Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

La culture des députés français (1910-1958)

 | 
François Grèzes-Rueff

Chapitre III. Les littéraires

Texto completo

Caractérisation du groupe

L’enseignement secondaire

  • 1 Piobetta (Jean-Baptiste), Le Baccalauréat de l’enseignement secondaire, Paris, J.-B. Baillière et (...)
  • 2 Ibid., p. 32.
  • 3 Prost (Antoine), L’Enseignement en France : 1800-1967, Paris, Armand Colin, 1968, pp. 325-334.

1Le passage par l’enseignement secondaire est le critère qui sépare le plus nettement les groupes culturels dans la société française de la première moitié du XXe siècle. C’est ce que montre la thèse de J.B. Piobetta1, qui, dans les années trente, fait l’histoire et le bilan du baccalauréat. L’auteur insiste sur la marque culturelle de l’enseignement secondaire : l’examen atteste, dit-il, une culture fondée sur « l’amour désintéressé du savoir », à égale distance entre le « conformisme mondain qui en a fait longtemps la chasse gardée de quelques-uns » et « l’utilitarisme » dont il sent le développement et qui, pour lui, menace « l’aristocratie de la culture2 » que l’examen doit dégager. Par ailleurs, les statistiques qu’il produit montrent bien une réelle stabilité de l’importance relative de cette « aristocratie culturelle » pour la période (1860-1935) qui correspond à nos populations de députés : la quasi-totalité des députés élus entre 1910 et 1956 ont eu dix-huit ans entre ces deux dates. Certes, pendant cette période, le nombre de bacheliers a plus que doublé : 5 000 admis en 1860, 12 000 en 1935. Mais pour une comparaison satisfaisante, on doit exclure de ce dernier chiffre, à partir de 1925, le contingent des bachelières (4 000 en 1935) et tenir compte de la croissance de la population. Cela dorme 5 000 admis en 1860 sur 36 millions de français (0,13 pour mille), et 8 000 garçons en 1935 sur 41 millions (0,19 pour mille), soit une progression trop limitée pour que l’on puisse parler de démocratisation. Il est vrai que la plupart de ces 3 000 bacheliers supplémentaires viennent, on le verra, des couches sociales auparavant exclues des études longues. Elles peuvent désormais y accéder grâce à la généralisation de l’école primaire obligatoire qui permet de mieux sélectionner une élite d’origine populaire et au développement des bourses d’études qui, dans l’idéologie des radicaux au pouvoir, sont le moyen le plus efficace d’une démocratisation élitiste. Mais, justement parce qu’elle n’est envisagée que dans une optique élitaire, cette croissance du secondaire reste très marginale et ne remet guère en question la ségrégation culturelle produite par l’enseignement : en petit nombre, les boursiers s’assimilent facilement aux couches dirigeantes avec lesquelles ils partagent une culture rare dans la société. Antoine Prost confirme cette analyse3 : il note que « tout se passe comme si on avait atteint un palier » ; il montre qu’une réelle modification de la valeur sociale des études secondaires (et, ajouterons-nous, de leurs contenus culturels, les deux étant étroitement liées) ne se manifeste qu’à partir des années trente sous l’effet de la gratuité (1930) et de l’arrivée de génération nées au lendemain de la première guerre mondiale, plus nombreuses à cause du bref rattrapage démographique du début des années vingt. L’élargissement de l’accès à l’enseignement secondaire qui est lié à cette vague démographique touche essentiellement, dans les années trente, les petites classes du secondaire et aboutit, sous le Front Populaire au prolongement de la scolarité obligatoire jusqu’à quatorze ans et à l’unification des premiers cycles : c’est pourquoi ce n’est qu’après la seconde guerre mondiale qu’Antoine Prost constate l’accroissement de la scolarisation dans les second cycles des lycées et au niveau des lycées et du baccalauréat. Nos générations de députés ne sont donc pas concernées.

2On a réuni sous le nom de « littéraires » ceux qui arrêtent leurs études après le baccalauréat et ceux qui continuent des formations universitaires en lettres, langues, philosophie ou histoire. Il faut considérer comme des littéraires les simples bacheliers, en raison du contenu d’une formation secondaire centrée sur les humanités et du fait des carrières qu’ils épousent par la suite (journalistes, le plus souvent) ; ils sont, au demeurant assez peu nombreux : diplôme de culture générale, le baccalauréat est, dans la grande majorité des cas, suivi d’une spécialisation professionnelle. Pour les plus nombreux, qui continuent des études dans les facultés de lettres, les apprentissages universitaires ne font qu’approfondir les acquis du secondaire, sans rupture dans les contenus, et, s’orientant surtout vers le professorat, il restent immergés, pendant leur vie professionnelle, dans les humanités. Même si on peut être amené à souligner les différences entre simples bacheliers, professeurs du secondaire, intellectuels et universitaires, on a tout de même une unité culturelle du groupe, ordonnée autour des matières de l’enseignement secondaire.

  • 4 Thibaudet (Albert), La République des professeurs, Paris, Grasset, 1927.
  • 5 Sirinelli (Jean-François), Génération intellectuelle : khâgneux et normaliens dans l’entre-deux-gu (...)

3Ce groupe est formé de 166 députés (5,3 % de notre échantillon). C’est dans ce milieu littéraire, très minoritaire donc, que l’on retrouve avec le plus de netteté l’opposition, présentée comme fondamentale par les analystes de l’époque (Albert Thibaudet4) entre la figure du boursier et celle de l’héritier. Etudiant les normaliens des années trente, Jean-François Sirinelli5 montre avec beaucoup de nuances, à la fois la pertinence d’une telle opposition et les limites dont elle est assortie : d’un côté, il ne faut pas sous-estimer la réalité des nombreuses promotions sociales qui ont été rendues possibles par le développement des bourses d’études : on ne peut réduire à un simple « alibi » un mécanisme qu’il décrit comme une véritable « noria sociale » irriguant l’élite à partir d’une petite et moyenne bourgeoisie qui a souvent de très proches racines paysannes ou prolétaires ; de l’autre, il ne faut pas exagérer l’importance d’exemples d’ascensions sociales qui sont statistiquement « non négligeables » mais restent très minoritaires.

  • 6 T. hibaudet (Albert), La République...., p. 12.

4Écrivains et journalistes ont eu en effet tendance à généraliser ce qu’ils observaient dans un milieu qui était le leur : ils ont souvent le même parcours et fréquentent les mêmes cercles parisiens que nos députés littéraires, qui sont un peu les ambassadeurs de la classe politique dans l’intelligentsia ; de plus ces mêmes députés sont particulièrement actifs à la tribune de l’assemblée ou au gouvernement : ils semblent incarner l’image que l’on se faisait du politicien. D’où cette République des Professeurs6 symbolisée par Jean Jaurès, Édouard Herriot ou Louis Marin. Cette généralisation est très discutable : ces députés de formation littéraire sont bien peu nombreux si on les compare, par exemple, à ceux qui n’ont suivi que des études primaires. Mais il est exact que c’est dans ce groupe que se juxtaposent, avec un violent contraste et peu de situations intermédiaires, les types de l’enseignant de gauche et du dilettante de droite.

Les intellectuels

  • 7 Thibaudet (Albert), La République..., p. 121.

5« L’enseignement est la seule carrière, explique Thibaudet, qui se recrute exclusivement parmi les boursiers. Les études de droit et de médecine coûtent trop cher pour qu’elles puissent être abordées par des Français sans patrimoine. Il en est presque de même pour les carrières d’ingénieurs, pour la haute administration »7. Et c’est parmi les littéraires que l’on trouve ces intellectuels d’origine modeste, parvenus aux plus hautes responsabilités malgré d’innombrables difficultés matérielles, par leurs qualités propres et un travail acharné : ne possédant ni les moyens financiers, ni les relations nécessaires, ils hésitent à s’engager vers des professions libérales. Leur culture et leurs diplômes forment tout leur capital ; leur réussite est au bout de leur plume : bons élèves, premiers de classe, lauréats du concours général, ils voient la promotion sociale à travers le prisme déformant d’une culture acquise au lycée. Or, au tournant du siècle, ce sont bien les études littéraires qui sont le prolongement naturel de l’enseignement secondaire où ils ont si bien réussi.

  • 8 Robrieux (Philippe), « Biographies et chronologie », in : Histoire intérieure du Parti Communiste, (...)
  • 9 DPF, p. 750.
  • 10 DPF, t. XXI, pp. 212-214.

6Il y a très peu de vrais prolétaires dans leurs rangs, contrairement à que laisse entendre le cliché sur l’égalité des chances : les cas de Roger Garaudy, fils d’une ouvrière8 ou celui de Raoul Brandon, fils d’un ouvrier cloutier, aîné de six enfants9, sont des exceptions isolées. Très peu également de paysans pauvres comme Marcel Hamon, fils d’ouvrier agricole et domestique de ferme lui-même, qui devient maître d’internat en Bretagne puis répétiteur à Paris, puis professeur de philosophie ; secrétaire de Maurice Thorez, rédacteur à l’Humanité, il est considéré comme l’un des principaux orateurs du PCF10.

  • 11 Sirinelli (Jean-François), Génération..., pp. 165-166.
  • 12 Cogniot (Georges), Parti pris : cinquante ans au service de l’humanisme réel, 2 vol., Paris, Éditi (...)

7C’est de la petite, voire de la toute petite bourgeoisie que sont issus la plupart des députés d’origine modeste. Cette origine est parfois masquée par une enfance d’apparence plus populaire ; Jean-François Sirinelli le montre chez Jaurès11, dont les parents cultivent effectivement une petite propriété, mais dont la famille, n’était l’instabilité de son père, relève plus d’une « bourgeoisie déclinante » ; chez Georges Cogniot, fils de paysans pauvres mais dont la mère a suivi des études secondaires et a même un moment exercé comme institutrice12.

  • 13 Wormser (Georges), Georges Mandel, l’homme politique, Paris, Plon, 1917.
  • 14 Coston (Henry), Dictionnaire de la politique française, Paris, Publicat. H. Coston, 1967-1982.
  • 15 Herriot (Édouard), Un Adolescent d’autrefois, Les Œuvres libres, 1948, no 26.
  • 16 Herzog-Cachin (Marcelle), Regard sur la vie de Marcel Cachin, Paris, Éditions Sociales, 1980.
  • 17 Schaper (Bertus Wilhem), Albert Thomas : trente ans de réformisme social, Paris, P.U.F., 1960, pp. (...)
  • 18 Lapaquerellie (Yvon), Édouard Daladier, Paris, Flammarion, 1940.
  • 19 Pierrard (Pierre), Dictionnaire de la IIIeRépublique, Paris, Larousse, 1968, p. 88.
  • 20 Coston (Henry), Dictionnaire...
  • 21 Compère-Morel (Adéodat), Jules Guesde : le socialisme fait homme, 1845-1922, Paris, Quillet, 1937.

8Le père de Georges Mandel était un commerçant en vêtements du Sentier13, celui de Jean Lecanuet un représentant devenu épicier14, celui d’Édouard Herriot un officier sorti du rang, ancien enfant de troupe15, et celui de Marcel Cachin un gendarme16. On est aussi frappé du parallélisme entre les biographies d’Albert Thomas17 et d’Édouard Daladier18 : tous deux fils de boulangers, possédant une petite terre, tous deux lecteurs enragés et travailleurs infatigables, élèves en khâgne (mais seul le premier intègre la rue d’Ulm), tous deux reçus premier à l’agrégation d’histoire, l’un en 1902, l’autre en 1908. Les enfants d’enseignants sont aussi bien représentés avec par exemple Yvon Delbos19 ou Max Lejeune, fils d’instituteurs20. Jean Nocher [pseudonyme de Gaston Charron], fils de directeur d’école, ou Jules Guesde, fils d’un professeur21.

  • 22 Sirinelli (Jean-François), Génération...., p. 166.
  • 23 Raphaël-Leygues (Jacques) et Barré (Jean-Luc), Delcassé, Paris, Encres, 1980.

9Ce sont des milieux où, sauf pour les fils d’enseignants, il est rare d’avoir accès à des études longues. Ceux qui y parviennent le doivent en général à une combinaison entre leurs qualités intellectuelles, leur acharnement au travail et, presque toujours, un hasard heureux qui a rendu possible la poursuite des études : pour Jaurès, c’est le passage d’un inspecteur général22 ; pour Théophile Delcassé, c’est l’amitié d’un proviseur de lycée qui lui fait obtenir des postes de répétiteur23 ; pour Antoine Mazier, c’est la mort de son père au front qui lui ouvre droit à l’assistance dont bénéficient les pupilles de la nation.

Les dilettantes

  • 24 Thibaudet (Albert), La République..., p. 235.
  • 25 Guérin (André), La Vie quotidienne au Palais Bourbon à la fin de la IIIe République, Paris, Hachet (...)
  • 26 DPF, p. 1075.
  • 27 Milcent (Ernest) et Sourdet (Monique), Léopold Sedar Senghor et la naissance de l’Afrique moderne, (...)

10L’autre figure du député littéraire, le symétrique nanti du boursier, est le dilettante ou, comme dit Albert Thibaudet, le littérateur : « La république des littérateurs est à droite comme l’économique, elle met l’accent sur la production. Elle a pour limite l’apothéose du génie, le césarisme intellectuel. La république des professeurs est à gauche, comme la politique. Elle met l’accent sur la répartition : son idéal reste une bonne moyenne. »24 Ces héritiers cultivés ressemblent beaucoup aux propriétaires rentiers étudiés dans le précédent chapitre. Mais leur goût pour les études et les belles lettres, leur réussite scolaire les ont amenés à poursuivre leur scolarité et à passer quelques années à l’université. C’est pour eux un luxe, sans réel débouché professionnel : le duc Étienne d’Audiffred-Pasquier25 ne compte pas sur sa licence ès lettres pour vivre, pas plus que le comte François de Clermont-Tonnerre sur son diplôme d’archiviste-paléographe26 ; les fouilles que mène ce dernier en Syrie, à la suite de cette formation d’antiquaire, sont un hobby au même titre que le golf, l’aviation ou le Jockey club : il est avant tout propriétaire terrien, auteur en 1936 d’un Manifeste paysan... D’une façon plus exceptionnelle à cause de sa situation de colonisée, la famille de Leopold Sédar Senghor relève pourtant de la même catégorie : possédant terres et troupeaux, Shengor père a fait fortune dans l’import-export27.

  • 28 Barrès (Maurice), Mes cahiers, vol. 1, Paris, pp. 26-33.
  • 29 Benoist (Charles), Souvenirs, Paris, Plon, 1932, 1933, 1934.

11L’aisance et le détachement vis à vis des diplômes expliquent l’aspect un peu désordonné et nonchalant des parcours universitaires. Pour Maurice Barrès, l’université n’est qu’une commode prétexte qui lui permet de fréquenter les milieux littéraires et mondains de la capitale28. De même Charles Benoist arrête ses études après le baccalauréat pour suivre à Paris, comme secrétaire, l’académicien Henri Baudrillard (il fréquente à cette occasion Barbey d’Aurevilly, François Coppée, Léon Bloy) ; il s’attache ensuite au service du député et ministre de l’agriculture Hervé Magnon et s’initie, à cette occasion, à la politique ; il reprend alors des études, pour, dit-il, « donner des bases plus solides à mon instruction » et choisit l’École des hautes études, section histoire ; il écrit dans la Revue Bleue des notules hebdomadaires, fréquente Lecomte de Lisle et Jules Lemaître à la bibliothèque Mazarine, donne des critiques littéraires à la Revue des Familles ; il publie sa thèse sur Charles V et un livre de croquis parlementaires, avant de passer deux ans à la Villa Médicis, puis de devenir journaliste à la Revue des Deux mondes29.

  • 30 Bonafé (Félix), Jacques Bardoux : une vocation politique, Tulle, Maugein, 1977.

12Dix ans plus tard, Jacques Bardoux, fils d’Agénor Bardoux qui a été ministre de l’instruction publique et grand-père de Valéry Giscard d’Estaing, après avoir échoué à Normale malgré les leçons particulières qu’il prenait auprès de... Bergson, complète sa formation à Oxford, devenant par la suite le spécialiste de l’Angleterre en France (une vingtaine de livres publiés sur l’histoire et la vie politique anglaises)30.

Les vedettes de la gauche parlementaire

  • 31 Thibaudet (Albert), La République..., pp. 120-125.

13Pour une catégorie aussi peu nombreuse, notre échantillon est ici un peu faible pour que les distributions par sous-groupes, partis et générations, définissant des ensembles de quelques députés, soient très fiables. Néanmoins, l’étude du rapport gauche/droite fait apparaître une nette disproportion en faveur de la gauche et du centre (une centaine de députés, contre une soixantaine à droite). Chez les professeurs et les normaliens, le déséquilibre est encore plus marqué, avec seulement un tiers de députés de droite. Cela semble correspondre aux analyses d’Albert Thibaudet, rapportées plus haut, sur la domination des boursiers sur les héritiers. Par contre on n’observe guère d’évolution vers sa République des professeurs31 : les proportions sont à peu près les mêmes d’une génération à l’autre. Tout au plus constate-t-on, du côté des boursiers, un glissement des radicaux vers les socialistes, qui ne fait que traduire l’évolution des rapports de force politiques, le déclin du radicalisme et l’assagissement de la SFIO.

  • 32 DPF, p. 2635.
  • 33 DPF, p. 2707.

14Du point de vue parlementaire, c’est dans ce groupe que Ton trouve la plus grande proportion d’élus actifs : on abandonne plus facilement, pour l’activité politique et un mandat parlementaire exercé à plein temps, des situations de journalistes et de professeurs, que l’on sait pouvoir retrouver en cas d’échec électoral, avec même plus de notoriété et d’indépendance vis-à-vis des supérieurs, qu’une clientèle d’avocat ou de médecin, longue à fidéliser. Exception faite de ces directeurs ou rédacteurs en chef de journaux de province, comme Yvan Pélissier32 ou Aimé Piton33 qui préfèrent se consacrer à leur journal et pour qui le mandat de député n’est qu’une conséquence annexe de leurs activités de presse, rares sont ici les députés silencieux ou absents ; bien plus nombreux sont les ministres, hommes d’état et vedettes de la Tribune : les noms des députés cités en exemple (pour un groupe, rappelons-le, numériquement très minoritaire) en témoignent.

  • 34 Mension-Rigau (Éric), L’Enfance au château : l’éducation familiale des élites françaises au XXe si (...)

15Enfin la proportion de l’ensemble de ces intellectuels dans l’échantillon de députés augmente légèrement et passe de 9 % pour la première génération à 13 % pour la dernière. À gauche, cela vient sans doute d’une promotion sociale plus facile, grâce à l’unification progressive de l’enseignement secondaire et au développement des bourses. À droite, c’est probablement un effet de la répugnance croissante à se dire rentier, et de la nécessité, même pour des privilégiés, d’acquérir un capital universitaire pour pouvoir maintenir une richesse et le statut social de plus en plus remis en question ; Éric Mension-Rigau montre comment « progressivement, quand le patrimoine ne suffit plus, l’acquisition de diplômes représente l’étape obligée qui évite le changement de statut social »34.

La culture humaniste de l’enseignement secondaire

Le baccalauréat

  • 35 Piobetta (Jean-Baptiste), Le Baccalauréat..., p. 207.
  • 36 Piobetta (Jean-Baptiste), Le Baccalauréat..., p. 225.
  • 37 Siegfried (André), Tableau des partis en France, Paris, Grasset, 1930, p. 60.

16Le niveau du baccalauréat, conçu comme un étalon culturel valable pour l’ensemble de la société, est une spécificité française, qui se marque encore de nos jours dans l’énoncé des niveaux de qualification, définis par rapport à cet examen (Bac + 2, Bac + 3...). Ce rôle apparaît au XIXe siècle, justement à l’époque de la scolarité des plus anciens de nos députés, et sert à opposer deux cultures : Gréard, recteur de l’académie de Paris et l’un des plus célèbres collaborateurs de Jules Ferry, le décrit comme le « régulateur autorisé de l’esprit public »35 et Eugène Boutmy, le fondateur de l’École libre des Sciences Politiques, insiste : « Cet examen n’est pas seulement une sanction des études secondaires, c’est une institution sociale et politique de la plus grande conséquence. [...] Il divise la nation en deux classes : l’une qui a seule entrée dans les carrières libérales, l’autre qui est rejetée et confinée dans les anciennes professions roturières : commerce et industrie »36. Les contemporains sont très conscients du contenu social de cette ségrégation : trente ans avant « La Reproduction », André Siegfried insiste sur le rôle d’une « culture transmise héréditairement » qui n’est pas « intelligence individuelle, valeur plébéienne »37.

  • 38 Schumpeter (Joseph), Capitalisme, socialisme et démocratie, Paris, Payot, 1969.
  • 39 Hamon (Léo) Acteurs et données de l’histoire, Paris, PUF, 1970, p. 209.

17Cet artifice d’un contenu scolaire unique et vérifié centralement par l’examen national est à l’origine d’une réelle homogénéité culturelle et d’une certaine façon, cela permet le fonctionnement harmonieux du régime parlementaire. À cet égard, l’homogénéité culturelle est un peu l’équivalent pour la France de cette classe politique, que décrit J.A. Schumpeter, « sélectionnant durement l’entrée en son sein, assimilant les nouveaux venus, leur inculquant une solide tradition, un fond commun d’opinions consensuelles »38. Sélection sociale selon la richesse, assimilation des parvenus boursiers et création d’un consensus culturel à partir d’un langage commun, c’est bien en France au tournant du siècle, le rôle du baccalauréat. Après Schumpeter, Léo Hamon développe ainsi l’idée que « l’Assemblée doit présenter, au moins dans sa grande majorité, une certaine homogénéité de formation sociale et intellectuelle et de sentiments, sans laquelle on assisterait à un perpétuel dialogue de sourds, si ce n’est à des affrontements que la publicité recherchée et obtenue rendrait d’abord spectaculaires, puis violents et bientôt insupportables au pays tout entier. »39

18C’est bien effectivement la « grande majorité » (environ 75 %) des députés qui sont passés par ce moule : on a vu comment ceux qui n’avaient reçu qu’une instruction primaire étaient rejetés par leurs collègues pour un comportement non-conforme, ou comment eux-mêmes vivaient mal ce qu’ils étaient amenés à considérer comme une infériorité intellectuelle. Et la relative discrétion parlementaire et gouvernementale des grands notables élevés au château est là pour témoigner que, si dans leur cas il n’y a pas, bien entendu, rejet ou mépris culturel, ils apparaissent comme des survivants d’une autre forme de vie publique, qui se sentent peu à l’aise dans le maniement des codes sociaux de la classe politique.

19L’homogénéité culturelle créée par l’enseignement secondaire tient aussi à la stabilité et à la très forte cohérence de la culture qu’il dispense. Il faut certes mettre un peu à part la première génération de députés, qui ont présenté l’examen avant les réformes de 1880-1890, et dont la formation a été presque exclusivement fondée sur les langues anciennes et la rhétorique, des générations suivantes qui ont eu la possibilité d’éviter le latin et d’avoir une formation plus scientifique. Mais ces différences sont moins importantes qu’il n’y paraît à première analyse : les sections scientifiques sans latin restent, jusqu’aux années trente, très peu fréquentées (un bachelier sur cinq) et souvent considérées comme l’appendice technique, destiné aux futurs médecins ou ingénieurs, d’une formation dont la voie noble reste les lettres : d’où l’usage de ne présenter le baccalauréat de mathématiques qu’après avoir passé celui de lettres.

20Au total, en dépit des réformes, critiques et débats passionnés, on a bien, du bac « Duruy » de 1864 au bac « Herriot » de 1925 un enseignement secondaire qui ordonne l’essentiel de ses contenus culturels autour de l’antiquité, de la rhétorique et de l’histoire.

Les lettres classiques

  • 40 Herzog-Cachin (Marcelle), Regard sur..., p. 13.
  • 41 Falcucci (Clément), L’Humanisme dans l’enseignement secondaire en France au XIXe siècle, Toulouse, (...)
  • 42 Prost, Antoine, L’Enseignement..., p. 251.

21Marcel Cachin, fervent adepte du latin qui n’hésite pas à expliquer que c’est « l’équivalent pour la formation d’une science exacte »40, ne fait que reprendre l’opinion la plus courante à son époque. Les travaux de Clément Falcucci41 et ceux d’Antoine Prost42 indiquent que le latin et le grec occupent à peu près un tiers des heures d’enseignement. Au baccalauréat, l’écrit d’admissibilité a longtemps consisté en une seule épreuve : le discours latin.

  • 43 Piobetta (Jean-Baptiste), Le Baccalauréat..., p. 84.
  • 44 Piobetta (Jean-Baptiste), Le Baccalauréat..., p. 225.

22Il y a pourtant une évolution dans le rôle qui est attribué au latin et, en conséquence, dans la façon dont il est enseigné. Avant 1880, le latin est, en continuité avec la pédagogie des jésuites du XVIIe siècle, un instrument de déculturation, d’arrachement aux instincts naturels, d’intégration dans l’univers artificiel d’une langue idéale, plus épurée même que celle des auteurs antiques ; le discours latin en vers en est la quintessence. L’inutilité apparente d’une telle discipline, si l’on néglige les avantages marginaux qu’offraient l’accès dans le texte au droit romain et à la liturgie, et la façon dont on concevait cet apprentissage, par un rabâchage mécanique, besogneux, impropre à développer l’esprit critique, montre bien qu’il s’agissait surtout d’acquérir un signe d’appartenance à l’élite. A François Guizot qui parle de « l’éducation classique sans laquelle on est un parvenu en fait d’intelligence »43, fait écho en 1900 Charles V. Langlois : « L’éducation classique est signe extérieur d’une certaine aristocratie mondaine »44.

  • 45 Piobetta (Jean-Baptiste), ibid., p. 87.

23À partir de 1880 cependant, les critiques se multiplient contre les langues anciennes, par exemple Bastiat : « L’idée bizarre d’envoyer la jeunesse française [...] s’imprégner, s’imbiber et se saturer des opinions et des sentiments d’un peuple de brigands et d’esclaves »45. Dès lors, le latin est présenté, défendu et enseigné comme un simple support d’exercices, une gymnastique intellectuelle propre à développer le raisonnement logique, et comme une technique de la clarté de l’écriture et de la précision du vocabulaire. Le passage d’une pédagogie de la mémoire à une pédagogie de l’explication de texte, et, dans les épreuves d’examen, du discours à la version en témoignent.

  • 46 Lapie (Pierre-Olivier), Herriot, Paris, Fayard, 1967.
  • 47 Auclair (Marcelle), La Vie de Jean Jaurès ou la France d’avant 1914, Paris, Le Seuil, 1954.
  • 48 Guérin (André), La Vie quotidienne..., p. 51.
  • 49 Lemery (Henry), D’une République...., p. 111.

24Au-delà de ces modifications, le bain culturel reste le même : la majorité des députés lisent couramment le latin, sont imprégnés de la civilisation antique. Pierre-Olivier Lapie raconte qu’Herriot peut improviser un toast en latin et réciter de mémoire des tirades entières de Démosthène sur la Pnyx46 ; il est arrivé à Jaurès de commencer un discours en français, de le continuer en patois, à cause d’un interrupteur, pour l’achever ironiquement en latin47. Dans leur bouche ou sous leur plume, la citation d’auteurs anciens ou d’exemples tirés de l’histoire ou de la mythologie grecque est naturelle, sans apprêt : c’est dans cette antiquité idéalisée qu’ils ont vécu la plus grande partie de leur adolescence et la référence antique est devenue à la fois un tic et un signe de reconnaissance. On sent bien toutefois que cette époque s’achève, comme le montre l’évolution des jugements portés sur la rhétorique d’Édouard Herriot : normalien de large et profonde culture, helléniste et universitaire, il intègre à chacun de ses discours, en conclusion, une citation de Démosthène ou de Platon. C’est très bien venu avant-guerre et participe à l’admiration qu’ont unanimement ses collègues pour son art oratoire ; après 45, on le considère plutôt comme « l’héritier d’une époque un peu pédante, cuirassé de citations anciennes et modernes » (A. Guérin)48, et Henry Lémery parle de façon péjorative d’une culture « purement littéraire » et d’une éloquence « de rhéteur »49. Ces réactions traduisent les changements intervenus tant dans la technique du discours que dans le rôle du Parlement, mais sans doute aussi le fossé culturel qui existe entre des générations qui n’ont pas reçu la même formation scolaire.

La rhétorique

25C’est le second élément de la culture transmise par l’enseignement secondaire. Elle occupe l’essentiel de l’enseignement du français, soit un peu moins du quart de l’horaire scolaire. Il s’agit, à travers l’étude et l’imitation des auteurs classiques (Corneille, Bossuet sont les plus étudiés), de s’imprégner de leurs arguments moraux et esthétiques (réduits au besoin à une trame de clichés) et de leur technique d’écriture.

  • 50 Falcucci (Clément), L’Humanisme..., livre 3, chapitre 2.

26Comme pour les langues mortes, un tournant pédagogique est pris entre 1880 et 1890. Avant, une rhétorique purement formelle (des sujets du type : « Maximien écrit à Dioclétien pour le supplier de ne pas renoncer à l’Empire »50), fondée sur des idées reçues et un style fait de procédés ; à partir de 1880, les programmes ne cessent d’insister sur la nécessité de faire appel au jugement plus qu’à la mémoire, à l’invention d’une argumentation logique plus qu’à la disposition d’une « matière » apprise, à l’esprit critique plus qu’à la répétition. Au discours qui disparaît officiellement en 1880, succèdent l’explication et la dissertation, où le plan et l’argumentaire prennent le pas sur la rédaction. Dans les cours, l’histoire littéraire occupe peu à peu une place prépondérante : on ne demande plus à l’élève de produire une œuvre, même par des procédés d’imitation, mais de commenter des œuvres sélectionnées.

  • 51 Falcucci (Clément), ibid., livre 4, chapitre 2.
  • 52 Genette (Gérard), « Enseignement et rhétorique au XIXe siècle », Annales ESC, mars-avril 1966, no  (...)

27Mais cette évolution est bien plus lente à s’imposer dans la réalité que ne le voudraient les programmes officiels (Clément Falcucci note qu’en dépit des instructions, les procédés rhétoriques restent jusque dans les années vingt au cœur de l’enseignement du français51.) Par ailleurs, Gérard Genette montre que c’est remplacer un formalisme par un autre, qu’il y a simple modification des procédés d’écriture et que la rhétorique, niée en tant que telle, est implicite dans les nouveaux exercices52.

28Les réformes modifient donc peu les matières qui, dans les contenus de cet enseignement, concernent notre propos. Avant comme après cette évolution de la didactique du français, on a bien cette combinaison entre la référence à l’histoire littéraire et l’apprentissage du maniement de la langue qui correspond aux besoins de la vie politique et parlementaire : une solide rhétorique pour bâtir les discours et des références de culture générale, historique et littéraire, pour les illustrer. Au XIXe siècle, c’est très explicitement que l’enseignement secondaire est défini comme une préparation aux fonctions publiques, une sorte de formation professionnelle de notables dont la fonction est d’abord de dire, de parler, d’énoncer la vérité et de transmettre des informations ; au XXe siècle, en développant l’imagination et l’esprit critique, la dissertation invente déjà un nouveau type d’homme d’État, celui qui présente un plan d’action, un argumentaire raisonné, technocratique dirait-on sans doute aujourd’hui : c’est la rhétorique de la jeune génération de députés des années trente (Pierre Mendès-France, Pierre-Olivier Lapie, Robert Schuman) qui détiendra les postes gouvernementaux sous la IVe République.

L’histoire

29Troisième pilier de cette culture, l’histoire imprègne l’ensemble de l’enseignement secondaire puisque l’étude des langues mortes est liée à celle des civilisations antiques et que l’enseignement du français est au départ une rhétorique où l’élève doit faire parler des personnages historiques et ensuite consiste en grande partie en une histoire de la littérature. S’y ajoute l’histoire en tant que matière, qui occupe dans les horaires à peu près la même place que l’enseignement du français (1/5).

  • 53 Bernard (Claude), L’Enseignement de l’histoire en France au XIXe siècle, selon les ministres de l’ (...)

30Contrairement à l’enseignement de l’histoire à l’école primaire, la matière ne se limite pas ici à l’histoire de France. « Il faut, » écrit le ministre Léon Bourgeois dans une circulaire du 5 juillet 1890, « éviter de laisser l’histoire de l’Europe dans l’ombre de la nôtre. »53 Par ailleurs, l’enseignement se veut plus explicatif qu’énumératif. Mais l’insistance avec laquelle instructions et circulaires répètent inlassablement ces deux recommandations laisse supposer qu’elles ne sont que très peu suivies d’effet. Les deux grands thèmes nouveaux qui s’ajoutent à l’enseignement primaire et formeront les repères historiques les plus familiers aux députés bacheliers, sont l’histoire de l’antiquité, à nouveau, étudiée pendant trois années pleines sur six, et l’histoire contemporaine, qui vient couronner, en classe de philosophie, le cycle des études.

  • 54 Bernard (Claude), ibid.

31Pour le reste, on approfondit bien des points d’histoire déjà traités à l’école primaire : ainsi dans la classe de rhétorique qui reste le moment le plus important de la scolarité secondaire, le programme consacre la totalité de l’année à l’étude de la fin de l’Ancien Régime et de la Révolution (période 1700-1815)54. Et l’apprentissage reste essentiellement fondé sur la mémorisation : les épreuves d’examen sont surtout des récitations de faits et de résumés ; et le contenu se définit encore, en dépit des instructions officielles, par la chronologie, les batailles et les grands hommes, permanence attestée par les critiques que le public continue d’adresser à cette matière. Ainsi Herriot dans « Créer » :

  • 55 Herriot (Édouard), « L’Enseignement général », in : Créer, Paris, Payot, 1920, tome 2, chapitre 14

« Croyez-vous qu’il soit bien nécessaire d’encombrer la mémoire des enfants des aventures des pépinides ou des gestes de Louis le Débonnaire ? Faites des expériences, essayez de voir combien de jeunes français, autour de vous, connaissent les articles essentiels de la constitution de 1875. »55

32Et dans le Bulletin des professeurs d’histoire et géographie de novembre 1928, un certain Schnerb précise :

  • 56 Falcucci (Clément), L’Humanisme...., pp. 581-582.

« Au hasard je lis dans le Malet de 4ème ces quatre lignes effrayantes qui se rapportent à Justinien : "Ainsi l’empereur intervient en Afrique pour renverser l’usurpateur Gelimer ; en Italie pour venger le meurtre de la régente Amalasonthe, fille de Theodoric ; en Espagne pour soutenir Athanagilde révolté contre le roi Agila". »56

  • 57 Schaper (Bertus Wilhem), Albert Thomas..., p. 37.
  • 58 Lapaquerellerie, Yvon, Édouard Daladier...
  • 59 Ott (Bernard), Georges Bidault, l’indomptable, Annonay, Impr. du Vivarais, 1975.
  • 60 Cendrars (Biaise), Rhum, Paris, Le Livre de poche, 1969.
  • 61 Blanc (Édouard), La Jeunesse de Delcassé, Paris, Nouvelles Éditions latines, 1934.
  • 62 Cogniot (Georges), Parti pris..., volume 1.

33Malgré cet aspect rebutant, l’enseignement de l’histoire marque profondément les futurs députés : aux côtés d’Albert Thomas57, Edouard Daladier58 et Georges Bidault59, on a une trentaine de députés historiens, de Maurice Faure à Max Lejeune. À côté, philosophes et littéraires sont nombreux à publier des livres d’histoire, comme Aimé Berthod, Georges Cogniot, Aimé Césaire ou bien sûr Jean Jaurès. De même dans les souvenirs, on trouve souvent la trace de cet amour pour l’histoire : c’était la matière préférée de Jean Galmot60 et de Théophile Delcassé61, et Georges Cogniot62 raconte comment, en sixième, il a « été littéralement enchanté par le professeur d’histoire, M. Léon Abensour, qui [le] rendit pour toujours amoureux de la démocratie athénienne ».

34Cette prédilection s’explique d’abord parce qu’en comparaison avec l’aridité de l’apprentissage du latin et le côté très technique de la rhétorique française, l’histoire garde, comme à l’école primaire, son rôle de support à l’imaginaire, par le récit, le vécu, l’épopée et le pittoresque, que le résumé que l’on doit mémoriser n’efface pas tout à fait.

  • 63 Jeanneney (Jean-Noël), Georges Mandel : l’homme qu’on attendait, Paris, Le Seuil, 1991, pp. 31-60. (...)

35C’est aussi qu’en définitive, l’exercice est assez adapté à la sélection des élites politiques, aux nécessités de leur métier de parlementaire et à leurs besoins culturels. L’entraînement intensif de la mémoire fait partie des besoins de l’homme politique, tant pour apprendre ses discours que pour savoir reconnaître les visages de ses multiples interlocuteurs, sans compter la mémorisation des déclarations et des points faibles des adversaires. C’est sur sa fabuleuse mémoire que Georges Mandel, d’ailleurs passionné d’histoire, a construit sa carrière politique : bien que ridiculisé par Clemenceau, dont il était le secrétaire, pour le manque de profondeur de sa culture, la faiblesse de son style et ses piètres qualités d’orateur, il accumule des connaissances encyclopédiques sur les sujets les plus divers et se rend ainsi indispensable à son patron dont il devient l’éminence grise ; par la suite, il peut inquiéter ses adversaires par sa connaissance parfaite des moindres détails de leur passé et de leurs déclarations anciennes63.

  • 64 Cogniot (Georges), Parti pris...

36Ces connaissances historiques apportent entre autre aux hommes politiques un répertoire d’exemples et de contre-exemples, d’analogies convaincantes pour appuyer une argumentation et ne pas se laisser désarçonner par un adversaire utilisant l’argument d’un fait historique inconnu. Enfin, bien que ce point soit moins facile à cerner, il est probable qu’elles développent un certain sens de la relativité, de la durée, du long terme qui est peut-être indispensable à l’homme d’État. C’est sans doute ce que veut dire Georges Cogniot quand il déclare que « l’histoire, c’est la politique au passé »64.

Professeurs et journalistes

37Il est difficile d’affiner les nuances de cette catégorie culturelle : la cohérence très puissante de l’enseignement des humanités a créé, au lycée, un univers culturel commun. Les apprentissages d’après le baccalauréat ressortissent d’itinéraires individuels qui ne se laissent guère catégoriser. Les spécialités en lettres, histoire ou philosophie, les orientations vers l’écriture ou les beaux-arts, les niveaux universitaires, du bachelier au normalien, du licencié au chartiste, se croisent sans se laisser réduire à des combinaisons reconnaissables. Si l’on met de côté un petit nombre de dilettantes inclassables, on peut toutefois opposer ceux qui restent éloignés de l’université (un tiers) aux professeurs du secondaire (un quart) et aux normaliens et professeurs de faculté (un tiers).

***

  • 65 DPF, p. 1226.
  • 66 DPF, p. 1235.

38Ceux qui arrêtent leurs études après un baccalauréat littéraire deviennent en général des gens de plume, dans l’administration, le journalisme ou la littérature. Ce sont en général des raisons financières qui les contraignent à travailler, soit un milieu trop peu fortuné, soit un accident, souvent la mort du père : c’est le cas de Jean Galmot dont Biaise Cendrars a conté la biographie dans Rhum : après une khâgne interrompue pour des raisons financières, il devient homme d’affaire en Guyane, fait fortune mais garde la marque de ses études : deux romans et une carrière de journaliste en témoignent. C’est parfois un échec à un concours, comme Charles Daniélou, le père de Jean Daniélou, qui, ayant échoué à Navale, écrit une dizaine de romans et de recueils de poésies (Les Heures lyriques, 1900) avant de se lancer dans la carrière politique65. Certains passent directement dans le monde politique : ils deviennent secrétaire d’une personnalité du département dont ils sont originaires et suivent leur patron quand il passe au gouvernement : c’est la trajectoire de Charles Benoist, retracée plus haut ; comme Mandel est l’ombre de Clemenceau, Alexandre Israel suit Herriot. Tôt ou tard, un sous-secrétariat d’État vient récompenser ces fidélités. D’autres passent par l’administration : un concours de rédacteur passé après le baccalauréat permet d’entrer dans un ministère, de se faire remarquer par un ministre ; le passage dans son cabinet favorise l’entrée en politique et ouvre la voie à la députation : c’est le parcours d’Adrien Dariac qui a commencé sa carrière comme rédacteur au ministère de l’agriculture, et l’a finie ministre66.

  • 67 Compère-Morel (Adéodat), Jules Guesde....
  • 68 Blanc (Édouard), La jeunesse....
  • 69 Jeanneney (Jean-Noël), Georges Mandel...., pp. 163-165.

39Mais, dans la grande majorité des cas, ceux qui, après le bac ou la licence, ne s’engagent pas dans une carrière de professeur, s’orientent vers le journalisme. Jules Guesde, fils d’un professeur de latin67, Théophile Delcassé, fils d’un professeur de dessin de Pamiers, en Ariège68, ou Georges Mandel69 sont de bons exemples de ces jeunes boursiers de la petite bourgeoisie qui reculent devant la dépense d’études longues et l’obscurité d’une carrière de petits fonctionnaires. Delcassé s’essaie à la littérature (une pièce de théâtre présentée au Théâtre Français), Guesde au professorat ; ils trouvent un protecteur qui les introduit dans le journalisme professionnel (Gambetta pour Delcassé, Clemenceau pour Mandel), y font carrière avant de trouver un siège de député, en général dans la ville de leur adolescence qu’ils ont quittée pour réussir à Paris. Ainsi Delcassé, devenu commentateur écouté de politique étrangère, revient dans son Ariège natale pour une série de conférences. Il n’est plus l’obscur répétiteur de lycée de ses débuts mais un brillant journaliste parisien, il séduit et épouse la fille du notable républicain Massip, qui lui apporte fortune, terres, relations et clientèle ; il sera vite député de Foix.

  • 70 DPF, p. 662.
  • 71 DPF, p. 405.

40Ils sont les moins brillants des députés littéraires, les plus silencieux, et se distinguent davantage par leur grande capacité de travail que par leur étoffe intellectuelle. C’est le profil du secrétaire général du parti radical, poste technique un peu obscur, qui demande un organisateur plus qu’un orateur : Joseph Bonnet70 puis Raoul Aubaud71 correspondent à ce portrait. Georges Mandel subit avec patience, pendant vingt ans, les railleries de Clemenceau sur son inculture et son manque d’imagination, du type : « Mandel n’a pas d’idées, mais il les défendrait jusqu’à la mort », ou encore :

« Mandel, vous ne saurez jamais écrire. Contentez-vous a un sujet, a une verve et d’un complément, mais n’abordez jamais l’adjectif car, si vous arrivez à l’adverbe, vous êtes irrémédiablement foutu ».

  • 72 Raphaël-Leygues (Jacques) et Barré (Jean-Luc), Delcassé....

41Même ceux qui ont eu des destinées d’hommes d’État n’échappent pas à ces sarcasmes. C’est le cas de Théophile Delcassé, qui pourtant à sa licence : même ses biographes, a priori indulgents, soulignent qu’il doit ses succès scolaires à son travail opiniâtre, sa volonté, sa mémoire prodigieuse ; il n’obtient ni prix d’excellence, ni réussite à un concours prestigieux (il est recalé à l’agrégation). Chez des adversaires, moins bien intentionnés, cela donne les railleries d’un Caillaux : « La nature avait marchandé ses dons à Monsieur Delcassé ; l’homme était étriqué » ou celles de Maurice Paléologue : »Ce n’est pas un grand esprit : c’est un esprit clair, vif, exact, mais court : on en voit tout de suite les bornes »72.

***

  • 73 Prost (Antoine), L’Enseignement..., chapitre 5, pp. 351-400.

42Placés dans une situation intermédiaire entre les normaliens et les simples bacheliers, les professeurs du secondaire ne sont pas en butte à ce genre de disqualification. Mais le plus grand nombre d’entre eux restent dans l’obscurité des seconds rôles, même si certains font de très grands orateurs unanimement salués (Marcel Cachin) ou des hommes d’Etat de tout premier plan (Hippolyte Ducos, Édouard Daladier, Georges Bidault, Maurice Faure, Jean Lecanuet). Cette situation intermédiaire illustre bien la condition de l’ensemble des enseignants du secondaire. Antoine Prost les décrit avec chaleur et précision dans un chapitre entier de son histoire de l’enseignement73. Il note la stabilité du corps pour la période qui nous intéresse, son petit nombre (environ 5 000 professeurs de lycée), sa très grande qualité intellectuelle due à ce recrutement malthusien. Brillant, durement sélectionné, très qualifié, dépositaire d’une culture classique révérée par l’ensemble de la société, le professeur du second degré ne peut être rejeté pour manque de culture. Mais en même temps, Antoine Prost souligne qu’il n’est qu’un « demi-bourgeois », ou un « bourgeois stagiaire ». Car c’est un boursier d’une origine souvent proche du peuple (c’est le cas de tous ceux que nous venons de citer) et il est resté marqué par la gêne matérielle qu’il a subie pendant de difficiles études ; ses façons de vivre mettront du temps à se rapprocher de celles de la bonne société, dans laquelle il a du mal à s’intégrer, ayant rarement des racines dans les villes où les hasards de l’administration l’ont nommé ; il ne peut donner, comme le médecin ou l’avocat, des preuves tangibles de sa compétence et ses revenus restent bien inférieurs ; il n’a pas de fortune et n’est pas propriétaire.

43Bref, on constate là les limites d’une hiérarchisation exclusivement fondée sur la culture : du point de vue culturel, l’intégration du professeur député ne pose pas de difficulté, et pourtant, pour des raisons sociales, il reste tenu en suspicion, un peu comme un nouveau riche de la culture : on lui reconnaît des qualités mais jamais le brio que l’on admire chez les vraies vedettes ; on le soupçonne d’arrivisme, de lourdeur d’esprit, d’une vision trop courte. L’entrée sur un pied d’égalité dans le cercle des hommes d’Etat est en fait réservée à des boursiers encore plus durement sélectionnés : les normaliens.

***

  • 74 Sirinelli (Jean-François), Générations...

44Dans sa thèse, Jean-François Sirinelli74 décrit avec méticulosité l’itinéraire politique des normaliens d’une classe d’âge qui correspond à notre troisième génération (nous avons dit, dans l’introduction tout ce que nous devons aux concepts que ce travail a élaboré). Il n’est pas question ici d’essayer d’en résumer les sept cents pages. On se bornera à en extraire quelques éléments sur le profil culturel et politique des députés normaliens/qui complètent notre propos. Ils soulignent la cohérence du groupe des « littéraires », tant il est vrai que l’on retrouve dans cette analyse d’une génération d’intellectuels les caractéristiques que nous venons de décrire dans ce chapitre pour l’ensemble de la catégorie : l’orientation majoritairement à gauche des normaliens de la « génération de 1905 », qui s’oppose à la vogue idéologique que connaît, à la même époque, l’Action française dans les facultés ; l’importance du profil de boursier qu’incarnent Jaurès, Herriot et Cogniot ; l’activisme politique de ceux qui, ayant reçu cette formation élitaire, se sentent en général appelés à jouer les premiers rôles quand ils s’orientent vers la vie parlementaire, et sont reconnus comme tels par leurs pairs. Le livre est plus rapide pour ce qui est de l’analyse des contenus de cette formation et donc du portrait culturel des normaliens. Alors que nous recherchons un profil culturel à partir d’un échantillon politique, Jean-François Sirinelli étudie des parcours politiques à travers une institution culturelle. Néanmoins, la description qu’il fait du concours d’entrée, des préparations à l’agrégation, de l’influence des professeurs, souligne l’identité entre les méthodes et les contenus des khâgnes et ceux de l’enseignement secondaire. Car si les exigences sont poussées à l’extrême par une très dure sélection, c’est bien aux mêmes exercices que sont confrontés les candidats au baccalauréat et au concours d’entrée à l’École normale supérieure : pour la période postérieure à 1900, composition et explication française, version latine, composition et interrogation de philosophie, composition et interrogation d’histoire ; et pour renforcer encore ces similitudes, les programmes sont identiques à ceux des classes de première et de philosophie des lycées. On retrouve la même répartition entre des contenus et des références culturelles qui se rapportent à l’antiquité et à l’histoire de France (l’épreuve d’histoire, par les connaissances encyclopédiques qu’elle suppose, est une des plus redoutée des candidats), et des savoir-faire que développent le français et la philosophie (maîtrise de la langue, de la rhétorique et de la démonstration). En somme, comme les écoles primaires supérieures ne se voulaient que le prolongement de la culture primaire, les classes de khâgne se présentent comme un « secondaire supérieur », plus approfondi et plus sélectif.

***

45Le groupe des littéraires est exemplaire de l’intérêt et des limites d’une catégorisation culturelle. Composé d’un nombre restreint de députés, il se fonde sur un corpus de références faciles à cerner dans les contenus de l’enseignement secondaire. La formation littéraire induit une façon spécifique de faire de la politique, par la plume surtout (journalisme), mais aussi par un certain type d’éloquence, qui préfère la richesse de l’imagination et de l’illustration (d’où une prédilection pour l’analogie) à la rigueur du raisonnement.

46L’homogénéité culturelle du groupe est liée à un recrutement social particulier où dominent les boursiers ; pour autant il n’y a pas simple identité entre groupe culturel et catégorie politique ou classe sociale (il y a dans ce groupe environ un tiers de « dilettantes »). De même l’intégration culturelle est loin d’être indépendante de l’habitus social (voir l’exemple des journalistes bacheliers, méprisés pour leur manque de finesse), mais cela n’empêche pas ceux qui, sans avoir été élevés dans la bonne société, ont réussi à franchir des barrières très sélectives (Herriot, Jaurès), de s’intégrer à l’élite culturelle de leur temps et obtenir la reconnaissance sociale de leur valeur.

47Ceci dit, la culture des humanités est loin d’être l’exclusivité de ce groupe. On l’a déjà trouvée chez les propriétaires, et on la retrouvera, souvent plus développée encore, chez les avocats et les hauts fonctionnaires. On ne peut donc, comme nous l’avons fait jusqu’à présent, limiter la spécification culturelle d’un groupe à un ensemble de connaissances et de références : pour différencier la culture de ceux qui sont passés par l’enseignement supérieur, on va constater, avec l’étude des députés juristes, qu’il faut compléter cette analyse des connaissances par ce qui tient à l’apprentissage d’une certaine technique de raisonnement et de l’art oratoire.

Notas

1 Piobetta (Jean-Baptiste), Le Baccalauréat de l’enseignement secondaire, Paris, J.-B. Baillière et fils, 1937, pp. 310-332.

2 Ibid., p. 32.

3 Prost (Antoine), L’Enseignement en France : 1800-1967, Paris, Armand Colin, 1968, pp. 325-334.

4 Thibaudet (Albert), La République des professeurs, Paris, Grasset, 1927.

5 Sirinelli (Jean-François), Génération intellectuelle : khâgneux et normaliens dans l’entre-deux-guerres, Paris, Fayard, 1988, pp. 168-216.

6 T. hibaudet (Albert), La République...., p. 12.

7 Thibaudet (Albert), La République..., p. 121.

8 Robrieux (Philippe), « Biographies et chronologie », in : Histoire intérieure du Parti Communiste, Paris, Fayard, 1984, vol. 4.

9 DPF, p. 750.

10 DPF, t. XXI, pp. 212-214.

11 Sirinelli (Jean-François), Génération..., pp. 165-166.

12 Cogniot (Georges), Parti pris : cinquante ans au service de l’humanisme réel, 2 vol., Paris, Éditions Sociales, 1978.

13 Wormser (Georges), Georges Mandel, l’homme politique, Paris, Plon, 1917.

14 Coston (Henry), Dictionnaire de la politique française, Paris, Publicat. H. Coston, 1967-1982.

15 Herriot (Édouard), Un Adolescent d’autrefois, Les Œuvres libres, 1948, no 26.

16 Herzog-Cachin (Marcelle), Regard sur la vie de Marcel Cachin, Paris, Éditions Sociales, 1980.

17 Schaper (Bertus Wilhem), Albert Thomas : trente ans de réformisme social, Paris, P.U.F., 1960, pp. 9 à 25.

18 Lapaquerellie (Yvon), Édouard Daladier, Paris, Flammarion, 1940.

19 Pierrard (Pierre), Dictionnaire de la IIIe République, Paris, Larousse, 1968, p. 88.

20 Coston (Henry), Dictionnaire...

21 Compère-Morel (Adéodat), Jules Guesde : le socialisme fait homme, 1845-1922, Paris, Quillet, 1937.

22 Sirinelli (Jean-François), Génération...., p. 166.

23 Raphaël-Leygues (Jacques) et Barré (Jean-Luc), Delcassé, Paris, Encres, 1980.

24 Thibaudet (Albert), La République..., p. 235.

25 Guérin (André), La Vie quotidienne au Palais Bourbon à la fin de la IIIe République, Paris, Hachette, 1978, p. 59.

26 DPF, p. 1075.

27 Milcent (Ernest) et Sourdet (Monique), Léopold Sedar Senghor et la naissance de l’Afrique moderne, [préf. par] Pompidou (Georges), Paris, Seghers, 1969.

28 Barrès (Maurice), Mes cahiers, vol. 1, Paris, pp. 26-33.

29 Benoist (Charles), Souvenirs, Paris, Plon, 1932, 1933, 1934.

30 Bonafé (Félix), Jacques Bardoux : une vocation politique, Tulle, Maugein, 1977.

31 Thibaudet (Albert), La République..., pp. 120-125.

32 DPF, p. 2635.

33 DPF, p. 2707.

34 Mension-Rigau (Éric), L’Enfance au château : l’éducation familiale des élites françaises au XXe siècle, Marseille - Paris, Rivages, 1990, p. 290.

35 Piobetta (Jean-Baptiste), Le Baccalauréat..., p. 207.

36 Piobetta (Jean-Baptiste), Le Baccalauréat..., p. 225.

37 Siegfried (André), Tableau des partis en France, Paris, Grasset, 1930, p. 60.

38 Schumpeter (Joseph), Capitalisme, socialisme et démocratie, Paris, Payot, 1969.

39 Hamon (Léo) Acteurs et données de l’histoire, Paris, PUF, 1970, p. 209.

40 Herzog-Cachin (Marcelle), Regard sur..., p. 13.

41 Falcucci (Clément), L’Humanisme dans l’enseignement secondaire en France au XIXe siècle, Toulouse, Privat, 1939.

42 Prost, Antoine, L’Enseignement..., p. 251.

43 Piobetta (Jean-Baptiste), Le Baccalauréat..., p. 84.

44 Piobetta (Jean-Baptiste), Le Baccalauréat..., p. 225.

45 Piobetta (Jean-Baptiste), ibid., p. 87.

46 Lapie (Pierre-Olivier), Herriot, Paris, Fayard, 1967.

47 Auclair (Marcelle), La Vie de Jean Jaurès ou la France d’avant 1914, Paris, Le Seuil, 1954.

48 Guérin (André), La Vie quotidienne..., p. 51.

49 Lemery (Henry), D’une République...., p. 111.

50 Falcucci (Clément), L’Humanisme..., livre 3, chapitre 2.

51 Falcucci (Clément), ibid., livre 4, chapitre 2.

52 Genette (Gérard), « Enseignement et rhétorique au XIXe siècle », Annales ESC, mars-avril 1966, no 2.

53 Bernard (Claude), L’Enseignement de l’histoire en France au XIXe siècle, selon les ministres de l’Instruction Publique, Thèse de Lettres, Paris, Université Paris-VIII, juin 1976, p. 27.

54 Bernard (Claude), ibid.

55 Herriot (Édouard), « L’Enseignement général », in : Créer, Paris, Payot, 1920, tome 2, chapitre 14.

56 Falcucci (Clément), L’Humanisme...., pp. 581-582.

57 Schaper (Bertus Wilhem), Albert Thomas..., p. 37.

58 Lapaquerellerie, Yvon, Édouard Daladier...

59 Ott (Bernard), Georges Bidault, l’indomptable, Annonay, Impr. du Vivarais, 1975.

60 Cendrars (Biaise), Rhum, Paris, Le Livre de poche, 1969.

61 Blanc (Édouard), La Jeunesse de Delcassé, Paris, Nouvelles Éditions latines, 1934.

62 Cogniot (Georges), Parti pris..., volume 1.

63 Jeanneney (Jean-Noël), Georges Mandel : l’homme qu’on attendait, Paris, Le Seuil, 1991, pp. 31-60. Wormser (Georges), Georges Mandel, l’homme politique, Paris, Plon, 1917.

64 Cogniot (Georges), Parti pris...

65 DPF, p. 1226.

66 DPF, p. 1235.

67 Compère-Morel (Adéodat), Jules Guesde....

68 Blanc (Édouard), La jeunesse....

69 Jeanneney (Jean-Noël), Georges Mandel...., pp. 163-165.

70 DPF, p. 662.

71 DPF, p. 405.

72 Raphaël-Leygues (Jacques) et Barré (Jean-Luc), Delcassé....

73 Prost (Antoine), L’Enseignement..., chapitre 5, pp. 351-400.

74 Sirinelli (Jean-François), Générations...

© Presses universitaires du Midi, 1994

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Esta publicación digital es el resultado de un proceso automático de reconocimiento óptico de caracteres.