont dressé les ouvriers contre la compagnie ».

La sécurité ouvrière

11Car un quatrième point fort entre en jeu : la notion générale et transversale de sécurité ouvrière, non pas en soi, mais en rapport et le plus souvent en opposition avec la fonction de sécurité économique, capitaliste et industrielle portée par les dirigeants de l’entreprise. La notion de sécurité ouvrière, que Ton peut étendre à celle de sécurité salariale, est sans aucun doute centrale dans l’appréhension pluridisciplinaire des rapports sociaux du travail, précisément parce qu’elle ne peut se satisfaire d’une approche unilatérale de la question. Ainsi, la diminution de la part de la propriété ouvrière et de ses ressources dans les revenus déplace vers le salariat, et parfois vers le salariat seul, la sécurité économique. Ainsi monte en force l’insécurité du lendemain représentée par le chômage, mais plus largement par le manque de protection sociale (santé, retraites). Quant à l’insécurité au travail, elle est représentée par les accidents mortels individuels ou collectifs, et les accidents de tous les jours dont la fréquence est la plus élevée parmi toutes les professions.

12Ainsi, Les Mineurs de Carmaux aboutissent à une autre interrogation clé dans l’architecture de l’étude des mondes du travail : est-ce la condition générale de la sécurité ou la condition générale de la productivité qui – en sus des rapports économiques et d’autorité – engendre les revendications ouvrières ?

  • 6 Id., p. 399.

13La nécessité d’asseoir à nouveau la démarche sur le salaire nominal est évidente ; mais les démarches précédentes comme celles de Simiand y sont restées confinées. Au-delà, c’est la « défense du salaire » qu’il convient de définir. Rolande Trempé convoque alors le rapport étroit entre la mobilisation et ses motifs, et surtout entre l’évolution des salaires et les perspectives induites dans la vision collective des conditions. Deux domaines sont mis à contribution à travers les archives : le décalage dans le temps entre les vagues de fluctuation de salaires, et celui entre les salaires et les prix. Cette double question donnera lieu, dans les années quatre-vingt, à une très importante production socio-économique, à la recherche de ce fameux time gap cher aux anglo-saxons. Face à ce contexte intérieur (car les données économiques se traduisent en salaire de base et donc de subsistance), s’enclenchent les mouvements revendicatifs, appuyés sur l’insatisfaction du passé et la conquête d’un meilleur avenir, mais aussi sur les « retards de conscience » dont témoigne la corporation : ainsi est posé le mode de représentation ordinaire et militant de l’action collective, et son opposition diamétrale à la politique économique de la compagnie qui, en refusant l’indexation, prétend défendre à long terme l’intérêt des ouvriers6.

  • 7 Id., tome II, p. 576.

14Comme de juste, Les Mineurs de Carmaux font alors intervenir un autre plan de la sécurité ouvrière : la sécurité dans l’emploi et la carrière, et la sécurité de l’emploi, toutes deux soumises largement à l’arbitraire hiérarchique et patronal. Dans les deux cas, cette préoccupation rejoint l’un des thèmes centraux de la sociologie actuelle : la sélection et les sanctions, toutes deux de plus en plus confrontées à la nécessaire évolution du droit du travail, et à l’encadrement de l’arbitraire concurrentiel sur les marchés internes et externes du travail. Quel gouffre entre les possibilités infinies de harcèlement ouvertes par le droit divin de l’employeur, et le collectif ouvrier dont le patronat refuse de voir les délégués ! Quelles avancées aussi, comme avec la grève de 1892 où la compagnie confirme « que la société combattait le syndicat non seulement en tant qu’organisation détentrice d’un pouvoir rival, mais en raison de l’idéologie qu’il diffusait dans la masse des mineurs7 ». Également parce que le syndicat partagerait sous peu le contrôle des accidents (prévention et contrôle par les délégués), veillerait à leur réparation (à charge de l’employeur), et gérerait paritairement l’assurance des risques maladie et vieillesse.

15L’une des expressions extrêmes de la revendication étant la grève, on ne s’étonnera pas que Rolande Trempé y consacre une part importante de l’ouvrage, en y appliquant la même méthode que précédemment : identifier les causes, les tendances générales, les volumes, les déroulements, et surtout les acteurs (dont font partie les divers segments de l’État). Grèves économiques ou grèves politiques ? Grèves revendicatives ou grèves révolutionnaires ? Grèves violentes autonomes ou provoquées ? Grèves contrôlées ou grèves sauvages ? Les questions sont là, avec leurs réponses de l’époque, ainsi liées par une parenté indiscutable avec les recherches en sociologie politique sur les mobilisations – souvent contemporaines de l’écriture des Mineurs de Carmaux –, qui tenteront de repérer ruptures ou continuités entre les domaines d’analyse.

16Partant de la constitution d’une société houillère, Les Mineurs de Carmaux nous conduisent enfin à l’autre bord de l’arrangement des rapports socio-politiques : le syndicalisme (et sa version réformiste) et le socialisme (et sa version parlementaire).

17Ce parcours succinct d’un livre probablement exemplaire en « histoire totale » n’avait pour but que de recenser l’essentiel des points de parenté avec les démarches sociologiques. Ces points sont extrêmement nombreux, car Rolande Trempé a voulu traduire dans le sens de l’action et du militantisme les données de base qu’elle avait réunies sur l’exploitation et la société minière. Il faut dire que Les Mineurs de Carmaux se situent dans l’éventail des recherches effectuées en sociologie de la production et des rapports sociaux au travail, dans les années 1960-1980 en France, et dans le domaine de l’organisation industrielle, des salaires et des prix, des mobilisations et des conflits, et, bien sûr, des représentations et de la « conscience ouvrière ». Certes, au cœur de son travail, Rolande Trempé aurait peut-être donné beaucoup pour s’entretenir directement avec les mineurs de Carmaux, leurs patrons, leurs porions, ou leurs représentants politiques et syndicaux, bien que ce type de regret ne figure pas dans la panoplie affective des scientifiques ; mais la structuration majeure du livre tient à la capacité de l’archive d’engendrer une vaste architecture générale, par sujet et par période, où ont été consignées toutes les formes d’expression des acteurs concernés. À l’inverse, si la démarche sociologique a accès aux acteurs, elle ne bénéficie généralement pas de l’accès aux archives fines – c’est-à-dire épaisses –, le plus souvent confidentielles au moment des enquêtes. Réciproquement, si les historiens peuvent faire parler l’archive, à condition de le vouloir, les sociologues peuvent archiver la parole, et avec elle les traces du travail vivant qui sinon s’évanouiraient pour toujours au fond des galeries. C’est encore un point de rapprochement.

Le monde de la mine et la politique

18[Propos de Rolande Trempé recueillis par O. Kourchid le 7 juillet 1999.]

Les paramètres d’une industrie stratégique

19Cette vaste question du rapport entre le monde de la mine et la politique (ou le politique ?) doit être appréhendée dans deux domaines très différents : d’une part celui où le monde de la mine est considéré au plan professionnel ; et d’autre part celui où ce monde de la mine est présent et représenté dans la vie hors travail, par son implantation dans les municipalités, les circonscriptions et les territoires. Dans tous les cas, la question centrale, sous-jacente au rapport à l’État, est celle du mode de diffusion du politique dans les rouages économiques, techniques et sociaux de l’exploitation minière.

20Le premier domaine, celui des activités professionnelles, établit le rapport de base entre les mineurs comme producteurs, les syndicats, le monde politique, et donc l’État. Le secteur minier, en raison de la loi de 1810, est un secteur particulier où l’État joue un rôle spécifique. C’est donc en se rapportant, et même en se reposant, sur la loi de 1810 que les mineurs vont incessamment se référer à l’État. Qu’entend-on par là ? Il s’agit d’un gouvernement donné à un moment donné, comprenant des ministères avec une politique et une administration, et bien sûr un parlement, où se fabrique la loi, qui est elle-même la base du cadre de travail des ministères. On doit donc se demander ce que réclament les mineurs lorsqu’ils exigent l’intervention de l’État, et ce qu’ils entendent faire pour agir sur l’État. Ceci est d’autant plus complexe que le monde de la mine, vu du côté professionnel et du rapport à l’État, a une forte propension à intégrer et associer les questions de politique énergétique, de politique sociale, et de politique « technique », en particulier avec les choix d’investissements.

21Mais il existe un point de départ obligé, c’est de considérer que le secteur minier charbonnier est exceptionnellement dangereux : aux catastrophes collectives dues aux explosions de grisou et poussières, aux éboulements et aux inondations, s’ajoutent un très grand nombre d’accidents individuels du travail ; les travailleurs sont usés très rapidement, par des blessures, des invalidités, et des maladies professionnelles. Il s’agit là de problèmes spécifiques à une profession, mais que l’opinion va avoir à connaître au cours du xixe siècle, en particulier avec la recrudescence de grands accidents collectifs dans tous les pays charbonniers : on relève plusieurs dizaines et parfois plusieurs centaines de morts à chaque catastrophe.

22La mine est aussi un secteur nécessitant d’énormes investissements, non seulement en raison de l’exploitation souterraine, mais aussi à cause de l’approfondissement constant des gisements. Le patronat devient nécessairement industriel, en faisant appel à de grands capitaux, et en exerçant donc une puissance de premier ordre sur le plan financier. Il s’agit donc d’un secteur où le pouvoir financier des exploitants va s’imposer, comme cela s’est passé – un peu plus tard – dans les chemins de fer.

23Les rapports entre ces conditions de travail, difficiles, et un patronat puissant et même hégémonique, sont conditionnés par un autre facteur : la géologie. Le secteur des charbonnages est nécessairement très concentré géographiquement ; les gisements commandent, imposant la notion de bassins houillers, entraînant eux-mêmes une concentration géographique importante. Cette main-d’œuvre concentrée dans les bassins va exercer sa puissance d’expression sur une base professionnelle, qui va engendrer la base d’une expression citoyenne. C’est dans ces conditions que se crée un ensemble fondé sur la concentration des gisements, des capitaux et de la main-d’œuvre. Cette concentration humaine acquiert de plus – malgré la diversité des migrations et des origines – une profonde unité, car elle appartient à une mono-industrie de main-d’œuvre, étroitement liée par les conditions de travail pénibles et dangereuses ; et aussi par le niveau de vie, relativement peu différencié puisque l’employeur se charge d’assurer le logement et contrôle, pour partie, la consommation. Il s’agit là d’une unicité de facteurs très complète et peut-être parfaite (exemplaire) en terme de contrôle social et de rapport au territoire.

La loi de 1810, l’État et les exploitants

24La loi de 1810 accorde à l’État un rôle essentiel, car l’exploitant de la mine est régi par un code de propriété spéciale. À la différence de la situation britannique, l’État en France devient propriétaire du sous-sol dès qu’une substance stratégique – dont la houille – y est découverte ; de ce fait, l’exploitant devient concessionnaire, l’État lui accordant une concession à perpétuité. Mais l’État, selon l’article 49 de la loi de 1810, se garde le droit de retirer cette concession si l’exploitation n’est pas conforme aux règlements, soit parce qu’elle porte atteinte à la qualité et à la pérennité de l’exploitation, du gisement et des réserves, soit parce qu’elle porte atteinte à la sécurité des personnels. La loi précise qu’il doit y avoir continuité de l’exploitation, dans le temps et dans l’espace, et quasi-obligation d’exploiter un bon gisement, sinon la concession est retirée.

25De sorte que tous les partenaires vont utiliser cet article 49 pour faire courber la tête aux compagnies. L’ingénieur des mines de l’État, chargé du contrôle des exploitations effectue des visites de vérification. S’il constate que l’exploitation est faite dans de mauvaises conditions, il exige des travaux, qui coûtent cher. De ce fait, qu’il s’agisse de l’obligation de travaux, de la possibilité d’un compromis temporaire, ou d’un constat de défaillance par rapport à la loi, le corps des Mines détient un pouvoir considérable, comme autorité et comme arbitre. Quant aux partenaires sociaux, ils peuvent de leur côté faire agir les principes de la loi pour faire intervenir l’administration ou une enquête diligentée par celle-ci ou par le Parlement.

26La loi de 1810 a également créé des conditions spéciales d’imposition : les mines sont considérées comme une propriété foncière, non soumise à la patente, ni aux impôts sur les bénéfices. Ce qui en tient lieu est la redevance, destinée en principe à financer le corps de contrôle qui a aussi pour mission d’étudier et de diffuser le progrès technique. La redevance, qui repose sur un pourcentage du chiffre d’affaires, est contrôlée par le corps des Mines et non par le ministère des Finances. Cela conforte le pouvoir de l’administration des mines, puisque le rapport annuel sur les exploitations précisait les éléments de calcul de la redevance. Mais ce pouvoir au sein de l’État a été contesté par d’autres secteurs de l’appareil. Cette disposition a été en effet abolie au début des années trente. En revanche, à l’avènement du Front populaire, Ramadier, sous-secrétaire d’Etat aux mines, et parfait connaisseur des problèmes du secteur, obligera les sociétés à fournir aux inspecteurs la comptabilité – nécessaire au contrôle des déclarations fiscales et toujours tenue secrète jusque-là.

27La loi de 1810, en déterminant ainsi les règles et les modalités de contrôle, introduit une spécificité des caractéristiques des exploitations qui entretient elle-même une modification du rapport à l’État, et une ambiguïté conceptuelle due à la transformation juridique du sous-sol. De son point de vue d’exploitant, le concessionnaire exige autant que possible que l’État assure la défense de sa propriété, éventuellement avec l’intervention de l’armée ; et, simultanément, il ne souhaite pas que l’intervention de l’État s’élargisse et entend se considérer comme propriétaire, qui peut user et abuser, même avec la menace de retrait des concessions.

28C’est ainsi que les compagnies vont vouloir agir sur l’État pour que celui-ci défende ce qu’elles considèrent comme leur « propriété », puisque la concession est établie à perpétuité et peut ainsi être tenue pour propriété foncière selon la loi ; mais réciproquement et juridiquement, l’État est propriétaire du sous-sol ; en cas de problème, il entend donc défendre sa nature intrinsèque et sa propre substance, face à l’exploitant qui défend son « bien » en tant qu’exploitation concédée. Le rapport à l’État s’établit donc en permanence sur le point de savoir si ces intérêts privés et publics sont convergents ou divergents. C’est pourquoi l’État peut retirer sa concession s’il considère que la nature de sa propriété est menacée par les carences des exploitants.

29Mais ce droit régalien est limité par défaut en raison de la notion de concession : s’il retire une concession à un exploitant défaillant, l’État doit l’offrir à nouveau sur le marché ; de sorte que la société expulsée peut se porter candidate, en ayant d’autant plus de chances de l’emporter qu’elle connaît en détail toutes les installations mises en cause, et qui doivent être réorganisées.

30Si l’on pose à juste titre le rapport à l’État comme l’un des aspects du rapport politique, le monde de la mine en France montre bien qu’il y a diffusion du politique dans tous les systèmes productifs et d’exploitation. Cette diffusion du politique relève en partie des ambiguïtés, des contradictions et des insuffisances introduites par la loi de 1810 : dans le domaine du contrôle qui est à la fois technique, économique et financier ; et dans le domaine du droit d’exercice de la propriété qui est à la fois absolue du point de vue du concessionnaire, et limitée du point de vue de l’État et de la législation.

Du domaine professionnel au parlementarisme

31On comprend que, dans ces conditions d’obligation de gestion sécuritaire – au sens économique, technique, et sanitaire –, les concessionnaires se méfient de l’intervention de l’État et veulent la réduire au minimum car ils ne souhaitent pas devenir de simples entrepreneurs au service de l’État. En revanche, les salariés vont tenter d’augmenter les capacités d’intervention de l’État en leur faveur, entre autres par l’intermédiaire d’un deuxième domaine d’intervention, celui du parlementarisme et de la citoyenneté. C’est la loi de 1810 qui, à nouveau, va être utilisée pour faire pression sur les exploitants. Nous avons vu qu’il existe un rapport fonctionnel entre l’État, les exploitants, et les mineurs, puisque dès les origines de la loi, l’État se réserve, d’une part, la propriété de la chose souterraine, et d’autre part, par le corps des Mines, le droit de visite et de contrôle. Mais, étant donné le caractère dangereux du travail minier, et suivant l’héritage de dispositions prises par Henri IV, l’exploitant doit aussi prendre en charge, selon la loi, le secours et les soins aux blessés : en complément de l’activité de contrôle de l’exploitation, qui n’est pas seulement négatif, mais aussi positif, existe donc une obligation de politique sociale, que le législateur a voulu incitative. C’est à l’employeur de réparer les dommages à l’égard des victimes de la mine. Mais ceci ne concerne que les accidents du travail, et pas la vieillesse ou la maladie. C’est pourquoi sont créées les sociétés de secours destinées à compléter cette disposition ; la première de ce genre naît en 1817 à Rive de Gier. Le domaine du hors travail, ou du non travail est alors pris en compte par ces institutions de solidarité : la connexion avec la vie associative et municipale est ainsi établie.

32Par la suite, dans le courant du xixe siècle, à la fin de celui-ci avec les lois des années 1890 et les conventions collectives, puis en de nombreuses occasions, comme les lois de 1936, les mineurs vont essayer d’obtenir l’appui de l’État pour satisfaire leurs revendications. Là encore, même avant l’existence reconnue des syndicats, l’État va – paradoxe classique – se trouver à la fois ordonnateur et arbitre.

33Comment les salariés peuvent-ils obtenir le soutien de l’État, alors que l’État doit défendre la propriété sous forme de concession à l’exploitant ? Le suffrage universel est établi en France au xixe siècle (1848) ; les mineurs formant des groupes massifs et localisés, cela va entraîner la nécessité d’une adéquation particulièrement étroite entre l’élu et le corps électoral. Les élus de ces circonscriptions, par exemple dans des zones étendues comme le bassin du Nord-Pas-de-Calais, sont obligés de tenir compte d’aspirations qui sont à la fois professionnelles et politiques ; en cas de grèves, les mineurs se tournent vers les élus pour être défendus. Cette situation porte ses fruits de façon optimale avec le régime parlementaire de la IIIe République, et avec le droit d’interpellation que les élus utilisent pour demander des comptes à l’État, ce droit d’interpellation (qui n’existe plus) consistant à questionner le gouvernement pour qu’il rende des comptes sur un problème donné (grèves, répression), et étant toujours suivi d’un vote.

34Les deux assemblées représentatives, le Sénat et la Chambre, disposent toutes deux d’une commission des mines, fort influente. Mais la représentation des mineurs n’y est pas similaire, tant s’en faut. Le Sénat désigne ses membres au suffrage indirect, la seconde au suffrage direct : compte tenu de la puissance électorale des mineurs on trouve donc, sous la IIIe République, en majorité des élus « mineurs » députés à la Chambre. Parmi ces « députés-mineurs » qui ont donc été réellement mineurs, il faut citer, avant 1914 : Basly, Lamendin, Bouveri. Jaurès a été député des mineurs, mais pas mineur, et donc pas « député-mineur ». Mais à côté des députés-mineurs, il y a aussi des administrateurs des mines, ces deux catégories d’élus s’affrontant à la Chambre.

35Les élus peuvent donc être à l’initiative de lois, en se trouvant dans des commissions spécifiques, comme celle des mines, en activant une enquête par commission parlementaire, par leurs débats et les votes de lois.

36Les ouvriers ont donc intérêt à être présents sur la sphère politique, à la Chambre, et si possible au Sénat, pour faire pression sur l’État. Dans les régions minières, ceci entraîne un reflet – certes compliqué – de la lutte des classes : par exemple à l’occasion de la grève générale de 1902, ayant entraîné débat parlementaire, Basly, député mineur, s’oppose à Plichon, député et administrateur des mines de Béthune. Cuvinot qui présidait la commission des mines du Sénat, était sénateur et administrateur des mines d’Anzin.

37Par rapport à l’articulation du politique et de la production qui influe sur les conditions générales de l’exploitation au niveau général, existe aussi le cadre de la politique locale et des municipalités, et les enjeux classiques entre notables et ouvriers, rentiers et travailleurs, indépendance et subordination du politique. Si l’ouvrier est un électeur, peut-il être un élu municipal, sans aide financière, alors qu’un député dispose d’une indemnité parlementaire ? Ce n’est pas facile. Étant donné les concentrations géographiques évoquées ci-dessus, la composition des municipalités relève en grande majorité du monde de la mine : ainsi, à Carmaux en 1892, la municipalité est entièrement socialiste avec pour base les mineurs et les verriers ; le secrétaire du syndicat des mineurs de Carmaux, Calvignac, ajusteur aux mines, est élu maire de la ville. Mais les réunions du conseil municipal, où siègent les notables, n’ont lieu que l’après-midi. C’est un grave problème pour les élus ouvriers qui ont besoin d’une autorisation d’absence. Calvignac lui-même doit s’absenter de son travail, avec les risques d’exclusion que cela implique. C’est ce qui provoque le conflit d’août 1892 : la mise à la porte des mines de Calvignac déclenche une grève pour obtenir le droit de s’absenter et d’exercer un pouvoir politique, démontrant par ce cas exemplaire l’opposition, et même le télescopage, entre l’élu politique financièrement autonome, et le salarié de la mine toujours subordonné à un employeur, et donc privé de l’indépendance du politique. Après cette grève, les conseils municipaux pourront se réunir le soir ou après la journée de travail.

38Le rapport avec le politique est également particulier dans le cas de l’habitat minier. La cité minière est un domaine privé dans lequel s’exerce le droit de propriété de l’exploitant. Les voiries et autres réseaux relèvent de la compagnie, et non de la politique municipale. L’exploitant a le droit d’interdire la venue de commerçants pour réserver l’exclusivité des ventes aux magasins de compagnies ; il contrôle l’éducation et les écoles, les cultes et les Églises. Contre ce paternalisme, la municipalité est alors le gage d’ouverture : écoles publiques, et laïques, développement des marchés, des fêtes, des cabarets, offrent des alternatives à l’enfermement social et urbain ; le cabaret est ainsi l’un des rares points d’accrochage du politique hors du contrôle des compagnies, un lieu de convivialité et d’activités politique et syndicale intense.

39Concrètement, pour les ouvriers, il y a deux formes d’associations de solidarité : le syndicat et le parti politique, qui sont d’ailleurs étroitement connectés. Rappelons en premier lieu quelques-unes des grandes lois de la fin du xixe siècle, où les mineurs ont été des initiateurs remarquables, malgré les atermoiements de l’État et du patronat : en 1890, la loi créant les délégués mineurs à la sécurité élus ; en 1894, les lois sur les caisses de secours et de retraite ; en 1898, la loi sur les accidents du travail, à laquelle est associé le monde de la mine ; entre 1906 et 1914, application de la loi de 8 heures au fond ; généralisée à tout le monde du travail en 1919.

40En ce qui concerne les délégués à la sécurité, les syndicats sont obligés de faire élire des délégués qui doivent faire la preuve d’un véritable professionnalisme de l’exploitation et de la sécurité, puisqu’ils doivent détecter les circonstances de « danger imminent ». Ils deviennent par là des personnages en vue dans le monde de la mine et donc des éléments très importants de la vie associative, militante et politique. Les élus aux caisses de secours et de retraite, acquièrent eux aussi d’autres compétences. Ce sont des quasi-permanents rétribués en dehors de la mine, car ils n’y travaillent plus. Certains cumulent de nombreux mandats, favorisant ainsi la constitution d’un clientélisme à partir du travail et du hors travail.

41Cet état de fait, qui ira s’accentuant avec la technicisation de l’exploitation, de la prévention, et de la protection sociale, pèsera lourd sur la destinée révolutionnaire du monde de la mine en encourageant l’institutionnalisation d’un certain nombre de militants dans des pratiques gestionnaires. Parallèlement, à la fin du xixe siècle, les mineurs demandent donc au Parlement et à l’État – alors que le contenu des conventions collectives est inexistant ou maigre – de faire voter des lois protectrices sur le plan social et du travail, développant ainsi le sens élargi de la sécurité ouvrière.

42Si, en cas de crise sociale et de grève, les mineurs demandent la protection de l’État pour éviter l’envoi de l’armée ou des gendarmes, et sollicitent son arbitrage pour terminer les conflits, plus fondamentalement, et compte tenu de l’importance du secteur charbonnier en matière d’énergie, les mineurs – à la suite d’idées émises sous la Révolution de 1789 ou française – demandent la nationalisation des mines. La question resurgit en 1848, mais se consolide vers 1894 (projet de loi Guesde et Jaurès du groupe socialiste ; [voir R. Trempé et A. Boscus, 1994]). La Fédération des mineurs fait sienne cette idée et y ajoute, en 1920, un projet très élaboré de nationalisation ; ceci demeure une réclamation permanente, y compris au congrès d’Alès de 1938 où le projet de Jaurès est repris par Henri Martel, député mineur du Nord.

43À la Libération, le programme du cnr se met en place. Mais il y a plusieurs projets concurrents de nationalisation : celui de la Fédération du sous-sol, celui de la cgt, celui du pc, celui du ps. C’est le projet cégétiste tripartite qui servira de base à la loi de nationalisation des mines. Il ne s’agit pas d’appliquer le slogan « la mine aux mineurs », qui relève d’une idéologie de la fin du xixe siècle, apparue dans le bassin de la Loire (Rive de Gier), et qui correspond à une reprise ouvrière d’activité comparable à ce qui s’est passé à la verrerie ouvrière d’Albi. S’agit-il alors de nationalisation ou d’étatisation ? C’est la grande question, car elle engage sous des formes différentes la question de la politisation. Dans le projet Jaurès, l’idée retenue est qu’un secteur rendu public par la nationalisation doit appartenir à la nation, et doit être administré non seulement par ses propres salariés, mais aussi par d’autres corps du salariat dans son ensemble, donc par la nation ; mais dans ce cas l’exploitation en doit revenir aux professionnels ; c’est ainsi qu’apparaissent dans les conseils d’administration de Charbonnages de France et des Houillères de Bassin des représentants des consommateurs et d’autres industries, et un tiers de représentants de l’État.

44Dans les statuts réels de 1946, siégeaient au conseil d’administration des représentants des salariés mineurs, des consommateurs (particuliers et grandes industries), et de l’État pour un tiers chacun. Compte tenu de la situation politique dans les houillères de bassin, des rapports de force politiques de l’époque, et du fait que le ministère de l’Industrie était aux mains de Marcel Paul, les représentants de l’État étaient souvent des communistes ; ceux des consommateurs également, ainsi que ceux des syndicats. De sorte que la majorité du ca était cégétiste, c’est-à-dire communiste ; c’est ce qui a déclenché une première réaction, et un aménagement au niveau des ca de bassins pour éviter les majorités communistes.

45Si la nationalisation de cdf a été supervisée plus directement par Henri Martel, cette situation est à comparer avec celle de la nationalisation d’edf plus immédiatement placée sous la houlette de Marcel Paul où le statut des personnels est partie intégrante du statut de l’entreprise.

46L’étatisation se situe sur un autre registre : si la majorité des membres des conseils d’administration est tenue par les administrateurs de l’État, si l’État contrôle la gestion a anteriori plutôt qu’a posteriori, si la politique énergétique est entre les mains de l’Etat, si le président ou le directeur général est nommé par le pouvoir politique, il s’agit d’une étatisation et, sous une autre forme, une politisation. Ainsi, dans les premières lois de nationalisation, cdf avait un rôle coordinateur modeste, alors que les Houillères de Bassin étaient autonomes en tant qu’établissements publics industriels et commerciaux (epics) ; on restait dans le cadre des nationalisations. Ensuite cdf disposera de plus de pouvoirs et orientera les bassins : il y aura à la fois étatisation et centralisation.

47La loi de nationalisation des Charbonnages d’avril 1946 est une chose, alors que le statut du mineur est indépendant de la loi de nationalisation. Ce dernier fut voté en deux temps – en février eut lieu le vote de principe, et en avril le vote du contenu (voir congrès edf, La Napoule) –, après avoir été mis au point progressivement par une commission spéciale au ministère de l’Industrie, sous-secrétariat d’État aux Mines.

Contraintes et dépendance du politique

48Depuis toujours – et jusqu’à une date récente –, le corps des ingénieurs des mines et le Conseil général des Mines exercent un pouvoir complexe d’orientation, de contrôle, et d’attribution des concessions qui relève de l’exécutif ; c’est le bras armé du ministère. Dans ce cadre, il faut mentionner un autre éclairage concernant le rapport entre l’industrie et le politique, celui issu de la notion complexe de politique industrielle. Qu’il s’agisse de la recherche d’une relative indépendance énergétique, ou de la répartition de la consommation nationale entre les grandes sources énergétiques, cette politique est fonction des grandes orientations internationales : marchés du charbon, Communauté européenne du charbon et de l’acier, et des rapports de force nationaux au sein de cette communauté ; plans d’investissements et plans de récession. Dans ce domaine, comme dans d’autres, on ne peut se satisfaire de la notion « d’indépendance du politique », a fortiori au regard de l’économique et du social.

Dédicaces d’ouvriers et d’ouvrières offertes à Rolande Trempé pour ses 80 ans à l’occasion d’une journée organisée par l’Institut cgt d’histoire sociale du Tarn et l’ud cgt du Tarn, en 1996.

Dédicaces d’ouvriers et d’ouvrières offertes à Rolande Trempé pour ses 80 ans à l’occasion d’une journée organisée par l’Institut cgt d’histoire sociale du Tarn et l’ud cgt du Tarn, en 1996.

Bibliographie

Bibliographie

Auvergeon et al. (dir.). 1998. L’État à l’épreuve du Social, Paris, Éditions Syllepse.

Trempé, Rolande. 1971. Les Mineurs de Carmaux, 1848-1914, deux tomes, Paris, Les Éditions Ouvrières.

Trempé, Rolande ; Boscus, Alain. 1994. Jaurès et les syndicats du Tarn, Institut tarnais d’histoire sociale (cgt), vo Éditions.

Kourchid, Olivier ; Trempé, Rolande (éd.) 1994. « Cent ans de conventions collectives, Arras 1891-1991 », Revue du Nord, Hors série collection Histoire no 8, Université Charles de Gaulle-Lille III, 409 p.

Notes

1 O. Kourchid, F. Fortunet, R. Trempé, Innovation et exemplarité des relations au social : les mines, les mineurs et l’État en France à la fin du xixe siècle, 1998, p. 179-192.

2 Elle en a donné une preuve de plus en m’aidant maintes fois à structurer le plan et le contenu de ma thèse d’État, et en acceptant d’être au jury, historienne parmi les sociologues tels Pierre Dubois, Claude Durand, Maryse Tripier, Michel Simon et Michel Verret, ou en préfaçant des travaux d’ethnologie des chantiers souterrains, comme celui de Catherine Roth, Bois de Mine, Éditions Pierron, drac Lorraine, 1997.

3 Les Mineurs de Carmaux, 1848-1914, Paris, Éditions Ouvrières, 1971, tome I, p. 101.

4 Id., p. 94.

5 Id., p. 246.

6 Id., p. 399.

7 Id., tome II, p. 576.

Table des illustrations

Titre Dédicaces d’ouvriers et d’ouvrières offertes à Rolande Trempé pour ses 80 ans à l’occasion d’une journée organisée par l’Institut cgt d’histoire sociale du Tarn et l’ud cgt du Tarn, en 1996.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/18737/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/18737/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/18737/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 298k

© Presses universitaires du Midi, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540