Version classiqueVersion mobile

Des maisons et des hommes

 | 
Benoît Cursente

Première partie. Le casal et le chaînage féodal de la société (Milieu xie - Milieu xiiie siècle)

Chapitre II. La maison en son casal : facettes d’une structure (jusque vers 1260)

Texte intégral

1Dans les cartulaires, le casal apparaît tout à la fois comme une structure présentant sur une longue durée et dans un vaste espace des caractères communs stables, et comme une entité revêtant des aspects fort divers et contradictoires. Ce paradoxe se vérifie à quelque point d'observation qu'on se place, aussi bien lorsqu'on cherche à situer la place du casal dans le paysage rural, son rôle dans l'exercice de l'autorité publique et dans la seigneurie, que le statut des hommes qui l'habitent ou le tiennent.

I. Le casal dans le paysage rural gascon

2La localisation des casaux se fait sous trois formes principales : 1° comme un sous-ensemble d'une villa ; 2° par rapport à une localité donnée (in, propre, apud), auquel cas on ne saurait dire si la qualification de villa est toujours sous-entendue ; 3° par des confronts divers (chemins, ruisseaux, autres casaux, etc.). Par ailleurs, il existe un ensemble de formules minoritaires dans lesquelles le casal est donné dans un lieu (locus), dans un terroir (territorium), dans une paroisse, près d’une église, ou encore sans d'autre forme d’identification que son propre nom.

A. La consistance matérielle des casaux

  • 1 Parfois même par un fossé dont on a il est vrai une seule attestation dans le corpus : cart. Berdo (...)

3Dans une écrasante proportion de cas, la mention d'un casal dans les textes ne s'accompagne pas de la moindre indication de ce que pouvait être sa consistance spatiale et matérielle. Sans doute, celle-ci était-elle pour les contemporains du scribe un fait d'évidence qui ne requérait aucune précision. On n'a donc du casal et de la place qu'il occupe dans le paysage qu'une représentation bien floue, et extrêmement partielle. La désignation du casal se fait le plus souvent, avec des variantes mi-neures, sous la formulation suivante : Untel a donné Casalem N cum pertinenciis suis. Tandis que les « appartenances », sur lesquelles on reviendra, se révèlent être aussi bien des parcelles de terres que des droits, le casal proprement dit correspond clairement à un habitat organiquement lié à un ensemble foncier bien délimité1. La dimension de ces domaines mérite une observation attentive.

1. Des unités calibrées ?

  • 2 Une des rares données chiffrées est donnée par le cartulaire de Madiran, fol. 191 : de deux casaux (...)
  • 3 Cart. Sorde, acte 149 (s.d., XIIe s.).
  • 4 Telle est, en 1924, la façon de raisonner de Louis Batcave, « le servage ou la questalité en Béarn (...)

4La plupart des auteurs qui se sont intéressés au casal ont été sensibles au caractère uniforme de ces entités. À vrai dire, les cartulaires ne fournissent que de rares données métrologiques2. L'indice le plus direct d'un calibrage du casal est fourni par un acte du cartulaire de Sorde qui précise que les sept casaux que l'abbaye possède dans le village de Carresse sont juxta communem mensuram casalium villanorum de Bearnio3. À partir de là, le raisonnement se fait par analogie tant vers l'amont que vers l'aval des siècles. D’une part le casal est, on l’a dit, l’héritier du jugum antique, le cousin gascon du manse, de la hide anglo-saxonne ou de la huba germanique, soit une unité agraire taillée de façon à permettre à une famille paysanne de subsister et de se reproduire, tout en supportant le prélèvement de l'impôt. D’autre part, le casal des XIe et XIIe siècles a pour descendance directe les exploitations rurales du Bas Moyen Âge et de l'époque moderne, abondamment éclairées par des données métrologiques qui permettent de les définir comme des unités d'une dizaine d'hectares4. De multiples indices, comme le simple recours au bon sens, invitent à s'en tenir à cette vision des faits. Or, pourtant, la mise à plat du corpus laisse apparaître des données qui cadrent mal avec une telle vision et qui, pour certaines, conduisent à envisager une situation plus complexe.

  • 5 Cf. par exemple les données du cartulaire de Berdoues. On y trouve 18 données chiffrées, rarement (...)
  • 6 Cf. notamment le diminutif « casalet », qu'on tencontre à Berdoues (cart., no 75), Gimont (cart. I (...)
  • 7 En voici quelques exemples : équivalence terrulam sive casalent (cart. Noir Auch, no 145), casal-v (...)
  • 8 Cart. Lucq, no 10.

5On peut, d'abord, s'interroger sur l'homogénéité réelle des casaux au vu des disparités considérables de leur valeur vénale, mais il s'avère que cet indicateur est bien souvent biaisé5. On relève ensuite que le lexique des cartulaires se fait couramment l'écho d'écarts par rapport à une représentation du casal perçue comme « normale »6. Comment situer la valeur normale qui sert de référence implicite ? Nombreux sont les textes décrivant le casal comme une entité exiguë7. Il est plus rare que soit évoqué un casal exceptionnel (praecipuus), et on ne sait alors si l'appréciation porte sur la superficie ou sa richesse8. Enfin, on y reviendra, le concept de « meilleur casal » qu'on rencontre çà et là renvoie à un type de rapport social.

  • 9 Cart. Lézat no 137, 607, 621, 988, 1602...
  • 10 Cart. Lézat, no 895 (1248) : castrum et villam de Durforti que infra terminos predicti casalis con (...)
  • 11 ADHG, H Malte, Montsaunès, 24, I-29 (en 1239 est vendue la moitié du casal de Gebrario qui est com (...)
  • 12 Cf. P. Ourliac qui évalue ainsi l'étendue des casaux de Forc et Garat, dans « Le peuplement de la (...)
  • 13 Ch. Higounet, « Observations sur la seigneurie rurale et l'habitat en Rouergue du IXe au XIVe sièc (...)
  • 14 H. Falque-Vert, Les hommes et la montagne en Dauphiné..., pp. 173-180.
  • 15 Cf. plus bas, pp. 119-120, 138 ; et chartes de Montsaunès, publ. F. Baby, no 8, 12, 33 (« cum a la (...)

6Il reste que les cartulaires révèlent l'existence de casaux constituant des unités autrement plus vastes et complexes que de simples exploitations paysannes. Il s'agit de casaux qui correspondent à tout un quartier de village, et sont parfois dotés d'une église particulière. Le cartulaire de Lézat en offre plusieurs exemples9, avec notamment ce casal de Cassagne qui inclut dans ses limites le castrum et la villa de Durfort10. Au fil des actes de plusieurs chartriers et cartulaires antérieurs au milieu du XIIIe siècle on rencontre nombre d'entités comparables11, et les sources du Bas Moyen Âge, souvent plus explicites, révèlent l’existence d’une multitude d'autres. À titre d'exemple, est ici présenté un essai de restitution du casal de Busquets que l'on trouve mis en jeu dans plusieurs chartes de Nizors du XIIIe siècle, et dont on peut suivre le devenir jusqu'au-delà du Moyen Âge (fig. 4, p. 61). L'ordre de grandeur est de la centaine d'hectares : bien moindre que celle de certains casaux géants des environs de Lézat, qui dépassent les deux mille hectares12, mais assurément très supérieure à celle d'une simple exploitation familiale paysanne. Ce type de casal, dont il est impossible de mesurer la fréquence relative, fait irrésistiblement penser au manse compact, la tenure-quartier qui a si longtemps dominé la structure agraire du Massif-Central13, comme celle des régions alpestres14. Or en Gascogne, j'y reviendrai, ces ensembles fonciers peuvent se trouver eux-mêmes composés de sous-ensembles également désignés comme « casal »15.

  • 16 L. Feller, « Paysages et cadres de vie », op. cit., pp. 222-223 : avant l'an mil, les casalia de A (...)

7En définitive, concurrement avec l'image du casal comme structure calibrée, il faut retenir celle, apparemment antagoniste, de réalités disparates mais pouvant organiquement s'emboîter – une image du casal qu'on retrouve bien au-delà de la région ici considérée16.

2. Le casal-noyau et le casal-ensemble

8À ce premier brouillage de la réalité du casal s'ajoute un second : le casal – à l'instar du manse –, souffre dans les textes d'une permanente amphibologie. En effet le mot peut désigner, dans un même ensemble documentaire, deux réalités : l'une restreinte, l'enclos maisonné, et l'autre large, la tenure commandée par la maison.

  • 17 Les textes, à vrai dire, sont rien moins qu'explicites sur la signification de ce mot, peu fréquen (...)
  • 18 Cette identification a récemment été mise en évidence dans le Bordelais, il est vrai pour une époq (...)
  • 19 Cart. Sorde, no 117 (1150-1167) : donation d'un casal cum omnibus terris que pertinent ad illum ca (...)
  • 20 Cart. Saint-Pé, XXVII, casalem Sti Stephani cum multo alodio ; quemdam casalem cum alodio suo ; ca (...)
  • 21 Cart. Berdoues, no 700, 701 ; formule relevée pour le manse en Bourgogne par P. de Saint-Jacob, Le (...)
  • 22 Nombreux exemples dans le cart. de Berdoues : no 3, 154, 158, 160, 161, 192, 227, 243, 701 ; la di (...)

9L'enclos et sa maison forment un ensemble indissociable. C'est cette entité qu'à dû primitivement désigner l'adjectif substantivé casalis, et c'est à cette réalité que renvoient manifestement encore une partie des occurrences des XIe et XIIe siècles. C'est également le sens qu'il convient de donner, dès l'origine, aux mots de casalaticum (casalage), casalaria (casalère), dont l'emploi devient surtout fréquent à partir du milieu du XIIIe siècle17. La casalère est donc à n'en point douter l'équivalent du toft anglais, du meix bourguignon, du solar castillan, comme aussi de l'estatge bordelais18. Pris dans le sens large précédemment défini, ceux-ci sont en effet toujours constitués d'un noyau foncier organiquement lié à l'habitat, et d'un ensemble de terres qui lui sont associées de façon très souple. De cette dualité, on a de multiples attestations19, même s'il est vrai que la vision de l'ensemble que donnent les textes est plus ou moins explicite et plus ou moins organique. À côté des casaux donnés cum alodio20, il est souvent question à Lézat du casal avec sa tenure (casalis cum tenencia), et, à Berdoues, il est fait mention des terres « qui meuvent du casal »21. Et, si la maison est indissociable de l'enclos qui lui sert d'assise, il est par contre courant de voir aliénées les autres pièces de terres qui sont dans ses dépendances22.

  • 23 À titre d'exemple, le casal de Burgo, à Durfort, d'après l’acte 455 du cartulaire de Berdoues, est (...)

10On commettrait une grave erreur de perspective en s'en tenant là, car la consistance du casal n'est pas double mais bien triple : une parcelle maisonnée, des terres, et aussi des droits. Le fait que les droits soient le plus souvent inclus sans autre précision parmi les pertinencias du casal ne doit pas conduire à sous-estimer cette composante. Quand le texte des cartulaires se fait plus précis, on apprend qu'il s'agit d'un droit de possession sur les vacants, les bois et les eaux23, et, à la lumière de la documentation ultérieure, nous y reviendrons longuement, il s'avère que là réside l'enjeu essentiel de cette structure.

3. Le capcasal est-il doté d'une consistance matérielle particulière ?

  • 24 Cf. supra, chap. 1
  • 25 Ch. Higounet, « La seigneurie rurale en Rouergue... », op. cit., pense qu'on parle de capmanse dan (...)
  • 26 La liste qui résulte du dépouillement des cartulaires n'est pas bien longue, même en incluant les (...)
  • 27 Cart. Gimont, II, 53 (1180)
  • 28 Cart. Saint-Sever, pp. 170
  • 29 Dans l'acte de Gimont précité (note 27), les 6 concades sont complétées par une séterée de terre ; (...)

11Il reste à examiner le problème posé par la présence dans certains textes du terme capcasal (ou de son équivalent, le capmas). Sauf à transposer aventureusement pour cette époque la situation qui prévaut au XVe siècle, ou bien les définitions juridiques établies au XIIIe siècle24, ou encore des interprétations avancées pour des régions voisines25, on a grand peine à restituer ce qu'avait de particulier la consistance du capcasal. Quelles informations nous apportent les quelques textes qui font état du capcasal antérieurement au milieu du XIIIe siècle26 ? Rares sont ceux qui fournissent des précisions métrologiques. Si le capcasal de La Barta, à Gimont, s'étend sur six concades de terre, soit environ deux hectares et demi27, une pièce de Saint-Sever où sont mentionnés neuf capmas jouxtant une porcherie (subulcum), suggère qu'il a pu s'agir d'entités fort exiguës28. Une certitude : le capcasal constitue une exploitation en étant joint à d’autres terres29.

  • 30 Un tel phénomène de polysémie affecte de nos jours, par exemple, le « bureau » qui est en même tem (...)

12En définitive, ce n’est pas tant la consistance matérielle que le statut qui différencie le casal du capcasal, et la prégnance de ces structures polysémiques est telle que, rapporté à un contexte donné, leur emploi ne semble provoquer aucune confusion30. Par contre, l'ambiguïté qui plane sur la consistance des casaux n'aide guère l'historien à restituer leur emprise spatiale.

B. L'archipel des casaux dans le terroir

  • 31 J'ai relevé deux exemples : 1) un acte du fonds de Malte daté de 1224, publié par Ch. Samaran, La (...)
  • 32 Ce doute ne se dissipe complètement qu'avec cette charte de Berdoues datée de 1237 (no 505) qui af (...)
  • 33 Le dénombrement de casaux du censier de Madiran s'ouvre par la formule « noverint... quod domus Ma (...)

13Quelques indices donnent à penser que les casaux couvraient en continu l'espace gascon31, mais il s'agit d'actes du XIIIe siècle concernant respectivement un castrum et une cité, ce qui nous éloigne déjà, nous le verrons, de la situation qui prévaut aux XIe et XIIe siècles, et qui se révèle beaucoup plus complexe. Certains actes fournissent le nombre total de casaux que compte une villa. Ces indications, précieuses, sont à utiliser avec réserve, car on évacue rarement le doute qu'il s'agit uniquement des casaux possédés par l'abbaye ou par le comte concernés par l'acte32. Quel aspect de la réalité parvient-on à approcher, une fois détectés tous les biais et surmontées toutes les difficultés (dont la restitution des limites anciennes des villae) ? Certainement pas, et même dans les meilleurs des cas, une estimation de la superficie moyenne des casaux, puisque, on le vérifiera, ceux-ci sont loin de couvrir l'espace en continu. Par contre, de tels calculs donnent une idée intéressante de la densité de leur implantation (avec bien sûr de larges zones d'obscurité en dehors des rares coups de sonde que la documentation autorise33). En voici quelques exemples :

  • le village de Lafitte-Ponsan, précédemment cité, contient donc au XIIIe siècle cinq casaux. Le cadastre de 1762 donne à cette localité, incluse dans la perche de Mirande, et située dans un secteur très boisé, une superficie de 335 arpents, soit un casal pour environ 77 hectares, si on se fie à la table de conversion post-révolutionnaire34 ;
  • l'abbaye de Sorde possède « toute la villa de Sainte-Suzanne », dans laquelle sont énumérés neuf casaux35. Restitution faite de ses limites médiévales36, Sainte-Suzanne s'étendait sur environ 725 hectares, ce qui donne un casal pour 71 hectares37 ;
  • la villa de Saint-Cricq, qui se donne entièrement à l'abbaye de Sorde semble correspondre à l'actuel territoire de Saint-Cricq du Gave, qui s'étend sur 1107 hectares, essentiellement dans la plaine alluviale. Au XIIe siècle, l'abbaye y possède vingt-cinq casaux38, soit un casal pour 45 hectares39 ;
  • le cartulaire de Bigorre fournit, pour la fin du XIIe et le milieu du XIIIe siècle, deux listes des casaux de Lourdes ; la plus complète en comporte soixante-quinze, et semble prendre en compte la totalité des casaux de ce castrum puisqu'y sont distingués les casaux comtaux et non comtaux40. Pour un territoire qui s'étend sur 3994 hectares, on obtient une moyenne d'un casal pour 56 hectares, un chiffre qui apparaît d'autant plus remarquablement élevé qu'on le corrige de toutes les pondérations souhaitables.
  • 41 L'acte 146 du cart. de Sorde, qui a pour enjeu une de ces « barthes » est précisément intitulé De (...)
  • 42 P. Ourliac, « Les villages de la région toulousaine... », op. cit.
  • 43 Quelques exemples : cart. Lézat, no 9 (1246), casal composé de 14 pièces de terre et 8 vignes ; ca (...)

14L'image globale de l'emprise des casaux dans les terroirs qu'on voit ici ou là s'esquisser doit donc être affinée par une étude plus précise de la place qu’ils occupent dans la mosaïque des structures agraires. Dans les villages, les casaux prennent essentiellement place dans la partie réservée aux cultures, qui s'insère dans de vastes étendues de landes et de bois voués au parcours des troupeaux41. Enclos habités, arpents labourés, espace pastoral : c'est dans les fondations planifiées de sauvetés, bien connues dans la forêt de Bouconne grâce à l'étude classique de Paul Ourliac, que ce zonage a pris la forme la plus parfaite42. Cependant, pour partie en raison de l'ambiguïté sémantique évoquée un peu plus haut, les casaux sont loin de toujours dessiner des figures de terroirs aussi harmonieuses. Entre les différents casaux et leur dépendances, agrégats décousus de parcelles, prennent place une multitude d'entités agraires fort diverses43.

  • 44 Il s'agit des actes 143 à 146 : l'acte 143, daté de l'abbatiat d'Arnaud Boniou (1150-1170), énumèr (...)
  • 45 B. Cursente, « Les vergers du bas Adour », dans Flaran 9, pp. 207-212.
  • 46 Cf. la présentation et l'interprétation de ce même dossier par E. Magnou-Nortier, « Trois approche (...)
  • 47 Cart. Madiran, fol. 214-219, pointage fait sans compter les multiples places à bâtir dont il sera (...)

15Le cartulaire de Sorde permet de constituer un petit dossier de textes donnant, à partir d'une trentaine de confronts, une vision des faits moins impressionniste44. Il se confirme que les casaux ne sont qu’un des éléments d’une structure agraire complexe. Dans les vastes interstices qui les séparent, on trouve essentiellement des « terres », parcelles à vocation culturale indéterminée, dont la superficie est couramment de l’ordre d’un hectare (trois journaux). Les confronts font apparaître en outre les vastes « coutures » et les étroites « courrèges », lanières de terre alluviale, ainsi que les vergers, qui semblent se multiplier alors45. Enfin, il s'avère que la présence du casal n’exclut pas celle du fundus (domaine)46. Sans fournir ces précieuses indications de confronts, les listes de cens du cartulaire de Madiran suggèrent, pour le début du XIIIe siècle, un tissu agraire tout à fait comparable, en énumérant vingt casaux entrelardés de seize vignes et quatorze pièces de terres47.

Figure 4. Le casal des Busquets à Péguilhan
Le casal des Busquets à Péguilhan est connu par un petit dossier de textes issu de l'abbaye cistercienne de Nizors : 21 pièces analysées dans le répertoire du R.P. Pailhès établi au XVIIIe siècle (ADHG), dont certaines sont conservées aux ADG (cotes I 425 et I 2621). Ce dossier permet de mettre en évidence :
1. La multiplicité des ayants droit sur ce casal au XIIIe siècle (au moins 7 groupes familiaux différents de l'aristocratie font donation de leurs droits entre 1213 et 1291, dont le comte de Comminges) ;
2. L'incertitude originelle, qui se prolonge jusqu'au XVIIe siècle, sur la désignation et la nature de ce bien. Dans les pièces latines conservées, casale seu casalia, locus, territorium. Dans les analyses d'érudit, proches du texte originel, casal (jusqu'en 1236), village et terroir (1269-1291), puis à partir du XVIe siècle métairie. Mais pour finir s'agissait-il ou non d'une terre noble ? La question ne fut tranchée qu'au prix d'un procès entre 1629 et 1669 ;
3. La consistance territoriale du casal qui, au XIIIe siècle, est ainsi décrite (ADG, I 2621, no 451) : Termini dicti casali sive casalium dictorum sunt prout concludit rivum de Saramuliano ex una parle, et rivus deu Busquet ex altera, et rivus quod Gessa dicitur ex altera, et via quod tendit de Mondilhano versus Pegulhanum. La confrontation de ces indications avec le terrain et les données topographiques modernes permet de restituer avec certitude ce casal comme un quadrilatère d'environ 120 hectares s'étendant entre la ligne de crête et le cours de la Gesse.

16En conclusion, de l'examen des sources, se dégagent trois images possibles de la distribution spatiale des casaux : 1° un assemblage de « casalères », enclos plus ou moins jointifs, à proximité d'une église (structure caractéristique, mais non exclusive, on le vérifiera, du lotissement des sauvetés fondées dans les années 1080-1130) ; 2° un ensemble de parcelles habitées, plus ou moins disséminées dans le terroir ; 3° une vaste et compacte unité foncière incluant plusieurs maisons et correspondant à un quartier de village (les Busquets, par exemple). Dans les trois cas de figure, les casaux, même entendus au sens large, ne couvrent l'espace que de façon discontinue, en laissant la part belle à l'incultum. Ils correspondent à une occupation de l'espace de faible intensité. Et, en concomitance avec cette image spatiale nuancée, le casal a également une fonction sociale beaucoup plus ambiguë, mais aussi beaucoup plus riche qu'on ne l’a admis jusqu'à présent.

II. Les casaux dans le complexe féodal

17La nature de la documentation est telle que l'inclination est forte à associer de façon privilégiée le casal et la seigneurie ecclésiastique, alors qu'une part importante de ces casaux d’Église sont d'anciens casaux laïcs provenant des libéralités des comtes et de l'aristocratie locale. Dans la majorité des cas, les laïcs n'apparaissent comme possesseurs de casaux qu'au moment où ils s'en désaisissent. On est ainsi réduit – exercice familier pour l'historien qui scrute ces époques – à tenter de restituer une image à partir de son négatif. À une exception près cependant, qu'il convient de bien mettre en lumière.

A. La diffusion du casal dans la société féodale

1. Les casaux comtaux : l'exemple de la Bigorre

  • 48 BM Bordeaux, ms 745 (XIVe s.) ; ADPA, E 368, registre comportant deux transcriptions, l'une du XIV(...)
  • 49 Bonne présentation de la question, du point de vue Plantagenêt, dans Trabut-Cussac, L'administrati (...)
  • 50 Une totalisation minimale permet d'évaluer à 1032 le nombre de casaux qui se trouvent en jeu dans (...)
  • 51 On pointe la présence de casaux dans 28 pièces de ce cartulaire qui dans sa version la plus complè (...)

18Pour évaluer la place que tient le casal dans les administrations féodales héritières de la res publica, on dispose donc pour la Gascogne d'une source exceptionnelle : le cartulaire de Bigorre, dont les actes couvrent environ deux siècles (1062-1272)48. Ce cartulaire, élaboré dans la période de grande incertitude politique que constituent les dernières décennies du XIIIe siècle49, comporte la plupart des actes fondamentaux de l'identité de la Bigorre, notamment les coutumes du début du XIIe siècle. Enfin ce cartulaire, véritable bilan de la situation diplomatique, politique, et matérielle du comté au crépuscule de son histoire autonome, comporte plusieurs listes de cens. C'est surtout là, mais non pas uniquement là, que prennent place les casaux. Et ils s'y trouvent en grand nombre50, et constituent un enjeu dans 36 % des actes du cartulaire, ce qui place ce document comtal au même rang que les cartulaires ecclésiastiques les plus riches en casaux51. Or, dans cette proportion, les listes de cens et redevances n'interviennent que pour moitié (elles sont au nombre de vingt, et le casal ne figure que dans quatorze d'entre elles). C'est que, on y reviendra, la fonction du casal excède celle d'une simple exploitation paysanne, cellule de base de la fiscalité comtale. La première distinction fondamentale qu'opèrent les scribes est celle qui sépare les casaux qualifiés de comtaux et les autres. Le distinguo est précieux : même quand ils ne sont pas inclus dans le domaine comtal, des casaux peuvent rester des cellules tributaires dépendant de l'autorité publique. Du moins en principe.

  • 52 Cart. Bigorre, ms Pau A, fol. 29-30. La datation est donnée par une allusion à l’occupation du châ (...)
  • 53 M. Berthe, Le comté de Bigorre...
  • 54 Le titre indique une recension limitée au val d’Azun, ce qui correspond au contenu du début de cet (...)
  • 55 En 1313, le domaine comtal s'étendait sur 83 communautés, soit un quart de celles que comptait alo (...)
  • 56 M. Berthe, ibid., p. 158 : en 1313 son paiement est attesté dans 73 communautés, généralement situ (...)
  • 57 À Ségus, il possède 11 des 24 casaux ; à Adé, il les possède tous exceptés deux (La biela d'Ader e (...)
  • 58 Trois actes d'achat dans le seul fol. 6 du ms de Pau A.
  • 59 C'est ainsi que le début du dénombrement fait état des neuf casaux de Gez et Salles qui ont été us (...)
  • 60 On relève des chiffres quasi identiques pour les villages de Viger 17 (Livre Vert de Bénac : 21), (...)
  • 61 Notamment les 18 casaux de Vic (416 tenanciers en 1313), les 9 de Maubourguet, ou les 29 de Lourde (...)

19Il faut attendre le milieu du XIIIe siècle pour que le cartulaire nous donne une vue autrement que parcellaire de l'étendue des droits du comte sur les casaux de la Bigorre. Il s'agit d'une liste antérieure à 123852, qui constitue un jalon intéressant dans la pratique du pouvoir qui conduira aux grandes enquêtes des XIVe et XVe siècles, bien étudiées par ailleurs53. Une fois mises de côté les imperfections de cette recension54, on se trouve nanti de données à peu près homogènes relatives à soixante dix-huit localités. Dans soixante et une d'entre elles, le casal constitue l'unité de base de la présence comtale. Cette liste et sa traduction cartographique (fig. 5), appellent un certain nombre de remarques. D'abord, il est patent que la localisation des droits comtaux reflète la géographie du pouvoir comtal au milieu du XIIIe siècle, avec une forte polarisation autour du castrum de Lourdes. La localisation des localités soumises à des redevances en avoine, vers le nord et vers l'est, suggère peut-être en outre la mise en place d'un soutien logistique aux expéditions de l’ost comtal. Ceci dit, les villages relevant du domaine, et ceux où le comte impose son dominium au seigneur local dessinent un ensemble discontinu, en dehors duquel ses droits sont mal connus et plus ou moins difficiles à faire reconnaître55. L’amparancia, contrat de protection particulier que le comte conclut avec de nombreuses communautés moyennant finances, semble constituer le principal outil de reconquête56. Cependant, il s'avère aussi qu'au sein de l’archipel domanial, le comte doit parfois partager ses droits avec le seigneur local, selon une proportion variable57. Ce partage des droits, dont le casal constitue un enjeu primordial, se fait selon un rapport de forces en mouvement. Le cartulaire de Bigorre illustre bien le fait que le patrimoine comtal peut être arrondi par des achats58, mais aussi amoindri par des donations, et surtout des usurpations59. Pour finir, on observe que le nombre de casaux n'est pas également proportionnel à l'importance démographique des diverses localités. Pour les localités de petite et moyenne importance les chiffres du premier tiers du XIIIe siècle correspondent souvent assez bien avec ceux des Debita Regni Navarre de 1313 ou du Livre Vert de Bénac60 ; en dehors de Lourdes, le nombre de casaux est par contre bien faible dans les principaux bourgs61.

Figure 5. Les casaux du comte de Bigorre au début du XIIIe siècle

2. Le casal, entre le comte et ses vassaux

  • 62 Ibid., no 707 (1169) : in manu Boamundi astaracensis consulis cujus inflexabili justicia intermera (...)
  • 63 Cart. Berdoues, no 407 (2e moitié du XIIe siècle) : Bernardus rex.
  • 64 Ibid., no 267 (1175) : Donavi etiam ego Boamundus...totum jus et dominium omnium terrarum quas fra (...)
  • 65 ADHG, H Malte, Toulouse 346 ; cette affaire est rapportée par une notice en deux parties qui occup (...)

20Hormis la Bigorre, l'emprise comtale sur le casal, perçue à travers une documentation d'origine essentiellement ecclésiastique, est beaucoup moins bien connue. L’Astarac voisin constitue cependant un cas de figure intermédiaire. D'abord parce que les moines cisterciens de l'abbaye de Berdoues sont attentifs à rendre compte des manifestations de puissance du comte, qui rend une majestueuse et inflexible justice62, et dont la fonction va jusqu'à être assimilée à celle du consul, voire à celle du roi63. On arguera qu’il s'agit de formules d'autant plus emphatiques qu'elles correspondent probablement de moins en moins à l'ordre réel des choses. Il n'empêche qu’elles se trouvent confirmées par quelques données effectives. En effet, certains actes de Berdoues subordonnent explicitement des donations consenties par l'aristocratie astaracaise à la renonciation par le comte au jus et dominium qu'il exerce sur ces terres64. Il ne s'agit pas forcément de pures pétitions de principe, comme en témoigne une affaire rapportée par un acte du petit cartulaire de Moncassin, une dépendance astaracaise de la commanderie de Gavarnie, qui rapporte comment, vers le milieu du XIIe siècle, le comte Boemond tenta de récupérer un casal qui avait été donné du vivant de son père par un de ses vassaux65.

  • 66 Cart. Saint-Mont (Jaurgain), no 66.
  • 67 Cart. Sorde, no 8, 51, 177
  • 68 Ibid., no 148 (censier de Sainte-Suzanne, daté de 1150-1167 par l'abbatiat d'Arnaud Boniou). Une v (...)

21On glane sans peine d'autres indices montrant que jusqu'au XIIe siècle le casal semble bien être couramment considéré comme une fraction du domaine concédée à des membres de l'aristocratie. Vers 1060, dans le cartulaire de Saint-Mont, un seigneur de l'Armagnac fait deux donations cum consilio et auctoritati Bernardi comitis Armaniacensis et uxoris ejus... per quos tenebam supradictos mansos66. Dans le cartulaire de Sorde semblablement, comtes ou vicomtes affirment leurs droits lors de certaines transactions portant sur des casaux67, et pour finir, en 1270, le vicomte de Béarn Gaston VII obtint une modification du cens du casal de Vignau, à Sainte-Suzanne, qui appartenait pourtant sans ambiguïté à l'abbaye depuis au moins un siècle et demi68.

  • 69 Cart. Montsaunès, no 23, 24, 28, 29 (1177-1178) et chartes publ. Baby, no 2, 5, 6, 7, 8, 9, 10, 11 (...)
  • 70 Cart. Lescaladieu, ADHP, H 46.

22Pour compléter la pesée de l'emprise comtale sur les casaux, il faut faire état d'un cas de figure, relativement courant, dans lequel il y a eu un éclatement de la seigneurie exercée sur le casal entre une pluralité d'ayants droit au nombre desquels figure le comte. C'est ce que montre clairement l'important dossier d'actes que le cartulaire et le chartrier de Montsaunés consacrent au casal de Saint-Quentin (en Galey)69. Il reste enfin qu'un grand nombre de casaux sont entrés dans le patrimoine d'une multitude de seigneurs locaux, d'envergure variable. Dans le cartulaire de Sorde, un pointage de la présence des comtes ou vicomtes dans les transactions portant sur les casaux révèle qu'ils interviennent seulement dans treize cas sur trente-sept. Il est parfois même spécifié que c'est au seigneur local qu'appartient le dominium sur les casaux du village. Ainsi à Moulédous, en Bigorre, d'après une charte de Lescaladieu datée de 1142 : Mascaron d'Orignac alium casalem [...] dedit quam isti ; et insuper, quia dominus erat villae, caeterorum tribuit dominium70. En bref, il s'avère que dans toute la fourchette chronologique examinée ici, dans une large majorité de cas, les seigneurs de village comme les plus puissants vassaux ont pu à leur guise aliéner ou engager leurs casaux, avec pour seule limite l'obtention de la laudatio parentum.

  • 71 Cart. Madiran, fol. 146-225 ; la plupart des actes ne sont pas datés, sinon par les abbatiats et l (...)

23Le profil des seigneurs donateurs de casaux ne varie guère selon les sources. Le cartulaire de Madiran offre à cet égard un échantillonnage particulièrement intéressant71, qui vient confirmer la présence dominante d'une aristocratie rurale militarisée, caractérisée par une subtile hiérarchisation.

Qualité sociale

Nbre de donateurs

Comte, vicomte

5

Vir nobilis et...(*)

9

Dominas

1

Domina

3

Miles

5

Sans précision

6

(*) :Vir nobilis et militiae aptus (6) ; vir nobilis et miles (1) ; vir nobilis et magnae potentiae (1) ; vir nobilissimus et magnae potentiae (1)

  • 72 Magnou-Nortier, « La terre, la rente et le pouvoir... », pp. 74-94.
  • 73 Par exemple, dans le cart. de Berdoues, apparaissent 4 ayants droit sur le casal de Mazerolles (no(...)

24Il importe aussi de noter la fréquence des ayants droit sur un même casal. On peut y voir l'effet de partages successoraux successifs, ou encore le résultat d'une activité quasiment spéculative de l'aristocratie sur des parts de revenus d'un casal (les deux explications n’étant pas d’ailleurs incompatibles)72. On trouvera dans la fiche monographique consacrée ci-dessus au casal des Busquets (fig. 4), une bonne illustration de ce phénomène de fractionnement des droits, dont on pourrait citer bien d'autres exemples comparables73.

  • 74 Et le cartulaire le plus riche est encore celui de Lézat, à la marge du champ assigné à cette étud (...)
  • 75 Ch. Higounet, Le comté de Comminges..., pp. 260-265.
  • 76 ADG, I 2776 (original).
  • 77 Cart. Berdoues, no 346.

25Au total on ne dispose guère, antérieurement à 1270, que de données fort éparses pour évaluer la place que tiennent les casaux au sein des seigneuries rurales gasconnes74. Les cartulaires donnent à deviner, plus qu'à véritablement connaître, une juxtaposition de cas de figure fort divers, entre de modestes personnages ne tenant qu'une part de casal dans tel village, et de puissants sires qui, tels les Montpezat qu'on voit en œuvre aussi bien à Montsaunès que Nizors, possèdent une multitude de casaux disséminés dans leur territoire de puissance75. À un niveau subalterne, une pièce de Nizors datée de 1267 donne à connaître le patrimoine, évalué en casaux, de Caudron de Péguilhan. Celui-ci vend à Guillem de Saint-Pastous la huitième partie de la seigneurie de Péguilhan, soit un honneur qui se compose pour l'essentiel de trois casaux entiers et de la moitié de sept autres casaux76. Dans le même horizon de la société aristocratique se situent les quatorze casaux que Bernard d'Aux a hérités de son père et de sa mère, selon un acte de Berdoues daté de 123677.

26Ce même cartulaire est particulièrement riche en informations sur un cas de figure remarquable dans lequel le casal constitue en lui même le noyau central de la seigneurie. Peuvent être à cet égard relevées les mentions suivantes :

N° actes

Dates

Nom du donateur

Nature de la transaction

757

1148

Sans de Lanusse

Donation du casal de l'église de Lanusse

241, 242

1150

Raimond de Laroser

Don. part du casal de Laroser

233

1151

Gm Arnaud de Sarrabera

Don. casal de Sarrabera et église du même nom

804

1164

Donat de Sarauta

Don. casal de Serauta

668

1153-1190

Gaillarde de Samaran

Met en gage le casal de Samaran

773

1153-1190

Bernard de Lafitte

Don. casal de Lafitte

660

1153-1190

Sans de Carde

Don. moitié du casal de Carde

169

1206

Romée d'Arrouède, fils de Bernard de Morizo

Don. casal de Morizo et église du même nom

457

1208

Brun de Lacoma

Don. casal de Lacoma

686, 695

1213 et 1214

Galarde de Labatud et son mari Sans de Lomagne

Don. honneur « qui pertinebat ad casale de Labatud » et la moitié de ce casal

732

1217

Arnaud de Gueite

Don. « excepto casale de Gueite »

794

1221

P. de Ponsan, fils d'Arnaud de Coso

Don. totalité du casal dez Cos

  • 78 Je n'ai pas trouvé dans le cartulaire d'indice déterminant pour situer socialement les Sarraute, l (...)

27Ces personnages font partie de la multitude des partenaires des moines de Berdoues qu'on a quelque hésitation à situer dans le spectre de la société astaracaise : strate supérieure de la paysannerie, ou bien toute petite aristocratie villageoise ? Il s'avère que les Labatut, les Lanusse, les Morizo, les Sarrabère, sont possesseurs de dîmes, d'églises ou d'honneurs, et quelques recoupements de données permettent d'établir que les Carde, les Lafitte, les Larroser, les Ponsan, les Samaran appartiennent à la petite aristocratie rurale. En tout état de cause, les donateurs sont bien tous des notables de village78.

  • 79 Cf. H. Richardot, « Le fief roturier à Toulouse... » ; à compléter par P. Ourliac, « A feo dare : (...)
  • 80 Cf. ci-après chap. 6, p. 309.
  • 81 Dans les chartes de Montsaunès, publ. Baby, les concessions à fief de casaux qui apparaissent dans (...)
  • 82 On peut prendre l'exemple du Bitterrois étudié par M. Bourin-Derruau, Villages médiévaux en Bas-La (...)

28Au total, s'il ne résulte pas d’une action organisatrice d'ensemble, le système qu'on voit ainsi fonctionner correspond cependant à un ordre cohérent. Dans les sources gasconnes on est surpris de la rareté du mot fevum, en contraste avec le Midi languedocien et le Toulousain79. Par la suite, passé 1250, la donation ad fevum est plus fréquemment attestée, mais la pensée juridique a alors acquis la maturité qui lui permet de penser le fief comme l'amodiation correspondant à la simple censive, par opposition à la concession ad servicium du casal80. À l’occasion de la transmutation de certains casaux en fiefs la dissymétrie juridique de ces deux entités se fait alors parfois jour81. Tout porte à croire qu'antérieurement c'est le casal qui a joué un rôle privilégié dans le processus de féodalisation de la société rurale en demeurant, simultanément, une concession de nature publique et un rouage de la seigneurie banale. En tout état de cause, l’omniprésence de la tenure ad servicium jusqu'au milieu du XIIIe siècle me paraît constituer une caractéristique majeure de l'histoire sociale de la Gascogne82. Il reste que cette fonction extra-économique (servire) est généralement masquée par la fonction proprement tributaire (reddere), dont elle est indissociable. Le seul impératif de clarté cartésienne à donner à l'exposé des faits me conduit à les présenter séparément.

B. Reddere : le casal, cellule du prélèvement banal

29Dans la grande majorité des cas, l'unique précision qui accompagne la donation d'un casal est debet reddere, ou bien dare. La fonction la plus explicite du casal est de servir d'assiette au prélèvement banal sur la production paysanne. C’est à nouveau le cartulaire de Bigorre qui constitue la source la plus homogène, la seule qui puisse quelque peu pondérer une vision des faits par ailleurs excessivement impressionniste.

1. Les censiers du cartulaire de Bigorre

  • 83 Cependant, en dehors de Lourdes, les censiers du cartulaire de Bigorre tendent à mêler casaux et a (...)
  • 84 Cart. Big. ms Pau A, fol. 7 : une analyse complète des données relatives à Ibos est donnée ci-aprè (...)
  • 85 Ibid. fol. 22-25 : les vingt et un casaux spécifiés dans la liste des cent cinquante-deux censitai (...)
  • 86 Ibid., fol. 2-3 (De censibus de Levitano) : sur la liste de quarante-neuf noms que livre le censie (...)
  • 87 Ibid., fol. 6-7 (Deux rubriques successives : Hec est carta de censibus de Aura, et De censu Aura) (...)
  • 88 Cart. Bigorre, ms Pau A, fol. 28-30 : le document fait suite à une énumération des censives d'Azun (...)

30Dans le censier de Lourdes, les redevances en nature paraissent noyées sous l'avalanche de prestations à finalité militaire qui sont exigées des tenanciers des casaux. Dès qu'on s'éloigne de ce haut lieu de la puissance militaire comtale, le casal retrouve la fonction dominante qui est la plus généralement la sienne : celle d'une unité de production et d'imposition agraire83. Trois sortes de documents sont exploitables. En premier lieu, deux censiers de villages : celui d'Ibos84, celui de Vic-Bigorre85, non datés (mais qui est vraisemblablement du XIIe siècle). En second lieu, deux censiers de vallées : vallée du Lavedan86, vallée d'Aure87 (sans doute de la même époque). Enfin, une recension portant sur quelque quatre-vingts villages du val d'Azun, du val Surguière et du piémont dans le premier tiers du XIIIe siècle, dont on a fait la présentation un peu plus haut. Ce document fait une large place aux casaux comme unités tributaires, et permet d'avoir une vision géographique plus large, avec des informations qui se prêtent à une représentation cartographique (fig. 5, p. 64)88. Une fois noté qu'au-delà des nuances régionales la combinaison dominante reste avoine, poule, agneau, c'est l'importance des fournitures destinées aux chevaux qui est à souligner. En effet, en dehors même de la redevance en avoine qui est quasi universelle, existent quatorze localités où les casaux sont tenus de fournir de la paille, et huit autres où ils sont soumis à une redevance en avoine supplémentaire au titre de l'arciut (gîte). Notons qu'à Vic sont alors recensés dix-huit casaux, soumis à une redevance en avoine, poule et agneau. Ce nombre est assez voisin de celui du plus ancien censier, mais les redevances ont été uniformisées de façon radicale, et l'avoine y tient une plus grande place.

2. Le prélèvement des seigneuries ecclésiastiques sur les casaux

  • 89 La présentation analytique qui suit nécessite quelques explications : 1) les comptages incluent un (...)

31Les informations collationnées à partir de l'ensemble des cartulaires ecclésiastiques se signalent par leur caractère discontinu et leur hétérogénéité. Plutôt que de se risquer à des totalisations pour le moins hasardeuses, on jaugé préférable de raisonner sur les données concernant le périmètre de chacun des centres producteurs de sources. Dans ce cadre fractionné mais cohérent, il est possible de dégager ce qu'on peut appeler le mode de prélèvement dominant, en pointant très simplement les redevances ou prestations dues par une majorité de casaux89.

AUCH

32La documentation

33Nbre : 16

34Dates : 1060-1170

35Observations : Données éparses, à l'exception d'un fragment de censier de Sainte-Christie resté inédit (liste de 7 casaux)

36Les données

37Caractère du prélèvement : essentiellement en espèces

38Formule type : Deux différentes 1) censier Ste Christie : 12 d. pour le porc et 6d. pour le mouton ; 2) chartes éparses : 2d. à 5 s.

39Observations : l'acte le plus ancien (milieu XIe s) fait état d'un régime beaucoup plus lourd (8d. + 8c. de froment + 24 c d'avoine + corvées agraires)

BERDOUES

40La documentation

41Nbre : 17

42Dates : 1140-1258

43Caractère : données éparses seulement

44Les données

45Caractère du prélèvement : essentiellement en espèces

46Formule type : 12 ou 18 d.

47Observations : 3 casaux soumis à l'albergue

MADIRAN

48La documentation

49Nbre : 26

50Dates : env. 1150-1230

51Caractères : une liste de 16 casaux, 6 casaux mêlés à des cens de terres, places et vignes, 4 données éparses

52Les données

53Caractère du prélèvement :seul le cens en espèces est général

54Formules types :1) 6d à 4 s + 1 poule +1 corvée (/sem./quinz. /mois) ; 2), 4d. à 2s

55Observations : deux cas atypiques ; 1 casal soumis à un pesant droit de gîte ; un autre à une combinaison 14d + 2 c. avoine + 2c. vin + 5 pains

SIMORRE

56La documentation

57Nbre : 15

58Dates : env. 1050-1150

59Caractères : deux listes de cens (12 + 3 casaux)

60Les données

61Caractère du prélèvement : essentiellement en nature.

62Formule type : 1m. de blé + 1 m. de vin

63Observations : deux formules minoritaires 1) annone + pains + poule ; 2) vin + pain + poule

SORDE

64La documentation

65Nbre : 90

66Dates : XIIe siècle.

67Caractères : une majorité de listes de cens

68Les données

69Caractère du prélèvement : essentiellement en nature

70Formule type : 3-10 pains + 2 c. d'annone + poule ou porc + corvées

71Observations : corvées agraires souvent détaillées ; formules minoritaires incluant, en combinaisons diverses, mil, avoine, cidre, froment, ou numéraire ; deux cas atypiques soumis uniquement au gîte

SAINT-MONT

72La documentation

73Nbre : cartulaire riche en informations (une centaine d'indications de cens) mais une minorité seulement, soit 13, porte sur des entités qualifiées de casal

74Dates : fin XIe et début XIIe s.

75Caractères : une belle liste de cens, et des indications éparses

76Les données

77Caractère du prélèvement :combinaison nature (principal) – espèces

78Formule type : redevance en froment et en vin (unités et quantités diverses) + taxe sur porc et mouton + poule.

79Observations : les cens portant sur les manses, ou bien les rustici, paisii, villani sont identiques, avec quelques variantes minoritaires : redevances en avoine, redevances sur les gerbes et la moûture

80Cette présentation synthétique ne donne en vérité qu'une vision très simplifiée des choses. En effet, elle exclut des variables explicitées dans les listes les facultés de conversion parfois offertes au censitaire, ainsi que les multiples variations de détail sur les quantités exigées d'un tenancier à l'autre, les différences d'unités employées dans un même censier (setier, muid, concade, charral...), la diversité des unités de mesure d'un lieu à l'autre, et enfin celle des termes de paiement. Le tableau des redevances dues par les casaux présente ainsi une vertigineuse multitude de nuances, entre deux cas de figure extrêmes : celui qui prédomine à Sorde ou à Madiran, qui n'est pas sans rappeler les polyptyques carolingiens et le système domanial, et celui qui voit le seigneur se contenter d'une simple rente en espèces.

3. L'économie des redevances en questions

  • 90 Cart. Berdoues, no 534, 559, 578, 586, 588 (casal vel terra.) ; cart. Sorde, no 26, 27, 109, 160..
  • 91 Cart. Noir Auch, no 96.
  • 92 Ibid. no 156.
  • 93 Cart. Sorde, no 141, 169-172.
  • 94 Voir les exemples énumérés ci-dessous, pp. 87-88.
  • 95 Cart. Sorde, no 18.
  • 96 Cart. Bigorre, ms Pau A, fol. 8 ; cart. Sorde no 162 (équivalence casal 1/2 borie) ; pour la pério (...)
  • 97 Cart. St-Mont (Jaurgain), no 19, 73, 87-28 ; cart. Sorde, no 131, 132, 134. Dans ces deux cartulai (...)
  • 98 Cart. Berdoues, no 559 ; cart. Sorde, no 69.

81De par le système de prélèvement, le casal se rattache à une vaste famille de biens-fonds pour lesquels le concédant, gardant pour lui la propriété éminente (dominium), concède au preneur la propriété utile moyennant le paiement d'une rente fixe. Le cens d'un casal est ainsi tout à fait comparable au canon qu'on exige d'autres entités, aussi diverses que la terre (terra90), la couture91, le jardin92, le fief93, l'honneur94, l'alleu95, la borie96, la fitte97, voire l'église et la villa98. Tout se passe comme si aux XIe et XIIe siècles plusieurs entités différentes avaient été utilisées pour fournir aux maîtres du sol une rente fixe, calibrée par la coutume, ayant pour effet, nous y reviendrons, de créer simultanément un lien d'homme à homme entre le seigneur et le tributaire. Dans cet ensemble, le casal se singularise par deux traits. Le premier est sa large prédominance. Le second est que la présence d'une maison fait du casal une cellule active et non pas un simple instrument du jeu social.

  • 99 À Urdache, près de Sorde, le cens d'un casal qualifié de « petit » représente environ la moitié d' (...)
  • 100 Ibid., no 143, casal de Sance deu Cerer et Arremon Falar.
  • 101 Là encore, on ne dispose que d'éléments de réponse contradictoires : on voit bien au début du XIII(...)

82On est bien entendu dans l'incapacité d'évaluer le poids d'un tel prélèvement dans l'économie des familles des tenants-casaux. On est aussi à la peine pour apporter une réponse claire à certaines questions élémentaires. Existe-t-il un principe de proportionnalité entre le prélèvement et la superficie exploitée ? Il n'est pas toujours clairement établi99 ; et pour tout dire, le fait qu'on ignore généralement si tel casal correspond à une exploitation monocellulaire ou bien à un ensemble de « sous-casaux » interdit tout raisonnement sérieux sur cette question. La nature des redevances reflète-t-elle la nature des productions dominantes ? En gros, probablement. Par exemple, on voit sans surprise l'abbaye de Sorde, entourée de vergers, drainer vers ses celliers d'importantes quantités de cidre, et le prieuré de Saint-Mont, au cœur d'une zone viticole, ponctionner fortement la production de vin. Mais on relève aussi des anomalies : ainsi à Sorde, certains casaux plantés de pommiers doivent-ils un cens en céréales100. En sens inverse, on doit se demander dans quelle mesure ce ne sont pas les sollicitations seigneuriales qui ont orienté la production des casaux101.

  • 102 Cart. Sorde, no 149 : on observe que les casaux béarnais de Carresse, qui, est-il spécifié sont à (...)
  • 103 L’adéquation casal domanial-prélèvement en avoine s’est prolongée jusqu'à l'époque moderne ; cf. p (...)

83Un fait s'impose par contre avec clarté : la constance avec laquelle les casaux du comte de Bigorre doivent supporter une charge en avoine102. Le fait qu'une partie de ces redevances soient présentées comme une substitution au devoir de gîte confirme leur destination militaire. Cette orientation relève d'un fait d'histoire générale bien connu : la puissance de l'ost reposant sur le service de combattants à cheval, l'avoine était naturellement devenue une production d’intérêt stratégique. S'il est donc une distinction qu'on est tenté de faire, c’est celle qui opposerait le prélèvement plutôt « économique » des prieurés et abbayes, et le prélèvement davantage lié au « politique » des princes laïcs103.

  • 104 Cart. Simorre, fol. 381 ; cart. Sorde, no 30 ; cart. Madiran, fol. 181 ; Livre d'Or de Bayonne, no(...)
  • 105 Cart. Sorde, no 46, no 62, no 118 ; cart. St Mont (Jaurgain), no 53, 59 ; cart. Berdoues, no 498.
  • 106 Le prélèvement le plus disparate que nous pensions avoir repéré se trouve cependant correspondre à (...)
  • 107 Cart. Bigorre, ms Pau A, fol. 1 et 19, ms Bordeaux, fol. 1-2 et 27-28 : du XIIe au XIIIe siècle, o (...)
  • 108 Cart. Bigorre, ms. Pau A : fol. 30v°, 31r° ; le censier d'Ibos (fol. 7-8) précise que tel tenancie (...)
  • 109 Ibid., fol. 4v° « Car il est vrai qu'en raison d'un changement de coutumes, il est habituel de voi (...)

84Quelle est la marge de manœuvre du seigneur sur ces redevances ? Elle est limitée. Lors d'une acquisition, on le voit soit exiger que le cens soit aligné sur celui du melior du village104 ; soit, plus généralement, se contenter d'indiquer que la charge est alignée sur celle des autres casaux, ou bien sur la coutume du lieu105. De façon générale, la mobilité et le renouvellement des tenanciers favorisent les réajustements. Ainsi s'expliquent probablement bien des nuances de traitement entre tenanciers d’une même localité106. L’exemple de Lourdes, peut-être atypique il est vrai, révèle que cette mobilité a pu être considérable en jouant dans des sens contradictoires107. Plus généralement, le cartulaire de Bigorre atteste divers cas d'allègements individuels de services consentis par le comte, qui module à sa guise le servicium108. Ailleurs, comme à Vic-Bigorre, le changement de régime qu'on a noté entre le XIIe et le XIIIe siècle ne peut s'expliquer que par une négociation entre la communauté et le comte (processus dont on observera le résultat au siècle suivant, sous la forme des abonnements collectifs). Enfin, là où, loin des yeux du maître, prévalaient des populations fortement enracinées, les redevances des casaux étaient d'une très faible plasticité et la coutume fossilisait le tout. « Car per mudansa de costumas sol los pobles murmurar es solarventar en contra sos capdetz » : cette considération liminaire au récit des mécomptes du comte Centulle dans la vallée de Barèges, où les casaux constituent l'armature sociale dominante, a probablement valeur générale109.

  • 110 Cl. Duhamel-Amado, La famille aristocratique languedocienne, t. 1, pp. 322-323 et 329-330.
  • 111 L. To Figueras, « Le mas catalan au XIIe siècle ».
  • 112 Quelques mentions éparses, surtout aux marges de la région considérée, par ex. dans le cartulaire (...)

85Là est bien sans doute le fait essentiel : la rigidité du système tributaire du casal fondé sur le cens fixe. On cherche en vain l'équivalent de la quarte languedocienne, qui à partir de 1100 est venue considérablement alourdir la ponction seigneuriale110 ; on ne trouve pas trace non plus de l'alourdissement de l'emprise seigneuriale qui caractérise l'histoire du mas catalan au XIIe siècle111. Il est vrai que les cartulaires n'ont généralement retenu du casal que les charges fixes dues au titre du ban, ce qui occulte largement la vision générale de la rente agraire ; on n'y trouve guère d'attestations du prélèvement sur les récoltes effectué par les maîtres du sol sur leurs tenanciers (l’agrier)112. Mais si, pour finir, ces instruments de bonne gestion que sont les cartulaires font la part belle au casal et aux charges banales, c'est assurément que le servicium constitue la clé du système.

C. Servire : les aspects extra-économiques du casal

1. Les casaux au service du comte

  • 113 Le dossier des casaux de Lourdes est inclus dans le cartulaire de Bigorre (Cf. ci-dessus, note 48) (...)

86On a précédemment vu que, d'après le cartulaire de Bigorre, le comte disposait d’un nombre considérable de casaux. C'est le dossier des censiers de Lourdes qui montre le plus clairement l'importance qu’ont pu prendre les fonctions extra-économiques du casal. Il est vrai qu’il s'agit bien d'un cas limite, puisque le castrum de Lourdes constitue l'épicentre de la puissance militaire des maîtres de la Bigorre. Là, il s'avère que le casal constitue avant tout un réservoir de main-d'œuvre pour remplir des devoirs militaires et de basses-corvées de ravitaillement ou d'entretien domestique. Cet important dossier mérite un examen attentif113.

87Les multiples distinctions que les scribes de la curia comtale opèrent entre les différents casaux sont dominées par une double opposition fondamentale : d'une part entre les casaux comtaux et ceux qui ne le sont pas, de l'autre entre les casaux « francs » et ceux qui sont dits serviciales. À quoi correspondent ces deux critères, et dans quelle mesure se recouvrent-ils ?

  • 114 Le cartulaire de Bigorre révèle sur cette question une ambiguïté redoutable, puisque, tantôt le le (...)
  • 115 Pour la première liste de cens, qui comporte 75 casaux, la combinatoire des statuts et des devoirs (...)

88La franchise est rarement absolue. Dans le plus ancien censier de Lourdes, le statut de franchise va de pair avec le service d'ost, la juridiction directe, et il peut s'accommoder du paiement d'un cens114. La franchise comme le service d'ost sont par contre incompatibles avec une forme de servicium que, par élimination, on voit s'identifier avec les munera sordida, les corvées, versant ignoble du service. Au-delà de la multitude de cas de figure et de combinaisons que révèlent de listes de cens115, le fait majeur est bien celui-ci : au XIIe siècle, le servicium dû au titre du casal est pour une minorité – les quatorze sur soixante-quinze d'entre eux qui sont assujettis à l'ost et à la chevauchée – un service valorisant, tandis pour tous les autres, il est une servitude. Or, cette situation disparaît au siècle suivant : plus aucun casal n'est qualifié de franc, ni astreint au devoir de Lost, et les obligations de service consistent uniquement en des corvées.

  • 116 Cf. notamment le censier d'Ibos (Pau A, fol. 7-8).
  • 117 Ms Pau A, fol. 7, 8, 29v°.

89C'est donc par le fait d'un décalage sémantique que les casaux qui dans le reste du document se trouvent soumis au servicium sont appelés censals, puisqu’à lui seul le cens n'abolit pas la franchise. Ils doivent en fait un panachage très variable de redevances et de prestations. Cette obligation de service est graduée, de par la volonté du comte : tot servici, la meitad del servici, exonération d'une part du service116. Il arrive que le comte justifie un abattement, ou qu’il abolisse le service par souveraine volonté, pour récompenser un bon serviteur. Si le carrai (charroi), substitut du service d'ost, ou dans nombre de localités le gîte (arciut) constituent un service normal de bien des censitaires, une minorité de casaux sont astreints à des munera sordida de nature plus particulière. Certains tenanciers ont en charge des travaux domaniaux ou domestiques particuliers : faire du feu dans la « salle », laver le linge du seigneur (lavar las toalhas), garder les bois, faucher les prés du château117.

  • 118 Ibid. fol. 19.
  • 119 Ibid., fol. 29.
  • 120 Ibid., fol. 1v° : Lo casal que es a la porta don Hetz Arid debet las granolhas far carar ; service (...)
  • 121 Ce droit fut, on le sait, rendu célèbre par le discours de l'« obscur député bas-breton » Le Guen (...)
  • 122 Je ne prétends nullement que tel fut partout le cas, cf. J. Schneider, « Le droit de grenouillage (...)

90Enfin quelques casaux ont à assumer des services impliquant franchement la souillure ou l'humiliation : s'occuper du gibet118, apporter la pâture aux chiens du comte, épandre le fumier119, et surtout, faire taire les grenouilles dans les fossés du château de Lourdes120. On connaît le destin de cette étrange mission, promue lors de la Révolution au rang de symbole de la « barbarie féodale », conjointement avec le droit de cuissage121. Dans un premier mouvement, on incline à y voir la manifestation des dérisoires perversions d'un pouvoir émietté ; or en Gascogne, elle semble inattestée en dehors de ce contexte purement comtal122. Ne s'agirait-il pas, plutôt, d'une affirmation symbolique de l'incomparable majesté du pouvoir comtal au sein de l'ordre féodal, capable d'humilier les hommes qui le servent, comme aussi de les élever ?

  • 123 Sur le servicium carolingien, cf. R. Le jan, Famille et pouvoir..., p. 118.
  • 124 For de Bigorre, Fourgous et De Bésin éd., préambule et art. 2 : le comte y reçoit le serment aussi (...)
  • 125 Ms Pau A, fol. 2 (Carta de casalibus de Laveda qui debent facere ostem comiti, et charte intitulée (...)

91Dans la même ligne qu'un servicium conçu d'une manière qui évoque un climat post-carolingien, le casal paraît avoir constitué jusqu'au XIIe siècle en Bigorre un des rouages du service de l'ost comtal123. Cependant on a le sentiment d'être ici en présence d'un héritage localisé. Sur les soixante-quinze casaux qui sont dénombrés à Lourdes vers le milieu du XIIe siècle, treize sont voués à ce service, et trois des huit personnages tenus à l'ost le font au titre d'un regroupement de deux à quatre casaux. Enfin le censier du siècle suivant ne recense aucun casal de ce type. Dans la vallée du Lavedan, qui jouit d'un statut particulier124, le système semble avoir partiellement fonctionné sur cette base : les casaux constituent pour moitié l'assiette du service militaire, aux côtés d'entités indéterminées, mais aussi d'une boarie, d'un honor, d'un domeg (maison noble), d'une église125.

  • 126 Le fol. 6 du ms de Pau A, comporte trois achats de casaux.
  • 127 Ms Pau A, fol. 12, et ms Bordeaux, fol. 19 (cf. ci-après, pp. 102-103).
  • 128 Ms Pau A, fol. 31 (1256).
  • 129 Ms Pau A, fol. 25, 1238 : Notum sit presentibus et futuris quod super demanda quant Ramundus Guill (...)
  • 130 Ms Pau A, fol. 4v°.

92Hormis cette fonction militaire résiduelle, ou transmuée en corvées de charroi, le casal apparaît également parfois comme un outil de nature politique. À plusieurs reprises l'acquisition d'un nouveau casal a paru digne au scribe d'être retranscrite126, et l'achat de la villa de Pouzac est fortement corrélée avec le contrôle des turbulents casaux qui la composent127. À l'inverse on voit le comte aliéner certains casaux pour rétribuer les services de serviteurs fidèles128, ou encore pour désarmer les prétentions de Raimond-Guillaume de Soule sur le château de Vidalos129. Mais c'est l'affaire des otages de la vallée de Barèges, dans les premières années du XIIe siècle, qui illustre le mieux le rôle fondamental que joue le casal dans le monde des vallées130.

  • 131 Le premier casal barégeois mis à contribution fait l'objet d'un formulaire complet (qui est ensuit (...)

93Pour garantir sa sécurité lorsqu'il va dans cette vallée hostile pour y rendre la justice (playdeiar), le comte a imposé depuis une époque reculée (ab antiquitate) comme coutume la remise de quarante otages par les habitants. L’unité chargée de fournir les otages est le capcasal. On voit ce terme, dont le contenu matériel nous a précédemment échappé, prendre un sens général très clair : il s'agit d'une entité exerçant organiquement une prééminence ou une domination sur des entités subalternes explicitement assimilées à des « membres »131. La liste des capcasaux se conclut par la formule qu'on peut ainsi traduire : « et tous ces otages seront pris parmi les meilleurs hommes des casaux, au choix du comte ou de la comtesse ; et si un des otages mariés venait à mourir, qu'il soit remplacé par un autre homme marié... ». À la suite de nouveaux incidents et d'une tentative avortée pour augmenter le nombre d'otages, les Barégeois obtinrent un réaménagement complet du système. Désormais, lorsque le comte entrera dans la vallée, les otages convenus lui seront remis no de costumadas masos, mas de cascuna vila (« non pas par les maisons accoutumées, mais par chacun des villages »). On reviendra sur cette précoce identification du casal à la « maison », entendue comme personne morale.

94Au total, on ne saurait tenir pour négligeable le rôle militaire et politique du casal. Il faut pourtant bien le relativiser. C'est que, d'une part, la majorité des actes relatifs aux obligations d'ost ou de gîte ne se fondent pas sur le casal, et que, de l'autre, il ne fait aucun doute que la majorité des casaux ont une fonction essentiellement tributaire. Dans les listes des censiers comme dans les terroirs, on les trouve mêlés à d'autres entités – manifestement simples tenures paysannes – que les textes laissent dans une épaisse pénombre. Et à en croire la teneur des cens, il s'agit dans presque tous les cas d'unités de production fort comparables.

95Ainsi donc, en simplifiant, l’examen du cartulaire de Bigorre révèle que pour le comte, les casaux ont une triple fonction : dans les vallées, ils constituent des partenaires politiques ; à proximité des centres du pouvoir, ils forment des unités souplement utilisées à la manière de fiefs d’offices pour fournir, prioritairement, des services, tant honorables que vils, et domestiques que militaires ; enfin dans le piémont, ils remplissent avant tout une fonction tributaire et s'identifient largement à des tenures paysannes. Dans ce dernier cas, ils ne se distinguent sans doute que très faiblement des casaux qui se trouvent entre les mains des autres seigneurs, tels que nous les donnent à voir les cartulaires ecclésiastiques.

2. Le casal parmi les rouages de la féodalité

  • 132 Cart. Lézat, no 372 : dès 986, la donation de l'honneur ou casal de Adeilhac se double de l'établi (...)

96Le servicium demandé aux possesseurs des casaux seigneuriaux est-il de même nature que celui qu'exige le comte ? Si les seigneuries ecclésiastiques ne demandent pas aux possesseurs de casaux un service d'ost et de chevauchée, elles ont précocement récupéré une partie des devoirs militaires de nature publique liés à cette structure, et principalement le droit d'albergue132.

  • 133 Dans le Languedoc, pareillement, le devoir d'albergue n'incombe qu'à une minorité de manses assimi (...)
  • 134 Près de Sorde, Arnaud Garsie de Lafitte est tenu à un lourd service d'albergue ob casalem (Cart. S (...)
  • 135 ADHG, St Bertrand de Comminges, 3G 26, original non daté (XIIe s) : Porcellus de Marinag et frater (...)

97Ce devoir de gîte est loin d’incomber à la totalité des casaux133. On repère aisément dans divers cartulaires un certain nombre de casaux qui se distinguent en cela fortement de la majorité des autres134. Or, les seigneuries ecclésiastiques ne sont pas les seules à avoir accaparé ce droit de nature clairement publique. Plusieurs bribes documentaires nous confirment que des seigneurs de village ont également capté ce droit public, par exemple les sires de Marignac, en Larboust135, et bien d'autres encore aux alentours de Montsaunès. Les droits dérivés de la fonction militaire du casal se trouvent largement diffusés dans l'aristocratie rurale.

  • 136 Cart. Saint-Savin, no 6 : Ego Arnaldus abbas Sti Savini...dividi unum casale in duas partes, quod (...)
  • 137 Cart. Noir Auch, no 105 : l'éditeur a raison de noter que le donateur, Pierre de Gavarret (village (...)

98En dehors de ceux qui étaient voués au gîte, on reconnaît sans peine d'autres casaux affectés – du moins à l'origine – comme revenu d'une fonction publique, à commencer par le casal vicarial dont on a quelques mentions. Il peut correspondre à un instrument de gestion abbatiale, comme à Saint-Savin, vers 1050, où l'abbé Arnaud se livre à une opération complexe sur le casal appelé Begaria136. Mais il peut se trouver totalement déchu de sa vocation première, ainsi ce casal vicarial de Betpouey, en Magnoac, sur lequel en 1205 un seigneur de village constitue une rente en faveur du chapitre d'Auch137.

  • 138 Dans les pays gersois, par exemple, les casaux d'« abadies » sont moins fréquents et paraissent te (...)
  • 139 Le seul ouvrage de fond sur cet important phénomène concerne le Lavedan, et est déjà ancien : J. B (...)
  • 140 Cart. Bigorre, ms Pau A, fol. 25 : lors de la transaction de 1238 relative au château de Vidalos, (...)
  • 141 Ibid., fol. 7 v° : le censier d'Ibos s'ouvre par la liste des abbadies (las abbadias C. modios de (...)

99Dans le même registre, il faut faire un sort aux casaux appelés de Abbatie, Abadia. Ils se trouvent liés à une institution qui caractérise les pays du piémont occidental des Pyrénées138 : les abbés lais, décimateurs et patrons de leur église, qui jusqu'à la Révolution française tiendront leur rang parmi la petite aristocratie. Il s'agit, du moins partiellement, d'un héritage carolingien139. Ces personnages semblent avoir reçu à l'origine en bénéfice un casal, qui à partir de la fin du XIe siècle apparaît sous le nom de casal de Abbadia. Il en est plusieurs fois question dans le cartulaire de Bigorre140, et on les voit notamment prendre place en tête d'une énumération de casaux141.

  • 142 M.G.H., Capit., II, 277, c.10 (819) ; Le Jan, Famille et pouvoir..., p. 120.
  • 143 Cart. Sorde, no 8.
  • 144 La seule difficulté étant de savoir si les églises privées, les plus nombreuses, ont systématiquem (...)
  • 145 Dans ce même cartulaire, on voit un certain Baldus de Olms donner le casal de ecclesie quod pertin (...)
  • 146 Cette tendance se vérifie dans le cartulaire de Bigorre : vers la fin de la liste des casaux du La (...)

100Très voisine semble être l'origine du casal de l'église, équivalent du manse presbytéral, dot de l'église théoriquement normalisée par les capitulaires carolingiens142. Un acte de Sorde du début du XIIe siècle narre comment l'abbé, aidé par le vicomte de Béarn – choheredes de illa ecclesia – a évité la mainmise sur l'église de Rivehaute et son casal par la dame du lieu143. Mais l'appropriation par l'aristocratie villageoise, légitime ou usurpée, semble avoir constitué un cas de figure fréquent144. Du cartulaire de Berdoues, on a extrait un peu plus haut une première liste, qu'on peut aisément allonger145. À l'existence de casaux d'église possédés par des seigneurs de village et à la présence d'églises dans certains casaux s'ajoute un dernier fait notable : la tendance qu'ont les scribes de certains cartulaires à différencier faiblement, en termes de valeur tributaire, casal et église146.

  • 147 Pour l’époque carolingienne, cf. Le Jan, Famille et pouvoir..., passim ; du Xe au XIIe siècle, ce (...)
  • 148 Voici la liste des occurrences dans lesquelles les deux mots figurent dans une même phrase : Lézat (...)
  • 149 Cart. Saint-Savin, no 40, 43.
  • 150 Cart. Sorde, no 11 : honneur astreint au paiement d'un servicium ; no 69, honneur astreint au trib (...)
  • 151 Saint-Mont (Jaurgain), no 61 : honor sub parvo censu constitutus.
  • 152 Livre vert de Bénac, no 20 (vers 1140) : « ... consilio consulis, XII casales, et medietatem de la (...)

101La reconnaissance un peu systématique des limites du champ sémantique du mot casal permet de mettre au jour tout un jeu de chevauchements complexes entre casal (plus rarement, mansus) et honor, mot qui appartient originellement au registre du pouvoir public et à la sphère sociale des dominants147. On peut aisément dresser une première série d'occurrences dans lesquelles, casal et honneur directement apposés, se situent mutuellement et indifféremment comme ensemble et sous-ensemble148. Par ailleurs, les cerisiers de Lourdes ou Simorre, on l'a relevé au passage, placent l’honor sur le même plan que le casal, tandis que d'autres chartes de Saint-Savin149, Sorde150, ou Saint-Mont151 attestent qu'entre ces deux mots s'établit couramment une situation d'équivalence. Ajoutons que par rapport à la « domenjadure » (lat. dominicatura) et à la « caverie » (lat. militia), unités proprement féodales, le casal apparaît comme une entité divisionnaire, mais de nature comparable152.

  • 153 Cart. Berdoues, no 578, 586.
  • 154 Cart. Noir Auch, no 159 (1234).
  • 155 Cart. Lézat, no 1031 (1194), 1095 (1102)...
  • 156 Cart. La Réole, no 57 (1080).
  • 157 Il faut dire que l'usage même du mot curtis est rare, et que, dans certains cas, il a pu simplemen (...)

102Peu fréquentes sont les rencontres du casal avec les autres vocables progressivement passés après l'an mil du registre public au registre féodal. On a eu l'occasion de dire que le feudum et le casal avaient fini par être considérés comme deux entités relevant, dans le complexe des rapports féodaux, de deux sphères de droits distinctes. Cependant, avant que les juristes du XIIIe siècle établissent une rigoureuse taxinomie, les contaminations et interférences ont été monnaie courante. Ainsi observe-t-on qu'à Berdoues feudum peut parfois désigner le cens ou le servicium d'un casal153, relève-t-on dans le cartulaire d'Auch un feodum que appellatur casalis154, et note-t-on qu'à Lézat quelques casaux sont concédés ad fevum ou ad feodum155. Pour le bénéfice, la liste est encore plus courte, et à peine le cartulaire de la Réole offre-t-il une attestation de manse tenu in beneficio156. Enfin, le casal et la curtis ne se trouvent jamais associés dans nos textes, de sorte qu'on ne sait trop comment ces deux entités se situent mutuellement157.

  • 158 Cf ci-dessus, chap. 1, p. 48.
  • 159 Cart. Saint-Mont (Jaurgain), no 44 (début XIIe s.) : il s'agit de la noticia possessionum du monas (...)
  • 160 Cart. Sorde, no 50, no 102 : casal ubi fecit mansum ; à noter aussi ibid., no 147 mansum sive gran (...)
  • 161 Dans la donation primitive (no 23, 1072-1105), il n'est question que de manses ; dans tous les act (...)
  • 162 En Basse-Auvergne, G. Fournier, Le peuplement rural..., pp. 223-229, montre que la casa peut domin (...)

103J’ai été conduit à associer à plusieurs reprises dans l'analyse le manse au casal, tant il est vrai que ces deux mots paraissent désigner une seule et même réalité. Cependant, je m'en suis déjà expliqué, il est tout aussi vrai que, chacun de ces mots présentant un spectre sémantique assez distendu, il est à identifier par son contexte158. Une enquête sur l'usage respectif de ces deux vocables par les scribes gascons n'est donc pas inutile. Des quelques mentions éparses qu'on glane à Saint-Sever et à La Réole, on ne peut tirer aucun enseignement. À Saint-Mont, le manse apparaît concurremment avec le casal, dans la proportion d'un tiers des occurrences, et les deux mots ne sont employés qu'une seule fois dans le même acte, le casal semblant renvoyer à une entité récente et remarquable159. Enfin, à Sorde, on pointe trente-sept actes où il est question de casaux, et dix où est cité le manse. Les deux entités ne sont mises en jeu simultanément qu'à deux reprises, et à chaque fois le manse est présenté comme un sous-ensemble du casal160 ; par ailleurs, le dossier de Saint-Cricq montre clairement que le mot casal est venu se substituer à celui, plus ancien, de manse161. Il se vérifie donc que les scriptoria qui, au contact des deux aires, ont l'un et l'autre mot dans leur répertoire, répugnent à les employer indifféremment dans un même acte, et, quand ils le font, c'est plutôt pour distinguer le casal comme une entité plus récente ou plus importante162.

  • 163 Cart. Bigorre, ms Pau A, fol. 25 : en 1238, lors de la renonciation du vicomte de Soule au château (...)
  • 164 Cart. Bigorre, ms Pau A, fol. 8 et 9 : le cens des porcs est tantôt perçu par villages ou par casa (...)
  • 165 Au XIIe siècle, la prégnance des biens tenus ad servicium est devenue si forte que les possesseurs (...)

104Au bout du compte, c'est par le casal que le complexe féodal vient s'enraciner profondément dans la société rurale gasconne. Rarement il est vrai, il advient que le casal soit partie prenante dans le grand jeu des pouvoirs163. Plus couramment, il se mêle à la viguerie, l'abadie, le « domec », l'honneur ou l'église. Fortement associé à l’exercice du pouvoir public d'un côté, il participe, de l'autre, d'un émiettement des revenus et attributs du ban qui vient saupoudrer une très large couche de bénéficiaires. Par capillarité, le casal en vient ainsi à toucher aux composantes de la structure agraire telles que la terre, la « borie », la « couture », la « fitte ». Ambivalence sociale, mais ambivalence matérielle aussi : en bien des endroits, et semble-t-il surtout dans le monde des vallées, le casal est à la fois maison et village164. La position du casal est ainsi doublement centrale. Il constitue, on y reviendra, la cellule fertile d'une société où toute maison peut, en en dominant d'autres, secréter un embryon de village. Il constitue la structure pivot d'une société dans laquelle l'obligation de servicium qui s'attache à la possession d'un nombre considérable de biens crée un inextricable réseau de liens de dépendance165. Et par le servicium le casal se trouve aussi lié de façon privilégiée à la question du servage.

III. Le servicium du casal et le servage des hommes

  • 166 Soit pour s'en réclamer, soit pour s'en distinguer, tous les travaux récents se situent dans le pr (...)

105Le casal constitue le support matériel essentiel du servage gascon. Avant d'en reprendre l'étude, il convient de faire rapidement le point sur ce que les cartulaires donnent à connaître de la question du servage dans la région considérée. Je le ferai sans ignorer les apports de la littérature historique sur cette question – elle est en plein renouveau166, mais en donnant la priorité à l’analyse lexicographique du corpus gascon.

A. La servitude : mots, formes, et degrés

106S'agissant des dominés, les actes des cartulaires mettent en jeu trois sortes d'entités : des individus (paisius, rusticus, villanus, ou simplement homines, partiellement sinon totalement identifiables à des paysans), des assiettes tributaires (casal, ou simplement terra), et des charges (principalement census et servicium). Il y a là un complexe lexicographique relatif à la dépendance qu'il faut naturellement envisager comme un tout. Les opérations dont les scribes consignent la mémoire sont fréquemment des donations, des achats, des mises en gage, des échanges de paysans. Le commerce que font les seigneurs de ces personnes, liées ou non à leur bien et à leur charge, est, avec le caractère héréditaire de leur condition, la manifestation la plus immédiatement observable de leur aliénation. Au-delà, l'analyse me semble pouvoir être poussée dans plusieurs directions.

  1. Il est relativement courant de trouver des actes mettant en opposition le pagesius et le liber, le rusticus et le francus. Or, dès que les sources deviennent tant soit peu explicites, on apprend que la franchise demeure toujours relative (v. ci-dessus, p. 81), et que la condition des libres implique une part de servitude (notamment dans les Fors de Bigorre)167.
  2. La cohérence de ce complexe lexicographique relatif aux hommes des casaux est variable suivant les sources. Prenons ici l'exemple des deux cartulaires de Saint-Mont et de Sorde. À Saint-Mont, paisius, villanus, rusticus, manse et casal, census et servicium, forment un complexe globalement cohérent, et le miles est explicitement opposé au paisius168. A Sorde, où le scribe recourt en outre aux classiques tributum et vectigal, on a davantage de peine à s'y retrouver. Les différents lexèmes, qui semblent à première vue interchangeables, sont en effet parfois mis en opposition169 ; tout comme à Lourdes, le cens n'y est pas exclusif de la franchise170, alors qu’il définit ailleurs le rusticus171 ; enfin, un seigneur (dominus) peut y être soumis au cens sicut uni de rusticis, et un chevalier (miles) au versement d'un tribut172. En bref, une fois dressé le tableau des passerelles et des incompatibilités, la seule astreinte servile qui reste exclusivement paysanne est la corvée (opus servile)173.
  3. Les origines et des fondements du lien servile sont complexes. Les textes permettent de repérer dans la pratique les trois cas de figure élémentaires par ailleurs bien identifiés par les juristes :
    • l'autotradition d'une personne ou d'une communauté (subditio, mancipatio), qui semble impliquer la descendance des intéressés174 ;
    • la servitude personnelle liée à naissance (pro nativitate175), transmise semble-t-il par l'un et l'autre sexe176 ;
    • la servitude due en vertu de la possession d'un bien qualifié de servicialis177. C’est le cas de figure identifié par Georges Duby dans le Mâconnais comme étant « la dépendance personnelle pour prise de mas »178. À Berdoues est clairement attestée une procédure permettant de mettre un terme à un tel lien en cas de renonciation par l'intéressé à la jouissance du bien en question179.

107Même s'il est assuré que ces cas de figure se sont superposés et largement contaminés, le distinguo servitude personnelle-servitude réelle ne s'est pas sitôt effacé des consciences. Dès avant le milieu du XIIIe siècle, il n'est pas indifférent de constater que le seigneur peut souvent disposer de la personne du rusticus, qu'il donne ou vend à sa guise avec son casal, mais qu'ailleurs, on l'a vu, le lien de servitude disparaît dès lors que cesse la jouissance du bien en raison duquel ce lien existe.

  • 180 Aspect bien mis en relief pour le Comminges par A. Cabanis, op. cit., pp. 115-116. Une des rares d (...)
  • 181 Cart. Sorde, no 143 (1150-1167) : cinq des vingt-cinq rustici... sive casa (u)s de la villa de Sai (...)
  • 182 Cart. Sorde, no 58.
  • 183 Liber Miraculorum ipsius, publ. J. Contrasty, p. 228 ; dans les actes de la pratique commingeois l (...)
  • 184 C’est en dehors du cadre des casaux qu'on peut le plus sûrement apercevoir quelques silhouettes de (...)

108Dans la forme qu'il revêt très majoritairement dans les actes des cartulaires le servage gascon se caractérise en définitive, antérieurement au XIIIe siècle, par l'absence des formes ritualisées (hommage servile), par la rareté des prohibitions et incapacités180, et par le fait qu'il consiste essentiellement en des obligations spécifiques (cens, service, corvées), liées à une cellule de production. Or, dans l'esprit même des scribes, il semble qu'il ne s’agisse là que d'une des deux formes que pouvait prendre alors la dépendance non honorable. Telle est, pensons-nous, la raison de la quasi absence dans les chartes du mot servus, parfaitement connu, par ailleurs, dans les scriptoria. Les actes de Sorde se prêtent à cet égard à une intéressante analyse lexicographique. On y trouve deux occurrences du mot servus. La première comporte une connotation d'archaïsme181, et la seconde renvoie à un sens péjoratif bien particulier. Il s'agit d'une notice, datée du début du XIIe siècle182, qui rapporte la triste histoire des enfants de Guilhem Raimond, confiés en bas âge à leur cousin Dat Arnaud de Mixe qui trahit sa mission de tuteur, et, sicut rapax, pueros non sicut nepotes sed servos nutrivit. La connotation qui inspire le scribe apparaît clairement : le servus est le serf domestique, dépossédé de tout bien propre et réduit à son état par la violence. Et, à une époque à peine plus tardive, c'est avec le même sens de serviteur qu'est mis dans la bouche de saint Bertrand ce mot servus lorsque, selon l'auteur du Livre des Miracles, l’évêque de Comminges apostrophe dans une maison les serviteurs du chef de famille (servos patris familias)183. Aux yeux des scribes, la seule condition qui, dans la société qui est la leur, mérite sans hésitation possible le nom antique de la servitude est celle des serviteurs domestiques. Mais ce personnel totalement aliéné n'intéresse guère les scriptoria qui se préoccupent d'enraciner durablement par l'écriture la puissance temporelle des monastères. Au total, la présence des hommes de corps reste difficile à discerner dans les textes184, avant que leur existence ne se révèle, en négatif, dans les chartes de coutumes généralement postérieures au milieu du XIIIe siècle (cf. ci-après, chap. 5).

  • 185 P. Ourliac, « L'hommage servile... », et « Le servage à Toulouse... », op. cit., à compléter et à (...)
  • 186 P. Freedman, The origins of Peasant servitude.
  • 187 A. Cabanis, op. cit.

109Il est vrai que dans les premières années de ce siècle on relève, dans l'aire d'influence toulousaine, une brusque multiplication des hommages serviles prêtés par des homines de corpore et de casalagio, ou bien de corpore sine casalagio185. Cette flambée peut être analysée, à la fois, comme le prolongement d’un processus bien observé en Catalogne186, et, avec Paul Ourliac, comme une adéquation de la société à la crise qui accompagna la croisade albigeoise. Durant ce court moment, on élabora une définition institutionnelle du servage amalgamant la servitude personnelle et le servitium du casal. Dans le Comminges ce mouvement connaît son temps fort pendant la première moitié du XIIIe siècle, et se poursuit en décélération passé 1250187 ; dans le restant de la Gascogne l’institutionnalisation du servage, limitée dans l'espace, est aussi plus tardive, et le moment décisif se situe, on y reviendra, dans les décennies 1250-1330.

  • 188 Cart. Montsaunès, no 76 (1164-1168).
  • 189 ADG I 20805, chartes de Pessan, deux occurrences : De Galbisano, et De sancto Licerio (XIe siècle)
  • 190 J.-J. Larrea, Peuplement et société en Navarre..., pp. 871-886.
  • 191 P. Freedman, The origins of Peasant servitude... ; L. To Figueras, « Le mas catalan du XIIe s. ».

110En définitive, au sein de la société gasconne la servitude du casal apparaît comme une dépendance relative et une dépendance de nantis relatifs. Cette relativité vaut aussi vis à vis du monde extérieur. Dans la géographie du servage du Moyen Âge central, les hommes des casaux gascons ne sont probablement pas les plus mal lotis. On trouve bien quelques formulaires qui disent l'anéantissement de la liberté du serf, qui devient l'homme du seigneur pro tota ejus voluntate facienda188 ou pour accomplir un servicium justum vel injustum189 ; mais rien dans notre corpus n'atteste, entre le milieu du XIe et la fin du XIIe siècle, une multiplication des violences et des astreintes comparable à celles que l'historien répertorie dans la toute proche Navarre190, ou dans la Catalogne en marche vers le système de la remensa191. S'il est une impression qui se dégage des sources antérieures au début du XIIIe siècle, c'est plutôt celle d'un certain blocage du jeu social. Mais j'y reviendrai. Il convient pour l’instant de poursuivre l'analyse du contenu humain des casaux à partir du lexique des cartulaires. Deux pratiques se partagent l'aire gasconne : une partie des sources parlent des pagenses, rustici, ou villani ; les autres se contentent d'utiliser le terme très général de homines. Cette dualité m'a dicté le plan à suivre.

B. Pagenses, rustici, villani

  • 192 Ibid., no 70 ; de même l’acte 48 livre, indirectement, cette équivalence.
  • 193 Les principaux exemples ont été donnés ci-dessus (pp. 87-88) ; c'est le cart. Noir d'Auch, no 27, (...)

111On a vu que ces vocables sont utilisés de façon largement interchangeable dans de nombreux cartulaires. Leur identification au manse ou casal est très forte, et prend une tournure extrême avec l’équation mansum id est rusticum énoncée dans le cartulaire de Saint-Mont192. On en vient donc à se demander si on est en droit de restituer systématiquement la présence d’un casal derrière les occurrences du type « Tel seigneur a donné tel vilain », ou bien « le cens de tel vilain est... ». En toute rigueur, j'ai considéré que non. En effet, s'il s'avère que le casal est quasiment toujours tenu par un individu appelé selon les cas pagensis, rusticus, villanus, ces personnages peuvent tout aussi bien se trouver à la tête d'unités portant un autre nom : « fitte », « terre », « borie », « couture », voire même « honneur »193, et redevables de cens comparables.

  • 194 Agricola : c'est le vocable le moins rare. Trois attestations se rapportent à la fin du XIe siècle (...)

112Il m'a paru intéressant de faire un pointage des occurrences autres que la trilogie pagesium, rusticus, villanus pour désigner les hommes des champs. De la liste que permettent d'en dresser les cartulaires, et qui n'est pas bien longue194, se dégagent quelques remarques intéressantes : 1° ces mots couvrent une plage sémantique commune avec les désignations majoritaires (l'idée de résidence, et, accessoirement, celle de possession) ; 2° ils ne se rapportent que de façon minoritaire aux manses et aux casaux ; 3° ils renvoient à plusieurs reprises au travail concret de la terre ; 4° ils ne comportent que rarement une idée de redevance ou service. En bref, et on n'en sera pas surpris, les cartulaires privilégient le lexique propre à désigner le contribuable ou le sujet. Et c'est seulement dans les interstices de l'action de la seigneurie qu'à l'aide d'autres mots il est fait incidemment mention d'hommes qui cultivent la terre, ou simplement habitent un coin de campagne. Ces désignations minoritaires nous placent donc dans un champ lexical intermédiaire entre celui qui est propre aux cartulaires, et celui qui est utilisé dans les textes normatifs ou littéraires.

  • 195 Cart. Sorde, no 163.
  • 196 Cart. Madiran, fol. 224 (début du XIIIe s).
  • 197 Cf. le jugement d'H. Lefebvre pour la vallée de Campan : « Les membres tombés sous les rapports fé (...)

113Il faut donc prendre en compte ce biais pour restituer la place qu'occupent les personnages désignés comme « pagès », « rustre » ou « vilain » dans la société villageoise. On ne sait si le casal était absent des villages peuplés d'hommes libres dont parle l'article 16 des fors de Bigorre. Ailleurs, l'existence au sein d'une communauté d'un groupe de rustici qui servent les intérêts de leur seigneur a pu provoquer quelques frictions195. Il reste qu'en général, les deux classes juridiques cohabitent de façon d'autant plus souple que libres comme vilains n'échappent pas au cens et que les intermariages et les changements de statuts ne sont pas décrits comme faits extraordinaires. Le cartulaire de Madiran en fournit un bel exemple, avec cet Arnaud de Loi, liber et istius villae indigena, qu'on voit épouser la fille d'un des « hommes » de l'abbaye196. Un fait est patent : les hommes tenant casal, et en tant que tels soumis au servicium, sont membres des communautés de vicini qu'on trouve dans certains secteurs de la Gascogne précocement organisées197.

  • 198 Cart. Lézat, no 186.
  • 199 Cart. St Mont (Jaurgain), no 53, 59.
  • 200 Cart. Condom (cop. Gardère), p. 27.
  • 201 Cart. Bigorre, ms Pau A, fol. 30 ; sur la coutume des manses en Languedoc, cf. Bourin-Derruau, Vil (...)

114Le recoupement entre la sphère du casal ou du manse et celle des « voisins » est précocement attestée par quelques actes de Saint-Mont et Lézat. Ici, un acte du Xe siècle dans lequel est donné un casal comportant un territoire dont les donateurs sont vicini198. Là on lit par exemple que le service d'un manse, en 1075, doit être rendu sicut vicini, et ailleurs, que les oublies doivent être acquittées sicut vicini eorum199. Le casal est donc inclus dans les compétences et les préoccupations de la communauté qui exerce son contrôle sur le droit de la terre. C’est cette compétence qu'il faut probablement reconnaître dans l'intervention des vicini ruricolis qui à la fin du XIe siècle, selon le cartulaire de Condom, furent consultés par deux pélerins désireux de s'établir dans un village200. Ce pouvoir sur les casaux concurrent de celui du seigneur trouve à notre regard son point limite à Juillac, près de Tarbes, où le cens des trois casaux que compte cette très modeste localité, vers 1238, est fixé au for e costuma de Julha201.

  • 202 Cart. Madiran, fol. 220 : pour financer la reconstruction d'un portique incendié, le prieur Odon d (...)
  • 203 Cart. La Réole, no 72.
  • 204 Cart. Sorde, no 150 (1010-1032).
  • 205 Ibid., no 80, 108, 113 (voir aussi cart. Berdoues no 731).
  • 206 Ibid. no 1 (avant 1105).
  • 207 Ibid., no 181 (1172).
  • 208 Ibid., no 25 (1072-1100).

115Manifestement, pas plus que les paysans travaillant effectivement la terre, les « voisins » ne constituent une préoccupation majeure des scriptoria. On dispose toutefois de suffisamment de données pour constater que c'est dans le cadre de communautés villageoises actives déjà constituées que prennent place les casaux et les rapports économiques et extra-économiques qu’ils impliquent entre seigneurs et paysans. Le scribe de Madiran juge utile de rapporter qu'en plusieurs occasions l'ensemble des voisins ou du peuple ont été consultés, et sous son calame, est évoquée leur masse faisant contrepoids au groupe des chevaliers202. À La Réole également, on apprend que la communauté des voisins est parfois appelée à jouer un rôle d'arbitrage203. Enfin, c'est le cartulaire de Sorde qui est le plus riche en notations sur cette vie communautaire rendue par les termes de vicini, parrochiani, populus : règlement de l'activité pastorale d'un village204, approbation du règlement d'affaires importantes205, construction d’une nouvelle église sur la terre d'un seigneur206, opposition à une tentative de restauration seigneuriale d'une église disparue207, pression pour exiger la destitution d'un prêtre homicide208.

116En somme, la réalité du casal se situe à l'intersection de deux registres inégalement accessibles au regard de l'historien. Le premier est celui du rapport seigneurial : affaire de lien personnel de sujétion, de service, de tribut, abondamment documentée. Le second est celui de l'organisation économique et sociale des communautés rurales sur laquelle pour ces périodes nous ne savons quasiment rien, en dehors du fait qu'aux XIe et XIe siècles elles se trouvent, au moins en certains endroits, déjà fortement structurées, et qu’elles constituent un partenaire à part entière dans le jeu des pouvoirs. La documentation nous dit que la barrière juridique qui oppose francs et serfs est perméable ; elle ne dit explicitement mot, par contre, de la place respective qu'occupent ces deux groupes dans la hiérarchie sociale.

  • 209 Cart. Simorre, fol. 382.
  • 210 Cart. St Mont (Jaurgain), no 87-7 (fin XIe s.).

117Il reste ici à examiner une question qui s'est avérée infiniment plus épineuse qu'il n'y paraissait au début de cette enquête : celle de l'articulation du groupe des pagès, rustres et vilains, avec la classe chevaleresque. A priori, les choses semblent claires : à de multiples reprises les scribes opèrent une distinction formelle entre ces deux catégories. Ainsi le cartulaire de Simorre en 1141 dans la formule tam militibus quam rusticis209. Mais avec une formulation à peine différente, un acte du cartulaire de Saint-Mont de la fin du XIe siècle introduit un doute : on y voit un seigneur local confirmer une donation videntibus... omnibus famulis suis tam militibus quam et jam paisiis210. En considérant l'ensemble des indices, j'en suis venu sur ce point à la conviction suivante : 1° comme le suggère le scribe de Saint-Mont, il se peut qu'une partie des chevaliers et des « pagès » dérivent d'une matrice sociale commune, la familia des maisons dominantes ; 2° dès la seconde moitié du XIe siècle, globalement, un hiatus irrémédiable sépare ces deux groupes sociaux ; 3° les textes attestent cependant l'existence, pendant le XIIe siècle, d'un certain nombre de passerelles entre eux.

  • 211 « Pouvoir des noms et pouvoir de nommer dans une seigneurie ecclésiastique gasconne du XIe siècle (...)
  • 212 Pour les pays germaniques, voir M. Parisse (dir.), L’Allemagne au XIIIe siècle, Paris, 1994, p. 12 (...)
  • 213 Voici deux exemples parmi les riches informations fournies par le cartulaire de Lézat : les tenanc (...)
  • 214 Cart. Montsaunès, no 10.
  • 215 Cart Bigorre, ms Pau A, fol. 4v° (selon Du Cange, ce verbe altreare est un apax).
  • 216 Cart. Sorde, no 23 (1072-1105).
  • 217 Ibid., no 143 (1150-1167).
  • 218 Ibid., no 168.
  • 219 Ibid., no 148 : dans le ms (fol. 37), le nom correspond à un blanc, mais le récapitulatif des casa (...)
  • 220 Ibid. no 113.

118J'ai eu l’occasion de démontrer par ailleurs comment l'anthroponymie révélait, à la fin du XIe siècle, un profond hiatus entre les milites, avides de noms à la mode (Bernard, Raimond, Guillaume, Arnaud), et les pagès, restés fidèles au stock traditionnel (Loup, Aner, Sanz, Garsia, Fort, Assi)211. Mais cette soif de distinction onomastique ne révèle-t-elle pas a contrario que les milites avaient le sentiment que le fossé les séparant des vilains était resté franchissable ? La Gascogne ne constituerait pas, à cet égard, un cas exceptionnel212. Et de fait, on a bien vu en Bigorre le cas de ces tenanciers de casaux simplement soumis au service d'ost avant de se fondre, vraisemblablement, dans la classe chevaleresque, de même qu'autour de Lézat une partie des homines honorati sont les successeurs de tenants-casaux213. Un acte de Montsaunés (non daté) consiste en la donation par Béraud de Blanquefort du casal de Sanche, miles d'Odrosen214. Le cartulaire de Bigorre est, à un endroit, encore plus explicite : lo casal de Putancie altreavit se comiti Petro sicuti alii milites de Baregia215. Le cartulaire de Sorde nous donne à connaître des cas semblables. En premier lieu celui du casal de Fontaeres, à Saint-Cricq, tombé sous le dominium de l'abbaye216, bénéficiant par rapport aux autres casaux du village d'un statut exceptionnel (pas de redevances ni de corvées mais une simple soumission juridictionnelle)217, et dont on apprend pour finir, en 1212, qu'il est possédé par Pierre Arnaud de Saint-Cricq, miles et dominas casalis de Fontaeres218. En second lieu celui du casal de La Cassie, qui figure parmi les sept casaux de Sainte-Suzanne219. Or, Bernard de La Cassie et son frère Pierre de Bayonne, de qui l'abbaye a acheté ce casal, se retrouvent dans un autre acte, également daté du temps de l'abbé Boniou (1150-1167)220. Il se révèle alors que ce Bernard de La Cassie est un juvenis apparenté aux sires de Bastan qui a participé à une vendetta contre la dame de Gramont.

  • 221 Cart. Sorde, no 147.
  • 222 Ibid. n” 92.
  • 223 Cart. Madiran, fol. 173.
  • 224 Cart. Saint-Pé, pp. 262-263.

119Or, par ailleurs, on pointe également quelques individus qualifiés de rustici qui viennent se mêler, avec il est vrai un inégal bonheur, aux jeux du pouvoir. Ici, près de Sorde, le pagès qui tient le casal d'Hiriard a explicitement reçu le droit de s'emparer de tout voleur et de le garder dans sa curia avant de le livrer à l'abbé221 ; non loin de là, un rusticus fonde une dynastie de curés de village222 ; le prieur de Madiran s'indigne de voir un rusticus abbé de l'église St Martin de Bidos223 ; et l'abbé de Saint-Pé a dû apaiser vers 1095, avec l'aide des puissants de sa terre, la rebellion d'un rusticus du nom d'Arnaud Amat224. Notons bien qu'à chaque fois il s'agit d'aventures individuelles ou familiales. Nulle part on ne trouve trace de contestations collectives des rustici. Car face aux puissants, la voix du peuple des villages se fait entendre par l'intermédiaire des assemblées de « voisins ». Mais parfois aussi, on va le voir, par celui des homines, qui posent un redoutable problème d'interprétation.

C. Les « hommes » des casaux

  • 225 Cart. Berdoues, no 609 ; cart. Montsaunès, no 80, 86 (avec un casal dels Pagesencs).
  • 226 Cart. Montsaunès, par exemple : no 80, 85, 86.
  • 227 Cart. Lescaladieu, ADH P, H 16 (1260).

120Ce terme générique est très largement dominant dans les cartulaires de Gimont, Berdoues, Bonnefont, Montsaunès, Lescaladieu, qui fournissent cependant de rares passerelles directes ou indirectes permettant de vérifier une équivalence au moins partielle pagensis-homo225. Dans la majorité des cas, ces personnages ne nous sont connus que par la formule « (Tel casal a été donné) cum omnibus suis pertinenciis et cum hominibus et mulieribus... »226, ou bien en occitan, « ab totes apertinences... so es asaber homes e femmes... »227. On y voit que ces « hommes » (le mot est toujours employé au pluriel), sont souvent symétriquement flanqués de « femmes », ce qui n'apparaît nullement dans la trilogie « pagès-rustre-villain ».

  • 228 Cart. Berdoues, no 91.
  • 229 Cart. Montsaunès, no 24, 29.
  • 230 V. par exemple, les chartes no 815, 985...
  • 231 Outre les exemples cités plus haut, voir les équivalences homines-milites attestées dans le cartul (...)

121Une première difficulté d'interprétation tient à l'ubiquité de ces personnages : contrairement aux rustici ou autres villani, paisii, dont la présence est majoritairement liée aux casaux, les « hommes » se rencontrent aussi bien sur les terres, dans les castra que sur des casaux. Seconde difficulté : la polysémie de ce mot, qui renvoie à des réalités sociales différentes qui s'emboîtent parfois comme poupées gigognes. En voici un exemple, extrait du cartulaire de Berdoues228. Dans une charte consentie en 1240 Arsieu de Montesquiou excepte de sa donation trois castra ainsi que les hominibus et feminis predictorum castrorum et exceptis hominibus quos homines predictorum castrorum tenebant. Tout aussi déroutant est tel acte de Montsaunès où on voit les « hommes » d'un casal percevoir le cens d'un autre casal229, et le cartulaire de Lézat est riche d'illutrations de cette réalité à fonds multiples230. En dehors de données contextuelles, il est donc bien souvent impossible de situer le véritable niveau social des homines. Certains s'avèrent appartenir au groupe aristocratique231. Mais la réalité est loin de se réduire à une telle équation.

  • 232 Un premier acte, daté de 1202, met en jeu sans davantage de précision les homines de casale de Ser (...)
  • 233 ADPA, B 1381, fol. 541-548 : copie moderne découverte par J.F. Le Nail qui en prépare la publicati (...)
  • 234 Cart. Bigorre, ms Bordeaux, fol. 19 ; ms Pau A, fol. 12. Il n’existe pas d'élément de datation déc (...)
  • 235 Cart. Sèregrand, fol. 13.
  • 236 Cart. Berdoues, no 634.
  • 237 Ibid., no 609, et cart. Bonnefont, no 176.
  • 238 Cart. Madiran, fol. 166-167.
  • 239 Ibid., fol. 166 : voluerunt hanc donationem sine hominibus quant Garsias Raimundus faciebat ; unde (...)
  • 240 Cf. supra, p. 93 ; cart. Berdoues, no 500.
  • 241 Cf. notamment la notice de Berdoues no 454 (1215), relatant la donation du castrum de Durfort à l' (...)

122Le cartulaire de Berdoues offre la possibilité de constituer un petit dossier sur les « hommes de Serres », un petit castrum voisin de l'abbaye, attestant qu'il s'agit d'un groupe d'individus placés à la charnière de l'aristocratie et de la paysannerie232. De façon générale, à lire le témoignage des chartes, il ne fait aucun doute que ces « hommes » représentent une force sociale considérable. Deux affaires particulièrement révélatrices concernent la Bigorre : la notice narrant les premiers temps de l'abbaye de Lescaladieu (vers 1142), qui montre que les moines durent compter avec les intérêts des « hommes » du casal de Cepeda233, et surtout, malgré ses obscurités, la charte d'achat du village de Pouzac par la comtesse de Bigorre Béatrix au seigneur du lieu, où les tenants-casaux sont présentés sous un jour redoutable234. La leçon de ces affaires et corroborée par plusieurs autres indices : certains de ces « hommes » exercent sur leurs terres des droits de possession avec lesquels les seigneurs doivent composer. Ainsi dans la donation du casal de Laran consentie à l'hôpital de Sèregrand, le sire de Biran est-il appelé à donner sa garantie contra homines minorantes in casali235. À Berdoues, il est précisé que les « hommes et femmes » donnés avec telle terre en sont les héritiers (heredes)236, et, pour d'autres donations, il est prévu un statut dérogatoire au profit de certains homines ou paisii, dont les droits sur une partie des terres sont confirmés237. Enfin, la pièce la plus explicite à verser à cet aspect du dossier est fournie par le cartulaire de Madiran238. Elle met en scène, dans les années 1170-1191, Garsias Raimond de Godbes, vir nobilis et miles, qui, ayant pris l’habit monastique, donna sa part de patrimoine qui consistait en une part d'église, une part de seigneurie (endomendiadura) et un casal, celui de La Roche. Or, les moines exigèrent que cette donation fût faite sans les « hommes » que le donateur y avait. Ce dernier, donc, alla demander à ses « hommes propres » de ne pas faire valoir leurs droits sur cette donation. Ceux-ci acceptèrent, moyennant quoi ils furent libérés du joug qui en faisait ses obligés239. Cette affaire rejoint donc le cas « d'affranchissement pour déshéritement » analogue à celui qui a été analysé un peu plus haut240, et nous éclaire sur quelques clauses passablement obscures de certains actes241.

123En définitive, les « hommes » qui peuplent les cartulaires me paraissent constituer, non point les habitants des campagnes en général, mais l'ensemble des acteurs sociaux aptes à s'agréger au long et complexe chaînage des liens féodaux par l’obligation du servicium. On a vérifié qu'au sommet cette chaîne s'articulait avec la sphère de l'aristocratie militarisée, et il est patent qu'elle inclut assez massivement les élites villageoises. Par contre, dans le corpus documentaire antérieur au milieu du XIIIe siècle, rien ne permet de vérifier jusqu'à quelle profondeur de la société paysanne elle pousse ses maillons.

Conclusion

  • 242 Les historiens d'outre-Pyrénées soulignent que l'enracinement spatial des pouvoirs, qui commence a (...)

124Je me suis efforcé au long de ce chapitre de restituer la réalité matérielle qui se cachait derrière le mot « casal ». Si le résultat s'avère relativement décevant c'est que, aux yeux des hommes du XIIe siècle, ce mot n'avait manifestement pas plus de valeur descriptive que n'en a pour nous un mot tel que « entreprise ». casal est un mot outil qui renvoie à une structure pouvant revêtir des aspects assez différents. Or, cette structure, sous des appellations diverses et des variantes de détail, intéresse presque toute l'Europe : la parcelle maisonnée contrôlant un certain nombre de terres et bénéficiant d'une pleine citoyenneté économique sur les espaces pastoraux et les eaux. Cette organisation de la société autour des maisons, au moment où nos sources permettent de la découvrir, correspond-elle à une révélation documentaire ou bien une innovation ? Pour l'heure, l'appréciation de la question de l’ancienneté de cette structure donne lieu à des réponses régionalement très contrastées242.

  • 243 P. Toulgouat, Voisinage et solidarité..., carte, p. 13.
  • 244 R. Le Jan, Famille et pouvoir..p. 107.
  • 245 W. Rösener, Bauern im Mittelalter, Munich, p. 169.
  • 246 G. Tabacco, I liberi del re... ; R. Le Jan, Famille et pouvoir..., pp. 118-119.
  • 247 Ph. Contamine, La guerre au Moyen Âge, p. 161, donne une liste des diverses appellations sous lesq (...)

125De par leur nature les textes de cartulaires n'accordent qu’une faible place aux « voisins » (gascon : « bezis »), ce qui explique la relative rareté des occurrences les associant au casal. Il y a là un biais qu'il importe à l'historien de redresser. Car toute la documentation ultérieure atteste que l'association casal-voisin constitue un fait de structure fondamental. La parfaite coïncidence de l'aréologie du casal et de celle des « bezis »243 confirme pleinement ce fait. Rappelons qu'au Haut Moyen Âge, les vicini forment « des communautés d'hommes libres qui étaient responsables devant le roi de leurs obligations légales et qui possédaient également d'un certain nombre de droits sur la villa »244. Le lien fondamental qui unit la possession de la maison et la qualité de voisin n'est nulle part mieux rendue que dans les pays germaniques. Là, en effet, le voisin est le neighbur, mot qui, littéralement, désigne le possesseur de la maison (bur) avec tous les droits afférents245. De la même manière, en tenant la « casa » et l'enclos qui l'entoure, le tenant-casal gascon est le « voisin » par excellence : autrement dit il a la jouissance, conjointement avec les autres voisins, des vacants et des eaux. En attendant que la documentation postérieure au milieu du XIIIe siècle confirme pleinement ce fait il convient donc, dans un premier temps, de résister à la pente naturelle qui incite à imaginer que l'astreinte au servicium correspond forcément, à cette époque là, à un statut social déprimé. C'est oublier que le servicium est, au départ, le devoir exigé des hommes situés sous la juridiction directe du roi246. Son émiettement dans le système féodal comme unité de prélèvement banal a sans nul doute gravement érodé cet aspect valorisant. Il n'en reste pas moins que les indices textuels conduisent plutôt à mettre en rapport le casal avec les élites paysannes situées en lisière de la classe chevaleresque, dont on a reconnu l'existence un peu partout dans l'Europe féodale247.

  • 248 Pour une comparaison avec le manse languedocien, cf. Bourin-Derruau, Villages médiévaux..., pp. 11 (...)
  • 249 Ibid., p. 196.

126Si ces faits essentiels s'imposent avec clarté à condition de placer en perspective les données du corpus documentaire gascon avec la littérature historique générale, il s'en faut de beaucoup pour que la casal ait à ce stade de l'enquête livré tous ses mystères. Comment comprendre que, contrairement au manse « classique », le casal gascon se trouve si rarement fractionné en parts, et qu'il puisse par contre se diviser en donnant le jour à des casaux entiers248 ? Par ailleurs, les textes sont muets sur le degré d'irrigation sociale du monde paysan par le casal : dans quelle mesure les paysans pauvres furent-ils concernés ? Que se passe-t-il en dessous de la strate des notables, sur-représentés dans les sources parce que directement en contact avec les maîtres du pouvoir ? Et comment, aussi, résoudre le paradoxe d'une système allant de pair avec une occupation lâche de l'espace dans une époque marquée par la croissance démographique ? Le casal, cellule du prélèvement banal, constitue une structure qui occulte, au miroir des textes, la réalité des rapports de production : comment se fait, au sein de la société gasconne, le partage des fruits de l'activité agricole ? Comment, encore, expliquer que le système du casal semble aller de pair avec un certain blocage du jeu social à une époque où la classe féodale ne peut s'affirmer et se reproduire qu'en accentuant sa capacité de prélèvement ? Et comment, pour finir, expliquer que ce système assez rigide ait eu, avant le XIIIe siècle, une bien plus grande diffusion que le souple fevum omniprésent dans les terres du Languedoc, où par ailleurs le manse semble généralement affecté par un rapide mouvement de déclin249 ?

127En définitive, les analyses conduites dans ce chapitre ont certes permis de tirer au clair un certain nombre d'aspects du casal, mais elles ont surtout abouti à mettre en évidence des questions impliquant l'histoire de la société gasconne dans son ensemble. Pour progresser encore il convient, non plus de scruter la structure en soi, mais de s'attacher à comprendre le mouvement qui l'anime.

Notes

1 Parfois même par un fossé dont on a il est vrai une seule attestation dans le corpus : cart. Berdoues no 89 (1252).

2 Une des rares données chiffrées est donnée par le cartulaire de Madiran, fol. 191 : de deux casaux dépendent environ 25 ares (appendent ad minus octaginta jugera terre) ; plus que des casaux proprement dits, il s'agit des terres qui en meuvent.

3 Cart. Sorde, acte 149 (s.d., XIIe s.).

4 Telle est, en 1924, la façon de raisonner de Louis Batcave, « le servage ou la questalité en Béarn », pp. 151-153, reprise par les historiens récents. Certaines des données qu'il retient pour les XIe et XIIe siècles ne concernent pas la superficie d'un casal proprement dit, mais les terres qui sont données en sus (cart. Sorde, no 14,102).

5 Cf. par exemple les données du cartulaire de Berdoues. On y trouve 18 données chiffrées, rarement comparables entre elles : on ne sait pas toujours si le prix correspond à la totalité des droits ou à une partie (actes no 233, 121) ; ces sommes correspondent, tantôt à un prix de vente (no 274), une valeur de gage (no 28, 456), une donation rémunérée (no 180), à la somme exigée des parents pour récupérer ce bien (no 43,124...) ; il s'agit souvent d'une somme forfaitaire pour deux ou trois casaux (no 43, 495, 180) ; enfin on ne peut évaluer dans chaque cas la part de valeur marchande et d'acte social, comme l’a montré pour Cluny B. Rosenwein, To be the Neighbor of Saint Peter. The Social Meaning of Cluny's property, 909-1049, Ithaca/Londres, 1989. En tout état de cause, la fourchette des prix, entre 15 (no 500) et 250 sous (no 103) – comparable à celle que donnent les actes de Gimont –, ne doit pas être tout à fait étrangère aux réalités économiques, et peut être utilement étalonnée à l'aide de cette unité de valeur volontiers employée par les hommes du XIIe siècle : le prix d'un cheval, qui, à Berdoues, peut atteindre 60 sous (no 289, 304).

6 Cf. notamment le diminutif « casalet », qu'on tencontre à Berdoues (cart., no 75), Gimont (cart. I, 16), à Saint-Savin (cart., no 13), à Madiran (f°219), à Sorde (cart., no 161), où on trouve aussi l’expression casal parvulus secus suam domus (Ibid., no 36).

7 En voici quelques exemples : équivalence terrulam sive casalent (cart. Noir Auch, no 145), casal-vigne (Ibid., no 35), casal localisé ante portam (cart. Saint-Mont (Jaurgain), no 87-25), casal sis dans un cimetière (cart. Lézat, no 306)...

8 Cart. Lucq, no 10.

9 Cart. Lézat no 137, 607, 621, 988, 1602...

10 Cart. Lézat, no 895 (1248) : castrum et villam de Durforti que infra terminos predicti casalis continentur.

11 ADHG, H Malte, Montsaunès, 24, I-29 (en 1239 est vendue la moitié du casal de Gebrario qui est compris entre le castrum de Montpezat-Savès, le castrum de Savignac, et celui de Goudex, distants de 2 à 5 km) ; cart. Bonnefont, no 403 (privilège d'Urbain IV de 1263 confirmant les possessions de l'abbaye, qui fait état parmi les églises, de Saint Martin de casali Arnaldi Guilhermi, et qui met les casaux sur le même plan que les castris, villis, villaribus. ; cart. Gimont, II, 121 (1168) (cum omni jure quod habebat in ecclesia ejusdem casalis.) ; cart. Montsaunès, no 23, 28, 80, 86 ; cart. Madiran, fol. 216 (le casal de Toas) ; pour Berdoues, voir la liste donnée ci-après p. 70.

12 Cf. P. Ourliac qui évalue ainsi l'étendue des casaux de Forc et Garat, dans « Le peuplement de la haute vallée de la Garonne vers l'an Mil », op. cit., pp. 126-127.

13 Ch. Higounet, « Observations sur la seigneurie rurale et l'habitat en Rouergue du IXe au XIVe siècle », réed. dans Paysages et villages neufs..., pp. 151-160 ; M. Bourin-Derruau, Villages médiévaux..., t. 1, pp. 113-114,196-205 ;

14 H. Falque-Vert, Les hommes et la montagne en Dauphiné..., pp. 173-180.

15 Cf. plus bas, pp. 119-120, 138 ; et chartes de Montsaunès, publ. F. Baby, no 8, 12, 33 (« cum a la mentag d'quel casal e deu apertier, masos e casals... »).

16 L. Feller, « Paysages et cadres de vie », op. cit., pp. 222-223 : avant l'an mil, les casalia de Abruzzes sont tantôt des propriétés familiales et tantôt des domaines poly-nucléaires.

17 Les textes, à vrai dire, sont rien moins qu'explicites sur la signification de ce mot, peu fréquent avant le XIIIe siècle, et dont le suffixe latin -ariam indique le sens général primitif : « le lieu où se trouve ». Cf. par ex. cart. Berdoues no 75 (1220), où une rente est établie sur les bases suivantes : scilicet XVI denarios de las quatre casaleres deus Teules, e del casale de Marcadiu III denarios, e de la casalere qui fo de Poisegur II denarios ; autres occurrences : Berdoues, no 779, Saint-Savin no 30. La consistance de la casalère se laisse deviner grâce à la stabilité de cette structure : tandis que, au XIIIe siècle, un rétrécissement sémantique réduira le casal au sens de jardin (cf. plus bas, chap. 5), le mot casalère continuera à désigner l'ensemble enclos-maison, et telle demeurera la consistance de la casalère au Bas Moyen Âge et à l'époque moderne.

18 Cette identification a récemment été mise en évidence dans le Bordelais, il est vrai pour une époque tardive, par S. Lavaud et F. Mouthon, « La maison rurale... »

19 Cart. Sorde, no 117 (1150-1167) : donation d'un casal cum omnibus terris que pertinent ad illum casal, puis, ajoute le texte sunt autem VI jornate excepto lo casau, et ibid. no 67, no 143, no 167 ; cart. Madiran, fol. 216 : casale Destued sex nuntmos propter terram de Ferrari et duodecem pro ipso ; cart. Saint-Savin, no 44 : distinction entre les terres ad casale pertinentibus, et celles qui appartiennent en propre (proprias) au paysan ; cart. Berdoues, no 26,160, 227, 243 ; cart. Bigorre, ms Pau A, fol. 8...

20 Cart. Saint-Pé, XXVII, casalem Sti Stephani cum multo alodio ; quemdam casalem cum alodio suo ; cart. Sorde, no 14, 38.

21 Cart. Berdoues, no 700, 701 ; formule relevée pour le manse en Bourgogne par P. de Saint-Jacob, Les paysans de la Bourgogne, op. cit., pp. 94-95.

22 Nombreux exemples dans le cart. de Berdoues : no 3, 154, 158, 160, 161, 192, 227, 243, 701 ; la distinction qu'opère E. Magnou-Nortier entre « terre amassée » et « terres mesurées », me semble à cet égard pertinente.

23 À titre d'exemple, le casal de Burgo, à Durfort, d'après l’acte 455 du cartulaire de Berdoues, est donné en 1210 « ...cum omnibus pertinenciis suis, cum decimis et primiciis, cum pascuis et erbagges, et cum omnibus ad venatum pertinentibus... » (on note au passage la présence de droits de type seigneurial).

24 Cf. supra, chap. 1

25 Ch. Higounet, « La seigneurie rurale en Rouergue... », op. cit., pense qu'on parle de capmanse dans le cas de manses pluri-parcellaires ; on suit plus difficilement le raisonnement d'E. Nortier, » La terre, la rente le pouvoir... », 1982, pp. 35-39 qui associe le capmanse à la vigne.

26 La liste qui résulte du dépouillement des cartulaires n'est pas bien longue, même en incluant les capmas : Saint-Sever, pp. 154 (uno capmaso), 170 (novem cap mansurae) ; cart. Cimont, II, 53 (1153) ; Berdoues, 220 (1183), 650 (1159) ; Saint-Mont (Jaurgain), 87 (36), et 87 (39) ; Bigorre (ms Pau), fol. 3 et 4v°, 8, 29.

27 Cart. Gimont, II, 53 (1180)

28 Cart. Saint-Sever, pp. 170

29 Dans l'acte de Gimont précité (note 27), les 6 concades sont complétées par une séterée de terre ; à Ibos, d'après le cartulaire de Bigorre (Ms Pau A, fol. 8), à Saint-Griède d'après le cartulaire de Saint-Mont (éd. Jaurgain), 87-39, ou encore autour de Lézat (no 257), on retrouve le même schéma.

30 Un tel phénomène de polysémie affecte de nos jours, par exemple, le « bureau » qui est en même temps organe de commandement et unité d'exécution.

31 J'ai relevé deux exemples : 1) un acte du fonds de Malte daté de 1224, publié par Ch. Samaran, La commanderie de l'Hôpital Sainte-Christie, Auch, 1973, pp. 138 : une donation est faite dans le territoire du castrum de Manciet ubi centum et amplius rusticorum esse casalia asseruntur (soit en procédant aux pondérations nécessaires, un casal pour 10 à 15 hectares) ; 2) l'acte no 67 du Cartulaire Blanc d'Auch de 1258 : une donation dans les environ d'Auch portant sur omnes terras cultas et incultas, scilicet omnia casalia cum terris et pertinenciis eorum.

32 Ce doute ne se dissipe complètement qu'avec cette charte de Berdoues datée de 1237 (no 505) qui affirme d'emblée : sciendum quod in toto territorio de Lafite super Ponzanum sunt ibi quinque casalis, et qui poursuit en précisant que l'abbaye possède seulement quatre de ces casaux. Dans les autres cas, on est tantôt réduit à postuler une approximative équivalence villanus-casal (par exemple dans l'acte 58 du cart. de Sorde où sont nommés quelques casaux mais où il est précisé que la seigneurie s'étend sur 23 villani), et tantôt à conjecturer que l'abbaye ou le comte possèdent la quasi totalité sinon la totalité des casaux, pour conclure que les listes des censiers fournissent le nombre minimal de casaux que comptait un territoire à un moment donné.

33 Le dénombrement de casaux du censier de Madiran s'ouvre par la formule « noverint... quod domus Madiranensis habet istos casales in parrochia de Madira... » (fol. 214r°). Or, la localisation des casaux a montré que plusieurs se trouvaient sur le territoire de communes voisines (Hère, Soublecause, Arrosès). Tout calcul était donc vain.

34 ADG, C 182, fol. 145-187 ; la paroisse de Lafitte-Ponsan compte au XVIIIe siècle une quinzaine de maisons ; au début du XIXe siècle, l'arpent de Mirande contient 114, 9 ares, cf. A. Poitrineau, Les anciennes mesures locales..., p. 55.

35 Cart. Sorde, no 148 (2e moitié du XVIIe siècle).

36 La restitution est rendue difficile par le fait que la paroisse de Sainte-Suzanne constitue jusqu'à la Révolution une fédération de communautés : Aragnon, Herrère, Agoes, et la villa proprement dite de Sainte-Suzanne. J'ai reconstitué la consistance territoriale de l'ensemble grâce à une enquête dans les livres terriers modernes : ADPA, C 1060 (Agoes), C 1131 bis (Herrère), C 1208 (Ste Suzanne).

37 En 1385, selon le dénombrement de Gaston Fébus, Ste Suzanne compte 33 feux.

38 Cart. Sorde, no 143 : la liste comporte 25 casaux, mais le récapitulatif final n'en compte que 24 (et même 23 dans la publication de Paul Raymond qui est sur ce point fautive).

39 Je n'ai trouvé trace d'aucune modification territoriale. À noter qu’au XIVe siècle, le seigneur d'Audaux fait hommage au vicomte de Béarn pour les 27 casaux qu'il possède à Saint-Cricq (ADPA., E 302, fol. 59).

40 Cart. Bigorre, ms. Pau A, fol. 1-2.

41 L'acte 146 du cart. de Sorde, qui a pour enjeu une de ces « barthes » est précisément intitulé De bello pro paduencia (1119-1130).

42 P. Ourliac, « Les villages de la région toulousaine... », op. cit.

43 Quelques exemples : cart. Lézat, no 9 (1246), casal composé de 14 pièces de terre et 8 vignes ; cart. Berdoues, no 26 (1161), casal de La Plagne situé in duobus locis, et no 21 (1214), casal de Barbari écartelé entre quatre localités ; cart. Sorde, no 117 (1150-1167) : casal d'une superficie de six jornades de terre, dispersées entre quatre parcelles elles-mêmes enkystées au milieu de cinq autres casaux.

44 Il s'agit des actes 143 à 146 : l'acte 143, daté de l'abbatiat d'Arnaud Boniou (1150-1170), énumère les redevances des 25 casaux possédés par l'abbaye ; les dernières lignes comportent quelques confronts. L'acte 144, contemporain, fournit la liste des « terres » possédées en dehors des casaux, en livrant 24 indications de confronts. L'acte 145 concerne l'église du lieu et se termine par quelques indications de confronts pour les terres environnantes. Enfin, l'acte 146 relate comment l'abbaye n'a pu entrer en possession de la Barthe (un incultum nécessaire à l’économie agro-pastorale), qu'au terme d'un duel judiciaire. La répartition des confronts est la suivante : terra, 8 ; casal, 8 ; cultura, 3 ; viridarium, 3 ; via, rivus, 5 ; fundus, 1 ; nemus, 1 ; corregia, 1.

45 B. Cursente, « Les vergers du bas Adour », dans Flaran 9, pp. 207-212.

46 Cf. la présentation et l'interprétation de ce même dossier par E. Magnou-Nortier, « Trois approches de la question du manse... », p. 184.

47 Cart. Madiran, fol. 214-219, pointage fait sans compter les multiples places à bâtir dont il sera rendu compte ultérieurement. De même, l'environnement géographique de ces casaux sera examiné de près dans le prochain chapitre.

48 BM Bordeaux, ms 745 (XIVe s.) ; ADPA, E 368, registre comportant deux transcriptions, l'une du XIVe siècle (Pau A), et l'autre du XVe siècle (Pau B). Dans l'attente d'une édition qui devra arrêter des choix délicats, l'incertitude sur le nombre d'actes tient au fait que le contenu des deux transcriptions n’est plus identique, les manuscrits de Pau comportant in fine des pièces non transcrites dans celui de Bordeaux. En l'absence de critère déterminant, par ailleurs, pour choisir un manuscrit de référence, c’est cette raison qui m'a conduit à me reporter préférentiellement, pour le casal, à Pau A.

49 Bonne présentation de la question, du point de vue Plantagenêt, dans Trabut-Cussac, L'administration anglaise..., passim ; le travail fondamental reste la publication de G. Balencie, « Le procès de Bigorre... »

50 Une totalisation minimale permet d'évaluer à 1032 le nombre de casaux qui se trouvent en jeu dans le document, partie désignés par leur nom, partie anonymement dénombrés ; cette totalisation ne peut aboutir qu'à un chiffre approximatif minimal en raison du fait que plusieurs casaux sont introduits par un indéfini pluriel, et que j'ai renoncé de prendre en compte (de peur de le faire abusivement), les nombreuses entités, qui, dans les censiers, ne sont pas spécifiées comme casaux. Par exemple je n'ai compté que 4 casaux dans cet extrait du censier de Vic (ms Pau A, fol. 24 v°) : Lo casal Wilelm den Acos..., Na Marcha de Susag..., Lo casal de Susag..., Lo casal de Spagna de Biela..., Johan Salier..., Lo casal de Martha Pol..., Peiruce...

51 On pointe la présence de casaux dans 28 pièces de ce cartulaire qui dans sa version la plus complète (Pau A) en compte 78.

52 Cart. Bigorre, ms Pau A, fol. 29-30. La datation est donnée par une allusion à l’occupation du château de Vidalos par le vicomte de Soule au titre de saisie pour dette, une affaire résolue en 1238.

53 M. Berthe, Le comté de Bigorre...

54 Le titre indique une recension limitée au val d’Azun, ce qui correspond au contenu du début de cette pièce (énumération au détail de 42 cens et évaluation globale du nombre de casaux comtaux dans la vallée, soit 21). Vient ensuite un rappel de l’usurpation des 30 casaux de Gez et Salles par le vicomte de Lavedan maître du château de Vidalos. Enfin, sans la moindre transition, l’article A Bezier a XVII casaus qui deven dar VI concas..., inaugure une liste où les droits du comte, généralement exprimés en nombre de casaux, sont évalués globalement par localité, de façon relativement uniforme (ce qui n’exclut pas quelques bizarreries, dont la dispersion en trois endroits différents des données relatives à Lourdes).

55 En 1313, le domaine comtal s'étendait sur 83 communautés, soit un quart de celles que comptait alors la Bigorre, cf. M. Berthe, Le comté de Bigorre..., op. cit., p. 121. Compte tenu du caractère partiel de l'enquête du XIIIe siècle, toute comparaison globale est hasardeuse.

56 M. Berthe, ibid., p. 158 : en 1313 son paiement est attesté dans 73 communautés, généralement situées dans des zones limitrophes. Le cart. de Bigorre (ms Pau A, fol. 27 r°), fournit cependant un exemple de contrat conclu avec la communauté de Louey, proche de Lourdes, au temps du comte Centulle (sans doute Centulle III, 1163-1185), moyennant versement de 20 sous.

57 À Ségus, il possède 11 des 24 casaux ; à Adé, il les possède tous exceptés deux (La biela d'Ader es tota condal, saub II casaus que Per de Geyre y a ; le nombre total de casaux n’est pas précisé ; en 1313, il est de 51 ; cf. Berthe, op. cit., p. 36) ; à Ossun, au contraire, il n'en tient que trois (Le nombre total de casaux n'est pas non plus donné en 1313, Berthe, op. cit. p. 38, il est de 56) ; à noter que ce bourg verse une amparansa de 5 sous, et que, si le seigneur d'Ossun tient le restant des casaux, il est également spécifié qu'il doit au comte le gîte l'arciut) ; à Cieutat il n'en tient qu'un sur 34. Enfin, il contrôle 6 casaux dans le village d'Andrest, ultérieurement cédé au vicomte de Lavedan, et qui, en 1429, compte 43 maisons.

58 Trois actes d'achat dans le seul fol. 6 du ms de Pau A.

59 C'est ainsi que le début du dénombrement fait état des neuf casaux de Gez et Salles qui ont été usurpés (forsatz) depuis le château de Vidalos par le vicomte de Soule, qui n'aurait dû percevoir qu'un tiers des cens.

60 On relève des chiffres quasi identiques pour les villages de Viger 17 (Livre Vert de Bénac : 21), Antalos 4 (LVB : 5), Leret 5 (Debita Regni Navarre : 5), Louzourm 6 (DRN : 6), Lahitte 20 (DRN : 19), Batsère 18 (DRN : 20), Banios 16 (DRN : 17), Marsas 17 (DRN : 18), Sère-en-Lavedan 13 (DRN : 12), Noudrest 3 (DRN : 3)

61 Notamment les 18 casaux de Vic (416 tenanciers en 1313), les 9 de Maubourguet, ou les 29 de Lourdes, tandis qu'il n'est rien dit de Tarbes, Bagnères, Goudon ou Mauvezin.

62 Ibid., no 707 (1169) : in manu Boamundi astaracensis consulis cujus inflexabili justicia intermeratum observari debet...

63 Cart. Berdoues, no 407 (2e moitié du XIIe siècle) : Bernardus rex.

64 Ibid., no 267 (1175) : Donavi etiam ego Boamundus...totum jus et dominium omnium terrarum quas fratres Berdonarum unquam acceperunt et in antea accepturi sunt pro dono vel venditione, vel pignore, a militibus et ab aliis omnibus hominibus ubicumque sint in toto Astaraco. Une formule assez comparable est employée dans l'acte 365 de ce même cartulaire, daté de 1255, lors d'une donation consentie par le comte de Pardiac Arnaud-Guillaume.

65 ADHG, H Malte, Toulouse 346 ; cette affaire est rapportée par une notice en deux parties qui occupe une partie du rouleau, sans indication de date. Voici la teneur de la seconde partie : Et posted Gassias de Mesplede genere Fortonis tenebat illam totam terram de Forto francam et servicialem, et Gassias de Arroede, baile Bovimondi comitis quod non poterat suffice in tantum querebat ad Gassias, et propter hoc laxavit illo casale serviciale. Gassias de Arrode, baile Bovimondi accepit illam terram quant Gassias laxaverat et voluit conjungere illud donum et illam terram quam Forto dederat propter filio suo et pro se ipso ad Willelmum priore hospitalis. Postea Bovimundus quilibet donum quirebat quod fecerat Forto ad hospitale cum consilio et voluntate Bernardi sui patris et Sancius frater sui. Fuit ad Montemcassinum et curiam militum et proborum hominum Willelmus prior presentavit directum et ille dixit se consiliaturum cum suis militibus, et post consilium respondit Bovamundus ad Willelmus et ad illos seniores Gavarnie quod ille concedebat illud donum quod pater suus libere donaverat ad ecclesiam sancti Salvatoris et ad hospitale Gavarnie...

66 Cart. Saint-Mont (Jaurgain), no 66.

67 Cart. Sorde, no 8, 51, 177

68 Ibid., no 148 (censier de Sainte-Suzanne, daté de 1150-1167 par l'abbatiat d'Arnaud Boniou). Une vérification sur le manuscrit (BN, ms lat NA 182) a permis d'observer qu'un rectificatif écrit en bas de page en tous petits caractères et encadré à l'encre rouge avait été imposé par le vicomte Gaston VII – ad preces et instantiam de celui-ci – un siècle après la confection du censier pour modifier le statut fiscal du casal de Vignau.

69 Cart. Montsaunès, no 23, 24, 28, 29 (1177-1178) et chartes publ. Baby, no 2, 5, 6, 7, 8, 9, 10, 11. Pour acquérir cet important casal, en 1177 et 1178, les Templiers durent obtenir la cession des droits des différents seigneurs. Le comte de Comminges, Odon de Castillon (qui vend en alleu sa part de droits), Arnaud Bafet de Montpezat (qui a vendu en alleu, en 1171 à Amiel de Saint-Quentin sa part de seigneurie (dominium) moyennant l'engagement de ce dernier de céder le casal aux templiers après sa mort). Ces deux cessions ne nécessitent aucune autorisation comtale. Ajoutons que cet Amiel de Saint-Quentin, et semble-t-il ses descendants (Baby, no 36), exercent, dans le giron de la maison templière, une véritable seigneurie sur le casal.

70 Cart. Lescaladieu, ADHP, H 46.

71 Cart. Madiran, fol. 146-225 ; la plupart des actes ne sont pas datés, sinon par les abbatiats et les épiscopats de Tarbes et de Lescar, indications qui permettent de rapporter la grande majorité des donations de casaux entre 1150 et 1230. Les données de ce cartulaire sont doublement remarquables, en raison de la place éminente qu'occupent les casaux (29 donations de casaux pour 65 actes), et aussi en raison du soin apporté par le scribe à préciser la condition des divers personnages.

72 Magnou-Nortier, « La terre, la rente et le pouvoir... », pp. 74-94.

73 Par exemple, dans le cart. de Berdoues, apparaissent 4 ayants droit sur le casal de Mazerolles (no 2, 5, 155, 157, 161).

74 Et le cartulaire le plus riche est encore celui de Lézat, à la marge du champ assigné à cette étude (cf. par ex. l'acte 489, daté de 1157, où à l'occasion d'un partage de la seigneurie d'Asque en quatre parts, un des seigneurs d'Asque se voit attribuer comme part 8 casaux nommément désignés).

75 Ch. Higounet, Le comté de Comminges..., pp. 260-265.

76 ADG, I 2776 (original).

77 Cart. Berdoues, no 346.

78 Je n'ai pas trouvé dans le cartulaire d'indice déterminant pour situer socialement les Sarraute, les Gueite et les Lacoma. Ils pourraient appartenir à la frange dominante de la paysannerie, qui, nous le vérifierons par ailleurs, se trouve en Gascogne en continuité avec l'aristocratie des villages.

79 Cf. H. Richardot, « Le fief roturier à Toulouse... » ; à compléter par P. Ourliac, « A feo dare : note sur le fief toulousain aux Xe et XIe siècles », dans Les pays de Garonne, pp. 79-88 ; dans un cadre plus large, la question a été renouvelée par plusieurs travaux importants, dont notamment : E. Magnou, « Le sens du mot fief à tavers les textes méridionaux du Haut Moyen Âge », dans L'Information Historique, 1967, no 2 ; Les structures sociales de l'Aquitaine, du Languedoc et de l'Espagne au premier âge féodal ; Annales du Midi, t. 80,1980 (notamment les articles de E. Magnou-Nortier, « Fidélité et féodalité méridionales d'après les serments de fidélité », et de P. Bonnassie, « Les conventions féodales dans la Catalogne du XIe siècle ») ; E. Magnou-Nortier, La société laïque et l'église dans la province ecclésiastique de Narbonne (zone cispyrénéenne), de la fin du VIIIe à la fin du XIe siècle, Toulouse, 1974, pp. 161-172 ; P. Bonnassie, La Catalogne..., t. 1, pp. 209-214 ; Cl. Duhamel-Amado, La famille aristocratique languedocienne..., t. 1, pp. 351-369 ; R. Viader, « Remarques sur la tenure et le statut des tenanciers dans la Catalogne du XIe au XIIIe siècle », dans Annales du Midi, t. 107,1995, pp. 149-165.

80 Cf. ci-après chap. 6, p. 309.

81 Dans les chartes de Montsaunès, publ. Baby, les concessions à fief de casaux qui apparaissent dans les années 1270 ne semblent pas faire difficulté (no 31, 32, 33) ; par contre en 1247 à Lézat, l'abbé, à l'occasion d'une concession de casal jure feudi prend soin de préserver le droit au servicium qu'implique le jus casalis (cart. no 957).

82 On peut prendre l'exemple du Bitterrois étudié par M. Bourin-Derruau, Villages médiévaux en Bas-Languedoc..., t. 1, pp. 111-117, 129-132, 195-217 : il n'existe pas de lien obligatoire entre manse et servicium, ni entre manse et servitude (p. 202), et le manse est une structure en déclin alors même qu'en Gascogne le casal en expansion (ci-après, chap. 3).

83 Cependant, en dehors de Lourdes, les censiers du cartulaire de Bigorre tendent à mêler casaux et autres unités de perception non définies (du type : Untel doit tel cens) ; en toute rigueur, il convenait dans un premier temps de faire des comptages séparés.

84 Cart. Big. ms Pau A, fol. 7 : une analyse complète des données relatives à Ibos est donnée ci-après, chap. 6, pp. 316-327.

85 Ibid. fol. 22-25 : les vingt et un casaux spécifiés dans la liste des cent cinquante-deux censitaires présentent des formules de redevances concurrentes, tandis que pour l'ensemble se dégagent une formule dominante (pains, poule, numéraire, et dans une moindre mesure avoine), et une formule minoritaire en espèces.

86 Ibid., fol. 2-3 (De censibus de Levitano) : sur la liste de quarante-neuf noms que livre le censier de Lavedan, cinq seulement sont explicitement dits tenir un casal. On trouve des casaux dans les deux formules principales : d'une part un prélèvement en numéraire et ovins (le plus souvent un bélier) ; de l'autre un prélèvement fondé sur les céréales.

87 Ibid., fol. 6-7 (Deux rubriques successives : Hec est carta de censibus de Aura, et De censu Aura). La première liste compte cinquante-trois noms, dont près de la moitié (vingt-quatre) sont dits être des casaux : elle est caractérisée par la prédominance des redevances en espèces (de 12 deniers à 5 sous), par rapport aux deux autres formules (céréales-brebis et espèces-froment-brebis). Un système simplifié, au total. Or, la seconde liste de cens met en présence d'un tout autre type de prélèvement, combinant redevances multiples et obligations de service, avec possibilités de commutation. Comme aucun de ces douze casaux ne se trouve mentionné dans la liste précédente, il ne s'agit pas d’états dressés à deux époques différentes, mais bien de casaux de type différent.

88 Cart. Bigorre, ms Pau A, fol. 28-30 : le document fait suite à une énumération des censives d'Azun et à un état des casaux usurpés par le vicomte de Soule (ce qui permet une datation antérieure à 1238). Seules ont été prises en compte dans la carte les localités où le casal constitue l'assiette du pouvoir comtal, et où la nature des redevances est précisée. Quelques villages n'ont pu être localisés : Sempey-Marque, Sent Poli, Prued, Molias...

89 La présentation analytique qui suit nécessite quelques explications : 1) les comptages incluent uniquement les cens exigés pour les entités explicitement désignées comme casaux (la première ligne précisant le nombre de casaux pris en compte) ; 2) la formule-type correspond au mode de prélèvement attesté dans la majorité des cas ; 3) pratiquement tous les cas données comme exceptionnels font l'objet dans le cours de cette étude d'une référence particulière ; 4) les unités de monnaies, poids et mesures les plus courantes, données en abrégé, se développent ainsi : d = denier ; s = sous ; c = concade ; m. = muid. Seuls sont envisagés les cartulaires comportant une densité d'informations minimale (au moins une dizaine de cens), au-dessous de laquelle les données peuvent être considérées comme aléatoire.

90 Cart. Berdoues, no 534, 559, 578, 586, 588 (casal vel terra.) ; cart. Sorde, no 26, 27, 109, 160...

91 Cart. Noir Auch, no 96.

92 Ibid. no 156.

93 Cart. Sorde, no 141, 169-172.

94 Voir les exemples énumérés ci-dessous, pp. 87-88.

95 Cart. Sorde, no 18.

96 Cart. Bigorre, ms Pau A, fol. 8 ; cart. Sorde no 162 (équivalence casal 1/2 borie) ; pour la période suivante, l'équivalence est attestée dans le bas-Adour (AC Bayonne, GG 200). On ne sait trop si le nom donné à ce type de vaste domaine dérive de bovaria ou bien de borderia, comme le pense S. Faravel pour le Bazadais (Occupation du sol et peuplement..., p. 336 et suiv.)

97 Cart. St-Mont (Jaurgain), no 19, 73, 87-28 ; cart. Sorde, no 131, 132, 134. Dans ces deux cartulaires, la fita, sur qui pèsent des charges quasiment identiques au casal, représente une entité agraire habitée récemment gagnée à la culture.

98 Cart. Berdoues, no 559 ; cart. Sorde, no 69.

99 À Urdache, près de Sorde, le cens d'un casal qualifié de « petit » représente environ la moitié d'un cens ordinaire (Cart. Sorde, no 36), mais dans le même cartulaire il est admis que la charge pesant sur un casal entier vaudra pour les trois ou quatre casaux qui pourraient résulter de son partage (Ibid., no 141).

100 Ibid., no 143, casal de Sance deu Cerer et Arremon Falar.

101 Là encore, on ne dispose que d'éléments de réponse contradictoires : on voit bien au début du XIIIe siècle le prieur de Madiran Odon d'Arrosès amorcer une active politique de plantation de vignes (cart. Madiran, fol. 220-221), mais le vin est absent du tableau de redevances des casaux. On peut dans ce cas évoquer la force d’inertie de la coutume, ou bien se demander si les corvées, fréquemment exigées, n’ont pas permis le développement d’une viticulture domaniale dans la zone proche de l'abbaye.

102 Cart. Sorde, no 149 : on observe que les casaux béarnais de Carresse, qui, est-il spécifié sont à la norme du vicomte, sont également soumis à un prélèvement dominant en avoine (per concam viceconsulis), formule minoritaire, on l’a vu, pour le restant des casaux de l’abbaye.

103 L’adéquation casal domanial-prélèvement en avoine s’est prolongée jusqu'à l'époque moderne ; cf. par exemple dans l’œuvre du juriste béarnais De Maria, Mémoires et éclaircissements sur les fors et coutumes du Béarn (1734) l'affirmation selon laquelle « ceux que le for appelle casalès naturaux sont ceux qui donnent encore l'avoine qui fait rente des bègueries... ».

104 Cart. Simorre, fol. 381 ; cart. Sorde, no 30 ; cart. Madiran, fol. 181 ; Livre d'Or de Bayonne, no 27 (cum duobus de melioribus mansionariis ejusdem parrochie) ; la donation de Larramet à l'ordre du temple en 1134 fait également référence au melior casal (doc. publié par Du Bourg, Le grand Prieuré de Toulouse.P.J. no XII).

105 Cart. Sorde, no 46, no 62, no 118 ; cart. St Mont (Jaurgain), no 53, 59 ; cart. Berdoues, no 498.

106 Le prélèvement le plus disparate que nous pensions avoir repéré se trouve cependant correspondre à une erreur de lecture. Dans l'édition Cazauran du cart. de Berdoues, acte no 47, on lit que deux casaux sont simulatanément donnés ; l'un rend 5 muids de froment, 89 sous 18 deniers, une poule et un agneau, tandis que le second doit seulement 9 sous et 3 poules. Or, sur le manuscrit (ADG, I 448, fol. 14), on lit :.V. modios frum(en)ti vel. IX sol. morl et. XVIII. denarios : l'éditeur a lu comme le chiffre romain 50 ce qui était le L barré de vel. Je donne acte à E. Magnou-Nortier de l'existence à cet endroit d'une erreur de lecture, qui n'est pas d'ailleurs celle qu'elle supposait (« Trois approches... », op. cit).

107 Cart. Bigorre, ms Pau A, fol. 1 et 19, ms Bordeaux, fol. 1-2 et 27-28 : du XIIe au XIIIe siècle, on assiste à une triple évolution : 1) disparition de plusieurs catégories de casaux (casaux soumis à l'ost et à la chevauchée, casaux francs, casaux comtaux) ; 2) alignement des statuts tributaires sur un modèle – le casal de Cortina, placé en tête de liste –, faisant la part belle aux corvées ; 3) accroissement du nombre des casaux simplement grevés d'un cens en espèces.

108 Cart. Bigorre, ms. Pau A : fol. 30v°, 31r° ; le censier d'Ibos (fol. 7-8) précise que tel tenancier doit tot servici, tel autre également, mais que lo senhor los layssa ; tel autre enfin pard del servici...

109 Ibid., fol. 4v° « Car il est vrai qu'en raison d'un changement de coutumes, il est habituel de voir les peuples murmurer et se soulever contre leurs chefs ».

110 Cl. Duhamel-Amado, La famille aristocratique languedocienne, t. 1, pp. 322-323 et 329-330.

111 L. To Figueras, « Le mas catalan au XIIe siècle ».

112 Quelques mentions éparses, surtout aux marges de la région considérée, par ex. dans le cartulaire de Lézat, no 774 (1243), 837 (1187)...

113 Le dossier des casaux de Lourdes est inclus dans le cartulaire de Bigorre (Cf. ci-dessus, note 48). Ce cartulaire comtal comporte trois listes de cens : 1) une première liste de casaux (ms. Bordeaux, fol. 1-2, ms. Pau A fol. 1, ms. Pau B fol. 35), datable par la présence d'Arramon de Casamont, un personnage qui apparaît comme juge comtal dans la charte 42 du cartulaire de Saint-Savin datée de 1145, ce qui permet d'identifier la comte Centulle qui se trouve mentionné dans le censier avec Centulle III qui a régné entre 1163 et 1185, avec pour date butoir 1171, où furent concédées des coutumes qui abolissent le mode de recrutement militaire encore en vigueur dans la liste de cens ; 2) une seconde liste de casaux (Bordeaux, fol. 27-28, Pau A, fol. 19, Pau B, fol. 51-52), que nous datons des alentours de 1250-1272 par la présence comme tenancière d'une Marie Alegret dont le casal est vendu par un acte daté de 1272 (Pau A, fol. 31) ; 3) une liste de maisons (Bordeaux, fol. 2-4, Pau A, fol. 1-2, Pau B, fol. 35-36), sensiblement contemporaine de la liste II des casaux, en raison de la présence de la maison de Marie Alegret. Sur ces datations nos conclusions diffèrent donc quelque peu de celles qui ont été proposées par M. Berganton, « Des Lourdais à Berdoues », dans RIO, 1974, pp. 158-168. Une des difficultés d'interprétation réside dans le sens à donner aux laconiques mentions de « casal comtal » du premier censier et de « ceissaument » du second. C'est très vraisemblablement parce que les charges grevant les casaux comtaux devaient renvoyer à un statut perçu comme allant de soi que le scribe du XIIe siècle a omis de les énumérer. On observe que la plupart des « casaux comtaux » dont le nom se retrouve un siècle après sont chargés d'un service maximum. Quant à la formule ceissaument, elle renvoie à un statut quasiment identique à celui des casaux dont on détaille la charge, puisque pour l'un d'entre eux, le scribe dévoile une telle similitude (Lo casal W. Tasut ceissament cum lo primer de Cortina).

114 Le cartulaire de Bigorre révèle sur cette question une ambiguïté redoutable, puisque, tantôt le lexique oppose « franc » et « censal » (notamment à Ibos, ms Pau A fol. 7 et 8, où il est précisé que les censitaires ont leur propre viguier), tantôt il s'avère que le statut de franchise implique le versement d'un cens annuel (fol. 31). Il semble que la déconnexion sémantique cens (neutre)-service (avilissant) tend à prévaloir au XIIIe siècle, mais seuls, au total, les munera sordida sont clairement exclusifs de la franchise. À noter que quelques casaux portent le nom de Franquetad.

115 Pour la première liste de cens, qui comporte 75 casaux, la combinatoire des statuts et des devoirs donne lieu à 18 variantes principales.

116 Cf. notamment le censier d'Ibos (Pau A, fol. 7-8).

117 Ms Pau A, fol. 7, 8, 29v°.

118 Ibid. fol. 19.

119 Ibid., fol. 29.

120 Ibid., fol. 1v° : Lo casal que es a la porta don Hetz Arid debet las granolhas far carar ; service repris dans le second censier, fol. 19 : L'altre del Cognon idem, e granolhas far carar.

121 Ce droit fut, on le sait, rendu célèbre par le discours de l'« obscur député bas-breton » Le Guen de Kérangal lors de la Nuit du 4 Août (texte reproduit par J.-P. Hirsch, La Nuit du 4 Août, Paris, 1978, pp. 152-156) ; sur les aspects proprement médiévaux de ces « droits ridicules », cf. Boutruche, Seigneurie et féodalité, t. 1, p. 128, note 6 ; pour une mise en perspective historiographique, cf. J. Heers, Le Moyen Age, une imposture, Paris, 1992, p. 134 ; A. Boureau, Le droit de cuissage. La fabrication d’un mythe (XIIIe-XXe siècle), Paris, 1995.

122 Je ne prétends nullement que tel fut partout le cas, cf. J. Schneider, « Le droit de grenouillage dans la Lorraine médiévale », dans Le Pays Lorrain, 1953, pp. 12-17, qui, dans un cadre géographique excédant en fait largement la Lorraine, met en évidence un contexte de seigneurie monastique et une explication mettant en cause des tenures taillée dans l'indominicatum ; la charge de fugator ranarum (attestée pour la première fois à Corbie vers 1200) constituant un aspect très particulier du service dû à l’abbé.

123 Sur le servicium carolingien, cf. R. Le jan, Famille et pouvoir..., p. 118.

124 For de Bigorre, Fourgous et De Bésin éd., préambule et art. 2 : le comte y reçoit le serment aussi bien des pedites que des milites.

125 Ms Pau A, fol. 2 (Carta de casalibus de Laveda qui debent facere ostem comiti, et charte intitulée Hoc est de antequam).

126 Le fol. 6 du ms de Pau A, comporte trois achats de casaux.

127 Ms Pau A, fol. 12, et ms Bordeaux, fol. 19 (cf. ci-après, pp. 102-103).

128 Ms Pau A, fol. 31 (1256).

129 Ms Pau A, fol. 25, 1238 : Notum sit presentibus et futuris quod super demanda quant Ramundus Guillelmi filius Sole, primogenitus suus, faciebat super Castro de Bidalos, nos B. de de Mastato, cornes Bigorre et P. comitissa, uxor nostra, fecimus convenienciam in hunc modunt : novem casales sibi dedimus, V apud Geas, III apud Solos, I apud Osoos. Hoc donum acceptavit, et recipit dictus Ramundus W. per se et successores suos benigniter et in pace, et inde devenit inde miles meus ; et quitavit omnem demandam dicti castri de Bidalos [...].

130 Ms Pau A, fol. 4v°.

131 Le premier casal barégeois mis à contribution fait l'objet d'un formulaire complet (qui est ensuite, pour les autres casaux, résumé par similiter) : De casali Guilhermi Azii de Lunis, vel de membris eiusdem casalis, unum et meliorem pro velle comitis (« du casal de Guillem Azii de Luz, ou d'un membre de ce casal, un otage, parmi les meilleurs, selon la volonté du comte »)

132 Cart. Lézat, no 372 : dès 986, la donation de l'honneur ou casal de Adeilhac se double de l'établissement d'un droit d'albergue en faveur de l'abbé et de sa familia. Sur l’appropriation de la comestio par les seigneuries ecclésiastiques dans le Languedoc voisin, cf. Cl. Amado, La famille aristocratique..., t. 1, pp. 297-301.

133 Dans le Languedoc, pareillement, le devoir d'albergue n'incombe qu'à une minorité de manses assimilables à des fiefs, cf. Bourin-Derruau, Villages médiévaux..., p. 131.

134 Près de Sorde, Arnaud Garsie de Lafitte est tenu à un lourd service d'albergue ob casalem (Cart. Sorde, no 166), et le casal de Peiros, éclairé par l’acte suivant, a un statut de nature comparable ; il en va de même à Madiran pour le casal de Toas (cart. Madiran, fol. 217), dans les possessions de Montsaunès dans le Castillonais (chartrier, publ. Baby, no 8,12) ; et pour plusieurs casaux proches de Lézat (par exemple, no 14, en 1091 le casal de Guillaume de Texinario supporte un droit de gîte pour 10 chevaliers.

135 ADHG, St Bertrand de Comminges, 3G 26, original non daté (XIIe s) : Porcellus de Marinag et frater eius et sorores eius dederunt Deo et Beate Marie, que est sedes Convenarum, decimas quas habebant in villa de Marinag, de Ieri, de Galt, de Cirb, d'Assinag, de Planeg, d'ivernos et dederunt comestionem quant habebant in casale de Abbatia de Marinag.

136 Cart. Saint-Savin, no 6 : Ego Arnaldus abbas Sti Savini...dividi unum casale in duas partes, quod Begaria dicitur, quatenus una pars teneret unutn annum begariam, et alia pars daret ipsum annum Sto savino censutn tres solidos. Transacto itaque anno, qui ipse dedit censum, per manum abbatis bagariam accipiat, et ille quidem qui tenit begariam Warn predictum censum, ut dictum est, reddat. On doit vraisemblablement comprendre que ce qui est tenu à tour de rôle c'est la charge de viguier, qui donne droit à percevoir, sans contrepartie, les revenus de la moitié du casal qui lui est affectée (tandis que l'autre moitié est tenue à cens). Ce qu'on peut interpréter avec A. Meillon – dont le commentaire est ici meilleur que la traduction –, comme une initiative visant à accroître les revenus de l'abbaye, tout en évitant un trop grand enracinement des viguiers.

137 Cart. Noir Auch, no 105 : l'éditeur a raison de noter que le donateur, Pierre de Gavarret (village du Fezensac), n'a vraisemblablement rien à voir avec le vicomte de Gabardan.

138 Dans les pays gersois, par exemple, les casaux d'« abadies » sont moins fréquents et paraissent tenus par les grands vasssaux, les Biran (cart. Noir Auch, no 67), les Montesquiou (cart. Berdoues, no 91, 94, 106,112).

139 Le seul ouvrage de fond sur cet important phénomène concerne le Lavedan, et est déjà ancien : J. Bourdette, Notice des abbés Lays du Labéda, Toulouse, 1911 ; on en trouvera une analyse récente dans Ph. Araguas, « Mottes seigneuriales et abbayes laïques en Vic-Bilh... » qui y voit un héritage carolingien. Il m'apparaît cependant qu'une partie des abadies sont de création assez tardive, et que leur mise en place résulte d'un processus pluriséculaire.

140 Cart. Bigorre, ms Pau A, fol. 25 : lors de la transaction de 1238 relative au château de Vidalos, la liste des témoins se termine ainsi : et casales de Abbadia et de Begaria de Bidalos.

141 Ibid., fol. 7 v° : le censier d'Ibos s'ouvre par la liste des abbadies (las abbadias C. modios de civada, als casals garia a Nadal, agnet a Paschas.

142 M.G.H., Capit., II, 277, c.10 (819) ; Le Jan, Famille et pouvoir..., p. 120.

143 Cart. Sorde, no 8.

144 La seule difficulté étant de savoir si les églises privées, les plus nombreuses, ont systématiquement été dotées d'un casal ecclésial à l'instar des églises publiques.

145 Dans ce même cartulaire, on voit un certain Baldus de Olms donner le casal de ecclesie quod pertinet ad ecclesiam de Sent Angel (no 148) ; à Saint-Pé de Générès, tel autre seigneur donne dominium de casali et de ecclesia Sti Petri Pontacensis (cart. Saint-Pé, no 27) ; et près de Saint-Savin un certain Garsie donne à l'abbaye tertiam partem de casalario quod pertinet ad ecclesiam (cart. Saint-Savin, no 30).

146 Cette tendance se vérifie dans le cartulaire de Bigorre : vers la fin de la liste des casaux du Lavedan astreints au service d'ost, figurent les églises de Sainte-Marie d’Ouzous et de Sainte-Marie d'Ost (Cart. Big., ms Pau A, fol. 3) ; on l'observe pareillement à Simorre, mais en figure inversée, dans un acte placé sous le titre suivant : haec sunt ecclesiarum tributa. Après une énumération de tributs d'églises, vient un curieux panachage de cens dûs par des églises, des casaux (au nombre de trois), et un honneur (cart. Simorre, fol. 373).

147 Pour l’époque carolingienne, cf. Le Jan, Famille et pouvoir..., passim ; du Xe au XIIe siècle, ce mot a connu un affaiblissement sémantique très inégal selon les régions ; en Languedoc, il peut désigner une subdivision du manse, cf. Bourin-Derruau, Villages médiévaux..., p. 225 ; par contre, en Aragon, l'honor n'a pas cessé d'être « un bien qui accroît le prestige de son possesseur », cf. en dernier lieu C. Laliena Corbera, La formacion del estado feudal. Aragon y Navarra en la época de Pedro I, Zaragoza, 1996, pp. 229-267. Cette disparité reflète assurément les devenirs divergents de l'institution royale.

148 Voici la liste des occurrences dans lesquelles les deux mots figurent dans une même phrase : Lézat (986, no 372) : concedimus [...] omnem nostrum honorent, scilicet casalent de Adelac ; Lucq (début XIe s., no 7) :...divisit de sua propria honore unum casalent ; Saint-Mont (fin XIe s., no 68) : de dicto honore unum mansum ; Saint-Mont (fin XIe s, no 23) : duos mansos et medietatem alterius honoris ; Gimont (1151, II, no 106) :totum honorem ad ipsum casalent pertinentem ; Saint Savin (v. 1150, no 40) :... casalent construeret [...] ut semper fidelis et obediens [...] de ipso honore permaneat ; Montsaunès (1161-68, no 34) : honorem, scilicet duos casales ; Berdoues (1214, no 686) : honor qui pertinebat ad casale de Labatud.

149 Cart. Saint-Savin, no 40, 43.

150 Cart. Sorde, no 11 : honneur astreint au paiement d'un servicium ; no 69, honneur astreint au tributum ; no 19 (1058-1119) : un casal, planté en verger, est donné comme honneur.

151 Saint-Mont (Jaurgain), no 61 : honor sub parvo censu constitutus.

152 Livre vert de Bénac, no 20 (vers 1140) : « ... consilio consulis, XII casales, et medietatem de la domengadure de Marcharie et VI cavalaries reddidit » (de l'énumération qui suit il ressort que la moitié de ladite domenjadure correspond à 2 casaux).

153 Cart. Berdoues, no 578, 586.

154 Cart. Noir Auch, no 159 (1234).

155 Cart. Lézat, no 1031 (1194), 1095 (1102)...

156 Cart. La Réole, no 57 (1080).

157 Il faut dire que l'usage même du mot curtis est rare, et que, dans certains cas, il a pu simplement désigner des bâtiments d'exploitation (par ex. dans le charte de Pessan De Sancto Licerio, datée de 1068-1096, cette donation d'une vigne cum curtibus suis). Dans les pièces de Saint-Sever exploitées par B. Suau, « La formation du temporel », op. cit., on dénombre plusieurs curtes comprenant des villae, des manses et des vilains, mais jamais de casal.

158 Cf ci-dessus, chap. 1, p. 48.

159 Cart. Saint-Mont (Jaurgain), no 44 (début XIIe s.) : il s'agit de la noticia possessionum du monastère. Tandis que l'unité de compte des possessions du prieuré est le manse, il est question du senioraticum casalis Balduini. Or, ce casal est bien connu par d'autres actes (no 84, 86) et correspond au départ à un honor, créé par défrichement.

160 Cart. Sorde, no 50, no 102 : casal ubi fecit mansum ; à noter aussi ibid., no 147 mansum sive grangiam.

161 Dans la donation primitive (no 23, 1072-1105), il n'est question que de manses ; dans tous les actes ultérieurs du XIIe siècle, on ne trouve plus que des casaux (no 143, 144, 145, 146).

162 En Basse-Auvergne, G. Fournier, Le peuplement rural..., pp. 223-229, montre que la casa peut dominer un domaine incluant des manses.

163 Cart. Bigorre, ms Pau A, fol. 25 : en 1238, lors de la renonciation du vicomte de Soule au château de Vidalos, furent désignés dans les rangs de l'aristocratie, cinq garants, parmi lesquels « casale d'Abadia et de Begaria de Bidalos ».

164 Cart. Bigorre, ms Pau A, fol. 8 et 9 : le cens des porcs est tantôt perçu par villages ou par casaux.

165 Au XIIe siècle, la prégnance des biens tenus ad servicium est devenue si forte que les possesseurs de biens francs se sentent obligés de justifier ce statut ; cf. par exemple l'acte 112 du cart. Noir d'Auch (milieu XIIe siècle) : « Et est totus honor meus ab antiquisimis temporibus francus et liber ab omni servicio... ».

166 Soit pour s'en réclamer, soit pour s'en distinguer, tous les travaux récents se situent dans le prolongement de l'œuvre fondatrice de Marc Bloch dont l'essentiel se trouve rassemblé dans les recueils Mélanges Historiques..., et Rois et serfs... : P. Bonnassie, « Marc Bloch, historien de la servitude. Réflexions sur le concept de « classe servile », dans Marc Bloch aujourd'hui. Histoire comparée et sciences sociales, H. Atsma et A. Burguière dir., Paris, 1990, pp. 363-385 ; Id., « Survie et extinction du régime esclavagiste... » ; Id., D'une servitude à l'autre, dans La France de l'an Mil, Paris, 1990, pp. 125-141 ; M. Bourin-Derruau, Villages médiévaux..., t. 1, pp. 210-215 ; E. Magnou-Nortier, « Servus-servitium... » ; D. Barthélémy, « Qu'est-ce que le servage... » ; Id., La mutation de l'an mil a-t-elle eu lieu ? ; F. Panero, Servi e rustici... ; P. Freedman, The origins of peasant servitude... Les historiens de la Gascogne ont également produit une œuvre considérable : L. Batcave, « Le servage ou la questalité en Béarn » ; G. Hubrecht, »Le servage dans le Sud-Ouest de la France... » ; P. Luc, Vie rurale et pratique juridique en Béarn..., pp. 20-49 ; P. Ourliac, « L'hommage servile dans la région toulousaine », réed. dans Etudes du droit médiéval, pp. 125-132 ; Id., « Le servage à Toulouse aux XIIe et XIIIe siècles », ibid., pp. 133-146 ; A. Cabanis et D. Anex-Cabanis, « Serfs commingeois », dans Mélanges Roger Aubenas (Rec. Mém. et Trav. publ. par la Soc d'Hist. du Droit), fasc. 9, Montpellier, 1974, pp. 108-119. Citons enfin le mémoire de maîtrise de S. Planas, Le servage dans les commanderies du Midi Toulousain (XIIe-XIIIe siècles), dir. par M. Berthe et P. Bonnassie, soutenu à Toulouse-Le Mirail en 1989.

167 Publ. J. Fourgous et G. de Bézin, art. 6, 37.

168 Cart. Saint-Mont (Jaurgain), no 18, 48, 53, 63, 70, 87-7.

169 Cart. Sorde, no 6 : tam de tributis...quam de villanis (alors qu'à l'acte 72 tributum est l'équivalent du vectigal, défini par un cens et des corvées (acte 71), qui caractérisent par ailleurs le statut des rustici et vitlani...).

170 Ibid., no 20, 62, 70 :franqui astreints au cens.

171 Ibid., no 118 : en raison d'une terre censualis, le seigneur de Poustis reddebat...sicut uni de rusticis (milieu XIIe siècle).

172 Ibid., no 67, 90 (1106-1136) : il'agit de Raimond d'Escos.

173 Ibid., no 67, 134, 175.

174 Ibid., no 23, 62.

175 Cart. Saint-Savin, no 18.

176 En fait les textes semblent se faire l'écho de pratiques contradictoires ; cf. l'exemple du Comminges analysé par A. Cabanis, op. cit., pp. 110-112 et particulièrement note 23.

177 Cart. Sorde, no 118.

178 G. Duby, La société aux XIe et XIIe siècles..., pp. 444-447.

179 Cart. Berdoues, no 500 : vers le milieu du XIIe siècle, un certain Bonet de Cesmeadas recouvre la liberté en consentant à vendre son casal à l'abbaye :... pro tenentia autem casalis hujus, Bonetus solebat esse pagisius (fratrum), XII denarios annuatim eos faciens... et nunc, pro firmatione casalis hujus, liber effectus est. Cf. D. Barthélémy, « Qu'est-ce que le servage ? », op. cit., p. 278.

180 Aspect bien mis en relief pour le Comminges par A. Cabanis, op. cit., pp. 115-116. Une des rares dispositions relatives à l'attache au sol est à chercher dans le cart. de Sorde, no 147 : Si vilianus filios habuerit, non exibunt de domino suo sine licentia domini sui (vers 1150) ; le formariage est attesté dans un acte du cart. de Montsaunès, no 70 (fin XIIe s). La liste des incapacités des serfs semblent être, dans les cartulaires gascons, beaucoup plus rares que dans les autres régions du Midi (cf. par exemple dans le Languedoc, M. Bourin-Derruau, Villages médiévaux..., t. 1, pp. 210-216).

181 Cart. Sorde, no 143 (1150-1167) : cinq des vingt-cinq rustici... sive casa (u)s de la villa de Saint-Cricq... debent etiam omnem servilem opus facere, sicut servi domino suo. L'exception, comme la règle, s'expliquent selon moi ainsi : les 5 casaux soumis à l’opus servile sont les héritiers de la dotation primitive de l'abbaye (fin Xe s) ; ils sont ainsi qualifiés parce qu'ils doivent être distingués des casaux ultérieurement constitués par autotradition, non soumis à la corvée et dont le cens constituait un service non tenu pour servile.

182 Cart. Sorde, no 58.

183 Liber Miraculorum ipsius, publ. J. Contrasty, p. 228 ; dans les actes de la pratique commingeois la première attestation de servus pour désigner un paysan de condition servile est de 1257 ; cf. A. Cabanis, op. cil., p. 109, note 6.

184 C’est en dehors du cadre des casaux qu'on peut le plus sûrement apercevoir quelques silhouettes de serfs ratione corporis ; cf. notamment les actes 71, 72, 73, 74 et 75 du cart. de Montsaunès.

185 P. Ourliac, « L'hommage servile... », et « Le servage à Toulouse... », op. cit., à compléter et à nuancer par le panorama général donné par S. Planas, Le servage..., op. cit.

186 P. Freedman, The origins of Peasant servitude.

187 A. Cabanis, op. cit.

188 Cart. Montsaunès, no 76 (1164-1168).

189 ADG I 20805, chartes de Pessan, deux occurrences : De Galbisano, et De sancto Licerio (XIe siècle).

190 J.-J. Larrea, Peuplement et société en Navarre..., pp. 871-886.

191 P. Freedman, The origins of Peasant servitude... ; L. To Figueras, « Le mas catalan du XIIe s. ».

192 Ibid., no 70 ; de même l’acte 48 livre, indirectement, cette équivalence.

193 Les principaux exemples ont été donnés ci-dessus (pp. 87-88) ; c'est le cart. Noir d'Auch, no 27, qui atteste l'existence d'un rusticum cum toto honore suo.

194 Agricola : c'est le vocable le moins rare. Trois attestations se rapportent à la fin du XIe siècle : Convocatis agricolis de villis que tunc adjecebant civitatis (cart. Noir Auch, no 128) ; ecclesiam...extruximus, domicilia fecimus, agricolas statuimus (cart. Condom, copie Gardère, pp. 51-52) ; Construxit aliquanta agricolarum hominum praedia (cart. Madiran, fol. 159) ; une au milieu du XIIe (1141) ; Terram et decimam quant agricolae salvitatis per agros...laborant (cart. Simorre, fol. 381) ; enfin une une attestation pour la fin du XIIe s : et si de heremo ad cultum trahere voluerint, teneant sicut mos est agricolarum terras novas arare (cart. Bonnefont, no 153).
Agricultor : Enim terra inculta jacebat, nullus agricultor earn serverat (cart. Sorde, no 131, 1119-1136).
Arator : Omnia instrumenta quae aratori necessaria et utilia sunt (cart. Condom, copie Gardère, p. 30, fin XIe s.).
Colonus : donation d'unum casallum...terram scilicet cultam et incultam, qum non erat ibi colonus qui ipsam excoleret (cart. Auch, no 80, 1186) ; Dicti vero arbitri inquisita veritate a colonis ipsius terre (cart. Noir Auch, no 128, 1256).
Cultor : Cultor illius casalis (cart. Madiran, fol. 163, 1179-1181).
Habitator : Mansum...talis est qui nunquam dedit habitatorfidejussorem (cart. Sorde, no 51, 1105-1119) ; Dicant prius habitatoribus de Monclar ut levent peias suas (cart. Berdoues, no 289, 1209).
Incola : Ecclesia de Lana ab incolis nominata (cart. Condom, copie Gardère, p. 21, XIe s) ; si forte predicte terme incolae redirent (cart. Berdoues, no 196, 1181).
Laborator : Fidejussores fuerunt...et Bassia laborator de Jeroncengs (cart. Lucq, XIe s., no 12)
Ruricolis : A vicinis ruricolis diligenter percunctantes (cart. Condom, copie Gardère, pp. 51-52, XIe s.) ; Ruricole...qui possessiuncula atque artigalia possidebant (cart. Bonnefont, no 1, 1136-1137).

195 Cart. Sorde, no 163.

196 Cart. Madiran, fol. 224 (début du XIIIe s).

197 Cf. le jugement d'H. Lefebvre pour la vallée de Campan : « Les membres tombés sous les rapports féodaux... restent en tant que membres de la communauté strictement les égaux des hommes libres » (La vallée de Campan..., p. 133) ; on verra que ma démonstration conduit bien au-delà de ce constat.

198 Cart. Lézat, no 186.

199 Cart. St Mont (Jaurgain), no 53, 59.

200 Cart. Condom (cop. Gardère), p. 27.

201 Cart. Bigorre, ms Pau A, fol. 30 ; sur la coutume des manses en Languedoc, cf. Bourin-Derruau, Villages médiévaux..., pp. 205-209.

202 Cart. Madiran, fol. 220 : pour financer la reconstruction d'un portique incendié, le prieur Odon d'Arrosès (début XIIIe s.) convoque une assemblée : cum militibus et proceribus, populum totius villae convocavit...quo audito populus respondit praeterea prior audiens istud opus per populum villae nullatenus peragi posse... ; fol. 224v° : donation faite en présence de tota alia curia militum quae in hac villa erat cum domino Gastone (vcte de Béarn), et etiam omnes vicini huius villae...

203 Cart. La Réole, no 72.

204 Cart. Sorde, no 150 (1010-1032).

205 Ibid., no 80, 108, 113 (voir aussi cart. Berdoues no 731).

206 Ibid. no 1 (avant 1105).

207 Ibid., no 181 (1172).

208 Ibid., no 25 (1072-1100).

209 Cart. Simorre, fol. 382.

210 Cart. St Mont (Jaurgain), no 87-7 (fin XIe s.).

211 « Pouvoir des noms et pouvoir de nommer dans une seigneurie ecclésiastique gasconne du XIe siècle (Saint-Mont) », dans Georges Duby. L’écriture de l’histoire, Louvain, 1996, pp. 109-117.

212 Pour les pays germaniques, voir M. Parisse (dir.), L’Allemagne au XIIIe siècle, Paris, 1994, p. 129 ; pour l'Italie du nord, F. Panero, Servi e rustici, pp. 167-168 (exemple de Biandrate).

213 Voici deux exemples parmi les riches informations fournies par le cartulaire de Lézat : les tenanciers du casal de Gotolas sont homines honorati (no 645), tandis qu'au même moment (1246), Bernard de Arano fait hommage par les mains pour le casal del Bosc au titre duquel il se reconnnaît tenu au servicium au même titre que ses ancêtres (no 850).

214 Cart. Montsaunès, no 10.

215 Cart Bigorre, ms Pau A, fol. 4v° (selon Du Cange, ce verbe altreare est un apax).

216 Cart. Sorde, no 23 (1072-1105).

217 Ibid., no 143 (1150-1167).

218 Ibid., no 168.

219 Ibid., no 148 : dans le ms (fol. 37), le nom correspond à un blanc, mais le récapitulatif des casaux donné à la fin de l'acte ne laisse subsister aucun doute.

220 Ibid. no 113.

221 Cart. Sorde, no 147.

222 Ibid. n” 92.

223 Cart. Madiran, fol. 173.

224 Cart. Saint-Pé, pp. 262-263.

225 Cart. Berdoues, no 609 ; cart. Montsaunès, no 80, 86 (avec un casal dels Pagesencs).

226 Cart. Montsaunès, par exemple : no 80, 85, 86.

227 Cart. Lescaladieu, ADH P, H 16 (1260).

228 Cart. Berdoues, no 91.

229 Cart. Montsaunès, no 24, 29.

230 V. par exemple, les chartes no 815, 985...

231 Outre les exemples cités plus haut, voir les équivalences homines-milites attestées dans le cartulaire de Gimont, II, no 105, 117, V, no 10. Le dépouillement des chartriers du fonds de Malte a permis à S. Planas, Le servage... op. cit., pp. 85-92, de débusquer quelques curieux exemples d'identification d'hommes désignés comme serfs avec le milieu aristocratique.

232 Un premier acte, daté de 1202, met en jeu sans davantage de précision les homines de casale de Serra qui tiennent en gage l'église de Laïlère, proche de l'abbaye, pour la somme de 30 sous morlaas (no 140) ; dans les années qui suivent, on découvre que l'appellation « hommes des Serres » se rapporte avant tout à deux chefs de famille, Vital Gril et Senor de Serres, chargés en 1210 de collecter au profit des moines les annuités du revenu de ce castrum engagées par son seigneur, Arsieu de Montesquiou (no 118) ; l'acte, notons-le bien, est conclu en présence des autres « hommes » de Serres. L'année suivante, Vital de Gril prend à fief une vigne pour un cens de 8 deniers morlaas (no 65). En 1217, on apprend qu'une controverse a éclaté entre l'abbaye et les « hommes de Serres » ; or, il s'avère qu'elle concerne le seul Senor de Serres à propos du casal de la Franquetat donné aux moines par le sire de Montesquiou (no 123). L'affaire se clôt sur un compromis : les « hommes de Serres » abandonnent à l'abbaye la possessio de la moitié du casal, et gardent l'autre en payant un cens de 12 deniers l'an. Enfin, en 1224, le nom de Vital Gril figure dans une liste de témoins, entre ceux d'un seigneur et d'un prieur (no 121, 609).

233 ADPA, B 1381, fol. 541-548 : copie moderne découverte par J.F. Le Nail qui en prépare la publication, et qui en donne une analyse circonstanciée dans « L'installation de Lescaladieu dans la haute Vallée de l'Arros », dans La vallée de l'Arros depuis la préhistoire. Occupation du sol et vie quotidienne à travers l'archéologie et l'histoire, Tarbes, 1995, pp. 79-89.

234 Cart. Bigorre, ms Bordeaux, fol. 19 ; ms Pau A, fol. 12. Il n’existe pas d'élément de datation décisif : s'agit-il de la comtesse Béatrix, veuve de Bernard II et épouse de Centulle V Gaston, vicomte de Béarn, qui vit à la fin du XIe siècle, ou bien de Béatrix, fille de Centulle II et épouse de Pierre de Marsan, qui règne dans le second tiers du XIIe siècle ? Il est stipulé que lorsque la comtesse viendrait à Pouzac prendre possession de ses droits, le seigneur concédant, Otton, devrait veiller à faire rendre aux hommes du village leur part de droits, et, ajoute la charte : si tantum erat ut illi homines qui tenent casales in Pozlag volebant (ou bien : nolebant) facere ullas divisiones cum Ottone » (c'est-à-dire qu'ils exigent (ou bien : refusent) de partager les droits ou revenus des casaux) faciat ornes placitos cum eis et requirat totum suum rectum. L'obscurité vient donc du fait qu'il y a désaccord sur un mot clé entre le manuscrit de Bordeaux (volebant) et celui de Pau (nolebant). Pourtant, quelle que soit la leçon retenue, les casaliers apparaissent comme une force sociale considérable, au point qu'on peut soupçonner Otton de se débarrasser d'une villa dont il a peine à assurer le contrôle et à percevoir les revenus.

235 Cart. Sèregrand, fol. 13.

236 Cart. Berdoues, no 634.

237 Ibid., no 609, et cart. Bonnefont, no 176.

238 Cart. Madiran, fol. 166-167.

239 Ibid., fol. 166 : voluerunt hanc donationem sine hominibus quant Garsias Raimundus faciebat ; unde Garsias Raimundus accessit ad suos homines proprios, rogans eos ut hanc donatione libere ei promitterent facere, qui omîtes pariter una voce concesserunt et absolverunt ; postmodum, Garsias Raimundus illos homines necnon et mulieres a jugo sui dominii quo ei obligabantur per se, et per duos filios quos habebat et pro omni genere suo penitus absolvit...

240 Cf. supra, p. 93 ; cart. Berdoues, no 500.

241 Cf. notamment la notice de Berdoues no 454 (1215), relatant la donation du castrum de Durfort à l'abbaye : les « hommes » du castrum pourront choisir de suivre leur seigneur ou bien de rester en place ; cette alternative ne saurait évidemment concerner l'ensemble des paysans qui cultivent le terroir, mais des sortes de ministériaux fieffés.

242 Les historiens d'outre-Pyrénées soulignent que l'enracinement spatial des pouvoirs, qui commence au niveau inférieur par la généralisation du solar, constitue une nouveauté essentielle de l'âge féodal ; cf. J.A. Garcia de Cortázar, La sociedad rural en la España medieval, part. pp. 53-54, et 78-80.

243 P. Toulgouat, Voisinage et solidarité..., carte, p. 13.

244 R. Le Jan, Famille et pouvoir..p. 107.

245 W. Rösener, Bauern im Mittelalter, Munich, p. 169.

246 G. Tabacco, I liberi del re... ; R. Le Jan, Famille et pouvoir..., pp. 118-119.

247 Ph. Contamine, La guerre au Moyen Âge, p. 161, donne une liste des diverses appellations sous lesquelles on trouve à travers l'Europe ces paysans-combattants : servientes loricati, milites gregarii, milites secundi, milites rustici, milites plebei ; M. Collardelle et E. Verdel, Les habitats du lac de Paladru..., pensent avoir découvert les vestiges d'un village de paysans-soldats de l'an Mil ; F. Menant, Campagnes lombardes au Moyen Âge..., pp. 691-697 décrit un système de fiefs d'écuyers ou de services qui ressemble fort à celui qu'on a vu fonctionner à Lourdes sur la base du casal ; dans les pays de Castille et Léon les cabaUeros villanos se situent dans ce même horizon social, cf. C. Pescador, « La caballeria popular en Leon y Castilla », dans Cuadernos de Historia de España, no 33-34 à 39-40 (1961 à 1964), à compléter par l'analyse du rôle joué par les « serranos », pasteurs et guerriers, que donne L.M. Villar Garcia, La Extremadura castellano-leonesa. Guerreros, Clérigos y campesinos, Valladolid, 1986, pp. 188-198.

248 Pour une comparaison avec le manse languedocien, cf. Bourin-Derruau, Villages médiévaux..., pp. 114, 197.

249 Ibid., p. 196.

Table des illustrations

Légende Figure 4. Le casal des Busquets à PéguilhanLe casal des Busquets à Péguilhan est connu par un petit dossier de textes issu de l'abbaye cistercienne de Nizors : 21 pièces analysées dans le répertoire du R.P. Pailhès établi au XVIIIe siècle (ADHG), dont certaines sont conservées aux ADG (cotes I 425 et I 2621). Ce dossier permet de mettre en évidence :1. La multiplicité des ayants droit sur ce casal au XIIIe siècle (au moins 7 groupes familiaux différents de l'aristocratie font donation de leurs droits entre 1213 et 1291, dont le comte de Comminges) ;2. L'incertitude originelle, qui se prolonge jusqu'au XVIIe siècle, sur la désignation et la nature de ce bien. Dans les pièces latines conservées, casale seu casalia, locus, territorium. Dans les analyses d'érudit, proches du texte originel, casal (jusqu'en 1236), village et terroir (1269-1291), puis à partir du XVIe siècle métairie. Mais pour finir s'agissait-il ou non d'une terre noble ? La question ne fut tranchée qu'au prix d'un procès entre 1629 et 1669 ;3. La consistance territoriale du casal qui, au XIIIe siècle, est ainsi décrite (ADG, I 2621, no 451) : Termini dicti casali sive casalium dictorum sunt prout concludit rivum de Saramuliano ex una parle, et rivus deu Busquet ex altera, et rivus quod Gessa dicitur ex altera, et via quod tendit de Mondilhano versus Pegulhanum. La confrontation de ces indications avec le terrain et les données topographiques modernes permet de restituer avec certitude ce casal comme un quadrilatère d'environ 120 hectares s'étendant entre la ligne de crête et le cours de la Gesse.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/18066/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 106k
Légende Figure 5. Les casaux du comte de Bigorre au début du XIIIe siècle
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/18066/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 318k

© Presses universitaires du Midi, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search