Version classiqueVersion mobile

Des maisons et des hommes

 | 
Benoît Cursente

Deuxième partie. Du casal à la maison, en passant par le bourg, V. 1260 - V. 1330

Chapitre IV. La nucléarisation de l'habitat gascon

Texte intégral

  • 1 La littérature relative à ce thème est immense ; cf. R. Fossier, Enfance de l'Europe..., spec. t.  (...)
  • 2 L. Maurin, « Sites fortifiés en dehors des cités dans les provinces aquitaniques au bas Empire, da (...)
  • 3 On se réfèrera ici aux deux magnifiques ouvrages, à la fois atlas et synthèses, récemment publiés  (...)
  • 4 Voir la mise au point de R.-A. Sénac, « Essai de géographie et d'histoire de l'évêché de Gascogne  (...)

1À l’instar de tant d'autres régions de l'Occident chrétien, la Gascogne a connu durant les siècles du Moyen Âge central une floculation des unités d'habitat, jusqu'alors généralement éparses ou semi-éparses, autour de noyaux de condensation que sont l'église et le cimetière, le moûtier et le château1. Son originalité tient à la situation de départ. Le fait que la Gascogne ait hérité de l'Antiquité d'un réseau de lieux centraux secondaires particulièrement débile2, continue de peser structurellement sur la géographie humaine qui prévaut aux alentours de l'an mil3. À cela se superpose la ruine des cités héritées de la romanité qui a conduit à la création, à la fin du Xe siècle, du vaste « évêché de Gascogne » regroupant les sièges de Bazas, Dax, Aire, Lescar, Oloron4.

  • 5 Accès commode à l'œuvre de Charles Higounet par les deux recueils d'articles Paysages et villages. (...)
  • 6 B. Cursente, Les castelnaux de la Gascogne..., p. 118.
  • 7 Le thème des bourgs ecclésiaux s'est trouvé au centre du colloque d'Aix-en-Provence de 1989, prépa (...)

2L'attention des chercheurs s'est d'abord concentrée sur les manifestations les plus spécifiques de l'avènement des bourgs : les sauvetés et les bastides, dont l'étude est dominée par l'œuvre de Charles Higounet5. L'intérêt s'est ensuite déplacé en direction des bourgs castraux, beaucoup plus nombreux. Mon propre travail publié en 1980 sous le titre Les castelnaux de la Gascogne, quoique limité au seul pays gersois, constituait en son temps le premier travail de fond de quelque ampleur consacré à ce sujet dans la région. Or, depuis, bien des travaux, concernant tant la Gascogne que d'autres régions, ont rendu obsolète cet « essai sur les castelnaux ». Et si tel était le vœu que j'exprimais alors, il a été comblé au-delà de toutes les espérances6. De surplus, l'avancée du front des recherches a conduit à sérieusement relativiser l'impact réel de cette forme de concentration des hommes en réévaluant, au contraire, la part des villages ecclésiaux7. Pour ces raisons, il a paru indispensable de consacrer un chapitre à un aggiornamento de ces questions. Il implique à la fois de mieux penser les faits dans le temps, de mieux les situer dans l'espace, et de mieux les concevoir dans leur complexité en fonction du thème particulier de ce livre.

I. Les formes et le temps de la « congregatio hominum »

A. Le procès de concentration

1. Choix et définitions préalables

  • 8 Celle que propose par exemple le Dictionnaire de géographie, P. Gorge dir., Paris, 1990, s.v. : fo (...)
  • 9 Les outils forgés par les géographes, et notamment le célèbre coefficient d'Albert Demangeon, rest (...)
  • 10 On peut raisonnablement suivre les seuils retenus par M. Bochaca, qui parle de paroisse à groupeme (...)

3À défaut d'avoir pu trouver un mot simple exprimant en toute neutralité l'objet de cette quête, j'ai finalement opté pour celui de bourg qu’il ne faut pas comprendre dans son sens strictement médiéval, mais dans son acception la plus générale8. Il pourra donc s’agir d'une agglomération ouverte ou enclose, ecclésiale ou castrale, spontanée ou dirigée, plus ou moins rurale ou urbaine. La présence d'un bourg implique les concepts de concentration et dispersion de l'habitat9. Sauf exceptions, la documentation ne permet pas de calcul de coefficients ou d'indices de dispersion, et nous devrons nous contenter d'indices qualitatifs et de données relatives ou vraisemblables (notamment induites de la superficie des enceintes)10.

  • 11 Ma perspective diffère donc, par exemple, de celle de M. Mousnier, « Bastides de Gascogne toulousa (...)

4La question préalable dont la résolution importait le plus pour cette enquête est la suivante : que peut-on considérer, dans une entreprise de fondation de bourg, comme une réussite ou un échec ? La préoccupation majeure de la plupart des historiens est de mesurer la capacité du château, ou de l'église, à modifier durablement la texture de l'habitat. Dans une telle perspective, la coque vide d'un castelnau dans un village où prévalent depuis la fin du Moyen Âge la dispersion de l'habitat ou un groupement en ordre lâche, est alors interprétée comme un signe d'échec. Cependant, on est conduit à donner à ce même site un signe inverse, si on se propose de restituer, indépendamment de ce qu'a été le verdict de l'histoire, la densité des habitats castraux au moment de leur mise en place. Sur ce point, mon appréciation des faits diverge de celle qui est ordinairement proposée. Dans un premier temps, m'efforçant de résister à la tentation de présenter comme inéluctable un avenir dont on a déjà eu connaissance, je privilégierai l'« arrêt sur image » de l'histoire sur la situation qui prévalait au tournant des XIIIe et XIVe siècles ; un moment qui, on le démontrera, s'est avéré décisif dans le processus d'avènement à l'histoire de la maison classique11.

2. Spontanéité et dirigisme seigneurial

  • 12 Cf. la conclusion de la contribution de F. Bougard, E. Hubert et G. Noyé, « Le site de Caprignano, (...)

5La genèse des habitats agglomérés est d'autant plus difficile à restituer que la nature de la documentation pousse souvent historiens et archéologues à porter un regard divergent sur ce processus. La lecture avertie d'une stratigraphie permet de faire assez sûrement la part des transformations progressives in situ, et des véritables ruptures (par exemple à L’Isle Jourdain ou à l’Isle-Bouzon). Par contre, la discontinuité des sources écrites peut correspondre à l'un ou l'autre cas de figure, et constituer donc une illusion ou une information. L'historien doit être d'autant plus attentif aux indices ténus de continuité, jusqu'alors tenus pour marginaux12, qu'il peut rencontrer dans ses documents.

  • 13 Deux exemples parmi bien d'autres possibles : vers 1080, les moines de Condom exploitent ainsi l'a (...)
  • 14 Voir ci-dessous chap. 8, p. 414.
  • 15 Voir notamment H. Lefebvre, La vallée de Campan, Paris, 1953, p. 122, qui analyse ainsi le peuplem (...)

6Les mouvements spontanés de population ont-ils pu aboutir à la naissance d'un habitat groupé ? En règle générale, l'historien s'agace à ne pouvoir véritablement répondre à cette question, dans la mesure où les sources révèlent le spontané au moment où il est capté par une initiative seigneuriale. Généralement, l'empressement mis par les seigneurs à prendre le contrôle des mouvements spontanés ne permet de les percevoir que de fugace façon13. C’est seulement au Bas Moyen Âge qu'on peut observer aux limites du Béarn la naissance spontanée d'un village de colonisation basque, Esquiule, dans un secteur forestier14 ; et à l'époque moderne on connaît plusieurs cas de villages pyrénéens nés par essaimage (comme Ferrières, Les Aldudes, Estaing...). Ces exemples tardifs conduisent à tenir pour quasi certaine, pour la période considérée, l'existence d'un tel processus dans le monde des vallées15, et pour vraisemblable dans la zone boisée du piémont tardivement mise en valeur.

  • 16 Cart. Noir Auch, no 27 ; cart. Sorde, no 180.
  • 17 Cart. St Victor, no 150 (1082) : ad tantam populationem idem locus devenit ut jam fere centum mans (...)
  • 18 J.-M. Lassure, « La motte no II de Panassac », Bull. Soc. Arch. du Gers, 1975, pp. 37-51 ; « La mo (...)
  • 19 On trouve une multitude d'informations à glaner dans les Mémoires de maîtrise soutenus à l'Univers (...)
  • 20 Le plus spectaculaire est l'évocation, dans l'acte no 30 cartulaire de Saint-Mont (Jaurgain), du s (...)
  • 21 Cart. Noir Auch, no 99.
  • 22 Cart. Sorde, no 158.

7Quoi qu’il en soit, les sources ne donnent pas explicitement à connaître de processus de concentration d'un habitat qui ne se fasse pas autour d'un noyau de fixation : église ou demeure seigneuriale. Il s'agit le plus souvent d'une église, dont la création ou la restauration est souvent doublée de la construction de maisons16. À partir de là, se développe un processus plus ou moins rapide de densification, d'ampleur très variable. À défaut d'église, une cabane d'ermite forestière peut provoquer la fulgurante naissance d'un bourg « sauvage », ainsi vers 1080 à la Romieu17. Les quelques chantiers de fouilles18, les diverses prospections de terrain19, et les indices textuels dont on dispose, tendent à montrer que les châteaux seigneuriaux qui se multiplient à partir du XIe siècle ont également, dans un premier temps, attiré un peuplement subordonné inorganique, souvent très ténu20. Quelques notations éparses attestent nettement que l'expansion extra-muros des cités se fit également, dans un premier temps, en ordre dispersé21. Un texte, enfin, suggère comment s'opère concrètement, vers le milieu du XIIe siècle, la densification de l'espace bâti du bourg ecclésial de Sainte-Suzanne, en Béarn : on assiste à des opérations spéculatives par lesquelles l'abbé de Sorde achète à des particuliers les pièces de terres restant disponibles dans l'intervalle des maisons existantes, et, selon leur superficie, y fait bâtir une ou plusieurs maisons22 : le lotissement seigneurial se fait donc a posteriori, et, en quelque sorte, dans la mesure des places disponibles. Mais on aura l'occasion de revenir sur cette éclairante fenêtre documentaire.

  • 23 Cart. Bonnefont, no 287.
  • 24 ADHP, H4, et Mondon, « Fondation ignorée de deux bastides », dans Bull. Soc. Arch. Gers, 1912, pp. (...)

8Les initiatives que prennent les seigneurs pour récupérer, canaliser, amplifier les mouvements spontanés de population reviennent souvent à rigidifier et rationaliser des formes d'habitat concentré primitivement mouvantes et floues. La rationalité se lit dans le quadrillage régulier des parcellaires, mais aussi dans la révélation de froids calculs de rentabilité. Les textes livrent en effet parfois les seuils démographiques en deçà desquels un investissement seigneurial cesse d'être jugé intéressant. L'église de Saint-Julien, acquise en 1232 par l'abbé de Bonnefont, est abandonnée tant que le nombre de paroissiens n'excèdera pas dix feux23 ; dans les fondations astaracaises de Masseube, Cabas, Lalanne-Arqué (1274-1296), il est stipulé que la bastide retrouvera son statut d'origine si le nombre de maisons tombe en-dessous de trente24.

  • 25 Pour les vallées occidentales, cf. A. Berdoy, « Note sur les maisons fortes des vallées béarnaises (...)
  • 26 Voir ci-après les chapitres 7 et 8.

9Spécifiques sont, enfin, les problèmes posés par les formes que prend l'habitat villageois dans les hautes vallées pyrénéennes, un habitat qu'on trouve toujours concentré ou semi-concentré. Dès les XIe-XIIIe siècles, ces villages sont loin d'être dépourvus d’éléments de fortification, comme on a parfois pu le croire25. La question n'est plus là. Elle réside dans le fait que le château n'a que rarement réussi à organiser durablement un peuplement subordonné, et que l'église occupe généralement, topographiquement, une place souvent excentrée ou marginale. Mais on ne pourra guère restituer les modalités et la logique de ces processus de concentration que pour la fin du Moyen Âge26.

3. L'enfermement de l'habitat

10Dans les initiatives dirigées de concentration de l'habitat, il importe de bien distinguer groupement et « incastellament » de l’habitat, le premier phénomène se caractérisant par 1 absence d’enceinte collective. Tout porte à croire que dans la grande majorité des cas les premières formes de groupement ne comportaient pas d'enceinte fortifiée. Dans l'état actuel des connaissances, cela semble aussi vrai pour les plus anciens peuplements castraux que pour les villages ecclésiaux centrés sur un circuitus ecclesie à valeur symbolique.

  • 27 Cart. Noir Auch, no 116.
  • 28 Du Buisson, Historia..., t. 1, pp. 195-202 : les coutumes de l'abbé Suavius furent concédées ad in (...)
  • 29 Monlezun, Histoire de la Gascogne..., t. VI, p. 266.
  • 30 Par exemple dans les Coutumes de Bonas de 1292 : le préambule explique dans quel rapport de force (...)

11La phase de rigidification qui s'amorce au XIIe et se généralise au XIIIe siècle passe par la construction d'une enceinte, dotée d'éléments de défense de nature variable, de la sommaire palissade surmontant une levée de terre, à la courtine de pierre hérissée de tours, comme à Larresingle. L'origine de cette mue implique tous les acteurs de la vie sociale. Il peut s'agir d'une initiative seigneuriale, comme à l'Isle d'Arbéchan27 ; mais certains textes attestent aussi le rôle joué par les communautés d'habitants. C'est le cas dès 1111 à Saint-Sever28, et encore en 1285 à Terraube29. Enfin, d’autres sources expriment la recherche d'un consensus (pax et concordia) entre les habitants et le seigneurs30. Un travail d'analyse systématique des préambules et de toutes les formules à valeur explicative s'avèrerait certainement fructueux. Quoi qu'il en soit, la mise en place d'une enceinte collective constitue un acte essentiel, et ce à plusieurs titres.

  • 31 Voir cependant l'intéressant travail de restitution conduit par D. Henry, « Valcabrère fondation m (...)
  • 32 Tel est le sens général des contributions présentées en 1993 au colloque de Montpellier Morphogenè (...)

12En premier lieu, l’enceinte prolonge le regard de l'historien un peu au-delà du seuil où il doit normalement passer le relais au pur archéologue. Elle a en effet, sur les parcellaires, un effet puissamment conservateur qui autorise de fructueuses études de carto-interprétation, tout en tendant aux chercheurs deux pièges redoutables. Le premier consisterait à restituer la hiérarchie des bourgs des années 1260-1330 à partir de ces seuls indices. Un bourg a pu être totalement occupé pendant ces quelques décennies, avant qu'un processus de dépeuplement ne fasse disparaître le lotissement parcellaire régulier31. Le second piège serait de céder à la tentation de dater l'apparition d'un habitat groupé de la mise en place de l'habillage monumental qui l'a pérennisé, et qui peut résulter d'une longue et complexe élaboration32.

  • 33 J.-M. Lassure, De la tour-salle au castelnau...
  • 34 Les deux faits sont même indissociables en Béarn, où l'octroi du for de Morlaas a eu pour but de r (...)
  • 35 Contradiction bien relevée par les auteurs de l'Inventaire général du Vic-Bilh, Paris, 1990, p. 28
  • 36 Sauf sans doute dans le Bazadais, où les bourgs castraux demeurent généralement ouverts, comme l'a (...)

13L'enceinte influe également sur le destin des populations qui l'habitent en créant les conditions d'un épanouissement des libertés communautaires par un accroissement des contraintes pesant sur les unités familiales d'habitat. La création de l'enceinte va bien souvent de pair avec la concession de franchises. C'est par la fouille que J.-M. Lassure a vérifié que le peuplement du castelnau de l'Isle Bouzon coïncidait avec la concession de coutumes datées de 126733. L'apparition de devoirs de défense collectifs est un facteur de promotion des libertés communautaires, et on observe une réelle coïncidence entre la carte de densité des franchises villageoises et celle des localités encloses34. Se créent ainsi des cadres de vie ruraux à allure urbaine, serres chaudes propices à l'élargissement des solidarités de voisinage en véritables patriotismes municipaux. Il importe cependant aussi de bien garder à l'esprit que la pérennité d'un habitat serré dans le corset d'une enceinte passe par l'acceptation de normes d’urbanisme contraignantes, tant pour les pratiques familiales que pour les activités de production agricoles35. L'histoire ultérieure du peuplement est dominée par la résolution de cette contradiction, dont l'enjeu est, aussi, la décantation d'un réseau de lieux centraux secondaires. En effet, si tous les bourgs enclos ne sont pas devenus des lieux centraux – tant s'en faut – quasiment tous les lieux centraux, à l'orée du XIVe siècle, sont des localités dotées d’une enceinte collective, indépendamment de leur origine36.

14Enfin, dans le prochain chapitre je serai amené à démontrer que, bien plus que le simple processus de concentration, c'est l'enfermement de l'habitat dans une enceinte qui a constitué le passage presque obligé du peuplement per casalent à un peuplement per domum. La présence d'une enceinte villageoise correspond, certes, à des considérations défensives, mais elle est loin de se réduire à une telle fonction.

4. Redéploiement des vieilles structures et fondations a novo

  • 37 Doc. extrait du cart. de Simorre, publ. Monlezun, Histoire de In Gascogne..., t. VI, p. 197.
  • 38 Cart. Lézat, no 1105 (abandon de Gaujac-Vieux pour un nouveau village).
  • 39 ADG, I 2776
  • 40 Livre Vert de Bénac, pp. 218-220
  • 41 J.-M. Lassure, « À propos des fouilles archéologiques effectuées en 1899 dans la cour du château d (...)
  • 42 Cf. pour mémoire la révélation éclatante de ce phénomène qu'a constitué la fouille de Wharram Perc (...)
  • 43 J'ai établi une première liste significative de ces sites doubles dans Les castelnaux..., pp. 100 (...)

15Les textes donnent à connaître des faits qu'on tend à considérer comme singuliers tant qu'on n'a pas compris à quel phénomène général ils se rattachent. C'est le cas des transferts de sites décidés pour tel ou tel village : à Simorre, dès 1141 (à la suite d'un incendie)37 ; Caujac en 124538 Péguilhan en 127239 Andrest, en 130340 Saint-Blancard, la même année41. Ces quelques exemples documentés ne sont que la partie émergeante à l'écriture d'un phénomène très commun. Les fouilles récentes, en effet, ont révélé que l'histoire des villages était, communément, celle de glissements de sites successifs sur de courtes distances42. Si plusieurs sites gascons remarquables, tels qu'Eauze ou Ossun, viennent immédiatement à l'esprit pour illustrer ce processus, les fouille récentes de l'Isle-Jourdain et l'Isle-Bouzon incitent à en réévaluer la fréquence. Des habitats abandonnés lors de ces transferts subsistent cependant fréquemment des témoins visibles, de sorte que l'enquête de terrain suffit à révéler de nombreux sites doubles avec d’un côté l'église entourée de son cimetière, centre de l'habitat primitif, et de l'autre le castelnau43. Le problème est que dans ces sites rien de permet d'affirmer l'existence d'un véritable bourg près de l'église. On considérera comme un cas particulier de ce phénomène l'établissement d'une agglomération planifiée en bordure même du premier bourg. C'est celui que révèlent souvent très clairement les parcellaires discordants, avec tantôt, juxtaposition de structures dissemblables, et tantôt superposition qui laisse partiellement intact le parcellaire ancien (cf. fig. 18, p. 431, l'exemple de la bastide de Barran).

  • 44 C'est ce qu'admet P. Ourliac, « Les sauvetés du Comminges... », p. 44, note 97.
  • 45 M. Berthe, « Les territoires de bastides... », et « Les désertions de villages au Moyen Âge... » ; (...)

16Donc, c'est un cas de figure commun que celui qui voit l'habitat se dédoubler, se redéployer, se recomposer sur des sites voisins, en adoptant des formes diverses. Et lorsqu'est considéré comme une coupure l'écart avec le site ancien, ou que sont ressentis comme inédits la forme, l'ampleur, ou le statut du nouvel habitat, les textes parlent d'habitat nouveau, ce que l'historien traduit un peu trop vite par habitat a novo. La nouveauté est donc pour une part subjective, et revêt des formes et des proportions variables : accroissement significatif d'un noyau ancien, restructuration dans une enceinte, regroupement de noyaux antérieurs dans un lieu central, adoption d'un urbanisme planifié, redécoupage des structures agraires, dotation d’un statut juridique plus favorable. L'occupation du sol héritée du Haut Moyen Âge n'était généralement pas si distendue que de vastes espaces fussent restés totalement vierges. Même dans la forêt de Bouconne, réduite en lambeaux à la suite de la création massive de sauvetés hospitalières dans les deux premières décennies du XIIe siècle, préexistaient des églises champêtres44. C’est dans des terroirs pourvus d'un semis de peuplements souvent assez dense que la plupart des bastides et des castelnaux ont pris place45.

  • 46 D'après la charte de Saint-Victor (no 150), le village de La Romieu résulterait du défrichement d' (...)
  • 47 Cf. par exemple les « possessiunculas et artigalia » évoquées dans l'acte 1 du cart. de Bonnefont  (...)

17Rares sont en définitive les bourgs implantés dans un terroir à conquérir46. Même dans les bourgs effectivement fondés dans les massifs forestiers, il semblerait que les initiatives seigneuriales font suite à un processus de mitage pionnier incontrôlé qu’elles entendent récupérer47. Au total, on associe généralement le peuplement a novo avec des entreprises planifiées, alors que l'état de l'occupation du sol rendait de telles fondations assez exceptionnelles. Par contre, dans la partie la plus boisée du piémont, il restait possible à de petits groupes d'hommes de s'installer dans les interstices de l'emprise humaine préexistante, pour y implanter un hameau et, parfois, y construire une église. Je soupçonne fort que l’histoire du peuplement des XIe-XIIIe siècles soit, en vérité, dominée par cet obscur conflit entre la germination de hameaux spontanés et l'implantation récupératrice de bourgs planifiés...

B. Les textes et la chronologie

  • 48 Ainsi que le souligne M. Bourin, « Historiens et archéologues en Languedoc médiéval : l'expérience (...)

18Les lignes qui précèdent en sont une illustration : pour restituer la chronologie du processus de concentration de l'habitat, l'historien est réduit à faire flèche de tout bois. Mais il ne saurait échapper indéfiniment à une réflexion sur la valeur datante des différents indices textuels qu'il met en œuvre. Et d’abord, qu'est-il dans sa compétence de dater ? Il est vrai que les éléments qu'il recueille pour fixer le moment de la naissance matérielle des bourgs ne sont guère que des jalons auxiliaires offerts aux archéologues. Mais il est le seul à pouvoir évaluer la « perception intellectuelle et affective » que les contemporains avaient du phénomène48. La question est notamment de savoir à partir de quel moment la forme d'habitat groupé qu'on voit se mettre en place à partir de 1050 devient dominante non seulement dans les faits, mais aussi dans les consciences ; et à partir de quand, en définitive, il est ressenti comme un modèle d'habitat plus valorisant que contraignant. Pour donner davantage de rigueur et de transparence à mon discours j'ai donc tenté de classer les indices textuels de datation qui ont été sollicités.

1. Un ensemble de bribes et de jalons disparates

19Certaines données constituent seulement des éléments datants virtuels. De même que le tesson remarquable relevé dans une stratigraphie ne devient datant qu'après avoir été lui même daté par un autre élément, les mots de villa, castrum, castellum ne constituent des indices de datation de la transformation des structures d'habitat qu'après avoir été recoupés. C'est ainsi que, pour l'heure, j'y reviendrai, on ne peut réellement exploiter les riches données lexicographiques de la fin du XIIIe et du début du XIVe siècle.

  • 49 Certaines pièces nécessitent des précautions particulières. C'est le cas des chartes connues seule (...)
  • 50 BM. Auch, ms 56 : ce document sera exploité au prochain chapitre.

20D'autres jalons fournissent une chronologie absolue. Il s'agit des multiples chartes de fondation de castrum, parfois, et surtout de bastides. L'autorité fondatrice précise la teneur du cadre juridique et matériel de l'agglomération nouvelle. L'utilisation de ces sources exige au préalable un rigoureux travail critique49. Toutes vérifications faites, deux raisons opposées peuvent conduire l'historien à relativiser la valeur de ce jalon. Il peut s'agir d'abord, non pas de la fondation, mais de la concession ou de la confirmation des coutumes à un bourg préexistant. D'un autre côté, une chose est de savoir quand se crée un peuplement nouveau, une autre de mesurer le caractère effectif de sa réalisation ou la rapidité de sa réussite. Pour le castrum, la présence d'un barri flanquant l'enceinte principale est un indice de succès. Pour les bastides, rares sont les documents qui permettent d'évaluer le taux d'occupation des lots dans les années qui suivent la fondation. On a la chance de posséder un tel document pour Barran, bastide fondée en 1279, dont on connaît, pour l'année 1303 la liste complète des places bâties, avec le nom de leur occupant50.

  • 51 C'est le raisonnement auquel je me suis arrêté pour dater l'origine des bourgs planifiés béarnais (...)

21L'historien peut également exploiter des éléments de datation indirecte. Une fondation planifiée bien datée contient des éléments qui peuvent servir à dater d'autres agglomérations. En effet, si le module de l'enceinte, la forme et les dimensions du lotissement se retrouvent dans des villages dépourvus de couverture textuelle, on peut raisonnablement postuler qu'il s'agit de fondations à peu près contemporaines51.

  • 52 ADPA, E 2368.
  • 53 C’est ainsi qu’on est incité à réévaluer la portée d’une initiative de ce type, révélée par l'acte (...)

22Il s’avère par ailleurs que certains indices indirects peuvent avoir tout autant de valeur qu'une charte de franchise pour appréhender les temps forts de la mise en place des bourgs. En effet, une fondation peut résulter d’une initiative isolée, tandis que le fait de prendre des mesures conservatoires témoigne de l'existence d'un climat général favorable. Voici l'exemple d'un document béarnais d'apparence anodine, daté de 1225 : une règlement entre seigneurs sur les droits d'usage dans un espace forestier. L'une des parties, le seigneur d'Araux, fait stipuler qu'elle se réserve le droit de pouvoir « poblar castet e villes dens lous suberdits termis »52. Dans la même ligne, une fondation comtale de première grandeur peut se révéler moins riche d'enseignements que la dérisoire entreprise d'un besogneux maître de village. En effet, le détenteur de l'autorité publique, qui peut obéir à des impératifs de nature stratégique, a les moyens, jusqu'à un certain point, de forcer la réussite de son bourg en dépit d'une conjoncture contraire. Par contre, il est peu vraisemblable que le seigneur local se lance dans une telle opération s'il n'est pas porté à le faire par un phénomène de mode et par un espoir de réussite immédiate53.

  • 54 Le recueil de notices dirigé par M. Fixot et E. Zadora-Rio, L'église, le terroir..., a fortement c (...)
  • 55 Cf. principalement P. Bonnassie, « Les sagreres catalanes : la concentration de l’habitat dans le (...)

23Il convient naturellement de prêter une attention spéciale aux éléments d'information qui fournissent de véritables clés permettant d'accèder sans coup férir, à la fois, au moment fort et à l'explication de certains phénomènes de peuplement. C'est en premier lieu le cas du circuitus ecclesie, périmètre – refuge canoniquement garanti autour des églises54. Dans le contexte de violence seigneuriale qui, en bien des régions caractérise les décennies qui suivent l'an mil, ces enclos de paix ont exercé un fort pouvoir d'attraction sur l'habitat paysan. Tel est le processus d'ensagrerament de la Catalogne qui connaît son apogée dans les années 1030-1070, et dont les textes catalans, exceptionnellement riches, permettent d'affirmer toute l'importance55.

  • 56 B. Cursente, « Quelques réflexions sur les villages "ronds" de la Gascogne », dans Morphogenèse...(...)
  • 57 Vie de saint Bertrand, éd. Contrasty, p. 233 : « ...morentium, non viventium debent hic domus edif (...)

24Sur l'impact qu'a pu avoir en Gascogne le phénomène l'ensagrerament, on ne dispose que de peu d'indices textuels56. Ces jalons suffisent à attester que, entre le milieu du XIe et le premier quart du XIIe siècle, au moins, les normes conciliaires sont bien vivantes, et capables d'influer sur l'organisation de l’habitat. Ils sont donc à mettre en connexion avec toutes les traces d'enclos ecclésiaux plus ou moins circulaires, dont les dimensions peuvent correspondre aux normes conciliaires. On peut ainsi caractériser et dater la morphogenèse d'une fraction, il est vrai très modeste, des bourgs ecclésiaux gascons, qui seraient nés dans un contexte de crise féodale et de Paix de Dieu. L'épuisement de ce phénomène, qui se heurte désormais à l'hostilité du pouvoir épiscopal, me paraît pouvoir être daté par un passage de la Vita de Saint Bertrand (évêque de Comminges mort en 1123), vraisemblablement écrit dans la seconde moitié du XIIe siècle : on y voit le saint s'en prendre violemment à un homme qui désirait édifier sa demeure dans le cimetière de Saint-Gaudens, en faisant valoir que cette terre devait abriter les défunts et non pas les vivants57.

  • 58 P. Toubert, Les structures du Latium médiéval..., t. 1, pp. 71-88
  • 59 ADG, I 922 ; v. ci-dessous, p. 233.
  • 60 Je reviens ici quelque peu sur la révision proposée en 1986 par Ch. Higounet dans ses « Réflexions (...)

25Pour finir, cependant, il n'existe pas pour la Gascogne de discours sur l'incastellamento comparable à celui de la chronique de Farfa dont Pierre Toubert a tiré si grand profit58. Quelques préambules de chartes comportent cependant des bribes de discours étiologique. C'est notamment le cas de celle de Mondilhan, datée de 1264, et sur laquelle on reviendra dans le prochain chapitre, qui semble résumer le contenu des délibérations de la communauté qui aboutirent à la décision de fonder une bastide59. Elles attestent que dès cette date précoce, le regroupement des populations est pensé dans les milieux cisterciens en termes de pure rationalité de gestion60.

2. Une enquête-bilan fondamentale

  • 61 B. Cursente, Les castelnaux..., pp. 66-70. Il s'agit du plus ancien pouillé de la province d'Auch, (...)

26Au bout du compte je n’ai trouvé qu'un seul document qui permette d'apprécier le moment où se produit le basculement des formes d'habitat rural. Mais l'exploitation de ce texte, que j'avais eu l'occasion d'utiliser par le passé, me semble mériter une révision préalable61.

  • 62 L'argumentation des auteurs est la suivante (ibid., p. 3) : « La date proposée devrait être facile (...)
  • 63 Le corpus onomastique du petit cartulaire de Moncassin (ADHG, Malte, H 346) n'a guère livré que le (...)
  • 64 Cf. J.-L. Biget, « La restitution des dîmes par les laïcs dans le diocèse d’Albi au XIIIe siècle » (...)
  • 65 Cart. Noir Auch, no 120 à 127.
  • 66 Cart. Noir Auch, no 123, bulle datée du Latran, le deux des ides d'avril, la 5e année du pontifica (...)
  • 67 Brugèles, Chroniques ecclésiastiques... ; BM Auch, Daignan du Sendat ms 73, p. 310 : en rémission (...)

27Les érudits qui ont mené à bien la publication du pouillé reprennent à leur compte la date de « circa 1265 » proposée dès le XVIIIe siècle par Dom Louis Clément de Brugèles62. Rapporté à cette date, le document fournissait en quelque sorte un bilan de l’incastellamento à la veille de la grande vague de fondation des bastides. Un examen plus attentif me conduit à mettre en cause cette chronologie et à vieillir sensiblement le moment de l'enquête pour proposer une fourchette 1208-123563. Une analyse du contexte historique permet d'affiner encore la datation. Le problème qui sous-tend l'initiative épiscopale est donc celui de l'accaparement de la dîme par les laïcs. Il s'agit là d'une préoccupation qu'on voit naître un peu partout dans le Midi vers la même époque dans le sillage de la Croisade Albigeoise, à partir des Statuts de Pamiers de 1211, puis du traité de Meaux-Paris de 122964 Le cartulaire d'Auch répercute fidèlement cet infléchissement des préoccupations épiscopales. Durant le XIIe siècle, la question de la dîme est restée tout à fait subalterne. Elle devient par contre l'objet central des actes postérieurs à 1230, et on note aussi que cette priorité fait suite à une série de huit lettres pontificales de Grégoire IX datées de 1227-1230, insérées dans le cartulaire Noir65, enjoignant le prélat à restaurer la discipline dans sa province. L'une de ces lettres exhorte l'archevêque Amanieu de Grésignac à lutter contre le scandale de l'usurpation de la dîme par les laïcs66. À ce corpus, il faut ajouter un acte daté de 1227, collationné au XVIIIe siècle par Brugèles et Daignan du Sendat, par lequel le comte Centulle fait donation des dîmes qu'il tient en Astarac67. Au total, la vraisemblance incline à voir dans le pouillé une enquête générale ordonnée à la suite de ces injonctions.

28Le fait de vieillir d'une trentaine d'années la datation de l'enquête me conduit à réviser l'interprétation que j'avais jadis proposée. Pour que la texture ancienne du peuplement se trouvât alors à ce point bouleversée, il fallait bien que le mouvement de regroupement de l'habitat auprès des forteresses ait commencé à se mettre en branle au moins un demi-siècle plus tôt. Entre la flambée de fondations planifiées des décennies 1050-1120, et celle des décennies 1250-1330, se situe donc une période caractérisée par l'existence d'un processus lent de resserrement de l'habitat auprès des centres de pouvoir. Ce mouvement, qui n'implique aucune discontinuité majeure avec le système de peuplement per casalent traditionnel, constitue une phase de transition vers la véritable rupture que représente le peuplement per domum (c'est-à-dire l'établissement de l'habitat sur des places à bâtir dans une enceinte collective). Mais il va de soi que, en tout état de cause, cette dynamique continue se marie avec bien des contrastes et des discontinuités spatiales.

II. Scansion d'une dynamique : sauvetés, castelnaux, bastides ?

  • 68 Historiographie rapide des castelnaux dans mon livre Les castelnaux..., pp. 91-94 ; sur la naissan (...)
  • 69 Cf. son article fondamental « Pour l'histoire de l'occupation du sol et du peuplement dans la Fran (...)

29Les histoires du peuplement de la Gascogne organisent depuis longtemps leur analyse des faits de peuplement médiévaux en fonction du triptyque sauvetés, castelnaux, bastides68. Cette taxinomie empirique a été consacrée par l'œuvre de Charles Higounet69, et chacun lui reconnaît le mérite d'avoir permis un vigoureux essor de la recherche. Or, une telle classification, qui ne saurait au demeurant constituer qu'une étape de la réflexion, s'est révélée relativement inadaptée à l'enquête que je conduis dans ce livre.

  • 70 J’en ai donné acte à A. Debord qui les a replacés ainsi dans son article de synthèse, « Remarques (...)
  • 71 Le concept de village ecclésial a été lancé par le colloque d'Aix de 1989, publié en 1994, L'envir (...)

30Deux considérations m'ont décidé à la mettre en question. La première est la nécessité de raccorder indéfectiblement l'histoire régionale à l'évolution générale de la recherche. Car il est vrai que les castelnaux ne sont que le faciès particulier d'un phénomène plus général, celui des bourgs castraux70, et que les sauvetés ne constituent qu'un aspect régional, très remarquable, du mouvement des villages ecclésiaux71. La seconde considération procède du constat de l'insuffisance du principe de classification traditionnel, de caractère uniquement génétique : quelques décennies après leur fondation, bien des bourgs ont cessé d'être identifiés par la nature du noyau ou de l'autorité qui leur avait donné le jour. Le discours de l'historien est alors décollé de la perception des contemporains, et jusqu'à l'époque actuelle, l'écart entre ces deux registres est demeuré source de confusion.

31Je propose donc de reconsidérer les termes de la taxinomie traditionnelle, en distinguant deux grilles de lecture : une première à valeur interprétative ; une seconde qui donne la priorité aux catégories vécues dans un contexte donné.

32La grille à valeur étiologique se décompose en trois sous ensembles principaux : a) le village ecclésial (agglomération procédant de la présence d'une église incluant plusieurs variantes : sagrera, sauveté, bourg prioral ou monastique) ; b) le village castrai : agglomération engendrée par un château, selon plusieurs variantes ; il présente souvent, mais pas obligatoirement, une structure de castrum ; la désignation de « bourg castrai » est réservée aux chefs-lieux de châtellenie ; enfin, le castelnau désigne la génération de villages castraux qui, en Gascogne, prend tardivement une forme de castrum ; c) la bastide, ou ville neuve. À l'origine confondue avec le castrum, la bastide s'en différencie rapidement par un faisceau original de caractères : l'origine (fondations princières, paréages), le moment (seconde moitié du XIIIe siècle), la forme (plans en grille centrés sur la place du marché), l'ampleur (vocation de lieu central).

  • 72 Étant entendu que le mot bastide a pu désigner de toutes autres réalités : petits noyaux d'habitat (...)

33Si on choisit à présent comme poste d'observation la façon dont les hommes vivant entre 1250 et 1330 ont perçu les différentes formes d'habitat, s'avèrent génératrices d'un habitat per domum les localités ainsi désignées : a) bastide72 ; b) castrum (soit, à partir du XIIe siècle tout habitat aggloméré pourvu d'une enceinte indépendamment de son origine) ; c) bourg (burgus) ; d) « poblacion » (populatio) ; e) ville (villa).

34Dans la rapide fresque qui suit, on pourra constater qu'à de multiples reprises le descriptif vient occulter l'étiologique ; notamment quand le castrum vient désigner la sauveté qui s'est dotée d'une enceinte, ou que le village castrai est pompeusement appelé bastide.

A. D'abord, une floraison de bourgs ecclésiaux (XIe siècle)

  • 73 « La réforme canoniale : un élément dans la naissance des villes ? », dans Entre Adriatique et Atl (...)
  • 74 Doc. publié et traduit (traduction reprise de Ch. Higounet et J.-B. Marquette), dans Les sociétés (...)
  • 75 Texte de la fondation publié par Marca, Histoire de Béarn..., t. 1, pp. 323-325.
  • 76 Cart. Saint-Pé (Balencie), 14.
  • 77 Ottaway (dir.), op. cit., pp. 203-206.
  • 78 Ainsi le bourg qui s'est constitué autour de l'abbaye de Saint-Luperc d'Eauze serait totalement pl (...)

35Le fait primordial est, au départ, la longue éclipse des sièges épiscopaux qui conduisit, dans les décennies chevauchant l'an mil, à la constitution du grand « évêché de Gascogne ». La renaissance des bourgs a donc correspondu, dans le courant du XIe siècle, à la restauration ou au renouveau des sièges épiscopaux et à la réforme canoniale qui accompagne ce mouvement73. La récupération – partielle – de cet héritage antique est complétée par un vigoureux essor des bourgs monastiques, qui s'affirme dès l'horizon de l'an mil. On connaît la description qu'Aimoin fait en 1003 de La Réole, un monastère fondé ou restauré depuis peu : le bourg populeux qui le jouxte est « quasiment une cité »74. On peut suivre un processus aussi spectaculaire avec le monastère de Saint-Pé de Geyres, fondé en 1017 avec un statut de sauveté, ou d'immunité (les deux mots étant employés)75. Pour répondre à l'afflux immédiat de gens venus de toutes les contrées voisines pour peupler la ville, les moines édictèrent dans les décennies suivantes (avant 1096) des coutumes fixant les modalités du prélèvement sur la production agricole et sur les échanges76. À des degrès divers, un processus comparable a dû fonctionner autour des abbayes ou prieurés de Sorde, Saint-Sever, Eauze, Lectoure, Saramon, Simorre, Pessan, Saint-Savin, Saint-Girons, SaintBéat, ainsi qu'autour de la collégiale de Saint-Gaudens77. En effet, lorsqu'au hasard d’une documentation très lacunaire, un texte de la fin du XIe ou du début du XIIe siècle nous renseigne sur la vie de ces agglomérations, il révèle la présence d’un bourg actif jouant un rôle de place commerciale78.

  • 79 Les données de la documentation gasconne concordent avec les observations d'E. Magnou-Nortier, « À (...)
  • 80 Cart. St Mont (Jaurgain), acte 1 (vers 1055) : le comte et les grands jurent salvamentum et muniti (...)
  • 81 Charte de fondation de 1017, Marca, Histoire de Béarn..., t. 2, pp. 323-324 : et jurando salvitate (...)
  • 82 Monlezun, Histoire de la Gascogne..., t. VI, pp. 197-198 (1142) : après l'incendie de la ville, un (...)
  • 83 Brugèles, Chroniques..., Preuves, pp. 52-53 : au monastère est reconnue la règlementation de la vi (...)
  • 84 Même les situations conflictuelles dont le cartulaire Noir d'Auch fait état lors de la fondation d (...)

36De façon plus générale, on observe que la première floraison urbaine de la Gascogne associe, avec une remarquable fréquence, la présence d’un établissement ecclésiastique et la concession, par le détenteur du dominium public, de privilèges qu’on nomme souvent sauveté, mais aussi, de façon pratiquement synonyme, immunité, liberté79. Le bourg monastique de Saint-Mont se voit promettre la sauveté et l’immunité80 ; ceux de Saint-Pé de Geyres81, Simorre82, ont reçu le privilège de sauveté. À Eauze, en 1089, le comte et les grands d’Armagnac s'engagent à respecter les « libertés » du bourg de Saint-Luperc ; et si une clause prévoit le droit d'asile dans le périmètre de l'église, on se trouve ici en présence d'un véritable acte de paréage83. Le vocabulaire comme les statuts attestent l'incontestable souplesse de ces compromis qui, composant avec l'idéologie de paix et les intérêts de chacun, ont pour effet de créer dans les bourgs les conditions optimales d'un essor des activités d'échanges84.

  • 85 Cart. Noir Auch, no 45 : Ego Aimericus comes ausciensis, sub jurejurando promito salvationem Deo o (...)
  • 86 Cart. Noir Auch, no 135 (1095).
  • 87 Cart. La Sauve-Majeure, no 846-853 (1079-1095) : la concession de la sauveté fait suite à la fonda (...)
  • 88 Cart. Morlaas, no 3

37Un autre fait remarquable est la continuité qui existe entre le statut de ces localités purement monastiques et celui des bourgs choisis comme résidences comtales ou vicomtales. On voit en Fezensac, vers 1080-1090, le comte Aimeric jurer la sauveté à Auch85, et consentir à Vic-Fezensac un partage comparable de ses droits86. À Gabarret, à la même époque, le duc d'Aquitaine accorde la sauveté au village castrai du vicomte Pierre de Gabardan87. À Morlaas, en 1101, le vicomte de Béarn promet par charte au prieur de Sainte Foi l'ingenuitas de la ville88 ; le formulaire, repris des serments de paix, exempte de gîte les maisons du bourg, concession qui, nous y reviendrons, est en fait décisive.

  • 89 Sur ce phénomène, cf. G. Pradalié, « Les sauvetés castrales... ».
  • 90 Ce sont surtout en général les sauvetés urbaines de Toulouse, Bordeaux et Bayonne qui se trouvent (...)

38Au total, je suis tenté de voir dans le statut de sauveté ou de « liberté » lié à la présence d'un établissement ecclésial le dénominateur commun de la grande majorité des bourgs à vocation urbaine qui prennent leur essor au XIe siècle. L'appellation, en effet, n'a rien de bien fixé : plus que salvatio, c’est villa qui est le plus communément usité. L'aspect matériel a également pu varier : localités dès l'origine pourvues d’une enceinte (Nogaro), très vite (La Réole), ou bien plus tardivement encloses (Saint-Sever). Il s'agit de créations en rase campagne (Saint-Pé), mais parfois aussi de sauvetés castrales (proximité du château à Morlaas)89, voire de sauvetés fondées pour revitaliser une entité urbaine préexistante (Auch). Les sauvetés rurales, bien connues par les travaux de Paul Ourliac et Charles Higounet, auxquels je renvoie, ont donc un pendant urbain qui mérite d'être réévalué90.

  • 91 Cf. ci-dessus notes 54, 55, 71.
  • 92 Importante question soulevée par Ph. Araguas, « Mottes seigneuriales et abbayes laïques en Vic-Bil (...)

39Jusqu'à une date assez récente, on tendait à réduire le phénomène des bourgs ecclésiaux à celui des sauvetés. Or, ces fondations dirigées ont des antécédents probablement plus spontanés avec les enclos ecclésiaux qui, pour l'heure, restent à répertorier, avec un large palette de cas de figure, entre les structures légères disparues et celles qui, comme Ibos, ont servi de noyau primitif à une croissance urbaine ultérieure. Les premières enquêtes donnent à penser que leur densité est plus modeste que dans les pays de la Catalogne, du Languedoc ou de l'Albigeois91. Au surplus, la documentation écrite ne livre que des jalons bien tardifs, et, lorsque les actes des cartulaires révèlent la présence de maisons dans le circuitus ecclesie, cet espace paraît contrôlé par le seigneur. S'agit-il d'une récupération précoce, ou bien d’un fait structurel, qui se rattacherait au phénomène des abbayes laïques caractéristique des pays de l'Adour, héritage semblerait-il des temps carolingiens, dans lequel le maître d'une seigneurie contrôle avec le titre d'abbé l'église qui jouxte sa domus (ou « abbadie »)92 ?

  • 93 À l'Isle-Jourdain, la fouille a montré qu'une longue phase de croissance ecclésiale avait précédé (...)

40Au total, sous l’égide du statut de sauveté, et à l'ombre protectrice des églises, ce sont bien les premiers linéaments d’un réseau de bourgs qui se dessinent au terme du XIe siècle, avec un semis de places centrales et un resserrement de l'habitat rural autour des lieux de culte. Du processus de floculation de l'habitat au pied des premières forteresses laïques, on ne sait encore que très peu de chose, sinon qu’il a concerné un grand nombre de sites mais qu’il a généralement revêtu un aspect fragile et ténu. Un fait est certain : jusqu'à l'orée du XIIe siècle, l’émergence d’un bourg à vocation de place commerciale est fortement conditionnée par la présence d'un établissement ecclésiastique. Dans l'histoire de l'ensemencement urbain de la Gascogne médiévale, l'église et le moûtier ont une incontestable antériorité sur le château93.

B. Bourgs ecclésiastiques et bourgs laïcs en concurrence (XIIe siècle)

  • 94 Marca, Histoire de Béarn..., t. 2, p. 86.
  • 95 Cursente, Les castelnaux..., pp. 59-60.
  • 96 Lourdes fut doté de coutumes vers 1170 et Vic dès le règne de Pierre de Marsan, soit antérieuremen (...)
  • 97 J.P. Cazes, art. cit.
  • 98 Higounet, Le comté de Comminges..., pp. 507-508 ; plusieurs actes des cartulaires de Berdoues et d (...)
  • 99 J.-M. Lassure, » Les mottes féodales et le peuplement de la Haute-Vallée du Gers », op. cit. Un te (...)

41La consolidation des pouvoirs laïcs issus du processus de morcellement de l'autorité publique se marque par une plus forte emprise et une plus grande autonomie dans le processus de remodelage de l'habitat. C'est durant la première moitié du XIIe siècle qu'on pointe les premiers bourgs résultant d'initiatives purement laïques. A Mongiscard94, Corneillan, Castelnau-Barbarens95, l'Église n'intervient pas, et la desserte religieuse est présentée comme une préoccupation secondaire. C'est alors qu'ont dû se développer les bourgs apparus au pied des principales résidences comtales ou vicomtales. On en a du moins des indices probants pour Lourdes, Vic-Bigorre96, Mauvezin, Isle-Jourdain97, Isle-en-Dodon, Samatan98. Mais il ne semble pas que, dans leur grande majorité, les châteaux sur motte des seigneurs ruraux aient attiré un bourg subordonné de quelque importance99.

  • 100 J.-B. Marquette, Les Albret..., t. 1, pp. 74-81.
  • 101 Ch. Higounet, Paysages..., p. 383 ; doc. publié par Du Buisson, Historia..., t. 1 pp 211-214
  • 102 À la suite de l’élection au siège d’Auch d’un prélat qui n’avait pas son agrément (à une date non (...)

42L'origine du bourg de Casteljaloux, repaire des sires d'Albret à partir de 1131, quoique entourée d'incertitudes, semble marquer la fin de la période antérieure : si l'abbé de La Sauve est bien intervenu dans le paréage de 1131, il n'est plus question de ses droits par la suite100. Le désir des princes laïcs de se doter de centres de pouvoirs autonomes s'affirme d'éclatante façon avec la fondation de Mont-de-Marsan, entre 1133 et 1141. Le vicomte Pierre de Lobaner se trouve aux prises avec le puissant abbé de Saint-Sever, qui doit accepter que les habitants qui viendraient peupler la ville neuve soient placés sous la protection du château vicomtal101. De façon plus générale, c'est surtout à partir du XIIe siècle que se pose véritablement la question majeure : autour de quel pôle devait s’effectuer le processus d encellulement des populations rurales, l'église ou le château ? Celle-ci avait l'atout de l'omniprésence et de la précocité de son caractère monumental, et c'est autour de l'église qu'avaient été mises en place les premières enceintes collectives, à caractère rural (les enclos ecclésiaux), ou à vocation urbaine (La Réole, Nogaro, Saint-Sever, Eauze). En toile de fond du processus l'incastellamento que va connaître la Gascogne il faut restituer le modèle (ou le contre-modèle) des premiers bourgs ecclésiaux, et une forte tentation, de la part des seigneurs laïcs, de récupérer des infrastructures liées à des églises. On possède au moins un témoignage textuel explicite de ce processus de récupération et de détournement militaire et féodal du circuitus ecclesie canonique102.

  • 103 J.-P. Cazes, art. cit. : dans les premières années du XIIe siècle le creusement d’une enceinte fos (...)

43La récente fouille du site de la Gravette à l’Isle-Jourdain est venue pleinement confirmer la leçon des textes : c’est dans le courant du XIIe siècle qu'en Gascogne le château tend à supplanter l'église comme pôle dominant de l'habitat103. Par ailleurs, le vieillissement du pouillé de l'Astarac, tel qu'il a été redaté un peu plus haut, conduit à émettre l’hypothèse selon laquelle, dans cette région du moins, c’est vers la seconde moitié du XIIe siècle que le pouvoir d'attraction exercé par les châteaux des seigneurs locaux a pris le pas sur celui des églises, et commencé à déstabiliser en profondeur la texture antérieure du peuplement, en provoquant une tendance générale à la concentration des « casalères » et des autres maisons.

C. Le XIIIe siècle et le triomphe du castrum

  • 104 R.W. Kaeuper, Guerre, justice et ordre public. La France et l'Angleterre à la fin du Moyen Âge, Pa (...)
  • 105 J'ai par ailleurs tenté de reconsidérer, dans le cadre du royaume de France, la place du castrum d (...)
  • 106 À côté des formes bien identifiées, il existe des structures excessivement remaniées, ou bien très (...)

44Replacée dans une perspective comparatiste, la Gascogne de ce siècle connaît une situation assez originale dans la mesure où la féodalité y ressemble « non pas tant aux autres provinces de la France contemporaine, qu'à la France du XIe ou du XIIe siècle »104. Dans ce contexte où le jus munitionis est librement exercé par de multiples pouvoirs, tout fut bon pour faire castrum. En clair, on assiste à un processus général d'expansion, d'uniformisation, et de rigidification des formes d’habitat groupé sous la forme du castrum entendu comme une agglomération de second rang, inférieure à la cité et à la ville, pourvue d’une enceinte collective105. Celui-ci se répand donc à la fois par la mise en place de nouvelles structures (d'une inégale lisibilité106), et par le rhabillage d’agglomérations préexistantes.

  • 107 Par exemple à St Bertrand de Comminges, les coutumes de 1207-1210, art.53, font état de la clausur (...)
  • 108 HG Languedoc, V, col. 1029-1030, no 540, avril 1139 : licenciam construendi castrum habeant... ; C (...)
  • 109 ADPA, H 148, bulle du pape Alexandre III.
  • 110 On ne dispose aucun jalon textuel permettant de dater des enceintes telles que Saint-Mont, Madiran (...)
  • 111 P. Gabent, Monographie locale de Pessan, Auch, 1908, P.J. IX : Cum igitur monasterium et totum cas (...)
  • 112 Daignan du Sendat, Bibl. mun. Auch, ms 73, p. 1122.
  • 113 Y. Dossat, « Le paréage de Sorde », Actes du XVIIIeCongrès d'Études Régionales, Fédération des Soc (...)

45C’est qu’en effet les agglomérations ecclésiales se sont massivement et assez précocement muées en castrum. Cependant que les faubourgs des cités s’enclosent de murs107, les bourgs monastiques se hérissent, parfois très précocement, de défenses leur valant d’être désignés comme castrum. La plus ancienne attestation de ce mouvement est relative au monastère de Lézat, en 1139108, mais à Saint-Savin il est question de castrum dès 1168109. Ailleurs, les textes, quand ils existent110, ont sans doute quelque retard sur le fait : Pessan en 1251111, Saint-Maur en 1284112, Sorde avant 1290113.

  • 114 P. Ourliac, « Les sauvetés du Comminges... », PJ no II ; G. Pradalié, « Les sauvetés castrales...  (...)
  • 115 J. Gardère, « Larresingle-en Condomois », Rev. Gascogne, 1891, pp. 293-314 ; G. Tholin, « Larresin (...)

46C’est également alors que quelques sauvetés, conçues au XIe siècle comme des villages ouverts, ont été restructurées en castrum, l’exemple le mieux documenté étant celui de Fonsorbes, en 1205114 Cependant ce n’est qu’exceptionnellement que de simples villages ecclésiaux se sont eux aussi rigidifiés en castrum. C’est sous cet habillage que nous sont parvenues, comme fossilisées, les quelques structures mises en place au XIe siècle qui ont eu la bonne fortune d'entrer dans le jeu d’un puissant établissement. C'est le cas à Ibos, où la collégiale du Bas Moyen Âge domine l’enclos circulaire que les enquêtes de 1285-1313 désignent comme castrum. À Sentein, dans le Couserans, une enceinte murée flanquée de cinq tours est venue pétrifier les contours d’un enclos ecclésial. C’est cependant à Larresingle que ce phénomène a revêtu la forme la plus monumentale115.

  • 116 Le château de Vidalos, construit en 1174 devient castrum populatum en 1257 (cart. de Bigorre, ms P (...)
  • 117 J.-B. Marquette, » Approche sur les castelnaux du Bazadais... ».

47La transformation de villages castraux ouverts en castrum est sans doute à l’origine de la multiplication des toponymes composés castrum novum, ou castellum novum, soit en dialecte gascon, castelnau. Par ce vocable, qui a pris chez les historiens du peuplement une valeur générique, il faut entendre l'ensemble organique château-enceinte peuplée subordonnée. En corollaire, le « castel Bielh », désigne la forteresse isolée. Pour quelques sites, comme Vidalos ou Péguilhan116, on dispose des textes qui permettent de jalonner ce processus. Cette tendance, qui triomphe dans toute la Gascogne centrale, reste cependant minoritaire dans le Bazadais, proche du domaine des bourgs castraux « classiques »117.

  • 118 B. Cursente, « Églises et habitat en Gascogne. Quelques aspects topographiques », dans M. Fixot (d (...)
  • 119 On ne peut qu'être frappé, par exemple, par la ressemblance qui existe entre les deux bourgs voisi (...)

48Si les bourgs ecclésiaux ou comtaux antérieurs répondaient aux capacités de prélèvement et aux besoins de consommation de la haute aristocratie gasconne, tant laïque qu’ecclésiastique, la vague des castelnaux est le reflet d'un ordre politique et social caractérisé par la démultiplication des centres de prélèvement et d’échanges au bénéfice de l’aristocratie des villages. Là où ils prévalent, les castelnaux s'imposent comme un phénomène matériel et culturel original. Ils présentent en effet un « urbanisme villageois » qui marginalise l’édifice paroissial et généralise la « carrère » rectiligne comme axe structurant, en lieu et place du circuitus118. Cependant, la présence d'une enceinte donne à toutes les agglomérations que les scribes désignent comme castrum un air de famille. Et cette ressemblance s'accentue d'autant que l'église priorale ou abbatiale dominant la clausura du bourg peut revêtir l'aspect d'une forteresse119. Toutes ces anciennes localités qui prennent des allures de citadelles, tous ces nouveaux bourgs qui s'emmuraillent aussitôt que nés, sont le reflet d’un état particulier de la société et des pouvoirs. Ils sont aussi la traduction d'une croissance qui va susciter des initiatives pour créer ce que les historiens Anglais nomment des « market-towns », et qu'on appelle ici des bastides.

D. La superposition des castra et des bastides (fin XIIIe-début XIVe siècle)

  • 120 Complétés par les récents articles de M. Berthe et M. Mousnier, cités ci-dessus.

49Il n'est pas question ici de reprendre la question des bastides pour laquelle je renvoie délibérément aux travaux de Charles Higounet120 ; je me bornerai à attirer l'attention sur certaines ambiguïtés factuelles ou lexicographiques, ambiguïtés qui traduisent un chevauchement des formes et des faits de peuplement qu'il importe de réévaluer.

  • 121 Formule de F. Pujol, « L'élaboration de l'image mythique de la bastide... »
  • 122 F. Eygun, « L'organisation du peuplement dans les bastides des Landes », Bull. Soc. Borda, 1990, p (...)
  • 123 Publ. Bémont, Recogniciones, no 397.

50La confusion a une double source : le fait que les hommes du XIIIe siècle ne disposaient évidemment pas d'outils lexicographiques normalisés pour désigner les formes nouvelles de peuplement, et le fait que les historiens modernes restent peu ou prou prisonniers de « l'image symbolique de la bastide » héritée du XIXe siècle121. Ces données ont conféré à l'étude des bastides une illusoire limpidité. En effet, l'emploi dans un texte du mot bastide pour désigner une réalité qui n’a rien à voir avec ce qu'on entend généralement par là, suffit cependant à la cataloguer comme bastide ; par contre, la désignation comme castrum d'un bourg au parcellaire par trop géométrique ne suffit pas à l'écarter de la liste des bastides. C'est ainsi que dans les Landes le castrum de Montfort, au plan si régulier, est annexé aux bastides122. Il se retrouve ainsi aux côtés de Pimbo, un simple village-rue originellement dépourvu de place, coincé entre son abbatiale et une puissante motte, qui doit probablement sa désignation comme « bastide », en 1268, au fait qu'à cette date précoce ce terme n'était pas encore clairement associé, dans les esprits, à une organisation particulière de l’habitat123 (fig. 8).

  • 124 J. Decap, R. Rumeau, L. Vié, « Le Fousseret... », Rev. de Comminges, 1905, pp. 197-224.
  • 125 P. Ourliac, M. Gilles, Les coutumes de l'Agenais..., t. 2, pp. 122-158
  • 126 Cart. Bigorre, ms Pau A, fol. 24.
  • 127 Cart. Bonnefont, no 385.
  • 128 ADG, 1922.
  • 129 Monlezun, Histoire de la Gascogne..., t. VI, p. 199
  • 130 Sans pouvoir l'affirmer péremptoirement, faute d'avoir procédé à une enquête exhaustive, je suis p (...)
  • 131 La motte des comtes d'Aure occupait l'emplacement du foirail ; la charte de fondation et de coutum (...)
  • 132 Par exemple en 1273 à Péguilhan, ADG I 2776, et en 1284 à Saint-Gein, ADG E 847.

51C'est qu'il fut un moment où les phénomènes du castrum et de la bastide se sont chevauchés. En un premier temps, dans la conscience même des gens, la bastide paraît avoir eu quelque difficulté à s'imposer comme forme de peuplement originale. Il convient, en effet, de revoir attentivement les textes correspondant à liste des plus anciennes fondations de bastides, dans les années 1226-1266 (voire 1274) : Le Fousseret (1226-1256)124, Montréal (1255)125, Vidalos (1256)126, Lestelle (1256)127, Mondilhan (1264)128, Seissan (1266)129. C'est de manière abusive qu'elles ont toutes été uniformément cataloguées comme bastides. En effet, dans le pire des cas, les textes ne les désignent pas autrement que par le mot castrum (Le Fousseret, Vidalos, Seissan) ; dans le meilleur des cas, le texte hésite entre castrum et bastide. À Montréal, c'est le terme de bastide qui prévaut, mais à Lestelle ou Mondilhan le mot castrum reste largement dominant. En bref, aussi bien pour la situation topographique que pour la structure urbaine, la bastide s'est différenciée progressivement du castrum, dans le second tiers du XIIIe siècle130. À cette première liste on peut rattacher la « bastide » de Lannemezan, en fait un castrum organisé autour d'une motte131 ; et tard dans ce siècle encore, on relève des situations d'ambiguïté entre le castrum et la bastide132. Si Montréal est bien la première véritable bastide gasconne, ce sont la fondation et les coutumes de Gimont (1266-1274), qui marquent à mes yeux le véritable démarrage d'un phénomène spécifique, dont le succès foudroyant, par un effet de contamination, va engendrer d'autres situations ambiguës.

Figure 8. Bourg ecclésial, bourg castrai, bastide : Pimbo

  • 133 C. Lavigne, « Recherches sur les systèmes parcellaires de fondation... ».
  • 134 A. Gouron, Chartes de franchises..., no 970.

52En effet, que peut-on entendre par bastide dans le demi-siècle qui chevauche l’année 1300 ? En premier lieu, bien sûr, les agglomérations au plan en grille, ordonnées autour d'une place centrale vouée au commerce, et généralement fondées par paréage entre un établissement ecclésiastique et un agent de l'autorité comtale, ducale, ou royale. Ajoutons un autre trait, qu'on a eu tendance à négliger : un remodelage radical des structures agraires du terroir alors délimité133. Il n'y a pas lieu ici de revenir sur ce phénomène capital, qui a fourni à la Gascogne l'essentiel de son armature en lieux centraux secondaires, sinon pour retenir ce paradoxe que, nonobstant le fait qu'une majorité soient demeurées d'humbles villages, les bastides semblent avoir rapidement constitué l'image même de la ville du roi et le lieu de toutes les ascensions sociales. S'est ainsi produit un phénomène d'irradiation qui a conduit à un « embastidement » de la Gascogne excédant le seul réseau des bastides proprement dites. Ce sont, tout d'abord, de minuscules castelnaux qui sont rehaussés par le verbe au rang de bastides. Ce sont aussi des bourgs castraux préexistants qui reçoivent comme promotion un statut de bastide (tel est notamment le cas de Fourcès, village bâti en cercle autour de la motte portant jusqu'en 1488 le château seigneu rial134). Ce sont, enfin, au-delà du noyau castrai primitif, des lotissements réguliers appelés « la bastide », une place entourée d'arcades, qui donnent effectivement au castelnau une allure plus urbaine, comme à Mauvezin (Fezensaguet), ou à Saint-Clar (Lomagne).

  • 135 J.-B. Marquette, « Un Castelnau en terre de franchise... », p. 89.
  • 136 Dans la montre de 1285, publ. Balencie, il est question pour Tarbes de Villam et burgos (les sous- (...)
  • 137 Les fors et coutumes de Bagnères sont concédés en 1171 aux pobladors dels borgs de Banheres ; dans (...)

53Castrum et bastides constituent donc, à la fin du XIIIe siècle la majeure partie du réseau des bourgs en Gascogne. Mais ce constat ne doit pas totalement occulter la diversité des vocables dont font alors usage les scribes pour désigner les habitats agglomérés. Au sommet de la hiérarchie urbaine, on continue à placer la cité (civitas, ciutat), résidence de l'évêque, d'ailleurs souvent simplement appelée « ville » (biele). Dans une large partie de la Gascogne, désigner une localité par ce mot revient à en reconnaître toute l'ancienneté et/ou toute l'importance : c'est le cas, notamment, de Saint-Sever, Morlaas, Orthez, Lourdes, Maubourguet, Saint-Gaudens. Mais par ailleurs, on y voit que le mot biele a aussi un sens générique plus général d'agglomération, que l'on trouve volontiers utilisé comme tel dans des chartes de bastides. En bref, mutatis mutandis, le mot villa est dès lors à peu près l'équivalent de notre ville. Dans la Gascogne ducale, une enquête lexicographique permet d'affirmer que, dans les actes de la chancellerie, ce terme sert précisément à désigner « tout habitat nucléaire clos, quelle que soit son importance – du bourg de quelques maisons à une ville – exception faite des villes épiscopales »135. Le mot burgus est plus rare ; il est parfois employé pour désigner les développements urbains les plus importants de la villa136, tandis qu'à Bagnères, la villa du XIIIe siècle se présente comme une coalescence de bourgs137.

  • 138 Larcher, Glanages, t. VI, passim : ce cartulaire utilise le même registre lexicographique que les (...)
  • 139 C'est ainsi que les riches données fournies par les séries d'enquêtes bigourdanes de 1285, 1300, 1 (...)
  • 140 Enquête de 1300, passim ; Cursente, « Castelnaux du Béarn... », p. 83, n. 47
  • 141 ADPA, 3J 75 (Castetbon), et Ossenx FF1 (Geup) ; J. Dumonteil, B. Chéronnet, Le for d'Oloron, Oloro (...)

54À un niveau subalterne, on se trouve confronté à un système de désignations que les textes donnent de façon quasiment sérielle, mais qui se révèlent extrêmement difficiles à interpréter. En effet, castrum, villa, castrum seu villa, castrum et villa que les scribes emploient à profusion dans le Pardiac et la Bigorre semblent avoir des acceptions variables selon les documents, voire au sein d'un même document. Le scribe de La Case Dieu ne met pas dans ces mots le même contenu que celui des enquêteurs qui recensent les villages de la Bigorre voisine138, et les enquêteurs de 1285 n'ont pas exactement les mêmes critères que ceux de 1300139. De la même façon, le mot locus, en Bigorre, a une valeur générale de petit village, tandis qu'en Béarn, il désigne des agglomérations d'une certaine importance (comme Lembeye)140. Enfin, on rencontre quelques désignations très minoritaires, comme populatio qui, dans plusieurs textes béarnais du XIIIe siècle, évoque l'influence persistante des poblaciones ibériques, déjà sensible au XIe siècle avec la « poblation » d'Oloron141. La diversité du champ sémantique des différents termes n’est pas indifférente aux contrastes que revêt la distribution spatiale des bourgs.

III. L'inégale distribution spatiale des bourgs

55Il faut bien le dire d'emblée : on ne se trouve pas encore en mesure de dresser une carte complète des villages ayant connu entre le XIe et le début du XIVe siècle un regroupement significatif de l'habitat. La raison en est triple. Tout d'abord, les formes d'habitat aggloméré ont surtout été étudiées jusqu'à présent de façon thématique (les bastides, les sauvetés, les castelnaux, les bourgs ecclésiaux). La seconde raison est que les recensions réalisées ne couvrent l'espace que de façon partielle et discontinue. La dernière est que les diverses formes de groupement se révèlent très inégalement distribuées selon les secteurs géographiques. L'avancement récent des recherches permet cependant d'esquisser un premier croquis d'ensemble, et de proposer quelques premiers éléments d'un tableau plus achevé des faits.

A. Croquis général

56Quelques idées majeures s'imposent aujourd'hui au regard des chercheurs. Contrairement à ce que j'avais imaginé en enquêtant sur les castelnaux des pays gersois au temps où l'incastellamento naissait comme thème à la mode, les châteaux n'ont opéré un regroupement de l'habitat comparable à celui des pays méditerranéens que dans un espace et un laps de temps limités. Quant aux villages ecclésiaux, on sait seulement que rares furent ceux qui ont donné durablement le jour à des agglomérations d'importance significative. Il est clair enfin que, indépendamment de leur origine, les bourgs qui ont réussi ont fini, très majoritairement, par se doter d'un habillage monumental défensif qui a fortement atténué, sinon fait disparaître, les particularités morphogénétiques initiales.

Figure 9. Villages pourvus d'une enceinte vers 1300

  • 142 Ma propre enquête ne couvre pas en continu l'espace gascon. Pour les pays landais, commingeois, bi (...)
  • 143 Cf. les travaux des géographes, cités en introduction, p. 15, note 29.

57À défaut de dresser une carte des formes de groupement, on peut donc tenter un pointage des chefs-lieux de communes actuels qui, vers la fin du XIIIe siècle se trouvaient pourvus d'une enceinte collective142. Pour éviter les comparaisons factices, a été pris le parti de traiter séparément les aires écologiques par trop différentes : les vallées pyrénéennes, et le quasi désert landais. Ainsi réduit aux seuls pays des coteaux molassiques, le milieu naturel gascon présente cependant encore bien des nuances morphologiques et pédologiques qu'il sera nécessaire de prendre en compte dans un second temps143. Commentons rapidement l'esquisse cartographique ainsi obtenue (fig. 9).

58Comme une vague venue des pays de la Moyenne-Garonne, le Condomois, la Lomagne, le pays de Gaure, le Fezensaguet, le Fezensac présentent un réseau villageois très homogène qui prend dans la majorité des cas la forme d'un castrum. Ces pays, caractérisés par leurs sols calcaires et leur relative sècheresse, sont les pays par excellence des castelnaux. Plus au sud, dans une zone intermédiaire où les terreforts passent aux terres franches, les castelnaux restent très présents dans le réseau villageois, mais ils sont souvent plus menus, et coexistent avec une majorité de bourgs présentant des formes de groupement plus ou moins affirmées et plus ou moins lâches. La limite de cette zone ondoie entre les confins du Tursan et de la Chalosse, et celles du Bas-Comminges et du Toulousain. Au-delà, commence le pays humide des vallées dissymétriques où alternent terreforts compacts et boulbènes lessivées, et où les bourgs (bastides, villages ecclésiaux ou castraux), ne constituent plus que le réseau de lieux centraux secondaires dominant un pullulement de localités ne présentant que des formes de groupement embryonnaires, ou bien un habitat franchement dispersé. Des formes de dispersion, qui au demeurant, dans une proportion non négligeable de cas, résultent du rapide échec de tentatives de peuplements castraux.

  • 144 Dans les Landes, ce paysage humanisé correspond bien aux éléments descriptifs contenus dans les te (...)
  • 145 L'habitat villageois valléen résulte d'un processus qui paraît achevé dans les hautes vallées garo (...)

59La géographie humaine des deux zones laissées à part se caractérise par des traits opposés. Vers 1300 la plaine sablonneuse des Landes voit prédominer les formes d'habitat lâche144, tandis que le chapelet de petits villages et hameaux qui caractérise les vallées pyrénéennes est largement en place, avec cependant une texture qui n'a probablement pas partout atteint sa densité maximale145.

  • 146 J’ai évité de faire porter les sondages dans les zones bouleversées par les regroupements communau (...)
  • 147 Pour les actuels cantons de Valence, Vic-Fezensac et Marciac, l'évaluation des bourgs a été faite (...)

60Globalement donc, les formes et les degrés de groupement paraissent fortement tributaires des conditions du milieu. Ce déterminisme géographique, qu'il y aura lieu de sérieusement nuancer, se double d'une autre corrélation qui se révèle en superposant des cartes du groupement et de la superficie des terroirs. On ne peut mener à bien son étude que de façon fort approximative, en raison des multiples modifications intervenues au cours des siècles, et au fait que, pour finir, on ne peut guère raisonner qu’à partir des limites communales actuelles. Ces réserves faites et quelques précautions prises, les sondages effectués donnent cependant des résultats significatifs146. Le premier a consisté à réaliser une coupe nord-sud entre les actuels cantons de Valence-sur-Baïse et de Rabastens-de-Bigorre147 :

Nom canton actuel

Nbre commun.

Sup. moy. (en ha)

Nbre > 1000 ha

Nbre bourgs enclos

Rabastens

24

493

3 (12 %)

3 (12 %)

Marciac

19

882

7 (37 %)

6 (32 %)

Vic-Fezensac

15

1575

10 (67 %)

12 (80 %)

Valence s/Baïse

16

1322

11 (69 %)

13 (81 %)

  • 148 Pour l'actuel département du Gers, on trouvera un premier tableau des paroisses et communautés ain (...)
  • 149 Par exemple le terroir de Fourcès, vaste de 2372 hectares, ne comptait pas moins de 12 églises par (...)

61La concordance entre la superficie communale et la forme du peuplement est ici presque parfaite et appelle un double commentaire. Le premier est que le lien de causalité a dû fonctionner à double détente. D'une part, il est vraisemblable que le seigneur fondateur du bourg, désireux d’assurer son peuplement, l'a placé à la tête d'un territoire assez vaste dont il a rassemblé les populations. Mais par la suite, ce bourg, devenu souvent centre d'une petite juridiction et lieu de marché, a continué d'exercer sur les localités environnantes un pouvoir d'attraction qui a abouti à une annexion pure et simple, et le territoire du castrum s'est trouvé d'autant élargi148. La seconde remarque porte sur la densité des habitats préexistants au bourg. Toutes les enquêtes tendent à prouver que les petits hameaux hérités du Haut Moyen Âge, et souvent dotés d'une église champêtre, étaient aussi denses au cœur du pays des castelnaux149, qu'au pied des Pyrénées où ces bourgs castraux sont si rares. Or, ici, ces petits établissements ont pu souvent se perpétuer sous la forme de communautés indépendantes ou bien de hameaux fédérés au chef-lieu. Les conditions écologiques, l'importance relative des activités pastorales, mais aussi, on le vérifiera, la nature des rapports sociaux contribuent à expliquer un tel clivage.

62Ce contraste nord-sud se double par ailleurs de nuances qui se développent le long d'un axe opposé, comme le montrent les échantillons de données pris entre le Tursan et le pays d’Orthe :

Canton de

Nbre com.

Sup moy. (en ha)

Nbre com. > 1000ha

Nbre bourgs enclos

Geaune

17

1025

7 (41 %)

6 (35 %)

Amou

16

1166

8 (50 %)

4 (25 %)

Pouillon

11

1923

9 (82 %)

1 (9 %)

Peyrehorade

13

1378

11 (85 %)

3 (23 %)

  • 150 J.-B. Orpustan, Nom et statut de la maison basque..., p. 3 ; pour la Basse-Navarre, liste et descr (...)

63On observe ici une corrélation inverse : la perte de densité des bourgs va plutôt de pair avec une croissance de la superficie des terroirs. Une première explication s'impose : on va vers les marges du plateau landais où l'homme est rare. L’espace ne constitue naturellement pas en lui même une condition de succès d'un bourg : encore faut-il qu'il soit attractif et donc peuplé. La raison est également socio-culturelle : le pays d'Orthe jouxte la zone de peuplement basque, où, structurellement, prédomine l'habitat faiblement concentré150. Enfin, on note que le dégradé n'est pas véritablement régulier d'ouest en est : la région de Peyrehorade est un peu plus fournie en bourgs que celle de Pouillon. Car, de façon générale, il s’en faut de beaucoup pour que les zones cartographiées présentent une situation homogène : en examinant les faits de plus près on y décèle aisément des « anomalies » de densités, positives ou négatives.

B. Fragments de tableau

1. Différences de densité et évolutions différentielles

64Une première vérification est à faire : l'esquisse ci-dessus donne-t-elle à voir la sanction des siècles, ou bien la situation qui prévaut au lendemain de la mise en place des bourgs ? Les documents qui permettent d'en avoir le cœur net sont les pouillés de l'archidiocèse d'Auch.

  • 151 Fouillés de la Province d'Auch, pp. 281-284 (« État des dîmes dues à l'archidiacre de Pardeillan » (...)
  • 152 En fait, le document énumère des églises, des paroisses, et des « ecclésiastes ». Le premier item (...)
  • 153 L'essentiel du travail d'identification avait été réalisé par l'abbé A. Breuils, « Quatre pouillés (...)

65Le pouillé de l'archidiaconé de Pardeillan (proche du Condomois), datable sans grand risque de la première moitié du XIVe siècle, fournit un riche ensemble de données151. Pour cette zone de haute densité des castelnaux, les enquêteurs donnent la liste de soixante paroisses, avec le nombre de feux et la valeur de la dîme152. Malheureusement, ces données ne sont pas totalement homogènes (le nombre de feux manque pour douze localités, soit l/5e de l'ensemble), et les recherches dans les anciens cadastres n'ont pas permis d'identifier un nombre d'églises disparues suffisant pour envisager une représentation cartographique153. Reste que l'exploitation statistique de ces données permet de restituer d'intéressante manière la texture du peuplement au lendemain de la mise en place du réseau des bourgs. Le document livre, pour l'archidiaconé, un total de neuf-cent cinquante feux. Dix paroisses, soit 1/6e du total, correspondent à des bourgs castraux ou ecclésiaux, qui regroupent chacun entre vingt-cinq et cent feux (en comptant ainsi les deux-cents « paroissiens » de la bastide de Valence). Forts, au total, de six-cents feux, les bourgs regroupent environ les 2/3 de la population de la région. Le dernier tiers se disperse dans trente-huit paroisses intersticielles, sous la forme d'habitats largement dispersés, selon le tableau suivant :

Nombre de feux

Nombre de paroisses

0

8

1-4

8

5-9

13

10-20

4

21-40

3

> 40

2

66Ainsi donc, de nombreuses paroisses intersticielles paraissent en voie de disparition, mais quelques autres continuent à se trouver au centre de terroirs bien peuplés : un demi-siècle après son achèvement, le processus de regroupement laisse subsister un nombre non négligeable de peuplements intercalaires. Ce sont les crises démographiques du XIVe siècle qui furent fatales à ces petites communautés ouvertes. On en retirera la leçon suivante : au lendemain même de la mise en place du réseau de bourgs, les contrastes entre les différentes zones devaient être moins accentués qu’ils ne le sont devenus. C'est à partir du Bas Moyen Âge que la texture du peuplement a basculé dans deux sens opposés : au nord de la Gascogne, les paroisses intercalaires ont généralement disparu, tandis qu'au sud ce sont la plupart des bourgs castraux qui ont périclité. La géographie a donc aussi bien joué pour imposer des différences originelles, que pour faire triompher une logique différentielle.

  • 154 Les matériaux de base de la monographie de Ladevèze ont été rassemblés à la fin du siècle dernier (...)
  • 155 La photographie aérienne montre bien que le bourg est en situation de clairière ; et le toponyme m (...)
  • 156 Monlezun, Histoire de la Gascogne..., t. VI, p. 26 : en 1299 le seigneur Jean de Rive-haute a aban (...)
  • 157 Pas de texte précis, mais un jalon, qui atteste en 1270 la présence d'un capellanus à Ladevèze (dé (...)
  • 158 Leur existence est attestée mais le texte est perdu, Gouron, Chartes de franchises..., no 1110.
  • 159 F. Bériac, « Petites villes ou bourgs ?... », p. 32 : en 1467, Ladevèze, avec 90 feux (contre 200 (...)
  • 160 Pouillés de la Province d'Auch, p. 466, (création des archiprêtrés du diocèse de Tarbes en 1342) : (...)
  • 161 ADG, E suppl. 1054-1 : registre des délibérations de 1760-1767, qui dresse un état de la structure (...)

67Le site de Ladevèze permet de suivre plus précisément ce processus dans un secteur charnière de mon croquis cartographique154. Il s'agit d'un castrum mis en place dans la seconde moitié du XIIIe siècle par un seigneur de Labatut, vicomte de Rivière, au sommet de l'interfluve boisé accidenté séparant les vallées de l'Adour et de l'Arros155. Cette fondation est, dans un premier temps, une réussite manifeste. La superficie de l'enceinte, vaste de près de deux hectares, est deux fois supérieure à celle des castelnaux contemporains, et semble avoir exercé un fort pouvoir attractif156. Le castrum, établi sur le territoire de la paroisse de Saint-André, fut doté, probablement peu après la fondation, d'une église dédiée à Sainte-Marie-Madeleine157, et pourvu de coutumes en 1309158. Il étend en outre sa juridiction sur un territoire de 2263 hectares (soit le terroir d'une bastide moyenne) sur lequel préexistaient, outre Saint-André, plusieurs communautés dotées d'une église paroissiale : Saint-Pierre, Saint-Laurent de Theux, et Notre-Dame de Castex. Durant la fin du Moyen Âge, Ladevèze demeura un bourg important, un des rares des États Armagnacs à mériter la qualification de « ville »159. Pourtant, cela n'eut pas pour effet de provoquer l'étiolement des communautés préexistantes. L'église de la Madeleine ne supplanta pas celle de Saint-André et le siège de l’archiprêtré de la région fut fixé d'abord à Saint-Pierre, puis à Notre-Dame de Castex160. Au XVIIIe siècle, c’est au contraire l'enceinte qui est en voie de désertion ; aux yeux du scribe municipal, l’importance passée du bourg se lit au travers de « l’antiquité de ses anciens remparts » et des ruines du quartier de la « ville-basse »161, tandis que les communautés paroissiales de Saint-André, Castex, Saint-Pierre et Saint-Laurent ont été revivifiées par le retour à la dispersion.

68Ainsi donc, un puissant seigneur a été quatre siècles durant en mesure d'imposer la greffe d'un bourg castrai dans ce pays d'habitat dispersé. Mais les bourgs voisins de Bassoues et Montesquiou ont perduré jusqu'à ce jour alors qu'ils ont pris place dans un cadre naturel au moins aussi ingrat. Autant qu'à des conditions physiques, ou à la proximité de la bastide de Plaisance, l'échec final de ce bourg semble lié à l'étonnant « patriotisme campaniliste » des communautés centrées sur une église champêtre qui lui avaient été subordonnées. Il reste qu'en imposant dans ce secteur sa puissante présence, à une époque où se jouait la question des statuts, le castrum de Ladevèze a fait progresser vers le sud le peuplement per domum.

2. Les anomalies de densités : raisons structurelles et conjoncturelles

  • 162 Par exemple H. Enjalbert, Le modelé et les sols..., p. 515.
  • 163 R. Brunet, Les campagnes toulousaines..., p. 53.

69Le croquis cartographique proposé ne rend pas compte de l'existence, au sein de secteurs caractérisés par une texture dominante, d'anomalies de densité négatives ou positives. Le recours à des explications de type géo-physique n'est ici qu'une ressource d’appoint : les géographes eux-mêmes ont su reconnaître la part de subjectivité qui, à l'intérieur d'une aire présentant des caractéristiques générales communes, entrait dans l'appréciation des aptitudes des sols par les paysans162. Du reste, on entre assez vite dans un raisonnement circulaire : si les terres de tel terrefort sont particulièrement acides, c'est quelles ont été tardivement défrichées163. Voici un exemple de dissymétrie observable au début du XIIIe siècle dans les deux archidiaconés contigus d'Astarac-cis-Gers et des Affites appartenant à un même milieu naturel. On a déjà présenté (p. 184) la teneur du pouillé qui fournit, sur le peuplement des églises des deux archidiaconés concernés par l'enquête, les données résumées ci-dessous.

Astarac cis-Gers

Affites

Nbre total églises

145

22

Données exploitables

115

22

Incolitur et inhabitatur

22 (29 %)

18 (71 %)

Incolitur sed non inhabitatur

75 (65 %)

4 (18 %)

Non incolitur et non inhabitatur

8 (6 %)

0

70On le constate, l'impact du processus de regroupement de l'habitat auprès des châteaux est d'intensité très différente : extrêmement profond en Astarac, quasiment épidermique dans les Affites. C’est que cet archidiaconé des Affittes, comme l’indique le toponyme (fitta = borne frontière), correspond à une marche boisée faiblement mise en valeur, entre les pagi d'Auch et de Tarbes, où les églises héritées du Haut Moyen Âge étaient beaucoup moins nombreuses qu'en Astarac (une église pour 4 km2, contre une pour 2,6 km2). Si l'explication géographique ne manque pas de pertinence, il s'agit donc essentiellement ici de géographie historique.

Figure 10. Les villages de la plaine de Navarrenx à l'orée du XIVe siècle

  • 164 L'œuvre de Charles Higounet fournit à cet égard les clés essentielles : rôle des axes de communica (...)
  • 165 Je me borne à reprendre ici les données rassemblées par Ch. Higounet dans sa thèse, Le comté de Co (...)

71Tout en reconnaissant la part éminente qui revient aux pesanteurs induites du milieu naturel ou héritées d'un lointain passé, il convient de faire une juste place aux facteurs plus conjoncturels : la géographie des bourgs est également tributaire de la répartition des pouvoirs et de leurs objectifs, particulièrement dans les années décisives du XIIIe siècle qui virent la mise en œuvre d'une véritable politique des bourgs164. Il est aisé d'observer combien l’aire où s'affirme le pouvoir de certaines abbayes a reçu une forte armature de bourgs. Tel est le cas, par exemple, autour de Nizors165. Les abbés se sont d'abord contentés de peupler le castrum de Mondilhan (1264), avant que ne soit mis en place par les seigneurs de ce lieu, le « château neuf » de Péguilhan (1273). Dans la décennie suivante sont fondées coup sur coup par la maison cistercienne les bastides de Nénigan, Blajan et Boulogne ; puis les abbés, coseigneurs du castrum de Lunax, concèdent des coutumes à la villa de St Pé du-Bosc (1297), et enfin concluent un paréage avec le comte de Foix pour la la villa (ou locus) de l'Isle-Toupière (1309). En l'espace d'un demi-siècle, le bilan des créations de bourgs nouveaux, ou du renforcement des localités anciennes, sur les quelque 6000 hectares sur lesquelles s'exerçaient les droits seigneuriaux de l’abbaye est particulièrement spectaculaire.

72Les zones frontières, âprement disputées entre les princes, ont également suscité une particulière concentration de bourgs : le fait a jadis été magistralement démontré par Charles Higounet. Il peut être à nouveau illustré à l'aide d'un petit dossier de pièces inédites qui servira de toile de fond au chapitre d'histoire sociale qui clot ce livre (fig. 10).

  • 166 P. Tucoo-Chala, La vicomté de Béarn..., pp. 59-69 ; J. P. Trabut-Cussac, L’administration anglaise (...)
  • 167 ADPA, Ossenx, FF1 ; Cf. Cursente, « Une populatio béarnaise en quête d’église... ».
  • 168 B. Cursente, charte publiée en P.J. de l'article « Castetbon... ».
  • 169 V. ci-après, chap. 9.
  • 170 Ibid.

73L'affaire concerne un secteur du Béarn frontalier du pays de Soule, dont le roi-duc a pris le contrôle en 1261. Pour le vicomte Gaston VII (1229-1290), qui une première fois avait fortement regimbé contre Henri III (1245-1254), il s'agit d'une donnée géo-stratégique nouvelle. Aussi, lorsqu'il se révolte violemment contre Edouard 1er (1273-1276), veille-t-il à renforcer en toute hâte les contrées limitrophes166. C'est du moins ainsi qu'on peut interpréter deux initiatives quasiment simultanées, topographiquement très proches, et passablement bâclées : il paraît loin le temps où la naissance du bourg était conditionnée par l'existence d'une église ; ici, la desserte religieuse des deux populationes a été dans un premier temps négligée. Un premier document, daté du 3 juin 1274, rapporte l'existence de la populatio de Geup, dont les habitants réclament la construction d'une église167. Le second document, du 20 janvier 1276, porte sur la construction de l'église de la populatio nova de Castetbon, implantée sur le coteau qui domine immédiatement Geup168. La sollicitude de Gaston VII pour ce secteur ne s'arrête pas là. En janvier 1283, sont concédées les coutumes du bourg de Bugnein distant d'un kilomètre de la première fondation169. En 1289, enfin, le vicomte concède la charte du pont de Navarrenx, un castrum qui contrôle le pont sur le Gave, et la même année, il intervient en faveur de Castetnau-Camblong symétriquement implanté sur la rive opposée, en renouvelant les coutumes « corrompues par vieillesse », qui incluent des dispositions particulières liées à la situation de « frontaders » des habitants170.

  • 171 P. Tucoo-Chala, « Aux frontières du Béarn, de la Navarre et de la Gascogne... », Au confluent de l (...)
  • 172 Doc. publié par L. Batcave, « Interprétation de la rubrique... », pp. 25-30 : réduction de 60 à 30 (...)
  • 173 Ci-après, chap. IV et IX.
  • 174 ADPA, C 677 bis, fol. 109 (il s'agit en vérité d'un point stratégique anciennement occupé, cité en (...)

74Un coup d'œil sur la carte révèle la densité de bourgs vicomtaux ainsi créés, auquel s'ajoute celui d'Audaux tenu par un important vassal de Gaston VII, qui bénéficia du droit de patronage sur Geup (situé littéralement à sa porte) et Castetbon (distant de 2 km). Au total, en se plaçant en 1290, cinq des quatorze villages du secteur résultent d'une fondation récente. Un examen des plans parcellaires confirme la parenté formelle de ces bourgs, dont deux, au minimum, se rattachent précisément au contexte de crise des années 1273-1276 dans une zone devenue stratégiquement sensible171. Ces fondations en grappes résultent donc pour une bonne part de décisions hâtives, imposées par des considérations conjoncturelles. Elles furent sanctionnées par des échecs, à commencer par le projet mort-né d'implantation d'une populatio nova de Geup. Le castelnau de Castetbon, quoique doté d’une enceinte de pierre de belle allure, s’étiola dès le XIVe siècle, et le bourg de Bugnein vit son enceinte réduite de moitié en 1351172. Or pourtant, dans l'histoire de ce pays, aussi éphémère et médiocre qu'elle ait pu être, l'existence de ces bourgs joué un rôle décisif, en introduisant et en propageant un nouveau régime juridique, et en imposant un nouveau jeu social173. Quant à la place centrale de ce petit pays, elle vit le jour quelques années plus tard, avec la fondation de la bastide de Navarrenx en 1316174.

Conclusion

75Ce chapitre introductif à l’étude des modifications des structures induites par le mouvement de nucléarisation de l’habitat a permis de mieux préciser un certain nombre de lignes directrices, tout en laissant dans l'ombre quelques aspects importants.

  • 175 M. Mousnier, La Gascogne toulousaine, aboutit à cette même conclusion.
  • 176 C. Lavigne, « Recherches sur les systèmes parcellaires de fondation... »

76La mise en place des bourgs se déroule depuis la fin du Xe siècle comme un processus continu, qui a connu un premier temps fort dans la seconde moitié du XIe siècle, et surtout une accélération décisive dans la période 1260-1320, marquée par une rigidification générale des formes d'habitat groupé et par la floraison des bastides175. Avec ces villes neuves, furent conduites des entreprises d’une ampleur et d'une radicalité jusqu'alors inconnues176. D’impérieux besoins ont poussé les maîtres des hommes et du sol à créer des structures faisant table rase du passé. Autant que les calculs proprement politiques, furent déterminantes la pression démographique qui faisait craquer les cadres anciens, et la soif de ressources nouvelles qui altérait les puissants. On verra qu'en cela la question du casal se trouvait être au cœur du problème.

77Il faut bien admettre que les textes et les réalisations de la période 1260-1320 créent un effet de masse qui tend à reléguer dans l'ombre la longue gestation qui a précédé, et à faire illusion sur la réussite durable de cette phase de congregatio hominum. Il convient donc de réévaluer l'importance qu'eut la phase d'établissement des « casalères » et des simples maisons auprès des forteresses, qui, provoquant la désaffection des anciens sites, facilita le succès général des enceintes. Il demeure que c'est bien la phase d'institutionnalisation des statuts et de rigidification des formes qui, en impulsant une brutale accélération du mouvement, a provoqué, on le verra, des basculements décisifs.

  • 177 Dans les Landes, cet impact reste clairement visible aux yeux de l’historien moderniste ; cf. A. Z (...)

78Il est bien vrai que les données documentaires de cette période ont pour effet de surévaluer l'importance des bourgs dans l'habitat, et plus particulièrement celle des fondations planifiées. Mais on peut se demander si ce gauchissement n'est pas davantage sensible à l'archéologue qu'à l'historien. Celui-ci, en effet, ne prend pas seulement en compte l'importance relative des diverses formes d'habitat, mais aussi leur rayonnement. Or, on aura l'occasion de vérifier à plusieurs reprises que l'influence des bourgs déborde largement les confins de leur terroir. Politiquement, ils sont l'habitat de référence, celui qu'adoptent les principaux pouvoirs ayant juridiction ; socialement, ils sont synonymes de franchise ; et ces lieux de marché, enfin, semblent offrir toutes les opportunités de fortunes mobilières177. Les régions d'incastellamento ont bien pu conserver longtemps un habitat dispersé intercalaire, on l'a vu ; pourtant celui-ci se trouvait désormais « sous influence », contrairement à une multitude de hameaux du piémont pyrénéen demeurés hors d'atteinte du rayonnement des bourgs.

79Car enfin, le fait majeur pour l'histoire de l'écoumène de la Gascogne est que l'implantation de tous ces bourgs fut géographiquement très contrastée, avec une Gascogne septentrionale qui se situe dans la continuité de l'incastellamento méditerranéen, et une Gascogne sub-pyrénéenne, tardivement affectée par le mouvement, dans laquelle dispersion ou semi-dispersion sont souvent restées prédominantes. Et il se trouve que, dans ce dernier secteur, les schémas d'explication traditionnels auxquels nous avons recouru pour comprendre le processus de nucléarisation de l'habitat n'épuisent pas tous les aspects du phénomène. Ces schémas, notamment, laissent inexpliquée la formation d'une notable fraction de villages ou de hameaux des vallées pyrénéennes et du piémont de la chaîne. Pour en comprendre la genèse, il sera ultérieurement nécessaire de faire un nouveau détour par l'étude du casal.

Notes

1 La littérature relative à ce thème est immense ; cf. R. Fossier, Enfance de l'Europe..., spec. t. 1, chap. 2 : « l'encellulement ».

2 L. Maurin, « Sites fortifiés en dehors des cités dans les provinces aquitaniques au bas Empire, dans De Bayonne à Saint-Jean-Pied de Port. Actes du XLIIIe Congrès d'Études régionales de la Féd. Hist. du Sud-Ouest, Bayonne, 1993, pp. 33-62 ; M. Mangin et F. Tassaux, « Les agglomérations secondaires de l'Aquitaine romaine », dans Villes et agglomérations urbaines antiques du sud-ouest de la Gaule (Colloque Aquitania 1990), Bordeaux, 1992, pp. 461-496 : (Par opposition au nord de l'Aquitaine, pourvu d'un réseau secondaire dense) « un deuxième groupe, les peuples du sud de la Garonne, présente un autre faciès d'organisation ; du fait de la dimension des cités ou la présence de zones largement inoccupées, la romanisation augustéenne se serait limitée essentiellement aux capitales exigées par l'organisation politique romaine ».

3 On se réfèrera ici aux deux magnifiques ouvrages, à la fois atlas et synthèses, récemment publiés : Les racines de l'Aquitaine, passim ; et l’Atlas de la France de l'an Mil, M. Parisse, dir., Paris, 1994, où « L'espace aquitain et gascon » est analysé et cartographié par J.-B. Marquette, pp. 97-102.

4 Voir la mise au point de R.-A. Sénac, « Essai de géographie et d'histoire de l'évêché de Gascogne », dans Bull. Historique et Philologique, 1980, pp. 11-25.

5 Accès commode à l'œuvre de Charles Higounet par les deux recueils d'articles Paysages et villages..., et Villes, sociétés et économies médiévales... auxquels il est systématiquement renvoyé ici.

6 B. Cursente, Les castelnaux de la Gascogne..., p. 118.

7 Le thème des bourgs ecclésiaux s'est trouvé au centre du colloque d'Aix-en-Provence de 1989, préparé par la publication du recueil d'études L'église, le terroir, M. Fixot et E. Zadora-Rio dir., Paris, 1989, et conclu par la publication des actes L'environnement des églises et la topographie religieuse des campagnes médiévales, Paris, DAF, 1994 ; l'importance de ce thème de recherche a été pleinement confirmée lors du colloque de Montpellier de 1993, Morphogenèse du village médiéval, pour le Languedoc et le Roussillon, voir en outre D. Baudreu et J.-P. Cazes, « Le rôle de l'église dans la formation des villages médiévaux... » ; D. Baudreu, « Le Bas-Razès aux XIe-XIIe siècles, formes castrales et ecclésiales de l'habitat groupé », dans Histoire et archéologie des terres catalanes au Moyen Âge, Ph. Sénac dir., Perpignan, 1995, pp. 187-228 ; A. Catafau, Les celleres...

8 Celle que propose par exemple le Dictionnaire de géographie, P. Gorge dir., Paris, 1990, s.v. : forme élémentaire de groupement de population urbaine, chef-lieu de village, entité intermédiaire entre ville et village.

9 Les outils forgés par les géographes, et notamment le célèbre coefficient d'Albert Demangeon, restent toujours la référence primordiale. Sur la façon sont l'historien médiéviste peut les adapter à la nature de ses données, v. M. Bochaca, « L'habitat rural du pays de Belvès vers 1350 », dans Géographie historique du village… pp. 83-103.

10 On peut raisonnablement suivre les seuils retenus par M. Bochaca, qui parle de paroisse à groupement dominant lorsque un tiers ou davantage des feux sont agglomérés. Prenons le cas de figure le moins favorable : le peuplement d’une enceinte de calibre minimum (soit une vingtaine de maisons), dans un assez vaste terroir d'environ 1000 hectares, soit une densité de 2 feux (8 à 10 habitants) par kilomètre carré présente, avec un minimum de risque d'erreur, plus du tiers de la population totale, puisque les densités observées dans les campagnes aquitaines de l'époque excèdent rarement 20 habitants/km2 (cf. aussi H. Dubois, dans Histoire de la population française, t. 1, Paris, 1988, pp. 242-266 ; M. Bourin, Temps d'équilibres..., pp. 76-77).

11 Ma perspective diffère donc, par exemple, de celle de M. Mousnier, « Bastides de Gascogne toulousaine. Un échec ? », dans Villages et villageois au Moyen Âge, Paris, 1992, pp. 101-116.

12 Cf. la conclusion de la contribution de F. Bougard, E. Hubert et G. Noyé, « Le site de Caprignano, dans Structures de l'habitat... », p. 463 : « Révélant clairement des informations qui n'apparaissent parfois qu'en filigrane dans les documents écrits (l'archéologie) doit rendre l'historien attentif à ces indices ténus, tout en lui ouvrant de nouvelles perspectives ».

13 Deux exemples parmi bien d'autres possibles : vers 1080, les moines de Condom exploitent ainsi l'amorce de colonisation entamée par deux pélerins : statimque jactis fundamenta ecclesie...domicilia fecimus (cart. Condom, copie Gardères, pp. 51-52) ; au début du XIVe siècle, l'abbé d'Arthous rappelle que l'origine du village de Came est liée à l'afflux de colons en quête d'espaces pastoraux : e biencon gentz de la Ribere... de Bearn e de Mixe, prop car disen que aqui aven padoent (ADPA, E 305).

14 Voir ci-dessous chap. 8, p. 414.

15 Voir notamment H. Lefebvre, La vallée de Campan, Paris, 1953, p. 122, qui analyse ainsi le peuplement de la haute vallée de l'Adour à partir de Campan : « Pendant une longue période historique, soit d'une façon continue, soit plus vraisemblablement par bonds successifs, le village essaima en remontant la vallée ». Dans les vallées du Lavedan, l'originale institution des « fadernes », héritières des paroisses primitives, qui regroupent chacune un chapelet de bourgs, est peut-être le résultat d'un processus d'essaimage ; cf. J. Poumarède, « À l'origine des paroisses de montagne... »

16 Cart. Noir Auch, no 27 ; cart. Sorde, no 180.

17 Cart. St Victor, no 150 (1082) : ad tantam populationem idem locus devenit ut jam fere centum mansiones continere videbatur.

18 J.-M. Lassure, « La motte no II de Panassac », Bull. Soc. Arch. du Gers, 1975, pp. 37-51 ; « La motte féodale no 1 de Panassac », dans Rev. de Comminges, 1980, pp. 191-211... ; « Les mottes féodales et le peuplement de la Haute Vallée du Gers... »

19 On trouve une multitude d'informations à glaner dans les Mémoires de maîtrise soutenus à l'Université de Bordeaux III, et répertoriés jusqu'en 1985 par J.-B. Marquette, dans « Habitats fortifiés en Bordelais, Bazadais, Pays landais du XIe au XVe siècle : état de la recherche », Aquitania-Supplément 4, 1990, p. 35, à compléter notamment par C. Delmas-Marsalet, Recherches sur le peuplement et l'occupation du sol en pays d'Orthe, Bordeaux III, 1990, 2 vol ; P. Inchauspe, Occupation du sol et peuplement entre Adour et Midou, 1991, 2 vol. ; dans les mémoires de maîtrise soutenus à l'Université de Toulouse (sous la dir. de P. Bonnassie, M. Berthe, G. Pradalié, S. Faravel), et notamment : M.-P. Castaing, L'occupation du sol en plaine de Rivière au Moyen Âge, 1987 ; M. Escoubas, Occupation du sol et peuplement au Nord-Ouest de Mauvezin au Moyen Âge, 1989 ; F. Vidaillet, Château et habitat au Moyen Âge. Le canton de Rabastens de Bigorre (H.P.), 1990 ; L. Fête, Inventaire archéologique des villages castraux du Couserans (Ariège) ; cantons d'Oust, St Girons, St Lizier, 1990 ; H. Dupuy, Inventaire archéologique des villages castraux des cantons de St Gaudens et St Martory, 1991 ; P. Bernigolle, L'occupation du sol au Moyen Âge dans le canton de La Barthe-sur Neste (H.P.), 1992, 2 vol ; S. Vignau, L'occupation du sol dans le canton de Tarbes-Sud, 1993 ; A. Charniguet, Inventaire des sites fortifiés médiévaux du canton de Lannemezan, 1994. Cf. aussi les Plans d'occupation du sol historique et archéologique (POSHA), réalisés par le CROS de Bordeaux III, déjà parus : B. Watier, J. Cabanot et B. Suau, Aire-sur-l'Adour, 1982 ; J.-C. Merlet, B. Watier, J. Cabanot, B. Suau, Dax, 1986 ; et enfin les deux volumes de l'Inventaire Monumental à ce jour publiés : Canton de Peyrehorade, Paris, 1973, Vic-Bilh, Paris, 1990.

20 Le plus spectaculaire est l'évocation, dans l'acte no 30 cartulaire de Saint-Mont (Jaurgain), du site de Marambat : vers la fin du XIe siècle, le couple motte-église n'a pas attiré de peuplement significatif. C'est l'implantation ultérieure d'un castrum qui confèrera une allure de bourg à ce village.

21 Cart. Noir Auch, no 99.

22 Cart. Sorde, no 158.

23 Cart. Bonnefont, no 287.

24 ADHP, H4, et Mondon, « Fondation ignorée de deux bastides », dans Bull. Soc. Arch. Gers, 1912, pp. 101-122, art. 18.

25 Pour les vallées occidentales, cf. A. Berdoy, « Note sur les maisons fortes des vallées béarnaises », dans Les Pyrénées dans une Aquitaine terre d'accueil, terre d'exil, Bordeaux, 1996, pp. 76-83 ; dans les Pyrénées centrales, sur la centaine de villages de la région de Luchon, G. Pradalié a pointé la présence d'un château dans une trentaine d'entre eux, et un nombre infime d'agglomérations castrales (communication au colloque de Toulouse sur le « Village Pyrénéen », oct. 1997, sous presse) ; Fl. Guillot, dans sa thèse, Fortifications, pouvoirs, peuplement en Sabarthès (Haute-Ariège), du début du XIe au début du XVe siècle, Toulouse, 1997, recense 40 fortifications pour 120 à 130 noyaux villageois, avec une très faible capacité des châteaux de regrouper durablement l'habitat ; cf. les conclusions concordantes contenues dans le Bilan Scientifique 1996 du SRA de Midi-Pyrénées, p. 45 (canton de Lavelanet, C. Vidal), p. 101 (vallée de la Layrisse, W. Faduilhe).

26 Voir ci-après les chapitres 7 et 8.

27 Cart. Noir Auch, no 116.

28 Du Buisson, Historia..., t. 1, pp. 195-202 : les coutumes de l'abbé Suavius furent concédées ad instanciam et preces hominum eiusdem loci.

29 Monlezun, Histoire de la Gascogne..., t. VI, p. 266.

30 Par exemple dans les Coutumes de Bonas de 1292 : le préambule explique dans quel rapport de force et dans quel climat idéologique a été décidée par le seigneur la transformation du bourg castrai de Bonas en castelnau : « Volens facere gratiam hominibus et habitatoribus de Bonasio... plateas suas claudentibus de muro lapideo in Castro de Bonasio, affectans et considerons... statum eorum in meliori reformare... et pax semper et concordia nutriatur... »

31 Voir cependant l'intéressant travail de restitution conduit par D. Henry, « Valcabrère fondation médiévale ? » dans Revue de Comminges, 1986, pp. 493-508 ; 1987, pp. 55-63 et 186-206.

32 Tel est le sens général des contributions présentées en 1993 au colloque de Montpellier Morphogenèse du village médiéval...

33 J.-M. Lassure, De la tour-salle au castelnau...

34 Les deux faits sont même indissociables en Béarn, où l'octroi du for de Morlaas a eu pour but de renforcer la capacité défensive de la vicomté ; cf. L. Batcave, « Interprétation de la rubrique du for de Morlaas... ». Ailleurs cependant, on observe un décalage parfois significatif entre l'apparition de l'enceinte et l'octroi des coutumes (à Terraube, par exemple, les coutumes sont datées de 1307).

35 Contradiction bien relevée par les auteurs de l'Inventaire général du Vic-Bilh, Paris, 1990, p. 28.

36 Sauf sans doute dans le Bazadais, où les bourgs castraux demeurent généralement ouverts, comme l'a montré J.-B. Marquette, « Approches sur les castelnaux du Bazadais... ».

37 Doc. extrait du cart. de Simorre, publ. Monlezun, Histoire de In Gascogne..., t. VI, p. 197.

38 Cart. Lézat, no 1105 (abandon de Gaujac-Vieux pour un nouveau village).

39 ADG, I 2776

40 Livre Vert de Bénac, pp. 218-220

41 J.-M. Lassure, « À propos des fouilles archéologiques effectuées en 1899 dans la cour du château de Saint-Blancard (Gers) », dans Bull. Soc. Arch. Gers, 1977, pp. 343-360 (transfert opéré en 1303).

42 Cf. pour mémoire la révélation éclatante de ce phénomène qu'a constitué la fouille de Wharram Percy par M. Beresford et J. Hurst (résultats publiés dans leur ouvrage Deserted Medieval Villages, Londres, 1971), et la confirmation de l'ubiquité de ces phénomènes dans les sites aussi éloignés que le village normand de Saint-Martin de Trainecourt fouillé par Cl. Lorren, « Le village de saint-Martin de Trainecourt... », et le village languedocien de Lunel-Vieil, F. Favory (dir.), Lunel-Viel et son territoire, DAF, 42, Paris, 1994.

43 J'ai établi une première liste significative de ces sites doubles dans Les castelnaux..., pp. 100 et 101 ; on peut très aisément l'allonger, en citant, par exemple, Saleich, en Couserans ; Aussat, en Pardiac, étudié par G. de Monsembenard, « Un village gascon... » ; ou encore Gurs, et Castetlnau-Camblong, en Béarn ; Oeyregave dans le pays de Mixe (Inventaire monumental du canton de Peyrehorade..., t. 1, p. 51), etc.

44 C'est ce qu'admet P. Ourliac, « Les sauvetés du Comminges... », p. 44, note 97.

45 M. Berthe, « Les territoires de bastides... », et « Les désertions de villages au Moyen Âge... » ; v. ci-après l'exemple du Castelnau de Ladevèze qui, à petite échelle, impose une organisation de l'espace rappelant le système de la villa y aldeas de la Castille.

46 D'après la charte de Saint-Victor (no 150), le village de La Romieu résulterait du défrichement d'une vaste forêt, mais la densité des trouvailles antiques dans cette région conduit à soupçonner qu'il s'agit d'un topos (cf. J. Lapart et C. Petit, Carte archéologique de la Gaule. Gers, p. 138). Les travaux de C. Lavigne, « Recherches sur les parcellaires de fondation... », effectués sur les territoires de bastides de Barcelone-du-Gers, Miélan et Grenade-sur-Garonne, permettent de dresser un tableau neuf et nuancé de cette question.

47 Cf. par exemple les « possessiunculas et artigalia » évoquées dans l'acte 1 du cart. de Bonnefont ; ou encore, dans les deux castelnaux béarnais du Castet de Pardies et de Castetbon implantés dans la forêt de l'Entre-deux-Gaves que j'ai eu l'occasion d'étudier, la mention, antérieurement à la fondation, de « poblans » incontrôlés (Cursente, « Un Castelnau béarnais... », et « Un village béarnais... »).

48 Ainsi que le souligne M. Bourin, « Historiens et archéologues en Languedoc médiéval : l'expérience de l'historien », dans Hérésis, 1990, pp. 25-34.

49 Certaines pièces nécessitent des précautions particulières. C'est le cas des chartes connues seulement par des copies tardives, qui peuvent être incomplètes ou inexactes. Pour les castelnaux, la mise par écrit de franchises concédées oralement longtemps avant donne place au soupçon d'interpolation. C'est notamment le cas des coutumes de Corneillan publiées par Ch. Samaran : est-on bien sûr que seul l'article relatif aux consuls ait été interpolé entre la concession primitive (1142-43) et la rédaction du manuscrit (XIVe siècle) ?

50 BM. Auch, ms 56 : ce document sera exploité au prochain chapitre.

51 C'est le raisonnement auquel je me suis arrêté pour dater l'origine des bourgs planifiés béarnais de Gurs et de Baigts, qui n'apparaissent pas dans les textes antérieurement au Bas Moyen Âge, mais qui correspondent au module d'un ensemble de bourgs datés de la fin du règne du vicomte Gaston VII (1270-1290), tels que Castetbon, Castetnau ou Bugnein.

52 ADPA, E 2368.

53 C’est ainsi qu’on est incité à réévaluer la portée d’une initiative de ce type, révélée par l'acte no 778 du cartulaire de Berdoues daté de 1233 : un couple de seigneurs cède aux moines un casal contesté à condition que ceux-ci faciant domum ad opus Amaldi Gilelmi de Bragarag et uxoris sue predicte Comdor (les donateurs), in Castro de Lafita. Ces seigneurs « bastidors » en sont donc donc à monnayer l’aide des Cisterciens pour édifier à leur profit une maison dans l’enceinte d’un castrum qui végète depuis au moins 1220, et qui n’a d’ailleurs pas laissé au sol la moindre trace visible. Un tel acharnement ne semble guère concevable en l’absence d’un climat porteur.

54 Le recueil de notices dirigé par M. Fixot et E. Zadora-Rio, L'église, le terroir..., a fortement contribué à relancer l’intérêt des chercheurs pour les implications de la législation canonique du droit d’asile sur le morphogenèse des villages (et notamment pour l’étude des cimetières habités).

55 Cf. principalement P. Bonnassie, « Les sagreres catalanes : la concentration de l’habitat dans le "cercle de paix" des églises (XIe s) », dans L'environnement des églises..., pp. 68-79 ; Id., « Aux origines des villages ecclésiaux circulaires : les « sagreres » catalanes du XIe siècle », dans Morphogenèse..., pp. 113-121.

56 B. Cursente, « Quelques réflexions sur les villages "ronds" de la Gascogne », dans Morphogenèse..., pp. 123-131 ; on peut y ajouter les quelques indices contenus dans les chartes de Lézat, aux marges de la Gascogne, par ex. les casales in cimiterio mentionnés dans la charte 306 (vers 1035).

57 Vie de saint Bertrand, éd. Contrasty, p. 233 : « ...morentium, non viventium debent hic domus edificari [...] Fuge hinc et inceptam relinque maliciam... »

58 P. Toubert, Les structures du Latium médiéval..., t. 1, pp. 71-88

59 ADG, I 922 ; v. ci-dessous, p. 233.

60 Je reviens ici quelque peu sur la révision proposée en 1986 par Ch. Higounet dans ses « Réflexions sur les bastides "cisterciennes"... », réed. dans Villes, Sociétés..., dans laquelle il estimait qu'en dernière analyse le politique avait primé sur l'économique.

61 B. Cursente, Les castelnaux..., pp. 66-70. Il s'agit du plus ancien pouillé de la province d'Auch, connu sous le titre « Etat des dîmes dues à l'archevêque dans les archidiaconés d'Astarac-cis-Gers, des Affites et du Corrensaguès (vers 1265) », publ. dans les Pouilles de la Province d'Auch, pp. 267-280. Les caractères de cette recension sont les suivants. Dans le Corrensaguès, il s'agit d'une enquête sommaire, indiquant, successivement, la liste des églises dont le territoire est cultivé (ecclesiarum cultarum), et celles où il ne l'est plus (ecclesiarum incultarum). Par contre, les deux premiers archidiaconés ont fait l'objet d'un traitement plus précis. En effet, pour la majeure partie des églises, les enquêteurs ont collationné les renseignements suivants, conformément à un questionnaire préétabli : 1) rend-elle bien la quarte ? 2) pour le restant, quels sont les détenteurs de la dîme ? 3) les terres dépendant de l'église sont-elles cultivées (mention colitur ou non incolitur) ? 4) ces terres sont-elles peuplées (mention inhabitatur, ou non inhabitatur) ? Pour l’archidiaconé d'Astarac-cis-Gers, le plus vaste et le plus peuplé (145 églises sur 167), l’enquête révèle que la plupart des églises situées dans le détroit d'un castrum (juxta castrum) étaient alors dépeuplées, tandis que les églises castrales proprement dites étaient toutes habitées. On tient donc là une précieuse restitution de la texture ancienne du peuplement, éclaté en une multitude de hameaux proches d'une église champêtre, et une irremplaçable évaluation des effets produits par la naissance de villages castraux au moment du passage des enquêteurs. Il était donc primordial de le dater correctement.

62 L'argumentation des auteurs est la suivante (ibid., p. 3) : « La date proposée devrait être facilement vérifiée et au besoin rectifiée en faisant état des très nombreux noms de personnes qui y sont mentionnés. Mais c'est là un espoir illusoire car les cartulaires édités, et en particulier celui de l'abbaye de Berdoues ne dépassent pas en principe 1246, et, comme les noms de personnes cités dans l'état des dîmes ne se retrouvent pas dans le cartulaire, ce simple fait laisse supposer que l'état en question est de date tardive. Ainsi en 1257 le représentant de la famille d'Arbeissan est Odo, alors que dans l'état des dîmes le personnage en question porte le nom de Wilelmus, qui appartient à une époque postérieure. Il n'y a rien à tirer du comte d'Astarac Centulle, puisque ce nom a été porté par tous les comtes d'Astarac du XIIIe siècle... »

63 Le corpus onomastique du petit cartulaire de Moncassin (ADHG, Malte, H 346) n'a guère livré que les noms d'A. et W. de Burgan. Celui du cartulaire de Berdoues a par contre permis quelques recoupements décisifs. Naturellement de nombreuses données se trouvent entachées d'incertitude en raison du recours à l'abréviation du nomen par le scribe, et des situations d'homonymie. On peut cependant dresser une liste de 36 personnages communs au pouillé et au cartulaire. Les plus intéressants sont ceux pour lesquels est donnée une indication de décès. C'est le cas pour cinq personnages : Bertrand Bauforri (mort en 1246), Arsieu de Montesquiou (1258), Bernard d'Esclassan (1247), G. de Marrenx (1237), F. de Fredspalers (1235). Ils sont inégalement décisifs : on sait par exemple qu'au Géraud de Marrenx mort en 1237 a succédé un fils portant le même nom (acte 813). Il n'en va pas de même pour F. de Frespales, qui tient l'église du même nom, et qu'on peut identifier sans grand risque avec un Fortaner de Frespalers du cartulaire. Ce nom est un marqueur familial, puisqu'on trouve dès 1176 un personnage ainsi désigné (acte 315) ; par contre celui qui meurt en 1235 (acte 257) ne laisse qu’un fils du nom de Bernard : il est, à mes yeux, le personnage datant décisif du pouillé. J'ai par ailleurs déterminé la plage chronologique commune à l'ensemble des 36 personnages : elle se situe entre 1200 et 1235. Ces données sont-elles compatibles avec ce que l'on sait de la dynastie des Centulle qui règne sur l'Astarac et dont un représentant est à plusieurs reprises cité dans le pouillé ? Oui, puisque contrairement au siècle précédent, la chronologie des règnes ne prête guère le flanc au doute. Le canevas restitué par Jaurgain, La Vasconie..., t. 2, pp. 168-173 paraît difficilement contestable. Le règne de Centulle Ier s'étend de 1210 à 1243. Lui succèdent Centulle II (entre 1243 et 1249), puis le frère de ce dernier Bernard III (entre 1244 et 1291). Ce n'est qu'à partir de 1280 qu'est associé au pouvoir Centulle III. Le comte en jeu dans le pouillé est donc bien, sans l'ombre d'un doute, Centulle Ier.

64 Cf. J.-L. Biget, « La restitution des dîmes par les laïcs dans le diocèse d’Albi au XIIIe siècle », dans Cahiers de Fanjeaux no 7, 1972, pp. 211-284, et « Le financement des cathédrales du Midi », ibid., no 9,1974, pp. 127-164.

65 Cart. Noir Auch, no 120 à 127.

66 Cart. Noir Auch, no 123, bulle datée du Latran, le deux des ides d'avril, la 5e année du pontificat, soit le 19 mars 1227.

67 Brugèles, Chroniques ecclésiastiques... ; BM Auch, Daignan du Sendat ms 73, p. 310 : en rémission de ses péchés, Centulle cède à Amanieu omnes decimas suas quas habebam vel habere debebam in tota terra ? nea de Astaraco. L’acte est daté de l'an 1227, le jour de la fête des apôtres Philippe et Jacques (soit le 1er mai).

68 Historiographie rapide des castelnaux dans mon livre Les castelnaux..., pp. 91-94 ; sur la naissance historiographique des bastides, v. F. Pujol, « L'élaboration de l'image mythique de la bastide... ». On note l'absence de types de villages, tels que le « bourg rural » ou le village d'hôtes, familiers d'autres régions.

69 Cf. son article fondamental « Pour l'histoire de l'occupation du sol et du peuplement dans la France du Sud-Ouest, du XIe au XIVe siècle », réed. dans Paysages et villages neufs... », pp. 373-397.

70 J’en ai donné acte à A. Debord qui les a replacés ainsi dans son article de synthèse, « Remarques sur la notion de bourg castrai », dans Cadres de vie et société..., pp. 54-61.

71 Le concept de village ecclésial a été lancé par le colloque d'Aix de 1989, publié en 1994, L'environnement des églises..., avec notamment la communication de D. Baudreu et J.-P. Cazes « Les villages ecclésiaux dans le bassin de l'Aude », pp. 80-106.

72 Étant entendu que le mot bastide a pu désigner de toutes autres réalités : petits noyaux d'habitat dans le terroir voire unités juridictionnelles, notamment dans le Saisimentum de 1271, ainsi que me l'a fait observer Fl. Haute-feuille, que je remercie.

73 « La réforme canoniale : un élément dans la naissance des villes ? », dans Entre Adriatique et Atlantique. Saint-Lizier au premier âge féodal, J. Ottaway (dir.), Saint-Lizier, 1994, pp. 201-206.

74 Doc. publié et traduit (traduction reprise de Ch. Higounet et J.-B. Marquette), dans Les sociétés méridionales autour de l'an Mil..., pp. 278-283. L'authenticité des coutumes de La Réole attribuées à l'année 977 a été niée par Imbart de la Tour, Les coutumes de La Réole, Paris, 1873, et partiellement réhabilitée par R. Mussot-Goulard, Les princes de Gascogne..., p. 156 ; avec Ch. Higounet, il me paraît probable que les coutumes, compilées vers la fin du XIIe siècle, ne comportent que peu d’éléments du Xe (Cf. « Aux origines du prieuré et de la ville de La Réole », Cahiers du Réolais, no 19, 1954, et « À propos de la fondation du prieuré de La Réole », dans Actes du colloque du Millénaire de la fondation du prieuré de La Réole, Bordeaux, 1980, pp. 7-11)

75 Texte de la fondation publié par Marca, Histoire de Béarn..., t. 1, pp. 323-325.

76 Cart. Saint-Pé (Balencie), 14.

77 Ottaway (dir.), op. cit., pp. 203-206.

78 Ainsi le bourg qui s'est constitué autour de l'abbaye de Saint-Luperc d'Eauze serait totalement plongé dans l'obscurité si n'existait un texte, très mutilé, reproduit par Brugèles, Chroniques ecclésiastiques..., Preuves, pp. 52-53, évoquant les boutiques et les produits du marché.

79 Les données de la documentation gasconne concordent avec les observations d'E. Magnou-Nortier, « À l'origine de l'essor urbain et villageois... ».

80 Cart. St Mont (Jaurgain), acte 1 (vers 1055) : le comte et les grands jurent salvamentum et munitionem.

81 Charte de fondation de 1017, Marca, Histoire de Béarn..., t. 2, pp. 323-324 : et jurando salvitatem hujus loci ; en 1096, les principes et le peuple renouvellent solennellement la sauveté.

82 Monlezun, Histoire de la Gascogne..., t. VI, pp. 197-198 (1142) : après l'incendie de la ville, un accord se dégage pour reconstruire un bourg sur un nouvel emplacement en délimitant les limites de la sauveté (terminum salvitatis) et la doter de coutumes (leges), que le comte d'Astarac jure de respecter.

83 Brugèles, Chroniques..., Preuves, pp. 52-53 : au monastère est reconnue la règlementation de la vie économique (foires et marchés, poids et mesures), dont les profits sont partagés avec le comte. Ce dernier conserve l'essentiel des pouvoirs politiques et judiciaires ; voir G. Loubès, Eauze, terre d’histoire, Nogaro, 1991, pp. 108-111.

84 Même les situations conflictuelles dont le cartulaire Noir d'Auch fait état lors de la fondation de Nogaro (vers 1060) et de la lutte pour le pouvoir à Auch (vers 1080) aboutissent à l'exploitation conjointe d'une place commerciale.

85 Cart. Noir Auch, no 45 : Ego Aimericus comes ausciensis, sub jurejurando promito salvationem Deo omnibus hominibus infra muros Auscie manentibus vel mansuris.

86 Cart. Noir Auch, no 135 (1095).

87 Cart. La Sauve-Majeure, no 846-853 (1079-1095) : la concession de la sauveté fait suite à la fondation à Gabarret par le vicomte Pierre d'un monastère du Saint-Sépulcre donné à l'abbé de La Sauve. Tout comme à Eauze, elle se double d'un partage des droits économiques (qui fit l'objet de plusieurs renouvellements), révélant l'existence d'une place commerciale dotée d'un marché et de foires.

88 Cart. Morlaas, no 3

89 Sur ce phénomène, cf. G. Pradalié, « Les sauvetés castrales... ».

90 Ce sont surtout en général les sauvetés urbaines de Toulouse, Bordeaux et Bayonne qui se trouvent citées.

91 Cf. ci-dessus notes 54, 55, 71.

92 Importante question soulevée par Ph. Araguas, « Mottes seigneuriales et abbayes laïques en Vic-Bilh... », et illustrée dans les pages de l'Inventaire monumental du VicBilh..., op. cit., passim.

93 À l'Isle-Jourdain, la fouille a montré qu'une longue phase de croissance ecclésiale avait précédé la mise en place du bourg castrai, cf. Cazes, « D'Isc à l'Isle-Jourdain ».

94 Marca, Histoire de Béarn..., t. 2, p. 86.

95 Cursente, Les castelnaux..., pp. 59-60.

96 Lourdes fut doté de coutumes vers 1170 et Vic dès le règne de Pierre de Marsan, soit antérieurement à 1163 (cf. Monlezun, Histoire de la Gascogne, t. II, p. 186, qui fait état d’un document, aujourd’hui perdu, aux termes duquel le comte « permit aux habitants de Vic-Bigorre de bâtir un château près de leur bourg afin de réprimer les courses des Béarnais, et accorda plusieurs privilèges à ceux qui viendraient l'habiter »).

97 J.P. Cazes, art. cit.

98 Higounet, Le comté de Comminges..., pp. 507-508 ; plusieurs actes des cartulaires de Berdoues et de Gimont sont passés dans des maisons de Samatan.

99 J.-M. Lassure, » Les mottes féodales et le peuplement de la Haute-Vallée du Gers », op. cit. Un texte pose à cet égard problème, l'acte 140 du cart. Noir d'Auch, daté de 1119, dans lequel un certain Arnaud de Malartic donne, près de Vic-Fezensac, « la place quant habeo in Castro de Montreial, nisi forte castrum ibi fieret » : comme on ne trouve aucune trace d'un tel toponyme dans les alentours de Vic, j'en suis venu à supposer que Montréal est l'appellation qu'aurait conservé, jusqu'à la phase de transformation qu'on voit ici s'annoncer, le vieux castrum public – et donc « royal » – de Vic-Fezensac.

100 J.-B. Marquette, Les Albret..., t. 1, pp. 74-81.

101 Ch. Higounet, Paysages..., p. 383 ; doc. publié par Du Buisson, Historia..., t. 1 pp 211-214

102 À la suite de l’élection au siège d’Auch d’un prélat qui n’avait pas son agrément (à une date non précisée, qui se situe entre 1150 et 1175) le comte d’Armagnac-Fezensac Bernard déclencha une violente offensive que rapporte un texte collationné dans la Gallia Christiana, I, Instr., col 162-164 : 1) apud jugun (Jégun) Bernardusincastellavit ecclesiam et in cimiterio circa ecclesiam construxit castrum cum tota terra circa ecclesiam infra sexaginta stadia... ; 2) apud Vicum (Vic-Fezensac), Geraldus... occupavit et incaslellavit ecclesiam et in magno fossato totam circumdari fecit ; extumulati fuerunt plusquam centum homines et mulieres de cimeteriis...

103 J.-P. Cazes, art. cit. : dans les premières années du XIIe siècle le creusement d’une enceinte fossoyée transforme en site castrai le site ecclésial et funéraire hérité de l’antiquité ; vers 1150, la totalité de l’habitat est transféré dans la ville neuve de l'Isle-Jourdain.

104 R.W. Kaeuper, Guerre, justice et ordre public. La France et l'Angleterre à la fin du Moyen Âge, Paris, 1994, p. 220.

105 J'ai par ailleurs tenté de reconsidérer, dans le cadre du royaume de France, la place du castrum dans le processus de de création de villes nouvelles : « Les villes de fondation du royaume de France du XIe au XIIIe siècle », dans I Borghi nuovi, Cuneo, 1993, pp. 39-54.

106 À côté des formes bien identifiées, il existe des structures excessivement remaniées, ou bien très précocement abandonnées, qu'on ne sait comment interpréter. Ainsi dans ce dernier cas de figure, le castrum de Caumont, dans le Couserans, avec ses 40 logettes adossées au mur d'enceinte ; cf. D. Cau-Durban et F. Pasquier, « Le castrum de Caumont (Ariège). Notice archéologique », dans Bull. Arch. du CTHS, 1898, pp. 265-279.

107 Par exemple à St Bertrand de Comminges, les coutumes de 1207-1210, art.53, font état de la clausura suburbii.

108 HG Languedoc, V, col. 1029-1030, no 540, avril 1139 : licenciam construendi castrum habeant... ; Cart. Lézat, no 929 : en 1169, liberté accordée par le comte de Foix aux moines de construire turres et munitiones ubicumque vellent.

109 ADPA, H 148, bulle du pape Alexandre III.

110 On ne dispose aucun jalon textuel permettant de dater des enceintes telles que Saint-Mont, Madiran, Saint-Martory...

111 P. Gabent, Monographie locale de Pessan, Auch, 1908, P.J. IX : Cum igitur monasterium et totum castrum de Pessano sit igne combustum...

112 Daignan du Sendat, Bibl. mun. Auch, ms 73, p. 1122.

113 Y. Dossat, « Le paréage de Sorde », Actes du XVIIIe Congrès d'Études Régionales, Fédération des Sociétés Académiques et savantes de la région Gascogne (Salies-de-Béarn, 1965) Pau, 1966, pp. 110-124.

114 P. Ourliac, « Les sauvetés du Comminges... », PJ no II ; G. Pradalié, « Les sauvetés castrales... »

115 J. Gardère, « Larresingle-en Condomois », Rev. Gascogne, 1891, pp. 293-314 ; G. Tholin, « Larresingle », ibid., pp. 101-111 ; M. Durliat, Larresingle, Toulouse, 1973 ; J. Gardelles, Les châteaux du Moyen Âge..., pp. 157-158. Au départ, un indice textuel du XIe révèle l'existence d'une église paroissiale dédiée à Saint-Sigismond au centre d'une villa de Retrocingula, possession des abbés de Condom. Quoique les linguistes en discutent, le toponyme suggère fortement la présence d'un enclos (cingulum). Dans la seconde moitié du XIIe siècle, la reconstruction de l'église est entreprise, mais les travaux s'arrêtent à l'arc du chœur, et la nef qui devait le prolonger vers l'ouest ne verra jamais le jour. C’est qu'à son emplacement est érigée une puissante forteresse qui oblige, pour achever l'église, à la prolonger à l'opposite en ouvrant une brèche dans l'abside. Vers le milieu du XIIIe siècle, la première enceinte reçoit un habillage monumental qui va de pair avec une réorganisation de l'habitat, régulièrement adossé à la courtine. C'est ainsi qu'après avoir sacrifié l'église au château, l'abbé a transformé le bourg ecclésial en castrum, désignation pour la première fois attestée en 1279.

116 Le château de Vidalos, construit en 1174 devient castrum populatum en 1257 (cart. de Bigorre, ms Pau A, fol. 27) ; à Péguilhan, en 1272, s'opposent l'ancien château et le castrum novum, qui est une enceinte collective. (ADG, 12776) : ces deux seuls exemples justifient le concept de castelnau, que j'ai défendu par ailleurs (Cursente, Les castelnaux..., pp. 94-95)

117 J.-B. Marquette, » Approche sur les castelnaux du Bazadais... ».

118 B. Cursente, « Églises et habitat en Gascogne. Quelques aspects topographiques », dans M. Fixot (dir.), L'environnement des églises..., pp. 122-131.

119 On ne peut qu'être frappé, par exemple, par la ressemblance qui existe entre les deux bourgs voisins de Pessan (abbaye citée en 813) et Castelnau-Barbarens (bourg castrai fondé au début du XIIe siècle) ; au XIIIe siècle, par un jeu d'influences réciproques, la structure de ces deux bourgs nés à trois siècles de distance, s'est uniformisée.

120 Complétés par les récents articles de M. Berthe et M. Mousnier, cités ci-dessus.

121 Formule de F. Pujol, « L'élaboration de l'image mythique de la bastide... »

122 F. Eygun, « L'organisation du peuplement dans les bastides des Landes », Bull. Soc. Borda, 1990, pp. 93-119.

123 Publ. Bémont, Recogniciones, no 397.

124 J. Decap, R. Rumeau, L. Vié, « Le Fousseret... », Rev. de Comminges, 1905, pp. 197-224.

125 P. Ourliac, M. Gilles, Les coutumes de l'Agenais..., t. 2, pp. 122-158

126 Cart. Bigorre, ms Pau A, fol. 24.

127 Cart. Bonnefont, no 385.

128 ADG, 1922.

129 Monlezun, Histoire de la Gascogne..., t. VI, p. 199

130 Sans pouvoir l'affirmer péremptoirement, faute d'avoir procédé à une enquête exhaustive, je suis porté à croire que cette remarque vaut pour l'ensemble de l’aire des bastides. Ainsi Cordes, donnée comme la première des bastides (1222), est-elle en fait désignée comme castrum (charte publ. par Ch. Portai, Histoire de la ville de Cordes, Toulouse, 1984, pp. 216-222) ; il en va de même pour Buzet, fondée en 1241 (charte publiée par O. De Saint-Blanquat, La fondation des bastides royales..., pp. 131-137).

131 La motte des comtes d'Aure occupait l'emplacement du foirail ; la charte de fondation et de coutumes, datée de 1274, ne parle que de castrum.

132 Par exemple en 1273 à Péguilhan, ADG I 2776, et en 1284 à Saint-Gein, ADG E 847.

133 C. Lavigne, « Recherches sur les systèmes parcellaires de fondation... ».

134 A. Gouron, Chartes de franchises..., no 970.

135 J.-B. Marquette, « Un Castelnau en terre de franchise... », p. 89.

136 Dans la montre de 1285, publ. Balencie, il est question pour Tarbes de Villam et burgos (les sous-ensembles), et de la civitas Tarviensis (l'ensemble).

137 Les fors et coutumes de Bagnères sont concédés en 1171 aux pobladors dels borgs de Banheres ; dans l'enquête de 1300, il est question de la villa banheriis (publ. G. Balencie, p. 24).

138 Larcher, Glanages, t. VI, passim : ce cartulaire utilise le même registre lexicographique que les enquêtes de la Bigorre contemporaines (fin XIIIe et début XIVe siècle) ; locus, villa, castrum, castrum seu villa, en y ajoutant les termes villarium et castellarium. Cependant le champ sémantique de ces mots paraît différent : les localités de Julliac et Cairon, qualifiées de castrum seu villa (ou seu villarium) ne semblent avoir pu correspondre qu'à de minuscules agglomérations.

139 C'est ainsi que les riches données fournies par les séries d'enquêtes bigourdanes de 1285, 1300, 1313, laissent parfois perplexe : par exemple, dans la montre de 1285 (op. cit., p. 101), Ibos est un castrum et villa (équipé de murs, portes, portails, ponts, fossés, lices et barbacanes...) ; dans l'enquête de 1300 (op. cit. p. 45), il n'est question que d'un castrum. La question est de savoir comment est exprimée la réalité du castrum populatum (ou castelnau) : par le simple mot castrum, ou par l'ensemble castrum et villa, qui, autrement, renverrait à une juxtaposition forteresse-village ? Les tentatives de confrontation des textes et des vestiges archéologiques se sont jusqu'ici soldées par des constats désabusés ; cf. la maîtrise de S. Vignau, L'occupation du sol dans le canton de Tarbes-Sud, op. cit., pp. 155-156.

140 Enquête de 1300, passim ; Cursente, « Castelnaux du Béarn... », p. 83, n. 47

141 ADPA, 3J 75 (Castetbon), et Ossenx FF1 (Geup) ; J. Dumonteil, B. Chéronnet, Le for d'Oloron, Oloron, 1980.

142 Ma propre enquête ne couvre pas en continu l'espace gascon. Pour les pays landais, commingeois, bigourdans, j'ai procédé à des études d'échantillons qui permettent de compléter les travaux effectués par ailleurs. Pour le secteur landais, ces recherches ont été présentées de façon synthétique en 1987 par J.-B. Marquette, « Habitats fortifiés... » ; je les ai actualisées, pour le canton de Peyrehorade, par le mémoire de maîtrise de C. Delmas-Marsalet, Recherches sur le peuplement et l’occupation du sol en pays d’Orthe des origines à la fin du Moyen Âge, Université de Bordeaux III, 1990 ; pour la Bigorre et le Comminges j'ai emprunté les données recueillies dans les mémoires de maîtrise soutenus à l'Université de Toulouse-Le Mirail, antérieurement cités.

143 Cf. les travaux des géographes, cités en introduction, p. 15, note 29.

144 Dans les Landes, ce paysage humanisé correspond bien aux éléments descriptifs contenus dans les textes du XIIIe siècle, cf. J.-B Marquette, « Les pays de Gosse... » ; il se caractérise par des structures d'habitat bien repérables à l'époque moderne ; cf. A. Zink, Clochers et troupeaux..., p. 354 et suiv., qui analyse les villages à place centrale circulaire, caractéristiques des communautés articulées en quartiers, dans les pays de capcazaux « où la terre abonde ».

145 L'habitat villageois valléen résulte d'un processus qui paraît achevé dans les hautes vallées garonnaises, mais encore actif dans les vallées des gaves (v. ci-après, chap. VII et VIII).

146 J’ai évité de faire porter les sondages dans les zones bouleversées par les regroupements communaux modernes qui ont particulièrement affecté le Vic-Bilh. Il s'agit en effet, souvent, de la fusion de minuscules localités toutes dépourvues d'un centre aggloméré (ex. Boueilh-Boueilho-Lasque), et non de l'annexion d’une localité de ce type par un bourg important voisin, processus qui, somme toute, ne fait que prolonger la logique ayant présidé à la mise en place des bourgs.

147 Pour les actuels cantons de Valence, Vic-Fezensac et Marciac, l'évaluation des bourgs a été faite sur la base de mes propres investigations ; pour le canton de Rabastens, j'ai emprunté les données mises au jour par F. Vidaillet dans son mémoire de maîtrise, Château et habitat au Moyen Âge. Le canton de Rabastens-de-Bigorre, op. cit.

148 Pour l'actuel département du Gers, on trouvera un premier tableau des paroisses et communautés ainsi annexées dans le Guide des Archives du Gers établi par H. Polge (Auch, 1975), pp. 263-321.

149 Par exemple le terroir de Fourcès, vaste de 2372 hectares, ne comptait pas moins de 12 églises paroissiales, soit une petite communauté pour 228 hectares.

150 J.-B. Orpustan, Nom et statut de la maison basque..., p. 3 ; pour la Basse-Navarre, liste et description des bourgs dans C. Urrutibéhéty, « Bonnes villes, villes neuves bastides et bourgs... »

151 Fouillés de la Province d'Auch, pp. 281-284 (« État des dîmes dues à l'archidiacre de Pardeillan ») ; la comparaison des données avec le Rôle de procuration de 1383-1384, qui ne comporte plus que 15 paroisses (ibid. p. 291), montre que le premier pouillé est antérieur à la grande crise démographique du XIVe siècle.

152 En fait, le document énumère des églises, des paroisses, et des « ecclésiastes ». Le premier item permet d'identifier église et paroisse (Ecclesia Sti Joanni de Fabariis, in cujus parrochia sunt 50 foci). Les 4 « ecclésiastes » doivent correspondre à des églises disparues dont le territoire survit comme unité fiscale.

153 L'essentiel du travail d'identification avait été réalisé par l'abbé A. Breuils, « Quatre pouillés du diocèse d'Auch des XIVe et XVe siècles », Bull. Soc. Arch. Gers, 1900, pp. 196-213 ; et par J.R. Marboutin, » Quelques églises disparues du canton de Valence-de-Baïse », Rev. Gascogne, 1928-1929, passim ; mes explorations dans les cadastres des XVIIe et XVIIIe siècles n'ont guère permis de faire mieux.

154 Les matériaux de base de la monographie de Ladevèze ont été rassemblés à la fin du siècle dernier par l'abbé J. Gaubin, La Deveze, histoire féodale, municipale et civile, Auch, 1882, et « Histoire religieuse de La Devèze », Rev. Gascogne, 1883, pp. 176-186, mais souvent mal interprétés. J'ai complété ces données par une enquête dans les textes et sur le terrain, dont les tout premiers éléments (avec illustration cartographique), ont été publiés dans « Castrum et territoire dans la Gascogne du XIIIe siècle », Château-Gaillard, XV, Caen, 1992, pp. 92-100.

155 La photographie aérienne montre bien que le bourg est en situation de clairière ; et le toponyme même suggère qu'il a été fondé sur un ancien défens seigneurial.

156 Monlezun, Histoire de la Gascogne..., t. VI, p. 26 : en 1299 le seigneur Jean de Rive-haute a abandonné son château sur motte distant de cinq kilomètres pour devenir habitator castri de Ladevèze.

157 Pas de texte précis, mais un jalon, qui atteste en 1270 la présence d'un capellanus à Ladevèze (désignation du desservant caractéristique des églises de castelnaux).

158 Leur existence est attestée mais le texte est perdu, Gouron, Chartes de franchises..., no 1110.

159 F. Bériac, « Petites villes ou bourgs ?... », p. 32 : en 1467, Ladevèze, avec 90 feux (contre 200 à Auch ou Vic-Fezensac, les localités les plus importantes), fait partie des 7 localités (sur un total de 144) qui peuvent mériter la qualification de « ville ».

160 Pouillés de la Province d'Auch, p. 466, (création des archiprêtrés du diocèse de Tarbes en 1342) : le choix de Saint-Pierre, qu'aucun recoupement ne permet pour l'heure d'expliquer, a certainement porté un coup très dur à la « ville ».

161 ADG, E suppl. 1054-1 : registre des délibérations de 1760-1767, qui dresse un état de la structure démographique par paroisse, évoque la grandeur passée de la ville, et donne de sa déchéance l'explication suivante : « Comme la ville se trouve éloignée des rivières navigables et des grands chemins, ce motif a déterminé les propriétaires des maisons principales à se retirer à la campagne pour faire valoir les biens qui ont besoin de beaucoup de travail ».

162 Par exemple H. Enjalbert, Le modelé et les sols..., p. 515.

163 R. Brunet, Les campagnes toulousaines..., p. 53.

164 L'œuvre de Charles Higounet fournit à cet égard les clés essentielles : rôle des axes de communication, importance de la frontière, de la géographie des granges cisterciennes ; v. ses recueils d'articles Paysages et villages neufs..., et Villes, sociétés et économies médiévales... ; ainsi que son article « La guerre de Gascogne et les bastides-frontières landaises », Bull. Soc. Borda, 1976, pp. 413-417. Pour une vue comparative, cf. Castrum 4, Madrid-Rome, 1992, spéc. l'introduction de P. Toubert.

165 Je me borne à reprendre ici les données rassemblées par Ch. Higounet dans sa thèse, Le comté de Comminges..., pp. 339-341 ; avec les compléments fournis pour Nénigan par P. Ourliac, « Les sauvetés du Comminges », pp. 65-66. J'ai cependant revu les textes pour vérifier qu’elle était précisément la nomenclature utilisée par les scribes.

166 P. Tucoo-Chala, La vicomté de Béarn..., pp. 59-69 ; J. P. Trabut-Cussac, L’administration anglaise..., pp. 23, 42-4.

167 ADPA, Ossenx, FF1 ; Cf. Cursente, « Une populatio béarnaise en quête d’église... ».

168 B. Cursente, charte publiée en P.J. de l'article « Castetbon... ».

169 V. ci-après, chap. 9.

170 Ibid.

171 P. Tucoo-Chala, « Aux frontières du Béarn, de la Navarre et de la Gascogne... », Au confluent de l'Adour et des Gaves. Actes du XVe Congrès d'études régionales, Dax, 1963, pp. 41-57.

172 Doc. publié par L. Batcave, « Interprétation de la rubrique... », pp. 25-30 : réduction de 60 à 30 places ; il s’agit d'une des rares attestations des effets de la peste noire de 1349 en Béarn.

173 Ci-après, chap. IV et IX.

174 ADPA, C 677 bis, fol. 109 (il s'agit en vérité d'un point stratégique anciennement occupé, cité en 1286 parmi les principaux castris et villis du Béarn (ibid., E 291).

175 M. Mousnier, La Gascogne toulousaine, aboutit à cette même conclusion.

176 C. Lavigne, « Recherches sur les systèmes parcellaires de fondation... »

177 Dans les Landes, cet impact reste clairement visible aux yeux de l’historien moderniste ; cf. A. Zink, Clochers et troupeaux..., p. 357.

Table des illustrations

Légende Figure 8. Bourg ecclésial, bourg castrai, bastide : Pimbo
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/18086/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 190k
Légende Figure 9. Villages pourvus d'une enceinte vers 1300
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/18086/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 371k
Légende Figure 10. Les villages de la plaine de Navarrenx à l'orée du XIVe siècle
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/18086/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 262k

© Presses universitaires du Midi, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search