Version classiqueVersion mobile

Toulouse et le Languedoc

 | 
Michèle Pradalier-Schlumberger

Conclusion

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Caractères originaux de la sculpture gothique languedocienne

Les particularités de l’iconographie méridionale

La fonction du portail

Une des particularités de l’iconographie languedocienne réside dans les transformations du portail. Cette partie de l’église est sacrifiée par les sculpteurs méridionaux, qui dès le début du xiii siècle renoncent aux grandes compositions avec tympan et statues d’ébrasement. Celles-ci, dans les édifices d’Ile-de-France, dans l’Ouest et en Aquitaine livrent aux fidèles des programmes iconographiques très complets. Dans les portails méridionaux, les voussures ne sont pas ornées, l’archivolte seule est garnie d’un bestiaire fantastique qui puise ses sources dans le passé roman, et seuls les chapiteaux historiés, dotés de cycles christologiques, maintiennent jusqu’à 1270 à peu près une version réduite et très répétitive des portails des édifices gothiques contemporains. Les portails de Caujac (Haute-Garonne) (fig. 139 et 140), et Grisolles (Tarn-et-Garonne) (f...

© Presses universitaires du Midi, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search