Version classiqueVersion mobile

Toulouse et le Languedoc

 | 
Michèle Pradalier-Schlumberger

Première partie. Le gothique adopté

2. La première sculpture gothique en Languedoc

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Image

Tandis que les terres comtales et les pays situés dans Faire de rayonnement politique et culturel du Toulousain virent se développer une sculpture prégothique longue à se dégager de la tradition romane, on constate dans le Languedoc royal, dès la première moitié du xiiie siècle, l’existence de deux grands chantiers religieux où fut mise en place une sculpture déjà gothique par ses composantes. La nef de la cathédrale de Béziers et le chœur de Saint-Paul de Narbonne ont constitué des expériences gothiques précoces pour le Midi, et témoignent de l’ouverture du Bas-Languedoc aux modes du premier gothique, tel qu’il s’est développé au xiie siècle en Ile-de-France et dans les pays de l’ouest, et au début du xiiie siècle dans le Bordelais. Mais la sculpture monumentale qui accompagne le premier gothique entre 1220 et 1250 a eu un succès limité en Languedoc, avec son mélange de feuillages stylisés et de figures humaines qui précédèrent la découverte et l’adoption du gothique français. Seul...

© Presses universitaires du Midi, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search