Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Militantisme et histoire

 | 
Marie-Danielle Demélas

Avant-propos

Michelle Perrot

Volltext

1Ce livre est un paradoxe. Rolande Trempé a toujours été hostile à ces volumes d’hommage, qu’on appelle « Mélanges », se défiant de leur côté disparate et convenu de couronnes mortuaires au parfum suranné. Moi aussi. Et me voici présentant cet ouvrage, dû à l’initiative de ses amis et de ses élèves, mais dont elle a orchestré la réalisation, pour éviter tout débordement hagiographique intempestif et lui conférer une certaine unité. Marie-Danielle Demélas en a assuré la coordination.

2On lui en saura gré, ainsi qu’à Rolande Trempé d’avoir accepté ce qu’elle ne souhaitait pas. Il est peu de moyens, dans le monde universitaire, de manifester sa gratitude et son admiration, autres que ces bouquets de papiers. Simplement, Rolande Trempé a infléchi l’ensemble dans le sens d’une réflexion commune sur les liens éventuels – utiles ou néfastes, indifférents ou conflictuels – entre la recherche et l’engagement. Pari risqué, pari gagné. Le résultat représente un temps fort de l’histoire sociale et ouvrière. Il illustre les confluences si diverses dont Rolande Trempé a été le point de rencontre, les turbulences qui les ont marquées. Plus que d’elle-même, il nous parle des autres qui, à leur tour, renvoient son image comme dans un jeu de miroirs. En creux, s’esquissent un itinéraire, les touches d’un portrait de celle qui s’est toujours refusée à l’autobiographie (quand elle aurait tant à nous dire). Rolande et ses passions, ses convictions, ses rébellions, se devine dans les plis du livre où, parfois – trop rarement – on entend son rire.

3Ce livre dit d’abord l’importance de l’histoire pour Rolande Trempé. C’est dans cette « discipline », au double sens du terme – la rigueur, la spécificité d’une démarche soucieuse d’appréhender le changement dans le temps –, qu’elle a trouvé son identité intellectuelle. Une histoire scrupuleuse dans la quête des sources et l’établissement des données, ouverte dans ses pratiques pluridisciplinaires, de plus en plus tournée vers le culturel dans une lecture sans cesse plus complexe du réel.

4Rolande Trempé a la chance et le « goût de l’archive », une archive multiforme et sérielle qui fait la solidité de sa grande thèse sur les mineurs de Carmaux, qu’évoque Olivier Kourchid. La persévérance et l’enthousiasme persuasif de Rolande sont venus à bout de tous les obstacles. Elle a eu ainsi accès aussi bien aux archives syndicales – un tour de force dans un pays et un temps où les syndicats étaient indifférents à leurs papiers – qu’à celles de la compagnie minière nationalisée à la Libération, rassemblées par la famille de Solages. Avec les uns et les autres – la cgt et le marquis –, elle avait noué des contacts cordiaux et sans concession, mode de rapport à une mémoire encore vivante, en ces temps de reconstruction où la Mine était une force sollicitée et célébrée. Ce souci du terrain, ce sens aigu des traces, retrouvés dans le plaisir du dialogue et de la relation personnelle, elle les a exercés en bien d’autres lieux : à Mazamet, par exemple, en enquêtant sur les congés payés, et par Rémi Cazals, dont elle fut la directrice de thèse sur les délaineurs, et qu’elle invitait à « se dépenser bénévolement » pour les découvrir. Conseil plus que suivi, on le sait. Ses talents de limier, elle les exploita pour son autre grand domaine de recherche, peu évoqué ici, excepté par la voix de Marie-France Brive, dont elle soutint l’effort pour faire entendre les femmes : la Résistance, dont elle découvrit toutes les complexités, au point d’hésiter à en écrire, provisoirement espérons-le.

5Au-delà des récits officiels et de la mémoire figée, Rolande Trempé voulait retrouver le rôle des gens ordinaires, des résistants de l’ombre, et singulièrement de ces travailleurs de la mine, dont elle se proposait de comprendre la formation identitaire, la condition, les revendications et les combats. Le choix de Carmaux s’est imposé comme une proximité providentielle, géographique, culturelle et politique : un cas idéal de micro-histoire susceptible, par la richesse des données et des événements – les grèves, Jaurès – de fonder une histoire multidimensionnelle, voire « totale », comme on disait alors, selon l’ambition sans doute un peu naïve de cette époque. Les mineurs de Carmaux, fruit d’une recherche de quinze ans, demeure aujourd’hui la plus solide et la plus belle des monographies d’une histoire ouvrière dont Rolande Trempé a été une pionnière, rejoignant le projet que Ernest Labrousse proposait à ses élèves dont, cependant, elle n’était pas. Rolande avait suivi son chemin de manière autonome, loin de la Sorbonne et de la capitale. D’origine briarde, ardennaise et résistante pendant l’Occupation, Rolande Trempé a adopté Toulouse qui l’a adoptée. À l’université, l’accueil de Jacques Godechot, qui la soutint constamment dans ses projets, la sociabilité occitane, convenaient à cette femme chaleureuse et rebelle. Elle a planté ses pénates sur le Causse et elle y est restée.

6Le propos initial était de faire l’histoire intégrale d’un groupe professionnel, dans sa formation, son degré de « conscience de classe » et son éventuelle intégration à la République et à l’État. Le plus frappant est de saisir l’extraordinaire difficulté de recruter une main-d’œuvre et surtout de constituer une population minière autoreproduite, de passer du paysan-mineur au mineur-paysan, de celui-ci au mineur tout court. La terre, longtemps, resta l’essentiel : la mine, c’était un appoint qui permettait de la garder. Le rythme du travail souterrain était dicté par celui des champs ; l’emploi, par la conjoncture agricole. D’où un absentéisme et un turn over incessants. Tous les moyens furent employés pour fixer les mineurs : la rigueur de la discipline, la punition et la séduction, l’appât d’un métier plus qualifié qui ferait du piqueur (dit ailleurs abatteur) un professionnel responsable et reconnu. Rien n’y fit. « La répugnance pour les travaux souterrains » était telle qu’on les fuyait dès que c’était possible et que le marché de l’emploi permettait de l’embauche ailleurs. « L’ouvrier carmausin résista autant qu’il put à cette réforme qui devait faire de lui professionnellement un vrai mineur alors qu’il n’était qu’un manœuvre spécialisé, au travail assez grossier, qui maniait le pic comme la pioche et traitait la veine comme sa terre au labour » (p. 226). La formation d’une classe ouvrière fut partout, et spécialement en France, un processus tumultueux et tendu. Rolande Trempé le montre dans ces pages désormais classiques.

  • 1 R. Trempé, « Jaurès et les grèves », in Jaurès et la classe ouvrière, présenté par M. Rebérioux, P (...)

7La naissance d’une « conscience de classe », dont au même moment E. P. Thompson analysait pour l’Angleterre le caractère fugace, transitoire, conjoncturel, existentiel même, était encore plus compliquée. Le rôle du conflit, de la grève, moyen de pression autant que mode d’expression, relayée par le syndicat, est ici crucial. Carmaux, entre mine et vigne, en fournit un exemple improbable et original. D’autant plus que le statut de concession confrontait directement l’entreprise et les ouvriers à l’État, leur posant d’emblée les questions de la modernité. Très tôt, les problèmes de sécurité, de retraite, de rationalisation technique font de la mine un secteur pionnier, porteur des enjeux futurs dont Jaurès, député de Carmaux, a parfaitement compris le sens. Il y a trouvé son ancrage, entre terre et industrie. Rolande Trempé appréciait son pragmatisme réaliste et généreux. « Jaurès m’apparaît comme l’un des hommes politiques les plus soucieux de serrer de près les réalités économiques et sociales, en s’appuyant sur des données statistiques […], en utilisant les publications savantes », autant que le contact des mineurs. Jaurès façonné par Carmaux, et notamment par la grève de 1895, Jaurès conscient des exigences du parlementarisme, nécessité de la démocratie, mais totalement respectueux de l’autonomie ouvrière : tel est le portrait que Rolande Trempé a donné du grand leader1. Elle s’est impliquée dans la constitution du musée de Castres dont Alain Boscus dit les ambitions et les difficultés, ainsi que dans celle du musée minier de Lewarde.

8C’est que sa thèse a fait de Rolande Trempé la spécialiste incontestée de l’histoire de la mine et des mineurs, sans cesse consultée et conviée par les leaders syndicaux, puis de plus en plus par les organisateurs d’écomusées, dont la création accompagne la disparition du métier ou du bassin. Les mineurs de Carmaux prennent un relief d’autant plus saisissant qu’ils se situent dans cette conjoncture d’apogée – le mythe du « beau métier de mineur » culmine après la Libération – et de mort, et deviennent, aux lueurs du couchant, « lieu de mémoire » autant que travail d’histoire. La dimension culturelle, abordée ici par Jean-Michel Leterrier et Noëlle Gérôme, se fait plus prégnante. Forcément. La mutation de l’approche tient alors à celle de l’objet.

9L’objet d’histoire change en fonction des questions du présent. À la classe ouvrière défaillante s’est substitué un autre acteur – les femmes, ici très présentes : dans la Commune (Claude Willard), le mouvement ouvrier lyonnais (Henriette et Maurice Moissonnier), la Résistance (Marie-France Brive), la guerre d’Algérie (Djamila Amrane Minne) ; femmes au travail, dans la métallurgie du Creusot (Françoise Fortunet) et l’industrie typographique (Joan W. Scott). Cette dernière, élève d’Harvey Goldberg et de Charles Tilly, réalisa son Ph. D. sur les verriers de Carmaux. Elle bénéficia, à cette occasion, de l’appui enthousiaste de Rolande Trempé, dont elle tient à rappeler la générosité autant que l’efficacité. On se plaît à imaginer la vivacité des échanges sous l’auvent de Montpalach. Oui, ce furent des jours heureux, comme il y en eut tant, autour de Rolande et de son amie Andrée. Joan Scott, devenue depuis la principale théoricienne du « genre » en histoire des femmes, nous livre une analyse percutante des pratiques professionnelles exclusives des femmes dans cet apanage masculin que fut traditionnellement la typographie. On ne peut les comprendre qu’en les articulant aux représentations de l’honneur viril qui préside à la distribution des rôles et des tâches des deux sexes, que contestait pareillement Rolande Trempé.

  • 2 À cet égard, voir la thèse inédite de Joël Michel.

10Féministe dans sa vie, avec une évidence tranquille, Rolande Trempé ne fit pas cependant de l’histoire des femmes une priorité. Dans la mine, les femmes, elle les trouvait par défaut. Elles sont absentes du fond dès le Second Empire. On les voit en surface ; encore s’agit-il de très jeunes ou de veuves. La mine est un univers masculin, dont l’abatteur est le roi-père (dans le Nord, il est vrai, plus qu’à Carmaux2,) l’un de ces grands métiers virils sur lesquels la classe ouvrière a fondé son identité. C’est la grève qui, paradoxalement, fait sortir les femmes de l’obscurité de la maison. À Carmaux comme ailleurs, la femme de mineur assume sa place de ménagère nourricière et de gardienne de l’honneur des hommes en lutte contre les « fainéants » (entendez les briseurs de grève, les jaunes).

  • 3 F. Thébaud, Écrire l’histoire des femmes, Presses de Fontenays-ens, 1998.

11Dans la seconde partie de sa carrière, Rolande Trempé, devenue professeur, accorda une place grandissante à l’histoire des femmes, dans son enseignement, mais surtout dans l’effort pour implanter à Toulouse des recherches sur les femmes, effort déployé par Agnès Fine et par Marie-France Brive, son élève qui, plus tard titulaire d’un des premiers postes d’études féministes, devait s’y consacrer entièrement. Marie-France Brive avait lancé en 1979 le grief (groupe de recherches interdisciplinaires sur les femmes), matrice du futur groupe Simone, organisateur du Colloque international de Toulouse (17-19 décembre 1982), « Femmes, féminisme et recherche », considéré comme un acte fondateur3. Rolande en fut partie prenante, ainsi que de l’atp-femmes du cnrs, née du colloque, qu’elle dirigea. Elle déplorait souvent les conflits qui divisaient les féministes et qui, sans doute, lui semblaient subalternes par rapport aux enjeux sociaux qui demeuraient tout de même sa priorité.

  • 4 J.-C. Vimont, La Prison politique en France, Paris, Anthropos, 1993.

12Ce qu’illustre le troisième ensemble d’études constitutives de ce volume, relatives au militantisme, dans l’extrême variété de ses formes (du mutualisme au syndicalisme : Michel Dreyfus), de ses moments (la Commune, la guerre d’Algérie, 1968, la Révolution culturelle, Monatte…). Guesdiste, puis jauressiste, adhérent du parti communiste naissant, mais opposé à la bolchevisation et au stalinisme, démissionnaire en 1938, Charles Rappoport est le type même de l’intellectuel engagé dont l’espérance sans cesse renaissante nourrit les illusions. Marc Laganna, qui a publié ses Mémoires, en donne ici un séduisant portrait. Monatte, lui, avait démissionné du parti dès 1924 pour fonder la Révolution prolétarienne. Monatte venait du syndicalisme révolutionnaire d’avant-guerre. Emprisonné à Béthune, en 1906, pour complot contre la sûreté de l’État (et relâché après sept semaines d’incarcération), il a laissé un journal de prison inédit, que publie Colette Chambellan. On y lit sa lutte pour obtenir le régime politique qui autorise livres et journaux, et de plus grandes facilités de correspondance4.

13Plusieurs des textes de ce recueil viennent d’intellectuel(le)s engagé(e)s, qui ont tenté d’élaborer une réflexion à partir de leur propre expérience. « Le temps de la recherche et le temps du militantisme peuvent-ils être les mêmes ? », interroge Catherine Levy, sans trancher vraiment, pas plus que personne d’ailleurs. Elle scrute de l’intérieur les articulations inédites de l’une – la recherche – et de l’autre – le militantisme – au sein de ce qu’on appelle les « nouveaux mouvements sociaux », de Lip aux grèves de 1995. Sans dissimuler les difficultés de pratiques qui n’ont ni les mêmes objectifs ni les mêmes rythmes, elle y voit l’ébauche d’un « travailleur intellectuel collectif » susceptible de déplacer les perceptions et les manières de faire. Avec aussi le risque de l’inachèvement. Aline Pailler, Annie Lacroix-Riz, José Rivera Castro, Djamila Amrane, Xiaohong Xiao Planès posent, dans d’autres registres, des questions analogues, venues souvent de la douleur : douleur de la politique qui déçoit (Aline Pailler), de l’Église qui se tait devant la Shoa (A. Lacroix-Riz), de la guerre d’indépendance et de la torture subie qu’on finit par ensevelir tant c’est indicible. D’où l’importance du travail de mémoire qui est une forme d’engagement (D. Amrane).

14Le témoignage de Xiaohong, « Souvenirs de la Révolution culturelle », est saisissant. Née en 1951, fille de militants communistes de la première heure, garde rouge de 1969 à 1978, elle livre un récit hallucinant des perversions idéologiques à l’œuvre dans cette révolution qui fit de chacun un tortionnaire réel ou potentiel de ses voisins. D’où son extrême violence, toutes les défenses étant abolies, dans la conscience même. « En 1967-1968, la violence et la barbarie devinrent systématiques », écrit-elle. Révolution brutale, humiliante, sanglante, qui fit des dizaines de milliers de morts et entraîna des centaines de suicides : autre « livre noir » d’un siècle qui en comporte tant. La mère de l’auteure, emprisonnée et insultée durant un an, en sortit à jamais brisée. « La révolution voulait nous inculquer une conscience politique anti-révisionniste ; nous en sommes sortis avec une conscience aiguë de la nécessité de l’autonomie intellectuelle », écrit Xiaohong qui dit son bonheur d’avoir, par le miracle d’une bourse, atterri à Toulouse au début des années quatre-vingt et fait sa thèse avec Rolande Trempé sur « Jaurès et les grèves ». « L’ancienne petite garde rouge peut l’assurer d’un sentiment de reconnaissance qui ne faiblira jamais. »

15En filigrane se profile la silhouette d’une historienne constante dans ses options, rigoureuse dans sa démarche, curieuse de tout ; d’une intellectuelle rebelle aux idées reçues, aux modes, aux conduites imposées, aux hiérarchies, à l’académisme, au parisianisme ; d’une militante fidèle dans ses choix fondamentaux, mais frondeuse devant les ruses du pouvoir et la langue de bois, libre sans être libertaire ; d’une femme généreuse, ouverte, sociable et gaie, sans préjugés, capable d’apprécier le plus opposé d’elle-même en restant elle-même ; amoureuse de la vie, du proche et du lointain, du marché de Caussade comme de celui de La Paz et des rues de Mexico ; des voitures de sport conduites à vive allure, comme du calme de la maison de Montpalach, dans la chaleur de Tété aquitain.

16À Rolande Trempé, son « maître d’histoire », Serge Pey a dédié ce poème mélancolique et libre, qui clôt le livre :

Je ne t’appellerai plus jamais Camarade […]
Dis-leur que
je t’appellerai simplement
Amarade
Parce que je t’aime. »

17Nous aussi.

(Collection privée - Tous droits réservés)

Anmerkungen

1 R. Trempé, « Jaurès et les grèves », in Jaurès et la classe ouvrière, présenté par M. Rebérioux, Paris, Éd. Ouvrières, 1981, p. 101-111.

2 À cet égard, voir la thèse inédite de Joël Michel.

3 F. Thébaud, Écrire l’histoire des femmes, Presses de Fontenays-ens, 1998.

4 J.-C. Vimont, La Prison politique en France, Paris, Anthropos, 1993.

Abbildungsverzeichnis

Bildunterschrift (Collection privée - Tous droits réservés)
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/18717/img-1.jpg
Datei image/jpeg, 470k

© Presses universitaires du Midi, 2000

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540

Diese digitale Publikation wurde durch automatische optische Zeichenerkennung erstellt.