Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La culture des députés français (1910-1958)

 | 
François Grèzes-Rueff

Chapitre V. Les spécialistes

Texte intégral

1On a regroupé ici tous les types de formations supérieures spécialisées, orientées vers une profession précise. En dépit de la grande variété des professions et des formations, les députés qui constituent ce groupe ont deux points communs : une culture à dominante scientifique, et une formation comportant une part importante de technicité professionnelle. D’une génération à l’autre, cette catégorie, composée de médecins, pharmaciens, vétérinaires, ingénieurs, voit son importance décliner au parlement. E. Fournol, journaliste de l’entre-deux-guerres, décrit, en faisant le portrait du polytechnicien Louis Loucheur, ministre de 1920 à 1931, ce qui caractérise cette catégorie de politiciens (et sa définition est valable pour les autres professions de culture scientifique) et ce qui explique leur déclin à l’Assemblée :

  • 1 Fournol (Étienne), Le Moderne Plutarque ou les hommes illustres de la IIIe République, Paris, Mond (...)

« L’imagination de Monsieur Loucheur est synthétique, et c’est peut-être ce qui le distingue parmi ses collègues polytechniciens. Cette illustre école, féconde en mariages bourgeois, forme des officiers et des ingénieurs, entendez des spécialistes. Sous le règne de Louis-Philippe, elle est parfaitement adaptée aux conditions du monde. Mais ceux qui gouvernent ne sont plus des spécialistes. »1

Diversité et unité du groupe

2Le groupe fournit un nombre important de députés : c’est le troisième de notre échantillon, très proche numériquement du groupe des députés du primaire. On aurait pu craindre que cette importance ne soit due qu’à l’addition, en apparence hétéroclite, de tous les députés qui n’entraient pas dans les types culturels simples que nous avons définis auparavant : un vieux savant comme Paul Painlevé y côtoie de fringants militaires (Emmanuel d’Astier de La Vigerie, Pierre Koenig) ; l’abbé Pierre voisine avec Georges Clemenceau et le bon docteur Queuille avec le brillant polytechnicien parisien qu’est Jules Moch.

3Mais derrière cette diversité, l’unité culturelle de la catégorie réside dans le statut social particulier de ses membres : on pourrait dire que ce sont des notables par situation professionnelle, par opposition avec les notables par la fortune et par l’héritage familial que sont les propriétaires. Il s’agit donc, comme pour les propriétaires, d’un groupe caractéristique de la société du XIXe siècle, dont le type s’efface peu à peu pendant notre période : une élite qui doit ses positions de pouvoir à la rareté des « compétences », comme on dit dans une société où il n’y a qu’un très petit nombre de notables qui a pu suivre une formation professionnelle supérieure. Ce niveau d’instruction est particulièrement peu commun dans les régions rurales, qui fournissent la grande majorité des députés.

  • 2 DPF, p. 1974.
  • 3 Pascal (Jean), Les Ecclésiastiques parlementaires, Paris, PUF, 1983.
  • 4 DPF, p. 2631.

4À la campagne, ce sont donc les autorités naturelles vers lesquelles on se tourne pour une représentation parlementaire. Il y a le médecin, comme Pierre Hugon, fils de paysan, né en 1851, médecin de campagne et député radical de Saint-Flour de 1898 à 19182. Il y a le prêtre, comme l’abbé Hackspill, curé de Saulny, près de Metz, député de 1919 à 1934 ou comme Félix Kir, qui avant d’être chanoine puis maire de Dijon, avait vu sa vocation politique s’éveiller dans les petites cures rurales ou ouvrières qu’il desservait3. Il y a le pharmacien comme Gustave Guérin, qui fait ses études dans le collège jésuite de Saint-Hilaire (Manche), puis au lycée de Caen, puis à la faculté à Paris ; il reprend la pharmacie familiale à Mortain, dans la Manche, est élu maire en 1900 puis député de la droite modérée de 1919 à 1936. Il y a l’officier en retraite comme le général Gustave Pedoya : né en 1838, il est passé par Saint-Cyr, a fait la campagne d’Italie en 1859, a été fait prisonnier à Sedan, a profité d’une campagne en Tunisie (1871-1876) pour mener des fouilles archéologiques, écrit des livres de stratégie ; retiré dans son Ariège natale au moment de sa retraite, il est élu député radical en 1909, réélu en 1910 et 1914 et mourra centenaire4.

  • 5 DPF, p. 2701.

5À la ville, polytechniciens, savants, universitaires, académiciens, patrons des hôpitaux forment aussi un groupe de candidats naturels, que les partis cherchent à attirer pour profiter de l’importance de leurs relations et de leur clientèle et du prestige attaché à leur réputation et à leur fonction. Bernard Lafay est médecin généraliste dans le seizième arrondissement, membre de l’Institut, député radical de 1951 à 1958, ministre de la Santé en 1955 ; Adolphe Pinard, député de Paris en 1919, est lui aussi académicien, professeur et chef de service de gynécologie5.

  • 6 Moch (Jules), Rencontres avec Léon Blum, Paris, Plon, 1970, p. 29.
  • 7 DBMOF, t. XXXV, pp. 340-342 et t. XV, pp. 29-30.
  • 8 DPF, p. 2657.

6Leur diplôme ou leur profession est enfin la caution d’une technicité qui accélère leur carrière politique : lorsque Jules Moch6 vient lui présenter son adhésion, Léon Blum insiste sur l’idée qu’un des handicaps de la SFIO est de manquer de ces ingénieurs et spécialistes, seuls capables de bien comprendre certains dossiers et, par leur formation scientifique et technique, plus tournés vers l’avenir. Dans les partis de gauche, ces spécialistes seront d’ailleurs les plus indépendants, les plus prompts à la scission : ils savent que le parti a besoin d’eux au moins autant qu’ils ont besoin de lui. Ce sont eux, par exemple qui organisent en 1933 la scission des « néo-socialistes » autour de Renaudel et Marquet, tous deux médecins7, de Louis Vallon, polytechnicien et de Paul Perrin, ingénieur et physicien, élève de Paul Langevin8.

7La majorité des députés de cette catégorie se réclame d’un parti de droite ou du centre droit. Cela n’étonne guère chez les officiers après l’affaire Dreyfus et chez les prêtres, après les lois laïques ; c’est très net chez les ingénieurs : les deux tiers d’entre eux se situent dans cette mouvance politique, et la proportion est encore supérieure pour les seuls centraux et polytechniciens. Cela s’explique d’abord par la très forte emprise de la tradition sur ces professions spécialisées, dans une France où la mobilité professionnelle est très faible : c’est de père en fils que l’on est officié, médecin, centralien ou polytechnicien. Il y a ensuite le poids d’une sélection scolaire très liée à la situation de fortune et de patrimoine de la famille (coût et durée des études, incertitudes et difficultés pour débuter, sans relations ni capitaux, dans une profession libérale). Il y a enfin un élitisme certain de scientifiques qui croient en la valeur de diplômes pour l’obtention desquels ils ont en général dépensé une énergie considérable, et qui leur paraissent donc justifier le maintien des privilèges dont ils jouissent. Cette orientation à droite est toutefois moins marquée dans les professions médicales et universitaires : les radicaux, surtout si on les additionne aux quelques rares socialistes, arrivent presque à équilibrer la droite (voir annexe)

***

  • 9 Erlanger (Philippe), Clemenceau, Paris, Perrin, 1979, p. 16-27.
  • 10 Lassus Saint-Geniès (Annick de), Jean Le Cour Grand-maison : un homme dans l'action et la contempl (...)
  • 11 Tarde (Alfred de) et Jouvenel (Bertrand de), La Politique aujourd'hui : enquête parmi les groupeme (...)
  • 12 Pierrard (Pierre), Dictionnaire de la IIIeRépublique, Paris, Larousse, 1968, p. 164-166.
  • 13 DPF, p. 1758.
  • 14 Henri Queuille et la Corrèze, Actes du colloque de Tulle, Limoges, L. Souny, 1986.
  • 15 Moch (Jules), Une si longue vie, Paris, R. Laffont, 1976, pp. 23-25.
  • 16 Robrieux (Philippe), Biographies..., 1984, vol. 4.

8L’examen des origines sociales confirme cette analyse : plus encore que chez les avocats et autres juristes, on a ici affaire à des privilégiés. Les uns sont fils de propriétaires rentiers, surtout chez les médecins (par exemple Georges Clemenceau, issu d’une dynastie de médecins et de hobereaux, élevé au manoir dans le bocage vendéen)9 et chez les officiers (Jean Le Cour Grand-maison, élevé par son père lui-même député, propriétaire du manoir de Mottechaix, près de Nantes)10. Les autres descendent de la bourgeoisie d’affaire, en particulier, bien sûr, chez les ingénieurs : c’est le cas de Georges Noblemaire11, polytechnicien, directeur de la compagnie de chemins de fer Paris-Lyon-Méditerranée, fils d’industriel ou de Louis Loucheur12, polytechnicien, qui détient d’importants capitaux dans l’électricité et les chemins de fer. D’autres enfin sont les héritiers d’une dynastie politique, dont le capital, plus qu’en terres ou en usines, réside dans un réseau patiemment construit d’obligés et de relais auprès des électeurs : Felix Gadaud à Périgueux13 ou Henri Queuille14 en Corrèze continuent des dynasties de députés médecins ; Jules Moch, fils de polytechnicien et petit-fils de saint-cyrien, dispose d’un important capital de relation sociales : Painlevé est un ami de la famille (il sera son témoin pour son mariage) et son père est en relation avec Jaurès et avec le prince Albert de Monaco15. Par ces origines sociales, on a donc là une catégorie voisine de celle des propriétaires, en plus bourgeoise et moins aristocratique : même l’officier de marine André Marty, le mutin de la mer noire, coléreux et fanatique dirigeant du PCF, qui a pourtant débuté comme matelot sur un coup de tête (il avait un baccalauréat), est issu d’un milieu aisé : sa mère est propriétaire d’un grand hôtel de Perpignan et son frère est médecin16.

  • 17 Who's who in France, 1953.
  • 18 DPF, p. 2715.
  • 19 DBMOF, t. XVII, pp. 237-239.
  • 20 Brun Gérard), Louis Vallon ou la politique en liberté : de Jaurès à de Gaulle, Paris, Economica, 1 (...)
  • 21 Durand (Olivier), et Hanoun (Lucien), Albert Lebrun et son temps, [39p. dactylographiées], [s. 1. (...)
  • 22 Midol (Lucien), La Voie que j'ai suivie : un ingénieur au cœur des batailles sociales, 1900-1970, (...)

9Quelques boursiers parviennent à se glisser dans ce groupe. Ils sont de deux sortes. Les premiers, issus de la petite bourgeoisie d’artisans et de fonctionnaires, représentent le maillon intermédiaire d’une stratégie dynastique d’ascension sociale. Ils se recrutent surtout chez les médecins généralistes : leurs parents instituteurs (pour Pierre Mazuez17, ami de Guy Mollet), artisans (pour Édouard Plouzane18, fils de meunier), gendarmes (pour Franck Amal19 ont) fait le premier pas en quittant la terre ou la mine ; leurs enfants appartiendront dès leur naissance à la bourgeoisie moyenne. Certains polytechniciens sont aussi dans ce cas : Louis Vallon20, fils d’un directeur d’école, socialiste et maire de son village ; Albert Lebrun21, dont le père est un cultivateur aisé, maire lui aussi de son village, mais qui à peine à payer les frais que demande la poursuite des études supérieures de son fils. La seconde catégorie de boursiers, encore moins nombreux, réunit les enfants d’ouvriers qui parviennent à utiliser les filières techniques pour arriver à un statut d’ingénieur : à condition d’être systématiquement, chaque année le meilleur de sa classe, pour parvenir à intégrer une des écoles d’ingénieurs de second rang qui se multiplient au début du siècle. C’est le cas de Lucien Midol22, qui est député (PCF) de Corbeil de 1932 à 1958 : son père complète de maigres revenus de charron par des travaux saisonniers comme ouvrier agricole ; berger et écolier en même temps, premier de son canton au certificat d’études, il doit attendre deux ans la fin de la maladie de son père pour pouvoir continuer des études. Boursier à l’école primaire supérieure où il obtient chaque année le prix d’excellence, il réussit, en le préparant seul, le concours de l’École des Arts et Métiers et devient ingénieur au PLM.

Une position enviée, une culture inadéquate

10La spécificité culturelle et le professionnalisme de ces députés constituent à la fois un atout et un handicap pour leur carrière politique.

11Les avantages de la profession médicale sont considérables : plus encore que les hommes de loi, médecins et pharmaciens sont en contact quotidien avec leurs électeurs : leur porte est toujours ouverte, leur compétence recherchée et appréciée. Le généraliste pénètre dans chaque foyer, se doit d’inspirer confiance, recueille plaintes et confidences : c’est lui qui, très certainement, connaît le mieux une circonscription qu’il parcourt inlassablement.

12Louis Barthou décrit cette popularité :

  • 23 Barthou (Louis), Le Politique, Paris, Hachette, 1923, p. 19.

« Le médecin reçoit, et il se déplace. Tout le monde le connaît. On sait ses heures, ses habitudes, ses promenades, son caractère, ses manies et ses lubies. Sa clientèle s’étend à tous les partis. Quand il pose sa candidature, il entre dans les voix qu’il recueille autant de voix de reconnaissance que de suffrages d’adhésion. »23

13Et Robert de Jouvenel critique ces mécanismes du clientélisme rural :

  • 24 Jouvenel (Robert de), La République des camarades, Paris, Grasset, 1914.

« Beaucoup d’électeurs hésiteraient à ne pas voter pour ce médecin qui a sacrifié sa clientèle à la politique. Le député cesse d’être le mandataire pour devenir l’obligé. Il ne représente plus un programme politique mais des amitiés. »24

  • 25 Monnerville (Gaston), Clemenceau, Paris, Fayard, 1968.
  • 26 Henri Queuille et la Corrèze

14Mais, comme le souligne cette dernière réflexion, le médecin a beaucoup plus de mal à se consacrer à sa carrière politique que l’homme de loi : sa présence est indispensable au maintien d’une clientèle dont il aura besoin en cas d’échec électoral. C’est pourquoi les médecins, s’ils sont nombreux à se laisser séduire par la facilité avec laquelle ils savent pouvoir se faire élire, sont aussi ceux qui participent le moins aux débats parlementaires, préoccupés d’assurer un minimum de présence dans leurs cabinets. Peu assidus, ils seront par voie de conséquence rarement ministres, et ceux qui le deviennent sont souvent des marginaux dans la profession : Georges Clemenceau a vite abandonné la pratique de la médecine pour le journalisme25 et Henry Queuille26 est plus un propriétaire rentier, héritier d’un clan familial, qu’un médecin de campagne.

15Transposé à l’échelle d’une grande ville, c’est un problème similaire qui se pose à l’ingénieur, directeur d’entreprise, au grand médecin hospitalier ou au savant universitaire scientifique : il leur est très difficile de sacrifier leur activité (recherches, usine, service) à la politique sans perdre le bénéfice attendu d’un lourd investissement en travail. Pourtant, outre un réseau de relations mondaines étendu et efficace qui structure sa campagne électorale, le spécialiste dispose d’une notoriété qui se conjugue à sa réussite professionnelle pour convaincre l’électeur : celui-ci choisit les « compétences », comme on dit à une époque où le terme de « société civile » faisait défaut au langage politique. Même face aux adversaires politiques, cette notoriété scientifique assure un avantage : Georges Bonnet le remarque à propos de Paul Painlevé :

  • 27 Bonnet (Georges), Vingt ans de vie politique, 1918-1938 : de Clemenceau à Daladier, Paris, Fayard, (...)

« Il parlait avec hésitation et sa voix, relativement faible, ne pouvait dominer les grands tumultes, mais son autorité de grand savant était si reconnue de tous qu’il remportait toujours de grands succès. »27

16C’est particulièrement vrai dans les moments ou les électeurs manifestent leur méfiance vis-à-vis du personnel politique, et spécialement dans la Chambre de 1919 qui, autant que celle des anciens combattants, fut celle des médecins, ingénieurs et scientifiques. Louis Barthou décrit cette invasion :

« Jamais on ne vit un tel renouvellement du personnel parlementaire [...]. Les combattants n’étaient pas les seuls nouveaux. Il y avait les compétences. Puissants industriels, commerçants tous notables, administrateurs hors pairs, armateurs de tous premiers pavillons, agriculteurs de toute science et de toute pratique, financiers hardis et avisés, économistes riches en théories et en expériences, grands mineurs, grands forgerons, grands cheminots, grands électrochimistes, grands ingénieurs, grands filateurs, patrons de grandes marques d’automobiles et d’aviation, avaient quitté leurs bureaux, leurs usines, leurs magasins, leurs laboratoires. »

  • 28 Barthou (Louis), Le Politique, pp. 23-31.

17Notant que, chose quasi inédite, pour le choix des ministres, « les compétences furent même prélevées hors du Parlement ! », il conclut : « Pour tout dire, le politique professionnel avait perdu la faveur de la France » mais il défend sa corporation en rappelant que « on peut être heureux dans ses propres affaires et mal gérer les affaires publiques »28.

***

18Cela dit, on sent bien en lisant les livres de souvenirs (peu nombreux dans un groupe peu littéraire) qu’on se heurte à une barrière culturelle au moins autant qu’à des problèmes d’emploi du temps, d’entreprises et de clientèles.

  • 29 Prenant (Marcel), Toute une vie à gauche, Paris, Encre, 1980.
  • 30 Lassus Saint-Geniès (Annick de), Jean Le Cour...., p. 44.
  • 31 Ceux qui nous mènent, Paris, Plon-Nourrit, 1922, p. 149.
  • 32 Jeanneney (Jean-Noël), François de Wendel en république, Paris, Le Seuil, 1977, p. 414.

19Les témoignages sont multiples des difficultés qu’ont ces scientifiques à s’adapter au Parlement et surtout à la Tribune. Marcel Prenant29, un des grands savants dont le Parti Communiste utilise le militantisme et la réputation scientifique, raconte sa déception lorsqu’il fait, à regret et parce que son groupe Ta exigé, un discours que personne n’écoute : sans qu’il lui soit facile de résister à l’insistance de son parti, il refuse un second mandat pour se consacrer à son laboratoire où il se sent bien plus utile. Jean Le Cour Grand-maison explique que « tout cela se déroule comme un rite creux et on conçoit que la vie dans ce faux décor doive vite écœurer et annihiler le malheureux élu »30. Les biographes soulignent l’absence d’éloquence du professeur de mathématiques Paul Doumer qui « ne croit à la vertu ni des humanités, ni des élites »31. Parlant de François de Wendel, Jean-Noël Jeanneney explique que « son ton n’est pas celui d’un parlementaire. Aucun hasard dans sa parole. On sent percer le chiffre sous chaque mot »32.

20Mais c’est Jules Moch qui exprime le mieux cette distance culturelle qui oppose un ingénieur, pourtant des plus brillants et des plus cultivés, au milieu politique :

  • 33 Moch (Jules), Une si longue vie..., p. 94.

« Cette aversion des débats où l’on jongle avec des mots – République, Liberté, Démocratie, Laïcité, etc. – a été une de mes faiblesses dans la vie politique : des jeunes, ne disposant pas d’appui technique ou doctrinal, m’ont devancé dans la direction du parti ou du pays. Je le note sans modestie mais sans vanité : je suis resté un ingénieur projeté dans la vie politique. »33

***

21On a donc une catégorie dont les caractéristiques politiques (peu d’interventions dans les débats, faible participation au gouvernement, absentéisme) sont étroitement liées aux caractéristiques culturelles (méfiance vis-à-vis des idées générales et des formules floues, goût de la précision, des chiffres, de l’expérimental). Ce n’est pas, et l’exemple de Jules Moch le démontre largement, que ces députés manquent, comme c’est le cas pour ceux qui viennent du primaire, des codes, des références et des clefs du discours cultivé. Ils sont à leur place parmi l’élite, ont d’ailleurs subi la culture classique du secondaire et obtenu un baccalauréat qui supposait la connaissance du latin et de la rhétorique. Seuls les plus jeunes, ceux de la troisième génération, ont pu échapper aux humanités avec la création d’un baccalauréat sans latin : mais faute de vernis littéraires, ils sont moins enclins à choisir une carrière politique et parmi les députés nés après 1900, il y a beaucoup moins de médecins et de scientifiques.

  • 34 Sangnier (Marc), Autrefois, Paris, Blond et Gay, 1936.

22Pour les autres générations les députés « spécialistes » ont probablement subi pendant une longue scolarité un type de formation qu’ils appréciaient peu, voire rejetaient. Mis à part le cas de ceux qui ne faisaient que suivre une tradition familiale et hériter d’une clientèle, ceux qui s’orientaient dans les filières scientifiques le faisaient soit par une vocation suffisamment tenace pour avoir persisté malgré de longues études à dominante littéraire, soit par élimination, parce qu’aucune des matières classiques du secondaire n’avait emporté leur adhésion. D’une certaine façon, leur démarche est analogue à celle des adolescents d’aujourd’hui qui suivent une filière scientifique parce qu’elle est celle de l’élite, tout en préservant la possibilité de changer leur orientation après le baccalauréat. Bien sûr, il y a des exceptions. On trouve nombre d’humanistes chez les médecins et Georges Clemenceau, helléniste fervent et esprit curieux de tout, peut rivaliser avec Jaurès ; Marc Sangnier, polytechnicien, écrit romans et pièces de théâtre, et contribue à fonder, avec sa revue Le Sillon la tradition chrétienne sociale en France34.

  • 35 Desgranges (abbé), journal d'un prêtre député, [préf. par] Schuman (Robert), Genève, La Palatine, (...)
  • 36 Pascal (Jean), Les Députés bretons de 1789 à 1983, Paris, PUF, 1983.

23Par ailleurs, il y a dans cette catégorie deux groupes dont la culture professionnelle peut préparer, par ses éléments oratoires et ses références historiques, à la vie parlementaire : les ecclésiastiques et les militaires. L’abbé Desgranges, écrivain reconnu35, et l’abbé Bergey, orateur remarquable, sont les exemples d’une culture acquise dans les grands séminaires et par la pratique de la prédication36. Les écoles militaires, elles, font une large place à l’histoire et les officiers doivent y apprendre à manier la rhétorique : bien qu’il n’ait pas été député, on ne peut pas manquer d’évoquer ici l’exemple du général de Gaulle, professeur d’histoire militaire à l’École supérieure de guerre.

24Mais il s’agit de cas isolés ou de groupes marginaux. Pour les plus nombreux, ingénieurs et médecins, la rhétorique laborieuse de l’Assemblée devait évoquer les pensums d’une scolarité classique qu’en général ils avaient subie plus qu’aimée.

25C’est pourquoi on trouve dans cette catégorie, non seulement le plus fort pourcentage de parlementaires muets ou absents (près de la moitié) mais encore le plus grand nombre de députés qui ne se représentent pas à un second mandat. La pression de l’entourage, des collègues et des amis, les devoirs et la logique d’une vie de notable, l’attrait de Paris et de la participation au pouvoir politique, les ont amenés à poser leur candidature. Mais l’absence de vraie vocation politique, le décalage culturel, l’ennui des longues séances improductives, les difficultés à affronter l’hémicycle, le manque de succès d’un premier discours, les fatigues et les contraintes des voyages les ont convaincus assez vite de renoncer à la carrière parlementaire.

De l’influence à la compétence : un groupe en diminution

26À partir des années 30, la professionnalisation croissante de la vie politique accélère le déclin du nombre des parlementaires de cette catégorie. On peut suivre ce recul pour chaque sous-groupe, en l’expliquant par l’évolution du type social et de la formation culturelle de ses membres. On a vu, dans le premier chapitre, se raréfier l’ouvrier mineur anarchisant, ayant à peine fréquenté l’école ; au chapitre deux le rentier élevé au manoir disparaissait insensiblement. Ici le médecin de famille, l’apothicaire de bourgade, libres penseurs, radicaux, en gilets et faux-cols amidonnés sont des figures qui se perdent peu à peu, avec l’officier en retraite, catholique et chauvin. Tout le portrait de famille d’une France rurale qui commence à s’évanouir avec l’effacement de ces personnages traditionnels.

***

  • 37 DPF, p. 2645.
  • 38 DPF, p. 2635.
  • 39 Henri Queuille et la Corrèze.

27Pour les professions médicales, dans nos deux premières générations, les trois quarts des députés pharmaciens et plus de la moitié des médecins généralistes sont effectivement des radicaux ruraux. Élus pour une ou deux législatures, rarement plus, leur nombre est ici surévalué par rapport à la composition socio-professionnelle de chaque assemblée (à l’inverse des catégories où les réélections sont nombreuses et qui sont donc un peu minorées dans nos comptages) : conséquence du choix d’étudier les députés par génération et non par législature. Ils n’interviennent guère en séance publique, risquent au mieux un ou deux discours à la tribune dans toute leur carrière. Amans Périer, né en 1851 dans l’Aveyron, s’établit comme médecin de campagne dans le Marais vendéen et est élu député radical de Fontenay-le-Comte en 1914. Il ne fait aucune intervention à la tribune et ne se représente pas en 191837. Paul Pélisse, né en 1874 dans une famille d’enseignants de Pezenas (Hérault) fait ses études à Montpellier et devient pharmacien à Paulhan : il est député radical de l’Hérault de 1906 à 191438. En somme, un milieu qui se définit surtout par ce qui oppose ses membres à leurs collègues parisiens ou parisianisés. Gilles Le Béguec utilise de la même façon la négative pour parler d’Henri Queuille : « Revenu très tôt au pays, il n’a fréquenté aucun des bons endroits consacrés par la tradition, aucune des grandes écoles de l’élite politique. Il n’a pas acquis les rudiments de l’éloquence parlementaire sur les bancs de la conférence Molé-Tocqueville. Il n’a figuré dans aucune équipe de rédaction. Il n’a pas eu l’occasion de s’initier aux jeux du pouvoir dans un secrétariat parlementaire, un cabinet ministériel, un état-major politique »39.

28Georges Clemenceau, bien que médecin, radical et élevé au manoir est presque leur exacte antithèse culturelle, comme si l’esprit de révolte du personnage (« plus révolutionnaire que démocrate » note Charles Benoist) l’amenait à faire exactement l’inverse de ce qu’aurait pu ou dû être sa destinée. C’est un amoureux des classiques, un fervent helléniste quand les notables de sous-préfecture s’empressent d’oublier leurs humanités. C’est un orateur né aux fulgurantes réparties, parmi des députés qu’intimide l’Assemblée et dont l’éloquence ampoulée sied surtout aux banquets de clôture des comices. Il a passé sa jeunesse à New York, quand ses collègues ont le plus souvent un horizon borné à leur arrondissement. Il a vite renoncé à la pratique de son métier pour vivre, parfois assez mal, de sa plume (journalisme, romans, théâtre) et de la politique, quand, au contraire, le médecin de campagne se sent mal à l’aise dans le milieu parisien et dans les états-majors des partis. Il est très cultivé et curieux de tout dans un milieu que ne passionnent ni les lettres, ni les arts (on trouve tout de même dans cette catégorie quelques érudits locaux, comme le docteur Jean Molinié qui écrit une histoire de Séverac-le-Chateau préfacée par Maurice Barrès, mais ils sont moins nombreux que dans les autres groupes, ce qui est paradoxal pour un milieu fait surtout de notables de province). Enfin, il se contente, au terme d’une vie tumultueuse, d’une petite bourrine face à l’océan quand ses collègues se sont appliqués à arrondir leur patrimoine.

  • 40 Cf. la description de : Léonard (Jacques), La Vie quotidienne des médecins de province au XIXe siè (...)
  • 41 DPF, p. 2719.

29Pourtant Clemenceau n’est pas le seul médecin à se distinguer dans un milieu que Proust décrit sous les médiocres traits du docteur Cottard et que Maupassant avait représenté dans ses personnages de médecins crasseux, parfois alcooliques et dénués de délicatesse40. À son image d’autres députés sont en fait des littéraires qui n’ont presque pas exercé leur métier comme Gustave Poirier de Narsay, né en 1859, journaliste de la Ligue des Patriotes, député de Paris en 1914, ou Camille Ferrand qui, après des études de pharmacie à Toulouse, ne s’établit jamais comme pharmacien mais préfère le journalisme, la littérature et... le cinéma : il réalise un film en 1925, L’éternel espoir41. De même Albert Nast ajoute un doctorat de Droit à son titre médical, est un passionné de musique, et publie une grande quantité de livres littéraires, médicaux et juridiques ; il est député de la Seine-et-Oise de 1931 à 1936.

30Ce portrait, qui est surtout valable pour les médecins de notre première génération, très proches du XIXe siècle, correspond à la description que fait Jacques Léonard de la culture des médecins de l’ouest. Il insiste sur les contrastes : contraste entre le prestige dont ils jouissent et la médiocrité relative de la masse des praticiens. Léon Daudet soulignait avec hargne :

  • 42 Daudet (Léon), Devant la douleur, cité par : Léonard (Jacques), Les médecins de l’Ouest au XIXe si (...)

« Trop gâtés, trop adulés, les uns et les autres, ceux de la drogue et ceux du bistouri, abusèrent de la situation : financièrement en exploitant leurs clients ou leurs dupes ; intellectuellement en étendant jusqu’à la philosophie leur fatuité professionnelle, en prétendant règlementer les esprits. »42

  • 43 Ibid., p. 1451.

31Contraste surtout entre des niveaux de culture différents : Jacques Léonard insiste sur « l’ambiguïté de l’attitude des médecins envers la culture. Ils sont plutôt du côté des formes supérieures de l’activité intellectuelle ; ils veulent contribuer à civiliser la barbarie sous-jacente ; bourgeois moralisants, ils agissent pour persuader ; le goût de la clarté rassurante et simplifiante guide leur curiosité intellectuelle ; leur formation scientifique leur fait rechercher l’universalité comme critère de la vérité et l’utilité comme critère du bien. Mais cette Lumière grandissante laisse des ombres intenses : « la » culture ne réalise pas une unanimité joyeuse, elle est trop hétéroclite [...] ; l’abstention philosophique, la routine des tâches quotidiennes, les sollicitations aimables de la vie de famille poussent très logiquement la plupart des médecins dans le confort intellectuel et le conformisme bourgeois »43.

  • 44 Zeldin (Théodore), Histoire des passions françaises, 1848 - 1945 tome 1, Ambition et amour, Paris, (...)

32On rejoint alors les deux conclusions de Théodore Zeldin dans le chapitre qu’il consacre aux médecins : leur prestige est réel mais sans cesse menacé : « Les conquêtes de la médecine ont placé les médecins à des positions clés de la société. Mais comme pour le clergé, leur savoir et leur compétence était contestés. Le monopole dont ils jouissaient leur attirait hostilité et jalousie. [...] L’exemple des médecins illustre que le prestige acquis par un savoir technique constitue rarement à lui seul une preuve de réussite. C’est l’idéal d’une culture générale qui demeure l’ultime couronnement d’une vie, d’où ce goût si répandu pour les arts et les lettres. » Et Zeldin ajoute cette phrase, qui est au cœur de la problématique de notre étude : « Il conviendra de se demander si, au lieu de parler de la domination de la France par la bourgeoisie, ou même par l’argent, il ne faudrait pas plutôt parler de la domination occulte des intellectuels »44.

33La relative fragilité du prestige intellectuel des professions médicales explique en grande partie la baisse du nombre des députés médecins, et là encore, c’est une explication plus culturelle que sociale qu’il faut privilégier. Leur statut social demeure élevé et, peut-être même, s’améliore : le médecin reste un privilégié, notable respecté, le sommet des classes moyennes. Il fait naturellement partie de la meilleurs société, tant à la campagne où il a peu de concurrents qu’à la ville pour les grands spécialistes : c’est une position enviée qu’ont souvent beaucoup de mal à atteindre les professeurs et même les juristes. Mais à partir des années trente, les médecins perdent peu à peu le prestige que leur assurait leurs très longues études : l’allongement des études universitaires et l’accès plus aisé à l’enseignement secondaire leur suscitent des rivaux : professeurs, ingénieurs, administrateurs. En même temps, leur formation s est technicisée : ils peuvent de plus en plus facilement échapper aux humanités de l’enseignement secondaire, avec le développement des filières « modernes », et les progrès des sciences médicales transforment les contenus de l’enseignement universitaire qu’ils reçoivent. Ils ont donc perdu les qualifications intellectuelles (rhétorique et humanités) qui les désignaient pour des responsabilités politiques sans pour autant que leur formation ne les introduisent guère aux connaissances qui définissent les nouveaux profils culturels des dirigeants : économie, gestion, administration.

***

34Le groupe des officiers passés par Saint-Cyr ou Navale est un peu l’équivalent, du côté de la droite catholique, du notable rural que l’on vient de décrire. La formation de Jean Le Cour Grand-maison en est un bon exemple. C’est un héritier issu d’une famille de grands propriétaires terriens de la région nantaise ; son père et son oncle sont au Parlement ; il passe du collège religieux à l’école Stanislas puis à l’École Navale. Après ses années d’officier de marine, il représente à l’Assemblée, de 1919 à 1940, le courant du catholicisme social dont son père a été un précurseur avant de finir ses jours dans un monastère bénédictin. Il se sent lui aussi au début étranger au milieu politique, même si, par la suite, son éloquence et sa conviction lui permettent de faire une belle carrière à l’Assemblée ; il s’étonne avec un peu de mépris de la médiocrité des discours :

  • 45 Lassus Saint-Genies (Annick de), Jean Le Cour..., p. 43.

« Un ou deux des orateurs m’ont émerveillé », écrit-il à sa femme, par l’inconscience et la ténacité avec laquelle ils débitent des banalités stupides au milieu de l’inattention générale, des réflexions ironiques à grand renfort d’éloquence ampoulée »45.

  • 46 DPF, p. 1854.

35Symptomatiquement, presque tous les militaires de carrière de notre échantillon sont nés avant 1890 : on peut bien y voir la fin d’une tradition qu’incarne par exemple la vie de Joseph de Gontaut-Biron, vrai personnage du XIXe siècle. Né en 1851, d’un père député puis sénateur, il a fait « des études classiques dans sa famille » puis est entré à Saint-Cyr. Il participe à la répression de la Commune, passe par l’École militaire puis par Saumur. Il devient officier d’ordonnance de Mac-Mahon et se retire en 1882 dans ses vastes propriétés des Basses-Pyrénées, où il élève des chevaux et préside des sociétés hippiques. Il est député de Pau de 1900 à 1914. Monarchiste rallié, il fait partie du groupe des « républicains progressistes » (droite), et parle à la tribune une ou deux fois par législature.46

***

  • 47 Shinn (Terry), Des Corps de l'État au secteur industriel : genèse de la profession d'ingénieur, Re (...)

36Le cas des ingénieurs est plus complexe. Dans les catégories des spécialistes, c’est le seul groupe qui maintient son importance relative, voire connaît une petite progression. Cette évolution cache en fait une redistribution du groupe, avec un recul des centraux et des polytechniciens et montée en nombre des ingénieurs issus des autres écoles. Pour comprendre cette évolution, on peut se fonder sur l’historique des relations entre les divers types d’ingénieurs qu’a établi Terry Shinn47.

  • 48 Rosenvallon (Pierre), État et société du XIXe siècle à nos jours, in : Burguière (André) et Revel (...)

37Il faut partir de la position dominante de l’école polytechnique à la fin du XIXe siècle. Dans notre échantillon, la majorité des députés ingénieurs nés avant 1870 en sont issus. Ils font partie de ces grands corps des ingénieurs de l’État où se forge une mentalité qui joue, au XXe siècle, un rôle clef dans l’évolution du personnel politique et de la vie publique. Pierre Rosenvallon en souligne l’importance : « Comme les hygiénistes et les instituteurs, ils se conçoivent comme des missionnaires » ; ils construisent « le projet d’un État rationnel, modernisateur, et d’une administration gardienne de l’intérêt général »48.

  • 49 Rosenvallon (Pierre), ibid., p. 586.

38Rien d’étonnant à ce que bon nombre d’entre eux s’orientent vers le Parlement, avec la conscience de continuer à servir, dans un autre cadre, le même projet. Albert Mahieu s’en montre une incarnation exemplaire : né en 1864, il fait toute sa carrière au ministère des travaux publics, où il est directeur du personnel puis secrétaire général en 1920 ; André Tardieu en fait son ministre de l’Intérieur en 1932. Dans la même génération, le secteur des chemins de fer, autre débouché traditionnel des polytechniciens, est représenté dans l’hémicycle par Georges Noblemaire et le secteur des mines par Albert Lebrun qui, passé plus tôt, dès 1898, à l’action politique, sera le dernier président de la IIIe République. Entre les deux guerres, un petit groupe de polytechniciens plus jeunes continue cette tradition en fondant « X-crise », une sorte de club de réflexion sur les remèdes à apporter aux difficultés économiques, qui invente le programme réformateur des hauts fonctionnaires de la IVe République : parmi eux, les députés Jules Moch et Louis Vallon49.

  • 50 Shinn (Terry), Des corps de l'État..., p. 67.

39La culture propre à l’école polytechnique développe cette attitude d’esprit : le cadre militaire vise à développer chez ces officiers le sens de l’État et le dévouement au service public ; la formation insiste sur les matières théoriques et abstraites, laissant une place non négligeable aux disciplines littéraires. Les anciens élèves soulignent d’ailleurs cette spécificité pour critiquer la formation donnée dans les autres écoles d’ingénieurs, jugée trop pratique et spécialisée, utilitaire à courte vue, incapable de donner la hauteur de vue et la capacité à s’adapter à l’imprévu que l’on attend d’un dirigeant, dans l’industrie ou dans l’administration50.

  • 51 DPF.
  • 52 Jeanneney (Jean-Noël), François de Wendel...
  • 53 DPF, p. 1716.

40Au début du siècle, à côté des polytechniciens, nous trouvons dans notre première génération de députés, deux autres groupes d’ingénieurs les industriels et les ingénieurs agronomes. Les industriels sont en général passés par l’école Centrale, comme Ernest Fouché, grand propriétaire né en 1858, qui son diplôme en poche, s’associe avec un oncle industriel pour fonder une entreprise de matériel de chemin de fer : il est député (droite) de 1902 à 1924 et n’intervient jamais à la tribune51. François de Wendel, quant à lui, a tenu à décrocher un diplôme d’ingénieur des Mines avant de prendre la succession familiale52, de même que Jean Plichon, fils et neveu de député, petit-fils de ministre53.

  • 54 DPF, p. 2823.

41S’approchant sur bien des points du groupe des propriétaires, un certain nombre de rentiers, pour exploiter leurs domaines, désirent acquérir des connaissances techniques et deviennent ingénieurs agricoles : c’est par exemple le cas d’Ambroise Rendu, descendant d’une célèbre famille de juristes, qui se dit « exploitant agricole » à Plaisance du Touch (Haute-Garonne) ou du prince François de Polignac54, député de Cholet de 1928 à 1940. Ils utilisent le titre d’ingénieur agricole à la fois comme une raison sociale et pour asseoir leurs responsabilités locales de notables.

42Ces trois groupes d’ingénieurs voient leurs effectifs parlementaires diminuer rapidement. C’est assez logique pour les ingénieurs agricoles dont le déclin est parallèle à celui des propriétaires (cf. chapitre 2). Cela s’explique aussi pour les industriels qui, après la guerre, n’ont plus beaucoup de loisirs à consacrer à la vie politique : en compétition plus vive avec les entreprises étrangères, leurs usines exigent une attention plus exclusive et accaparent leurs activités.

  • 55 Shinn (Terry), Des corps de l'État..., p. 69.

43Ce déclin numérique à l’Assemblée est plus surprenant chez les polytechniciens : véritables précurseurs des technocrates des années cinquante, on s’attendrait à les voir occuper le terrain politique au moment où le monde parlementaire commence à se rallier aux orientations qu’ils avaient définies. Mais il s’explique par leur migration massive vers la direction d’entreprises industrielles. T. Shinn montre55 que cette habitude de « pantoufler » apparaît autour de la première guerre mondiale à un moment où le niveau de vie et le prestige social des cadres de l’Etat se dévalorise rapidement : après avoir échoué dans leur tentative d’imposer, au bénéfice de leur école, le monopole de la formation des ingénieurs, les diplômés de Polytechnique préfèrent alors profiter de la forte demande de cadres dirigeants dans une industrie en essor.

44Pourtant, en dépit du recul numérique de ces trois groupes d’origine, les ingénieurs maintiennent globalement leur importance dans notre échantillon, grâce au renouvellement qu’apporte l’arrivée en nombre des diplômés des écoles de second rang, génie civil, arts et métiers, électricité, chimie. Cette augmentation répond à celle du nombre des ingénieurs et des techniciens supérieurs dans la production et la multiplication des écoles permettaient de pallier le malthusianisme de Centrale et de Polytechnique. Dans notre échantillon, cette croissance à deux origines. D’un côté, de brillants boursiers d’origine prolétaire qui, par la multiplication des voies techniques de rattrapage scolaire, parviennent à revenir dans un cursus universitaire que leur exclusion de l’enseignement secondaire rendait problématique ; on peut citer en plus de Lucien Midol le cas d’Arthur Groussier, fils d’ouvrier, entré à l’École des Arts et Métiers d’Orléans, devenu ingénieur à Paris, puis député socialiste dès 1893 et jusqu’en 1924, et enfin président du Grand Orient de France de 1925 à 1940. De l’autre, les ingénieurs de l’État qui ne sont pas passés par Polytechnique. Ils sont de plus en plus nombreux et reprennent la tradition de défense et de réforme des services publics après 1945. Gaston Gourdeau, fils d’un maître d’hôtel, passé par l’École Supérieure d’Électricité, fait carrière au ministère de l’industrie avant de devenir député de Mamers en 1928 et secrétaire d’État en 1930 ; Louis Escande, ariégeois de Massat né en 1913, fils d’ingénieur des travaux publics, devient à son tour ingénieur des travaux publics, reproduisant à un niveau plus modeste la tradition des dynasties de serviteurs de l’État ; il est député de 1945 à 1968 à Mâcon où l’a conduit le hasard d’une nomination.

45Pour ces hauts fonctionnaires, la vie politique est donc le débouché naturel de leur activité : pour eux, la députation est une chance de promotion sans les risques que prennent ceux qui ne sont pas fonctionnaires. On peut sentir là se dessiner une tendance qui aboutira à la domination des fonctionnaires dans les assemblées de la Ve République.

Notes

1 Fournol (Étienne), Le Moderne Plutarque ou les hommes illustres de la IIIe République, Paris, Monde Nouveau, 1923.

2 DPF, p. 1974.

3 Pascal (Jean), Les Ecclésiastiques parlementaires, Paris, PUF, 1983.

4 DPF, p. 2631.

5 DPF, p. 2701.

6 Moch (Jules), Rencontres avec Léon Blum, Paris, Plon, 1970, p. 29.

7 DBMOF, t. XXXV, pp. 340-342 et t. XV, pp. 29-30.

8 DPF, p. 2657.

9 Erlanger (Philippe), Clemenceau, Paris, Perrin, 1979, p. 16-27.

10 Lassus Saint-Geniès (Annick de), Jean Le Cour Grand-maison : un homme dans l'action et la contemplation, Paris, Beauchesne, 1980, pp. 18-19.

11 Tarde (Alfred de) et Jouvenel (Bertrand de), La Politique aujourd'hui : enquête parmi les groupements et les partis, Paris, La Renaissance du livre, [1912], p. 137.

12 Pierrard (Pierre), Dictionnaire de la IIIe République, Paris, Larousse, 1968, p. 164-166.

13 DPF, p. 1758.

14 Henri Queuille et la Corrèze, Actes du colloque de Tulle, Limoges, L. Souny, 1986.

15 Moch (Jules), Une si longue vie, Paris, R. Laffont, 1976, pp. 23-25.

16 Robrieux (Philippe), Biographies..., 1984, vol. 4.

17 Who's who in France, 1953.

18 DPF, p. 2715.

19 DBMOF, t. XVII, pp. 237-239.

20 Brun Gérard), Louis Vallon ou la politique en liberté : de Jaurès à de Gaulle, Paris, Economica, 1986. ; DBMOF, t. XLIII, pp. 38-40.

21 Durand (Olivier), et Hanoun (Lucien), Albert Lebrun et son temps, [39p. dactylographiées], [s. 1. n. d.].

22 Midol (Lucien), La Voie que j'ai suivie : un ingénieur au cœur des batailles sociales, 1900-1970, Paris, Éditions Sociales, 1973.

23 Barthou (Louis), Le Politique, Paris, Hachette, 1923, p. 19.

24 Jouvenel (Robert de), La République des camarades, Paris, Grasset, 1914.

25 Monnerville (Gaston), Clemenceau, Paris, Fayard, 1968.

26 Henri Queuille et la Corrèze

27 Bonnet (Georges), Vingt ans de vie politique, 1918-1938 : de Clemenceau à Daladier, Paris, Fayard, 1969, p. 36.

28 Barthou (Louis), Le Politique, pp. 23-31.

29 Prenant (Marcel), Toute une vie à gauche, Paris, Encre, 1980.

30 Lassus Saint-Geniès (Annick de), Jean Le Cour...., p. 44.

31 Ceux qui nous mènent, Paris, Plon-Nourrit, 1922, p. 149.

32 Jeanneney (Jean-Noël), François de Wendel en république, Paris, Le Seuil, 1977, p. 414.

33 Moch (Jules), Une si longue vie..., p. 94.

34 Sangnier (Marc), Autrefois, Paris, Blond et Gay, 1936.

35 Desgranges (abbé), journal d'un prêtre député, [préf. par] Schuman (Robert), Genève, La Palatine, 1960.

36 Pascal (Jean), Les Députés bretons de 1789 à 1983, Paris, PUF, 1983.

37 DPF, p. 2645.

38 DPF, p. 2635.

39 Henri Queuille et la Corrèze.

40 Cf. la description de : Léonard (Jacques), La Vie quotidienne des médecins de province au XIXe siècle, Paris, Hachette, 1978, pp. 238-247.

41 DPF, p. 2719.

42 Daudet (Léon), Devant la douleur, cité par : Léonard (Jacques), Les médecins de l’Ouest au XIXe siècle, Lille, Université de Lille III, 1978, t. 3, p. 1450.

43 Ibid., p. 1451.

44 Zeldin (Théodore), Histoire des passions françaises, 1848 - 1945 tome 1, Ambition et amour, Paris, Le Seuil, 1980, p. 57.

45 Lassus Saint-Genies (Annick de), Jean Le Cour..., p. 43.

46 DPF, p. 1854.

47 Shinn (Terry), Des Corps de l'État au secteur industriel : genèse de la profession d'ingénieur, Revue Française de sociologie, vol. XIX, no 1, janvier - mars 1978.

48 Rosenvallon (Pierre), État et société du XIXe siècle à nos jours, in : Burguière (André) et Revel (Jacques), Histoire de la France, tome 2 : L'État et les pouvoirs, Paris, Le Seuil, 1989, pp. 575-582.

49 Rosenvallon (Pierre), ibid., p. 586.

50 Shinn (Terry), Des corps de l'État..., p. 67.

51 DPF.

52 Jeanneney (Jean-Noël), François de Wendel...

53 DPF, p. 1716.

54 DPF, p. 2823.

55 Shinn (Terry), Des corps de l'État..., p. 69.

© Presses universitaires du Midi, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540