Version classiqueVersion mobile

Des maisons et des hommes

 | 
Benoît Cursente

Première partie. Le casal et le chaînage féodal de la société (Milieu xie - Milieu xiiie siècle)

Chapitre premier. Au seuil d'une histoire de la maison : la question du casal

Texte intégral

1Il m'a paru imprudent d'affronter la question du casal sans prendre quelques précautions préalables : évaluer la qualité et la fiabilité des sources, cerner l'extension géographique du phénomène, et faire le point sur la tradition historiographique ainsi que sur les indispensables éclairages que le comparatisme pouvait fournir.

I. Le casal dans le corpus documentaire

  • 1 Ch. Higounet, « Pouvoirs et structures sociales en Gascogne (v. 977-1032) », dans La Catalogne et (...)

2Le point de départ d'une enquête sur le casal coincide simplement avec la naissance à l'histoire de la Gascogne. En effet, durant le très Haut Moyen Âge, la situation de la Gascogne est essentiellement connue au travers de textes produits en dehors de ses limites, ce qui est la définition même de la protohistoire. Au Xe siècle encore, et jusqu'au lendemain même de l'an mil, les données textuelles restent d'une grande maigreur, et d’une fiabilité souvent douteuse1.

  • 2 C'est à partir de là que démarre véritablement l’information contenue dans les cartulaires de Sain (...)
  • 3 On connaît à cet égard l'évolution de la pensée de G. Duby, qui en est venu à se demander si la «  (...)

3Le milieu du XIe siècle marque indubitablement le véritable départ de l'histoire de la Gascogne, avec un spectaculaire accroissement des actes transcrits dans les cartulaires qui se combine, comme en bien d’autres régions, avec une modification sensible des formulaires2. Cette floraison soulève d'importantes questions, qui se rattachent à un débat historiographique en cours qu'il est difficile d'éluder. Dans quelle mesure la naissance de la Gascogne à l’écriture n’est-elle pas une illusion due à une meilleure conservation des documents ? En tout état de cause, ne faut-il pas se garder de tenir pour des nouveautés ce qui n’est qu’émergence à l’écriture de réalités anciennes3 ? Il conviendra, pour finir, de prendre position dans ce débat fondamental, alors même que la documentation qui s’offre à l’historien de la Gascogne à partir du milieu du XIe siècle est à utiliser avec circonspection.

A. La consistance des sources

  • 4 Cf. le catalogue donné en fin d'ouvrage ; pour apprécier la situation documentaire de la Gascogne, (...)
  • 5 La plupart proviennent des fonds de Saint-Sever, La Réole, Condom, Auch, Lucq, Saint-Savin, ainsi (...)
  • 6 A. Meillon, Histoire de la vallée de Cauterets, t. 1, Cauterets, 1920, analysait ainsi les plus an (...)

4En l’absence quasi totale de sources narratives, la documentation consiste en un ensemble de cartulaires, essentiellement monastiques, et en quelques fragments de chartriers ecclésiastiques4. Cet ensemble, il faut le souligner, est hétérogène. Sont d’abord à considérer à part les pièces les plus anciennes, antérieures aux années 1040-10505. La critique récente a démontré qu’il s'agissait majoritairement de pièces refaites ou interpolées, destinées à constituer de « bons dossiers » pour défendre des revendications temporelles bien précises6. Un tel diagnostic vient accentuer davantage encore la rupture documentaire du milieu du XIe siècle, dont le seul comptage des actes révèle l'ampleur.

  • 7 Il existe, en suivant ce critère du volume, une dernière catégorie de sources : les multiples frag (...)
  • 8 Ce fonds – le fameux fonds de Malte de la série H – concerne une multitude de commanderies, modest (...)

5A ne considérer que leur aspect externe, les cartulaires gascons se présentent sous des formes extrêmement variées. D'abord leur volume, fort disparate, conduit à opérer un classement en trois catégories. Au sommet, les deux gros cartulaires cisterciens de Berdoues et Gimont, riches chacun de plus de 800 pièces, qui à eux seuls fournissent plus de la moitié des actes antérieurs à 1270. Ensuite un groupe de cartulaires d'ampleur moyenne (entre 100 et 300 actes), tels que Sorde, Auch, Saint-Mont, La Réole, Condom. Enfin un ensemble de petits cartulaires ou chartiers (entre 40 et 100 actes), comme Saint-Sever, Lucq, Morlaas, Bayonne, Madiran, Saint-Savin, Saint-Pé-de-Geyres, Simorre, Sère-grand, Pessan, Lescaladieu... Il s'agit là de fonds pour partie inédits, qui se sont révélés précieux pour notre propos7. Dans ce panorama documentaire, il faut faire une place particulière à l'impressionnant fonds des commanderies de Saint-Jean de Jérusalem et du Temple conservé aux Archives de la Haute-Garonne, dont une fraction concerne la Gascogne8.

  • 9 Il s'agit des cartulaires d'Auch, Bayonne, Berdoues, Condom, Gimont, Montsaunès, Saint-Mont, Sorde (...)
  • 10 ADHP, H 1 : inventaire des titres conservés aux archives du monastère de Lescaladieu, établi en 17 (...)
  • 11 ADHG, 109 H 22, inventaire des titres de l'abbaye de Nizors établi en 1754 par le feudiste Rozet ( (...)
  • 12 La publication qu'en a faite G. Balencie dans l’Annuaire du petit séminaire de Saint-Pé de 1887 (p (...)
  • 13 Le « cartulaire » de Saint-Sever conservé aux A.D. des Landes sous la cote H 14 usurpe en fait son (...)
  • 14 Pour les publications des XIXe et XXe siècles collationnées sur des manuscrits médiévaux, la vérif (...)

6Plusieurs cartulaires majeurs sont connus par des manuscrits des XIIe-XIVe siècles9 ; mais une majorité de textes ne nous sont parvenus, de façon plus ou moins fragmentaire, que sous la forme de transcriptions ou d'éditions d'auteurs des XVIIe ou XIIIe siècles, érudits, feudistes, bénédictins. A ce dernier cas de figure s'apparentent les chartriers de Lescaladieu10 et Nizors11, dont la majorité des pièces, aujourd'hui disparues, ne nous sont connues que par les analyses qui en sont données dans les inventaires du XVIIIe siècle. Plusieurs recueils sont communément appelés « cartulaire » par abus de langage : c'est le cas des chartes de Saint-Pé de Geyres12, ou de celles de Saint-Sever13. Les textes transmis par des copies modernes souffrent évidemment des recopiages successifs qui ont souvent affecté la graphie des noms propres et, parfois, la compréhension générale des enjeux. Leur mise en œuvre a donc nécessité un travail d'érudition plus ou moins poussé14.

  • 15 L’ensemble de chartes de Saint-Béat, inclus dans le cartulaire de Lézat, a été étudié par G. Mouth (...)

7Un dernier aspect est à évaluer : la répartition géographique de la documentation. Un pointage cartographique des centres producteurs (fig. 2) met en évidence des densités contrastées. Hormis l'abbaye de Saint-Savin, ou le prieuré de Saint-Béat15, le monde des vallées pyrénéennes est pauvre en centres de production documentaires. Dans les pays du piémont ; il existe un réel contraste entre deux zones, séparées par une ligne de direction grossièrement ouest-est, qui passerait quelque vingt kilomètres au nord de Bayonne, Sorde, Saint-Mont, Auch, Gimont. Au sud de cette ligne, s'étend une Gascogne relativement bien pourvue en sources, bénéficiant d'un maillage assez serré pour ne laisser dans l'ombre que des portions limitées du territoire ; au nord, un espace plus déshérité, qui inclut les pays quasi déserts de la grande Lande, mais aussi le nord de l'Armagnac, du Fezensac, ainsi qu'une partie de la Lomagne. Il est certain que toute recherche sur le casal est étroitement tributaire de cette géographie documentaire. Par principe elle embrasse, on l'a dit, toute l'ancienne Novempopulanie ; mais dans les faits elle concerne surtout la partie médiane de ce territoire, soit environ le tiers de la superficie.

B. Le miroir des sources

  • 16 P. Bonnassie, La Catalogne..., t. 1, pp. 24-26 : seule la conservation d’originaux émanant de mili (...)

8L'historien qui se trouve réduit à fonder sa recherche sur les cartulaires ne peut ignorer les avertissements pessimistes qui lui viennent de tous bords. En effet, son enquête est irrémédiablement biaisée par la nature même des sources16. L’historien des cartulaires se doit donc d'évaluer sa marge et sa capacité de manœuvre dans sa quête d'une réalité qui n'est pas celle que les scribes eurent le dessein de servir.

  • 17 Cette importante source, fort curieusement, ne figure pas dans la recension des « Cartulaires fran (...)

9Le premier inconvénient des cartulaires des XIe et XIIe siècles est de proposer un ensemble de faits étroitement tributaires de la vision idéologique et des intérêts matériels des milieux monastiques. Le corpus disponible n'échappe certes pas à ce biais, mais il comporte un élément de pondération fondamental : le cartulaire de Bigorre, un document comtal rédigé vers la fin du XIIIe siècle, où se trouvent transcrites de nombreuses et importantes pièces dont les plus anciennes remontent à la seconde moitié du XIe siècle17. Cette source permet d'évaluer de façon certaine l'emprise sur les casaux et les maisons du détenteur de la puissance publique, une emprise qui, dans les cartulaires ecclésiastiques, n’apparaît souvent que de façon incidente ou en négatif.

Figure 2. Cartulaires et casaux

  • 18 Il s'agit là, on le sait, d'un problème général posé par les censiers carolingiens et post-carolin (...)

10Il reste à tenter de mesurer le degré d'autonomie de la scripta des clercs par rapport au concret. On sait en effet combien le recopiage scrupuleux d'anciens formulaires a pu donner l'impression fallacieuse de permanence d'un monde figé18. En s'en tenant aux ensembles les plus consistants, il faut à cet égard opérer une distinction entre deux sortes de cartulaires : d'une part ceux qui émanent de monastères bénédictins traditionnels (auxquels s'ajoute celui du chapitre cathédral d'Auch), et de l'autre les deux grands cartulaires cisterciens de Berdoues et Gimont. Ceux-ci se présentent comme des recueils de notices homogènes, enchâssées dans de courts et banals formulaires, scrupuleusement classées par granges. Ceux-là (Madiran, Auch, Saint-Savin, Saint-Mont, Sorde), qui contiennent l'essentiel des actes gascons de la seconde moitié du XIe siècle, sont autrement variés, et à ce titre intéressants à analyser.

  • 19 Par exemple le Cartulaire Noir d'Auch se compose de 108 notices, 39 chartes et 27 pièces de nature (...)
  • 20 On appréciera le peu d'originalité des préambules gascons à l'aide de la contribution de P. Bourga (...)
  • 21 Deux exemples extraits du Cartulaire Noir d'Auch : un chaînage simple sur deux générations avec l' (...)
  • 22 Par exemple dans le cart. Noir Auch, l'acte 57 (vers 1095)
  • 23 Cart. Noir Auch acte 58 (vers 1150)
  • 24 Cart. Noir, acte 137 (1222) : ut nostris gesta temporibus perpetue veritatis robur obtineant et ve (...)
  • 25 Deux actes m'ont semblé à cet égard particulièrement révélateurs. Le premier est un acte Saint-Mon (...)

11Ils sont eux aussi composés essentiellement de notices19. Par rapport aux épaves du Xe siècle les actes présentent, classiquement, des eschatocoles allégés. Plus important pour nous, ces notices cessent de calquer leurs descriptions de biens sur les formulaires anciens, qu'on ne retrouvera guère mis à contribution que pour les chartes de confirmation comtales. Une minorité de notices sont coiffées d'un préambule étoffé. D'une grande diversité formelle, ces préambules développent préférentiellement, et fort classiquement, un des deux thèmes suivants : l'urgente nécessité de faire des donations à l'Église pour assurer le salut de son âme, et l'obligation de consigner par écrit les faits importants en raison de la débilité de la mémoire humaine20. Ces notices sont de très inégale longueur. Certaines sont de sèches notifications de deux ou trois lignes. D'autres remplissent plusieurs pages et sont élaborées comme un chaînage des faits (remontant parfois à plusieurs générations), qui permet de légitimer les droits de l'établissement sur un bien contesté21. Une lecture attentive ne permet guère de détecter dans les éléments qui nourrissent la notice des emprunts à des pièces d'archives. Par contre, il est souvent dit que le scribe a consigné des actes verbaux22, des témoignages oraux, des enquêtes formelles23, voire le résultat d'une séance collective de remémoration des faits24. On dispose au total d'un faisceau d'indices invitant à estimer que, concernant à tout le moins la gestion du temporel, l'activité des scriptoria gascons des XIe et XIe siècles se greffe sur une faible tradition de production et de conservation d'archives. La transcription des actes les plus anciens n’est qu'une des composantes de ces cartulaires qui apparaissent parfois surtout comme une compilation d'enquêtes et de récits oraux, et de transcriptions d'actes contemporains25.

  • 26 M. Banniard, « Naissance et conscience de la langue d'oc, VIIIe-IXe siècles », dans La Catalogne e (...)
  • 27 Cart. Saint-Mont (Jaurgain), acte no 56 (vers 1075).
  • 28 Très nombreux exemples dans les actes de Saint-Mont (Jaurgain) : simple Amen, ou bien Respondite a (...)
  • 29 C'est le cas de la longue notice no 134 du Cartulaire Noir d'Auch, dans laquelle le locuteur parle (...)
  • 30 Par exemple à Saint-Mont, dans le cartulaire publié par Jaurgain et Maumus, acte 17 (fin XIe siècl (...)
  • 31 L'acte 38 du cartulaire de Sorde ne craint pas de remémorer une fausse manœuvre pour l'instruction (...)
  • 32 Cf. par exemple l'acte 32 du cart. de Sorde (vers 1100).
  • 33 Cart. Noir d'Auch, acte 109 (1175).
  • 34 ADPA, B 1381, fol. 541-548 ; cf. ci-dessus note 10.

12De façon générale, la langue employée reste très proche de la vocalité. Il s'agit d’un latin romanisé, une lingua mixta dans laquelle, depuis les travaux de Michel Banniard, il faut voir la survivance d'une tradition remontant au VIIIe siècle26. Il y avait une nécessaire intercompréhension entre la langue écrite des moines et le parler des laïcs : le fait est avéré quand telle charte rapporte que le donateur a dit à haute voix, préalablement à sa transcription, la teneur de sa libéralité27. Il convient en outre d'imaginer une utilisation largement vocale de ces textes écrits. On en a de multiples indices. Dans plusieurs actes, le préambule se présente comme l'exorde d'un sermon ; de nombreux autres sont suivis de formules du type « amen, amen, dicant omnes qui hoc legere audierint »28. Dans certaines notices, le récit se mue en discours, avec identification du locuteur qui s'exprime à la première personne, emploi d’indicateurs adverbiaux, recours à la métaphore, plongée dans l'univers mental des protagonistes...29. Quelques actes ont par ailleurs recours au discours direct30. Manifestement, une partie au moins de ces actes devait avoir une fonction d'exempla, lus et commentés devant la communauté, probablement destinés surtout aux novices, ou aux juniores du chapitre31. On sent à maintes reprises la complaisance des scribes à relater les faits divers à sensation32, et, plus exceptionnellement, dans le cartulaire d'Auch, l'un d'entre trousse en forme de poème le récit d'une libéralité remarquable, qu'il a auparavant prosaïquement consigné33. Enfin, la mise en récit ordonné des chartes relatives à la fondation du monastère cistercien de Lescaladieu et à l'acquisition de son assise temporelle (conservées par ailleurs dans le chartrier), atteste avec éclat le puissant attrait du genre narratif34.

  • 35 J'emprunte la formule-titre de P. Geary, « Entre gestion et gesta », dans Les cartulaires..., pp.  (...)
  • 36 D. Barthélémy, La société dans le comté de Vendôme..., chap 1.

13En définitive, on ne saurait dire sans abus que les cartulaires gascons nous introduisent dans un univers administratif abstrait, coupé des réalités triviales. Proches de la vocalité, émaillés de multiples détails concrets, ils sont à maints égards plus semblables au témoignage littéraire qu'au document fiscal. En un mot, la plupart des cartulaires gascons, situés « entre gestion et gesta »35, ne font pas exception à l'invasion de narrativité qui caractérise la documentation du XIe siècle36. Ils constituent même, paradoxalement, la principale source narrative de cette région. Affirmer cela n'obscurcit en rien la claire conscience de ce fait primordial : les cartulaires sont des reconstructions intellectuelles qui nous livrent seulement une étroite sélection de faits susceptibles de servir les intérêts temporels d'un établissement ecclésiastique à un moment donné. Simplement, un examen attentif des données me conduit à constater l'existence d'un certain nombre de « fenêtres », par lesquelles il semble possible d'apercevoir quelques pans du champ réel de la vie sociale.

II. La gascogne, terre du casal examen d'un lieu commun

  • 37 Par exemple, pour R. Boutruche, Seigneurie et féodalité..., t. 2, p. 114, le casal émerge « dans l (...)

14Par opposition aux pays du royaume de France où le manse constitue la structure agraire centrale, les grandes synthèses classiques et la littérature de manuel évoquent une région aux contours flous dominée par le casal : l'Aquitaine, le Sud-Ouest, la Gascogne37. Cette approximation mérite une vérification rigoureuse, de même que l'identité sémantique entre casal et manse nécessite un réexamen de principe.

A. Le casal dans les cartulaires : évaluation quantitative

  • 38 Ont seulement été prises en compte les données fournies par les ensembles documentaires ayant quel (...)

15Comment évaluer l'importance du casal dans les cartulaires de la Gascogne et de sa périphérie ? Un essai de comptage du nombre de casaux se heurte à l’obstacle des nombreuses attestations de casaux multiples en nombre indéfini. La méthode la plus simple, sinon la plus parfaite, m'a paru consister en un comptage des actes dans lesquels le casal constitue un enjeu, pour lui-même, ou avec d'autres biens (ventes, mises en gage, donations, listes de cens, etc.). Le nombre obtenu, rapporté au nombre total d'actes, permet d’évaluer, non pas évidemment l'importance du casal dans le paysage humanisé de la Gascogne, mais bien la part relative de cette entité dans la gestion du temporel des principaux établissements religieux. L'ensemble des données ainsi recueillies est commodément cartographiable et appelle plusieurs observations (fig. 2, p. 30)38 :

  • 39 Dans le cartulaire de Douzens (Aude), étudié par L. Macé, La commanderie des Templiers de Douzens. (...)
  • 40 Dans la documentation antérieure à l'an mil publiée par R. D'Abadal i de Vinyals, Catalunya Caroli (...)
  • 41 Ont été parcourus à cet effet les cartulaires de Leyre et San Juan de la Peña.
  • 42 Le casal est absent du cartulaire de Conques, autrement que sous la forme d'un toponyme en « casal (...)
  • 43 Le cartulaire de Cadouin ne connaît que le manse.
  • 44 Information aimablement fournie par Bernadette Barrière.
  • 45 A. Debord, La société laïque dans les pays de la Charente..., p. 303.
  • 46 Le cartulaire de La Sauve-Majeure, qui compte 1480 actes, comporte 75 occurrences de casal (plus « (...)

16L'essentiel de l'aire du casal se trouve en Gascogne, mais elle déborde vers le sud-est (Toulousain, pays de Foix)39 ; le casal est également présent – et très précocement – sur l'autre versant des Pyrénées, dans le Pallars et surtout la Ribagorce40 contrairement au versant navarrais des Pyrénées41. Au-delà de la Garonne, la présence du casal se fait extrêmement minoritaire (Rouergue42, Périgord43, Limousin44, pays de Charente45). La Gascogne n'est cependant pas uniformément un pays du casal. L'aire de prédilection de cette structure se situe dans le piémont des Pyrénées centrales et occidentales ; dans ce secteur, la proportion des actes ayant un ou plusieurs casaux comme enjeu varie entre 1/6e et près de la moitié (la palme revenant au cartulaire de Madiran avec 48 %). Du sud-ouest au nord-est, se dessine un vaste croissant relativement pauvre en casaux englobant les basses vallées de l'Adour et des affluents de la Garonne, ainsi que les pays de la moyenne et la basse Garonne46.

  • 47 Voici notamment, au cœur de la zone de haute densité du casal, le cartulaire de Morlaas qui n'en c (...)
  • 48 Dans les 67 chartes publiées par Du Buisson, Historiae monasterii Sancti Severi, t. 2, pp. 122-210 (...)

17Cette carte n'est pas exempte d'anomalies, dont certaines suscitent une réelle perplexité47. Le cas des chartes de Saint-Sever incite à se garder de toute conclusion hâtive : en effet, la rareté du casal dans les notices de donations est formellement contredite par les statuts de l'abbé Suavius, où le casal semble constituer la structure agraire dominante du pays environnant48.

  • 49 Sur les 102 actes qui concernent cette grange, deux seulement (no 50 et 81) mettent un casal en je (...)
  • 50 Publ. Ch. Bémont.
  • 51 Il s'agit des items numérotés de 51 à 173.
  • 52 II s'agit des articles numérotés de 212 à 364. J'ai quelque peu « triché » afin de vérifier qu’ell (...)
  • 53 Vers les pays de la Gironde l'effacement du casal est très marqué ; un pointage effectué dans le c (...)

18Il convenait donc de vérifier si la géographie du casal entrevue dans l'enquête générale se vérifiait indépendamment de l'hétérogénéité des pratiques des différents scriptoria. Deux documents procédant d'une même administration couvrent un espace suffisamment dilaté pour servir de contre-épreuve. Sur les marges des diocèses d'Auch et de Toulouse, l'abbaye cistercienne de Gimont, située à la latitude cartographiée comme un axe de flexure de la densité du casal, présente la particularité d'avoir largement déployé son réseau de granges du nord au sud, sur une distance de 30 kilomètres. Les actes du cartulaire couvrent la période 1142-1233. Etant classés par grange, il était aisé de vérifier si on pouvait détecter, à cette échelle et sous la plume d'une même administration, le phénomène général de raréfaction du casal du sud vers le nord. Le résultat est largement probant : la proportion d'actes mentionnnant un ou plusieurs casaux passe de plus de 10 % au sud (granges d'Aiguebelle et Saint-Soulan), à moins de 2 % au nord (grange de Fran queville49), avec des valeurs intermédiaires dans la zone centrale de l'abbaye. Un second pointage a été effectué sur les données des années 1273-1274 fournies par la célèbre enquête commandée par Edouard 1er et connue sous le nom des Recogniciones feodorum in Aquitania50. Ont été comparées les teneurs des reconnaissances respectivement passées dans la prévôté de Saint-Sever, et dans celle de Bazas, une cinquantaine de kilomètres plus au nord. Sur les 122 items correspondant aux reconnaissances faites à Saint-Sever51, 28 comportent comme enjeu un, et le plus souvent plusieurs casaux, soit 23 %. Pour le Bazadais, on ne compte que 16 mentions de casal sur les 205 items de l'enquête (soit 8 %)52. Ainsi donc, indépendamment de la méthode, du lieu et de l'échelle d'observation, de la date et de la nature des sources, toutes les données viennent conforter l'idée d'un effacement significatif du casal au nord d'un axe Mont-de-Marsan-Auch grossièrement parallèle aux Pyrénées53.

B. Le casal, de la micro-toponymie à l'anthroponymie

  • 54 Les anciens dictionnaires topographiques sont notoirement insuffisants. Celui des Basses-Pyrénées (...)
  • 55 Dictionnaire topographique sur fiches, réalisé par Henri Polge. Ce fichier, accessible à Auch dans (...)
  • 56 Ont été retenus les toponymes suivants : cazal, cazala(s), cazalès, cazalère, cazalot(s), cazalet( (...)

19Pour tenter d’évaluer la place effective du casal dans les pays gascons, l'idéal eût été de dresser une carte générale des micro-toponymes dérivés de ce mot. Dans l'état actuel de la recherche cela demeure un idéal inaccessible54. Il n'est cependant pas sans intérêt de noter, par exemple que, dans la Haute-Garonne, les deux tiers des toponymes dérivés de casal se concentrent dans l'actuel arrondissement de Saint-Gaudens qui correspond à la partie pyrénéenne et sous-pyrénéenne de ce département. Dans le Gers, département situé au cœur de la Gascogne pour lequel on dispose à cet égard du meilleur outil de recherche55, il est possible de percevoir une aréologie plus finement dessinée, qui corrobore pleinement la leçon des cartulaires. Au sud de la latitude d'Auch, qui sépare ce département en deux moitiés sensiblement égales, on pointe en effet vingt-cinq toponymes en casal contre quinze au nord (où il sont essentiellement regroupés à l'ouest, dans le bassin de l'Adour)56.

  • 57 P.-H. Billy, « Typologie des noms de familles issus de noms de lieux », dans Acte du colloque IV P (...)
  • 58 J'ai complété ma propre enquête de 1993 par celle qu'a effectuée en 1995 Michel Grosclaude, qui m' (...)

20Pour évaluer l'empreinte du casal dans l'anthroponymie57, je me suis fondé sur une enquête par minitel sur les abonnés du téléphone portant les patronymes de Casals, Casaux, ainsi que leurs composés et dérivés58. Les chiffres obtenus ont été corrélés avec la population totale, et le résultat ainsi sommairement cartographié (fig. 3).

  • 59 Le cadre départemental retenu empêche de discerner quelques nuances fondamentales, notamment entre (...)

21On n'obtient évidemment là qu'une fort grossière approximation, qui n'est cependant pas dénuée d'intérêt59. En effet, les aires de diffusion respectives du casal et des « Cazaux » concordent pour l’essentiel, mais non parfaitement. La Gascogne est confirmée comme terre des casaux, avec un débordement au-delà de la haute vallée de la Garonne, et, en son sein, les pays de l’Adour constituent l'épicentre du casal. Quant à la Gascogne septentrionale, située dans l'aire d'attraction de la moyenne et de la basse Garonne, elle n'est plus que marginalement un pays du casal.

  • 60 Ch. Higounet, « Les artigues du Midi de la France », réed. dans Villes, sociétés et économies..., (...)
  • 61 P. Toulgouat, Voisinage et solidarité..., carte p. 13.

22En résumé, le casal est une structure qui caractérise tout aussi bien les Pyrénées que la Gascogne, aucune de ces deux définitions géographiques ne coïncidant parfaitement avec son aire de diffusion. Il est à noter que cette aréologie du casal se superpose largement avec deux faits caractéristiques de l'économie et de la société gasconne. D'abord l'artigue (toponyme de défrichement dont l'importance comme indicateur de la croissance agraire dans l'espace pyrénéo-gascon a été soulignée par Charles Higounet60), et d'autre part avec la structure du « voisinage » dont la prégnance a été mise en relief par P. Toulgouat61. On aura l'occasion de vérifier que cette concordance est loin d'être fortuite.

Figure 3. Casal et casaux : anthroponymes et toponymes

III. Eclairages anciens et éclairages lointains

23Il n'était évidemment pas question de concevoir cette recherche comme un corps à corps singulier avec les sources, l'œil rivé sur l'espace compris entre l'arc de cercle de la Garonne et la ligne bleue des Pyrénées. Et ce d'autant moins que la Gascogne médiévale n'a pas eu le monopole du casal, qu'on trouve présent dans plusieurs autres régions de l'Occident, voire au Proche-Orient. Un rapide balayage comparatif des régions à casal s'impose donc, de façon aussi à clarifier la question posée par l'équivalence entre le casal et le manse. Mais en tout premier lieu, il importe de dresser un bilan synthétique des apports anciens et récents des historiens de la Gascogne à notre sujet.

A. Les historiens de la Gascogne et le casal

  • 62 Marca, Histoire de Béarn... (réed. Dubarat), t. 2, chap. 4, pp. 27-29
  • 63 BN., Doat, 152, fol. 146-225, passim.

24Quoique le casal n'ait pas été pour les historiens de la Gascogne un sujet de préoccupation majeur, son étude prend place dans une tradition historiographique ancienne et relativement étoffée. Jusqu'au XVIIe siècle, la nature du casal ne fait guère problème. Dans son Histoire de Béarn publiée en 1640, où il reproduit comme « preuves » maintes chartes mettant en jeu des casaux, Pierre de Marca traduit quemdam casalem par « un casal ou maison »62. En 1669, le scribe qui transcrit le cartulaire de Madiran pour le compte de Jean de Doat traduit lui aussi systématiquement, dans son analyse des actes, casal par maison63.

  • 64 Cette évolution est à replacer dans le contexte de la « fracture conceptuelle » du XVIIIe siècle, (...)
  • 65 Glanages, Bibl. Mun. de Tarbes, t. XXI, p. 304.

25C'est au siècle suivant que le casal est replacé dans son contexte féodal, et ainsi plongé dans le débat idéologique et politique64. En fait, plus que le casal lui-même, c'est le capcasal qui attire l'attention. Dans son œuvre majeure réalisée entre 1746 et 1752, le feudiste Jean-Baptiste Larcher le définit comme une « étendue de terrain concédée par le seigneur à son emphythéote pour y bâtir sa maison. Ce terrain est chargé de certaines redevances en capital, en pain, en volailles »65. De nature clairement féodale, il est déclaré rachetable par le décret du 28 mars 1790, et aboli au même titre que les censives, le 25 août 1792.

  • 66 A. Zink, Pays et paysans Gascons sous l'Ancien Régime..., t. 2, pp. 682-684
  • 67 De Borda voyait dans capcasal la traduction de « tête de jardin », tandis que Ramonborde défendait (...)

26Sous la Restauration (plus précisément entre 1823 et 1825) la question du capcasal va, dans le département des Landes, tourner à la polémique. Si l'arrière-plan est bien celui de « l'affreux génie de la Révolution », le fond du débat s'est indéniablement décalé du rapport seigneur-paysans à un affrontement entre paysans nantis et paysans pauvres. L'affaire a suffisamment bien été analysée, tout dernièrement dans la thèse d'Anne Zink, pour qu'il ne soit pas besoin d'y revenir ici longuement66. En bref, les capcasaliers (propriétaires de capcasaux présentés comme étant les maisons primitives de la communauté), s'opposèrent à ce que les maisons intercalaires plus tardivement implantées, « ahittons « ou « novellins », bénéficient du droit d'usage des communaux. Les plaidoiries d'avocats, nourries d’arguments historiques, se doublèrent de débats érudits, pour savoir notamment si dans le composé capcasal, casal avait le sens de maison ou bien celui de jardin67.

  • 68 Bascle de Lagrèze, Histoire du droit des Pyrénées..., pp. 168-171.
  • 69 Tel est notamment le cas d'Alphonse Meillon, un esprit hyper-critique pourtant, dans son Histoire (...)
  • 70 A. Curie-Seimbres, « De certains mots employés dans le langage féodal : casal, capsacal, cirmenage (...)
  • 71 Cf. notamment en 1902 F. Abbadie, Le Livre Noir et les établissements de Dax..., p. CCXXVI, et en  (...)
  • 72 J.-J. Cazauran, Cartulaire de Berdoues, La Haye, 1905 : cette édition s'accompagne d'une mine de r (...)

27Cette polémique marqua durablement les esprits et fournit des références longtemps reprises telles quelles par les historiens. C'est le cas dans l'Histoire du droit dans les Pyrénées de Bascle de Lagrèze, publié en 1867. La définition du capcazal est déconnectée de celle du casal, qui se présente comme un recueil des diverses acceptions connues : terrain vacant concédé en emphythéose par un seigneur pour être peuplé moyennant des redevances modiques, métairie, unité de superficie agraire68. Dans les décennies suivantes, la réflexion sur le casal ne va guère progresser. Pour l'essentiel, les érudits se bornent à reformuler les définitions de Bascle de Lagrèze69, ou plus rarement s'efforcent de les contester70. Cependant, dès cette époque, la production relative au casal est dominée par deux sensibilités. La première est celle des historiens du droit, qui vont chercher dans le code théodosien les origines de cette structure71. La seconde est celle des historiens du terroir, sensibles à l'empreinte de l'histoire dans les paysages ; elle se trouve illustrée par l'abbé Cazauran qui, dès 1905, note que tel et tel casal de Berdoues correspondent à un quartier de village ou à un hameau72.

  • 73 Par exemple, l'héritage de Ramonborde et de Bascle de Lagrèze se retrouve intact, en 1981, dans P. (...)
  • 74 Opinion dominante sur laquelle cependant P. Ourliac semble dubitatif : « Le peuplement de la haute (...)
  • 75 Fait notamment souligné par P. Tucoo-Chala, Gaston Fébus et la vicomté de Béarn., p. 170.
  • 76 Telle est la position la plus récente exprimée par Ch. Higounet, dans un article publié en 1978 su (...)
  • 77 P. Ourliac, Les pays de Garonne..., p. 25.
  • 78 M. Mousnier, L'abbaye de Grandselve et sa place dans la société et l'économie méridionales (Thèse (...)

28Depuis 1945, la réflexion des historiens de la Gascogne s'est poursuivie d'une façon qui fut, jusqu'à une date récente, remarquablement consensuelle73. Avec bien sûr des nuances selon les auteurs, on peut résumer ainsi l'opinion aujourd'hui dominante74 : 1° il existe une évidente situation d'homologie entre le casal gascon et le manse de Bourgogne ou de Lorraine75 ; 2° le casal, jusqu'au début du XIIIe siècle, a un statut servile ; 3° les casaux sont « des tenures, tenues à cens, de cinq à dix hectares environ, capables d’assurer la vie d'une famille »76 ; 4° certaines occurrences ne correspondent cependant pas à cette définition, de sorte que le casal constitue une « réalité (dépourvue) de sens très précis »77, d'une « extrême variabilité »78, qui reste pour finir assez énigmatique.

  • 79 Ch. Higounet, « Régime seigneurial et vie rurale de Burgaud » extrait de son Mémoire d'Études supé (...)

29Révélatrice de toutes les embûches que cache l'apparente simplicité de cette question est la place qu'occupe le casal dans l'œuvre immense de Charles Higounet : dès 1934 cet auteur fait état de sa perplexité sur la question du casal ; dans sa thèse achevée en 1946, il appelle de ses vœux une enquête générale destinée à mieux connaître les variations sémantiques de ce mot dans le temps et dans l'espace, et en 1988, il a quitté ce monde sans avoir pu mener à bien l'étude du casal qui lui tenait à cœur79.

  • 80 Cette interprétation est défendue par E. Magnou-Nortier, dont deux articles concernent directement (...)

30Est enfin apparue, dans les années 1980, une interprétation radicalement divergente qui oblige à un réexamen attentif des textes80. Selon cette thèse, le casal, subdivision étatique de la villa et exact homologue du manse, constituerait l’intact héritage du système fiscal romain mis en place à partir du IIIe siècle. Ainsi compris, le casal regroupe un certain nombre de paysans, placés sous la direction d'un receveur du fisc nommé pagensis, seul à apparaître dans les actes, et qu'on aurait jusqu'alors abusivement pris pour un paysan. Mais cette interprétation débouche sur un débat plus général sur lequel je reviendrai.

B. Le casal et le manse hors de la Gascogne

31On ne peut à l'évidence s'attacher à l'histoire du casal gascon en dehors d'une perspective comparatiste. Mon attention s'est concentrée sur deux registres : situer le casal par rapport au manse et ses autres équivalents européens, et mieux connaître l'aire géo-historique du casal à laquelle la Gascogne se rattache.

  • 81 On trouvera deux vues contradictoires sur les origines du manse dans A. Verhulst, « La genèse du s (...)

32Si on considère que la présence massive du casal en Gascogne va de pair avec la quasi absence du manse, on peut sans risque postuler, à partir du constat d'une similitude fondamentale des structures agraires élémentaires à travers l'Europe médiévale, que celui-là est simplement une désignation locale de celui-ci. Partout, en effet, l'organisation de la vie agraire, sociale et fiscale, se fonde sur une cellule élémentaire commandée par une maison, ce qu'expriment étymologiquement à l'identique manse et casal. C'est durant l'époque carolingienne que cette structure connaît son âge d'or dans le cadre du système domanial « classique »81. Mais j'ai eu l'occasion de dire que pour ces siècles, la Gascogne demeure à cet égard terra incognita : le comparatisme ne peut porter que sur les XIe-XIIIe siècles, époque où un peu partout en Europe le manse est en déclin, et concurrencé par d'autres formes de tenures. Par ailleurs, étant hors de propos de présenter ici sur cette structure une mise au point complète, j'ai pris le parti d'en retenir une vision problématique adaptée à mon questionnement.

  • 82 Lorsque dans sa thèse Georges Duby s'attache à cerner au plus près les réalités mâconnaises de cet (...)
  • 83 Sur ce thème existent deux orientations actuelles de la recherche diamétralement opposées : la pre (...)
  • 84 A. Debord, La société laïque..., pp. 303 et 304 (le département de la Charente compte 288 villages (...)
  • 85 R. Fossier, Enfance de l'Europe..., p. 697, observe judicieusement que le manse survit d’autant qu (...)
  • 86 Cf. les analyses de M. Bourin-Derruau, Villages médiévaux...

33C'est d'abord la discordance existant entre le manse réel et le manse coutumier qui retient l'attention. Elle explique sans doute le double registre du discours sur cette structure qu'on rencontre, par exemple, dans l'œuvre de Georges Duby82. Or, dans la littérature historique, il est bien des auteurs qui s'en tiennent à la seule idée d’un calibrage du manse, cellule agraire, sociale et fiscale, juste assez vaste pour subvenir aux besoins et aux charges d'une famille. Il est plusieurs autres aspects qui appellent encore un effort de réflexion. Dans quelle mesure le mas du XIIe siècle peut-il être l'héritier du manse du IXe, voire de la structure fiscale tardo-antique83 ? A-t-on suffisamment analysé l'enchaînement historique entre le manse médiéval et le hameau, voire le village moderne84 ? Comment expliquer, ici, la dislocation générale du manse, et ailleurs son remarquable conservatisme85 ? Et comment, plus généralement, intégrer l’histoire du manse dans celle de l'habitat, de la société et des pouvoirs86 ?

  • 87 Les grands travaux lexicographiques de Du Cange ou de Niermeyer, ainsi que le précieux Glossarium (...)

34Sans jamais perdre de vue la question générale du manse, j'ai projeté mon regard sur les principales régions d'Europe dans lesquelles le casal, jusqu'au XIIIe siècle, a constitué une cellule importante, sinon dominante du monde rural (étant bien entendu qu'une l’identité de désignation n'impliquait nullement a priori une similitude de nature). Contrairement au manse, il n'existe à ce jour pour ce faire aucun corps bibliographique ordonné ni aucune base de réflexion. J'ai donc dû constituer un premier dossier, forcément incomplet87, où il appert qu'en dehors de la Gascogne, le casal ne constitue une élément important de la vie rurale et du peuplement que dans un nombre de régions bien déterminées : l’Italie, la Galice et le nord du Portugal. Dans la majeure partie de l’espace européen, sa présence est inattestée, ou bien extrêmement mineure, et il est à noter qu’entre la chaîne pyrénéenne et le versant italien des Alpes s'étend une vaste zone dans laquelle le casal a pris le sens de masure ruinée.

  • 88 Cf. par exemple MC. Pallares et E. Portela Silva, op. cit. pp. 110-113, qui, après avoir rappelé q (...)

35En concentrant le regard sur « les pays du casal », il semble finalement possible de donner de cette structure la plus petite définition commune suivante : une entité territoriale dont l'existence est indissolublement liée à la présence d'un habitat. Cela étant posé, cette structure se caractérise, tout autant que par cette définition minimale, par sa faculté de s’en écarter considérablement, et par sa capacité à dessiner des figures multiples et changeantes qui laissent souvent les historiens perplexes88. Recensons succinctement ces « écarts » :

  • en certaines régions, le casal apparaît comme une structure relativement récente. En Galice, comme au Portugal, il n'est guère antérieur au Xe siècle et connaît une expansion qui va s'accélérant jusqu’au XIIIe siècle (M.L. Pallares et E. Portela-Silva) ;
  • ailleurs, en Italie, il apparaît comme un héritier des structures tardo-antiques, appelé à subir des variations sémantiques considérables : centre d’exploitation agricole (jusqu'au Xe siècle), et, à partir du XIe siècle, habitat groupé secondaire faiblement défendu (P. Toubert, J.-M. Martin). En Lombardie, le casal est parfois le nom que prend le « manse compact » dans les pays de collines, et qui a servi alors couramment d'assise à un hameau (F. Menant) ;
  • cette souplesse permet parfois au casal de constituer un moment historique dans le devenir d'une structure : on a pu identifier tel casal évoluer en domaine (R. Durand), telle curtis se transformer en casal, tel casal servir d'assise à un castrum (Chr. Wickham), et à l'inverse tel castrum rétrograder en casal (P. Toubert, J.-M. Martin) ;
  • la mise en place du casal est souvent associée à une politique volontariste de peuplement nouveau (V. Fumagalli, J.-M. Martin, P. Toubert, L. Feller, M.-L. Rios-Rodriguez) ou d'encadrement de populations préexistantes. Elle peut alors correspondre à « une reconstruction administrative a posteriori « (H. Bresc). Le cas limite de cette figure est alors constitué par l'utilisation du casal dans l'organisation coloniale de l'Orient latin (Cl. Cahen). Dans le Nord-Ouest de la Péninsule ibérique, son essor, aux XIIe et XIIIe siècles, est lié à une politique de diffusion du féodalisme vers les basses couches de la société (M.-L. Rios-Rodriguez) ;
  • pour synthétiser à l'extrême les faits, le contenu sémantiqué du casal oscille, selon les lieux et selon les époques, entre quatre pôles principaux.
  • 89 Fait signalé notamment par A. Debord, La société laïque…, p. 303, note 149.

36Un des objectifs de cette recension était de mieux être en mesure de comparer les champs sémantiques respectifs du casal et du manse. Il s'avère que lorsque les deux lexèmes ne sont pas simultanément utilisés dans les textes, ils désignent globalement une seule et même réalité ; par contre quand ils coexistent dans un même texte, ils peuvent renvoyer à des réalités distinctes89. En fait la question de l’équivalence entre casal et manse se trouve biaisée, voire réduite à l'état de faux problème, si on ne prend pas en compte deux considérations fondamentales. La première est que ces deux entités peuvent correspondre à des réalités beaucoup plus contrastées que celle qui correspond à la définition « standard » qui leur est donnée. Selon les régions et selon les cas, les textes peuvent se référer à des réalités occupant une place fort différente dans le spectre sémantique de ces lexèmes, en sorte qu'il ne faut pas s'étonner de leur trouver des sens dissemblables. En second lieu, il convient, très simplement, d'accorder une attention prioritaire à la chronologie : une cellule agraire qui s'affirme dans l'apogée carolingien est forcément différente de celle qui prospère dans le contexte du XIIe siècle, même si toutes deux présentent une apparente homologie structurelle. Mais affirmer cela revient à prendre clairement position dans un débat beaucoup plus général.

C. Le casal, l'historien, et le débat historique de son temps

37L'histoire du casal s'ouvre sur une période – les Xe-XIe siècles – qui, au moment où ce livre a été conçu et rédigé, faisait l'objet de vifs débats parmi les historiens. Le lecteur est en droit de connaître d'emblée ma position.

  • 90 Je fais mien, sur ce sujet, en l’étendant à l'ensemble des publications « romanisantes », l'analys (...)

38D'abord, vis-à-vis des historiens qui défendent l’idée d’une profonde continuité de l’État fiscal tardo-antique jusqu'au XIIe siècle, voire au-delà, et pour lesquels le casal perdurerait comme un inaltérable rouage de « la gestion publique ». Je n'adhère pas au postulat soutenant cette thèse selon lequel les sociétés anciennes de l'Occident, structurellement incapables de produire du changement social, sont restées encadrées un millénaire durant par des superstructures immuables incarnées dans des avatars successifs. À mes yeux ces sociétés furent pleinement historiques et donc productrices d'un changement, quasiment imperceptible souvent, accéléré après avoir été trop longtemps retenu, à certains moments, et qui au bout du compte – mais c'est là pour moi une évidence – n'a pu être que relatif90.

  • 91 E. Brown, « The tyranny of a Construct : Feudalism and History of Medieval Europe », dans American (...)

39Est-on en droit de parler pour cette période d'une société féodale ? Il est une école d'historiens, essentiellement de langue anglaise, qui le conteste radicalement, en faisant valoir que c'est par abus qu'on utilise antérieurement à 1200 les mots et les concepts de fief et de féodalité qui sont des élaborations tardives91. Voire. Sans entrer dans ce débat général, il m'est apparu que dès le XIe siècle en Gascogne, au cœur des rapports de société et de pouvoir, se trouvait la tenure conditionnelle soumise à une obligation de service. Que cette concession soit rarement appelée fief importe peu : les floues et kaléidoscopiques réalités médiévales appellent l'historien à utiliser des mots-outils. J'utiliserai donc l'adjectif « féodal » sans plus d'états d'âme que l'historien de l'art n'en éprouve en qualifiant de « gothiques » des édifices des XIIe et XIIIe siècles.

  • 92 Principaux jalons de ce courant historiographique : G. Duby, La société aux XIeet XIIe siècles dan (...)
  • 93 L'essai de P. Geary, La mémoire et l'oubli à la fin du premier millénaire, Paris, 1996, est bâti a (...)
  • 94 L'initiateur de cette révision est D. Barthélémy : « La mutation féodale a-t-elle eu lieu ? », dan (...)
  • 95 Tel a été le contenu de mon intervention au colloque de Lyon des 30 novembre et 2 décembre 1993 (n (...)

40La société féodale est-elle née d’un processus de mutation situé entre 980 et 106092 ; ou bien cet avènement procèderait-il, non pas d'une crise violente – illusion procédant d'une seule mutation documentaire93 –, mais d'une série d'ajustements dans la longue durée94 ? La documentation gasconne est bien trop pauvre, antérieurement au milieu du XIe siècle, pour autoriser une argumentation autonome. Eu égard au fait qu'elles incluent des pièces relatives à des prieurés gascons, j'ai mis à contribution les riches ressources du cartulaire de Lézat en pièces antérieures à 1050 pour tenter de répondre à cette question : dans quelle mesure la floraison de sources gasconnes à partir du milieu du XIe siècle correspond-elle à l'avènement d'une société effectivement nouvelle95 ? J'en suis ainsi venu à faire mienne la position suivante : 1° cette floraison documentaire ne peut être considérée comme un simple épiphénomène ou le seul résultat des aléas de la conservation ; elle résulte de la multiplication des scriptoria qui a accompagné la naissance ou la restauration des chapitres et monastères – et donc celle des bourgs – entre 970 et 1060. Il s'agit donc d'un fait qui, dans un contexte de quasi désert urbain, constitue en soi une mutation ; 2° l'examen minutieux des actes de Lézat montre un très vieux terreau culturel et social imprégné de romanité, se déformer, se craqueler entre 950 et 1050, avant de donner le jour, dans la seconde moitié du XIe siècle, à des institutions et à des pratiques sociales franchement nouvelles qui sont celles de la féodalité. Cela étant, l'historien sait bien que la nouveauté peut, aussi bien et simultanément, correspondre à l'avènement de forces neuves qu'aux ruses de l'ordre ancien pour mieux se perpétuer. En tout état de cause, vers la seconde moitié du XIe siècle se met en place en Gascogne un ordre social qui, du moins au miroir des cartulaires, va perdurer sans grand changement apparent durant près de deux siècles. Et de cet ordre, c'est là mon hypothèse, le casal constitue un des rouages clés.

Notes

1 Ch. Higounet, « Pouvoirs et structures sociales en Gascogne (v. 977-1032) », dans La Catalogne et In France méridionale autour de l'an Mil... ; je fais mien ce jugement pessimiste dans Zimmerman (dir.), Les sociétés méridionales autour de l'an Mil..., pp. 259-293 ; contra : R. Mussot-Goulard, ibid., pp. 295-326.

2 C'est à partir de là que démarre véritablement l’information contenue dans les cartulaires de Saint-Mont, Sorde, Auch, Bayonne, Morlaas, Saint-Savin, Saint-Pé, et dans celui des comtes de Bigorre.

3 On connaît à cet égard l'évolution de la pensée de G. Duby, qui en est venu à se demander si la « révolution féodale » ne fut pas en fait surtout une « révélation » de la féodalité ; cf. Le Moyen Âge de Hugues Capet à Jeanne d'Arc, 987-1460, éd. poche « Pluriel », Paris, 1987, pp. 106-107.

4 Cf. le catalogue donné en fin d'ouvrage ; pour apprécier la situation documentaire de la Gascogne, cf. Les cartulaires...

5 La plupart proviennent des fonds de Saint-Sever, La Réole, Condom, Auch, Lucq, Saint-Savin, ainsi que des prieurés de Peyrissas et Saint-Béat ultérieurement annexés à Lézat.

6 A. Meillon, Histoire de la vallée de Cauterets, t. 1, Cauterets, 1920, analysait ainsi les plus anciennes chartes de Saint-Savin ; pour La Réole et Saint-Sever, il revient à Ch. Higounet et à J.-B. Marquette d'avoir mis en évidence cette « logique du bon dossier » dans Saint-Sever. Millénaire de l'abbaye, Mont-de-Marsan, 1985, pp. 27-37 ; J. Clémens, « La Gascogne est née à Auch au XIIe siècle », Annales du Midi, 1986, pp. 165-184, a montré que le cartulaire d'Auch résulte d’un travail historiographique du XIIe siècle. À l'opposé, la valeur de cette documentation est fermement défendue par R. Mussot-Goulard qui a fondé sur elle de larges pans de sa thèse sur Les princes de Gascogne...

7 Il existe, en suivant ce critère du volume, une dernière catégorie de sources : les multiples fragments ou épaves de chartriers ou de cartulaires, transcrits par les Bénédictins, ou bien reproduits comme « preuves » par les historiens des XVIIe et XVIIIe siècles (Marca, Brugèles) : Lescar, Sauvelade, Saint-Pierre de Larreule, Cagnotte, Flaran, Boulaur, Saint-Orens-en-Lavedan, Larreule-en-Bigorre...

8 Ce fonds – le fameux fonds de Malte de la série H – concerne une multitude de commanderies, modestes ou de grande envergure ; y sont conservés près de 12 000 actes correspondant à un ensemble de chartriers (souvent il est vrai constitué de pièces tardives), au milieu desquels prennent place quelques petits cartulaires ou fragments de cartulaires (nous intéressent ici ceux de de Moncassin, Montsaunès et Saint-Clar).

9 Il s'agit des cartulaires d'Auch, Bayonne, Berdoues, Condom, Gimont, Montsaunès, Saint-Mont, Sorde ; certains posent des problèmes particuliers en raison de leur structure codicologique (Auch), ou de l’existence de deux copies médiévales non identiques (Saint-Mont).

10 ADHP, H 1 : inventaire des titres conservés aux archives du monastère de Lescaladieu, établi en 1715. Il se compose de trois « patocs » (paquets), comportant majoritairement des pièces postérieures à 1260. On trouve aux cotes H 10, H 16, H 32, H 46, H 48 une partie des documents anciens répertoriés en H 1. Quelques pièces se trouvent par ailleurs aux AD. du Gers (I 1263), et surtout un très intéressant fragment de cartulaire-notice a récemment été retrouvé, sous la forme d'une copie du XVIe siècle, aux Archives des Pyrénées-Atlantiques, sous la cote B 1381, fol. 541-548, par J.-F. Le Nail, « L'installation de Lescaladieu dans la haute vallée de l'Arros », dans La vallée de l'Arros depuis la Préhistoire. Occupation du sol et vie quotidienne à travers l'archéologie et l'histoire, Tarbes, 1995, pp. 179-189 (analyse du texte, en attendant la publication annoncée).

11 ADHG, 109 H 22, inventaire des titres de l'abbaye de Nizors établi en 1754 par le feudiste Rozet (classement géographique commode comportant 661 titres, dont 108 antérieurs à 1270). Rares sont les pièces correspondant à l'inventaire qui ont été conservées dans ce fonds ; la plupart de celles qui nous sont parvenues sont incluses dans le fonds Vergès déposé aux Archives du Gers, notamment aux cotes I 425,I 2621, I 2276 (ces documents portent au dos la cote correspondant à l'inventaire de Rozet).

12 La publication qu'en a faite G. Balencie dans l’Annuaire du petit séminaire de Saint-Pé de 1887 (pp. 254-302), a justement été intitulée « Documents relatifs à l'abbaye de Saint-Pé » ; elle correspond à un montage des pièces transcrites par J.-B. Larcher et des fragments donnés par P. de Marca. Elle comporte 34 articles, dont plusieurs regroupent plusieurs notices (l'article 27 comportant 31 donations). Si l'existence d'un cartulaire primitif disparu reste à établir, on a là un ensemble, riche de 67 pièces des XIe et XIIe siècles, d'une remarquable cohérence et d'un très grand intérêt.

13 Le « cartulaire » de Saint-Sever conservé aux A.D. des Landes sous la cote H 14 usurpe en fait son titre ; c’est par les 67 transcriptions (tronquées) incluses au XVIIe siècle par P.D. Du Buisson dans ses Historiae Monasterii Sancti Severi que nous connaissons essentiellement les chartes de Saint-Sever antérieures au XVIIIe siècle (cf. B. Suau, « La formation du temporel de l'abbaye de Saint-Sever », dans Saint-Sever, millénaire de l'abbaye, op. cit., p. 78.)

14 Pour les publications des XIXe et XXe siècles collationnées sur des manuscrits médiévaux, la vérification sur l'original s'est parfois avérée indispensable (le cartulaire de Saint-Mont publié par J. Maumus et J. de Jaurgain est très fautif), elle s'est souvent révélée fructueuse (au folio 22 du manuscrit G17 du cartulaire Noir d’Auch a été retrouvé un fragment de censier, oublié par l'éditeur, qui livre une liste inédite de casaux), et elle a toujours apporté des compléments d'information utiles (par exemple pour le cartulaire de Sorde ont été rectifiées de menues erreurs – nombre de casaux de l'acte 143 –, et repéré pour l'acte 149 un ajout infra-paginal relatif à un casal lourd de signification)

15 L’ensemble de chartes de Saint-Béat, inclus dans le cartulaire de Lézat, a été étudié par G. Mouthon-Berthomieu, Le temporel du prieuré de Saint-Béat du milieu du Xe au milieu du XIIIe s ; mémoire de maîtrise dirigé par P. Bonnassie, UTM, 1990.

16 P. Bonnassie, La Catalogne..., t. 1, pp. 24-26 : seule la conservation d’originaux émanant de milieux laïcs donne accès au jeu social réel ; E. Magnou-Nortier, « La terre la rente, le pouvoir... » : en raison de la nature strictement fiscale des sources « la vie quotidienne du "tiers ordre" se trouve définitivement hors de notre portée ».

17 Cette importante source, fort curieusement, ne figure pas dans la recension des « Cartulaires français laïcs... » faite par L. Fossier et O. Guyotjeannin, dans Les cartulaires..., pp. 379-410.

18 Il s'agit là, on le sait, d'un problème général posé par les censiers carolingiens et post-carolingiens, comme l'a par exemple souligné jadis Ch. E. Perrin en rappelant qu'au début du XVIIIe siècle l'abbaye de Prüm ne disposait d'autre censier que celui de 893 ; cf. Recherches sur la seigneurie rurale en Lorraine..., op. cit, p. 621.

19 Par exemple le Cartulaire Noir d'Auch se compose de 108 notices, 39 chartes et 27 pièces de nature diverse.

20 On appréciera le peu d'originalité des préambules gascons à l'aide de la contribution de P. Bourgain et M.-C. Hubert, « Latin et rhétorique dans les préfaces des cartulaires », dans Les cartulaires..., pp. 115-136.

21 Deux exemples extraits du Cartulaire Noir d'Auch : un chaînage simple sur deux générations avec l'acte 29 (fin XIe-début XIIe siècle) ; et un chaînage généalogique exceptionnel sur six générations avec l'acte 108 (début XIe-fin XIIe siècle).

22 Par exemple dans le cart. Noir Auch, l'acte 57 (vers 1095)

23 Cart. Noir Auch acte 58 (vers 1150)

24 Cart. Noir, acte 137 (1222) : ut nostris gesta temporibus perpetue veritatis robur obtineant et venture posteritatis memor jam attingant, exigenti concilio provisum est et honesto, ablata nobis incident sive emptione vel pignore retenta, communiter etiam publica audientia recitare et recitata memoria inviolabiliter roborare.

25 Deux actes m'ont semblé à cet égard particulièrement révélateurs. Le premier est un acte Saint-Mont (monastère fondé vers 1055). Il rapporte qu'en 1073, le légat du Saint-Siège a placé le prieuré où il venait d'être hébergé sous la protection apostolique ; et il précise que pour donner à sa charte plus de fermeté « il a apposé son signum non pas sur le cartulaire, mais sur la charte elle-même » (cart. Saint-Mont, acte 6 : non in hoc libro sed in carta signavimus). Dans le second document, une charte de Saint-Savin (l'acte 10 de l'édition Meillon), écrite dans un latin particulièrement obscur, il est spécifié que vers le milieu du XIe siècle, les moines ne conservaient plus la trace écrite des droits temporels de leur maison ; je remercie Michel Banniard de m'a voir fait bénéficier de ses lumières pour comprendre ce texte.

26 M. Banniard, « Naissance et conscience de la langue d'oc, VIIIe-IXe siècles », dans La Catalogne et la France Méridionale autour de l'an Mil..., pp. 351-361 ; cf. aussi J. Monfrin, « L'emploi de la langue vulgaire dans les actes diplomatiques du temps de Philippe Auguste », dans La France de Philippe Aguste. Le temps des mutations, Paris, 1980, pp. 785-792, et F. Viellard, « Les langues vulgaires dans les cartulaires français du Moyen Âge », dans Les cartulaires..., pp. 137-151.

27 Cart. Saint-Mont (Jaurgain), acte no 56 (vers 1075).

28 Très nombreux exemples dans les actes de Saint-Mont (Jaurgain) : simple Amen, ou bien Respondite amen (acte 13), ou encore la formule ici citée, dans l'acte 73.

29 C'est le cas de la longue notice no 134 du Cartulaire Noir d'Auch, dans laquelle le locuteur parle à la première personne, et s'adresse à un prudens lector.

30 Par exemple à Saint-Mont, dans le cartulaire publié par Jaurgain et Maumus, acte 17 (fin XIe siècle) ; et dans le cartulaire publié par Samaran, acte 60 (2e moitié du XIe s.)

31 L'acte 38 du cartulaire de Sorde ne craint pas de remémorer une fausse manœuvre pour l'instruction des futurs abbés : « Hoc ideo scripsimus ut quisquis abbas zelatus fuerit zelo Dei, sciat tali conventione perdidisse Sanctum Johannem terram ».

32 Cf. par exemple l'acte 32 du cart. de Sorde (vers 1100).

33 Cart. Noir d'Auch, acte 109 (1175).

34 ADPA, B 1381, fol. 541-548 ; cf. ci-dessus note 10.

35 J'emprunte la formule-titre de P. Geary, « Entre gestion et gesta », dans Les cartulaires..., pp. 13-26.

36 D. Barthélémy, La société dans le comté de Vendôme..., chap 1.

37 Par exemple, pour R. Boutruche, Seigneurie et féodalité..., t. 2, p. 114, le casal émerge « dans le Midi de la France » ; pour G. Duby, L'économie rurale..., t. 2, p. 444, il caractérise l'Aquitaine ; et il en va de même pour G. Fourquin, dans l'Histoire de la France rurale (G. Duby et A. Wallon dir.), t. 1, p. 549 ; enfin selon un récent Lexique historique du Moyen Âge (R. Fédou, dir.), 2e éd., Paris, 1989, s. v., on le trouve « dans le Sud-Ouest ».

38 Ont seulement été prises en compte les données fournies par les ensembles documentaires ayant quelque consistance (comportant au minimum 25 actes antérieurs à 1270). Pour les fonds de Lescaladieu, Nizors, La Case Dieu, je me suis en partie fondé sur les analyses de l'époque moderne.

39 Dans le cartulaire de Douzens (Aude), étudié par L. Macé, La commanderie des Templiers de Douzens. Étude de la constitution du patrimoine au XIIe siècle, Mémoire de maîtrise, UTM, 1990, pp. 75-76, il est question du casal dans 5 % des actes ; dans les chartes de Boulbonne (pays de Foix), éxaminées par V. Maciotta, L'abbaye de Boulbonne et son domaine foncier, Mémoire de maîtrise, UTM, 1988, p. 144, note 2, le casal est présent dans 7 % des actes.

40 Dans la documentation antérieure à l'an mil publiée par R. D'Abadal i de Vinyals, Catalunya Carolingia, vol. III, Els comtats de Pallars i Ribagorça, Barcelone, 1955 ; le casal est présent dans 29 de ces 322 actes des IXe et Xe siècles (soit plus de 8 %).

41 Ont été parcourus à cet effet les cartulaires de Leyre et San Juan de la Peña.

42 Le casal est absent du cartulaire de Conques, autrement que sous la forme d'un toponyme en « casals » (ecclesia Sti Stephani de Casals, actes 77, 78, 473), et d'une villa appelée Casalis (a. 395).

43 Le cartulaire de Cadouin ne connaît que le manse.

44 Information aimablement fournie par Bernadette Barrière.

45 A. Debord, La société laïque dans les pays de la Charente..., p. 303.

46 Le cartulaire de La Sauve-Majeure, qui compte 1480 actes, comporte 75 occurrences de casal (plus « cazal », « casallum », « casalon »), soit environ 5 %. J'ai effectué par ailleurs un sondage dans le riche chartrier de la commanderie d'Argenteins, situé aux limites du Bazadais et de l'Agenais, qui confirme la faible présence du casal (cf. par exemple ADHG, H. Malte, Argenteins, 41, qui contient un bel ensemble de rouleaux du XIIIe siècle).

47 Voici notamment, au cœur de la zone de haute densité du casal, le cartulaire de Morlaas qui n'en comporte aucun. Ce cas d'exception peut être cependant expliqué par le champ presque exclusivement urbain de ce tout petit cartulaire de 40 pièces, où il n'est guère question que de bourgs, de maisons, de pièces de terre intra ou péri-urbaines. La pauvreté en casaux du Livre d'Or de Bayonne peut sans doute aussi s'expliquer ainsi, mais partiellement seulement ; en effet de nombreuses pièces concernent les campagnes circumvoisines, et on ne peut alléguer le remplacement de casal par un équivalent en langue basque (cf. J. B. Orpustan, Nom et statut de la maison basque..., t. 1, pp. 149-150, qui relève l'emploi d'un lexique exclusivement latin ou roman).

48 Dans les 67 chartes publiées par Du Buisson, Historiae monasterii Sancti Severi, t. 2, pp. 122-210, on relève une seule mention de casal, dans un acte non daté (p. 199 : Fideiussor huius conventionis Guillelmus Arnaldus d'Arced, quod a vivo in rustico aut in casali nichil omnino quarere liceat). Or, dans les statuts de l'abbé Suavius du début du XIIe siècle (ibid. t. 1, pp. 195-202), il est stipulé que les habitants des alentours ont le droit de s'installer dans le bourg abbatial nisi forte casalli eorum remanerent postea desolati.

49 Sur les 102 actes qui concernent cette grange, deux seulement (no 50 et 81) mettent un casal en jeu.

50 Publ. Ch. Bémont.

51 Il s'agit des items numérotés de 51 à 173.

52 II s'agit des articles numérotés de 212 à 364. J'ai quelque peu « triché » afin de vérifier qu’elle pouvait être la proportion maximale. En effet, la majorité des casaux (9/16) étant cités dans les seuls articles 246 et 248 qui regroupent eux-mêmes 28 et 14 items, j'ai compté ces items comme autant d'articles distincts (de même que les 14 items de l'article 247).

53 Vers les pays de la Gironde l'effacement du casal est très marqué ; un pointage effectué dans le cartulaire de Villemartin (ADHG, H Malte, reg. 2 854), montre que sur les 128 articles, 2 seulement ont un casal pour enjeu. C'est qu'en lieu et place du casal prévalent le mayne et Vestadge : voir la thèse de S. Faravel, Occupation du sol et peuplement de l'Entre-deux-Mers bazadais..., particulièrement au t. II, p. 336 et suiv., et les articles de S. Lavaud et F. Mouthon, « La maison rurale et l'exploitation paysanne en Bordelais... »

54 Les anciens dictionnaires topographiques sont notoirement insuffisants. Celui des Basses-Pyrénées a été publié dès 1863 par P. Raymond ; la documentation utilisée est impressionante, mais 72 terriers « seulement » ont été dépouillés. Celui des Hautes-Pyrénées, œuvre de L.-A. Lejosne, fut achevé en 1865 et est resté inédit jusqu’en 1992 ; la publication faite par les soins de R. Aymard, bénéficie de nombreuses mises à jour de cette auteur, mais un faible nombre de terriers modernes ont été dépouillés. Celui de la Haute-Garonne est l'œuvre d'Emile Connac, et il n'a pas été publié depuis son achèvement, en 1882. Ce dictionnaire (9 vol.), cumulable aux A.D. de la Haute-Garonne, ne contient que très peu de références historiques et de renvois aux sources.

55 Dictionnaire topographique sur fiches, réalisé par Henri Polge. Ce fichier, accessible à Auch dans la salle de lecture des Archives, offre au lecteur le résultat du dépouillement d'un grand nombre de cadastres et livres terriers ; cependant, on ne sait trop dans quelle mesure ce projet, qui se voulait systématique, a été conduit à son terme, ni dans quelle mesure il couvre régulièrement l'espace gersois.

56 Ont été retenus les toponymes suivants : cazal, cazala(s), cazalès, cazalère, cazalot(s), cazalet(s), cazala(s), cazaux (-bon, -bielh).

57 P.-H. Billy, « Typologie des noms de familles issus de noms de lieux », dans Acte du colloque IV Patrom, Tübingen, 1992, pp. 93-133 : « Le nom de par son signifiant, ne peut exister qu’en certains endroits... », à la réserve bien entendu des phénomènes migratoires qui n’ont pu jouer ici qu’un rôle de redistribution très marginal.

58 J'ai complété ma propre enquête de 1993 par celle qu'a effectuée en 1995 Michel Grosclaude, qui m'en a aimablement communiqué les résultats.

59 Le cadre départemental retenu empêche de discerner quelques nuances fondamentales, notamment entre le sud et le nord du département de la Haute-Garonne, ou encore le Béarn et le Pays-Basque.

60 Ch. Higounet, « Les artigues du Midi de la France », réed. dans Villes, sociétés et économies..., carte p. 323.

61 P. Toulgouat, Voisinage et solidarité..., carte p. 13.

62 Marca, Histoire de Béarn... (réed. Dubarat), t. 2, chap. 4, pp. 27-29

63 BN., Doat, 152, fol. 146-225, passim.

64 Cette évolution est à replacer dans le contexte de la « fracture conceptuelle » du XVIIIe siècle, qui a été analysée par A. Guerreau, « Fief, féodalité, féodalisme. Enjeux sociaux et réflexion historienne », dans AESC, 1990, pp. 137-166.

65 Glanages, Bibl. Mun. de Tarbes, t. XXI, p. 304.

66 A. Zink, Pays et paysans Gascons sous l'Ancien Régime..., t. 2, pp. 682-684

67 De Borda voyait dans capcasal la traduction de « tête de jardin », tandis que Ramonborde défendait le sens de « tête de maison ».

68 Bascle de Lagrèze, Histoire du droit des Pyrénées..., pp. 168-171.

69 Tel est notamment le cas d'Alphonse Meillon, un esprit hyper-critique pourtant, dans son Histoire de la Vallée de Cauterets..., publiée en 1920, t. 1, pp. 244, 322,397.

70 A. Curie-Seimbres, « De certains mots employés dans le langage féodal : casal, capsacal, cirmenage ou sirmenage », dans Rev. de Gascogne, 1880, pp. 14-22 (défend le sens restreint de « place à bâtir »).

71 Cf. notamment en 1902 F. Abbadie, Le Livre Noir et les établissements de Dax..., p. CCXXVI, et en 1924 L. Batcave, « Le servage ou la questalité en Béarn... », spéc. pp. 153-154.

72 J.-J. Cazauran, Cartulaire de Berdoues, La Haye, 1905 : cette édition s'accompagne d'une mine de renseignements biographiques, archéologiques, topographiques. Sur les casaux, la note des pp. 732-733 reproduit les idées traditionnelles héritées de Larcher et Bascle de Lagrèze, mais aux notes des pp. 568, 713, 722, il identifie le casal à un « quartier habité », un « groupe de maisons », et un »bourg ».

73 Par exemple, l'héritage de Ramonborde et de Bascle de Lagrèze se retrouve intact, en 1981, dans P. Toulgouat, Voisinage et solidarité..., pp. 201-204.

74 Opinion dominante sur laquelle cependant P. Ourliac semble dubitatif : « Le peuplement de la haute vallée de la Garonne... », réed. dans Les pays de Garonne, Toulouse, 1993, pp. 127-128.

75 Fait notamment souligné par P. Tucoo-Chala, Gaston Fébus et la vicomté de Béarn., p. 170.

76 Telle est la position la plus récente exprimée par Ch. Higounet, dans un article publié en 1978 sur « Gimont avant la bastide », réédité dans le recueil Villes, sociétés et économies médiévales..., p. 80, note 17. Elle reprend l'opinion avancée en 1949 dans sa thèse sur le Comté de Comminges..., pp. 429-430.

77 P. Ourliac, Les pays de Garonne..., p. 25.

78 M. Mousnier, L'abbaye de Grandselve et sa place dans la société et l'économie méridionales (Thèse de 3e Cycle dactyl.), Toulouse-Le Mirait, 1982, t. 1, p. 112.

79 Ch. Higounet, « Régime seigneurial et vie rurale de Burgaud » extrait de son Mémoire d'Études supérieures soutenu en 1932, publiée dans les Annales du Midi en 1934 (pp. 317-336), et reprise en 1975 dans son recueil d'articles Paysages et villages neufs..., pp. 161-169 : l'auteur, en apostille, fait état de la précieuse lettre critique de Marc Bloch de 1935 suscitée par ce travail et avoue pour finir : « Mais je n'ai pas encore répondu à sa question : qu'est-ce qu'un casal : maison seulement, ou exploitation, ou ensemble ? » ; dans sa thèse Le comté de Comminges...op. cit., la question du casal est traitée aux pp. 429-430 et principalement dans la note 30 de la p. 430. Je remercie vivement Madame Higounet-Nadal de m'avoir communiqué le dossier manuscrit que son mari avait ouvert depuis longtemps sur ce sujet.

80 Cette interprétation est défendue par E. Magnou-Nortier, dont deux articles concernent directement le casal : « Les pagenses... » (contribution pour moitié fondée sur les données du cartulaire de Sorde), et « Trois approches sur la question du manse... »

81 On trouvera deux vues contradictoires sur les origines du manse dans A. Verhulst, « La genèse du système domanial classique en France au Haut Moyen Âge », dans Agricoltura e mondo rurale in Occidente nell’alto medioevo, Spolète, 1966, pp. 135-160 ; et J. Durliat, Le finances publiques de Dioclétien aux Carolingiens (224-889), Sigmaringen, 1990.

82 Lorsque dans sa thèse Georges Duby s'attache à cerner au plus près les réalités mâconnaises de cette structure, il précise qu'il s'agit en fait d'exploitations d'étendue « extrêmement variable », et dont il est « vain de vouloir calculer la surface moyenne » (cf. La société mâconnaise..., p. 39) ; par contre, pour les besoins d'un ouvrage de synthèse il propose une définition du manse standardisée : « unité de perception seigneuriale composée comme à l'époque carolingienne d'une parcelle bâtie où vivait la famille et d'un ensemble cohérent d'appartenances constituant toute l'exploitation (L'économie rurale..., t. 2, p. 438).

83 Sur ce thème existent deux orientations actuelles de la recherche diamétralement opposées : la première est surtout soutenue par E. Magnou-Nortier, qui défend l'idée d'une totale continuité entre le IIIe et, au moins, le XIIe siècle ; la seconde est notamment illustrée par L. To Figueras, qui voit dans le mas une création de la seigneurie féodale à partir du XIe siècle.

84 A. Debord, La société laïque..., pp. 303 et 304 (le département de la Charente compte 288 villages, répartis dans 138 communes, dénommés « le maine », affecté ou non d'un déterminant ; or, le maisnillum se distingue faiblement du mansus). Toutefois dans le Massif Central, où on sait qu'à l'époque moderne le mas, cellule humaine primordiale, s'identifie massivement au « village », P. Charbonnier, Une autre France..., t. 1, pp. 99-114, a bien montré que c'est au XIVe siècle que l’on commence à désigner massivement par « mas » ce que les textes antérieurs nommaient villa.

85 R. Fossier, Enfance de l'Europe..., p. 697, observe judicieusement que le manse survit d’autant que le processus d'encellulement a été faible et la croissance moins vive.

86 Cf. les analyses de M. Bourin-Derruau, Villages médiévaux...

87 Les grands travaux lexicographiques de Du Cange ou de Niermeyer, ainsi que le précieux Glossarium Mediae Latinitatis Catalonie, Barcelone, 1965, fasc. 4, constituent bien entendu un premier moyen de contact obligé. Il est cependant indispensable de recourir aux études érudites pour replacer le casal dans la société englobante de chaque région : 1) pour la Galice et le nord du Portugal : M.C. Pallares, E. Portela, « Aproximación al estudio de las explotaciones agrarias en Galicia en los siglos IX-XII », dans Actas de las I. jornadas de metodologia aplicada a las ciencias historicas, I. Santiago, 1975, pp. 95-113 (et spéc. pp. 110-113), E. Portela Silva, La region del obispado de Tuy en los siglos XII a XV, Santiago de Compostela, 1976, pp. 136-140 ; R. Durand, Les campagnes portugaises,..., pp. 339-347 ; M.L. Ruiz Rodriguez, « El casal medieval gallego : contribución al estudio de una unidad de poblamiento y explotación (siglos XI a XIII) », dans Galicia en la Edad Media, Madrid, 1990, pp. 109-128 ; R. Pastor et alii, Poder monastico y grupos domésticos en la Galicia foral... ; 2) pour l'Italie : E. Conti, La formazione della struttura agraria moderna nel contado fiorentino, t. 1, Roma, 1965 ; V. Fumagalli, « Colonizzazione e insediamenti agricoli nell'Occidente alto-medioevale : la Valle padana », Quaderni Storici, 1970, pp. 319-338 ; Id., Terra e società nell'Italia padana, Bologne, 1974, pp. 25-57 ; P. Toubert, Les structures du Latium médiéval..., t.1, pp. 328-329, 358, 456-457, et surtout p. 366, n.2 ; H. Bresc, « Féodalité coloniale en terre d'Islam » dans Structures féodales et féodalisme..., pp. 631-647 ; Id. Un monde méditerranéen. Economie et société en Sicile, 1300-1450, Rome, 1986, t. 1, pp. 12-13 ; L. Feller, « Casaux et castra dans les Abruzzes... » ; Chr. Wickham, The Mountains and the City..., pp. 154, 272, 298, J.-M. Martin, La Pouille du VIe au XIIe siècle, Rome, 1993 pp. 269-272, 285-288 et fig. 27-30 ; F. Menant, Campagnes lombardes..., pp. 312-313 ; 3) pour l'Orient : J. Richard, « Le casal de Psimolofo et la vie rurale en Chypre au XIVe siècle », Mélanges d'archéologie et d'histoire, t. LIX, 1947, pp. 121-153 ; Cl. Cahen, « Le régime rural syrien au temps de la domination franque », Bulletin de la Faculté des Lettres de Strasbourg, 1951, pp. 286-310.

88 Cf. par exemple MC. Pallares et E. Portela Silva, op. cit. pp. 110-113, qui, après avoir rappelé que la première mention apparaît en 927 (soit à une date très comparable aux premiers casaux gascons), notent que « resulta especialmente dificil descrubrir el significado de la palabra casal », et présentent trois hypothèses : équivalent du manse dans le cadre d’un domaine biparti, domaine monocultural directement exploité par un grand propriétaire, et enfin tenure paysanne...

89 Fait signalé notamment par A. Debord, La société laïque…, p. 303, note 149.

90 Je fais mien, sur ce sujet, en l’étendant à l'ensemble des publications « romanisantes », l'analyse de l'ouvrage de Jean Durliat, Les finances publiques, op. cit., donnée par Chris Wickham, dans Le Moyen Âge, 1992, t. 3-4, pp. 107-126, sous le titre « La chute de Rome n’aura pas lieu ».

91 E. Brown, « The tyranny of a Construct : Feudalism and History of Medieval Europe », dans American Historical Review, 79,1974, pp. 1063-1088 ; S. Reynolds, Fiefs and Vassals. The Medieval evidence reinterpreted, Oxford, 1994 ; ainsi que le C.R. critique de D. Barthélémy, « La théorie féodale à l'épreuve de l'anthropologie », dans AESC, mars-avril 1997, no 2, pp. 321-341.

92 Principaux jalons de ce courant historiographique : G. Duby, La société aux XIe et XIIe siècles dans la région mâconnaise... ; P. Toubert, Les structures du Latium médiéval... ; P. Bonnassie, La Catalogne du milieu du Xe à la fin du XIe siècle..., rééd. en 1990 sous le titre La Catalogne au tournant de l’an Mil ; Id. « Du Rhône à la Galice : genèse et modalités du régime féodal », dans Structures féodales et féodalisme..., pp. 18-55 ; J.-P. Poly, E. Bournazel, La mutation féodale... ; R. Fossier, Enfance de l'Europe... ; A. Debord, La société laïque... ; M. Bourin-Derruau, Villages et communautés villageoises en Languedoc... ; Chr. Lauranson-Rosaz, L'Auvergne et ses marges du VIIIe au XIe siècle, Le Puy, 1987 ; G. Bois, La mutation de l'an mille... ; M. Colardelle, E. Verdel, Chevaliers-paysans de l'an Mil ; Id. : Les habitats du lac de Paladru...

93 L'essai de P. Geary, La mémoire et l'oubli à la fin du premier millénaire, Paris, 1996, est bâti autour des idées suivantes : 1) la seule chose qui ait vraiment changé autour de l'an mil, c'est la nature des sources écrites ; 2) cette nouveauté découle du fait que les hommes (qui maîtrisaient l'écriture) « crurent que les choses avaient vraiment changé, que le passé ne coincidait plus avec le présent » (ce qui, à mon sens, aurait pu difficilement survenir si les changements réels n'avaient pas été de quelque profondeur).

94 L'initiateur de cette révision est D. Barthélémy : « La mutation féodale a-t-elle eu lieu ? », dans AESC, no 3, mai-juin 1992, pp. 767-777 ; « Qu'est-ce que le servage... » ; La société dans le comté de Vendômois... ; La mutation de l'an mil...

95 Tel a été le contenu de mon intervention au colloque de Lyon des 30 novembre et 2 décembre 1993 (non publiée) : « La mutation de l'an mil a-t-elle eu lieu ? ».

Table des illustrations

Légende Figure 2. Cartulaires et casaux
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/18061/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 241k
Légende Figure 3. Casal et casaux : anthroponymes et toponymes
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/18061/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/18061/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 50k

© Presses universitaires du Midi, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search