Version classiqueVersion mobile

Toulouse et le Languedoc

 | 
Michèle Pradalier-Schlumberger

Première partie. Le gothique adopté

1. La sculpture prégothique en Languedoc : première moitié du xiiie siècle

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Image 100000000000016D00000192A7E129303EC85AE8.jpg

Un contraste étonnant oppose le Languedoc de la première moitié du xiiie siècle aux provinces septentrionales du royaume capétien : la raréfaction quantitative des œuvres sculptées, l’appauvrissement des thèmes et la disparition de la statuaire contrastent en effet avec la fécondité de l’art des années 1200 en Ile-de-France. Les événements politiques, souvent tragiques, qui ont précédé le rattachement des terres méridionales au domaine royal ont été invoqués1 pour expliquer l’assoupissement de la vie artistique en Languedoc après un xiie siècle roman particulièrement brillant. La persistance du style roman après 1200, qualifié tour à tour d’« art de transition »2, d’« art roman décadent »3, d’« art roman tardif »4, de « troisième sculpture romane »5, de « dernière sculpture romane »6, apparaît aujourd’hui comme l’expression la plus visible et la mieux connue d’un milieu artistique singulièrement appauvri. Mais réduire l’art de la première moitié du xiiie siècle à l’épuisement d’une ...

© Presses universitaires du Midi, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search