Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La culture des députés français (1910-1958)

 | 
François Grèzes-Rueff

Conclusion

Du dire au faire

Texte intégral

1Les députés des débuts de la IIIe République identifiaient la parole et le pouvoir. Ils voyaient dans le régime parlementaire la seule expression possible de la démocratie. Le 4 juin 1888, en pleine crise boulangiste, Clemenceau l’exprime péremptoirement dans un discours exemplaire.

  • 1 Mopin (Michel), Les grands débats parlementaires de 1815 à nos jours, Paris, La Documentation franç (...)

« Vous avez raillé le Parlement ! Il est étrange pour vous que 580 hommes se permettent de discuter les plus hautes idées qui ont cours dans l’humanité et ne resolvent pas d’un seul coup ces problèmes politiques et sociaux qui sont poses devant les hommes [...] Eh bien, puisqu’il faut vous le dire, ces discussions qui vous étonnent, c’est notre honneur à tous ! [...] Oui ! gloire aux pays où l’on parle, honte aux pays où l’on se tait. Si c’est le régime de discussion que vous croyez flétrir sous le nom de parlementarisme, sachez-le, c’est le régime représentatif lui-même, c’est la République sur qui vous osez porter la main.1 »

  • 2 Mopin (Michel), ibid., p. 498.

2Curieusement, exactement cent ans après, dans la déclaration-programme de Michel Rocard, le 29 juin 1988, on trouve comme un écho à ces paroles, presque un regret de constater qu’on ne parle plus assez : « Je rêve d’un pays où l’on se parle à nouveau. [...] Je rêve d’une politique ou on soit attentif à ce qui est dit plutôt qu’à qui le dit.2 »

3Entre ces deux dates, le déclin de la parole parlementaire. Il faut agir, et ce n’est plus désormais au parlement mais au gouvernement que peut s’accomplir une ambition politique. L’évolution de la culture des députés est à la fois cause et conséquence de cette transformation de la vie politique. Cause parce qu’avant de modifier les conditions du débat parlementaire, le recul de la rhétorique a d’abord touché les autres aspects de la vie sociale et de la culture ; conséquence parce que peu à peu, les critères de sélection des élus changent et que l’on se met à préférer la parole du technicien à celle de l’orateur.

4Ainsi, au-delà de l’utilité pratique d’une typologie (cf. introduction) et des controverses théoriques que soulevaient sa réalisation (cf. chapitre 6), l’étude de la culture des parlementaires conduit à s’interroger sur la signification des évolutions que nous avons décrites dans le patrimoine culturel des députés de chaque groupe.

***

5Il nous faut d’abord tenter d’échapper au débat, cher aux enseignants, sur l’évolution du niveau culturel. Car en utilisant les éléments que nous avons réunis sur la formation des députés, on peut trouver des arguments opposés, permettant aisément de reproduire les discours antithétiques sur les progrès ou sur la baisse des performances des élèves.

  • 3 « C’était l’athénien de la maison. Ses discours étaient fort courus et n’engageaient généralement q (...)

6Si l’on épouse la thèse d’une baisse de niveau culturel, on peut, chez nos députés, souligner la raréfaction des grands intellectuels qui au début du siècle rehaussaient par leur réputation de savants le prestige du Parlement : des humanistes érudits à la Jaurès, des scientifiques comme Painlevé, des écrivains comme Jean Mistier, des antiquisants comme Léon Bérard3, des positivistes encyclopédiques comme Poincaré, des universitaires comme Herriot ou de brillants représentants de l’intelligentsia parisienne comme Léon Blum. Dans l’assemblée de 1910, la majorité de l’auditoire comprenait une citation latine, une référence à la politique de Michel de L’Hôpital ou à l’épopée des Alyscamps, et admirait l’orateur qui avait su décorer son exposé des couleurs de son érudition. En 1955, le règlement interdit les trop longs discours et tacitement, on supprime les digressions, devenues de moins en moins naturelles pour les orateurs, plus au fait des finances publiques que des guerres de religion. Cette rhétorique n’est plus guère prisée dans l’hémicycle et on y voit une perte de temps : le nombre des textes en discussion a quintuplé entraînant un alourdissement de la durée des débats. Aussi l’étalage de rhétorique est-il tenu le plus souvent pour une volonté un peu bourgeoise et surannée de distinction, implicitement méprisante pour la majorité de l’auditoire.

7De même, dans le contenu de chaque type de formation, on peut retracer le déclin de la part des humanités et de la culture classique. Ainsi voit-on les médecins perdre peu à peu ce goût pour les lettres qui en faisaient des érudits locaux : leur renommée intellectuelle et morale contribuait à les désigner comme les meilleurs candidats à la députation. Devenus des scientifiques spécialisés, ils se font plus rares sur les bancs du Palais Bourbon. Parmi les juristes, ce sont les techniciens de l’État, inspecteurs des finances, conseillers d’État qui progressent en nombre, au détriment de ceux pour qui les études de droit avaient avant tout été un prétexte pour se cultiver et créer, comme dans les public schools britanniques, un réseau de complicités amicales et intellectuelles. Les juges de province et les avocats rentiers aux origines aristocratiques sont moins nombreux et avec eux l’assemblée perd ces notables qui valorisaient avant tout la culture savante des académies provinciales et des sociétés archéologiques ; une culture que leurs électeurs avaient appris à respecter pendant leur scolarité primaire.

8Ce type de discours nostalgique sur la décadence culturelle du milieu politique revient rituellement dès le début du siècle, propagé par les intellectuels, les opposants au régime et les députés les plus âgés. On peut y opposer, en parallèle, des arguments qui défendent au contraire l’idée d’une hausse du niveau de compétence des députés. On fait alors remarquer que les assemblées de la IVe République comptent dans leurs rangs, tout autant que celles de la IIIe, des intellectuels de haut vol, des Soustelle, Senghor, Bidault, Faure ; que dès avant la guerre, même les plus cultivés, comme Blum, se gardaient bien d’étaler des connaissances littéraires ou historiques dans leurs discours, qu’il voulaient avant tout démonstratifs et précis ; qu’à côté d’une formation générale qui reste d’un très bon niveau, les députés des armées cinquante font de plus en plus souvent preuve d’une ouverture aux sciences économiques, aux mécanismes financiers dont la méconnaissance avait tant desservi leurs prédécesseurs ; et qu’enfin les références culturelles de la masse des députés tendent à s’homogénéiser, du fait de l’allongement de la scolarité. Entre les groupes culturels, on trouve effectivement moins d’incompréhension et de mépris réciproque dans les années cinquante que dans les années trente, signe sans doute d’une distance culturelle moindre, liée à l’élévation du niveau moyen des connaissances.

9Ainsi, les vedettes du parlement restent-elles majoritairement de grands intellectuels, le nombre de députés exclus des débats faute d’un niveau culturel adéquat se réduit et il se trouve même un ensemble de nouveaux savoirs indispensables à la conduite des affaires publiques qui viennent enrichir la culture de tous.

***

10La symétrie de ces deux argumentations opposées conduit à aborder la question sous un autre angle. Plus qu’à une décadence ou à un progrès culturel, on assiste à une transformation de la culture de l’élite, ou du moins à la mutation de ce que les dirigeants, l’opinion et les députés eux-mêmes estiment être le bagage intellectuel minimum que l’on doit exiger d’un homme d’État. Cette transformation qui est à relier à un changement profond des mentalités civiques, on peut la définir comme le passage, en apparence anodin, d’une culture académique à une culture générale.

11La culture académique du début du siècle est une culture littéraire, érudite, rhétorique, en apparence désintéressée. Elle semble servir plus à classer, à distinguer des individus ou des groupes sociaux qu’à comprendre ou à expliquer la réalité. Elle n’est pas revendiquée par les seuls « littéraires », sortis ou non de l’École Normale Supérieure qui en fixe les canons, mais aussi, avec des variantes, par des châtelains férus d’histoire, par l’élite des avocats, lauréats de la « conférence du stage », ou par les hauts fonctionnaires recrutés sur des concours à dominante littéraire. L’idée d’une culture générale, elle, est caractéristique de la seconde moitié du XXe siècle : on peut la décrire comme une somme de connaissances moins spécialisées mais plus directement utilisables. Il s’agit surtout d’éviter les lacunes, les points d’ignorance, en particulier en économie et en sciences humaines, qui avaient souvent déconsidéré les dirigeants d’avant-guerre. La culture générale permet de faire face, dans les conversations mondaines ou les débats politiques, aux objections les plus inattendues. Surtout, elle organise les connaissances d’une façon plus déductive et problématisée, se veut instrument de raisonnement permettant de trouver des solutions concrètes : c’est une culture d’administrateur qui tient à résoudre des difficultés de gestion, là où la culture humaniste du début du siècle procédait plus par analyses spéculatives, par références et par analogies. L’une cherche dans le discours et dans l’image le moyen de convaincre, de faire comprendre une orientation politique ; l’autre dans la logique des sciences humaines le moyen de résoudre des questions pratiques.

***

12En somme, on passe d’une culture de la parole, où l’important était de formuler une orientation, à une culture de l’action, où il s’agit avant tout de mettre en œuvre les choix les plus efficaces.

13Ce passage relève bien sûr d’une mutation générale de la place de la culture dans la société. On en trouve en particulier l’équivalent dans le domaine de l’éducation, avec l’évolution des critères de sélection de l’enseignement secondaire qui définissent la culture légitime : on évolue d’une sélection par la virtuosité linguistique (langues anciennes et rhétorique) à une sélection par le raisonnement logique (la dissertation dès l’entre-deux-guerres, les mathématiques après la seconde guerre mondiale). De même dans l’enseignement supérieur, la formation des cadres et des dirigeants devient de plus en plus le domaine réservé des grandes écoles d’application, commerciales, scientifiques ou administratives.

14Mais le changement dans la culture des parlementaires relève aussi de causes propres au champ politique, d’une modification du rôle dévolu au politicien.

15Sous la IIIe République, on est parfois tenté d’assimiler la politique parlementaire à l’exercice d’une fonction magique ou religieuse : il s’agit de dire le monde, à la tribune de l’Assemblée et dans les colonnes du Journal Officiel. Charles Benoist, député modéré de notre seconde génération, l’exprime très bien, dans le portrait qu’il trace d’Alexandre Ribot, un « parlementaire à l’ancienne » :

  • 4 Benoist (Charles), Souvenirs, Paris, Plon, 1934, t. 3, p. 53.

« c’était le type même du parlementaire, de l’homo parlementaris : pour lui, parler, c’était agir, ou, pour serrer au plus près sa pensée, agir, c’était parler. [...] Il avait dit : c’était fait. Il avait rempli sa fonction, épuisé son pouvoir et ne voyait rien au-delà.4 »

16Et pour lui, cette représentation du rôle du député, qui fait primer dans la vie politique le combat pour des principes, est déjà dépassée, empreinte d’étrangeté.

17Tout au long du siècle, chaque nouvelle génération de politiciens cherche à passer de ce magistère de la parole à une vision plus active et plus gestionnaire de la fonction politique. C’était déjà, vers 1910, le choix de Barthou et de Poincaré. C’est aussi celui des anciens combattants élus en 1918 avec le désir de rénover la politique en portant au pouvoir les « compétences » issues de la société civile ; Jean Le Cour Grand-maison est un des nouveaux élus de ce courant. Il raconte à sa famille :

  • 5 Lassus Saint-Geniès (Annick de), Jean Le Cour Grand-maison : un homme dans l’action et la contempla (...)

« On ne veut plus de discours, mais du sérieux et du travail : la bonne volonté est certaine : triomphera-t-elle de la routine et des influences mauvaises ? »5.

  • 6 Priouret (Roger), La République des députés, Paris, Grasset, 1959, p. 125.

18C’est aussi la façon de voir d’un Tardieu ou d’un Mandel à la fin des années vingt. Et dans les années trente, celle des Jeunes Turcs du parti radical, autour de Pierre Cot et de Pierre Mendès-France. C’est le programme de la génération de la Résistance (Jacques Chaban-Delmas, René Mayer, André Boulloche), puis des hauts fonctionnaires du groupe de Jean Monnet, puis des jeunes technocrates des années soixante : Roger Priouret s’en fait l’interprète quand il critique le fait que « le discours fait prime et quand il est excellent, tend à se substituer à l’action »6. En ce sens, la métaphore de la Noblesse d’État se révèle ici encore opératoire : on voit succéder aux grands prêtres des cérémonies parlementaires une caste de guerriers, de chevaliers de la modernisation, adoubés par leurs pairs et chargés de défendre le rang de la France et la puissance de l’État.

  • 7 Rosenvallon (Pierre), État et société du XIXe siècle à nos jours, in : Bruguière (André) et Revel ( (...)

19On se trouve ici au point de rencontre entre la vision des économistes, qui décrivent la croissance des interventions de l’État et le développement de l’idée d’État-Providence, celle des constitutionnalistes, qui analysent le passage de la prédominance de l’Assemblée à celle de l’exécutif, et notre propre démarche, qui insiste sur les mutations mentales et culturelles. Or le changement de mentalité a précédé et préparé les autres évolutions : dès le début du siècle on avait entrepris de redéfinir la fonction des dirigeants politiques. Pierre Rosenvallon7 a clairement perçu l’importance de l’origine culturelle du projet centralisateur qu’il étudie et qui aboutit après 1945 à ce qu’il nomme « l’État keynésien modernisateur ». De façon remarquable, la chronologie des progrès de l’activisme gouvernemental qu’établit Rosenvallon correspond à celle que nous avons fixée pour l’évolution de la fonction parlementaire. On y retrouve les mêmes étapes : une origine ancienne, qu’il faut rechercher dans l’action des grands corps d’ingénieurs de l’État dès la fin du XIXe siècle ; le tournant de 1918, avec l’apparition du désir de moderniser l’action de l’État ; la génération des années vingt, qui lance l’idée de planification puis celle des années trente parmi laquelle on trouve ceux qui deviendront les principaux dirigeants de la IVe République (Jules Moch) ; le triomphe enfin de cette vision du rôle de l’État après 1945.

***

20La Ve République a poussé à l’extrême cette évolution activiste et techniciste de la culture politique. Non sans quelque lenteur, l’électorat s’est lui-même peu à peu convaincu, urbanisation et progrès de l’instruction aidant, qu’il fallait juger les hommes politiques non sur leurs principes mais sur leurs résultats, et donc qu’il valait mieux les choisir en fonction de leur compétence supposée plutôt que pour leur capacité à formuler des perspectives et à convaincre.

21Néanmoins il semblerait que nous assistions aujourd’hui à la remise en question de cette conception de la vie politique qui a peu à peu estompé le combat sur les principes et n’a pas évité les impasses dans la gestion économique. À nouveau, le public, découragé par des politiques de réformes vécues comme peu efficaces, semble demander aux dirigeants politiques de donner des repères, de pressentir et d’expliquer l’avenir, de fixer des priorités et des choix de principe. Aussi n’est-il sans doute pas inutile de rappeler qu’il y a, dans notre patrimoine historique relativement proche, une culture politique qui insistait sur l’importance de l’énonciation plus que sur la mise en œuvre, et que la rhétorique qu’elle cultivait, si critiquée par la suite, avait l’avantage de privilégier une sorte de pédagogie civique, une mise en scène des choix, posées comme les préalables nécessaires à l’action administrative et règlementaire.

Notes

1 Mopin (Michel), Les grands débats parlementaires de 1815 à nos jours, Paris, La Documentation française, 1988, p. 4.

2 Mopin (Michel), ibid., p. 498.

3 « C’était l’athénien de la maison. Ses discours étaient fort courus et n’engageaient généralement que le passé et la littérature. », Suarez (Georges), Briand, Paris Plon 1939, vol. 5, p. 106).

4 Benoist (Charles), Souvenirs, Paris, Plon, 1934, t. 3, p. 53.

5 Lassus Saint-Geniès (Annick de), Jean Le Cour Grand-maison : un homme dans l’action et la contemplation, Paris, Beauchesne, 1980, p. 42.

6 Priouret (Roger), La République des députés, Paris, Grasset, 1959, p. 125.

7 Rosenvallon (Pierre), État et société du XIXe siècle à nos jours, in : Bruguière (André) et Revel (Jacques), Histoire de la France, t. 2 : L’État et les pouvoirs, Paris, Le Seuil, 1989, pp. 583 à 610.

© Presses universitaires du Midi, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site