Version classiqueVersion mobile

Des maisons et des hommes

 | 
Benoît Cursente

Deuxième partie. Du casal à la maison, en passant par le bourg, V. 1260 - V. 1330

Du casal à la maison, en passant par le bourg v. 1260 - v. 1330

Texte intégral

  • 1 Ces deux chartes concernent des périodes très rapprochées : la fin du XIe et le début du XIIe sièc (...)
  • 2 Ces deux sources expriment la réalité de la seconde moitié du XIIe siècle d'une manière bien diffé (...)

1L'avènement de la maison à l'histoire se réalise en dialectique avec les transformations du tissu de l'habitat, dont le temps fort se place entre environ 1260 et 1330. L'habitat jusqu'alors majoritairement épars se nucléarise, et le peuplement par casal se recompose en peuplement par maison. Tel est le thème général de la seconde partie de ce livre dont la réalisation s'est heurtée à des difficultés inhérentes aux ressources documentaires. En effet, dès le XIIe siècle, avec l'apparition des toutes premières chartes de coutumes aux côtés de la masse des cartulaires, l'historien se trouve confronté aux problèmes posés par l'existence de deux miroirs qui lui renvoient des images différentes d'une même réalité. Il est à cet égard instructif de comparer, dès le XIIe siècle, des sources contemporaines telles que le cartulaire du prieuré de Saint-Mont et les coutumes du castrum voisin de Comedian, dans le Gers1, ou encore le cartulaire commingeois de Montsaunès et la charte de coutumes Saint-Gaudens2.

  • 3 L'acte le plus récent de Gimont est de 1233, celui de Berdoues de 1258. À Bayonne et à Auch (cartu (...)
  • 4 La bastide de Gimont est fondée en 1266 soit une trentaine d'années après le dernier acte du cartu (...)

2Cependant, durant le premier XIIIe siècle, les cartulaires continuent de constituer la part prédominante de nos ressources documentaires. C'est autour de 1260 que s'opère le grand basculement. Le paysage de premier plan (matériel, social, mental) qu'imposait la préeminence des cartulaires, se dissipe pour laisser la place à une autre vision des choses. Entre le premier et le dernier quart du XIIIe siècle, la rédaction des grands cartulaires, auxquels nous sommes largement redevables pour connaître la période antérieure, marque le chant du cygne (du moins à notre connaissance), de l’activité de plusieurs scriptoria : Sorde, Gimont, Berdoues, Bayonne, Sainte-Marie d’Auch, Lézat, Madiran3. Un tel synchronisme est tout sauf un épiphénomène : il traduit l'effort de ces établissements pour pérenniser, au-delà même de leurs droits, un ordre des choses hérité du passé, qu'ils sentent en grand péril. C'est notamment le cas pour les abbayes cisterciennes qui rédigent leurs cartulaires à la veille même de sacrifier le système des granges pour donner vie aux bastides4.

  • 5 Cf. M. Gouron, Chartes de franchises de Guienne et de Gascogne..., J. Decap, Les chartes de coutum (...)
  • 6 Je fais ici référence ici aux belles publications menées à bien par M. Gilles et P. Ourliac : cell (...)

3Dans le même temps, à partir du milieu du XIIIe siècle, est produite une masse impressionnante de sources de toute autre nature. Ce sont d'abord les enquêtes administratives et les recueils d'actes de la puissance publique, qui accompagnent l'émergence de l'État moderne : nous concernent principalement les Rôles Gascons et les Recogniciones émanant de la chancellerie des rois-ducs d'Aquitaine. Ce sont en second lieu les chartes de coutumes locales. Leur nombre est impressionnant5, mais leur densité est inégale, avec une présence plus clairsemée en Bigorre et en Béarn, principautés précocement pourvues d'une législation forale de caractère général et, pour la seconde, d'un texte-cadre standardisé (le for de Morlaas). Leur recension totale est encore en chantier, et a fortiori, leur publication scientifique reste une entreprise à peine entamée6.

4Il est probable que, quelques années en arrière, j'aurais pris moins de peine à tenter de restituer la continuité des faits qui se développe de part et d'autre de la faille documentaire ci-dessus évoquée. Mais aujourd'hui les leçons de l'archéologie dictent à l'historien qui s'efforce de retracer l’évolution du peuplement la plus grande méfiance vis à vis des ruptures que suggèrent les sources écrites, et qui s'avèrent bien souvent n'être que trompe-l'œil. La documentation écrite, au demeurant, ne donne de réponse qu'aux questions qu'on lui pose. Ce sont le plus souvent les signes de nouveauté que l'on y a cherché ; d’où la place de faveur qui est réservée aux chartes de fondation. Or, si on la scrute pour percevoir aussi les faits de permanence, ou de transformation lente, on est conduit à prendre en considération des passages, des textes, voire des sources, généralement laissés dans la pénombre. On prêtera la plus grande attention, par exemple, aux scriptoria monastiques qui, loin de cesser leur activité, concentrent le plus gros de leur production entre le milieu du XIIIe et le milieu du XIVe siècle (tel est notamment le cas de Nizors, ou de La Case-Dieu).

5Au total, la masse documentaire disponible, certes limitée, se trouve démesurée par rapport au volume et aux objectifs de ce livre. Mais contrairement au casal, quasiment omniprésent dans les sources, une partie seulement des textes relatifs à l’habitat groupé sont aptes à faire progresser mon enquête. Ce sont donc essentiellement eux qui ont été mis en œuvre. Avant toute autre chose, il m'est apparu nécessaire de réordonner la masse des données relatives à la concentration de l’habitat, dans le but d’établir un môle nécessaire à l'étude des rapports entre l'histoire du village et celle de la maison. Avec bien sûr, en arrière-plan, le souci de mieux comprendre le jeu de forces sociales et des rapports de pouvoir qui commande le tout. C'est dans cette perspective particulière qu'a été conçu le prochain chapitre qui, je le souligne, ne prétend en rien constituer une synthèse définitive de l'histoire des villages gascons.

Notes

1 Ces deux chartes concernent des périodes très rapprochées : la fin du XIe et le début du XIIe siècle pour le cartulaire ; l'année 1142 pour les coutumes. Les rustici et paisii qui peuplent le cartulaire sont absents des coutumes, tandis que les « castlas » et les « bezis « qui caractérisent la population du « casted » de Corneillan sont des catégories ignorées dans les pièces du prieuré et, de façon significative, le mot casal n'a pas le même sens dans les deux sources (domaine dans le cartulaire, jardin dans les coutumes).

2 Ces deux sources expriment la réalité de la seconde moitié du XIIe siècle d'une manière bien différente. Certains mots identiques n'ont pas le même contenu sémantique (senhor, villa) ; le miles et la domus du cartulaire ne sont pas les équivalents du « caver » et de la « maison » des coutumes ; le peuple, les « bezis », les « borzes », apparaissent seulement dans la charte de coutumes écrite en occitan, où on parle de « maynada » pour exprimer une réalité que le cartulaire, où domine le latin, nomme la familia. Et, tandis que le cartulaire abonde en termes évoquant la vie agraire, les coutumes sont surtout riches sur les activités de production et d'échanges...

3 L'acte le plus récent de Gimont est de 1233, celui de Berdoues de 1258. À Bayonne et à Auch (cartulaires Noir et Blanc), compte non tenu d'une ou deux pièces du XIVe siècle isolées, les derniers actes sont respectivement de 1266 et 1276. À Sorde, compte non tenu de l'acte 24 daté de 1293 et écrit sur un grattage, d'un ajout d'interligne de 1270 à l'acte 148, les pièces les plus récentes ne sont pas postérieures à 1254 (no 169 à 172).

4 La bastide de Gimont est fondée en 1266 soit une trentaine d'années après le dernier acte du cartulaire ; les bastides d'Aujan, Meilhan, Pavie, Mirande voient le jour entre 1279 et 1281 sur des granges de Berdoues après le même délai ; cf. l'étude classique de Ch. Higounet, « Cisterciens et bastides », reprise dans Paysages et Villages Neufs..., pp. 265-274.

5 Cf. M. Gouron, Chartes de franchises de Guienne et de Gascogne..., J. Decap, Les chartes de coutumes du Comminges... ; J.-M. Carbasse, « Bibliographie des coutumes méridionales (catalogue des textes édités) », dans Recueil de Mémoires et travaux publié par la Société d'Histoire du droit et des institutions des anciens pays de doit écrit, fasc. X, Montpellier, 1979, pp. 7-89.

6 Je fais ici référence ici aux belles publications menées à bien par M. Gilles et P. Ourliac : celles des chartes de l'Agenais (T. 1, Montpellier, 1976, et t. II, Toulouse, 1981), et celle des anciens fors de Béarn, Paris, 1990. Un programme de publication de longue haleine est prévu dans le cadre de l'UMR 5591 de Toulouse ; cf. le point qu’en donne M. Berthe, « Chartes de coutumes et libertés rurales dans le Midi de la France au Moyen Âge », dans Toulouse et le Toulousain entre terre et ciel du Moyen Âge à nos jours (Actes du 47e Congrès de la Féd. des Soc. Acad et Sav. Languedoc-Pyrénées-Gascogne, 11-13 juin 1993), Toulouse, 1994, pp. 29-42.

© Presses universitaires du Midi, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search