Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Toulouse et le Languedoc

 | 
Michèle Pradalier-Schlumberger

Remerciements

Texte intégral

1Je ne saurais oublier tous ceux, fort nombreux, qui m’ont un jour ou l’autre, apporté une aide, un conseil, un encouragement.

2Parmi ceux-ci je distinguerai plus particulièrement Denis Milhau, qui a toujours, avec beaucoup de gentillesse, facilité mes recherches dans le Musée des Augustins et ses réserves quand il en était Conservateur en chef, Bernard Loncan, Conservateur Régional de l’Inventaire Midi-Pyrénées qui m’a ouvert ses dossiers, Guy Ahlsell de Toulza qui m’a fourni de nombreux négatifs de photographies de Notre-Dame du Bourg de Rabastens, Florence Viguier, Conservateur au Musée Ingres de Montauban qui m’a aimablement guidée dans les collections de son musée. Ma reconnaissance va à Josette Boulhaut, Conservateur des Antiquités et Objets d’Art de l’Ariège et à Jacques Boulhaut dont l’aide m’a été précieuse lors de mes recherches dans l’Ariège. M. l’abbé Jean Pauc, alors qu’il était Conservateur des Antiquités et Objets d’Art de l’Aude, m’a fait profiter de ses belles découvertes à la cathédrale de Narbonne. Qu’il soit ici remercié pour son aide et sa disponibilité. J’ai trouvé chez Paul-Henri Viala, Conservateur des Archives Municipales de Narbonne un accueil toujours amical et je pense avec reconnaissance à l’aide que m’a apportée Jean-François Le Nail, Directeur des Archives Départementales des Hautes-Pyrénées. Mes remerciements vont également à Maurice Prin qui m’a fait profiter de sa parfaite connaissance du couvent des Jacobins de Toulouse où il m’a permis de travailler dans les meilleures conditions. Michelle Fournié, professeur d’histoire médiévale à Toulouse m’a donné bien des renseignements sur les mentalités religieuses de la fin du Moyen Âge et Jacqueline Caille, maître de conférences à l’Université Paul-Valéry de Montpellier, m’a fait bénéficier de sa grande connaissance des sources de l’histoire narbonnaise. Qu’elles en soient toutes les deux remerciées. Je voudrais remercier tout particulièrement Michèle Heng, maître de conférences à l’Université de Toulouse-Le Mirail, qui m’a confié ses clichés de Vierges à l’Enfant, et Jacques Gloriès, qui m’a généreusement donné ses photographies du Maître de Rieux. Ma gratitude va également à Louis Peyrusse, maître de conférences à l’université de Toulouse-le Mirail qui a eu l’idée d’une nouvelle collection d’histoire de l’art, et à Nicole Lombrail Akermann qui a composé le livre avec un soin extrême.

3A l’heure où ce livre va paraître, il m’apparaît tout ce qu’il doit à la précieuse amitié d’Yvette Carbonell-Lamothe, qui fut longtemps ma collègue à l’Université de Toulouse-Le Mirail, et qui au fil des ans a multiplié conseils et suggestions. Mais il est évident que la thèse et le livre qui en est issu n’ont pu se faire que grâce aux encouragements, au soutien et à l’affectueuse sollicitude de M. le professeur Marcel Durliat. Par le domaine de recherche captivant et méconnu qu’il m’a offert d’étudier, par sa direction éclairée et bienveillante, il m’a permis de réaliser un travail passionnant.

4Ma reconnaissance va enfin à mon mari, qui a parcouru avec moi les petites routes ensoleillées du sud de la France et du nord de l’Espagne pour de nombreuses campagnes de photos et supporté avec patience et affection un livre en chantier.

© Presses universitaires du Midi, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site