Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Militantisme et histoire

 | 
Marie-Danielle Demélas

Première partie. Hommage à Rolande Trempé

Où sont passées les résistantes dans la mémoire nationale ?

Testo integrale

1[Ce texte reproduit la transcription d’un débat qui s’est tenu au printemps 1993 entre Rolande Trempé et Marie-France Brive, à l’initiative de Claude Servan-Schreiber pour Parité-Infos.]

2Quelques jours avant l’arrestation de Jean Moulin, une femme, l’une des premières grandes figures de la Résistance, était fusillée par les Allemands. Sur le sacrifice de Bertie Albrecht, sur celui de milliers d’autres résistantes dont on ignore parfois jusqu’au nom, la mémoire collective a de curieuses absences. Peu ou pas de commémorations, peu ou pas de citations dans les livres d’histoire…

3Une nation, c’est aussi, c’est surtout une mémoire. La parité hommes/femmes devrait y avoir sa place : il serait juste que les résistantes soient nommées et leur souvenir conservé, pour que leur héroïsme obtienne la visibilité qu’il mérite et que soit reconnue la valeur de leur action.

4Sous l’occupation nazie, des femmes se sont battues l’arme au poing comme l’ont fait des hommes dans les maquis ou dans la guérilla urbaine. Madeleine Riffaud à Paris, Madeleine Baudoin à Lyon, par exemple. On sait que Lucie Aubrac dirigeait le commando qui a délivré son mari de la Gestapo. Mais l’immense majorité des résistantes agissaient sans arme. Leur combat de l’ombre n’en a pas moins été décisif, même s’il reste méconnu.

5Question : Les historiens de la seconde guerre mondiale consacrent peu de place et encore moins d’analyse au rôle joué par les femmes dans la Résistance. Est-ce parce qu’elles étaient peu nombreuses, ou parce que les sources disponibles ne rendent pas compte de leur action ?

6Marie-France Brive : Parce qu’elles étaient peu nombreuses ? Évidemment non. J’ai posé la question à Germaine Tillon : pensez-vous que derrière chaque homme résistant on peut dire qu’il y avait une femme résistante ? Elle m’a dit : « Pourquoi derrière ? Devant ! Et plutôt deux qu’une. » C’est d’ailleurs ce qu’a dit Lucie Aubrac à La Marche du siècle le 19 mai dernier [1993]. La Résistance n’aurait pu fonctionner sans les femmes. En réalité, la place des femmes dans l’histoire de la Résistance reflète celle qu’elles ont dans la société au moment où on fait cette histoire. Jusque dans les années 1960-1970, leur absence est flagrante. Aujourd’hui, ça a un peu changé, on se pose la question de leur présence, même si on a du mal à y répondre. Et il est exact que les sources disponibles posent problème. J’avais été frappée, en lisant les interviews faites dès le lendemain de la Libération (par le Comité d’histoire de la Seconde Guerre mondiale) par le fait que les hommes (on n’a interviewé que des hommes…) disaient « ma secrétaire », « mon agent de liaison », « elle », etc., sans jamais nommer ces femmes. De celles-là, nous ignorons presque tout.

7Rolande Trempé : On a privilégié dans l’histoire de cette période l’aspect militaire ou politique de la Résistance, avec ses chefs, ses disputes pour le pouvoir. La conception militaire de la Résistance au lendemain de la Libération a amené à constituer de véritables archives où Ton a enregistré les formations armées, avec la liste des combattants qui étaient toujours des hommes, exceptionnellement une femme ou deux. D’où la mise en place d’une documentation officielle, conçue dans un esprit militaire et masculin, dont les femmes sont presque toujours éliminées. Pour ce qui est de leur rôle, ces archives ne sont donc pas utiles. Aussi n’avons-nous pas d’autres sources, à l’heure actuelle, que la mémoire des survivantes. Et c’est pour cela qu’il faut se dépêcher de s’en servir. La recherche elle-même est largement influencée par cette conception de la Résistance comme le prouve, une fois encore, la journée d’études organisée le 15 juin 1993 au ministère de la Recherche sur le thème « Juin 43. La Résistance et ses enjeux ». Pas une communication, pas un seul débat n’ont été prévus sur le rôle des femmes. Et ce sont d’éminents spécialistes de la période qui se sont exprimés ! Ça fait quarante-huit ans que c’est comme ça, et quarante-huit ans que je proteste !

8Q. : Peut-on tout de même essayer d’estimer le nombre des résistantes ?

9R. T. : À mon avis, non. De même qu’on ignore le nombre exact des arrestations, des déportations et des exécutions effectuées tant par les Allemands que par Vichy. Il y a là un vaste domaine à ouvrir à la recherche, avec beaucoup de difficultés. On ne peut, pour le moment, que procéder par sondages.

10M.-F. B. : C’est par des sondages, justement, que les chercheurs arrivent à la proportion de 10 % de femmes. Ils répètent ce chiffre depuis des années, bien que celui-ci soit, selon moi, des plus contestables. Nous n’avons pas de chiffres fiables. La Résistance fonctionnait en réseaux et ces réseaux étaient tout à fait mixtes. Il est clair que les hommes ont été davantage arrêtés, déportés et exécutés que les femmes. Mais il y a eu énormément de résistantes arrêtées, déportées et exécutées elles aussi. Ces femmes n’ont pas été des exceptions. Ce qu’on peut dire, même si on ne connaît pas les chiffres exacts de la participation des femmes à la Résistance, c’est que le phénomène a été assez important pour qu’il fasse l’histoire, même si celle-ci reste à faire.

11Q. : À quoi la Résistance employait-elle les femmes ?

12R. T. : La participation des femmes est tellement variée que c’est justement ça qui rend difficile de saisir avec exactitude le rôle qu’elles ont joué. Il ne faut pas oublier que si les résistants pouvaient exister, c’était grâce aux femmes qui assuraient quotidiennement leur vie matérielle. Mais en dehors de cela, je rappellerai que les femmes ont été à la tête des mouvements de protestation de masse sous l’occupation allemande et sous Vichy, des manifestations pour réclamer de la nourriture et pour se révolter contre les privations dans les grandes villes particulièrement touchées par les restrictions, et dans les zones de population très dense comme le Nord et le Pas-de-Calais. Ces manifestations étaient le fruit d’une action militante souterraine, animée par les femmes. L’information passait souvent par elles : elles se parlaient dans les files d’attente devant les épiceries, les boulangeries, les boucheries. On n’avait rien à manger, on ne trouvait rien à acheter mais on échangeait des idées et on essayait d’organiser la protestation. Dans ce qu’on peut appeler la résistance plus active, leur rôle a d’abord consisté – la chose est connue puisque c’est surtout à ça qu’on a réduit leur action – à assurer les liaisons. Elles étaient agents de liaison au sein des réseaux combattants et des maquis, agents de liaison également entre les politiques, entre les chefs. À l’évidence, aucune organisation n’aurait pu vivre si ces femmes n’avaient pas été là. Alors que certains politiques ne sortaient pas de leurs caches, et pour cause, elles couraient des risques énormes en assurant les liaisons entre les caches des uns et des autres. Elles portaient souvent des documents importants, et quand elles étaient prises, elles étaient extrêmement exposées. Par ailleurs, elles ont transporté des armes, ce qu’on sait déjà beaucoup moins. Ces transports d’armes qui se faisaient avec des valises, étaient particulièrement dangereux parce que les trains étaient fouillés, et surtout, il fallait entrer et sortir des gares. C’était là qu’on risquait d’être prise avec sa valise à la main et de tomber entre les mains de la police, celle de Vichy, ou bien de la Gestapo, ce qui revenait au même parce que les résistants pris par Vichy étaient livrés plus ou moins vite à la Gestapo. Donc, quand on dit que les femmes étaient agents de liaison, elles ne se contentaient pas d’établir des liaisons orales, elles étaient porteuses de documents et d’armes. Mais les femmes ont aussi participé aux maquis. Il semble qu’il y ait eu peu de femmes combattantes, mais il y en eut tout de même un certain nombre extrêmement difficile à recenser parce qu’elles n’ont pas été portées sur les fameux ordres de bataille dressés à la Libération. Il semblerait que ce soit dans les formations de ftp-moi (ftp de la main-d’œuvre immigrée) que les femmes ont le plus joué le rôle de combattantes à main armée. Nous en avons l’exemple à Toulouse où Tune d’entre elles, Rosine Bet, est morte en posant une bombe au cinéma des Variétés qui passait des films de propagande nazie comme Le Juif Süss. C’était contre ça qu’elle voulait protester. Elle a été gravement blessée. Arrêtée, torturée, elle est morte à la suite de cet attentat auquel elle a participé avec deux camarades masculins. Je pense d’autre part à Janine Sontag des ftp-moi de Lyon qui a été arrêtée au cours d’une action de sabotage à laquelle elle participait dans un garage de Lyon. Prise par les Allemands, elle a été massacrée à la veille de la Libération. Et je pense aussi à une autre camarade de Toulouse, Catherine Varlin, qui a dirigé pendant des mois une unité combattante, la 35e Brigade Marcel Langer de Toulouse, dont elle avait la responsabilité miliaire et politique. Transférée dans la Meuse, elle est devenue la dirigeante d’un maquis formé de prisonniers soviétiques importés par les Allemands dans la région du Nord et dans l’Est, pour travailler dans les mines, dont ils s’étaient évadés. Parce qu’elle était d’origine russe, elle avait été chargée de les organiser, de les encadrer et de les mener au combat.

13Ces femmes ont ainsi joué un rôle politique, un rôle armé et un rôle permanent de soutien matériel, psychologique et moral aux combattants. Et puis il y a toutes celles qui sont restées complètement anonymes. Je pense à ces femmes des ptt qui, dans les petits bureaux de campagne, tenaient le télégraphe et le téléphone. Elles enregistraient les mouvements des troupes allemandes, et allaient à leurs risques et périls prévenir le maquis voisin ou alerter les militants poursuivis.

14M.-F. B. : Je voudrais ajouter que les femmes ont tenu une grande place dans cette forme de résistance qu’était la presse clandestine. Faire des tracts, publier des petits journaux, là les femmes ont joué un rôle absolument à égalité avec les hommes. Mais à ce propos, on voit à quel point l’histoire est faite selon l’idéologie en place au moment où on l’écrit. On ne parle que de ceux qui rédigeaient les textes de la Résistance, jamais de celles et de ceux qui en assuraient la diffusion.

15R. T. : Aujourd’hui encore, chez les anciens résistants, je m’aperçois en récoltant leurs mémoires qu’ils minimisent cet aspect de la Résistance. Pour beaucoup d’entre eux, il n’y a que la lutte armée qui doive compter. C’est à partir du moment où on a eu un revolver, un fusil mitrailleur ou une grenade entre les mains qu’on mérite le titre de résistant. De toutes façons, les rôles traditionnels prenaient le dessus. Les guerres, même si elles revêtent une forme politique, ne sont jamais propices à une avancée des femmes. Au contraire… Dans la presse clandestine, les femmes tapaient les textes à la machine, assuraient la distribution en prenant des risques énormes. Mais on leur laissait rarement l’occasion d’écrire elles-mêmes, sauf au tout début, quand elles se lançaient dans la Résistance et qu’elles étaient presque seules pour faire tout le travail. Hélène Viannay l’a bien expliqué à la télévision : quand son réseau s’est organisé, qu’il y a eu plus de monde et qu’un véritable journal a pu être publié, elle qui avait rédigé les textes des premiers tracts a cessé d’écrire. Lorsqu’il faut lutter contre l’ennemi commun, ce sont les vieux schémas qui reviennent, souvent même aggravés. Ce que j’en conclus ? À bas la guerre !

16Q. : Les femmes ont-elles occupé des fonctions politiques dans la Résistance ?

17R. T. : Autour du général De Gaulle, il y avait peu de femmes. Lucie Aubrac est devenue membre de l’assemblée consultative d’Alger, c’est vrai… Mais c’est une exception. Dans quelle mesure lui a-t-on confié cette mission parce qu’elle était la femme de Raymond Aubrac que le général appréciait beaucoup ? Bien entendu, elle était par elle-même une grande résistante, mais la vérité est assez difficile à démêler. Et en France occupée, il n’y avait pas de femmes au cnr (Conseil national de la Résistance).

18M.-F. B. : Dans le premier gouvernement de la Libération, il n’y avait pas de femmes non plus. C’est tout de même significatif, parce qu’il y avait eu trois femmes au gouvernement de 1936.

19Q. : Est-ce que les risques encourus par les résistantes ont été moindres que ceux que prenaient leurs camarades ? Y avait-il une différence dans la manière dont celles qui tombaient étaient traitées par la Gestapo ou la Milice ?

20R. T. : Je pense que les risques étaient vraiment égaux. Une femme qui tombait entre les mains de la police risquait rigoureusement autant qu’un homme. S’il n’y a qu’un moment où l’égalité entre les hommes et les femmes a joué, c’est bien à ce moment-là. Il est certain que les femmes étaient soumises à des sévices particulier, mais il ne faut pas trop accentuer le caractère sexuel des risques qu’elles couraient. J’ai au moins un exemple qui montre que les hommes eux-mêmes n’étaient pas à l’abri de ce genre de sévices. À Valenciennes, en août 1944, 20 personnes ont été fusillées, 19 hommes et 2 femmes. Quand les familles sont venues reconnaître les corps, elles ont découvert que tous les suppliciés avaient été martyrisés, les femmes avaient les seins coupés, et les hommes avaient les testicules arrachés. Par conséquent, les sévices sexuels n’étaient pas seulement l’apanage des femmes. Par ailleurs, je pense qu’il faut dire aussi que pendant longtemps on a hésité à fusiller et à exécuter des femmes, le meilleur exemple que je puisse donner, c’est celui d’Émilienne Mopty (née Wantiez), ouvrière, femme de mineur plus exactement, militante communiste, qui a été décapitée à la hache à Cologne en janvier 1943, à 35 ans. Elle avait animé les manifestations des femmes de mineurs dans le Pas-de-Calais au moment de la grande grève des mineurs du mois de mai 1941. 2 000 femmes s’étaient opposées à la police allemande et aux SS. Elle est ensuite devenue agent de liaison et c’est au cours d’un transport d’armes qu’elle a été arrêtée en 1942, puis condamnée à mort. À ce moment-là, on transportait encore les femmes condamnées pour les exécuter en Allemagne.

21M.-F. B. : En août 1940, à Boulogne-sur-Mer, une femme du peuple, Blanche Paugham, est arrêtée pour avoir coupé elle-même les fils électriques et téléphoniques allemands. Elle est condamnée à mort. Les Allemands, à ce moment-là, n’osent pas l’exécuter et essaient de lui faire signer un recours en grâce. Elle refuse, mais sous la pression de son mari, pris lui aussi par les Allemands, elle accepte de signer. Effectivement, elle n’est pas exécutée, mais elle est envoyée en déportation. Elle meurt à Bergen Belsen en 1945, à la veille de la Libération. On trouve là une espèce d’hésitation de la part, à la fois, de Vichy et des Allemands, y compris dans les zones où ils règnent absolument, à l’égard des exécutions de femmes. Pour en revenir à la question posée – les femmes risquaient-elles autant que les hommes –, il faut évoquer le problème des enfants. Dans tous les entretiens que j’ai faits, les résistants ne m’ont jamais parlé de leurs enfants. Cela n’est jamais venu spontanément dans leur discours. Tandis que les femmes en parlent toujours à un moment donné. Elles racontent que quand elles allaient faire une liaison, il fallait laisser les enfants seuls à la maison, et que c’était une angoisse insupportable. Pourtant ça n’a jamais été un obstacle chez les femmes résistantes que j’ai rencontrées, même si c’était psychologiquement très dur pour elles. Elles ont pris le risque d’être arrêtées et elles l’ont assumé.

22Q. : Quelles sont, selon vous, les figures féminines les plus marquantes de la Résistance, indépendamment de l’exploitation qui a pu être faite, après la guerre, de leur héroïsme ?

23R. T. : C’est une question extrêmement délicate parce que nous ignorons le rôle de beaucoup de femmes qui a été occulté, alors que d’autres qui en ont fait autant, pas plus, pas moins, ont été mises en avant comme des porte-drapeaux, comme des symboles. Ces figures-là ont été portées ou par des organisations de résistance puissantes, ou par des partis politiques qui, à un moment donné, ont eu intérêt à les mettre en avant.

24M.-F. B. : C’est bien ça. Chacun avait besoin de sa femme, de son héroïne, de sa résistante…

25R. T. : Bertie Albrecht d’une part, Danielle Casanova d’autre part, en sont, je crois, deux excellents exemples. Il ne s’agit pas de minimiser l’action ni de l’une ni de l’autre, mais par exemple le parti communiste aurait aussi bien pu choisir Émilienne Mopty. Pourquoi a-t-il choisi Danielle Casanova, ce n’est pas moi qui peux répondre à cette question.

26M.-F. B. : La façon dont notre société construit sa mémoire autour de quelques personnes occulte le fait que la Résistance a été quelque chose de collectif, de profondément collectif, même si l’individu y a été d’une grande importance. C’est cela, aussi, qu’il ne faut pas oublier.

27Q. : Peut-on dire que les résistantes ont reçu, à parité avec les hommes, les récompenses, les honneurs, ou tout simplement la reconnaissance à laquelle elles ont droit ?

28R. T. : Là, il n’y a aucun doute. Il est bien évident que non.

29M.-F. B. : Je suis d’accord avec vous. Et je voudrais ajouter qu’il ne faut surtout pas considérer comme une récompense le fait que les femmes aient obtenu le droit de vote en raison de leur participation à la Résistance. Cela reviendrait à considérer que les femmes ont finalement mérité (ce qui n’aurait pas été le cas avant) d’être citoyennes.

© Presses universitaires du Midi, 2000

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540

Questa pubblicazione digitale è stata realizzata tramite il riconoscimento ottico dei caratteri automatico (OCR).