Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La culture des députés français (1910-1958)

 | 
François Grèzes-Rueff

Chapitre II. Les propriétaires

Texte intégral

1Dans cette typologie, c’est le seul groupe de députés qu’il n’est pas possible de définir à partir de critères strictement culturels liés au cursus scolaire. Pour distinguer la culture du châtelain de celle de ses métayers, on ne peut utiliser le seuil du baccalauréat ou de tout autre diplôme : les notables se dispensent souvent, surtout en début de période, de cette validation de leurs connaissances, pour eux formelle et inutile. Leur formation culturelle échappe d’ailleurs pour l’essentiel, à l’univers de l’école ; et si l’autodidacte mentionne son certificat d’études, le maître de forges négligera volontiers (et son biographe avec lui) de citer un baccalauréat qui n’est pas son principal titre de gloire.

La diversité des grands notables

Une définition plus sociale que culturelle

2Pour faire apparaître le type culturel du député rentier, il faut donc rechercher dans les notices biographiques les indices du statut social (titres de noblesse, étendue des terres, propriété d’usines, alliances matrimoniales etc.). Cette approche sociale dessine un groupe qui s’ajuste mal aux autres catégories de députés, établies sur des critères scolaires, et rend les limites du groupe floues et difficiles à fixer.

3On se heurte tout d’abord à l’absence d’un critère simple permettant d’isoler la catégorie : propriétaires et rentiers se cachent souvent, dans les notices biographiques, derrière les professions d’agriculteurs, de cultivateurs, voire même de paysans pour les agrariens ; d’ingénieurs pour les propriétaires d’usine. Lorsque les notices sont brèves, peu détaillées, il est souvent impossible de faire la distinction entre le petit paysan propriétaire et l’héritier de grands domaines. On a donc éliminé les cas ambigus, mais cela conduit probablement à minorer le pourcentage de députés que représente ce groupe.

4D’autre part, le choix privilégié du critère culturel et scolaire pour établir les autres catégories conduit à classer nombre des enfants de cette oligarchie parmi les juristes et les universitaires lorsque, bien que disposant de revenus importants, ils ont préféré l’exercice d’une profession à l’oisiveté du rentier (nouvelle minoration du nombre des députés héritiers) ; et là encore, la distinction est difficile à faire entre le propriétaire qui se proclame avocat en souvenir d’une brève et formelle inscription au barreau et celui qui, parce qu’il exerce effectivement ce métier, parce que son insertion dans le milieu juridique oriente ses relations et son univers culturel, doit plutôt être étudié avec le groupe des juristes.

5On a donc une catégorie qui se définit surtout par la négative : il s’agit, parmi ceux qui n’ont pas de qualification universitaire déclarée, des membres de l’oligarchie économique ; et parmi ceux qui ont cette qualification universitaire, de ceux qui préfèrent une vie de dilettante ou d’oisifs à l’exercice, durable et suivi, d’une profession.

***

  • 1 Damon (Louis), Ministres et ministrables, Paris, H. Goulet, 1926, p. 118.
  • 2 Siegfried (André), Mes souvenirs de la IIIeRépublique : mon père et son temps, Paris, Éd. du Grand (...)
  • 3 Jeanneney, (Jean-Noël), François de Wendel en république, Paris, Le Seuil, 1977.
  • 4 Nast (Albert-André), Oh ! mon beau printemps !, Chelles, Face à la vie, 1947.
  • 5 Who’s who in France, 1953.
  • 6 Damon (Louis), Ministres..., pp. 141-142.

6Cette catégorie regroupe, dans notre échantillon, 338 députés, soit à peu près 17,5 % de l’ensemble. On ne s’étonnera ni de les voir orientés à droite (à 75 %), ni de trouver la majorité des agrariens chez les nationalistes monarchistes et ralliés et la majorité des industriels dans les rangs de la droite libérale. L’importance numérique de cette catégorie retient d’autant plus l’attention que, comme on vient de l’expliquer, ce chiffre minore sûrement la représentation de l’oligarchie économique. Il faut donc relativiser l’idée, fréquemment exprimée dans les livres de sciences politiques, selon laquelle l’oligarchie économique dédaignerait, sous la IIIe République, l’exercice direct du pouvoir politique et donnerait aux classes moyennes intellectuelles une sorte de délégation de pouvoir. Des noms célèbres attestent de la participation directe de ces groupes de privilégiés au pouvoir politique : le marquis de La Ferronays1, le propriétaire d’immenses domaines agricoles, Jules Siegfried2, l’armateur protestant, François de Wendel3, le maître de forges, Antoine Pinay4, le chapelier de province, François Peugeot5 ou James Hennessy6, tous les secteurs de l’économie sont représentés.

7À l’appui de la thèse de l’effacement politique de la classe économiquement dominante, on peut souligner, il est vrai, que les grands propriétaires participent peu aux travaux de l’assemblée : souvent absentéistes, ils négligent parfois de s’inscrire à un groupe parlementaire (par indifférence, individualisme ou par monarchisme), ils sont muets en séance publique (un tiers d’entre eux n’interviennent jamais) et peu présents au gouvernement (une dizaine de ministres ou secrétaires d’Etat seulement). Mais cette abstention n’est pas préméditée : elle tient en bonne partie à leur engagement à droite et, en début de période, à leur méfiance persistante vis-à-vis du régime républicain : cela les exclut des combinaisons radicalo-centristes. C’est d’ailleurs pourquoi c’est surtout sous la IVe République que l’on trouve des ministres agrariens (élus sous l’étiquette « Indépendants et Paysans »).

  • 7 Tarde (Alfred de) et Jouvenel (Bertrand de), La Politique aujourd’hui : enquête parmi les groupeme (...)
  • 8 Guérin (André), La Vie quotidienne au Palais Bourbon à la fin de la IIIeRépublique, Paris, Hachett (...)

8D’autre part on ne peut parler d’effacement pour les représentants de la bourgeoisie industrielle et financière, qui sont plus ouverts et bien plus actifs. Mieux répartis sur l’échiquier des groupes parlementaires, ils n’hésitent pas à se faire élire sous l’étiquette radicale (Jean Hennessy7,) voire même socialiste (Fernand Bouisson8.) Moins provinciaux, plus actifs à l’Assemblée, ils sont plus recherchés pour occuper des postes gouvernementaux, en raison de leurs compétences techniques en économie et de leurs contacts dans les milieux d’affaires (une trentaine de ministres et secrétaires d’État, un président du Sénat, Jules Siegfried, un président de la Chambre, Fernand Bouisson, deux présidents du Conseil, Antoine Pinay et Joseph Laniel).

Variété des types sociaux

  • 9 Nast (Albert-André), Oh, mon beau....
  • 10 DPF, p. 2886.
  • 11 Michelet (Claude), Mon père, Edmond Michelet, Paris, R. Laffont, 1981.
  • 12 DPF, p. 290.

9Cette catégorie de députés dont on vient de dessiner les contours présente une réelle unité sociale. Autour d’un noyau important d’aristocrates (une cinquantaine de députés sont issus de la noblesse d’Ancien Régime), ces notables ont des biographies similaires marquées par la richesse, les châteaux, les traditions dynastiques, le sport, la chasse et les honneurs locaux (présidence de chambres d’agriculture, de comices agricoles, de chambres de commerce, etc.). Derrière cette unité de classe, on devine la diversité des destins individuels, les différences de condition sociale et d’horizons culturels. La distance est grande entre Antoine Pinay9 et le duc Charles de Rohan,10 entre Edmond Michelet11, fils d’un gros épicier, et Maurice de Rotschild12. Mais cette diversité est plus difficile à saisir que dans les autres groupes, faute de livres de souvenirs et de biographies détaillées. Contrairement à l’image d’Épinal du vieil aristocrate dictant ses mémoires dans la retraite de son vieux manoir, ce sont des gens qui se racontent peu : soit qu’ils trouvent inutile de se faire éditer (Éric Mension-Rigau parle de nombreux manuscrits oubliés dans des tiroirs), soit qu’ils se sentent d’abord les continuateurs d’une lignée dont certains membres ont eu un rôle historique qui rabaisse leur propre importance, et relativise leur histoire individuelle.

  • 13 DPF, p. 583.
  • 14 DPF, p. 1023.

10À l’intérieur de cette catégorie, il est facile d’opposer deux sous-groupes : les agrariens d’un côté, les industriels, banquiers et négociants de l’autre. Mais dans une société encore profondément rurale, même cette césure est souvent discutable : la bourgeoisie industrielle achète des terres et les propriétaires de grands domaines diversifient leur placement, dans le négoce en particulier. Le biographe choisit à son gré d’insister sur l’un ou l’autre des aspects de ces héritages, et on doit interpréter, de façon assez subjective parfois, les brèves indications qui en résultent dans les notices : l’interprétation ne pose pas de problèmes lorsqu’il est évident que l’activité industrielle prolonge une exploitation agricole (Jules Bertrand, propriétaire et fabricant d’engrais13),’ou bien quand l’achat de terres apparaît clairement comme un signe de distinction (Emmanuel Chavet, soyeux lyonnais14.) Mais le laconisme des notices maintient parfois l’ambiguïté : c’est le cas, par exemple, pour Alphonse Honnorat, « agriculteur puis industriel » selon le Dictionnaire des parlementaires.

11On en arrive à un nombre à peu près identique de propriétaires terriens et de commerçants (140), ces derniers, un peu plus nombreux au début, se raréfiant toutefois dans la troisième génération (nés après 1891). S’y ajoute un petit groupe d’une cinquantaine de licenciés en droit qui n’ont pas exercé de profession juridique.

Les agrariens

  • 15 DPF, p. 2090.
  • 16 Who’s who in France, 1953.
  • 17 DPF, p. 500.
  • 18 DPF, p. 337 et p. 509.
  • 19 DPF, p. 1053.

12Le groupe des propriétaires terriens va de la haute noblesse d’Ancien Régime, comme le duc Pierre de Chabot en Vendée ou le marquis de La Ferronays en Loire-Inférieure15, à de gros paysans devenus notables mais qu’il est parfois difficile de séparer des petits cultivateurs : ainsi Yves Le Cozannet, qui travaille une ferme de 22 hectares mais est aussi président de la Chambre d’agriculture des Côtes-du-Nord16. On trouve parmi eux des dynasties solidement implantées, comme Léon puis Armand de Baudry d’Asson qui se succèdent pendant soixante ans (1876-1936) au siège des Sables d’Olonne17 ; des planteurs coloniaux (Jean de Beaumont en Indochine, Gabriel Abbo en Algérie18) ; de purs rentiers à l’immense fortune, comme Alfred Cibiel dans l’Aveyron ; d’actifs animateurs de leurs régions rurales, qui multiplient les titres de notabilité, comme le marquis Olivier de Ses maisons en Maine-et-Loire, président de plusieurs coopératives, de la Chambre d’agriculture, de la caisse régionale du Crédit Agricole...19 ; enfin, des politiciens de hasard, comme Claude Hettier de Boislambert.

  • 20 Hettier de Boislambert (Claude), les Fers de l’espoir, Paris, Plon, 1978.

13La biographie de ce dernier illustre bien la diversité de ce groupe. D’origine bourgeoise par son père et aristocratique par sa mère (alliée à la lignée de Fénelon), grand propriétaire près de Caen, des châteaux, une formation chez les jésuites puis à Sciences-po, un passage dans la cavalerie à Saumur, une carrière de grand chasseur ; il ne vient à la politique qu’à la demande du général de Gaulle, dont il a été l’officier de liaison en 1940 et qu’il a rejoint à Londres. Mais il a été ruiné par la guerre : premier Français à avoir débarqué avec les unités américaines en Normandie, parce qu’il connaît bien la région et la langue anglaise, il raconte comment il a déjeuné avec un officier américain dans les cendres de son manoir en ruine, au milieu du champ de bataille. Lorsqu’il est battu aux législatives de 1956, il n’hésite pas à cultiver lui-même ce qui lui reste de terres familiales, assez fier de conduire lui-même son tracteur,...avant de devenir, de Gaulle revenu au pouvoir, ambassadeur de France20.

14Soulignons enfin que l’importance relative de la représentation des propriétaires fonciers à l’Assemblée est stable d’une génération à l’autre, et donc jusqu’à la fin de la IVe République. Cette stabilité a plusieurs origines. Elle traduit bien sûr un certain archaïsme de la société française qui ne se met à changer rapidement que dans les années cinquante ; elle découle aussi du ralliement progressif au régime des grandes familles aristocratiques : leur retour progressif à la politique compense la baisse de représentation liée à une perte d’influence sociale ; enfin, le mode de scrutin avantage, dans une droite où les partis sont moins structurés, les dynasties solidement implantées sur un réseau et une clientèle : c’est le cas pour le scrutin majoritaire par circonscription comme pour la proportionnelle départementale qui offre à la droite traditionnelle la garantie de disposer d’au moins un ou deux sièges par département.

15Ainsi se maintient à l’Assemblée le type social traditionnel du hobereau rural, tel que le décrit, parlant de sa propre famille, Emmanuel d’Astier de La Vigerie :

  • 21 Crémieux (Francis), Entretiens avec Emmanuel d’Astier, Paris, Belfond, 1966, p. 17.

« On entrait dans l’armée, on la quittait au grade de capitaine ou de colonel, on devenait propriétaire foncier, gentleman farmer. On avait une petite terre que l’on gérait, soit disant. Les fermiers ou les métayers géraient. On vivait sur la terre et sur les actions d’une façon qui n’était pas très somptueuse. »21

16Maintien paradoxal au moment où ce personnage de nos campagnes est sur le point de disparaître, qui souligne le décalage du corps politique par rapport au corps social : l’Assemblée joue ici le rôle d’un conservatoire d’une société en voie de disparition. Compte tenu de leur âge moyen au moment de leur élection, de la durée de la période de préparation à la candidature et de la fréquence des réélections, les députés incarnent souvent une génération du passé. Leur culture, acquise dans un système éducatif qui a beaucoup changé ensuite, et leur vision de la société, qui correspond à un monde disparu, sont en partie à l’origine de cette opposition, dénoncée par les populistes, entre la société « réelle » et le milieu politique.

Les bourgeois

  • 22 Michelet (Claude), Edmond Michelet....

17On trouve aussi à la Chambre toute la diversité de la bourgeoisie française. Avec, dans les couches inférieures, la même difficulté pour tracer une limite qui sépare nettement les rentiers des petits artisans : Edmond Michelet, fils d’un épicier qui au départ n’est que gérant chez Felix Potin mais qui finit propriétaire de quatre magasins dans les Hautes-Pyrénées, se situe juste sur cette limite22. À l’autre extrémité, un banquier comme Edouard Aynard descend d’une famille de financiers de l’Ancien Régime, bien proche de l’aristocratie : Charles Benoist, dans ses Souvenirs, nous le décrit, amateur d’art, collectionneur et membre de l’Académie des Beaux-Arts, à l’intelligence « curieuse, largement nourrie, aux acquisitions bien ordonnées » :

  • 23 Benoist (Charles), Souvenirs, Paris, Plon, 1932, 1933, 1934, t. 3, pp. 52-53.

« C’était, dans le plein sens du terme, même au physique, un financier qui, par la Monarchie de Juillet, procédait de l’Ancien Régime, et qui admettait sincèrement la Révolution à condition qu’elle s’arrêta au Tiers-État, et ne prétendît pas, en continuant, descendre en dessous de lui. »23

18Entre ces deux extrêmes, la petite industrie familiale est largement représentée, avec par exemple Joseph Laniel ou Antoine Pinay, ainsi que toutes les principales branches de l’industrie et du commerce.

19Il y a une baisse sensible du nombre de ces propriétaires d’entreprises pour la troisième génération, celle qui arrive à l’Assemblée à partir des années trente et surtout après la guerre. Outre des raisons d’ordre conjoncturel (comme la privation des droits civiques des collaborateurs), cela tient probablement à ce que la bourgeoisie industrielle et financière est plus sensible aux évolutions de la société et aux transformations de l’économie. Après la guerre, le propriétaire d’entreprise ne se définit plus comme un héritier mais met en avant ses titres universitaires dont l’acquisition a d’ailleurs été rendue nécessaire par l’évolution des entreprises : il préfère alors se présenter comme ingénieur, économiste, cadre supérieur. Dès lors, il s’évade de ce groupe culturel des rentiers de la France d’avant 1940 et c’est dans les catégories de diplômés que nous le trouverons.

20Cette dernière évolution permet de mettre en évidence l’unité culturelle d’une catégorie que nous avons pourtant dû construire à partir d’un critère social. Ce sont en apparence les mêmes héritiers qui sont rangés dans un cas dans la catégorie des propriétaires et dans l’autre dans celle des juristes ou dans celle des spécialistes. Mais ce glissement d’un groupe à un autre traduit bien un changement de culture : ils ont perdu ce qui fait la spécificité culturelle du groupe des propriétaires : une culture abondante mais qui n’est pas scolaire, héritée du XIXe siècle, oisive et rentière, caractéristique d’une époque et de quelques générations.

Une culture originale

L’enfance au château

  • 24 Mension-Rigau (Éric), L’Enfance au château : l’éducation familiale des élites françaises au XXe  s (...)

21Ce titre est celui de l’ouvrage récent d’Éric Mension-Rigau24, et nous le reprenons en hommage à l’originalité et à la qualité d’une recherche sans laquelle notre propos aurait ici été bien incomplet et peu satisfaisant. On ne dispose en effet, on l’a dit, que de très peu de biographies ou d’autobiographies de ces grands notables nés au début du siècle et leur culture aurait été difficile à décrire sans ce travail infiniment précieux d’archéologie mentale et de sauvetage de la mémoire d’une culture disparue.

22Pour notre propos, on retiendra le résultat de l’éducation familiale que l’ouvrage analyse : dans les connaissances des députés de ce groupe, quelles références culturelles et plus spécialement historiques résultent de cette formation aristocratique et bourgeoise ? On résumera donc, d’après Mension-Rigau, les principaux contenus de cette éducation, en les illustrant par des exemples tirés des biographies de députés ; on les complétera par les principaux types de parcours scolaires et universitaires, dont l’importance reste mineure dans un groupe social qui privilégie la transmission familiale du patrimoine symbolique.

***

  • 25 Mension-Rigau (Éric), L’enfance..., p. 286.

23Cette éducation familiale cherche à développer une culture des sens et de l’instinct, du beau et du bon, par opposition à la culture scolaire de l’intellect et du raisonné. Ainsi que l’explique Éric Mension-Rigau, « on estime qu’à partir du moment où "on est né", on n’a pas à être intelligent et cultivé » : « si l’instruction accompagne souvent la bonne éducation, elle n’y participe pas toujours »25. Il résulte de ces principes une culture qui s’ordonne autour de trois contenus : le goût, l’histoire et la religion.

  • 26 Mension-Rigau (Éric), L’enfance..., chapitre 7.
  • 27 Hettier de Boislambert (Claude), Les fers...., p. 35.
  • 28 Vendroux (Jacques), Cette chance que j’ai eue, Paris, Plon, 1974.
  • 29 Isorni (Jacques), Quand j’avais l’âge de raison, Paris, Flammarion, 1966, p. 42.

24La formation du goût, véritable dressage qui conditionne des attitudes, des façons de s’exprimer, une discipline corporelle, une connaissance instinctive des usages, est au cœur de cette éducation en famille et rend nécessaire une surveillance de tous les instants et une correction constante de la spontanéité des enfants26. À l’image des correspondants d’Éric Mension-Rigau, les députés de la haute société qui ont publié leurs souvenirs racontent, avec un peu de nostalgie pour une époque disparue, cette enfance très entourée. Claude Hettier de Boislambert27 et Jacques Vendroux28 décrivent leurs voyages de châteaux en hôtels particuliers, accompagnés de répétitrices et de gouvernantes anglaises. Jacques Isorni parle de ses multiples (et, dit-il, ruineux) professeurs à domicile, précepteurs, professeur de langues, professeur de musique29. Emmanuel d’Astier de La Vigerie quant à lui a eu pour précepteur son propre père – polytechnicien, « comme tout le monde dans la famille » – jusqu’à son entrée en troisième :

  • 30 Crémieux (Francis), Entretiens..., pp. 16-17.

« Le soir, dans le grand salon du château, on lisait à haute voix, pour l’assemblée réunie, [...] les grands classiques. C’était le loisir et la journée, j’avais un certain nombre d’heures de répétition assez nombreuses. »30

  • 31 Bonafé (Félix), Jacques Bardoux : une vocation politique ; Tulle, Maugein, 1977, p. 18.
  • 32 Allain (Jean-Claude), Joseph Caillaux : le défi victorieux, 1863-1914, Paris, Imprimerie nationale (...)

25La nurse anglaise et l’enseignement élémentaire à la maison bercent l’enfance rouergate de Jacques Bardoux31, comme l’enfance parisienne de Joseph Caillaux : Claude Allain, le biographe de ce dernier, montre comment la surveillance familiale constante développe le goût du travail, le sentiment d’appartenir à l’élite, la sûreté de soi et l’ardeur de réussir32.

  • 33 Isorni (Jacques), Quand j’avais..., p. 54.
  • 34 Marès (Antoine), Un siècle à travers trois républiques : Georges et Édouard Bonnefous, 1880-1980, (...)
  • 35 Pierrard (Pierre), Dictionnaire de la IIIe République, Paris, Larousse, 1968, p. 103.

26L’apprentissage des usages du monde passe à la fois par une éducation du corps, par le développement d’une série de réflexes de civilité et par une initiation au beau et au vrai : éducation de la plume, portant une égale attention à la calligraphie et à un style simple et facile, « naturel » ; cours de musique, danse et peinture, formes de culture négligées par l’école et qui vont permettre de marquer sa différence ; éducation artistique par imprégnation : conversations en famille, vie dans des demeures anciennes qui sont aussi des musées, vie de salon : chez la grand-mère de Jacques Isorni, fréquentent Henri Poincaré, André Siegfried et Paul Painlevé33 ; chez Édouard Bonnefous, son fils Georges peut croiser Raymond Poincaré, Henri Bordeaux, Robert de Fiers, Henri de Kerilis34. C’est donc dans ce groupe de députés que l’on trouvera ceux qui se réfèrent le plus souvent aux Beaux-Arts : des collectionneurs (Édouard Aynard, déjà cité), des spécialistes des musées (Léon Noel), des critiques d’art (Édouard Bonnefous), des critiques musicaux (le baron Georges Roulleaux-Dugage), des peintres (Henri Dujardin-Baumetz, qui sera sous-secrétaire d’État aux Beaux-Arts de 1905 à 1912)35.

***

  • 36 Mension-Rigau (Éric), L’enfance..., p. 12

27L’histoire est le second élément de base de cette éducation. « Elle occupe, écrit Éric Mension-Rigau, la place qui est celle de la littérature dans d’autres familles. »36 Mais bien plus que d’un ensemble cohérent de connaissances et de techniques, il s’agit d’une vision du passé et d’un sens des origines plus que d’une matière d’enseignement, d’un savoir éclaté, acquis par une imprégnation orale et un contact concret avec des objets anciens. L’histoire est l’environnement quotidien de l’enfance : par les ancêtres qui l’ont faite (citons, parmi nos députés, les Rohan, Reille-Soult, Castellane, Jean de Beaumont, descendant de Colbert) ; par les châteaux, les vieilles archives, les bibliothèques anciennes ; par l’attention portée à la transmission d’une mémoire familiale, récits de guerres et de combats politiques, évocations d’aïeux ou de cousins, portraits de familles, arbres généalogiques des personnes que l’on a rencontrées, sépultures et blasons.

  • 37 DPF, pp. 2612 et 1084.
  • 38 DPF, p. 1632.

28Il n’est donc pas surprenant que nombre de ces notables fassent œuvre d’historiens. Les uns orientent leurs études vers la recherche historique, en particulier vers l’École des Chartes qui semble jouir d’un très grand prestige : Louis Passy, Léon Noel, Claude Cochin37 témoignent parmi d’autres de cette prédilection. Les autres sont des érudits locaux, publiant dans les revues des sociétés savantes : Henri Colins aux Sables d’Olonne est président de la société archéologique et multiplie les plaquettes et articles d’histoire locale ; le marquis Régis de L’Estourbeillon de La Garnache fonde à Vannes la Revue historique de l’Ouest, et devient inspecteur de la Société française d’archéologie38.

29On peut donc s’attendre à ce que les députés propriétaires multiplient les références historiques et en fassent un usage naturel, quasi instinctif ; mais ces références sont d’une nature très différente de celles des députés qui ont appris l’histoire dans les manuels scolaires. Certes les exemples tirés de l’histoire de la Révolution française, positifs chez les uns, négatifs chez les autres, sont bien un terrain de rencontre entre les deux traditions et focalisent une grande partie des arguments historiques échangés ; mais à côté, on trouve chez ces notables une culture historique moins stéréotypée qui reflète la variété des ascendances, des relations et des provinces et qui est moins centrée sur le XIXe siècle et sur l’Antiquité : l’Ancien Régime et surtout le Moyen Âge, étudiés rapidement à l’école, exercent sur ces héritiers une véritable fascination.

***

  • 39 Lassus Saint-Geniès (Annick de), Jean Le Cour Grand-maison : un homme dans l’action et la contempl (...)
  • 40 DPF, p. 1632

30Cette éducation insiste enfin sur un ensemble de valeurs morales, structurées autour de la religion. La très grande majorité des notables ont fréquenté les écoles religieuses. La ferveur de la foi se marque même, chez quelques députés catholiques, par des entrées tardives dans un monastère : Jean Le Cour Grand-maison39, chez les bénédictins, Arthur Espivent de La Villeboisnet à la Trappe40.

  • 41 Mension-Rigau (Éric), L’enfance..., chapitre 10.

31Mais dans l’église d’avant Vatican II, la religion de châtelains que décrit Éric Mension-Rigau est avant tout faite de rites qui imprègnent l’éducation, et apparaît surtout comme un élément de la fidélité à la mémoire et à l’histoire, à la tradition et à la lignée41. En ce sens, elle n’est que le centre d’une vision du monde, autour duquel s’organise un ensemble de valeurs aristocratiques : volonté de servir, sens de la charité et de la courtoisie, patriotisme exigeant, valorisation de l’effort et du courage physique que l’on retrouve dans une éducation sportive poussée. Les générations successives de députés qui se réclament du catholicisme restent marquées par ces valeurs : patriotes de la chambre bleue-horizon ou ceux de la résistance, défenseurs de l’école catholique entre les deux guerres ou chrétiens sociaux du MRP.

Des scolarités de dilettantes

32Il est plus difficile d’appréhender les parcours scolaires des députés de ce groupe : soit, débouchant sur une profession, ils conduisent à une exclusion du groupe ; soit les études se limitent à l’acquisition d’une culture générale, et sont alors rarement mentionnées : on signale parfois le passage dans tel ou tel collège jésuite renommé, mais sans insister sur la durée de cette scolarité, son contenu et le niveau de diplôme finalement atteint.

  • 42 Michelet (Claude), Edmond Michelet..., p. 27.
  • 43 Siegfried (André), Mes souvenirs..., pp. 9-11.

33On relève parfois un rejet conscient de l’institution scolaire, que celui-ci émane des parents ou de l’intéressé lui-même. Certains disent avoir souffert du refus opposé par leurs parents à leur désir d’une scolarité secondaire. C’est le cas d’Edmond Michelet. Son père pensait que « un bon épicier devait avoir une bonne culture générale mais n’avait que faire des peaux d’ânes » ; et il était impensable pour lui que son fils aîné devînt autre chose qu’un épicier comme lui42. De même Jules Siegfried n’a-t-il droit, après son certificat d’études, qu’à une formation pratique aux affaires dans la maison de commerce familiale43.

34À l’inverse, ce peut être l’adolescent qui, au sortir d’une éducation familiale très attentive, rejette le lycée, la vie de groupe et le contact avec des condisciples. Ainsi Jacques Vendroux :

  • 44 Vendroux (Jacques), Cette chance..., p. 25.

« Peut-être élevé dans une ambiance de sentiments délicats et, il faut bien le dire, de préjugés comme on disait autrefois, ai-je trop manqué de compréhension à l’égard de la jeune faune scolaire. Mes camarades ne me paraissaient pas propres, physiquement et moralement ; leurs tabliers noirs et les petits tapis dont ils garnissaient leurs bancs sentaient mauvais ; leurs cous et leurs genoux étaient sales ; ils apportaient pour leur goûter (dans ma famille, on ne goûtait jamais), de grosses tartines de saindoux qui graissaient les pages de leurs cahiers. »44

  • 45 Barrès (Maurice), Mes cahiers, vol. 1, Paris, Plon, 1929, pp. 18-22.

35Le jeune Maurice Barrès ne supporte pas davantage le collège diocésain de la Malgrange, qu’il décrit comme un enfer de solitude, de froid, de saleté et de tristesse, que l’internat du lycée public de Nancy45. Et Antoine Pinay, se sentant trop faible en mathématiques, renonce sans regret au souci de la préparation d’un inutile baccalauréat : il est peut-être le seul président du Conseil à n’avoir aucun titre scolaire, pas même le certificat qu’il avait négligé de passer.

36Dans la majorité des cas, les scolarités sont variées, souvent atypiques : les études sont commencées tard, en sixième ou en troisième, on ne recherche pas systématiquement le diplôme ou le débouché professionnel mais plutôt la continuation d’une tradition familiale (Saint-Cyr pour les uns, Polytechnique ou Centrale pour d’autres), l’acquisition d’une compétence pour la gestion des terres (écoles d’agronomie) ou le développement de tel ou tel goût éveillé par l’éducation enfantine. Ainsi ceux, déjà cités, qui choisissent l’École des Chartes ou l’École des Hautes Études par goût pour l’histoire ; ou ceux, comme Maurice Barrès ou Édouard Bonnefous, pour lesquels l’inscription à l’université est surtout prétexte à mener une vie mondaine et littéraire à Paris.

  • 46 DPF, p. 2942.

37D’autres passent de façon fantaisiste d’un apprentissage à un autre : François de Saint-Just46, après son droit, passe un diplôme de Sciences Politiques, puis s’intéresse à la préhistoire à l’Institut International d’Anthropologie, avant de rentrer à l’Institut de Physique du Globe. Jean-Michel Renaitour, après une classe de khâgne où il a eu comme condisciple Jean Cassou et Jacques Rueff, fait une école d’aviation pour devenir pilote, avant de se former à l’éloquence dans la conférence Molé-Tocqueville, de traduire Les Bucoliques et de publier une dizaine de romans.

  • 47 Hettier de Boislambert (Claude), Les fers....
  • 48 DPF, p. 510.
  • 49 DBMOF
  • 50 DPF, p. 1455.

38Enfin, après les études, la diversité des vies sociales et professionnelles de ces rentiers renforce encore l’impression de variété : on trouve parmi eux de grands chasseurs internationaux (Claude Hettier de Bois-lambert47,) des champions sportifs (Henry Cravoisier, brillant cavalier, Fernand Bouisson, escrimeur et rugbyman), des membres du Comité international olympique (Jean de Beaumont, champion de tir, international de football)48, des inventeurs (Charles Baron, descendant de Jourdan, inventeur de la lanoline, de la nitrobaronite et de la bombe au phosphore)49, des créateurs d’industries d’avant-garde (le marquis de Dion qui s’associe avec l’ingénieur Bouton pour créer la première marque d’automobiles française)50.

***

39Dans cette diversité, deux autres apprentissages culturels reviennent fréquemment. L’un rapproche ces propriétaires de leurs collègues plus marqués par l’école : ce sont les humanités ; l’autre les singularise à nouveau : ce sont les voyages à l’étranger.

  • 51 Reynaud (Paul), Venu de ma montagne, Paris, Flammarion, 1961, pp. 62-85.
  • 52 DPF, p. 2909.
  • 53 Michelet (Claude), Edmond Michelet....
  • 54 Bonafé (Félix), Jacques Bardoux...
  • 55 Monnerville (Gaston), Clemenceau, Paris, Fayard, 1968.
  • 56 Siegfried, (André), Mes Souvenirs...., pp. 14-23.

40La tradition aristocratique du voyage à l’étranger fait de ces députés les moins ignorants de la géographie, les plus ouverts aux influences extérieures, les plus avertis de l’évolution du reste du monde. Comme Paul Reynaud51, le baron Georges Roulleaux-Dugage, fils de député, arrière-petit-fils de Beaumarchais, accomplit un tour du monde rituel à la fin de ses études52. Edmond Michelet, pourtant issu d’une famille de simple commerçants, fait un stage d’un an en Angleterre pendant son adolescence53. Dans l’aristocratie, l’anglomanie et la nurse anglaise créent, dès le plus jeune âge, ce cosmopolitisme que renforcent les liens de parenté avec les noblesses étrangères. Jacques Bardoux, ayant échoué à Normale Supérieure, finit ses études à Oxford54. Georges Clemenceau passe trois ans à New York55 ; Jules Siegfried traverse les États-Unis ; il s’extasie sur le premier ascenseur, ce « petit chemin de fer vertical », rencontre le Président Lincoln, fume le calumet avec des Indiens ; comme il a observé les prémisses de la guerre de sécession, il anticipe l’arrêt des livraisons de coton et, de retour en France, fait fortune en spéculant sur le coton de l’Inde56.

  • 57 Michelet (Claude), Edmond Michelet..., p. 30.
  • 58 Piétri (François), Hors du forum, Paris, Éd. de Paris, 1957, p. 24.

41L’étude des humanités est le principal point commun entre cette éducation et celle des autres députés. L’attachement au latin et au grec, à la tradition antique et aux classiques de la littérature reste la base de la culture, qu’elle soit acquise au lycée ou à la maison : un ecclésiastique, un précepteur, le père lui-même se chargent de cet apprentissage indispensable à la vie dans la bonne société. Les lecture sont guidées et les mères, souvent plus ouvertes aux auteurs du siècle, complètent ces choix traditionnels : la mère d’Edmond Michelet est une lettrée qui, subrepticement, déchire les notes d’épicerie qu’Henry James laisse dans les magasins de son mari ; c’est elle qui conseille son fils dans le choix des auteurs contemporains et lui fait lire Maurras, Bordeaux, Rostand, Bourget, Barrès57. Un passage plus ou moins bref dans un établissement secondaire, le plus souvent un cours privé, complète ces lectures et permet, dans une sorte de mise à niveau, de s’assurer que la culture acquise est à peu près conforme à celle de la moyenne des jeunes gens instruits. Henri de Gaulle, père du Général, tient une de ces institutions, alors fréquentes ; mais l’archétype en est, à Paris, le collège Stanislas : ils sont une trentaine à y avoir étudié, et François Pietri définit ainsi les « anciens de Stan » : « Un homme du monde, gai, singulièrement indépendant, avec une certaine sportivité d’attitude et d’esprit »58.

***

42Voici donc un groupe qui possède une culture forte, originale et nettement différente de celle du reste de l’assemblée. À l’inverse de ceux qui viennent des couches populaires et valorisent les études, ils n’ont aucun complexe vis à vis de leurs collègues diplômés ; ils les considèrent même parfois avec un certain sentiment de supériorité, teinté d’anti-intellectualisme. On le sent chez les agrariens, par préjugé aristocratique, et, chez les riches hommes d’affaires, par méfiance à l’encontre de trop d’abstraction. André Siegfried raconte comment son père n’avait qu’une médiocre considération pour l’intelligentsia :

  • 59 Siegfried (André), Mes Souvenirs..., p. 32.

« Quand il avait dit d’un de ses collègue de la Chambre : "C’est un professeur, il ne pouvait surenchérir qu’en ajoutant : “C’est un professeur de philosophie. Je ne crois pas qu’il rendît davantage justice aux techniciens : les ingénieurs, les polytechniciens étaient à ses yeux des personnages forts savants qui savent dépenser de l’argent mais ne vous en font pas gagner : il faut les maintenir à leur rang, éventuellement élevé du reste, d’employé. »59

  • 60 Nast (Albert-André), Oh ! mon beau printemps !, Chelles, Face à la vie, 1947.

43Pourtant, malgré leur puissance économique et leur engagement dans la politique active et à l’Assemblée, c’est à ces intellectuels qu’ils devront laisser les premiers rôles. L’analyse du petit groupe de députés propriétaires mais diplômés en droit confirme ce lien entre culture universitaire et vie politique active. Ils sont peu nombreux car, on l’a dit, les héritiers qui ont un titre universitaire préfèrent en général se présenter comme des professionnels. Mais c’est dans ce petit groupe que, à deux ou trois exceptions près (Pinay, mais il est un des seuls à ne jamais écrire lui-même ses discours : on change ici d’époque60),’que l’on trouve les seuls vrais politiciens actifs de la catégorie : Édouard Bonnefous, Paul Antier, Roland du Moustier, Célestin Jonnart, André Morice, René Pleven, Raymond Triboulet.

44Ces constatations permettent de préciser et de nuancer le rôle de la culture dans l’action politique. L’étude des députés primaires avait permis de mettre en évidence la fonction des humanités comme moyen de reconnaissance, d’exclusion et d’intégration, indispensable pour forger les consensus sans lesquels le régime parlementaire se trouve paralysé. Mais l’impuissance politique des propriétaires non diplômés semble indiquer que la culture universitaire ne joue pas seulement ce rôle d’instrument d’exclusion et d’intégration dans la classe dominante. Ces députés fortunés forment le cœur de cette classe dominante, ils en possèdent la culture, apprise dès l’enfance au château. Ils n’ont vis-à-vis de leurs collègues passés par les écoles ni complexe d’infériorité, ni admiration particulière ; leur culture leur paraît tout aussi légitime et ils peuvent se permettre de mépriser à l’occasion la cuistrerie des enseignants ou l’arrivisme des avocats. Cependant, pour accéder à la direction réelle des affaires publiques, cette culture universitaire semble être un complément nécessaire à leur formation ; plus on s’approche de la fin de la période, plus ils semblent avoir besoin de cet apprentissage du maniement de l’abstraction et de la langue qu’apportent les études supérieures. C’est sans doute le signe que la culture est aussi un outil intellectuel irremplaçable et non pas uniquement un code symbolique. L’étude des catégories suivantes va permettre de préciser cette hypothèse.

Notes

1 Damon (Louis), Ministres et ministrables, Paris, H. Goulet, 1926, p. 118.

2 Siegfried (André), Mes souvenirs de la IIIe République : mon père et son temps, Paris, Éd. du Grand Siècle, 1946.

3 Jeanneney, (Jean-Noël), François de Wendel en république, Paris, Le Seuil, 1977.

4 Nast (Albert-André), Oh ! mon beau printemps !, Chelles, Face à la vie, 1947.

5 Who’s who in France, 1953.

6 Damon (Louis), Ministres..., pp. 141-142.

7 Tarde (Alfred de) et Jouvenel (Bertrand de), La Politique aujourd’hui : enquête parmi les groupements et les partis, Paris, La Renaissance du livre, [1912].

8 Guérin (André), La Vie quotidienne au Palais Bourbon à la fin de la IIIe République, Paris, Hachette, 1978, pp. 40-45.

9 Nast (Albert-André), Oh, mon beau....

10 DPF, p. 2886.

11 Michelet (Claude), Mon père, Edmond Michelet, Paris, R. Laffont, 1981.

12 DPF, p. 290.

13 DPF, p. 583.

14 DPF, p. 1023.

15 DPF, p. 2090.

16 Who’s who in France, 1953.

17 DPF, p. 500.

18 DPF, p. 337 et p. 509.

19 DPF, p. 1053.

20 Hettier de Boislambert (Claude), les Fers de l’espoir, Paris, Plon, 1978.

21 Crémieux (Francis), Entretiens avec Emmanuel d’Astier, Paris, Belfond, 1966, p. 17.

22 Michelet (Claude), Edmond Michelet....

23 Benoist (Charles), Souvenirs, Paris, Plon, 1932, 1933, 1934, t. 3, pp. 52-53.

24 Mension-Rigau (Éric), L’Enfance au château : l’éducation familiale des élites françaises au XXe  siècle, Marseille - Paris, Rivages, 1990.

25 Mension-Rigau (Éric), L’enfance..., p. 286.

26 Mension-Rigau (Éric), L’enfance..., chapitre 7.

27 Hettier de Boislambert (Claude), Les fers...., p. 35.

28 Vendroux (Jacques), Cette chance que j’ai eue, Paris, Plon, 1974.

29 Isorni (Jacques), Quand j’avais l’âge de raison, Paris, Flammarion, 1966, p. 42.

30 Crémieux (Francis), Entretiens..., pp. 16-17.

31 Bonafé (Félix), Jacques Bardoux : une vocation politique ; Tulle, Maugein, 1977, p. 18.

32 Allain (Jean-Claude), Joseph Caillaux : le défi victorieux, 1863-1914, Paris, Imprimerie nationale, 1978, pp. 30-33.

33 Isorni (Jacques), Quand j’avais..., p. 54.

34 Marès (Antoine), Un siècle à travers trois républiques : Georges et Édouard Bonnefous, 1880-1980, Paris, PUF, 1980, p. 157.

35 Pierrard (Pierre), Dictionnaire de la IIIe République, Paris, Larousse, 1968, p. 103.

36 Mension-Rigau (Éric), L’enfance..., p. 12

37 DPF, pp. 2612 et 1084.

38 DPF, p. 1632.

39 Lassus Saint-Geniès (Annick de), Jean Le Cour Grand-maison : un homme dans l’action et la contemplation, Paris, Beauchesne, 1980, p. 311.

40 DPF, p. 1632

41 Mension-Rigau (Éric), L’enfance..., chapitre 10.

42 Michelet (Claude), Edmond Michelet..., p. 27.

43 Siegfried (André), Mes souvenirs..., pp. 9-11.

44 Vendroux (Jacques), Cette chance..., p. 25.

45 Barrès (Maurice), Mes cahiers, vol. 1, Paris, Plon, 1929, pp. 18-22.

46 DPF, p. 2942.

47 Hettier de Boislambert (Claude), Les fers....

48 DPF, p. 510.

49 DBMOF

50 DPF, p. 1455.

51 Reynaud (Paul), Venu de ma montagne, Paris, Flammarion, 1961, pp. 62-85.

52 DPF, p. 2909.

53 Michelet (Claude), Edmond Michelet....

54 Bonafé (Félix), Jacques Bardoux...

55 Monnerville (Gaston), Clemenceau, Paris, Fayard, 1968.

56 Siegfried, (André), Mes Souvenirs...., pp. 14-23.

57 Michelet (Claude), Edmond Michelet..., p. 30.

58 Piétri (François), Hors du forum, Paris, Éd. de Paris, 1957, p. 24.

59 Siegfried (André), Mes Souvenirs..., p. 32.

60 Nast (Albert-André), Oh ! mon beau printemps !, Chelles, Face à la vie, 1947.

© Presses universitaires du Midi, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.